Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
28Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Élaborer une problématique

Élaborer une problématique

Ratings:

4.75

(4)
|Views: 12,470 |Likes:
Published by 31071978

More info:

Published by: 31071978 on Nov 17, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/11/2013

pdf

text

original

 
Méthodologie : élaborer une problématique
Bibliographie
« Construire une problématique », in
Pratiques
, septembre 1993, n°79.
Sitographie
« Du questionnement à la problématique » : Les méthodes pour définir une problématique.www.ac-nice.fr/docazur/article.php3?id_article=73« Je me lance dans un remue-méninges » : Les étapes pour se lancer dans une
brainstorming
.www.ebsi.umontreal.ca/jetrouve/projet/etape1/brain.htmC’est la première des grandes étapes du cheminement de la pensée historienne, qui procèdepar allées et venues du niveau du sujet présent (celui de l’historien) au niveau de l’objet passé(dont il ne reste que des traces). cheminement logique mais non forcément chronologique etlinéaire comme peut le suggérer la courbe de Marrou.« C’est en cela que notre schéma géométrique de la parabole peut induire en erreur, ladémarche concrète de l’historien ne décrit pas une trajectoire au tracé aussi simple quecelui d’une courbe du second degré : elle procède par allées et venues, sa marche en avantsans cesse interrompue de retours en arrière. Il est rare qu’à la question posée une réponseappropriée fasse immédiatement écho – sauf, bien entendu, si la question est simple(« Quand mourut Hugues Capet? ») mais en histoire les questions intéressantes sonttoujours complexes et subtiles. Le plus souvent, au contact de la documentation,l’historien découvre que sa question était mal posée; c’est inévitable; s’il craint, plus quetout, de pécher par anachronisme, il ne peut éviter l’écueil, surtout au départ: sonquestionnaire est alimenté par les préoccupations de son esprit moderne, reflétant le modede penser, de sentir des hommes d’aujourd’hui; il est rarement, avant retouches, adapté àla réalité originale du passé. Progressivement, au fur et à mesure qu’avance lacompréhension des documents, la question sera reprise, corrigée, soumise à un nouvelessai, retouchée à nouveau jusqu’à devenir méconnaissable, si bien que l’enquête amorcéefinit par prendre une direction imprévue. »(Henri-Irénée Marrou, « Comment comprendre le métier d’historien », in CharlesSamaran (éd.),
 L’histoire et ses méthodes
, Paris, Gallimard, 1961, p. 1510.)
1.
 
Définitions
La problématique est une question précise qui se prête à un débat contradictoire et appelle uneréponse argumentée. Problématiser c’est donc transformer un sujet une question précise etlimitée.« Ensemble des questions pertinentes qui se posent à l’observateur scientifique à propos dephénomènes, questions qui sont susceptibles d’avoir une réponse logique et contrôlable et dedonner lieu à des opérations classées par ordre selon les disciplines qui les provoquent ».
Abraham M
OLES
,
Théorie structurale de la communication et société 
, Paris, Masson, 1986.
 
« Problématiser ce n’est pas discuter de son opinion. Problématiser nécessite de se situer dansun champ de questions intellectuellement légitimes. Il faut avoir des connaissances pour seposer des problèmes. Il n’y a de problèmes que sous un horizon de savoirs, qu’à partir deperspectives qui mettent ensemble ou excluent un certain nombre de données, qui permettentd’interroger, d’interpréter la réalité ou les faits sous une certaine lumière, sous un certainpoint de vue. Cet ensemble on l’appellera une problématique ».
Patrice A
LLARD
, Marc B
UONOMO
, Simone G
UYON
et ali.,
 La problématique d’une discipline àl’autre
, Paris, ADAPT, 1997 (Avant-propos).
« Dans l’examen d’une question fondamentale, la problématique permet de penser ensembledes éléments hétérogènes ou contradictoires. Elle appelle une argumentation, une validationd’hypothèse et une réponse originale. Fruit d’une élaboration théorique, elle correspond à uneconstruction ».
Pierre D
ESPLANQUES
,
 La géographie en collège et en lycée
, Paris, Hachette Éducation, 1994, p.11.
« Art, science de poser les problèmes. Voir : questionnement »
 Le nouveau Petit Robert : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française
, Paris,Dictionnaires le Robert, 2000.
« La problématique est une question que se pose le grand public ou la communauscientifique. Elle appelle un ensemble de questions partielles qu’il faut se poser. Laproblématique ne débouche pas sur une réponse immédiate, ni sur une réponse limitée à« oui » ou « non ». Elle doit mettre en jeu une argumentation. Elle exprime une situation quifait problème incitant à la formulation d’hypothèses. L’objectif du travail de recherche sera devalider ou d’invalider les hypothèses ».
Marie-Christine B
IALAIS
,
 Le questionnement du sujet : de la recherche documentaire à laconstruction du savoir
, Lyon, IUFM (mémoire), 2002.
1.1.
 
Question ou problème ?
Question Problème
1
 Demande que l’on adresse à quelqu’un envue d’apprendre quelque chose de lui. Voirinterrogation.Question à résoudre qui prête à discussiondans une science.Connaissance incomplète ou incertaine, quipeut donner lieu à discussion. Sujet quiimplique des difficultés à résoudre, d’ordrethéorique ou pratique.Difficulté qu’il faut résoudre pour obtenir uncertain résultat. Situation instable oudangereuse exigeant une décision. Voirdifficulté.Torture infligée aux accusés pour leurarracher des aveux.Chose, personne qui pose des problèmes.Voir énigme.
1.2.
 
Les différents types de questions
2
 
Question comprenant en elle-même la réponse : une seule réponse est possible.« Ah ?! vous en êtes sûr ? » « Non » (bien sûr)
1
Tableau élaboré à partir de
 Le nouveau petit Robert : dicitonnaire alphabétique et analogique de lalangue française
, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2000.
2
André G
IORDAN
,
 Les origines du savoir
, Paris, Delachaux & Niestlé, 1987, p.151.
 
 Question fermée : sur un sujet ponctuel, une seule réponse convient.« Comment s’appelle-t-il ? » « Il s’appelle X ».Question ouverte : sur un sujet plus général, plusieurs réponses sont possibles.« Comment expliquez-vous cela ? »Question d’incitation : elle invite à la recherche, à l’approfondissement d’un argument, àl’action.« Comment pourrait-on s’y prendre pour répondre à cette question ? »Problème ouvert Problème ferméAucun but n’est déterminé L’objectif est connuL’énoncé n’induit ni la méthode ni lasolution.L’énoncé est prescriptif.Le sujet n’est qu’une indication d’énoncé. Ilrevient à celui qui écrit de rédiger l’énoncédu problème.Résoudre le problème c’est résoudre leproblème posé par l’énoncé.
2.
 
Les composants d’une problématique
ne problématique bien formulée s’appuie sur des questions, un cadre théorique, un problème àrésoudre. Tout le sujet doit être circonscrit par la problématique. Le problème mis en avantdoit être explicité et la question formulée doit mettre des termes en tension. La problématiquemet donc en tension les termes du sujet et se situe dans un champ thématique, chronologiqueet géographique.La question centrale d’une problématique sera toujours une question d’incitation, i.e. quiinvite à la recherche, à l’approfondissement d’un argument, à l’action. Elle amène d’autresquestions satellites.La problématique doit susciter le débat, la confrontation de réponses multiples qui doiventconduire à choisir un cheminement, argumenter pour répondre à la question.Une problématique
N
EST PAS
une question n’amenant qu’une définition limitée, ou uneréponse unique et fermée, ne faisant pas débat.
3.
 
Comment problématiser ?
Selon qu’on est au CAPES ou à l’agrégation, on doit problématiser :-
 
À partir d’un corpus de documentsLe corpus est utilisé comme une mémoire externe : on ne puise pas
exclusivement 
dansses connaissances (ce qui ne dispense cependant pas d’en avoir, évidemment), mais dansdes documents présélectionnés pour leur capacité à provoquer le questionnement.-
 
À partir d’un
brainstorming
 Là encore, on peut procéder par étapes
par l’approche lexicale, qui consiste à recueillir le lexique (mots, expressions)qu’évoque la thématique du sujet
par l’approche structurale qui permet d’organiser le lexique en classes ou sous-classes

Activity (28)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Samir Saidani liked this
Abanda Clarisse liked this
Daniel Wolff liked this
Fahmi Ayadi liked this
Doudou Konaté liked this
achilloncle liked this
royalfe liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->