Enjoy this title right now, plus millions more, with a free trial

Free for 30 days, then $9.99/month. Cancel anytime.

Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines

Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines

Read preview

Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines

Length:
239 pages
3 hours
Released:
Feb 12, 2019
ISBN:
9781770767676
Format:
Book

Description

Les deux premières parties du livre retracent non seulement la vie des quarante-cinq chefs d'état américains, elles expliquent aussi les procédures et processus que doivent suivre les candidats dans leurs courses pour arriver à la Maison Blanche.  Tandis que la troisième partie, des élections primaires aux élections générales, retracent les moments forts de ce scrutin.

Released:
Feb 12, 2019
ISBN:
9781770767676
Format:
Book

About the author


Related to Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines

Related Articles

Book Preview

Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines - Esau Jean-Baptiste

Esau Jean-Baptiste

Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines

Dédié à ma mère

Il est naturel que ma pensée la plus forte aille vers ma tendre mère Milièse Édouard. Maman, je te dois la vie et une part essentielle de ma personnalité.

Dédié aussi à ma femme Jésula Prophète

Cette version corrigée du livre est dédiée tout spécialement à toi, ma chérie. C’était à toi qu’était venue l’idée d’écrire ce livre. Dans des circonstances difficiles, comme une bonne assistance, non seulement tu as lu, corrigé le manuscrit, tu m’as aussi aidé dans le plan de ce grand projet. Encore mille fois merci pour tous tes supports.

ISBN: 978-1-77076-766-9

Ce livre a été créé avec StreetLib Write (http://write.streetlib.com).

Crédits

Publié par les Editions Dédicaces.

Tous les droits sont réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, stockée ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, électronique, mécanique, photocopie, enregistrement, numérisation ou autre sans l'autorisation écrite de l'éditeur. Il est illégal de copier ce livre, de l'afficher sur un site Web ou de le distribuer par tout autre moyen sans permission.

Copyright © Esau Jean-Baptiste, 2019

Note de l’auteur à sa femme défunte

13 octobre 1982-13 octobre 2018 : si tu n’avais pas été, en octobre 2013, diagnostiquée de ce cancer du sein, tu serais avec nous pour célébrer tes trente-six ans. Tu nous as laissés ce 13 juin 2018. Cela n’a pas été facile. C’était un coup dur pour la famille. Les enfants et moi, nous souffrons de ton absence. Tu nous manques. Et tu nous manqueras toujours.

Nous nous sommes rencontrés à Port-au-Prince, Haïti le 8 mai 2006. Vivre en couple, c’est flotter dans le flux des expériences de la vie, faites certaines fois de bons et de mauvais moments. Ensemble, nous avions, pendant douze ans, fait face à des hauts et des bas de la vie. Mis à part cette défaite due à ce cancer, en tant que bons soldats, nous avions, ensemble, surmonté de grandes difficultés. Tu m’as beaucoup appris. Je me réjouis et remercie la vie de m’avoir permis de te rencontrer. Tu étais une amie, une conseillère. Tu étais une bonne épouse. Tu étais aussi une bonne mère.

Tu aimais ta famille, malheureusement tu es partie trop tôt. Tu étais une battante, une fonceuse. Tu étais la capitaine de l’équipe de la famille. Le vide que tu laisses n’est pas et ne sera pas comblé. Les enfants demandent pour toi chaque jour. Certaines fois, ils me demandent de leur préparer à manger comme tu savais le faire. J’ai essayé, mais malheureusement, je n’arrive pas à le faire comme toi. Quand je les dis non á certaines choses, ils me disent toujours que : maman veut ceci et cela. Questions pour te dire, tu fais partie intégrante de leur quotidien. À chaque fois qu’ils veulent pleurer de ton absence, tout en comprenant leurs souffrances, puisque moi aussi, par moment je pleure, je leur dis que maman étais un brave soldat qui n’avait pas peur de foncer pour réaliser ses rêves.

Ton fils JJ, quand il n’est pas en classe, á la maison, il passe tout son temps á faire des recherches sur le basketball. Quand il pratique, il dit puisque maman était née le 13 octobre et nous a quitté le 13 juin, donc il veut porter le numéro 13. Il dit, s’il n’arrive pas á jouer comme basketteur professionnel, il veut toutefois devenir journaliste. Ce sont, jusqu’à présent, des choses qui lui permet, non seulement, d’être occupé, mais aussi de s’adapter un peu á ton absence.

Mis à part ton côté d’épouse et de mère, tu étais aussi une patriote conséquente. Tu étais contre l’injustice sous toutes ses formes et d’où qu’elle vienne. Tu étais très passionné des problèmes du genre. Tu défendais les femmes, particulièrement celles qui sont victimes des problèmes domestiques ou conjugaux. Tu écrivais pour les élèves, les étudiants, les paysans, en un mot, tu écrivais pour toute une société. Tu n’écrivais pas pour écrire. Tu écrivais pour ceux qui souffrent de l’injustice de toutes sortes. Tu ne parlais pas souvent, mais, mis à part tes écrits dans certains journaux de Port-au-Prince, c’était un charme quand tu présentais les nouvelles dans certaines stations de radios et des chaînes de télévision. Donc, ton départ est une perte pour la presse en Haïti et le pays en général.

Remerciements

Le combat contre le cancer n’est pas facile et il ne sera jamais facile. Le combat contre cancer est un long chemin pavé de larmes, de découragement, de peur, de crainte, d’inquiétude de désespoir et surtout de solitude.

Comme c’est un combat qu’on ne peut pas mener tout seul, ainsi, je voudrais également exprimer ma reconnaissance à Maxo Louis et sa femme Marie Carmele. Maxo nous envoie toujours les toutes dernières informations sur le traitement du cancer. Il achetait aussi tout ce qui pouvait, en principe, aider au traitement de cette maladie.

Les Pasteurs Georges Dorvil et Yves Roséus de New World Convention Church ont, eux aussi, été la pour nous. Les Sœurs Sophonie Etienne, Manmi Ninette, Lovana et Carline de cette même congrégation apportaient, à leurs façons, leur contribution à cette grande bataille.

Jacqueline Philogène, une amie de vieille date. De la Floride, elle savait m’appeler pendant plusieurs soirs pour chanter des chants, lires des versets bibliques et finalement prier avec moi. Elle faisait venir des feuilles de Moringa d’Haïti, pour finalement nous les envoyer de New York.

Le Pasteur Michelet et frère Calixte Ulysse, eux aussi, ne nous ont jamais délaissés ni abandonnés dans cette grande lutte. Nous n’avons pas été seuls. Des membres de la congrégation de l’église de Pasteur Michelet ainsi qu’une sœur de frère Calixte consacraient des jours de prière en faveur de notre famille.

Mes remerciements vont aussi à la Sœur César et son groupe de prière, Sœurs Yanick et Marie Verdieu. Frantz Dimanche et sa congrégation de la Floride étaient aussi avec nous pendant cette longue traversée.

Patricia Phantal, une jeune étudiante que j’avais eu la chance de rencontrer à la Faculté IERAH pendant mes années d’enseignement en Haïti avait, elle aussi, monté une garde de prière. Elle disait toujours :

restez ferme, Professeur, Dieu savait faire des miracles. Et Il peut encore le faire.

Daniel Loriston, mon étudiant au CEDI, lui aussi, par des prières, des recommandations à des recettes de médecines traditionnelles, était d’un grand support.

Il est difficile de citer exhaustivement toutes les personnes qui nous ont assistés dans ce combat. Nombreux sont ceux et celles qui étaient là pour nous.

Christina Julmé, amie/petite sœur de ma femme faisait toujours le va-et-vient à New York pour être avec nous dans ce long combat. La famille se souviendra encore de ce voyage de Port-au-Prince à Albany, effectué par toi, Chris, afin de voir ma femme pour une dernière fois. Merci petite sœur chérie

J’exprime ma reconnaissance à Gabriel Jean François et famille, Maxime Antoine et famille, Milsois Robinson et famille, Me. Guerda Pierre Louis, Harry Aristide, Joël Calixte, Guerda Azor, Jean Webert Édouard, Jean-Claude Gaston, Antoniel Prince Cénat, Antoine George Paul, Mickeline Leandre, Jean Baptiste Dalis.

Mes remerciements aussi á Fritz Ambroise. De la France, il appelait souvent sa maman d’Haïti pour des requêtes de prière. Comme la santé de ma femme se détériore chaque jour, tout en continuant de demander á sa mère et son groupe de prière de ne pas oublier la famille, Fritz avait peur de m’appeler. Questions de ne pas avoir de mauvaises nouvelles, disait-il. Malheureusement, quand je l’ai appelé pour partager la nouvelle du décès de ma femme, c’était de la consternation. Fritz, mille mercis á toi, ta mère aussi bien son groupe de prière.

Mes collègues de travail, particulièrement Karen Humphrey et ma superviseuse Alana John étaient, elles aussi, toujours là au bureau pour me supporter pendant mes moments sombres, surtout après chaque mauvaise nouvelle des docteurs. Elles me donnaient de l’espoir á chaque fois que je suis découragé.

Mes remerciements vont aussi à tous ceux et celles qui ont été avec nous durant les cinq ans de maladie de ma femme. Ils sont nombreux. Je n’arriverais pas énumérer leurs noms si toutefois je voulais le faire. Les mots me manquent pour exprimer ma gratitude pour votre générosité envers ma famille.

Également, un grand merci a tous ceux et celles qui ont fait le déplacement de New York City ou du Canada pour venir supporter la famille lors des funérailles de ma femme. Pour certains, cela n’a pas été facile. Mais vous avez fait l’ultime sacrifice pour être présents et partager votre affection avec nous dans les moments difficiles que traverse ma famille.

Enfin, je tiens à remercier mes enfants Robertini, Jonathan et Anyssa. Franchement, je n’arrive pas à comprendre comment ils ont su surmonter ses moments difficiles.

Préface

Esaü Jean-Baptiste est détenteur d’une maîtrise en politique américaine, particulièrement en administration urbaine à Brooklyn College (USA). Il est un passionné des élections présidentielles des États-Unis. Bien avant le lancement des primaires républicaines début janvier 2012, il avait déjà commencé à multiplier des séances de formation dans les Universités d’État (UEH) et privées d’Haïti.

Le professeur aime être dans les salles de classe. Sa motivation première est de partager ses expériences dans le domaine qu’il affectionne le plus. D’une salle de classe aux salles des pas perdus de différentes entités de l’UEH, il décide d’aller à la rencontre du grand public. Les élections présidentielles américaines de 2008 et de 2012 lui offraient des opportunités d’être en contact avec des étudiants des universités publiques et privées aussi bien que des professionnels de la presse. Une vingtaine d’articles publiés dans les colonnes du journal

Le Nouvelliste, agrémentés de quelques informations sur le processus électoral américain, sont regroupés dans ce livre.

À travers cet ouvrage, il n’a pas la prétention de refaire ni même de parfaire les analyses d’autres documents déjà écrits dans ce domaine. Il n’a pas non plus la prétention de présenter en détail, et ceci chronologiquement, les quelques mois de ces élections.

Il a seulement mis l’accent sur les analyses des experts de la politique américaine suivi des prises de position des deux candidats en lice (Barack Obama/Mitt Romney) en course vers la Maison-Blanche.

Me. Jésula Prophète

Introduction

Depuis la seconde moitié du xx siècle, le processus de l’élection présidentielle américaine prend environ un an. Qu’il s’agisse du suffrage indirect à la fois pour les primaires et pour l’élection générale, le processus de cette joute reste complexe. En dépit de sa durée et de sa complexité, l’élection américaine suscite de l’intérêt et de la curiosité chez des millions de gens non seulement aux États-Unis d’Amérique, mais dans le monde entier. Compte tenu des enjeux stratégiques, géopolitiques, économiques et sécuritaires, elle reste une préoccupation pour bon nombre de pays ayant ou non des rapports avec les États-Unis.

Jusqu’ici, l’élection présidentielle américaine n’a pas d’équivalent. D’une façon ou d’une autre, elle affecte le fonctionnement et la gestion du reste de la planète. Aujourd’hui encore, les relations diplomatiques d’un quelconque État avec Washington demeurent les plus importantes.

Pays d’Amérique du Nord indépendant en 1776, les États-Unis sont considérés comme l’instance planétaire d’homologation démocratique. Car du premier Président George Washington à l’actuel Donald Trump, la culture démocratique se perpétue. De ce fait, bon nombre de pays ont leurs regards tournés vers la politique américaine, particulièrement à la plus récente élection présidentielle de novembre 2012 qui a conduit à la réélection du Président démocrate à la Maison-Blanche.

Dans ce contexte, il est impératif d’accorder une attention soutenue au processus afin de saisir les causes qui garantissent une stabilité démocratique. Comprendre les aboutissants et tenants des rapports internationaux des États-Unis avec les autres pays reste aussi un pilier fondamental. Pouvoir suivre minutieusement les temps forts de cette joute ainsi que du processus conduisant à l’une des prestigieuses institutions de la politique américaine comme la présidence peut marquer une grande différence. Car, que l’on veuille ou non, le caractère et la vision politique mondiale du locataire de la Maison-Blanche pendant les quatre ans de mandat, ont et auront toujours des influences déterminantes sur le monde politique, économique et social. À juste titre, l’auteur Robert S. Hirschfield dans son livre titré

The Power Of The Presidency: Concept And Controversy a écrit que la présidence des États-Unis est le bureau politique le plus important dans le monde.

Au-delà des leçons démocratiques à tirer des présidentielles américaines, l’enjeu reste de taille pour les ressortissants des autres pays. L’apport économique, politique et social dont bénéficient certains pays, soit directement des États-Unis ou par le biais de leur diaspora dans ce pays d’opportunité dépend grandement de l’issue de ces élections. D’une façon ou d’une autre, le devenir des peuples et de leurs dirigeants est lié par ce processus. Autant dire qu’il se révèle important pour les dirigeants ainsi que pour leurs compatriotes éparpillés un peu partout aux États-Unis d’accorder une priorité à l’élection présidentielle américaine.

Ce n’est pas sans intérêt que l’analyse minutieuse des temps forts de l’élection présidentielle américaine a suscité autant de passions et de réflexions aux États-Unis ainsi que dans le reste du monde.

Les enjeux des élections présidentielles du 6 novembre 2012

Officiellement, le 3 janvier 2012 avec le caucus de l’Iowa, les primaires républicaines ont démarré. Entre-temps, comme les républicains tardaient à identifier le candidat qui devait les représenter à l’élection générale du 6 novembre, déjà, des analystes commentaient les éventuelles difficultés que devait rencontrer le Président sortant quant à sa réélection. De par ses analyses, les experts de la politique américaine minutieusement essaient de décortiquer les enjeux. Les questions pleuvent : « Quel est l’état de la situation pour Obama et qui l’affrontera en novembre ? », « Quelles sont les chances du Président sortant ou de son éventuel adversaire de gagner ? », « Quels sont donc les enjeux de cette élection ? », « Quelle sera l’influence du Tea Party et de son électorat sur le scrutin de novembre ? », « Qui mène dans les sondages et pourquoi ? »

Au fur et à mesure que les jours passaient, les questions commençaient à trouver des réponses. La campagne battait son plein. La voile se levait quant à celui qui affrontera Barack Obama aux élections du 6 novembre. Finalement, la 57e élection présidentielle des États-Unis opposait le Président sortant Barack Obama à Mitt Romney du Parti Républicain.

L’Amérique et l’immigration

Les États-Unis, terre d’asile ou pays d’opportunité, continuent, même avec une crise économique, à attirer les immigrants venant d’un peu partout. L’Amérique reste le premier pays d’immigration au monde par le nombre d’étrangers venant s’établir sur ce territoire. On estime á une dizaine de millions le nombre d’immigrants clandestins vivant dans le pays. Et à chaque campagne électorale, la question migratoire est toujours soulevée. Elle reste un élément important qui peut soit mobiliser soit démobiliser une frange de l’électorat. À juste titre, lors du second débat opposant les deux candidats en date du 16 octobre à l’Université Hofstra à Long Island (New York), ils ont été interrogés sur leur politique migratoire.

Mitt Romney affirmait vouloir arrêter l’émigration clandestine et sanctionner les employeurs qui embauchent ces clandestins. Quant à Barack Obama, il expliquait que le nombre de clandestins a baissé depuis quatre ans, mais évoque également le rêve américain et l’attraction des États-Unis. Il assure qu’il ne faut pas s’en prendre aux étudiants ou aux gens qui veulent simplement nourrir leur famille.

Il est a noté les réactions de chaque candidat sur cette question cruciale. C’est un fait, les points de vue des candidats diffèrent sur la question migratoire. Mitt Romney durcit le ton et Barack Obama se montre plus clément. La donne de l’équation reste entière pour ces mères et pères de famille ayant le statut de clandestins.

Si « les problèmes politiques sont les problèmes de tout le monde et les problèmes de tout le monde sont des problèmes politiques », par analogie, l’élection présidentielle américaine du 6 novembre demeure l’affaire de tout le monde.

Un monde préoccupé

Les dix (10) années de guerre dans le Moyen-Orient ont affecté grandement l’économie américaine selon les spécialistes. Libye, Syrie Iran, Irak, Afghanistan, Pakistan, le conflit israélo-palestinien, la prolifération nucléaire, le commerce international et le problème de l’environnement se retrouvent au cœur du dernier débat entre Obama et Romney. Le débat du 22 octobre 2012 entre les deux candidats à la présidence dégage un intérêt commun entre leurs objectifs qui ne sont autres que d’assurer la prééminence militaire américaine, protéger le territoire et les intérêts américains dans le monde.

Une leçon déjà retenue par l’ancien Président George W. Bush

You've reached the end of this preview. Sign up to read more!
Page 1 of 1

Reviews

What people think about Pour mieux comprendre les élections présidentielles américaines

0
0 ratings / 0 Reviews
What did you think?
Rating: 0 out of 5 stars

Reader reviews