Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
2011-10-02

2011-10-02

Ratings: (0)|Views: 7 |Likes:
Published by UQARweb
UQAR-info, Université du Québec à Rimouski
http://www.uqar.ca
UQAR-info, Université du Québec à Rimouski
http://www.uqar.ca

More info:

Published by: UQARweb on Jun 07, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/07/2012

pdf

text

original

 
UQAR INFO | octobre 2011 | 1
SOMMAIRE
 Jean Charest félicitel’UQAR p.2Une découvertefondamentale deGuillaume St-Ongep.7C’est le temps des’inscrire auVélothon ! p.11Thierry Leuzyprésente « Thure »p.12
43
e
année, numéro 2 Octobre 2011
Le gouverneur général du Canada visite l’UQAR
« Je suis très impressionné »
–David Johnston
L
e gouverneur général duCanada, David Johnston, etson épouse Sharon Johnstonétaient de passage à l’Uni- versité du Québec à Rimous-ki, le 22 septembre dernier.Une visite rare qui reète lanotoriété de l’UQAR commeétablissement d’enseignementet de recherche au pays.
Fait à souligner, cette visite aété demandée par Leurs Ex-cellences, et ce, à la suite de lamission économique menée enChine par le Premier ministredu Québec,
Jean Charest
, à la-quelle le recteur de l’UQAR aété invité à participer. « C’estune grande opportunité de voirla recherche et l’enseignementet de aire la connexion avec lapopulation et l’industrie. Je suistrès impressionné », a déclaré àla presse le gouverneur généralJohnston entre deux rencontresau campus de Rimouski.L’intérêt du 28
e
gouverneurgénéral du Canada à visiterl’UQAR et à rencontrer seschercheurs n’est pas anodin.M. Johnston a une longuecarrière universitaire derrièrelui, ayant été proesseur dedroit à l’Université Queen’s,à l’Université de Toronto età l’Université McGill. Il aégalement été doyen de laaculté de droit de l’Universitéde Western Ontario et présidentde l’Université de Waterloo.Le recteur
Michel Ringuet
 a eu un entretien privé avecM. Johnston et son épouse.« Comme le gouverneurgénéral est un ancien recteurd’université, je pense qu’il estconvaincu de l’importancedes universités dans ledéveloppement d’un pays »,souligne M. Ringuet. « J’ai insistésur deux points lors de notrerencontre : le développementdes régions et la promotionde l’éducation supérieure. Latragédie au Canada, pour moi,c’est le décrochage scolaire. Onne peut pas se payer ça. »Après cet entretien, legouverneur général a rencontréles proesseurs de biologie
JoëlBêty 
et
Dominique Berteaux
etleurs étudiants. « Le gouverneuret sa conjointe ont montrébeaucoup d’intérêt pour nostravaux de recherche. Ils ontposé plusieurs questions trèspertinentes et nous avons eu lachance de bien exposer à la ois leplaisir et les contraintes associésaux travaux de recherche dans leNord », mentionne M. Bêty.L’équipe de la Chaire de recher-che du Canada en conservationdes écosystèmes nordiques etle Centre d’études nordiquesont remis le livre « Uuma », quisignife « la vie » en inuktitut, àM. Johnston. Cet ouvrage d’unecinquantaine de pages marquele 10
e
anniversaire de cettechaire et est rempli de photosillustrant des travaux réalisésdu Parc national du Bic à l’ÎleBylot et du Yukon à la Gaspésie.« Je crois que nous avonsréussi à bien transmettrenotre passion pour l’écologiearctique. Des membres del’équipe du gouverneur généralnous ont même avoué qu’ilsaimeraient pouvoir venir étudieravec nous à l’UQAR! », noteDominique Berteaux, titulairede cette Chaire de recherchedu Canada et directeur duGroupe de recherche sur lesenvironnements nordiques(BORÉAS). « Globalement,ce ut une rencontre et uneexpérience très enrichissantepour notre équipe. »Le directeur de l’UQAR-ISMER,
Serge Demers
, aait aire une visite guidée del’Institut des sciences de la merà Leurs Excellences. Ceux-ciont aussi rencontré l’équipedu Centre interdisciplinaire dedéveloppement en cartographiedes océans (CIDCO) et en après-midi, ils sont allés voir la stationaquicole de l’ISMER située dansle district de Pointe-au-Père.Le gouvernement du Canadaest un partenaire fnanciermajeur à l’égard de la rechercheeectuée à l’Université duQuébec à Rimouski. D’ailleurs,neu chaires de recherche sontsubventionnées par le gou- vernement édéral, soit cellesen génie de la conception, enconservation des écosystèmesnordiques, en développementrégional et territorial, en dé- veloppement rural, en écologiedes écosystèmes continentaux,en écotoxicologie moléculaireen milieux côtiers, en géochimiedes hydrogéosystèmes côtiers,en histoire littéraire et enlarviculture et en perormancedes juvéniles en aquaculture.Enfn, cette rare visite dugouverneur général du Canadaa permis de aire valoir lespréoccupations de l’Universitédu Québec à Rimouski à l’égardde son développement. « Pournous, c’est très important de voir les universités commedes leviers incontournables del’avenir du Canada », conclut lerecteur Ringuet.
 Jean-François Bouchard 
 
Le gouverneur général en compagnie d’Élisabeth Tremblay, qui étudie à la maîtrise en gestion de la aune.Accompagné de son épouse Mme Sharon Johnston, le gouverneur général David Johnston a signé le Livre d’or del’UQAR avant sa rencontre avec le recteur Michel Ringuet.
 
2 | UQAR INFO | octobre 2011
Entente de collaboration avec l’Ocean University of China
Le Premier ministre du Québec félicite l’UQAR-ISMER
L
Université du Québec àRimouski et son Institut dessciences de la mer ont conclu,à Jinan, capitale de la Provincedu Shandong en Chine, unenouvelle entente avec l’OceanUniversity of China qui favo-risera la réalisation de pro- jets de recherche conjoints etl’échange d’étudiants dans lesecteur des sciences de la mer.
Le Premier ministre du Québec,
Jean Charest
, était présent lorsde la signature de cette ententede collaboration. « Je élicitel’UQAR et l’Université océano-graphique de Chine qui, par lasignature de cette entente, dé-montrent que le développementde nos relations avec la Chineapporte des retombées concrè-tes pour nos institutions de hautsavoir, ainsi que pour l’ensembledes régions du Québec », a dé-claré le premier ministre.L’entente signée entre l’UQARet l’OUC avorisera la poursuitede programmes de rechercheconjoints dans les domaines del’aquaculture, de l’océanogra-phie et d’autres volets des scien-ces marines. « Des doctorantschinois et de l’UQAR pourrontainsi poursuivre leurs études encosupervision par des proes-seurs des deux établissementsuniversitaires. Ils pourrontd’ailleurs participer à des séjoursde recherche à Qingdao et à Ri-mouski », précise le directeurgénéral de l’ISMER,
Serge De-mers
.Rappelons qu’en mai dernier,l’UQAR a signé une ententeavec l’Ocean University o China visant à avoriser la ve-nue d’étudiants chinois dési-reux de compléter leur maîtrisedans le domaine des sciencesde la mer à l’ISMER. La pre-mière cohorte est attendueà l’UQAR à l’automne 2012.Ce partenariat établi avecl’Ocean University o China té-moigne de açon concrète durayonnement de l’UQAR sur lascène internationale. « Notreétroite relation avec l’OUC nousa permis d’être invités à joindreles rangs de l’IAMRI, soit l’In-ternational Association o Ma-rine-Related Institutions. Celle-ci regroupe une institution parpays et c’est l’UQAR-ISMER quia été choisie pour représenter leCanada dans le cadre de cetteassociation », indique le recteurde l’UQAR,
Michel Ringuet
.
Photo : Courtoisie du gouvernement du QuébecLe recteur de l’UQAR, Michel Ringuet, et le directeur général de l’ISMER, Serge Demers, en compagnie de Jean Charest, de la ministre des Relations internationales,Monique Gagnon-Tremblay, et des représentants de l’Ocean University o China, lors de la mission économique en Chine menée par le Premier ministre du Québec.
L’ISMER est un institut de re-cherche qui regroupe 23 proes-seurs-chercheurs entièrementdédiés à la recherche et à la or-mation aux cycles supérieurs, cequi est exceptionnel dans uneuniversité à vocation généralede la taille de l’UQAR. Au coursdes quatre prochaines années,le gouvernement du Québecconsacrera environ 1,2 M$ audéveloppement de projets de re-cherche conjoints sur des enjeuxcommuns de recherche et d’in-novation, dont les recherchesenvironnementales et les scien-ces marines.
 Jean-François Bouchard 
 Joël Bêty fait son entrée au Cercled’excellence de l’Université du Québec
J
oël Bêty vient d’être admis auCercle d’excellence de l’Uni- versité du Québec. Une autrebelle reconnaissance pour leprofesseur du Département debiologie, chimie et géographiede l’UQAR.
La candidature de M. Bêty aété soumise par le recteur
Mi-chel Ringuet
. Dans sa présen-tation, M. Ringuet rappelle queles recherches du proesseur del’UQAR sur la migration desoiseaux ont obtenu une couver-ture médiatique importante enraison de leur ampleur, de leuroriginalité, de leur rigueur et del’importance de leurs conclu-sions. M. Bêty a d’ailleurs étéchoisi « scientifque de l’année »par Radio-Canada et ses travauxont été retenus comme l’une desdix découvertes de l’année parle magazine
Québec-Science
. « Vivement apprécié par ses étu-diantes et étudiants, le proes-seur Bêty joint à ses talents évi-dents de chercheur une aptitudehors pair à la communicationet une ouverture totale à la col-laboration aux diérentes onc-tions qui incombent au corpsproessoral », écrit le recteur del’UQAR à la présidente de l’UQ,
Sylvie Beauchamp
.La nomination ocielle de JoëlBêty au Cercle d’excellence del’Université du Québec a eulieu le 31 août. Il était d’ailleursl’un des plus jeunes nouveauxmembres de 2011. « De recevoircette marque de reconnaissanceà l’interne a beaucoup de valeurpour moi. La reconnaissanceexterne est importante, maiscelle de nos collègues et desgens qu’on côtoie l’est toutautant », mentionne le biologiste.
Symposium en Suède
La renommée de chercheur deJoël Bêty l’a amené à participer,du 8 au 11 juin en Suède, à unsymposium réunissant les plusgrands spécialistes de la migra-tion animale du globe. Il étaitle seul représentant du Canadaparmi la trentaine de chercheursinvités. « C’est la Wenner-GrenFondations et e Royal Swe-dish Academy o Sciences quiont approché le chercheur
To-mas Alerstam
– un leader mon-dial pour les questions de migra-tions animales – pour organisercette rencontre scientifque »,précise M. Bêty.En plus de donner une coné-rence suivie d’échanges avecles autres chercheurs invités, laparticipation à ce symposium apermis au biologiste rimouskoisde tisser des liens qui auront cer-tainement des suites intéressan-tes pour l’UQAR. « Il n’y a pas deprojets de recherche déjà identi-fés, mais il y aura peut-être descollaborations utures. De créerde tels liens permet parois d’en- voyer des étudiants en échangedans d’autres laboratoires oud’échanger sur des techniques,des approches. Il n’y a rien quiremplace le contact humain »,conclut M. Bêty.
 Jean-François Bouchard 
Le proesseur Joël Bêty entouré de la présidente de l’Université duQuébec, Sylvie Beauchamp, et du vice-recteur à la ormation et à larecherche à l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet. (Photo : Jocelyn Bernier, Focus1)
Mariano Mémolli et JoséLuis Esperón reçoivent laMédaille de l’UQAR
La médaille de l’UQAR a été remise à M. Esperón par le directeur del’UQAR-ISMER, Serge Demers, et à M. Mémolli par le recteur Ringuet.
L
Université du Québec àRimouski a remis à Messieurs
Mariano Mémolli,
de la Direc-tion Nationale de l’Antarctique,et
José Luis Esperón
,
 
de
 
l’Ins-titut National de TechnologieIndustrielle, une médaille del’UQAR. Partenaires indéecti-bles de l’UQAR-ISMER, ils ontcontribué de açon remarquableà établir une relation privilégiéeavec l’Argentine. « Le travail etla compétence de MessieursMémolli et Esperón ont permisà l’UQAR-ISMER d’établir unecrédibilité internationale quinous a ouvert des portes dansde nombreux pays, souligne lerecteur de l’Université du Qué-bec à Rimouski,
Michel Rin-guet
. L’excellente réputationde Rimouski et de la région duBas-Saint-Laurent en Argentinerepose grandement sur notrerelation soutenue avec ces deuxpartenaires indéectibles. » Lamédaille de l’UQAR est décer-née à des personnes en recon-naissance de leur contributionremarquable au développementd’un secteur lié à l’une des mis-sions principales de l’Université :l’enseignement, la rechercheet le service à la collectivité. Lecorps de pompiers du Servicede sécurité incendie de la Villede Rimouski,
Paul Bellemare
,
Adéodat St-Pierre
,
Me AndréP. Casgrain
et l’athlète
PierreHarvey 
sont au nombre des ré-cipiendaires.
 Jean-François Bouchard 
 
UQAR INFO | octobre 2011 | 3
Partenariat entre l’UQAR et le Cégep de Rimouski
Important projet de mise en valeur des ressources patrimoniales duBas-Saint-Laurent dans l’enseignement et la recherche
D
es professeurs de l’Uni- versité du Québec à Rimouskiet du Cégep de Rimouski tra- vailleront ensemble au coursdes trois prochaines annéespour mettre en valeur le po-tentiel pédagogique des res-sources patrimoniales du Bas-Saint-Laurent. D’une valeurde plus de 775 000 $, ce projetcomprend un inventaire desressources patrimoniales, laproduction d’une banque dedonnées accessible aux ensei-gnants comme au grand pu-blic ainsi que des initiativesconcrètes de mise en valeurdans l’enseignement.
Ce nouveau partenariat a étéacilité par le Fonds Syner-gie, lancé conjointement parl’UQAR et le Cégep de Rimouskien janvier 2011. « La mise surpied du Fonds Synergie a per-mis d’accentuer le maillage entrel’UQAR et le Cégep et de mettreen place des projets structurantsen enseignement, en rechercheet dans les services à la collec-tivité, indique le recteur
MichelRinguet
. Le projet annoncéaujourd’hui en est un exempleconcret. »Les retombées de ce projet demise en valeur du potentiel pé-dagogique des ressources patri-moniales rejailliront sur toutela région. « C’est un projet ga-gnant/gagnant », souligne ledirecteur général du Cégep deRimouski,
Jean-Pierre Ville-neuve
. « Il permettra aux en-seignants, aux chercheurs et à lapopulation bas-laurentienne des’approprier davantage leur pa-trimoine régional. »Le ministère de l’Éducation,du Loisir et du Sport appuie f-nancièrement le projet par lebiais du Programme de colla-boration universités-collèges,contribuant pour 507 050 $ à unmontage fnancier de 776 025 $sur trois ans. L’UQAR, le Cé-gep de Rimouski et la Ville deRimouski sont au nombre despartenaires du milieu qui contri-bueront par divers services.Une composante essentielle dece projet sera la réalisation d’uninventaire de ressources patri-moniales du Bas-Saint-Laurent.« La région a longtemps été laporte d’entrée du Québec et ellepossède une grande richessepatrimoniale. Elle héberge aussiun large éventail d’institutionsd’enseignement et d’organismesculturels et patrimoniaux. Noussouhaitons mettre en valeur cesressources dans l’enseignementet la recherche », indique
Nico-las Beaudry 
, proesseur d’his-toire et d’archéologie à l’UQAR.Un chargé de projet sera bien-tôt embauché pour dresser cetinventaire, avec des assistantsrecrutés parmi les étudiantsdes deux institutions. « La par-tie la plus visible des ressourcespatrimoniales a déjà ait l’objetd’inventaires, mais nous souhai-tons recenser aussi des ressour-ces moins visibles, qui ne sontpas classées, car elles peuventcontribuer de açon originaleà l’enseignement et stimuler larecherche. Il ne s’agit donc pasde répéter ce qui a déjà été ait,mais de créer un inventaire quiréponde aux besoins des utili-sateurs des milieux collégial etuniversitaire », précise M. Beau-dry.Le chargé de projet aura égale-ment le mandat de gérer la créa-tion d’une banque de donnéesà partir de cet inventaire, avecl’aide de proesseurs des deuxinstitutions et de proessionnelsdu milieu. « La banque de don-nées sera accessible sur Internet.Elle sera donc à la disposition desenseignants, des chercheurs, desproessionnels et de quiconqueest intéressé par le patrimoine
Sécurité incendie : Partenariat universitairepour une formation en gestion
U
ne entente de partenariatentre l’École Polytechniquede Montréal et l’Université duQuébec à Rimouski a permisà un groupe de 40 pompiersde débuter un programme decerticat en gestion des opé-rations d’urgence en sécuritéincendie à Lévis.
Le vice-recteur à la planifcationet aux partenariats au campusde Lévis,
Robert Paré
, souli-gne que la demande adressée àl’UQAR pour orir ce certifcatuniversitaire a été initiée par ungroupe de pompiers du Servicede Sécurité Incendie de Lévis.Pour répondre à cette demande,l’UQAR rend disponible soncampus et ses ressources péri-phériques à l’enseignement alorsque l’École Polytechnique orece programme d’études, exclusi au Québec, à Lévis.Les 40 personnes admises auprogramme proviennent d’aussiloin que Matane, à l’est de Qué-bec, et de Drummondville, àl’ouest. Ce programme d’étudess’adresse aux cadres en exerciceainsi qu’aux ociers de super- vision désirant paraire leurscompétences ou s’inscrire dansun cheminement de carrière engestion de la sécurité incendie.Les pompiers en exercice qui ontcomplété leur ormation préala-ble d’ocier sont aussi admissi-bles.« Ce partenariat, dont l’UQARest très fère, démontre biencomment la collaboration entreles institutions universitaires etle milieu peut avoriser le déve-loppement des compétences etdes services en région », indiqueRobert Paré.Le responsable du certifcat engestion des opérations d’ur-gence en sécurité incendie àl’École Polytechnique de Mon-tréal,
Claude Chevalier
, est trèsenthousiaste de constater l’in-térêt des pompiers de la régionde la Capitale-Nationale et deChaudière-Appalaches envers laormation continue et le déve-loppement des compétences degestion de la sécurité incendie.« Le programme vise à dévelop-per les compétences des partici-pants de açon à ce qu’ils puis-sent obtenir les certifcations deniveau Ocier 3 et Ocier 4 re-connues en Amérique du Nord.Par ce niveau de préparation, lacollectivité bénéfciera de pro-essionnels encore mieux prépa-rés pour assurer leur protectionet leur sécurité. Ainsi, les ges-tionnaires de demain seront da- vantage outillés pour aire aceaux divers défs que leur réservela proession. »
 Jacques dAstous
Le vice-recteur à la planifcation et aux partenariats au campus de Lévis,Robert Paré, en compagnie du che de division aux operations, Service desécurité incendie de Lévis, Réjean Pérusse, du lieutenant Christian Poiré,du Service de sécurité incendie de Lévis, et du chargé de cours à l’ÉcolePolytechnique de Montréal, Martin Guilbault.
Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches
L’UQAR applaudit la signatured’une entente entre le MAPAQet Merinov
L
Université du Québec àRimouski se réjouit de la si-gnature ocialisant l’ententeentre le ministère de l’Agricul-ture, des Pêcheries et de l’Ali-mentation et Merinov.
Cette entente est particulière-ment importante pour les acti- vités du Centre d’innovation del’aquaculture et des pêches deGaspé, qui a été mis sur pied parl’UQAR, le Cégep de la Gaspésieet des îles par son centre collé-gial de transert Halieutec et leMAPAQ. « Nous sommes trèsheureux que le troisième on-dateur de Merinov confrme parcette signature la mise en placeocielle de Merinov », men-tionne le recteur de l’UQAR,
Michel Ringuet
.Par sa mission axée sur le dé- veloppement de nouvellesconnaissances et technologiesdans le secteur de l’industrie despêches et de l’aquaculture com-merciales, Merinov est appelé àdevenir un acteur majeur avo-risant l’innovation et les prati-ques de développement durable.« Il est extrêmement intéressantpour le Québec maritime qu’onarrive à regrouper de nombreu-ses expertises de haut niveaupour promouvoir le développe-ment des secteurs économiquesdes pêches et de l’aquaculture »,observe M. Ringuet.Fondé en 2010, Merinov compteprès de 90 employés. En tout, 9chercheurs, agents de rechercheet techniciens de l’Université duQuébec à Rimouski y œuvrent.L’UQAR souligne, enfn, l’inves-tissement appréciable de près de24 M $ sur cinq ans du gouver-nement du Québec dans ce Cen-tre d’innovation de l’aquacultureet des pêches.
 Jean-François Bouchard 
bas-laurentien », explique
KurtVignola
, enseignant en histoireau Cégep de Rimouski.Des initiatives concrètes ontdéjà été ciblées pour mettre en valeur les ressources patrimo-niales régionales dans l’ensei-gnement. L’Université d’été enpatrimoine, dont la premièreexpérience à l’été 2011 a été unsuccès, se répétera dans les pro-chaines années. On prévoit aussila création d’un chantier-écoled’archéologie, ouvert aux collé-giens comme aux étudiants uni- versitaires, ainsi que des activi-tés patrimoniales destinées auxécoles primaires et secondairesde la région.Selon M. Vignola, « ce projetest une occasion rêvée d’har-moniser les programmes oertsau Cégep et à l’Université. C’estimportant que les jeunes qui ontétudié au Cégep aient envie derester dans la région et de s’ins-crire à l’UQAR. Ce projet leurore aussi plusieurs passerel-les pour aciliter leur passage àl’Université, entre autres par despostes d’assistants, par des sta-ges et par des activités commel’Université d’été en patrimoi-ne. »L’UQAR et le Cégep de Ri-mouski n’excluent pas d’étendrele projet au-delà du Bas-Saint-Laurent. « Rien n’empêche quele projet s’étende si d’autres col-lèges souhaitent collaborer avecnous », conclut M. Beaudry.
 Jean François Bouchard 
Le directeur général du Cégep de Rimouski, Jean-Pierre Villeneuve, et le recteur de l’UQAR, Michel Ringuet,entourant les proesseurs Nicolas Beaudry et Kurt Vignola.
Plus de nouvelles sur www.uqar.ca 

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->