Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Download
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
2Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Tunza Vol. 9.4: The Green Economy [French]

Tunza Vol. 9.4: The Green Economy [French]

Ratings: (0)|Views: 1,038|Likes:
UNEP's magazine for youth.
UNEP's magazine for youth.

More info:

Published by: United Nations Environment Programme on Mar 28, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See More
See less

01/27/2014

pdf

text

original

 
La révolution mobileLes entreprises au cœur du changement
L’économie verte
 Le magazine du PNUE pour les jeunes
 pour les jeunes · sur les jeunes · par des jeunes
 
SOMMAIRE
Éditorial 3Accueillir l’économie verte 4Oui, nous le pouvons ! 6L’histoire des choses 7Les entreprises au cœur du changement 8Plan A 8Comment créer une nouvelle entreprise 10L’entreprise verte en Afrique 11La révolution mobile 12L’énergie pour tous 14De la métropole à la mégalopole 16Bien s’alimenter 18Vivre ensemble 20Le moteur du changement, c’est toi 21Sept innovations 22Pour guérir le monde 24
Reste au fait de TUNZA sur ton mobile 
http://tunza.mobi
ou sur Facebook 
www.facebook.com/TUNZAmagazine
TUNZA 
 
le Magazine du PNUEpour les Jeunes.
Les numéros de TUNZApeuvent être consultéssur le site www.unep.org
 Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)
PO Box 30552, Nairobi, KenyaTél. (254 20) 7621 234Fax (254 20) 7623 927Télex 22068 UNEP KEuneppub@unep.orgwww.unep.org
ISSN 1727-8902
 Directeur de la publication
Nick Nuttall
Rédacteur en chef 
Geoffrey Lean
 Collaborateur spécial
Wondwosen Asnake
Rédacteur Jeunesse
Karen Eng
 Coordination à Nairobi
Naomi Poulton
 Responsable de l’unité Enfance et Jeunessedu PNUE
Theodore Oben
 Directeur de la diffusion
Mohamed Atani
 Maquette
Edward Cooper, Équateur 
Traduction
Anne Walgenwitz/Ros SchwartzTranslations Ltd
Production
Banson
Image de couverture
Surbana Urban PlanningGroup/www.surbana.com
 Jeunes collaborateurs
Manuel Aguilar (Guatemala) ; Anna Collins (R-U) ; Kevin Ochieng(Kenya) ; Angus Joseph (Afrique du Sud) ;Zhan Hong Low (Singapour) ; Nilza Matavel(Mozambique) ; Patricio Mora (Chili) ; SonaliPrasad (Inde) ; Tipti (Inde) ; Robert vanWaarden(Pays-Bas); Caroline Wambui (Kenya).
 Autres collaborateurs
 
Mike Barry (M&S) ; JaneBowbrick ; Jason Clay (WWF) ; Georgina Guillén(PNUE/Wuppertal Institute CSCP) ; Su Kahumbu(iCow) ; Annie Leonard
The Story of Stuff 
 ) ;Kamal Quadir (bKash) ; Fulai Sheng (PNUE) ;Wayne Talbot (Kingswood Consultation) ; RoseySimonds et David Woollcombe (Peace ChildInternational).
Imprimé à Malte
 Les opinions exprimées dans le présent magazinene reflètent pas nécessairement celles du PNUE oudes responsables de la publication, et ne constituentpas une déclaration officielle. Les termes utilisés et laprésentation ne sont en aucune façon l’expression del’opinion du PNUE sur la situation juridique d’un pays,d’un territoire, d’une ville ou de son administration, nisur la délimitation de ses frontières ou limites.
Le PNUE encourage lespratiques écophiles, dans le mondeentier et au sein de ses propres activités.Ce magazine est imprimé avec des encresvégétales, sur du papier issu de forêts géréesde manière durable et avec blanchiment sanschlore. Notre politique de distribution vise àlimiter l’empreinte écologique du PNUE.
Le PNUE et Bayer, multinationaleallemande, spécialiste de la santé, del’agrochimie et des matériaux de hautesperformances, se sont associés pour sensibiliser les jeunes aux questionsenvironnementales et encourager lesenfants et les adolescents à se pro-noncer sur les problèmes mondiaux del’environnement.
Signé en 2004, ce partenariat s’estrenouvelé en 2007 et 2010, et il sepoursuivra jusqu’en 2013. Il sert de cadreaux nombreux projets communs mis enœuvre par le PNUE et Bayer, notamment :le magazine TUNZA, le concours inter-national de peinture sur l’environnementpour les jeunes, les conférencesinternationales Tunza du PNUE, la mise enplace de réseaux de la jeunesse pourl’environnement en Afrique, AsiePacifique, Europe, Amérique latine etCaraïbes, Amérique du Nord et Asie del’Ouest, le programme des Délégués Bayerpour la jeunesse et l’environnement, et unconcours international de photographie enEurope de l’Est intitulé « Ecology inFocus » (Objectif Écologie).Cette longue collaboration entre lePNUE et Bayer s’est transformée en unpartenariat public-privé, qui sert demodèle aux deux organisations.
2
TUNZA 
Vol 9 No 4
 
• Près de 40 % des 211 millions de chômeurs que compte lemonde – soit plus de 80 millions – sont âgés de 15 à 24 ans.• Dans les pays développés, un quart des chômeurs de longuedurée sont des jeunes.• L’économie mondiale a quadruplé au cours des 25 dernièresannées. Mais 60 % des principaux biens et services de l’éco-système se sont dégradés ou ont été exploités de manière nondurable.• En 2006, plus de 2,3 millions de personnes à travers le mondetravaillaient déjà dans le secteur des énergies renouvelables.• La proportion de l’investissement mondial dans les énergiesrenouvelables réalisée par les économies émergentes estpassée de 29 % en 2007 à 40 % en 2008, principalement grâceau Brésil, à la Chine et à l’Inde.• L’industrie du recyclage au Brésil, en Chine et aux USA emploieau moins 12 millions de personnes.• Par tonne, le traitement des matériaux recyclables génère dix foisplus d’emplois que les sites d’enfouissement ou l’incinération.• Seuls 25 % des déchets mondiaux sont valorisés ou recyclés. Lemarché mondial des déchets représente environ 410 milliardsde dollars par an.• Au Brésil, 95 % des boîtes en aluminium et 55 % des bouteillesen polyéthylène sont recyclées. La moitié du verre et du papiersont récupérés. Cette valorisation rapporte chaque année prèsde 2 milliards de dollars, tout en évitant 10 millions de tonnesde gaz à effet de serre. Les Brésiliens sont plus de 500 000 àtravailler dans la gestion des déchets et le recyclage.• Le taux de croissance annuel de l’écotourisme est de 20 %, soitsix fois celui du reste du secteur. Les voyages et le tourismeemploient 230 millions de personnes, soit 8 % de la populationactive mondiale.
c
c
h
h
i
i
f
f
f
r
r
e
e
s
s
ÉDITORIAL
L
es médias du monde nous bombardent d’informationssur la stagnation de l’économie mondiale. Un tour ausupermarché nous rappelle que les prix des denrées ali-mentaires sont en hausse. Les emplois sont difficiles à trouver,surtout pour les jeunes. Et puis il y a le prix des carburants et lapénurie croissante de métaux indispensables à la fabrication deton ordinateur portable, de ta tablette ou de ton mobile.En même temps, on nous dit que le monde doit renouer avec lacroissance et on nous sollicite constamment pour nous inciter àacheter. Mais dans un monde de plus en plus peuplé, n’y a-t-il pasquelque part un décalage ? L’empreinte écologique montre déjàque nous utilisons les ressources d’une planète et demie pourpréserver nos niveaux de vie actuels – et le niveau de vie de lamajorité des humains n’est pourtant pas très élevé.Le PNUE propose une autre voie, une transition vers une économieverte. Qu’est-ce que l’économie verte ? Pour le PNUE, c’est uneéconomie « qui entraîne une amélioration du bien-être humainet de l’équité sociale tout en réduisant de manière significativeles risques environnementaux et la pénurie des ressources. Soussa forme la plus simple, elle se caractérise par un faible tauxd’émission de carbone, l’utilisation rationnelle des ressources etl’inclusion sociale ». N’est-ce pas plus juste ?Nous devons apprendre à mesurer avec précision nos impacts surl’environnement. Nous pourrons alors ajouter les coûts – commeceux de la pollution – au prix des ressources que nous utilisons.Cette confrontation aux coûts réels nous incitera à réduire l’impactenvironnemental de la production et de la consommation. Denombreuses organisations se sont déjà engagées dans cettevoie, comme le WWF qui travaille sur la production durable ouMarks & Spencer qui a décidé d’introduire la durabilité danstoute sa chaîne de l’offre (pages 8-9).Il faut aussi que nous limitions notre dépendance vis-à-vis descombustibles fossiles. La passage aux énergies renouvelablesnécessitera de nouvelles infrastructures considérables, créantdes emplois et exigeant de nouvelles compétences. Mais il existeaussi des opportunités locales plus modestes, qui encouragent lacréation d’emplois et nous permettent à tous de nous y associer.Les nouvelles technologies se révèleront utiles, elles aussi. Ellesnous apportent des méthodes moins polluantes, moins dépendantesdes ressources – qu’il s’agisse de commercialiser les produits,de transférer de l’argent et de recevoir des paiements, ou encore detrouver des fonds pour financer nos propres projets verts.Le PNUE est convaincu que le passage à une économie verteoptimisera les efforts visant à atteindre la durabilité, puisqu’ilaméliorera le bien-être humain et l’équité sociale, tout en réduisantles risques environnementaux et les pénuries écologiques. Lacroissance verte est l’occasion de corriger le décalage qui existeentre la réalité et nos modes de fonctionnement actuels. Noussommes tous concernés. La question est trop importante pourque nous laissions aux gouvernements le soin de la régler. Auquotidien, nous avons tous un rôle à jouer : tu choisis la manièredont tu dépenses l’argent que tu as gagné, tu choisis tes sujets dediscussion en famille et entre amis, et tu choisis les messages quetu envoies, juste avant Rio+20, aux politiques du monde. Alorsn’hésite pas à te faire entendre.
3
L’économie verte

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->