Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Journal L'Oie Blanche du 11 juillet 2012

Journal L'Oie Blanche du 11 juillet 2012

Ratings: (0)|Views: 206 |Likes:
Published by nblavoie
Journal coopératif MRC Montmagny, L’Islet, Bellechasse • 22 413 copies

Volume 27 • Numéro 28 • Mercredi 11 juillet 2012

www.oieblanc.com

la meilleure p31
602J20-11

haute voltige!
page 27
8

page 6

Levée du lock-out acceptée de justesse 3
charles proulx outré 3 |

|

Agriculteurs de l’année 7 |
|

Charlie-Ann, l’Enfant Soleil 9

la maison des arts 6

retour d’ononthio

Quand le dynamisme rencontre la performance

Raymond Morin CPA, CA

La Pocatière Montmagny Saint-Jean-Port-Joli Saint-Pamphi
Journal coopératif MRC Montmagny, L’Islet, Bellechasse • 22 413 copies

Volume 27 • Numéro 28 • Mercredi 11 juillet 2012

www.oieblanc.com

la meilleure p31
602J20-11

haute voltige!
page 27
8

page 6

Levée du lock-out acceptée de justesse 3
charles proulx outré 3 |

|

Agriculteurs de l’année 7 |
|

Charlie-Ann, l’Enfant Soleil 9

la maison des arts 6

retour d’ononthio

Quand le dynamisme rencontre la performance

Raymond Morin CPA, CA

La Pocatière Montmagny Saint-Jean-Port-Joli Saint-Pamphi

More info:

Published by: nblavoie on Jul 10, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/14/2013

pdf

text

original

 
Levée du lock-out acceptée de justesse 3 | Agriculteurs de l’année 7 | Charlie-Ann, l’Enfant Soleil 9
page 6
 
haute voltige!
 
charles proulx outré 3 | la maison des arts 6 | retour d’ononthio 8
 
page 27
   w   w   w .    o     i    e     b     l    a    n    c .    c    o    m
 Journal coopératif
 
MRC Montmagny, L’Islet, Bellechasse • 22 413 copies
Volume 27 • Numéro 28
• Mercredi 11 juillet 2012
la meilleure
p31
        3        0        9        G        2        8    -        1        2
201, boul. Taché Ouest, Montmagny
Tél.: 418 248-0014•Téléc.: 418 248-9370
Sans frais: 1 866 248-0024www.montmagnymazda.com
*Modèle D4XS52AA00 Détails chez Montmagny Mazda.
0
$
Dépôt desécurité
695
$
comptant
 169
$
 
*
 169
 
$
*
LOCATION
par mois / 
48 mois
Transport et préparation
INCLUS
GX 2012
en version
SKYACTIV 
 
en version
SKYACTIV 
Jusqu’à
 AVEC UN SEULPLEIN!
1 000
km
 
Jusqu’à
 AVEC UN SEULPLEIN!
1 000
km
SUR LA PLUPART DES MODÈLES MAZDA 2012
Quand le dynamismerencontre la performance
Raymond Morin
CPA, CA
La PocatièreComptables agréés418 856-2547Montmagny 418 248-1303Saint-Jean-Port-Joli 418 598-3331Saint-Pamphile 418 356-5555
         6         0         8         J         2         8    -         1         2
         6         0         2         J         2         0    -         1         1
 
              |
    M   E   R   C   R   E   D   I   1   1   J   u   I   l   l   E   t   2   0   1   2
              |
 
   L   ’   O   I   E   B   L   A   N   C   H   E
              |
 
   w   w   w .   O   I   E   B   L   A   N   C .   C   O   m
      2
1, CHEMIN DES POIRIER, MONTMAGNY 418 248-4919
Plan mise de côté
OUVERT LEDIMANCHE DE 12 H À 17 H
       2       1       1       A       2       8    -       1       2
Dame
• Camisole 
à partir de 
5
$
• T-Shirt
à partir de 
5
$
• Bermuda
à partir de 
5
$
Homme
• Bermuda
à partir de 
10
$
• Chemise
à partir de 
10
$
• T-Shirt à
à partir de 
6
$
Chaussures
• Sandales
à partir de 
10
$
• Geox 
à partir de 
30
$
Département travail
• Chemises/pantalons
à partir de 
15
$
• Chaussures
à partir de 
50
$
Enfant
• Bermuda
à partir de 
5
$
• Chandail
à partir de 
3
$
 Venez voirnos itemsà prix ridicules!!
 
 3 
 
 w w w. OI  AN C . C  Om
 
     |      
 
’   OI  AN C H
     |      
 M C DI   J  uI   0 
     |      
Les plus grandes marques disponibles
 Personna l isez  vo tre  vé h ic u le
Dis tribu teur de 
«  MA G S  »
 choix - prix - conseil - service
www.pneusandreouellet.com
1, ave. de la Caserne, Montmagny 
418.248.2052 • 1.866.248.2052 
3       1       5        G        2       4    -       1        0
Charles Proulx outré!
Réplique à l’intégRateuR ChRistian BReton
Charles Proulx, un producteur de porcs indé-pendant, ancien président de la Fédération des pro-ducteurs de porcs du Québec, réplique à ChristianBreton et accuse le Gouvernement de privilégierles intégrateurs et l’UPA de fermer les yeux. Char-les Proulx a choisi de vivre sur ses terres dans laferme familiale, près des animaux. Il s’est consacréà un seul métier, celui de producteur de porc indé-pendant. «Moi j’ai toujours eu une seule source derevenus. Je ne dépends pas d’un intégrateur pourvivre. Est-ce qu’un producteur de porcs qui disposede la caution d’un intégrateur est un producteur in-dépendant? Il est lié».
Gouvernement injuste
«Le Gouvernement détourne l’ASRA de sonobjectif initial», estime Charles Proulx. «Cet ob-jectif était d’aider les producteurs indépendants».Selon lui, le système de l’Assurance Stabilisationdu Revenu Agricole (ASRA) aurait du privilégier lesfermes familiales. «Il a été institué par monsieur leministre Garon il y a une trentaine d’années pouraider les producteurs indépendants. Pourquoi lesindustriels intégrateurs reçoivent-ils une com-pensation du même fonds de stabilisation que lesproducteurs indépendants? Ce ne sont pas des pro-ducteurs de porcs!» La conséquence, estime-t-il, «ce sont les baisses de l’ASRA qui ont multiplié lesfaillites des producteurs indépendants, qui tombenttous en même temps ». Depuis 2008, rappelle-t-il,il y a des coupes dans l’ASRA, ce qui correspond àune baisse d’environ 110 000$ par ferme chaqueannée. «Il est injuste que le gouvernement du Qué-bec accorde la même compensation aux industrielset aux producteurs de porcs indépendants», afrmeCharles Proulx. Il prétend qu’il est tout à fait anor-mal et contraire à la loi, que les intégrateurs reçoi-vent la plus grosse part de l’ASRA, alors que cetargent ne devrait être réservé qu’aux producteursindépendants.
industriels de l’intéGration
«Breton juge les producteurs indépendantsavec dédain, mais les intégrateurs protent de lasituation. Il nous rend responsables de nos dif-cultés nancières, mais est-ce le cas lorsque touteune catégorie de producteurs indépendants commemoi tombe sous la pression nancière? Ce sontalors ces mêmes intégrateurs qui rachètent à basprix les inventaires ou dans certains cas les sitesd’élevages des producteurs indépendants en dif-cultés nancières». Et le comble, croit-il, est qu’ilssont aidés pour cela par les énormes subventionsgouvernementales de l’ASRA!Selon Proulx, Breton, qui a 50 compagnies,un réseau commercial et une centaine de produc-teurs de porcs apparentés, «est un industriel etpas un producteur de porcs». Ce sont les protsde la quincaillerie et du centre d’insémination quicontribuent à sa rentabilité. «Ce sont les à côtésqui lui permettent de vivre, croit-il. Je n’ai pasmoi de compagnie de génétique, de quincaillerie,de camions de transport, d’abattoir pour mes ani-maux, ou de meunerie commerciale, des quotas devolailles».Il estime que les intégrateurs faussent les prixet le marché par «leurs tentacules en faisant lapieuvre» qui étouffe les producteurs indépendants.Il prétend que le prix de revient des producteursindépendants n’est pas articiel comme celui desintégrateurs qui produisent du porc en interne pourapprovisionner leurs autres activités alimentaires.
laxisme
«J’accuse l’UPA de laxisme», afrme Proulx.«L’UPA a la tête dans le sable et ne veut plus voirla vérité. Ses dirigeants n’ont rien fait pour les pro-ducteurs de porcs. Ils doivent défendre les produc-teurs agricoles. Pourquoi n’utilisent-ils pas leursfonds disponibles pour défendre les producteursagricoles en difcultés?»
Par Gérard samet
Collaboration spéciale
(NDLR) M. Charles Proulx, producteur de porcs indépendant de Saint-Roch-des-Aul-naies, vient d’accorder une entrevue au journaliste Gérard Samet du journal La VieAgricole (juillet 2012, page 3). Nous la reproduisons de façon intégrale.Charles Proulx a coné à La Vie Agricole ne pas avoir dormi de la nuit après la lecture dudernier numéro de notre publication tellement il était dérangé par les propos tenus parChristian Breton dans l’entrevue où celui-ci prétend que les producteurs de porcs qui sonten faillite le sont pas leur faute.
L’OIE BLANCHE
Actualités
Centenaire de la ChaPelledu laC trois-saumons
Construite au printemps 1912, la chapelle St-Jean-Baptiste du lac Trois-Saumons fête son centenaire cette année. Pour souli-gner cet événement, le curé Paul Bélanger a rédigé un ouvrage dans lequel il relate toute l’histoire de cette coquette desserte.
Le lancement du livre intitulé «Cent ans au cœur dulac» aura lieu le 15 juillet prochain sur les lieux mêmes,à la chapelle St-Jean-Baptiste au lac Trois-Saumons àSaint-Aubert. Le recueil retrace l’histoire de la dessertecentenaire, mais aussi celle des deux autres chapelles,aujourd’hui démolies, soit la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes bâtie sur le rive nord et la chapelle Sainte-An-ne-du-Lac construite sur la rive est. An de retrouverles origines de ce patrimoine religieux, M.Bélanger afouillé les archives de la chapelle Saint-Jean-Baptisteet celles du Diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.Malheureusement, il n’a pu consulter les archives duDiocèse de Québec en raison du déménagement desdocuments. C’est pourquoi la période allant de 1912à 1940 est beaucoup moins étoffée. Son recueil traiteégalement de la vie des riverains et des gens de la ré-gion qui ont fréquenté les lieux. M.Bélanger souhaiteainsi offrir un cadeau à cette communauté «qui lui atant donné».
une ChaPelle qui a survéCuau défi du temPs
Le projet d’ériger une église au lac Trois-Saumonsa été tenté pour la première fois en 1908, mais n’a puse concrétiser en raison de l’opposition des citoyensde l’Islet qui croyaient qu’une telle construction auraitmise à mal l’église de leur paroisse. C’est au printemps1912 que la chapelle St-Jean-Baptiste est bâtie sur unepetite colline en bordure de la rive sud du lac. Elle futnommée ainsi en mémoire de la première messe célé-brée au lac le 24 juin 1910 sur le perron du chalet voisin,baptisé du même nom. Au l des ans, elle fut menacéede démolition à deux reprises. En raison de sa petitesse,on voulu en ériger une plus importante. À chaque fois,le projet fut retardé, et la chapelle resta bien établie.On construisit la chapelle Notre-Dames-de-Lourdes ducôté nord en 1958 et la chapelle Sainte-Anne-du-Lac ducôté est en 1962. Puisque la pratique religieuse a gran-dement diminué au cours des dernières décennies, cesdeux bâtiments religieux furent détruits, et la chapelledes origines demeura, avec quelques modications fai-tes au l des ans an d’agrandir un tant soit peu leslieux.Contrairement à plusieurs églises, la chapelle St-Jean-Baptiste est en bonne santé nancière. Le curéBélanger est toujours surpris par la souscription an-nuelle. Mais il n’en demeure pas moins qu’il se deman-de jusqu’à quand cela durera, parfaitement conscientd’être peut-être le dernier prêtre à la desservir, puisqu’ila très peu de relève.
desservant dePuis 20 ans
Pour le curé Bélanger, ce lieu a toute une signi-cation, puisqu’il a vécu les étés de son enfance sur lesrivages du lac Trois-Saumons. Né ausein d’une famille de 13 enfants, ilse rappelle «ces dimanches fabuleuxoù on montaient les côtes du lac encarriole ou en voiture avec les tartes,les rôties et la crème glacée maison».Déjà, à partir de 3 mois, il effectuaitson premier voyage. Pensionnaire auCollège Sainte-Anne-de-la-Pocatière,il passa la saison estivale dans cetenvironnement bucolique. «Jamaisje n’aurais pensé être desservantici. C’est un concours de circonstan-ces et une grâce du ciel», a expliquéM.Bélanger.Au-delà de la magnique archi-tecture du bâtiment, c’est surtout lesparticipants qui plaisent au curé Bé-langer. La petitesse des lieux donneune ambiance chaleureuse et intimeaux célébrations, d’autant plus quele prêtre affectionne tout particuliè-rement le chant et ne se gêne paspour encourager les pratiquants à l’ac-compagner. Mais il reconnaît que cettecommunauté s’éteint de plus en plus. «J’ose espérerqu’elle renaîtra, mais sous quelle forme?» Visionnezl’entrevue avec M.Paul Bélanger sur le site web dujournal.
Par sylviane lord
webmestre@oieblanc.com
Le curé Paul Bélanger, desservant depuis 20 ans à la chapelle Saint-Jean-Baptiste du lac Trois-Saumons de Saint-Aubert.

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
nblavoie liked this
nblavoie liked this
nblavoie liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->