Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
11Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
John Perkins - Confessions d’un Assassin Financier

John Perkins - Confessions d’un Assassin Financier

Ratings:

4.75

(1)
|Views: 1,569|Likes:
Published by aramnil
Interview de Mr. John Perkins dans le magazine Nexus n°54 (janvier-février 2008) à propos de sa vie et son livre "Confessions d’un assassin financier".
Interview de Mr. John Perkins dans le magazine Nexus n°54 (janvier-février 2008) à propos de sa vie et son livre "Confessions d’un assassin financier".

More info:

Categories:Types, Research
Published by: aramnil on Dec 28, 2008
Copyright:Public Domain

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/09/2014

pdf

text

original

 
NEXUS n°54
 janvier-février 2008
52
GÉOPOLITIQUE
Amy Goodman : Avant toute hoe, pour eux qui l’ignorent enore, pouvez-vourappeler e qu’et un « tueur éonomique » ?John Perkin :
Je dirais simplement que depuis la Seconde Guerre mondiale, nous, lestueurs économiques, avons réussi à créer le premier empire véritablement mondial.Cela s’est fait sans l’armée, contrairement aux autres empires à travers l’histoire, maispar une utilisation très subtile de l’économie.Nous avons de nombreuses façons de travailler, la plus courante étant celle où nouschoisissons un pays du tiers-monde dont les ressources sont convoitées par nos socié-tés, comme le pétrole, par exemple. Nous convenons ensuite d’un prêt ruineux, prêtaccordé par la Banque mondiale ou l’une de ses organisations sœurs. Mais le pays nevoit jamais la couleur de l’argent. Au contraire, il est versé aux sociétés américainesqui construisent de grands projets d’infrastructure, comme des réseaux électriques,des parcs industriels, des ports ou des routes. Seules quelques personnes très richesen profitent, ces choses restant inaccessibles aux pauvres. Ils ne sont pas raccordésaux réseaux électriques. Ils n’ont pas les compétences pour obtenir des emplois dansles parcs industriels. Mais tout le pays supporte cette dette colossale impossible àrembourser. C’est à ce moment-là que nous, tueurs économiques, nous nous rendonssur place pour dire :
« Vous savez que vous nous devez beaucoup d’argent. Vous ne pouvez pasrembourser votre dette alors vous devez vous saigner aux quatre veines ».
 
A. G. : Raontez-nou votre hitoire. Comment ête-vou devenu un tueuréonomique ?
 J. P. : À ma sortie de l’école de commerce de l’Université de Boston, j’ai été recruté parla National Security Agency (NSA), le plus grand, et peut-être le plus secret organismed’espionnage du pays.
A. G. : Le gen penent parfoi que ela orresond à la CIA, mai la NSA etbien plu grande…
 J
ohn Perkins est un ancien « tueur économique » qui a mis pendant dix ansson talent de persuasion et ses compétences d’économiste au service du premierempire mondial. Sa mission : ruiner des pays du tiers-monde pour asseoirles intérêts de grosses entreprises américaines. Aujourd’hui repenti, l’auteurdes
Confessions d’un assassin financier 
fait campagne pour convaincre les sociétésde se responsabiliser aux niveaux économique, social et environnemental.La journaliste Amy Goodman l’a interviewé le 5 juin 2007 pour le média alternatifaméricain
Democracy Now ! 
, à l’occasion de la sortie de son second livre
L’histoire secrète de l’empire américain 
..., qui n’est pas encore édité en France.
économique repenti :
 John Perkins,
tueur
Par Amy Goodman © 2007
 
NEXUS n°54
 janvier-février 2008
53
« Nous devons exiger des entreprises
 qu’elles améliorent le monde »
J. P. :
 
Oui, beaucoup plus grande. Elle l’étaitdu moins à cette époque. Et elle est vraimentimpénétrable. Beaucoup de rumeurs circulent à sonsujet. On en sait pas mal sur la CIA, mais pas sur laNSA. Elle affirme travailler dans la cryptographie,c’est-à-dire le codage et le décodage de messages,mais en réalité, on sait qu’elle se livre aux écoutestéléphoniques. Ce fait a été divulgué récemment.Pendant ma dernière année d’université, j’ai passéune série de tests très poussés, comme le détecteurde mensonge ou des tests psychologiques. C’estalors que j’ai été sélectionné comme un bon tueuréconomique potentiel. Ils ont aussi repéré dansma personnalité un certain nombre de faiblessessusceptibles de faciliter mon embrigadement,faiblesses qui sont aussi les trois grandes droguesde notre culture : l’argent, le pouvoir et le sexe. Qui,parmi nous, n’en a pas au moins une ? À l’époque, j’avais les trois.Ensuite, j’ai rejoint le Corps des volontaires de lapaix, encouragé par la National Security Agency. J’ai passé trois ans en Équateur aux côtés des in-digènes d’Amazonie et des Andes, des gens qui, àl’époque, commençaient et continuent aujourd’huià se battre contre les compagnies pétrolières. Enfait, ce sont eux qui viennent d’intenter le plusgrand procès de l’histoire sur une question envi-ronnementale contre Texaco (Chevron). C’était unexcellent entraînement pour ce que j’allais êtreamené à faire.Ensuite, alors que je faisais toujours partie du Corpsdes volontaires de la paix, une compagnie privéeaméricaine appelée Charles T. Main, société de con-seils de Boston d’environ deux mille employés, m’arecruté. J’ai commencé comme tueur économiqueet je me suis finalement hissé au sommet de cetteorganisation en tant qu’économiste en chef.
A. G. : Quel et le rapport ave la NSA ? Y avait-il un lien ?J. P. :
Ce qui est très intéressant avec ce système,c’est qu’il n’y a aucun lien direct. La NSA m’avaitfait passer un entretien et m’avait sélectionnéavant de me confier à cette société privée. C’estun système très discret et très intelligent quiutilise l’industrie privée pour faire le travail. Ainsi,si l’on est pris en flagrant délit de versement depots-de-vin ou de corruption des représentantslocaux dans un pays donné, on peut alors rejeterla responsabilité sur cette industrie et non sur
 
NEXUS n°54
 janvier-février 2008
54
GÉOPOLITIQUE
le gouvernement américain.C’est intéressant de constaterque dans les quelques casoù les hommes de mainéchouent, ceux qu’on appelleles « chacals », les personnesqui ont pour mission derenverser les gouvernementsou d’assassiner leursdirigeants viennent ausside l’industrie privée. Ce nesont pas des employés de laCIA. Nous avons tous cetteimage de l’agent 007, engagépar le gouvernement pourtuer, avec un permis de tuer…Mais, à l’heure actuelle,d’après mon expérience, cen’est pas le rôle des agents dugouvernement. On fait plutôtappel à des consultants privéspour assurer cette tâche. J’enconnais un certain nombrepersonnellement.
A. G. : Dan votre eondlivre (enore indisonibleen françai), vou parlezd’une prie de pouvoirmondial à tou le niveaux.Jutement, nou voyon eprotetation maive enAllemagne avant le ommetdu G8. Parlez-nou de leurimportane.J. P. :
 Je pense que c’est trèsrévélateur. Quelque chose esten train de se produire dans le monde aujourd’hui,quelque chose de très important. Ce que l’on peutdire avec certitude, c’est que nous vivons dans unmonde très dangereux. C’est aussi un tout petitmonde où l’on peut savoir immédiatement ce quise passe en Allemagne, au milieu de l’Amazonie ouailleurs.
A. G. : Expliquez-nou e qu’et le Groupe dehuit.J. P. :
Ce sont les pays les plus riches du monde. Ilsdirigent le monde. Les États-Unis en sont le leader etce sont en réalité des grandes sociétés qui dirigenttout cela. Ce ne sont pas les gouvernements parcequ’après tout, ils servent la volonté des sociétés.Ici, on sait que les deux prochains candidats à laprésidence, républicain ou démocrate, devrontchacun recueillir environ un demi milliard de dollars.Et cet argent ne viendra ni de vous ni de moi. Il viendraessentiellement des dirigeantsde nos grandes sociétés.Ils leur sont totalementredevables. Alors, le G8, c’estce groupe de personnes quireprésentent les plus grandesmultinationales au monde etqui obéit à leurs ordres.Nous assistons actuellementen Europe comme en Améri-que Latine et au Moyen-Orientà un gigantesque phénomènesous-jacent de résistance, deprotestation contre cet em-pire. Et c’est un empire telle-ment ingénieux que les gensn’en ont pas conscience parcequ’il n’a pas fait appel à l’ar-mée. Il a été bâti par les tueurséconomiques et la plupartd’entre nous l’ignorons.Une grande majorité d’Améri-cains n’a pas la moindre idéedes styles de vie incroyablesque nous menons tous parceque nous faisons partie d’unempire très cruel qui asservitet abuse littéralement des peu-ples. Mais la population com-mence à comprendre ce qui sepasse… 
Le procès historiquecontre Texaco
A. G. : À propo d’AmériqueLatine, revenon à e proèChevron-Texao.J. P. :
Il est lourd de conséquences. Quand j’ai étéenvoyé en Équateur comme membre du Corps desvolontaires de la paix en 1968, Texaco venait justed’arriver dans le pays. À l’époque, l’entreprise,les hommes politiques et la Banque mondialeavaient promis au peuple que
« le pétrole sortirait le pays de la pauvreté ».
Les gens y ont cru ; moiaussi. C’est l’inverse qui s’est produit. Le pétrole l’aencore plus appauvri pendant que Texaco faisaitfortune. Il a aussi détruit de vastes zones de la forêtamazonienne.Le procès intenté aujourd’hui par un avocat new- yorkais, Steve Donziger, et quelques avocats équa-toriens porte sur six milliards de dollars (quatremilliards et demi d’euros). Il s’agit de la plus grandeaction en justice sur une question environnemen-tale de toute l’histoire, effectuée au nom de trentemille équatoriens contre Texaco (maintenant pro-priété de Chevron) et qui est accusé d’avoir déversé
Nous assistons actuellement enEurope comme en AmériqueLatine et au Moyen-Orient à ungigantesque phénomène sous-jacent de résistance, de pro-testation contre cet empire. Lapopulation commence à com-prendre ce qui se passe…
   A  n   t  o   i  n  e   P  o  u   l  y

Activity (11)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
bidon50 liked this
klodiklodi liked this
azertydfghj liked this
kaddour liked this
williamhomes liked this
grospif liked this
maldoror67 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->