From the Publisher

Depuis quelques décennies, de nombreux auteurs catholiques s’efforcent de justifier l’attitude de la hiérarchie religieuse à l’égard des juifs, au fil des siècles, et plus particulièrement celle qui fut la sienne à l’époque de la Shoah. Circonstance aggravante, aux yeux de l’auteur : les autojustifications dont se pourvoit l’Église d’aujourd’hui. Et d’évoquer, entre autres textes, la prise de position militante du pape Benoît XVI en faveur de son lointain prédécesseur, dans une homélie prononcée le 9 octobre 2008, à l'occasion des 50 ans de la mort de Pie XII. Il y invoquait le radio-message de Noël (décembre 1942), dans lequel le pontife du temps de guerre déplorait la situation des «centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, mais seulement pour des raisons de nationalité ou de race, sont destinées à la mort ou à un progressif dépérissement»..
L’auteur estime que cette longue et âpre polémique est pour beaucoup dans l’exacerbation des répliques des défenseurs de l’institution ecclésiale et de sa hiérarchie, dont les excès apologétiques, causent souvent autant de dommages à la cause de l’Église que les accusations stridentes et parfois injustes de ses détracteurs. Il procède à des analyses de cas, dont il prévient que certaines pourront irriter, voire scandaliser celles et ceux qui voudraient que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes religieux, et qui, pour discréditer toute remise en cause, même sincère et documentée, de l’institution ecclésiale et de ses prélats, accusent leurs auteurs de volonté de nuire à la religion chrétienne.
Il affirme que sa démarche veut s’inscrire dans la ligne de ce qu’écrivait un pape du XIXe siècle : «L’historien de l’Église sera d’autant plus fort pour faire ressortir son origine divine [...] qu’il aura été plus loyal à ne rien dissimuler des épreuves que les fautes de ses enfants, et parfois même de ses ministres, ont fait subir à cette épouse du Christ dans le cours des siècles [...]». Il souhaite que les chrétiens, leurs dignitaires et leurs pasteurs, entrent dans une démarche de pénitence et de repentance, sincère et totale.
Selon lui, de longs siècles d’exaltation excessive de la sainteté de l’Église et de ses ministres ont contribué à forger un mythe que la théologie a la possibilité de faire voler en éclats sans porter atteinte à la dignité de l’Église.
Pour ce faire, estime l’auteur, plutôt que de rendre hommage, voire d’accorder des distinctions honorifiques à des apologètes exaltés et peu regardants sur le choix des «preuves» qu’ils assènent à leurs contradicteurs, l’Église gagnerait à souligner et à actualiser l’appel à la pénitence qui parcourt toutes les Écritures, et à y répondre, avec ses fidèles, par la conversion du cœur et la reconnaissance publique de ce qui fut regrettable dans l’attitude de la chrétienté d’alors. C’est, selon lui, le seul moyen de toucher le cœur de Dieu et celui de nos contemporains.

Published: Menahem R. Macina on
ISBN: 9781301826544
Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
Availability for L'apologie qui nuit à l'Eglise: Révisions hagiographiques...
With a 30 day free trial you can read online for free
  1. This book can be read on up to 6 mobile devices.
scribd