Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
LE GLUTAMATE MONOSODIQUE

LE GLUTAMATE MONOSODIQUE

Ratings: (0)|Views: 7|Likes:
Published by ihcenus
additifs alimentaire
additifs alimentaire

More info:

Published by: ihcenus on May 30, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/09/2014

pdf

text

original

 
LE GLUTAMATE MONOSODIQUE (GMS)ou le E 621
 
Qu'est ce que c'est ?
 
1. Apparence
 
A première vue, on dirait presque du sucre en poudre ! On peutfacilement s'en procurer soit en sachet ou encore vendu au poids danscertaines boutiques "exotiques" ! De nombreux restaurants l'utilisent toutcomme le sel ou le poivre bien connus.
 
2. Utilisation
 
Cette "jolie" poudre blanche est largement utilisée depuis les années1910, comme
exhausteur de goût
, il renforce le goût des ingrédientsauxquels il est mélangé tout en excitant très rapidement vos papillesgustatives, vous donnant ainsi une envie folle de terminer l'aliment qui encontient !! De manière générale, on soupçonne la présence du Glutamatemonodique principalement dans les platsasiatiques et surtout dans les restaurants chinois d'où le fameux"syndrome du restaurant chinois". Mais la plupart des consommateurs n'yattachent pas une grande importance et pensent que si un aliment a ungoût irrésistible, c'est que c'est bon pour eux. Celles et ceux qui nemangent que très rarement "Chinois" ne se sentent pas vraimentconcernés et c'est une grave erreur !
 
3. Historique
 
 Avant de citer les effets secondaires possibles pour notre santé duGlutamate monosodique (GMS), penchons nous un peu sur son histoire ...
 
Dans les années
1910
:Début de l'utilis ation de cet exhausteur de goût dans les alimentsindustriels ( A ).
 
 
1954 :
Rapport du Dr HAYASHIM: "Effets du GMS sur le système nerveux"dans le journal médical de Keio (B).
 
1957- 59 :
Une des premières études réalisée par deux ophtalmologistesAnglais Dr Lucas et Dr Newhouse qui ont observé chez des souris de graveendommagement des rétines suite á de fortes administration de GMS. Maisl'étude fut mise de coté et le GMS classé comme additif sans danger par laFDA.
 
1968-69 :
Le célèbre Pr. John W. OLNEY; neurophysiologiste et professeurde neuropsychopharmacologie á l'université Washington de saint Louis (Missouri - USA), reproduit l'expérience précédente dans le but del'approfondir et il découvrit avec horreur, que non seulement le GMSendommageait la rétine mais détruisait aussi des parties vitales ducerveau comme les neurones, tout en affectant l'hypothalamus ! Lorsd'une étude suivante, il réalisa que le GMS excitait les neurones au pointde les faire exploser et il créa le terme : "EXCITOTOXINES". Le MSG n'étaitalors que "le doyen" d'une famille grandissante d'additifs alimentairespouvant avoir les mêmes effets que ces "EXCITOTOXINES".
 
1968 :
Première définition clinique du "
s
yndrome post-sino-cibal" 
par lesDrs Ho Man Kwok et Henry Schaumburg ( H ).
 
1970 environ :
Suite á de nombreux rapports le Dr. J.W. OLNEY insisteauprès de la FDA (Food and Drug Administartion aux USA) pour que le GMSsoit retiré et interdit dans les aliments pour bébés , il expliqua entreautre que : "Les doses de glutamate que l'on trouve dans les pots pourbébés ou les soupes toutes préparées sont suffisantes, [..], pour détruireles neurones du cerveau [..]." Le GMS fut donc interdit dans les alimentspour bébés... Mais quel adulte ne partage jamais ses aliments avec sonenfant ? Et qu'en est - il des mères qui allaitent ? On ne se posait pasencore la question.
 
1972 :
 
 première description du " Syndrome du restaurant chinois
" parHumar et Ghami. (H)Au fil des années qui suivirent tandis que le nombre de tonnes utiliséesdans l'alimentation industrielle ne cesse d'augmenter, les études descientifiques internationaux continuent mais restent bien loin du public
qui se "régale" de GMS…(A)
 
1991 :
L'Union Européenne a classé le GMS dans la catégorie la plus suredes additifs alimentaires.(page 56 du livre A ) .
 
 
1997 :
Après des années de recherches l'un des grands spécialistes deseffets secondaires du GMS et de l'Aspartame aux USA fait paraître sonouvrage : " EXCITOTOXINS THE TASTE THAT KILLS" du Dr RUSSELLBLAYLOCK ; neurochirurgien et nutritionniste reconnu du centre Médicalde l'université du Mississipi, á la retraite depuis l'an dernier ( B ). Ildéclare entre autres que : "les effets des excitatrices comme le GMS etl'aspartame ne seraient pas en général dramatique mais dans la plupartdes cas, les effets sont subtils et évoluent sur un laps de temps plusprolongé, pouvant aller pour certaines personnes plus sensibles jusqu'à lamort par arrêt cardiaque " ( Page 57 du livre A).
 
2006 :
Alors les textes en Français sur le sujet du GMS et de son cousinl'édulcorant : ASPARTAME se font bien rares, le livre du Dr Hans-UlrichGRIMM a enfin été traduit de l'Allemand par les éditions Trédaniel. Le DrGRIMM est l'ancien rédacteur en chef du Spiegel, journaliste et auteuraudacieux de nombreux best sellers traduits en de nombreuses langues surle thème de l'industrie alimentaire.
 
4. Quelques chiffres ....
 
Selon l'ouvrage du Dr GRIMM (Pages 60- 61) Vers 1910 début de laproduction de GMS par la firme japonaise Ajinomoto qui possède de nosjours des usines dans le monde entier et même en France (A)
 
1976 : Rapide augmentation de la production de GMS : 262 000 tonnes.
 
1995 : 800 000 tonnes.
 
1999 : 1,3 millions de tonnes
 
2003: Plus de 1,5 Million de tonnes ;
 
dont 80 % seraient consommé en Asie mais quand même 95000 tonnes enEurope (E)
 
Mais en 2006 : Devant la demande croissante des produits à based'aspartam, le groupe alimentaire japonais Ajinomoto va investir 6milliards de yens, soit 43,6 millions d'euros, dans ses usines de Gravelinesen France, et de Yokkaichi, au Japon, pour porter sa productiond'aspartam de 6 000 à10 000 tonnes d'ici à mars 2006. Ajinomoto, premier producteur mondiald'aspartam, compte conforter sa position de leader, avec plus de la moitiéd'un marché mondial en forte croissance.
 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->