Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Alain Aussedat Une entreprise liée pendant 45 ans à l’histoire familiale Aussedat / Bull

Alain Aussedat Une entreprise liée pendant 45 ans à l’histoire familiale Aussedat / Bull

Ratings: (0)|Views: 166|Likes:
Published by Fabrice Epelboin

More info:

Categories:Types, Research
Published by: Fabrice Epelboin on Mar 02, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/26/2015

pdf

text

original

 
03/12/11 BullAussedat1/10alain.aussedat.free.fr/originesAussedat/BullAussedat1.htm
 
Une entreprise liée pendant 45 ans à
 
l’histoire familiale Aussedat :
Bull
 Retour accueil site familial Alain Aussedat 
L’histoire de Bull débute en
1919
lorsqu’un ingénieur Norvégien,
Frederik Rosing Bull
, dépose ses premiers brevets pour mettre en chantier une nouvellemachine à statistiques. Ces machines électromécaniques étaient utilisées pour traiter des données inscrites sur cartes perforées. Elles étaient en particulier trèsemployées par les compagnies d’Assurances pour établir leurs primes à partir des statistiques de dommages par catégorie d’assuré. Les seuls constructeurs à l‘époque étaient américains : Hollerith qui deviendra IBM, et Powers qui seraracheté par Remington Rand , futur Sperry Univac. La machine de Frederik Bull devait permettre à son employeur, compagnie d’assurances norvégienne, defaire de sérieuses économies.
Frederik Rosing Bull (1882-1925)
En
1921
, il crée une entreprise pour exploiter industriellement ses brevets et sortsa première machine. Les machines suivantes sont livrées à des clientseuropéens, particulièrement en Scandinavie et en Suisse. Le tout premier clienthors Norvège est la société suisse d’assurances Retenanstalt qui est devenue
 
03/12/11 BullAussedat2/10alain.aussedat.free.fr/originesAussedat/BullAussedat1.htm
depuis la Swiss Life, et qui vient encore en 2003 de commander à Bull les plusrécents ordinateurs de sa production. Mais Frederik Bull meurt du cancer en
1925
, laissant l'affaire à son associé Knut Andreas Knutsen. Un entrepreneur Suisse, H.W.Egli, associé à un homme d'affaires Belge, Emile Genon, rachètentles brevets légués par Frederik Bull à l'Institut Danois de lutte contre le cancer, et prennent contact avec Knutsen pour développer l'activité sous le nom d'
EgliBull
En
1931
, Egli Bull
 
transfère son siège et son activité industrielle en France,
92bis
 
Avenue Gambetta
à Paris, la France étant devenue son marché principal.
Fin 1931
, les actionnaires suisses et belges d’Egli Bull envisagent une forteaugmentation de capital pour développer l’affaire et financer les locations dematériels. L’Américain Remington Rand se met sur les rangs, ce qui risqueraitde transférer outre atlantique tout ce savoir-faire européen. Un groupe de clientset d'investisseurs français, sous l'impulsion des Polytechniciens
GeorgesVieillard, Elie Doury
et
Marcel Bassot
, les prend de vitesse, profitant de ladurée du trajet des négociateurs américains en paquebot du Havre à New York,et achète en quelques heures la majorité du capital. Pendant ce temps, la
Papeterie Aussedat
, sous l'impulsion de son Administrateur Délégué
MauriceAussedat
(dernier frère de notre grand-père Louis), a commencé à explorer lemarché de la carte à statistiques qui paraît devoir être très prometteur. En effet ce produit nécessite des papiers très spéciaux en terme de conductivité électrique,résistance aux manipulations par les trieuses, interclasseuses, tabulatrices, inertieà l’humidité, etc… C’est pour la papeterie un produit à haute valeur ajoutée, pour lequel elle va acheter (assez cher) des brevets de fabrication à la SociétéRacquette River Paper Cie aux Etats-Unis. Jusque là, IBM et Remington Randimposent aux clients leurs propres cartes, vendues avec des marges confortables,et Aussedat voit à travers Bull l'occasion de mettre le pied sur ce marché encassant ces monopoles. En 1932, la Papeterie Aussedat entre au capital d'EgliBull. En 1933, Egli Bull devient la
Compagnie des Machines Bull
où laPapeterie Aussedat augmente sa participation et entre au conseil d’administration(c'est Jacques Callies fils qui représente alors Aussedat au Conseil de Bull). Lesacteurs côté Aussedat :
Pierre Callies
qui est Administrateur Directeur Général àCran après le décès de Joseph Aussedat en 1932 ; Ses frères
Jean,
qui acommencé sa carrière comme Directeur technique à la Papeterie, avant de prendre la Direction de l'usine Michelin de Clermont Ferrand,
Jacques,
ancienofficier et qui a accompli, après avoir démissionné de l'armée, des missions pour la Papeterie avant de prendre la direction générale d'une affaire industrielle de sa belle-famille, et
Joseph
, qui est le nouveau directeur technique de la Papeterie ;
Maurice Aussedat
qui a débuté sa carrière au dépôt de Paris auprès de JacquesCallies père, et qui lui a succédé en 1925 avant d'être nommé Administrateur délégué en 1932 ; Et enfin
Louis Aussedat
(notre grand-père), Présidentintérimaire des Papeteries à partir de 1928 (maladie d'Albert Crolard), puis
 
03/12/11 BullAussedat3/10alain.aussedat.free.fr/originesAussedat/BullAussedat1.htm
Président de 1932 à 1935. Pierre, Jean , Jacques et Joseph Callies sont 4 des filsde
Jacques Callies (père)
, ingénieur de la Construction Navale, qui avait étéPrésident des Papeteries Aussedat de 1904 à 1925, succédant à son beau-frèreJean-Marie II Aussedat. Après le décès prématuré de Louis Aussedat en 1935,c'est Jean Callies qui deviendra pendant 25 ans le Président du Conseild'Administration de la Papeterie, tout en restant Directeur de l'usine Michelin deClermont-Ferrand.Mais un nouveau fort besoin d’augmentation de capital en
1935
risque de faire passer la toute jeune Compagnie des Machines Bull sous contrôle d’IBM qui yvoit l'occasion de tuer dans l'œuf ce nouveau concurrent qui commence àdevenir gênant. Des pourparlers précis entre Emile Genon, l'un des fondateursde la compagnie des Machines Bull, mandaté par le conseil d'Administration, etT.Watson (Président d'IBM) sont même sur le point d'aboutir. Cependant IBMsous-estime la valeur de Bull et offre un prix dérisoire. Il sous-estime en mêmetemps la capacité des actionnaires à se mobiliser. Le Conseil d'Administrationd'Aussedat estime qu'il a déjà beaucoup investi dans cette affaire et que sadisparition serait catastrophique. Il décide de prendre le contrôle, partiellementen direct, partiellement par l'intermédiaire de ses actionnaires. La famille Callies(les enfants de Jacques Callies père, ancien Président des Papeteries et beau frèrede Jean-Marie II Aussedat) est fortement mise à contribution car les deux autres branches sont momentanément gênées par les décès d'Albert Crolard, Joseph etLouis Aussedat. Edouard Michelin, beau-père de trois des Callies, joua un rôlede conseil et de catalyseur dans cette mobilisation, mais son intervention fut trèsdiscrète. Ce sont donc Jean et Pierre Callies, respectivement Président etDirecteur Général d'Aussedat, qui montent au créneau pour faire investir leur famille et belle-famille. La Papeterie Aussedat en tant que Société, ainsi que denombreux membres des familles Aussedat , Callies, Michelin et Daubrée (co-fondateur de Michelin) à titre personnel achètent globalement la majorité ducapital de Bull. Trois des fils de Jacques Callies (père) qui avaient commencéleur carrière chez Aussedat comme ingénieurs, sont envoyés en 1936 pour  prendre le contrôle effectif de Bull :
Jean Callies
(Président du Conseild'Administration de Bull de 1936 à 1940 tout en gardant la Présidence desPapeteries Aussedat et la Direction de l'usine Michelin),
Jacques Callies
(fils)administrateur directeur général, puis Président Directeur Général de 1940 à1948, et
Joseph Callies
, ingénieur Centrale, Directeur technique puis PDG jusqu’à la vente à General Electric en 1964. Ce dernier avait été envoyé six mois par la Papeterie en 1933 chez Racquette River pour étudier leurs procédés defabrication de papier pour cartes statistiques, puis avait mis au point ces procédésà Cran, avant d'aller travailler avec les équipes techniques de Bull pour améliorer les machines en fonction des caractéristiques des cartes. Ces trois frères Calliesseront de bout en bout épaulés par le Directeur Général
Georges Vieillard,
cePolytechnicien qui avait joué un rôle prépondérant dans la création du "syndicat

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->