Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
L'Asynchronie

L'Asynchronie

Ratings: (0)|Views: 884|Likes:
Published by Caroline Baillez

More info:

Published by: Caroline Baillez on Jun 07, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/07/2012

pdf

text

original

 
talentdifferent.com
http://www.talentdifferent.com/parfums-denfance-quand-la-memoire-joue-des-tours-2151.html
Parfums d’enfance : quand la mémoire joue destours… l’asynchronie
 Alors queles émotionssont unélément-clé de l’apprentissage; la mémoire (stockage des informations à court ou long terme) joue un rôle central dans la formationdes émotions, mais aussi de la créativité (traitement de l’information). Et c’est elle encore qui est àl’origine du décalage (asynchronie/dyssynchronie) ressentie par bon nombre de surdoués.Ce sentiment de décalage commence très jeune et s’amplifie avec le temps, conduisant parfois àla rupture (dépression, suicide).Stéphanie Tolanle rappelle : Les enfants surdoués sont sur des trajectoires hors normes et leresteront toute leur vie. Ils passent les étapes du développement selon une programmation qui leur est unique, qui les met en décalage avec le reste de la société et de ses attentes. De plus, ilspeuventmême être en décalage interne, sur le plan des développements cognitif, social etémotionnel qui adoptent des rythmes parfois très différents.C’est ainsi que le jeune surdoué peut avoir, selon les situations, plusieurs “âges” : 8 ans (son âgechronologique) quand il fait de la bicyclette – 12 ans quand il joue aux échecs – 15 ans quand ils’attaque à l’algèbre – 10 ans quand il étudie sa collection de fossiles …. et 2 ans quand il s’agit departager son goûter avec sa petite soeur et qu’il s’y refuse.Une telle variabilité dans les comportements et perceptions est très difficile à vivre pour les parentset pour le système scolaire… tout autant que pour l’enfant lui-même d’ailleurs. Il est difficile d’êtreen permanence adapté quand tout l’environnement ne se cale que sur l’âge chronologique.Unepsychologue américaine, Shulamit Widawski, présente l’expérience du surdon sous formed’unethéorie dite « de l’entonnoir et du cylindre », une métaphore, qui lui permet d’expliquer enquelques mots volontairement simples, les différences en termes d’intensité et de quantités quiexistent quand un individu doit faire face à une expérience. L’entonnoir va représenter l’ouverturepar laquelle passe l’expérience pour entrer dans la personnalité de quelqu’un.Le cylindrereprésente l’âge, et, de fait, la capacité de process de chacun. La taille de l’entonnoir de chacun détermine la rapidité avec laquelle l’exposition à une expérienceest enfournée dans la phase de process.De ce fait, plus l’entonnoir est large, plus est importante et intense l’expérience qui doit êtretraitée. Et plus le cylindreest petit, plus l’expérience qui y arrive ainsi déborde.Shulamit Widawski prend ainsi l’exemple suivant : 3 enfants de 8 ans sont assis côté-à-côte etregardent la comédie musicale «Le Violon sur le Toit». Aucun d’entre eux ne bouge, tant ils sontconcentrés sur le film etce qui s’y passe.Le premier apprécie la musique et les danses et sait suivre le fil de l’histoire.Le second est très sensible aux éclairages et aux décors, il est impressionné par leschorégraphies de personnageset rit aux éclats quand un personnage, même secondaire, effectuequelque chose de surprenant et drôle.Le troisième enfant est rivé à l’histoire qui est racontée, et ému aux larmes de ce que le père diseque sa fille est « morte » à ses yeux, parce qu’elle épouse quelqu’un d’une religion différente de la
 
sienne. Après l’émission, le premier enfant est heureux, prêt à aller déguster une glace avec ses copains.Le deuxième enfant y est prêt aussi, à condition que les adultes parlent avec lui de la mise enscène de l’histoire.Le troisième se sent submergé. Lui n’est pas du tout prêt à aller manger une glace en groupe, iln’est pas prêt à se sociabiliser. Le troisième enfant est rempli de pensées et d’émotions quiconcernent la possibilité que les choix des gens puissent les éloigner à ce point de leur famille, et,comme si ce n’était déjà pas assez de se poser ce genre de question, se pose des questions sur la façon dont les familles font face aux changements induits par le temps et combien il y aura dechangements dans une vie.Pendant que le premier enfant a pris de ce film ce qui lui fallait pour passer à d’autres expériences – enfant facile, c’est un enfant normal ;le second a pris plus, ayant encore quelques efforts à faire pour tout intégrer, mais prêt à passer àl’expérience suivante, malgré le fait qu’il sait qu’il aura du mal à parler de ses sujets d’intérêts avecd’autres enfants de son âge – enfant à besoins spécifiques, c’est l’enfant extraverti modérémentsurdoué ; pour lui, il faut s’assurer qu’autour de lui les adultes ne le critiqueront pas de ses intérêtsdifférents de ceux de son âge, ne l’obligeront pas à rester avec ceux de son âge, sinon cet enfantdeviendra vite triste et accablé.Le troisième est si troublé et submergé émotionnellement par ce qu’il a vu, qu’il lui faut tout bloquer pendant un certain temps pour s’en remettre, pour éviter d’être plus gravement perturbé, même par le fait d’aller prendre une glace ensemble – cet enfant est hautement ou profondément surdoué. Sacapacité à absorber n’importe quoi si intensément et si profondément, mais à avoir du mal à enparler et à le traiter est le fait d’un sur un million. Cet enfant apparaîtra comme introverti, mais celasignifie aussi que, même s‘il pouvait trouver un égal avec qui entrer en contact, il aurait d’abordbesoin de tout un processus de maturation interne avant de pouvoir partager quoi que ce soit deses pensées. Cet enfant est souvent accusé d’être trop sensible ; il lui sera aussi souvent reproché,tel que les autres le voient, d’être associable et immature, attitudes qui désorientent, voire mettenten colère.Les personnes dans la norme prennent l’information, l’analysent et la synthétisent en uneexpérience proportionnelle à leur âge et à leurs capacités émotionnelles. Les surdoués peuventprendre l’information à des niveaux qu’ils ne sont pas capables de maîtriser. Ils prennent del’information, l’analysent et la synthétisent en une expérience qui est hors de proportion avec leur âge et leurs capacités émotionnelles.C’est ceci qui est la base du développement asynchrone. C’est ainsi que le surdoué mûrit plus vite,sur certains points, et plus lentement sur d’autres. Dans leur domaine qui révèle leur surdon, ilspeuvent être à des années-lumière de leurs pairs, alors qu’ils se traînent derrière eux dans d’autresdomaines, en particulier pour tout ce qui concerne la gestion émotionnelle.Plus il y a accumulation d’expériences non digérées, plus lent est le développement émotionnel. Dece fait, pour la personne qui a accumulé trop d’expériences qu’elle n’a pu encore traiter, toutenouvelle expérience peut être perçue comme irritante, voire comme une attaque, à laquelle lapersonne réagit en conséquence.Pour les parents et pour l’école, il serait plus simple que l’enfant soit normal en tout, excepté dans ledomaine académique où on lui reconnt le droit d’être en avance. Pour beaucoup d’éducateurs,d’ailleurs, il est rassurant de dire aux parents que leurs enfants surdoués sont avant tout desenfants, et qu’ils ont des besoins d’enfants comme tous les autres enfants, bien qu’ils soient enavance à l’école.Pourtant, ce n’est pas le cas.
 
Bien sûr, comme tous les enfants, ils ont des besoins d’enfants (se nourrir, se former, apprendre,se structurer, explorer)… mais avec des différences cependant.Un enfant qui lit avec voracité ne peut passer pour un enfant qui a simplement atteint certainescompétences avant les autres : sa vision de la vie, l’expérience qu’il en a est différente de celle desautres enfants de son âge. Lire augmente ses capacités cognitives plus rapidement que les autres;et en même temps l’expose à l’information, aux ressentis, aux pensées, réflexions et expériencesde personnages de fiction, ainsi qu’à l’imagination et aux idées d’un écrivain adulte. Toutes cesacquisitions sont traitées et mettent en place un environnement favorable au traitement de nouvellesacquisitions.On peut dire la même chose quant à l’acquisition précoce du langage, à partir du moment où lelangage joue son rôle non seulement dans l’activation des habiletés cognitives, mais aussi dansl’organisation biologique du cerveau.Un raisonnement abstrait précoce signifie également plus en termes de développement que lasimple précocité. L’idée se retrouve dans les travaux expérimentaux de Jean-Claude Grubar,neuropsychologue et chercheur à Lille III. Selon lui, les enfants surdoués devraient être considéréscomme inadaptés : ses recherches mettent en avant un développement cognitif paradoxal del’enfant surdoué : il dispose d’un cerveau de nouveau-né pour sa capacité de recueil et destockage des informations (la plasticité cérébrale), et de celui d’un adulte pour leur traitement. (cf l’étude CNRS sur les surdoués, – Chapitre 3)Il note en contrepoint que les déficients mentaux (autres inadaptés) ont une plasticité cérébrale ettraitement de l’information inférieures à la moyenne.Grubar revoie également aux travaux d’Eysencken 1982 sur les potentiels évoqués au niveauauditif permettent de conclure que la latence de traitement de l’information est corrélée inversementau QI. Il y a donc réduction du temps de latence dans la transmission auditive des informations chezles enfants précoces. Dans un même laps de temps, le cerveau d’un enfant surdoué recevrait doncdavantage d’informations sensorielles. Cette hypersensibilité est associée à une immensecapacité de concentration sur ce qui intéresse l’enfant.Voici une présentation de la façon dont les informations sont stockées en mémoire à court terme,traitées par l’action, et pour partie installées en mémoire à long terme. (cliquer sur l’image pour avoir accès à la communication)

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->