Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
TACRA Bénéfice du doute - l'application

TACRA Bénéfice du doute - l'application

Ratings: (0)|Views: 10|Likes:
TACRA Bénéfice du doute - l'application
TACRA Bénéfice du doute - l'application

More info:

Published by: Canadian_Veterans_Ad on Feb 27, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/29/2012

pdf

text

original

 
 The
Canadian Veterans Advocacy 
 one veteran, one standard 
PAGE 1The
 
Canadian Veterans Advocacy 
 www.
c
 anadian
 v 
eterans
 a 
dvocacy.com
 
I
nfo
@
c
 anadian
 v 
eterans
 a 
dvocacy.com
 
Bénéfice du doute
Les membres du comité du Tribunal jugent de chaque cause selon son bien-
fondé et, lorsqu’ilsrendent une décision, ils tranchent toute incertitude en faveur du demandeur, comme l’exigel’article 39 de la 
 (Ouvrira unenouvelle fenêtre).
Toutefois, cette incertitude doit être raisonnable et découler d’une analyse
attentive de la preuve (c.-à-d. la preuve documentaire, la preuve médicale).
Soulignons que l’article 39 de la Loi comprend trois parties :
 
 
La première exige que les arbitres des pensions tirent de toutes les circonstances de la
cause et de l’ensemble de la preuve dont ils sont saisis toute conclusion raisonnable
favorable au demandeur.
 
La deuxième prévoit que les arbitres acceptent tout élément de preuve non contreditprésenté pa
r le demandeur qu’ils estiment crédible dans les circonstances.
 
 
La troisième oblige les arbitres à trancher en faveur du demandeur toute incertitude quantau bien-fondé de la demande établie par le demandeur.
La Cour fédérale du Canada a indiqué que l’arti
cle 39 permet de veiller à ce que toute preuve
crédible à l'appui d’une réclamation soit interprétée de la manière la plus favorable. Cependant,selon l’article 39, le demandeur doit néanmoins établir son admissibilité à une pension selon la
prépondérance
des probabilités. L’article 39 n’exige pas non plus que le Tribunal accepte tous
les éléments de preuve présentés par le demandeur.
Le Tribunal n’est pas tenu d’accepter lapreuve présentée par le demandeur s’il estime qu’elle n’est pas crédible, même si l
a preuve
n’est pas contredite, bien qu’il puisse être tenu d’expliquer pourquoi il juge la preuve non
crédible.
 
Application de la disposition du bénéfice du doute
La
 Loi sur leTribunal des anciens combattants (révision et appel)
prévoit que le Tribunal doit
accorder aux demandeurs de prestations d’invalidité le bénéfice du doute en jugeant du bien
-
fondé de la preuve à l’égard de chaque cause dont il est saisi.Le processus d’appel relatif aux prestations d’invalidité a pour but d
e donner aux demandeurs
toute la latitude voulue afin d’établir que leur invalidité est liée au service militaire. Cela étant
 
 The
Canadian Veterans Advocacy 
 one veteran, one standard 
PAGE 2The
 
Canadian Veterans Advocacy 
 www.
c
 anadian
 v 
eterans
 a 
dvocacy.com
 
I
nfo
@
c
 anadian
 v 
eterans
 a 
dvocacy.com
 dit, il incombe aux demandeurs et à leurs représentants de présenter une preuve crédible
suffisante à l’appui de la demande et d’é
tablir le bien-fondé de la demande.Bien que la législation prévoit que le bénéfice du doute doit être accordé à tout demandeur, celane signifie pas que chaque cause sera gagnée ou que ce qui est présenté par un demandeur seraautomatiquement accepté par le Tribunal. La preuve doit être crédible et elle doit êtreraisonnable.Même si un demandeur croit fermement que son invalidité est liée au service militaire, il doit
exister une preuve crédible de l’existence d’une invalidité permanente et du lien exig
é avec leservice du demandeur. Quant aux demandes relatives au service en temps de paix, il doit y avoir
une relation causale entre l’invalidité et le service.
Il ne suffit pas qu’une maladie ou qu’une
blessure soit survenue au cours de la période du service. Il doit exister une preuve crédible
permettant d’établir que l’affection est directement causée par le service
, comme le prévoitla législation.
Décisions de la Cour fédérale
Un certain nombre de décisions de la Cour fédérale ont fourni au Tribunal des directives et uneorientation en ce qui a trait aux dispositions du bénéfice du doute (articles 3 et 39 de la
 Loi sur leTribunal des anciens combattants -révision et appel)
:
Dans l’affaire
Schut c. Canada (Procureur général)
(2003) la Cour indique que : « [l]edemandeur soutient que tout ce qu'il avait à faire en l'espèce c'était de soulever un doute [...]. Ilajoute que, cela fait, l'article 39 de la
 Loi sur le Tribunal des anciens combattants (révision et appel)
requiert de trancher l'incertitude en sa faveur. La jurisprudence laisse toutefois entendreque les articles 3 et 39 de la
 Loi sur le Tribunal des anciens combattants (révision et appel)
nelibèrent pas le demandeur du fardeau qui est le sien de démontrer, par prépondérance desprobabilités et en examinant la preuve sous l'angle le plus favorable possible, que son incapacitéest liée au service. »
Dans l’affaire
Tonner c. Canada
(1995) la Cour indique que: « [l]a lecture de l'article 3 et duparagraphe 10(5) ne m'amène pas à interpréter les dispositions en question comme voulant direque, quel que soit l'argument invoqué par un ancien combattant, cet argument doitautomatiquement être accepté par les membres du TAAC. La preuve doit être vraisemblable oudigne de foi et elle doit être raisonnable. »

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->