Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Urgences Psychiatriques Et Interventions de Crise C11

Urgences Psychiatriques Et Interventions de Crise C11

Ratings: (0)|Views: 79|Likes:
Published by LexBelgica

More info:

Categories:Types, Business/Law
Published by: LexBelgica on May 25, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/20/2013

pdf

text

original

 
    s    o    m    m    a     i    r    e
 
2681011121314151820222324252832343537394143454748
La santé mentale, une matière transversale
Rencontre avec la Ministre Christiane Vienne
 Les groupes thérapeutiques en réseau
Benoît Bourguignon
La prise en charge des mineurs en difficulté
Virginie Olivier 
La loi de défense sociale : 75 ans d’application
Pierre Titeca
Temps(s) et traitement psychiatrique : quelques articulations...
Edith Stillemans et Christophe Herman
Journée européenne de la DépressionJournée mondiale de la Santé mentale
In-Folio Infos : nouveautés
DOSSIER : Urgences psychiatriques etinterventions de crise
 
Préface
Denis Henrard 
Les urgences : mise en perspective
Philippe Hoyois
D’une urgence à l’autre
Damien
Urgences psychiatriques : des proches dans le désarroi
Francine Lejeune
La solitude du généraliste face aux urgences en santé mentale
Yves Delforge
La notion d’urgence dans un centre d’écoute téléphonique
 Alain Gontier 
Profession : urgentiste
 Albert Fox 
L’urgence psycho-sociale dans le champ hospitalier et psychiatrique
Henry Dupont 
 Penser l’urgence
Éric Adam
De la clinique de la souffrance à la clinique du sens
Danièle Zucker 
Les urgences en hôpital psychiatrique
Henri Boon
Personnes âgées : l’urgence plus urgente
Françoise Duesberg
La valse des urgences : témoignage en trois temps
Sophie Maes
Qu’est-ce que l’urgence pour un psychiatre privé ?
Paul Lievens et Alexandre van Acker 
L’urgence dans un service de santé mentale
Paul Jacques
Crises, situations d’urgence et services d’urgenceQuelques pistes de réflexions
Jacques Moriau
Existe-t-il des fausses urgences ?
Jean-Michel Longneaux 
Du temps de l’urgence au temps du sujet
Francis Turine
Repères et références bibliographiques
 
Confluences n°11 septembre 2005
2
La santé mentale, une matière transversale
Rencontre avec Christiane Vienne,Ministre de la Santé, de l’Action sociale et de
 
l’Egalité des
 
chances de la Région wallonne
A la tête du Cabinet de la Santé, de l’Action sociale et de l’Egalité deschances depuis un an, Christiane Vienne a ‘la santé mentale’ parmises nombreux champs de compétences. Nous l’avons rencontréepour connaître son évaluation et ses projets dans notre secteur.C’est une Ministre consciente de ses responsabilités et de ses contrain-tes qui nous a reçues, mais aussi une femme sensible qui tire parti deson expérience et de son parcours de vie. Nous avons eu l’occasiond’échanger librement avec elle autour de son analyse de la situation, deses questions et de ses intentions.
Une interview réalisée par 
Sylvie Gérard
et
Christiane Bontemps
, IWSMavec la participation de
Emmanuelle Demarteau
et
Delphine Jarosinski
,Cabinet de Madame VienneComment définir 
la santé mentale
?
C’est encore un sujet tabou.Y travailler, n’est-ce pas d’abord aider les personnes à accepter de franchir la porte… ?
En effet, plus que toute autre matière,la santé mentale soulève la question dela normalité. Il y a une sorte de soula-gement de pouvoir dire : « moi, je suisnormal ». Mais les mots renvoient à uneconception de la norme dont les consé-quences peuvent être bien lourdes auniveau social.
Pour poser le cadre, pouvez-vous situer la place de
la santé mentale dansle champ des compétences de votreCabinet ? 
Je voudrais traiter la question d’unemanière globale. Dans mes compéten-ces, il y a à la fois la santé, les affairessociales, et l’égalité des chances. Lesthématiques qui y sont abordées traitenttoutes de l’Humain. Elles sont transversa-les et complexes. Et, pour répondre à laquestion de la place du secteur dans mesmatières, je ne peux l’aborder que
d’unemanière transversale
, sur une voiemédiane entre deux extrêmes qui vontdu « tout au social » au « tout au psy ».On ne peut en effet « psychologiser » lesproblèmes sociaux. Je suis convaincueque les inégalités sont les produits demécanismes structurels et, si l’on consi-dère que toute personne en décrochagesocial est un malade par nature, je penseque l’on va vers une dérive très grave.Si l’on n’est pas bien parce qu’on est auchômage, parce qu’on a un logementpourri, parce qu’on ne trouve pas desolution à ses problèmes, c’est normal !Ce n’est pas une maladie ! Ce qu’il fautrésoudre, c’est l’emploi, le logement etl’image de soi dans la société. Le tra-vail d’un département comme le miensera donc aussi de travailler les causesstructurelles qui amènent ces difficultés.Il faut par ailleurs bien garder à l’espritque
la Région wallonne est un opé-rateur de deuxième ligne
. Son travail,dans ses différents départements, vaconsister à « réparer les dégâts » ; pasà les prévenir car c’est le rôle de laCommunauté française. Il ne faut tou-tefois pas se tromper sur ce qui pro-voque les dégâts. Il est clair qu’il y a,aujourd’hui, une dégradation globale dece que l’on va appeler la santé mentale,mais en même temps, et c’est lié, il y aune dégradation des conditions socialesdans lesquelles vivent nos concitoyens.Il y a, là, une réflexion à mener sur letravail des services de santé mentale etsur le rôle des autres acteurs sociaux.D’un côté, on pourrait imaginer qu’on nefait plus que de la santé mentale et qu’onarrête tous les projets sociaux parcequ’une grande partie de la Wallonie n’estpas « bien dans sa tête ». Et d’un autrecôté, on peut se dire que « se préoccuper de la santé mentale, finalement, c’est duluxe, il suffit d’augmenter le minimex ! ».La réalité n’est évidemment pas celle-làparce que les choses s’imbriquent forte-ment les unes dans les autres.
Effectivement, rien n’est simple quand on s’intéresse à la complexité de l’êtrehumain… Comment pouvez-vous entenir compte dans les différentes facettesdu travail de votre département ?
Je suis tout à fait consciente que toutce qui touche
à la santé mentale
estdevenu aujourd’hui incontournable. Maisc’est aussi le cas dans les différents sec-teurs dont je m’occupe :
le secteur despersonnes âgées
notamment, à domi-cile ou en maisons de repos. Aujourd’hui,la dépression chez les personnes âgéesest en hausse, en lien avec la solitude,le manque de moyens, la diminution deséchanges avec les autres, l’absence deprojets. Et c’est pareil pour l’ensembledes thématiques sociales. Si je prendstout ce qui est lié au décrochage, tout ceque l’on va travailler via les
CPAS
, les
relais sociaux
, les
services d’insertionsociale
, les
maisons maternelles
, les
centres de planning
, … il y a, là-der-rière, d’importants problèmes qui tou-chent à la santé mentale. Il y a aussi toutle
secteur des assuétudes
. Il y a encorele
secteur de l’AWIPH
. Dans certainscas, le handicap mental est bien clair,mais - et c’est aussi pour moi une dérive- on a tendance à considérer de plus
 
Confluences n°11 septembre 2005
3
en plus que tout mal-être chez l’enfantquand il s’exprime à travers des compor-tements agressifs devient un handicap.Avec l’insertion de la problématique des« 140 » dans le secteur de la personnehandicapée, on va très vite qualifier de« handicapé » un enfant qui, par exemple,vit une situation familiale difficile à gérer.Et le champ de la santé mentale prend del’extension parce que finalement « tout sepasse comme si » tout ce que l’on ne saitrésoudre ailleurs devait se retrouver dansle champ de la santé mentale.
Vous touchez donc différents aspectsessentiels de la vie des gens…. Qu’est-ce que cela signifie en termes de prioritéset en termes budgétaires ?
Vu du côté des allocations budgétaires,dans mon département, la santé men-tale va concerner à la fois les servicesde santé mentale, les initiatives spécifi-ques, les deux hôpitaux psychiatriquesde la Région, les services spécialisésen assuétudes. En outre, on accordeles agréments pour les structures sub-sidiées par le fédéral. En termes demoyens au budget 2005, cela représente22.577.600
 €
pour les services de santémentale et 2.022.000
 €
en subventionsfacultatives. Je suis consciente que lesmoyens ne sont pas suffisants mais étantdonné l’ampleur des problèmes sociauxmultidimensionnels, il est évident qu’
ilfaut faire des choix
et ces choix s’opè-rent entre des priorités. Les arbitrages sefont sur des matières dont la légitimité estincontestable. Dans le cadre budgétaireimposé actuellement au niveau wallon, ilfaut fixer des priorités là où on ne devraitpas avoir à en fixer. Dans le secteur de lasanté mentale où on a mené des expé-riences pilotes tout à fait passionnantes etnovatrices, qui méritent, chacune, d’êtrepérennisées, il faudra toutefois, dans lecontexte budgétaire qui est le nôtre, fairedes choix, et ce ne sont jamais des choixfaciles. Pour l’exercice budgétaire 2006,comme votre secteur est concerné par les accords du non-marchand, il va yavoir un peu de souplesse avec quelquesmoyens complémentaires. Cela ne serapas suffisant pour répondre à l’ensemblede la demande. Je crois que l’on va pou-voir consolider certains projets qui étaientnovateurs et qui ont fait leurs preuves,mais il faudra opérer des choix et jecompte bien sur le secteur pour m’aider à les opérer.
Cette imbrication entre problè-mes sociaux, de santé mentale et/ou physique et de handicap est bien réelle et vous dites qu’il est important d’envisager les orientations dans un ensemble. Trèsconcrètement, comment y arriver ?
 
Je pense qu’il faut
encourager leréseau
. C’est un élément tout à faitessentiel pour assurer cette transversa-lité. Il faut à la fois encourager le réseauet transmettre les informations au public.Le patient est un « client » du service,un usager et un bénéficiaire, mais passeulement, il est aussi un acteur. S’il nedevient pas acteur, on entre dans deslogiques où il n’y a pas de porte de sortie.Le réseau, c’est une manière d’ouvrir des portes vers autre chose et d’amener des complémentarités. L’accessibilité estliée au réseau. S’il n’y a pas une priseen charge avec des portes qui s’ouvrentvers une formation professionnelle, versun contact social, vers une meilleurerelation avec les autres, … alors oncrée des mécanismes qui s’auto-alimen-tent et on ne rend pas un vrai service.Et l’accessibilité, pour moi, c’est la pos-sibilité de passer d’un service à l’autreavec souplesse compte tenu du prix, deshoraires... C’est la plus value du réseau.Il y a, qu’on le veuille ou non, aujourd’hui,
    P    i   e   r   r   e    S   c    h   o    l    t    i   s   s   e   n ,    A    t   e    l    i   e   r    d   u    C    R    F ,    d   u    C    l   u    b    A   n    d   r    é    B   a    i    l    l   o   n

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->