Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
ONPMInfo4

ONPMInfo4

Ratings:

4.0

(1)
|Views: 1,384|Likes:
Published by serval92

More info:

Published by: serval92 on Nov 20, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/21/2009

pdf

text

original

 
ONPM 
INFO
EDITO :
Bonjour à toutes et tous, lecteurs à présent fidèles ou nouveauxvenus dans l’espace créé par l’ONPMInfo. Le Président de l’ONPM m’a faitl’honneur de présenter cette quatrième ONPMInfo
new loo
. C’est doncévidement avec un grand plaisir que j’ai accepté de rédiger cet édito.L’actualité juridique en matière de sécurité a été dense pendant lescongés d’été et la rentrée se fait bien dans la continuité. Avec l’ouvertureentre autres débats, des réflexions sur la nouvelle loi de programmation(LOPSI 2) et la proposition de loi faite par le Sénat en matière de chiensdangereux, nul doute que nous aurons matière à discussion au sein de noscolonnes dans les semaines et mois à venir.C’est l’occasion de remercier au nom de toute l’équipe del’ONPMInfo, tous ceux qui cet été, ont consacré du temps à rédiger, puisrelire les articles que nous vous proposons. Sans réellement changer laformule de l’ONPMInfo, nous avons cependant introduit quelquesnouveautés. Vous pouvez constater tout d’abord, que l’ONPM s’est doté d’unlogo que nous devons à Claude BRONGNARD et qui a été l’occasion d’unexercice de démocratie directe dans les rangs de l’ONPM. Vous remarquerezégalement, en plus des articles traditionnels de fond ou d’actualité, queplusieurs « papiers » sont regrous autour de la thématique del’intercommunalité policière. Nous nous efforcerons ainsi régulièrement, deregrouper sur des questions importantes, les retours sur expérience de chefsde projets, ou des points de vue d’experts d’horizons aussi divers quepossibles. Enfin, vous nous avez informés du caractère dense de laprésentation de l’ONPMInfo. Nous vous remercions de ces remarques etessaierons de le rendre plus digeste à lire. C’est pourquoi, certains articlessont présentés sur deux colonnes notamment les interviews. Nous vousinvitions à venir partager vos points de vue à l’égard de tous ceschangements, afin de pouvoir continuer nos efforts.Par ailleurs, depuis le premier numéro, chaque auteur est identifiépar son mail afin de pouvoir être contacté : c’est affaire de responsabilité etde transparence. De la même manière nous vous incitons à vous rendre surle blog de l’ONPM et y laisser vos remarques, qui seront toujoursfavorablement accueillies. C’est pour nous le meilleur moyen d’amender unarticle dans le numéro suivant en cas d’ommission ou d’erreur.Nous vous souhaitons à toutes et tous une bonne lecture etespérons vous voir bientôt sur notre blog, où Pierre ANGOSTO vous attend,questionnaires à la main.
 Yann-Cédric QUERO
 Vice-président de l’ONPMCriminologuehttp://www.yc-quero.com
SOMMAIRE :
Page 1 :Edito
YC. QUERO 
Page 2 :La formation à l’armementdes agents de policemunicipale
LF. LIENARD 
Page 4 :D’une communautéd’intérêt à un intérêtcommunautaire
D. GUILLOUX 
Page 6 :Comment favoriser ledéveloppement des policesmunicipales en EPCI ?
D. DE GEYTER 
Page 7 :Le Conseil de Pays deSécurité et de Préventionde la Délinquance
B. KORONA
Page 8 :Le CPSPD : InterviewsMaire et Préfet
YC. QUERO 
Page 12 :La prévention de ladélinquance et les C.A.
G. TURCKIEWICZ & B. GALVIN-ALAPPI 
Page 14 :Formation armement :l'implication du CNFPT
P.Barbier 
Page 15 : Actualité juridiqueNouvelles parutions
Bulletin d’informations
N° 4 – Septembre / Octobre 2007
 
ONPM 
INFO
N° 4 – Septembre / Octobre 2007
2
LA FORMATION A L'ARMEMENT DES AGENTS DE POLICE MUNICIPALERéflexions sur les textes d'août 2007
Les policiers municipauxpeuvent être armésd'armes tales. Cetteévidence de 2007 n'enétait pas une il y aquelques anes, et iln'est jamais inutile derappeler que cettequestion a soulevé desdébats politiques qui ontgrandement pesé sur les choix réglementairesdans cette matière, pourtant exclusivementtechnique.Les spécialistes regrettent évidemmentces choix, en total décalage avec la réalité denos voisins. Rappelons pour l'exemple qu'alorsque les polices du monde entier tendent àprivilégier une approche pragmatique del'armement, des concepts modernes, adaptés àla menace et efficaces, qui les conduisent versdes solutions nouvelles, notre pays a pris desoptions résolument contraires pour les policiersmunicipaux. Le port d'une arme de calibre 32 ACP est une elle aberration pour toutepersonne ayant quelques notions de balistiqueet qui esre survivre à une confrontationarmée. Le port d'un revolver à six coups dans unpays l'on attaque les discotques à laKalachnikov est aussi incongru. Surtout lorsqueledit revolver est chambré en 38 spécial, calibredont les limites ont depuis longtemps étédémontrées.Le plus étonnant dans ce tableau, et lemoins acceptable, est qu'il se dessine dans unpays qui a tourla page des mauvaiseshabitudes pour sa police et sa gendarmerie,sous l'impulsion de quelques spécialistescomtents, en équipant ses personnelsétatiques de pistolets modernes, à grandecapacité, de gilets de protection individuels,d'étuis fort bien conçus, et que cette évolutionn'est pas terminée. On parle enfin de munitionsadaptées à un usage de police et de carabinesen dotation collective, capables de résoudre dessituations critiques en environnement urbain. Lapolice municipale reste à la trne. Elle estvolontairement maintenue dans une situation desous équipement par le pouvoir réglementaire. Y aurait-il une raison pour que les braqueurs de LaPoste se retrouvent toujours devant unepatrouille de la police nationale ou de lagendarmerie et jamais devant celle de la policemunicipale ? Il est permis d'en douter.Certaines communes ont tendecombler le handicap de la réglementation parune formation très complète et un équipementcoûteux, compensant les mauvaises idéespolitiques par un remarquable engagement,notamment financier, au profit de la sécurité deleurs agents et de leurs citoyens. D'autres,majoritaires, n'ont pas pu le faire, soit faute demoyens, soit par faut d'information, soitencore par manque de volonté. Il faut dire qu'encette matière difficile du tir professionnel, lesspécialistes auto proclas sont bien plusnombreux que les vrais hommesd'expérience...et bien plus enclins à se mettreen avant.C'est dans ce contexte qu'interviennentles deux nouveaux textes issus de la réflexion dugouvernement. Le décret 2007-1178 du 3 août2007, et l'arrêté du même jour. Enseigner, c'esttransmettre un savoir, un acquis, uneexpérience, démontrer, expliquer, répéter etfaire répéter, afin de conduire l'élève à partagerla connaissance du maître, et si possible, à ledépasser. Que doit-on enseigner à un hommepour qu'il soit en mesure de fendre sa viecontre un individu qui tente de la lui ôter?Comment crit on glementairement laformation de ces maîtres, qui doivent apprendreaux autres à diffuser cette connaissance? Cesquestions ne sont pas polémiques. Elles visentseulement à placer l'enseignement des armesdans son contexte pragmatique. Les formateursde policiers municipaux doivent ils être bonstireurs ? Doivent-ils connaître le droit ? A cesdeux questions, on répondra bien évidemmentpar l'affirmative. Les qualités de tireur sontessentielles à la crédibilité de l'enseignant, et lesconnaissances juridiques sont la condition del'usage des armes par tout citoyen. Faut-il enconclure que pour survivre à une confrontationarmée il suffit de connaître son code pénal et desavoir tirer ? Encore une fois le doute estpermis...Les bons groupements sur cible fixe enpapier sont de peu d'aide dans la rue lorsque lesballes sifflent.Savoir qu'on est dans son droit estd'aussi peu d'aide quand les balles vousrattrapent. Les connaissances juridiques ne
 
ONPM 
INFO
N° 4 – Septembre / Octobre 2007
3
servent à rien à celui qui ne sait pas les mettreen pratique. Les qualis de tireur sontparfaitement inutiles à celui qui n'a pas unebonne approche tactique. Ces techniques là nes'acquièrent que par l'enseignement au combat,qui fait cruellement faut dans les textesréglementaires. Le risque est de voir apparaîtreune génération de formateurs aussiincompétents qu'imbus de leurs prérogativesd'encadrement. Les vrais combattants saventcombien il faut rester humble en la matière, etcombien rien n'est jamais acquis à celui qui sebat pour sa vie. Autre question loin de toute polémique :Les personnes qui formeront les policiers àl'usage des armes à feu doivent elles égalementenseigner l'usage des armes non tales ? Lapratique de la police nationale sur cette questionsert d'exemple. A l'exception de quelquespersonnalis aux qualités dagogiquesexceptionnelles, il est rare de trouver unepersonne aussi à l'aise dans des disciplines aussitechniquement différentes que l'usage d'unearme à feu et l'usage d'un tonfa. Pour excellerdans une matière, il faut négliger l'autre. Si lesocle est le même, l'enseignement du combat,les techniques mises en
œ
uvre et les tactiques àprivilégier sont aux antipodes. Les qualitésrequises de l'enseignant sont aussi trèséloignées. Le cumul des fonctions est la sourcede grandes difficultés pratiques dontl'enseignement au tir sera la victime prévisible.C'est en effet la matière la plus ingrate, la moinsludique, la plus technique, celle qui réclame leplus d'attention et que tous souhaitent ne jamaisavoir à mettre en
œ
uvre. C'est aussi la matièredont l'emploi est statistiquement le moinsfréquent et dont l'issue est la plus effrayante.C'est donc celle qui sera logiquementdélaissée.C'est enfoncer une porte ouverte que dedire que l'heure est au politiquement correct. Ons'attache réglementairement à l'audition desmoniteurs de tir, et à l'absence de saturnismelors du renouvellement de leur certification, maispersonne ne se demande quel est le mental deces formateurs. Quel est leur motivationpédagogique? Quelle est l'expérience qu'ils vontpartager? Quel est le niveau de leurs exigenceset sur quels fondements reposent-t-elles?Porter une arme au quotidien est unetrès lourde responsabilité, surtout de manièreapparente sur la voie publique. Assurer lasécurité de tous grâce à cet outil est uneresponsabiliplus grande encore. Elles nepeuvent être convenablement assumées que pardes agents ayant reçus une formation adaptéepar des enseignants sachant de quoi ils parlent.La proportion de balles perdues dans lesconfrontations armées en France démontre quela formation dispensée par les organes de l'Etatne pond pas à ces exigences. On ne peutrester sans réagir lorsque plus de neuf balles surdix tirées par les forces de l'ordre sur la voiepublique manquent leur cible....Et on ne peuts'emcher de douter de l'efficacide laformation des futurs moniteurs de policemunicipale lorsqu'on constate qu'elle dépendrades mêmes services de l'Etat.Par les nouveaux textes, le pouvoirréglementaire a centralisé la formation à l'usagedes armes au profit du CNFPT, lui-meencadré par les services formateurs de la policenationale ou de la gendarmerie. Ainsi, il inciteles communes à se passer des services dessociétés privées et des associations de tir sportif.S'il est vrai que la formation des policiers n'arien à faire dans un cadre sportif, puisque rienn'est plus éloigné du tir de combat que le sport,et que par ailleurs bon nombre de sociétésprivées proposaient des formations coûteuses ettotalement absurdes, certaines étaient bien plusproches de la réalité et bien plus compétentesque les services de formation de l'Etat. Même laformation dispensée par certains stands de tirsportif se lait particulrement utile entermes de rigueur et de sécurité. Les formationsprivées seront donc désormais réservées auxcommunes qui voudront pousser plus loin lasécurité de leurs agents, ou combler les lacunesde celle dispene par le CNFPT. La manièredont la formation a été pensée par le pouvoirréglementaire laisse craindre que ces lacunesseront nombreuses. Les organismes privés s'enréjouiront peut-être, les citoyens certainementmoins.
Laurent-Frank LIENARD
 Avocat au barreau de Paris (75)Laurent-frank@free.f r

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->