Le temps de l'amour : Maintenant by L.A. Zoe by L.A. Zoe - Read Online

Book Preview

Le temps de l'amour - L.A. Zoe

You've reached the end of this preview. Sign up to read more!
Page 1 of 1

vingt-trois

Le temps de l'amour : Maintenant

L.A. Zoe

––––––––

Table des matières

Prologue

Chapitre un

Chapitre deux

Chapitre trois

Chapitre quatre

Chapitre cinq

Chapitre six

Chapitre sept

Chapitre huit

Chapitre neuf

Chapitre dix

Chapitre onze

Chapitre Douze

Chapitre treize

Chapitre quatorze

Chapitre quinze

Chapitre seize

Chapitre dix-sept

Chapitre Dix-huit

Chapitre Dix-neuf

Chapitre vingt

Chapitre 21

Chapitre 22

Chapitre vingt-trois

Prologue

Hayley Hall, Université de Kiowa, Campus de Cromwell Nord

Samedi soir, 25 mai 20XX

––––––––

Les banderoles en nylon vert Day-Glo, aux couleurs vives, lisent :

FÉLICITATIONS !

BONNE RETRAITE, MILTON !

THANK YOU !

Les mots en colère ont sauté aux yeux de Milton Carver alors que le plus musclé de ses étudiants diplômés, accompagné d'une infirmière auxiliaire, poussait son fauteuil roulant dans l'allée centrale menant à la table avant.

La foule s'est levée et a applaudi. Comme le mouvement brownien, le bruit fort a diminué et a coulé par les oreilles de Carver.

Des visages souriants sont apparus devant lui comme des pop-up, jack-in-the-box, des fantômes dans une maison hantée, des monstres dans des films bon marché.

Les femmes se penchaient vers le bas et embrassaient sa joue. Il ne pouvait pas les sentir, mais il savait qu'ils évitaient la salive qui coulait du coin droit de sa bouche.

Sur la serviette drapé sur son épaule droite, protégeant le costume noir dans lequel les préposés ont travaillé son corps. Il est trop lâche, bien sûr. Il l'avait adapté à son physique d'avant l'AVC.

Il connaissait ces gens. Tous. Mais leurs noms sont restés derrière une forteresse de pierre, enfermés dans une base de données souterraine stockée sur une partie du disque dur de son cerveau à laquelle il ne pouvait plus accéder.

Non pas que ses lèvres et sa langue raides comme une statue puissent prononcer leurs noms, même s'il s'en souvenait.

Pendant une seconde, il a pensé à sa mère et à son père. Ils avaient du mal à y croire quand il a obtenu son diplôme universitaire avec un diplôme de quatre ans en physique. Comme ils seraient étonnés de voir cette foule majoritairement blanche applaudir leur plus jeune fils et sa carrière.

La pièce sentait les rayons gamma.

Comme il aurait aimé mourir sur-le-champ, sur-le-champ. Que la foudre le frappe - le troisième coup, celui qui le tuerait, devant toute la faculté du département de physique et tout ce que le président Kearney de l'Université de Kiowa a ordonné de le remplacer, parce que Kearney détestait les tripes de Milton et qu'il savait que Milton retournait le sentiment.

Donc c'est tout ce qu'on en est arrivé là. Plus de cinquante ans en tant qu'employé de l'Université de Ki, d'assistant d'enseignement à chef de département. Avec des congés pour mauvaise conduite.

Forcé par son corps traître - ainsi le département de biologie a gagné la dernière guerre de financement des subventions - et la bande de théoriciens superstring embarrassés parce qu'il ne s'inclinait pas devant leurs théories.

Le semestre prochain, ils seraient de retour devant leurs classes, et Carver s'allongerait dans son lit dans l'aile de réadaptation de la maison de soins infirmiers Parkside Towers.

Stephen Hawking a obtenu un fauteuil roulant sur mesure, des dispositifs spéciaux lui permettant de communiquer par les muscles des joues et autant d'infirmières, d'aides et d'étudiants diplômés qu'il en avait besoin.

Carver aurait une montre en or et une pension.

Et il était si près de lier la mécanique quantique à la relativité générale.

Si près !

Non pas la théorie idéalisée d'Einstein de Tout ou Théorie du champ unifié, ce qui n'arriverait jamais, mais l'explication de la transgéométrie du quanta, indiquant la voie à l'humanité qui apprend à exploiter les dernières découvertes de la matière noire et de l'énergie sombre. Et comment les nombres infinis d'univers se sont connectés.

Avec les nouvelles données qui viennent d'arriver du Grand collisionneur de hadrons, il aurait bientôt terminé son article final.

Alors, laissez les théoriciens de la superstring faire le pire. Que le troisième coup vienne.

Si seulement il pouvait compléter et soumettre cet article, il pourrait tolérer la mort, et tout ce qui pourrait suivre. Que ce soit un ciel spirituel et l'enfer au-delà de la science de la réalité examinée - ou l'oubli insensé d'une créature biologique qui vient d'avoir un organe de conscience de soi bioélectrique usé par le temps et la deuxième loi de la thermodynamique.

Marile !

S'il avait besoin d'elle, c'était maintenant.

Mon ange gardien chéri, mon amour, où es-tu ?

Chapitre un

Salle d'histoire, Université de Kiowa, Campus de Cromwell Nord

Lundi matin, 15 janvier 2187

Marile Historian-1 a quitté la cabine roulante dès que la porte s'est ouverte. Elle a incliné sa main gauche pour protéger son implant de la lumière du soleil, afin de pouvoir lire l'écran.

8:52 A.M.

Juste à l'heure pour son rendez-vous de neuf heures.

Elle a dû faire bonne impression sur ce panel de ses conseillers universitaires, en particulier sur Sonny Boy Historian-9.7, le chef du département d'histoire

Elle portait un simple coton bleu turquoise qui descendait jusqu'au dessus du genou, accentuant ses yeux. Ceinture fine en cuir verni noir. Pompes brunes. Une touche de rouge à lèvres et de rouge à lèvres. Un foulard en soie bleue. Boucles d'oreilles en perles fantaisie. Un parfum floral.

Elle a passé des heures dans un magasin de vêtements à dessiner sa tenue, à choisir les matériaux, à les ajuster, puis à recommencer à zéro.

Elle ne savait pas exactement qui, à part Sonny Boy, parmi tous les professeurs du département d'histoire, ferait partie du panel. Après avoir obtenu un diplôme avec une majeure en histoire, plus de trois ans d'études pour sa maîtrise, puis cinq ans de travail vers son doctorat, elle connaissait tout le monde et tout le monde la connaissait.

Pourtant, elle voulait donner l'impression d'être une étudiante digne de l'occasion qu'elle demandait. Ce n'est pas le même étudiant qui s'est affalé en écoutant leurs cours. Ou écrire désespérément des essais dans Blue Books. Ou socialiser avec eux à la Long House, un lieu de rencontre préféré hors campus pour les étudiants et les professeurs.

Cette rencontre pourrait déterminer toute sa carrière, tout le reste de sa vie.

Elle voulait que ce panel comprenne à quel point elle prenait l'histoire au sérieux. Qu'elle a déjà étudié attentivement la période de transition de la fin du 20e et du début du 21e siècle. Elle ne demandait pas la permission de voyager dans le temps pour simplement gawk comme un touriste, mais pour l'examiner en tant que chercheur professionnel.

Elle a passé son temps à étudier l'histoire réelle, sans faire l'expérience d'histoires de synthèse : drames costumés et body-rippers.

Avec sa tenue, elle pouvait se fondre dans presque n'importe quelle rue ou centre commercial pendant la période de transition.

Elle aurait même pu ajouter une étiquette Land's End à la robe, mais, même si l'entreprise était en faillite, quelqu'un pourrait encore être propriétaire de la marque, et elle n'a pas osé risquer un procès.

De l'autre côté de la rue, une tondeuse à gazon roulait une longue rangée d'herbe fraîche, d'un vert étincelant. En alimentant les pales du ronronnement en aspirant l'énergie de l'écrasement en cours d'une galaxie de matière cosmique non formée rencontrant un nuage similaire d'antimatière dans la dimension X, elle émettait le son caractéristique de bourdonnement bas. L'odeur de zoysia fraîchement coupé était suspendue dans l'air.

Son réglage en hauteur devait toutefois être ajusté, car l'herbe derrière elle était presque aussi haute que l'herbe qu'il fallait encore tondre.

Les yeux de Marile ont ensuite dérivé vers le granit rouge, le marbre gris et le bâtiment de verre étincelant de ce côté de la route, occupant tout le bloc. Dix étages de haut. Nainer le reste du campus.

De l'autre côté de la porte :

Édifice Milton Carver

Département de physique

C'est là que tout s'est passé. Milton Carver a reformulé les lois de la physique pour rendre possible le monde de paix, de prospérité et d'abondance dont ils jouissent maintenant.

Énergie gratuite, illimitée, non polluante et non polluante. Voyage dans le temps. Et bien plus encore.

Le département d'histoire de l'Université du Ki se trouve juste à côté de l'endroit où l'histoire a été faite.

Et qu'elle montre du respect pour ça, avant son entretien avec le jury.

Milton Carver lui-même n'a jamais vu le bâtiment érigé en son honneur.

Il a fait tout son travail dans un monstre de brique rouge décrépie, vieux par son temps, ordinaire, décrépie et décrépie. Elle a vu les photos au Cromwell Milton Carver Museum du centre-ville.

Cela l'a attirée vers l'histoire. Combien de personnes ont accompli dans le passé malgré les circonstances les plus défavorables : la nécessité de travailler pour de l'argent, les guerres, les préjugés raciaux et ethniques, les révolutions, les catastrophes environnementales, la pauvreté, l'équipement primitif, les familles sans soutien, les famines, les ouragans, les blizzards et autres intempéries, et tant d'autres obstacles et difficultés.

Milton Carver est mort juste après avoir soumis son article final. Sans même le voir publié, sans parler de l'impact cataclysmique qu'il aurait sur toute l'humanité.

Marile a agité la main gauche devant le scanner de l'entrée de la salle d'histoire. Il a lu son ID d'implantation et a vérifié sa base de données pour les membres autorisés du corps professoral et les nominations.

En tant qu'étudiante diplômée, elle pouvait entrer dans la zone contenant les salles de cours et les salles de classe, ainsi que dans les bureaux des enseignants où, en tant qu'assistante, elle disposait d'une petite cabine. Mais elle n'avait jamais eu d'affaires à l'arrière, dans la section administrative.

Le panneau a clignoté : 

PAS D'ADMISSION - PERSONNEL NON AUTORISÉ

Son rendez-vous était dans deux minutes.

Elle a utilisé son implant pour appeler.  

L'avatar de Sonny Boy Historian-9.7 s'est matérialisé à côté d'elle. Le chef du département d'histoire était un homme court et large avec une peau de couleur caramel caramel. Son avatar portait un costume bleu marine à rayures et des chaussures à guêtres.

Il aimait aussi s'habiller. Ce rappel a donné plus d'espoir à Marile.

Dans sa voix profonde, Mississippi Delta, Bukka White, il a dit : Je suis occupé en ce moment. Laissez un message pour que je puisse vous rappeler.

C'est Marile Historian-1, dit-elle. "Je suis ici pour mon entretien, mais la porte ne me laisse pas entrer.

L'avatar du chef de service brillait, puis clignait, et sa figure de droite remplaçait l'avatar enregistré. Aujourd'hui, il portait un costume marron. Il paraissait plus lourd et avait moins de cheveux. Il portait des chaussures en cuir noir brillant, pas de naissains.

Une autre embrouille administrative, lui a-t-il dit. J'arrive tout de suite.

L'image a disparu, mais en cinq minutes, le panneau d'entrée a glissé vers l'arrière avec un bruit de métal brut et de raclage.

Il a remarqué sa grimace. Je m'excuse, mais l'équipe physique est en retard dans l'entretien des robots. Entre.

Probablement le superviseur responsable passait ses journées sur des histoires de synthèse au lieu de vérifier deux fois derrière l'équipement d'entretien.

Je comprends.

Sonny Boy lui a donné un regard chaleureux et amical. Mon Dieu, n'es-tu pas bien habillé aujourd'hui.

Pas trop fantaisie. Mais je voulais faire bonne impression.

J'aimerais vous ramener à la salle de bal Cromwell pour qu'on puisse couper le tapis. Vers 1960.

Oh, je ne suis pas habillé pour ça. Mais je voulais venir en personne. Je sais que c'est vieux jeu, mais-

Sonny Boy a salué ses excuses lorsqu'ils sont entrés dans l'ascenseur et ont appuyé sur le bouton de l'étage 3. Nous sommes tous démodés ici. Tu le sais bien. Il a souri avec une chaleur inattendue. Risque professionnel. Si nous sommes bons.

Validait-il son choix bizarre de vêtements, ou simplement mentir poliment pour qu'elle se sente bien, de sorte qu'elle ne pourrait pas poursuivre l'université si le jury n'approuvait pas son projet de recherche ?

L'ascenseur s'est levé, puis s'est arrêté si vite qu'il a secoué l'estomac de Marile. Elle espérait que la pédophilie ne se voyait pas sur son visage.

Nous avons également demandé à la maintenance d'ajuster la vitesse de l'ascenseur , a déclaré Sonny Boy. Il haussa les épaules. En attendant, on s'y est habitué. Ou prendre les escaliers. Tu veux quelque chose ? Du déca ? Tisane ? Du jus de fruit ? De l'eau ?

Non, non merci, a dit Marile.

La salle de conférence est éclairée par la lumière indirecte et artificielle du soleil. Le mur extérieur était transparent, donnant une vue d'ensemble de l'édifice Milton Carver de l'autre côté de la rue. La chambre sentait le nettoyant au citron.

Grandes hologrammes 3-D couleur encadrés accrochés au mur.

Dans la première, un grand nombre d'hommes bruns et noirs nus portaient de grosses pierres. Certains ont tiré des cordes enroulées autour de gros blocs de calcaire blanc.

L'étiquette en dessous se lit comme suit : Chantier de la Grande Pyramide de Gizeh, 2562 avant notre ère.

D'autres hologrammes montraient George Washington sur le balcon du Federal Hall à New York, prêtant serment en tant que premier président des États-Unis, Genghis Khan à cheval et la reine Elizabeth I d'Angleterre assise sur son trône.

Trois professeurs d'histoire étaient déjà assis dans des chaises autour de la grande table en plastique oblongue.

Bonjour, dit Marile.

Sonny Boy a lu leurs noms pour le compte rendu officiel :

Ferris Historian-5.1. Un homme blanc portant des justaucorps jaunes conventionnels qui montrait un tatouage de dragon rouge étalé sur sa poitrine. Encore assez jeune. Pas encore soixante. Spécialisé dans la dynastie chinoise Ming.

Kiko Historian-3.2." Un homme à la peau foncée avec des épaules, des cheveux noirs brillants et deux boucles d'oreilles dorées, portant une longue robe marron. Il n'a pas levé les yeux pour établir un contact visuel avec Marile. Expert sur l'Europe médiévale, en particulier dans les pays baltes.

Oh non.....

Sophie Historian-7.3. Une femme blanche aux cheveux noirs portant des sweats légers, des sweats en coton et des chaussures de course sales. Elle sourit et salua Marile. Études arabes préislamiques.

Elle détestait Marile. Elle a donné à Marile son premier (et seul) B dans un cours d'histoire.

Sonny Boy sortit une chaise à la tête de la table, et Marile prit place à leurs pieds. L'interview .

Elle a pris une grande respiration et a essayé de se détendre. Elle a essayé de ne pas penser à l'importance de cette réunion pour sa carrière, pour le reste de sa vie. Si elle ne pouvait pas obtenir la permission d'utiliser la machine à voyager dans le temps de l'université pour son projet de recherche, elle n'obtiendrait pas son doctorat. Elle ne pouvait pas enseigner. Elle ne pouvait pas faire d'autres recherches dans son domaine.

Elle devrait passer le reste de sa vie, comme la plupart des gens, à vivre à travers des histoires de synthétiseur.

Blagh !

Sonny Boy s'est raclé la gorge. Tout le monde est présent, donc si nous sommes tous prêts, nous pouvons commencer.

Les trois autres professeurs n'ont pas réagi, mais Marile a hoché la tête.

Au fait, nous enregistrons. Il s'agit d'une audience officielle pour discuter du projet de terrain et du sujet de thèse de Marile, comme l'exigent la loi et les règlements de l'université. Il s'agit à la fois de sa pertinence, compte tenu des intérêts qu'elle a exprimés sur le terrain, et de savoir si le risque du projet sur le terrain vaudrait la valeur finale..

Marile voulait crier, mais elle gardait un regard placide sur son visage.

Risque. Toujours le risque. Pas les ressources. Le voyage dans le temps exigeait une énorme dépense d'énergie, mais grâce à Milton Carver, ce n'était pas un obstacle. Une énorme valve de carver a attiré l'énergie dans cet univers. Tout résidu de chaleur, de rayonnement et de lumière qui restait de l'opération de voyage dans le temps était renvoyé dans l'autre univers.

Ainsi, un million de machines à remonter le temps pourraient revenir au passé chaque jour sans réduire l'énergie nécessaire pour garder les lumières allumées et la plupart de la population cocooning dans des histoires de synthèse. Et sans affecter le climat global de la planète.

Selon le principe d'autoconsistance de Novikov et la loi de Larry Niven sur la conservation de l'histoire, personne ne pouvait changer le passé, de sorte qu'il n'y avait aucun risque d'affecter l'histoire.

Non, le seul risque était une entorse à la cheville et de poursuivre les avocats.

Ils pourraient avoir son pied, sa jambe entière. Laisse-la retourner étudier.

Sonny Boy s'est penché en arrière sur sa chaise et a serré ses doigts ensemble sur ses genoux. Marile, je me suis nommé votre conseiller académique pour votre projet de doctorat ici à l'Université de Ki. Personne d'autre ne se concentre sur la période de transition, mais j'étudie les États-nations. Leur ascension et, bien sûr, leur chute. Il y a donc un chevauchement.

Le passé lointain était plus sûr pour un historien. Moins controversé. Seuls les quelques fanatiques religieux restants sont devenus émotifs au sujet de tout ce qui s'est passé il y a quelques centaines d'années. Marile s'en est rendu compte il y a plusieurs années, mais a décidé de ne pas laisser cela affecter ses intérêts professionnels. Que se passerait-il si ses études mettaient au jour des faits qui contredisent le récit officiel de ces années turbulentes ?

En outre, elle s'intéressait à la vie des gens, ordinaire et extraordinaire, pas à la politique. Comment l'humanité a vécu et progressé.

Marile sourit et hocha la tête, reconnaissant le compliment d'avoir un accès direct au chef du département. Cela a fait de lui la personne la plus importante dans sa vie. Elle a dû le convaincre de la valeur de sa proposition.

Sonny Boy a continué : Nous avons tous lu votre mémoire de maîtrise sur le lien entre la musique et la psychologie et la sociologie de la période de transition. Nous avons convenu que c'était un excellent travail.

Merci , dit Marile en hochant la tête à tout le monde, mais, d'après ce qu'elle a pu voir, seul Sonny Boy faisait attention.

Marile n'arrivait pas à croire que Sophie partageait cette évaluation élogieuse, mais peu importe.

Sonny Boy a gloussé. Je me souviens même que mes parents écoutaient quelques-uns des artistes sur lesquels vous avez écrit, dit-il. Je suppose que je ne devrais pas admettre que j'ai déjà cent dix-huit ans."

Ferris, tout en regardant encore le mur, dit soudain : Allons droit au but, d'accord ? Vous voulez étudier la vie de l'homme dont le travail a changé l'humanité plus que quiconque depuis la personne qui a découvert comment utiliser le feu. Bien sûr que c'est un sujet pertinent. Mais le risque, le risque.

Kiko s'est tordu les mains. On ne peut pas compter sur Novikov.

Si quelque chose a mal tourné, dit Sophie. Vous pouvez renverser tout ce que les avocats ont construit. Sans énergie illimitée, l'implosion de la population, les éco-zones pour stabiliser le climat, où en serions-nous maintenant ?.

Nous ne voulons pas le savoir, a dit Ferris. Même si nous ne nous souvenons plus de ce mode de vie.

Bien sûr que je comprends vos préoccupations, a dit Marile. Mais je n'ai aucun désir de changer quoi que ce soit dans la vie de Milton Carver. Je me concentre sur la façon dont les gens avancent malgré des circonstances difficiles. J'accepte de respecter toutes les règles de non-ingérence.

Mais quelles garanties avons-nous ? demanda Sophie d'une voix exigeante.

Le projet lui-même, a dit Marile. Je propose de faire cinq visites. Comme prendre des échantillons représentatifs, des coupes transversales de sa vie à ces périodes. Son travail le plus important est arrivé juste avant sa mort. Si mon projet tourne mal, annulez le projet avant que le papier final ne soit affecté.

Vous devez respecter toutes les règles, les règlements et les conditions de service , a dit Sonny Boy d'une voix sévère.

Bien sûr. Marile a agité la main devant les photos sur le mur. Évidemment, vous avez renvoyé des gens à d'autres événements importants, et avec des caméras high-tech.

Aucune de ces périodes n'a un lien de causalité aussi direct avec le présent , a dit Ferris.

Sonny Boy la dévisageait avec des yeux plats et noirs, toute amitié disparue. C'est une observation convaincante. Nous nous attendons à ce que vous et votre comportement dans le passé soient conformes aux normes professionnelles et éthiques les plus élevées. Si vous vous écartez de ces normes à quelque degré que ce soit, il serait de mon devoir légal non seulement d'avorter le projet, mais aussi de vous recommander de perdre votre statut d'étudiant.

Par la suite, Marile passera le reste de sa vie dans une minuscule nacelle dans un entrepôt géant avec des centaines de milliers d'autres personnes aux prises avec des problèmes d'utilité publique, à la recherche d'histoires de synthèse.

Un citoyen ordinaire. Sans accès au passé. Pas d'accès à une éco-zone. Pas de liberté de changer de lieu. Aucun droit de reproduction, jamais.

Marile préférerait mourir.

Je comprends tout à fait, dit-elle. Elle a essayé de choisir ses mots avec soin. C'est ma responsabilité d'étudier seulement. Je n'ai aucune envie de changer quoi que ce soit. Le passé, c'est le passé. Histoire. Ça me fascine depuis aussi longtemps que je m'en souvienne. L'histoire en général, mais surtout la période de transition. Je ne sais pas pourquoi.

C'était peut-être un petit mensonge.

Un souvenir ancien lui est venu à l'esprit.

Quand Marile était petite, avant même de commencer l'école. Les gens ordinaires pouvaient encore posséder et conduire leur propre voiture. Un jour, sa mère a pris le volant automatique et a emmené Marile à l'extérieur de la ville dans une aire de jeux pour enfants abandonnée près d'un ancien parc aujourd'hui oublié.

Les mauvaises herbes ont poussé à travers l'asphalte fissuré. Le gymnase de la jungle avait été poussé sur le côté. Les planches à bascule et à bascule sont tombées. La boue et les mauvaises herbes remplissaient les tunnels en béton.

Mais le cadre en fer dur de la balançoire était encore fermement ancré dans le sol. Et les chaînes, si rouillées qu'elles grinçaient bruyamment, tenaient toujours son poids alors qu'elle s'asseyait sur le siège en bois dur sale.

Sa mère lui a appris à balancer ses pieds en rythme avec le mouvement, et l'a poussée à commencer.

Après un certain temps,