Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
6Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Vers l'administration citoyenne (5/12)

Vers l'administration citoyenne (5/12)

Ratings: (0)|Views: 2,469|Likes:
Published by Fondapol

More info:

Published by: Fondapol on Feb 21, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/11/2013

pdf

text

original

 
5
44
 
 
 avec l générlston des usges d’internet,
les mentalités ont intégré la notion de réseau, d’ubiquitéet d’interaction  distance. C’est dans ce contexte que lesgouvernements, conrontés  la demande d’une meilleureutilisation de l’argent public et d’une simplifcation des démarchesadministratives, sont entrés dans l’ère de l’administrationdématérialisée et du gouvernement électronique. Les responsablespolitiques sont désormais tenus de rendre des comptes plus précissur la manière dont ils utilisent l’argent public. Le principe de latransparence et de la gouvernance ouverte (
open government 
)doit s’appliquer aux aaires publiques. à l’ancien modèlehiérarchique, vertical et secret, il aut substituer un modèleparticipati, horizontal et public, plus avorable  la gestionresponsable, où chacun peut enfn devenir acteur. C’est ce quenous nommerons l’« administration citoyenne ».Mais ce projet d’implication des citoyens dans l’action publiquea un préalable : la mise  disposition de toutes les inormationsutiles  la compréhension des questions sociales, économiques,culturelles, etc., détenues par les administrations. Cette mise disposition des données d’inormation publique (
open data
)est un gage de transparence, un préalable ondamental  lagouvernance ouverte et la condition des progrès nécessaires enmatière de gestion de l’argent public. La diusion gratuite desdonnées permet d’augmenter signifcativement l’inormationmise  la disposition de la société.
ProPosition 1 :
les données produites ou recueiies pares institutions pubiques et fnancéespar es contribuabes sont mises gratuitement àa disposition de tous, à ’exception des donnéespersonnees et des inormations cassifées.
Open data 
et
Open gOvernment 
 versl’administrationcitoyenne 
>Au niveau d’un État ou d’une administration publique, cettetransormation devrait être perçue comme particulièrementstimulante, puisqu’elle met en perspective des possibilités encoreinédites d’interactions non seulement entre les agents maisaussi entre ces derniers et les citoyens dans le but d’améliorerla qualité des services publics. L’Australie, les États-Unis,le Royaume-Uni et le Canada sont très avancés sur le sujet.D’autres pays se sont récemment engagés dans ce mouvementen intégrant la mise  disposition des données d’inormationpublique dans le processus d’ouverture de leur gouvernance.Du côté des usagers de l’administration, les habitudes évoluentet l’on voit que les outils d’Internet se banalisent, intensifant ledialogue entre les administrations et les citoyens. Ces derniersréclament une plus grande transparence dans l’action de l’Étatet des collectivités locales. Ils souhaitent prendre part auxdébats politiques et peser sur les décisions. Le moment semblepropice  de nouvelles ormes de participation citoyenne.Autrement dit, l’administration ouverte ne répond pasuniquement  un simple objecti de transparence, mais aussi celui d’efcacité. C’est pourquoi elle s’inscrit pleinement dansla perspective libérale, soucieuse d’une inormation répanduedans l’ensemble du corps social par l’éducation et les médias,et d’un pluralisme maximal des opinions dans le débat public.
ProPosition 2 :
Pour impuser e mouvement de ’
open data 
,a oi n
o
78-753 du 17 juiet 1978 peut servirde point d’appui.
Le cadre législati existe déj. Le droit de toute personne l’inormation est précisé et garanti par la loi n
o
78-753 du17 juillet 1978, qui organise la liberté d’accès aux documents
45
 
 administratis. Sont considérés comme documents administratisles documents produits ou reçus dans le cadre de leur missionde service public par l’État, les collectivités territoriales, ainsique par les autres personnes de droit public ou les personnesde droit privé chargées d’une mission de service public. Cettedéfnition est très large. Elle recouvre notamment à la ois lesdocuments, les dossiers, rapports, études, comptes rendus,procès-verbaux, statistiques, directives, instructions, circulaires,notes et réponses ministérielles, les correspondances, avis,prévisions et décisions. D’autre part, et sous certaines réserves,les autorités sont déjà tenues de communiquer les documentsadministratis qu’elles détiennent aux personnes qui en ont lademande, dans les conditions prévues par la loi.S’agissant de la réutilisation des données, les inormationsfgurant dans des documents produits ou reçus par lesadministrations, quel que soit le support, peuvent être utiliséespar toute personne qui le souhaite à d’autres fns que cellesde la mission de service public pour les besoins de laquelle lesdocuments ont été produits ou reçus. Les limites et conditionsde cette réutilisation sont régies par la loi.Une autorité administrative indépendante, la Commissiond’accès aux documents administratis (Cada), a été mise enplace pour veiller au respect de la liberté d’accès aux documentsadministratis et aux archives publiques, ainsi qu’à l’applicationdu droit en matière de réutilisation des inormations publiques.Elle émet des avis lorsqu’elle est saisie par une personne àqui est opposé un reus de communication d’un documentadministrati en application des termes de la loi, un reus deconsultation ou de communication des documents d’archivespubliques. La saisine pour avis de la Commission est unpréalable obligatoire à l’exercice d’un recours contentieux. Onle voit, les outils juridiques pour promouvoir l’
open data
sontd’ores et déjà disponibles.
5 - Vers ’administration citoyenne
ProPosition 3 :
mettre l’adinistration citoyenne au servicede la culture déocratique.
Les données publiques ne sont pas seulement utiles à la créationd’outils acilitant la vie quotidienne, elles peuvent aussiaméliorer la relation des citoyens avec le pouvoir administrati et avoriser le développement d’une culture démocratique. Onsait d’expérience que la démarche consistant à rendre publicet à soumettre une inormation ou un ait au jugement de tousaugmente la responsabilisation des personnes jugées. Dans lesservices publics, l’
open data
avorise la qualité et la productivitéau bénéfce de la société dans son ensemble. Rendre transparentle onctionnement des administrations publiques, c’est organiserle partage du pouvoir et des responsabilités. La fgure d’unpouvoir administrati concentré dans quelques mains et tenantles administrés à distance des décisions n’est plus admise. Lescitoyens ont changé.L’administration va devoir s’adapter aux changements qui ontdéjà aecté le monde des entreprises, où le modèle verticaltrès hiérarchisé a progressivement cédé la place à un modèlehorizontal et « collaborati ». Les agents de l’État et descollectivités locales devront bientôt échanger davantage et« composer » avec le public des administrés. La « bureaucratiecentralisée » et « bétonnée », si souvent et justement caricaturée,va se dissoudre. Et les citoyens veulent désormais porter unregard direct sur les dépenses publiques.
Sans attendre, i importe de mettre en pace un processus d’ouverture desdonnées qui ne soit pas seuement imité à a mise à disposition des donnéesd’inormation pubique produites par es administrations pour eur propreconnaissance, mais qui s’étende à ’ouverture des comptes de dépenses, teque cea a été décidé chez nos voisins britanniques en 2009.les mesures radicaes prises pour atteindre ces objectis de responsabiisationsont ’ouverture et a transparence.les citoyens britanniques peuvent ainsiconnaître e montant des saaires des onctionnaires, es caractéristiquesde chaque poste de dépense du gouvernement, notamment es dépensessupérieures à 25 000 ivres et tous es marchés supérieurs à 10 000 ivrescontractés avec des prestataires extérieurs. Tout ceci avec e souci du détai,y compris es noms des tituaires de ces marchés, es résutats obtenus,es déais respectés. la pubication de ces données est décidée afn depermettre des comparaisons sur es résutats obtenus, non seuement auniveau des institutions pubiques mais aussi au niveau de eurs prestatairesou de eurs bénéfciaires.Pus argement, e site data.gov.uk déivre des inormations sur es ressourcesaouées aux écoes et eurs perormances, sur e prix de ’essence et e prixde ’immobiier. Cette initiative a été vivement sauée par e pubic. Dès epremier mois de pubication des données, 400 miions de visites auraientété enregistrées sur ce site.C’est aussi ’esprit de FixMyStreet, 'une des appications citoyennes crééesau Royaume-Uni par 'entreprise MySociety, qui permet de signaer à ’aidede SMS et de photos un danger sur a voie pubique, une déectuosité dans emobiier urbain ou encore un dépôt anorma d’ordures ménagères aux agentsd’une municipaité.Pour parvenir à mener à bien ce projet d’administration citoyenne, egouvernement britannique a nommé des conseiers qui contribuent à a miseen pace du dispositi de transparence. l’initiative est remarquabe, car eepace expicitement a transparence au cœur de a conception des servicespubics et ait du Royaume-Uni e eader de ’
open data 
.le gouvernementa pour ambition d’étendre e principe aux services hospitaiers et de pubiertous es ééments de comparaison et tous es critères pertinents pourpermettre aux maades de choisir es étabissements es pus perormants.
 AU ROyAUME-UnI : DATA.GOV.Uk ET F
ix
M
 y
S
treet
>
46

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->