Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
ETRE ANGE3-Monsieur le Curé

ETRE ANGE3-Monsieur le Curé

Ratings: (0)|Views: 11 |Likes:
Published by Andrés Márquez
Suite et fin de mon 2º roman avec la vérité révélée par Monsieur le Curé
Suite et fin de mon 2º roman avec la vérité révélée par Monsieur le Curé

More info:

Published by: Andrés Márquez on Feb 27, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/27/2012

pdf

text

original

 
Monsieur le Curé
I. La vocation
Oui, je suis le curé de leur village. Leur village en pente,perdu dans la vallée dont personne n'a jamais entenduparler, dont personne n'aurait entendu parler s'il n'y avaiteu quelqu'un, —un journaliste, puis deux puis toute lapresse—, pour le mettre à la une.Leur village brumeux, silencieux, paisible. Comme tous seshabitants. Certains vont m'accuser de les avoir secoués,réveillés. Bah, si ce n'est que de ça ! C'est qu'ils n'aurontvraiment rien compris. Je ne leur aurais dès lors rien appris,rien apporté, rien laissé. Les malheureux, les ignorants.Qu'ils restent tels qu'ils sont s'ils ne veulent pas changer !De toute façon on ne pourra rien y changer. Tout est ainsi.On ne peut rien y faire.Mon arrivée, ce n'est un secret pour personne, ne fut pas labienvenue : le curé précédent prêchait là depuis plus decinquante ans. Quel âge devait-il avoir, alors ? Tous lescurés sont vieux. Moi, j'étais jeune. Ce fut comme la find'un long règne ; la succession fut difficile. La comparaisonà mon désavantage était toujours avancée :"Avec l'ancien curé, la messe ne commençait pas si tôt" ou"avec l'ancien curé, on n'était pas obligés de venir" disaientles enfants.
Être Ange © Andrés Márquez 2012 1
 
"On n'était pas tout le temps surveillés, épiés" disaient lesplus anciens. "L'ancien curé venait boire un coup avecnous", "l'ancien curé nous aidait de temps en temps".Mais je n'étais pas là pour m'amuser, pour boire outravailler. J'étais là pour Lui, pour leur montrer le chemin àces ignorants, leur inculquer "un peu de religion" qu'ilsavaient perdus avec leur "ancien curé".La vocation ? Pourquoi pas ? Si vous voulez. Moi, je n'enavais pas de vocation. Enfant, tous les espoirs de ma mères’étaient sont pors vers moi. Moi qui venais après ledisparu, l'enfant noà quinze ans, l'enfant prodige,l'enfant parfait puisque disparu. Déjà, je dus remplacerquelqu'un à ma naissance. De parents âgés, aigris etbrisés, je fus entouré, surprotégé, étouffé pour m'éviter detomber, de me blesser, de "prendre froid", je dus parcouriren peu de temps ce que l'autre avais mis des années àconstruire.Ma naissance aida beaucoup ma mère à surmonter le deuil.Cependant, me comparant constamment à l'autre,soulignant le faux pas, l'erreur, je ne pouvais que ladécevoir. Si sa foi avant était celle d'une brave fille depaysans, embourgeoisée par son mariage, celle-ci se muaen brutale dévotion. Il n'y avait à ses yeux que l'Eglise pourtrouver un réconfort. Ses regards se détournèrent de sonmari et de son fils. Le premier ne put sister à cettesoudaine bigoterie et s'en alla. Le second, —moi—, nepouvait pas beaucoup décider de son sort à quatre, cinqans et dut rester avec cette marâtre pour lui. Ma mère,
Être Ange © Andrés Márquez 2012 2
 
certes, m'éleva, mduqua, me dressa plutôt. Sanseffusions, sans chaleurs. Ses sentiments allaient vers Lui etvers son Ange qui l'attendaient.Lorsqu'elle parlait de mon re, ce n'était que pour lerabaisser, l'humilier en son absence, le détruire. Il n'étaitque violent et voluptueux. Comme tous les hommesajoutait-elle. Quelle image, me faisais-je de mon père, del'amour, de la sexualité !Le voisinage des prêtres, des abbés, des religieuses, del'Eglise et des monastères me devint familier. Pas un joursans rencontrer un de ces représentants de Dieu : l'écolecatholique (bien entendu) —car ma mère se résout quandmême à me payer des études, sous les conseils de sonconfesseur—, les fêtes chrétiennes dûment célébrées enprésence du prêtre, les excursions organisées et régentéespar les nonnes.Et si d'aventure, elle s'accordait quelques jours devacances, ce n'était que pour accompagner un pèlerinage,assister à une procession exceptionnelle à l'autre bout dupays, se mêler à la foule qui acclamait la venue du pape.Alors, vous comprendrez que la religion, la foi fut moins unevocation qu'une éducation, une habitude prise très tôt. Jepourrai même dire qu'elle fut la dot que ma mère apportalors de son union avec l'Eglise.En effet, lorsque j'atteins l'âge du disparu, elle me préparades bagages, des cartons, des balles de linge. Unecamionnette nous attendait. Le voyage ne dura pas
Être Ange © Andrés Márquez 2012 3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->