Find your next favorite book

Become a member today and read free for 30 days
Anunnaki: Reptiliens dans l’histoire de l’humanité

Anunnaki: Reptiliens dans l’histoire de l’humanité

Read preview

Anunnaki: Reptiliens dans l’histoire de l’humanité

ratings:
1/5 (1 rating)
Length:
185 pages
3 hours
Publisher:
Released:
Jun 15, 2020
ISBN:
9781071500682
Format:
Book

Description

La véritable origine de l'humanité ... Le secret le mieux gardé de l'Église ...

Il existe de nombreuses cultures qui nous parlent de l'existence de certains êtres reptiliens considérés comme des dieux: les Anunnaki. Il existe de nombreuses évidences, traces que ces êtres ont laissées dans notre histoire.Les anciens ont indiqué et représenté ces dieux dans leurs peintures, leurs écrits et surtout leurs bâtiments, impossibles à reproduire dans notre réalité. Ses connaissances technologiques ainsi que sa conscience de l'univers ont influencé notre histoire ... Même à ce jour ...

Vous ne serez plus jamais le même après avoir connu les secrets de ce livre ...

Publisher:
Released:
Jun 15, 2020
ISBN:
9781071500682
Format:
Book

About the author


Related to Anunnaki

Related Books

Book Preview

Anunnaki - Henry Krane

SPÉCIALE

INVITATION SPÉCIALE

Cher lecteur

Merci de votre intérêt pour mon livre.

Je veux vous inviter à vous abonner à ma liste de diffusion et recevoir un LIVRE GRATUIT en cadeau.

Cliquez ici pour télécharger un LIVRE GRATUIT

––––––––

Avec amour,

Henry Krane

Que la vérité soit votre vérité, lecteur.

Les Dieux Reptiles

La civilisation la plus ancienne connue par l’homme: les Sumériens nous parlent dans ses anciens écrits de l’existence d’êtres extérieurs à ce monde, venant des étoiles.

L’antique Sumer connut son apogée entre 2000 et 3000 ans avant le Christ. D’après la traduction des tablettes sumériennes qu’il effectua, Zecharia Sitchin, écrivain, grand polyglotte en langues anciennes, nous dit que dans l’antique Sumer des êtres appelés Annunaki, qui signifie « Ceux qui sont arrivés du Ciel sur la Terre », existèrent et visitèrent notre monde. Dans ces traductions qu’il effectua, Zecharia Sitchin explique que ces dieux arrivèrent des étoiles et qu’ils modifièrent génétiquement  l’homo erectus pour créer l’homo sapiens. C’est-à-dire pour nous créer.

Ce que ne nous dit pas Zecharia Sitchin, c’est que ces êtres Anunnaki avaient la forme de reptiles: des têtes de reptiles, des corps humanoïdes et recouverts d’écailles.

Comment le savons-nous? C’est simple. Les Sumériens nous ont laissé plusieurs pistes sur ces êtres: des milliers de représentations qu’on peut trouver sur les peintures de leurs grottes, des figurines en pierre à l’image et ressemblance de leurs  dieux.

Les Sumériens furent les premiers à parler de ces êtres Anunnaki, mais ils ne furent pas les seuls à nous parler de ces êtres, ces dieux.

Au Mexique, à des milliers de kilomètres de la culture sumérienne, et avec un écart de temps abyssal —3000 ans plus tard— les anciens Mayas adoraient un dieu appelé Quetzalcóatl, le célèbre serpent à plumes.

C’était un des dieux les plus célèbres dans leur grand répertoire des dieux qu’ils adoraient et qui selon eux venaient des étoiles, la même définition que les Sumériens donnèrent à ces êtres.

Les mots qui composent le nom de Quetzalcóatl sont: Quetzal qui signifie « plume »; et cōātl qui signifie « serpent ».

Pour la culture aztèque et d’autres peuples comme les Nahuas, le frère de Quetzalcóatl était Tezcatlipoca, dont le nom signifie: « miroir noir qui fume », tezcatl, miroir; tliltic, noir; poctli, fumée.

D’après les Toltèques ces deux dieux étaient rivaux. De même que les deux frères et dieux Enki et Enlil de la culture sumérienne, qui au commencement étaient frères et ensuite devinrent rivaux. Une coïncidence, une grande coïncidence pour ces deux cultures séparées de façon abyssale par le temps et l’espace.

Deux dieux suprêmes des deux civilisations méso-américaines.

Pour en revenir à la civilisation toltèque, il exista un dieu appelé Gucumatz, qui était décrit comme « un serpent de sagesse », qui donna la connaissance à l’humanité. On pense que son pendant maya fut Quetzalcóatl et dans le Yucatan on appelait ce dieu Kukulkan.

Est-ce que Gucumatz, Quetzalcóatl et Kukulkan étaient le même dieu anunnaki, Enki qui transmit ses connaissances aux Sumériens?

Une autre civilisation qui eut aussi ces dieux reptiliens fut la civilisation inca. Eux adoraient un dieu appelé Hulcaway, que l’on désigna comme « Le dieu des trésors souterrains ». Ce dieu était représenté comme un serpent à tête de cerf. Et sur sa queue, il y avait des chaînettes en or.

Hulcaway était aussi considéré comme « La Divinité de ce qui se trouve sous la terre ». Le nom rappelle une cité sumérienne appelée Ur. Le nom Hulcaway commence par un « U », malgré le H, beaucoup d’autochtones, des alentours, prononcent le nom comme Urcaway. Une autre étrange coïncidence...

En Amérique du Nord, les Indiens hopis qui vivaient en Arizona affirmaient que leurs ancêtres reçurent la visite d’êtres qui se déplaçaient sur de grands boucliers volants et qui, en plus, maîtrisaient l’art de découper et de transporter de grands blocs de pierre. Ainsi que de construire d’énormes et longs tunnels et des installations souterraines.

La tribu hopi, appelle chetty une race de reptiliens qui vivent sous terre, et qu’ils appellent « Les Frères Serpent ». De même que la civilisation inca, les Hopis nous disent que ces êtres vivent sous terre. Hulcaway vivait sous terre.

Et les coïncidences s’accumulent dans toutes ces civilisations, malgré la différence que représente d’être séparées par de gigantesques distances en temps et en kilomètres.

Les Indiens hopis avaient aussi un dieu-serpent à plumes appelé Baholinkonga, et la culture autochtone américaine est remplie de serpents. Y compris le célèbre et mystérieux tumulus en forme de serpent de l’Ohio.

En Asie, plus exactement en Inde, nous découvrons que dans la culture hindoue, il existe des êtres appelés Nagas, qui sont des demi-dieux ayant la forme de serpents.

Dans le texte épique du Mahabharata, écrit au troisième siècle av. J.-C., on nous dit que les Nagas ont tendance à être des êtres négatifs. Le texte les appelle « Les Persécuteurs de toutes les Créatures ». Il affirme que les serpents, que ces êtres, possèdent un venin virulent, un grand pouvoir et une force excessive, et qu’ils essayent toujours de dévorer d’autres créatures.

Sur le même continent,  mais avec 1500 ans d’écart avec la mythologie hindoue, nous trouvons la mythologie chinoise, que l’on connaît grâce à des textes qui datent de la Dynastie Han. Cette mythologie nous parle de ses innombrables dieux, tels que Lóng Wáng, « Le Roi Dragon ».

Il y a aussi d’autres dieux comme Fucanglong, qui est « Le Dragon des Trésors Perdus »; ShenLong, « Le Dragon de la Pluie »; DinLong, « Le Dragon de la Terre ».

La mythologie possède de nombreux dieux-dragons. Et si nous réfléchissons, ces dragons ont une forme reptilienne; ce sont réellement des êtres reptiliens.

En Océanie, dans la mythologie australienne, il y a  Le Serpent Arc-en-ciel, un être qui fait partie de la mythologie aborigène d’Australie. Ce serpent appartient au « Temps du Rêve », une ère antérieure à l’humanité, où les esprits donnèrent forme au Monde Physique et établirent leurs normes et leurs lois.

Le Serpent Arc-en-ciel n’est pas un dieu à proprement parler, car dans la mythologie australienne les dieux n’existent pas, mais c’est un être sacré qui fait partie d’un grand conglomérat d’histoires qui définissent la spiritualité aborigène.

Dans toutes ces civilisations nous voyons que peu importe le temps ou le lieu où ces civilisations atteignirent leur apogée, dans chacune nous voyons se répéter la même histoire: leurs dieux qui viennent des étoiles et qui ont une forme de reptiles.

Nous pouvons à présent envisager et déduire, que les dieux anunnakis dont nous parle Zecharia Sitchin, comme: Anu, Enki et Enlil, ne furent pas seulement adorés à Sumer, car ayant la possibilité de vivre des milliers d’années,et ayant des vaisseaux spatiaux, ils purent facilement voyager sur toute la Terre et y emmener toutes les différentes races qu’ils avaient créées, et les déposer sur différents continents de la planète pour qu’ils créent des civilisations partout dans le monde et qu’ils puissent ainsi les adorer à différents endroits de la Terre.

Bien sûr les anunnaki enseignèrent différentes langues aux humains pour les diviser, et c’est pour cela, que dans chaque civilisation antique, ces dieux: Anu, Enki, Enlil, Marduk, parmi tant d’autres, furent nommés de différentes façons à travers l’histoire.

Mais, pourquoi est-ce que ces dieux firent cela?

Nous sommes la Nourriture des Reptiliens

Ces dieux reptiles qui cohabitaient avec les êtres humains, comme nous le disent les anciennes tablettes sumériennes, et comme nous le réaffirme la Bible dans l’Ancien Testament, ces dieux reptiles,  de quoi se nourrissaient-ils? Que mangeaient ces dieux reptiles...?

Car ces dieux-reptiles se trouvaient dans une phase d’évolution, dans laquelle, ils étaient très avancés et sur le point de passer dans la quatrième dimension... Ils étaient sur le point d’évoluer.

Ces dieux s’alimentaient de deux façons: en ingérant des aliments comme nous —de la chair animale et des végétaux; et aussi de la chair humaine...

...L’autre façon, quand ces dieux arrivèrent sur Terre, ils avaient la capacité, ou commencèrent à la développer, de se nourrir de fréquences, à travers l’énergie que nous produisons avec les sentiments et les émotions et aussi les pensées. C’est-à-dire, ces êtres avaient déjà la capacité de se nourrir d’énergie.

C’est pour cela que lorsqu’ils créèrent la civilisation sumérienne, la première civilisation humaine, ils comprirent que nous pouvions non seulement leur servir d’esclaves, mais ces dieux comprirent aussi  que nous pouvions leur servir de nourriture. De nourriture énergétique.

Il faut remarquer que parmi ces dieux, les plus évolués préféraient se nourrir d’énergie, de toute l’énergie qu’émettent les êtres vivants. Tandis que les autres préféraient se nourrir de végétaux, de chair animale et humaine...

Les chercheurs qui arrivent à cette conclusion sont très nombreux. C’est le cas de David Icke dans ses livres: The Robots' Rebellion (1994), And the Truth Shall Set You Free (1995), The Biggest Secret (1999), et Children of the Matrix (2001).

Carlos Castañeda fait référence à ces êtres comme « Les Prédateurs de l’Humanité ».  Les gnostiques affirment que les Archontes se nourrissent de nous.

Mais parmi tous ces chercheurs, celui qui s’approche le plus de la vérité, celui qui a été le plus pertinent dans tout ce qui touche aux Anunnakis a été Salvador Freixedo. Ses recherches ne laissent aucun doute dans ses livres, et il nous apporte des preuves réelles sur le fait qu’il y a des dieux qui se nourrissent de nous.

Mais, comment savons-nous que c’est vrai? Sur quoi s’appuient ces chercheurs pour conclure que ces êtres se nourrissent de nos corps et de nos énergies, telles que les sentiments et les pensées?

Pour cela, à partir de maintenant, nous allons commencer à analyser toutes les preuves laissées dans l’histoire de l’humanité. Et nous verrons que dans celle-ci, on démontre que c’est une possibilité, très probable...

Pour commencer, nous devons comprendre que nos ancêtres n’étaient pas des fous, encore moins des barbares comme on veut nous le faire croire à l’école. Nos ancêtres étaient des êtres intelligents, des êtres avec des connaissances poussées en mathématique, astronomie, architecture, comme les Pyramides d’Égypte, qu’il serait presque impossible de reproduire aujourd’hui, malgré toute la technologie que nous possédons. C’est ce qui a été démontré par l’archéologie.

Mais si nos ancêtres étaient si intelligents et évolués, pourquoi donc faisaient-ils des sacrifices humains? Pourquoi les accomplissaient-ils?

La réponse est simple: les dieux manipulèrent toutes les civilisations antiques en leur faisant croire que s’ils ne faisaient pas ces sacrifices, ils provoqueraient des catastrophes, ils détruiraient des cités, parmi tant d’autres phénomènes naturels qu’ils étaient capables de générer.

Le principe était simple: ou il y avait des sacrifices ou ils seraient tous détruits.

Ces dieux se nourrissaient des basses fréquences quand nous mourrions ou quand nous avions peur, et des effluves de notre chair brûlée qui leur plaisait beaucoup. Et même, comme je l’ai déjà indiqué, certains de ces dieux et leurs hybrides (mi-hommes, mi-reptiles), qui étaient les grands prêtres et rois qui gouvernaient les civilisations antiques, buvaient le sang et mangeaient la chair humaine de nos ancêtres.

Maintenant, je comprends tout ce qui précède, surtout le fait que nos ancêtres n’étaient pas fous et encore moins de simples barbares, qu’ils avaient une intelligence comme la nôtre. La seule chose qui nous distingue d’eux, c’est qu’ils possédaient une technologie fournie par les dieux, mais ne la comprenaient pas. Alors qu’aujourd’hui nous comprenons ce qu’est la technologie: le fonctionnement d’un ordinateur, comment vole un avion. Aujourd’hui, nous commençons seulement à le comprendre...

Voyons maintenant tous les sacrifices humains qui ont été réalisés au nom de ces dieux à travers l’histoire.

Commençons par la plus ancienne des civilisations, la civilisation sumérienne, dans laquelle les bergers sacrifiaient leurs animaux en les brûlant, pour satisfaire leurs dieux, leur faisant parvenir la fumée parfumée. C’est ce que nous racontent les tablettes sumériennes.

Ensuite, à un certain moment, les dieux reptiliens se rendirent compte qu’ils n’aimaient pas seulement l’odeur de la viande animale brûlée, mais aussi l’odeur et le goût de la viande humaine brûlée.

Au Mexique, les Aztèques faisaient des sacrifices humains pour que le soleil ne s’éteigne pas. Pour eux, le sang était source de vie sacrée  et il l’offrait au dieu Huitzilopochtli. Cette civilisation était assez brutale dans ses sacrifices tant d’ennemis capturés que de volontaires du peuple aztèque.

Les historiens racontent que les humains offerts en sacrifice devaient grimper en haut de la pyramide et là, un prêtre les ouvrait de la gorge jusqu’à l’estomac pour leur arracher le coeur et ensuite le donner à  Huitzilopochtli.

Les Mayas aussi faisaient des sacrifices. Pour cela, ils recréaient les mythes cosmogoniques, lesquels avaient une grande signification religieuse et idéologique. Ce qui apparaissait clairement dans leur jeu de balle où les perdants étaient sacrifiés à Quetzalcóatl.

Au Pérou, les Incas faisaient des sacrifices pour éviter des désastres naturels et les offraient à leurs dieux. En général, ils sacrifiaient des prisonniers et des enfants qui étaient élevés dans ce sombre but. Pour être sacrifiés à leurs dieux.

Les Celtes étaient connus pour faire des sacrifices humains pour des motifs religieux, toujours guidés par un druide (un homme de pouvoir qui dans les anciens peuples celtes et gaulois pouvait exercer les fonctions de prêtre, de professeur, de juge et aussi d’administrateur public). Le sacrifice consistait à planter une

You've reached the end of this preview. Sign up to read more!
Page 1 of 1

Reviews

What people think about Anunnaki

1.0
1 ratings / 0 Reviews
What did you think?
Rating: 0 out of 5 stars

Reader reviews