Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Dallenbach - Esthetique Mondalisation

Dallenbach - Esthetique Mondalisation

Ratings: (0)|Views: 374|Likes:
Published by lastobserver

More info:

Categories:Types, Maps
Published by: lastobserver on Jun 23, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/21/2012

pdf

text

original

 
Chapitre IX
Une esthétique de la mondialisation
Se pourrait-il ainsi qu’en réalité le monde ne fût pas unemosaïque, ou pour dire la même chose autrement, quil nensoit une que par abus de langage ?Avouons quun tel soupçon ne nous a guère effleuré jusqu’ici : comment imaginer l’existence d’un hiatus entre lamosaïque et le monde alors que c’est précisément la surprise causée par leur conjonction qui, pour ce travail, afonctionné comme déclic? Aurions-nous été victimes d’unmirage ?À considérer sereinement les choses, il semble excluquune quelconque suspicion puisse porter sur la réalité desfaits ou sur le caractère décisif quils nous ont paru revêtir.Car ce n’est certes pas avoir la berlue que d’observeraujourd’hui comme hier que la mosaïque obsède autant lediscours politique que le champ esthétique. Quant au deve-nir-mosaïque du monde, nous ne l’avons pas non plusinventé. Faut-il tenir pour négligeable le fait que le nombredes États ait triplé depuis une cinquantaine dannées et que,dans cette morcellisation, les politologues décèlent unrisque de balkanisation de la planète? Qu’aux premièresheures du débat sur le multiculturalisme aux Etats-Unis,Richard Senett opposé à Sheldon Hackney dans le
 New
 
York Times
ait proposé de troquer le modèle du
melting-
 
 pot,
qui selon lui ne correspondait plus à la réalité de lasociété américaine, contre celui, plus adapté à son sens, de
153
 
MOSAÏQUES
la mosaïque1? Que, désormais, les États-nations les pluscentralisés se trouvent eux aussi engagés dans un processusde reconnaissance de leurs minorités ethniques, culturelleset religieuses, et qu’à un regard extérieur la France puisseapparaître maintenant comme un habit dArlequin2 ? Qu’avecses vingt-six cantons, ses quatre langues et ses quatrecultures, la Suisse confédérale et parangon de la démocratiedirecte serve régulièrement de modèle de référence à uneUnion européenne dont le déficit démocratique est de plusen plus avéré et qui peine toujours à concilier intégration etparticularismes? Que «la diversité dans l’unité», plusgénéralement, soit devenu le cliché par excellence dans lalangue de bois des politiciens et le discours de la mondialisation ? Enfin - et plus important encore - quil y ait concomitance de dates entre la montée en puissance de la globalisation et lessor de la mosaïque ?Reste que si la métaphore du monde-mosaïque a pour elle
l
1. Paul Ricœur se fait l’écho de ce débat dans
 LIdéologie et l’Utopie
 (Éd. du Seuil, 1997), et le commente en ces termes : « Il se peut, commel’affirment certains, que les États-Unis vont d’un melting-pot à unemosaïque. Ce qui veut dire que de nombreux groupes, et par conséquent denombreuses idéologies, concourent à l’ensemble quel qu’il soit. Laconscience ethnique est désormais une composante collective d’un mixteidéologique national plus large » (p. 34).À lire le chapitre consacré à Whitman dans
Critique et Clinique
de GillesDeleuze
(op. cit.,
p. 75-80), on s’aperçoit que ce débat typiquement américain ne date pas d’hier, car ce qui est propre à l’Amérique selon Whitman,c’est le sens inné du fragment et la spontanéité du fragmentaire, d’où ce quiintéresse Deleuze : « Le monde comme ensemble de parties hétérogènes :patchwork infini, au mur illimité de pierres sèches (un mur cimenté, ou lesmorceaux dun puzzle, recomposeraient une totalité) » (p. 76).2. Ainsi l’éditrice d’une anthologie publiée en Angleterre et consacrée àla « nouvelle fiction » française se propose-t-elle de « balayer les vieux clichés » et, se référant aussi bien à la musique de MC Solaar, au film deMathieu Kassovitz
 La Haine,
qu’à la Coupe du monde de football en 1998,observe que « la France vit des changements radicaux qui se reflètent dansl’explosion culturelle des deux dernières décennies. Elle commence à accepter le fait quelle est une mosaïque d’attitudes, de religions, de langues et detraditions » (voir
 Le Monde des livres,
du 27 août 1999, p. x).
154
 
de se présenter comme historiquement évidente, cela ne suffit pas à fournir la preuve irréfutable de sa correction : sil estsans doute exagéré de prétendre avec Mallarmé que lententesuppose toujours la méprise, narrive-t-il pas souvent que cesoit sur fond de malentendu quon rallie les suffrages ?Un problème bien posé étant, comme lon sait, à demi résolu,le meilleur moyen den avoir le cœur net consistera ici aussià spécifier la question pour larticuler de manière satisfaisante.Dans la mesure il sagit dune question à la Diderot
(est-
 
elle bonne ? est-elle méchante ?),
à ceci près quil est permisd’espérer que le cas de l’analogie, lui, ne sera pas indéci-dable, il me paraît nécessaire de commencer par repérer lesordres de considérations qui doivent être pris en compte.Si le terme, indiscutablement, fait image, le
monde-
 
mosaïque,
en effet, est une notion vague : la pertinence del’analogie sera-t-elle la même selon que cette dernière serapporte au monde envisagé d’un point de vue politique,économique, culturel, social ?Quelque limitée qu’elle soit par leur inscription dans deplus vastes ensembles et les réaménagements internesqu’entraînent ces franchissements de frontières, sa validitéappliquée aux États considérés comme réalités empiriquesou semi-empiriques3 ne fait aucun doute. Mais napparaît-elle pas comme une cote mal taillée voire, à la limite,comme un pur non-sens sitôt que la comparaison porte surle capital et les flux financiers ? Certes, on retrouve bien iciune diversité d’opérations et de valeurs qu’un équivalentgénéral, dans un cadre étendu à la planète, permet deconvertir et de réduire à l’identique4. Par ailleurs, une catas
3. Voir à ce sujet la typologie extrêmement éclairante élaborée parMichael Walzer dans son
Traité de la tolérance,
Gallimard, 1997, chapitre n.4. C’est l’idée qu’exploite une publicité récente (novembre 2000) del’Union Bank of Switzerland, où l’image d’un mosaïste au travail se trouveassociée à la légende suivante : « L’art de la gestion financière consiste àréunir des éléments disparates en un tout harmonieux. »
UNE ESTHÉTIQUE DE LA MONDIALISATION
155

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->