Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
L’expérience du Japon en matière d’éducation

L’expérience du Japon en matière d’éducation

Ratings: (0)|Views: 31|Likes:
Published by Fouzia Bch
L’expérience du Japon en matière d'éducation
L’expérience du Japon en matière d'éducation

More info:

Published by: Fouzia Bch on Feb 08, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/13/2014

pdf

text

original

 
VideoVideo scenario
L’expérience du Japon en matière d’éducation
1ère Partie: L'introduction et le développement du système éducatif moderneDès la deuxième moitié du 19e siècle, le Japon, en introduisant le système éducatif modernesur l'exemple des pays occidentaux, a développé et diffusé son propre système scolairetrès rapidement.Le contexte socio-culturel a facilité l’introduction d’un système éducatif moderne reposant sur les facteurs suivants :- le degré élevé de maturité culturelle du Japon, comme en témoignent les «terakoya », classesd'alphabétisation informelles.- un enseignement laïque, comprenant l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul- une seule langue d’enseignement: le japonais- le principe de recrutement basé sur le niveau d’études et de compétence- le rôle de l'éducation servant de ciment de l'unité nationale et bien reconnu par le peuple japonais- un large éventail de modèles étrangers de systèmes éducatifs à adopter.C’est dans un tel contexte socio-culturel que le Japon est entré dans l’ère Meiji.L'introduction de l'éducation moderne<1868~1885>Le gouvernement Meiji a introduit une politique de modernisation intense,en s'appuyant sur trois slogans :« Civilisation et développement éclairé »,« Enrichissement du pays et renforcement de l’armée » et« Industrialisation ».La réforme de l’éducation a été mise en oeuvre dans le cadre de cette série de mesures.Les caractéristiques de l'éducation traditionnelle de l'époque pouvaient se résumer comme suit :un enseignement privilégiant la littérature classique, des disparités et discriminations dansl'éducation provenant de classes sociales,une scolarisation inégale et le manque d’harmonisation des programmes d’études.Il devenait plus qu’urgent de réformer l’éducation et d’instaurer un système moderne fondénotamment sur le contrôle des connaissances,la promotion prenant en considération des aptitudes scolaires.
 
Le gouvernement a créé le Ministère de l’Education et a adopté l’année suivantela première loi sur le système éducatif intitulée «Ordonnance relative à l'éducation».La réforme de l’éducation s’est attachée en priorité au développement del’enseignement supérieur et à la diffusion de l’enseignement élémentaire.Dans le domaine de l'éducation supérieure, le gouvernement, désireux d’introduireles connaissances et les technologies les plus avancées,s’est mis en frais afin d’inviter des experts occidentaux pour former la future élite japonaise.Un grand nombre de jeunes Japonais a été envoyé étudier à l'étranger.En retournant, nombre d’entre eux ont remplacé les enseignants occidentaux.S’agissant de l’enseignement primaire, d’anciennes «terakoya» et des habitations privéesont servi d’écoles au début de l’ère Meiji.Les enseignants étaient recrutés parmi les instituteurs des «terakoya», d'anciens samouraïs,ou des prêtres bouddhistes.Une grande partie du budget de l’État étant consacrée à la rémunération desprofesseurs occidentaux ou à l’envoi d’étudiants à l’étranger,les frais d’établissement et de fonctionnement des écoles primaires étaient unelourde charge pour les autorités locales et les parents.En vue de moderniser le contenu des programmes et les pédagogies de l’enseignement primaire,le gouvernement a mis en place des instituts de formation des enseignants,appelés « Écoles normales ».Les formateurs, de nationalité américaine et spécialistes de l’éducation,ont introduit des méthodes d'enseignement et matériels pédagogiques utilisés aux États-Unis.Les écoles normales avaient également pour mission de préparer denouveaux programmes de cours, des manuels, et des guides pour les enseignants et les élèves.Cependant, en dépit des efforts déployés, le taux d’inscription n’augmentait pasdans les écoles primaires.
 
Les enseignants, mais aussi les parents, étaient génés par la mise en pratique d’un enseignementprimaire sur le modèle américain auquel s’ajoutait l’utilisation de manuels qui étaient destraductions ou des copies d’ouvrages occidentaux.Par ailleurs, une scolarité de huit années n’était pas conforme à la réalité dans une société oùtraditionnellement les enfants représentaient une source importante de travail.Les familles ont souffert de manque de main-d’œuvre par la scolarisation de leurs enfants.En plus, la nécessité de prendre en charge l’instruction primaire soumettait les parents etles autorités locales à de lourdes contraintes financières.Dans ces circonstances, le taux d’inscription ne dépassait pas 47 %, 10 ans aprèsla mise en place de ce système scolaire . Le gouvernement fut alors confronté aux soulèvementsd’une population qui, pour montrer son mécontentement, alla jusqu’à incendier des écoles.En effet, beaucoup d’enfants redoublaient, et d'autres abandonnaient leurs études.Pour remédier à ces problèmes, en 1879 le gouvernement a procédé à l’annulation del’ordonnance de 1872 et a adopté l’ « Arrêté relatif à l’éducation » qui instaurait unsystème éducatif basé sur le modèle démocratique américain.Dans le cadre de cet arrêté, des conseils d’éducation élus par la population localeétaient responsables du bon fonctionnement des écoles et du choix des programmesd’enseignement. La durée de scolarisation fut réduite et le caractère obligatoire de lafréquentation scolaire fut assoupli. Cependant, les critiques à l’encontre de ce systèmeaccusé d’être excessivement libéral se firent plus virulentes, et l’arrêté relatif à l’éducationfut révisé après seulement une année.Le contrôle du gouvernement central s’en trouva encore une fois renforcé tandis qu’unenouvelle disposition établissait une scolarité primaire obligatoire de16 semaines minimum par an, durant trois ans.Le développement et l'expansion de l’éducation<1886~1945>

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
AdelCh liked this
Saloli Ba liked this
Fouzia Bch liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->