Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La pression N°2

La pression N°2

Ratings: (0)|Views: 265 |Likes:
Published by CampagneenNord
Le quotidien des étudiants de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille sur l'élection présidentielle. Une lecture à prolonger sur CampagneEnNord.fr.
Le quotidien des étudiants de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille sur l'élection présidentielle. Une lecture à prolonger sur CampagneEnNord.fr.

More info:

Published by: CampagneenNord on Apr 20, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/27/2014

pdf

text

original

 
Les thèmes négligés
La recherche etle handicap passentà la trappe
Zoom sur l’Afrique
Mali, Sénégal, Algérie,notre présidentielle lesintéresse
page 9page 14page 13
Le premier gagnantde l’élection est nordiste
Coup
 jeune
 
desur
 
la
campagne
Le quot
 
idiende la P
 
résident
 
iel
 
le 2012r
 
éa
 
li
 
sé par les ét
 
udia
 
nt
 
sde l’ESJ de Li
 
lle
N°2
Vendredi 20 Avril 2012
     ©     S .     B    u    r     l    o     t
 
2
LaPressionVendredi20avril2012
Lesgrandsabsents
Depuis plusieurs se-maines, la campagneprésidentielle française vole au ras des pâque-ret
 
tes.D’ailleurs, outre-Manche, les Britan-niques n’hésitent plus àparler de
« la plus fri- vole des élections occi-dentales »
. Et on lescomprend.Marine Le Pen qui sortson journal pendant l’in-terv 
 
ent
 
ion de Jean-LucMélenchon lors del’émission
 Des paroleset des Actes
sur F
 
rance2. Le candidat du F
 
rontde gauche, à qui on re-proche son amitié avecle sulfureux PatrickBuisson, conseiller deNicolas Sarkozy. Eva Joly, ancienne magis-trate, qui accuse le pré-sident candidat d’êtreimpliqué dans les af-faires Karachi et Betten-court. Et puis il y a aussila
 
iande Halal, les clinsd’œil à l’extrême droite,et l’instrumentalisationdu permis de conduire.Mais les vrais thèmes,ceux qui nous affectentréellement, où sont-ils ?Les millions de F
 
rançaisqui vivent toujours sousle seuil de pauvreté ?Les désillusions des loisGrenelle et le poste deministre de l’Ecologielaissé vacant par Natha-lie Kosciusko-Morizet,monopolisée par lacampagne ? Les per-sonnes handicapées?L’état déplorable de larecherche en F
 
rance ?Ils les ont oubliés. Pasnous.
 Julie Hammett
 
ÉDITO
LA PRESSION
Quotidien réalisé par les étudiants del’ESJ, de première année et de PHR.
Refermentation et maturation -Directeur de la publication:
Marc Capelle
Fermentation - Sous la bienveil-lance de :
 Yves Sécher,, Corinne Vanmeris,Pierre Savary, Geoffroy Defrennes,Sylvie Larrière, Christian Roudaut.
Houblonnage - Rédacteurs enchef:
Emmanuelle Crognier, Julie Hammet
Embouteillage - Rédacteurs enchef techniques:
Fanny André, Lucie Chaumette
Étiquettage - Iconographe:
Damien Brunon
Sur le blog de l’ESJ
 www.campagneennord.frÉcole supérieure de journalisme deLille,50 rue Gauthier-de-Châtillon, 59046Lille Cedex.
ÉCHOS
Candidats masqués
 Àquelques jours du premier tour de la présidentielle, cer-tains ont jugé bon de détendre un peu l’atmosphère. Fleuroneuropéen du déguisement, le groupe César a lancé desmasques-caricatures à l’effigie de cinq candidats: NicolasSarkozy, Marine le Pen, François Hollande, Jean-Luc Mélen-chon et François Bayrou. Fronts proéminents, double-men-tons, air renfrogné ou sourire niais, les candidats ne sont clai-rement pas à leur avantage. Parmi les 40 000 exemplaires déjà vendus, les candidat UMP et PS sont en tête de peloton.
Elle voulaitla peaudu présidentde la Républiquepar SMS
 Âgée de 34 ans, Anne D. faittrembler l’Elysée ou, du moins,le tribunal de Lille. Depuisquelques jours, elle inonde lesite de la correspondance pré-sidentielle avec des menacesde mort:
«Je vais t’exterminer.Tu vas aller en enfer. Je vais t’ap- pliquer la solution finale.»
En2010, elle avait écopé de douzemois de prison avec sursispour des faits identiques: sixcourriers à l’Élysée contenantdes balles de 22 longrifle…Elle comparaîtra donc le4 juin, date de renvoi du pro-cès. Il n’est toutefois pas sûrqu’après son marathon prési-dentiel, Nicolas Sarkozy penseà y assister.
Brigitte Bardotet les noms de famille
Dans un entretien à
 Nice matin
paru hier, Brigitte Bardotréaffirme son soutien à Marine Le Pen, trois jours avant lepremier tour de l’élection présidentielle.
«C’est une femmeadmirable qui a su dédiaboliser le FN et proposer des choses concrètes par rapport aux deux autres guignolos.»
Les gui-gnolos en question, ce sont Nicolas Sarkozy et FrançoisHollande. Et même si l’ancienne actrice déverse sa hainesur le candidat UMP, c’est bien François Hollande qui ré-colte les plus beaux compliments.
«La France dirigée par un président de la République qui s'appelle Hollande, ce n'est pas possible. C'est comme si on avait un président qui  s'appelle Allemagne.»
François le Français aura peut êtrele soutien de Brigitte Bardot en 2017.
Dimanche,c’est Bernadettequi ira voter
Cette année, Jacques Chirac nese rendra pas aux urnes. Il esten vacances, au Maroc. Maispas d’inquiétude, l’ancien président de la Républiqueremplira bien son devoir de ci-toyen. Munie d’une procura-tion, sa femme, BernadetteChirac, se prononcera en sonnom. Drôle de situation quandon sait qu’elle semble la seuleà soutenir Nicolas Sarkozy.L’entourage de son mari a dé-claré qu’il voterait pour Fran-çois Hollande.
Les Guignolspremiers sur l’actu
 Àl’heure où la question de la diffu-sion des résultats avant 20 heuresfait débat en France et à l’étranger,un précédent refait surface. Le 21avril 2002, les Guignols de l’info ontannoncé les résultats du premiertour dès 19h45. Bruno Gaccio, au-teur des Guignols:
«c’était interdit  par la loi et nous, on a annoncé que Le Pen se qualifiait pour le second tour.»
Officiellement, la version desauteurs était de provoquer
«un sur- saut républicain»
pour inverser latendance. Bruno Gaccio, auteur àl’époque, confiait chez FrédéricTaddeï
«l’avoir fait en espérant faire invalider les résultats»
.En 2007, rien n’a filtré mais les al-lusions à la victoire de Nicolas Sar-kozy furent nombreuses.
De Gaulleet Bayrou,
une histoire d’amour
Le candidat centriste a rappelé sonattachement aux idées gaullisteslors de son meeting à Lille.
«En 1958,Charles De Gaulle a su piocher àdroite, à gauche et au centre pour for- mer son gouvernement. C’est unexemple pour nous.»
Et même si lamajorité des sympathisants ont ac-clamé cette déclaration, FrançoisBayrou a préféré ajouter:
«La basedoit bien sûr être centriste, mais il  faut prendre toutes les bonnes idées qui viennent de l’extérieur.»
Un mes-sage pour les autres partis?
Balle au centre
Mercredi soir, lors du meeting de François Bayrou au Zénithde Lille, Olivier Henno, maire de Saint-André-lez-Lille etproche du président du MoDem, a ironisé:
«Vous avez préféré François Bayrou à Didier Drogba et Lionel Messi. Un immense merci.»
La réunion publique du leader centriste tombait eneffet le soir de la demi-finale aller de Ligue des champions defootball, Chelsea-Barcelone. Troismille personnes avaient faitle déplacement au Zénith.
Le chiffre du jour
20000
C’est la somme (en euros) que réclamait Marine Le Pen àÉva Joly en guise de dommages et intérêts après la ré-cente intervention de la candidate d’Europe Ecologie Les Verts.
«Marine Le Pen est l'héritière de son père milliar-daire par un détournement de succession»
, s’était excla-mée Éva Joly.Hier, le tribunal correctionnel de Paris a décidé de ne pasrépondre favorablement aux demandes de Marine LePen.
«Le tribunal commet une erreur de raisonnement»
, aconfié Wallerand de Saint-Just, l’avocat de la candidate FNavant de rajouter qu’il ferait appel de cette décision.
   ©   P   i  e  r  r  e   T  r  e  m   b   l  a  y
   ©    A   F   P   F   r   a   n   k   P   e   r   r   y
Une centaine de personnes ont suivi le meeting de Jean-Luc Mélenchon àParis depuis le Splendid à Fives. L’ambiance tranquille était parfois ponctuéede rires et d’applaudissements.
   ©    C   a   n   a   l   +
 
assembler le
«peuple de  France»
. À quatre joursdu premier tour, Nico-las Sarkozy n’avait paschoisi Arras par ha-sard. Longuement et à plusieursreprises, le président sortant aloué ce
«peuple du Nord»
respon-sable et travailleur.
«Tous, vous  portez sur vos visages l’histoire de vos  familles»,
lance Nicolas Sarkozyen ouverture.
«L’histoire d’un tra-vail qui vous a d’abord appris àcompter sur vous-mêmes plutôt que  sur les autres.»
Devant quelques 3000 personnes –selon l’UMP–, le candidatconclut sa campagne telle qu’ill’avait débutée : par une salve surles valeurs. Un discours destiné àrassembler les indécis, à l’heurel’abstention menace d’êtreaussi forte qu’en 2002 –28,4%des inscrits.
L’idéologie avant leprogramme
Loin du tumulte de la Concordeou de Villepinte, le candidatSarkozy décline les thèmes tradi-tionnels de la droite conserva-trice. Travail, autorité, responsa- bilité, l’auditoire est réceptif.Sous les applaudissements, le pré-sident maintient son cap idéolo-gique. Il défend
«la République»
qui
«s’oppose de toutes ses forces à latentation communautariste»
;
«l’école de l’excellenc
, égalitaire mais
«qui n’est pas celle de l’égalitarisme»
.Il assume les
«racines chrétiennes de la France»
car
«quand on ne sait pas d’où on vient, on ne peut prétendre  savoir où on va.»
Nicolas Sarkozy jouela continuité. Il seprésente comme leprésident protecteur,celui qui
«dit lechoses»
et que
«per- sonne ne fera taire»
.Sans oublier quel-ques piques inévita- bles à l’attention de ses adver-saires socialistes, qui
«regardent les problèmes des quartiers avec des  jumelles.»
L’ancien ministre del’Intérieur renoue avec sonimage d’homme d’action,évoque la fermeture du camp de
Sarkozy branditle bouclierdes valeurs
C’est un Nicolas Sarkozy remonté qui a exhortél’arène de l’Artois Expo, hier à Arras. Pourson avant-dernier meeting, le président candidat acimenté sa croisade sur les valeurs. L’occasion delorgner clairement sur l’électorat FN.
L
e meeting a commencé depuis plus d’unedemi-heure, et, en raison de travaux sur l’au-toroute, le car transportant les militants nordistesvient seulement d’entrer à Paris. Un retard tropimportant pour accéder aux places qui leurétaient initialement réservées. à leur arrivée,le Cirque d’Hiver est déjà
« plein à craquer »
selonla sécurité. Il faut alors patienter sous la pluie,avec de nombreux autres sympathisants, égale-ment bloqués à l’entrée.Finalement, l’intervention des organisateurs per-met à la trentaine de militants, d’entrer par uneporte de service. Le Cirque étant verrouillé par lasécurité, le groupe se retrouve dans une salle voi-sine, où le meeting est retranscrit sur un écrangéant. Une déception ? Pas vraiment puisque ra-pidement, la star de la soirée, lunettes vertes surle bout du nez, leur rend une visite surprise, his-toire de rencontrer tout le monde. Une attentionqui touche tous ceux qui se sentent mis à l’écart.Quelques minutes plus tard, la candidate écolo-giste revient face aux quelque 2 500 personnesprésentes dans les gradins du Cirque. Eva Jolycommence par honorer la diversité culturellefrançaise, fustigeant au passage les discours xé-nophobes et les attaques de l’extrême droite dontelle se sent la cible.
« Nous les métèques venus des quatre coins du monde, pour faire la France. »
Ton-nerre d’applaudissement.En assumant sa
« petite voix »
, son
« accent »
et son
« lent débit de parole »
, l’ancienne juge s’en prendégalement aux élites.
« Ils ont appris qu’ils étaient lacrème de la crème, ils sont suffisants, mais sont-ils vrai-ment nécessaires ? »
, lance-t-elle dans un brouhahade
« Eva on t’aime, nous ! »
et autres
« Eva, prési-dente ! »
. Tout en reconnaissant, réaliste, souhaiterl’élection de François Hollande.Sur le trajet du retour, Yanne, une militante delongue date, s’enthousiasme.
« S’il y a une chose qu’on peut dire d’elle, c’est qu’elle n’a pas la langue dans sa poche. »
Le moral survolté après ce meeting, une seuleenvie se lit sur ses lèvres : faire mentir les son-dages.
« Je suis sure qu’on atteindra les 5%. »
DesNordistesau meeting d’EvaJoly
ParAurélienDelfosseetRomainFonsegrives
Nicolas Sarkozy lorsdu meeting d’Arras,le 18 avril.
ÉVÈNEMENTS3
La Pression Vendredi 20 avril 2012
Sangatte.
«Lille était si loin que  Mme Aubry n’était jamais venue dans le hangar de la hont
,tonne Nicolas Sarkozy.
L’appel du pied auxélecteurs frontistes
Avec les valeurs pour moteur, lecandidat monte dans les tours etdonne un coup de volant versl’extrême-droite. Dans ce Nordoù le vote Le Pen supplantait detrois points la moyenne natio-nale en 2002 et 2007, NicolasSarkozy affiche sa
«lucidité»
.
«Le système d’intégration ne fonc-tionne plus»
, affirme-t-il. Murmure d’ap-probation dans lasalle. Le candidatmet l’accent surquelques mesureschoisies: division del’immigration pardeux en cinq ans,maîtrise du français pour entrersur le territoire, refus de
«l’Eu-rope passoire»
sous peine de de-mander la suspension des ac-cords de Schengen.
Aux prises avec des sondagesdéfavorables – chute de deuxpoints à 24% contre 29% pour François Hollande au premier tour, selon la dernière enquêteCSA –Nicolas Sarkozy espère,comme en 2007, puiser dans leréservoir de voix du FrontNational.Etdanscettedernièreligne droite, il le fait clairementsavoir.
«Le vote Jean-Marie Le  Pen a bien servi François Mitter-rand pendant deux septennats, le vote Marine Le Pen servira Fran-çois Hollande. Voilà ce dont je ne veux pas»
, assène le présidentsortant.
Galvanisé, le candidat assumeses habits de challenger.
«Ne vous laissez pas voler votre élec-tion»
, exhorte-t-il. Un cri qui ré-sonne chez les militants,comme Alain.
«Il faut y croire  jusqu’au bout»
, estime ce quin-quagénaire.
«Je ne suis pas pessi-miste mais on a des adversaires qui  sont à la hauteur.»
Une hauteur source de fébrilitépour Nicolas Sarkozy, quiconclut en appelant ses élec-teurs aux urnes pour
«créer la plus grande surprise qui n’ait ja-mais été dimanche»
. Malgré lesvivas, le doute est là.
Bouchons, pluie, salle bondée, les écolos nordistes ne s’attendaient pas à autant d’obstacles pour aller voir Eva Joly àParis, mercredi soir. Ils ont finalement pu rencontrer leur candidate et sont repartis avec le moral gonflé à bloc.
ParYohannDELEU
      ©      Y    o      h    a    n    n      D    e      l    e    u
     ©     P     i    e    r    r    e     T    r    e    m     b     l    a   y
LEVOTE MARINELE PEN SERVIRAFRANÇOISHOLLANDE

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->