Noirs Désirs Vol. 3 by Analia Noir by Analia Noir - Read Online

Book Preview

Noirs Désirs Vol. 3 - Analia Noir

You've reached the end of this preview. Sign up to read more!
Page 1 of 1

Analia Noir

Noirs Désirs

Vol. 3

Découvrez comment recevoir gratuitement deux livres par mois d'Analia Noir directement dans votre boîte mail ! C'est facile, rendez-vous à la toute fin de cet ebook ;)

Abby marcha d’un pas vif jusqu’à la Seine. Les idées se bousculaient dans sa tête. La soirée avait bien commencé puis à un moment, quelque chose s’était détraqué dans la tête de la jeune femme. Dès l’instant où Langlois l’avait reconnue comme une Domina potentielle, Abby avait perdu pied avec la réalité. Elle était entrée dans son rôle comme une fée traverse l’autre côté du miroir. Elle était passée dans un monde sans repère d’aucune sorte. Tout devenait possible, autorisé, contraint et accepté, jusqu’aux confins de l’humiliation la plus dégradante mais aussi la plus lumineuse. Etait-ce Langlois qui la mettait dans cet état où bien était-elle tout simplement prédisposée pour ce genre de pratiques inavouables ? Elle regrettait déjà sa mise en scène finale. Pourquoi avait-elle voulu mêler sa femme à leurs ébats bizarres ? C’était puéril. Langlois devait lui en vouloir à mort. Mais Abby n’avait pas pu s’empêcher de prolonger ce moment de domination en y incluant une femme qu’elle savait allergique aux pratiques sexuelles déviantes. C’était d’une perversité lumineuse ! Quelque chose en tous cas qui allait accélérer la procédure de divorce entre Langlois et son épouse coincée du cul.

Elle avait envie de se punir elle-même et dévisageait les hommes dans la rue. Elle voulait quelque chose de furtif, cachée derrière une porte cochère, sans voir le visage de celui qui la pénètrerait. Elle suivit le premier venu dans une ruelle qui sentait les poubelles et se laissa détrousser comme une chienne, jupe remontée. Plaquée contre le mur, une cuisse relevée, elle soupirait à chaque coup de butoir que lui infligeait l’homme dont elle ne voulait pas voir le visage. Elle l’encourageait