Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
14Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
philo - l'histoire a-t-elle un sens

philo - l'histoire a-t-elle un sens

Ratings:

4.6

(1)
|Views: 7,758|Likes:
Published by lisa.sebros6187
L'HISTOIRE A-T-ELLE UN SENS ?

Cours de philosophie de M. Lang.
Terminale ES, LFH-ED, 2008-2009.
L'HISTOIRE A-T-ELLE UN SENS ?

Cours de philosophie de M. Lang.
Terminale ES, LFH-ED, 2008-2009.

More info:

Published by: lisa.sebros6187 on Nov 22, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/09/2014

pdf

text

original

 
L’HISTOIRE A-T-ELLE UN SENS ?
INTRODUCTION.
Le mot ‘histoire’ est un mot équivoque, qui souffre d’une ambiguïté féconde, riche enenseignements. Le sens commun de ce mot est que l’Histoire est l’ensemble des évènementsdu passé concernant les sociétés humaines. Au sens philosophique, l’Histoire est l’ensembledu devenir humain, de l’évolution des sociétés humaines, car les évènements d’aujourd’huiseront l’Histoire de demain.Souvent, on ne comprend ce qui se passe au présent que plus tard.Y a-t-il la possibilité de comprendre son propre présent, et donc de comprendre, de prédire ce qui va se passer par la suite ?Marx s’est demandé quelle est la logique du devenir humain ? Y a-t-il une possibilitéde comprendre la suite des changements et des mutations que connaissent les sociétés ?Poser la question du sens de l’Histoire, c’est en ral exprimer une quêted’intelligibilité. Cela veut dire qu’il y a en l’Homme un désir de comprendre sa proprecondition. L’Homme ne se contente pas de vivre sa vie, il veut aussi l’expliquer, la rendreintelligible.L’Histoire, avec un grand H, à partir du XIX
ème
siècle devient la clé de lacompréhension de cette énigme qu’on appelle l’Homme, de la condition humaine.Quand on demande si l’Histoire a un sens, c’est la question de la rationalité del’Histoire qui est posée.Peut-on expliquer ce qui se passe ? Si on ne peut pas expliquer ce qui se passe, alorsl’Histoire devient absurde.A partir du milieu de XVIII
ème
siècle, on commence à s’interroger sur le devenir de lasociété humaine. A partir d’une réflexion sur les évènements, on se pose la question ‘qu’est-ce qui pourra advenir demain ?’Peut-on, sur la base de la connaissance du passé, prédire l’avenir ?Quand on se demande si l’Histoire a un sens, on a deux options :-L’Histoire a un sens, il y a une forme de rationalité inscrite dans le devenir humain.L’Histoire a donc dans ce cas une direction (un sens). On peut dans ce cas sedemander vers quoi l’Histoire nous dirige, ce à quoi Marx répond que l’Histoire a unsens, elle nous amène à la fin de capitalisme et l’avènement du communisme.-L’Histoire n’a pas de sens, elle est donc littéralement absurde, comme le montre lefait que règnent sur le monde humain le désordre et le chaos.
 
I.LHistoire na pas de sens. 
A.L’irrationalité de l’Histoire et la toute-puissance du hasard. 
Si l’Histoire est rationnelle, alors on peut gager des principes rauxd’explication, c’est-à-dire qu’on peut dégager une forme d’intelligibilité, par exemple enmontrant que les évènements obéissent à des enchaînements d’ordre causal.Or, une façon très répandue de considérer l’Histoire est de considérer qu’elle est unesuite d’évènements accidentels, que le hasard joue un rôle déterminant dans la trame desévènements humains. Cette conception a été immortalisée par une phrase de Pascal :
‘Si lenez de Cléopâtre avait été plus court, la face du monde eût été complètement changée’ 
.Pascal fait référence à la période où César vient d’être assassiné, et il a légué e pouvoir à Octave, son fils adoptif, mais d’autres revendiquent sa succession. L’un des rivauxd’Octave est Marc Antoine, à qui on confie l’Egypte et le Moyen-Orient. En Egypte règneCléopâtre, dernière descendante des Ptolémées. Marc Antoine impose la Pax Romana, ettombe amoueux de Cléopâtre. Certains historiens de l’époque que c’est le grand nez de lareine qui faisait son charme. Marc Antoine, qui a amené toute son armée en Egypte, sesoulève contre Octave, avec le soutien de l’armée égyptienne. Octave a vent du plan et détruitcomplètement l’armée de Marc Antoine. Ce dernier se suicide pour éviter l’humiliation, et ilest suivi dans la mort par Cléopâtre.Pascal veut nous montrer que ce soulèvement de Marc Antoine, aveuglé par sa passion du pouvoir et amoureuse, était déraisonnée. Il veut nous montrer que la beauté peutnous entraîner dans des aventures qui vont changer le cours de l’Histoire.De petites causes peuvent avoir de grands effets. L’histoire des sociétés humaines estdonc déterminée par des causes insignifiantes.Les gens qui méditent la phrase de Pascal sont conduits à dire que l’Histoire estcomplètement irrationnelle car gouvernée par le hasard. Des civilisations entières, desmilliers d’hommes peuvent être engloutis à cause du hasard.L’Histoire n’est pas gouvernée par des grands principes, mais par des détailsinsignifiants.C’est ce que veulent montrer les auteurs des livres d’Histoire What if… ?’ . Ceshistoriens anglais essaient de dire que pour mieux comprendre la portée d’un événement, ilfaut formuler des hypothèses sur ce qui se serait passé si ces évènements n’étaient passurvenus.Par exemple, ils se demandent que se serait-il passé si Hitler, plein d’ambitionsartistiques, avait réussi son concours d’entrée aux Beaux-Arts de Vienne. Ils essayent ensuitede voir si, dans l’Histoire de la deuxième guerre mondiale, Hitler joue un rôle décisif etdéterminant, ou si, au contraire, les évènements de cette guerre auraient quand même eu lieus’il n’avait pas été là.Il semblerait que le devenir des sociétés humaines pende d’évènementscontingents, sur lesquels les hommes ont peu de prise.Est contingent tout ce dont le contraire est possible, c’est-à-dire tout ce qui, tout enétant, aurait aussi bien pu ne pas être.Le contraire de la contingence est la nécessité. Est nécessaire tout ce qui ne peut pasne pas avoir lieu, ce dont le contraire est impossible.Si l’Histoire est gouvere par le hasard, alors n’importe quoi peut sortir den’importe quoi, l’Histoire devient imprévisible. On est dans l’incapacité de lire l’avenir dansle présent. Une Histoire gouvernée par le hasard incite au fatalisme et à une forme derésignation. Parce que ça veut dire que pendant qu’on forme des projets, ce qui va se passer dans l’avenir proche va être déterminé par des facteurs sur lesquels on ne peut exercer aucuncontrôle. Cette idée de hasard anéantit de ce fait toute idée de projet.Une Histoire gouvernée par le hasard est une Histoire qui n’a pas de sens. Celaconduit au fatalisme ou à une mentalité de l’urgence, de l’instant présent : on ne sait pas ceque nous réserve l’avenir et tout peut s’effondrer du jour au lendemain.
 
Plus on accorde d’importance au hasard, c’est-à-dire aux causes particulières plutôtqu’aux causes et principes généraux, plus le cours des évènements est difficile à maîtriser et plus il conduit à une forme de résignation, de désespoir. C’est une vision qui conduit au pessimisme.Marx, lui, a le projet ambitieux et magnifique de penser, de rendre intelligible tout ledevenir humain.
B.Le déchaînement des passions sur la scène de l’Histoire. 
Les passions constituent un autre facteur d’irrationalité de l’Histoire.La passion est un phénomène affectif caractérisé par la mobilisation de tout mon être,de toute mon énergie psychique dans la poursuite d’un objet.Les philosophes ont critiqué la passion car ils disent que c’est une source de conflit,de désordre affectif (au niveau individuel) et social, qui empêche l’exercice du jugement de laraison.Kant dira que les passions peuvent être rendues responsables des guerres, desdésordres sociaux.A propos de l’Histoire, il dit que
‘on ne voit en fin de compte, dans l’ensemble, qu’untissu de folie, de vanipuérile, souvent aussi de chancepuérile et de soif dedestruction’ 
. A travers cette citation, il dit que quand on regarde l’Histoire, on n’y découvre pas l’amour, la philanthropie, la bienveillance, la générosité… mais la bêtise de l’Homme, laméchanceté gratuite.On peut donc tenir les passions responsables du chaos dont nous sommes les témoins.Comment les passions peuvent-elles entraîner la guerre ? Kant dit que les trois passions fondamentales sont la cupidité (l’avidité, la passion du lucre, de l’avoir), l’ambition(car elle pousse les hommes à agir et même à entrer en situation de conflit) et l’inclinationdominer. Ces trois passions réunies forment un ensemble qui reçoit le nom chez Kant‘d’insociable sociabilité’.L’insociable sociabilité est
‘l’inclination à entrée en société, doublée d’une répulsion générale à le faire, menaçant constamment de désagréger cette société’ 
.Par là, Kant répond à la question qui est de savoir si les hommes sont faits pour vivreensemble.Puisque les sociétés constituent un fait, comment se fait-il que les hommes soientensemble ? Qu’est-ce qui pousse les hommes à s’agréger alors qu’on sait que la vie en sociétés’accompagne de contraintes ? Pourquoi vivons-nous ensemble si nous ne partageons pas lesmêmes convictions et les mêmes idées ?De très nombreux philosophes ont essayé d’y répondre. La réponse classique, la pluscommunément partagée est celle d’Aristote. Il dit que l’Homme est un animal politique. Il y aune disposition naturelle à vivre avec les autres, et donc on n’a pas d’effort particulier à faire.De nombreux auteurs vont disserter là-dessus. Ils auront des philosophies trèsdifférentes.
-
Thomas Hobbes, un philosophe anglais qui a toujours été très critique à l’égardd’Aristote, dit que les hommes ne sont pas faits pour vivre ensemble.
‘L’homme est un loup pour l’homme’ 
, il n’y a pas de disposition naturelle à la sociabilité, àl’urbanité. Au contraire, l’Homme est plutôt méchant, il a plutôt une disposition àfaire du tort aux autres. Si jamais on constitue un obstacle pour notre voisin, il nousécrasera s’il le peut.-Kant, lui, a une position interdiaire, en fait plus subtile. Il dit qu’il y a unedisposition à vivre avec les autres. L’Homme ressent le besoin de vivre avec les

Activity (14)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
gerard008 liked this
Stéphanie Roza liked this
lepton100 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->