Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
11Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le Droit Des Contrats Au Maroc

Le Droit Des Contrats Au Maroc

Ratings: (0)|Views: 834 |Likes:
Published by bappof
Cours metatnbt la lumière sur le droit des contrat au Maroc utile pour les étudiants 2émé semestre droit au Maroc - Source Site droit publique Marocain
Cours metatnbt la lumière sur le droit des contrat au Maroc utile pour les étudiants 2émé semestre droit au Maroc - Source Site droit publique Marocain

More info:

Published by: bappof on Feb 05, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/13/2013

pdf

text

original

 
Le Droit des Contrats Au Maroc
 
INTRODUCTION
«Dans l’état actuel de nos sociétés et de la division du travail, les échanges de biens et de services indispensables à la vieindividuelle et collective se réalisent par le moyen de contrats … ».En tant qu’instrument d’échange entre les hommes, le contrat a connu un développement rapide et important, parallèlement àla multiplication des biens à échanger.Par sa souplesse, par la liberté d’action qu’il laisse aux individus, le contrat est apparu aux tenants du libéralisme comme uninstrument idéal, comme le seul procédé possible d’organisation économique et sociale.Aussi, très tôt, le contrat sera intégré largement dans la construction politico-économique et devient de ce fait l’instrument ducélèbre « Laisser faire-laisser passer »La situation économique et sociale de la fin du XIXème siècle a malheureusement montré les injustices produites par ladoctrine du « laisser faire-laisser passer » et les excès « d’une liberté sauvage «. La différence de puissance économique rendsouvent illusoire la négociation : le plus faible est contraint d’accepter les conditions qui lui sont imposées, qui ne sont pas justes à son égard. Ainsi s’est répandue la pratique des contrats d’adhésion dans lesquels une partie ne fait qu’adhérer à uneconvention pratiquement préparée par l’autre.Ce libéralisme total, lié à l’individualisme qui constitue le fondement de toute relation contractuelle (liberté de contracter ounon, liberté de forme, liberté du contenu) a fait l’objet de nombreuses critiques qui ont entraîné un déclin sensible du principede l’autonomie de la volonté.Un important mouvement législatif a suivi et dans les domaines les plus divers, nous avons assisté à la multiplication des loisimpératives destinées à protéger la partie la plus faible.Ceci a donné naissance à des droits particuliers dérogatoires du droit civil (droit du travail, droit des assurances, droit bancaire et depuis quelques années droit du consommateur). Ces droits relativement récents limitent considérablementl’autonomie de la volonté.En effet, face aux inégalités engendrées par la liberté contractuelle, l’Etat s’est de plus en plus arrogé le droit d’intervenir  pour limiter ces injustices. Ainsi, le mot cher à Fouillé « toute justice est contractuelle, qui dit contractuel dit juste » a étéremplacé par la formule célèbre « entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ».Rappelons que malgré leur importance, les atteintes étatiques portées à la liberté contractuelle n’ont jamais remis en cause le principe de la liberté contractuelle et la majorité des contrats est restée et reste gouvernée par l’idée de liberté.De même, on constate aujourd’hui un renouveau du phénomène contractuel avec l’apparition dans la vie des affaires desformules conventionnelles originales telles que le factoring, le franchising et de nouveaux contrats tels que les contratsinformatiques, les contrats via Internet qui sont régis soit par le droit existant, soit par les clauses telles qu’elles sont édictées par les parties.
Chapitre I : Importance de la théorie des contrats
La notion de contrat, de pacte, est une notion fondamentale de la vie en société, sans laquelle les rapports humains seraient
 
inconcevables.On sait que le « droit naturel » est extrêmement incertain, faute de contenu qui se retrouve en tout temps et en tous lieux ; s’ilest cependant un concept qui présente cette universalité et cette permanence, qu’aucune société ou groupe humain n’a puignorer, c’est bien celui de la parole donnée « Pacta sunt servanda » : les accords doivent être respectés.S’agissant des rapports des membres du groupe social entre eux, cette notion intéresse fondamentalement le droit civil,entendu au sens large des relations entre sujets de droit (ce qui inclut le droit des affaires).Le droit public y est moins sensible, puisqu’il est dominé par un rapport hiérarchique entre l’état et les sujets de droit. Mais laforce de la technique est telle que la puissance publique y a recours et que les contrats administratifs connaissent undéveloppement continu.La théorie des contrats apparaît donc occuper en droit privé une place centrale : sur le plan pratique parce qu’elle est de trèsloin la source la plus fréquente d’obligations ; sur le plan théorique parce que les notions qu’elle met en œuvre ont essaimédans tous les domaines y compris ceux où il s’agit d’institutions et non d’accords privés (droit de la famille par exemple).On peut dire que la théorie des contrats est au cœur du droit privé et qu’elle en innerve toutes les disciplines.Au Maroc le contrat est réglementé par le DOC (Dahir des obligations et contrats), texte législatif datant de 1913 et qui a étéinstitué par les autorités du protectorat français.Le DOC comprend deux grandes parties : l’une relative aux obligations en général et l’autre relative aux différends contratsdéterminés et aux quasi-contrats qui s’y attachent tels que la vente, l’échange, le louage, le dépôt et le séquestre, le mandat, le prêt, l’association, le contrat aléatoire, la transaction, le cautionnement, le nantissement et les différents espèces decréanciers.Mais les contrats sont aussi régis par le code de Commerce tel qu’il fût modifié par le DH n°1-96-8-83 du 1er Août 1992. Ils’agit particulièrement des contrats commerciaux : le nantissement avec dépossession et sans dépossession. Le contratd’agence commerciale, (Art. 393 du C.C), le courtage, la commission et le crédit-bail (Art. 431 à 442), le contrat de transportdes personnes et des choses (Art.443 à 486), contrats bancaires (Art. 487 à 528), la cession des créances professionnelles(Art. 529 à 536), le nantissement des titres (Art. 537 à 544)Le DOC comme le code de commerce apparaît comme des codes libéraux mettant l’accent sur la liberté individuelle et sur lavolonté humaine.La théorie classique repose sur le principe de l’autonomie de la volonté, en vertu duquel les personnes sont libres de créer leur propre loi : le contrat.Cette théorie prend sa source dans la doctrine libérale de la fin XIXe siècle « laisser faire, laisser passer »., « Les hommesnaissent libres et demeurent libres et égaux en droits », théorie rousseauiste du contrat social. Tous les rapports sociauxreposent sur les volontés individuelles et libres d’individus égaux.Selon ce point de vue, la liberté d’un individu ne peut être limitée que par sa propre volonté ; le contrat est supérieur à la loiqui doit se borner à être supplétive à la volonté des parties.De ce principe, découlent deux conséquences essentielles :- La 1ère consiste dans l’affirmation du principe de la liberté contractuelle qui implique la liberté de conclure ou de modifier un contrat, de choisir son contractant, de déterminer les conditions et les effets du contrat.-En résumé, la volonté est dite autonome, car ce n’est pas la loi qui confère aux contrats leur caractère obligatoire, mais seulela volonté individuelle est créatrice d’obligations.- La 2ème est relative au consensualisme (l’obligation naît de la simple rencontre des volontés, il n’est pas nécessaire dedresser un acte constatant l’accord de volontés. Tout formalisme est inutile).Le consensualisme présente des dangers notables. D’abord les parties peuvent avoir mal apprécié la portée de leur engagement ou s’exposer à une fraude du contractant (contrat de vente d’immeuble, contrat de mariage). D’autre part, les
 
tiers peuvent ignorer des contrats qui ne seraient pas sans incidence pour eux (constitution d’hypothèque….). Enfin, l’intérêtgénéral peut lui même à avoir à souffrir du consensualisme : évasion fiscale (contrat de donation…), violation des règlesimpératives (contrat du travail…...).Pour remédier à ces inconvénients, le législateur impose parfois la rédaction d’un acte. Mais cet acte n’est pas une simpleforme probante, c’est alors une condition de validité du contrat.Généralement en matière civile, la loi exige un acte authentique (contrat de mariage, donation, constitution d’hypothèque…..)alors qu’en matière sociale et commerciale, elle se contente d’un acte sous-seing privé (conventions collectives, contrat detravail, contrat d’édition…)Malgré un développement certain du formalisme, le consensualisme reste la règle. A défaut de dispositions législativesexpresses, tout contrat est consensuel.Le législateur prend en charge la défense de l’intérêt général en posant des règles qui encadrent la volonté individuelle, voireen imposant certains contrats.De nos jours, les contrats ne valent qu’autant qu’ils respectent les dispositions législatives impératives :
Atteinte à la faculté de contracter ou non : il y a des contrats obligatoires (contrat d’assurance…)
Atteinte à la faculté de choix du contractant : est restreinte la liberté de choisir son cocontractant (droit de préemption du propriétaire d’un immeuble)
Atteinte à la libre détermination des conditions et effets du contrat (nullité des contrats contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, violation de l’ordre constitutionnel, économique, social ou moral : trafic d’influence, contrat d’assassinat,contrat de vente de sang humain …etc.).Le DOC marocain notamment son article 19 stipule : La convention n’est parfaite que par l’accord des parties sur leséléments essentiels de l’obligation, ainsi que sur toutes les autres clauses licites que les parties considèrent commeessentielles «La théorie classique du contrat qui est une conception volontariste et individualiste et consensualiste a été élaborée en Franceau cours des XVII et XVIII siècles pour être consacrée par le code civil (1804) et marocain 1913).Les exigences de forme qu’on rencontre n’apparaissent que comme des exceptions à ce principe (la vente d’immeubleart.489, l’échange d’un immeuble art. 620 ; le contrat de société ayant pour objet un immeuble art.987).
CHAPITRE II : CLASSIFICATION DES CONTRATS
La grande diversité des contrats appelle une mise en ordre qui se réalise au moyen de regroupements dans des ensembles plusou moins homogènes. Le code civil français fait état de certaines classifications dans ses articles 1102 et suivants (contratssynallagmatiques et contrats unilatéraux, contrats commutatifs et contrats aléatoires, contrats de bienfaisance et contrats àtitre onéreux).Le DOC se contente de faire allusions indirectes à certaines classifications.° Contrat nommé – contrat innoméLes contrats nommés correspondent à une opération définie, dont le régime est fixé par un texte (contrat de vente, de louage,de dépôt).Les contrats innomés sont ceux qui n’ont pas été spécialement prévus par le texte législatif mais les besoins de la vie sociale peuvent susciter l’apparitionCette catégorie recouvre les contrats sui generis, créés par les parties pour répondre à un besoin spécifique mais aussi tous lesmontages et opérations issus de la pratique professionnelle (contrat d’affacturage).Pour classer les contrats d’après leur contenu, il faut tenir compte de la réciprocité des engagements, du but poursuivi par les parties .

Activity (11)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Karim Généreux liked this
Abdo Vitch liked this
Ali Belkacem liked this
Redouane Amraoui liked this
Kimo Oui liked this
Elyazid Lahcen liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->