Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Les Fables

Les Fables

Ratings: (0)|Views: 26|Likes:
Published by Rachid Nikes

More info:

Published by: Rachid Nikes on Mar 07, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/19/2012

pdf

text

original

 
FABLES + MORALES
LES FABLES en AUDIO
L'ANE VETU DE LA PEAU DU LION
 
De la peau du Lion l’Âne s’étant vêtu
 Etait craint partout à la ronde,
Et bien qu’Animal sans vertu, (1)
 Il faisait trembler tout le monde.
Un petit bout d’oreille échappé par malheur 
 
Découvrit la fourbe (2) et l’erreur.
 Martin (3)
 
fit alors son office.Ceux qui ne savaient pas la ruse et la malice (4)
S’é
tonnaient de voir que MartinChassât les Lions au moulin. (5)Force gens font du bruit (6) en FrancePar qui cet apologue est rendu familier.Un équipage cavalier (7)Fait les trois quarts de leur vaillance.
(1) courage(2) malhonnêteté(3) "On dit [...] Martin bâton, en parlant d'un bâton dont on frappe les ânes, qu'on appelleMartin, comme si on disait le bâton à Martin " (Furetière) (Fables, oeuvres complètes, éd.La Pléiade)(4) le sens actuel de "disposition à railler, à taquiner, sans méchanceté réelle, facétie" estapparu au milieu du XVIIème siècle
 
(5) les lions, d'ordinaire, ne vont pas porter de grain au moulin(6) font parler d'eux(7) tout ce qui est nécessaire pour s'entretenir honorablement ;cavalier : noble, conquérant, portant épée.
 
LA LAITIÈRE ET LE POT AU LAITPerrette, sur sa tête ayant un Pot au laitBien posé sur un coussinet,
 
Prétendait (1) arriver sans encombre à la ville.Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;Ayant mis ce jour-là pour être plus agileCotillon (2) simple, et souliers plats.Notre Laitière ainsi trousséeComptait déjà dans sa penséeTout le prix de son lait, en e
mployait l’argent,
 
Achetait un cent d’ œufs, faisait triple couvée ;
 La chose allait à bien par son soin diligent.(3)
Il m’est, disait
-elle, facile
D’élever des poulets autour de ma maison :
 Le Renard sera bien habile,
S’il ne m’en
laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s’engraisser coûtera peu de son ;
 
Il était quand je l’eus de grosseur raisonnable ;
 
J’aurai le revendant de l’argent bel et bon ;
 
Et qui m’empêchera de mettre en notre étable,
 Vu le prix dont il (4) est, une vache et son veau,Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?Perrette là-dessus saute aussi, transportée.Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
La Dame de ces biens, quittant d’un oeil marri
 Sa fortune ainsi répandue,
Va s’excuser à son mari
 
En grand danger d’être battue.
 Le récit en farce (5) en fut fait ;On l' appela le Pot au lait.Quel esprit ne bat la campagne ?Qui ne fait châteaux en Espagne ?Picrochole, Pyrrhus (6), la Laitière, enfin tous,Autant les sages que les fous ?
Chacun songe en veillant, il n’est rien de plus doux :
 Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :Tout le bien du monde est à nous,Tous les honneurs, toutes les femmes.Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;Je m écarte (7), je vais détrôner le Sophi (8) ;
On m’élit Roi, mon peuple m’aime ;
 Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;Je suis gros Jean (9) comme devant.
(1) espérait(2) petite jupe ou cotte de dessous(3) méticuleux(4) le prix que représente le porc(5) comédie populaire ; cette farce n'a sans doute jamais été écrite...(6) ils avaient rêvé de conquérir le monde entier(7) je m'éloigne(8) titre donné au roi de Perse (le chah ou shah)(9)
 Nom propre que le peuple a mis en usage dans la langue, en le joignant abusivement à plusieurs mots injurieux (Furetière)
 
 
LE LION ET LE MOUCHERON
Va-t-en, chétif Insecte, excrément de la terre. (1)C'est en ces mots que le LionParlait un jour au Moucheron.L'autre lui déclara la guerre.Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de RoiMe fasse peur ni me soucie (2) ?
Un Bœuf est plus puissant que toi,
 Je le mène à ma fantaisie.À peine il achevait ces motsQue lui-même il sonna la charge,Fut le Trompette et le Héros.Dans l'abord (3) il se met au large,Puis prend son temps (4), fond sur le couDu Lion, qu'il rend presque fou.
Le Quadrupède écume, et son œil étincelle ;
 Il rugit, on se cache, on tremble à l'environ ;Et cette alarme universelleEst l'ouvrage d'un Moucheron.Un avorton de Mouche en cent lieux le harcelle,Tantôt pique l'échine, et tantôt le museau,Tantôt entre au fond du naseau.La rage alors se trouve à son faîte montée.L'invisible ennemi triomphe, et rit de voirQu'il n'est griffe ni dent en la bête irritéeQui de la mettre en sang ne fasse son devoir.Le malheureux Lion se déchire lui-même,Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs,Bat l'air qui n'en peut mais (5), et sa fureur extrêmeLe fatigue, l'abat ; le voilà sur les dents.L'Insecte du combat se retire avec gloire :Comme il sonna la charge, il sonne la victoire,Va partout l'annoncer, et rencontre en cheminL'embuscade d'une Araignée :Il y rencontre aussi sa fin.Quelle chose par là nous peut être enseignée ?J'en vois deux, dont l'une est qu'entre nos ennemisLes plus à craindre sont souvent les plus petits ;L'autre, qu'aux grands périls tel a pu se soustraire,Qui périt pour la moindre affaire.
(1) parodie d'une stance composée par Malherbecontre le Maréchal d'Ancre ( titre donné à Concini, dont Louis XIII commanditeral'assassinat) :

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->