Gustave Flaubert, l'« homme-plume » by Clémence Verburgh, Gauthier De Wulf, and 50 minutes by Clémence Verburgh, Gauthier De Wulf, and 50 minutes - Read Online

Book Preview

Gustave Flaubert, l'« homme-plume » - Clémence Verburgh

You've reached the end of this preview. Sign up to read more!
Page 1 of 1

GUSTAVE FLAUBERT

Naissance ? Né le 12 décembre 1821 à Rouen.

Mort ? Décédé le 8 mai 1880 à Croisset.

Contexte ? Le XIXe siècle, très mouvementé sur le plan politique, mais aussi littéraire, puisque les courants se succèdent et se rejettent les uns les autres.

Œuvres majeures ?

Madame Bovary (1857)

Salammbô (1862)

L’Éducation sentimentale (1869)

La Tentation de saint Antoine (1874)

Trois Contes : Un cœur simple, La Légende de saint Julien l’hospitalier, Hérodias (1877)

Bouvard et Pécuchet (1881, inachevé et posthume)

Pour ses contemporains, Gustave Flaubert est quelqu’un d’atypique. Se définissant lui-même, dans une lettre à l’écrivaine Louise Colet (1810-1876) datant du 31 janvier 1852, comme un « homme-plume », il est écrivain avant tout. C’est sa seule passion, sa seule raison de vivre, à laquelle il se consacre corps et âme. Pour la littérature, il parcourt le monde entier et étudie minutieusement les sociétés, afin de les faire revivre à travers ses mots. Il élabore par ailleurs une doctrine littéraire toute personnelle : créer le beau grâce au style et non par l’histoire. En homme excentrique, il clame haut et fort son rejet du réalisme et du romantisme. Pourtant, paradoxalement, il en connaît toutes les ficelles et ses œuvres s’inspirent simultanément de ces deux mouvements :

Mais qui est-il donc ? Ses contemporains ne le comprennent pas, ni lui, ni ses livres. Il est jugé pour Madame Bovary (1857), insulté pour Salammbô (1862) et critiqué pour L’Éducation sentimentale (1869). Flaubert