Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
69Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
LES MYTHES FONDATEURS DE LA POLITIQUE ISRAÉLIENNE

LES MYTHES FONDATEURS DE LA POLITIQUE ISRAÉLIENNE

Ratings:

4.75

(4)
|Views: 3,578 |Likes:
Published by XeyeXofXlynxX
LES MYTHES FONDATEURS DE LA POLITIQUE ISRAÉLIENNE par Roger Garaudy
LES MYTHES FONDATEURS DE LA POLITIQUE ISRAÉLIENNE par Roger Garaudy

More info:

Published by: XeyeXofXlynxX on Dec 07, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/13/2014

pdf

text

original

 
 
ROGER GARAUDY
LES MYTHES FONDATEURS DE LA POLITIQUEISRAÉLIENNE
AAARGH
 Les Mythes fondateurs de la politique israélienne,
de Roger Garaudy, été édité d'abord par la VieilleTaupe, puis, ensuite, dans une version corrigée, par Samiszdat Roger Garaudy, en 1996, ISBN: 2-951-000-5. On peut le trouver à la Librairie du Savoir, 5 rue Malebranche, 75005 Paris, Tel 01 43 54 22 46,Fax 01 43 26 07 19 ou à l'Association Roger Garaudy pour le dialogue des civilisations, 69 rue deSucy, 94430 Chennevières sur Marne. Cet ouvrage a été condamné en première instance, en janvier1998, par la justice politique française. Mais il n'est pas interdit en France.
 
Ce livre est affiché sur Internet à des fins d'étude, de recherche, sans but lucratif et pour un usageraisonnable. Pour nous, l'affichage électronique d'un document revient exactement à placer cedocument sur les rayons d'une bibliothèque ouverte au public. Nous y avons mis du travail et un peud'argent. Le seul bénéficiaire en est le lecteur de bonne foi, que nous supposons capable de juger parlui-même. Au lecteur intéressé, nous suggérons d'acheter le livre. Nous n'avons pas de raison desupposer que l'auteur de ce texte puisse être considéré comme responsable d'aucun autre texte publiésur ce site.
 
Le secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste.
 
Notre adresse est : aaargh@abbc.com. Notre adresse postale : PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475,Etats-Unis.
 
2
 [page 1 à 49]
 
Après avoir, pendant plus d'un demi-siècle, publié mes ouvrages chez les plus grands éditeurs français, je suis contraint d'éditer aujourd'hui en
samizdat,
à compte d'auteur, cette anthologie de l'hérésiesioniste, parce que j'ai, depuis 1982, violé un tabou: la critique de la politique israélienne, défenduedésormais par la loi scélérate Gayssot-Fabius du 13 juillet 1990, qui restaure en France le
délit d'opinion
du Second Empire, en suppléant par une loi répressive à la carence des arguments.
 
C'est pourquoi les libraires qui entendent continuer à faire leur métier doivent passer leurs commandesà la Librairie du Savoir, Librairie Roumaine de Paris, qui a accepté le dépôt de ce
samizdat 
comme ellele faisait au temps de Ceaucescu où régnait déjà - mais ailleurs qu'en France - la
 pensée unique
et leterrorisme intellectuel.
 
R.G.
 POURQUOI CE LIVRE ?Les intégrismes, générateurs de violences et de guerres, sont une maladie mortelle denotre temps.Ce livre fait partie d'une trilogie que j'ai consacrée à les combattre :
Grandeur et décadence de l'Islam,
dans lequel je dénonce l'épicentre de l'intégrismemusulman : l'Arabie Saoudite. J'y ai désigné le Roi Fahd, complice de l'invasionaméricaine au Moyen-Orient, comme "prostituée politique", qui fait de l'islamismeune maladie de l'Islam.Deux ouvrages consacrés à l'intégrisme catholique romain qui, tout en prétendant"défendre la vie", disserte sur l'embryon, mais se tait lorsque 13 millions et demid'enfants meurent chaque année de malnutrition et de faim, victimes du "monothéismedu marché" imposé par la domination américaine. Ces ouvrages s’intitulent :
 Avons-nous besoin de Dieu ?
et
Vers une guerre de religion ?
(contre le monothéisme dumarché).Le troisième volet du triptyque:
 Les Mythes fondateurs de la politique israélienne,
dénonce l'hérésie du sionisme politique qui consiste à substituer au
 Dieu
d'Israël l'Etatd'Israël, porte-avions nucléaire et insubmersible des provisoires maîtres du monde:Les Etats-Unis, qui entendent s'approprier les pétroles du Moyen-Orient, nerf de lacroissance à l'occidentale. (Modèle de "croissance" qui, par le truchement du F.M.I.,coûte au Tiers Monde l'équivalent en morts d'un Hiroshima tous les deux jours).Depuis Lord Balfour, déclarant, lorsqu'il livrait aux sionistes un pays qui ne luiappartenait pas : "Peu importe le système mis en œuvre pour que nous conservions lepétrole du Moyen-Orient. Il est essentiel que ce pétrole demeure accessible." (KimheJohn,
Palestine et Israël,
Ed. Albin Michel, 1973, p. 27), jusqu'au secrétaire d'Etataméricain, Cordell Hull : "Il faut bien comprendre que le pétrole d'Arabie Saouditeconstitue l'un des plus puissants leviers du monde" (
ibidem
, p. 240), une mêmepolitique assigne la même mission aux dirigeants sionistes israéliens, celle qu'adéfinie Joseph Luns, ancien secrétaire général de l'O.T.A.N. : "Israël a été le
 
3mercenaire le moins coûteux de notre époque moderne." (Nadav Shragaï,
 Haaretz
du13 mars 1992).Un mercenaire pourtant bien payé puisque, par exemple, de 1951 à 1959, deuxmillions d'Israéliens ont reçu, par tête, cent fois plus que deux milliards d'habitants duTiers Monde; et surtout mercenaire bien protégé: de 1972 à 1996, les Etats-Unis ontopposé trente fois leur veto, aux Nations Unies, à toute condamnation d'Israël, alorsque ses dirigeants appliquaient leur programme de désintégration de tous les Etats duMoyen-Orient, programme exposé par la revue
Kivounim
(Orientations) , février1982, p. 50 à 59, à l'époque de l'invasion du Liban. Cette politique repose, grâce àl'appui inconditionnel des Etats-Unis, sur l'idée que la loi internationale est un"chiffon de papier" (Ben Gourion), et que par exemple, les résolutions 242 et 338 desNations Unies, qui exigent qu'Israël se retire de la Cisjordanie et du Golan, sontdestinées à rester lettre morte, de même que la condamnation unanime de l'annexionde Jérusalem, que même les Etats-Unis votèrent, mais en excluant toute sanction.Une politique aussi inavouable en son fond exige le camouflage que mon livre a pourobjet de dévoiler.D'abord, une prétendue justification "théologique" des agressions par une lectureintégriste des textes révélés, transformant le mythe en histoire : le grandiose symbolede la soumission inconditionnelle d'Abraham à la volonté de Dieu, et sa bénédictionde "toutes les familles de la terre", transformé en son contraire tribal : la terreconquise devenant "terre promise", comme chez tous les peuples du Moyen-Orient, dela Mésopotamie aux Hittites et à l'Egypte.Il en est de même pour l'Exode, cet éternel symbole de la libération des peuples contrel'oppression et la tyrannie, invoqué aussi bien par le Coran (XLIV, 31-32) que par lesactuels "théologiens de la libération". Alors qu'il s'adresse à tous les peuples fidèles àla volonté d'un Dieu Universel,
 
il devient un miracle unique, et le privilège qu'auraitaccordé un Dieu partiel et partial à un
peuple élu,
comme dans toutes les religionstribales et tous les nationalismes, qui prétendent être le peuple élu dont la missionserait d'accomplir la volonté de Dieu:
Gesta Dei pert Francos,
pour les Français,
Gott mit uns
, pour les Allemands,
Faire Christ Roi,
pour Franco,
 In God We Trust 
,blasphème inscrit sur chaque dollar, dieu tout puissant du monothéisme de l'argent etdu marché.Et puis une mythologie plus moderne: celle de l'Etat d'Israël qui serait "la réponse deDieu à l'Holocauste", comme si Israël était le seul refuge des victimes de la barbariede Hitler, alors qu'Itzhak Shamir lui-même (qui offrait son alliance à Hitler jusqu'àson arrestation par les Anglais, pour collaboration avec l'ennemi et terrorisme) écrit:"Contrairement à l'opinion commune, la plupart des immigrants israéliens n'étaientpas les restes survivants de l'Holocauste, mais des Juifs de pays arabes, indigènes à larégion." (Itzhak Shamir,
 Looking Back,Looking Ahead,
1987, p. 574).Il fallait donc gonfler les chiffres des victimes. Par exemple, la plaquecommémorative du monument d'Auschwitz disait, en dix-neuf langues, jusqu'en1994 : quatre millions de victimes. Les nouvelles plaques proclament aujourd’hui :"environ un million et demi". Il fallait faire croire, avec le mythe des six millions, quel'humanité avait assisté là "au plus grand génocide de l'histoire", en oubliant 60

Activity (69)

You've already reviewed this. Edit your review.
skdfdie liked this
1 thousand reads
1 hundred reads
Silky Beaver liked this
5samsa liked this
5samsa liked this
manouche123 liked this
wadoud651 liked this
RCMORGUEN liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->