Enjoy this title right now, plus millions more, with a free trial

Only $9.99/month after trial. Cancel anytime.

Montreal's Expo 67 (French version)

Montreal's Expo 67 (French version)

Read preview

Montreal's Expo 67 (French version)

Length:
153 pages
56 minutes
Released:
Oct 17, 2016
ISBN:
9781439658116
Format:
Book

Description

En 1967, le Canada fêtait le centième anniversaire de son existence avec une fête spectaculaire, et tout le monde a été invité. L'Expo 67 de Montréal était la première exposition internationale à avoir lieu au Canada et c'était une grande réussite, qui a attiré plus de 50 millions de visiteurs. Le site de 405 hectares a été construit sur deux îles artificielles dans le fleuve Saint-Laurent et incorporait 90 pavillons d'aspects futuristes, créés par les meilleurs architectes et concepteurs dans le monde. Plus de 60 pays y ont été représentés ainsi que des pavillons privés, corporatifs et thématiques. Tous ont fait partie du thème « Terre des Hommes ». Avec des artistes de tous les secteurs, des restaurants, des attractions culturelles, des expositions et un parc d'amusement de classe internationale, l'Expo 67 était en réalité la fête du siècle et elle a dépassé toutes les attentes.
Released:
Oct 17, 2016
ISBN:
9781439658116
Format:
Book

About the author

Bill Cotter is a longtime world's fair enthusiast and has traveled to many of these international exhibitions. The author of several other books on fairs for Arcadia, he is a frequent contributor to other books, magazines, and documentaries on world's fairs, and he has spoken extensively on the subject. His photograph collection has been featured in museum exhibits, and he operates several popular websites devoted to the study and appreciation of the fairs.


Related to Montreal's Expo 67 (French version)

Related Books

Related Articles

Book Preview

Montreal's Expo 67 (French version) - Bill Cotter

2016

INTRODUCTION

Être homme . . . c’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde.

—Antoine de Saint Exupéry

Ce qui deviendrait l’Expo 67 a commencé en 1958 lorsque les politiciens canadiens ont commencé à explorer des façons de célébrer le centième anniversaire depuis la création de la Fédération en 1867. Le premier discours public qu’ils considéraient une expo universelle fut donné par le Sénateur Mark Drouin le 28 octobre 1958 à l’Expo 58 à Bruxelles, mais les organisateurs ont dû surmonter de grands obstacles avant que leurs rêves ne puissent devenir une réalité.

Le premier défi était l’obtention de l’accord du Bureau International des Expositions (BIE), une organisation basée à Paris, formée en 1928 pour régulariser les expos mondiales. Plusieurs autres nations s’intéressaient à accueillir une expo en 1967, l’année qu’on avait comme objectif, et quand la BIE a annoncé sa décision en 1960, le Canada avait perdu contre l’Union Soviétique par très peu. La délégation canadienne a commencé à travailler sur d’autres projets moins grands pour le centenaire mais à la grande surprise et à la joie de tous, l’Union Soviétique a décidé en 1962 qu’elle n’accueillerait pas son expo à cause des soucis financiers et de la sécurité. Bien que d’autres pays aient immédiatement montré de l’intérêt à l’accueil de l’expo de 1967, le 13 novembre 1962, la BIE a annoncé que le Canada accueillerait « L’Exposition Universelle et Internationale de 1967 ».

Une nouvelle agence fédérale, la Compagnie canadienne pour l’Exposition universelle en 1967, a été créée pour concevoir et diriger l’expo. Un des premiers obstacles à surmonter était l’emplacement de l’expo. Le maire de Montréal, Jean Drapeau, avait mené la campagne pour accueillir l’expo dans sa ville, mais où ? De nombreuses études de sites autour de Montréal et la zone qui l’entourait, ont été faites mais chaque option posait de graves problèmes. Aucun site n’avait la taille, la disponibilité et le transport en commun nécessaire. On a considéré la possibilité d’utiliser de nombreux sites, liés les uns aux autres, mais le 22 mars 1963, les organisateurs ont annoncé qu’ils avaient trouvé une solution peu habituelle à leur problème. Ils construiraient une expo au centre du fleuve Saint-Laurent. Ce qui allait devenir Expo 67 a commencé comme deux îles, l’Île Sainte-Hélène et l‘Île Ronde, et une partie du port de la ville. Ces zones n’étaient pas assez grandes pour accueillir tous les pavillons planifiés pour l’expo, même si on les développait. Alors une nouvelle île, l’Île Notre-Dame, a été construite. La décision de construire les îles n’avait pas été unanime, donc plusieurs des dirigeants de l’organisation ont démissionné pour montrer leur désarroi. Certains disaient que le projet était trop ambitieux, trop cher et ne pourrait tout simplement pas être terminé à temps. Drapeau n’a porté aucune attention à leurs plaintes et a continué avec le projet, en remplaçant les membres du comité avec d’autres qui étaient plus favorables à ses plans. La Ville de Saint-Lambert n’était pas non plus contente avec le projet et elle prétendit qu’une section du fleuve était au-delà de sa frontière et il fallait une décision fédérale pour résoudre la dispute en faveur de Montréal.

La construction des îles a commencé le 13 août 1963. On estimait que 28 million tonnes métriques de roche et de terre étaient nécessaires pour construire le site dont beaucoup sont venus des excavations du nouveau système souterrain de Montréal, de l’expansion de la voie maritime du Saint-Laurent et du fleuve près du site de construction. Au moment où le site a été construit, il faisait plus de 400 hectares. Pendant que la construction des îles était en cours, on a changé l’image de l’exposition universelle à l’Expo 67. Le nom a été suggéré par Donald A. Logan, un cadre de BIE, que cette mesure voudrait dire que l’évènement se démarquerait des autres expositions mondiales récentes et était aussi facile à comprendre en anglais qu’en français. Les organisateurs avaient aussi choisi le thème « Terre des Hommes » basé sur le livre publié en 1939 Terre des Hommes d’Antoine de Saint-Exupéry. Un bulletin de presse de l’Expo expliquait que « le thème Terre des Hommes donnerait une illustration émouvante de l’humanisme du vingtième siècle comme partie d’une présentation pleinement intégrée du développement artistique, scientifique et philosophique de l’Homme. Tout serait pénétré par un sentiment d’appartenance à la communauté de l’Homme et une conscience de l’unité rudimentaire de l’humanité. » La majorité des pavillons et expositions ont trouvé un lien au thème général, même si c’était ténu.

La société de l’exposition a pris le contrôle des îles le 30 juin 1964 et les travaux de construction sur les pavillons et l’infrastructure de soutènement commencèrent. La construction d’Expo 67 était un travail monumental. On a employé plus de 6.000 travailleurs et elle a été terminée à temps. Au moment d’être fini, le site contenait 847 bâtiments et pavillons; 27 ponts; 82km de rue et chemins; 37km d’égouts et de canalisations; 160km de lignes d’eau, gaz et d’électricité; 88.500km de câbles téléphoniques; 24.484 places de stationnement; 14.950 arbres; 4.330 poubelles et 6.150 lumières.

Expo 67 ouvrit le 28 avril 1967. En tout, 50.306.648 visiteurs ont apprécié les pavillons fantaisistes et les spectacles avant que les portes ferment le 29 octobre, ce qui veut dire qu’elle était l’une des expositions les plus visitées dans l’histoire. Cependant, cela ne fut pas la fin de l’Expo 67, comme on peut le voir dans le chapitre cinq.

De la même

You've reached the end of this preview. Sign up to read more!
Page 1 of 1

Reviews

What people think about Montreal's Expo 67 (French version)

0
0 ratings / 0 Reviews
What did you think?
Rating: 0 out of 5 stars

Reader reviews