Master 2

ème
année
Domaine Sciences humaines et sociales
Mention Information et communication





La photographie sur le développement

Les cas des expositions photographiques
de deux ONG luxembourgeoises d’aide au développement







Mémoire en vue de l’obtention du master 2
Mention Information et communication
Métiers de la communication territoriale et publique




présenté et soutenu
par
Rosana CONTRERAS FARIAS




Directeur de recherche : Eric PEDON



Année universitaire 2009-2010
[1]

Table des Matières

REMERCIEMENTS ......................................................................................................................................... 4
Introduction ..................................................................................................................................................... 5
Chapitre I ........................................................................................................................................................ 12
La communication dans l’aide humanitaire et l’aide au développement ............................. 12
1.1 L’aide humanitaire et du développement ............................................................................. 12
1.2 La communication dans les ONG de développement ....................................................... 14
1.2.1 Les visions du (sous) développement ............................................................................ 14
1.2.2 L’invention du Tiers-Monde ............................................................................................... 15
1.2.3 L’image du Tiers-monde ...................................................................................................... 16
1.3 La critique de l’aide au développement ................................................................................. 18
1.4 L’humanitaire, le développement et les médias ................................................................. 20
1.5 Le secteur des ONG au Luxembourg ....................................................................................... 21
Chapitre II ....................................................................................................................................................... 23
MÉTHODOLOGIE ......................................................................................................................................... 23
2.1 Objectif de la recherche ................................................................................................................ 23
2.2 Questions de recherche: ............................................................................................................... 23
2.3 Présentation des ONG choisies pour l’analyse .................................................................... 24
2.3.1 SOS Faim Luxembourg.......................................................................................................... 24
2.3.2 Appui au développement Autonome (ADA) ................................................................ 26
2.4 Techniques de Recherche ............................................................................................................ 27
2.4.1 Analyse du corpus photographique ................................................................................ 27
2.4.2 Entretiens semi-directifs ..................................................................................................... 28
2.4.3 Analyse documentaire .......................................................................................................... 29
Chapitre 3 ....................................................................................................................................................... 31
Cadre Théorique: La photographie comme moyen de communiquer sur la pauvreté .. 31
3.1 Le signe ................................................................................................................................................ 31
3.1.1 L’image comme signe ............................................................................................................ 32
3.2 L’image photographique .............................................................................................................. 34
3.2.1 Le message photographique .............................................................................................. 34
3.2.2 L’importance du contexte.................................................................................................... 35
3.3 Les représentations secteur du développement ................................................................ 36
3.4 Les ONG en images : l’évolution des logiques...................................................................... 37
[2]

3.4.1 Génération 1 : Sensibilisation caritative et « assistancielle » ............................... 38
3.4.2 Génération 2 : Éducation développementaliste ......................................................... 38
3.4.3 Génération 3 : Éducation au développement critique et solidaire ..................... 38
3.4.4 Génération 4 : Éducation pour le développement humain et durable ............. 39
3.4.5 Génération 5 : Éducation pour la citoyenneté globale ............................................ 39
3.5 La souffrance à distance : Est-il possible un altruisme humanitaire ? ...................... 39
3.4.1 La topique de la dénonciation ........................................................................................... 41
3.4.2 La topique du sentiment ...................................................................................................... 43
3.4.3 La topique esthétique ........................................................................................................... 45
3.5 Le langage de l’humanitaire : La victime écran................................................................... 46
Chapitre IV : ................................................................................................................................................... 48
La photographie au cœur de la communication sur le développement .............................. 48
4.1 Premier message : Le nom de l’ONG........................................................................................ 48
4.1.1 SOS FAIM .................................................................................................................................... 48
4.1.2 Appui au développement autonome, ADA: .................................................................. 48
4.2 Les valeurs revendiquées ............................................................................................................ 49
4.2 Sources des images ......................................................................................................................... 52
4.3 Les Objectifs de la Photographie dans la communication des ONG ........................... 52
4.3.1 La photographie pour l’information et la sensibilisation ...................................... 53
4.3.2 La photographie pour l’éducation au développement ............................................ 54
4.3.3 La photographie pour la récolte des fonds et la notoriété de l’organisation. 55
4.3.4 La photographie pour le plaidoyer politique .............................................................. 55
4.4 Les chartes d’éthique et l’autorégulation. ............................................................................ 56
4.5 L’exposition photographique: .................................................................................................... 59
4.5.1 Le Bonheur est dans le prêt ................................................................................................ 59
4.5.2 Microfinance côté face .......................................................................................................... 59
4.6 Sur l’utilité d’une exposition photo ........................................................................................ 60
4.7 « Montrer le visage humain de la microfinance » .............................................................. 62
4.8 Le sujet représenté ......................................................................................................................... 63
4.8.1 L’employé de l’institution de microfinance : ............................................................... 64
4.8.2 L’agriculteur : ........................................................................................................................... 65
4.8.3 Le micro-entrepreneur : ...................................................................................................... 66
4.8.4 L’artisan : .................................................................................................................................... 68
4.9 Des gens « actifs » ........................................................................................................................... 69
4.10 L’opposition rurale/urbain ...................................................................................................... 70
[3]

4.11 L’Opposition tradition / modernité ...................................................................................... 72
4.12 Une exposition photo comme une succession des choix............................................. 74
4.13 L’esthétique ou le message ....................................................................................................... 76
4.14 La vie rurale sublimée ................................................................................................................ 79
4.15 L’ONG comme bienfaitrice ........................................................................................................ 80
Conclusions .................................................................................................................................................... 84
Bibliographie :............................................................................................................................................... 87
Table des illustrations ............................................................................................................................... 89



[4]

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce mémoire de master II a été pour moi une opportunité de
découvrir le monde des ONG et leur vision du développement dans un contexte
européen. Sans l’aide de nombreuses personnes, j‘aurais été incapable de réaliser
cette expérience.

Thierry DEFENSE, directeur de SOS FAIM, qui m’a accueilli au sein de
l’organisation afin d’y effectuer mon stage de master II, lié étroitement à mon travail
de recherche.

Eric PEDON, Directeur de recherche et Vincent MEYER, Directeur du master, qui
ont accepté de me guider dans ce travail et pour leurs recommandations qui m’ont
permis d’enrichir ma réflexion.

Marine LEFEBVRE et Chloé KOLB, chargées de l’Information pour SOS FAIM,
pour leurs conseils éclairés, pour m’avoir facilité l’accès à une information interne
sur l’organisation et pour leur soutien quotidien.

L’équipe pédagogique de l’Université Paul Verlaine Metz du Master Métiers de la
Communication territoriale et publique pour la formation qui nous a été apportée.

Marion BUR, responsable de l’information d’ADA et Patrick GALBATS,
photographe indépendant pour le temps accordé pour la réalisation des entretiens.

Finalement, Guillaume GAMA, pour la relecture du travail et son encouragement
constant.




[5]

INTRODUCTION
L’objectif de cette étude est de décrire comment, à travers plusieurs stratégies, les
organisations non gouvernementales (ONG) d’aide au développement se servent de
l’image, notamment de l’image photographique, pour illustrer leurs actions, montrer
leurs « bénéficiaires », ou comme outils de sensibilisation ou de légitimation de
leurs activités dans les pays sous-développés. Une prémisse de base pour démarrer
cette réflexion est que cette utilisation n’est pas naïve. Elle est indubitablement issue
des discours, explicites ou implicites, qui créent le message. Je poserai plus loin
comme hypothèse que ces subjectivités font partie d´un discours assez structuré du
secteur des ONG, notamment de celles qui se définissent comme d´aide au
développement. La deuxième prémisse est que l´utilisation des images de détresses
lointaines n’est pas sans conséquences sur plusieurs domaines. Tout d’abord du côté
du public aux pays du nord qui, loin de la réalité racontée, n’a pour le général que
les images et les discours des médias et des ONG pour construire son imaginaire de
pauvreté ou de sous–développement et pour construire aussi sa relation face à cet
« autre » raconté par un médiateur. La photographie, insérée dans un discours
devient donc une médiatrice pour la connaissance. Ensuite, l’image participe aussi à
la création d’un secteur « développement » qui est relativement récent, en opposition
à l’aide humanitaire entendue comme l’aide à l’urgence. Elle entend créer une
spécificité voire une légitimation de ses activités, pour devenir un « champ » dans le
sens dont Pierre Bourdieu utilise ce terme.
Une étude de ce type est importante aussi parce que la réalité visuelle que nous
allons découvrir constitue une porte d’entrée originale au discours véhiculé,
intentionnellement ou non, par les ONG de Développement. En effet, ce champ a
construit son jargon, ses relations, ses codes auxquels, grâce à la corrélation de cette
étude avec un projet de stage, j’ai pu avoir un accès privilégié. L’utilisation de
l’image, comme nous verrons par la suite, a aussi des conventions dans le monde de
l’aide au développement.
Mais on pourrait se demander aussi en quoi l’analyse des images dans ce contexte
est pertinente. Une objection récurrente existe sur la justesse de l´interprétation des
images, notamment parce que notre perception pourrait ne pas correspondre aux
intentions de l’auteur, ou à celle de chaque récepteur individuel. Mais pour
[6]

surmonter ces possibles objections, il convient de délimiter trois moments dans la
vie d’une image. D´abord, une image est une production consciente et inconsciente
d´un sujet. Ensuite, cette production constitue une œuvre concrète avec une
existence indépendante de son auteur. Finalement, cette œuvre se réactualise par la
lecture d’un spectateur (Joly, 2005 :35). Analyser une image ne consiste pas à
essayer de retracer toutes ces étapes, en grande partie parce qu’elles peuvent bien se
situer dans des moments et des lieux très différents. Cette distinction nous permet de
limiter la portée de notre analyse. Par la nature et les délais accordés à ce travail de
recherche, nous ne serons évidemment pas en mesure de retracer la réception des
images par le spectateur, bien que plusieurs éléments puissent nous donner quelques
ébauches (notamment une étude préexistante sur la disposition au don au
Luxembourg, citée ultérieurement). Pourtant la spécificité géographique et
temporelle de cette étude, circonscrit au Grand Duché du Luxembourg, permet de
s’attarder sur les conditions de production des œuvres, notamment par les entretiens
avec les responsables au sein des services de la communication dans les ONG et
d’un photographe, et d’analyser ces œuvres à la lumière d’un contexte de
production plus vaste.
Initialement mon intérêt pour une étude sur l’utilisation de l’image dans un contexte
particulier est né d’un intérêt préalable pour la photographie et son langage
particulier. La photographie est omniprésente, même aujourd’hui avec le
développement des nouvelles technologies et de la popularisation de la vidéo. On la
voit toujours partout sans d’ailleurs toujours vraiment la regarder, au fil des pages de
la presse, des magazines, sur internet. Elle accompagne des messages textuels en
contribuant aussi bien à la connaissance des événements qu’à la composition
visuelle des annonces publicitaires. Elle peut bien être le centre du discours, comme
dans les cas des expositions des ONG que nous allons connaître. « La photographie
est par essence plurielle, aussi importante et intéressante en tant que témoignage
artistique ou journalistique sur le monde que pratique sociale et populaire » (Bauret,
1992 :5) Elle est aussi accessible, en termes de lecture (au moins une première
lecture) et en termes de production. Les façons de s’approprier ses techniques sont
diverses. Ce sont ces méthodes que j’essaie de découvrir par cette étude.
Ayant une expérience dans le secteur du développement dans un pays bénéficiaire
(par opposition à un pays bailleur des fonds comme le Luxembourg) je souhaitais
[7]

analyser ces représentations d’un autre lointain et en situation de précarité à travers
la photographie. S’accorde-t-elle avec les valeurs prônées par des ONG de
développement? Plusieurs stratégies des ONG se servent des photos. Existe-il une
vraie réflexion sur l’utilisation de la photographie au sein des ONG ? Toutes ces
questions sont nécessaires pour mettre en place une communication responsable et
cohérente au sein des organisations.
D’autre part le choix du sujet est directement lié à mon projet de stage. Celui-ci s´est
déroulé au sein du service de communication d’une ONG belgo-luxembourgeoise,
SOS FAIM (siège à Esch-sur-Alzette, Luxembourg). Cela m’a permis d’avoir un
accès privilégié aux discours, aux façons de travailler des ONG et aux acteurs du
secteur. Une des mes missions pendant ce stage obligatoire de cinq mois a été de
coordonner une exposition photographique itinérante au Luxembourg. J´ai été aussi
en contact avec le siège belge de cette ONG ce qui m´a permis d´avoir une vision
complémentaire du travail réalisé par SOS Faim.
Un premier constat sur place m’a permis de comprendre que des dispositifs centrés
sur la photographie étaient développés fréquemment dans le monde des ONG de
développement au Luxembourg : des expositions photos thématiques présentés dans
plusieurs salles et centres culturels dans le pays. La photographie devenait pour cette
étude un protagoniste et non seulement un complément du discours textuel,
langagière. Mais quel intérêt d’une exposition photographique réalisé par les ONG?
Quels intérêts ou quelles particularités pour le photographe ? Un point à part
constitue la photographie comme accompagnement des outils classiques et des
messages textuels : brochures, journaux, affiches, etc. Cette utilisation sera évoquée
mais c’est l’analyse des expositions photographiques qui constitue le cœur du travail
de recherche.
Dans le cadre d’un parcours professionnel j’ai décidé de centrer ma recherche sur
l´utilisation concrète de la photographie dans des organisations dites humanitaires
(dans un sens large qui inclut des organisations d’aide au développement et des
organisations d’aide dans l’urgence. Je reviendrai sur cette distinction). Pourtant il
faut connaître l´existence d´un circuit et d’un marché de la photographie
humanitaire, dont les consommateurs réguliers peuvent être des grandes
organisations humanitaires ou les médias. Comme nous verrons plus tard, ce n’est
[8]

pas forcément le cas des petites et moyennes organisations. Le contact avec un
photographe luxembourgeois m’a permis de présenter quelques éléments de la
production photographique luxembourgeoise, notamment sur ce qui concerne une
photographie humanitaire ou sociale dans des pays sous-développés. La production
et le marché de ce type de photographie, seront donc évoqués notamment en ce qui
concerne leur relation avec le travail des ONG.
La localisation géographique de ce travail de recherche ne répond pas seulement aux
activités liées à un projet de stage, mais le choix de prendre le Luxembourg peut être
justifié aussi par l’existence des particularités dans le secteur de l’aide au
développement dans ce pays. Le grand dynamisme des nombreuses ONG présentes
dans ce petit territoire, permet de s’approcher plus facilement aux acteurs concernés.
De plus, les enjeux locaux sont particuliers. Le Grand Duché de Luxembourg
compte une population de 500 000 et plus de 80 ONG travaillant sur son territoire.
Malgré la crise, le Ministère des affaires étrangères luxembourgeois (MAE) a
accordé en 2009, 1,04% du PNB national à l’aide au développement. Ce chiffre
dépasse le 0,7% accordé par les pays développés lors de l’assemblée générale de
l’ONU de 1980
1
.
Selon une étude, commandée par le Cercle de coopération, le réseau des ONG au
Luxembourg, et réalisée par TNS IlRES (2009), on peut estimer que 37% de la
population de plus de 18 ans se déclare donateur (régulier ou occasionnel) d’une
ONG dans le domaine d’aide au développement. 15% des personnes de l’échantillon
déclarent avoir fait du bénévolat pour ce type d´organisation. Ils estiment que dans
le pays, 58% de personnes sont impliquées à travers un don à une ONG dans des
domaines variés : aide au développement, nature et protection de l’environnement,
droits de l’homme, santé, culture, entre autres. Comme nous verrons pour la suite,
un enjeu important de la communication des ONG est la récolte des fonds auprès du
grand public et les actions dites de « sensibilisation ». Pourtant la dimension de
plaidoyer politique des ONG est beaucoup plus faible qu´en France ou Belgique par
exemple.
En outre, j’ai cru pertinent de compléter mes observations directes au sein de SOS
Faim avec l’étude d’un deuxième cas. J’ai choisi de prendre comme deuxième ONG

1
La résolution est disponible sur : http://daccess-ods.un.org/TMP/1051487.32662201.html
[9]

Appui au Développement autonome, ADA. Plusieurs raisons sont à la base de ce
choix. Premièrement, un critère de concentration géographique a été pris en compte,
ce qui répond à un besoin de faisabilité. Les deux ONG sont basées au Luxembourg
(Luxembourg ville et Esch-sur-Alzette, deuxième ville du pays). La proximité
faciliterait les démarches, mais ce critère donne aussi un contexte commun aux
organismes, et il serait donc plus juste de parler d’une analyse comparative.
Deuxièmement, ADA présentait pendant ma période de stage une exposition
similaire et même concurrentielle de l’exposition de SOS Faim, ce qui permettait de
commencer l´analyse par un dispositif commun : l’exposition photographique.
Troisièmement, la proximité thématique a été aussi retenue comme critère de choix.
Au niveau thématique ADA et SOS Faim ont un point de convergence importante :
la microfinance comme outil de développement. Des différences sont présentes
aussi, ce qui permet d´enrichir le travail. D´un côté SOS Faim travail sur deux axes
thématiques : la micro finance rurale et la souveraineté alimentaire. ADA veut se
présenter comme spécialiste de la microfinance en tant qu’outil de développement,
en milieu urbain ou rural dans les pays du sud sans une approche explicite de
souveraineté alimentaire (je développerai ce concept ultérieurement). Finalement,
l’existence d’un volet « communication » dans les organigrammes des organisations
a été important pour le choix. Ce volet communication, appelé Information ou de
Sensibilisation, permet de prendre comme point de départ cette place consolidée de
la communication au sein des ONG et la professionnalisation des chargés de ces
volets. La professionnalisation de la communication au sein de ces structures,
traduite par l’existence d’un responsable ou d’un département de communication a
donc été un critère important. Elle témoigne de l’existence d’une réflexion sur la
communication et d’un service à part entière et autonome à l’origine de la
conception en interne des supports de communication. Les deux organisations
produisent en grande partie leurs propres supports graphiques, et elles sont à
l’initiative des différentes actions de communications, qui incluent des expositions
photographiques.
Finalement mon choix de problématique a évidemment été influencé par mon projet
professionnel de travailler dans le domaine du développement. Dans ce sens, une
analyse de la communication et des représentations véhiculées par les actions des
ONG est pertinente et même nécessaire. « L’action n’est pas dissociable de la
[10]

représentation » (Mesnard, 2002: 8). On peut même dire que les représentations
nourrissent l’action et pour cela le travail d’un professionnel de la communication au
sein des ONG n’a rien d’accessoire. Il s’agit même d’une obligation éthique de bien
réfléchir à ce qu’on veut transmettre au public sur les « partenaires du Sud »,
surtout avec un média si omniprésent, accessible et efficace comme l’image. La
représentation, y compris de celle du « professionnel du développement », nourrit
les actions sur le terrain, et convoque l’empathie, voire la solidarité des citoyens.
Une réflexion sur la communication dans le secteur est importante parce que la
communication faite par ces organisations contribue aux imaginaires, aux discours
et aux préjugés sur l’ « autre » en détresse et sur le rôle des acteurs du
développement au Nord, y compris le citoyen hors du circuit des ONG. Les activités
quotidiennes des professionnels de la communication, souvent engagés dans leur
cause, ne permettent pas toujours de garder le recul nécessaire et de questionner ses
propres pratiques.
Ce travail s’articule en quatre chapitres. Tout d’abord je ferai une présentation de la
problématique où je définirai le secteur du développement, ses discours fondateurs,
ses particularités et ses représentations. Je présenterai aussi un bref panorama de la
coopération luxembourgeoise au développement. Dans le deuxième chapitre, je
donnerai des détails sur les outils méthodologiques utilisés pour réaliser cette étude.
Ensuite, dans le troisième chapitre je présente des éléments théoriques qui serviront
à l’analyse postérieure. Ce cadre théorique traite de l’image, de la photographie et il
recueille des travaux déjà faits sur les représentations dans le secteur humanitaire et
de l’aide au développement. « La souffrance à distance », de Luc Boltanski constitue
aussi un référent théorique important. Dans le quatrième chapitre, j’analyserai
concrètement les expositions d’ADA et de SOS Faim à la lumière des repères
théoriques discutés préalablement.
Une dernière précision doit être faite sur la pertinence d´un tel sujet dans le cadre
d´un master Métiers de la Communication territoriale et publique. Bien que la
relation entre le secteur de la coopération au développement et des politiques
publiques n’est pas dans un premier temps explicite, elle existe. Cette relation est
même très importante pour comprendre la dynamique interne du secteur
développement. En effet, dans de nombreux pays donateurs européens, le rôle des
subsides étatiques est fondamental pour la subsistance des ONG et même pour la
[11]

définition des lignes d’action. Tel est le cas très clair du Luxembourg. Comme j’ai
évoqué auparavant les pays développés se sont alloués lors de l’Assemblé Générale
des Nations Unies en 1980, d´engager au moins 0,7% de leur Produit National Brut
(PNB) à la coopération au développement. Une grande partie de ces subsides sont
concédés à des lignes thématiques définies par le Ministère des affaires étrangères.
C’est ce ministère qui définit en grande partie, les sujets à soutenir : éducation au
développement, microfinance, etc. Il peut même privilégier le financement de
certains pays. La relation entre le secteur publique et la société civile est très
importante pour comprendre la dynamique interne des ONG de développement.













[12]

CHAPITRE I
LA COMMUNICATION DANS L’AIDE HUMANITAIRE
ET L’AIDE AU DEVELOPPEMENT

1.1 L’AIDE HUMANITAIRE ET DU DEVELOPPEMENT
L’invention idéologique et stratégique du développement a maintenant soixante ans
(Atlani-Duault et Vidal 2009, 11). C’est le président des États-Unis, H. Truman qui
invoque pour la première fois, en 1949, la question d’aide au développement, au
moins au monde occidental. Depuis, les sciences sociales se sont intéressées à cette
question notamment dans une perspective post coloniale (ibid.) souvent menée dans
sa dimension empirique par des grandes organisations internationales (ONU et ses
agences, Banque Mondiale, Fonds monétaire international). Cette perspective
postcoloniale est prise par Roxanne Dotty (2004) pour analyser les relations Nord-
Sud, et les représentations issues de cette relation. Pour elle, les discours de l’aide au
développement ont une certaine continuité avec les discours derrière la colonisation.
L’aide Nord-Sud, est une source importante des représentations du sud, du
développement mais aussi de la société occidentale.
Avant de présenter des spécificités du secteur développement qui concerne ce
travail, je voudrais faire une distinction claire de ces deux secteurs : « aide
humanitaire » et de «l’aide au développement ». Même s’ils sont convergents, ils ont
des spécificités et des discours qui se différencient de manière de plus en plus nette.
Pour Atlani-Duault et Vidal (2009) l’humanitaire est un élargissement du champ
développement, qui priorise les actions en période de crise et des conflits
internationaux ou nationaux, la reconstruction post-catastrophe, la gestion des
réfugiés et des migrants et enfin tout ce qui relève des actions d’urgence proprement
dites. Pourtant l’humanitaire précède l’aide au développement. On peut trouver sa
genèse dans les premières organisations à vocation humanitaire de premières
décennies du XXe siècle. En effet, les crises de la première moitié du siècle –guerres
mondiales, la grand crise économique- ont motivé la création et le développement
des organismes humanitaires privés et publiques. Pourtant, ce n’est qu’après la
[13]

décolonisation que l’aide humanitaire fixe sa place dans le scénario des relations
Nord-Sud. (Brauman : 1998, 17).
Cette vision d’urgence et d’assistanat a été à l’origine du secteur
« développement/humanitaire » dans un sens large. Cette vision qui a été priorisé
aux origines est relativisée actuellement. Le secteur strictement humanitaire, est
caractérisé souvent comme « urgentiste » par les ONG de développement, qui
essayent de se détacher de cette image, pour constituer un secteur à part fondé sur
des valeurs comme l’autonomie, la souveraineté des peuples et le développement
durable. À l’intérieur de ce secteur, plusieurs spécialisations permettent de mieux
identifier la vocation des ONG de développement : le travail pour l’éducation,
l’environnement, la sécurité alimentaire et la nutrition, le développement rural, etc.
Désormais, nous allons faire une distinction entre les organisations d’aide au
développement et les organisations d’aide à l’urgence ou organisations
humanitaires ; ces dernières étant des ONG qui interviennent suite à une situation
grave et exceptionnelle, même si elles revendiquent de plus en plus les valeurs du
secteur Développement. Il faut préciser que dans les cas des certaines très grandes
ONG (Care International, Oxfam) et dans la coopération des organismes
multilatérales, dont les agences de l’ONU (UNICEF
2
, FAO
3
, OMS
4
, etc.), la
vocation peut être double.
À la naissance du secteur humanitaire/développement et jusqu’aux années 60, la
problématique centrale fut l’opposition entre tradition et modernité (Atlani-Duault et
Vidal 2009 :14). Très influencé par les sciences sociales, notamment par
l’anthropologie, l’humanitaire et ses débats ont évolué vers des postures plus
méthodologiques et critiques.
Les ONG prendront un rôle de plus en plus important à partir des années 80 en ce
qui concerne la réflexion sur le développement et surtout l’action, les tâches dites –
« humanitaires ». La multiplication des ONG est un fait constatable dans les pays
occidentaux depuis au moins un quart de siècle.


2
The United Nations Children's Fund
3
Food and Agriculture Organization of the United Nations
4
Organisation mondiale de la Santé
[14]

1.2 LA COMMUNICATION DANS LES ONG DE DEVELOPPEMENT
La communication a toujours été présente dans les ONG de développement. Dès ces
origines il y a toujours eu besoin d’outils pour permettre la transmission des
informations vers l’extérieur (le public, les autorités), ou parmi les sujets ou
organisations relevant du secteur. L’objectif initial, au moins dans un premier
niveau, serait d’attirer leur attention vers leurs actions et de recevoir leur soutien. Ce
« volet communication » dans les ONG de développement a évolué vers la
professionnalisation sûrement influencée par le développement de la communication
dans les années 80. Cette évolution a été très marquée par des particularités
Nord/Sud, comme le montre bien l’évolution de la « communication pour le
développement », particularité latino-américaine.
La communication pour le développement est un courant de la communication qui
s’est développé principalement en Amérique latine, notamment à partir de la
création de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID
5
).
Cette agence proposait de l’aide technique au développement des pays sous-
développés. Elle proposait aussi d’accompagner ses stratégies par des actions de
« persuasion éducative » pour changer les comportements des fonctionnaires locaux
ou les « bénéficiaires ». Cette politique est à la base de la naissance en Amérique
Latine d’une discipline professionnelle à part entière connue comme
« communication pour le développement » (Bertrán, 2005 :5). Différentes visions du
développement ont marqué la communication faite à ce propos.
1.2.1 LES VISIONS DU (SOUS) DEVELOPPEMENT
Dans les années 60, avec l’accès à la liberté de la plupart des colonies, des nouveaux
débats sur le développement surgissent. Au début de cette décennie, la théorie des
avantages comparatifs élaborée au cours du XIXe siècle, par David Ricardo
(Assidon, 2002), était encore la plus grande référence. Cette théorie propose que ce
serait à travers la spécialisation que les pays du Sud seraient assurés de prospérer
dans un scénario de commerce international. Une deuxième théorie inspiratrice du
développement dans les années 60, c’est celle de la croissance économique linéale.
Selon cette pensée de l’américain Walt W. Rostow (1997), tout pays est amené, tôt
ou tard, à accéder à la société de consommation de masse.

5
United States Agency for International Development.
[15]

Ces approches vont être remises en cause tout au long des années 60-70. La vision
des avantages comparatifs est critiquée par son caractère a-historique (elle ignore les
spécificités et les trajectoires nationales), et celle de Rostow est jugée trop étroite et
anachronique. Élaborée sur la base de cas des vieux pays industrialisés, elle imagine
une marche linéaire et universelle pour toutes les sociétés. En conséquence elle ne
semble pas adaptée aux spécificités des pays anciennement colonisés.
Les critiques de cette vision fondatrice du développement viennent initialement
d’une tradition très différente. La Commission économique pour l'Amérique latine
(CEPAL) est à la base d’une vision du sous-développement dite « structuraliste ».
Avec d’autres chercheurs, comme l'Egyptien Samir Amin ou l’américain André-
Gunder Franck, les chercheurs de la CEPAL forment ce que l’on appel en
développement l'École de la dépendance. Très inspirés du marxisme, ils essaient
d’expliquer la subordination des pays sous-développés aux pays développés en
termes d’échanges inégaux. D’autres auteurs comme, Immanuel Wallerstein (cité
par Assidon, 2002) proposent que la prospérité du Nord est possible par
l’exploitation économique des pays du Sud.
Ces visions sont encore aujourd’hui sources d’inspiration pour les critiques de l’aide
au développement. Ces derniers considèrent qu’elle accentue la dépendance, ou
qu’elle propose un développement « à l'occidentale » (Sciences Humaines, 2001).
De nos jours, les débats sur le sous-développement ont inclus des nouvelles
préoccupations, notamment celles du développement écologiquement durable et des
différents développements locaux, c’est-à-dire à une échelle infrarégionale.
1.2.2 L’INVENTION DU TIERS-MONDE
L’expression Tiers-monde a été utilisée pour la première fois par le démographe
français Alfred Sauvy dans un article paru en 1954 dans France Observateur (qui
deviendrait plus tard Le Nouvel Observateur). Dans l’article « Trois mondes, une
planète », il écrit : « L'ensemble de ceux que l'on appelle, en style des Nations unies,
les pays sous-développés, ce tiers-monde ignoré, exploité, méprisé, comme le tiers
état, veut lui aussi être quelque chose. » (Sauvy cité par Sciences Humaines, 2001).
Ce mot s’impose rapidement et il appartient de nos jours au langage courant.
Pourtant il n’a plus les mêmes connotations du jour de sa création. D’un côté, le mot
[16]

« tiers-monde » est considéré péjoratif par les populations des pays concernés, qui
préfèrent l’expression « pays en voie de développement ». D’un autre côté, cette
expression est considérée réductionniste puisqu’elle ne prend pas en compte
l’énorme diversité des pays non développés. Dans la même logique l’expression
Sud, encore courante dans le monde du développement le fait aussi. Mais le Sud est
souvent utilisé dans l’opposition Nord/Sud, ce qui est cohérent avec les conceptions
structuralistes et marxistes de sous-développement, préalablement évoquées.
Depuis, d’autres expressions sont utilisées dans le jargon des ONG pour parler des
pays du Tiers monde. Notamment, « Pays sous-développés » ou la version plus
politiquement correcte « pays en voies de développement ». Mais aussi des termes
qui rendent compte d’une segmentation, comme les Pays moins avancés (PMA), qui
regroupent les pays les plus pauvres de la planète. Le concept de pauvreté évolue
aussi. Il dépasse la conception économique et inclut des nouveaux indicateurs
comme l’accès à l’éducation, à la santé, à l’eau, etc. Cette nouvelle conception est
notamment visible dans l’Indice du développement humain utilisé par les Nations-
Unies
6
.
1.2.3 L’IMAGE DU TIERS-MONDE
Une des hypothèses que je veux exposer est que l’image entretenue par les médias
sur ce que l’on appelle encore le Tiers-monde est aujourd’hui contestée par les
organisations d’aide au développement. Bien qu’une collaboration étroite existe
entre ces deux secteurs, les ONG de développement se détachent de plus en plus de
la vision et des méthodes historiques des médias de masse et elles prônent une
attitude du politiquement correct.
Pourtant, il faut retracer les origines des représentations actuelles sur le
développement dans les premières représentations humanitaires. Phillipe Mesnard
retrouve ces premières représentations des victimes civiles à côté des humanitaires, à
la fin du XIXe siècle. A cette époque, un certain nombre des photographies des
populations indiennes atteintes de famine ont circulé dans des journaux à travers le
monde pour dénoncer la responsabilité du gouvernement anglais. Pourtant à cette
période, ces images n’étaient inscrites à aucun cadre d’interprétation et elles ne
pouvaient pas mobiliser des croyances contre le pouvoir anglais (Mesnard,

6
Indice de développement humain (IDH) disponible sur http://hdr.undp.org/en/
[17]

2002 :15). Des premières tentatives d’articuler un discours, puis une représentation
autour du sujet humanitaire peuvent être tracées à partir de la deuxième décennie du
XXe siècle. En 1922, l’organisation anglaise Save the Children Fund édite un
premier film du genre. Dans ce film elle montre les enfants qu’elle sauve de la
famine. Pour Mesnard, ce premier film ébauche les premières valeurs diffusées par
la représentation humanitaire. Au-delà de la dénonce pure, il y voit le prolongement
d’une idée de progrès menée par l’occident bienfaiteur. « …ces enfants, avec leur
blouse et leur cheveux peignés, qui mangent à leur faim, portant les valeurs de la vie
et de la sécurité recouvrées, justifie toute l’entreprise qui les prend en charge. C’est-
à-dire non seulement Save the Children, mais l’Occident bienfaiteur. L’idéologie
que véhicule l’humanitaire à travers ces représentations se rattache effectivement à
la civilisation occidentale, portée par une idée de progrès, plutôt que par toute cause
particulière. » (Mesnard, 2002 :17). Mais pour Mesnard, il ne s’agit pas de la
propagande pure puisque ce n’est pas des figures concrètes que cette représentation
véhicule mais une vision du monde. Mais plus tard, et dans le contexte de la guerre
froide, cette vision, déjà consolidée, d’universalité du progrès de la civilisation
occidentale s’affirme au nom du « monde libre » et donc en opposition au
communisme. Ce positionnement, soutenu par les pays occidentaux, pourrait être
compris comme partie de la propagande anticommuniste, au moins jusqu’à la chute
du Mur de Berlin.
Mesnard voit pourtant une autonomisation progressive de l’humanitaire pour donner
« pour lui-même et par lui-même une consistance idéologique » (ibid. :19). Cette
autonomisation d’un discours pro-valeurs occidentales se manifeste quand les
représentations et les discours des organisations, notamment celles avec un fort
discours politique, dénoncent les pouvoirs impérialistes d’Occident comme les
responsables de la pauvreté, la famine et d´autres souffrances au Sud
7
. Ces ONG à
fort discours politique sont le plus souvent des ONG qui ont pour objectif de
changer des structures durablement. Ce n’est pas le cas, comme nous le verrons dans
l’analyse, des ONG choisies pour ce travail. Même si un discours politique est
implicite dans le travail sur le terrain, ces ONG n’ont pas de discours politique fort
structuré au Nord (ce qui n’implique pas que les acteurs individuels ne l’aient pas).
Boltansky (2007) propose que, face à des images de souffrance, le spectateur

7
Une bonne synthèse de ce discours, très engagé, se trouve dans « L’empire de la honte » de Jean
Ziegler. Ziegler, J., 2007, « L’empire de la honte », Paris, LGF.
[18]

attribue des places de « bienfaiteur », « malheureux», ou de « persécuteur ». Dans
les cas des représentations des ONG choisies, il ne sera pas toujours évident de
remplir ces places dans un contexte de positionnement politique très subtil.

1.3 LA CRITIQUE DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT
Comme il a été évoqué, l’invention pratique et idéologique du développement peut
être tracée en 1949 avec l’annonce du Président américain Harry Truman de la
création d’une agence pour aider au développement des pays les plus pauvres. Cette
mission était accompagné de la promotion de la démocratie et les droits de l’homme
comme le signale Roxanne Doty (2004 :127). Dans Imperial encounters, elle fait
une analyse des discours du secteur de l’aide international au développement,
promotion de la démocratie et des droits de l’homme. Elle y trouve une certaine
continuité avec les discours colonialistes, pourtant, les significations et les identités
internationales ont été construites et reconstruites. Pour elle, « l’aide internationale,
comme un ensemble des pratiques de représentation, a rendu possible des nouvelles
techniques dans une économie de pouvoir dans les relations Nord-Sud. Elle a mis en
place des mécanismes par lesquels le « Tiers-monde » peut être surveillé, classifié et
placé sous une surveillance continue
8
». L’aide internationale a été conceptualisée
de deux façons (Doty, 2004 : 129). La première souligne l’importance de l’aide
comme un outil de promotion de la sécurité nationale et les intérêts économiques des
pays bailleurs de fonds. La deuxième conceptualisation, voit l’aide comme le
résultat des préoccupations humanitaires liées à la lutte contre la pauvreté, pour le
développement économique et la promotion de la démocratie.
Pour l’auteur, les analyses de l’aide au développement doivent être placées dans le
domaine plus large de « l’exercice du pouvoir ». Même si on admet que l’aide
international est guidé par des idéaux altruistes, il faut considérer ce qu’elle fait
inévitablement dans la réalité: « L’aide internationale permet l’administration de la
pauvreté, la surveillance, et l’administration de la pauvreté
9
» (ibid. : 129). D’après
l’auteur, l’objectif de l’aide internationale était vraiment la lutte contre la pauvreté

8
« Foreign aid, as a set of productive representational practices, made possible new techniques
within an overall economy of power in north south relation. It put in place permanent mechanisms by
which the “third world” could be monitored, classified, and placed under continual surveillance».
9
« Foreign aid enables the administration of poverty, the surveillance, and the management of the
poor».
[19]

mais juste dans un deuxième niveau. L’objectif principal serait de connaitre la
mentalité, les comportements et les tendances des populations des pays pauvres, vus
comme source potentielle de risque. Quand l’Agence des États-Unis pour l’aide au
développement (USAID) a été crée, les principes de mise en place de l’aide au
développement ont été aussi définis. L’objectif de l’aide américaine était de fournir
des opportunités d’entraide pour les populations émergentes
10
. Dans cette définition,
il serait possible de donner deux interprétations. D’abord il pourrait faire référence à
l’émergence des populations de l’obscurité, d’une condition non civilisé. Une autre
interprétation pourrait suggérer l’émergence des nations de la colonisation et la
dépendance. Dans les deux interprétations, il est implicite que les « populations
émergentes » n’existaient pas de manière significative. Un deuxième objectif de
l’aide américaine était de « concilier les non ‘réconciliés’ (unreconciled) parmi les
hommes et les nations à la validité et la viabilité du système mondial présent
11
.
Unreconciled implique potentiellement instable et imprédictible, une population
dangereuse qui besoin de transformation.
L’auteur trouve une différence fondamentale entre l’aide des États-Unis à l’Europe
après la Seconde Guerre. En effet, le plan Marshall conseille vivement les pays
européens de construire ensemble un programme coordonné pour la récupération
économique. Aucune invitation n’a été adressée aux pays du Tiers monde. L’objectif
de l’aide était défini comme « déclencher, stimuler et guider la croissance des
structures sociales et des comportements fondamentales
12
». Aucun pays du Tiers
monde était invité à participer de définition des politiques. Cette vision serait un
clair prolongement d’une opposition existante dans les discours de la colonisation,
l’opposition parent/enfant. Les populations émergentes étaient vues comme des
enfants à qui l’Occident devait élever, guider et aider jusqu’à qu’ils soient capables
de faire ses propres décisions.




10
« Emerging people»
11
« Reconcile the unreconciled among men and nations to the continued validity and viability of the
present world system».
12
«To trigger, to stimulate and to guide the growth of fundamental social structures and behaviors».
[20]

1.4 L’HUMANITAIRE, LE DEVELOPPEMENT ET LES MEDIAS
L’association avec les médias a été une stratégie importante dans la transmission des
sujets humanitaires et du développement. Les secteurs du développement et de l’aide
dans l’urgence ont cherché à développer des rapports étroits avec les médias. Cette
relation de plus en plus forte et ambigüe, peut être abordée sous plusieurs
perspectives, comme coopération, dépendance, ou même « instrumentalisation
réciproque » (Ferenzy, 2005)
Grâce au développement des moyens de communication, nous pouvons avoir accès
aux évènements dramatiques à l’autre bout du monde très facilement et en temps
réel, à travers la transmission des images (fixes, vidéo, à travers les journaux,
médias, et même les réseaux sociaux). C’est ainsi que l’on a l’impression d’être plus
proche de la « victime lointaine ». Cette situation a des conséquences sur la façon
d’appréhender ces situations et sur l’exigence morale qui se présente au témoin
lointain des souffrances humaines. Sur ce point, Luc Boltanski dans La souffrance à
distance (1999), livre qui constitue l’un des référents les plus importants de ce
travail, voit une incertitude croissante sur la réponse exigée à la personne qui
regarde « le spectacle de la souffrance » de manière médiatisée. En effet, la
confiance accordée au médiateur de ces images est compromise dans cette situation
médiatique qui « éloigne non seulement le spectateur du malheureux, mais encore le
spectateur de celui qui lui présente (sans nécessairement en avoir été lui-même le
témoin) » (1999:272). Boltanski veut montrer que cette incertitude a augmenté
progressivement dans les trois dernières décennies au fur et à mesure que l’intensité
et le nombre des spectacles de souffrances proposés à des spectateurs devenaient
plus importants. Cette situation est plus complexe si l’on considère qu’un tel
spectacle propose toujours au spectateur une invitation à se montrer affecté et à agir.

Pour atteindre ses objectifs, le secteur humanitaire a développé certains rapports
avec les medias qui ont graduellement changé avec l’évolution du contexte
historique global, et à travers la montée en puissance des outils de communication
des medias, i.e. des journaux et de la télévision. Au Luxembourg, des particularités
nationales sont à prendre en compte. Au niveau de la presse, notamment, un grand
nombre de titres existent dans le marché avec un lectorat très restreint. Les
ressources disponibles ne permettent pas d’avoir des informations de terrain à
[21]

l’étranger. Les informations internationales se limitent à des extraits des grandes
agences d’information telles que l’AFP. Ce fait est reconnu comme une opportunité
par les ONG. Marine Lefebvre, chargée de l´information à SOS Faim notamment
pour ce qui concerne les médias écrit deux articles mensuels dans deux journaux
luxembourgeois Le Jeudi et Le Quotidien. L’intérêt de ces journaux est d’avoir des
informations de terrain qui ne pourraient pas être assumés autrement. Réussir ce type
de partenariat serait beaucoup plus compliqué dans un pays où les médias comptent
plus de ressources.
C’est intéressant de souligner que deux des chargées de l’information consultées
pour ce travail sont issues du monde journalistique. Même si nous n’avons pas les
éléments pour dire qu’il s’agit d’un phénomène récurrent, ce background n’est pas
sans conséquences dans les cas spécifiques des actions de communication des deux
ONG. Par exemple, dans le cas d’ADA, le rapprochement de la chargé de
l’information avec le monde de la presse luxembourgeoise, où elle a travaillé
pendant six ans avant de changer d’orientation, a permis la collaboration entre ADA
et un photojournaliste avec 20 ans d’expérience dans la presse luxembourgeoise
pour l’exposition « Microfinance côté face ». Cette collaboration s’est faite de
manière bénévole et le résultat, comme on le détaillera plus loin, est une exposition à
la façon d’un photoreportage.
Le rapprochement des deux mondes, humanitaire et des médias, sera une perspective
importante d’analyse pour comprendre les différentes lectures des images proposées
par les ONG de développement. Nous pourrions aussi envisager des possibles
stratégies partagées même si en principe les objectifs des deux acteurs sont distincts.
1.5 LE SECTEUR DES ONG AU LUXEMBOURG
Quelques chiffres du Rapport annuel de la Coopération luxembourgeoise au
développement permettront de caractériser la coopération de Luxembourg, très
active dans des régions très spécifiques.
En 2009, le gouvernement luxembourgeois a atteint une aide publique au
développement (APD) de 1,04% du PNB. Seulement quatre autres pays au monde
ont atteint la chiffre proposé en 1980 par l’ONU, tous en Europe : Suède, Norvège,
Danemark, et les Pays-Bas. Les États-Unis accordent seulement 0,14% du PNB à
l’aide au développement.
[22]

L’action de la coopération luxembourgeoise est concentrée sur 10 pays dits
« partenaires privilégiés » : le Burkina Faso, le Cap-Vert, le Mali, la Namibie, le
Niger et le Sénégal en Afrique, le Nicaragua et le Salvador en Amérique latine ainsi
que le Laos et le Vietnam en Asie. Plus de 80% des moyens engagés dans la
coopération bilatérale sont investis dans ces pays.
La concentration de la coopération luxembourgeoise est aussi sectorielle : en 2009,
la coopération luxembourgeoise s’est concentrée dans les secteurs des
Infrastructures et des services sociaux qui représentent plus de 47% de l’APD
bilatérale (de pays à pays) et plus de 20% de l’APD multilatérale. Cette catégorie
regroupe les secteurs : de l’éducation, la santé (y compris les services de santé et de
fertilité), et de l’eau et l’assainissement.
L’aide est surtout bilatérale. L’aide à travers les ONG représente 20% du budget de
la coopération luxembourgeoise. Quatre-vingt ONG, parmi lesquelles SOS Faim et
ADA, reçoivent des subventions de l’APD. Finalement, l’aide humanitaire, (aide à
l’urgence, la prévention et l’aide à la reconstruction), représente près de 10% de
l’APD luxembourgeoise.









[23]

CHAPITRE II
MÉTHODOLOGIE

2.1 OBJECTIF DE LA RECHERCHE

L’objectif de la recherche sera de décrire comment se construit la relation entre
image photographique et discours explicite ou implicite au sein des deux
organisations choisies. Il faudra donc décrire la façon dont les images sont utilisées à
la lumière d’un discours textuel utilisé au sein de l’organisation. Ce discours est
formé des valeurs défendues, voire d’une idéologie plus ou moins structurée et
traduite par un jargon du secteur du développement.
L’analyse portera sur les images choisies par les deux ONG SOS Faim et ADA,
pour leurs expositions photographiques, illustrer leurs propos, récolter des fonds, et
faire un travail de sensibilisation. Dans le cas de SOS Faim, et grâce à une approche
privilégiée due à un stage de cinq mois au sein du service de l’information, je serai
en mesure de parler des photos non choisies pour l’exposition et des anciennes
expériences en ce qui concerne des expositions photo. Il ne s’agira pas d’une simple
description des images mais aussi d’une mise en contexte des différents choix dans
la chaine de production d’une exposition photo : dès la recherche d’un sujet et la
conception par le photographe jusqu’au choix des responsables de l’information.
Pour cela, les discours des praticiens de la communication et des photographes
trouvent leur place dans cette démarche.
2.2 QUESTIONS DE RECHERCHE:
Une grande question guide cette recherche : Comment les images photographiques
s’inscrivent-elles dans les stratégies de communication et les discours de ces
organisations ?
Pour répondre à cette question j’utiliserai comme cadre théorique les trois topiques
expliquées par Luc Boltanski dans « La souffrance à distance ». Ces topiques
servent à caractériser des descriptions de celui qui souffre (place occupée par le
[24]

bénéficiaire de l’aide au développement) et de celui qui est informé sur cette
souffrance. Dans ce schéma, l’organisation propose au spectateur de se sentir
concerné par ce qu’elle lui montre. Elle suggère, par la manière de communiquer, la
façon dont il devrait se sentir concerné. Les images, suggèrent-elles une accusation,
une invitation à l’émotion ou restent-elles dans un registre esthétique ?
Pour arriver à répondre à ces interrogations il faut poser d’autres questions
préalablement telles que :
- Quels sont les sujets représentés et comment sont-ils représentés ? (Existe-il
une image type du « bénéficiaire », existe-il dans ces images un
« bienfaiteur», est-il suggéré ?)
- Quels sont les critères des choix ? Quelle cohérence dans ces choix ?
- Quelles différences entre les approches de SOS Faim, ADA et autres
exemples luxembourgeois et européens?
- Quelle est la source des photographies représentées ? Comment et qui réalise
les choix de ce qui va être montré ?
2.3 PRESENTATION DES ONG CHOISIES POUR L’ANALYSE
2.3.1 SOS Faim Luxembourg
13

SOS Faim est une ONG luxembourgeoise, agréée par les Ministère des Affaires
étrangères (MAE) luxembourgeois, crée en 1993. Elle a pour objectif de « combattre
la faim en Afrique, en soutenant des organisations paysannes et des institutions de
microfinance qui favorisent l’autonomie de leurs membres, clients ou
bénéficiaires » (Rapport d’activités 2009). SOS Faim appui notamment des
institutions de microfinance en milieu rural et des organisations paysannes dans le
but de soutenir l’agriculture familiale.
SOS Faim n’a pas d’antenne en Afrique, mais elle travaille avec des partenaires
locaux dans le but de « soutenir un processus de développement autonome en dépit
des pratiques d’assistanat » (ibid.). Ses partenaires se trouvent dans neuf pays
africains : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo (le partenariat
s’arrêtera en 2011), l’Ethiopie, le Mali, le Niger, la République démocratique du
Congo et le Sénégal. L’organisation se déclare indépendante de tout courant

13
Site Web: www.sosfaim.lu
[25]

politique ou religieux. Le service d’appui aux partenaires (SAP) est partagé avec
SOS Faim Belgique, ONG belge sœur de SOS Faim Luxembourg. Pourtant SOS
Faim est indépendante en ce qui concerne la gestion budgétaire, l’administration et
le service d’Information.
Le budget de SOS Faim en 2008 a été de € 3 264 235, dont 100 456 on été attribués
à la sensibilisation du public (au Luxembourg) 16 977 ont été destinés à la récolte
des Fonds.
Le financement de SOS faim provient en partie de la récolte des dons auprès du
grand public luxembourgeois. Les dons privés sont ensuite valorisés par les subsides
du MAE principalement et exceptionnellement de l’Union Européenne. Un don de
1€ peut servir à obtenir jusqu’à 8€ en financement (« effet de levier »). La stratégie
de récolte de fonds est une fonction importante du service de l’information.
Les grands sujets/axes du travail de SOS Faim et de la communication auprès du
public luxembourgeois sont :
La souveraineté alimentaire : définie comme « le droit de chaque pays de choisir
librement le mode d’approvisionnement en produits alimentaires qu’il souhaite, en
conformité avec l’intérêt collectif national ou régional. Ce principe assigne aux États
la maîtrise des choix essentiels qui concernent les modes de production, de
transformation et de commercialisation des produits alimentaires » (Forum des ONG
pour le Sommet mondiale de l’alimentation, en ligne).
L’agriculture familiale: «L’agriculture familiale correspond à une forme de
production qui se caractérise par le lien structurel particulier existant entre les
activités économiques et la structure familiale. Cette relation influence le processus
de décision, l’organisation du travail familial, la distribution des responsabilités et
des revenus, la gestion des facteurs de production (terre, eau, semences, matières
premières, équipements, crédits, ...) et la transmission du patrimoine familial. Ce
type d’agriculture, fournit la majeure partie de la production agricole mondiale, et il
joue un rôle essentiel dans les pays du Sud, où il fournit une bonne part de l’emploi.
L’agriculture commerciale à grande échelle repose en revanche sur la concentration
des capitaux et/ou des terres » (Kesteloot, 2004)

[26]

• L’appui aux organisations paysannes
Il y a deux postes de « Chargé de l’information » à SOS Faim. Le premier poste est
axé sur l’événementiel, l’éducation au développement (orientée principalement vers
les jeunes) et la récolte des fonds, et le deuxième concerne la relation avec les
médias et les stratégies de communication sur Internet.
2.3.2 Appui au développement Autonome (ADA)
14

ADA est une association luxembourgeoise, agrée par le Ministère des affaires
étrangères, entièrement spécialisée dans l’appui à des institutions de microfinance
(IMF) dans dix-huit pays sous-développés
15
. Les bénéficiaires des actions sur le
terrain de l’organisation sont peu diversifiés. Il s’agit exclusivement des IMF de
taille moyenne, mais aussi des réseaux supranationaux des IMF. A différence de
SOS Faim, ADA ne travaille pas avec d’autres acteurs de la société civile tels que
des organisations paysannes, et elle n’a pas une approche exclusivement rurale. Plus
concrètement, ADA accompagne les moyennes IMF pour atteindre leur
professionnalisation, propose et expérimente avec de nouveaux produits de
microfinance, et participe au financement des IMF (au travers de prêts et de
garanties). Au Luxembourg, ADA développe des actions d’information et
communication. Elle produit et édite des publications techniques destinées à un
public averti, elle cherche à se positionner comme experte en microfinance.
Toutefois les publications ne sont pas produites par le pôle Information et
Sensibilisation, mais par un pôle Recherche et documentation (le détail sur
l’organisation d’ADA est disponible dans l’Annexe 1). ADA compte un pôle
Information et sensibilisation. Celui-ci dirige un Centre d’information destiné
principalement aux IMF, bailleurs de fonds, associations, professeurs, étudiants, etc.
Ce centre se compose d’une bibliothèque et un Help Desk qui permet de répondre
aux questions sur la microfinance. D’un autre côté, des actions de sensibilisation sur
la microfinance comme outil de développement, sont organisées, notamment pour
des professionnels du secteur financier ou même le public de la presse
luxembourgeoise. ADA n’a pas d’actions d’éducation au développement.

14
Site Web: www.microfinance.lu
15
« Notre mission consiste à accompagner des institutions de microfinance (IMF) implantées dans les
pays du Sud dans leur processus de croissance. Cet accompagnement peut être de nature technique
et/ou financière. Il vise à professionnaliser les IMF, à les rendre autonomes, performantes et
transparentes ». (Source : Site Web ADA)
[27]

Au total, quatre personnes sont salariés du pôle Information et Sensibilisation. Pour
cette analyse, nous avons réalisé un entretien avec la Responsable du pôle
Information et Sensibilisation.
Le budget d’ADA pour l’année 2010 est prévu à hauteur de €5 620 017 dont 663
032 euros est destiné au Pôle Information et sensibilisation.
2.4 TECHNIQUES DE RECHERCHE
Pour répondre à la question : « Comment les images photographiques s’inscrivent-
elles dans les stratégies de communication et les discours de ces deux
organisations? », trois techniques de recherche, complémentaires entre elles, ont été
choisies.
2.4.1 ANALYSE DU CORPUS PHOTOGRAPHIQUE
Les images à analyser sont celles qui font partie des expositions des deux ONG :
« Le bonheur est dans le prêt » du photographe luxembourgeois Patrick Galbats,
commandé par SOS Faim ; et « Microfinance côté face » du photographe
luxembourgeois Gui Wolff, commandé par ADA. Pour quelques cas, d’autres
références photographiques de ces organisations ou encore d’autres ONG seront
évoquées (des cas français ou européens). Dans le cas de SOS Faim, nous avons eu
accès à des sources plus anciennes, notamment aux photos de deux expositions, en
2001 (sur le Burkina Faso) et en 2003 (sur le Bénin). Les deux cas seront cités de
manière complémentaire.
Constitution d’une grille d’analyse :
Les questions que l´on pourrait se poser sur une image sont très diverses. Elles
dépendent de la discipline depuis laquelle on la regarde. Par exemple, un historien
sera plus intéressé à la date de réalisation, il voudra connaître les aspects de la
civilisation qui a produit cette image. Un historien de l'art va s'intéresser surtout au
style du document, la technique, le courant dont cette œuvre fait partie. Du point de
vue du sémiologue, ce qui importe c'est le sens de l'image, les symboles dont l'auteur
s'est servi. (Gerverau, 2000 : 40).
Il n’existe pas de grilles d’analyse préfixées. Nous allons en utiliser une qui réponde
aux attentes de cette analyse en particulier. Le travail à réaliser n’est pas celui d’un
sémiologue ni d’un critique d’art mais il pourra prendre des éléments de ces
[28]

disciplines. Dans ce cas, l’intérêt est d’analyser les photographies choisies et trouver
ses significations possibles dans un contexte particulier, celui du discours de chaque
ONG. Il sera très important aussi de caractériser les sujets principaux de la
photographie. L’accès aux témoignages des praticiens de la communication et du
photographe d’une des expositions pourra sans doute complémenter cette analyse.
Pour saisir les éléments significatifs, les questions choisies sont de natures diverses
et elles ont été séparées en trois étapes.
Premièrement, il y a une démarche de recueil des données générales et du contexte
de la production des photos. Deuxièmement je ferai un inventaire des éléments
figuratifs présents sur les photos. L'inventaire se fera à partir des éléments figuratifs,
textuels et des relations entre ces éléments. Cela nous permettra de parler d’une
thématique. Nous sommes à cette étape encore dans un niveau de connotation où il
sera aussi pertinent de repérer des éléments esthétiques de l’image : Les cadrages,
les couleurs, etc.
Seulement dans un troisième temps, nous nous attarderons sur les significations
possibles, toujours en relation avec les légendes qui accompagnent les images, les
discours saisis par les entretiens et l’analyse des documents produits par les ONG.
Les éléments qui composent la grille (Annexes 3 et 4) sont :
- Données générales: Photographe, Lieu, Date, support.
- Choix esthétiques : Couleur, Plan/Cadrage, Taille.
- Contenu : Légende, Inventaire des éléments figuratifs, sujet principal, espace
représenté, Situation représentée.
- Commentaires du photographe ou de Chargé de l’information (s’ils existent).

2.4.2 ENTRETIENS SEMI-DIRECTIFS
Les entretiens semi-directifs ont été utilisés pour accéder aux discours de
l’organisation, notamment par ce qui est communiqué par le Service de
l’information. Ainsi, trois personnes appartenant aux deux organisations choisies
pour l’analyse ont participé à des entretiens :
- Chloé Kolb, Chargé de l’Information (éducation au développement,
événementiel) à SOS Faim
[29]

- Marine Lefebvre, Chargée de l’information (Internet et Médias) à SOS Faim
- Marion Bur, Responsable de l’information et de la Sensibilisation à ADA.
De manière complémentaire, j’ai réalisé un entretien avec Patrick Galbats,
photographe luxembourgeois auteur de l’exposition « Le Bonheur est dans le prêt »
présenté par SOS Faim. Un deuxième entretien était prévu avec le photographe,
auteur de l’exposition d’ADA. Malheureusement, malgré une réponse initialement
positive, l’entretien n’a pas pu avoir lieu.
L’objectif de ces entretiens a été de connaître les critères de choix opérés par les
responsables de l’information et par le photographe dans l’exécution de la
commande de l’ONG. Plus spécifiquement, pour le cas des responsables de
l’information, l’objectif était de connaître le discours dont elles disposent pour leur
travail quotidien, notamment pour ce qui concerne l’usage des images (pour
l’exposition et d’autres supports). Dans le cas du photographe, nous voulions
connaître ses propres sources pour comprendre le développement (par exemple, un
engagement préalable) et l’articulation entre ces deux mondes distincts : le marché
de la photographie et le monde de la coopération au développement.
2.4.3 ANALYSE DOCUMENTAIRE
Pour l’analyse j’ai eu aussi accès à des documents produits par les ONG et d’autres
institutions travaillant dans le secteur (pour ce qui concerne les chartes d’utilisation
des images). Nous avons eu accès aussi à des données collectées sur la disposition
au don au Luxembourg. Les données n’ont pas été produites pour cette recherche,
néanmoins elles seront utiles pour saisir le contexte de production des images. Les
documents choisis pour complémenter le travail de recherche sont :
- Chartes : Charte d’utilisation des images et messages (CONCORD), Code de
conduite des ONG faisant appel à la générosité du public.
- Outils des formations pour l’utilisation de la charte CONCORD. Ces outils
ont été mis à disposition par le Cercle de Coopération des ONG, association
qui réunit les ONG du Luxembourg et qui était à la base de la promotion de
ce code.
- Documents qui reconstituent la mise en place de l’exposition « Le bonheur
est dans le prêt » : bon de commande au photographe Patrick Galbats,
présentation de l’exposition envoyée aux centres culturels, communes, et
[30]

d’autres institutions souhaitant accueillir l’exposition. Nous avons eu accès
aussi aux documents envoyés à la presse concernant l’exposition
« Microfinance côté face ».
- Rapports d’activités de SOS Faim (Annexe 11)
- Plan d’action ADA (Annexe 12)
Tous ces documents sont disponibles en Annexe.

















[31]

CHAPITRE 3
CADRE THEORIQUE: LA PHOTOGRAPHIE COMME
MOYEN DE COMMUNIQUER SUR LA PAUVRETE

3.1 LE SIGNE
Un « message » est «un signal ou un ensemble de signaux, transmis au cours d'un
acte de communication» (Baylon et Mignot, 1991:14). Pour traiter la nature des
signes, une multiplicité des termes sont à notre disposition. Pour cela il est
nécessaire de faire une clarification des termes. Baylon et Mignot (1991:12)
précisent que le «signal», est toute marque porteuse d'information à condition qu'elle
ait été délibérément produite par quelqu'un qui attend qu'elle soit comprise comme
telle.
En relation directe avec le signal, ils définissent un signe comme « une unité
complexe, elle même composé de deux autres: le signal et son sens». Pour parler de
cette unité complexe, Saussure (1966: 279-283) utilise les termes complémentaires
et indissociables : «signifiant» et «signifié». Pourtant ces deux utilisations se fondent
sur des messages linguistiques. Or, les messages visuels sont d’une nature différente.
La première approche qui essaye de prendre compte de la diversité des messages est
peut être celle de Charles Peirce.
Pour Peirce, cité par Joly (Joly, 2005: 26) « un signe est quelque chose, tenant lieu
de quelque chose pour quelqu'un, sous quelque rapport ou à quelque titre». Le signe
peut donc signifier une chose absente, concrète ou abstraite. Cette définition permet
de reconnaître au moins trois pôles dans un signe: sa face perceptible, représentant
ou signifiant; ce qu'il représente, objet ou référent; et ce qu'il signifie, interprétant ou
signifié. (ibid.: 26).
Pour garder une unicité de termes et contribuer à la carté du texte, désormais je ferai
référence seulement aux éléments de la triangulation de Peirce: signifiant, signifié, et
référent même si d'autres approches, comme je viens de montrer, sont possibles.
[32]

3.1.1 L’IMAGE COMME SIGNE
La triangulation signifiant, signifié et référent du model de Peirce (Ib. 27), nous
permettra de comprendre comment les images peuvent être comprises comme des
signes. Les éléments signifiant et signifié donneront lieu à une classification fondée
sur le type de relation entre la face perceptible (signifiant) et l’objet représenté
(signifié). Ainsi, les signes peuvent être des icônes, des indices, ou des symboles.
Tout d’abord une icône est un signe dont le signifiant entretient une relation
d'analogie avec son référent. Dans ce sens, la photographie d’une personne peut être
un signe iconique puisqu’elle « ressemble » à la personne réelle (signifié) qu’elle
représente. De plus, il est possible de parler d'un « fort taux d'iconicité » dans une
photo journalistique lorsqu'elle atteste de la réalité d'un événement, ou raconte ce qui
s'est passé. En revanche, si elle n'illustre pas l’information d'intérêt qu'elle
accompagne, on dit que le « coefficient d'iconicité » est faible, voire, nul (Cadete,
Charles et Galus:1990).
Le deuxième type de signe, selon la triangulation de Pierce, est l’indice. Il s’agit
d’un signe « qui entretient avec ce qu'il représente une relation causale de contiguïté
physique » (Joly, 2005: 28). Autrement dit, il s’agit d’une relation causale (comme
la fumée est l’indice du feu) qui peut être aussi comprise comme la trace laissée par
quelqu'un ou quelque chose. La photographie pourrait être comprise comme la trace
de l’existence de quelqu’un. Par exemple, la photo d’un « bénéficiaire » dans un
rapport aux donateurs, produite pour une ONG peut être comprise, comme la trace
de l’existence de ce bénéficiaire, et donc la justification des actions de l’ONG.
Finalement, le symbole est un signe qui entretient avec son référent une relation de
convention, comme par exemple la colombe pour la paix. Il faut préciser que dans
n’importe quelle image, il y a un degré de convention puisqu’elles sont des
représentations construites. Si elles sont comprises par d'autres que ceux qui les
fabriquent c'est parce qu'il y a un minimum de convention socioculturelle.
Comme nous avons déjà suggéré pour le cas de la photographie (qui peut être, icône,
indice ou même symbole), il n’existe pas de signe pur mais des caractéristiques
dominantes. Néanmoins, cette classification trouve sa valeur dans le fait qu’elle
permet de comprendre le mode de fonctionnement des différents types d'images.
[33]

Dans le cas spécifique de ce travail elle permettra d’éviter une utilisation naïve de
mots tels qu’icône ou symbole.
Pour Goodman (1990 :7), un objet est une image «lorsqu'il est élément d'un système
des symboles picturaux, se comprenant et fonctionnant à l'intérieur d'un système de
signes et d'interprétation». Or, Umberto Eco, cité par Baylon et Mignon (1991:15),
montre qu’une définition d’image devrait prendre en compte sa nature particulière.
A différence du langage, l'image ne comprend pas d'unités discrètes (phonèmes)
susceptibles d'être cataloguées de façon univoque. La communication par l'image, se
fonde alors sur un code faible : une image est moins arbitraire qu'un mot ou qu'une
phrase. L’incertitude de l’image est souvent résolue par le langage. Roland Barthes
(1980) souligne aussi l'importance des messages proprement linguistiques qui,
comme je viens de le signaler, viennent souvent compléter les messages sous forme
d'image. C'est le cas de la légende d'une photo de presse, le slogan d'une affiche
publicitaire, ou le titre d'un tableau.
Une critique est adressée à l’analyse des images en tant que signes. Pour certains
sémiologues, le modèle de Peirce est insuffisant pour comprendre le pouvoir des
images. Il peut éclairer sur l’organisation interne des images mais ce modèle serait
incapable de montrer pour quoi les images retiennent l’attention du spectateur
(Tisseron, 1996:88). En réponse à ces critiques, certains sémiologues mettent en
valeur la nature d’indice de la photo. La capacité de la photo de prouver l’existence
de quelque chose (le ça a été de Barthes) serait sa principale force. Pour Tisseron,
l’instrument de Peirce concerne seulement les relations internes de l’image alors que
le problème principal posé par toute image est la relation avec son spectateur. Il faut
penser à une nouvelle conception de l’image, qui permet de comprendre des images
contemporaines (virtuelles, par exemple) et de porter un regard différent sur les
images traditionnelles. Cette conception devrait tenir compte du pouvoir de
signification d’une image mais aussi de ses « inductions imaginaires » (ibid.). Tout
en reconnaissant l’utilité du modèle de Pierce, ses critiques ont été prises en compte
pour ce travail. Nous allons essayer de comprendre les images non comme un
ensemble de signes mais comme un ensemble de relations.


[34]

3.2 L’IMAGE PHOTOGRAPHIQUE
Plusieurs approches sont possibles pour comprendre la photographie. D’un point de
vue sociologique elle est une pratique sociale, une vision plus artistique permet de
rattacher la production photographique à des différentes traditions visuelles. Quant à
la sémiologie, elle a permis de comprendre l’image photographique comme message
(Bauret, 1992 :8). Dans ce travail nous allons nous approcher à la photographie
comme témoignage d’une réalité. En tant que témoignage, la photographie nous
rappelle l’existence d’un référent que possiblement nous ne connaissons pas. Pour
Roland Barthes (1980 : 135) toute photographie serait un certificat d’existence.
C’est pas elle que l’on voit, c’est son référent qui adhère.
Pour Roland Barthes, une autre particularité de la photographie, parmi les arts
visuels est la relation qu’elle entretient avec son référent. Pour lui, le référent
photographique « non pas la chose facultativement réelle à quoi renvoie une image
ou un signe, mais la chose nécessairement réelle qui a été placée devant l’objectif,
faute de quoi il n’y aurait pas de photographie » (ibid. :119). Une photographie ne
permettrait pas de nier qu’une chose « a été là ». Le noème de la photographie pour
Barthes serait « ça-a-été ».
3.2.1 LE MESSAGE PHOTOGRAPHIQUE
La photographie est un message. Dans l'essai « Le message photographique»
(Barthes, 1961), R. Barthes montre les particularités de la photographie en tant que
message, avec une structure analogue aux autres messages : une photo est liée à une
source qui émet le message, un canal de transmission et un milieu récepteur.
Pourtant, le message photographique, peut s'organiser de manière spécialement
complexe. D'abord, parce que la source émettrice est formée d'un groupe
d'individus. Par exemple, dans le cas des expositions que nous analyserons,
l’émetteur est composé d’un photographe, d’un groupe des chargés de l’information,
de la direction d’une organisation. Quand plusieurs personnes travaillent dans
l’élaboration d’un message photographique (dans un journal par exemple), il peut
avoir aussi des techniciens qui traitent la photo, et ceux qui placent la photo, mettent
des titres, et la commentent par des légendes. Bref, la photographie est toujours une
succession de choix : des choix techniques (matériel, cadrage), et plus tard des choix
éditoriaux.
[35]

D'autre part le canal de transmission peut être une exposition, une affiche ou une
publication. Dans plusieurs cas, l’image se présent au sein d’un ensemble de
messages juxtaposés.
Plusieurs stratégies peuvent intervenir dans chaque étape pour jouer sur le sens
d’une photo. Premièrement le cadrage joue un rôle esthétique qui peut modifier
l'intérêt de la photo. Par exemple, un cadrage serré pourrait permettre de supprimer
des perturbations de l'attention et d'augmenter la lisibilité et l'intensité dramatique.
Le fait de recadrer une photo permettrait d’orienter rapidement l’œil vers un point
fort de l’image. (Cadet, Charles et Galus 1990: 90). Deuxièmement, la légende
oriente aussi le sens de l'image, elle précise le lieu et les circonstances, elle suggère
une lecture et une interprétation. Ainsi, elle pourrait même falsifier en détournant
abusivement l'image. Comme nous avons déjà introduit auparavant, R. Barthes
(1982) suggère que pour tout type d'analyse la structure de la photographie n'est pas
complètement isolée. Elle communique au moins avec une autre structure: le texte
(titre, légende, article) qui accompagne la photographie. Finalement, Freund
(1974:155) mentionne la juxtaposition des photos comme une stratégie qui vise à
diriger le public vers une lecture de l'image. La juxtaposition, peut changer le sens
d'une photo en créant des contradictions, des ironies qui pourraient être
intentionnelles pour manipuler le sens d’une photo.
3.2.2 L’IMPORTANCE DU CONTEXTE
Comme nous avons montré, un message est fait de signifiants, et à tout signifiant est
associé un signifié. Or, tout message comporte un sens, simple ou plus complexe,
voire plusieurs sens. Pourtant le signifiant et le signifié peuvent être séparés puisque
seulement les signifiants sont matériellement transmissibles. « Seuls les signaux
(signifiés) peuvent et doivent être matériellement transmis, sous des formes
diverses» (Peirce cité par Joly, 2005 : 29). Un signifiant isolé, dans un contexte
communicatif différent ne comportera pas nécessairement les mêmes signifiés.
Susan Sontag (1973 :150) propose que même la charge émotive et morale d’une
photographie sont modifiées selon son pont d’insertion. Une photographie n’est pas
la même suivant les contextes dans lesquelles elle est vue : dans une planche de
contact, une galerie d’art, dans une manifestation politique, une publicité, un livre,
[36]

etc. « Chacune de ces utilisations suggère une utilisation différente de ces photos,
mais aucune ne peut en garantir le sens ». Le sens a une tendance a s’évaporer.
De même, nous ne pouvons pas affirmer qu'un message « a un sens ». En toute
rigueur, un message, ne possède pas de sens. Ce sont l'émetteur et le destinataire,
chacun de leur côté, lui en attribuent un. Il s'agit d’opérations différentes, qui
pourraient également avoir des résultats divergents. Les photographes engagés,
postuleraient que leur œuvre peut véhiculer une signification stable et qu’elle peut
révéler une vérité. Pourtant, même la photographie dite engagée, agit dans un
contexte et elle sert souvent à des utilisations politiques qui peuvent rendre ce sens
souhaité, incongru.
Freund (1974:7) suggère que le fait que la photographie soit adressée à la sensibilité
est consciemment exploité par ceux qui s'en servent comme moyen de manipulation.
Il faut donc accepter que «le document photographique, en tant que message, est
naturellement ambigu» (Bourdieu 1965:182). On peut toujours le légender des
façons différentes pour la mettre à disposition des objectifs différents. Pierre
Bourdieu suggère qu'il peut jouer le rôle d'un texte projectif et se charger des
significations les plus diverses.
3.3 LES REPRESENTATIONS SECTEUR DU DEVELOPPEMENT
Ce secteur « aide au développement » assez récent, de plus en plus défini et
spécialisé se développe en même temps qu’une logique d’action propre, qu’un
vocabulaire et que des images spécifiques qui ne parlent pas seulement de la manière
de regarder et de considérer le Sud. Cette logique parle, plus qu’on ne la croit, des
pays du Nord. Comme le signale Doty (1996 :10) les pratiques de représentation
construisent simultanément un « autre » et un « soi» (self). Dans Imperial
Encounters, elle fait une analyse des discours qui soutiennent la relation Nord-Sud
depuis l’époque des relations coloniales jusqu’à nos jours avec la naissance des
pratiques comme l’aide internationale, la promotion de la démocratie et des droits de
l’homme. Avec l’analyse de cas spécifiques, ce travail cherche à donner des pistes
sur les stratégies du Nord pour caractériser et se positionner devant l’ « autre » au
travers du discours. Cela est possible par des stratégies rhétoriques qui impliquent
un « positionnement » d’un sujet vis-à-vis d’un autre : on se positionne en
opposition, similarité ou en complémentarité. Le discours, que j’analyse dans ce
[37]

travail à travers l’image, a une capacité de « naturaliser » une idée ou de la
transformer en prémisse (dans un sens argumentatif). Elle ne cherche pas à être
prouvée, elle fait partie des « connaissances ». « La naturalisation se produit à
travers des présuppositions qui créent des connaissances d’arrière-plan qui sont
prises pour des vérités. Ces connaissances entraînent une théorisation implicite de
comment le monde marche mais aussi une élaboration de la nature de ses
populations
16
» (ibid.:10). La naturalisation peut se produire aussi par un processus
de substitution quand un terme dans une opposition se fusionne avec un terme d’une
autre opposition. Par exemple les oppositions nature/culture et oriental/européen se
rejoignent pour former une nouvelle opposition entre l’européen civilisé et l’oriental
qui suit son instinct (ibid.).
La classification, une autre stratégie rhétorique, est aussi liée à la « naturalisation ».
Il s’agit de la construction des schémas qui servent à « naturaliser » en plaçant les
personnes ou les groupes dans des catégories où ils appartiennent de manière
« naturelle ». Doty précise aussi que l’ « économie du stéréotype » est présente dans
ce processus de classification. « Celui-ci permet une image rapide et facile sans la
responsabilité de la spécificité et de l’exactitude » (Morrison cité par Doty
2008 :10)
17
.
3.4 LES ONG EN IMAGES : L’EVOLUTION DES LOGIQUES.
Manuela Mesa, membre de l’organisation espagnole Centre de Recherche pour la
Paix (CIP) propose un modèle de cinq générations qui retrace l’évolution historique
de l'éducation au développement et notamment des discours utilisés à propos du
développement (Mesa, 2000) Le modèle de 5 générations de Mesa doit être pris en
compte en faisant la remarque qu’il s’agit d’une définition faite par une praticienne
(et non une chercheuse) de l’éducation au développement. Les cinq étapes ne
représentent pas une évolution linéaire. Les logiques qu’elle montre sont plutôt
cumulatives. C’est-à-dire que dans les actions proposées par une ONG, on peut
retrouver simultanément des caractéristiques de l’une ou l’autre « génération ». Il

16
« Naturalization occurs through presupposition, which creates background knowledge that is taken
to be true. This background knowledge entails an implicit theorization of how the world works and
also an elaboration of the nature o its inhabitants »
17 « This permits a quick and easy image without responsability of specificity and accuracy ».
[38]

faut dire aussi que ce modèle a été élaboré d’après l’expérience européenne, et des
différences pourraient exister, par exemple, dans l’évolution de l’aide américaine.
3.4.1 GENERATION 1 : SENSIBILISATION CARITATIVE ET « ASSISTANCIELLE »
La première génération propre de l’époque avant les années 60. A cette période la
communication propre de l’éducation au développement était centrée sur les valeurs
de la compassion et la charité. La communication était eurocentriste et dirigé à la
sensibilisation. En ce qui concerne les thématiques, l’information sur des situations
d’urgence était privilégiée. Mesa identifie comme discours ou messages type : « La
solution aux problèmes du Sud dépend de l’aide matérielle du Nord ». L’appel à la
générosité (toujours individuelle) se faisait par des images de catastrophe,
« stéréotypées » où les personnes des pays sous-développés apparaissent comme
« des objets impotents ».
3.4.2 GENERATION 2 : ÉDUCATION DEVELOPPEMENTALISTE
La génération 2 corresponde aux années 60. Pendant cette période les messages des
ONG se construisaient autour des valeurs de l’empathie et l’altruisme. En ce qui
concerne l’éducation au développement les praticiens s’intéressent davantage aux
causes et obstacles au développement et ils participent à la diffusion des projets et
des initiatives locales ou nationales. Ils incluent aussi une dimension d’engagement
dans les messages. Comme messages type, Mesa propose :
« Le Nord doit fournir ses techniques et connaissances pour que les sociétés
arriérées laissent la guerre, l’anarchie et la pauvreté, se modernisent et atteignent
les niveaux de bien-être des pays du Nord ».
3.4.3 GENERATION 3 : ÉDUCATION AU DEVELOPPEMENT CRITIQUE ET SOLIDAIRE
Dans les années 70, les nouveaux messages sur le développement étaient attachés
aux valeurs de la solidarité, l’équité, et la justice. C’est à cette époque que l’École
de la dépendance (à la quelle nous avons fait référence dans le Chapitre I), est en
plein essor. C’est donc à cette époque que des nouvelles thématiques apparaissent :
les inégalités internationales, l’importance des facteurs historiques (rôle du
colonialisme et de l’impérialisme) et la critique de l’aide officielle au
développement. Les images témoignent de l’oppression et des luttes sociales au Sud.
Les principaux messages type sont :
[39]

« Il faut en finir avec l’oppression et le néocolonialisme pour que le Sud définisse et
atteigne ses propres objectifs de développement ».
« L’aide est un instrument de l’impérialisme».
« À la place de l’aide, il faut construire différentes formes de solidarité avec les
mouvements de libération du Sud ».
3.4.4 GENERATION 4 : ÉDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN ET
DURABLE
Dans les années 80, les valeurs qui guidaient la construction des messages sur le
développement étaient le respect, la tolérance et la diversité. Le sujet du
multiculturalisme s’ajoute aux thématiques liées au développement. On commence à
parler aussi du respect de l’environnement, à travers le questionnement du modèle
de développement au Nord qui ne serait pas socialement ni écologiquement
soutenable. Des nouvelles formes d’action sont proposées dans le champ du
commerce, la dette et les questions monétaires internationales.
3.4.5 GENERATION 5 : ÉDUCATION POUR LA CITOYENNETE GLOBALE
Les valeurs et attitudes prônées dans ce nouveau discours, issue des années 90, sont
le sentiment de citoyenneté globale, l´égalité des droits, et la promotion d’une
responsabilité globale. La nouvelle grande thématique est l’interdépendance entre le
Nord et le Sud (approche globale face à la mondialisation). Les nouvelles images de
ce discours se centrent sur des situations où « le Sud » et les groupes exclus
(indigènes, paysans, femmes…) prennent directement la parole. Les nouvelles
actions des ONG sont des actions d’incidence et de pression politique. Pour cela
elles se servent de plus en plus des nouvelles technologies, notamment d’internet.
Les nouvelles technologies de l’information et de la communication facilitent aussi
le travail en réseau, au niveau local, national et international.
3.5 LA SOUFFRANCE A DISTANCE : EST-IL POSSIBLE UN ALTRUISME
HUMANITAIRE ?
Dans « La Souffrance à distance » (2007) Luc Boltansky analyse la possibilité de
s’engager avec un « malheureux » lointain avec qui il se trouve confronté par un
intermédiaire. Est-il possible de s’engager quand la distance paraît insurmontable ?
(distance physique mais aussi dans une chaîne de cause-effet). Et si agir est possible,
[40]

quel type d’engagement est valable ? Cette réflexion naît du constat de la naissance
et développement d’un fort mouvement des ONG, initialement des humanitaires.
Boltanski situe ce développement au sein des deux tensions qui habitent les sociétés
occidentales. La première tension se trouve entre l’opposition d’un universalisme
abstrait incarné par l’aspiration d’une solidarité planétaire, et un communautarisme
étroit. Cette dernière posture essaie de dévoiler « l’hypocrisie, l’irénisme naïf qui
ignoreraient la primauté des intérêts et des liens forgés par l’histoire » (Boltanski,
1999 :14). Cette tension pourrait être atténuée par un universalisme émergeant, qui
se veut aussi rattaché aux traditions historiques dont elles sont issues. Pour
Boltanski, cette troisième voie peut marquer la consolidation du mouvement
humanitaire, si les ONG réussissent à rendre explicites le rapprochement entre des
causes lointaines et la sensibilité des acteurs mobilisés (ibid.)
Une deuxième tension actuelle qui permet de contextualiser le renforcement du
mouvement humanitaire se trouve dans la « culture de l’authenticité » comme
composante des identités modernes. Cette culture incite à construire une
individualité et être soi même tout en optant entre des horizons qui transcendent le
« soi ». La tension s’opère donc entre le désir de se « réaliser » (désir individualiste)
et l’engagement altruiste. La critique adressé à la culture de l’authenticité permet à
un spectateur éloigné du malheureux, la possibilité de se réaliser en s’émouvant de
se propre pitié. L’engagement altruiste ne serait pour ces critiques qu’un piège et un
dispositif de plus d’une culture hyper-individualiste.
Boltanski propose que des exigences morales soient inévitables pour le spectateur,
même s’il accède aux souffrances par des médiateurs et qu’il se trouve éloigné du
malheureux. Ces exigences morales convergent toutes vers l’impératif de l’action.
Mais quelle action est moralement acceptable quand les possibilités des spectateurs
sont si réduites ? Boltanski propose qu’un engagement est possible par la parole.
Cette parole qu’il appelle « parole agissante » doit « rapporter à autrui d’un même
mouvement, ce qui a été vu et la façon dont le spectateur s’en est trouvé
personnellement affecté et concerné » (Boltanski, 1999 :16). Comme je montrerai
plus loin avec plus de précisions, la chaine qui sépare la personne en situation de
détresse représentée par une image et le spectateur au Luxembourg est longue. Elle
est composée au moins du producteur de l’image (dans le cas de notre analyse, le
photographe), un médiateur/régulateur du message dans l’ONG qui est à la base de
[41]

l’initiative (qui n’a pas forcément vu ou connu les personnes représentées), un
spectateur qui se voit confrontée à l’exigence morale d’agir par la parole. Le
spectacle du malheureux a été transporté par cet intermédiaire à un témoin éloigné.
Son action en retour doit être aussi transporté au malheureux (ibid. :45) Mais pour
cela, Boltanski reconnait seulement deux façons d’agir : parler et payer, les deux
présupposent une chaîne d’intermédiaires. Jamais il n’est suggéré au spectateur qu’il
devrait se déplacer vers le lieu du malheureux. La parole, pour qu’elle serve comme
« message de retour », ne peut pas être isolée, elle doit s’articuler comme « opinion
publique ». Mais une deuxième possibilité s’ouvre au spectateur par l’intermédiaire
de l’ONG : l’octroi d’un don. Payer peut se rapprocher plus de l’idée d’action. Or, le
don d’argent s’expose à l’accusation d’être une façon d’échapper à la culpabilité.
« Son argent part au loin. Mais le donateur ne le suit pas. Le lien créé entre le
secoureur et le malheureux est donc minimum et abstrait » (ibid. :48) Des dispositifs
peuvent être crées par les ONG pour faire connaître au donateur le destin de son
argent. Mais ce destin est aussi très approximatif, puisque les ONG n’agissent pas
comme simples récolteurs de fonds à transférer aux populations démunies du Sud.
Une gestion de l’argent est réalisée par les organisations, en cohérence avec leur
vision de « développement durable » (ne pas donner mais aider «à faire ») et en
opposition aux accusations d’assistanat.
Boltanski présente trois topiques (« topique » dans un sens argumentatif mais aussi
affectif) qui seront intéressantes à prendre en compte dans l’analyse des images
proposées par les ONG. Ces topiques sont trois formes des paroles sur la souffrance.
Bien que Boltanski se base principalement sur des textes comme parole agissante,
cette analyse peut être extrapolée à l’analyse des images parce que celles-ci ont aussi
une dimension argumentative et affective. Chaque topique associe la description de
celui qui souffre et le spectateur, celui qui se trouve concerné para la souffrance. Un
des objectifs de l’analyse sera de voir comment fonctionnent ces topiques dans la
communication visuelle des ONG.
3.5.1 LA TOPIQUE DE LA DENONCIATION
« La pitié peut se manifester sous la forme de l’indignation. L’émotion se détache
alors du malheureux pour pointer en direction d’un persécuteur qu’on accuse ».
(Boltanski, 1999 : 212)
[42]

Dans la contemplation du spectacle du malheureux, un spectateur condamné à
l’inaction du fait de l’éloignement, se trouve face à la possibilité de s’indigner. Dans
cette indignation, la pitié est transformée : on se dote des armes de la colère, mais à
distance. La violence peut seulement être langagière, elle se constitue en accusation.
Dans la dénonciation, le malheureux est constitué comme une victime. Les
souffrances qui l’accablent sont imputées à un responsable extérieur. Ce persécuteur
peut être montré au spectateur, dans le cas de quelques photographies de grande
force politique, présentées par Vicky Goldberg dans son livre « The power of
photography », et citées par Boltanski (ibid. :114)
Dans les cas des problématiques du sous-développement, le responsable désignée est
souvent éloigné et l’accusation repose sur des chaînes causales longues. L’enquête
pour trouver ce coupable doit être alors soutenue par un principe d’équivalence pour
rapprocher deus réalités apparemment éloignées. Pour cela la rhétorique de la
dénonciation fait un grand usage de la comparaison, même si elle est implicite
(ibid. :130) Un exemple peut être l’utilisation des images très contrastées, montrant
l’opulence de quelques un face à la misère des autres.
Les persécuteurs ne sont pas nécessairement nommés comme des personnes
particulières. L’éloignement produit une incertitude de l’accusation. Une des façons
de diminuer cette incertitude consiste à fixer des systèmes d’accusation qui
établissent des chaînages qui permettent de remplir des places par des personnes
collectives : états, classes, etc. « C’est donc seulement lorsque ces chaînages sont
établis et stabilisés que l’on est en droit de parler d’idéologies » (ibid. :289).
La critique adressé à cette topique suggère que « l’indignation n’est qu’une
persécution voilée » vers un système. La construction d’une victime serait au service
d’une accusation. Les ONG peuvent se servir de cette topique pour dénoncer un
système plutôt que des personnes identifiables. Dans l’affiche 1 de l’ONG OXFAM
Angleterre, sur la suppression de la dette des pays sous-développés, les places du
système sont montrées par des personnages « archétype ». Un « bienfaiteur » est
suggéré (la personne qui fait un don) mais l’accent est mis sur l’accusation adressée
au système Occidental, représenté par le personnage à droite sur l’affiche.
[43]


IMAGE 1: HUNGRY FOR CHANGE - CAMPAGNE OXFAM UK 1986
3.5.2 LA TOPIQUE DU SENTIMENT
« [L’émotion] peut aussi se libérer dans l’attendrissement qui ignore le persécuteur
et s’éloigne également du malheureux, mais pour faire valoir la présence d’un
bienfaiteur ». (Boltanski, 1999 : 212)
Dans cette troisième topique le spectateur sympathise avec les sentiments de
gratitude du malheureux face à un « bienfaiteur ». La pitié se spécifie donc en
attendrissement se détournant de la recherche d’un persécuteur. (ibid.148). Pour
exemplifier ce topique j’ai choisi deux images de la communication des ONG au
Luxembourg (le dépliant de MSF a été produit en France mais il est distribué par
MSF Luxembourg). Dans ces deux images, la présence d’un bienfaiteur est suggérée
par la présence, floue, des mains appartenant au bienfaiteur.
[44]


IMAGE 2: FLYER CARITAS LUXEMBOURG

Comme dans la topique de la dénonciation, le bienfaiteur pourrait ne pas apparaître
dans le tableau, mais il peut être suggéré dans l’orientation du message. La
critique adressé à cette topique propose que « l’attendrissement n’est qu’une
jouissance égoïste qui s’ignore » Elle constituerait pour les critiques, une espèce de
plaisir sadique, une inclinaison vers le « sensationnalisme ». La critique adressée à
ce topique consiste aussi en dévoiler chez l’auteur son intention d’émouvoir. Cette
critique est présente dans le discours sur lesquels la communication visuelle est
construite dans les ONG choisies pour
l’analyse. Elle est visible dans la volonté
explicite de « ne pas utiliser des images
misérabilistes ».
Les topiques du sentiment et de la dénonciation
ont comme propriété essentielle, de poser un
système de places indépendant des personnes
humaines susceptibles de les occuper :
persécuteur, bienfaiteur, malheureux,
spectateur. Il s’agit d’une abstraction, propre à
une idéologie, où chacun pouvait être l’un ou
l’autre.
IMAGE 3: FLYER MSF
[45]

3.5.3 LA TOPIQUE ESTHETIQUE
Cette troisième voie s’édifie sur la critique des deux topiques précédentes. « Elle
consiste à ne considérer la souffrance du malheureux ni comme injuste (pour
s’indigner) ni comme touchante (pour s’attendrir), mais comme sublime »
(Boltanski, 1999 : 213). Dans cette topique, la pitié est contenue est même réprimée
pour passer à la sublimation. La place d’agent, occupé dans les autres topiques par le
persécuteur et le bienfaiteur respectivement est occupé par un « Spectateur
impartial » (Adam Smith cité par Boltanski, 1999 :215). Ce spectateur serait un
« montreur » (un peintre ou un photographe) doté de la capacité de faire voir la
souffrance dans ce qu’elle a de sublime. L’existence de cet agent est « nécessaire
pour comprendre la possibilité d’une communication sympathique et sur cette base
la formation d’un collectif » (ibid.) Les ONG ont fait recours à cet agent ou
montreur notamment par des dispositifs inscrits dans un registre plus esthétique
d’une affiche ou un spot publicitaire. Par exemple, l’ONG française Action contre la
Faim a édité un livre de photos pour son 25
ème
anniversaire (ACF, 2004). Dans cette
publication, elle a invité cinq femmes photographes de l’agence Vu à réaliser un
travail, très personnel, sur « les visages de la faim » (photos 3 et 4). Le résultat est
un livre (et une exposition) de très bonne qualité où la logique esthétique dépasse la
dimension pédagogique.

IMAGE 5: BRIGITTE GRIGNET / GUATEMALA




IMAGE 4: ISABELLE ESHRAGHI / AFGHANISTAN
[46]

3.6 LE LANGAGE DE L’HUMANITAIRE : LA VICTIME ECRAN
Philippe Mesnard (2002) introduit le concept de « victime écran » qui sera
particulièrement pertinent pour l’analyse postérieure. Bien que son analyse porte sur
l’image utilisée dans le secteur humanitaire dans sa signification restreinte et
urgentiste, il est un référent pour l’analyse de ce nouveau champ qui essaie de se
détacher et de se constituer en tant que « aide au développement ».
En 1970, la famine de Biafra est la première famine télévisée. Elle n’a pas été
produit d’une politique d’extermination, pourtant l’ambigüité est présente dans les
messages des médias : ils font référence subtile aux camps de concentration,
pourtant la situation sur le terrain est très différente. Cette famine télévisée,
l’humanitaire peut être identifié par le topos de l’indignation. Concernant les
topiques de Boltanski, on peut voir une relation directe entre le topique de
l’indignation et l’invention d’un discours humanitaire. Pour Mesnard, il s’agit plus
d’émouvoir les spectateurs, et non de leur fournir les informations et les moyens
comprendre ce qui a eu lieu. Cet épisode marque aussi l’émancipation de
l’humanitaire de son principe fondateur de neutralité (au moins dans la sphère de la
communication), et la naissance de ce qui est connu aujourd’hui comme le « sans-
frontiérisme » français avec la création de Médecins sans frontières en France. En
époque de pleine extension de la communication, dans les années 70, une partie de
l’humanitaire choisit de se rendre visible « dénonçant, sensibilisant et se faisant
reconnaître tout à la fois ». Celui-ci contribue à la construction d’un « champ
humanitaire » dans le sens sociologique de Pierre Bourdieu. (Ib.25). La
représentation humanitaire, depuis les années 70 repose sur l’exemplarisation de la
victime anonyme qui acquière une puissance émotionnelle équivalente à celle des
saints, martyrs et héros (ibid.27). De plus un deuxième dispositif contribue à créer
la victime écran humanitaire dans cette décennie : le charity show. Le premier grand
charity show est le célèbre Concert pour Bangladesh, au New York, grand spectacle
rock organisé par le musicien George Harrison. C’est concert de charité inaugure
toute une série de spectacles de diverse nature : émissions de TV, albums de
variétés, la présentation télévisée des personnages du cinéma devenus «
ambassadeurs » des organisations, etc. Dans les années 80, des grandes ONG
prennent place sur la scène. Elles doivent défendre leur image et affirmer leur rôle.
En dépit de l’augmentation de la misère dans les pays développés, ces derniers
[47]

basculent complètement du côté de sauveurs. Pour Mesnard, à cette époque on peut
parler aussi d’un basculement de la représentation de la victime humanitaire, à la
représentation humanitaire de la victime, c’est-à-dire à « une esthétique
sensationnelle à prétention autoréférentielle et réifiante » (Mesnard 2002 :36).
Finalement, il est nécessaire de préciser que Mesnard trouve des différences
régionales dans la présentation des victimes : « en France et de manière générale
dans les pays latins, l’iconographie est plus victimaire et sensationnelle que dans les
pays anglo-saxons » (ibid. :56) Il trouverait l’origine des ces réalités dans des
« mythologies nationales ».




















[48]

CHAPITRE IV :
LA PHOTOGRAPHIE AU CŒUR DE LA
COMMUNICATION SUR LE DEVELOPPEMENT

Dans le Chapitre II, sur la méthodologie, nous avons presenté une description
succincte des actions des ONG choisies, SOS Faim et ADA. Dans cette étape de
l’analyse, nous montrerons le détail de ces actions, comment elles sont justifiées et
quelles valeurs sont revendiquées.
4.1 PREMIER MESSAGE : LE NOM DE L’ONG
4.1.1 SOS FAIM
Si SOS Faim fait penser à un cri de détresse au nom des populations en danger de
famine, la vocation de l’ONG n’est pas d’aider dans des cas d’urgence. Son nom est
un héritage de l’organisation belge qui a été à l’initiative de la création de SOS Faim
Luxembourg. SOS Faim Belgique a été crée en 1964, et son nom était plus cohérent
dans ce contexte, où l’urgence était la base même du développement. Depuis, la
tradition et le positionnement de l’organisation ne permettent pas un changement de
nom. Le mot « faim » est encore au cœur des préoccupations de l’ONG. Il permet en
plus, de communiquer de manière compréhensible (le concept au cœur de
l’organisation, la « souveraineté alimentaire », est sans doute plus difficile à
communiquer auprès du grand public).
4.1.2 APPUI AU DEVELOPPEMENT AUTONOME, ADA:
ADA a choisi de se faire connaître sous son sigle qui peut être prononcé comme un
mot courant. Le sigle occulte les mots qui le forment et même si le paradigme du
développement ou la nature de l’organisation change plus tard, ce nom ne sera pas
en contradiction avec les nouvelles pratiques. L’utilisation d’une abréviation permet
aussi de contenir plus d’informations sur la philosophie que l’ONG veut transmettre.
Ainsi le nom « appui au développement autonome » est en lui-même une définition
de la valeur que revendique l’association : l’autonomie. L’utilisation du mot
« Appui » veut signifier une conception différente de celle d’aide ». Le nom en
[49]

général suggère que ce sont les populations non-développées qui vont être les
acteurs principaux de leur développement. La place de l’ONG est d’ « appui ». Ce
message s’accorde bien avec la grande spécialisation de cette ONG en Microfinance.
L’appui proposé est financier. ADA ne fait pas du « développement » classique,
directement avec des bénéficiaires ou des organisations locales. Elle soutien des
institutions de microfinance déjà existantes, à qui elle transmet un « savoir-faire » et
bien sûr, de l’argent pour mettre en place les services de microfinance proposés par
l’ONG. Le bénéficiaire au bout de la chaîne doit se débrouiller avec les services de
microfinance proposés.
Consultée sur pourquoi ADA n’avait pas d’antennes dans aucun des 18 pays qu’elle
soutien, Marion Bur, Responsable de l’information, explique ce principe, qu’elle
trouve déjà exprimé dans le nom de l’ONG :
« Non, c´est contraire à notre philosophie parce que vous voyez bien, c´est dans
notre nom « appui au développement autonome ». Donc on va pas rester de manière
permanente dans un pays à côté d´un partenaire. On veut transmettre un savoir
faire, de l´expertise et le partenaire, lui il va se les approprier pour pouvoir se
développer, pour renforcer ses capacités, etc. Bien sûr, on est là si on a besoin de
nous mais on veut pas sembler néocolonialistes. L´autonomie est très importante ».
Marion Bur, ADA.
Dans son discours on trouve clairement l’adhésion aux critiques de l’aide au
développement des premières années. La chargée de l’information reconnait la
nécessité de s’éloigner des pratiques qui pourraient être accusées de
néocolonialistes, ou de promouvoir des pratiques de domination.

4.2 LES VALEURS REVENDIQUEES
Au Luxembourg, une étude a été commanditée par le Cercle de Coopération et
réalisée par TNS ILRES (2009) sur le profil des donateurs au Luxembourg. Cette
étude montre, parmi différents points, quelle est l’importance pour les résidents
luxembourgeois des engagements et la défense de certaines valeurs. Selon l’étude,
les valeurs qui ont été plus fréquemment considérées « importantes» ou « très
importantes » par les interviewés étaient :
[50]

- La liberté,
- la justice,
- la liberté de pensée,
- le respect à la dignité humaine,
- l’accès équitable aux soins,
- la sécurité,
- la responsabilité,
- la solidarité,
- le respect de l’environnement.
En ce qui concerne les domaines plus importants à soutenir, les Droits de l’Homme
(73%) et les services de secours (70%) sont les domaines les plus valorisés. Très
loin derrière, « la solidarité envers des pays en voie de développement » (48%).
SOS Faim et ADA se positionnent dans l’offre des ONG au Luxembourg, aussi sur
la base des certaines valeurs. Ce tableau résume, le positionnement des ONG. Il
s’appuie sur ce que les ONG communiquent sur elles-mêmes.











[51]

Positionnement des ONG
SOS Faim ADA
Objectif
La souveraineté alimentaire des
populations bénéficiaires.
La sortie de la pauvreté des
personnes exclues de services
financiers.
Ressources
Locales : IMF, société civile,
organisations paysannes.
Service d’appui aux partenaires
(Luxembourg et Belgique)
Locales : IMF en état de
maturité.
Appui technique au
Luxembourg.
Messages
- Soutien à l’agriculture familiale
pour combattre la faim.
- Présentation des partenaires
locaux.

- Microfinance comme source de
développement
18
.
- Des partenaires qui veulent
entreprendre.
But de la
communication

Sensibilisation de public pour faire
pression sur les gouvernements au
Nord.
19

Sensibilisation du secteur
financier pour développer le
secteur de la microfinance
20
.
Pas de plaidoyer politique.
21

Valeurs
Autonomie. (Exprimée comme
« Souveraineté »).
Autonomie.




18
« Le message qu´on voulait c´était cette idée de pauvre qui se donne les moyens de s´en sortir avec
les coups de pouce de la microfinance ». Marion Bur, ADA.
19
« On accorde beaucoup d´importance à la sensibilisation du public du Nord parce qu´on pense que
les problématiques du Sud elles sont de toute façon liées. Une des clés est au Nord dans le
changement des politiques et puis ça implique que le public soit conscient, averti de la mauvaise
gouvernance, du mauvais fonctionnement et qu´une fois averti il y a une pression sur les
gouvernants». Marine Lefebvre, SOS Faim

20
« Développer le secteur de la Microfinance, pour créer des nouveaux projets, des projets
innovants, des projets qui puissent servir aux IMF ». Marion Bur, ADA.

21
« J’ai dit : ‘On devrait se positionner sur ce qui se passe avec la microfinance pendant la crise
financière’ parce que beaucoup de journalistes nous appelaient pour savoir si on souffrait aussi
pendant la crise. Et puis au niveau de la direction on a dit qu´on n’était pas prêts, on n’avait pas
structuré notre discours par rapport à ça ». Marion Bur, ADA.
[52]

4.2 SOURCES DES IMAGES
L’image fixe, notamment la photographie, est utilisée fréquemment par SOS Faim et
ADA. Pour ces ONG, il existe deux sources principales d’images :
- Source interne : photos prises pendant les missions sur le terrain des salariés,
ou envoyés par les partenaires sur place. L’avantage est la disponibilité et la
gratuité des photos. Les désavantages sont la difficulté à classer un grand
nombre d’images : les responsables chargés d’utiliser ces images à SOS
Faim trouvent qu’il y a un risque d’utiliser des photos de manière
mensongère en associant une image à un texte qui ne lui corresponde pas. La
responsable de l’information d’ADA trouve que le désavantage principal est
la pauvre qualité des images, qui ne suffit pas à faire des bonnes impressions.

- Photographes professionnels : exceptionnellement ils font appel aux
photographes, notamment pour les expositions que nous présenterons
ultérieurement. Les images des expositions sont souvent réutilisées pour
d’autres supports.

4.3 LES OBJECTIFS DE LA PHOTOGRAPHIE DANS LA COMMUNICATION DES
ONG
La photographie dans les ONG d’aide au développement peut servir à quatre
objectifs dans la communication. Il est important de noter que dans la réalité
plusieurs fonctions peuvent être associées à un même support ou action de
communication. Par exemple, pour Giselle Freund toutes les photos publiées dans la
presse et dans les magazines de tout genre ont non seulement une fonction
informative «elles servent dans un but publicitaire, même si celui n'est pas
immédiatement discernable » (Freund, 1974:7).



[53]

4.3.1 LA PHOTOGRAPHIE POUR L’INFORMATION ET LA SENSIBILISATION
La photographie peut être un moyen d’ « informer » dans un sens journalistique, en
accompagnant des informations relayées par les médias. C’est le cas des
collaborations mensuelles de SOS Faim avec la presse (Annexe13) qui sont toujours
accompagnées par une image de la photothèque de SOS Faim. Des images sont aussi
utilisées dans les publications des ONG pour accompagner des articles à destination
d’un public averti.
La photographie peut servir aussi à donner une identité visuelle à une « campagne
de sensibilisation », comprise dans un sens publicitaire (une campagne avec une
durée définie). Ni SOS Faim ni ADA ne font des campagnes de sensibilisation à
destination du grand public. Ces organisations se servent notamment des médias et
des actions ciblées sur un public pour « sensibiliser ». Dans le cas d’ADA la
sensibilisation est notamment du secteur financier, ou professionnel au Luxembourg.
SOS Faim se dirige au « grand public » notamment par les médias ou des
conférences (Journées SOS Faim). SOS Faim s’adresse aussi au public scolaire, par
les actions d’éducation au développement (qui seront traitées comme un deuxième
objectif de la photographie dans le secteur du développement).
Il est important aussi de noter que les actions de sensibilisation et d’information ne
sont pas toujours clairement définies. Elles peuvent se rejoindre et il n’existe pas
vraiment une opinion partagée parmi les professionnels interviewés sur ce qui relève
de l’information ou de la sensibilisation.
- La « sensibilisation » et l’ « information »
Les actions des « services de l’information » ne sont pas comprises en termes de
« communication ». Les praticiens interviewés refusent de parler de la
communication qui serait liée à des techniques commerciales pour la promotion de
sa propre organisation. Or, ils se définissent comme des relayeurs des
préoccupations des partenaires au Sud. Marine Lefebvre comprend son rôle comme
l’information sur des thématiques.
« Le poste ne s´appelle pas responsable de communication mais de l’information. A
mon avis ça dit bien quelque chose sur cette nuance importante. C´est pas la ‘com’,
entièrement ‘com’ où on chercherait à faire la promotion de notre organisation.
[54]

Avant toute chose, avant de faire connaître même notre organisation on cherche à
faire connaitre les thématiques sur lesquelles on travaille, qu´on défend et de là
découle qu´on se fasse connaître en tant qu´organisation. » (Marine Lefebvre, SOS
Faim).
D’un autre côté, Marion Bur d’ADA définit sa tâche principale comme la
« sensibilisation ». Elle définit l’information comme condition de la sensibilisation.
« En fait dans la communication des ONG, dans notre jargon on dit de la
sensibilisation. C´est ça notre principale arme de communication. (…) Le secteur
financier ne connaissait pas ou très peu la microfinance, voire il était vraiment
réticent et là ADA a joué un rôle très important pour sensibiliser le secteur
financier ». (Marion Bur, Chargée de l’information et de la sensibilisation à ADA).
Les discours sont variés en ce qui concerne la différence et les limites entre
l’information et la sensibilisation. Mais nous pourrions nous demander s’il est
possible de séparer l’information de la sensibilisation. Comme Luc Boltanski a
montré, « la connaissance de la souffrance pointe vers l’obligation de l’assistance »
(Boltanski, 1999 :50). Le fait de connaître qu’il y a des personnes que peinent à
subsister pose en lui-même une obligation morale : parler (faire connaître) ou payer
(faire un don). L’information devrait donc être un premier pas vers l’acceptation
d’un engagement et donc le fait d’être « sensibilisé ».
4.3.2 LA PHOTOGRAPHIE POUR L’EDUCATION AU DEVELOPPEMENT

Cet objectif ne concerne que les actions de SOS Faim. ADA ne réalise pas d’actions
d’éducation au développement. L’éducation au développement est définie par
Manuela Mesa (2000) comme « un processus éducatif constant qui favorise la
compréhension des relations économiques, politiques, sociales et culturelles entre le
Nord et le Sud. Elle promeut des valeurs et des attitudes liées à la solidarité, la
justice sociale et elle cherche des moyens pour atteindre un développement humain
durable ». L’éducation au développement dans la pratique propose des formations
articulées avec les programmes éducatifs, ou même la formation continue pour les
adultes. La photographie peut avoir une fonction pédagogique. Elle peut être un
[55]

moyen de montrer aux élèves une réalité éloignée. Elle peut être aussi un point de
départ pour le débat.
4.3.3 LA PHOTOGRAPHIE POUR LA RECOLTE DES FONDS ET LA NOTORIETE DE
L’ORGANISATION.
La photographie sert aussi à faire connaître l’organisation et par la suite à attirer des
donateurs intéressés par le travail de l’ONG. Ces deux objectifs sont liés puisque
c’est à travers la connaissance d’une organisation et la confiance accordée à une
ONG qu’un potentiel donateur se décide à faire un don à une organisation
spécifique. Il y a une logique concurrentielle dans la récolte des fonds : on cherche à
faire que le potentiel donateur adhère à nos valeurs, à nos objectifs et à nos
partenaires. C’est pour cela que la promotion de l’organisation est aussi une tâche
importante des services de l’information. Les rapports d’activités, et les plans
d’action sont des documents très importants pour faire connaître les organisations
mais aussi pour rendre compte des actions sur le terrain aux actuels donateurs.
La photographie peut transmettre les valeurs d’une organisation. Nous verrons plus
loin comment SOS Faim et ADA traduisent la valeur de l’autonomie (identifiée
comme clé dans les deux organisations) en images.

4.3.4 LA PHOTOGRAPHIE POUR LE PLAIDOYER POLITIQUE
Cette fonction n’est pas vraiment exploitée par ces deux ONG. Comme nous avons
déjà remarqué auparavant, ADA ne fait pas de plaidoyer politique et SOS Faim le
fait d’une façon indirecte, par l’information du public pour lui donner les moyens
d’exercer une pression politique. Un exemple de cette utilisation se trouve dans une
campagne du bureau anglais d’OXFAM (organisation international travaillant
notamment dans le domaine du commerce équitable). L’image 3 montre une affiche
composée d’un montage réalisé avec des photos pour créer une situation comique
mais fortement politique et accusatrice. On y voit la topique de la dénonciation
clairement en action.
[56]


IMAGE 6: AFFICHE OXFAM UK

4.4 LES CHARTES D’ETHIQUE ET L’AUTOREGULATION.
Les chartes et codes de conduite ont leur source au cœur du mouvement des ONG. Il
n’existe pas d’entité externe autorisée à faire une régulation des images et des
messages utilisées par les ONG. Ces chartes constituent donc des codes
déontologiques auxquels les ONG s’engagent de manière individuelle et non
régulée.
Pour la première fois, en 1989, l’Assemble Générale des ONG Européennes (NGO
EC Liaison Committe) a adopté le « Code de conduite, images et messages ayant
trait au Tiers-monde » (Annexe 5). La cible de ce code est le groupe des ONG qui
travaillent dans le domaine du développement. L’objectif était d’offrir des lignes
dirigeantes pour leur communication visuelle.
Le code consiste en 12 règles pratiques parmi lesquelles il est important de
souligner :
- Le refus de la charité inspirée par le désir d’avoir « bonne conscience ». Les
images doivent inciter à l’analyse.
[57]

- Des informations sur les personnes photographiées doivent être attachées aux
images. Des témoignages sont aussi encouragés.
- Les ONG doivent souligner les concepts d’autonomie et éviter « la
description de nos partenaires du Tiers-Monde comme dépendants, pauvres,
sans pouvoir.»
- Les images et messages ne doivent pas être discriminatoires et ils ne doivent
pas inciter à une généralisation.

Ce code est très axé sur l’autonomie des personnes, il veut casser l’image de victime
des « partenaires du Tiers Monde ». L’utilisation du mot partenaire parle déjà d’une
relation qui essaye d’échapper à l’opposition bienfaiteur/bénéficiaire.
Un choix contradictoire, peut-être influencé par l’impératif du politiquement correct,
se cache dans la consigne de ne pas montrer la pauvreté des pays que l’on qualifie
pourtant du Tiers-monde. Nous pouvons remarquer aussi que ce code prend en
compte les critiques que l’on peut adresser à la topique du sentimentalisme : « Éviter
les images catastrophiques ou idylliques qui incitent plus à la charité limitée aux
frontières de la bonne conscience qu’à la réflexion ».
Ce code, très normatif, est remplacé par un nouveau code approuvé en 2007 par la
Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement, CONCORD, et
qui constitue l’évolution de ce premier code.

En 2004, CONCORD a décidé de renouveler cette première charte crée par une
plateforme européenne. L’objectif était d’adapter le code « messages et images » à
des nouveaux utilisateurs comme par exemple, les médias. C’est Dochas, plateforme
irlandaise des ONG qui a offert de coordonner le processus. La version finale du
code a été présentée en 2006 et elle a été approuvée par CONCORD en 2007.

Le dernier Code approuvé par Concorde (Annexe 6) est beaucoup plus général. Il ne
cherche pas à caractériser des bonnes et des mauvaises pratiques, mais plutôt à
donner des principes généraux. Tout d’abord, il fait référence à des valeurs, qui
devraient être partagées par les ONG qui adhèrent :

- Le respect pour la dignité des personnes concernées
- La conviction de l’égalité de tous les Hommes
[58]

- La reconnaissance du besoin de promouvoir l’équité, la solidarité et la justice

Le code invite aux adhérents à respecter des principes directeurs. Ces principes sont
au nombre de sept :

- Choisir des images et des messages empreints des valeurs que sont le
respect, l’égalité, la solidarité et la justice.
- Représenter fidèlement chaque image et chaque situation, que ce soit dans
leur contexte immédiat ou général, de manière à permettre au public de
mieux appréhender les réalités et la complexité du développement.
- Éviter de recourir à des images et des messages susceptibles de favoriser les
stéréotypes, les discriminations ou le sensationnalisme.
- Ne pas exploiter d’images, de messages ou d’études de cas sans le
consentement exprès et la participation des sujets concernés (ou de leurs
parents/ tuteurs).
- Veiller à ce que celles et ceux dont la situation est représentée aient la
possibilité de transmettre eux-mêmes leur histoire. Déterminer si les sujets
souhaitent dévoiler leur identité ou non, de prendre note de leur volonté et
de toujours la respecter.
- Nous conformer aux normes les plus strictes en matière de droits de
l’Homme et de protection des personnes les plus vulnérables.
- Dans la mesure où les enfants sont les sujets les plus souvent représentés,
nous conformer aux normes relevant de la Convention relative aux droits de
l’enfant (CDE), qui sont les normes les plus abouties en la matière.

Ce code reprend la volonté de mettre les images en contexte et de les enrichir avec
des témoignages réels, d’éviter les discriminations et le sensationnalisme. La
recommandation de ne pas montrer les partenaires du Sud comme pauvres et
dépendants a été supprimée.
Aucune des ONG étudiées n’a adhéré à ce code de conduite (au moins jusqu’à la
présentation de ce rapport). SOS Faim adhère à un code différent, le « Code de
bonne conduite des organismes faisant appel à la générosité du public » (Annexe 8).
Celui-ci présente un seul point relatif à l’utilisation des images, dans le titre 4 :
« Des actions de communication irréprochables ». Les organismes adhérents
[59]

s’engagent à « respecter la dignité des bénéficiaires ; et ne pas exploiter abusivement
l’image de la détresse humaine, ni cautionner une forme quelconque de
discrimination, ni inciter à la violence ».
4.5 L’EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE:
4.5.1 LE BONHEUR EST DANS LE PRET
Cette exposition a été réalisée par le photographe luxembourgeois Patrick Galbats.
Elle présente un partenaire de SOS Faim en Éthiopie, l’institution de microfinance
Busaa Gonofaa, qui a gagné le prix européen de la microfinance en 2009. Cette
exposition se compose de 39 photos en couleur et elle a été imprimée en deux
versions : une version pour l’exposition itinérante dans des communes et des centres
culturels ; et une deuxième version en carton à exposer dans des lycées et collèges
comme partie des actions d’éducation au développement.
Le vernissage de « Le bonheur est dans le prêt » a eu lieu à l’Abbaye de Neumünster
à Luxembourg ville dans le cadre des « Journées SOS Faim » (événement qui
propose plusieurs activités grand public) dédiée à l’Éthiopie, en octobre 2009. En
effet, l’exposition a été conçue pour faire partie de cet événement. Après cet
événement concret, il y a eu une volonté de faire tourner l’exposition au
Luxembourg, pour la faire connaître aux personnes qui ne se déplacent pas à
Luxembourg ville, notamment dans la région Nord du pays.
4.5.2 MICROFINANCE COTE FACE
Cette exposition a été conçue par ADA et elle a été réalisée par le photographe
luxembourgeois Guy Wolff, issu du monde journalistique. Le photographe a réalisé
ce travail de manière bénévole (les voyages et le séjour ont été pris en charge par
l’ONG). L’exposition se compose de 50 photos en couleur. Le vernissage a eu lieu
en octobre 2008, à l’Abbaye de Neumünster. Depuis, elle a été présentée dans des
communes et centres culturels au Luxembourg et dans la Grande Région. Le
photographe a cédé les droits à ADA. L’ONG a réutilisé les photos dans des
brochures, et dans son site Web. De plus un petit livre a été produit avec les photos
de l’exposition, le témoignage des personnes photographiés et d’autres informations
sur la microfinance.
[60]

L’exposition essaye de montrer, à manière d’un photoreportage, la chaîne de la
microfinance : les bénéficiaires et leurs activités, agents de crédit, employés des
IMF, etc. Les photos ont été prises dans deux pays : Burkina Faso et Mali.
4.6 SUR L’UTILITE D’UNE EXPOSITION PHOTO
Dans les deux cas, le choix d’avoir une exposition photo est expliquée pour
l’efficacité de la photographie, considérée plus importante que des supports textuels.
« Comme je ne venais pas du secteur de la microfinance, j´avais un peu le côté naïf
de ’monsieur et madame tout le monde’. Ce que je constatais c’est qu´on en parlait
beaucoup depuis qu´il y a eu le prix Nobel de la paix en 2006. Nous sommes dans la
société de l´image donc vous avez beaucoup de textes, de textes, et des textes mais
les gens ne lisent pas trop, ils veulent avoir l´information toute de suite, voire
immédiatement donc pour moi c´était l´image qui allait véhiculer plus rapidement
l´information, et plus efficacement ». (Marion Bur, ADA).
Comme nous l’avons déjà évoqué, « Le bonheur est dans le prêt » faisait partie d’un
événement SOS Faim. Dans ce contexte, elle servait aussi à présenter un partenaire
spécifique, qui était au centre de l’événement.
« Donc c´est venu comme ça l´idée de faire une exposition pour accompagner un
événement, on voulait inviter le directeur (de Busaa Gonofaa) pour qu´il fasse une
conférence il fallait avoir l´environnement de travail de l´institution et tout ça. Donc
l´idée de faire l´expo s´est imposée naturellement. » (Marine Lefebvre, SOS Faim).
Pourtant, deux idées s’opposent : une exposition photo comme moyen de transmettre
des informations, ou une exposition pour montrer une ambiance, une réalité
(« l’environnement de travail »). Il faut souligner, comme il a été discuté dans le
cadre théorique, qu’une photographie ne peut pas donner une information précise
par elle même, si elle n’est pas accompagné d’un composant textuel (le titre ou la
légende). Mais l’exposition photographique est un dispositif qui inclût d’autres
éléments : les textes, l’ordre des photos, etc. Une grande différence entre les
expositions d’ADA et de SOS Faim est la place des légendes.


[61]

Légendes :
Dans « Le bonheur est dans le prêt » les légendes sont presque absentes. Seulement
deux panneaux de la taille d’une photo présentent SOS Faim et l’IMF Busaa
Gonofaa. Des légendes ont été rédigées par groupe de photos : « Busaa Gonofaa »,
« agriculture et monde rural », « les marchés », « l’habitat » et « les activités
artisanales ». Mais ces légendes ne font pas vraiment partie de l’exposition parce
qu’elles ont été imprimées sur des feuilles A4 et elles sont utilisées comme guide
d’exposition pour ceux qui le souhaitent (les textes son reproduits dans l’Annexe
18). De plus, ces textes expliquent peu la situation de chaque photo de manière
individuelle. On n’arrive pas à connaître le nom et dans certains cas nous n’arrivons
par à déchiffrer l’activité des personnes représentées. Sontag (1973 :152) propose
qu’en exposant un reportage photographique sans légendes, on le transforme en
œuvre d’art, par exemple, la pauvreté devient alors un objet de plaisir. Au cœur de
cette exposition, une tension est présente, le désir qu’elle sert à transmettre un
message et en même temps qu’elle constitue une expérience esthétique. Nous
reviendrons sur cette tension plus tard.
Pour « Microfinance côté face » d’ADA les légendes sont toujours présentes. Elles
donnent beaucoup de détails sur la personne ou la situation représentée : le nom, le
village, l’activité, son histoire. Il est possible de retrouver une même personne dans
plus d’une photo, ce qui contribue à construire un personnage. Nous pouvons dire
que l’exposition d’ADA propose une information très complète, mais la source de
l’information est la partie textuelle de l’exposition. Les images sont, bien sûr la
partie principale d’une exposition photographique mais sa fonction informative est
plutôt exercée par le langage. Le style de cette exposition est plus proche du
photoreportage, comme il est suggéré par la Responsable de l’information.
« Il y a une démarche journalistique là-dedans. On voulait faire un reportage de
cinquante photos et normalement si vous voyez les photos du début à la fin on
devrait comprendre les mécanismes de la microfinance, de toute la chaine depuis
l´institution jusqu´aux micro-entrepreneurs. » (Marion Bur, ADA).


[62]

4.7 « MONTRER LE VISAGE HUMAIN DE LA MICROFINANCE »
Les responsables de l’information consultés sont d’accord sur la nature d’une
exposition photographique liée à la microfinance. Il s’agit de rendre visible les
personnes derrière la microfinance, sujet très populaire au Luxembourg.
« Je vais prendre l´exemple très concret du Bonheur est dans le prêt. Vraiment le
but de cette exposition était de montrer la microfinance en milieu rural, et des
montrer des visages, que derrière la microfinance il y a des personnes. On a
tendance à oublier ça en ce moment parce que maintenant c´est à la mode… et nous
on voulait remontrer vraiment quel est l´objectif social de la microfinance, quels
secteurs la microfinance permet d´appuyer ». Chloé Kolb, SOS Faim.
Un des objectifs, était aussi de montrer « une image différente » de l’Afrique. Une
image différente implique qu’il existe déjà une image de l’Afrique et une image de
la pauvreté. L’objectif serait donc des briser des clichés. Le communiqué de presse
(Annexe 9) pour le vernissage de l’exposition d’ADA est très clair à ce propos :
« La microfinance comme vous ne l’avez jamais vue…
On dit parfois des Africains qu'ils ne travaillent pas. On dit aussi que c'est parce
qu'ils ne travaillent pas, qu'ils sont pauvres. Si c'était vrai, alors comment expliquer
le quotidien de Maïmouna, Marcelline, Odjouma, Ablassé et tant d'autres? Ces
clients de la microfinance, pères et mères de famille, travaillant sans relâche pour
sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Avec le coup de pouce du microcrédit,
certains parviennent à survivre et à améliorer leurs conditions de vie; d'autres
bâtissent de véritables entreprises ».
Ce texte se présente comme une contre-argumentation face à l’hypothèse « les
africains ne travaillent pas ». L’émetteur de cette argumentation initiale n’est pas
dévoilé (« on dit… »). L’hypothèse qui s’oppose est « les africains travaillent », et
les images de l’exposition serviraient d’arguments dans ce schéma. La force de cette
preuve se trouve dans la capacité de la photographie d’être indice et de montrer que
ça a été.
Dans cette argumentation, deux conditions sont nécessaires pour casser « le cercle
vicieux de la pauvreté »: le travail « sans relâche » des personnes et le « coup de
pouce » du microcrédit. Il n’existe pas un discours dans le registre de la
[63]

dénonciation. Si le préjugé qui dit que les africains ne travaillent pas est faux, à qui
donc la faute de leur pauvreté ? Dans ce texte, et dans les légendes de l’exposition
d’ADA, les causes de la pauvreté ne sont pas évoquées.
4.8 LE SUJET REPRESENTE
Dans les deux expositions, consacrées à la microfinance, nous pouvons voir les
différents acteurs locaux de la
microfinance. Je précise qu’il s’agit
d’acteurs locaux puisqu’aucun acteur
européen n’est montré.
Les enfants ne sont pas souvent
représentés dans les images (quatre
fois dans chaque exposition).
Principalement parce que la
microfinance ne bénéficie aux enfants
que de manière indirecte (comme
pourrait le faire un projet d’éducation,
ou de santé), comme le souligne Marine Lefebvre de SOS Faim.
« Il n’y a pas de politique par rapport à ça (utilisation des photos d’enfants)
vraiment on n’interdit pas d´en utiliser et on ne cherche pas à en utiliser. Mais c´est
vrai qu´on met en valeur le producteur. Parce que c´est notre thème aussi. » Marine
Lefebvre, SOS Faim.
Les bénéficiaires de la microfinance sont principalement des femmes
22
. C’est un fait
traduit dans les expositions, où les femmes sont plus présentes que les hommes.
Parmi les deux expositions, quatre « personnages » principaux sont présentés, de
manières différentes : l’employé de la microfinance, l’agriculteur, l’entrepreneur et
l’artisan.


22
En 2008, 60% de bénéficiaires des microcrédits dans le monde étaient des femmes, selon the
Microfinance Information eXchange, MIX. Document disponible sur :
http://www.themix.org/sites/default/files/2008%20MFI%20Benchmarks.xls


IMAGE 7: AGENT DE CREDIT (GALBATS)
[64]

4.8.1 L’EMPLOYE DE L’INSTITUTION DE MICROFINANCE :
Les employés de l’institution de microfinance ont plusieurs postes, ils sont des
agents de crédit (des « animateurs » sur le terrain ou dans un bureau) ou des agents
de sécurité (ces derniers sont seulement présents dans l’exposition « Microfinance
côté face » d’ADA).
Les agents de crédit, personnages très importants dans l’exposition et dans la chaîne
de la microfinance, ont des moyens simples de gérer les services de microfinance
dans l’exposition de SOS Faim. Aucun ordinateur n’est montré, l’agent de crédit se
sert d’un cahier pour prendre note des remboursements. Aucun bureau n’est montré
non plus. A travers les photos des agents de crédit on découvre des détails : son
cahier, un portrait (l’agent de crédit sur la moto, en train de compter l’argent). Nous
ne connaissons pas son nom, il reste un agent de crédit, ou tous les agents de crédit
de Busaa Gonofaa en même temps.
Les employés des IMF, dans l’exposition d’ADA utilisent des cahiers mais aussi des
moyens plus « modernes » pour réaliser leur travail : on y trouve des ordinateurs,
des imprimantes... Ce fait est valorisé par les légendes :
« Fini la paperasse, terminés les calculs à la main : les caisses locales peuvent
s’équiper d’outils informatiques performants grâce à l’appui de programmes
spécifiques dont bénéficient certaines institutions de microfinance ». (Légende de
l’image 4)

IMAGE 8: AGENT DE CREDIT (WOLFF)
[65]


L’agent de crédit dans l’exposition d’ADA est en soi même une histoire de réussite.
Ils ont un métier, et comme les légendes l’annoncent « L’émergence d’une
institution de microfinance peut s’accompagner de belles carrières
professionnelles». Des cas très concrets nous sont montrés, comme celui de
Halamata Ouédraogo animatrice en milieu rural et celui d’Amélie Dabire, ancienne
caissière, actuelle gestionnaire des deux points de service.
Finalement ADA présente aussi deux portraits des agents de sécurité. Leur fonction
serait d’assurer « la sécurité de l’épargne des clients ». Présentés dans des postures
très sérieuses nous ne connaissons pas leurs noms. Eux, et les armes qu’ils portent
(très visiblement), représentent la sécurité de l’épargne. Dans l’image 5, la position
(la pose) de l’agent de sécurité est d’expectative ace à une menace (l’arme est levée).
Cette image fait penser d’un milieu hostile, presque de guerre.

IMAGE 9: AGENT DE SECURITE (WOLFF)
4.8.2 L’AGRICULTEUR :
Dans les deux expositions, le monde rural est présent. Notamment dans l’exposition
de SOS Faim, les personnes représentées sont des paysans ce qui est cohérent avec
la mission de l’ONG. A travers cette exposition on connait des images du quotidien
des familles des petits agriculteurs, qui ont des lopins de terre généralement
inférieurs à 1ha (comme nous pouvons apprendre par le texte qui accompagne le
groupe de photos « Agriculture / Monde rural »). Nous y trouvons un portrait de
famille, le travail quotidien, les enfants avec les animaux… La vie dans le monde
[66]

rural compte plus d’acteurs que l’agriculteur isolé. Il s’agit des familles vivant de
l’agriculture.
En ce qui concerne l’exposition d’ADA, le monde agricole n’est pas toujours le
monde de l’agriculture familiale. Cinq photos présentent des personnes pendant le
travail agricole. Les agriculteurs sont toujours présentés en activité. Une des
personnes est un agriculteur avec une extension plus importante de terres : il a des
salariés. Nous pouvons aussi voir ces salariés du monde agricole, et à cette occasion
on évoque leurs difficultés : « Au Mali, le maïs est devenu plus rentable que le
coton, tributaire des cours mondiaux ». Dans cette légende qui accompagne la photo
6, on voit de manière implicite une vision très répandue et critiquée actuellement
notamment après la crise mondiale de 2008 : le marché (mondial) serait une entité
naturelle, on ne peut rien face à des cours mondiaux. L’alternative est de s’insérer
dans ce marché mondial grâce notamment à la microfinance qui permettrait de se
reconvertir aux autres cultures : « Face à la crise du coton, le secteur agricole du
Mali se tourne de plus en plus vers la production de maïs ». Dans cette approche,
aucune personne ou groupe est signalé comme persécuteur. Les conditions de la
crise du coton et des conditions difficiles des agriculteurs ne sont pas évoquées.

IMAGE 10: TRAVAILLEUR DANS UN CHAMP (WOLFF)
4.8.3 LE MICRO-ENTREPRENEUR :
Dans un sens très large, un entrepreneur est une personne qui entreprend. Dans ce
sens un artisan ou un agriculteur sont aussi des entrepreneurs. Dans un sens plus
courant, l’entrepreneur est défini par Le Trésor de la Langue Française (en ligne)
comme une « personne qui engage des capitaux et utilise une main d’œuvre salariée
[67]

en vue d’une production déterminée ». « Chef d’entreprise » est cité comme
synonyme. Le micro-entrepreneur est donc le propriétaire/chef d’une petite
entreprise. Ce micro-entrepreneur est aussi un des personnages principaux de
l’exposition « Microfinance côté face » d’ADA. Il est dans un bureau, dans un
atelier. Les portraits montrent des personnes fières, des vrais exemples de réussite.
Nous reviendrons plus tard sur l’opposition entre le monde rural et le monde des
entrepreneurs urbains dans l’exposition d’ADA.
Le micro-entrepreneur est presque absent de l’exposition de SOS Faim, au moins
dans le sens évoqué auparavant. Nous y voyons de petits agriculteurs, des artisans
mais aucun « chef d’entreprise » n’est présent de manière claire. Pourtant, après
avoir discuté avec les différents acteurs dans la production de cette exposition, j’ai
découvert qu’une chef d’entreprise se cachait parmi les photos. En effet la série des
photos 8,9 et 10 montre une femme propriétaire d’un café, l’intérieur de son café et
sa terrasse. Pourtant cette petite histoire n’est pas nécessairement visible au
spectateur, dans l’absence de légendes.

IMAGE 11: CLIENTS D'UN CAFE (GALBATS)
[68]


IMAGE 12: PROPRIETAIRE D'UN CAFE (GALBATS)


IMAGE 13: INTERIEUR D'UN CAFE (GALBATS)
4.8.4 L’ARTISAN :
Finalement, les artisans sont des personnages présents dans les deux expositions.
SOS Faim nous présente encore une fois des portraits d’artisans, des détails de leurs
instruments, de leurs espaces de travail sans donner que des informations générales :
« Les revenus tirés de l’agriculture familiale étant très faibles, les paysans
cherchent parfois à développer des activités complémentaires qui peuvent devenir
leur principale activité si celle-ci a du succès » (texte qui accompagne le groupe des
photos « Activités artisanales »).
L’artisan est aussi présent dans l’exposition d’ADA. L’artisan est souvent une
femme souriante, qui fabrique des savons, de la bière traditionnelle…Mais les
[69]

conditions de travail ne sont pas les meilleures comme nous l’apprenons par les
légendes. « En zone rurale, les femmes travaillent sans machine susceptible
d’alléger la pénibilité des tâches ».
4.9 DES GENS « ACTIFS »
L’interdiction que l’on se donne des images misérabilistes est liée à la décision des
montrer des gens actifs, entrepreneurs et souriants. Dans les images, les ONG ne
nous montrent pas la situation initiale de pauvreté. Ils nous montrent surtout des cas
de réussite, des gens qui ont amélioré leur qualité de vie.
« On banni surtout les images misérabilistes, même si on parle du problème de la
faim et de la pauvreté rurale, on ne met pas en avant les images de la pauvreté et de
la famine, ça c´est vrai aussi qu´on banni parce que ce qu´on veut diffuser c´est une
image de l´Afrique qui certes, souffre des graves problèmes mais qui se prend en
charge, qui est mobilisée et qui est la première actrice de son développement. Donc
on va plutôt mettre les photos des petits producteurs qui travaillent, qui vendent
leurs marchandises, etcetera. Des fois c´est dérisoire mais dans tout cas ils sont en
activité et donc, pourquoi pas, ils sourient aussi ». (Marine Lefebvre, SOS Faim).
« L´objectif de SOS Faim c´est de montrer aussi des images des gens en Afrique qui
veulent entreprendre, qui veulent être maîtres de leur propre développement, le but
c´est d´utiliser des images dans cet objectif, c´est-à-dire des personnes heureuses
qui réussissent et en bonne santé parfois et qui vraiment sont actives. » (Chloé Kolb,
SOS Faim)
Un choix s’opère. Évidemment pas tout le monde ne remplit les critères de réussite
souhaités par les responsables de l’information.
« Là c´était la maison plutôt des pauvres, pas les plus pauvres mais ceux qui sont
encore pauvres. Ils ont déjà plus, ils ont des vaches, ils ont de l´alcool ils vendent
ça. Ils sont actifs. Mais on a été chez des gens pour faire des photos, des gens qui
n´ont vraiment rien, c´est vraiment tragique... » (Patrick Galbats, Photographe
auteur de « Le bonheur est dans le prêt »).
« C´est un choix, je sais qu´avoir quelqu´un qui sourit, tout va bien. On peut le
critiquer aussi parce que derrière il y a de la pauvreté, la misère, il n’y a pas
d´hôpital, pas de soins. Mais c´est le choix de briser les clichés habituels sur la
[70]

pauvreté comme les gens qui ne travaillent pas, qui ne font rien de la journée. Il y a
des clichés comme ça et l´idée c´était plutôt de montrer des gens qui travaillent, qui
ont la pêche. » (Marion Bur, ADA).
Nous avons déjà introduit comme l’exposition d’ADA fait partie d’une
argumentation qui essaye d’invalider le cliché selon lequel « les africains ne
travaillent pas ». Les responsables de la communication des deux ONG
reconnaissent la volonté explicite de « briser les clichés » qui existent sur l’Afrique.
Pour cela il faut montrer des images « positives », des images d’activité. Les
personnes interviewées reconnaissent qu’il y a de la pauvreté et que la situation peut
être plus précaire que ce qu’on voit dans les photos, mais elles choisissent de ne pas
la montrer directement, pour ne pas appuyer ces clichés.
« Ça veut pas dire non plus qu´on montre une fausse image et qu´on a tendance à
tout enjoliver mais vu que quand on parle de l´Afrique dans les médias en Europe
c´est tout le temps négatif, il faut bien renverser cette tendance ». (Chloe Kolb, SOS
Faim).
4.10 L’OPPOSITION RURALE/URBAIN
Les deux expositions présentent le monde rural. Pourtant il est intéressant de
souligner que les images des activités agricoles ou d’autres activités développées en
milieu rural sont souvent présentées avec des légendes moins valorisantes que les
activités urbaines dans l’exposition d’ADA. À titre d’exemple nous pouvons
opposer les photos 11 et 12, de l’exposition « Microfinance côté face » d’ADA.

IMAGE 14: EMPLOYEE EN ZONE URBAINE (WOLFF)

Gérante d’une imprimerie et
d’une entreprise de
restauration, Diakité
Habibatou Koudedia Diop est à
la fois au four et au moulin. La
combinaison de deux activités
différentes permet des
rentrées d’argent plus
importantes. (Mali, 2007)
[71]


IMAGE 15: TRAVAILLEURS DANS UN CHAMP (WOLFF)
Cette opposition est complétée par une autre, celle entre tradition et modernité. Elle
sera introduite plus tard.
Dans le cas de l’exposition de SOS Faim, consacrée essentiellement au monde rural
(en cohérence avec sa mission et celle du partenaire Busaa Gonofaa) présente une
image plus idyllique du monde agricole. Nous y voyons des images de la pauvreté
dans le monde rural mais il n’y a pas de jugement sur les dures conditions de vie. En
partie par le manque des légendes qui font de cette exposition une série d’images
destinées principalement à la contemplation. Mais il s’agissait aussi de proposer au
spectateur une approche différente du monde rural, au-delà de la microfinance,
comme le témoigne Marine Lefebvre.
« On n´est pas dans une mise en image très immédiate, très plaquée. C´est un peu de
marge artistique. Sinon c´est sûr que la microfinance en images est très répétitive.
On va avoir une personne derrière une machine à coudre, une personne dans une
épicerie…Il fallait voir le contexte général. Les activités, le contexte du pays ».
Marine Lefebvre, SOS Faim.
Le monde rural, omniprésent dans l’exposition de SOS Faim nous est montré de
manière globale par des détails, des images de la vie quotidienne. Une façon de
montrer la microfinance en milieu rural est de présenter des constats de son impact
dans la qualité de vie. L’habitat est mis en valeur. Un bon exemple est l’opposition
entre les photos de la « maison aisée » (où « La présence d’une télévision est le
signe ultime de la réussite
23
») et « la maison pauvre » (photos 13 et 14). Des
moments de la vie quotidienne, comme la « pause café », sont aussi montrés. De
plus, cette exposition, d’après le témoignage du photographe, propose approcher aux

23
Texte qui accompagne l’exposition « Le Bonheur est dans le prêt »
La cueillette du coton se fait à
la main sous un soleil de plomb
et durant dix heures par jour.
Adama Abdoulaye et N’To
Coulibaly perçoivent chacun
1.000 francs CFA (1,5 euro)
par jour de récolte, un salaire
ordinaire dans le secteur
agricole au Mali. (Mali, 2007)
[72]

gens par des éléments de son entourage, leurs maison, leurs outils de travail, leurs
endroit de travail. C’est pour cela que nous trouverons dans « Le bonheur est dans le
prêt », des photos qui n’ont pas une personne comme personnage principal, voire
elles ne montrent pas du tout de personnes (ce n’est pas le cas de l’exposition
d’ADA) Ce style est revendiqué par l’auteur de l’exposition.
« C´est un choix, parce que je fais toujours un mélange, des portraits et des
constats. Tu peux faire des associations comme ça. Tu peux pas montrer la photo de
la femme sans montrer l´intérieur de sa maison en même temps. Mon style n´est pas
extraordinaire » Patrick Galbats, photographe de « Le bonheur est dans le prêt »

Cette approche du monde rural par des « petits moments de vie » qui étonnent le
spectateur a été accepté par les chargées de communication, initialement sceptiques
parce que cela n’apporterait rien sur la microfinance. Un exemple est la photo 18 où
un enfant tient la patte d’une chèvre.
C´est une inhabituelle complètement chez nous, donc c´est sûr que cela apporte de
la couleur locale mais cela n’apporte rien sur la microfinance ». (Marine Lefebvre,
SOS Faim)
4.11 L’OPPOSITION TRADITION / MODERNITE
Des tensions entre tradition et modernité sont présentes, notamment dans
l’exposition d’ADA. Dans le livre qui accompagne l’exposition « Microfinance côté
IMAGE 17: MAISON PAUVRE (GALBATS) IMAGE 16: MAISON AISÉE (GALBATS)
[73]

face» (2008 :15) le texte qui accompagne la photo 15 est très révélateur de ces
tensions.
« ‘Vous avec vos usines vous pouvez
produire beaucoup plus et beaucoup
plus facilement’. Vivant à l’écart de
tout confort moderne, sans eau
courante ni électricité, Marcelline
Bougma est lucide : son quotidien
dans un petit village de Burkina Faso,
n’a rien de commun avec celui des
pays industrialisés. Chaque jour, la
jeune adolescente de 17 ans se consacre à la production du dolo, la bière locale
artisanale fabriquée à partir du mil (…). ’On fait tout à la main’, souligne-t-elle,
comme pour signifier la pénibilité de la tâche mais sans donner l’impression de se
plaindre ».
Même si l’objectif de ce travail est de se centrer sur les images, nous ne pouvons pas
ignorer ces textes qui accompagnent la mise en place d’un dispositif essentiellement
visuelle (comme un livre des photos). Ce petit texte nous révèle une opposition entre
monde rural traditionnel et un monde urbain et moderne. D’un côté le monde
moderne est présenté comme un monde où : la production est facile, la production
est abondante, il y a du confort. Le monde traditionnel, encore une fois est présenté
dans ces termes : à l’écart du confort (qui est moderne), faire les choses à la main
signifie une pénibilité. Deux mondes distincts sont démarqués par la citation choisie
pour démarrer le texte « Vous avec vos usines… » (vous au Nord ou en Europe, nous
au Sud ou en Afrique). Le monde moderne et le monde du confort, valorisé tout au
long de cette exposition, est le monde du Nord. En images, les éléments de confort
de la vie moderne son évoqués, comme nous l’avons vu dans les photos 13 et 14, par
un élément de la vie moderne mis en valeur : l’ordinateur.
De manière moins contrastée et sans porter un jugement de valeur très clair, SOS
Faim présente ces éléments de la vie moderne, mélangés à des éléments plus
traditionnels. Nous avons vu par exemple l’image de « la maison aisée » (Image 13).
IMAGE 18: FEMMES PREPARENT LE DOLO OU BIERE
LOCALE (WOLFF)
[74]

Le texte qui accompagne ce groupe des photos « L’habitat » fait référence à la
télévision de la photo.
« Les maisons en dur restent rares. Elles sont le signe d’une relative aisance. (…)
La présence d’une télévision est le signe ultime de la réussite ».
4.12 UNE EXPOSITION PHOTO COMME UNE SUCCESSION DES CHOIX
Comme nous avons déjà remarqué la publication d’une photo à travers un média ou
la construction d’une exposition photographique, sont le résultat d’une multiplicité
des choix. Dans le cas de ces expositions nous pouvons reconstituer cette chaîne de
choix, similaire dans les deux cas :
A. Choix de faire une exposition photo :
Le choix d’utiliser une exposition photo a déjà été évoqué. Ce choix est opéré par le
responsable de l’information principalement (d’autres acteurs peuvent avoir une
influence, notamment les directeurs des organisations). Ce choix s’accompagne par
la définition des objectifs et consignes qui sont communiqués au photographe. A
titre d’exemple, SOS Faim a laissé une trace écrite de ses choix initiaux, dans un
document destiné au photographe et aux personnes chargées de le guider sur place.
Il est demandé de photographier: « les personnes qui viennent de demander un
premier prêt, les personnes qui ont déjà demandé plusieurs crédits et dont la
situation s’améliore, les femmes avec plusieurs crédits agricoles, les petits
agriculteurs (smallholder farmers), la vie quotidienne : les tâches ménagères, les
marchés ; des paysages (lieux éloignés). (Annexe 19: Concept note in the prospect
of photo report about Busaa Gonofaa)

B. Choix techniques et esthétiques
Ces choix sont notamment opérés par le photographe, d’un côté pour ce qui
concerne le matériel à utiliser, sans doute liés aux choix esthétiques (couleur ou noir
et blanc ?). Finalement ces choix esthétiques sont développés sur le terrain : qui
photographier ?, comment ?, quel cadrage ? Ces choix sont bien sûr influencés par
les « consignes » des responsables de l’information. Ils sont aussi influencés par les
personnes chargées sur place des déplacements du photographe et de montrer les
[75]

personnes et les endroits à être photographiés. C’est finalement eux qui choisissent
quoi montrer et quoi cacher au photographe.
C. Choix des photos :
Ce choix est opéré par les photographes et les responsables de l’information, comme
ces acteurs l’ont témoigné dans les entretiens. Plusieurs critères de choix ont été
retenus : montrer des gens actifs (comme il a déjà été commenté), ne pas montrer
des images misérabilistes, des photos qui répondent à une « démarche
journalistique » (comme il a été évoqué par Marion Bur d’ADA).
D. Choix dans la construction d’une partie textuelle
Ce choix est opéré dans les deux cas par les responsables de l’information qui ont à
chaque fois rédigé les légendes et textes qui accompagnent l’exposition. Dans le cas
de SOS Faim, les légendes devaient initialement être faites par le photographe, mais
celui-ci ne les a pas fournies. C’est peut-être ce fait qui a motivé que l’exposition
n’ait pas vraiment de légendes. En tout cas le service de l’information n’a pas insisté
sur la nécessité d’avoir des légendes.
E. Choix du lieu d’exposition
Dans la partie théorique de ce travail nous avons déjà expliqué comment le lieu où
une photographie est présentée peut définir sa réception. Dans les deux cas, le
vernissage de l’exposition a eu lieu à l’Abbaye de Neumünster, un important centre
culturel à Luxembourg ville. Le photographe Patrick Galbats témoigne d’un intérêt
personnel spécial pour cette exposition car elle allait être présentée dans un des
principaux centres culturels du pays.
« Si c´est pour une exposition, surtout dans l´Abbaye de Neumünster et en plus c´est
quelque chose où je veux m´engager un peu, (…) je ne laisse pas qu´on me dise
comment je dois photographier». Patrick Galbats, photographe de « Le bonheur est
dans le prêt ».



[76]

F. Choix d’utilisation ultérieure
Les photos des expositions, notamment celles
d’ADA ont été utilisées dans d’autres supports
comme dans le site Internet ou des brochures. Les
photos ont été souvent recadrées pour se centrer sur
un personnage. Dans ces cas les légendes originales
ont disparu, et elles ont été pour le plus souvent
raccourcies. Par exemple l’image 16 a changé sa
légende originale
24
pour « Grâce à des services
financiers adaptés à leur situation, les clients de la
microfinance peuvent développer une micro-
entreprise et régulariser leurs revenus » dans le
Plan d’action 2009. Dans les cas de changements de légendes, il y a une tendance à
dépersonnaliser la personne représentée (il ne s’agit pas de Odjouma Traoré mais d’un
client de la microfinance, Image ) sans pourtant changer de manière importante la
signification des photos montrées. Dans quelques cas les témoignages sont aussi
repris. En tout cas, les réutilisations sont trop récentes pour attendre un changement
radical des significations.
4.13 L’ESTHETIQUE OU LE MESSAGE
Dans cette succession de choix, deux logiques s’opposent : celle du photographe et
celles des acteurs chargés de faire passer un message au public. Ces deux logiques
sont comprises comme différentes est même concurrentiels par les différents acteurs
dans une production photographique. D’un côté, la démarche du photographe serait
une démarche plus esthétique, voire artistique, et la démarche du responsable de
l’information serait essentiellement informative. Cette tension s’est faite plus
évidente dans le choix des photos à montrer, comme il est témoigné par les trois
responsables de l’information sollicitées.
« D´ailleurs c´est intéressant parce que le photographe n´était pas du tout d´accord
avec nous. S’il avait choisi les photos, l´exposition aurait eu une toute autre forme.

24
« Producteur de coton à Dafara, Odjouma Traoré a contracté un prêt de 150.000 francs CAF (230
euros) dans le but de se recycler dans le maïs. «Si je déduis les salaires des employés et l’achat des
intrants, je peux espérer faire un bénéfice de 60.000 francs CFA (92 euros) pour une récolte d’un
hectare de maïs.» (Mali, 2007).
IMAGE 19: UN CLIENT DE LA
MICROFINANCE (WOLFF)
[77]

Il est beaucoup plus sur l’esthétique que nous, il avait tendance à oublier ce travail
de sensibilisation et d´information qu´on voulait faire ». (Chloe Kolb, SOS Faim).
« Oui, il y a eu peut être une ou deux fois sur des photos justement avec des enfants
que Guy aimait bien parce qu’il avait le côté esthétique et je voyais le message (...).
Ou alors il y avait des photos très esthétiques que j´ai concédées parce qu’ il y
tenait beaucoup, en termes de couleur, de mise en scène, etc. pour moi ça
n´apportait pas grand-chose au niveau de l´information mais c´est le travail de
l´artiste ». Marion Bur, ADA.
Face à ces logiques différentes les négociations s’imposent pour trouver un résultat
qui est satisfaisant pour les photographes et les responsables de l’information.
Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le rapport de forces n’est pas toujours
favorable aux organisations, qui payent l’exposition. Les enjeux pour le photographe
sont très importants, et il a intérêt à ce que sa vision soit davantage prise en compte.
Ces expositions ont vocation à être largement diffusées, associées au nom des
photographes. La réputation du photographe est aussi compromise. En effet, Patrick
Galbats revendique un style personnel qu’il ne veut pas voir compromis par une
commande.
« Si c´est pour une exposition, surtout dans l´Abbaye de Neumünster et en plus c´est
quelque chose où je veux m´engager un peu, normalement je ne me laisse pas faire.
C´est n’est pas que je me laisse pas faire mais je ne laisse pas qu´on me dise
comment je dois photographier. Après, il y a des choix. On peut toujours changer.
Et ce n´est pas 100% mon choix ». (Patrick Galbats, Photographe)
Tout en restant satisfait du résultat final. Patrick Galbats, photographe de « Le
bonheur est dans le prêt », regrette l’absence de certaines photos dans l’exposition.
« Celle là (Photo 19), j´aime beaucoup…mais ils ne l’ont pas voulu. J´aurais montré
celle là au lieu de la vache. Ça c´est la femme avec les gosses, pour moi c´est très
représentatif. Ça montre pourquoi la femme fait tout ça, pourquoi SOS Faim ou
Busaa Gonofaa font ce qu´ils font… Je trouve que c’est une belle photo » (Patrick
Galbats)

IMAGE


Dans la même exposition, une responsable de communication témoigne aussi du
besoin de négociation et de persuasion
logiques.
« On s´est convaincu mutuellement. Par exemple celle qu´on
où il y a la chèvre, avec le petit enfant qui tient la
grand chose (…) Mais en même temps
Lefebvre, SOS Faim).

[78]
IMAGE 20: FEMME ET PHOTO DE FAMILLE


IMAGE 21: L'ENFANT ET LA CHEVRE
la même exposition, une responsable de communication témoigne aussi du
et de persuasion pour arriver à un résultat satisfaisant les deux
n s´est convaincu mutuellement. Par exemple celle qu´on a concédé
y a la chèvre, avec le petit enfant qui tient la chèvre. Cette photo témoigne pas
Mais en même temps, c´est un petit moment de vie
la même exposition, une responsable de communication témoigne aussi du
pour arriver à un résultat satisfaisant les deux
concédée c´est celle
chèvre. Cette photo témoigne pas
c´est un petit moment de vie ». (Marine
[79]

4.14 LA VIE RURALE SUBLIMEE
Le « bonheur est dans le prêt » n’est pas seulement une exposition sur la
microfinance. Après toute la chaîne des choix et les rapports de force déjà évoqués,
le résultat n’est pas une exposition à fonction informative. Il est évident qu’une
exposition photo a toujours une dimension artistique, mais « Le bonheur est dans le
prêt » trouve sa force dans sa capacité de présenter la vie rurale dans un registre
esthétique (l’esthétique est définie par Boltanski comme la science des plaisirs
élevés (1999:222). Luc Boltanski, parle d’une troisième voie pour montrer des
images de détresse (autre que dénoncer ou attendrir). Cette voie est la voie de la
sublimation, c’est-à-dire d’idéaliser quelque chose en le purifiant de tout élément
impur. L’absence des vraies légendes contribue à cet effet, puisqu’elle permet de
concentrer l’attention du spectateur sur les images, et les personnages qui ne sont
pas individuellement identifiables (aucun nom ne nous est donné). Finalement, la
microfinance est aussi accessoire dans les photos, même si elle est suggérée dans le
titre. Cette topique a besoin d’un montreur, que Boltanski identifie comme le
peintre, dans ses exemples issus du XVIII s. Cet agent pourrait être aussi un
photographe dans un contexte contemporain. Le photographe agit, dans son registre,
après avoir vu une réalité qui l’a touché, mais rien n’est demandé au spectateur.
Cette exposition ne cherche pas à faire adhérer le spectateur à une accusation, et elle
ne cherche pas à attendrir le public devant la présence d’un bienfaiteur. La réalité est
regardée de face, une fois écartées les personnes fictives du bienfaiteur et du
persécuteur (Boltanski, 1999:220). Cela permet aussi de se détacher de la question
politique, au moins dans un niveau superficiel. Comme nous l’avons introduit dans
la partie théorique, ces places (bienfaiteur, spectateur, persécuteur) peuvent être
remplies par des personnes abstraites, des groupes sociaux, des systèmes selon une
idéologie. SOS Faim a une idéologie très explicite, pourtant elle a choisi de montrer,
à travers la photographie, une réalité dans un registre qui supprime ces contraintes
d’un monde conçu de façon structurelle. Elle invite tout simplement à regarder de
face.
Ce constat est cohérent avec les expositions produites préalablement par SOS Faim :
« Face à Face: rencontres au Bénin » du photographe Marc Kalbusch en 2003 et
« Ouaga côté cour » en 2001, du photographe Gaël Turine (Agence Vu). Dans les
deux cas, les photos ont été réalisées en noir et blanc et l’accent est mis sur la
[80]

présentation des ambiances, des personnages non individualisés. Ce désir de
regarder de face la pauvreté dans le monde rural est explicite dans le texte qui
accompagne l’exposition « Face à Face » sur le Bénin.
« SOS Faim a donc invité le photographe Marc Kalbusch à se rendre au Bénin où,
de manière très personnelle, il a photographié les populations rurales dans leur vie
quotidienne durant trois semaines. Chaque cliché est le reflet d’une rencontre très
personnelle – d’un ‘face à face’ - entre le photographe et les personnes
photographiées. Sans parti pris, sans imposer ses vues, Marc Kalbusch vous invite à
rentrer dans l’univers émotionnel très riche des rencontres qu’il a faites au Bénin. Il
vous invite surtout à vous créer vos propres ‘faces à faces’ ».
Cette exposition (plus d’images sont disponibles en Annexe 21) propose
essentiellement des portraits, comme dans « Le bonheur est dans le prêt ».
L’impératif de « montrer des gens actifs » n’est pas présent.

IMAGE 23: JEUNE AU BENIN (KALBUSCH)

4.15 L’ONG COMME BIENFAITRICE
Phillipe Mesnard dans « La victime écran », montre une campagne de l’organisation
humanitaire française Action contre la faim (ACF). Cette campagne présentait dans
des affiches de presse deux images d’une même femme, nommée Leïla. La première
image, montrait le visage parcheminé et amaigri d’une femme. La photo portait la
légende « Leïla, janvier 1993 » (Image 21). La deuxième photo, de la même femme
visiblement en meilleur santé, était légendée : « avril 1993. Leïla 100 F plus tard ».
Pour l’auteur, l’argumentation du type « Leïla » repose sur « une logique de la
IMAGE 22: FILLE AU BENIN
(KALBUSCH)
[81]

preuve, étayée par une dimension testimoniale sous la forme concrète des textes
déclaratifs ou narratifs, et de l’émotion qui s’appuie sur des montages visuels »
(Mesnard 2002 :199)

IMAGE 24: CAMPAGNE LEÏLA, ACF
Cette logique de la preuve est à la base de l’exposition « Microfinance côté face »,
même si on admet qu’il y a des différences fondamentales entre les dispositifs
d’ACF et d’ADA. Tout d’abord, ses représentations appartiennent à des secteurs
proches mais pas équivalents, le secteur humanitaire et le secteur développement.
Ensuite les contraintes et les enjeux de la publicité et d’une exposition
photographique ne sont pas du tout les mêmes. Dans la publicité il y a un impératif
de rentabilité et peu de temps et d’espace pour transmettre un message. Dans une
exposition photo, une dimension pédagogique est aussi possible, comme Mesnard le
souligne (ibid.142). Faisant attention à ses distinctions, il est pourtant possible
d’assurer que « Microfinance côté face » s’appuie sur une argumentation du type
« Leïla ». Il y en a deux moments montrés au long de l’exposition : avant et après
l’intervention de la microfinance, soutenue par ADA. C’est surtout la situation après
[82]

l’aide qui est montrée par les images, mais la situation avant l’aide est aussi
présente, notamment par les légendes et texte qui accompagnent les photos.
Dans cette argumentation il est possible de
reconnaître la topique du sentiment,
décrite par Boltanski. Comme nous avons
déjà introduit dans la partie théorique,
cette topique propose au spectateur de
sympathiser avec les sentiments de
gratitude que l’intervention d’un
bienfaiteur inspire au malheureux. Au
même titre que le persécuteur, le
bienfaiteur peut être absent du tableau et
encore peser sur l’orientation de
l’engagement. Dans cette topique, la pitié
se spécifie en attendrissement, et elle
oriente l’attention vers la présence d’un
bienfaiteur. Cette exposition ne montre
aucune référence à l’accusation (comme nous avons établi auparavant). La
sympathie du spectateur se trouve nettement orientée en direction du bienfaiteur,
dans ce cas, l’organisation qui soutient les personnes montrées. Ce bienfaiteur est
construit par des éléments graphiques et textuelles –signature de l’organisation
ajoutée aux utilisations ultérieures des photos (image 21 et 22)-, et notamment par
les légendes qui accompagnent l’exposition). ADA a choisi de ne pas montrer des
images « misérabilistes » mais ce choix est d’ordre éthique et esthétique, mais dans
une dimension discursive, le message n’est pas essentiellement différent de celui
d’ACF dans sa campagne « Leïla ». Dans ce sens cette exposition contribue à
construire l’image de l’ONG, en lui donnant la place du bienfaiteur. Le spectateur
est invité à sympathiser avec l’organisation, une fois qu’il a connu ses méthodes de
bienfaisance, et qu’il a connu des « vraies » personnes qui en témoignent.
IMAGE 25: COUVERTURE DE LA BROCHURE DE
PRESENTATION D'ADA
[83]


IMAGE 26: IMAGE UTILISEE SUR LE SITE INTERNET D'ADA














[84]

CONCLUSIONS
Les images utilisées dans les ONG, notamment celles produites dans le cadre d’une
exposition, peuvent bien remplir les trois topiques proposées par Boltanski. Les
expositions analysées répondent à une topique esthétique (cas de SOS Faim) et à une
topique de l’émotion (ADA). Nous avons aussi évoqué, par d’autres exemples, la
façon dont les ONG peuvent se servir de la topique de la dénonciation adressé
notamment contre « un système ». Pourtant, cette caractérisation relève d’une
dimension argumentative mais pas nécessairement de la forme des messages. En
effet, le débat sur l’utilisation de l’image au sein du secteur du développement a été
orienté vers des questions de forme. Or les modèles argumentatifs ne se sont pas
modifiés de manière fondamentale. Ces modèles argumentatifs ont une
correspondance avec les discours fondateurs du secteur de développement aussi
évoqués dans ce travail. Ce sont ces différents discours fondateurs, qui servent à
remplir ce système de places proposé par Boltanski. D’un côté, l’école de la
dépendance donne une explication de la façon dont un persécuteur est à la base des
misères du sous-développement. De l’autre côté, des visions centrées sur la
modernisation ou le transfert de technologies comme moyen de développement
mettent l’accent sur le bienfaiteur au Nord qui partage des connaissances avec les
pays du Tiers-monde.
Les façons de présenter des personnes dans les photographies utilisées par les ONG
sont variées et, dans le cas des expositions analysées, nous ne pouvons pas parler
d’un bénéficiaire « type ». Certes, il ne s’agit pas de la victime humanitaire dont P.
Mesnard parle, même si certains éléments argumentatifs sont empruntés de
l’humanitaire. Les images misérabilistes sont interdites, et elles ont été remplacées
par des images de sourire. Les organisations qui réfléchissent au développement et
ses pratiques, commencent à se demander si elles n’ont pas changé le cliché du
misérabilisme par le cliché du « sourire de l’enfant », comme le témoigne un
document produit par le Cercle de Coopération des ONG de Luxembourg (en
Annexe 6). Même si le Cercle de la Coopération est satisfait que plusieurs
organisations aient décidées de se repositionner vis-à-vis des images et des messages
«négatifs », cette organisation remarque la tendance à remplacer l’image du
« malheureux petit pauvre » par « l’heureux enfant souriant » dans une démarche
[85]

publicitaire qui ne contribue pas à comprendre et à donner la parole à ce bénéficiaire
éloigné. Cette tendance n’est corroborée qu’en partie par les expositions photo
analysées. Certes, nous voyons des images de sourire mais ce qui est plus important
dans les deux expositions est l’image des gens actifs.
En outre, le discours des organisations luxembourgeoises analysées, et notamment le
discours derrière les expositions, ne sont pas critiques du système capitaliste
mondial. D’un côté « Le bonheur est dans le prêt » agit par la sublimation de la
pauvreté en milieu rural pour la construire en objet esthétique et d’un autre côté
ADA se place comme bienfaiteur mais elle ne suggère pas l’existence d’un
persécuteur. Certes, SOS Faim, dans sa communication, fait référence à l’impact des
politiques du Nord dans la qualité de vie des populations du Tiers-monde, mais il ne
s’agit pas d’un sujet central (Tel est le cas de SOS Faim Luxembourg, mais non de
SOS Faim Belgique). En effet le plaidoyer politique n’est pas une stratégie
privilégiée des organisations luxembourgeoises. À ce sujet nous pourrions poser des
nouvelles questions sur les contraintes et les avantages d’être si proches des
organismes gouvernementaux. Comment placer comme persécuteur un système dont
on est si proche ?
Finalement, l’objectif de cette étude était de montrer une relation entre le discours
des ONG et les images photographiques, notamment celles regroupées dans une
exposition photo. Après l’analyse nous pouvons dire que les discours des ONG ont
une relation cohérente avec les images qu’elles diffusent. Pour saisir la relation entre
discours et images, il a fallu se poser des questions sur les critères qui justifient les
choix tout au long de la chaîne de production d’une photo ou d’une exposition
photo.
D’un côté il y a évidemment une certaine cohérence, dans le sens où les chargés de
communication sont imprégnés du discours officiel de l’ONG qui finit par être le
leur. Ainsi, ADA ne pourrait pas faire appel dans ses images à une topique de la
dénonciation, parce que le discours de l’association n’est pas dénonciateur. Dans ce
sens, une exposition est un nouveau moyen de faire connaître le discours d’une
ONG mais elle n’explore pas de nouveaux angles de sa thématique. On assiste à une
présentation presque pédagogique du sujet, par laquelle on connait les méthodes de
la bienfaisance de l’organisation mais on apprend peu sur les origines des inégalités.
[86]

SOS Faim ne se contredit pas non plus. En sublimant, il construit son thème de
travail, le monde rural. SOS Faim confère au monde rural une allure universelle, et
elle essaye de le rapprocher symboliquement du spectateur. Il n’y a pourtant pas
l’intention d’analyser ou d’expliquer le discours fondateur de l’organisation.
Un deuxième facteur de cohérence entre discours et image dans les cas analysés,
c’est la présence des « valeurs humanistes » dans les discours et images analysés.
Parfois ils sont évidents et explicites, ou ils peuvent être aussi implicites. Ces
expositions sont notamment un soutien à la visibilité des organisations, et des
valeurs qu’elles revendiquent.
Malgré cette cohérence, nous avons aussi établi que les choix dans une production
photographique n’appartiennent pas exclusivement à l’ONG. Dans ce processus
nous avons découvert le poids d’autres acteurs ce qui établit un rapport de force, à la
base de la construction des expositions. De plus la réflexion des organisations sur
l’utilisation de la photographie n’est pas profonde, au moins dans les organisations
analysées. Certes, il y a un discours déontologique sur l’utilisation de l’image,
traduit notamment par les chartes et les codes de conduite. Mais il n’existe pas une
vraie réflexion sur ce que l’on veut atteindre par une exposition photo ou par les
photos qui accompagnent d’autres supports. Dans un contexte de plusieurs logiques
concurrentielles, et pas complètement définies, le produit final est le résultat d’un
rapport de forces qui dépend dans la pratique de volontés individuelles. Dans ce
sens, nous pouvons dire que le discours n’est pas entièrement déterminant du
message photographique.








[87]

BIBLIOGRAPHIE :
Action contre la faim, 2004, Regards sur le monde. Les visages de la faim, Paris, Acropole.
Assidon E., 2002, Les théories économiques du développement, Paris, La découverte.
Atlani-Duault L. et Vidal L., 2009, Anthropologie de l’aide humanitaire et du
développement, Paris, Armand Colin.
Backmann R. et Brauman R., 2001, Les médias et l’humanitaire, Paris, CFJP.
Barthes R., 1961, « Le message photographique », en Communications, volume 1,
numéro 1, pp.127-138.
Barthes R., 1980, La Chambre Claire, Paris, Editions de l'Étoile.
Barthes R., 1982, L'obvie et l'obtus : Essais critiques III, Paris, Éditions du Seuil.
Bauret G., 1992, Approches de la photographie. Paris, Nathan.

Bertrán Salmón L., 2005, La comunicación para el desarrollo en Latinoamérica: un
recuento de medio siglo, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires UBA.

Boltanski L., 1999, La souffrance à distance, Paris, Gallimard, 2007.

Bourdieu P., 1965, Un art moyen, essai sur les usages sociaux de la photographie,
Paris, Les Éditions de minuit.

Cadet C., Charles R. et Galus J., 1990, La communication par l'image, Paris,
Nathan.

Doty, R. 1996, Imperial Encounters, Minneapolis, University of Minesota Press,
2004.
Ferenczy, Anna. 2005. Les ONG humanitaires, leur financement et les médias.
Mémoire de Master, Nice, Institut Européen des hautes études internationales, 128p.

Freund G.,1974, Photographie et société, Paris, Editions du Seuil.
[88]


Gerverau L., 2000, Voire, comprendre, analyser les images, Paris, La découverte.

Goodman N., 1990, Une approche de la théorie des symboles, Nîmes, J. Chambon.

Joly, M., 2005, Introduction à l’analyse de l’image, Paris, A. Colin, 2009.

Mesa M., (Dir), 2000, La educación para el desarrollo en la Comunidad de
Madrid. Tendencias y estrategias para el siglo XXI: Informe a la Dirección General
de Cooperación y Voluntariado de la Comunidad de Madrid, Madrid, CIP.

Mesnard P., 2002, La victime écran : la représentation humanitaire en question,
Paris, Les éditions Textuel.
Tisseron, S., 1996, Le bonheur dans l’image, Paris, Le plessis-Robinson, Paris.
Coopération luxembourgeoise au développement, 2009, Rapport annuel 2009,
Luxembourg.
Cercle de Coopération et TNS ILRES, La disposition au don de la population au
Luxembourg en 2009, in TNS IlRES Market Research [en ligne], septembre 2009,
[consulté le 5 mai 2010]. Disponible à : http://www.tns-
ilres.com/cms/Home/News/Publications/Archive/Cercle-de-Cooperation-ONG-D)
Rostow, W., 1960, Les étapes de la croissance économique: un manifeste non
communiste, trad.de l’anglais par P.de Lavergne, Paris, Economica, 1997.
Sontag S., 1973, Sur la photographie, trad.de l’anglais par P.Blanchard, Paris, C.
Bourgois, 2008.
Articles de Magazine:
Sciences Humaines. L’âge d’or du sous-développement. Article de la rubrique
«1960-1970 » Hors-série N° 30 - Décembre 2000/Janvier-Février 2001, 100 ans de
sciences humaines

[89]


TABLE DES ILLUSTRATIONS

Image 1: Hungry for change - Campagne OXFAM UK 1986 ....................................................... 43
Image 2: Flyer Caritas Luxembourg ..................................................................................................... 44
Image 3: Flyer MSF ..................................................................................................................................... 44
Image 5: Brigitte Grignet / Guatemala................................................................................................ 45
Image 4: Isabelle Eshraghi / Afghanistan .......................................................................................... 45
Image 6: Affiche OXFAM UK .................................................................................................................... 56
Image 7: Agent de crédit (Galbats) ....................................................................................................... 63
Image 8: Agent de crédit (Wolff) ........................................................................................................... 64
Image 9: Agent de sécurité (Wolff) ...................................................................................................... 65
Image 10: Travailleur dans un champ (Wolff) ................................................................................ 66
Image 11: Clients d'un café (Galbats) .................................................................................................. 67
Image 12: Propriétaire d'un café (Galbats) ...................................................................................... 68
Image 13: Intérieur d'un Café (Galbats)............................................................................................. 68
Image 14: Employée en zone urbaine (Wolff) ................................................................................. 70
Image 15: travailleurs dans un champ (Wolff) ............................................................................... 71
Image 16: Maison aisée (Galbats) ......................................................................................................... 72
Image 17: Maison Pauvre (Galbats) ..................................................................................................... 72
Image 18: Femmes preparent le dolo ou bière locale (Wolff) .................................................. 73
Image 19: Un client de la microfinance (Wolff) .............................................................................. 76
Image 21: L'enfant et la chèvre .............................................................................................................. 78
Image 20: Femme et photo de famille ................................................................................................. 78
Image 23: Jeune au Bénin (Kalbusch) ................................................................................................. 80
Image 22: Fille au Bénin (Kalbusch) .................................................................................................... 80
Image 24: Campagne Leïla, ACF ............................................................................................................ 81
Image 25: Couverture de la Brochure de présentation d'ADA ................................................. 82
Image 26: Image utilisée sur le site Internet d'ADA...................................................................... 83

Annexes
1. Organigramme ADA
2. Résumé des expositions
3. Grille d’analyse – Exposition SOS Faim
4. Grille d’analyse – Exposition ADA
5. Code de conduite images et messages ayant trait au Tiers Monde (1989)
6. Code Messages et Images Concord
7. Implémentation du Code Concord (Document d’une formation du Cercle de
coopération des ONG au Luxembourg).
8. Code de conduite des organisations faisant appel à la solidarité du public
9. Dossier de l’exposition Microfinance côté face (ADA)
10. Dossier de l’exposition Le bonheur est dans le prêt (SOS Faim)
11. Rapport d’activités ADA
12. Rapport d’activités SOS Faim
13. Article SOS Faim dans Le Jeudi (presse luxembourgeoise)
14. Entretien à Patrick Galbats (photographe)
15. Entretien à Marion Bur (ADA)
16. Entretien à Chloé Kolb (SOS Faim)
17. Entretien à Marine Lefebvre (SOS Faim)
18. Légendes de Le bonheur est dans le prêt
19. Concept Note pour Le bonheur est dans le prêt
20. Affiche pour l’exposition Ouaga, côté cour de G.Turin et SOS Faim
21. Photos de l’exposition Face à Face de M. Kalbusch et SOS Faim
22. Communiqué de presse pour l’exposition Face à Face
Annexe 2
Contenu des expositions


Résumé du contenu des expositions


Le bonheur est dans le
prêt
Microfinance côté face
ONG SOS Faim ADA
Nombre des photos 46 50
Monde rural 15 18
Monde urbain 2 3
Photos de personnes 40 50
Photos sans personnes 6 0
Photo où le personnage
principal n'est pas une
personne
12 0
Espace de travail/ atelier 11 6
Bureau 0 6
Portraits 15 20
Photos des enfants
3 4
Photos où un homme est le
sujet principal
5 19
Photos où une femme est le
sujet principal
10 24
Personnes au travail 11 37
Plan large ou général 19 4
Gros plan ou très gros plan 6 0

Annexe 3
Le Bonheur est dans le Prêt
Photographe: Patrick Galbats
Lieu: Région Oromo- Ethiopie
Date: Entre 20 août et 30 septembre 2009
Photos sans légende* (légendes groupées, en annexe)
Les photographies ont été tirées en argentique, et sont fixées sur du Dibond de 2mm.
Une version en carton plastifié a aussi été réalisée pour l´exposition aux lycées.
Commentaires
Photo Couleur Plan/ Cadrage Taille Légende Eléments figuratifs Sujet principal Espace représenté Situation représentée
Photo en couleur,
très lumineuse car
à l´extérieur. Vert.
Plan large 50x50cm
Agriculture/m
onde rural
Femme et homme
travaillent la terre.
Arbres.
Couple, femme et
homme d´une
cinquantaine, au
milieu du cadrage
travaillent la terre
à la main. On ne
Les champs en
milieu rural.
Travail de la terre. Il n´y a
pas de machines. Le
travail, relation
homme/terre. En
entretien on découvre
qu´ils sont des
Choix Esthétiques Contenu
à la main. On ne
voit pas les visages.
qu´ils sont des
bénéficiaires d´un prêt de
Busaa Gonofaa.
Couleur. Espace
fermé. Photo
sombre. Tissus très
colorés
Plan américain
84cm x
120cm
Activités
Artisanales
Deux jeunes filles,
dame plus âgée.
Tissage. Sourire.
Fille qui tisse au
milieu. Seul
personnage nette.
atelier de couture. Tissage, travail en groupe.
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
Chaise et table
d'école. Carte de
l'Éthiopie. Meuble
avec quelques livres.
Porte.
Table d'école. Salle de classe.
Il n'y a pas de
personnages.
Cette salle dans une école sert aux formations
des bénéficiaires de BG.
Couleur: surtout
vert, bleu et brun.
Plan général
84cm x
120cm
Agriculture/m
onde rural
Terre, ciel, 2 animaux
(peut être des
vaches). Enfant.
Enfant//paysage. Paysage rural.
Enfant conduit les
animaux.
Couleur: surtout
rouge.
Plan américain
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
Couturier, 3 femmes. Le couturier. atelier de couture.
Le couturier prend la
mesure des clientes.
Couleur. Intérieur
d'une maison,
sombre.
Plan large
50cm x
50cm
Habitat
Femme, porte qui
conduit à l'extérieur,
petite table,
cafetière, six tasses.
Femme qui prépare
le café.
Intérieur d'une
maison.
Moment du café.
Une des principales activités en Ethiopie est la
production de café.
Couleur. Plan taille
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
Plusieurs personnes
en arrière fond.
Personne en position
d'attention sur une
table d'école en
premier plan.
Homme en premier
plan.
Salle de classe. Classe d'adultes.
Il s'agit d'une formation aux bénéficiaires de
BG.
Couleur. Plan large
84cm x
120cm
Agriculture/m
onde rural
3 petit garçons, une
fille, parents. Champ
cultivé.
La famille. Paysage rural.
La famille pose devant son
champ.
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Groupe de 8
femmes. En arrière
plan en enfant
conduit le bétail.
Femme à gauche, à
qui on voit le
visage.
Paysage rural. Réunion des femmes.
"Là aussi, il y a une réunion des femmes, il y a
un regard, et puis il y a le garçon qui promène
les vaches". Et c´est très typique, c´est les
enfants qui font ça. (Patrick Galbats)
Couleur Plan général
84cm x
120cm
Agriculture/m
onde rural
Terre, ciel, 2 bœufs.
Paysan.
Homme laboure la
terre.
Paysage rural.
L'homme laboure ces
terres avec ses bœufs.
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
femme, argent, mur
jaune, bureau,
poubelle.
Femme.
Salle jaune. Non
déterminé.
Femme compte l'argent. Il s'agit d'une agente de crédit.
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
Panneau Busaa
Gonofaa
Microfinance,
femme.
Panneau
Rue, non
déterminé
Femme passe à côté du
panneau.
3 tuniques colorées,
Les chargées de communication expliquent
Couleur. Tissus très
colorés.
Gros plan
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
3 tuniques colorées,
bras de 3 personnes
serrées.
Bras entrelacés non déterminé
Détail des personnes qui
se serrent
Les chargées de communication expliquent
que cela symbolise l'union entre les
bénéficiaires (elles doivent être regroupées
pour recevoir un prêt)
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
8 Mannequins
pendus d'un toit
Les mannequins
La rue, façade
d'un atelier de
couture,
Il n'y a pas de
personnages.
Couleur Gros plan
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Mains, récipient, pie
d'une vache.
Main et vache Paysage rural. Personne trait une vache
"La photo de la vache, celle là j´aime pas. Peut
être qu´elle illustre un truc…mais pour moi
c´est pas une photo que j´aime bien". Patrick
Galbats.
Couleur Plan moyen
50cm x
50cm
Habitat
Façade de maison,
récipient en poterie,
femme porte un
récipient entre ses
mains.
Femme Maison rurale Travail domestique.
"Là c´était pour moi montrer une femme au
travail, à la maison au ménage. Il y a une
certaine composition dans la photo bien sûr".
Patrick Galbats.
Couleur Plan américain
50cm x
50cm
Marchés
2 personnes assises
boivent dans des
petites tasses. On
devine en arrière
plan un marché très
coloré.
2 hommes
Marché, terrasse
d'un café.
2 personnes boivent un
café dans la rue.
Les chargées de communication expliquent
que ces hommes sont dans le café d'une
dame qui a emprunté de l'argent de BG.
Couleur Gros plan
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Mains d'homme,
tunique blanche,
céréales.
Mains non déterminé
Homme range les
céréales.
Jeune homme, Homme travail avec de la
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
Jeune homme,
fumée, poterie, de la
paille brulée, culture
de maïs à côté.
Homme, fumée Paysage rural.
Homme travail avec de la
poterie. Il n'y a pas plus
de références sur son
activité.
Couleur Gros plan
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
Instruments de
tissage, fils de
plusieurs couleurs,
tissu.
Instruments de
tissage.
non déterminé
Il n'y a pas de
personnages.
Couleur Plan moyen
50cm x
50cm
Marchés
Femme au marché,
enfant qui regarde le
photographe, épices-
Femme et enfant Marché.
Femme au marché avec
son enfant.
"Celle là j´aime pas non plus, je comprends
pourquoi ils l´ont choisi. Mais je l´aime pas".
(Patrick Galbats)
Couleur. Orange
principalement.
Plan large
50cm x
50cm
Marchés
Environ personnes
dans un marché:
clients, vendeurs, un
enfant qui porte des
marchandises, fruits,
sacs.
Il n'y a pas un
personnage
principal.
Marché
Vie quotidienne dans un
marché.
Couleur Plan moyen
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
Homme sur une
moto. Espace ouvert.
Homme. Paysage rural.
Homme est assis sur une
moto.
Il s'agit d'un agent de crédit, sur sa moto avec
laquelle il se déplace pour voir les clients à la
campagne.
Couleur Plan américain
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Homme plus ou
moins âgé en
tunique blanche, un
panier, des femmes
en arrière fond.
Homme Paysage rural.
Homme assis par terre,
regarde le photographe.
Couleur Gros plan
50cm x Busaa
Mains de deux
personnes. Billets,
cahier avec des
Mains qui écrivent
dans un cahier, et
non déterminé
Personne administre de
Il s'agit d'un agent de crédit avec une cliente. Couleur Gros plan
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
personnes. Billets,
cahier avec des
tableaux dessinés.
Stylo.
dans un cahier, et
qui tiennent des
billets.
non déterminé
Personne administre de
l'argent.
Il s'agit d'un agent de crédit avec une cliente.
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Cactus, arbres,
gazon, pierres,
pastèques.
Il n'y a pas un
personnage
principal.
Paysage rural.
Il n'y a pas de
personnages.
Couleur Plan américain
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
3 femmes en voile
blanc. On devine une
quatrième personne
habillé en bleu. Des
billets. Mur vert.
Fenêtre.
3 femmes non déterminé
Femmes comptent de
l'argent.
"Si l´esthétique n´y est pas, j´ai vraiment du
mal a choisir la photo. Mais par exemple là…Il
y a il ce flou encore, il y a les trois femmes, le
voile, l´histoire de l´argent, le mur d´une jolie
couleur…En plus elles sont concentrées".
Patrick Galbats.
Couleur Plan américain
50cm x
50cm
Marchés
Femme, céréales,
boites, panier,
personnes en arrière
plan, marché.
Femme. Marché
Femme au marché vend
des céréales.
Couleur/sombre.
Tombée de la nuit.
Plan large
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Femme, grillage, ciel,
gazon.
Femme. Paysage rural.
Femme seule dans les
champs.
Couleur Plan large
50cm x
50cm
Habitat
Intérieur d'une
maison, fauteuils,
meubles, télévision,
poster de la Vierge
Marie, tableaux,
porte, petite table au
Il n'y a pas un
personnage
principal.
Intérieur d'une
maison.
Il n'y a pas de
personnages.
"C´est un intérieur où je montre pas les
personnes mais je montre leur espace de vie.
Ça montre pas bien sûr, comment les gens
vivent en Ethiopie mais il y a des gens qui
vivent comme ça. Ça c´était la maison plutôt
riche". Patrick Galbats.
porte, petite table au
centre.
riche". Patrick Galbats.
Couleur Plan général
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
ciel, gazon, cheval
qui tire 4 enfants.
Cheval/enfants Paysage rural.
Enfants tirés par un
cheval.
Couleur/ rouge,
rose.
Plan moyen
50cm x
50cm
Marchés
Femme en voile
blanc, robe rose, mur
rose.
Femme
L'intérieur d'une
maison
Femme dans un intérieur.
Les chargés de l'information racontent que
cette femme est la propriétaire du café déjà
montré dans l'exposition.
Couleur/ brun Plan général
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
Principalement de la
terre, homme . On
voit pas son visage.
Homme Carrières
Homme travail dans les
carrières.
Couleur/ brun Plan large
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
Homme, ses outils,
pierres.
Homme. Carrières
Homme qui travail dans
les carrières, regarde le
photographe.
Couleur Plan moyen
50cm x
50cm
Habitat
Mur, images
religieuses ,
assiettes, petite
table, instruments
de cuisine.
Il n'y a pas un
personnage
principal.
Intérieur d'une
maison.
Il n'y a pas de
personnages.
"Là c´était la maison plutôt des pauvres pas
les plus pauvres mais qui sont encore
pauvres. Ils ont déjà plus, ils ont des vaches, il
ont de l´alcool ils vendent ça….ils sont actifs".
Patrick Galbats.
Couleur, sombre. Plan large
50cm x
50cm
Activités
Artisanales
Instruments de
tissage, deux
personnes,
il n'y a pas un
personnage
principal.
Intérieur d'un
atelier de tissage.
Travail dans un atelier.
Télévision, frigo,
Couleur / rose Plan moyen
50cm x
50cm
Marchés
Télévision, frigo,
buffet avec des
bouteilles, murs
roses, calendrier,
porte ver l'extérieur.
Il n'y a pas un
personnage
principal.
Intérieur d'un
café.
Il n'y a pas de
personnages.
Il s'agit du café dont on connait déjà la
propriétaire.
Couleur / jaune. Plan américain
50cm x
50cm
Busaa
Gonofaa
Femme, de l'argent,
mur jaune.
Femme
Intérieur d'une
maison.
Femme compte l'argent. Cliente de Busaa Gonofaa.
Couleur Gros plan
50cm x
50cm
Agriculture/m
onde rural
Chèvre. Main d'une
personne.
Chèvre Paysage rural.
Un enfant tient la patte
d'une chèvre.
"Cette photo témoigne de pas grande chose
et en même temps elle lui plaisait beaucoup.
Mais en même temps c´est un petit moment
de vie, c´est une habitude inhabituelle
complètement chez nous donc c´est sûr que
ça apporte de la couleur locale mais ça
apporte rien sur la microfinance. " Marine
Lefebvre.
Couleur.
Principalement
bleu et vert.
Plan général
Le gazon, quelques
arbres, le ciel bleu.
Chien.
Paysage.
Espace vert, non
déterminé.
Paysage.
La photo n'est pas dans l'exposition. Elle a été
fournie par le photographe comme une photo
qu'il aurait aimé inclure.
Couleur,
Principalement
brun
Gros plan
De la terre, des
pierres, un
parapluie.
Parapluie, pierres. Carrières Il n'y pas de personnages.
La photo n'est pas dans l'exposition. Elle a été
fournie par le photographe comme une photo
qu'il aurait aimé inclure.
Couleur Gros plan
Mains d'une femme.
Photo des enfants,
Mains avec de
l'argent en arrière
plan.
Photo des enfants. non déterminé
Femme tient une photo
entre ses mains.
"Celle là, j´aime beaucoup…mais ils ont pas
voulu. J´aurais montré celle là au lieu de la
vache. Ça c´est la femme avec les gosses, pour
moi c´est très représentatif. Ça montre pour
quoi la femme fait tout ça, pour quoi SOS
Faim ou B.G font ce qu´ils font… Je la trouve
une belle photo" Patrick Galbats
Couleur
Gros plan
Au moins trois
personnes (2
femmes).
Femme
non déterminé,
extérieur.
Possiblement une
réunion. Une femme
essaye de regarder ou
entendre.
La photo n'est pas dans l'exposition. Elle a été
fournie par le photographe comme une photo
qu'il aurait aimé inclure.
Annexe 4: Grille d'analyse - Exposition ADA
Microfinance côté face
Photographe: Gui Wolff
Pays: Burkina Faso et Mali
Date: Août 2007
Les photos sont dans un document annexe
Lieu Couleur Plan/Cadrage Légende
Eléments
figuratifs
Sujet principal
Espace
représenté
Situation
représentée
Burkina Faso Couleur Plan Moyen
Un microcrédit de 30 euros a permis à Marceline
Bougma d’acquérir des jarres en inox pour la
production de dolo, la bière locale artisanale. Avant
de pouvoir les acheter, la dolotière utilisait des
récipients en argile qui se brisaient sous la chaleur
du feu. (Burkina Faso, 2007)
2 femmes,
jarres, maison
en paille.
2 femmes
Espace de
travail dans une
cour.
Femmes fabriquent
de la bière
artisanale.
Burkina Faso Couleur Plan Moyen
Le secret de fabrication du dolo se transmet de
mère en fille. La production du « pain liquide »,
associé aux évènements sociaux tels que les
mariages, baptêmes ou funérailles, procure de
petits revenus à des milliers de femmes vivant en
milieu rural. (Burkina Faso, 2007)
2 femmes,
jarres.
Femme qui
prépare la bière
Espace de
travail dans une
cour.
Femmes fabriquent
de la bière
artisanale.
Burkina Faso Couleur Plan Moyen
A cheval sur son scooter, Halamata Ouédraogo
sillonne les pistes sablonneuses à la rencontre des
femmes vivant en zone rurale. Sa mission
d’animatrice consiste à encadrer les clientes des
microcrédits en les aidant, par exemple, à tenir un
carnet de comptes. (Burkina Faso, 2007)
Femme sur un
scooter, enfant
sur un vélo,
maisons et
arbres en
arrière plan
Femme sur un
scooter
Paysage rural
Agente de crédit se
déplace dans une
zone rurale.
Burkina Faso Couleur Plan Moyen
Au cours d’une séance de remboursement du crédit
dans le village de Saaba, la trésorière élue compte
l’argent déposé sur le pagne par onze femmes ayant
formé un groupement pour accéder à des services
financiers. (Burkina Faso, 2007)
2 femmes, des
billets, d'autres
personnes en
arrière plan.
2 femmes
Espace ouvert,
non déterminé
2 femmes comptent
de l'argent (séance
de remboursement)
Burkina Faso Couleur Plan Moyen
L’animatrice note dans un carnet de compte les
dépôts effectués par onze femmes au cours de la
séance de remboursement du crédit. Les 143.565
francs CFA (220 euros) recueillis seront ensuite
déposés à la caisse du village par une femme
désignée pour cette mission. (Burkina Faso, 2007)
4 femmes, une
table, des
billets, des
lunettes, un
cahier.
4 Femmes
Espace ouvert,
non déterminé
Séance de
remboursement
Mali Couleur Plan Large
Séance de remboursement sous les palétuviers à
Fana. Avant d’obtenir un crédit, le groupement
solidaire composé de douze femmes a bénéficié de
quatre séances de formation dispensées par une
animatrice de l’institution de microfinance Soro
Yiriwaso. (Mali, 2007)
12 personnes
regroupées,
maisons, arbres.
Groupe de
personnes
Paysage rural Réunion
Mali Couleur Plan américain
L’institution de microfinance Soro Yiriwaso impose à
ses clients de déposer une épargne équivalente à
10% du montant du prêt. Un système qui minimise
les risques de non remboursement et permet aux
caisses de constituer une réserve d’argent
disponible pour l’octroi de crédits. (Mali, 2007)
3 femmes, une
a des habilles
très colorés, de
l'argent.
Femme compte
de l'argent
Paysage rural
Séance de
remboursement
Mali Couleur Plan taille
Les services financiers accessibles à tous ne
s’arrêtent pas au seul microcrédit. Déposer son
épargne en lieu sûr, telle est une des principales
préoccupations des clients de la microfinance,
comme le montre l’exemple de Nyèsigiso, la «
Maison de la prévoyance » en langue bambara.
(Mali, 2007)
Femme en
tunique verte,
de l'argent,
guichet.
Femme
Bureau des
services
financiers.
Femme dépose son
épargne.
Burkina Faso Couleur Plan taille
A la suite du décès de son père, Soumaïla Sanfo est
devenu le responsable d’une famille de onze
enfants. La micro-assurance a couvert le solde du
microcrédit de 1,5 million de francs CFA (2.300
euros) que le patriarche défunt avait contracté
auprès d’une institution de microfinance. (Burkina
Faso, 2007)
Homme montre
une photo.
D'autres
personnes en
arrière plan.
Fenêtre.
Homme
Intérieur, non
déterminé.
Réunion, homme
regarde et montre
une photo au
photographe.
Mali Couleur Plan taille
Fini la paperasse, terminés les calculs à la main : les
caisses locales peuvent s’équiper d’outils
informatiques performants grâce à l’appui de
programmes spécifiques dont bénéficient certaines
institutions de microfinance. (Mali, 2007)
Femme, bureau,
ordinateur.
Femme Bureau.
Femme utilise un
ordinateur dans son
travail.
Burkina Faso Couleur Plan Moyen
Comme dans n’importe quelle banque, les clients
des institutions de microfinance se rendent
régulièrement auprès de leur caisse locale afin de
retirer de l’argent, rembourser une échéance de
crédit, ou déposer de l’épargne. (Burkina Faso,
2007)
Bureau, caisse
avec de l'argent,
vitre,
ordinateur,
femme,
homme/client.
Employée et
client.
Intérieur,
Bureau IMF.
Employé d'une IMF
discute avec un
client.
Burkina Faso Couleur Plan américain
Devant la caisse de Cissin, un agent de sécurité
veille pour dissuader les braqueurs. La disponibilité
tout comme la sécurité de l’épargne des clients,
font partie des principales préoccupations des
responsables de l’institution de microfinance.
(Burkina Faso, 2007)
Homme/agent
de sécurité.
Arme. Femme
qui porte un
enfant.
Homme / Agent
de sécurité
Extérieur/non
déterminé
Agent de sécurité
surveille.
Burkina Faso Couleur Plan américain
L’émergence d’une institution de microfinance peut
s’accompagner de belles carrières professionnelles.
Amélie Dabire est entrée à la caisse de Cissin
comme caissière ; en quelques années, elle est
devenue gestionnaire de deux points de services
desservant 48.000 clients. (Burkina Faso, 2007)
Femme,
dossiers,
fenêtres avec
des rideaux,
bureau, grand
chaise,
calculatrice.
Employée d'une
IMF
Bureau d'une
IMF
Employée d'une IMF
au travail.
Burkina Faso Couleur Plan américain
Même dans les villages les plus reculés, les caisses
rurales bénéficient d’une haute protection. Et pour
cause, derrière ces murs, repose l’épargne déposée
par des centaines de clients. (Burkina Faso, 2007)
Homme/agent
de sécurité.
Arme. Femme
en arrière plan.
Caisse rurale.
Homme / Agent
de sécurité
Extérieur/
paysage rural.
Agent de sécurité
surveille.
Mali Couleur Plan moyen
A travers des entretiens réguliers, les agents de
crédit peuvent suivre la situation de leurs clients et
s’assurer que ces derniers ne tombent pas dans le
cercle vicieux de l’endettement. La relation
humaine différencie les institutions de microfinance
des banques « classiques ». (Mali, 2007)
4 personnes,
dont 2 femmes,
bureau, fenêtre,
documents,
armoire.
2 femmes
(employée et
cliente)
Bureau d'une
IMF
Réunion cliente et
employée d'IMF
Mali Couleur Plan Moyen
Un agent de crédit de l’institution de microfinance
Soro Yiriwaso se rend régulièrement aux champs
d’Ousmane Sangare et Abdou Coulibaly, afin de
vérifier la qualité de l’épandage des engrais et
autres produits phyto-sanitaires achetés grâce au
microcrédit. (Mali, 2007)
3 hommes, une
moto, des
plantations
3 hommes Paysage rural
rencontre entre 3
hommes (agent de
crédit, clients /
paysans)
Mali Couleur Plan américain
Face à la crise du coton, le secteur agricole du Mali
se tourne de plus en plus vers la production de
maïs. Les agriculteurs ont besoin d’accéder à des
services d’épargne et de crédit afin de développer
leurs exploitations et diversifier leurs cultures.
(Mali, 2007)
Homme, maïs,
plantations de
maïs.
Homme Paysage rural Paysan au travail
Mali Couleur
Plan moyen /
contre-plongée.
Producteur de coton à Dafara, Odjouma Traoré a
contracté un prêt de 150.000 francs CAF (230
euros) dans le but de se recycler dans le maïs. «Si je
déduis les salaires des employés et l’achat des
intrants, je peux espérer faire un bénéfice de
60.000 francs CFA (92 euros) pour une récolte d’un
hectare de maïs.» (Mali, 2007)
3 hommes,
plantations de
maïs, ciel bleu.
Homme avec du
maïs.
Paysage rural Paysans au travail
Mali Couleur
Plan américain /
contre-plongée.
Un prêt de 120.000 francs CFA (185 euros) peut
suffire à l’achat des intrants nécessaires à la culture
d’un hectare de maïs. Au Mali, le maïs est devenu
plus rentable que le coton, tributaire des cours
mondiaux.(Mali, 2007)
Homme,
plantations,
machette.
Homme /
paysan
Paysage rural Paysan au travail
Mali Couleur
Plan américain /
contre-plongée.
La cueillette du coton se fait à la main sous un soleil
de plomb et durant dix heures par jour. Adama
Abdoulaye et N’To Coulibaly perçoivent chacun
1.000 francs CFA (1,5 euro) par jour de récolte, un
salaire ordinaire dans le secteur agricole au Mali.
(Mali, 2007)
2 hommes, ciel,
coton
2 hommes /
paysans
Paysage rural Paysans au travail
Mali Couleur Plan moyen
Le seuil de pauvreté au Mali est estimé à 240 euros
par an et par personne. Dans ce pays de 13,5
millions d’habitants, plus de la moitié de la
population vit sous le seuil de pauvreté (Source :
PNUD). (Mali, 2007)
5 femmes et au
moins 12
enfants.
1 femme en
premier plan
Paysage rural
Réunion des
femmes.
Mali Couleur Plan moyen
Fagnery Coulibaly est le patriarche d’une famille
malienne vivant dans une concession sans eau
courante, ni électricité. Dans la plupart des cas, la
microfinance se limite encore à des crédits de
survie. (Mali, 2007)
Vieille femme,
enfant, un vieil
homme.
Couple et
enfant.
Intérieur d'une
maison.
Personnes assises.
Mali Couleur Plan large
Située au sud du Mali, la ville de Koutiala fourmille
d’activités commerciales et pourtant, ses 130.000
habitants sont toujours en proie à une immense
pauvreté. (Mali, 2007)
Femmes, vélo,
foule,
commerces.
Femmes au
premier plan.
Marché
Activité dans un
marché.
Burkina Faso Couleur Plan américain
La lutte contre la pauvreté ne saurait être efficace
en l’absence de rentrées d’argent régulières
permettant de répondre aux besoins vitaux des
familles. (Burkina Faso, 2007)
Vieil homme,
petite fille, 2
jeunes hommes
en arrière plan
et plus loin des
enfants. Arbre.
Homme et fille. Paysage rural
Vie quotidienne
rurale.
Burkina Faso Couleur Plan américain
En augmentant les revenus des parents et en
particulier des mères de familles, la microfinance
peut offrir aux enfants d’Afrique une chance d’être
scolarisés. (Burkina Faso, 2007)
Groupe de 9
enfants.
Enfant
embrasse un
nourrisson
Paysage rural Enfants assis.
Mali Couleur Plan Moyen
Dans le village de Djinna, trente-cinq femmes ont
formé un groupement pour accéder à un crédit,
réparti en fonction des besoins de chaque membre.
En Afrique de l’Ouest, les femmes représente 40%
de la clientèle de la microfinance. (Mali, 2007)
4 femmes, deux
enfants, jeune
en arrière plan.
Femmes au
premier plan.
Paysage rural
Réunion des
femmes.
Mali Couleur Plan Moyen
Les revenus de milliers de femmes au Mali
proviennent de la production du beurre de karité.
Certaines institutions de microfinance, comme Soro
Yiriwaso, offrent des produits financiers spécifiques
pour soutenir les filières agricoles. (Mali, 2007)
2 femmes au
travail, sourires,
ciceroles.
Femme qui
sourit.
Paysage rural Femmes au travail.
Mali Couleur
Plan américain /
contre-plongée.
Sous une chaleur écrasante, les femmes concassent
à la main les amendes de karité servant à la
production de beurre. Utilisé en cuisine ou comme
produit cosmétique très prisé des consommateurs
des pays industrialisés, le karité fait partie des
ressources vitales du Mali. (Mali, 2007)
3 femmes, un
enfant, maisons
en arrière plan.
3 femmes Paysage rural Femmes au travail.
Mali Couleur Plan taille
En zone rurale, les femmes travaillent sans machine
susceptible d’alléger la pénibilité des tâches. Tout
est fait à la main, depuis la cueillette des noix
jusqu’à la fabrication du beurre de karité. (Mali,
2007)
2 femmes, une
porte un enfant
qui pleure.
Outils de travail,
maisons en
arrière plan.
2 femmes Paysage rural Femmes au travail.
Mali Couleur Plan moyen
Maïmouna Sanogo fabrique artisanalement le «
savon Kaniko » vendu au prix de 200 FCFA les trois
pièces, soit 0,30 centimes d’euros. Elle apprécie
l’indépendance financière que lui a offerte la
microfinance, qui lui a aussi permis de s’affranchir
de la tutelle de son époux. (Mali, 2007)
3 femmes en
tuniques
blanches/vertes,
savon, cacerole.
Maisons.
femme qui
montre le savon
Paysage rural Femmes au travail.
Mali Couleur Plan poitrine
En Afrique, les femmes sont reconnues pour leur
motivation et leur talent dans la gestion d’une
petite entreprise. Pourtant, ces dernières n’osent
pas toujours franchir la porte d’une institution de
microfinance. (Mali, 2007)
3 femmes, mur
3 femmes,
regard.
Paysage rural
3 femmes se
cachent derrière un
mur.
Mali Couleur Plan taille
Gérante d’une imprimerie et d’une entreprise de
restauration, Diakité Habibatou Koudedia Diop est à
la fois au four et au moulin. La combinaison de deux
activités différentes permet des rentrées d’argent
plus importantes. (Mali, 2007)
Femme,
ordinateur,
téléphone,
bureau, outils
de bureau,
affiches, jeune
homme.
Femme /
directrice.
Intérieur /
bureau.
Femme au travail.
Mali Couleur Plan moyen
Dans les petites entreprises de restauration, même
si le microcrédit permet d’acheter les ustensiles de
base utilisés pour la préparation des mets, le revenu
généré par les ventes ne permet pas de s’équiper
comme un chef cuisinier professionnel. (Mali, 2007)
3 femmes, un
enfant,
ciceroles, outils
de cuisine.
Femmes.
Intérieur d'une
maison.
Femmes au travail.
Mali Couleur Plan taille
A l’échelle mondiale, 84% des clients les plus
pauvres de la microfinance sont des femmes, selon
le rapport de la Campagne du sommet du
Microcrédit de 2006. (Mali, 2007)
5 femmes en
tuniques claires,
en enfant,
femmes en
arrière plan.
3 femmes au
centre.
Extérieur / non
déterminé
Non déterminé.
Burkina Faso Couleur Plan Large
Le Burkina Faso est 176ème au classement des 177
pays les plus pauvres du monde du Programme des
Nations Unies pour le Développement (PNUD). Au
pays des Hommes intègres, la moitié des 13,5
millions d’habitants vivent sous le seuil de pauvreté.
(Burkina Faso, 2007)
3 motos,
homes, foule,
magasins.
Il n'y a pas de
personnage
principal.
Marché /
espace urbain
Activité dans un
marché.
Burkina Faso Couleur Plan Large
Moyen de transport très populaire au Burkina Faso,
le deux-roues constitue un marché important, dont
certains clients de la microfinance ont su profiter.
(Burkina Faso, 2007)
Motos, vélos,
personnes.
Il n'y a pas de
personnage
principal.
Espace urbain Activité urbaine.
Burkina Faso Couleur Plan taille
Il était marchand de glace à l’âge de 17 ans. C’est à
force de travail et avec le coup de pouce d’une
institution de microfinance qui lui a prêté 1,5
million de francs CFA (2.300 euros), qu’Ablassé
Kabré a pu monter sa propre concession de
motocycles. (Burkina Faso, 2007)
3 hommes, 3
motos
Homme sur une
moto.
Extérieur, non
déterminé.
Homme dans une
concession de
motos.
Burkina Faso Couleur Plan américain
En soutenant des entreprises créatrices d’emploi, la
microfinance peut répondre au besoin d’insertion
des jeunes sur le marché du travail. Selon le Bureau
International du Travail, en Afrique Sub-saharienne,
plus d’un jeune sur cinq est sans emploi. (Burkina
Faso, 2007)
3 hommes, une
moto.
3 jeunes
hommes.
Intérieur,
atelier.
3 jeunes hommes
travaillent sur une
moto.
Burkina Faso Couleur Plan américain
Créé avec l’appui du Luxembourg, le village artisanal
d’Ouagadougou abrite les ateliers de nombreux
sculpteurs, céramistes, bronziers ou fabricants
d’instruments de musique. Eu égard au caractère
aléatoire de leurs revenus, inhérent à leur activité,
les artisans ont besoin de services d’épargne et de
crédit adaptés. (Burkina Faso, 2007)
Homme,
instrument de
soudure.
Homme Atelier de travail Homme au travail
Burkina Faso Couleur Plan américain
Laure Ouédraogo emploie six personnes dans deux
boutiques de vêtements, à Ouagadougou. Autrefois
sans emploi, elle a ouvert un premier magasin avec
ses fonds propres, avant de développer une
entreprise rentable avec le tremplin du Réseau des
caisses populaires du Burkina Faso (RCPB). (Burkina
Faso, 2007)
2 femmes, des
habilles très
colorés.
2 femmes
(employée et
cliente)
Intérieur d'une
boutique
Femme au travail et
cliente.
Burkina Faso Couleur Plan poitrine
Grâce à un prêt de 3 millions de francs CFA (4.600
euros) contracté auprès d’une institution de
microfinance, Laure Ouédraogo a développé un
commerce rentable. A 46 ans, elle est devenue une
femme d’affaire aguerrie, qui négocie avec l’Asie
l’importation des stocks de marchandises. (Burkina
Faso, 2007)
Femme, vitre,
bijoux.
Femme,
vendeuse.
Intérieur d'une
boutique
Femme range sa
marchandise.
Mali Couleur Plan américain
Importateur de papier à Bamako, Yacouba Traoré a
emprunté 4 millions de francs CFA (6.100 euros)
pour développer son activité : en moins de deux
années, les importations de papier de l’entreprise
ont doublé, passant de quatre à huit containers par
an. (Mali, 2007)
Homme, piles
de papier.
Homme
Intérieur, non
déterminé.
Homme montre sa
marchandise.
Mali Couleur Plan américain
Dans cette imprimerie de Bamako, on achète le
papier à un fournisseur malien, qui importe ses
propres stocks de l’étranger. Au Mali, le prix du
papier demeure moins cher que dans les autres
pays voisins. (Mali, 2007)
Deux femmes,
un homme, outil
d'imprimerie.
Homme
Intérieur d'une
imprimerie.
Homme au travail
Mali Couleur
Plan moyen,
plongé.
Pionnière de la microfinance au Mali, l’institution de
microfinance Kafo Jiginew (le grenier précieux, en
langue bambara), a célébré son vingtième
anniversaire en octobre 2007, à Kaniko. (Mali, 2007)
Foule,
composée
principalement
des femmes.
Foule Non déterminé.
Femmes sourient et
regardent au
photographe.
Mali Couleur Plan taille
Invités des grandes fêtes populaires, les chasseurs
traditionnels Dosso tirent à blanc pour marquer le
caractère festif du 20ème anniversaire de
l’institution de microfinance Kafo Jiginew. (Mali,
2007)
10 chasseurs
portent des
armes.
Groupe de
chasseurs.
Non déterminé.
Hommes montrent
leurs armes et
regardent au
photographe.
Mali Couleur Plan taille
Les scènes de liesse populaire lors du 20ème
anniversaire de Kafo Jiginew démontrent
l’inestimable apport de la « banque des paysans »
dans la vie quotidienne des habitants. (Mali, 2007)
3 femmes, un
enfant, foule
derrière.
Sourires.
Femmes au
premier plan.
Non déterminé.
Femmes en
situation de fête.
Mali Couleur Plan poitrine
Il y a vingt ans, Adama Sanogo a ouvert la caisse
pionnière du réseau Kafo Jiginew, dont il est devenu
ensuite le premier président. En vingt ans,
l’institution de microfinance a octroyé une somme
de crédits atteignant les 70 milliards de francs CFA
(plus de 100 millions d’euros). (Mali, 2007)
Vieil homme. Homme Non déterminé. Aucune, portrait.
Mali Couleur Gros plan
Directeur général de l’institution de microfinance la
plus importante du Sud du Mali, Alou Sidibé se plaît
à souligner la force de Kafo Jiginew, qui a fait « du
paysan illettré un banquier.» (Mali, 2007)
Homme,
microphones.
Homme Non déterminé. Homme interviewé.
Mali Couleur Plan poitrine
Il n’existe pas de solution miracle à la lutte contre la
pauvreté. L’émergence et la croissance fulgurante
des institutions de microfinance bénéficieront-elles
aux générations futures ? (Mali, 2007)
Enfant, regard.
Enfant
embrasse un
nourrisson
Non déterminé.
Enfant sur la
poitrine d'une
femme, regarde le
photographe.
Mali Couleur Plan poitrine
Appelés à succéder à leurs parents dans les activités
agricoles ou commerciales, les enfants de micro-
entrepreneurs auront eux aussi besoin d’un accès à
des services financiers adaptés pour développer
leur propre activité et générer des revenus. (Mali,
2007)
15 enfants,
regards,
sourires.
groupe
d'enfants
Non déterminé.
Enfants regardent le
photographe.
Annexe 5
Charte d’utilisation des images dans les ONG - 1989


Code de conduite images et messages
ayant trait au Tiers Monde
La brochure représente un code d’images et de messages ayant trait au Tiers Monde et a
été rédigée par et pour les ONG européennes qui sont les acteurs ou partenaires dans le
processus de développement global. Son but est d’inciter à une discussion sur les
images et messages et d’encourager les ONG européennes à un examen de leur propre
matériel. Le code consiste en 12 règles pratiques :
1. Eviter les images catastrophes ou idylliques qui incitent plus à la charité limitée aux
frontières de la bonne conscience qu’à la réflexion.
2. Toute personne doit être présentée comme un être humain et des informations
suffisantes permettant de cerner son environnement social, culturel et économique
doivent être présentées afin de préserver son identité culturelle et sa dignité. La culture
doit être présentée comme un levier du développement des peuples du Tiers Monde.
3. Les témoignages des personnes intéressées doivent être utilisés plutôt que les
interprétations d’un tiers.
4. La capacité des gens à se prendre en charge doit être mise en relief.
5. Le message doit être conçu de façon à éviter toute globalisation et généralisation dans
l’esprit du public.
6. Les obstacles internes et externes au développement doivent apparaître clairement.
7. La dimension de l’interdépendance et la notion de co-responsabilité dans le mal-
développement sont à souligner.
8. Les causes de la misère (politiques, structurelles, naturelles)doivent être exposées
dans le message qui doit amener le public à découvrir l’histoire et la situation réelle du
Tiers Monde, ainsi que les réalités profondes des structures de ces pays avant la
colonisation. Conscients du passé, il faut partir de la réalité d’aujourd’hui et voir ce qui
peut être fait pour supprimer les conditions d’extrême pauvreté et d’oppression. Il faut
souligner les problèmes de pouvoir et d’intérêts et dénoncer les moyens d’oppression
ainsi que les injustices.
9. Le message doit veiller à éviter toute sorte de discrimination (raciale, sexuelle,
culturelle, religieuse, socio-économique,...).
10. La description de nos partenaires du Tiers Monde comme dépendants, pauvres, sans
pouvoir, s’applique d’autant plus aux femmes qui sont davantage présentées comme des
victimes dépendantes ou, pire encore, sont complètement oubliées dans le tableau.
L’amélioration des images, utilisées dans le matériel éducatif sur le Tiers Monde en
Annexe 6 – Code de conduite Concord

1










Guide à la compréhension et
à la mise en application
du Code de conduite
régissant la diffusion d’images et de
messages







Version provisoire


Septembre 2008










Annexe 6 – Code de conduite Concord

2
1ère partie : Introduction




Les images et les messages utilisés comme supports pour représenter des personnes, des lieux
et des situations dans les pays en développement peuvent avoir un impact considérable sur la
perception et le comportement du public. S’il nous incombe de montrer fidèlement la grande
détresse qui naît de la pauvreté, nous avons également la responsabilité de défendre les
valeurs que sont la dignité humaine, le respect et l’égalité. Le Code reconnaît que cet équilibre
n’est pas toujours facile à trouver et que même les professionnels de la communication les plus
expérimentés peuvent trouver difficile de faire passer des messages d’équité, de solidarité et de
justice dans un tel contexte. Dans le domaine du développement, la notion d’images et de
messages « acceptables » varie énormément d’une personne à une autre et, suivant l’usage qui
en est fait, les différents membres d’une même organisation peuvent défendre certaines images
et certains messages mais en rejeter d’autres. Les ONG utilisent des images et des messages à
différentes fins :

• Pour informer via les médias ou les campagnes de sensibilisation
• Pour conscientiser via les activités d’éducation au développement
• Pour rendre les actions de l’ONGs visibles (notoriété/récolte de fonds)
• Pour peser sur les décisions des autorités concernées (plaidoyer/politique)
• Pour rendre des comptes (rapports)


Légitimes et nécessaires, ces objectifs entrent tous dans le champ d’application du Code. Les
organisations de développement sont chaque jour plus conscientes que les images et les
messages auxquels elles ont recours dans leurs campagnes de communication doivent être
choisis avec discernement. Le but de ce Code de conduite est de fournir un support aux ONGs
de développement qui souhaitent utiliser des images et des messages sur des thématiques liées
au développement. Le Code pose un ensemble de principes directeurs dont les acteurs de la
société civile pourront s’inspirer pour mieux choisir les images et les messages qu’ils intègreront
à leurs documents de communication. Le Code en soi a vocation à « guider » tous ceux qui, au
sein des organisations de développement, souhaitent participer à l’instauration de « bonnes
pratiques » en matière de représentation des populations et des communautés au service
desquelles nous nous mettons et des situations autour desquelles nous intervenons.


Les organisations qui adhèrent au Code s’engagent à sensibiliser leur personnel aux
principes directeurs qui y sont édictés. Parce qu’elles intègreront le Code à leurs processus de
planification et de formation, les organisations inscriront son application dans la durée, au-delà
des mouvements éventuels de personnel et de l’apparition de nouvelles organisations. Afin que
ce code puisse être un outil de professionnalisation éthique, nous demandons aux signataires
de s’engager à faire évaluer leurs documents de communication régulièrement par une instance
privée (agences de communication, ou institution de formation en ED, etc…) sur base de ce
code de conduite. Le rapport de cette instance indépendante ne sera communiqué qu’à l’ONG
concernée et pourra lui permettre d’améliorer ces outils et garantir les principes du code dans
leur travail de communication. Les coûts relatifs à cette expertise externe pourraient être inclus
dans le budget des programmes de sensibilisation soutenus par le MAE.

Annexe 6 – Code de conduite Concord

3

Le Code ne se résume pas à une liste stricte de méthodes « correctes » et « incorrectes », mais
constitue plutôt un ensemble de principes directeurs voué à instaurer au sein de nos
organisations une philosophie et un esprit sur la manière dont nous représentons les histoires et
les situations des autres.

Le présent document se veut être un outil d’accompagnement au Code de conduite et doit
pouvoir aider les membres des ONG à appliquer les valeurs portées par ce dernier dans leur
travail quotidien. Ce guide explique les principes directeurs du Code en détails, propose des
exemples concrets pour leur application et suggère différentes méthodes de formation du
personnel à leur mise en œuvre.

Images et Messages

Les images incluent toute représentation visuelle de personnes, de situations et de lieux, qu’elle
soit proposée par le biais d’une photographie, d’un dessin, d’une illustration, d’un dessin
humoristique ou d’une vidéo. Les messages incluent toute communication orale ou écrite, à
savoir les légendes, grands titres, sous-titres, études de cas, articles, interviews télévisées ou
radio, interventions au cours de forums ou publicités représentant des personnes, des situations
et des lieux.
Images et messages peuvent être diffusés par le biais d’un grand nombre de supports, parmi
lesquels la presse, la radio, la télévision, Internet, les magazines, les SMS, les panneaux
d’affichage, les affiches, les brochures, les prospectus, les déclarations de presse, les
interviews, les supports de marketing et la documentation interne.


Les principaux acteurs concernés par le Code sont :

• Les sujets des images et des messages ainsi que leurs communautés et leur pays

• Le public ou les consommateurs cibles des campagnes de communication

• Le personnel des ONG intervenant dans des activités de collecte de fonds, d’éducation au
développement, de communication, de plaidoyer et de conseils en stratégie

• La direction et les cadres des ONG qui appliquent les politiques générales de leur organisation

• Les prestataires de services des ONG tels que les agences de publicité, les graphistes, les
journalistes et les photographes

• Les responsables des services de presse chargés de la communication d’images et de
messages sur les pays en développement, tels que les éditeurs, journalistes, photographes et
monteurs d’images, y compris le personnel en contrat à durée déterminée

• Le cas échéant, les instances de contrôle (en matière d’égalité, de médias, de bénévolat, etc.)


Annexe 6 – Code de conduite Concord

4


Annexe 6 – Code de conduite Concord

5
2ème partie : Les principes directeurs en lumière


Le Code est motivé par un engagement absolu pour les valeurs fondamentales suivantes :

• le respect de la dignité des personnes concernées ;
• la conviction de l’égalité de tous les êtres humains ;
• la reconnaissance du besoin de promouvoir l’équité, la solidarité et la justice.




Les principes directeurs qui sous-tendent le Code :


1. Choisir des images et des messages empreints des valeurs que sont le respect,
l’égalité, la solidarité et la justice


Le respect : Les personnes représentées ou citées doivent être considérées avec un respect
constant – le respect de la vie privée et de la dignité de ces personnes passe avant tout.

L’égalité : La sélection des images et des messages diffusés doit être entreprise dans un souci
rigoureux de respect de la diversité et de non-discrimination.

La solidarité : Il est important de communiquer sur le fait que nous travaillons de manière
solidaire avec les populations des pays en développement et que nous ne faisons pas
simplement la charité. Les images et les messages diffusés ne doivent pas contribuer à
perpétuer un réflexe « nous et eux », mais doivent plutôt nourrir un sentiment d’humanité
commune.

La justice : Le choix des images et des messages diffusés doit être systématiquement motivé
par la recherche de la justice pour les personnes représentées.



2. Représenter fidèlement chaque image et chaque situation, que ce soit dans leur
contexte immédiat ou général, de manière à permettre au public de mieux
appréhender les réalités et la complexité du développement


Toute image, toute histoire a des antécédents, un contexte. Il est par conséquent important
d’évoquer, dans la mesure du possible, le contexte de chaque phrase et de chaque image, de
manière à ce que le public ait une perception exacte des situations qui lui sont suggérées. Par
exemple :

Annexe 6 – Code de conduite Concord

6
• Evitez de recadrer les images, dans la mesure où il en résulte souvent une déformation
de la réalité, par exemple lorsque la photo d’un enfant avec sa mère est recadrée
uniquement sur l’enfant.

• Ne retouchez pas une image ou un message si cela implique la création d’un faux
contexte. Pensez que si vous suivez de bonnes pratiques pour sélectionner vos images
mais que vous y joignez des messages qui ne vont pas dans leur sens ou ne viennent pas
les compléter, l’ensemble de votre support de communication sera ambigu.

• Veillez à ce que le « respect de la dignité de la personne » ne se résume pas à un débat
simpliste sur la diffusion d’images positives et négatives. Certaines images « positives »
(comme par exemple la photo classique d’un ou de plusieurs enfants qui sourient) ne
reflètent pas fidèlement la complexité et le contexte du développement, de même que leur
utilisation peut entraîner des associations d’idées négatives, confortées par les
stéréotypes portés par la société (ainsi, utiliser la photo d’une personne noire, souriante,
qui s’est vue accorder l’asile, pour parler de la situation des réfugiés, contribue à nourrir le
stéréotype qui veut que tous les réfugiés soient noirs).



Recommandations pour un bon usage des images et des récits dans les campagnes de
communication grand public

Veillez à ce que les images intègrent les éléments suivants :

• Une bonne légende qui décrive la situation, le lieu où la photo a été prise, les noms des
sujets (prénoms et noms, lieu et date si possible).

• Evitez les photos qui ne permettent de citer que les noms des intervenants internationaux
et excluent les noms des employés nationaux ou de la population locale.

• Une référence complète du lieu. Si les informations sont incomplètes, essayez d’obtenir
des renseignements auprès du photographe ou de l’auteur.

• Lors de la conception des supports de communication, consultez les sujets, les
partenaires et la population sur le terrain.




3. Éviter de recourir à des images et des messages susceptibles de favoriser les
stéréotypes, la discrimination ou le sensationnalisme


Qu’est-ce qu’un stéréotype? En quelques mots, un stéréotype est l’idée que l’on peut avoir des
membres de certains groupes donnés, le seul critère induisant cette idée étant l’appartenance à
ce groupe. Les stéréotypes, la plupart du temps péjoratifs et préjudiciables, sont fréquemment à
l’origine de comportements discriminatoires. De manière plus légère, ils peuvent aussi exprimer
une sagesse populaire dénotant une certaine vérité sur la réalité sociale.


Annexe 6 – Code de conduite Concord

7
Les stéréotypes les plus communs sont formulés à l’encontre de groupes de personnes de
même âge, origine ethnique, sexe, orientation sexuelle, nationalité, croyance religieuse, ou
encore de même profession ou classe sociale. Ils peuvent également s’appuyer sur les
caractéristiques d’un seul individu.


Le sourire de l’enfant : le nouveau stéréotype ?

On ne peut que saluer le fait que de nombreuses organisations aient pris conscience de la
nécessité de se repositionner vis-à-vis des images et des messages « négatifs » qui sont si
souvent diffusés aujourd’hui. Toutefois, bien souvent, la tendance à systématiquement
remplacer l’image du « malheureux petit pauvre » par « l’heureux enfant souriant » dessert tout
autant les campagnes de communication. Il est tout à fait possible de transmettre fidèlement des
histoires et des situations négatives tout en adhérant aux valeurs et aux principes du Code de
conduite. Comme le mentionne lui-même le Code, « dans notre société, si les images d’extrême
pauvreté et de détresse humanitaire diffusées sont bien souvent négatives, elles ne peuvent
toutefois être ignorées. Les nier serait contraire à l’esprit de ce Code, qui vise à dépeindre la
réalité du quotidien, avec sensibilité et respect pour la dignité humaine ».

4. Ne pas exploiter d’images, de messages ou d’études de cas sans le
consentement exprès et la participation des sujets concernés (ou de leurs
parents/ tuteurs)


Avant même de saisir une image ou de se documenter sur une histoire, il est indispensable de
veiller à obtenir le consentement libre et éclairé du sujet. Ceux dont l’histoire ou l’image est
utilisée doivent être avertis de l’usage qui va en être fait. Le Code reconnaît qu’il n’est pas
toujours possible d’obtenir l’accord des sujets (dans le cas des foules par exemple) mais
préconise de toujours se référer aux valeurs qu’il édicte. Il peut par exemple être utile de se
mettre à la place du sujet et de se demander « souhaiterais-je voir cette image (de moi et/ou de
ma famille) ou ce message utilisé comme support de marketing, de collecte de fonds ou de
communication pour une organisation, dans un pays étranger ? »



Prendre des photos et se documenter : Recommandations à l’intention des
traducteurs, des photographes, des journalistes, de la presse, du personnel des
ONG et des intervenants de terrain

• Veillez à ce que le traducteur ait lu le Code et en ait saisi l’esprit et à ce qu’il ait bien
compris les
implications potentielles du travail réalisé – ce qu’il n’est pas toujours possible de vérifier.

• Au premier contact, (et lorsque cela est possible), demandez la permission de prendre
des photos et/ou
de vous documenter sur l’histoire d’une personne.

Annexe 6 – Code de conduite Concord

8
• Expliquez que ces photos sont susceptibles d’être utilisées à la télévision, dans des
publipostages, dans des publicités de journaux, etc. Si la personne concernée n’a pas vraiment
conscience de ce que cela implique, prévoyez de montrer des exemples de campagnes de
communication / de collecte de fonds de l’organisation sur lesquelles figurent des participants.

• Demandez les noms exacts des sujets ainsi que du lieu où ils se trouvent. Demandez à
chaque sujet ou au traducteur d’épeler son nom et celui du village / du lieu / du camp, afin d’en
assurer une orthographe correcte.

• Relatez une histoire vraie et représentative.

• En l’absence de traducteur, assurez-vous d’avoir au moins les noms du lieu et des sujets
et l’autorisation
de ces derniers.





Les différentes situations susceptibles de se présenter :

Il n’est bien entendu pas toujours possible d’obtenir la permission des personnes concernées,
en particulier dans les lieux publics, au milieu de foules ou en situation de conflit. Dans les lieux
privés, et notamment au domicile d’un sujet, il est indispensable de disposer de l’accord de ce
dernier, de même qu’il convient de toujours faire en sorte de s’adapter aux différents contextes
culturels.



Le consentement du sujet n’est
pas nécessaire

Le consentement verbal
du sujet est nécessaire


Le consentement écrit du
sujet est recommandé


Les individus non identifiables,
dans des lieux publics (les visages
et autres signes distinctifs sont
dissimulés).



Tout individu, quel que soit
le contexte, dès que cela
est possible.


Dans des contextes
médicaux, le personnel
médical et les patients
identifiables.


Les personnalités, en public (par
exemple dans le cas du lancement
d’une campagne utilisant l’image
d’une célébrité).










Les parents, tuteurs ou
enseignants des enfants.












Les individus identifiables ou
non, quel que soit le
contexte, si des informations
d’ordre personnel et privé
apparaissent sur la photo ou
dans les commentaires,
comme par exemple :

• L’état de santé du sujet (par
exemple, dans le cas de personnes
séropositives, porteuses du SIDA ou
de MST, dans les cas d’avortement,
d’infection TB, de diarrhée ou autres
maladies…)
Annexe 6 – Code de conduite Concord

9





Les foules (par exemple lors d’un
concert en plein air, de
manifestations, etc.) ou les
situations de guerre dans
lesquelles demander l’autorisation
de prendre une photo serait plus
risqué pour le photographe et/ou
pour le sujet que de la prendre
directement.





Les
directeurs/responsables de
cliniques ou d’autres
centres de services.
• Le comportement santé du sujet
(par exemple, dans le cas de
travailleurs du sexe, sur les
questions d’orientation sexuelle, de
consommation d’alcool et de
drogues, de contraception, etc.)
• Une victime (de violences
sexuelles, de viol, d’exploitation ou
de sévices, etc.)
• Un comportement criminel (par
exemple, des auteurs de violences
sexuelles ou d’actes violents, etc.)



Remarque importante à propos du consentement : Notez qu’obtenir le consentement d’un
sujet ne signifie pas systématiquement respecter le Code. Obtenir le
consentement d’un sujet et/ou l’identifier sur une image sont seulement quelques-
unes des modalités d’application du Code, et il est tout à fait possible d’y parvenir
sans pour autant se conformer au Code. Ce dernier va bien au-delà du
consentement et de l’identification des sujets et devrait être appliqué avant
d’envisager la conception d’une image ou d’un message et non pas
rétrospectivement. Les principes directeurs du Code devraient constituer le point
de référence de toute décision.




5. Veiller à ce que celles et ceux dont la situation est représentée aient la
possibilité de transmettre eux-mêmes leur histoire


Lorsque cela est possible, demandez aux gens de raconter eux-mêmes leur histoire ;
l’impression ou la perception de celui qui retransmet une situation n’est pas toujours objective.
Les histoires publiées devraient si possible être développées à la première personne : cela
permet aux gens de réellement s’exprimer et de raconter leur propre histoire. Faire le récit de
quelqu’un à sa place dénigre sa capacité à le faire et le place en situation d’infériorité. Il
conviendra d’éviter autant que possible ce genre de cas de figure.



6. Déterminer si les sujets souhaitent dévoiler leur identité ou non, prendre note
de leur volonté et toujours la respecter


Les personnes photographiées ou dont l’histoire est relatée souhaiteront bien souvent garder
l’anonymat pour des raisons de sécurité. Cette volonté doit impérativement être respectée. De
même, il n’est pas nécessairement pertinent d’identifier des enfants, notamment lorsqu’ils sont
Annexe 6 – Code de conduite Concord

10
impliqués dans un sujet sensible (comme la violence à l’égard des femmes, par exemple).
Respecter la dignité de ceux qui transmettent leur histoire suppose également de veiller à la
protection des personnes vulnérables.


Conseils pour obtenir le consentement libre et éclairé des sujets

La sensibilité culturelle : Soyez conscient du fait que la manière dont vous abordez les
individus et les communautés locales va instaurer une relation qui peut avoir des répercussions
durables sur les équipes de terrain et les futurs voyageurs. Avant de partir vers une autre culture,
discutez avec vos collègues ou consultez un guide pour vous informer sur la manière dont cette
dernière considère la photographie et les sujets que vous souhaitez aborder. La photographie
est-elle perçue comme agressive, ou choquante ? Renseignez-vous. Faites tout particulièrement
preuve d’attention et de délicatesse lorsque vous photographiez des pratiques tabou ou des
populations stigmatisées. Certains sujets sont sensibles dans la plupart des sociétés (comme
par exemple l’avortement ou la prostitution). Avant de prendre des gens en photo et d’utiliser
leur image à des fins non commerciales, la moindre des choses est d’obtenir leur consentement
verbal.

Le consentement verbal : Lorsque cela est possible, établissez une relation avant de
commencer à prendre des photos. Lorsque vous abordez les sujets de vos photos sur le terrain,
présentez-vous rapidement, soyez courtois et expliquer l’objectif de votre visite ou la raison pour
laquelle vous souhaitez les photographier. Dans un contexte médical, parlez au responsable de
l’établissement avant de commencer à photographier les employés ou les patients.

Par exemple : « Je prends des photos pour [nom de l’organisation], une ONG qui œuvre à
l’amélioration de la santé publique en [nom du pays]. Est-ce que vous m’autoriseriez à utiliser
une photo de vous dans nos supports éducatifs et dans nos publications ? »

• Si vous ne parlez pas la même langue, communiquez par le biais du langage corporel.
Souriez, saluez d’un signe de tête, et montrez votre appareil photo avant de l’utiliser. Si
vous sentez la moindre réticence, de la confusion, du dédain, abstenez-vous de prendre
des photos. Respectez le droit de chacun à refuser d’être photographié.
• Si vous voyagez avec quelqu’un qui maîtrise la langue locale, demandez-lui de traduire
votre demande d’autorisation de prendre des photos.
• Identifiez un adulte qui puisse vous donner un accord verbal pour les enfants.

Le consentement écrit : En fonction des circonstances, obtenir un consentement écrit n’est
pas toujours chose facile. Par ailleurs, des documents écrits risquent d’avoir peu de valeur –
voire aucune – aux yeux de personnes parlant une langue différente, de milieux peu
alphabétisés ou de cultures dans lesquelles la photo ou les publications en général ne sont pas
communs. Si votre organisation requiert toutefois le consentement écrit des sujets, voici
quelques conseils :

• Rédigez les formulaires de consentement à l’avance, dans la langue parlée là où vous
vous rendrez.
• Si vous n’êtes pas en mesure de rédiger le formulaire de consentement dans la langue
locale, traduisez-le oralement à vos sujets. Si nécessaire, faites appel à un interprète.
• Si le sujet est illettré, demandez-lui de signer le formulaire de consentement d’une croix.
S’il ne veut ou ne peut utiliser de stylo, demandez-lui sa permission orale. Formalisez le
Annexe 6 – Code de conduite Concord

11
consentement en présence d’un témoin qui sache lire et écrire, qui puisse signer ou
contresigner le document et confirmer que le formulaire a bien été lu au sujet.



7. Se conformer aux normes les plus strictes en matière de droits de l’homme et
de protection des personnes les plus vulnérables


En tant que photographe, éditeur ou graphiste, vous vous devez de prendre d’autres mesures
que le simple consentement pour protéger la vie privée des sujets lorsqu’ils sont photographiés
dans des situations délicates. Par exemple :

• Pour des photos dans un cadre médical, faites appel à un modèle plutôt qu’à un patient
réel, et demandez au modèle de vous signer une décharge écrite.
• Photographier et utiliser des photos de populations vulnérables requiert une grande
précaution et beaucoup de sensibilité. Pour protéger l’identité de ceux qui risquent de subir
des représailles, des réactions violentes ou un rejet de leur communauté suite à leur
témoignage, il convient parfois d’omettre les informations personnelles les concernant.
Dans les situations à hauts risques de ce genre, utilisez de faux noms, ou n’en mentionnez
aucun. Référez-vous à la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant ainsi
qu’à celle sur les droits de la femme pour avoir une base juridique sur les retouches
d’images à des fins de protection des sujets.
• Si la protection de vos sujets l’impose, retouchez vos photos.



Les images et les messages représentant des enfants :

Dans la mesure où ils sont les sujets les plus souvent représentés, il convient de tenir compte de la situation
particulière dans laquelle se trouvent les enfants et les adolescents. Dès que la situation concerne des enfants,
conformez-vous aux normes énoncées dans la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE).

L’Article 17 de la CDE note que « les États parties reconnaissent l'importance de la fonction remplie par les médias et
veillent à ce que l'enfant ait accès à une information et à des matériels provenant de sources nationales et
internationales diverses, notamment ceux qui visent à promouvoir son bien-être social, spirituel et moral ainsi que sa
santé physique et mentale. »

Lorsque l’application du Code concerne des enfants, il est important de prendre ce qui suit en considération :

• Encouragez la participation des enfants et des adolescents, en leur permettant de s’exprimer librement et de
transmettre des informations et des idées de tout genre.

• Engagez-vous auprès des enfants et des adolescents pour mieux apprendre d’eux.

• Lorsque l’occasion le permet, informez les gens des actions positives entreprises par des enfants et des
adolescents à l’échelon local, national et international.

• Evitez d’inventer de la vulnérabilité là où il n’y en a pas (par des images dévalorisant les enfants
par exemple).

Ces indications sont également valables dans le cas d’autres groupes vulnérables tels que les femmes (dans
certaines situations), les porteurs du virus VIH ou du sida et les personnes vivant avec un handicap.

Annexe 6 – Code de conduite Concord

12



3ème partie : La mise en application du Code et la formation



3(a) La mise en application du Code

En signant le Code de conduite, votre organisation s’est engagée à :

vulgariser son existence auprès du public, de l’ensemble de ses partenaires,
fournisseurs et prestataires de services.
signaler son engagement pour de meilleures pratiques en matière de communication
d’images et de messages dans chacun de ses communiqués publics.
former son personnel à l’utilisation des images et des messages.
faire évaluer ses documents de communications par une instance indépendante tous les
deux ans sur base des principes directeurs du Code.
S’engager à tenir compte des recommandations de cette instance
partager son expérience de la mise en œuvre du Code avec les autres organisations
signataires.
mettre en place un mécanisme de remontée de l’information par le biais duquel le public
pourra émettre des commentaires sur la façon dont votre organisation met le Code en
application.



3(b) La formation

Chaque organisation se doit de veiller individuellement à ce que son personnel soit
suffisamment formé et instruit sur le Code et ses principes directeurs.

Toute organisation signataire du Code doit s’assurer que l’ensemble de sa structure ait intégré
ce dernier. S’il est important que les instances dirigeantes se l’approprient, le Code ne sera
cependant efficace que s’il est appliqué par tous. Il est donc fondamental que tous les employés
y soient sensibilisés, qu’ils en comprennent les valeurs et les principes intrinsèques et surtout,
qu’ils aient conscience de son impact sur leur travail quotidien.

Les organisations étant toutes différentes les unes des autres, chacune devra prendre soin de
définir la meilleure méthode pour communiquer sur le Code en fonction de ses activités et de
ses besoins. Il est également important d’évaluer le degré d’assimilation du Code dans
l’organisation – par exemple en estimant le niveau général de connaissance du Code, ou encore
la perception que les employés en ont. Connaître ces informations vous permettra d’adapter vos
programmes de formation et de les rendre les plus pertinents possibles pour vos employés.

Chaque organisation déterminera la méthode de formation et de partage d’informations qui lui
conviendra le mieux, que ce soit par le biais d’ateliers, de séminaires, d’exposés, de forums
interactifs, de tables rondes ou encore de tableaux d’affichage.

Notez que les principes énoncés dans le Code doivent s’appliquer à toutes les activités de votre
organisation ; le contenu de la formation devra donc être élaboré en conséquence.
Annexe 6 – Code de conduite Concord

13

Le cercle peut vous accompagner dans cette démarche et propose en plus des formations
générales de promotion du code au sein des ongs, un accompagnement individuel pour chacun
de ses membres.

Quelques consignes à observer pour concevoir votre programme de formation au
Code

• Pensez à effectuer une Analyse des Besoins de Formation avant de concevoir votre
programme de formation.
• Essayez d’intégrer des images et des messages de votre propre organisation dans votre
programme de formation ; le Code et son application n’en seront que plus concrets pour
les participants.
• Déterminez qui doit recevoir une formation et dans quel ordre.
• Identifiez qui se chargera de la formation (un intervenant interne ou externe).
• Sous quelle forme sera effectuée la formation ?
• Quand se déroulera la formation ?
• Où se déroulera la formation (sur place ou à l’extérieur) ?


Les messages clés de vos programmes de formation

• L’adhésion au Code relève de la responsabilité de TOUS. Il ne s’agit pas d’instaurer une
« police du Code » !
Ainsi nous encourageons les ONGs à faire évaluer leurs documents de communication par
une instance indépendante. Les résultats de cette évaluation ne seront pas publiés et
resteront un outil interne qui vise à améliorer les pratiques éthiques de l’ONGs.
• Le Code ne concerne pas que le service communication de votre organisation – il est
transversal et implique tous les niveaux et toutes les fonctions de votre organisation.
• Il n’existe ni bonnes ni mauvaises réponses. Le Code formule un ensemble de valeurs et
de principes directeurs, sur lesquels chacun aura un avis différent. Il est donc important de
toujours veiller à respecter « l’esprit du Code », qui vous aidera dans le choix des images
et des messages que vous diffuserez.


Quelques suggestions d’objectifs de formation

• Aider à mieux comprendre comment et pourquoi les images et/ou les messages peuvent
influencer nos comportements et comment ils sont souvent conçus / manipulés pour
induire une réponse particulière.
• Etudier la signification des images et des messages au niveau personnel et dans le
contexte du Code de conduite (en vous référant au travail de votre organisation).
• Comprendre la signification et l’application pratique des Principes directeurs du Code de
conduite régissant la diffusion d’images et de messages.

Remarque: Il conviendra d’adapter ces suggestions aux besoins de votre organisation pour
favoriser une bonne application du Code.




Annexe 6 – Code de conduite Concord

14
Suggestion de contenu pour la formation

• Introduction
• Que comprenons-nous par images et messages ?
• Quels exemples pouvons-nous trouver dans l’organisation et dans quel but sont-ils
utilisés ?
• Etude de cas sur les principes directeurs
• Point de vue du Sud sur les images et les messages
• Comment l’organisation gère-t-elle les différences potentielles de point de vue sur les
images et les messages ?
• Comment l’organisation saura-t-elle qu’elle exerce de bonnes pratiques en matière de
diffusion d’images et de messages ?
• Suivi des actions entreprises et planification de l’évaluation par le biais de l’outil d’audit
interne
• Evaluation des cours proposés


La formation continue

Après la formation, il est essentiel que les employés aient les moyens de continuer à assimiler le
Code et de débattre de ses répercussions sur le personnel et sur l’organisation.

Pour alimenter un débat continu, il peut être utile, par exemple, d’assurer une mise à jour
permanente du contenu de la formation, ou encore de créer un forum sur lequel les membres du
personnel peuvent librement discuter et débattre sur les différents aspects du Code. Un groupe
de médiation représentatif de l’ensemble de l’organisation peut également être créé qui
examinerait les cas litigieux d’application du Code. Les termes de référence relatifs à ce groupe
pourraient être distribués à tout le personnel.

Les organisations peuvent également prévoir d’intégrer la formation relative au Code à leurs
programmes de formation générale des nouveaux employés. Cela permettrait à tous les
employés de bien appréhender les bases du Code dès le début et de l’avoir à l’esprit lorsqu’ils
démarrent à leur poste. Ils pourraient ensuite suivre une formation plus détaillée.


Les mécanismes de révision des documents

Dans le cadre de la formation que fournira votre organisation, il est également important de
prévoir des mécanismes permanents de discussion et d’analyse des images et des messages
diffusés. En fonction de vos besoins, un groupe de révision peut par exemple être instauré, qui
serait composé d’un représentant par département. Ce groupe serait chargé de sensibiliser les
autres membres du personnel au Code, de faciliter le débat sur l’application du Code et
d’arbitrer en cas de désaccord.


Les commentaires du public

En tant que signataire du Code, votre organisation s’est également engagée à mettre en place
des procédures grâce auxquelles le public pourra transmettre ses commentaires sur le Code.
Pour mieux sensibiliser le public au Code et communiquer sur l’engagement de votre
Annexe 6 – Code de conduite Concord

15
organisation, nous vous recommandons d’indiquer la déclaration suivante sur votre site Internet
ainsi que sur tous les supports de communication qui le justifient : « [Nom de votre organisation]
a signé le Code de conduite régissant la diffusion d’images et de messages. Merci d’envoyer
vos commentaires à Code@votreorganisation.org ».


Promouvoir le Code en interne

Promouvoir efficacement le Code au sein de votre organisation requiert la mise en place d’un
certain nombre de mesures, qui devront être concertées en interne.

Quelques mesures à envisager:
• Organiser des séminaires et des stages de mise à jour
• Intégrer une formation au Code à la formation générale des nouveaux employés
• Développer des mécanismes de consultation des partenaires
• Créer une base de données d’images classées et annotées correctement
• Proposer des informations sur le Code sur le site Internet de votre organisation
• Encourager le personnel à participer à la révision annuelle de la mise en œuvre du Code
• Former les prestataires de services tels que les photographes, les graphistes et les
reporters
• Assurer une large distribution du Code, du guide et de tout autre document nécessaire.


Le cadre de travail

Les conditions de travail de votre propre organisation constituent un autre élément important du
Code de conduite : le cadre de travail de votre bureau reflète-t-il les principes directeurs du
Code – la décoration, les images fixées au mur, etc. ?



Pense-bête de dernière minute

Avant de décider de diffuser une image ou un message, posez-vous les questions suivantes:

• La diffusion de l’image et/ou du message choisi est-elle conforme aux valeurs
fondamentales de respect de la dignité des autres ?
• Les personnes directement concernées par cette image et/ou ce message trouveront-
elles qu’elles y sont représentées de manière juste et réaliste ?
• Tous les sujets de l’image et/ou du message ont-ils donné leur accord à cette utilisation
de leur image/histoire?
• La diffusion de cette image et/ou de ce message risque-t-elle d’offenser ou de blesser
quelqu’un ?
• L’utilisation de cette image et/ou de ce message contribuera-t-elle à véhiculer des
stéréotypes culturels ou raciaux sur les gens, les lieux et les situations ?

Ces questions ne sont pas mutuellement exclusives ; ce pense-bête vise à susciter une réflexion
plus approfondie sur les choix pratiques et leurs éventuelles alternatives.

Rapport rédigé par Dóchas Development Education Group. Publication : avril 2008 et adapté par
le Cercle de coopération pour le contexte luxembourgeois : septembre 2008.
Annexe 5
Charte d’utilisation des images dans les ONG - 1989


général, passe aussi par le changement des images projetées sur les femmes au Tiers
Monde.
11. Les partenaires du Sud doivent être consultés pour l’élaboration de tout message.
12. Lorsqu’une ONG, dans le cadre d’une collecte de fonds, fait appel à d’autres
partenaires (institutions, organisations ou entreprises privées), elle doit veiller à ce que
les recommandations du présent Code soient respectées de toutes parts. Il serait
opportun de faire mention du Code dans le(s)contrat(s)de sponsoring conclu(s)entre
l’ONG et son/ses partenaire(s).
Notes
Dépliant
Source
NGO EC LIAISON COMMITTEE, 1989
Réseau Sud Nord Cultures et Développement - 172 rue Joseph II. B-1040
BRUXELLES. BELGIQUE. Tel (19)32 2 230 46 37.Fax (19)32 2 231 14 13 - Belgique
Disponible sur : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-1053.html

L’implémentation du Code de Conduite Régissant la Diffusion d’Images et de Messages
Points de l’implémentation Comment? Qui? Materiel Deadline
1
Nous vulgariserons l’existence de ce Code auprès du public et de l’ensemble de
nos partenaires et mettrons en place un mécanisme de remontée de l’information
ouvert à tous, par le biais duquel chacun pourra émettre des commentaires sur
l’exécution du Code ou user d’un droit de question sur l’application que nous en
faisons.
2
Nous signalerons notre engagement pour de meilleures pratiques en matière de
communication d’images et de messages dans chacun de nos communiqués
publics, en veillant à mentionner la déclaration suivante sur tous les supports de
communication qui le justifient (rapports annuels, site Internet, prises de position,
documents de gouvernance, brochures et autres supports de communication)
3
Conformément aux principes directeurs du Code, nous nous engageons à
procéder à une évaluation annuelle de notre communication publique.
4
Nous stipulerons notre adhésion au Code dans les principes directeurs de notre
organisation et veillerons à ce que nos instances dirigeantes se chargent de le
mettre en application et de s’y conformer.
5
Nous veillerons à ce que chacun des fournisseurs, des prestataires de services et
des médias travaillant avec notre organisation adhère au Code.
6
Nous nous engageons à former notre personnel à l’utilisation des images et des
messages.
7
Nous acceptons de nous réunir chaque année avec les autres organisations
signataires afin de partager notre expérience de l’utilisation et de la mise en
œuvre du Code.
Illustrer le travail de nos partenaires par la photographie dans le respect du code de conduite sur les images, Luxembourg, 28-29 novembre 2008
Annexe 8


1/2

















Ce Code de bonne conduite définit six engagements que les organismes
adhérents entendent respecter.

1. Les droits des donateurs

Les donateurs ont droit:

1.1. à une information complète concernant le don sollicité ;
1.2. à une attestation officielle de leur don dans un délai raisonnable ;
1.3. au respect de l’affectation des fonds ;
1.4. à une réponse rapide et honnête à leurs demandes d’information ;
1.5. à une réponse appropriée et rapide en cas de réclamation.

2. Une gestion désintéressée

Les organismes adhérents s’engagent à:

2.1. ne pas rémunérer les fonctions d’administrateurs ;
2.2. ne pas distribuer directement ou indirectement des bénéfices ;
2.3. ne pas attribuer de l’actif aux sympathisants de l’organisme adhérent et
leurs ayants droit ;
2.4. ne pas accorder aux salariés des organismes adhérents le droit de vote
ni le droit d’être élu à l’organe statutaire compétent de l’organisme en
question.

3. Une gestion rigoureuse

Les organismes adhérents s’engagent à:

3.1. mettre en place des procédures et des contrôles permettant d’assurer
la pertinence et l’efficacité de leur gestion ;
3.2. sélectionner les fournisseurs dans des conditions objectives et
transparentes ;
3.3. mettre en place un mode de gestion des plaintes et à informer au moins
annuellement l’organe de direction du nombre, du type et du règlement
des plaintes des donateurs.
Code de bonne conduite des Code de bonne conduite des Code de bonne conduite des Code de bonne conduite des
organismes faisant appel à la organismes faisant appel à la organismes faisant appel à la organismes faisant appel à la
générosité du public générosité du public générosité du public générosité du public

A AA ACTI ON POUR CTI ON POUR CTI ON POUR CTI ON POUR
LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT
CCPLLULL: IBAN LU 22
1111 0055 5526 0000
Annexe 8


2/2

4. Des actions de communication irréprochables

Les organismes adhérents s’engagent à:

4.1. donner au public et à leurs donateurs une information fiable, loyale,
précise et objective ;
4.2. respecter la dignité des bénéficiaires ; et ne pas exploiter abusivement
l’image de la détresse humaine, ni cautionner une forme quelconque de
discrimination, ni inciter à la violence ;
4.3. mettre à la disposition des donateurs un rapport des activités de l’année
écoulée comprenant notamment la somme des fonds recueillis lors des
actions de collecte de fonds auprès du public et leur affectation.

5. Des actions de collecte de fonds irréprochables

Les organismes adhérents s’engagent à:

5.1. ne mettre en œuvre que des modes de collecte de fonds respectueux
des donateurs ;
5.2. régler par convention écrite toute collecte organisée par un tiers
rémunéré et à en informer le public ;
5.3. n’accorder aucun avantage direct ou indirect proportionnel aux fonds
collectés aux personnes apportant leur concours aux opérations de
collecte de fonds ;
5.4. ne se procurer des moyens financiers nécessaires qu’avec droiture et
qu’avec des dépenses justifiables ;
5.5. ne pas vendre, louer, partager ou échanger leurs listes de donateurs.

6. Transparence financière à l’égard des donateurs

Les organismes adhérents s’engagent à:

6.1. tenir une comptabilité régulière, à établir leurs comptes annuels
comprenant le bilan, le compte de profits et pertes ainsi que l’annexe
et à établir, à la fin d’un exercice social, un budget prévisionnel pour
l’exercice social subséquent ;
6.2. se faire contrôler leurs comptes annuels par un réviseur d’entreprises
désigné par l’organe statutaire compétent ;
6.3. tenir les comptes annuels, le rapport de gestion et le rapport du
réviseur d’entreprises à disposition des donateurs à leur siège.



Lors de sa réunion du 27 mars 2007, le Conseil d’administration de SOS Faim
Luxembourg – Action pour le développement asbl a approuvé à l’unanimité le
présent Code de bonne conduite des organismes faisant appel à la générosité du
public.

Pour le Conseil d’administration de SOS Faim asbl,




Monique Kieffer-Kinsch
Présidente
D
O
S
S
I
E
R

D
E

P
R
E
S
S
E

|

E
x
p
o
s
i
t
i
o
n

M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E
5
0

P
H
O
T
O
G
R
A
P
H
I
E
S

D
E

G
U
Y

W
O
L
F
F
/
A
D
A

|

1
2
.
0
9

A
U

2
1
.
1
0

2
0
0
8

|

A
B
B
A
Y
E

D
E

N
E
U
M
Ü
N
S
T
E
R
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8
2
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8
1
.

C
O
M
M
U
N
I
Q
U
É

D
E

P
R
E
S
S
E
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8

M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

3
C
O
M
M
U
N
I
Q
U
É

D
E

P
R
E
S
S
E
«
M
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
c
ô
t
é

f
a
c
e
»
L
a

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
c
o
m
m
e

v
o
u
s

n
e

l

a
v
e
z

j
a
m
a
i
s

v
u
e

O
n

d
i
t

p
a
r
f
o
i
s

d
e
s

A
f
r
i
c
a
i
n
s

q
u
'
i
l
s

n
e

t
r
a
v
a
i
l
l
e
n
t

p
a
s
.

O
n

d
i
t

a
u
s
s
i

q
u
e

c
'
e
s
t

p
a
r
c
e

q
u
'
i
l
s

n
e

t
r
a
v
a
i
l
l
e
n
t

p
a
s
,

q
u
'
i
l
s

s
o
n
t

p
a
u
v
r
e
s
.

S
i

c
'
é
t
a
i
t

v
r
a
i
,

a
l
o
r
s

c
o
m
m
e
n
t

e
x
p
l
i
q
u
e
r

l
e

q
u
o
t
i
d
i
e
n

d
e

M
a
ï
m
o
u
n
a
,

M
a
r
c
e
l
l
i
n
e
,

O
d
j
o
u
m
a
,

A
b
l
a
s
s
é
e
t

t
a
n
t

d
'
a
u
t
r
e
s
?

C
e
s

c
l
i
e
n
t
s

d
e

l
a

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
,

p
è
r
e
s

e
t

m
è
r
e
s

d
e

f
a
m
i
l
l
e
,

t
r
a
v
a
i
l
l
e
n
t

s
a
n
s

r
e
l
â
c
h
e

p
o
u
r

s
o
r
t
i
r

d
u

c
e
r
c
l
e

v
i
c
i
e
u
x

d
e

l
a

p
a
u
v
r
e
t
é
.

A
v
e
c

l
e

c
o
u
p

d
e

p
o
u
c
e

d
u

m
i
c
r
o
c
r
é
d
i
t
,

c
e
r
t
a
i
n
s

p
a
r
v
i
e
n
n
e
n
t

à

s
u
r
v
i
v
r
e

e
t

à

a
m
é
l
i
o
r
e
r

l
e
u
r
s

c
o
n
d
i
t
i
o
n
s

d
e

v
i
e
;

d
'
a
u
t
r
e
s

b
â
t
i
s
s
e
n
t

d
e

v
é
r
i
t
a
b
l
e
s

e
n
t
r
e
p
r
i
s
e
s
.

«
M
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
c
ô
t
é

f
a
c
e
»
,

t
e
l

e
s
t

l
e

t
i
t
r
e

d
e

l
'
e
x
p
o
s
i
t
i
o
n

d
e

5
0

p
h
o
t
o
g
r
a
p
h
i
e
s
d
e

G
u
y

W
o
l
f
f
,

v
i
s
i
b
l
e

d
u

1
2

s
e
p
t
e
m
b
r
e

a
u
2
1

o
c
t
o
b
r
e

2
0
0
8
a
u

C
l
o
î
t
r
e

d
u

C
e
n
t
r
e

c
u
l
t
u
r
e
l

d
e

R
e
n
c
o
n
t
r
e

A
b
b
a
y
e

d
e

N
e
u
m
ü
n
s
t
e
r
,

à

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g
.
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

3
C
O
M
M
U
N
I
Q
U
É

D
E

P
R
E
S
S
E
«
M
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
c
ô
t
é

f
a
c
e
»
L
a

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
c
o
m
m
e

v
o
u
s

n
e

l

a
v
e
z

j
a
m
a
i
s

v
u
e


P
h
o
t
o
j
o
u
r
n
a
l
i
s
t
e

a
u

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g

e
t

a
u
t
e
u
r

d
e

l
'
e
x
p
o
s
i
t
i
o
n

"
R
e
g
a
r
d
s

s
u
r

l
e

R
w
a
n
d
a
"
,

G
u
y

W
o
l
f
f

e
s
t

p
a
r
t
i

à

l
a

r
e
n
c
o
n
t
r
e

d
e

m
i
c
r
o
-
e
n
t
r
e
p
r
e
n
e
u
r
s

d
u

B
u
r
k
i
n
a

F
a
s
o

e
t

d
u

M
a
l
i
p
o
u
r

n
o
u
s

p
l
o
n
g
e
r

a
u

c
œ
u
r

d
'
u
n

s
y
s
t
è
m
e

d
e

l
u
t
t
e

c
o
n
t
r
e

l
a

p
a
u
v
r
e
t
é

e
n
c
o
r
e

m
é
c
o
n
n
u

d
u

g
r
a
n
d

p
u
b
l
i
c
.

A
v
e
c

l
'
e
x
p
o
s
i
t
i
o
n

"
M
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
c
ô
t
é

f
a
c
e
"
,

l
e

p
h
o
t
o
g
r
a
p
h
e

l
u
x
e
m
b
o
u
r
g
e
o
i
s

m
e
t

e
n

l
u
m
i
è
r
e

u
n
e

f
a
c
e
t
t
e

e
n
c
o
r
e

p
e
u

e
x
p
l
o
r
é
e

d
'
u
n
e

A
f
r
i
q
u
e

c
o
u
r
a
g
e
u
s
e

e
t

m
o
t
i
v
é
e
,

u
n
e

A
f
r
i
q
u
e

q
u
i

t
r
a
v
a
i
l
l
e
.


O
r
g
a
n
i
s
é
e

p
a
r

A
D
A
e
n

c
o
l
l
a
b
o
r
a
t
i
o
n

a
v
e
c

l
'
A
B
B
L
e
t

l
e

C
C
R

A
b
b
a
y
e

d
e

N
e
u
m
ü
n
s
t
e
r
,

e
t

a
v
e
c

l
e

s
o
u
t
i
e
n

d
e

l
a

C
o
o
p
é
r
a
t
i
o
n

l
u
x
e
m
b
o
u
r
g
e
o
i
s
e
,

c
e
t
t
e

e
x
p
o
s
i
t
i
o
n

d
e

5
0

p
h
o
t
o
g
r
a
p
h
i
e
s

t
o
u
t

e
n

c
o
u
l
e
u
r

s
e
r
a

é
g
a
l
e
m
e
n
t

e
x
p
o
r
t
é
e

à

O
u
a
g
a
d
o
u
g
o
u

(
B
u
r
k
i
n
a

F
a
s
o
)
,

B
a
m
a
k
o

(
M
a
l
i
)

e
t

D
a
k
a
r

(
S
é
n
é
g
a
l
)

v
i
a

l
e
s

m
e
m
b
r
e
s

d
e

l
a

C
o
n
f
é
d
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

f
i
n
a
n
c
i
è
r
e
s

(
C
I
F
)
,

u
n

r
é
s
e
a
u

d

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
q
u
i

t
o
u
c
h
e

u
n
e

f
a
m
i
l
l
e

s
u
r

q
u
a
t
r
e

e
n

A
f
r
i
q
u
e

d
e

l

O
u
e
s
t
,

e
t

p
a
r
t
e
n
a
i
r
e

d
e

l
o
n
g
u
e

d
a
t
e

d

A
D
A
.

M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8
4
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8
2
.

A
U
T
O
U
R

D
E

L

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8

5
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
É

F
A
C
E

5
0

p
h
o
t
o
g
r
a
p
h
i
e
s

d
e

G
u
y

W
o
l
f
f
/
A
D
A


D
u

1
2

s
e
p
t
e
m
b
r
e

a
u

2
1

o
c
t
o
b
r
e

2
0
0
8

C
l
o
î
t
r
e

d
u

C
e
n
t
r
e

c
u
l
t
u
r
e
l

d
e

R
e
n
c
o
n
t
r
e

A
b
b
a
y
e

d
e

N
e
u
m
ü
n
s
t
e
r
,

2
8
,

r
u
e

M
ü
n
s
t
e
r
,

L
-
2
1
6
0

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g

E
n
t
r
é
e

g
r
a
t
u
i
t
e
,

o
u
v
e
r
t

d
e

1
1

h
e
u
r
e
s

à

1
8

h
e
u
r
e
s

V
i
s
i
t
e
s

g
u
i
d
é
e
s

g
r
a
t
u
i
t
e
s
s
u
r

d
e
m
a
n
d
e
:

t
h
e
r
e
s
e
@
m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
.
l
u
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

A
U
T
O
U
R

D
E

L

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

6
A
U
T
O
U
R

D
E

L

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

C
o
n
t
e
x
t
e

e
t

o
b
j
e
c
t
i
f
s

d
u

p
r
o
j
e
t

L
a

s
e
n
s
i
b
i
l
i
s
a
t
i
o
n
L

e
x
p
o
s
i
t
i
o
n

«
M
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

c
ô
t
é

f
a
c
e
»

e
s
t

u
n

p
r
o
j
e
t

d
e

s
e
n
s
i
b
i
l
i
s
a
t
i
o
n

m
e
n
é

p
a
r

A
D
A
.

C
e

p
r
o
j
e
t

b
é
n
é
f
i
c
i
e

d
e

l

a
p
p
u
i

f
i
n
a
n
c
i
e
r

d
e

l
a

C
o
o
p
é
r
a
t
i
o
n

l
u
x
e
m
b
o
u
r
g
e
o
i
s
e
.

I
l

a

p
o
u
r

o
b
j
e
c
t
i
f

à

l
a

f
o
i
s

d
e

f
a
i
r
e

c
o
n
n
a
î
t
r
e

l
a

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

à

u
n

l
a
r
g
e

p
u
b
l
i
c

a
u

n
i
v
e
a
u

d
u

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g

e
t

d
e

l
a

G
r
a
n
d
e
-
R
é
g
i
o
n
,

e
t

d

o
f
f
r
i
r

u
n
e

v
i
s
i
b
i
l
i
t
é

a
u
x

p
a
r
t
e
n
a
i
r
e
s

d

A
D
A

e
n

A
f
r
i
q
u
e

d
e

l

O
u
e
s
t
.

L
e
s

p
r
i
s
e
s

d
e

v
u
e
L
e
s

c
l
i
c
h
é
s

o
n
t

é
t
é

p
r
i
s

e
n

o
c
t
o
b
r
e

2
0
0
7

l
o
r
s

d

u
n
e

m
i
s
s
i
o
n

a
u

B
u
r
k
i
n
a

F
a
s
o

e
t

a
u

M
a
l
i
,

à

l
a
q
u
e
l
l
e

a

p
r
i
s

p
a
r
t

l
e

p
h
o
t
o
g
r
a
p
h
e

G
u
y

W
o
l
f
f

à

t
i
t
r
e

b
é
n
é
v
o
l
e
.

C
e

d
e
r
n
i
e
r

a

c
é
d
é

l
e
s

d
r
o
i
t
s

d

e
x
p
l
o
i
t
a
t
i
o
n

d
e
s

i
m
a
g
e
s

à

l

a
s
s
o
c
i
a
t
i
o
n

A
D
A
.

L
e

p
a
r
t
e
n
a
r
i
a
t

a
v
e
c

l

A
B
B
L
L


A
s
s
o
c
i
a
t
i
o
n

d
e
s

B
a
n
q
u
e
s

e
t

B
a
n
q
u
i
e
r
s
,

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g

(
A
B
B
L
)

c
o
n
s
t
i
t
u
e

l
e

p
a
r
t
e
n
a
i
r
e

p
r
i
v
i
l
é
g
i
é

d
u

p
r
o
j
e
t
.

C
e

p
a
r
t
e
n
a
r
i
a
t

a
c
c
e
n
t
u
e

l

i
m
p
l
i
c
a
t
i
o
n

d
e

l
a

p
l
a
c
e

f
i
n
a
n
c
i
è
r
e

d
u

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g

e
n

m
a
t
i
è
r
e

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
.
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

6
A
U
T
O
U
R

D
E

L

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

L
e

t
i
t
r
e
:

«

M
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

c
ô
t
é
f
a
c
e
»

L

a
u
t
r
e

f
a
c
e

d
e

l

A
f
r
i
q
u
e
,

c
e
l
l
e

q
u
i

e
n
t
r
e
p
r
e
n
d

L
e
s

c
o
u
l
i
s
s
e
s
,

l
e

c
ô
t
é

q
u

o
n

n
e

v
o
i
t

p
a
s


L
e
s

p
o
r
t
r
a
i
t
s
,

l
e
s

v
i
s
a
g
e
s

(
d
e
s

m
i
c
r
o
-
e
n
t
r
e
p
r
e
n
e
u
r
s
)

J
e
u

d
e

m
o
t

a
v
e
c

l
a

p
i
è
c
e

d
e

m
o
n
n
a
i
e

(
l
a

m
i
c
r
o
-
e
n
t
r
e
p
r
i
s
e

e
s
t

u
n

g
a
g
n
e
-
p
a
i
n
,

u
n

l
e
v
i
e
r

é
c
o
n
o
m
i
q
u
e
,

p
o
u
r

l
e
s

m
i
c
r
o
-
e
n
t
r
e
p
r
e
n
e
u
r
s
)
-
>


A
m
e
n
e
r

l
a

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

a
u
x

g
e
n
s

q
u
i

n

o
n
t

p
a
s

l

o
c
c
a
s
i
o
n

d

a
l
l
e
r

v
o
i
r

s
u
r

p
l
a
c
e

c
e

q
u
i

s
e

p
a
s
s
e
,

a
f
i
n

d
e

m
i
e
u
x

c
o
m
p
r
e
n
d
r
e

c
o
m
m
e
n
t

ç
a

m
a
r
c
h
e
.
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

6
A
U
T
O
U
R

D
E

L

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

A
D
A

Q
u
i

s
o
m
m
e
s
-
n
o
u
s
?

C
r
é
é
e

1
9
9
4

à

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g
,

l

o
r
g
a
n
i
s
a
t
i
o
n

n
o
n

g
o
u
v
e
r
n
e
m
e
n
t
a
l
e

(
O
N
G
)

A
D
A

o
f
f
r
e

d
e

l

a
s
s
i
s
t
a
n
c
e

t
e
c
h
n
i
q
u
e

e
t
/
o
u

f
i
n
a
n
c
i
è
r
e

à

2
5

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

s
i
t
u
é
e
s

e
n

A
f
r
i
q
u
e
,

A
s
i
e

o
u

A
m
é
r
i
q
u
e

l
a
t
i
n
e

N
o
t
r
e

m
i
s
s
i
o
n

P
r
o
f
e
s
s
i
o
n
n
a
l
i
s
a
t
i
o
n

d
e
s

s
e
r
v
i
c
e
s

d
e
s

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
,

i
n
n
o
v
a
t
i
o
n

d
e
s

p
r
o
d
u
i
t
s

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
i
e
r
s

e
t

k
n
o
w
l
e
d
g
e

m
a
n
a
g
e
m
e
n
t

H
a
u
t
-
P
a
t
r
o
n
a
g
e
A
D
A

b
é
n
é
f
i
c
i
e

d
u

H
a
u
t

P
a
t
r
o
n
a
g
e

d
e

S
.
A
.
R
.

l
a

G
r
a
n
d
e
-
D
u
c
h
e
s
s
e

d
e
p
u
i
s

j
u
i
l
l
e
t

2
0
0
7






















A
D
A

e
s
t

m
e
m
b
r
e
-
f
o
n
d
a
t
e
u
r

d
e

L
u
x
f
l
a
g

e
t

d
e

l
a

P
l
a
t
e
f
o
r
m
e

e
u
r
o
p
é
e
n
n
e

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

(
e
-
M
F
P
)
,

e
t

m
e
m
b
r
e

d

E
t
i
k
a
.
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

6
A
U
T
O
U
R

D
E

L

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

L
e
s

p
a
r
t
e
n
a
i
r
e
s

e
n

A
f
r
i
q
u
e

d
e

l

O
u
e
s
t

a
y
a
n
t

c
o
n
t
r
i
b
u
é

a
u

p
r
o
j
e
t

A
u

B
u
r
k
i
n
a

F
a
s
o

C
o
n
f
é
d
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

f
i
n
a
n
c
i
è
r
e
s

(
C
I
F
)

-
>

1
,
9

m
i
l
l
i
o
n

d
e

c
l
i
e
n
t
s

R
é
s
e
a
u

d
e
s

c
a
i
s
s
e
s

p
o
p
u
l
a
i
r
e
s

d
u

B
u
r
k
i
n
a

F
a
s
o

(
F
C
P
B
)

-
>

5
2
0

0
0
0

c
l
i
e
n
t
s

(
2
0
0
7
)

A
u

M
a
l
i

K
a
f
o

J
i
g
i
n
e
w

-
>


2
3
5

0
0
0

s
o
c
i
é
t
a
i
r
e
s

(
2
0
0
7
)

N
y
è
s
i
g
i
s
o

-
>

1
4
0

0
0
0

s
o
c
i
é
t
a
i
r
e
s

(
2
0
0
6
)

S
o
r
o

Y
i
r
i
w
a
s
o

-
>

5
0

0
0
0

s
o
c
i
é
t
a
i
r
e
s

(
2
0
0
6
)
1
8
B
A
S
S
E
K
O
U

K
O
U
Y
A
T
É

&

N

G
O
N
I

B
A

2
4
.
0
9
.
0
8

à

2
0

h

3
0

S
a
l
l
e

R
o
b
e
r
t

K
r
i
e
p
s

T
a
r
i
f
:

2
5

e
u
r
o
s

B
i
l
l
e
t
t
e
r
i
e
:

w
w
w
.
l
u
x
e
m
b
o
u
r
g
t
i
c
k
e
t
.
l
u

t
i
c
k
e
t
l
u
@
p
t
.
l
u

T
é
l
.
:

(
+
3
5
2
)

4
7

0
8

9
5

1

O
r
g
a
n
i
s
é

p
a
r

A
D
A

a
v
e
c

l
e

s
o
u
t
i
e
n

d
e

l
a

C
o
o
p
é
r
a
t
i
o
n

l
u
x
e
m
b
o
u
r
g
e
o
i
s
e
,

e
n

c
o
l
l
a
b
o
r
a
t
i
o
n

a
v
e
c

l
e

C
C
R
N
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

S
O
I
R
É
E

D
E

V
E
R
N
I
S
S
A
G
E

c
o
n
c
e
r
t
2
3
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

P
U
B
L
I
C
A
T
I
O
N
S
P
o
r
t
r
a
i
t
s

d
e

m
i
c
r
o
-
e
n
t
r
e
p
r
e
n
e
u
r
s

e
t

p
l
o
n
g
é
e

a
u

c
œ
u
r
s

d
e
s

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e


d
u

B
u
r
k
i
n
a

F
a
s
o
e
t

d
u

M
a
l
i
.

O
u
v
r
a
g
e

p
a
r
u

d
a
n
s

l
e

c
a
d
r
e

d
e

l

e
x
p
o
s
i
t
i
o
n

p
h
o
t
o
s

«
m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e

c
ô
t
é

f
a
c
e
»
.

E
d
i
t
e
u
r
:

A
D
A
,

s
e
p
t
.

2
0
0
8
.

P
r
i
x
:

1
0

e
u
r
o
s
.
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
É

F
A
C
E
L
A

M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

E
N

A
F
R
I
Q
U
E

D
E

L

O
U
E
S
T
:

H
I
S
T
O
I
R
E
S

E
T

I
N
N
O
V
A
T
I
O
N
S
T
r
a
v
a
i
l

d
e

m
é
m
o
i
r
e

r
é
a
l
i
s
é


p
a
r

l
e
s

c
a
d
r
e
s

e
t

r
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e
s

d
e

s
i
x

r
é
s
e
a
u
x

d

i
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
s

d
e

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
d

A
f
r
i
q
u
e

d
e

l

O
u
e
s
t
.

E
d
i
t
i
o
n
s

K
a
r
t
h
a
l
a
,

2
0
0
8
.

P
r
i
x
:

2
5

e
u
r
o
s
.
C
e
s

o
u
v
r
a
g
e
s

s
o
n
t

d
i
s
p
o
n
i
b
l
e
s

à

l
a

M
a
i
s
o
n

d
e

l
a

m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
.
T
é
l
.
:

+
3
5
2
/
4
5

6
8

6
8
4
5
,

a
d
a
i
n
f
o
@
m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
.
l
u
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8
1
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|

1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8
6
.

R
E
N
S
E
I
G
N
E
M
E
N
T
S

P
R
A
T
I
Q
U
E
S
M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
2
.
1
0

2
0
0
8

M
I
C
R
O
F
I
N
A
N
C
E

C
Ô
T
Ē

F
A
C
E

|

E
X
P
O
S
I
T
I
O
N

P
H
O
T
O

|
1
2
.
0
9


2
1
.
1
0

2
0
0
8

4
R
E
N
S
E
I
G
N
E
M
E
N
T
S

P
R
A
T
I
Q
U
E
S

V
i
s
i
t
e
s

g
u
i
d
é
e
s

g
r
a
t
u
i
t
e
s

e
t

p
e
r
s
o
n
n
a
l
i
s
é
e
s

a
v
e
c

u
n

e
x
p
e
r
t

d

A
D
A
:
-
p
o
u
r

v
o
t
r
e

p
e
r
s
o
n
n
e
l
-
p
o
u
r

v
o
s

a
m
i
s

o
u

v
o
t
r
e

e
n
t
o
u
r
a
g
e
g
r
o
u
p
e
s

d
e

5

à

2
0

p
e
r
s
o
n
n
e
s
,

p
e
t
i
t
e

r
e
s
t
a
u
r
a
t
i
o
n

p
o
s
s
i
b
l
e

à

l
a

b
r
a
s
s
e
r
i
e

N
e
u
m
ü
n
s
t
e
r
T
é
l
.
:

+
3
5
2
/
4
5

6
8

6
8

1

o
u

e
n
v
o
y
e
z

u
n

m
a
i
l

à

t
h
e
r
e
s
e
.
a
d
a
@
m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
.
l
u

A
d
r
e
s
s
e

C
C
R
N
2
8

r
u
e

M
ü
n
s
t
e
r
,

L
-
2
1
6
0

L
u
x
e
m
b
o
u
r
g

(
P
a
r
k
i
n
g

s
o
u
t
e
r
r
a
i
n

d
u

S
a
i
n
t
-
E
s
p
r
i
t
)

C
o
n
t
a
c
t

p
r
e
s
s
e

:

M
a
r
i
o
n

B
u
r

m
a
r
i
o
n
.
a
d
a
@
m
i
c
r
o
f
i
n
a
n
c
e
.
l
u
T
é
l
.
:

+
3
5
2

4
5

6
8

6
8

2
9
www.sosfaim.org























Sos Faim – Action pour le Développement

présente l’exposition

‘Le Bonheur est dans le prêt’

Exposition autour de la microfinance rurale, outil de développement
contre la pauvreté et la faim.
A AA ACTI ON POUR CTI ON POUR CTI ON POUR CTI ON POUR
LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT
CCPLLULL: IBAN LU 22
1111 0055 5526 0000
www.sosfaim.org


o Sos Faim

Fondée en 1993, Sos Faim est une organisation non gouvernementale de développement,
indépendante et agréée par le Ministère des Affaires Etrangères luxembourgeois.

Sos Faim a pour objectif de lutter contre la faim. Pour ce faire, l'organisation soutient des
partenaires en Afrique tels que des organisations paysannes et des institutions de microfinance
en milieu rural. Pourquoi cet axe de travail ? Force est de constater que parmi le milliard de
personnes souffrant de la faim dans le monde, les ¾ sont des ruraux dont l’existence dépend de
l’agriculture. Il apparaît essentiel que l'agriculture familiale soit soutenue, d'abord en assurant
un accès à des financements aux agriculteurs et leurs familles (microfinance) et en appelant à
plus d'investissements financiers de la part des Etats pour l'agriculture familiale (rôle de
plaidoyer des organisations paysannes).

Le deuxième axe de travail de Sos Faim est l'information, la sensibilisation sur les thématiques
de la lutte contre la faim dans le monde, le soutien à l'agriculture familiale, et la microfinance.

Dans le cadre de ce travail, Sos Faim a présenté l'exposition 'Le bonheur est dans le prêt',
réalisée par un jeune photographe luxembourgeois prometteur, Patrick Galbats, à l'Abbaye de
Neumünster du 30 octobre au 27 novembre 2009.

Nous souhaitons dorénavant en faire profiter le plus grand nombre possible au Luxembourg et
dans la Grande Région.

Ce dossier a pour objectif de décrire l'exposition tant au niveau de son contenu que sur des
aspects techniques.
www.sosfaim.org

o ‘Le bonheur est dans le prêt', exposition sur la microfinance rurale en Ethiopie.

A travers l'expérience de Buusaa Gonofaa, institution de microfinance éthiopienne, Prix
Européen de la Microfinance en 2008, Sos Faim a souhaité montrer le côté humain de la
microfinance comme outil de développement.
Les photographies emmènent dans un voyage au coeur de la région Oromo, dans laquelle
travaille notre partenaire Buusaa Gonofaa.


Présentation de Buusa Gonofaa :

Buusaa Gonofaa est une institution de microfinance (IMF) engagée depuis 1999 dans la mise en
place de caisses villageoises d’épargne et de crédit dans la région d’Oromo afin de toucher les
populations rurales de cette zone, régulièrement frappées par la sécheresse et l’insécurité
alimentaire.

Sos Faim soutient Buusaa Gonofaa dans le
développement de son activité de crédit ainsi
que dans son programme de mise en place de
caisses en zones rurales isolées.

Buusaa Gonofaa fournit des services de
microcrédit et d’épargne aux ménages pauvres
pour améliorer leur niveau de vie : femmes,
jeunes sans terre et petits agriculteurs sont
particulièrement visés par les activités de
l’institution de microfinance.

Actuellement plus de 38.000 personnes sont
clientes chez Buusaa Gonofaa : 80% d’entre
elles sont des femmes et 75% vivent à la
campagne.

En juillet 2007, l’IMF met sur pied son projet de
registre social, afin de connaître au mieux ses clients et d’améliorer ses services. Ce registre
donne des indicateurs sociaux afin de connaître au mieux la situation sociale des clients, mais
les données seront effectives et informatives à long terme.

La mise en place de ce projet de registre local a valu à Buusaa Gonofaa le Prix Européen de la
Microfinance en 2008. Cela récompense les efforts de l’IMF dans le domaine de la performance
sociale et de son approche de la microfinance en milieu rural.

www.sosfaim.org

o Contenu de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’


Loin des crédits de consommation qui menacent d’endettement les ménages occidentaux, les
crédits proposés par Buusaa Gonofaa sauvent des familles de la misère et de l’endettement
auprès des usuriers locaux qui prospèrent en tous lieux où les services bancaires sont absents. En
choisissant d’intituler son exposition Le bonheur est dans le prêt, SOS FAIM ne cherche pas à
vanter les vertus de l’endettement mais à attirer l’attention sur l’un des moyens de lutte contre
la pauvreté rurale des pays en voie de développement. Pour autant, la microfinance ne saurait à
elle seule éradiquer la misère. Les initiatives comme celles de Buusaa Gonofaa doivent
impérativement être accompagnées de politiques agricoles ambitieuses et de politiques
commerciales autorisant des mesures de protection aux agricultures en phase de démarrage.
Pour SOS FAIM, le financement de l’agriculture familiale constitue un axe d’appui prioritaire.
C’est à ce titre que SOS FAIM encourage l’élaboration d’offres financières adaptées aux
spécificités agricoles et soutient la promotion de la microfinance, les formations et les synergies
entre les institutions de microfinance.
A travers le travail de Patrick Galbats, nous vous invitons à découvrir les visages qui se cachent
derrière les chiffres.


Patrick Galbats est né le 8 mai 1978 à Luxembourg.


Après ses années au Lycée Technique des Arts et Métiers à Luxembourg, Patrick Galbats s’inscrit pour trois
ans à l’Ecole Supérieure de l’Image « Le 75 » à Bruxelles. De 2002 à 2006 il travaille pour la « REVUE »,
afin de se lancer en 2007 en tant que photojournaliste indépendant.
Toujours étudiant à Bruxelles il photographie en 2001 pendant quelques mois au Centre Pénitencier de
Luxembourg.
Dans sa troisième et dernière année au « 75 » il fréquente les bars africains de Schaerbeek afin d’y tracer
un portrait presque intime d’une autre société belge que celle qu’on pense connaître. En 2003, il engage
un travail sur les S.D.F. et les toxicomanes de la gare de Luxembourg (exposé dans les rotondes de la Gare
Centrale).
Le Centre National de l’Audiovisuel publie en 2004 ses images dans sa collection « Découvertes Jeunes
Talents ». DOïNA , le nom de sa monographie, montre le fruit de trois voyages en Roumanie (2001-2003).
Dans la même année, il part pour une organisation humanitaire en Haïti et revient après trois semaines
avec un reportage photo qui fut exposé en novembre 2004 à la Kulturfabrik.
Depuis 2005 il travaille sur la région transfrontalière entre le sud du Luxembourg, la France et la Belgique.
En 2006 il reçoit le prix pour jeunes artistes de la « IKB Stiftung ».
En 2007, il continue sur la grande région, en participant au projet « Le nouveau paysage familial », à
l’initiative de l’association « Surfaces sensibles », dix artistes travaillent sur la grande région. L’exposition
a eu lieu en juin 2007 à la Galerie Poirel à Nancy et en septembre 2007 à la Galerie Terres Rouges à Esch-
sur-Alzette.
Également en 2007, il participe à la mission photographique « Deep South », commandité par « Sentiers
Rouges », et réalisé par Patrick Galbats, Romain Girtgen, Jeanine Unsen et Roger Wagner. Une première
exposition avec présentation du catalogue a eu lieu en décembre 2007 à la Galerie Nei Liicht à Dudelange.
Il continue à s’intéresser sans cesse à la face cachée de son pays natal. Ainsi le Musée d’Histoire de la
Ville de Luxembourg (MHVL) lui a demandé d’exécuter deux séries de photographies aux sujets de la
précarité et de la pauvreté à Luxembourg même. Ces images sont exposées en permanence au MHVL.
L’année passée, en 2008, il part une semaine avec le journaliste Stefan Kunzmann, à Lagos au Nigéria pour
y rencontrer des demandeurs d’asile expulsés du Luxembourg. Ses photos ont été publiées dans plusieurs
journaux hebdomadaires ainsi que dans la « REVUE ».

www.sosfaim.org

o Quelques aperçus de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’







Rencontre entre un groupe de femmes et
l’agent de crédit pour le remboursement du microcrédit












Un tailleur, propriétaire de son affaire, grâce à
l’obtention de microcrédits.






















Séance de formation pour les futurs
clients de Buusaa Gonofaa
www.sosfaim.org

o Données techniques de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’

- 39 photographies dont :
o 35 photos au format 50cm x 50cm
o 4 photos au format 84cm x 120cm

- Support :
o Les photographies ont été tirées en argentique, et sont fixées sur du
Dibond de 2mm.

- Accrochage :
o Un système d’accrochage en aluminium est prévu (structure en aluminium
avec des trous)

Mise à disposition gratuite de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’ sur simple demande.

o Contact :

Sos Faim – Action pour le Développement
88, rue Victor Hugo
L-4141 Esch-sur-Alzette
Tél. : 49 09 96
Fax : 49 09 96 28
www.sosfaim.org

Chloé Kolb, Responsable de l’information
49 09 96 -27
chloe.kolb@sosfaim.org


Action pour le développement
Association sans but lucratif
SOS FAIM
LUXEMBOURG
Rapport d'activités
20
09
Sos Faim et ses
partenaires :
Une vision partagée
du développement
En 2009, Sos Faim a poursuivi son soutien à ses partenaires africains,
institutions de microfnance et organisations paysannes. Sos Faim et
ses partenaires du Sud travaillent ensemble, main dans la main afn de
mener une lutte efcace contre la pauvreté et la faim.
Le nombre de victimes de la faim a dépassé le milliard d’êtres humains,
ce chifre terrifant motive tous les jours notre organisation à s’engager
avec vous aux côtés de nos partenaires pour faire changer cette situa-
tion dramatique !
PARtEnARIAtS
BénIn, éPARgnE Et cRédIt Au SERvIcE
du MIlIEu RuRAl
Sos Faim a poursuivi en 2009 son partenariat avec le Réseau de Caisses Villa-
geoises, RENACA, dont le but est la réduction de la pauvreté. Les résultats sont
très encourageants : le nombre de caisses a augmenté (+3%), en passant par le
nombre de membres (+31,6%) ou les encours crédits (+26,4%).
Au BuRkInA FASO, dOnnOnS lA PRIORIté à
lA SécuRIté AlIMEntAIRE !
En 2009, le Burkina Faso a connu de sérieuses perturbations climatiques (sécher-
esses, pluies diluviennes) ce qui a eu des efets néfastes pour la production
agricole qui a connu une baisse de 10% en 2009.
Dans ce contexte, le soutien à nos partenaires burkinabé s’est avéré encore plus
nécessaire. Le travail de SOS Faim se concentre de plus en plus dans le nord-
ouest avec la Fédération Nationale des Groupements Naam (FNGN).
Celle-ci comprend le Réseau des Greniers de sécurité alimentaire (RGSA) qui
lutte contre l’insécurité alimentaire en :
- renforçant et améliorant la diversifcation de la fonction approvisionnement
des Greniers ;
- augmentant la capacité de stockage de l’ensemble du Réseau ;
- pérennisant le dispositif par un apport de fonds de crédit ;
- renforçant les compétences des acteurs à tous les niveaux du Réseau ;
- poursuivant et intensifant la cohérence et la solidarité au sein du Réseau.
1
2
02.
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
4
BénIn :
- RENACA
BuRkInA FASO :
- Rbetec/Naam
- Sacca/Prodia
cAMEROun :
- NOWEFOR
- La Voix du Paysan
- ACDIC
cOngO–BRAzzA :
- CAPPED
- FJEC

Rdc :
- Amis du Kivu,
- TGD
EthIOPIE :
- Buusaa Gonofaa
- DECSI
- Harbu Microfnance
- Facilitators for Change
MAlI :
- Kafo Jiginew
- Sexagon
nIgER :
- Mooriben
- Plate-forme paysanne
du Niger
- Fucopri
SénégAl :
- Fongs
LA FNGN comprend également le Réseau des Baoré Tradi-
tion Epargne Crédit (RBTEC), qui a connu une forte aug-
mentation de son sociétariat (+3.000 membres en deux
ans).
cAMEROun, SOutIEn à dES FIlIèRES
d’AvEnIR
Par le biais de la North West Farmers’ Organization
(NOWEFOR),  SOS Faim appuie un programme de dével-
oppement concentré sur trois flières productives (porcs,
poulets et cultures maraîchères).
Ce soutien comprend un projet d’appui à la production et à
la commercialisation, ainsi qu’un programme d’appui aux
caisses rurales d’épargne crédit NOWEFOCH. Ce dernier
réseau a dépassé ses objectifs en termes de membres
(2.195 personnes). Quant à l’épargne globale, elle a aug-
menté de 78% pour un taux de recouvrement du crédit de
92%.
1
2
3
3
7
4
5
6
9
8
1
2
3
7
4
5
6
9
8
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
5
EthIOPIE, MIcROFInAncE Et
cOnFIAncE
En Ethiopie, un des pays les plus pauvres de la planète,
Sos Faim appuie principalement des institutions de mi-
crofnance. L’une d’entre elles Buusaa Gonofaa, lauréate
du prix européen de la microfnance en 2008, a été mise
à l’honneur au Luxembourg lors des Journées Sos Faim,
édition 2009. Buusaa Gonofaa a vu son portefeuille de
crédit de 2,46 millions d’euros progresser de 20% depuis
2008 !
SOS Faim apporte également son soutien à Facilitators
for Change (FC), ONG qui promeut un réseau de FMO
(Farmers Market Organisation) qui compte 5.600
membres pour 30 organisations de base. FC a poursuivi
ses activités de formation auprès de ces petites OP, qui
sont désormais en mesure de développer leur propre
plan d’afaires et de maîtriser les techniques de conserva-
tion des céréales.
SOS FAIM Et MOORIBEn Au nIgER :
cOMMunIcAtIOn Et InFORMAtIOn
SOS Faim a fnancé un projet d’informa tion et de com-
munication, en soutenant notamment la production
d’émissions radio. L’objectif en est de collecter des don-
nées pluviométriques et de les difuser ; de traduire des
fches techniques relatives à la fertilisation des sols.
Bref, fournir aux paysans des informations essentielles
pour mener à bien leur métier.
RéPuBlIquE du cOngO, lA
MIcROFInAncE En MIlIEu uRBAIn
En 2009, Sos Faim a soutenu la CAPPED, institution de
microfnance qui travaille avec des microentrepreneurs.
SOS Faim s’était engagé à fnancer les 3 premières an-
nées du plan d’afaires de la CAPPED (2007-2009). Ce
plan de développement a permis à la caisse de devenir un
réseau national, avec plusieurs agences décentralisées.
MAlI, lE PARI SuR lE RIz !
Sos Faim soutient le programme FAIR (Fonds d’appui
aux initiatives rurales) en partenariat avec le syndicat
des riziculteurs de la zone Ofce du Niger, le Sexagon,
et l’institution de microfnance Kafo Jiginew. Le but est
de permettre l’accès à des fnancements pour les rizicul-
teurs afn qu’ils puissent augmenter leur production de
riz. L’enjeu : La sécurité alimentaire pour le plus grand
nombre au Mali !
En RéPuBlIquE déMOcRAtIquE du
cOngO, lA MIcROFInAncE MISE En
AvAnt
Sos Faim soutient des institutions de microfnance en
RDC, afn de permettre au plus grand nombre d’avoir accès
à des services fnanciers et donc d’améliorer leur quoti-
dien. C’est le cas notamment de TGD, petite institution de
microfnance qui accorde des crédits à des enseignants ou
à leur famille afn de développer une activité génératrice de
revenu pour pallier la modicité et l’irrégularité des salaires
versés aux enseignants. 559 crédits ont été octroyés dont
377 reconductions et 182 nouveaux clients pour un mont-
ant de 133.720 USD. Le taux de remboursement est de
quasi 100% !
SénégAl, 2009, unE AnnéE dIFFIcIlE.
Le Sénégal a été marqué en 2009 par la GOANA, la Grande
Ofensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance,
menée par les instances gouvernementales sans aucune
concertation avec les organisations paysannes locales.
Dans ce contexte, la FONGS, partenaire de SOS Faim, est
parvenue à rendre possible ses engagements pour 2009 :
l’appui de toutes les formes de production, transformation,
commercialisation mais aussi la défense des intérêts des
agriculteurs.
Au sein de la fédération, il y a désormais 32 organisations,
qui représentent donc plus de 150.000 membres d’une
manière directe, 1.500.000 personnes si cela est élargi aux
membres de la famille.
7
5
6
9
8 4
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
6
FélIx,
un EntRE PREnEuR
dE tAlEnt
Père de trois enfants, Monsieur Félix
Jacques a cherché le moyen de nour-
rir sa famille et surtout l’a trouvé !
Propriétaire d’un magasin en bord de
route, aux abords de Pointe-Noire, au
Congo-Brazzaville, il a réussi en dix
années à développer son afaire. Dev-
enu membre en 2008 de la CAPPED,
institution de microfnance partenaire
de Sos Faim, il a reçu successivement
quatre microcrédits d’un montant de
150 euros pour le premier et de 380
euros pour le dernier, et cela afn de
développer son stock de marchandises.
En plus de la stabilité fnancière gag-
née grâce à l’évolution positive de son
magasin, il a bénéfcié de formations
et d’appui de la part de la CAPPED :
formations en comptabilité et suivi
régulier de son afaire.
Son projet d’avenir : étendre son
commerce en obtenant des crédits
plus importants et ainsi devenir un
micro entrepreneur innovant dont ses
enfants pourront longtemps encore
être fers !
quAnd MIcROcRédIt
Et AgRIcultuRE RIMEnt
AvEc FutuR !

Madame Colette Taoufoun a connu
les difcultés de l’accès à des fnance-
ments. Agricultrice et mère de cinq en-
fants, elle a été contrainte de se rendre
auprès d’un usurier pour avoir accès à
de l’argent. Cette période de soufrance
s’est terminée en 2001. L’arrivée de la
CAVECA, caisse villageoise d’épargne
et de crédit dans son village de Ad-
jokan au Bénin, a marqué un tournant
dans sa vie : elle en est devenue bénéf-
ciaire dès l’année de l’installation de la
caisse en 2001. Vendeuse de volailles
et de chèvres, elle a pu bénéfcier de
microcrédits et développer sa petite
afaire agricole. Avant l’obtention de
son premier crédit d’un montant de
10.000 F CFA (env. 15 euros), elle ne
vendait que deux à trois cabris par jour
de marché. Dorénavant, elle peut en
acheter davantage grâce au soutien
fnancier de la CAVECA, et en vend dix
à quinze par jour de marché !
‘Grâce à la hausse de mes revenus, je peux
ofrir un futur à mes enfants !’, afrme-
t-elle, fère de poursuivre que trois de
ses enfants vont à l’école et les deux
autres sont en apprentissage.
un travail concret et
efcace au quotidien
Des bénéfciaires
témoignent :
Félix Jacques, propriétaire d’un
magasin en bord de route, aux abords
de Pointe-Noire.
Madame Colette Taoufoun, agricul-
trice et éleveuse de chèvres au village
d’Adjokan, Bénin.
Monsieur Teshome Dayesso, directeur
de Buusaa Gonofaa, institution de
microfinance en Ethiopie
PARtEnARIAt Et
cOnFIAncE 

La relation entre Sos Faim et ses
partenaires est basée sur la confance.
Celle-ci est un élément essentiel pour
favoriser le dialogue et l’écoute dans
un souci d’efcacité. Sos Faim a pour
objectif d’appuyer ses partenaires,
de prendre en compte leurs besoins
sans imposer sa vision des choses. Un
développement meilleur et proftable
aux plus démunis n’est possible qu’en
collaborant avec des acteurs locaux,
meilleurs connaisseurs du contexte et
des besoins de la population locale.
Monsieur Teshome Dayesso, direct-
eur de l’institution de microfnance
Buusaa Gonofaa en Ethiopie, rappelle
cette vision commune du développe-
ment et plus particulièrement de la
microfnance :
‘ Vous ne pouvez pas imaginer ce qu’une
femme rurale peut faire avec 100 euros
en Ethiopie. N’oubliez pas que la plupart
de nos clients vit avec moins de 1 euro par
jour. Pour certains, 100 euros représen-
tent vraiment beaucoup d’argent. Et
puis, plus globalement, c’est un choix
stratégique de BUUSAA GONOFAA.
Comme toute institution qui propose des
services fnanciers, même à une clientèle
très pauvre, nous sommes certes obligés
d’être rentables. Mais cela sans perdre
notre âme et en demeurant une institu-
tion à fnalité sociale. La pauvreté n’est
pas un marché et, de là, la microfnance
n’est pas un business. Malheureusement,
de plus en plus d’institutions de microf-
nance dans les pays en développement et
de bailleurs de fonds ou d’investisseurs
privés dans vos pays ne l’entendent pas
de cette oreille. Il faut faire attention à
cette dérive. Nous sommes très heureux
que SOS Faim partage notre vision de la
microfnance.’
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
7
des jeunes
informés et
engagés

Forte de son expérience en éducation au développement,
Sos Faim Luxembourg travaille régulièrement dans les
lycées à travers des ateliers de sensibilisation, mettant en
avant les thèmes chers de l’association mais surtout de nos
partenaires. Soutien à l’agriculture familiale et à la souve-
raineté alimentaire, microfnance : tant de pistes sérieuses
dans la lutte contre la pauvreté et la faim à faire connaître
aux jeunes !
En 2009, les ateliers proposés par Sos Faim (souveraineté
alimentaire, microfnance, Paroles d’ados et consommation
locale au Nord et au Sud) ont été présentés 36 fois dans 16
lycées luxembourgeois.
2009 a marqué un tournant dans le travail d’éducation au
développement de Sos Faim : un partenariat a été convenu
entre notre ONG et l’Ecole Privée Sainte-Anne d’Ettelbrück,
afn de travailler ensemble à une journée de sensibilisa-
tion à l’Afrique en mars 2010. Cette collaboration a pu être
réalisée grâce à l’enthousiasme de Madame Mireille Reuter,
professeur d’économie, et les élèves de la classe de 12
e
CG.
La concrétisation de cette collaboration a eu lieu le 22 mars
2010, journée ‘Découverte de l’Afrique’ pour toutes les
élèves de Sainte-Anne.
Parler de l’Afrique
diféremment
L’information au Luxembourg tient une place essentielle
dans le travail de Sos Faim. Grâce à un accord-cadre
‘Sensibilisation’ prévu pour trois années de 2009 à 2011,
notre organisation dispose de moyens pour informer,
sensibiliser et mobiliser le plus grand nombre aux défs
que l’Afrique relève chaque jour.
Ce continent, riche en hommes et femmes actifs de leur
propre développement, mérite d’être mis en avant !
InFORMER
03.
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
8
Et lES élèvES, qu’En PEnSEnt-IlS ?
Témoignage de Claudine Anthony, élève de 12
e
CG, Ecole
Sainte-Anne, Ettelbrück

- Selon toi, pourquoi est-il important que Sos Faim
travaille avec des lycéens ?
Je pense que c’est important d’informer les jeunes sur la situa-
tion de l’Afrique. Souvent ils ont une image fausse de l’Afrique
et ne savent pas que beaucoup d’ONG sont là-bas pour aider la
population africaine.
A mon avis les jeunes sont plus intéressés si d’autres jeunes leur
expliquent la situation en Afrique comme c’était le cas du projet
de notre classe.
Finalement, je pense que c’était une journée projet très intéres-
sante et instructive. Peut-être on peut organiser plusieurs de
tels journées projets à d’autres écoles.

qu’as-tu appris en travaillant avec Sos Faim ?
Lors de la réalisation du projet nous avons appris beaucoup sur
le continent africain, sa culture et sa population. Mais nous
avons appris aussi beaucoup sur l’ONG SOS Faim, son but,
son histoire et ses projets. Finalement nous avons appris aussi
beaucoup sur la microfnance, qui a une grande importance en
Afrique.
Informer
le public
luxembourgeois :
une activité
essentielle de
Sos Faim

A travers des partenariats avec des médias luxembourgeois
tels que Le Quotidien et le Jeudi, Sos Faim donne la parole
à ses partenaires africains. Ces chroniques relatent les
expériences, les difcultés et les succès des partenaires mais
elles mettent également l’accent sur des thématiques que
Sos Faim souhaite faire connaître au plus grand nombre :
microfnance, soutien à l’agriculture familiale et à la
souveraineté alimentaire.
IntERvIEw dE dAvId BROMAn,
RESPOnSABlE édItORIAl dES PAgES
FORuM du JEudI, hEBdOMAdAIRE
PARAISSAnt chAquE JEudI Au
luxEMBOuRg

la rubrique chro-
nique d'une Ong
en Afrique existe
depuis bientôt un
an. qu'est-ce qui a
motivé le Jeudi à
ouvrir mensuelle-
ment ses pages à
SOS FAIM ?
Depuis sa création en
1997, le Jeudi défend
une ligne éditoriale de
« main tendue » aux
ONG. Initialement, il
existait une chronique
consacrée aux ONG
dans la section « utile ». Nos lecteurs s’intéressent aux solidar-
ités Nord-Sud. Dans les pages Forum, on ouvre le débat ; avec
la chronique SOS Faim, on ouvre de nouveaux horizons à nos
lecteurs, en donnant la parole à des gens qui ont vécu, vu et qui
donnent un témoignage à dimension humaine sur les rapports
Nord-Sud.
qu'est-ce que la rubrique apporte au Jeudi ?
L’indépendance alimentaire des pays du Sud en faveur de
laquelle travaille SOS FAIM, est une problématique qui se pose
aussi bien au Nord, même si elle apparaît de manière cachée,
comme l’a souligné la crise du volcan islandais. Les gens du Sud,
qui vivent cette dépendance de manière concrète, ont beaucoup à
nous apprendre. A travers l’approche de SOS FAIM, on apprend
David Broman
Claudine Anthony, élève de 12
e
CG à Sainte-Anne
Ettelbruck (3
e
en partant de la gauche)
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
9
lES JOuRnéES SOS FAIM,
édItIOn 2009 :
lA MIcROFInAncE

Sos Faim a invité et mis à l’honneur
son partenaire éthiopien, l’institution
de microfnance Buusaa Gonofaa, prix
européen de la microfnance en 2008.
Deux journées riches en manifesta-
tions diverses et variées ont été organ-
isées. Vernissage de l’exposition ‘Le
bonheur est dans le prêt’, conférence
sur la microfnance et ses défs en
Ethiopie, un concert de l’artiste éthio-
pienne Minyeshu et un repas éthio-
pien à l’Abbaye de Neumünster ont été
convoités par le public. Plus de 300
personnes au total se sont déplacées
pour les Journées Sos Faim !
quelles initiatives soutenir ici au vu de celles qui fonctionnent au
Sud ! SOS FAIM apporte ce savoir-faire du Sud au débat.

- les articles de SOS FAIM donnent-ils lieu à une réac-
tion de la part du public ?
Nous savons notre public sensible aux interventions des ONG,
émanation de la société civile et, si on interroge nos lecteurs sur
ce qu’ils aiment dans le Jeudi, plusieurs ont su citer la chronique
de SOS FAIM !
« dans trois ans, le Mali exportera du riz »,
Le Jeudi, 12 novembre 2009

« En Ethiopie, certains s’en sortent »,
Le Quotidien, 9 septembre 2009

« Et si l’agriculture familiale pouvait nourrir le
monde – créer des alliances de solidarité »,
La Voix, 7 octobre 2009
Sos Faim a envoyé un journaliste du Tageblatt en Répub-
lique Démocratique du Congo, au Kivu. Pourquoi ? Il est
nécessaire de montrer le travail porteur d’espoir de nos
partenaires dans un contexte très difcile.
La chanteuse éthiopienne
Minyeshu a enfammé la Salle Robert
Krieps avec la musique de son
pays natal !
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
1
0
donner,
c’est aussi s’engager
Signes de solidarité et d’engagement, les dons sont essentiels pour
permettre à nos partenaires africains de mener à bien leur mission :
lutter contre la pauvreté et la faim, et donc améliorer le niveau de vie
des plus démunis.
RécOltE
dE FOndS
MERcI POuR vOtRE SOutIEn !
Nous pensons aux familles qui ont soutenu les actions de
Sos Faim lors du décès d’un proche :

- Famille de Monsieur Raymond Hofmann
- Famille de Monsieur Venant Kinsch
- Famille de Madame Liot-Zinnen
- Famille de Madame Dondlinger
- Famille de Monsieur Neika

Madame Schroeder a souhaité soutenir Sos Faim à
l’occasion de son 50
e
anniversaire.
Madame Flory Schleimer-Kinsch a également souhaité
fêter son anniversaire de manière solidaire en soutenant
Sos Faim !
Félicitations à Monsieur et Madame Kiefer-Kinsch pour
leurs noces d’or.

Nous vous remercions de votre confance et de votre soli-
darité.
En 2009, Sos Faim a récolté 447.456,78 € grâce
à 9.072 dons (d’une moyenne de 49,32 €).

Merci à tous pour cet engagement !
Cela nous motive tous les jours à poursuivre notre travail de
lutte contre la faim.
Cinq bulletins de récolte de fonds ont
été envoyés à nos donateurs en 2009
et un courrier à tous les ménages
luxembourgeois. Cela s’est révélé
concluant puisque nous avons recruté
ainsi 1522 nouveaux donateurs. Au
31 décembre 2009, Sos Faim compte
4910 donateurs actifs, c’est-à-dire
ayant efectué un don dans les douze
derniers mois.


En 2008, Sos Faim a adhéré au code
de bonne conduite des organismes
luxembourgeois faisant appel à la
générosité du public et ce dans un
souci de transparence, d’éthique vis-à-
vis de ses donateurs.
04.
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
1
1
Le présent Code de bonne conduite des organismes faisant
appel à la générosité du public (Code de bonne conduite)
s’adresse (1) aux associations sans but lucratif, fonda-
tions et autres établissements d’utilité publique de droit
luxembourgeois, (2) actifs dans le domaine environnemen-
tal, humanitaire ou social et (3) fgurant au « Relevé des
organismes pouvant recevoir des dons fscalement déducti-
bles dans le chef des donateurs » (ONG comprises), publié
par l’Administration luxembourgeoise des contributions
directes.
Ce Code de bonne conduite défnit six engagements que les
organismes adhérents entendent respecter.
1. lES dROItS dES dOnAtEuRS
les donateurs ont droit :
1.1. à une information complète concernant le don sol-
licité.
1.2. à une attestation ofcielle de leur don dans un délai
raisonnable.
1.3. au respect de l’afectation des fonds.
1.4. à une réponse rapide et honnête à leurs demandes
d’information.
1.5. à une réponse appropriée et rapide en cas de récla-
mation.
2. unE gEStIOn déSIntéRESSéE
les organismes adhérents s’engagent à :
2.1. ne pas rémunérer les fonctions d’administrateurs.
2.2. ne pas distribuer directement ou indirectement des
bénéfces.
2.3. ne pas attribuer de l’actif aux sympathisants de
l’organisme adhérent et leurs ayants droit.
2.4. ne pas accorder aux salariés des organismes
adhérents le droit de vote ni le droit d’être élu à
l’organe statutaire compétent de l’organisme en
question.
3. unE gEStIOn RIgOuREuSE
les organismes adhérents s’engagent à :
3.1. mettre en place des procédures et des contrôles
permettant d’assurer la pertinence et l’efcacité de
leur gestion.
3.2. sélectionner les fournisseurs dans des conditions
objectives et transparentes.
3.3. mettre en place un mode de gestion des plaintes
et à informer au moins annuellement l’organe de
direction du nombre, du type et du règlement des
plaintes des donateurs.
4. dES ActIOnS dE cOMMunIcAtIOn
IRRéPROchABlES
les organismes adhérents s’engagent à :
4.1. donner au public et à leurs donateurs une informa-
tion fable, loyale, précise et objective.
4.2. respecter la dignité des bénéfciaires ; et ne pas ex-
ploiter abusivement l’image de la détresse humaine,
ni cautionner une forme quelconque de discrimina-
tion, ni inciter à la violence.
4.3. mettre à la disposition des donateurs un rap-
port des activités de l’année écoulée comprenant
notamment la somme des fonds recueillis lors des
actions de collecte de fonds auprès du public et leur
afectation.
5. dES ActIOnS dE cOllEctE dE
FOndS IRRéPROchABlES
les organismes adhérents s’engagent à :
5.1. ne mettre en oeuvre que des modes de collecte de
fonds respectueux des donateurs.
5.2. régler par convention écrite toute collecte organisée
par un tiers rémunéré et à en informer le public.
5.3. n’accorder aucun avantage direct ou indirect
proportionnel aux fonds collectés aux personnes
apportant leur concours aux opérations de collecte
de fonds.
5.4. ne se procurer des moyens fnanciers nécessaires
qu’avec droiture et qu’avec des dépenses justifables.
5.5. ne pas vendre, louer, partager ou échanger leurs
listes de donateurs.
6. tRAnSPAREncE FInAncIèRE à
l’égARd dES dOnAtEuRS
les organismes adhérents s’engagent à :
6.1. tenir une comptabilité régulière, à établir leurs
comptes annuels comprenant le bilan, le compte de
profts et pertes ainsi que l’annexe et à établir, à la
fn d’un exercice social, un budget prévisionnel pour
l’exercice social subséquent.
6.2. se faire contrôler leurs comptes annuels par un
réviseur d’entreprises désigné par l’organe statu-
taire compétent.
6.3. tenir les comptes annuels, le rapport de gestion et
le rapport du réviseur d’entreprises à disposition
des donateurs à leur siège.
code de bonne conduite
des organismes faisant appel
à la générosité du public
S
O
S

F
A
I
M

L
U
X
E
M
B
O
U
R
G

/

R
a
p
p
o
r
t

d
'
a
c
t
i
v
i
t
é
s

2
0
0
9
1
2
FORUM
.........................................................................
DANS LE SILLAGE...
.....................................................................................
Le Jeudi · 22 avril 2010 Page 47
Contre vents et marées, la Fé-
dération des associations
paysannes de Louga (Fapal)
qui regroupe environ 2.000
familles organisées en une
trentaine d'associations villa-
geoises, œuvre au renforce-
ment de la production agri-
cole des exploitations familia-
les. Devant le tourisme, l'agri-
culture demeure la principale
source d'emplois et de reve-
nus pour 60% des Sénégalais
et sa contribution au produit
intérieur brut du secteur pri-
maire est encore estimée à
55%. Si les crises agricoles et
alimentaires ne sont pas nou-
velles, elles frappaient parti-
culièrement les villages, où
plus de sept ménages sur dix
vivent en dessous du seuil de
pauvreté. Mais, depuis 2008,
la flambée des prix sur le mar-
ché mondial les a aggravées
et répandues jusqu'aux villes.
Pourquoi cette traînée de
poudre?
Parce que le Sénégal est le
pays d'Afrique subsaharienne
le plus dépendant pour ses
importations de riz, de blé et
de lait. Une aberration qui ré-
sulte de choix politiques.
Malgré les tentatives de déve-
loppement de la riziculture ir-
riguée dans la vallée du fleuve
Sénégal, la dépendance ali-
mentaire du pays s'est ampli-
fiée suite aux sécheresses des
années 70 et à la libéralisation
de l'économie. Entamée à la
fin des années 1970 par la si-
gnature d'accords d'ajuste-
ment structurel avec le Fonds
monétaire international et la
Banque mondiale, la libéralisa-
tion censée apporter la crois-
sance n'a pas empêché une
baisse constante de la pro-
duction agricole de l'ordre de
1% par an depuis 1980!
Dans la région de Louga, dans
le nord du pays, la culture de
l'arachide a été introduite
dans les années 1880 par les
colons français. Au départ,
cette culture d'exportation est
ainsi venue s'ajouter à la cul-
ture traditionnelle du mil et à
l'élevage domestique, déve-
loppant la monétarisation de
l'économie des villages. Mais,
plus d'un siècle après, les pay-
sans témoignent d'une dégra-
dation des rendements et du
niveau de vie: «~v¬r/ /es ¬r
rees í9oO /es /erres e/¬|er/
r/us /er/|/es cr cu//|v¬|/ reu e/
cr recc//¬|/ re¬uccur /es
c/¬nrs re scr/ r/us /es né
nes» Et un autre d'ajouter:
«//us|eurs /erres Ju v|//¬¸e re
scr/ r¬s n|ses er cu//ure
/¬u/e Je senerces e/ Je
nc,ers.»
SÉCHERESSES
RÉPÉTÉES
De fait, des études ont mon-
tré qu'avant les années 1980
la production agricole cou-
vrait les besoins alimentaires
des ménages pendant au
moins six mois, voire un an,
pour les deux tiers d'entre
eux. Mais en 2007, la faible
production agricole s'est tra-
duite par un taux de couver-
ture alimentaire qui ne dépas-
sait pas un mois pour 68% des
ménages enquêtés! Cette
évolution de tendance se
confirme depuis.
Cette situation de déficit,
constatée depuis quelques
décennies, a poussé les popu-
lations à adopter des straté-
gies d'adaptation et a trans-
formé les modes de consom-
mation des ménages: d'une
alimentation à base de mil au-
toproduit, ils sont passés à
une alimentation constituée
essentiellement de riz, im-
porté à 60%.
Or, la hausse vertigineuse des
prix des denrées de première
nécessité (+ 50% pour le riz et
+ 75% pour l'huile en 2008) a
contraint nombre de familles
à se contenter d'un seul repas
quotidien!
Face à cette détérioration des
conditions de vie, la tentation
de l'exil se fait de plus en plus
forte, d'autant que les ména-
ges qui s'en sortent le mieux
sont ceux qui comptent un
émigré en Europe: l'argent
des transferts assure jusqu'à
89% des dépenses mensuelles
des ménages. Alors que la ré-
gion compterait déjà 24.000
migrants, on estime que l'im-
migration fait vivre quatre
ménages sur cinq!
Sécheresses répétées et
baisse continue de la pluvio-
métrie dues au changement
climatique, érosion des terres,
ajustements structurels et
désengagement de l'État sont
autant de facteurs qui minent
la cohésion sociale dans les
villages. «/rc¸ress|vener/
/´|Jer/|/e r¬,s¬rre ou|//e
/´|n¬¸|r¬|re Jes rcru/¬/|crs»,
déplorent les animateurs des
organisations paysannes qui
se battent pour renverser la
tendance et faire du milieu ru-
ral, à travers une restauration
des activités agricoles, l'alter-
native à l'émigration du dés-
espoir.
Malick Sow, le secrétaire gé-
néral de la Fapal, ne baisse
pas les bras: «// /¬u/ ¬vc|r /¬
/é/e sc/|Je rcur res/er!» Tout
en cultivant sa terre, il arpente
les villages pour porter des
paroles d'indépendance et
d'autoprise en charge. Il veut
«rrcuver oue /´cr reu/ res/er
|c| s¬rs /erJre /¬ n¬|r /es
¸ers /´cur/|er/ c¬r ur Jes
rrcr/ènes Je /´|nn|¸r¬/|cr
c´es/ Je Jcrrer erv|e Je rrc
Ju|/s ou¬s|ner/ |r¬ccess|r/es
ccnne Ju r¬|r Cu//|ver Jes
cere¬/es rcur s¬ rrcrre
ccrscnn¬/|cr es/ r|er r/us
¬v¬r/¬¸eux n¬|s /es r¬,s¬rs
cr/ rerJu ce//e /¬r|/uJe er
se ccrs¬cr¬r/ ¬ux ¬r¬c/|Jes
J´exrcr/¬/|cr Jcr/ /¬ /|/|ère
es/ ¬u/curJ´/u| ru|ree».
Pour remédier à ces dérives,
la Fapal s'attache à renforcer
la production agricole en lut-
tant contre la désertification
via le reboisement, et à pro-
mouvoir le maraîchage pour
permettre aux familles d'amé-
liorer leur alimentation et de
générer des revenus à travers
la vente des produits.
Malick Sow sait que, s'ils doi-
vent compter sur eux-mêmes,
les paysans ne détiennent pas
seuls la clef: «/es rrcJuc/eurs
eurcreers re scr/ r¬s rcs
¬Jvers¬|res /es rc/|/|oues eu
rcreerres ou| /uer/ Jes cer
/¬|res Je rrcJuc/eurs s|! /¬|s
rcs rrcrres ¸cuverrener/s
cr/ e¸¬/ener/ ur rc/e ¬ /cuer
s´|/s re veu/er/ r¬s /er|/er Je
/¬ néne e/|oue//e |/s Jc|ver/
rcus ¬|Jer ¬ reJresser /¬ /é/e
r¬r exenr/e er /ern¬r/ rcs
/rcr/|ères rerJ¬r/ oue/oues
¬rrees er Jercr,¬r/ /¬ n¬|r
n|se Jes nu//|r¬/|cr¬/es sur
/es er/rerr|ses /cc¬/es rre/ er
scu/er¬r/ /eurs r¬,s¬rs!»
MARINE LEFEBVRE
WWW.SOSFAIM.ORG
...........................................................
Marine Lefebvre, de
SOS Faim Luxembourg,
partage voyages et
photos autour du travail
d'une ONG en Afrique.
Cette semaine, elle
constate que a
mécanisation de la
riziculture dans la vallée
du fleuve Sénégal reste
embryonnaire.
Chronique d'une ONG en Afrique
Stopper l'hémorragie des paysans sénégalais
P
h
o
t
o
:
M
a
r
i
n
e
L
e
f
e
b
v
r
e
«Les producteurs européens ne sont pas nos adversaires. Les politiques européennes qui tuent des centaines
de producteurs, si!»
[...] L'abolition de la peine de
mort est bien une tendance
qui se renforce d'année en an-
née, avec un nombre crois-
sant de pays qui rejoignent la
liste des États – aujourd'hui
plus de 140 – qui ont renoncé
à la peine de mort et qui,
comme nous tous, estiment
que l'application de la sen-
tence capitale constitue une
violation des droits de
l'homme, et un traitement
cruel, inhumain et dégradant.
Je dis convaincre l'humanité,
car c'est bien l'exercice qui
doit être le nôtre. Dans nos
contacts bilatéraux, à l'ONU,
dans les enceintes régionales
et internationales, dans les
médias, dans les écoles, nous
avons la responsabilité de
plaider la cause de l'abolition
de la peine de mort, dans le
respect et avec dignité, mais
également avec conviction.
Pour ce faire, nous devons dé-
velopper ensemble une stra-
tégie commune pour sensibili-
ser l'opinion publique interna-
tionale, les parlementaires, les
officiels, et le pouvoir judi-
ciaire dans les pays rétention-
nistes pour les faire évoluer
dans leur approche.
[...] Je tiens ainsi à féliciter
plus particulièrement les pays
qui ont démontré leur cou-
rage politique en renonçant à
la peine de mort. Permettez-
moi de citer ici la Mongolie, le
Burundi et le Togo, mais éga-
lement le Kenya et le Ghana.
J'exprime aussi l'espoir de
voir le débat prendre racine
aux États-Unis en s'inspirant
de ceux des États fédérés –
comme le Nouveau-Mexique –
qui ont abandonné le recours
à la sentence capitale. J'ob-
serve avec attention que la
Cour suprême de Chine a pu-
blié de nouvelles règles pour
limiter l'usage de la peine de
mort. Je me félicite de consta-
ter que le Parlement ukrainien
s'est opposé à la réintroduc-
tion de la peine de mort et
que le Parlement du Kirghizs-
tan a approuvé le second Pro-
tocole optionnel du Pacte in-
ternational des droits civils et
politiques.
Je m'inquiète cependant de-
vant le fait que certains pays
procèdent encore à l'exécu-
tion de mineurs ou de person-
nes atteintes de troubles
mentaux, ou pour leur appar-
tenance ethnique, religieuse,
pour adultère, voire leur
orientation sexuelle. Permet-
tez-moi de dire que je reste
scandalisé par cette manière
de procéder, comme je le suis
d'ailleurs devant la barbarie
que constitue la lapidation,
notamment en Iran ou en So-
malie.
La peine de mort touche di-
rectement au droit à la vie. Il
m'est inconcevable que l'au-
torité publique, qui assume la
responsabilité particulière de
garantir de manière ultime les
droits de l'homme de chaque
personne, puisse retirer la vie
des personnes qu'elle est cen-
sée protéger.
Le respect du droit à la vie
passe devant le pouvoir puni-
tif de l'État. Il s'agit bien d'une
certaine conception de
l'homme et de la justice, de la
foi en la dignité inhérente à
chaque être humain et en l'in-
violabilité de la personne hu-
maine.
En outre, les erreurs judiciai-
res deviennent irréparables
avec l'application de la sen-
tence capitale. Je prends pour
exemple le tout récent cas
aux États-Unis où un Améri-
cain de Caroline du Nord, qui
vient de passer près de dix-
sept ans en prison pour meur-
tre, a été libéré et innocenté
grâce à une commission ex-
ceptionnelle qui enquête sur
les cas litigieux dans cet État
depuis 2006. Cet homme au-
rait été tué pour rien et l'er-
reur aurait été irréversible.
La peine capitale n'est pas un
facteur déterminant dans la
baisse de la criminalité ou de
l'insécurité. Il n'a jamais été
prouvé que la sentence capi-
tale soit plus dissuasive que
d'autres formes de châtiment.
Il faut tout simplement garan-
tir que tout crime soit puni.
Pendre, exécuter, électrocu-
ter, administrer du poison à
un être humain, c'est tout sim-
plement le supprimer, ce n'est
pas le punir! Ne laissons pas
l'instinct prendre le dessus sur
la raison.
[...] L'abolition universelle de-
meure notre objectif final.
Mettons tout en œuvre pour
qu'un jour nous puissions être
fiers de cette avancée pour
l'humanité tout entière.
Extraits du discours
de Jean Asselborn,
ministre
luxembourgeois des
Affaires étrangères,
à l'occasion du
4
e
Congrès mondial
contre la peine
de mort à Genève,
le 24 février 2010
Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères, sur la peine de mort (extraits)
«L'abolition universelle demeure notre objectif final»
Annexe 14
Entretien au photographe


Entretien à Patrick Galbats
Profession : Photographe indépendant
Date : 1er juin 2010
Lieu : Bureaux Sos Faim

Pouvez-vous vous présenter?
Je m´appelle Patrick Galbats, j´ai 32 ans, j´ai fait mes études artistiques au Lycée
technique des arts et des métiers ici au Luxembourg. Après je suis parti en 1999, 3 ans
à Bruxelles à l´Ecole Supérieur de l´Image. Je suis revenu en 2002, j´ai travaillé pendant
4 ans en tant que photographe pour le Magazine revue. J´étais salarié, et puis je me suis
lancé à partir du 1
er
janvier 2007 en tant que photographe, photojournaliste, artiste
indépendant et ça dure jusqu´à maintenant.
Et vous êtes luxembourgeois ?
Oui, né d´un père français naturalisé luxembourgeois…J´ai de la famille un peu partout.
Mais je suis né au Luxembourg et j´ai grandi au Luxembourg.
Combien d´années d´expérience avez-vous comme photographe ?
En tant que photographe qui travaille pour gagner de l´argent ça fait depuis 2001. Avant
je faisais des photos mais j´étais étudiant. En 2001, en tant qu´étudiant à l´école
supérieur à Bruxelles, j´ai déjà commencé come photographe étudiant a la Revue en
été, et en 2002 pareil, et puis en octobre 2002 j´ai été embauché. J´avais fini l´école.
La photographie est aujourd´hui votre activité principale ?
Oui, depuis 2002. Je gagne ma vie qu’avec la photographie.
Et vous travaillez pour quel type de structure ?
Je travaille seul, je me cherche les clients moi même, ou les clients me connaissent et ils
me demandent. Je travaille avec une ou autre agence de graphisme pour faire des
illustrations, des brochures. C´est du faux reportage hein…des trucs posés…je sais pas.
La soignante qui s´occupe de la mémé, il faut une belle image de la société qui donne ce
service. Des choses comme ça, ça me plait bien sur moins. Je travaille toujours avec la
revue qui s´appelle Revue. Je travaille beaucoup sur les couvertures et aussi un ou autre
reportage, mais j´écris pas, je fais les photos. Je travaille aussi…c´est un essai, mais je
travaille aussi avec un hebdomadaire écolo luxembourgeois. J´ai des commandes, j´ai
des bourses en tant qu´artiste, j´ai plusieurs projets en cours et je vais avoir cette année
trois expositions.
Annexe 14
Entretien au photographe


Et ça marche comment ces bourses ?
Il y a un appel aux candidatures. Là par exemple j´ai proposé un travail sur les chambres
d´ouvriers au dessus des cafés où habitent les portugais, des immigrants…J´ai eu 3750
euros pour réaliser ce travail et en plus une petite exposition, une publication…
Quel type de photo vous faites, et quel type de photo préférez-vous faire ?
Voilà, quand ça devient personnel mon travail…comme celui que j´ai fait en Ethiopie,
j`essaie de faire comme si j´étais tout seul. Je m´intéresse aux gens évidemment, à
comment les personnes vivent.
Je suis moins devenu un photographe de l´instant décisif parfois je le regrette, mais
l´instant décisif je le trouve d´abord assez difficile à capter, bien sur qu´il y a de photos
où on me dit que j´ai bien capté le moment… mais j´essai de photographier les choses a
côté pour justement montrer une autre chose. Par exemple pour montrer une famille je
peux bien montrer une espace de vie. C´est un constat d´un espace de vie comme je l´ai
fait en Ethiopie, ou ici, ou en France.
Là je fais un travail sur les chambre des jeunes et il y a aucun portrait, là aussi c´est
pareil: il faut deviner la personne qui habite la chambre
C´est juste la chambre sans la personne qu´y habite ?
Juste la chambre, souvent c´est est le coin du lit …. Voir par exemple que la fille a
encore de couettes de son enfance alors qu´elle a 16, même 17 ans ou elle a un gros
nounours, ou un truc avec des lettres d´amour au dessus de son lit. Ça illustre aussi bien
la jeunesse qu´un travail de portrait.
Diriez-vous qu´il y a une différence entre un travail plus personnel et un travail
qui a été réalisé sur commande ?
Ça dépende quelle commande, pour les magazines c´est aussi une commande mais là je
sais bien…je fais des trucs très magazine, très presse. Si la commande vient d´une
agence de graphisme il faut que ce soit très clean. C´est des photos, ça dit rien…..
Publicitaires… ?
Oui, plutôt publicitaires. Moi, je suis pas le photographe de studio. Je ne travaille pas du
tout en studio. J´ai un petit system flash, j´ai fait des choses. Je bricole sur tout, ça
marche aussi hein, je fais des fois des portraits avec deux flash et un réflecteur. Des
choses comme ça…mais moi je préfère aller sur place chez les gens, au bureau ou dans
l´entourage des personnes que je vais portraiter que les appeler dans un endroit clean
avec un miroir. Ça me motive pas pour travailler.
Annexe 14
Entretien au photographe


Et par rapport au travail avec les ONG, s´agit-il de la première fois que vous
travaillez avec elles ?
Non, la première fois a été en 2004… non, en 1998. Mais là je suis allé moi-même pour
un projet, j´ai fait des photos, c´était la première fois que je faisais des photos aussi loin
de Luxembourg et c´était en Haïti et je suis parti planter des arbres avec les scouts et
une ONG luxembourgeoise OTM (Objectif Tiers Monde). En 2004 ils m´ont demandé,
parce que là j´avais déjà travaillé comme photographe, ils m´ont demandé de faire un
travail sur la vie quotidienne en Haïti. On l´appelé « Un autre regard sur Haïti ». J´ai un
peu voyagé à travers le pays. Les sujets que je devais couvrir étaient l´agriculture, santé,
famille, religion, paysages…tout ça. On s´est dit, on va choisir plusieurs sujets.
Et c´est OTM qui décide les sujets ?
Non, on a choisi ensemble les sujets. Je m´entendais bien avec la personne qui était
responsable de la campagne et on s´est vu plusieurs fois, et avant on a décidé les sujets
qu´il fallait traiter. Moi, je connaissais déjà un peu Haïti et puis on a fait un planning
pour les 3 semaines. Presque un horaire pour les 3 semaines. Ce matin là, il faut partir à
8h pour encore faire des photos l´après midi…des choses comme ça. Parce que ce des
courtes distances mais il faut 3, 4 heures.
Et appart cette expérience, quelle autres expériences avez-vous avec des ONG ?
L´année dernière j´ai travaillé pour Caritas mais finalement ça ne s´est pas très bien
passé. C´était Caritas ici au Luxembourg, sur la précarité, la pauvreté.
Et pour quoi ça ne s´est pas très bien passé ?
Parce que le sujet était très compliqué. C´était sur la participation des usagers…, au
quotidien, sur leur organisation, sur le fonctionnement de l´organisme, dans une maison
où il y a des personnes qui sont des chômeurs à long terme qui touchent le RMG, donc
le RMI en France. Ils sont là pendant des fois des dizaines d´années. Si c´est des vieux,
ils sont déjà dans ces structures pendant des années, ils touchent des indemnisations. Ils
commencent maintenant à les motiver par des… les gens eux-mêmes doivent
commencer, par exemple… C´est bête hein mais c´est pas évident pour tout le monde.
Ils doivent par exemple, aider dans la cuisine, faire les achats. Ils sont dans une maison
où il y a par exemple 5 personnes. Ils ont un budget pour les aider parce qu’avant
c´étaient des gens alcooliques ou qui avaient des problèmes psychiques, tu vois…C´est
des petites choses comme ça. Le problème était d´abord qu´il y avait beaucoup de
personnes qui voulaient pas se montrer et on pouvait pas les reconnaître et là c´était
quand même un sujet où il faut montrer les personnes. Donc moi j´ai proposé d´autres
choses et eux ils ont dit « non, c´est pas ça ». Finalement ils ont pas choisi beaucoup de
photos. Ils avaient prévu une exposition et après ils ont utilisé mes photos pour des
Annexe 14
Entretien au photographe


panneaux… et finalement je savais pas quoi demander. Ils m´ont jamais demandé quand
est-ce que tu écris ta facture C´est un peu de ma faute aussi.
J´ai beaucoup travaillé pour eux et ils m´ont pas payé mais j´étais frustré a la fois, je
savais pas quoi demander. Moi j´ai eu beaucoup de réunions de travail, six, même plus.
C´était pas facile de comprendre ce qu´ils voulaient parce qu´eux même ils ne savaient
pas non plus ce qu´ils voulaient.
Donc votre expérience avec les ONG est avec Sos Faim, Caritas, l´OTM… ?
Avec ASTI aussi. Mais ce n´est pas une ONG. C´est l´association de soutien aux
travailleurs immigrés. Avec eux j´ai travaillé aussi ça s´est pas non plus très bien passé
mais je suis encore en très bon contact avec l´ancien président. Là c´était plutôt le
problème des personnes qui prenaient un cours de photo, un workshop avec des
demandeurs d´asile. Ils aiment bien participer à beaucoup de choses pour après avoir
dans leurs CV qu´ils ont participé à plein de trucs mais parfois ils ne sont pas très
motivés. Des fois ils ont plein de choses à faire. Il y avait beaucoup de personnes qui
avaient dit qu´ils venaient mais à la fin … il y en avait 4, 5. Parfois il y en avait qu´un.
On se baladait à Esch, on a fait des photos. Ils ont fait des photos et après on leur avait
demandé s´ils voulaient faire une petite exposition, une fête presque privée au Casino
communal de Bonnevoi . Ils étaient pas d´accord. Ils voulaient pas être exposés. C´est
des gens qui ont peur.
Et pour Sos faim, le premier contact a été pour l´exposition sur l´ Éthiopie ?
Oui. En fait j´ai rencontré Marine
1
quand elle venait au Luxembourg, c´est une
connaissance d´une amie à ma femme à Paris, qui lui a dit « j´ai une amie qui va à
Luxembourg, à Esch, très près de chez vous et elle connait personne ». Donc j´ai
rencontré Marine comme ça.
C´est par Marine que vous avez connu Sos Faim ?
Oui. C´est très luxembourgeois ça parce que c´est petit. C´est comme ça que ça se
passe. Ici il faut mieux connaitre des gens. Si on connait personne…on a pas de
boulot… Moi, j´ai jamais eu de problèmes pour trouver du travail…mais j´aimerais
avoir plus de travail comme pour Sos faim.
Et vous travaillez sur tout le Luxembourg
Oui, j´ai eu des commandes cette année, j´ai eu carte blanche pour un travail qui doit se
faire pour une commune du Luxembourg et je ferai ce que je veux. J´aurai une
exposition à la fin de l´année. Je suis en train de finir un livre aves les Editions Revue

1
Marine Lefebvre, Responsable de l´information (médias, internet) de SOS Faim.
Annexe 14
Entretien au photographe


sur les migrations aux Luxembourg et sur les conséquences sur le pays et sur les
immigrés. Je travaille plus d´un an dessus. J´ai aussi travaillé sur les toxicomanes.
Quel intérêt à travailler avec ce type de structures, ce soit ONG, commune…
J´aimerais bien m´engager avec ma photographie, donc si je choisis de faire un travail
sur les chambres d´ouvriers qui sont comme il y a 40 ans, je le fais pour montrer un côté
du Luxembourg que les gens ne connaissent pas. Donc avec les ONG c´est pareil, si une
ONG me demande et je suis d´accord avec leur politique, avec ce qu´ils font donc j´ai
pas de problème d´accepter et ça me fait plus de plaisir que faire un livre de cuisine
pour des maisons de vieux ou des trucs comme ça.
Est-ce que´on peux choisir vraiment où on veut travailler ?.
Non. Finalement je choisi pas vraiment mais la seule fois où j´ai choisi c´est mes
travaux personnels. Quand je choisi de travailler avec les enfants de rue a Bamako, j´ai
mes contacts et je le fais. Maintenant j´ai pas les sous et j’ai pas le temps. C´est pareil
avec les chambres d´ouvriers, j´ai choisi de le faire. Avec les organisations, je suis
content quand il y en a une qui me demande. Mais je suis content aussi que c´était Sos
faim et pas ADA. En plus les photos de leur exposition, j´aime pas ce que l´autre
photographe a fait. Peut être il pouvait pas faire autrement, je ne sais pas. Peut être il
avait pas beaucoup de temps…j´ai aucune idée. Je le connais, il est sympa, c´est un
collègue à moi mais…
C´est quoi que vous aimez pas de ses photos ?
C´est le style mais c´est aussi…j´aime pas les photos comme ça. Il demande à poser tout
le temps. Moi j´essai quand même quand je vais quelque part, je suis présenté aux
personnes et les personnes savent que je viens faire des photos. Mais normalement je les
demande pas à poser, sauf pour un portrait peut être et encore... Ça s´est pour les
magazines que je fais ça… Je leur demande de se mettre comme ça, comme ça… (il
montre des photos faites pour le Magazine Revue). Je trouve qu´on peut pas faire ces
photos dans une exposition pareil…C´est tragique, je trouve.
Avez-vous reçu des consignes pour le travail avec SOS Faim ? Lesquelles ?
J´ai eu des entretiens. Ils m´ont donnée des consignes mais à la fin j´ai fait quand même
un peu comme je voulais. Ils étaient shockés mais je crois qu´après ils étaient après
contents. S´ils veulent des photos et ils ont des photos déjà en tête. C´est claire dès le
début, quand je travaille avec une agence de graphisme ou un magazine et ils me disent
« je veux ça ou ça, une telle pose, une telle scène » si c´est tout préparé, là je m´en fous.
Mais si c´est pour une exposition, surtout dans l´Abbey de Neümunster et en plus c´est
un truc où je veux m´engager un peu, normalement je me laisse pas faire. Ben, c´est pas
que je me laisse pas faire mais je laisse pas qu´on me disse comment je dois
Annexe 14
Entretien au photographe


photographier. Après, il y a des choix. On peut toujours changer. Et ce n´est pas 100%
mon choix.
Avez-vous ressenti beaucoup de restrictions pour le travail sur l´Ethiopie ?
Ils ont été très stressés au début. Quand je suis revenu et j´ai montré les premiers
tirages, il y avait Thierry
2
. Il est venu, il a regardé, il était un peu nerveux. Il a dit : « je
vous laisse choisir ». Une semaine après je reviens avec d´autres photos. Là il était
beaucoup plus calme et il m´a dit que la première fois il croyait que tout mon travail
était raté.
Pour quoi ?
Moi, je travaille en argentique. J´avais les planche-contact de 131 films. J´ai regardé les
planches, je trouvais pas une bonne photo. Je crois que je suis revenu dimanche, j´ai
toute de suite donné les films à mon tireur, lui il était lundi au labo et mercredi j´avais
les planches. Moi, j´ai regardé et j´ai trouvé tellement des photos ratées que j´étais
frustré. J´ai pris le truc, je l´ai mis dans une caisse et je les ai pas regardées. Mon tireur
il m´a dit, « j´ai regardé tes planches et il y a des très belles photos ». C´est vrai qu´il
regardait ça aussi d´un point de vue artistique. Mais après 3, 4 semaines, ça allait.
Il faut une distance entre le moment où je fais les photos et le moment où je commence
à faire un choix, sinon ça va pas. Émotionnellement je suis trop dedans.
Et avant le travail vous avez déjà été en Éthiopie ?
En Ethiopie, non. J´étais deux fois au Mali et au Nigeria. Mali parce que j´aime bien le
Mali, j´y suis resté presque deux mois. Nigeria pour le travail.
Pour une ONG ?
Non, c´étais à mon compte. On a vendu ce travail trois fois. J´ai suivi trois ex
demandeurs d´asile qui ont été expulsés du Luxembourg. J´ai fait des portraits, j´ai fait
un peu des photos d´ambiance de la ville. J´ai un très bon ami journaliste. C´est lui avec
qui je vais faire un bouquin. Nous, on fait comme ça des projets appart. Donc Nigeria
c´était appart. Après on a vendu à deux supports allemands, et à la revue aussi qui nous
avait donné de l’argent avant, 1750 euros je crois. En fait, les frais de voyages étaient
couverts.
Le travail sur le terrain a été facile ?
En Ethiopie ou en Nigeria ?
En général en Afrique….et en spécifique en Ethiopie…

2
Thierry Défense, Directeur de SOS Faim.
Annexe 14
Entretien au photographe


D´abord en Nigeria c´était super compliqué. On était dans une cité qui est entourée
d´une muraille avec des gardiens avec des barbelés. Si non tu peux pas y vivre. C´était
super difficile d´y sortir seul. On était tout le temps en danger. C´est une ville où les
gens sont hyper agressifs. Et puis le Mali, j´adore le Mali. C´est très facile mais j´aime
pas me balader comme ça dans la rue et commencer à faire des photos. Ça j´aime pas à
aucun moment même au Luxembourg. Je travail sur les immigrés, je vais dans un café
par exemple près de la frontière où il y a pas mal de portugais. J´étais un peu gêné. On
pourrait dire qu´en tant de photographe non mais si. J´ai une consciente et je me dis que
si j´étais dans leur cas, je gagne 1500 euros par mois ou peut être 1800 et je paye 600
pour ma chambre, et le reste j´envois à ma famille. Et les gens ils savent qu´ils sont dans
une situation difficile et puis il y a le photographe qui vient et fait des photos. C´est
comme au zoo. J´ai peur que les gens ne se sentent pas bien.
Et vous demandez des autorisations à chaque fois ?
D´abord je fais une demande à l´oral quand je vais dans un café, d´abord au patron,
après je commence à parler aux gens et ils me donnent leur accord ou pas, et s´ils me le
donnent je leur demande plus. S´il y a une scène une heure après, je les photographie. Je
leur dis pas « je vous photographie ». Mais au début je peux pas. C´est pour ça que la
photo de rue est difficile. Je n´ose pas.
Et en Ethiopie ?
En Ethiopie ça a été plus facile parce que je suis allé chez les clients de Busaa Gonofaa
ce qui m´a rendu la chose beaucoup plus facile. Les gens savaient que je venais. Ce qui
était compliqué était l´organisation sur le terrain. Ils sont très sympas, très gentils mais
ils sont pas habitués peut être à travailler avec un photographe ou peut être il y a des
photographes qui travaillent plus vite. Mais je peux pas aller chez quelqu'un. « Qu´est
ce qu´elle doit faire », on me demande. « Il faut que tu lui disses ». Ou sinon je fais des
photos et il dit «c´est bon ? On peut partir ? ». Ça c´était tout le temps et c´est quelque
chose qui m´énerve vraiment.
La première semaine c´était génial, j´étais avec deux gars que j´adorais. On s´est
vraiment bien amusé. Après j´étais dans un autre endroit du pays, j´étais avec un gars
qui était sympa aussi mais il parlait pas très bien l´anglais alors il y avait déjà les
problèmes de communication. J´essayais de lui expliquer un truc et il était….il a rien
compris. Même si je parlais lentement… je peux pas être fâché mais ça m´a énervé…en
plus j´étais malade.
Et comment faire pour communique avec les gens en Ethiopie ? Parce qu´ils
parlent pas anglais, surtout à la campagne.
Annexe 14
Entretien au photographe


Oui mais il faut rigoler, J´apprends à dire toujours quelques mots. Les gens trouvent ça
tellement rigolo quand je les dis. Il y a déjà les femmes qui font «hihihihi». Pas besoin
de parler…
Pour la sélection de photos. Comment avez-vous fait ? C´était votre travail ? Celui
de Sos Faim ?
J´ai proposé…finalement j´avais 200 photos pour mon premier choix, après j´ai fait un
choix de 60, et dans les 60 j´ai choisi avec Marine et avec Chloé, et il fallait se battre. Je
devais dire « Il faut garder celle là » et elles « mais pour quoi ? ». « Parce qu´il faut la
garder ».
Et quels étaient ces critères de choix ?
Si l´esthétique n´y est pas, je peux pas…j´ai vraiment du mal a
choisir la photo. Mais par exemple là…Il y a il ce flou encore, il
y a les trois femmes, le voile, l´histoire de l´argent, le mur d´une
jolie couleur…En plus elles sont concentrées.



Là c´est un intérieur où je montre pas les personnes mais je
montre leur espace de vie. Ça montre pas bien sûr, comment
les gens vivent en Ethiopie mais il y a des gens qui vivent
comme ça. Ça c´était la maison plutôt riche.


Là c´était la maison plutôt des pauvres pas les plus pauvres
mais qui sont encore pauvres. Ils ont déjà plus, ils ont des
vaches, ils ont de l´alcool, ils vendent ça, ils sont actifs.
Mais on a été chez des gens pour faire des photos, des gens
qui n´ont vraiment rien, c´est vraiment tragique...



Annexe 14
Entretien au photographe


Là aussi, il y a une réunion des femmes, il y a un
regard, et puis il y a le garçon qui promène les
vaches. Et c´est très typique, c´est les enfants qui font
ça.





Là c´était pour moi montrer une femme au travail, à la
maison au ménage. Il y a une certaine composition dans la
photo bien sûr.





Il y a de photos dans l´exposition que vous n´aimez
pas ?
Si, la photo de la vache, celle là j´aime pas. Peut être
qu´elle illustre un truc…mais pour moi c´est pas une
photo que j´aime bien.

Et vous êtes content du résultat?
Moi, je suis content. J´avais vraiment peur que Sos Faim ne l´était pas mais
apparemment ils sont contents. C´est comme j´ai dit si des gens qui disent exactement
« Nous, on veut des photos come ça comme ça », il faut prendre un cours de photo et les
faire soi même. Mais c´est une opinion… c´est pareil avec les trucs plus alimentaires,
quand même, là c´est claire dès le début.


Pour quoi serait il intéressant
Faire une exposition attire toujours d
large que si on faisait une publication
publication au lieu d´une exposition. J
photographie il y a rien de plus beau que d
raconte un sujet aussi, les
cher. Pour une exposition,
fait. C´est assez compliqué au L

Celle là j´aime pas non plus,
pourquoi ils l´ont choisi.
J´aurais aimé 15 photos de p







Celle là, j´aime beaucoup…
J´aurais montré celle là au lieu de la vache.
femme avec les gosses, po
représentatif. Ça montre pour quoi
ça, pour quoi Sos faim ou Busa Gonofaa font ce qu´ils
font… Je la trouve une belle photo mais…
des photos plus poétiques…




Entretien au photographe
intéressant pour une ONG d´avoir une exposition
Faire une exposition attire toujours des visiteurs. Normalement c´est
que si on faisait une publication, mais personnellement je préférais
publication au lieu d´une exposition. Je suis collectionneur des livres de photos.
photographie il y a rien de plus beau que de faire un livre qui est joli, bien fait,
qualités artistiques de l´auteur…mais ça coûte souvent très
le public est plus large. Normalement, ça dé
fait. C´est assez compliqué au Luxembourg.
à j´aime pas non plus, je comprends
ont choisi. Mais je l´aime pas.
15 photos de plus…
beaucoup…mais ils ont pas voulu.
au lieu de la vache. Ça c´est la
les gosses, pour moi c´est très
. Ça montre pour quoi la femme fait tout
ça, pour quoi Sos faim ou Busa Gonofaa font ce qu´ils
Je la trouve une belle photo mais… J´aurais mis

Annexe 14
Entretien au photographe

sition photo ?
c´est un public plus
préférais plus faire une
e suis collectionneur des livres de photos. Dans la
e faire un livre qui est joli, bien fait, qui
mais ça coûte souvent très
dépend d´où on la
Annexe 14
Entretien au photographe


C´est qui m´a étonné de l´exposition c´est de voir des photos où il y a pas de
personnes.
Oui, me je leur avais déjà montré mon travail….C´est un choix, parce que je fais
toujours un mélange, des portraits et des constats. Tu peux faire des associations comme
ça. Tu peux pas montrer la photo de la femme sans montrer l´intérieur de sa maison en
même temps. Mon style n´est pas extraordinaire ; c´est un style très répandu. Tous les
photographes que j´admire font beaucoup des photos où il y a personne dessus.
Il y a beaucoup de photographes au Luxembourg ? Il y a beaucoup de
concurrence ?
Il y a de la concurrence mais pas forcement pour moi. Entre les jeunes, de mon âge, un
peu plus jeunes il y a de la concurrence ? Sincèrement non. Il y a Armand Questch, il
habite à Bruxelles mais si non, je suis concurrent d´Yvon Lambert. Avant il a été le
photographe qui a toujours fait des photos pour les ONG´s, pour les Ministères. En fait
c´était lui qui devait aller en Ethiopie. Et depuis que finalement il a su que c´était moi
qui devait aller en Ethiopie il me dit pas bonjour ni. Il y a beaucoup de photographes
mais ils travaillent pour la presse ou ils font des trucs publicitaires, et ça m´intéresse pas
non plus. Je l´ai fait aussi à un moment parce qu´on fait rien et c´est bien payé.
Vous travaillez en numérique ?
Oui, oui. Je travaille en argentique, pour l´Ethiopie ou les projets comme ça mais
sinon…en numérique. Mais pour exemple, sur l´immigration au Luxembourg je
travaille en numérique pour ce projet parce que suis très mal payé, mais ça marche aussi
bien. J´ai maintenant l´habitude d´aller mitrailler.
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


Entretien à Marion Bur
Poste: Responsable de l’information ADA (Appui au développement autonome)
Date : 14 juin 2010
Lieu : Bureaux ADA
Pouvez-vous vous présenter ?
Moi, je suis responsable de l’information et des actions de sensibilisation ici chez ADA
et en tant que responsable de la sensibilisation, une de choses que nous avons faites
quand je suis arrivée ici a été justement cette exposition photo. Donc j’ai effectivement
initié cette exposition avec un photographe qui avait travaillé avec moi quand j’étais
journaliste au Luxembourg. Je connais son travail, sa qualité humaine. Il s’appel Guy
Wolf, il est un photojournaliste luxembourgeois. Il est dans la presse depuis 20 ans.
Pouvez-vous me raconter votre expérience avant d’arriver à ADA ?
J’ai un master lettres modernes à l’université de Metz. J’ai rapidement intégré une
rédaction au Luxembourg quand j’ai terminé mon master. J’ai commencé avec un stage
qui s’est très bien passé et l’année d’après on m’a appelé pour travailler définitivement.
C’était le moment où ils ont crée La voix du Luxembourg. Il a été crée en 2001. Ils
avaient besoin de rédacteurs francophones. C’est à ce moment là que j’ai eu la chance
que ça se passe en même temps et j’ai été embauché comme journaliste. Pendant six
ans, et ensuite j’ai fait une reconversion professionnelle. Je voulais vraiment voir le
travail de développement des ONG et donc à ce moment là j’ai postulé chez ADA
comme chargée de l’information et de la communication. Ça a été en juillet 2007.
Pouvez-vous m’expliquer les activités de l’ONG ?
D’abord il faut dire qu’ADA est depuis toujours experte en microfinance, on a jamais
fait autre chose que la microfinance, depuis 15 ans parce qu’ADA a été crée au
Luxembourg et depuis 1994 ADA appui les institutions de microfinance, donc ce sont
les intermédiaires entre toutes les organisations d’appui et les micro entrepreneurs au
bout de la chaine. On fait des formations pour les institutions de microfinance, de
l’appui technique mais ça, c’est devenu un programme indépendant qui s’appel
Luxembourg microfinance and development fund. Et puis dans un troisième volet nous
faisons de l’innovation. C’est à dire qu’on va créer des nouveaux produits de
microfinance qu’on va tester avec nos partenaires dans le sud parfois aussi avec des
expertises extérieures et si ça marche on va développer le produit et le répliquer pour
l’avoir dans d’autres régions et d’autres pays et ensuite notre quatrième volet c’est
justement l’information, la diffusion de l’information, l’analyse de l’information sur la
microfinance pour la mettre à disposition de tous les acteurs ou même ce qui ne sont pas
acteurs de la microfinance. La sensibilisation fait partie de ses actions. En quatrième
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


temps on cordonne aussi des réseaux de microfinance tels que Microassurance Network,
ou African microfinance transparency. Ceux là on dit que c’est des programmes
satellites qui ont chacun sa spécificité et ils ont pour mission de promouvoir quelque un
aspect de la microfinance. Donc il y a micro assurance, la transparence, et un troisième
c’est le rating initiative qui promut le « rating » du secteur des IMF…la notation. C’est
très pointu comme réseau et tout ça, c’est complémentaire. On travaille en synergie. Ils
sont tous logés ici dans la maison de la microfinance.
Mais sont-ils indépendants ?
On peut dire qu’ils sont semi indépendants, c’est à dire qu’ils ont leur identité propre
avec leur logo, avec leur charte graphique, parfois avec leur site internet, matériel de
communication propre mais sous l’égide d’ADA qui lui en fait, il cordonne tout ça.
Et donc vous travaillez seulement avec des IMF, vous travaillez aussi par exemple
avec des organisations paysannes ?
Non, ça c’est vraiment la spécificité de Sos Faim et c’est dans cela que nous sommes
complémentaires. On travaille surtout avec des institutions de microfinance qui sont en
état de maturité mais pas de la création. De l’appui à des structures existantes et qui ont
besoin de se développer pour attirer plus de clients, pour atteindre à plus de population.
En combien de pays travaille ADA ?
Il y en a 18, la plupart dans l’Afrique de l’Ouest, il y en a en Amérique latine et l’Asie.
Mais juste au Luxembourg ou avez-vous aussi des antennes ?
Non, c’est contraire à notre philosophie parce que vous voyez bien, c’est dans notre
nom « appui au développement autonome » Donc on va pas rester de manière
permanente dans un pays à côté d’un partenaire. On veut transmettre un savoir faire, de
l’expertise et le partenaire, lui il va se les approprier pour pouvoir se développer, pour
renforcer ses capacités, etc. Bien sur on est là si on a besoin de nous mais on veut pas
sembler néocolonialiste. L’autonomie est très importante.
Quels objectifs dans la communication d’ADA ?
En fait dans la communication des ONG, dans notre jargon, on dit de la sensibilisation.
C’est ça notre principale arme de communication. On a énormément travaillé depuis le
début, depuis 1994, pour sensibiliser un groupe cible très important qui était le secteur
financier parce qu’au départ, le secteur financier ne connaissait pas ou très peu la
microfinance, je me concentre sur le Luxembourg, voire il était vraiment réticent et là
ADA a joué un rôle très important pour sensibiliser le secteur financier. Ça, je crois que
c’est réussi parce que si on voit le nombre d’acteurs impliqués, les fonds
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


d’investissement qui ne cessent pas d’augmenter, l’intérêt de la coopération
luxembourgeoise, du Ministère de finances également, du Premier Ministre on voit qu’il
y a un gros travail qui a été fait à ce niveau là. Alors ça reste quand même un public
cible dans le sens où il y a un travail des relations à faire encore pour maintenir ça, pour
continuer à développer le secteur, pour créer des nouveaux projets, des projets
innovants, des projets qui puissent servir aux IMF. Au niveau des médias il y a aussi un
travail important à faire, qui est fait notamment par des conférences, des conférences de
presse, à chaque fois on veut faire passer un message précis. Au niveau du grand public,
ça passe par les médias. On fait pas beaucoup d’actions destinées au grand public dans
le sens d’une campagne publicitaire.
Vous ne faites pas de l’éducation au développement ?
Non. Nos actions ne sont pas développés là-dessus, nous sommes plus dans le milieu
des entreprises. En tout cas pour l’année 2010 on a un nouveau concept de conférences
internes aux entreprises c’est à dire qu’on va aller dans l’entreprise donner de
l’information sur la microfinance. Uniquement pour le personnel de l’entreprise, on va
pas vers les médias. La cible est vraiment les employés.
Quelle est l’objectif avec eux ? Chercher une réponse en investissements ou en
dons ?
C’est les deux. L’un ou l’autre. Si il y a une entreprise qui a des projets en affinité avec,
je sais pas, je dis ça au hasard, qu’on va faire une conférence auprès des assurances
« Lefoyer » on va parler forcément de la microassurancre et si «Lefoyer » veut avoir
une activité en microassurance parce qu’ils ont une expertise et ils voudraient qu’il y ait
des employés qui consacrent un peu de leur temps à des choses comme ça, on va leur
laisser un peu de leur temps libre pour des actions sociales. Ça arrive de plus en plus. A
ce moment, on aura un résultat très intéressant parce qu’on aura profité de l’expertise de
ce professionnel. Ça s’est pas fait, mais c’est une idée pour sensibiliser la société là.
Faites vous du plaidoyer ou des actions plus politiques ?
Pas vraiment non. En fait, non. Je ne sais pas pourquoi, je vous avoue. Parce que j’ai
fait une tentative en 2007 au moment de la crise financière où j’ai dit « on devrait se
positionner sur ce qui se passe avec la microfinance pendant la crise financière » parce
que beaucoup de journalistes nous appelaient pour savoir si on souffrait aussi pendant la
crise. Et puis au niveau de la direction on a dit qu’on était pas prêt, on avait pas
structuré notre discours par rapport à ça, ça demande du temps, une stratégie. Il faut dire
qu’ADA était petit, maintenant on a bien grandi mais à ce moment là on était encore
petit, on était 8 personnes et maintenant on est presque 30, stages, cdd, cdi tout compris.
Dans votre poste, quelles sont vos responsabilités ?
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


ADA a une structure compliquée, là je pourrais sortir un plan d’action…D’abord vous
avez la recherche et le développement, c’est à dire nous, on va réfléchir à un produit
de microfinance, à un besoin du secteur qui nécessiterait une réponse. Par exemple
micro énergie, et puis on va passer vers l’expérimentation et puis on va faire des
recherches pour voir si c’est pertinent et puis on a des stratégies de sortie, c’est quand
l’institution de microfinance est assez mature et qu’on a pas besoin d’intervenir. Après
on a un pôle, renforcement de capacités, c’est tout ce qui concerne l’appui aux
institutions de microfinance très concrètement, notamment les ateliers de formation. Ici
vous avez le pôle information et sensibilisation et en fait, moi je suis responsable de tout
ce pôle, donc le centre d’information, le site internet, la bibliothèque, on a une
bibliothèque ici, une base de données sur la microfinance. Et pour la sensibilisation
c’est principalement les midis de la microfinance, ça c’est 4 ou 5 fois par an, le club
microfinance, l’exposition photo, les médias et d’autres outils comme des publications,
des dépliants sur un projet particulier, le matériel vraiment de sensibilisation. Là, il y a
trois personnes : moi, une personne sur les médias et l’expo, la presse aussi également,
les publications et puis il y a une personne pour les demandes d’information, la
bibliothèque et puis moi-même qui supervise le tout et puis comme on est petit je suis
aussi dans les activités. Pour les publications ça peut être des gens du staff qui ont leurs
propres publications et nous, on va apporter un appui. Les personnes ici sont plutôt dans
l’appui technique, dans les réseaux vous avez 5 personnes. La communication c’est
vraiment la plus petite en termes de budget.
Quels outils utilisez-vous pour le volet information-communication ?
Il y a le site Internet, c’est très important. Ça occupe beaucoup de temps, beaucoup
d’investissement aussi. On a les brochures de présentation de l’association, on a des
dépliants des thèmes précis en microfinance donc ici par exemple…(elle montre une
brochure), ce sont des gens qui ont besoin d’un microcrédit pour démarrer une activité
donc à l’intérieur vous avez le témoignage de 2 jeunes qui ont demandé un microcrédit
au Burkina Faso. On va créer d’autres. C’est assez récent aussi. Nous avons comme
outils aussi les événements, comme les midis de la microfinance et puis l’expo photo.
Ça c’est un outil très important au niveau grand public.
Est-ce que cette photo fait partie de l’exposition (photos des jeunes au Burkina
Faso).
Oui, on a beaucoup communiqué autour des images de l’expo photo depuis 2008, 2009
et aujourd’hui on est arrivé au stade de…au bout. Il faudrait qu’on renouvelle notre base
de données d’images pour pouvoir communiquer sur des images en dehors de l’Afrique
parce que les gens vont finir par croire qu’on travaille qu’en Afrique ce qui est faux. De
l’Amérique Latine on a très peu d’images, de l’Asie on a un petit peu mais il faut
enrichir la base de données. On communique aussi à travers le centre d’information
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


parce que c’est comme un help desk. Dès qu’une personne a une question sur la
microfinance elle doit nous appeler, et elle doit avoir une réponse dans 8 jours. Si c’est
une question qui demande de la recherche, on fait la recherche pour cette personne et on
livre un document avec plein de ressources, des documents, un petit résumé aussi et
c’est comme une feuille de route pour que la personne évite d’aller dans tous les sites.
Notre plan d’action est un outil aussi pour le public constitué par des partenaires ou
même des partenaires potentiels. On veut communiquer notre plan d’action en toute
transparence, on veut leur indiquer où on va, c’est quoi notre but en termes de résultat.
Par rapport aux supports graphiques, sont-ils réalisés en externe ?
Oui.
Quelles sont les sources des images ?
Interne. Ce sont des images prises lors des missions par les collègues donc c’est
vraiment du « fait maison ». Il y a quelques images prises par nos partenaires sur place.
Le problème c’est la qualité de l’image, elle n’est pas toujours optimale pour pouvoir
imprimer parce que le matériel est beaucoup moins performant que ce que les
photographes ont ici. On voit une différence, on a exploité plus le local pour qu’ils
puissent nous rendre service. C’est pas forcément nous que devons aller sur place. Ils
peuvent aller le faire eux-mêmes. Le problème c’est qu’un niveau de la qualité on peut
pas imprimer en grand format.
Utilisez-vous des banques d’images ?
Non. C’est trop cher vraiment, c’est pour une raison coût. Pour le moment, peut être
qu’un jour, je ne sais pas. Guy (Wolf) a travaillé bénévolement, il a rien demandé. On a
payé ces frais de voyage évidemment. En contrepartie on a eu une exposition qui dure
depuis presque trois ans. Par rapport aux résultats obtenus, presque dix milles visiteurs,
des supports, toutes les photos ont été utilisées au maximum. Elles ont été utilisées aussi
par nos réseaux, nos partenaires qui nous ont demandé des photos. Le Luxembourg
microfinance and développement fund a fait sa brochure avec notamment des photos à
nous. Au final ça rend pas cher.
Dans quels pays ont été faites les photos ?
Au Mali et au Burkina Faso. Donc ça devient limité maintenant. Mais le photographe il
a été complètement bénévole. Il a pris de ses congés en sachant que ce serait une bonne
action pour une ONG. Ça a été tout bête, j’ai été allée manger avec lui et je lui ai
demandait si ça l’intéressait parce que je sais qu’il a beaucoup d’affinité pour le
développement. Il a déjà fait une exposition sur le Rwanda, absolument magnifique. J’ai
fait beaucoup de reportages avec lui donc je savais qu’en termes de qualité ça allait être
quelque chose de très bien. Il a dit oui et c’était parti.
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


Et par exemple, quand vous voulez faire une brochure comme celle-ci, vous
l’envoyez faire à quelqu’un ? C’est vous qui choisissez les photos ?
Oui, en fait on travaille avec l’agence de communication qui s’occupe du graphisme et
du layout et les photos généralement c’est nous qui les choisissons. On constate souvent
que quand c’est l’agence qui choisit on n’est pas satisfaits.
Pourquoi ?
Je pense qu’il y a souvent un décalage en termes de l’image qu’on veut faire passer dans
le document. Il y a eu plusieurs fois, avec deux agences différentes, chacune a choisi
une image vraiment très développement misérable et nous on voulait pas ça, on voulait
véhiculer une image plus positive. C’est un choix, je sais qu’avoir quelqu’un qui sourit,
« tout va bien », on peut le critiquer aussi parce que derrière il y a de la pauvreté, la
misère, il y a pas d’hôpital, pas de soins. Mais c’est le choix de briser les clichés
habituels sur la pauvreté comme les gens qui travaillent pas, qui font rien de la journée.
Il y a des clichés comme ça et l’idée c’était plutôt de montrer des gens qui travaillent,
qui ont la pêche. Et l’agence va chercher en général plus la photo clichée et c’est ça qui
à chaque fois crée une insatisfaction. Donc on connait ça très bien et on choisi.
Comment est-elle née l’idée de faire une exposition photo ?
Comme je venais pas du secteur de la microfinance, j’avais un peu le côté naïf de
« monsieur et madame tout le monde ». Ce que je constatais ce qu’on en parlait
beaucoup depuis qu’il y a eu le prix Nobel de la paix en 2006 et effectivement dans les
journaux… moi je travaillais dans un journal j’en ai parlé moi-même mais sans pour
autant savoir exactement ce qui se cache derrière. J’avais constaté qu’il y avait un
manque d’information au Luxembourg, voire les mécanismes…et nous sommes dans la
société de l’image donc vous avez beaucoup de textes, de textes, été des textes mais les
gens ne lissent pas trop, ils veulent avoir l’information toute de suite, voire
immédiatement donc pour moi c’était l’image qui allait véhiculer plus rapidement
l’information, et plus efficacement. Et donc à ce moment là on a commencé à
conceptualiser l’idée de façon plus structurée et voir ce que l’on voulait véhiculer
comme message et le message qu’on voulait c’était cette idée de pauvre qui se donne les
moyens de s’en sortir avec les coups de pouce de la microfinance.
Comment cela se passe-t-il sur le terrain ?
Le photographe est parti avec moi. On a fait le reportage ensemble, on a convenu
ensemble ce qu’on voulait avoir comme résultat donc ce qu’on voulait c’était pas
seulement les microentrepreneurs mais c’était aussi toute la chaine de la microfinance
donc dans l’exposition on voit les agents de crédits et on voit des institutions des
microfinance. Là on voit un microentrepreneur qui est déjà bureaucratisé. Ici, on a la
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


séance de remboursement des crédits pour pouvoir bien expliquer comment ça se passe.
La c’est en zone urbaine donc on voit la différence avec une zone rurale moins avancée.

Et qui sont les personnes sur les photos, ce sont des partenaires ?
Oui. En fait ils nous ont ouvert les portes d’une façon vraiment merveilleuse. C’étaient
trois partenaires au Burkina Faso et au Mali qui ont accepté de nous recevoir. Mais il y
avait aussi une mission qui était planifiée avec un collègue qui est expert en
microfinance. Et on a profité de cette mission pour prendre les images en même temps.
Mais ils ont organisé les visites chez les entrepreneurs et ça franchement c’était super.
Ce qui a été étonnant c’est que le photographe, il a tellement bien communiqué qu’il n’y
a pas une personne qui lui a demandé une contre partie.


Ça peut arriver ?
En Afrique oui. Assez fréquemment. Les microentrepreneurs étaient prévenus
évidemment et ils ont accepté d’être sur l’image mais il a photographié un peu dans les
rues. Donc il a fait vraiment un travail extraordinaire.
Comment avez-vous fait pour choisir parmi ses photos ?
Ça a été de longues soirées de travail à sélectionner les images. On a déjà sélectionné
sur place quand même. Moi je savais qu’on voulait lutter contre les clichés. Par exemple
les enfants vous en verrez pas beaucoup dans l’expo. On a voulu vraiment montrer les
micro-entrepreneurs au travail, les institutions de microfinance au travail, toute la
chaine du microcrédit. Les enfants c’est juste à la fin de l’exposition. C’est eux les
futurs microentrepreneurs. On voulait pas avoir l’impression d’apitoyer les gens avec
des images d’enfant qui pleurent. Parfois c’est nécessaire, je ne dis pas le contraire.
Mais ici c’était vraiment l’entreprenariat qui était au cœur du message.
Avez-vous une charte pour l’utilisation des images ?
Non, je ne sais pas s’il y a d’autres ONGs au Luxembourg qui ont ça. En fait le cercle
des ONGs est en train de travailler sur une charte comme ça. On aurait besoin
effectivement pour éviter des images trop choquantes, pour voir l’éthique, jusqu’où on
peut aller. Il y a un travail de fond qui est fait en ce moment. Si toutes les ONGs
acceptent cette charte, on en aura une commune. Et c’est très intéressant.
Pour choisir les photos, ça a été facile de se mettre d’accord avec le photographe ?
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


Oui, il y a eu peut être une ou deux fois sur des photos justement avec des enfants que
Guy aimait bien parce que lui il avait le côté esthétique et moi je voyais le message. A
ce moment là c’est vrai que l’on avait des discussions. Ou alors il y avait des photos très
esthétiques que j’ai concédé parce que lui il y tenait beaucoup, en termes de couleur, de
mise en scène, etc. pour moi ça n’apportait pas grand-chose au niveau de l’information
mais c’est le travail de l’artiste. Donc il faut quand même pouvoir être chacun satisfait
de l’exposition à la fin.
Quelles démarches pour exposer dans les différentes salles ?
On a fait pas mal de communication quand on a fait le vernissage à l’Abbaye de
Neumunster. Aussi loin que je me souvienne tout c’est mis en place pratiquement de
façon naturelle, c’est-à-dire que l’on a été sollicité de ramener l’exposition dans des
associations, dans des mairies et dans des centres culturels. C’est jamais nous qui avons
pris notre téléphone pour offrir à quelqu’un. Il n’y a pas eu de démarche commerciale et
ça tourne depuis octobre 2007.
Envisagez-vous de faire une nouvelle exposition ?
On va clôturer notre projet parce qu’il faut que ça s’arrête un jour. Et ce qu’on voudrait
faire c’est une vente aux enchères des photos pour que les recettes aillent dans un projet
concret qu’on a pas encore ciblé. L’idée serait que tous les gens qui ont vu l’exposition
ou qui ont emprunté l’exposition puissent venir à cette vente aux enchères, et acheter
une photo pour eux ou pour leur centre culturel. Et ce sera une démarche de bonne
action.
Peut être ce qu’on a pas précisé c’est que sur place, les photos qu’on a prises c’était les
IMF qui nous ont reçues et c’est eux qui ont contacté les agents de crédit et ils ont
informé les microentrepreneurs qu’on allait venir et s’ils sont d’accord pour faire les
interviews puisque l’on a discuté avec chaque personne que l’on a rencontré. Il faut
souligner, vous me demandiez les critères pour choisir les photos et il y a une démarche
journalistique là-dedans. On voulait faire un reportage de cinquante photos et
normalement si vous voyez les photos du début à la fin on devait comprendre les
mécanismes de la microfinance, de toute la chaine depuis l’institution jusqu’aux
microentrepreneurs. Et on a fait cette brochure comme un guide de l’expo. Ce qui est
intéressant, c’est que si vous n’avez pas vu l’expo vous pouvez lire ça et c’est comme si
vous l’aviez vu. C’est complémentaire. Si vous avez vu l’expo vous avez plus de détails
dans ce guide.
Quels étaient les objectifs de cette exposition ?
L’objectif était plutôt grand public mais il y a aussi des entreprises privées qui l’on
accueilli. Notamment à la banque des jeunes du BNP Paribas. On en a eu quelques unes
Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information


mais ce n’est pas la majorité. C’étaient plus des communes ou des associations. Et ca
c’est génial parce que vous avez tout un conseil communal qui était là pour le
vernissage, qui s’est engagé.
Quelle est la place de l’exposition dans le plan d’information et sensibilisation ?
C’est une de principales activités, à côté des conférences Les Midis de la microfinance.
Comme je disais cela va s’arrêter à la fin de l’année et elle va passer aux ventes aux
enchères. Ce qui constituera un temps fort dans les activités d’ADA. Et ensuite il faudra
trouver une autre chose. Alors il faudra voir les stratégies de l’association, s’ils décident
de continuer vers le grand public ou si on veut accentuer d’avantage les professionnels
et les entreprises. Ça sera fait en novembre lors de l’élaboration du plan d’action. En
terme de résultats on voulait viser pour cette année 500 visiteurs, sachant qu’on a déjà
eu 10 000. Donc pour nous le résultat était atteint.
Comment comptez-vous les visiteurs ?
Ce sont les partenaires qui empruntent. On leur demande de fournir une statistique
même si c’est plus ou moins. Mais parfois on n’a pas de réponse, on n’a pas exactement
le nombre de visiteurs parce qu’ils ne sont pas équipés. Donc il y a plus de 10 000. Mais
ce qui est génial c’est que vous avez l’emprunteur qui parle de l’exposition à ses
concitoyens ou à ses membres. C’est vraiment de la sensibilisation réussie parce que
vous avez réussi à transmettre l’information à quelqu’un qui transmet à son tour à
quelqu’un d’autre. Après c’est sur que ca positionne ADA comme un acteur majeur en
microfinance au Luxembourg. En terme de retour, au niveau des dons on peut pas
quantifier parce que ca a pas été conçu pour récolter mais pour sensibiliser et informer.
Vous savez que c’est difficile de mesurer l’impact des actions de sensibilisation donc on
a juste les échos qu’on a recueilli. La vente aux enchères, je crois que ca va être un
moment crucial pour voir si les emprunteurs reviennent. Donc s’ils reviennent c’est
qu’ils ont été sensibilisés, que ça a certainement marché. S’ils ne viennent pas, alors
peut-être qu’ils nous ont oublié entre temps. Je crois que ce sera important de pouvoir le
mesurer.

Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information



Entretien à Chloé Kolb
Poste: Chargé de l´information Sos Faim (événementiel, éducation au développement)
Date : 16 juin 2010
Lieu : Bureaux Sos Faim

Quels sont les objectifs de la communication de Sos Faim ?
Nos objectifs sont de sensibiliser et d´informer sur les enjeux du développement,
notamment à la microfinance, à la sécurité alimentaire et l´agriculture familiale en
Afrique. On cible surtout les jeunes au Luxembourg, à travers un travail d´éducation au
développement dans les lycées et puis le grand public à travers des collaborations avec
les médias, avec des collaborations mensuels avec des journaux nationaux avec un
article avec lequel on relai les messages de nos partenaires, le contexte dans lequel ils
travaillent et cela permet de toucher un public plus large sur le Luxembourg.

Quelles sont vos responsabilités dans votre poste ?
Alors, je suis en charge de l´éducation au développement et de l´événementiel à SOS
Faim. C´est à dire que c´est moi qui a les contacts avec les lycées, les enseignants et les
directions des lycées pour mettre en place des ateliers de sensibilisation, les partenariats,
et l´autre volet c´est l´événementiel. Concernant le volé événementiel, Sos Faim
organise tous les ans deux ou trois événements grand public, d´assez grande envergure.
Ça peut être des conférences, des journées à thème, l´année dernière nous avons fait les
journées sur la microfinance en Ethiopie, et donc le vernissage de l´exposition. C´est
moi qui organise ces grands événements et puis je m´en charge aussi de tout ce qui est
rapports, gestion budgétaire du volet informations à SOS Faim.
Quels types de support graphique créez-vous?
A SOS Faim en règle générale on crée principalement des supports à destinations du
grand public, on a des brochures assez brèves dans lesquelles on explique les objectifs
de SOS Faim, l´origine de l´ONG et puis on fait également des expositions, des
expositions photographiques, et puis aussi des supports plus imagés à travers des médias
qui touchent les jeunes, comme la bande dessinée toujours pour sensibiliser sur les
thèmes de la microfinance, agriculture familiale, et de la lutte contre la faim. Et sinon
nous créons également des brochures à destination plus pédagogique pour les
enseignants, ça veut dire des dossiers pédagogiques dans lesquels on met des
Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information


définitions, des articles de réflexion, des propositions d´animations sur les différents
thèmes pour que les enseignants puissent ensuite faire ces animations. D´un autre côté
on a fait aussi des supports visuels type films, cdrom. On a fait plusieurs
films…toujours à destination des enseignants et des lycéens comme support des
animations et cette année il y a aussi le film institutionnel plus pour un public averti
pour faire connaitre SOS Faim et son spécificité notamment en microfinance rurale.
Et faites-vous appel aux agences ?
Non, on essaie de faire preuve de créativité en interne. Tout ce qui est brochure assez
générale, c´est nous qui écrivons les textes qui choisissons les photos et ensuite on fait
appel à l´extérieur, on passe par le graphiste, on travaille avec une petite agence à
Bettembourg, ici au Luxembourg pour tout ce qui est layout, mise en page mais on ne
passe pas par des agences de communication parce que c´est hors budget. Le résultat
qu´on obtient est plutôt convaincant donc on continue à travailler comme ça. Bien sûr, il
y a des brochures réussites, d´autres un peu moins. On peut pas toujours être parfait.
Pour les vidéos on est quand même passé par l´extérieur même si SOS Faim a été
présent dans toutes les étapes de la production, dans la réalisation, dans le scénario, tout
ce qui est montage, tournage, on a voulu passer par des extérieurs.
Quand vous faites des brochures, ou d´autres support imprimés, quelle est la
source des photos ?
On essaye que ce soit Sos Faim. En fait à Sos Faim il y a vraiment la volonté que quand
les personnes partent en mission sur le terrain qu´elles prennent le maximum de photos
et ça nous forme une photothèque interne et à partir de là on prend les photos pour nos
brochures. Ça veut dire que nous ne serons pas cités dans la brochure mais ça sera SOS
Faim. Après il y a aussi des exceptions, c´est pas le cas pour les brochures mais par
exemple, pour l´exposition « Le bonheur est dans le prêt » on a quand même fait appel à
un photographe/artiste professionnel parce qu´on voulait vraiment un travail de qualité,
il avait le matériel et quelque part c´était aussi une façon d´utiliser son nom pour être
davantage connus sur le Luxembourg, pour cette exposition en tout cas, mais en règle
générale ce sont nos photos, de notre photothèque.
Il y a eu une exposition avant, non ?
Oui, mais j´étais même pas là, je crois que c´était en 2005, c´était une exposition sur le
Bénin par un photographe belge qui s´appel Gael Turin. Je dirais que pour tout ce qui
est exposition d´art…même si on veut faire passer des messages à travers, pour une
exposition d´art on passe par l´extérieur. Nous, on peut pas le faire.


Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information


Quand il faut choisir des photos, quels critères prenez-vous en compte ?
Le premier critère c´est le message. Je vais prendre l´exemple très concret du Bonheur
est dans le prêt, vraiment le but de cette exposition c´était de montrer la microfinance en
milieu rural, et de montrer des visages, que derrière la microfinance il y a des personnes.
On a la tendance à oublier ça en ce moment parce que maintenant c´est à la mode…et
nous on voulait remontrer vraiment quel est l´objectif social de la microfinance, quels
secteur la microfinance permet d´appuyer. Ça a été le premier message de cette
exposition. Ensuite il y a eu des sous-messages, l´exposition est composée de 40
photographies et elles sont vraiment rangées par thème. On a voulait mettre l´accent sur
la façon de travailler de Busaa Gonofaa, le contexte où un agent de crédit travail et puis
il y a eu un thème, qui sont les clients de la microfinance, les secteurs qu´elle touche:
l´agriculture, le commerçants, l´artisanat et puis les effets de la microfinance à travers
l´habitat. Donc la sélection s´est faite d´abord sur les messages et ensuite sur les thèmes
et après il y a eu une sélection esthétique. D´ailleurs c´est intéressant parce que le
photographe n´était pas du tout d´accord avec nous. Si, lui il avait choisi les photos,
l´exposition aurait eu toute une autre forme. Lui, il est beaucoup plus sur l’esthétique
que nous, il avait tendance à oublier ce travail de sensibilisation et d´information qu´on
voulait faire. Lui, il voulait prendre des photos des paysages, qui étaient très belles mais
qui n´avait rien…Donc nous c´était d´abord le message et la esthétique passait au
seconde plain.
Je sais qu´il y a une charte pour la récolte des fonds, mais est-ce qu´il y a une
charte pour l´utilisation des images ?
C´est vrai que SOS Faim a une charte éthique, si tu regardes toutes les images de SOS
Faim on voit pas des enfants maigres en train de mourir de faim comme on peut les voir
à la télévision. En fait on n’utilise pas d´images misérabilistes dans lesquelles les
personnes sont représentées dans des situations de misère et de pauvreté extrême. Vu
que l´objectif de SOS Faim c´est de montrer aussi des images des gens en Afrique qui
veulent entreprendre, qui veulent être maîtres de leur propre développement, le but c´est
d´utiliser des images dans cet objectif c´est-à-dire des personnes heureuses qui
réussissent et en bonne santé parfois et qui vraiment sont actives. Donc le meilleur
exemple c´est cette photo, la campagne « Pour en finir avec la faim ». Mais cette
campagne était avant moi ! Je fais des tests avec les élèves avec cette photo et c´est
vraie que la réaction des élèves c´est de dire : elle a l´aire de bonne humeur, en plus elle
est assez forte, elle est contente…c´est pas l´image qu´ils ont sur l´Afrique. Or, à travers
cette photo ce qui est représenté est une dame qui a eu certainement plusieurs
microcrédits qui a réussi à s´en sortir. C´est vraiment ça, on fait attention à ca. On
essaye de montrer vraiment une image positive. Ça veut pas dire non plus qu´on montre
une fausse image et qu´on a tendance à tout enjoliver mais vu que quand on parle de
l´Afrique dans les médias en Europe c´est tout le temps négative, il faut bien renverser
Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information


cette tendance. Mais si ça t´intéresse il y a aussi un code de bonne conduite dans le
milieu des ONG, ça a été fait par Concorde, c´est un code de conduite pour l´utilisation
des images dans les supports de information des ONG. C´est au niveau européen, et en
fait c´est le cercle des ONG de Luxembourg qui a organisé en septembre dernier une
formation sur ce code pour ensuite pouvoir l´appliquer au sein des ONG. Sos Faim n´est
pas allé vu qu´on a déjà une charte d´éthique qu´on essaye de respecter. Mais peut être
que pour toi ça peut être intéressant.
Comment avez-vous eu l´idée de faire une exposition photo ?
Déjà je crois que c´est quelque chose d´historique vu que la dernière exposition de SOS
Faim date de 5 ou 6 ans, donc il y a eu l´intention de réutiliser le média photo pour
sensibiliser. Et puis il y a eu aussi le fruit du hasard, les contacts avec un photographe
qui nous a contactés et qui voulait travailler avec nous, mais lui finalement on l´a pas
pris. L´exposition photo faisait partie d´un ensemble en fait, autour des journées SOS
Faim donc on s´est dit que ça pourrait être la prolongation de ses journées en la faisant
tourner dans le pays pour toucher des personnes qui ne se déplacent pas forcément à
Luxembourg ville comme dans le nord, voire le sud du pays. Donc le but était vraiment
cette prolongation des journées Sos Faim sur la microfinance pour essayer de la
déplacer dans le pays et de toucher un public encore plus large, c´est pour ça qu´on s´est
dit que c´était le média le plus facile à utiliser.
L´objectif était plutôt la sensibilisation ou l´information ?
On va dire information, avant sensibilisation. C´est à dire c´était tout simplement
informer sur qu´est ce que la microfinance à travers l´exemple d´un partenaire. Un des
autres objectifs c´était aussi de mettre en avance un des nos partenaires Busaa Gonofaa
qui avait quand même eu le prix européen de la microfinance en 2008. On s´était dit que
ce pourrait être intéressant de le faire venir à nouveau en 2009 pour mettre en avant sont
travail qui avait reçu un prix en 2008 donc ça c´était un des objectifs, donc c´était plus
de l´information que de la sensibilisation. Je dirais que les personnes qui vont voir
l´exposition qui peuvent lire les légendes ou les textes qu´on a mis dans l´introduction,
ils sont informés sur la situation en Ethiopie, le contexte et de manière très succincte
comment travaille Busaa Gonofaa. Pour les plus informés, si l´information n´a pas été
suffisante, il peut appeler à Sos Faim et progressivement on pourrait atteindre la
sensibilisation mais c´était de l´information au départ.
Qui était en charge de l´exposition à Sos Faim tout au long de la réalisation de
l´exposition?
Ça été le service de l´info, Marine et moi. Ce qui s´est passé ce que Marine a trouvé le
photographe, Patrick Galbats et c´était pour des raisons pratiques parce qu´elle allait
aussi en Ethiopie. Deux semaines après…Non, ils se sont retrouvés sur place. Donc
Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information


aussi des raisons pratiques parce qu´ils allaient se retrouver sur place donc c´est elle qui
a pris en charge le déplacement du photographe en Ethiopie, une fois sur place. Après
quand on a eu les photos…on a quand même travaillé avant sur la conception, sur le
contenu de l´exposition. On a eu des discussions d´échange avec le photographe pour
que lui, il nous dise si c´est réalisable ou pas, si il comprenait bien ce qu´on voulait ce
qui n´est pas toujours évident. Il a fallu travailler sur un document, une proposition qu´il
nous avait envoyé parce qu´il avait pas tout compris et il connaissait pas le sujet mais
c´est normal. Une fois fait ça il a eu l´organisation de son déplacement en Ethiopie et
c´est surtout Marine qui s´en a chargée, et au retour la sélection de photographies,
l´installation de l´exposition à l´abbaye de Neumunster, ça c´est fait entre elle et moi en
fait. La sélection de photographies s´est faite à deux avec validation de Thierry (Thierry
Défense, Directeur) qui voulait superviser forcément. Et l´installation ça a été Marine
qui est allée, et par exemple moi j´avais organisé le vernissage. Donc ça a été vraiment
un travail du service information.

Et pour la sélection de photos, c´était un travail à deux entre toi et Marine ?
Oui, moi et Marine. En fait Patrick nous a fait une présélection. Il nous avait sélectionné
une centaine des photos en nous mettant quand même lesquelles étaient ses préférées et
donc c´est là qu´on s´est aperçu que non, ça allait pas fonctionner…et puis après ça s´est
fait ici. Nous, on a sélectionné une soixantaine des photos sur lesquelles il a à nouveau
donné son avis et après il s´est mis davantage en retrait en disant c´est SOS Faim qui
décide. On payait aussi pour ça. C´est un peu méchant de dire ça mais elle nous a coûté
très cher cette exposition. Ça a coûté autour de 10 mil euros, entre les déplacements…il
a voulu rester je crois trois semaines sur place, finalement il a réduit qu´à deux
semaines. Mais tous les déplacements, les développements et tout ça, ça nous a coûté au
moins 10 milles euros. C´est aussi pour ça qu´on n’en fait pas tous les ans.
Quelles sont les consignes qu´il a eues avant d´aller sur place ?
C´était surtout par rapport au message. Beaucoup de photographies de personnes en
activité : des commerçants, des agriculteurs, je sais plus exactement mais on a fait un
document, je pourrais te donner le papier. Je peux te montrer la proposition que nous
avons faite aussi. Vraiment on avait insisté sur le milieu rural, parce qu´au début il nous
avait proposé, il me semble, beaucoup de photos en ville et ça nous intéressait pas. On
voulait davantage le milieu rural et l´agriculture.


Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


Entretien Marine Lefebvre
Responsable de l´information Sos Faim (médias, internet)
Mercredi 19 juillet 2010
Lieu : Bureaux Sos Faim

Pouvez-vous me raconter votre parcours, avant d´arriver à SOS Faim ?
Ma formation, d´abord j´ai fait une maîtrise d´histoire contemporaine et ensuite un
magister des relations internationales à Paris à la Sorbonne et puis j´avais toujours en
tête de travailler comme journaliste freelance en suivant un peu l´image, le travail qui
avait été fait par des grands reporters comme Albert Londre, sur le terrain, la recueille
des témoignages…je voulais reporter ça. C´était une vision très naïve. J´ai commencé
en faisant des premiers reportages, en Tchétchénie notamment et ensuite la dure réalité
c´était de trouver des emplois à l´époque, de réussir à percer comme journaliste parce
que évidemment le contexte est très différent. Mais comme freelance j´ai tenu une
dizaine d´années à la fois pour la presse écrite et pour la télé en proposant des sujets, des
reportages, en faisant finalement des films, des films documentaires. Ça a été mon
parcours mais c´était très difficile de vivre, de gagner sa vie avec cette activité. Un jour
j´ai vu l´annonce de Sos Faim j´étais pas à la recherche d´un emploi nouveau, j´étais
dans la continuité de mes activités donc je suis tombée sur l´affiche du poste de
communication, en relation avec l´Afrique, une ONG, le développement, des
thématiques de la faim et de l´agriculture familiale. Ça m´a beaucoup intéressée donc
j´ai répondu et donc voilà j´ai complètement changé d´orientation sans que ce soit une
préméditation, c´était vraiment un changement par rapport à une opportunité précise.
Quelle est le cœur de l´activité de Sos Faim ?
Sos Faim s´occupe de soutenir le monde rurale en Afrique, des deux manières. D´abord
en soutenant les organisations paysannes favorisant l´organisation et l´intégration du
monde paysan et d´une autre façon c´est d´apporter du financement au monde rural.
Donc en fait c´est un petit peu comme si Sos Faim se substituait aux états parce que
dans nos pays du Nord, ça serait l´état et les subventions qui assureraient ce rôle mais
comme il y en a pas en Afrique donc dans d´autres pays on intervient. L´ONG se
substitue aux états, en apportant de l´argent publique pour la société civile. C´est
toujours des initiatives de la société civile.
Quels sont les objectifs de communication selon l´association ?
On accorde beaucoup d´importance à la sensibilisation du publique du nord parce qu´on
pense que les problématiques du Sud elles sont de toute façon liées, une des clés est au
nord dans le changement des politiques et puis ça implique que de toute façon le public
Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


soit conscient, averti des dérives de la gouvernance, de la mauvaise gouvernance du
mauvais fonctionnement et qu´une fois averti il y a une pression sur les gouvernants
pour faire les choses. Ça c´est un aspect et puis l´autre aspect, la sensibilisation c´est
aussi indirectement pour favoriser la récolte des dons parce que on a besoin aussi des
dons, il faut pas l´oublier. Ça c´est les objectifs de communication mais avant
tout…celui-ci est un poste qui m´aurait moins intéressé si c´était de communiquer pour
obtenir des dons. C´est beaucoup plus ce qu´on appel l´information du public, sur les
thématiques, sur les enjeux qu´on soutien. Et en fait le poste ne s´appel pas responsable
de communication mais d´information. A mon avis ça dit bien quelque chose sur cette
nuance importante. C´est pas la « com », entièrement « com » où on chercherait à faire
connaître notre organisation. Avant toute chose, avant de faire connaître même notre
organisation on cherche à faire connaitre les thématiques sur lesquelles on travaille,
qu´on défende et de là découle qu´on se fasse connaître en tant qu´organisation.
Et votre poste est concrètement… ?
Responsable de l´information. Chloé aussi mais il y avait des sous titres. Elle
était éducation au développement, récolte des fonds et moi c´est médias, site internet.
Quelles sont vos responsabilités dans ce poste ?
La gestion des partenariats avec les médias, les relations avec les médias. On peut dire
qu´ils sont pour nous des partenariats et puis de la publication qu´on publie en ligne, de
notre site internet, de nos différents supports web et puis aussi des initiatives des
événements qu´on peut faire pendant l´année en direction du grand public du
Luxembourg pour mettre en avant tel partenaire ou tel thématique. Donc ça c´est trois
gros chantiers.
Donc vous travaillez avec des partenaires externes aussi ?
Oui, surtout avec la presse luxembourgeoise. La spécificité du Luxembourg est qu´il y a
une presse très abondante en nombre de titres mais en même temps des ressources un
peu limitées dans le sens où ils n´ont pas de correspondants à l´étranger donc il y a
assez peu d´articles de terrain, beaucoup de choses qui sortent de l´AFP et du coup c´est
surprenant. Ça serait pas envisageable en France pour une ONG d´avoir des chroniques
dans la presse quotidienne. Ici c´est possible parce qu´ils y voient l´avantage des infos,
du vécu du terrain. C´est pour cela que c´est important pour nous. On a deux chroniques
mensuelles vraiment formalisées pour Le jeudi et Le quotidien et pour eux c´est
vraiment ça qui est important. Nos chroniques…on se fait connaitre mais on est pas en
train de dire qu´on est magnifique et tout, mais on met en avant nos problématiques, le
travail du partenaire. C´est ça la priorité, c´est les exemples sur le terrain.
Quels publics sont visés avec les actions d´information, sensibilisation ?
Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


Tout le grand public, on cible pas énormément. Je crois que la différence avec Chloé
c´était que pour elle c´était vraiment les jeunes, les lycées, même le monde universitaire.
Moi c´est plus le grand public mais du coup c´est le public qui lit la presse, donc les
adultes.
Est-ce qu´il y a pas un segment « professionnel » comme pour autres ONG ?
Non. C´est vrai que nous c´est pas les entreprises. Pas du tout. C´est la société civile à
qui on s´adresse. Le grand public.
Pour les supports que vous créez pour la communication, l´information ou la
sensibilisation à Sos Faim ?
En fait…j´ai oublié parler d´une de mes tâches principales. Je suis responsable des
publications, de la coordination de ces publications. On en a 2 : Zoom microfinance, et
Dynamiques paysannes. On sort six titres par an. Je coordonne la sortie de ses numéros.
Nous sommes responsables même si c´est des publications communes avec Sos Faim
Belgique. Mais la responsabilité nous incombe donc c´est à moi la tâche. La définition
des thèmes est faite en concertation avec Sos Faim Belgique. Mais recevoir les textes,
relire, mettre les images, la relation avec le graphiste, l´imprimeur, tout ça je le fais.
Là c´est un public différent ?
Oui, on est sur un public plus…ça s´adresse plus aux professionnels aux acteurs du
développement, de la microfinance, des institutionnels. C´est aussi à destination du Sud
pas mal, pour échanger, pour capitaliser les expériences des partenaires et puis et que ça
circule entre eux.
On parlait toute à l´heure sur l´origine des images.
Oui, on utilise des images justement pour le site Internet mais aussi pour les
publications mais en fait essentiellement on utilise des images prises pendant les
missions, que ce soit des missions du personnel du Service d´appui aux partenaires ou
bien les missions info dans les pays auprès des partenaires. Mais en fait ça fait des
années et du coup on a un stock qui n´est pas organisé, dans lequel on cherche un peu au
hasard. Du coup logiquement depuis que je suis arrivée je me base sur les photos que
j´ai prises parce que je les ai en tête, ça facilite plus les choses que d´aller chercher des
images, on sait pas ce qui existe, on voit des choses et on sait pas à quoi ça corresponde.
On est noyé sur la quantité qui n´est pas forcément qualité. En surtout il y a des photos
qui ne sont pas très utilisables parce qu´elles ne sont pas référencées. J´ai fait quatre
missions et donc j´ai ramené des photos sur quatre pays, ça veut dire que sur quatre pays
j´ai des banques des données, des photos que je connais ce qui facilite la tache. Sinon
bien sûr pour certains événements c´est déjà arrivé qu´on appel à un photographe même
avant l´Ethiopie, c´était déjà arrivé. Comme cette exposition…il me semble que c´était
Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


le Mali ou le Burkina. Donc pour des événements particuliers notamment les
expositions on fait appel à un photographe professionnel extérieur.
Quand vous envoyez faire des supports à l´agence de graphisme, c´est vous qui
choisissez l´image ?
Oui. On commande pas de banques d´images, ça c´est sur. C´est nos images ou celles
du photographe mais aussi on partage le fonds avec Sos Faim Belgique. Par exemple
cette affiche là, c´est une photo Sos Faim aussi.
Quels sont les critères pour choisir les images ?
C´est sur qu´on banni surtout les images misérabilistes, même si on parle du problème
de la faim et de la pauvreté rurale on ne met pas en avant les images de la pauvreté et de
la famine, ça c´est vrai aussi qu´on banni parce que ce qu´on veut diffuser c´est une
image de l´Afrique qui certes, souffre des graves problèmes mais qui se prend en
charge, qui est mobilisée et qui est la première actrice de son développement. Donc on
va plutôt mettre les photos des petits producteurs qui travaillent, qui vendent leurs
marchandises, etcetera. Des fois c´est souvent dérisoire mais dans tout cas ils sont en
activité et donc pour quoi pas ils sourient aussi. On peut parler des problèmes avec un
sourire. Donc pour choisir, après ça dépende des thèmes. Si on parle du travail d´un tel
ou tel partenaire on va dans les dossiers qui le concernent. De manière
transversale…c´est quand même d´essayer de trouver des belles photos. Même s´il y en
a pas autant que ça, mais c´est face à ces repères qu´on choisi et puis voir ce qu´on peut
la faire dire mais c´est difficile de répondre à cette question, je ne sais pas comment ont
choisi une photo….
Des photos des enfants ça arrive aussi d´en utiliser ?
Oui mais c´est pas habituel. On met pas souvent d´enfants mais je crois que sur des
mailing j´en ai déjà vu. Il y a pas de politique par rapport à ça, vraiment on s´interdit pas
d´en utiliser et on cherche pas à en utiliser. Mais c´est vrai qu´on met en valeur le
producteur. Parce que c´est notre thème aussi. Sur les mailings pour les donateurs ça va
être aussi ça : des photos dans les champs, soit sur les marchés, soit dans les activités
artisanales. C´est ça la priorité.
Comment avez-vous eu l´idée de faire cette exposition ?
Je crois que le point de départ était Busaa Gonofaa parce qu´un de nos partenaires avait
eu le prix européen de la microfinance donc ça a été en 2008 et on s´est dit que ça serait
bien de le mettre en valeur à l´occasion d´un événement grand public et à partir de là
comme c´était l´Ethiopie l´idée s´est imposée, que pour mettre en valeur ce partenaire il
fallait avoir des images. Donc c´est venu comme ça l´idée de faire une exposition pour
accompagner un événement, on voulait inviter le directeur pour qu´il fasse une
Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


conférence il fallait avoir l´environnement de travail de l´institution et tout ça. Donc
l´idée de faire l´expo s´est imposée naturellement.
Et comment avez-vous choisi le photographe ?
Ça faisait longtemps que Thierry avait été démarché par un autre photographe. Il a
pensé à lui en premier lieu, on l´a rencontré et il nos a fait un devis extrêmement cher et
il a pas fait preuve de souplesse dans sa vision de ce que devait être une exposition pour
lui. C´est pas que sa prestation était cher mais il voulait des photos avec une marie
louise, avec un cadre vert et dans le rendu ça faisait quelque chose d´assez luxueux qui
correspondait pas, d´abord, à notre budget et puis à l´image trop luxueuse pas assez
brute et du coup on a profité qu´il y avait Patrick qui n´était pas vraiment dans nos
connaissances personnelles parce que je le connaissais pas encore comme je venais
d´arriver dans le pays. On s´est mis en contact par une connaissance mais on avait
aucune relation simplement il était photographe et on avait vu qu´il avait fait d´autres
reportages en Afrique et ces images nous avaient vraiment plu en Nigeria notamment,
des trucs pas du tout figés, très dans la vie…avec un regard un peu artistique. On voulait
pas que ce soit un regard reportage. C´était important pour nous que ce ne soit pas un
reportage, que ce soit un travail en peu artistique, avec cette dimension artistique.
Quels étaient les objectifs de cette exposition ?
De donner un contexte au cours de l´événement, accompagner la conférence, permettre
au public de mieux comprendre. Il nos semblait le support le plus évident pour faire
comprendre le contexte d´action, de travail de Busaa Gonofaa, en quoi ça consiste,
rencontrer des situations de la vie quotidienne des bénéficiaires du microcrédit.
Donc l´exposition fait vraiment parti des Journées Sos Faim, quel public est
attendu dans ces journées ?
C´est grand public parce que c´est une information qui dépasse largement le cadre de
nos donateurs. On fait des encartes dans la presse, on essaye de toucher un maximum
des gens qui nous connaissent pas encore, qui peuvent être intéressés par l´Ethiopie par
exemple parce qu´on avait fait un dîner éthiopien, concert éthiopien. C´était tout basé
sur l´Ethiopie. On a mis le projecteur sur un partenaire d´Ethiopie mais du coup élargir
pour essayer d´être attractif.
Qui a été en charge de l´exposition dès la conception jusqu´à l´étape finale ?
Ça c´est fait curieusement de manière très naturelle, ça a pas été vraiment défini mais on
s´est bien organisé quand même. C´est à dire que Chloé a pris en charge l´organisation
de l´événement, toute la logistique, les autres aspects, la relation avec le Luxembourg,
l´organisation sur place, et moi j´ai pris en charge la mise en place la préparation de
l´exposition, le voyage sur place. Si, c´est logique quand même parce que je pense
Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


qu´en même temps que Patrick faisait son voyage pour prendre des photos, moi je
partais en Ethiopie aussi pour faire le film. On préparait un fil en même temps donc
allait se retrouver en Ethiopie pour 8 jours en commun donc j´ai préparé son
programme, j´ai préparé le notre et en fait on s´est croisé là bas.
Mais lui, il était tout seul non ?
Oui, il était tout seul. Déjà il voulait partir trois semaines et finalement on lui a donné
15 jours et nous, on est parti 8 jours. On a eu l´occasion de se croiser et puis on a eu une
journée ensemble total, pas plus. C´était important qu´on soit pas toujours avec lui, il
voulait faire de l´immersion, il voulait pas rentrer à l´hôtel à la capitale tous les soirs.
Son désir initial, ce qui est intéressant c´est que même il voulait être logé dans les
familles, rester dans les villages. C´était pas « je sors de l´hôtel, je vais chez les gens et
je rentre à l´hôtel ». Il a pas resté chez les gens mais il est resté dans des petits auberges
dans les villages, et nous on a du être ensemble dans le même auberge un soir ou deux
et puis je crois que c´est le dernier jour…ahhh oui sa voiture avait cassé du coup il avait
plus de voiture, on l´a pris, bref, les deux derniers jours on était ensemble.
Quels étaient les consignes que vous aviez donné au photographe avant qu´il part ?
Les consignes étaient, de faire des portraits des bénéficiaires de microcrédit dans le
cadre de leurs activités. C´était ça le brief. D´aller à la rencontre des gens qui sont des
clients des Busaa Gonofaa qui ont des activités très diverses : il y a le monde agricole,
artisanal, des petits marchés et puis par rapport à ça on lui a préparé un programme dans
différentes localités donc sur place il était pris en charge par quelqu´un du partenaire. Il
y avait quelqu´un qui l´accompagnait. C´était aussi par des raisons de langue. Et puis
aussi pour passer d´un village à l´autre, pour être introduit parce qu´en Ethiopie c´est
particulier…c´est mieux de pas arriver et comme ça et sortir son appareil photo, c´est un
peu…et surtout quand on est introduit par un partenaire local et si ça s´est passe bien, ça
ouvre toutes les portes. Et les photographes sont sensibles à ça. C´est un constat dans
tous les pays. C´est complètement autre chose d´arriver comme journaliste que comme
touriste et essayer de sortir son appareil ou bien être accompagné par quelqu´un qui te
présente.
Et les gens ne demandent pas à être payés ?
Non. Ça arriverait si on n´était pas introduits par un partenaire local, qui identifie les
gens, qui donne une traçabilité si on peut dire, qui sait qui on est, d´où on vient, ce qu´il
y aura derrière. Alors si on arrivait sans prévenir de nulle part et qu´on dit vous pouvez
faire ça, on vous prendre en photo, les gens ils réagissent différemment. C´est bien
légitime. Nous dans ce contexte là on s´attends pas à que les gens demandent de l´argent
parce qu´on sait que si c´était le cas, on fait pas la photo. Parce que là on dit bien quand
Annexe 17
Entretien – Responsable de l’information


on se présente que c´est pour faire connaitre Busaa Gonofaa, c´est pour l´intérêt
collectif, c´est pas pour gagner de l´argent, c´est pour l´intérêt général.
Et après le voyage e Patrick, comment-avez-vous choisi les photos de l´exposition ?
Il nous a fait une sélection qui nous a pas complètement plu parce que lui justement il
était dans un regard complètement artistique et puis pas représentatif comme on
attendait que ce soit quand même. Heureusement on a recadré un peu et puis il a pu
ressortir des images qui correspondaient mieux et ensuite, il a sorti plein d´images et
après c´est sûr que la sélection s´est faite à trois avec Chloé, Patrick, et moi et même
Thierry (le Directeur), disons pour trancher. Et finalement tout s´est bien passé.
Est-ce qu´il y a des photos que vous avez concédé, que vous voulez pas initialement
dans l´exposition ?
Oui, il y en a eu. Mais lui aussi il a concédé quand même des photos auxquelles il tenait
beaucoup. Après on s´est convaincu mutuellement. Par exemple celle qu´on concédé
c´est celle où il y a la chèvre, avec le petit enfant qui tient la chèvre. Cette photo
témoigne de pas grande chose et en même temps elle lui plaisait beaucoup. Mais en
même temps c´est un petit moment de vie, c´est une habitude inhabituelle complètement
chez nous donc c´est sûr que ça apporte de la couleur locale mais ça apporte rien sur la
microfinance. On est très loin de la microfinance. On n´est pas dans une mise en image
très immédiate, très plaquée. C´est un peu de marge artistique. Sinon c´est sur que la
microfinance en images est très répétitive. On va avoir une personne derrière une
machine à coudre, une personne dans une épicerie…Il fallait voir le contexte général.
Les activités, le contexte du pays.



Annexe 19
Document de préparation de « Le bonheur est dans le prêt »


First of july 2009
Concept note in the prospect of photo report about Buusaa Gonofaa
To be realized by Patrick Galbats for SOS FAIM Luxembourg

PG will arrive in Adis Ababa on 20 of august and leave on 5th of september

In 16 days, he would like to see many different aspects of Buusaa benefits
on rural population. Patrick would like to stay at night in the places he will work in and
not go back to Adis during his stay. But he will constantly need a translator.
Exhibit would like to show Exhibit would like to show Exhibit would like to show Exhibit would like to show : :: :

1. portraits
-persons who just asked for their first loan
-persons who are used to ask for loans and whose situation is healthier
-women having different loan products (farming loan)
-landless youth
-smallholder farmers
-farmers with many children

2. daily life
- house work
- children at school
- markets…

3. working farmers in their fields, shepherds, reforestation…
4. others workers in activity, such as beekeeper, craftsmen, shopkeepers…
5. interactions among staff and clients :
-the loan officers visit their clients,
-collection meetings
- solidarity groups,
- repayment,
- saving in agencies …
6. landscapes (remote places…)

Different areas should be visited Different areas should be visited Different areas should be visited Different areas should be visited :

1. areas where BG is implemented for a long time
2. remote areas in which RSCF model is just implemented
3. irrigation programm

Contact for organization in Luxembourg : Marine Lefebvre, Tél. : + 352 / 49 09 96 – 26
marine.lefebvre@sosfaim.org
Annexe 21
Face à face – Exposition photo (M.Kalbusch)
SOS Faim






Annexe 21
Face à face – Exposition photo (M.Kalbusch)
SOS Faim







Annexe 21
Face à face – Exposition photo (M.Kalbusch)
SOS Faim





Annexe 22
Communiqué de presse pour l’exposition Face à face (2003)
SOS Faim

Communiqué de presse
« Face à Face »
Rencontres au Bénin

Exposition photographique de Marc Kalbusch à la demande de SOS FAIM
« Pré-Face à Face » : Espace-Galerie de SOS FAIM, du 19/11 au 24/12

Berceau du vaudouisme, d’une superficie de 112.600 km², la République du Bénin est un des plus
petits pays d’Afrique de l’Ouest. Mais un pays qui bouge au rythme de la « débrouille », à l’instar
de la majorité des autres Etats africains.

Avec plus de 6.200.000 habitants, le Bénin a connu ces dernières années une véritable explosion
démographique. Cette croissance soutenue de la population a eu des impacts peu appréciables
sur le développement socio-économiques du pays. Qui plus est, la libéralisation de l’économie
nationale a eu des conséquences très néfastes sur la population, en particulier dans les
campagnes.

Mais la population ne baisse pas les bras. Abandonnée par les services étatiques
majoritairement corrompus, trop peu aidée par la coopération internationale, elle a choisi de se
retrousser les manches, de s’organiser entre elle. Bref, de vivre. Ou plutôt de survivre.

Avec l’appui d’organisations non gouvernementales (ONG) comme le CBDIBA (Centre Béninois
pour le Développement des Initiatives à la Base), des groupements villageois, des unions de
producteurs, des caisses d’épargne et de crédit,… naissent, se structurent et contribuent au
développement des populations rurales démunies, en particulier des femmes, majoritaires dans
le pays.

SOS FAIM appuie le CBDIBA depuis 1999. Depuis 2002, elle appuie plus particulièrement le
réseau des Caisses Villageoises d’Epargne et de Crédit Autogérées (CAVECA). L’appui concerne
le renforcement des capacités et le refinancement des lignes de microcrédit de 16 CAVECA
situées dans des villages particulièrement isolés.

Les principales activités financées par les CAVECA sont la production, la transformation et la
commercialisation agricole d’une part, l’artisanat d’autre part. En 2003, SOS FAIM a appuyé,
avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères, les CAVECA pour un montant de 107.300 €.

Plutôt que d’illustrer « froidement » les réalisations concrètes de notre appui, nous voulions
avant tout, par cette exposition photographique, illustrer la VIE des populations rurales, leur
culture, leur dynamisme, leur joie, leur peine, leurs doutes, leurs espérances.

SOS FAIM a donc invité le photographe Marc Kalbusch à se rendre au Bénin où, de manière
très personnelle, il a photographié les populations rurales dans leur vie quotidienne durant trois
semaines. Chaque cliché est le reflet d’une rencontre très personnelle – d’un « face à face » -
entre le photographe et la ou les personnes photographiées.
Annexe 22
Communiqué de presse pour l’exposition Face à face (2003)
SOS Faim


Sans parti pris, sans imposer ses vues, Marc Kalbusch vous invite à rentrer dans l’univers
émotionnel très riche des rencontres qu’il a faites au Bénin. Il vous invite surtout à vous créer
vos propres « faces à faces » avec ces personnes qu’il a eu le grand privilège – selon lui – de
rencontrer.

Alors que l’exposition complète « Face à Face » sera présentée au public au Centre culturel
Kulturfabrik du 5 au 19 décembre prochain, SOS FAIM vous propose de découvrir un avant-
goût de l’exposition, une « Pré-Face à Face », dans son Espace-Galerie, du 24 novembre jusqu’au
19 décembre (du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00 – entrée libre). Cet événement marque la
réouverture officielle de l’Espace-Galerie.

Renseignements : Sos Faim : 49 09 96 – info@sosfaim.org




CONTRERAS FARIAS Rosana
contrerasrosana@yahoo.es

Sous la direction de Eric PEDON : pedon@univ-metz.fr





La photographie sur le développement
L’objectif de cette étude est d’analyser l’utilisation de la photographie, et notamment des
expositions photographiques, au sein d’organisations d’aide au développement. La démarche
comporte l’analyse de cas de deux ONGs luxembourgeoises proposant des expositions sur la
microfinance comme outil de développement en Afrique. Ces initiatives s’inscrivent dans
des stratégies discursives et de communication plus vastes où la représentation d’un
« autre » éloigné est le moyen de transmettre une conception du développement, voire une
idéologie. Finalement, les différentes logiques sous-jacentes : esthétique, éthiques et
informative, constituent un rapport de forces, qu’il faut comprendre pour caractériser
l’utilisation de l’image dans le secteur du développement.


Mots clés : Photographie, image fixe, aide au développement, ONG,
exposition photographique, représentations, Afrique.



Photography on development

The objective of this study is to examine the utilization of photography, and especially of
photo exhibitions, in foreign aid organisations. The approach was to analyse the cases of two
luxembourgish NGOs who also propose photo exhibitions about microfinance as a means of
development in Africa. These initiatives take part in discursive and communication
strategies, in which representation of a distant “other” is a way to transmit an idea of
development or even an ideology. Finally, the existence of different reasoning (artistic,
ethical, and informative) behind these strategies creates power struggles that need to be
understood, to qualify the utilization of images in the development field.

Key-words: Photography, still image, foreign aid, NGO, photo exhibition,
representation, Africa.

Table des Matières
REMERCIEMENTS ......................................................................................................................................... 4 Introduction..................................................................................................................................................... 5 Chapitre I ........................................................................................................................................................ 12 La communication dans l’aide humanitaire et l’aide au développement ............................. 12 1.1 L’aide humanitaire et du développement ............................................................................. 12 1.2 La communication dans les ONG de développement ....................................................... 14 1.2.1 Les visions du (sous) développement ............................................................................ 14 1.2.2 L’invention du Tiers-Monde ............................................................................................... 15 1.2.3 L’image du Tiers-monde ...................................................................................................... 16 1.3 La critique de l’aide au développement ................................................................................. 18 1.4 L’humanitaire, le développement et les médias ................................................................. 20 1.5 Le secteur des ONG au Luxembourg ....................................................................................... 21 Chapitre II ....................................................................................................................................................... 23 MÉTHODOLOGIE ......................................................................................................................................... 23 2.1 Objectif de la recherche ................................................................................................................ 23 2.2 Questions de recherche: ............................................................................................................... 23 2.3 Présentation des ONG choisies pour l’analyse .................................................................... 24 2.3.1 SOS Faim Luxembourg.......................................................................................................... 24 2.3.2 Appui au développement Autonome (ADA) ................................................................ 26 2.4 Techniques de Recherche ............................................................................................................ 27 2.4.1 Analyse du corpus photographique ................................................................................ 27 2.4.2 Entretiens semi-directifs ..................................................................................................... 28 2.4.3 Analyse documentaire .......................................................................................................... 29 Chapitre 3 ....................................................................................................................................................... 31 Cadre Théorique: La photographie comme moyen de communiquer sur la pauvreté .. 31 3.1 Le signe ................................................................................................................................................ 31 3.1.1 L’image comme signe ............................................................................................................ 32 3.2 L’image photographique .............................................................................................................. 34 3.2.1 Le message photographique .............................................................................................. 34 3.2.2 L’importance du contexte.................................................................................................... 35 3.3 Les représentations secteur du développement ................................................................ 36 3.4 Les ONG en images : l’évolution des logiques...................................................................... 37 [1]

3.4.1 Génération 1 : Sensibilisation caritative et « assistancielle » ............................... 38 3.4.2 Génération 2 : Éducation développementaliste ......................................................... 38 3.4.3 Génération 3 : Éducation au développement critique et solidaire..................... 38 3.4.4 Génération 4 : Éducation pour le développement humain et durable ............. 39 3.4.5 Génération 5 : Éducation pour la citoyenneté globale ............................................ 39 3.5 La souffrance à distance : Est-il possible un altruisme humanitaire ? ...................... 39 3.4.1 La topique de la dénonciation ........................................................................................... 41 3.4.2 La topique du sentiment ...................................................................................................... 43 3.4.3 La topique esthétique ........................................................................................................... 45 3.5 Le langage de l’humanitaire : La victime écran................................................................... 46 Chapitre IV : ................................................................................................................................................... 48 La photographie au cœur de la communication sur le développement .............................. 48 4.1 Premier message : Le nom de l’ONG........................................................................................ 48 4.1.1 SOS FAIM .................................................................................................................................... 48 4.1.2 Appui au développement autonome, ADA: .................................................................. 48 4.2 Les valeurs revendiquées ............................................................................................................ 49 4.2 Sources des images......................................................................................................................... 52 4.3 Les Objectifs de la Photographie dans la communication des ONG ........................... 52 4.3.1 La photographie pour l’information et la sensibilisation ...................................... 53 4.3.2 La photographie pour l’éducation au développement ............................................ 54 4.3.3 La photographie pour la récolte des fonds et la notoriété de l’organisation. 55 4.3.4 La photographie pour le plaidoyer politique .............................................................. 55 4.4 Les chartes d’éthique et l’autorégulation. ............................................................................ 56 4.5 L’exposition photographique: .................................................................................................... 59 4.5.1 Le Bonheur est dans le prêt ................................................................................................ 59 4.5.2 Microfinance côté face .......................................................................................................... 59 4.6 Sur l’utilité d’une exposition photo ........................................................................................ 60 4.7 « Montrer le visage humain de la microfinance » .............................................................. 62 4.8 Le sujet représenté ......................................................................................................................... 63 4.8.1 L’employé de l’institution de microfinance : ............................................................... 64 4.8.2 L’agriculteur : ........................................................................................................................... 65 4.8.3 Le micro-entrepreneur : ...................................................................................................... 66 4.8.4 L’artisan :.................................................................................................................................... 68 4.9 Des gens « actifs » ........................................................................................................................... 69 4.10 L’opposition rurale/urbain ...................................................................................................... 70 [2]

4.11 L’Opposition tradition / modernité ...................................................................................... 72 4.12 Une exposition photo comme une succession des choix............................................. 74 4.13 L’esthétique ou le message ....................................................................................................... 76 4.14 La vie rurale sublimée ................................................................................................................ 79 4.15 L’ONG comme bienfaitrice ........................................................................................................ 80 Conclusions .................................................................................................................................................... 84 Bibliographie :............................................................................................................................................... 87 Table des illustrations ............................................................................................................................... 89

[3]

REMERCIEMENTS La réalisation de ce mémoire de master II a été pour moi une opportunité de découvrir le monde des ONG et leur vision du développement dans un contexte européen. j‘aurais été incapable de réaliser cette expérience. photographe indépendant pour le temps accordé pour la réalisation des entretiens. [4] . Guillaume GAMA. Marine LEFEBVRE et Chloé KOLB. Directeur de recherche et Vincent MEYER. lié étroitement à mon travail de recherche. qui ont accepté de me guider dans ce travail et pour leurs recommandations qui m’ont permis d’enrichir ma réflexion. Finalement. Eric PEDON. Thierry DEFENSE. Sans l’aide de nombreuses personnes. L’équipe pédagogique de l’Université Paul Verlaine Metz du Master Métiers de la Communication territoriale et publique pour la formation qui nous a été apportée. pour leurs conseils éclairés. Directeur du master. Marion BUR. directeur de SOS FAIM. pour m’avoir facilité l’accès à une information interne sur l’organisation et pour leur soutien quotidien. pour la relecture du travail et son encouragement constant. qui m’a accueilli au sein de l’organisation afin d’y effectuer mon stage de master II. responsable de l’information d’ADA et Patrick GALBATS. chargées de l’Information pour SOS FAIM.

Mais pour [5] . explicites ou implicites. notamment de l’image photographique. l’image participe aussi à la création d’un secteur « développement » qui est relativement récent. ou comme outils de sensibilisation ou de légitimation de leurs activités dans les pays sous-développés. Une prémisse de base pour démarrer cette réflexion est que cette utilisation n’est pas naïve. les organisations non gouvernementales (ONG) d’aide au développement se servent de l’image. L’utilisation de l’image. montrer leurs « bénéficiaires ». n’a pour le général que les images et les discours des médias et des ONG pour construire son imaginaire de pauvreté ou de sous–développement et pour construire aussi sa relation face à cet « autre » raconté par un médiateur. a aussi des conventions dans le monde de l’aide au développement. pour illustrer leurs actions. notamment de celles qui se définissent comme d´aide au développement. j’ai pu avoir un accès privilégié. insérée dans un discours devient donc une médiatrice pour la connaissance. pour devenir un « champ » dans le sens dont Pierre Bourdieu utilise ce terme. Ensuite. Elle est indubitablement issue des discours. intentionnellement ou non. Je poserai plus loin comme hypothèse que ces subjectivités font partie d´un discours assez structuré du secteur des ONG. Elle entend créer une spécificité voire une légitimation de ses activités. ses relations. loin de la réalité racontée. La photographie. en opposition à l’aide humanitaire entendue comme l’aide à l’urgence. grâce à la corrélation de cette étude avec un projet de stage. à travers plusieurs stratégies. Mais on pourrait se demander aussi en quoi l’analyse des images dans ce contexte est pertinente. ses codes auxquels. Tout d’abord du côté du public aux pays du nord qui. En effet. ce champ a construit son jargon. La deuxième prémisse est que l´utilisation des images de détresses lointaines n’est pas sans conséquences sur plusieurs domaines. ou à celle de chaque récepteur individuel.INTRODUCTION L’objectif de cette étude est de décrire comment. comme nous verrons par la suite. qui créent le message. notamment parce que notre perception pourrait ne pas correspondre aux intentions de l’auteur. Une étude de ce type est importante aussi parce que la réalité visuelle que nous allons découvrir constitue une porte d’entrée originale au discours véhiculé. Une objection récurrente existe sur la justesse de l´interprétation des images. par les ONG de Développement.

une image est une production consciente et inconsciente d´un sujet. « La photographie est par essence plurielle. comme dans les cas des expositions des ONG que nous allons connaître. 2005 :35). La photographie est omniprésente. Initialement mon intérêt pour une étude sur l’utilisation de l’image dans un contexte particulier est né d’un intérêt préalable pour la photographie et son langage particulier. notamment par les entretiens avec les responsables au sein des services de la communication dans les ONG et d’un photographe. Elle accompagne des messages textuels en contribuant aussi bien à la connaissance des événements qu’à la composition visuelle des annonces publicitaires. aussi importante et intéressante en tant que témoignage artistique ou journalistique sur le monde que pratique sociale et populaire » (Bauret. cette œuvre se réactualise par la lecture d’un spectateur (Joly. Pourtant la spécificité géographique et temporelle de cette étude. en grande partie parce qu’elles peuvent bien se situer dans des moments et des lieux très différents. nous ne serons évidemment pas en mesure de retracer la réception des images par le spectateur. cette production constitue une œuvre concrète avec une existence indépendante de son auteur. permet de s’attarder sur les conditions de production des œuvres. des magazines. Elle peut bien être le centre du discours. Les façons de s’approprier ses techniques sont diverses. Ce sont ces méthodes que j’essaie de découvrir par cette étude. production plus vaste. Par la nature et les délais accordés à ce travail de recherche. Ensuite. Finalement. bien que plusieurs éléments puissent nous donner quelques ébauches (notamment une étude préexistante sur la disposition au don au Luxembourg. Ayant une expérience dans le secteur du développement dans un pays bénéficiaire (par opposition à un pays bailleur des fonds comme le Luxembourg) je souhaitais [6] et d’analyser ces œuvres à la lumière d’un contexte de . On la voit toujours partout sans d’ailleurs toujours vraiment la regarder.surmonter ces possibles objections. Cette distinction nous permet de limiter la portée de notre analyse. au fil des pages de la presse. sur internet. même aujourd’hui avec le développement des nouvelles technologies et de la popularisation de la vidéo. Analyser une image ne consiste pas à essayer de retracer toutes ces étapes. citée ultérieurement). circonscrit au Grand Duché du Luxembourg. il convient de délimiter trois moments dans la vie d’une image. D´abord. 1992 :5) Elle est aussi accessible. en termes de lecture (au moins une première lecture) et en termes de production.

journaux. Comme nous verrons plus tard. Existe-il une vraie réflexion sur l’utilisation de la photographie au sein des ONG ? Toutes ces questions sont nécessaires pour mettre en place une communication responsable et cohérente au sein des organisations. Mais quel intérêt d’une exposition photographique réalisé par les ONG? Quels intérêts ou quelles particularités pour le photographe ? Un point à part constitue la photographie comme accompagnement des outils classiques et des messages textuels : brochures. aux façons de travailler des ONG et aux acteurs du secteur. Dans le cadre d’un parcours professionnel j’ai décidé de centrer ma recherche sur l´utilisation concrète de la photographie dans des organisations dites humanitaires (dans un sens large qui inclut des organisations d’aide au développement et des organisations d’aide dans l’urgence. dont les consommateurs réguliers peuvent être des grandes organisations humanitaires ou les médias. etc. langagière. La photographie devenait pour cette étude un protagoniste et non seulement un complément du discours textuel. Je reviendrai sur cette distinction).analyser ces représentations d’un autre lointain et en situation de précarité à travers la photographie. Pourtant il faut connaître l´existence d´un circuit et d’un marché de la photographie humanitaire. Luxembourg). Cela m’a permis d’avoir un accès privilégié aux discours. Celui-ci s´est déroulé au sein du service de communication d’une ONG belgo-luxembourgeoise. affiches. Un premier constat sur place m’a permis de comprendre que des dispositifs centrés sur la photographie étaient développés fréquemment dans le monde des ONG de développement au Luxembourg : des expositions photos thématiques présentés dans plusieurs salles et centres culturels dans le pays. SOS FAIM (siège à Esch-sur-Alzette. Une des mes missions pendant ce stage obligatoire de cinq mois a été de coordonner une exposition photographique itinérante au Luxembourg. D’autre part le choix du sujet est directement lié à mon projet de stage. ce n’est [7] . J´ai été aussi en contact avec le siège belge de cette ONG ce qui m´a permis d´avoir une vision complémentaire du travail réalisé par SOS Faim. Cette utilisation sera évoquée mais c’est l’analyse des expositions photographiques qui constitue le cœur du travail de recherche. S’accorde-t-elle avec les valeurs prônées par des ONG de développement? Plusieurs stratégies des ONG se servent des photos.

Pourtant la dimension de plaidoyer politique des ONG est beaucoup plus faible qu´en France ou Belgique par exemple. droits de l’homme. permet de s’approcher plus facilement aux acteurs concernés. entre autres. commandée par le Cercle de coopération.html [8] . 1. Ce chiffre dépasse le 0. Le grand dynamisme des nombreuses ONG présentes dans ce petit territoire. Malgré la crise. 15% des personnes de l’échantillon déclarent avoir fait du bénévolat pour ce type d´organisation. les enjeux locaux sont particuliers. Comme nous verrons pour la suite.pas forcément le cas des petites et moyennes organisations. De plus. Ils estiment que dans le pays. J’ai choisi de prendre comme deuxième ONG 1 La résolution est disponible sur : http://daccess-ods. Selon une étude. culture.7% accordé par les pays développés lors de l’assemblée générale de l’ONU de 19801. seront donc évoqués notamment en ce qui concerne leur relation avec le travail des ONG. La production et le marché de ce type de photographie. La localisation géographique de ce travail de recherche ne répond pas seulement aux activités liées à un projet de stage. on peut estimer que 37% de la population de plus de 18 ans se déclare donateur (régulier ou occasionnel) d’une ONG dans le domaine d’aide au développement.org/TMP/1051487. santé. notamment sur ce qui concerne une photographie humanitaire ou sociale dans des pays sous-développés. nature et protection de l’environnement. j’ai cru pertinent de compléter mes observations directes au sein de SOS Faim avec l’étude d’un deuxième cas. un enjeu important de la communication des ONG est la récolte des fonds auprès du grand public et les actions dites de « sensibilisation ». le réseau des ONG au Luxembourg. Le Grand Duché de Luxembourg compte une population de 500 000 et plus de 80 ONG travaillant sur son territoire. Le contact avec un photographe luxembourgeois m’a permis de présenter quelques éléments de la production photographique luxembourgeoise.32662201. le Ministère des affaires étrangères luxembourgeois (MAE) a accordé en 2009. 58% de personnes sont impliquées à travers un don à une ONG dans des domaines variés : aide au développement. mais le choix de prendre le Luxembourg peut être justifié aussi par l’existence des particularités dans le secteur de l’aide au développement dans ce pays.04% du PNB national à l’aide au développement. et réalisée par TNS IlRES (2009). En outre.un.

mais ce critère donne aussi un contexte commun aux organismes. Elle témoigne de l’existence d’une réflexion sur la communication et d’un service à part entière et autonome à l’origine de la conception en interne des supports de communication. Plusieurs raisons sont à la base de ce choix. en milieu urbain ou rural dans les pays du sud sans une approche explicite de souveraineté alimentaire (je développerai ce concept ultérieurement). Ce volet communication. la proximité thématique a été aussi retenue comme critère de choix.Appui au Développement autonome. Les deux ONG sont basées au Luxembourg (Luxembourg ville et Esch-sur-Alzette. ce qui permettait de commencer l´analyse par un dispositif commun : l’exposition photographique. ADA présentait pendant ma période de stage une exposition similaire et même concurrentielle de l’exposition de SOS Faim. Finalement. appelé Information ou de Sensibilisation. l’existence d’un volet « communication » dans les organigrammes des organisations a été important pour le choix. D´un côté SOS Faim travail sur deux axes thématiques : la micro finance rurale et la souveraineté alimentaire. une analyse de la communication et des représentations véhiculées par les actions des ONG est pertinente et même nécessaire. Les deux organisations produisent en grande partie leurs propres supports graphiques. Finalement mon choix de problématique a évidemment été influencé par mon projet professionnel de travailler dans le domaine du développement. un critère de concentration géographique a été pris en compte. et il serait donc plus juste de parler d’une analyse comparative. La professionnalisation de la communication au sein de ces structures. ce qui permet d´enrichir le travail. Deuxièmement. Dans ce sens. Au niveau thématique ADA et SOS Faim ont un point de convergence importante : la microfinance comme outil de développement. qui incluent des expositions photographiques. La proximité faciliterait les démarches. ce qui répond à un besoin de faisabilité. « L’action n’est pas dissociable de la [9] . Premièrement. permet de prendre comme point de départ cette place consolidée de la communication au sein des ONG et la professionnalisation des chargés de ces volets. et elles sont à l’initiative des différentes actions de communications. deuxième ville du pays). Des différences sont présentes aussi. ADA veut se présenter comme spécialiste de la microfinance en tant qu’outil de développement. Troisièmement. ADA. traduite par l’existence d’un responsable ou d’un département de communication a donc été un critère important.

représentation » (Mesnard, 2002: 8). On peut même dire que les représentations nourrissent l’action et pour cela le travail d’un professionnel de la communication au sein des ONG n’a rien d’accessoire. Il s’agit même d’une obligation éthique de bien réfléchir à ce qu’on veut transmettre au public sur les « partenaires du Sud », surtout avec un média si omniprésent, accessible et efficace comme l’image. La représentation, y compris de celle du « professionnel du développement », nourrit les actions sur le terrain, et convoque l’empathie, voire la solidarité des citoyens. Une réflexion sur la communication dans le secteur est importante parce que la communication faite par ces organisations contribue aux imaginaires, aux discours et aux préjugés sur l’ « autre » en détresse et sur le rôle des acteurs du développement au Nord, y compris le citoyen hors du circuit des ONG. Les activités quotidiennes des professionnels de la communication, souvent engagés dans leur cause, ne permettent pas toujours de garder le recul nécessaire et de questionner ses propres pratiques. Ce travail s’articule en quatre chapitres. Tout d’abord je ferai une présentation de la problématique où je définirai le secteur du développement, ses discours fondateurs, ses particularités et ses représentations. Je présenterai aussi un bref panorama de la coopération luxembourgeoise au développement. Dans le deuxième chapitre, je donnerai des détails sur les outils méthodologiques utilisés pour réaliser cette étude. Ensuite, dans le troisième chapitre je présente des éléments théoriques qui serviront à l’analyse postérieure. Ce cadre théorique traite de l’image, de la photographie et il recueille des travaux déjà faits sur les représentations dans le secteur humanitaire et de l’aide au développement. « La souffrance à distance », de Luc Boltanski constitue aussi un référent théorique important. Dans le quatrième chapitre, j’analyserai

concrètement les expositions d’ADA et de SOS Faim à la lumière des repères théoriques discutés préalablement. Une dernière précision doit être faite sur la pertinence d´un tel sujet dans le cadre d´un master Métiers de la Communication territoriale et publique. Bien que la relation entre le secteur de la coopération au développement et des politiques publiques n’est pas dans un premier temps explicite, elle existe. Cette relation est même très importante pour comprendre la dynamique interne du secteur développement. En effet, dans de nombreux pays donateurs européens, le rôle des subsides étatiques est fondamental pour la subsistance des ONG et même pour la
[10]

définition des lignes d’action. Tel est le cas très clair du Luxembourg. Comme j’ai évoqué auparavant les pays développés se sont alloués lors de l’Assemblé Générale des Nations Unies en 1980, d´engager au moins 0,7% de leur Produit National Brut (PNB) à la coopération au développement. Une grande partie de ces subsides sont concédés à des lignes thématiques définies par le Ministère des affaires étrangères. C’est ce ministère qui définit en grande partie, les sujets à soutenir : éducation au développement, microfinance, etc. Il peut même privilégier le financement de certains pays. La relation entre le secteur publique et la société civile est très importante pour comprendre la dynamique interne des ONG de développement.

[11]

CHAPITRE I LA COMMUNICATION DANS L’AIDE HUMANITAIRE ET L’AIDE AU DEVELOPPEMENT
1.1 L’AIDE HUMANITAIRE ET DU DEVELOPPEMENT
L’invention idéologique et stratégique du développement a maintenant soixante ans (Atlani-Duault et Vidal 2009, 11). C’est le président des États-Unis, H. Truman qui invoque pour la première fois, en 1949, la question d’aide au développement, au moins au monde occidental. Depuis, les sciences sociales se sont intéressées à cette question notamment dans une perspective post coloniale (ibid.) souvent menée dans sa dimension empirique par des grandes organisations internationales (ONU et ses agences, Banque Mondiale, Fonds monétaire international). Cette perspective postcoloniale est prise par Roxanne Dotty (2004) pour analyser les relations NordSud, et les représentations issues de cette relation. Pour elle, les discours de l’aide au développement ont une certaine continuité avec les discours derrière la colonisation. L’aide Nord-Sud, est une source importante des représentations du sud, du développement mais aussi de la société occidentale. Avant de présenter des spécificités du secteur développement qui concerne ce travail, je voudrais faire une distinction claire de ces deux secteurs : « aide humanitaire » et de «l’aide au développement ». Même s’ils sont convergents, ils ont des spécificités et des discours qui se différencient de manière de plus en plus nette. Pour Atlani-Duault et Vidal (2009) l’humanitaire est un élargissement du champ développement, qui priorise les actions en période de crise et des conflits internationaux ou nationaux, la reconstruction post-catastrophe, la gestion des réfugiés et des migrants et enfin tout ce qui relève des actions d’urgence proprement dites. Pourtant l’humanitaire précède l’aide au développement. On peut trouver sa genèse dans les premières organisations à vocation humanitaire de premières décennies du XXe siècle. En effet, les crises de la première moitié du siècle –guerres mondiales, la grand crise économique- ont motivé la création et le développement des organismes humanitaires privés et publiques. Pourtant, ce n’est qu’après la

[12]

décolonisation que l’aide humanitaire fixe sa place dans le scénario des relations Nord-Sud. (Brauman : 1998, 17). Cette vision d’urgence et d’assistanat a été à l’origine du secteur

« développement/humanitaire » dans un sens large. Cette vision qui a été priorisé aux origines est relativisée actuellement. Le secteur strictement humanitaire, est caractérisé souvent comme « urgentiste » par les ONG de développement, qui essayent de se détacher de cette image, pour constituer un secteur à part fondé sur des valeurs comme l’autonomie, la souveraineté des peuples et le développement durable. À l’intérieur de ce secteur, plusieurs spécialisations permettent de mieux identifier la vocation des ONG de développement : le travail pour l’éducation, l’environnement, la sécurité alimentaire et la nutrition, le développement rural, etc. Désormais, nous allons faire une distinction entre les organisations d’aide au développement et les organisations d’aide à l’urgence ou organisations humanitaires ; ces dernières étant des ONG qui interviennent suite à une situation grave et exceptionnelle, même si elles revendiquent de plus en plus les valeurs du secteur Développement. Il faut préciser que dans les cas des certaines très grandes ONG (Care International, Oxfam) et dans la coopération des organismes multilatérales, dont les agences de l’ONU (UNICEF2, FAO3, OMS4, etc.), la vocation peut être double. À la naissance du secteur humanitaire/développement et jusqu’aux années 60, la problématique centrale fut l’opposition entre tradition et modernité (Atlani-Duault et Vidal 2009 :14). Très influencé par les sciences sociales, notamment par l’anthropologie, l’humanitaire et ses débats ont évolué vers des postures plus méthodologiques et critiques. Les ONG prendront un rôle de plus en plus important à partir des années 80 en ce qui concerne la réflexion sur le développement et surtout l’action, les tâches dites – « humanitaires ». La multiplication des ONG est un fait constatable dans les pays occidentaux depuis au moins un quart de siècle.

2

The United Nations Children's Fund Food and Agriculture Organization of the United Nations 4 Organisation mondiale de la Santé
3

[13]

Rostow (1997). c’est celle de la croissance économique linéale. des nouveaux débats sur le développement surgissent. Elle proposait aussi d’accompagner ses stratégies par des actions de « persuasion éducative » pour changer les comportements des fonctionnaires locaux ou les « bénéficiaires ». avec l’accès à la liberté de la plupart des colonies. la théorie des avantages comparatifs élaborée au cours du XIXe siècle. serait d’attirer leur attention vers leurs actions et de recevoir leur soutien. Ce « volet communication » dans les ONG de développement a évolué vers la professionnalisation sûrement influencée par le développement de la communication dans les années 80. à accéder à la société de consommation de masse. notamment à partir de la création de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID5). 1. par David Ricardo (Assidon. Différentes visions du développement ont marqué la communication faite à ce propos. tôt ou tard. comme le montre bien l’évolution de la « communication pour le développement ». [14] .2. L’objectif initial. particularité latino-américaine. Au début de cette décennie.2 LA COMMUNICATION DANS LES ONG DE DEVELOPPEMENT La communication a toujours été présente dans les ONG de développement. 5 United States Agency for International Development. au moins dans un premier niveau. ou parmi les sujets ou organisations relevant du secteur. Cette agence proposait de l’aide technique au développement des pays sousdéveloppés. était encore la plus grande référence. 2002). Cette théorie propose que ce serait à travers la spécialisation que les pays du Sud seraient assurés de prospérer dans un scénario de commerce international. Cette politique est à la base de la naissance en Amérique Latine d’une discipline professionnelle à part entière connue comme « communication pour le développement » (Bertrán. Une deuxième théorie inspiratrice du développement dans les années 60. Selon cette pensée de l’américain Walt W. 2005 :5). tout pays est amené. La communication pour le développement est un courant de la communication qui s’est développé principalement en Amérique latine.1. Dès ces origines il y a toujours eu besoin d’outils pour permettre la transmission des informations vers l’extérieur (le public. les autorités).1 LES VISIONS DU (SOUS) DEVELOPPEMENT Dans les années 60. Cette évolution a été très marquée par des particularités Nord/Sud.

Dans l’article « Trois mondes. Les critiques de cette vision fondatrice du développement viennent initialement d’une tradition très différente. les chercheurs de la CEPAL forment ce que l’on appel en développement l'École de la dépendance.2 L’INVENTION DU TIERS-MONDE L’expression Tiers-monde a été utilisée pour la première fois par le démographe français Alfred Sauvy dans un article paru en 1954 dans France Observateur (qui deviendrait plus tard Le Nouvel Observateur). Ce mot s’impose rapidement et il appartient de nos jours au langage courant. veut lui aussi être quelque chose.Ces approches vont être remises en cause tout au long des années 60-70. Avec d’autres chercheurs. Pourtant il n’a plus les mêmes connotations du jour de sa création. elle imagine une marche linéaire et universelle pour toutes les sociétés. En conséquence elle ne semble pas adaptée aux spécificités des pays anciennement colonisés. D’autres auteurs comme. ce tiers-monde ignoré. Ces visions sont encore aujourd’hui sources d’inspiration pour les critiques de l’aide au développement. 2001). Élaborée sur la base de cas des vieux pays industrialisés. Immanuel Wallerstein (cité par Assidon. en style des Nations unies. exploité. Ces derniers considèrent qu’elle accentue la dépendance. méprisé. La vision des avantages comparatifs est critiquée par son caractère a-historique (elle ignore les spécificités et les trajectoires nationales). c’est-à-dire à une échelle infrarégionale. comme l'Egyptien Samir Amin ou l’américain AndréGunder Franck. 2001).2. il écrit : « L'ensemble de ceux que l'on appelle. D’un côté. les pays sous-développés. La Commission économique pour l'Amérique latine (CEPAL) est à la base d’une vision du sous-développement dite « structuraliste ». le mot [15] . ils essaient d’expliquer la subordination des pays sous-développés aux pays développés en termes d’échanges inégaux. notamment celles du développement écologiquement durable et des différents développements locaux. une planète ». » (Sauvy cité par Sciences Humaines. Très inspirés du marxisme. comme le tiers état. 2002) proposent que la prospérité du Nord est possible par l’exploitation économique des pays du Sud. De nos jours. ou qu’elle propose un développement « à l'occidentale » (Sciences Humaines. 1. les débats sur le sous-développement ont inclus des nouvelles préoccupations. et celle de Rostow est jugée trop étroite et anachronique.

d’autres expressions sont utilisées dans le jargon des ONG pour parler des pays du Tiers monde.undp. préalablement évoquées. etc. à la santé. il faut retracer les origines des représentations actuelles sur le développement dans les premières représentations humanitaires. encore courante dans le monde du développement le fait aussi. Phillipe Mesnard retrouve ces premières représentations des victimes civiles à côté des humanitaires. les ONG de développement se détachent de plus en plus de la vision et des méthodes historiques des médias de masse et elles prônent une attitude du politiquement correct.« tiers-monde » est considéré péjoratif par les populations des pays concernés. à la fin du XIXe siècle. comme les Pays moins avancés (PMA). Pourtant à cette période.3 L’IMAGE DU TIERS-MONDE Une des hypothèses que je veux exposer est que l’image entretenue par les médias sur ce que l’on appelle encore le Tiers-monde est aujourd’hui contestée par les organisations d’aide au développement.2. ce qui est cohérent avec les conceptions structuralistes et marxistes de sous-développement. cette expression est considérée réductionniste puisqu’elle ne prend pas en compte l’énorme diversité des pays non développés. Mais le Sud est souvent utilisé dans l’opposition Nord/Sud. Il dépasse la conception économique et inclut des nouveaux indicateurs comme l’accès à l’éducation. Mais aussi des termes qui rendent compte d’une segmentation. à l’eau. un certain nombre des photographies des populations indiennes atteintes de famine ont circulé dans des journaux à travers le monde pour dénoncer la responsabilité du gouvernement anglais. 6 Indice de développement humain (IDH) disponible sur http://hdr. Dans la même logique l’expression Sud. Pourtant. qui regroupent les pays les plus pauvres de la planète. Bien qu’une collaboration étroite existe entre ces deux secteurs.org/en/ [16] . « Pays sous-développés » ou la version plus politiquement correcte « pays en voies de développement ». Le concept de pauvreté évolue aussi. Depuis. qui préfèrent l’expression « pays en voie de développement ». Cette nouvelle conception est notamment visible dans l’Indice du développement humain utilisé par les NationsUnies6. D’un autre côté. Notamment. ces images n’étaient inscrites à aucun cadre d’interprétation et elles ne pouvaient pas mobiliser des croyances contre le pouvoir anglais (Mesnard. A cette époque. 1.

très engagé. mais l’Occident bienfaiteur. des ONG choisies pour ce travail. le spectateur Une bonne synthèse de ce discours. Au-delà de la dénonce pure. « …ces enfants. d’universalité du progrès de la civilisation occidentale s’affirme au nom du « monde libre » et donc en opposition au communisme. L’idéologie que véhicule l’humanitaire à travers ces représentations se rattache effectivement à la civilisation occidentale. 2002 :17). il y voit le prolongement d’une idée de progrès menée par l’occident bienfaiteur. portée par une idée de progrès. Mais plus tard. « L’empire de la honte ». Ces ONG à fort discours politique sont le plus souvent des ONG qui ont pour objectif de changer des structures durablement. » (Mesnard. Dans ce film elle montre les enfants qu’elle sauve de la famine. J. Ce n’est pas le cas. Pour Mesnard. En 1922.2002 :15). dénoncent les pouvoirs impérialistes d’Occident comme les responsables de la pauvreté. soutenu par les pays occidentaux. plutôt que par toute cause particulière. 2007. pourrait être compris comme partie de la propagande anticommuniste. Même si un discours politique est implicite dans le travail sur le terrain. Mesnard voit pourtant une autonomisation progressive de l’humanitaire pour donner « pour lui-même et par lui-même une consistance idéologique » (ibid. Des premières tentatives d’articuler un discours. justifie toute l’entreprise qui les prend en charge. notamment celles avec un fort discours politique. face à des images de souffrance. au moins jusqu’à la chute du Mur de Berlin. :19). la famine et d´autres souffrances au Sud7. et dans le contexte de la guerre froide. ce premier film ébauche les premières valeurs diffusées par la représentation humanitaire. ces ONG n’ont pas de discours politique fort structuré au Nord (ce qui n’implique pas que les acteurs individuels ne l’aient pas). Ce positionnement. LGF. Ziegler. puis une représentation autour du sujet humanitaire peuvent être tracées à partir de la deuxième décennie du XXe siècle. l’organisation anglaise Save the Children Fund édite un premier film du genre. cette vision. Paris. 7 [17] . déjà consolidée. Cette autonomisation d’un discours pro-valeurs occidentales se manifeste quand les représentations et les discours des organisations. Mais pour Mesnard. comme nous le verrons dans l’analyse. portant les valeurs de la vie et de la sécurité recouvrées. il ne s’agit pas de la propagande pure puisque ce n’est pas des figures concrètes que cette représentation véhicule mais une vision du monde. qui mangent à leur faim. se trouve dans « L’empire de la honte » de Jean Ziegler. Boltansky (2007) propose que. C’està-dire non seulement Save the Children.. avec leur blouse et leur cheveux peignés.

as a set of productive representational practices. l’objectif de l’aide internationale était vraiment la lutte contre la pauvreté 8 « Foreign aid.attribue des places de « bienfaiteur ». pour le développement économique et la promotion de la démocratie. La première souligne l’importance de l’aide comme un outil de promotion de la sécurité nationale et les intérêts économiques des pays bailleurs de fonds. made possible new techniques within an overall economy of power in north south relation. la surveillance. Dans Imperial encounters. Elle y trouve une certaine continuité avec les discours colonialistes. classifié et placé sous une surveillance continue8 ». 1. and placed under continual surveillance». Cette mission était accompagné de la promotion de la démocratie et les droits de l’homme comme le signale Roxanne Doty (2004 :127). « malheureux». : 129). les significations et les identités internationales ont été construites et reconstruites. Pour elle. les analyses de l’aide au développement doivent être placées dans le domaine plus large de « l’exercice du pouvoir ». ou de « persécuteur ». the surveillance. Elle a mis en place des mécanismes par lesquels le « Tiers-monde » peut être surveillé. il ne sera pas toujours évident de remplir ces places dans un contexte de positionnement politique très subtil. promotion de la démocratie et des droits de l’homme. pourtant. 2004 : 129). et l’administration de la pauvreté 9» (ibid.3 LA CRITIQUE DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Comme il a été évoqué. Dans les cas des représentations des ONG choisies. a rendu possible des nouvelles techniques dans une économie de pouvoir dans les relations Nord-Sud. Même si on admet que l’aide international est guidé par des idéaux altruistes. 9 « Foreign aid enables the administration of poverty. il faut considérer ce qu’elle fait inévitablement dans la réalité: « L’aide internationale permet l’administration de la pauvreté. Pour l’auteur. voit l’aide comme le résultat des préoccupations humanitaires liées à la lutte contre la pauvreté. and the management of the poor». elle fait une analyse des discours du secteur de l’aide international au développement. L’aide internationale a été conceptualisée de deux façons (Doty. D’après l’auteur. It put in place permanent mechanisms by which the “third world” could be monitored. classified. [18] . comme un ensemble des pratiques de représentation. l’invention pratique et idéologique du développement peut être tracée en 1949 avec l’annonce du Président américain Harry Truman de la création d’une agence pour aider au développement des pays les plus pauvres. « l’aide internationale. La deuxième conceptualisation.

une population dangereuse qui besoin de transformation. Les populations émergentes étaient vues comme des enfants à qui l’Occident devait élever. [19] . Une autre interprétation pourrait suggérer l’émergence des nations de la colonisation et la dépendance. to stimulate and to guide the growth of fundamental social structures and behaviors». 10 11 « Emerging people» « Reconcile the unreconciled among men and nations to the continued validity and viability of the present world system». L’objectif de l’aide était défini comme « déclencher. les comportements et les tendances des populations des pays pauvres. stimuler et guider la croissance des structures sociales et des comportements fondamentales12 ». L’objectif principal serait de connaitre la mentalité. l’opposition parent/enfant. L’objectif de l’aide américaine était de fournir des opportunités d’entraide pour les populations émergentes10. il serait possible de donner deux interprétations. En effet. Dans les deux interprétations. il est implicite que les « populations émergentes » n’existaient pas de manière significative. Quand l’Agence des États-Unis pour l’aide au développement (USAID) a été crée. Dans cette définition. Cette vision serait un clair prolongement d’une opposition existante dans les discours de la colonisation. Aucun pays du Tiers monde était invité à participer de définition des politiques. Aucune invitation n’a été adressée aux pays du Tiers monde. Un deuxième objectif de l’aide américaine était de « concilier les non ‘réconciliés’ (unreconciled) parmi les hommes et les nations à la validité et la viabilité du système mondial présent11. guider et aider jusqu’à qu’ils soient capables de faire ses propres décisions. d’une condition non civilisé. le plan Marshall conseille vivement les pays européens de construire ensemble un programme coordonné pour la récupération économique. Unreconciled implique potentiellement instable et imprédictible. les principes de mise en place de l’aide au développement ont été aussi définis. D’abord il pourrait faire référence à l’émergence des populations de l’obscurité.mais juste dans un deuxième niveau. vus comme source potentielle de risque. L’auteur trouve une différence fondamentale entre l’aide des États-Unis à l’Europe après la Seconde Guerre. 12 «To trigger.

le secteur humanitaire a développé certains rapports avec les medias qui ont graduellement changé avec l’évolution du contexte historique global. voit une incertitude croissante sur la réponse exigée à la personne qui regarde « le spectacle de la souffrance » de manière médiatisée. Sur ce point. notamment.4 L’HUMANITAIRE. mais encore le spectateur de celui qui lui présente (sans nécessairement en avoir été lui-même le témoin) » (1999:272). Les secteurs du développement et de l’aide dans l’urgence ont cherché à développer des rapports étroits avec les médias. vidéo. comme coopération. la confiance accordée au médiateur de ces images est compromise dans cette situation médiatique qui « éloigne non seulement le spectateur du malheureux.e. et même les réseaux sociaux). à travers les journaux. livre qui constitue l’un des référents les plus importants de ce travail. Cette situation est plus complexe si l’on considère qu’un tel spectacle propose toujours au spectateur une invitation à se montrer affecté et à agir. des journaux et de la télévision. un grand nombre de titres existent dans le marché avec un lectorat très restreint. Boltanski veut montrer que cette incertitude a augmenté progressivement dans les trois dernières décennies au fur et à mesure que l’intensité et le nombre des spectacles de souffrances proposés à des spectateurs devenaient plus importants. Au Luxembourg. ou même « instrumentalisation réciproque » (Ferenzy. C’est ainsi que l’on a l’impression d’être plus proche de la « victime lointaine ». LE DEVELOPPEMENT ET LES MEDIAS L’association avec les médias a été une stratégie importante dans la transmission des sujets humanitaires et du développement. En effet. à travers la transmission des images (fixes. médias. Pour atteindre ses objectifs. i. dépendance. peut être abordée sous plusieurs perspectives. Les ressources disponibles ne permettent pas d’avoir des informations de terrain à [20] . et à travers la montée en puissance des outils de communication des medias. 2005) Grâce au développement des moyens de communication. nous pouvons avoir accès aux évènements dramatiques à l’autre bout du monde très facilement et en temps réel. Luc Boltanski dans La souffrance à distance (1999). Cette relation de plus en plus forte et ambigüe. des particularités nationales sont à prendre en compte.1. Au niveau de la presse. Cette situation a des conséquences sur la façon d’appréhender ces situations et sur l’exigence morale qui se présente au témoin lointain des souffrances humaines.

Danemark. dans le cas d’ADA. Nous pourrions aussi envisager des possibles stratégies partagées même si en principe les objectifs des deux acteurs sont distincts. a permis la collaboration entre ADA et un photojournaliste avec 20 ans d’expérience dans la presse luxembourgeoise pour l’exposition « Microfinance côté face ».04% du PNB. le gouvernement luxembourgeois a atteint une aide publique au développement (APD) de 1. Marine Lefebvre.5 LE SECTEUR DES ONG AU LUXEMBOURG Quelques chiffres du Rapport annuel de la Coopération luxembourgeoise au développement permettront de caractériser la coopération de Luxembourg. Les États-Unis accordent seulement 0. L’intérêt de ces journaux est d’avoir des informations de terrain qui ne pourraient pas être assumés autrement. tous en Europe : Suède. Les informations internationales se limitent à des extraits des grandes agences d’information telles que l’AFP. le rapprochement de la chargé de l’information avec le monde de la presse luxembourgeoise. ce background n’est pas sans conséquences dans les cas spécifiques des actions de communication des deux ONG. Même si nous n’avons pas les éléments pour dire qu’il s’agit d’un phénomène récurrent.14% du PNB à l’aide au développement. 1. C’est intéressant de souligner que deux des chargées de l’information consultées pour ce travail sont issues du monde journalistique. et les Pays-Bas. chargée de l´information à SOS Faim notamment pour ce qui concerne les médias écrit deux articles mensuels dans deux journaux luxembourgeois Le Jeudi et Le Quotidien. sera une perspective importante d’analyse pour comprendre les différentes lectures des images proposées par les ONG de développement. est une exposition à la façon d’un photoreportage. En 2009. très active dans des régions très spécifiques. Par exemple. humanitaire et des médias. Norvège.l’étranger. comme on le détaillera plus loin. où elle a travaillé pendant six ans avant de changer d’orientation. Cette collaboration s’est faite de manière bénévole et le résultat. Le rapprochement des deux mondes. [21] . Seulement quatre autres pays au monde ont atteint la chiffre proposé en 1980 par l’ONU. Réussir ce type de partenariat serait beaucoup plus compliqué dans un pays où les médias comptent plus de ressources. Ce fait est reconnu comme une opportunité par les ONG.

l’aide humanitaire. parmi lesquelles SOS Faim et ADA. la Namibie.L’action de la coopération luxembourgeoise est concentrée sur 10 pays dits « partenaires privilégiés » : le Burkina Faso. Cette catégorie regroupe les secteurs : de l’éducation. La concentration de la coopération luxembourgeoise est aussi sectorielle : en 2009. (aide à l’urgence. L’aide à travers les ONG représente 20% du budget de la coopération luxembourgeoise. le Niger et le Sénégal en Afrique. L’aide est surtout bilatérale. et de l’eau et l’assainissement. [22] . représente près de 10% de l’APD luxembourgeoise. Finalement. la prévention et l’aide à la reconstruction). la santé (y compris les services de santé et de fertilité). le Mali. le Cap-Vert. Quatre-vingt ONG. le Nicaragua et le Salvador en Amérique latine ainsi que le Laos et le Vietnam en Asie. Plus de 80% des moyens engagés dans la coopération bilatérale sont investis dans ces pays. la coopération luxembourgeoise s’est concentrée dans les secteurs des Infrastructures et des services sociaux qui représentent plus de 47% de l’APD bilatérale (de pays à pays) et plus de 20% de l’APD multilatérale. reçoivent des subventions de l’APD.

je serai en mesure de parler des photos non choisies pour l’exposition et des anciennes expériences en ce qui concerne des expositions photo. pour leurs expositions photographiques. les discours des praticiens de la communication et des photographes trouvent leur place dans cette démarche. L’analyse portera sur les images choisies par les deux ONG SOS Faim et ADA.1 OBJECTIF DE LA RECHERCHE L’objectif de la recherche sera de décrire comment se construit la relation entre image photographique et discours explicite ou implicite au sein des deux organisations choisies. Il faudra donc décrire la façon dont les images sont utilisées à la lumière d’un discours textuel utilisé au sein de l’organisation. Il ne s’agira pas d’une simple description des images mais aussi d’une mise en contexte des différents choix dans la chaine de production d’une exposition photo : dès la recherche d’un sujet et la conception par le photographe jusqu’au choix des responsables de l’information.2 QUESTIONS DE RECHERCHE: Une grande question guide cette recherche : Comment les images photographiques s’inscrivent-elles dans les stratégies de communication et les discours de ces organisations ? Pour répondre à cette question j’utiliserai comme cadre théorique les trois topiques expliquées par Luc Boltanski dans « La souffrance à distance ».CHAPITRE II MÉTHODOLOGIE 2. récolter des fonds. Pour cela. illustrer leurs propos. Ce discours est formé des valeurs défendues. Ces topiques servent à caractériser des descriptions de celui qui souffre (place occupée par le [23] . 2. Dans le cas de SOS Faim. voire d’une idéologie plus ou moins structurée et traduite par un jargon du secteur du développement. et faire un travail de sensibilisation. et grâce à une approche privilégiée due à un stage de cinq mois au sein du service de l’information.

Dans ce schéma. le Mali. le Niger. suggèrent-elles une accusation. SOS Faim n’a pas d’antenne en Afrique. existe-il dans ces images un « bienfaiteur». crée en 1993. L’organisation se déclare indépendante de tout courant 13 Site Web: www. Les images. Elle a pour objectif de « combattre la faim en Afrique.1 SOS Faim Luxembourg 13 SOS Faim est une ONG luxembourgeoise. la République démocratique du Congo et le Sénégal. SOS Faim appui notamment des institutions de microfinance en milieu rural et des organisations paysannes dans le but de soutenir l’agriculture familiale. en soutenant des organisations paysannes et des institutions de microfinance qui favorisent l’autonomie de leurs membres.).bénéficiaire de l’aide au développement) et de celui qui est informé sur cette souffrance.lu [24] . ADA et autres exemples luxembourgeois et européens? Quelle est la source des photographies représentées ? Comment et qui réalise les choix de ce qui va être montré ? 2. Ses partenaires se trouvent dans neuf pays africains : le Bénin. agréée par les Ministère des Affaires étrangères (MAE) luxembourgeois. par la manière de communiquer. mais elle travaille avec des partenaires locaux dans le but de « soutenir un processus de développement autonome en dépit des pratiques d’assistanat » (ibid. la façon dont il devrait se sentir concerné. est-il suggéré ?) Quels sont les critères des choix ? Quelle cohérence dans ces choix ? Quelles différences entre les approches de SOS Faim. clients ou bénéficiaires » (Rapport d’activités 2009).sosfaim. Elle suggère. l’Ethiopie. le Cameroun. l’organisation propose au spectateur de se sentir concerné par ce qu’elle lui montre. le Burkina Faso.3.3 PRESENTATION DES ONG CHOISIES POUR L’ANALYSE 2. le Congo (le partenariat s’arrêtera en 2011). une invitation à l’émotion ou restent-elles dans un registre esthétique ? Pour arriver à répondre à ces interrogations il faut poser d’autres questions préalablement telles que : Quels sont les sujets représentés et comment sont-ils représentés ? (Existe-il une image type du « bénéficiaire ».

Les grands sujets/axes du travail de SOS Faim et de la communication auprès du public luxembourgeois sont : La souveraineté alimentaire : définie comme « le droit de chaque pays de choisir librement le mode d’approvisionnement en produits alimentaires qu’il souhaite. L’agriculture commerciale à grande échelle repose en revanche sur la concentration des capitaux et/ou des terres » (Kesteloot. Ce principe assigne aux États la maîtrise des choix essentiels qui concernent les modes de production. La stratégie de récolte de fonds est une fonction importante du service de l’information. Pourtant SOS Faim est indépendante en ce qui concerne la gestion budgétaire. Les dons privés sont ensuite valorisés par les subsides du MAE principalement et exceptionnellement de l’Union Européenne. 2004) [25] . où il fournit une bonne part de l’emploi.. en ligne).. la distribution des responsabilités et des revenus. eau. Un don de 1€ peut servir à obtenir jusqu’à 8€ en financement (« effet de levier »).) et la transmission du patrimoine familial. . Le financement de SOS faim provient en partie de la récolte des dons auprès du grand public luxembourgeois. Cette relation influence le processus de décision. de transformation et de commercialisation des produits alimentaires » (Forum des ONG pour le Sommet mondiale de l’alimentation. crédits. fournit la majeure partie de la production agricole mondiale. l’organisation du travail familial. L’agriculture familiale: «L’agriculture familiale correspond à une forme de production qui se caractérise par le lien structurel particulier existant entre les activités économiques et la structure familiale.politique ou religieux. et il joue un rôle essentiel dans les pays du Sud. équipements. l’administration et le service d’Information. la gestion des facteurs de production (terre. en conformité avec l’intérêt collectif national ou régional. Ce type d’agriculture. Le service d’appui aux partenaires (SAP) est partagé avec SOS Faim Belgique. ONG belge sœur de SOS Faim Luxembourg. semences. dont 100 456 on été attribués à la sensibilisation du public (au Luxembourg) 16 977 ont été destinés à la récolte des Fonds. matières premières. Le budget de SOS Faim en 2008 a été de € 3 264 235.

bailleurs de fonds. (Source : Site Web ADA) 15 14 [26] . l’éducation au développement (orientée principalement vers les jeunes) et la récolte des fonds. ADA ne travaille pas avec d’autres acteurs de la société civile tels que des organisations paysannes. 2. Elle produit et édite des publications techniques destinées à un public averti. Au Luxembourg. ADA compte un pôle Information et sensibilisation. Ce centre se compose d’une bibliothèque et un Help Desk qui permet de répondre aux questions sur la microfinance.2 Appui au développement Autonome (ADA)14 ADA est une association luxembourgeoise. Cet accompagnement peut être de nature technique et/ou financière. et le deuxième concerne la relation avec les médias et les stratégies de communication sur Internet.3. Celui-ci dirige un Centre d’information destiné principalement aux IMF. sont organisées. mais aussi des réseaux supranationaux des IMF. D’un autre côté. et participe au financement des IMF (au travers de prêts et de garanties). ADA développe des actions d’information et communication. à les rendre autonomes. Site Web: www. étudiants. performantes et transparentes ».• L’appui aux organisations paysannes Il y a deux postes de « Chargé de l’information » à SOS Faim. et elle n’a pas une approche exclusivement rurale. Il s’agit exclusivement des IMF de taille moyenne. Le premier poste est axé sur l’événementiel. Les bénéficiaires des actions sur le terrain de l’organisation sont peu diversifiés. Toutefois les publications ne sont pas produites par le pôle Information et Sensibilisation. A différence de SOS Faim. Il vise à professionnaliser les IMF. Plus concrètement. ADA accompagne les moyennes IMF pour atteindre leur professionnalisation. entièrement spécialisée dans l’appui à des institutions de microfinance (IMF) dans dix-huit pays sous-développés15.lu « Notre mission consiste à accompagner des institutions de microfinance (IMF) implantées dans les pays du Sud dans leur processus de croissance. propose et expérimente avec de nouveaux produits de microfinance. ADA n’a pas d’actions d’éducation au développement. elle cherche à se positionner comme experte en microfinance. etc. agrée par le Ministère des affaires étrangères. professeurs. associations. mais par un pôle Recherche et documentation (le détail sur l’organisation d’ADA est disponible dans l’Annexe 1). notamment pour des professionnels du secteur financier ou même le public de la presse luxembourgeoise.microfinance. des actions de sensibilisation sur la microfinance comme outil de développement.

Au total. commandé par ADA. ont été choisies.4 TECHNIQUES DE RECHERCHE Pour répondre à la question : « Comment les images photographiques s’inscriventelles dans les stratégies de communication et les discours de ces deux organisations? ». en 2001 (sur le Burkina Faso) et en 2003 (sur le Bénin). Elles dépendent de la discipline depuis laquelle on la regarde. Pour quelques cas. Dans le cas de SOS Faim. complémentaires entre elles. quatre personnes sont salariés du pôle Information et Sensibilisation. Un historien de l'art va s'intéresser surtout au style du document. trois techniques de recherche. Constitution d’une grille d’analyse : Les questions que l´on pourrait se poser sur une image sont très diverses. Les deux cas seront cités de manière complémentaire. il voudra connaître les aspects de la civilisation qui a produit cette image. Par exemple. 2. Le travail à réaliser n’est pas celui d’un sémiologue ni d’un critique d’art mais il pourra prendre des éléments de ces [27] . un historien sera plus intéressé à la date de réalisation. Du point de vue du sémiologue. d’autres références photographiques de ces organisations ou encore d’autres ONG seront évoquées (des cas français ou européens). le courant dont cette œuvre fait partie. ce qui importe c'est le sens de l'image. 2.4. nous avons eu accès à des sources plus anciennes. nous avons réalisé un entretien avec la Responsable du pôle Information et Sensibilisation. et « Microfinance côté face » du photographe luxembourgeois Gui Wolff. les symboles dont l'auteur s'est servi. commandé par SOS Faim . la technique. 2000 : 40).1 ANALYSE DU CORPUS PHOTOGRAPHIQUE Les images à analyser sont celles qui font partie des expositions des deux ONG : « Le bonheur est dans le prêt » du photographe luxembourgeois Patrick Galbats. Nous allons en utiliser une qui réponde aux attentes de cette analyse en particulier. Pour cette analyse. Le budget d’ADA pour l’année 2010 est prévu à hauteur de €5 620 017 dont 663 032 euros est destiné au Pôle Information et sensibilisation. Il n’existe pas de grilles d’analyse préfixées. (Gerverau. notamment aux photos de deux expositions.

Commentaires du photographe ou de Chargé de l’information (s’ils existent). Situation représentée. celui du discours de chaque ONG. L’accès aux témoignages des praticiens de la communication et du photographe d’une des expositions pourra sans doute complémenter cette analyse.disciplines. Contenu : Légende. Choix esthétiques : Couleur. Nous sommes à cette étape encore dans un niveau de connotation où il sera aussi pertinent de repérer des éléments esthétiques de l’image : Les cadrages.4. espace représenté. Date. Premièrement. Chargé de l’Information (éducation au développement. notamment par ce qui est communiqué par le Service de l’information. Il sera très important aussi de caractériser les sujets principaux de la photographie. événementiel) à SOS Faim [28] . Plan/Cadrage. Inventaire des éléments figuratifs. L'inventaire se fera à partir des éléments figuratifs. Ainsi. les questions choisies sont de natures diverses et elles ont été séparées en trois étapes. il y a une démarche de recueil des données générales et du contexte de la production des photos. support. Deuxièmement je ferai un inventaire des éléments figuratifs présents sur les photos. sujet principal. Seulement dans un troisième temps. textuels et des relations entre ces éléments. les discours saisis par les entretiens et l’analyse des documents produits par les ONG. l’intérêt est d’analyser les photographies choisies et trouver ses significations possibles dans un contexte particulier. Les éléments qui composent la grille (Annexes 3 et 4) sont : Données générales: Photographe. nous nous attarderons sur les significations possibles. Cela nous permettra de parler d’une thématique. etc. 2. toujours en relation avec les légendes qui accompagnent les images. trois personnes appartenant aux deux organisations choisies pour l’analyse ont participé à des entretiens : Chloé Kolb.2 ENTRETIENS SEMI-DIRECTIFS Les entretiens semi-directifs ont été utilisés pour accéder aux discours de l’organisation. Taille. les couleurs. Dans ce cas. Pour saisir les éléments significatifs. Lieu.

Outils des formations pour l’utilisation de la charte CONCORD. Un deuxième entretien était prévu avec le photographe. néanmoins elles seront utiles pour saisir le contexte de production des images. j’ai réalisé un entretien avec Patrick Galbats. l’objectif était de connaître le discours dont elles disposent pour leur travail quotidien. Responsable de l’information et de la Sensibilisation à ADA. Documents qui reconstituent la mise en place de l’exposition « Le bonheur est dans le prêt » : bon de commande au photographe Patrick Galbats. De manière complémentaire. communes. pour le cas des responsables de l’information. Malheureusement. malgré une réponse initialement positive. l’entretien n’a pas pu avoir lieu. Code de conduite des ONG faisant appel à la générosité du public. auteur de l’exposition d’ADA. L’objectif de ces entretiens a été de connaître les critères de choix opérés par les responsables de l’information et par le photographe dans l’exécution de la commande de l’ONG. et [29] . Les documents choisis pour complémenter le travail de recherche sont : Chartes : Charte d’utilisation des images et messages (CONCORD). présentation de l’exposition envoyée aux centres culturels. nous voulions connaître ses propres sources pour comprendre le développement (par exemple. un engagement préalable) et l’articulation entre ces deux mondes distincts : le marché de la photographie et le monde de la coopération au développement. 2.- Marine Lefebvre. association qui réunit les ONG du Luxembourg et qui était à la base de la promotion de ce code.4. Dans le cas du photographe. Chargée de l’information (Internet et Médias) à SOS Faim Marion Bur. Ces outils ont été mis à disposition par le Cercle de Coopération des ONG. Plus spécifiquement. Nous avons eu accès aussi à des données collectées sur la disposition au don au Luxembourg. notamment pour ce qui concerne l’usage des images (pour l’exposition et d’autres supports). Les données n’ont pas été produites pour cette recherche. photographe luxembourgeois auteur de l’exposition « Le Bonheur est dans le prêt » présenté par SOS Faim.3 ANALYSE DOCUMENTAIRE Pour l’analyse j’ai eu aussi accès à des documents produits par les ONG et d’autres institutions travaillant dans le secteur (pour ce qui concerne les chartes d’utilisation des images).

Nous avons eu accès aussi aux documents envoyés à la presse concernant l’exposition « Microfinance côté face ».d’autres institutions souhaitant accueillir l’exposition. [30] . Rapports d’activités de SOS Faim (Annexe 11) Plan d’action ADA (Annexe 12) Tous ces documents sont disponibles en Annexe.

ce qu'il représente. et référent même si d'autres approches. [31] . comme je viens de montrer. désormais je ferai référence seulement aux éléments de la triangulation de Peirce: signifiant. Saussure (1966: 279-283) utilise les termes complémentaires et indissociables : «signifiant» et «signifié». signifié. est toute marque porteuse d'information à condition qu'elle ait été délibérément produite par quelqu'un qui attend qu'elle soit comprise comme telle. ils définissent un signe comme « une unité complexe. Pour garder une unicité de termes et contribuer à la carté du texte. elle même composé de deux autres: le signal et son sens». sous quelque rapport ou à quelque titre». sont possibles.CHAPITRE 3 CADRE THEORIQUE: LA PHOTOGRAPHIE COMME MOYEN DE COMMUNIQUER SUR LA PAUVRETE 3.1 LE SIGNE Un « message » est «un signal ou un ensemble de signaux. Pour cela il est nécessaire de faire une clarification des termes. objet ou référent. et ce qu'il signifie. Le signe peut donc signifier une chose absente. 1991:14). Baylon et Mignot (1991:12) précisent que le «signal». Pour Peirce. Pour traiter la nature des signes. concrète ou abstraite. Pour parler de cette unité complexe. une multiplicité des termes sont à notre disposition. 2005: 26) « un signe est quelque chose. La première approche qui essaye de prendre compte de la diversité des messages est peut être celle de Charles Peirce. représentant ou signifiant. Cette définition permet de reconnaître au moins trois pôles dans un signe: sa face perceptible. Pourtant ces deux utilisations se fondent sur des messages linguistiques. (ibid. Or. tenant lieu de quelque chose pour quelqu'un. interprétant ou signifié.: 26). les messages visuels sont d’une nature différente. cité par Joly (Joly. En relation directe avec le signal. transmis au cours d'un acte de communication» (Baylon et Mignot.

Finalement. le symbole est un signe qui entretient avec son référent une relation de convention. selon la triangulation de Pierce.3. voire. il s’agit d’une relation causale (comme la fumée est l’indice du feu) qui peut être aussi comprise comme la trace laissée par quelqu'un ou quelque chose. il y a un degré de convention puisqu’elles sont des représentations construites. Tout d’abord une icône est un signe dont le signifiant entretient une relation d'analogie avec son référent. comme par exemple la colombe pour la paix. Ainsi. Par exemple. la photo d’un « bénéficiaire » dans un rapport aux donateurs. indice ou même symbole). est l’indice. produite pour une ONG peut être comprise. signifié et référent du model de Peirce (Ib.1 L’IMAGE COMME SIGNE La triangulation signifiant. les signes peuvent être des icônes.1. comme la trace de l’existence de ce bénéficiaire. Si elles sont comprises par d'autres que ceux qui les fabriquent c'est parce qu'il y a un minimum de convention socioculturelle. 27). ou raconte ce qui s'est passé. icône. Le deuxième type de signe. Il faut préciser que dans n’importe quelle image. [32] . cette classification trouve sa valeur dans le fait qu’elle permet de comprendre le mode de fonctionnement des différents types d'images. nous permettra de comprendre comment les images peuvent être comprises comme des signes. Autrement dit. Comme nous avons déjà suggéré pour le cas de la photographie (qui peut être. si elle n'illustre pas l’information d'intérêt qu'elle accompagne. et donc la justification des actions de l’ONG. De plus. Il s’agit d’un signe « qui entretient avec ce qu'il représente une relation causale de contiguïté physique » (Joly. 2005: 28). nul (Cadete. on dit que le « coefficient d'iconicité » est faible. ou des symboles. des indices. La photographie pourrait être comprise comme la trace de l’existence de quelqu’un. En revanche. Néanmoins. il n’existe pas de signe pur mais des caractéristiques dominantes. Les éléments signifiant et signifié donneront lieu à une classification fondée sur le type de relation entre la face perceptible (signifiant) et l’objet représenté (signifié). Charles et Galus:1990). la photographie d’une personne peut être un signe iconique puisqu’elle « ressemble » à la personne réelle (signifié) qu’elle représente. Dans ce sens. il est possible de parler d'un « fort taux d'iconicité » dans une photo journalistique lorsqu'elle atteste de la réalité d'un événement.

viennent souvent compléter les messages sous forme d'image. comme je viens de le signaler.). cité par Baylon et Mignon (1991:15).Dans le cas spécifique de ce travail elle permettra d’éviter une utilisation naïve de mots tels qu’icône ou symbole. [33] . Pour certains sémiologues. Il peut éclairer sur l’organisation interne des images mais ce modèle serait incapable de montrer pour quoi les images retiennent l’attention du spectateur (Tisseron. le slogan d'une affiche publicitaire. La communication par l'image. Nous allons essayer de comprendre les images non comme un ensemble de signes mais comme un ensemble de relations. Umberto Eco. Il faut penser à une nouvelle conception de l’image. ses critiques ont été prises en compte pour ce travail. La capacité de la photo de prouver l’existence de quelque chose (le ça a été de Barthes) serait sa principale force. Roland Barthes (1980) souligne aussi l'importance des messages proprement linguistiques qui. Pour Goodman (1990 :7). C'est le cas de la légende d'une photo de presse. Cette conception devrait tenir compte du pouvoir de signification d’une image mais aussi de ses « inductions imaginaires » (ibid. certains sémiologues mettent en valeur la nature d’indice de la photo. ou le titre d'un tableau. A différence du langage. l'image ne comprend pas d'unités discrètes (phonèmes) susceptibles d'être cataloguées de façon univoque. Pour Tisseron. montre qu’une définition d’image devrait prendre en compte sa nature particulière. se fonde alors sur un code faible : une image est moins arbitraire qu'un mot ou qu'une phrase. qui permet de comprendre des images contemporaines (virtuelles. le modèle de Peirce est insuffisant pour comprendre le pouvoir des images. Une critique est adressée à l’analyse des images en tant que signes. L’incertitude de l’image est souvent résolue par le langage. par exemple) et de porter un regard différent sur les images traditionnelles. l’instrument de Peirce concerne seulement les relations internes de l’image alors que le problème principal posé par toute image est la relation avec son spectateur. Or. se comprenant et fonctionnant à l'intérieur d'un système de signes et d'interprétation». 1996:88). un objet est une image «lorsqu'il est élément d'un système des symboles picturaux. En réponse à ces critiques. Tout en reconnaissant l’utilité du modèle de Pierce.

[34] . le message photographique. peut s'organiser de manière spécialement complexe. Bref. la photographie est toujours une succession de choix : des choix techniques (matériel. R. parce que la source émettrice est formée d'un groupe d'individus.2 L’IMAGE PHOTOGRAPHIQUE Plusieurs approches sont possibles pour comprendre la photographie. la photographie nous rappelle l’existence d’un référent que possiblement nous ne connaissons pas. mettent des titres. D’un point de vue sociologique elle est une pratique sociale. de la direction d’une organisation. Dans l'essai « Le message photographique» (Barthes. Pourtant. Quand plusieurs personnes travaillent dans l’élaboration d’un message photographique (dans un journal par exemple). Dans ce travail nous allons nous approcher à la photographie comme témoignage d’une réalité.2. Pour Roland Barthes (1980 : 135) toute photographie serait un certificat d’existence.3. c’est son référent qui adhère. une autre particularité de la photographie. mais la chose nécessairement réelle qui a été placée devant l’objectif. Pour lui. 3. Une photographie ne permettrait pas de nier qu’une chose « a été là ». Pour Roland Barthes. l’émetteur est composé d’un photographe. C’est pas elle que l’on voit. Le noème de la photographie pour Barthes serait « ça-a-été ». 1961). Barthes montre les particularités de la photographie en tant que message. une vision plus artistique permet de rattacher la production photographique à des différentes traditions visuelles. il peut avoir aussi des techniciens qui traitent la photo. le référent photographique « non pas la chose facultativement réelle à quoi renvoie une image ou un signe. Quant à la sémiologie. et la commentent par des légendes. D'abord. et ceux qui placent la photo. d’un groupe des chargés de l’information. un canal de transmission et un milieu récepteur. elle a permis de comprendre l’image photographique comme message (Bauret. et plus tard des choix éditoriaux. cadrage). parmi les arts visuels est la relation qu’elle entretient avec son référent. dans le cas des expositions que nous analyserons. avec une structure analogue aux autres messages : une photo est liée à une source qui émet le message. :119). En tant que témoignage. Par exemple. 1992 :8). faute de quoi il n’y aurait pas de photographie » (ibid.1 LE MESSAGE PHOTOGRAPHIQUE La photographie est un message.

l’image se présent au sein d’un ensemble de messages juxtaposés. sous des formes diverses» (Peirce cité par Joly. une affiche ou une publication. Le fait de recadrer une photo permettrait d’orienter rapidement l’œil vers un point fort de l’image. Susan Sontag (1973 :150) propose que même la charge émotive et morale d’une photographie sont modifiées selon son pont d’insertion. elle pourrait même falsifier en détournant abusivement l'image. Deuxièmement. R. « Seuls les signaux (signifiés) peuvent et doivent être matériellement transmis. un message est fait de signifiants. une galerie d’art. et à tout signifiant est associé un signifié. 3.D'autre part le canal de transmission peut être une exposition. un livre. elle précise le lieu et les circonstances. dans une manifestation politique. Or. légende. elle suggère une lecture et une interprétation. peut changer le sens d'une photo en créant des contradictions. voire plusieurs sens. La juxtaposition. un cadrage serré pourrait permettre de supprimer des perturbations de l'attention et d'augmenter la lisibilité et l'intensité dramatique. Dans plusieurs cas. Charles et Galus 1990: 90). une publicité. 2005 : 29). la légende oriente aussi le sens de l'image. article) qui accompagne la photographie. Plusieurs stratégies peuvent intervenir dans chaque étape pour jouer sur le sens d’une photo. simple ou plus complexe. Un signifiant isolé. (Cadet. Comme nous avons déjà introduit auparavant. Par exemple.2 L’IMPORTANCE DU CONTEXTE Comme nous avons montré. tout message comporte un sens. Pourtant le signifiant et le signifié peuvent être séparés puisque seulement les signifiants sont matériellement transmissibles.2. Barthes (1982) suggère que pour tout type d'analyse la structure de la photographie n'est pas complètement isolée. Elle communique au moins avec une autre structure: le texte (titre. [35] . Finalement. Ainsi. des ironies qui pourraient être intentionnelles pour manipuler le sens d’une photo. Une photographie n’est pas la même suivant les contextes dans lesquelles elle est vue : dans une planche de contact. dans un contexte communicatif différent ne comportera pas nécessairement les mêmes signifiés. Premièrement le cadrage joue un rôle esthétique qui peut modifier l'intérêt de la photo. Freund (1974:155) mentionne la juxtaposition des photos comme une stratégie qui vise à diriger le public vers une lecture de l'image.

De même. 3. Comme le signale Doty (1996 :10) les pratiques de représentation construisent simultanément un « autre » et un « soi» (self). Les photographes engagés. nous ne pouvons pas affirmer qu'un message « a un sens ». Cette logique parle. Avec l’analyse de cas spécifiques. que j’analyse dans ce [36] . plus qu’on ne la croit. Pierre Bourdieu suggère qu'il peut jouer le rôle d'un texte projectif et se charger des significations les plus diverses. « Chacune de ces utilisations suggère une utilisation différente de ces photos. Dans Imperial Encounters.etc. des pays du Nord. mais aucune ne peut en garantir le sens ». Pourtant. la promotion de la démocratie et des droits de l’homme. qu’un vocabulaire et que des images spécifiques qui ne parlent pas seulement de la manière de regarder et de considérer le Sud. ce travail cherche à donner des pistes sur les stratégies du Nord pour caractériser et se positionner devant l’ « autre » au travers du discours. Il s'agit d’opérations différentes. chacun de leur côté. de plus en plus défini et spécialisé se développe en même temps qu’une logique d’action propre. Ce sont l'émetteur et le destinataire. qui pourraient également avoir des résultats divergents. postuleraient que leur œuvre peut véhiculer une signification stable et qu’elle peut révéler une vérité. Cela est possible par des stratégies rhétoriques qui impliquent un « positionnement » d’un sujet vis-à-vis d’un autre : on se positionne en opposition. On peut toujours le légender des façons différentes pour la mettre à disposition des objectifs différents. Freund (1974:7) suggère que le fait que la photographie soit adressée à la sensibilité est consciemment exploité par ceux qui s'en servent comme moyen de manipulation.3 LES REPRESENTATIONS SECTEUR DU DEVELOPPEMENT Ce secteur « aide au développement » assez récent. lui en attribuent un. agit dans un contexte et elle sert souvent à des utilisations politiques qui peuvent rendre ce sens souhaité. incongru. similarité ou en complémentarité. Il faut donc accepter que «le document photographique. En toute rigueur. Le sens a une tendance a s’évaporer. même la photographie dite engagée. un message. elle fait une analyse des discours qui soutiennent la relation Nord-Sud depuis l’époque des relations coloniales jusqu’à nos jours avec la naissance des pratiques comme l’aide internationale. Le discours. est naturellement ambigu» (Bourdieu 1965:182). ne possède pas de sens. en tant que message.

4 LES ONG EN IMAGES : L’EVOLUTION DES LOGIQUES. La naturalisation peut se produire aussi par un processus de substitution quand un terme dans une opposition se fusionne avec un terme d’une autre opposition. « La naturalisation se produit à travers des présuppositions qui créent des connaissances d’arrière-plan qui sont prises pour des vérités. Par exemple les oppositions nature/culture et oriental/européen se rejoignent pour former une nouvelle opposition entre l’européen civilisé et l’oriental qui suit son instinct (ibid. on peut retrouver simultanément des caractéristiques de l’une ou l’autre « génération ». Il « Naturalization occurs through presupposition. a une capacité de « naturaliser » une idée ou de la transformer en prémisse (dans un sens argumentatif). 3.:10). Elle ne cherche pas à être prouvée. Il s’agit de la construction des schémas qui servent à « naturaliser » en plaçant les personnes ou les groupes dans des catégories où ils appartiennent de manière « naturelle ». Doty précise aussi que l’ « économie du stéréotype » est présente dans ce processus de classification. elle fait partie des « connaissances ». C’est-à-dire que dans les actions proposées par une ONG. La classification. which creates background knowledge that is taken to be true.travail à travers l’image. membre de l’organisation espagnole Centre de Recherche pour la Paix (CIP) propose un modèle de cinq générations qui retrace l’évolution historique de l'éducation au développement et notamment des discours utilisés à propos du développement (Mesa. une autre stratégie rhétorique.). Les cinq étapes ne représentent pas une évolution linéaire. est aussi liée à la « naturalisation ». 16 [37] . Les logiques qu’elle montre sont plutôt cumulatives. « Celui-ci permet une image rapide et facile sans la responsabilité de la spécificité et de l’exactitude » (Morrison cité par Doty 2008 :10)17. This background knowledge entails an implicit theorization of how the world works and also an elaboration of the nature o its inhabitants » 17 « This permits a quick and easy image without responsability of specificity and accuracy ». Manuela Mesa. Ces connaissances entraînent une théorisation implicite de comment le monde marche mais aussi une élaboration de la nature de ses populations16 » (ibid. 2000) Le modèle de 5 générations de Mesa doit être pris en compte en faisant la remarque qu’il s’agit d’une définition faite par une praticienne (et non une chercheuse) de l’éducation au développement.

Les principaux messages type sont : [38] .faut dire aussi que ce modèle a été élaboré d’après l’expérience européenne. Mesa propose : « Le Nord doit fournir ses techniques et connaissances pour que les sociétés arriérées laissent la guerre. Ils incluent aussi une dimension d’engagement dans les messages. En ce qui concerne l’éducation au développement les praticiens s’intéressent davantage aux causes et obstacles au développement et ils participent à la diffusion des projets et des initiatives locales ou nationales. se modernisent et atteignent les niveaux de bien-être des pays du Nord ». 3. A cette période la communication propre de l’éducation au développement était centrée sur les valeurs de la compassion et la charité. l’importance des facteurs historiques (rôle du colonialisme et de l’impérialisme) et la critique de l’aide officielle au développement. L’appel à la générosité (toujours individuelle) se faisait par des images de catastrophe. et des différences pourraient exister.3 GENERATION 3 : ÉDUCATION AU DEVELOPPEMENT CRITIQUE ET SOLIDAIRE Dans les années 70. La communication était eurocentriste et dirigé à la sensibilisation.4. par exemple. les nouveaux messages sur le développement étaient attachés aux valeurs de la solidarité. Comme messages type.4. Mesa identifie comme discours ou messages type : « La solution aux problèmes du Sud dépend de l’aide matérielle du Nord ». dans l’évolution de l’aide américaine. C’est à cette époque que l’École de la dépendance (à la quelle nous avons fait référence dans le Chapitre I). Les images témoignent de l’oppression et des luttes sociales au Sud.2 GENERATION 2 : ÉDUCATION DEVELOPPEMENTALISTE La génération 2 corresponde aux années 60. l’anarchie et la pauvreté. 3.4.1 GENERATION 1 : SENSIBILISATION CARITATIVE ET « ASSISTANCIELLE » La première génération propre de l’époque avant les années 60. est en plein essor. 3. Pendant cette période les messages des ONG se construisaient autour des valeurs de l’empathie et l’altruisme. l’information sur des situations d’urgence était privilégiée. l’équité. En ce qui concerne les thématiques. C’est donc à cette époque que des nouvelles thématiques apparaissent : les inégalités internationales. et la justice. « stéréotypées » où les personnes des pays sous-développés apparaissent comme « des objets impotents ».

Et si agir est possible. La nouvelle grande thématique est l’interdépendance entre le Nord et le Sud (approche globale face à la mondialisation). Des nouvelles formes d’action sont proposées dans le champ du commerce. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication facilitent aussi le travail en réseau.5 LA SOUFFRANCE A DISTANCE : EST-IL POSSIBLE UN ALTRUISME HUMANITAIRE ? Dans « La Souffrance à distance » (2007) Luc Boltansky analyse la possibilité de s’engager avec un « malheureux » lointain avec qui il se trouve confronté par un intermédiaire. et la promotion d’une responsabilité globale. Les nouvelles actions des ONG sont des actions d’incidence et de pression politique. paysans. « À la place de l’aide. Le sujet du multiculturalisme s’ajoute aux thématiques liées au développement. à travers le questionnement du modèle de développement au Nord qui ne serait pas socialement ni écologiquement soutenable. 3. notamment d’internet. Pour cela elles se servent de plus en plus des nouvelles technologies. l´égalité des droits.5 GENERATION 5 : ÉDUCATION POUR LA CITOYENNETE GLOBALE Les valeurs et attitudes prônées dans ce nouveau discours. « L’aide est un instrument de l’impérialisme». national et international. les valeurs qui guidaient la construction des messages sur le développement étaient le respect. sont le sentiment de citoyenneté globale. Est-il possible de s’engager quand la distance paraît insurmontable ? (distance physique mais aussi dans une chaîne de cause-effet).4. femmes…) prennent directement la parole. la dette et les questions monétaires internationales.« Il faut en finir avec l’oppression et le néocolonialisme pour que le Sud définisse et atteigne ses propres objectifs de développement ». [39] . la tolérance et la diversité.4 GENERATION 4 : ÉDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN ET DURABLE Dans les années 80.4. 3. On commence à parler aussi du respect de l’environnement. il faut construire différentes formes de solidarité avec les mouvements de libération du Sud ». 3. issue des années 90. Les nouvelles images de ce discours se centrent sur des situations où « le Sud » et les groupes exclus (indigènes. au niveau local.

1999 :16). même s’il accède aux souffrances par des médiateurs et qu’il se trouve éloigné du malheureux.) Une deuxième tension actuelle qui permet de contextualiser le renforcement du mouvement humanitaire se trouve dans la « culture de l’authenticité » comme composante des identités modernes. Cette tension pourrait être atténuée par un universalisme émergeant.quel type d’engagement est valable ? Cette réflexion naît du constat de la naissance et développement d’un fort mouvement des ONG. le photographe). Cette dernière posture essaie de dévoiler « l’hypocrisie. la chaine qui sépare la personne en situation de détresse représentée par une image et le spectateur au Luxembourg est longue. et un communautarisme étroit. un médiateur/régulateur du message dans l’ONG qui est à la base de [40] . qui se veut aussi rattaché aux traditions historiques dont elles sont issues. Cette culture incite à construire une individualité et être soi même tout en optant entre des horizons qui transcendent le « soi ». Elle est composée au moins du producteur de l’image (dans le cas de notre analyse. Comme je montrerai plus loin avec plus de précisions. l’irénisme naïf qui ignoreraient la primauté des intérêts et des liens forgés par l’histoire » (Boltanski. L’engagement altruiste ne serait pour ces critiques qu’un piège et un dispositif de plus d’une culture hyper-individualiste. si les ONG réussissent à rendre explicites le rapprochement entre des causes lointaines et la sensibilité des acteurs mobilisés (ibid. la possibilité de se réaliser en s’émouvant de se propre pitié. Boltanski situe ce développement au sein des deux tensions qui habitent les sociétés occidentales. Pour Boltanski. Mais quelle action est moralement acceptable quand les possibilités des spectateurs sont si réduites ? Boltanski propose qu’un engagement est possible par la parole. La première tension se trouve entre l’opposition d’un universalisme abstrait incarné par l’aspiration d’une solidarité planétaire. 1999 :14). La tension s’opère donc entre le désir de se « réaliser » (désir individualiste) et l’engagement altruiste. La critique adressé à la culture de l’authenticité permet à un spectateur éloigné du malheureux. Boltanski propose que des exigences morales soient inévitables pour le spectateur. cette troisième voie peut marquer la consolidation du mouvement humanitaire. ce qui a été vu et la façon dont le spectateur s’en est trouvé personnellement affecté et concerné » (Boltanski. Cette parole qu’il appelle « parole agissante » doit « rapporter à autrui d’un même mouvement. initialement des humanitaires. Ces exigences morales convergent toutes vers l’impératif de l’action.

1 LA TOPIQUE DE LA DENONCIATION « La pitié peut se manifester sous la forme de l’indignation. cette analyse peut être extrapolée à l’analyse des images parce que celles-ci ont aussi une dimension argumentative et affective.l’initiative (qui n’a pas forcément vu ou connu les personnes représentées). (Boltanski. elle doit s’articuler comme « opinion publique ». 1999 : 212) [41] . celui qui se trouve concerné para la souffrance.5. :45) Mais pour cela. L’émotion se détache alors du malheureux pour pointer en direction d’un persécuteur qu’on accuse ». en cohérence avec leur vision de « développement durable » (ne pas donner mais aider «à faire ») et en opposition aux accusations d’assistanat. Mais le donateur ne le suit pas. Un des objectifs de l’analyse sera de voir comment fonctionnent ces topiques dans la communication visuelle des ONG. Mais une deuxième possibilité s’ouvre au spectateur par l’intermédiaire de l’ONG : l’octroi d’un don. un spectateur qui se voit confrontée à l’exigence morale d’agir par la parole. pour qu’elle serve comme « message de retour ». :48) Des dispositifs peuvent être crées par les ONG pour faire connaître au donateur le destin de son argent. les deux présupposent une chaîne d’intermédiaires. Payer peut se rapprocher plus de l’idée d’action. Le spectacle du malheureux a été transporté par cet intermédiaire à un témoin éloigné. Jamais il n’est suggéré au spectateur qu’il devrait se déplacer vers le lieu du malheureux. « Son argent part au loin. Ces topiques sont trois formes des paroles sur la souffrance. Or. Une gestion de l’argent est réalisée par les organisations. Boltanski présente trois topiques (« topique » dans un sens argumentatif mais aussi affectif) qui seront intéressantes à prendre en compte dans l’analyse des images proposées par les ONG. puisque les ONG n’agissent pas comme simples récolteurs de fonds à transférer aux populations démunies du Sud. ne peut pas être isolée. La parole. Mais ce destin est aussi très approximatif. 3. le don d’argent s’expose à l’accusation d’être une façon d’échapper à la culpabilité. Son action en retour doit être aussi transporté au malheureux (ibid. Chaque topique associe la description de celui qui souffre et le spectateur. Le lien créé entre le secoureur et le malheureux est donc minimum et abstrait » (ibid. Bien que Boltanski se base principalement sur des textes comme parole agissante. Boltanski reconnait seulement deux façons d’agir : parler et payer.

le malheureux est constitué comme une victime. elle se constitue en accusation. Dans cette indignation. présentées par Vicky Goldberg dans son livre « The power of photography ». Un « bienfaiteur » est suggéré (la personne qui fait un don) mais l’accent est mis sur l’accusation adressée au système Occidental. mais à distance. L’éloignement produit une incertitude de l’accusation. Dans l’affiche 1 de l’ONG OXFAM Angleterre. [42] . même si elle est implicite (ibid. dans le cas de quelques photographies de grande force politique. etc. les places du système sont montrées par des personnages « archétype ». le responsable désignée est souvent éloigné et l’accusation repose sur des chaînes causales longues. Une des façons de diminuer cette incertitude consiste à fixer des systèmes d’accusation qui établissent des chaînages qui permettent de remplir des places par des personnes collectives : états. :130) Un exemple peut être l’utilisation des images très contrastées. se trouve face à la possibilité de s’indigner. Les ONG peuvent se servir de cette topique pour dénoncer un système plutôt que des personnes identifiables. Pour cela la rhétorique de la dénonciation fait un grand usage de la comparaison. et citées par Boltanski (ibid. La construction d’une victime serait au service d’une accusation. :289). un spectateur condamné à l’inaction du fait de l’éloignement. représenté par le personnage à droite sur l’affiche. La critique adressé à cette topique suggère que « l’indignation n’est qu’une persécution voilée » vers un système. « C’est donc seulement lorsque ces chaînages sont établis et stabilisés que l’on est en droit de parler d’idéologies » (ibid. la pitié est transformée : on se dote des armes de la colère. L’enquête pour trouver ce coupable doit être alors soutenue par un principe d’équivalence pour rapprocher deus réalités apparemment éloignées. Les persécuteurs ne sont pas nécessairement nommés comme des personnes particulières. classes. sur la suppression de la dette des pays sous-développés. :114) Dans les cas des problématiques du sous-développement. Ce persécuteur peut être montré au spectateur. montrant l’opulence de quelques un face à la misère des autres.Dans la contemplation du spectacle du malheureux. Dans la dénonciation. La violence peut seulement être langagière. Les souffrances qui l’accablent sont imputées à un responsable extérieur.

(Boltanski.CAMPAGNE OXFAM UK 1986 3. mais pour faire valoir la présence d’un bienfaiteur ».2 LA TOPIQUE DU SENTIMENT « [L’émotion] peut aussi se libérer dans l’attendrissement qui ignore le persécuteur et s’éloigne également du malheureux. La pitié se spécifie donc en attendrissement se détournant de la recherche d’un persécuteur.IMAGE 1: HUNGRY FOR CHANGE . 1999 : 212) Dans cette troisième topique le spectateur sympathise avec les sentiments de gratitude du malheureux face à un « bienfaiteur ».5. des mains appartenant au bienfaiteur. [43] . (ibid. la présence d’un bienfaiteur est suggérée par la présence. floue. Dans ces deux images. Pour exemplifier ce topique j’ai choisi deux images de la communication des ONG au Luxembourg (le dépliant de MSF a été produit en France mais il est distribué par MSF Luxembourg).148).

Cette critique est présente dans le discours sur lesquels la communication visuelle est construite dans les ONG choisies pour l’analyse.IMAGE 2: FLYER CARITAS LUXEMBOURG Comme dans la topique de la dénonciation. de poser un système de places indépendant des personnes humaines persécuteur. une espèce de plaisir sadique. une inclinaison vers le « sensationnalisme ». malheureux. mais il peut être suggéré dans l’orientation du message. IMAGE 3: FLYER MSF [44] . le bienfaiteur pourrait ne pas apparaître dans le tableau. Il s’agit d’une abstraction. propre à une idéologie. La critique adressée à ce topique consiste aussi en dévoiler chez l’auteur son intention d’émouvoir. La critique adressé à cette topique propose que « l’attendrissement n’est qu’une jouissance égoïste qui s’ignore » Elle constituerait pour les critiques. Elle est visible dans la volonté explicite de « ne pas utiliser des images misérabilistes ». où chacun pouvait être l’un ou l’autre. spectateur. susceptibles de les occuper : bienfaiteur. Les topiques du sentiment et de la dénonciation ont comme propriété essentielle.

IMAGE 4: ISABELLE ESHRAGHI / AFGHANISTAN IMAGE 5: BRIGITTE GRIGNET / GUATEMALA [45] . occupé dans les autres topiques par le persécuteur et le bienfaiteur respectivement est occupé par un « Spectateur impartial » (Adam Smith cité par Boltanski. Dans cette topique. 1999 :215). elle a invité cinq femmes photographes de l’agence Vu à réaliser un travail.3. mais comme sublime » (Boltanski. La place d’agent. l’ONG française Action contre la Faim a édité un livre de photos pour son 25ème anniversaire (ACF. très personnel. Dans cette publication. Ce spectateur serait un « montreur » (un peintre ou un photographe) doté de la capacité de faire voir la souffrance dans ce qu’elle a de sublime.) Les ONG ont fait recours à cet agent ou montreur notamment par des dispositifs inscrits dans un registre plus esthétique d’une affiche ou un spot publicitaire. 1999 : 213). sur « les visages de la faim » (photos 3 et 4). « Elle consiste à ne considérer la souffrance du malheureux ni comme injuste (pour s’indigner) ni comme touchante (pour s’attendrir).5. L’existence de cet agent est « nécessaire pour comprendre la possibilité d’une communication sympathique et sur cette base la formation d’un collectif » (ibid. Par exemple. 2004). Le résultat est un livre (et une exposition) de très bonne qualité où la logique esthétique dépasse la dimension pédagogique.3 LA TOPIQUE ESTHETIQUE Cette troisième voie s’édifie sur la critique des deux topiques précédentes. la pitié est contenue est même réprimée pour passer à la sublimation.

De plus un deuxième dispositif contribue à créer la victime écran humanitaire dans cette décennie : le charity show. il s’agit plus d’émouvoir les spectateurs. En dépit de l’augmentation de la misère dans les pays développés. etc. pourtant l’ambigüité est présente dans les messages des médias : ils font référence subtile aux camps de concentration. Elle n’a pas été produit d’une politique d’extermination. on peut voir une relation directe entre le topique de l’indignation et l’invention d’un discours humanitaire. C’est concert de charité inaugure toute une série de spectacles de diverse nature : émissions de TV. au New York. Cette famine télévisée. martyrs et héros (ibid. la famine de Biafra est la première famine télévisée. grand spectacle rock organisé par le musicien George Harrison. Elles doivent défendre leur image et affirmer leur rôle. une partie de l’humanitaire choisit de se rendre visible « dénonçant. Pour Mesnard. pourtant la situation sur le terrain est très différente.27). ces derniers [46] . il est un référent pour l’analyse de ce nouveau champ qui essaie de se détacher et de se constituer en tant que « aide au développement ». sensibilisant et se faisant reconnaître tout à la fois ». des grandes ONG prennent place sur la scène. la présentation télévisée des personnages du cinéma devenus « ambassadeurs » des organisations. l’humanitaire peut être identifié par le topos de l’indignation.3. Concernant les topiques de Boltanski. albums de variétés. En époque de pleine extension de la communication. Celui-ci contribue à la construction d’un « champ humanitaire » dans le sens sociologique de Pierre Bourdieu. Le premier grand charity show est le célèbre Concert pour Bangladesh. et la naissance de ce qui est connu aujourd’hui comme le « sansfrontiérisme » français avec la création de Médecins sans frontières en France. (Ib. En 1970. depuis les années 70 repose sur l’exemplarisation de la victime anonyme qui acquière une puissance émotionnelle équivalente à celle des saints. La représentation humanitaire.25).6 LE LANGAGE DE L’HUMANITAIRE : LA VICTIME ECRAN Philippe Mesnard (2002) introduit le concept de « victime écran » qui sera particulièrement pertinent pour l’analyse postérieure. dans les années 70. et non de leur fournir les informations et les moyens comprendre ce qui a eu lieu. Cet épisode marque aussi l’émancipation de l’humanitaire de son principe fondateur de neutralité (au moins dans la sphère de la communication). Dans les années 80. Bien que son analyse porte sur l’image utilisée dans le secteur humanitaire dans sa signification restreinte et urgentiste.

Pour Mesnard. il est nécessaire de préciser que Mesnard trouve des différences régionales dans la présentation des victimes : « en France et de manière générale dans les pays latins. à cette époque on peut parler aussi d’un basculement de la représentation de la victime humanitaire. Finalement. l’iconographie est plus victimaire et sensationnelle que dans les pays anglo-saxons » (ibid. [47] . :56) Il trouverait l’origine des ces réalités dans des « mythologies nationales ». c’est-à-dire à « une esthétique sensationnelle à prétention autoréférentielle et réifiante » (Mesnard 2002 :36). à la représentation humanitaire de la victime.basculent complètement du côté de sauveurs.

4. de communiquer de manière compréhensible (le concept au cœur de l’organisation. la « souveraineté alimentaire ».CHAPITRE IV : LA PHOTOGRAPHIE AU CŒUR DE LA COMMUNICATION SUR LE DEVELOPPEMENT Dans le Chapitre II. où l’urgence était la base même du développement. sur la méthodologie. ce nom ne sera pas en contradiction avec les nouvelles pratiques. nous montrerons le détail de ces actions. comment elles sont justifiées et quelles valeurs sont revendiquées. Il permet en plus. Ainsi le nom « appui au développement autonome » est en lui-même une définition de la valeur que revendique l’association : l’autonomie. et son nom était plus cohérent dans ce contexte.1 SOS FAIM Si SOS Faim fait penser à un cri de détresse au nom des populations en danger de famine. SOS Faim Belgique a été crée en 1964. Le sigle occulte les mots qui le forment et même si le paradigme du développement ou la nature de l’organisation change plus tard. Son nom est un héritage de l’organisation belge qui a été à l’initiative de la création de SOS Faim Luxembourg. la vocation de l’ONG n’est pas d’aider dans des cas d’urgence. Le nom en [48] .1. la tradition et le positionnement de l’organisation ne permettent pas un changement de nom. L’utilisation du mot « Appui » veut signifier une conception différente de celle d’aide ».1. 4. nous avons presenté une description succincte des actions des ONG choisies. ADA: ADA a choisi de se faire connaître sous son sigle qui peut être prononcé comme un mot courant.1 PREMIER MESSAGE : LE NOM DE L’ONG 4. Le mot « faim » est encore au cœur des préoccupations de l’ONG. Dans cette étape de l’analyse.2 APPUI AU DEVELOPPEMENT AUTONOME. est sans doute plus difficile à communiquer auprès du grand public). Depuis. L’utilisation d’une abréviation permet aussi de contenir plus d’informations sur la philosophie que l’ONG veut transmettre. SOS Faim et ADA.

explique ce principe. La chargée de l’information reconnait la nécessité de s’éloigner des pratiques qui pourraient être accusées de néocolonialistes. Cette étude montre. une étude a été commanditée par le Cercle de Coopération et réalisée par TNS ILRES (2009) sur le profil des donateurs au Luxembourg. les valeurs qui ont été plus fréquemment considérées « importantes» ou « très importantes » par les interviewés étaient : [49] . La place de l’ONG est d’ « appui ».général suggère que ce sont les populations non-développées qui vont être les acteurs principaux de leur développement. Marion Bur. Marion Bur. Ce message s’accorde bien avec la grande spécialisation de cette ONG en Microfinance. de l´expertise et le partenaire. Selon l’étude. etc. Bien sûr. c´est dans notre nom « appui au développement autonome ». Elle soutien des institutions de microfinance déjà existantes. L´autonomie est très importante ». pour renforcer ses capacités.2 LES VALEURS REVENDIQUEES Au Luxembourg. de l’argent pour mettre en place les services de microfinance proposés par l’ONG. On veut transmettre un savoir faire. directement avec des bénéficiaires ou des organisations locales. Dans son discours on trouve clairement l’adhésion aux critiques de l’aide au développement des premières années. Donc on va pas rester de manière permanente dans un pays à côté d´un partenaire. 4. qu’elle trouve déjà exprimé dans le nom de l’ONG : « Non. quelle est l’importance pour les résidents luxembourgeois des engagements et la défense de certaines valeurs. on est là si on a besoin de nous mais on veut pas sembler néocolonialistes. Le bénéficiaire au bout de la chaîne doit se débrouiller avec les services de microfinance proposés. lui il va se les approprier pour pouvoir se développer. Responsable de l’information. parmi différents points. L’appui proposé est financier. ou de promouvoir des pratiques de domination. c´est contraire à notre philosophie parce que vous voyez bien. Consultée sur pourquoi ADA n’avait pas d’antennes dans aucun des 18 pays qu’elle soutien. à qui elle transmet un « savoir-faire » et bien sûr. ADA ne fait pas du « développement » classique. ADA.

Très loin derrière. Il s’appuie sur ce que les ONG communiquent sur elles-mêmes. En ce qui concerne les domaines plus importants à soutenir. [50] . les Droits de l’Homme (73%) et les services de secours (70%) sont les domaines les plus valorisés. la solidarité.- La liberté. l’accès équitable aux soins. la liberté de pensée. la justice. aussi sur la base des certaines valeurs. Ce tableau résume. « la solidarité envers des pays en voie de développement » (48%). le positionnement des ONG. le respect à la dignité humaine. le respect de l’environnement. la responsabilité. la sécurité. SOS Faim et ADA se positionnent dans l’offre des ONG au Luxembourg.

Marion Bur. Locales : IMF. . 21 [51] . des projets innovants.Présentation des partenaires locaux.Microfinance comme source de développement18.19 financier pour développer le secteur de la microfinance20. ADA. Pas de plaidoyer politique. Messages . ADA La sortie de la pauvreté des personnes exclues de services financiers. ADA. Sensibilisation du secteur But de la communication Sensibilisation de public pour faire pression sur les gouvernements au Nord. ADA. Appui technique au Luxembourg. averti de la mauvaise gouvernance. Autonomie.Positionnement des ONG SOS Faim La souveraineté alimentaire des populations bénéficiaires. pour créer des nouveaux projets. Locales : IMF en état de maturité. on n’avait pas structuré notre discours par rapport à ça ». SOS Faim 20 « Développer le secteur de la Microfinance. des projets qui puissent servir aux IMF ». Marine Lefebvre. . société civile. 18 « Le message qu´on voulait c´était cette idée de pauvre qui se donne les moyens de s´en sortir avec les coups de pouce de la microfinance ». Une des clés est au Nord dans le changement des politiques et puis ça implique que le public soit conscient. 19 « On accorde beaucoup d´importance à la sensibilisation du public du Nord parce qu´on pense que les problématiques du Sud elles sont de toute façon liées. 21 Objectif Valeurs Autonomie. Marion Bur. Et puis au niveau de la direction on a dit qu´on n’était pas prêts.Soutien à l’agriculture familiale pour combattre la faim. du mauvais fonctionnement et qu´une fois averti il y a une pression sur les gouvernants». Service d’appui aux partenaires (Luxembourg et Belgique) . Marion Bur. Ressources organisations paysannes. (Exprimée comme « Souveraineté »).Des partenaires qui veulent entreprendre. « J’ai dit : ‘On devrait se positionner sur ce qui se passe avec la microfinance pendant la crise financière’ parce que beaucoup de journalistes nous appelaient pour savoir si on souffrait aussi pendant la crise.

L’avantage est la disponibilité et la gratuité des photos. notamment la photographie. est utilisée fréquemment par SOS Faim et ADA.3 LES OBJECTIFS ONG DE LA PHOTOGRAPHIE DANS LA COMMUNICATION DES La photographie dans les ONG d’aide au développement peut servir à quatre objectifs dans la communication. ou envoyés par les partenaires sur place. 4. Il est important de noter que dans la réalité plusieurs fonctions peuvent être associées à un même support ou action de communication. Pour ces ONG.4. qui ne suffit pas à faire des bonnes impressions. 1974:7). Par exemple. - Photographes professionnels : exceptionnellement ils font appel aux photographes. il existe deux sources principales d’images : Source interne : photos prises pendant les missions sur le terrain des salariés. La responsable de l’information d’ADA trouve que le désavantage principal est la pauvre qualité des images. [52] . même si celui n'est pas immédiatement discernable » (Freund.2 SOURCES DES IMAGES L’image fixe. Les désavantages sont la difficulté à classer un grand nombre d’images : les responsables chargés d’utiliser ces images à SOS Faim trouvent qu’il y a un risque d’utiliser des photos de manière mensongère en associant une image à un texte qui ne lui corresponde pas. notamment pour les expositions que nous présenterons ultérieurement. pour Giselle Freund toutes les photos publiées dans la presse et dans les magazines de tout genre ont non seulement une fonction informative «elles servent dans un but publicitaire. Les images des expositions sont souvent réutilisées pour d’autres supports.

« Le poste ne s´appelle pas responsable de communication mais de l’information. Ni SOS Faim ni ADA ne font des campagnes de sensibilisation à destination du grand public. Elles peuvent se rejoindre et il n’existe pas vraiment une opinion partagée parmi les professionnels interviewés sur ce qui relève de l’information ou de la sensibilisation. [53] . Les praticiens interviewés refusent de parler de la communication qui serait liée à des techniques commerciales pour la promotion de sa propre organisation. comprise dans un sens publicitaire (une campagne avec une durée définie). SOS Faim se dirige au « grand public » notamment par les médias ou des conférences (Journées SOS Faim).1 LA PHOTOGRAPHIE POUR L’INFORMATION ET LA SENSIBILISATION La photographie peut être un moyen d’ « informer » dans un sens journalistique. Or. - La « sensibilisation » et l’ « information » Les actions des « services de l’information » ne sont pas comprises en termes de « communication ».3. Ces organisations se servent notamment des médias et des actions ciblées sur un public pour « sensibiliser ». Marine Lefebvre comprend son rôle comme l’information sur des thématiques. par les actions d’éducation au développement (qui seront traitées comme un deuxième objectif de la photographie dans le secteur du développement). Des images sont aussi utilisées dans les publications des ONG pour accompagner des articles à destination d’un public averti.4. SOS Faim s’adresse aussi au public scolaire. C´est pas la ‘com’. ils se définissent comme des relayeurs des préoccupations des partenaires au Sud. C’est le cas des collaborations mensuelles de SOS Faim avec la presse (Annexe13) qui sont toujours accompagnées par une image de la photothèque de SOS Faim. entièrement ‘com’ où on chercherait à faire la promotion de notre organisation. La photographie peut servir aussi à donner une identité visuelle à une « campagne de sensibilisation ». Il est important aussi de noter que les actions de sensibilisation et d’information ne sont pas toujours clairement définies. ou professionnel au Luxembourg. Dans le cas d’ADA la sensibilisation est notamment du secteur financier. en accompagnant des informations relayées par les médias. A mon avis ça dit bien quelque chose sur cette nuance importante.

Avant toute chose, avant de faire connaître même notre organisation on cherche à faire connaitre les thématiques sur lesquelles on travaille, qu´on défend et de là découle qu´on se fasse connaître en tant qu´organisation. » (Marine Lefebvre, SOS Faim). D’un autre côté, Marion Bur d’ADA définit sa tâche principale comme la « sensibilisation ». Elle définit l’information comme condition de la sensibilisation. « En fait dans la communication des ONG, dans notre jargon on dit de la sensibilisation. C´est ça notre principale arme de communication. (…) Le secteur financier ne connaissait pas ou très peu la microfinance, voire il était vraiment réticent et là ADA a joué un rôle très important pour sensibiliser le secteur financier ». (Marion Bur, Chargée de l’information et de la sensibilisation à ADA). Les discours sont variés en ce qui concerne la différence et les limites entre l’information et la sensibilisation. Mais nous pourrions nous demander s’il est possible de séparer l’information de la sensibilisation. Comme Luc Boltanski a montré, « la connaissance de la souffrance pointe vers l’obligation de l’assistance » (Boltanski, 1999 :50). Le fait de connaître qu’il y a des personnes que peinent à subsister pose en lui-même une obligation morale : parler (faire connaître) ou payer (faire un don). L’information devrait donc être un premier pas vers l’acceptation d’un engagement et donc le fait d’être « sensibilisé ».

4.3.2 LA PHOTOGRAPHIE POUR L’EDUCATION AU DEVELOPPEMENT

Cet objectif ne concerne que les actions de SOS Faim. ADA ne réalise pas d’actions d’éducation au développement. L’éducation au développement est définie par Manuela Mesa (2000) comme « un processus éducatif constant qui favorise la compréhension des relations économiques, politiques, sociales et culturelles entre le Nord et le Sud. Elle promeut des valeurs et des attitudes liées à la solidarité, la justice sociale et elle cherche des moyens pour atteindre un développement humain durable ». L’éducation au développement dans la pratique propose des formations articulées avec les programmes éducatifs, ou même la formation continue pour les adultes. La photographie peut avoir une fonction pédagogique. Elle peut être un

[54]

moyen de montrer aux élèves une réalité éloignée. Elle peut être aussi un point de départ pour le débat.

4.3.3 LA PHOTOGRAPHIE POUR LA RECOLTE DES FONDS ET LA NOTORIETE DE
L’ORGANISATION.

La photographie sert aussi à faire connaître l’organisation et par la suite à attirer des donateurs intéressés par le travail de l’ONG. Ces deux objectifs sont liés puisque c’est à travers la connaissance d’une organisation et la confiance accordée à une ONG qu’un potentiel donateur se décide à faire un don à une organisation spécifique. Il y a une logique concurrentielle dans la récolte des fonds : on cherche à faire que le potentiel donateur adhère à nos valeurs, à nos objectifs et à nos partenaires. C’est pour cela que la promotion de l’organisation est aussi une tâche importante des services de l’information. Les rapports d’activités, et les plans

d’action sont des documents très importants pour faire connaître les organisations mais aussi pour rendre compte des actions sur le terrain aux actuels donateurs. La photographie peut transmettre les valeurs d’une organisation. Nous verrons plus loin comment SOS Faim et ADA traduisent la valeur de l’autonomie (identifiée comme clé dans les deux organisations) en images.

4.3.4 LA PHOTOGRAPHIE POUR LE PLAIDOYER POLITIQUE
Cette fonction n’est pas vraiment exploitée par ces deux ONG. Comme nous avons déjà remarqué auparavant, ADA ne fait pas de plaidoyer politique et SOS Faim le fait d’une façon indirecte, par l’information du public pour lui donner les moyens d’exercer une pression politique. Un exemple de cette utilisation se trouve dans une campagne du bureau anglais d’OXFAM (organisation international travaillant notamment dans le domaine du commerce équitable). L’image 3 montre une affiche composée d’un montage réalisé avec des photos pour créer une situation comique mais fortement politique et accusatrice. On y voit la topique de la dénonciation clairement en action.

[55]

IMAGE 6: AFFICHE OXFAM UK

4.4 LES CHARTES D’ETHIQUE ET L’AUTOREGULATION.
Les chartes et codes de conduite ont leur source au cœur du mouvement des ONG. Il n’existe pas d’entité externe autorisée à faire une régulation des images et des messages utilisées par les ONG. Ces chartes constituent donc des codes déontologiques auxquels les ONG s’engagent de manière individuelle et non régulée. Pour la première fois, en 1989, l’Assemble Générale des ONG Européennes (NGO EC Liaison Committe) a adopté le « Code de conduite, images et messages ayant trait au Tiers-monde » (Annexe 5). La cible de ce code est le groupe des ONG qui travaillent dans le domaine du développement. L’objectif était d’offrir des lignes dirigeantes pour leur communication visuelle. Le code consiste en 12 règles pratiques parmi lesquelles il est important de souligner : Le refus de la charité inspirée par le désir d’avoir « bonne conscience ». Les images doivent inciter à l’analyse.

[56]

-

Des informations sur les personnes photographiées doivent être attachées aux images. Des témoignages sont aussi encouragés. Les ONG doivent souligner les concepts d’autonomie et éviter « la

description de nos partenaires du Tiers-Monde comme dépendants, pauvres, sans pouvoir.» Les images et messages ne doivent pas être discriminatoires et ils ne doivent pas inciter à une généralisation.

Ce code est très axé sur l’autonomie des personnes, il veut casser l’image de victime des « partenaires du Tiers Monde ». L’utilisation du mot partenaire parle déjà d’une relation qui essaye d’échapper à l’opposition bienfaiteur/bénéficiaire. Un choix contradictoire, peut-être influencé par l’impératif du politiquement correct, se cache dans la consigne de ne pas montrer la pauvreté des pays que l’on qualifie pourtant du Tiers-monde. Nous pouvons remarquer aussi que ce code prend en compte les critiques que l’on peut adresser à la topique du sentimentalisme : « Éviter les images catastrophiques ou idylliques qui incitent plus à la charité limitée aux frontières de la bonne conscience qu’à la réflexion ». Ce code, très normatif, est remplacé par un nouveau code approuvé en 2007 par la Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement, CONCORD, et qui constitue l’évolution de ce premier code.

En 2004, CONCORD a décidé de renouveler cette première charte crée par une plateforme européenne. L’objectif était d’adapter le code « messages et images » à des nouveaux utilisateurs comme par exemple, les médias. C’est Dochas, plateforme irlandaise des ONG qui a offert de coordonner le processus. La version finale du code a été présentée en 2006 et elle a été approuvée par CONCORD en 2007.

Le dernier Code approuvé par Concorde (Annexe 6) est beaucoup plus général. Il ne cherche pas à caractériser des bonnes et des mauvaises pratiques, mais plutôt à donner des principes généraux. Tout d’abord, il fait référence à des valeurs, qui devraient être partagées par les ONG qui adhèrent :

-

Le respect pour la dignité des personnes concernées La conviction de l’égalité de tous les Hommes
[57]

de messages ou d’études de cas sans le consentement exprès et la participation des sujets concernés (ou de leurs parents/ tuteurs). les discriminations ou le sensationnalisme. Représenter fidèlement chaque image et chaque situation. - Éviter de recourir à des images et des messages susceptibles de favoriser les stéréotypes. nous conformer aux normes relevant de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). Aucune des ONG étudiées n’a adhéré à ce code de conduite (au moins jusqu’à la présentation de ce rapport). la solidarité et la justice Le code invite aux adhérents à respecter des principes directeurs. Celui-ci présente un seul point relatif à l’utilisation des images. Ces principes sont au nombre de sept : - Choisir des images et des messages empreints des valeurs que sont le respect. Ce code reprend la volonté de mettre les images en contexte et de les enrichir avec des témoignages réels. de prendre note de leur volonté et de toujours la respecter.- La reconnaissance du besoin de promouvoir l’équité. l’égalité. Ne pas exploiter d’images. d’éviter les discriminations et le sensationnalisme. la solidarité et la justice. La recommandation de ne pas montrer les partenaires du Sud comme pauvres et dépendants a été supprimée. Déterminer si les sujets souhaitent dévoiler leur identité ou non. SOS Faim adhère à un code différent. - Nous conformer aux normes les plus strictes en matière de droits de l’Homme et de protection des personnes les plus vulnérables. dans le titre 4 : « Des actions de communication irréprochables ». Dans la mesure où les enfants sont les sujets les plus souvent représentés. Les organismes adhérents [58] . de manière à permettre au public de mieux appréhender les réalités et la complexité du développement. qui sont les normes les plus abouties en la matière. le « Code de bonne conduite des organismes faisant appel à la générosité du public » (Annexe 8). que ce soit dans leur contexte immédiat ou général. - Veiller à ce que celles et ceux dont la situation est représentée aient la possibilité de transmettre eux-mêmes leur histoire.

et une deuxième version en carton à exposer dans des lycées et collèges comme partie des actions d’éducation au développement. et dans son site Web. L’exposition se compose de 50 photos en couleur. Le vernissage a eu lieu en octobre 2008. le témoignage des personnes photographiés et d’autres informations sur la microfinance. issu du monde journalistique. 4.5. il y a eu une volonté de faire tourner l’exposition au Luxembourg. Cette exposition se compose de 39 photos en couleur et elle a été imprimée en deux versions : une version pour l’exposition itinérante dans des communes et des centres culturels . Elle présente un partenaire de SOS Faim en Éthiopie. et ne pas exploiter abusivement l’image de la détresse humaine. [59] . ni inciter à la violence ». Le vernissage de « Le bonheur est dans le prêt » a eu lieu à l’Abbaye de Neumünster à Luxembourg ville dans le cadre des « Journées SOS Faim » (événement qui propose plusieurs activités grand public) dédiée à l’Éthiopie. De plus un petit livre a été produit avec les photos de l’exposition. elle a été présentée dans des communes et centres culturels au Luxembourg et dans la Grande Région. Le photographe a réalisé ce travail de manière bénévole (les voyages et le séjour ont été pris en charge par l’ONG).2 MICROFINANCE COTE FACE Cette exposition a été conçue par ADA et elle a été réalisée par le photographe luxembourgeois Guy Wolff. Après cet événement concret. Le photographe a cédé les droits à ADA. Depuis. En effet. ni cautionner une forme quelconque de discrimination.5 L’EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE: 4.s’engagent à « respecter la dignité des bénéficiaires . à l’Abbaye de Neumünster. notamment dans la région Nord du pays. l’exposition a été conçue pour faire partie de cet événement. pour la faire connaître aux personnes qui ne se déplacent pas à Luxembourg ville.5. en octobre 2009. qui a gagné le prix européen de la microfinance en 2009.1 LE BONHEUR EST DANS LE PRET Cette exposition a été réalisée par le photographe luxembourgeois Patrick Galbats. 4. L’ONG a réutilisé les photos dans des brochures. l’institution de microfinance Busaa Gonofaa.

une réalité (« l’environnement de travail »). Comme nous l’avons déjà évoqué. ou une exposition pour montrer une ambiance. « Le bonheur est dans le prêt » faisait partie d’un événement SOS Faim. Donc l´idée de faire l´expo s´est imposée naturellement. et des textes mais les gens ne lisent pas trop. Nous sommes dans la société de l´image donc vous avez beaucoup de textes.L’exposition essaye de montrer. comme il a été discuté dans le cadre théorique. SOS Faim). ADA). Ce que je constatais c’est qu´on en parlait beaucoup depuis qu´il y a eu le prix Nobel de la paix en 2006. à manière d’un photoreportage. 4. qu’une photographie ne peut pas donner une information précise par elle même. la chaîne de la microfinance : les bénéficiaires et leurs activités. Dans ce contexte. Les photos ont été prises dans deux pays : Burkina Faso et Mali. deux idées s’opposent : une exposition photo comme moyen de transmettre des informations. etc. j´avais un peu le côté naïf de ’monsieur et madame tout le monde’. [60] . (Marion Bur. Il faut souligner. « Comme je ne venais pas du secteur de la microfinance. si elle n’est pas accompagné d’un composant textuel (le titre ou la légende). qui était au centre de l’événement. considérée plus importante que des supports textuels. ils veulent avoir l´information toute de suite. l’ordre des photos. Mais l’exposition photographique est un dispositif qui inclût d’autres éléments : les textes. employés des IMF. le choix d’avoir une exposition photo est expliquée pour l’efficacité de la photographie.6 SUR L’UTILITE D’UNE EXPOSITION PHOTO Dans les deux cas. etc. Pourtant. Une grande différence entre les expositions d’ADA et de SOS Faim est la place des légendes. agents de crédit. elle servait aussi à présenter un partenaire spécifique. « Donc c´est venu comme ça l´idée de faire une exposition pour accompagner un événement. » (Marine Lefebvre. on voulait inviter le directeur (de Busaa Gonofaa) pour qu´il fasse une conférence il fallait avoir l´environnement de travail de l´institution et tout ça. et plus efficacement ». de textes. voire immédiatement donc pour moi c´était l´image qui allait véhiculer plus rapidement l´information.

bien sûr la partie principale d’une exposition photographique mais sa fonction informative est plutôt exercée par le langage. ADA). Mais ces légendes ne font pas vraiment partie de l’exposition parce qu’elles ont été imprimées sur des feuilles A4 et elles sont utilisées comme guide d’exposition pour ceux qui le souhaitent (les textes son reproduits dans l’Annexe 18). « Il y a une démarche journalistique là-dedans. mais la source de l’information est la partie textuelle de l’exposition. le désir qu’elle sert à transmettre un message et en même temps qu’elle constitue une expérience esthétique. ce qui contribue à construire un personnage. ces textes expliquent peu la situation de chaque photo de manière individuelle.Légendes : Dans « Le bonheur est dans le prêt » les légendes sont presque absentes. Sontag (1973 :152) propose qu’en exposant un reportage photographique sans légendes. le village. « l’habitat » et « les activités artisanales ». Le style de cette exposition est plus proche du photoreportage. Il est possible de retrouver une même personne dans plus d’une photo. on le transforme en œuvre d’art. par exemple. Elles donnent beaucoup de détails sur la personne ou la situation représentée : le nom. une tension est présente. « agriculture et monde rural ». [61] . Au cœur de cette exposition. « les marchés ». Nous pouvons dire que l’exposition d’ADA propose une information très complète. la pauvreté devient alors un objet de plaisir. l’activité. On voulait faire un reportage de cinquante photos et normalement si vous voyez les photos du début à la fin on devrait comprendre les mécanismes de la microfinance. Nous reviendrons sur cette tension plus tard. Les images sont. Pour « Microfinance côté face » d’ADA les légendes sont toujours présentes. de toute la chaine depuis l´institution jusqu´aux micro-entrepreneurs. Des légendes ont été rédigées par groupe de photos : « Busaa Gonofaa ». De plus. comme il est suggéré par la Responsable de l’information. Seulement deux panneaux de la taille d’une photo présentent SOS Faim et l’IMF Busaa Gonofaa. » (Marion Bur. son histoire. On n’arrive pas à connaître le nom et dans certains cas nous n’arrivons par à déchiffrer l’activité des personnes représentées.

Marcelline. Ce texte se présente comme une contre-argumentation face à l’hypothèse « les africains ne travaillent pas ». et des montrer des visages. Chloé Kolb.4. Avec le coup de pouce du microcrédit. qu'ils sont pauvres. Vraiment le but de cette exposition était de montrer la microfinance en milieu rural. SOS Faim. Dans cette argumentation. était aussi de montrer « une image différente » de l’Afrique. Si c'était vrai. L’objectif serait donc des briser des clichés. Odjouma. deux conditions sont nécessaires pour casser « le cercle vicieux de la pauvreté »: le travail « sans relâche » des personnes et le « coup de pouce » du microcrédit. certains parviennent à survivre et à améliorer leurs conditions de vie. quels secteurs la microfinance permet d´appuyer ». alors comment expliquer le quotidien de Maïmouna. Un des objectifs. L’hypothèse qui s’oppose est « les africains travaillent ». On a tendance à oublier ça en ce moment parce que maintenant c´est à la mode… et nous on voulait remontrer vraiment quel est l´objectif social de la microfinance. et les images de l’exposition serviraient d’arguments dans ce schéma. Il s’agit de rendre visible les personnes derrière la microfinance. Une image différente implique qu’il existe déjà une image de l’Afrique et une image de la pauvreté. On dit aussi que c'est parce qu'ils ne travaillent pas. Ablassé et tant d'autres? Ces clients de la microfinance. pères et mères de famille. d'autres bâtissent de véritables entreprises ». travaillant sans relâche pour sortir du cercle vicieux de la pauvreté. L’émetteur de cette argumentation initiale n’est pas dévoilé (« on dit… »). sujet très populaire au Luxembourg. La force de cette preuve se trouve dans la capacité de la photographie d’être indice et de montrer que ça a été.7 « MONTRER LE VISAGE HUMAIN DE LA MICROFINANCE » Les responsables de l’information consultés sont d’accord sur la nature d’une exposition photographique liée à la microfinance. Il n’existe pas un discours dans le registre de la [62] . Le communiqué de presse (Annexe 9) pour le vernissage de l’exposition d’ADA est très clair à ce propos : « La microfinance comme vous ne l’avez jamais vue… On dit parfois des Africains qu'ils ne travaillent pas. « Je vais prendre l´exemple très concret du Bonheur est dans le prêt. que derrière la microfinance il y a des personnes.

nous pouvons voir les différents acteurs locaux de la microfinance. 22 En 2008. ou de santé). de manières différentes : l’employé de la microfinance. » Marine Lefebvre. à qui donc la faute de leur pauvreté ? Dans ce texte. que la Principalement microfinance ne bénéficie aux enfants IMAGE 7: AGENT DE CREDIT (GALBATS) que de manière indirecte (comme pourrait le faire un projet d’éducation. selon the Microfinance Information eXchange. 60% de bénéficiaires des microcrédits dans le monde étaient des femmes. où les femmes sont plus présentes que les hommes. comme le souligne Marine Lefebvre de SOS Faim. quatre « personnages » principaux sont présentés. 4. Les enfants ne sont pas souvent représentés dans les images (quatre fois dans chaque parce exposition).themix. C’est un fait traduit dans les expositions. SOS Faim. l’agriculteur.org/sites/default/files/2008%20MFI%20Benchmarks. Les bénéficiaires de la microfinance sont principalement des femmes22. Document disponible sur : http://www. MIX. Si le préjugé qui dit que les africains ne travaillent pas est faux. « Il n’y a pas de politique par rapport à ça (utilisation des photos d’enfants) vraiment on n’interdit pas d´en utiliser et on ne cherche pas à en utiliser. Je précise qu’il s’agit d’acteurs locaux puisqu’aucun acteur européen n’est montré. et dans les légendes de l’exposition d’ADA. les causes de la pauvreté ne sont pas évoquées.xls [63] . l’entrepreneur et l’artisan. Mais c´est vrai qu´on met en valeur le producteur. Parce que c´est notre thème aussi.dénonciation. Parmi les deux expositions.8 LE SUJET REPRESENTE Dans les deux expositions. consacrées à la microfinance.

personnages très importants dans l’exposition et dans la chaîne de la microfinance. ont des moyens simples de gérer les services de microfinance dans l’exposition de SOS Faim. il reste un agent de crédit.1 L’EMPLOYE DE L’INSTITUTION DE MICROFINANCE : Les employés de l’institution de microfinance ont plusieurs postes. ou tous les agents de crédit de Busaa Gonofaa en même temps. un portrait (l’agent de crédit sur la moto. ils sont des agents de crédit (des « animateurs » sur le terrain ou dans un bureau) ou des agents de sécurité (ces derniers sont seulement présents dans l’exposition « Microfinance côté face » d’ADA)..4. A travers les photos des agents de crédit on découvre des détails : son cahier. Les agents de crédit. Les employés des IMF.. terminés les calculs à la main : les caisses locales peuvent s’équiper d’outils informatiques performants grâce à l’appui de programmes spécifiques dont bénéficient certaines institutions de microfinance ». Nous ne connaissons pas son nom. l’agent de crédit se sert d’un cahier pour prendre note des remboursements. Aucun bureau n’est montré non plus.8. en train de compter l’argent). Ce fait est valorisé par les légendes : « Fini la paperasse. des imprimantes. dans l’exposition d’ADA utilisent des cahiers mais aussi des moyens plus « modernes » pour réaliser leur travail : on y trouve des ordinateurs. Aucun ordinateur n’est montré. (Légende de l’image 4) IMAGE 8: AGENT DE CREDIT (WOLFF) [64] .

ancienne caissière. Notamment dans l’exposition de SOS Faim. Nous y trouvons un portrait de famille. Finalement ADA présente aussi deux portraits des agents de sécurité.2 L’AGRICULTEUR : Dans les deux expositions. les enfants avec les animaux… La vie dans le monde [65] . le travail quotidien. comme celui de Halamata Ouédraogo animatrice en milieu rural et celui d’Amélie Dabire. Cette image fait penser d’un milieu hostile. Dans l’image 5. Eux. la position (la pose) de l’agent de sécurité est d’expectative ace à une menace (l’arme est levée). les personnes représentées sont des paysans ce qui est cohérent avec la mission de l’ONG. Des cas très concrets nous sont montrés. le monde rural est présent. et les armes qu’ils portent (très visiblement). représentent la sécurité de l’épargne. actuelle gestionnaire des deux points de service. presque de guerre. qui ont des lopins de terre généralement inférieurs à 1ha (comme nous pouvons apprendre par le texte qui accompagne le groupe de photos « Agriculture / Monde rural »). A travers cette exposition on connait des images du quotidien des familles des petits agriculteurs. Leur fonction serait d’assurer « la sécurité de l’épargne des clients ». IMAGE 9: AGENT DE SECURITE (WOLFF) 4. et comme les légendes l’annoncent « L’émergence d’une institution de microfinance peut s’accompagner de belles carrières professionnelles». Ils ont un métier. Présentés dans des postures très sérieuses nous ne connaissons pas leurs noms.8.L’agent de crédit dans l’exposition d’ADA est en soi même une histoire de réussite.

on voit de manière implicite une vision très répandue et critiquée actuellement notamment après la crise mondiale de 2008 : le marché (mondial) serait une entité naturelle. le monde agricole n’est pas toujours le monde de l’agriculture familiale. Nous pouvons aussi voir ces salariés du monde agricole. IMAGE 10: TRAVAILLEUR DANS UN CHAMP (WOLFF) 4. Dans ce sens un artisan ou un agriculteur sont aussi des entrepreneurs. un entrepreneur est une personne qui entreprend. Dans cette approche.8. l’entrepreneur est défini par Le Trésor de la Langue Française (en ligne) comme une « personne qui engage des capitaux et utilise une main d’œuvre salariée [66] .3 LE MICRO-ENTREPRENEUR : Dans un sens très large. En ce qui concerne l’exposition d’ADA.rural compte plus d’acteurs que l’agriculteur isolé. le secteur agricole du Mali se tourne de plus en plus vers la production de maïs ». Dans cette légende qui accompagne la photo 6. et à cette occasion on évoque leurs difficultés : « Au Mali. tributaire des cours mondiaux ». Une des personnes est un agriculteur avec une extension plus importante de terres : il a des salariés. Il s’agit des familles vivant de l’agriculture. Dans un sens plus courant. on ne peut rien face à des cours mondiaux. Les conditions de la crise du coton et des conditions difficiles des agriculteurs ne sont pas évoquées. aucune personne ou groupe est signalé comme persécuteur. le maïs est devenu plus rentable que le coton. Les agriculteurs sont toujours présentés en activité. L’alternative est de s’insérer dans ce marché mondial grâce notamment à la microfinance qui permettrait de se reconvertir aux autres cultures : « Face à la crise du coton. Cinq photos présentent des personnes pendant le travail agricole.

En effet la série des photos 8. Nous reviendrons plus tard sur l’opposition entre le monde rural et le monde des entrepreneurs urbains dans l’exposition d’ADA. l’intérieur de son café et sa terrasse. des vrais exemples de réussite. dans l’absence de légendes. au moins dans le sens évoqué auparavant.en vue d’une production déterminée ». Pourtant. Le micro-entrepreneur est presque absent de l’exposition de SOS Faim. Pourtant cette petite histoire n’est pas nécessairement visible au spectateur. Il est dans un bureau. Ce micro-entrepreneur est aussi un des personnages principaux de l’exposition « Microfinance côté face » d’ADA. des artisans mais aucun « chef d’entreprise » n’est présent de manière claire. « Chef d’entreprise » est cité comme synonyme. j’ai découvert qu’une chef d’entreprise se cachait parmi les photos. après avoir discuté avec les différents acteurs dans la production de cette exposition. dans un atelier. Les portraits montrent des personnes fières.9 et 10 montre une femme propriétaire d’un café. Le micro-entrepreneur est donc le propriétaire/chef d’une petite entreprise. Nous y voyons de petits agriculteurs. IMAGE 11: CLIENTS D'UN CAFE (GALBATS) [67] .

de leurs espaces de travail sans donner que des informations générales : « Les revenus tirés de l’agriculture familiale étant très faibles. de la bière traditionnelle…Mais les [68] . SOS Faim nous présente encore une fois des portraits d’artisans. qui fabrique des savons.IMAGE 12: PROPRIETAIRE D'UN CAFE (GALBATS) IMAGE 13: INTERIEUR D'UN CAFE (GALBATS) 4. L’artisan est souvent une femme souriante. les artisans sont des personnages présents dans les deux expositions. des détails de leurs instruments.4 L’ARTISAN : Finalement.8. les paysans cherchent parfois à développer des activités complémentaires qui peuvent devenir leur principale activité si celle-ci a du succès » (texte qui accompagne le groupe des photos « Activités artisanales »). L’artisan est aussi présent dans l’exposition d’ADA.

« On banni surtout les images misérabilistes. Évidemment pas tout le monde ne remplit les critères de réussite souhaités par les responsables de l’information.9 DES GENS « ACTIFS » L’interdiction que l’on se donne des images misérabilistes est liée à la décision des montrer des gens actifs. Ils sont actifs. Mais on a été chez des gens pour faire des photos. entrepreneurs et souriants. la misère. SOS Faim). c´est vraiment tragique. etcetera. qui est mobilisée et qui est la première actrice de son développement. tout va bien. Dans les images. 4. c´est-à-dire des personnes heureuses qui réussissent et en bonne santé parfois et qui vraiment sont actives. qui veulent être maîtres de leur propre développement. des gens qui n´ont vraiment rien. Ils nous montrent surtout des cas de réussite. Ils ont déjà plus. On peut le critiquer aussi parce que derrière il y a de la pauvreté. pourquoi pas. Des fois c´est dérisoire mais dans tout cas ils sont en activité et donc. le but c´est d´utiliser des images dans cet objectif. ils sourient aussi ». des gens qui ont amélioré leur qualité de vie.. « C´est un choix. Mais c´est le choix de briser les clichés habituels sur la [69] . les ONG ne nous montrent pas la situation initiale de pauvreté. il n’y a pas d´hôpital. « Là c´était la maison plutôt des pauvres.. je sais qu´avoir quelqu´un qui sourit. » (Chloé Kolb. ils ont de l´alcool ils vendent ça. souffre des graves problèmes mais qui se prend en charge. ça c´est vrai aussi qu´on banni parce que ce qu´on veut diffuser c´est une image de l´Afrique qui certes. » (Patrick Galbats. ils ont des vaches. « L´objectif de SOS Faim c´est de montrer aussi des images des gens en Afrique qui veulent entreprendre. on ne met pas en avant les images de la pauvreté et de la famine. Donc on va plutôt mettre les photos des petits producteurs qui travaillent. SOS Faim) Un choix s’opère. même si on parle du problème de la faim et de la pauvreté rurale.conditions de travail ne sont pas les meilleures comme nous l’apprenons par les légendes. (Marine Lefebvre. pas de soins. pas les plus pauvres mais ceux qui sont encore pauvres. les femmes travaillent sans machine susceptible d’alléger la pénibilité des tâches ». qui vendent leurs marchandises. « En zone rurale. Photographe auteur de « Le bonheur est dans le prêt »).

(Chloe Kolb. 4. La combinaison de deux activités différentes permet des rentrées d’argent plus importantes. Pour cela il faut montrer des images « positives ». SOS Faim). pour ne pas appuyer ces clichés. Nous avons déjà introduit comme l’exposition d’ADA fait partie d’une argumentation qui essaye d’invalider le cliché selon lequel « les africains ne travaillent pas ». Les personnes interviewées reconnaissent qu’il y a de la pauvreté et que la situation peut être plus précaire que ce qu’on voit dans les photos. mais elles choisissent de ne pas la montrer directement. qui ne font rien de la journée. de l’exposition « Microfinance côté face » d’ADA.pauvreté comme les gens qui ne travaillent pas. ADA). 2007) IMAGE 14: EMPLOYEE EN ZONE URBAINE (WOLFF) [70] . qui ont la pêche. il faut bien renverser cette tendance ». (Mali.10 L’OPPOSITION RURALE/URBAIN Les deux expositions présentent le monde rural. À titre d’exemple nous pouvons opposer les photos 11 et 12. Gérante d’une imprimerie et d’une entreprise de restauration. « Ça veut pas dire non plus qu´on montre une fausse image et qu´on a tendance à tout enjoliver mais vu que quand on parle de l´Afrique dans les médias en Europe c´est tout le temps négatif. Pourtant il est intéressant de souligner que les images des activités agricoles ou d’autres activités développées en milieu rural sont souvent présentées avec des légendes moins valorisantes que les activités urbaines dans l’exposition d’ADA. Les responsables de la communication des deux ONG reconnaissent la volonté explicite de « briser les clichés » qui existent sur l’Afrique. Il y a des clichés comme ça et l´idée c´était plutôt de montrer des gens qui travaillent. des images d’activité. Diakité Habibatou Koudedia Diop est à la fois au four et au moulin. » (Marion Bur.

Sinon c´est sûr que la microfinance en images est très répétitive. Un bon exemple est l’opposition entre les photos de la « maison aisée » (où « La présence d’une télévision est le signe ultime de la réussite23 ») et « la maison pauvre » (photos 13 et 14). très plaquée. De plus. Le monde rural. Une façon de montrer la microfinance en milieu rural est de présenter des constats de son impact dans la qualité de vie. Des moments de la vie quotidienne. « On n´est pas dans une mise en image très immédiate. 2007) IMAGE 15: TRAVAILLEURS DANS UN CHAMP (WOLFF) Cette opposition est complétée par une autre. au-delà de la microfinance.La cueillette du coton se fait à la main sous un soleil de plomb et durant dix heures par jour. d’après le témoignage du photographe. Adama Abdoulaye et N’To Coulibaly perçoivent chacun 1.000 francs CFA (1. comme le témoigne Marine Lefebvre. L’habitat est mis en valeur. propose approcher aux 23 Texte qui accompagne l’exposition « Le Bonheur est dans le prêt » [71] . omniprésent dans l’exposition de SOS Faim nous est montré de manière globale par des détails. le contexte du pays ». (Mali. Elle sera introduite plus tard. cette exposition.5 euro) par jour de récolte. celle entre tradition et modernité. un salaire ordinaire dans le secteur agricole au Mali. SOS Faim. C´est un peu de marge artistique. Dans le cas de l’exposition de SOS Faim. En partie par le manque des légendes qui font de cette exposition une série d’images destinées principalement à la contemplation. sont aussi montrés. consacrée essentiellement au monde rural (en cohérence avec sa mission et celle du partenaire Busaa Gonofaa) présente une image plus idyllique du monde agricole. comme la « pause café ». Mais il s’agissait aussi de proposer au spectateur une approche différente du monde rural. Les activités. des images de la vie quotidienne. Marine Lefebvre. On va avoir une personne derrière une machine à coudre. une personne dans une épicerie…Il fallait voir le contexte général. Nous y voyons des images de la pauvreté dans le monde rural mais il n’y a pas de jugement sur les dures conditions de vie.

leurs outils de travail. Tu peux pas montrer la photo de la femme sans montrer l´intérieur de sa maison en même temps. « C´est un choix. parce que je fais toujours un mélange. notamment dans l’exposition d’ADA. SOS Faim) 4. Dans le livre qui accompagne l’exposition « Microfinance côté [72] . photographe de « Le bonheur est dans le prêt » IMAGE 17: MAISON PAUVRE (GALBATS) IMAGE 16: MAISON AISÉE (GALBATS) Cette approche du monde rural par des « petits moments de vie » qui étonnent le spectateur a été accepté par les chargées de communication. Un exemple est la photo 18 où un enfant tient la patte d’une chèvre. C´est une inhabituelle complètement chez nous. des portraits et des constats. leurs endroit de travail. Mon style n´est pas extraordinaire » Patrick Galbats. (Marine Lefebvre. Tu peux faire des associations comme ça. leurs maison.gens par des éléments de son entourage.11 L’OPPOSITION TRADITION / MODERNITE Des tensions entre tradition et modernité sont présentes. des photos qui n’ont pas une personne comme personnage principal. initialement sceptiques parce que cela n’apporterait rien sur la microfinance. donc c´est sûr que cela apporte de la couleur locale mais cela n’apporte rien sur la microfinance ». C’est pour cela que nous trouverons dans « Le bonheur est dans le prêt ». voire elles ne montrent pas du tout de personnes (ce n’est pas le cas de l’exposition d’ADA) Ce style est revendiqué par l’auteur de l’exposition.

De manière moins contrastée et sans porter un jugement de valeur très clair. comme nous l’avons vu dans les photos 13 et 14. par un élément de la vie moderne mis en valeur : l’ordinateur. En images. comme pour signifier la pénibilité de la tâche mais sans donner l’impression de se plaindre ». sans eau courante ni électricité. la production est abondante. Deux mondes distincts sont démarqués par la citation choisie pour démarrer le texte « Vous avec vos usines… » (vous au Nord ou en Europe. IMAGE 18: FEMMES PREPARENT LE DOLO OU BIERE LOCALE (WOLFF) n’a rien de commun avec celui des pays industrialisés. faire les choses à la main signifie une pénibilité. Chaque jour. valorisé tout au long de cette exposition. Marcelline Bougma est lucide : son quotidien dans un petit village de Burkina Faso. Ce petit texte nous révèle une opposition entre monde rural traditionnel et un monde urbain et moderne. la bière locale artisanale fabriquée à partir du mil (…). Le monde moderne et le monde du confort. est le monde du Nord. souligne-t-elle. ’On fait tout à la main’. encore une fois est présenté dans ces termes : à l’écart du confort (qui est moderne). Nous avons vu par exemple l’image de « la maison aisée » (Image 13). « ‘Vous avec vos usines vous pouvez produire beaucoup plus et beaucoup plus facilement’. la jeune adolescente de 17 ans se consacre à la production du dolo. mélangés à des éléments plus traditionnels. il y a du confort.face» (2008 :15) le texte qui accompagne la photo 15 est très révélateur de ces tensions. nous au Sud ou en Afrique). nous ne pouvons pas ignorer ces textes qui accompagnent la mise en place d’un dispositif essentiellement visuelle (comme un livre des photos). Vivant à l’écart de tout confort moderne. D’un côté le monde moderne est présenté comme un monde où : la production est facile. SOS Faim présente ces éléments de la vie moderne. les éléments de confort de la vie moderne son évoqués. [73] . Même si l’objectif de ce travail est de se centrer sur les images. Le monde traditionnel.

quel cadrage ? Ces choix sont bien sûr influencés par les « consignes » des responsables de l’information. Finalement ces choix esthétiques sont développés sur le terrain : qui photographier ?. les personnes qui ont déjà demandé plusieurs crédits et dont la situation s’améliore. Ils sont aussi influencés par les personnes chargées sur place des déplacements du photographe et de montrer les [74] . Dans le cas de ces expositions nous pouvons reconstituer cette chaîne de choix. les marchés . Elles sont le signe d’une relative aisance. les petits agriculteurs (smallholder farmers). similaire dans les deux cas : A. « Les maisons en dur restent rares. des paysages (lieux éloignés). (…) La présence d’une télévision est le signe ultime de la réussite ». Il est demandé de photographier: « les personnes qui viennent de demander un premier prêt. Ce choix s’accompagne par la définition des objectifs et consignes qui sont communiqués au photographe. notamment les directeurs des organisations). (Annexe 19: Concept note in the prospect of photo report about Busaa Gonofaa) B.Le texte qui accompagne ce groupe des photos « L’habitat » fait référence à la télévision de la photo. SOS Faim a laissé une trace écrite de ses choix initiaux. 4. sans doute liés aux choix esthétiques (couleur ou noir et blanc ?). les femmes avec plusieurs crédits agricoles. dans un document destiné au photographe et aux personnes chargées de le guider sur place. comment ?. la vie quotidienne : les tâches ménagères. Choix techniques et esthétiques Ces choix sont notamment opérés par le photographe. d’un côté pour ce qui concerne le matériel à utiliser. Choix de faire une exposition photo : Le choix d’utiliser une exposition photo a déjà été évoqué. A titre d’exemple.12 UNE EXPOSITION PHOTO COMME UNE SUCCESSION DES CHOIX Comme nous avons déjà remarqué la publication d’une photo à travers un média ou la construction d’une exposition photographique. sont le résultat d’une multiplicité des choix. Ce choix est opéré par le responsable de l’information principalement (d’autres acteurs peuvent avoir une influence.

En tout cas le service de l’information n’a pas insisté sur la nécessité d’avoir des légendes. C. Dans le cas de SOS Faim. Le photographe Patrick Galbats témoigne d’un intérêt personnel spécial pour cette exposition car elle allait être présentée dans un des principaux centres culturels du pays. Dans les deux cas. Patrick Galbats. Choix du lieu d’exposition Dans la partie théorique de ce travail nous avons déjà expliqué comment le lieu où une photographie est présentée peut définir sa réception. [75] . Plusieurs critères de choix ont été retenus : montrer des gens actifs (comme il a déjà été commenté). comme ces acteurs l’ont témoigné dans les entretiens. le vernissage de l’exposition a eu lieu à l’Abbaye de Neumünster. (…) je ne laisse pas qu´on me dise comment je dois photographier». « Si c´est pour une exposition. photographe de « Le bonheur est dans le prêt ». surtout dans l´Abbaye de Neumünster et en plus c´est quelque chose où je veux m´engager un peu. mais celui-ci ne les a pas fournies. Choix dans la construction d’une partie textuelle Ce choix est opéré dans les deux cas par les responsables de l’information qui ont à chaque fois rédigé les légendes et textes qui accompagnent l’exposition. Choix des photos : Ce choix est opéré par les photographes et les responsables de l’information. E. C’est finalement eux qui choisissent quoi montrer et quoi cacher au photographe. des photos qui répondent à une « démarche journalistique » (comme il a été évoqué par Marion Bur d’ADA). D. un important centre culturel à Luxembourg ville. C’est peut-être ce fait qui a motivé que l’exposition n’ait pas vraiment de légendes. ne pas montrer des images misérabilistes.personnes et les endroits à être photographiés. les légendes devaient initialement être faites par le photographe.

Choix d’utilisation ultérieure Les photos des expositions. 2007). Dans ces cas les légendes originales ont disparu. «Si je déduis les salaires des employés et l’achat des intrants. je peux espérer faire un bénéfice de 60. Dans quelques cas les témoignages sont aussi repris. comme il est témoigné par les trois responsables de l’information sollicitées.» (Mali. En tout cas. et elles ont été pour le plus souvent raccourcies. Ces deux logiques sont comprises comme différentes est même concurrentiels par les différents acteurs dans une production photographique. 4. Image ) sans pourtant changer de manière importante la signification des photos montrées. les clients de la IMAGE 19: UN CLIENT DE LA MICROFINANCE (WOLFF) microfinance peuvent développer une microentreprise et régulariser leurs revenus » dans le Plan d’action 2009. notamment celles d’ADA ont été utilisées dans d’autres supports comme dans le site Internet ou des brochures. « Producteur de coton à Dafara.F.000 francs CFA (92 euros) pour une récolte d’un hectare de maïs. l´exposition aurait eu une toute autre forme. Par exemple l’image 16 a changé sa légende originale24 pour « Grâce à des services financiers adaptés à leur situation. Les photos ont été souvent recadrées pour se centrer sur un personnage. D’un côté. Odjouma Traoré a contracté un prêt de 150. S’il avait choisi les photos. la démarche du photographe serait une démarche plus esthétique. deux logiques s’opposent : celle du photographe et celles des acteurs chargés de faire passer un message au public. « D´ailleurs c´est intéressant parce que le photographe n´était pas du tout d´accord avec nous. Cette tension s’est faite plus évidente dans le choix des photos à montrer.13 L’ESTHETIQUE OU LE MESSAGE Dans cette succession de choix. et la démarche du responsable de l’information serait essentiellement informative. il y a une tendance à dépersonnaliser la personne représentée (il ne s’agit pas de Odjouma Traoré mais d’un client de la microfinance. les réutilisations sont trop récentes pour attendre un changement radical des significations.000 francs CAF (230 euros) dans le but de se recycler dans le maïs. Dans les cas de changements de légendes. 24 [76] . voire artistique.

Face à ces logiques différentes les négociations s’imposent pour trouver un résultat qui est satisfaisant pour les photographes et les responsables de l’information. et il a intérêt à ce que sa vision soit davantage prise en compte. (Patrick Galbats. pour moi c´est très représentatif. qui payent l’exposition. Patrick Galbats revendique un style personnel qu’il ne veut pas voir compromis par une commande. En effet. Ces expositions ont vocation à être largement diffusées. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer. il avait tendance à oublier ce travail de sensibilisation et d´information qu´on voulait faire ». « Si c´est pour une exposition. il y a eu peut être une ou deux fois sur des photos justement avec des enfants que Guy aimait bien parce qu’il avait le côté esthétique et je voyais le message (. Après. Ça montre pourquoi la femme fait tout ça.). Ça c´est la femme avec les gosses. « Oui. pour moi ça n´apportait pas grand-chose au niveau de l´information mais c´est le travail de l´artiste ». photographe de « Le bonheur est dans le prêt ». en termes de couleur. Patrick Galbats. La réputation du photographe est aussi compromise. Ou alors il y avait des photos très esthétiques que j´ai concédées parce qu’ il y tenait beaucoup. J´aurais montré celle là au lieu de la vache. Marion Bur. Et ce n´est pas 100% mon choix ». surtout dans l´Abbaye de Neumünster et en plus c´est quelque chose où je veux m´engager un peu. regrette l’absence de certaines photos dans l’exposition. associées au nom des photographes.. On peut toujours changer. normalement je ne me laisse pas faire. Les enjeux pour le photographe sont très importants.Il est beaucoup plus sur l’esthétique que nous. C´est n’est pas que je me laisse pas faire mais je ne laisse pas qu´on me dise comment je dois photographier. de mise en scène. le rapport de forces n’est pas toujours favorable aux organisations. j´aime beaucoup…mais ils ne l’ont pas voulu. « Celle là (Photo 19). Photographe) Tout en restant satisfait du résultat final. SOS Faim). ADA. (Chloe Kolb.. il y a des choix. etc. pourquoi SOS Faim ou Busaa Gonofaa font ce qu´ils font… Je trouve que c’est une belle photo » (Patrick Galbats) [77] .

Par exemple celle qu´on a concédé c´est celle n concédée où il y a la chèvre. [78] . avec le petit enfant qui tient la chèvre. SOS Faim). Lefebvre. Cette photo témoigne pas grand chose (…) Mais en même temps c´est un petit moment de vie ».IMAGE 20: FEMME ET PHOTO DE FAMILLE IMAGE 21: L'ENFANT ET LA CHEVRE Dans la même exposition. (Marine temps. une responsable de communication témoigne aussi du besoin de négociation et de persuasion pour arriver à un résultat satisfaisant les deux logiques. « On s´est convaincu mutuellement.

14 LA VIE RURALE SUBLIMEE Le « bonheur est dans le prêt » n’est pas seulement une exposition sur la microfinance. dans ses exemples issus du XVIII s. 1999:220). une réalité dans un registre qui supprime ces contraintes d’un monde conçu de façon structurelle. après avoir vu une réalité qui l’a touché. Finalement. parle d’une troisième voie pour montrer des images de détresse (autre que dénoncer ou attendrir). dans son registre. et elle ne cherche pas à attendrir le public devant la présence d’un bienfaiteur. des groupes sociaux. Le photographe agit. L’absence des vraies légendes contribue à cet effet. puisqu’elle permet de concentrer l’attention du spectateur sur les images. le résultat n’est pas une exposition à fonction informative. Dans les deux cas.4. Cette exposition ne cherche pas à faire adhérer le spectateur à une accusation. Elle invite tout simplement à regarder de face. Il est évident qu’une exposition photo a toujours une dimension artistique. persécuteur) peuvent être remplies par des personnes abstraites. Comme nous l’avons introduit dans la partie théorique. des systèmes selon une idéologie. une fois écartées les personnes fictives du bienfaiteur et du persécuteur (Boltanski. même si elle est suggérée dans le titre. Cette voie est la voie de la sublimation. La réalité est regardée de face. mais rien n’est demandé au spectateur. du photographe Gaël Turine (Agence Vu). à travers la photographie. Ce constat est cohérent avec les expositions produites préalablement par SOS Faim : « Face à Face: rencontres au Bénin » du photographe Marc Kalbusch en 2003 et « Ouaga côté cour » en 2001. c’est-à-dire d’idéaliser quelque chose en le purifiant de tout élément impur. les photos ont été réalisées en noir et blanc et l’accent est mis sur la [79] . que Boltanski identifie comme le peintre. la microfinance est aussi accessoire dans les photos. Cet agent pourrait être aussi un photographe dans un contexte contemporain. Luc Boltanski. Cela permet aussi de se détacher de la question politique. ces places (bienfaiteur. Cette topique a besoin d’un montreur. SOS Faim a une idéologie très explicite. mais « Le bonheur est dans le prêt » trouve sa force dans sa capacité de présenter la vie rurale dans un registre esthétique (l’esthétique est définie par Boltanski comme la science des plaisirs élevés (1999:222). et les personnages qui ne sont pas individuellement identifiables (aucun nom ne nous est donné). Après toute la chaîne des choix et les rapports de force déjà évoqués. au moins dans un niveau superficiel. pourtant elle a choisi de montrer. spectateur.

montre une campagne de l’organisation humanitaire française Action contre la faim (ACF). il a photographié les populations rurales dans leur vie quotidienne durant trois semaines. Sans parti pris. était légendée : « avril 1993. Marc Kalbusch vous invite à rentrer dans l’univers émotionnel très riche des rencontres qu’il a faites au Bénin. Ce désir de regarder de face la pauvreté dans le monde rural est explicite dans le texte qui accompagne l’exposition « Face à Face » sur le Bénin. Cette campagne présentait dans des affiches de presse deux images d’une même femme. Il vous invite surtout à vous créer vos propres ‘faces à faces’ ». des personnages non individualisés. comme dans « Le bonheur est dans le prêt ». La photo portait la légende « Leïla. sans imposer ses vues. IMAGE 22: FILLE AU BENIN (KALBUSCH) IMAGE 23: JEUNE AU BENIN (KALBUSCH) 4. l’argumentation du type « Leïla » repose sur « une logique de la [80] . Pour l’auteur.15 L’ONG COMME BIENFAITRICE Phillipe Mesnard dans « La victime écran ». Cette exposition (plus d’images sont disponibles en Annexe 21) propose essentiellement des portraits.présentation des ambiances. de manière très personnelle. nommée Leïla. « SOS Faim a donc invité le photographe Marc Kalbusch à se rendre au Bénin où. La première image.entre le photographe et les personnes photographiées. de la même femme visiblement en meilleur santé. montrait le visage parcheminé et amaigri d’une femme. La deuxième photo. L’impératif de « montrer des gens actifs » n’est pas présent. Chaque cliché est le reflet d’une rencontre très personnelle – d’un ‘face à face’ . Leïla 100 F plus tard ». janvier 1993 » (Image 21).

142). étayée par une dimension testimoniale sous la forme concrète des textes déclaratifs ou narratifs. et de l’émotion qui s’appuie sur des montages visuels » (Mesnard 2002 :199) IMAGE 24: CAMPAGNE LEÏLA. une dimension pédagogique est aussi possible. soutenue par ADA. Dans la publicité il y a un impératif de rentabilité et peu de temps et d’espace pour transmettre un message. ACF Cette logique de la preuve est à la base de l’exposition « Microfinance côté face ». ses représentations appartiennent à des secteurs proches mais pas équivalents. le secteur humanitaire et le secteur développement. C’est surtout la situation après [81] . il est pourtant possible d’assurer que « Microfinance côté face » s’appuie sur une argumentation du type « Leïla ». Tout d’abord.preuve. Il y en a deux moments montrés au long de l’exposition : avant et après l’intervention de la microfinance. Dans une exposition photo. Faisant attention à ses distinctions. Ensuite les contraintes et les enjeux de la publicité et d’une exposition photographique ne sont pas du tout les mêmes. comme Mesnard le souligne (ibid. même si on admet qu’il y a des différences fondamentales entre les dispositifs d’ACF et d’ADA.

dans ce cas. et qu’il a connu des « vraies » personnes qui en témoignent. Dans cette topique. l’organisation qui soutient les personnes montrées.l’aide qui est montrée par les images. le message n’est pas essentiellement différent de celui d’ACF dans sa campagne « Leïla ». la pitié se spécifie en attendrissement. en lui donnant la place du bienfaiteur. notamment par les légendes et texte qui accompagnent les photos. La sympathie du spectateur se trouve nettement orientée en direction du bienfaiteur. Cette exposition ne montre aucune référence à l’accusation (comme nous avons établi auparavant). Comme nous avons déjà introduit dans la partie théorique. Au même titre que le persécuteur. décrite par Boltanski. Le spectateur est invité à sympathiser avec l’organisation. ADA a choisi de ne pas montrer des images « misérabilistes » mais ce choix est d’ordre éthique et esthétique. Dans ce sens cette exposition contribue à construire l’image de l’ONG. une fois qu’il a connu ses méthodes de bienfaisance. le bienfaiteur peut être absent du tableau et encore peser sur l’orientation de l’engagement. et notamment par les légendes qui accompagnent l’exposition). cette topique propose au spectateur de sympathiser gratitude avec que les sentiments de d’un l’intervention bienfaiteur inspire au malheureux. Ce bienfaiteur est construit par des éléments graphiques et textuelles –signature de l’organisation ajoutée aux utilisations ultérieures des photos (image 21 et 22)-. [82] . mais dans une dimension discursive. mais la situation avant l’aide est aussi présente. et elle IMAGE 25: COUVERTURE DE LA BROCHURE DE PRESENTATION D'ADA oriente l’attention vers la présence d’un bienfaiteur. Dans cette argumentation il est possible de reconnaître la topique du sentiment.

IMAGE 26: IMAGE UTILISEE SUR LE SITE INTERNET D'ADA [83] .

qui servent à remplir ce système de places proposé par Boltanski.CONCLUSIONS Les images utilisées dans les ONG. le débat sur l’utilisation de l’image au sein du secteur du développement a été orienté vers des questions de forme. Les expositions analysées répondent à une topique esthétique (cas de SOS Faim) et à une topique de l’émotion (ADA). D’un côté. Les images misérabilistes sont interdites. Nous avons aussi évoqué. et elles ont été remplacées par des images de sourire. notamment celles produites dans le cadre d’une exposition. Certes. commencent à se demander si elles n’ont pas changé le cliché du misérabilisme par le cliché du « sourire de l’enfant ». Ce sont ces différents discours fondateurs. même si certains éléments argumentatifs sont empruntés de l’humanitaire. l’école de la dépendance donne une explication de la façon dont un persécuteur est à la base des misères du sous-développement. par d’autres exemples. De l’autre côté. cette caractérisation relève d’une dimension argumentative mais pas nécessairement de la forme des messages. Les façons de présenter des personnes dans les photographies utilisées par les ONG sont variées et. Pourtant. la façon dont les ONG peuvent se servir de la topique de la dénonciation adressé notamment contre « un système ». Mesnard parle. comme le témoigne un document produit par le Cercle de Coopération des ONG de Luxembourg (en Annexe 6). nous ne pouvons pas parler d’un bénéficiaire « type ». dans le cas des expositions analysées. il ne s’agit pas de la victime humanitaire dont P. Or les modèles argumentatifs ne se sont pas modifiés de manière fondamentale. peuvent bien remplir les trois topiques proposées par Boltanski. En effet. des visions centrées sur la modernisation ou le transfert de technologies comme moyen de développement mettent l’accent sur le bienfaiteur au Nord qui partage des connaissances avec les pays du Tiers-monde. cette organisation remarque la tendance à remplacer l’image du « malheureux petit pauvre » par « l’heureux enfant souriant » dans une démarche [84] . Même si le Cercle de la Coopération est satisfait que plusieurs organisations aient décidées de se repositionner vis-à-vis des images et des messages «négatifs ». Ces modèles argumentatifs ont une correspondance avec les discours fondateurs du secteur de développement aussi évoqués dans ce travail. Les organisations qui réfléchissent au développement et ses pratiques.

par laquelle on connait les méthodes de la bienfaisance de l’organisation mais on apprend peu sur les origines des inégalités. dans sa communication. dans le sens où les chargés de communication sont imprégnés du discours officiel de l’ONG qui finit par être le leur. En outre. D’un côté il y a évidemment une certaine cohérence. Ainsi. et notamment le discours derrière les expositions. Après l’analyse nous pouvons dire que les discours des ONG ont une relation cohérente avec les images qu’elles diffusent. notamment celles regroupées dans une exposition photo.publicitaire qui ne contribue pas à comprendre et à donner la parole à ce bénéficiaire éloigné. le discours des organisations luxembourgeoises analysées. une exposition est un nouveau moyen de faire connaître le discours d’une ONG mais elle n’explore pas de nouveaux angles de sa thématique. On assiste à une présentation presque pédagogique du sujet. Certes. Certes. ne sont pas critiques du système capitaliste mondial. En effet le plaidoyer politique n’est pas une stratégie privilégiée des organisations luxembourgeoises. l’objectif de cette étude était de montrer une relation entre le discours des ONG et les images photographiques. mais il ne s’agit pas d’un sujet central (Tel est le cas de SOS Faim Luxembourg. parce que le discours de l’association n’est pas dénonciateur. ADA ne pourrait pas faire appel dans ses images à une topique de la dénonciation. Pour saisir la relation entre discours et images. D’un côté « Le bonheur est dans le prêt » agit par la sublimation de la pauvreté en milieu rural pour la construire en objet esthétique et d’un autre côté ADA se place comme bienfaiteur mais elle ne suggère pas l’existence d’un persécuteur. [85] . À ce sujet nous pourrions poser des nouvelles questions sur les contraintes et les avantages d’être si proches des organismes gouvernementaux. nous voyons des images de sourire mais ce qui est plus important dans les deux expositions est l’image des gens actifs. SOS Faim. fait référence à l’impact des politiques du Nord dans la qualité de vie des populations du Tiers-monde. mais non de SOS Faim Belgique). il a fallu se poser des questions sur les critères qui justifient les choix tout au long de la chaîne de production d’une photo ou d’une exposition photo. Cette tendance n’est corroborée qu’en partie par les expositions photo analysées. Dans ce sens. Comment placer comme persécuteur un système dont on est si proche ? Finalement.

c’est la présence des « valeurs humanistes » dans les discours et images analysés. Certes. SOS Faim confère au monde rural une allure universelle. Mais il n’existe pas une vraie réflexion sur ce que l’on veut atteindre par une exposition photo ou par les photos qui accompagnent d’autres supports. et des valeurs qu’elles revendiquent. Il n’y a pourtant pas l’intention d’analyser ou d’expliquer le discours fondateur de l’organisation. au moins dans les organisations analysées. Dans un contexte de plusieurs logiques concurrentielles. le produit final est le résultat d’un rapport de forces qui dépend dans la pratique de volontés individuelles. nous pouvons dire que le discours n’est pas entièrement déterminant du message photographique. ou ils peuvent être aussi implicites. il construit son thème de travail. De plus la réflexion des organisations sur l’utilisation de la photographie n’est pas profonde. et pas complètement définies. En sublimant. traduit notamment par les chartes et les codes de conduite. Dans ce processus nous avons découvert le poids d’autres acteurs ce qui établit un rapport de force. Dans ce sens. à la base de la construction des expositions. il y a un discours déontologique sur l’utilisation de l’image.SOS Faim ne se contredit pas non plus. le monde rural. et elle essaye de le rapprocher symboliquement du spectateur. Ces expositions sont notamment un soutien à la visibilité des organisations. Un deuxième facteur de cohérence entre discours et image dans les cas analysés. nous avons aussi établi que les choix dans une production photographique n’appartiennent pas exclusivement à l’ONG. Malgré cette cohérence. Parfois ils sont évidents et explicites. [86] .

Bauret G. University of Minesota Press. Éditions du Seuil.. Les théories économiques du développement. Doty. Bourdieu P. et Vidal L. 2005. La communication par l'image. Universidad de Buenos Aires UBA. Bertrán Salmón L. Paris. Paris. Freund G. Nathan. 128p. La souffrance à distance. Nice. La découverte. Un art moyen.. Paris. Institut Européen des hautes études internationales. Imperial Encounters. Les Éditions de minuit... 2007. Editions de l'Étoile.127-138. Cadet C. et Galus J. CFJP. 2002. « Le message photographique ». 1982. La Chambre Claire. 1996. volume 1. Paris. et Brauman R. Paris. Acropole. Assidon E. 1999.BIBLIOGRAPHIE : Action contre la faim. Ferenczy. Photographie et société. 1961. 2004. 2004. Les médias et l’humanitaire. 2001.. 1990. Boltanski L. Paris. Buenos Aires.1974. Minneapolis.. R. 1992. Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement. Anna. Paris. en Communications. Barthes R. Charles R. L'obvie et l'obtus : Essais critiques III. Barthes R. essai sur les usages sociaux de la photographie.. Paris. leur financement et les médias. numéro 1.. 2009. Regards sur le monde. 1965. La comunicación para el desarrollo en Latinoamérica: un recuento de medio siglo. Les visages de la faim.. Editions du Seuil. Paris. Paris. Les ONG humanitaires. 2005. Nathan. Armand Colin. [87] . Approches de la photographie. 1980.. Mémoire de Master.. Paris. Backmann R. Barthes R... Gallimard. pp. Atlani-Duault L.

Décembre 2000/Janvier-Février 2001. Rapport annuel 2009. 1997. 2000.de l’anglais par P. 2002. 2009. septembre 2009. Une approche de la théorie des symboles.. 2000.Blanchard. W. C. Sur la photographie. in TNS IlRES Market Research [en ligne]. CIP. Les éditions Textuel. Paris.de Lavergne. [consulté le 5 mai 2010]. Voire.de l’anglais par P. Nîmes. Paris. (Dir).com/cms/Home/News/Publications/Archive/Cercle-de-Cooperation-ONG-D) Rostow. Article de la rubrique «1960-1970 » Hors-série N° 30 . Mesnard P. 1990.tns- ilres. 1996. Cercle de Coopération et TNS ILRES. Joly.. Paris. Disponible à : http://www. Les étapes de la croissance économique: un manifeste non communiste. Paris. La educación para el desarrollo en la Comunidad de Madrid. Paris.. trad. Mesa M. Madrid. Le bonheur dans l’image. 1960. La victime écran : la représentation humanitaire en question.Gerverau L. Chambon. Tendencias y estrategias para el siglo XXI: Informe a la Dirección General de Cooperación y Voluntariado de la Comunidad de Madrid. Coopération luxembourgeoise au développement. La découverte. 2008. Luxembourg.. trad. La disposition au don de la population au Luxembourg en 2009. Sontag S. comprendre.. 2005.. J. S. Paris.. L’âge d’or du sous-développement.. Colin. Tisseron. Goodman N. 2009. Le plessis-Robinson. A. 100 ans de sciences humaines [88] . Introduction à l’analyse de l’image. Articles de Magazine: Sciences Humaines. M. Paris. analyser les images. Economica. Bourgois. 1973.

............................................ 76 Image 21: L'enfant et la chèvre........................................ 80 Image 24: Campagne Leïla............................................................................................................................TABLE DES ILLUSTRATIONS Image 1: Hungry for change ........................................................................................................................................... 44 Image 3: Flyer MSF ............. ACF ........... 66 Image 11: Clients d'un café (Galbats)........................................................................ 45 Image 4: Isabelle Eshraghi / Afghanistan....................................................................................................................................................................................................................................................... 56 Image 7: Agent de crédit (Galbats)........................... 82 Image 26: Image utilisée sur le site Internet d'ADA............................................................................ 72 Image 18: Femmes preparent le dolo ou bière locale (Wolff) ......................................................................................... 64 Image 9: Agent de sécurité (Wolff) ..................................................................................................................................................................................................................................................................... 80 Image 22: Fille au Bénin (Kalbusch)................................................. 43 Image 2: Flyer Caritas Luxembourg.............. 65 Image 10: Travailleur dans un champ (Wolff) ......................................................................................................................... 78 Image 20: Femme et photo de famille......................................................................................................................................... 67 Image 12: Propriétaire d'un café (Galbats) ....................... 72 Image 17: Maison Pauvre (Galbats) ........................... 68 Image 14: Employée en zone urbaine (Wolff) ............................................................................................................ 73 Image 19: Un client de la microfinance (Wolff) .............. 83 [89] ...................... 71 Image 16: Maison aisée (Galbats) ...................................................................................................... 70 Image 15: travailleurs dans un champ (Wolff) ........................................................................................................................................................................................ 45 Image 6: Affiche OXFAM UK ......................................................... 78 Image 23: Jeune au Bénin (Kalbusch) .................................................. 68 Image 13: Intérieur d'un Café (Galbats)....................................... 81 Image 25: Couverture de la Brochure de présentation d'ADA ............... 44 Image 5: Brigitte Grignet / Guatemala..................... 63 Image 8: Agent de crédit (Wolff).......Campagne OXFAM UK 1986 ...............................................................................................................................................................................................................................................................

19. 11.Annexes 1. 21. Organigramme ADA Résumé des expositions Grille d’analyse – Exposition SOS Faim Grille d’analyse – Exposition ADA Code de conduite images et messages ayant trait au Tiers Monde (1989) Code Messages et Images Concord Implémentation du Code Concord (Document d’une formation du Cercle de coopération des ONG au Luxembourg). 3. 12. 4. 10. 14.Turin et SOS Faim Photos de l’exposition Face à Face de M. 17. 5. 6. 18. 20. 15. 8. 13. 16. côté cour de G. Kalbusch et SOS Faim Communiqué de presse pour l’exposition Face à Face . 22. 7. 2. Code de conduite des organisations faisant appel à la solidarité du public Dossier de l’exposition Microfinance côté face (ADA) Dossier de l’exposition Le bonheur est dans le prêt (SOS Faim) Rapport d’activités ADA Rapport d’activités SOS Faim Article SOS Faim dans Le Jeudi (presse luxembourgeoise) Entretien à Patrick Galbats (photographe) Entretien à Marion Bur (ADA) Entretien à Chloé Kolb (SOS Faim) Entretien à Marine Lefebvre (SOS Faim) Légendes de Le bonheur est dans le prêt Concept Note pour Le bonheur est dans le prêt Affiche pour l’exposition Ouaga. 9.

.

Annexe 2 Contenu des expositions Résumé du contenu des expositions ONG Nombre des photos Monde rural Monde urbain Photos de personnes Photos sans personnes Photo où le personnage principal n'est pas une personne Espace de travail/ atelier Bureau Portraits Photos des enfants Photos où un homme est le sujet principal Photos où une femme est le sujet principal Personnes au travail Plan large ou général Gros plan ou très gros plan Le bonheur est dans le prêt SOS Faim 46 15 2 40 6 Microfinance côté face ADA 50 18 3 50 0 12 11 0 15 3 5 10 11 19 6 0 6 6 20 4 19 24 37 4 0 .

Une version en carton plastifié a aussi été réalisée pour l´exposition aux lycées. . Couleur. En entretien on découvre qu´ils sont des bénéficiaires d´un prêt de Busaa Gonofaa. personnage nette. Fille qui tisse au milieu.Ethiopie Date: Entre 20 août et 30 septembre 2009 Photos sans légende* (légendes groupées. Travail de la terre. Couple. au Les champs en milieu du cadrage milieu rural. avec quelques livres. très lumineuse car Plan large à l´extérieur. 50x50cm Femme et homme Agriculture/m travaillent la terre. Cette salle dans une école sert aux formations des bénéficiaires de BG. Tissage. et sont fixées sur du Dibond de 2mm. relation homme/terre. Seul atelier de couture. Tissage. onde rural Arbres. en annexe) Les photographies ont été tirées en argentique.Annexe 3 Le Bonheur est dans le Prêt Photographe: Patrick Galbats Lieu: Région Oromo. dame plus âgée. Il n´y a pas de machines. Espace fermé. femme et homme d´une cinquantaine. Tissus très 120cm colorés Activités Artisanales Deux jeunes filles. Le travail. Salle de classe. Choix Esthétiques Photo Couleur Plan/ Cadrage Taille Légende Eléments figuratifs Contenu Sujet principal Espace représenté Situation représentée Commentaires Photo en couleur. Sourire. Carte de l'Éthiopie. On ne voit pas les visages. Couleur Plan large 50cm x 50cm Busaa Gonofaa Chaise et table d'école. travaillent la terre à la main. Photo 84cm x Plan américain sombre. Meuble Table d'école. travail en groupe. Vert. Porte. Il n'y a pas de personnages.

Enfant. d'attention sur une plan. six tasses. 84cm x 120cm Terre. petite table. (Patrick Galbats) . Une des principales activités en Ethiopie est la production de café. onde rural cultivé. Plan large 84cm x 120cm 3 petit garçons. Intérieur d'une maison. onde rural vaches). Femme qui prépare Intérieur d'une le café. sombre. bleu et brun. Il s'agit d'une formation aux bénéficiaires de BG. "Là aussi. Enfant conduit les animaux. Paysage rural. Moment du café. Et c´est très typique. En arrière onde rural plan en enfant conduit le bétail. cafetière. il y a une réunion des femmes. Couleur Plan large 50cm x 50cm Groupe de 8 Agriculture/m femmes. Plan américain 50cm x 50cm Activités Artisanales Couturier. Plan large 50cm x 50cm Habitat Femme. parents. Personne en position Homme en premier Salle de classe. 3 femmes. Classe d'adultes. visage. il y a un regard. atelier de couture. et puis il y a le garçon qui promène les vaches". Le couturier prend la mesure des clientes. table d'école en premier plan. Femme à gauche. Couleur. porte qui conduit à l'extérieur. Champ La famille. une Agriculture/m fille.Couleur: surtout Plan général vert. Paysage rural. La famille pose devant son champ. Réunion des femmes. ciel. Plan taille 50cm x 50cm Busaa Gonofaa Plusieurs personnes en arrière fond. 2 animaux Agriculture/m (peut être des Enfant//paysage. Couleur. Couleur. à qui on voit le Paysage rural. Le couturier. maison. c´est les enfants qui font ça. Couleur: surtout rouge.

Non déterminé. Salle jaune. L'homme laboure ces terres avec ses bœufs. Panneau Rue. Homme laboure la Paysage rural. Couleur Plan large 50cm x 50cm Busaa Gonofaa femme. Femme. Patrick Galbats. onde rural Paysan. récipient. celle là j´aime pas. Femme compte l'argent. Couleur Plan large 50cm x 50cm Busaa Gonofaa Panneau Busaa Gonofaa Microfinance. ciel. 50cm x 50cm Busaa Gonofaa 3 tuniques colorées. Paysage rural. non déterminé Détail des personnes qui se serrent Les chargées de communication expliquent que cela symbolise l'union entre les bénéficiaires (elles doivent être regroupées pour recevoir un prêt) Couleur Plan large 50cm x 50cm Activités Artisanales 8 Mannequins pendus d'un toit Les mannequins La rue. argent. non déterminé Femme passe à côté du panneau. Il s'agit d'une agente de crédit. bras de 3 personnes Bras entrelacés serrées. terre. Couleur. 2 bœufs. Peut être qu´elle illustre un truc…mais pour moi Personne trait une vache c´est pas une photo que j´aime bien". femme. bureau.Couleur Plan général 84cm x 120cm Agriculture/m Terre. pie Main et vache onde rural d'une vache. "La photo de la vache. . Couleur Gros plan 50cm x 50cm Agriculture/m Mains. mur jaune. façade d'un atelier de couture. Il n'y a pas de personnages. Tissus très Gros plan colorés. poubelle.

de la Homme. fumée paille brulée. "Là c´était pour moi montrer une femme au travail. poterie. 2 personnes boivent un café dans la rue. Mains non déterminé Homme range les céréales. Couleur Plan moyen 50cm x 50cm Marchés Femme au marché.Couleur Plan moyen 50cm x 50cm Habitat Façade de maison. Les chargées de communication expliquent que ces hommes sont dans le café d'une dame qui a emprunté de l'argent de BG. Couleur Plan large 50cm x 50cm Activités Artisanales Jeune homme. (Patrick Galbats) . Mais je l´aime pas". récipient en poterie. culture de maïs à côté. Marché. fumée. Agriculture/m tunique blanche. Couleur Gros plan 50cm x 50cm Mains d'homme. fils de plusieurs couleurs. Il n'y a pas plus de références sur son activité. Paysage rural. Instruments de tissage. Patrick Galbats. non déterminé Il n'y a pas de personnages. Femme au marché avec son enfant. Maison rurale Travail domestique. Couleur Gros plan 50cm x 50cm Activités Artisanales Instruments de tissage. enfant qui regarde le Femme et enfant photographe. Il y a une certaine composition dans la photo bien sûr". terrasse d'un café. On 2 hommes devine en arrière plan un marché très coloré. tissu. à la maison au ménage. Couleur Plan américain 50cm x 50cm Marchés 2 personnes assises boivent dans des petites tasses. "Celle là j´aime pas non plus. Homme travail avec de la poterie. femme porte un Femme récipient entre ses mains. je comprends pourquoi ils l´ont choisi. épices- Marché. onde rural céréales.

le voile. Couleur Gros plan 50cm x 50cm Busaa Gonofaa Mains de deux personnes. "Si l´esthétique n´y est pas. un personnage enfant qui porte des principal. Paysage rural. fruits. Stylo. et non déterminé qui tiennent des billets. Billets. cahier avec des tableaux dessinés. sur sa moto avec laquelle il se déplace pour voir les clients à la campagne. pierres. Homme assis par terre. Fenêtre. Espace ouvert. Homme est assis sur une moto. onde rural pastèques. Couleur Plan américain 50cm x 50cm Busaa Gonofaa 3 femmes en voile blanc. sacs. des femmes en arrière fond. marchandises. Paysage rural. l´histoire de l´argent. Il s'agit d'un agent de crédit avec une cliente. Couleur Plan moyen 50cm x 50cm Busaa Gonofaa Homme sur une Homme. Orange principalement. j´ai vraiment du mal a choisir la photo. vendeurs. Marché Vie quotidienne dans un marché. regarde le photographe. Mais par exemple là…Il y a il ce flou encore. Agriculture/m gazon. Il s'agit d'un agent de crédit. Il n'y a pas de personnages. il y a les trois femmes. non déterminé Femmes comptent de l'argent. Mur vert. Mains qui écrivent dans un cahier. arbres. Personne administre de l'argent. Plan large 50cm x 50cm Marchés Environ personnes dans un marché: Il n'y a pas un clients. un Homme onde rural panier. Couleur Plan américain 50cm x 50cm Homme plus ou moins âgé en Agriculture/m tunique blanche. moto. On devine une quatrième personne 3 femmes habillé en bleu. Couleur Plan large 50cm x 50cm Cactus. Il n'y a pas un personnage principal. Patrick Galbats. Paysage rural. le mur d´une jolie couleur…En plus elles sont concentrées".Couleur. Des billets. .

grillage. mur Femme rose. comment les gens vivent en Ethiopie mais il y a des gens qui vivent comme ça. "C´est un intérieur où je montre pas les personnes mais je montre leur espace de vie. céréales. Cheval/enfants Paysage rural. Il n'y a pas de personnages. robe rose. Couleur Plan général 50cm x 50cm Agriculture/m ciel. petite table au centre. Couleur Plan large 50cm x 50cm Habitat Intérieur d'une maison. Plan moyen 50cm x 50cm Marchés Femme en voile blanc. Il n'y a pas un poster de la Vierge personnage Marie. On Homme voit pas son visage. tableaux. Femme seule dans les champs. panier. Patrick Galbats. porte. . Couleur/ rouge. homme . Enfants tirés par un cheval. Femme. cette femme est la propriétaire du café déjà montré dans l'exposition. boites. Carrières Homme travail dans les carrières. L'intérieur d'une maison Les chargés de l'information racontent que Femme dans un intérieur. meubles. Plan large Tombée de la nuit. Femme. Paysage rural. personnes en arrière plan. fauteuils. marché. ciel. Ça montre pas bien sûr. rose. onde rural gazon. Couleur/sombre. gazon. 50cm x 50cm Agriculture/m Femme. Intérieur d'une maison. principal. Marché Femme au marché vend des céréales. Couleur/ brun Plan général 50cm x 50cm Activités Artisanales Principalement de la terre. télévision.Couleur 50cm x Plan américain 50cm Marchés Femme. Ça c´était la maison plutôt riche". cheval onde rural qui tire 4 enfants.

Il n'y a pas de personnages. de l'argent. frigo. Un enfant tient la patte d'une chèvre. Plan américain 50cm x 50cm Busaa Gonofaa Femme. Intérieur d'une maison. Il n'y a pas de personnages. il n'y a pas un personnage principal. Cliente de Busaa Gonofaa. Homme. murs personnage roses. . Femme compte l'argent. Femme mur jaune. il ont de l´alcool ils vendent ça…. Main d'une onde rural personne. Chèvre Paysage rural. Couleur. Intérieur d'un café. Couleur Gros plan 50cm x 50cm Agriculture/m Chèvre. deux personnes. c´est une habitude inhabituelle complètement chez nous donc c´est sûr que ça apporte de la couleur locale mais ça apporte rien sur la microfinance. images religieuses . petite table. Intérieur d'un Travail dans un atelier. "Cette photo témoigne de pas grande chose et en même temps elle lui plaisait beaucoup. "Là c´était la maison plutôt des pauvres pas les plus pauvres mais qui sont encore pauvres. principal. porte ver l'extérieur. Couleur / rose Plan moyen 50cm x 50cm Marchés Télévision. Mais en même temps c´est un petit moment de vie. ses outils. Patrick Galbats.ils sont actifs". Il n'y a pas un personnage principal. Plan large 50cm x 50cm Activités Artisanales Instruments de tissage. Ils ont déjà plus. Il s'agit du café dont on connait déjà la propriétaire. " Marine Lefebvre. regarde le photographe. Carrières Homme qui travail dans les carrières.Couleur/ brun Plan large 50cm x 50cm Activités Artisanales Homme. ils ont des vaches. atelier de tissage. Couleur Plan moyen 50cm x 50cm Habitat Mur. sombre. instruments de cuisine. buffet avec des Il n'y a pas un bouteilles. pierres. calendrier. Couleur / jaune. assiettes. Intérieur d'une maison.

extérieur. J´aurais montré celle là au lieu de la vache. Couleur Gros plan Mains d'une femme. Carrières La photo n'est pas dans l'exposition. non déterminé. Une femme essaye de regarder ou entendre. j´aime beaucoup…mais ils ont pas voulu. Elle a été fournie par le photographe comme une photo qu'il aurait aimé inclure. fournie par le photographe comme une photo qu'il aurait aimé inclure.G font ce qu´ils font… Je la trouve une belle photo" Patrick Galbats Couleur Au moins trois personnes (2 femmes). un parapluie. Couleur. quelques arbres. Ça c´est la femme avec les gosses. Femme non déterminé. Espace vert. Ça montre pour quoi la femme fait tout ça. Photo des enfants. non déterminé Mains avec de l'argent en arrière plan. Plan général Le gazon. pierres. pour quoi SOS Faim ou B. Principalement brun Gros plan De la terre. Femme tient une photo entre ses mains. Paysage. Gros plan . Parapluie.Couleur. La photo n'est pas dans l'exposition. Photo des enfants. Chien. Elle a été fournie par le photographe comme une photo qu'il aurait aimé inclure. "Celle là. pour moi c´est très représentatif. le ciel bleu. Paysage. La photo n'est pas dans l'exposition. Possiblement une réunion. Principalement bleu et vert. des pierres. Elle a été Il n'y pas de personnages.

jarres. La production du « pain liquide ». Burkina Faso Couleur Plan Moyen 2 femmes. la dolotière utilisait des en paille.Exposition ADA Microfinance côté face Photographe: Gui Wolff Pays: Burkina Faso et Mali Date: Août 2007 Les photos sont dans un document annexe Lieu Couleur Plan/Cadrage Légende Eléments figuratifs Sujet principal Espace représenté Situation représentée Burkina Faso Couleur Plan Moyen Un microcrédit de 30 euros a permis à Marceline Bougma d’acquérir des jarres en inox pour la 2 femmes. Espace ouvert. artisanale.Annexe 4: Grille d'analyse . Burkina Faso Couleur Plan Moyen 2 femmes. associé aux évènements sociaux tels que les mariages. la trésorière élue compte l’argent déposé sur le pagne par onze femmes ayant formé un groupement pour accéder à des services financiers. 2007) Le secret de fabrication du dolo se transmet de mère en fille. procure de petits revenus à des milliers de femmes vivant en milieu rural. maison de pouvoir les acheter. baptêmes ou funérailles. la bière locale artisanale. 2007) Au cours d’une séance de remboursement du crédit dans le village de Saaba. (Burkina Faso. enfant sur un vélo. production de dolo. Espace de Femmes fabriquent Femme qui travail dans une de la bière prépare la bière cour. Burkina Faso Couleur Plan Moyen A cheval sur son scooter. artisanale. 2007) 2 femmes Espace de Femmes fabriquent travail dans une de la bière cour. (Burkina Faso. à tenir un carnet de comptes. non déterminé 2 femmes comptent de l'argent (séance de remboursement) . Avant jarres. récipients en argile qui se brisaient sous la chaleur du feu. d'autres 2 femmes personnes en arrière plan. Femme sur un maisons et scooter arbres en arrière plan Paysage rural Agente de crédit se déplace dans une zone rurale. des billets. (Burkina Faso. (Burkina Faso. Sa mission d’animatrice consiste à encadrer les clientes des microcrédits en les aidant. par exemple. 2007) Femme sur un scooter. Halamata Ouédraogo sillonne les pistes sablonneuses à la rencontre des femmes vivant en zone rurale.

2007) L’institution de microfinance Soro Yiriwaso impose à ses clients de déposer une épargne équivalente à 10% du montant du prêt. la « Maison de la prévoyance » en langue bambara. Réunion. non déterminé Séance de remboursement Mali Couleur Plan Large Séance de remboursement sous les palétuviers à Fana. telle est une des principales préoccupations des clients de la microfinance. des lunettes. Femme dépose son épargne. Un système qui minimise les risques de non remboursement et permet aux caisses de constituer une réserve d’argent disponible pour l’octroi de crédits. 2007) Les services financiers accessibles à tous ne s’arrêtent pas au seul microcrédit. arbres. Soumaïla Sanfo est devenu le responsable d’une famille de onze enfants. des billets. une table. (Mali. Fenêtre. Séance de remboursement Mali Couleur Plan taille Femme en tunique verte. Avant d’obtenir un crédit. . une a des habilles Femme compte Paysage rural très colorés. D'autres Homme personnes en arrière plan.300 euros) que le patriarche défunt avait contracté auprès d’une institution de microfinance. 2007) 4 femmes. le groupement 12 personnes solidaire composé de douze femmes a bénéficié de Groupe de regroupées. comme le montre l’exemple de Nyèsigiso. Burkina Faso Couleur Plan taille Homme montre une photo. (Mali. homme regarde et montre une photo au photographe. (Burkina Faso.5 million de francs CFA (2.Burkina Faso Couleur Plan Moyen L’animatrice note dans un carnet de compte les dépôts effectués par onze femmes au cours de la séance de remboursement du crédit. Intérieur. de de l'argent l'argent. 2007) Paysage rural Réunion Mali Couleur Plan américain 3 femmes. Déposer son épargne en lieu sûr. guichet. 4 Femmes Espace ouvert. de l'argent.565 francs CFA (220 euros) recueillis seront ensuite déposés à la caisse du village par une femme désignée pour cette mission. animatrice de l’institution de microfinance Soro Yiriwaso. 2007) A la suite du décès de son père. quatre séances de formation dispensées par une personnes maisons. non déterminé. un cahier. Les 143. Femme Bureau des services financiers. (Burkina Faso. (Mali. La micro-assurance a couvert le solde du microcrédit de 1.

(Burkina Faso. Femme utilise un ordinateur dans son travail. en arrière plan. bureau. elle est devenue gestionnaire de deux points de services desservant 48. Intérieur. Femme qui porte un enfant. Et pour Homme / Agent Extérieur/ Arme. terminés les calculs à la main : les caisses locales peuvent s’équiper d’outils Femme. homme/client. (Burkina Faso. Femme.Mali Couleur Plan taille Fini la paperasse. 2007) Caisse rurale. 2007) L’émergence d’une institution de microfinance peut s’accompagner de belles carrières professionnelles. fenêtres avec des rideaux. informatiques performants grâce à l’appui de Femme ordinateur. rembourser une échéance de crédit. Agent de sécurité surveille. Femme cause. bureau. les clients des institutions de microfinance se rendent régulièrement auprès de leur caisse locale afin de retirer de l’argent. client. (Burkina Faso. font partie des principales préoccupations des responsables de l’institution de microfinance. par des centaines de clients. Burkina Faso Couleur Plan Moyen Comme dans n’importe quelle banque. 2007) Devant la caisse de Cissin. repose l’épargne déposée de sécurité paysage rural. un agent de sécurité veille pour dissuader les braqueurs. Bureau IMF.000 clients. Employé d'une IMF discute avec un client. 2007) Bureau. ou déposer de l’épargne. Burkina Faso Couleur Plan américain Homme/agent de sécurité. calculatrice. caisse avec de l'argent. Arme. programmes spécifiques dont bénéficient certaines institutions de microfinance. (Mali. vitre. Burkina Faso Couleur Plan américain Employée d'une Bureau d'une IMF IMF Employée d'une IMF au travail. Homme / Agent Extérieur/non de sécurité déterminé Agent de sécurité surveille. 2007) Bureau. La disponibilité tout comme la sécurité de l’épargne des clients. . (Burkina Faso. Burkina Faso Couleur Plan américain Homme/agent Même dans les villages les plus reculés. les caisses de sécurité. Amélie Dabire est entrée à la caisse de Cissin comme caissière . dossiers. Employée et ordinateur. rurales bénéficient d’une haute protection. derrière ces murs. femme. grand chaise. en quelques années.

des 3 hommes plantations Paysage rural rencontre entre 3 hommes (agent de crédit. 60. intrants. maïs. le secteur agricole du Mali se tourne de plus en plus vers la production de maïs. 2007) 4 personnes. (Mali. mondiaux. dont 2 femmes. je peux espérer faire un bénéfice de maïs. Adama Plan américain / Abdoulaye et N’To Coulibaly perçoivent chacun 2 hommes. cliente) armoire. tributaire des cours machette. Odjouma Traoré a contracté un prêt de 150. 2 hommes / contre-plongée. 2007) Face à la crise du coton. (Mali. Plan moyen / déduis les salaires des employés et l’achat des plantations de contre-plongée. La relation humaine différencie les institutions de microfinance des banques « classiques ». Homme Paysage rural Paysan au travail Mali Couleur Producteur de coton à Dafara.5 euro) par jour de récolte.(Mali. Plan américain / d’un hectare de maïs. 2007) Paysage rural Paysans au travail .Mali Couleur Plan moyen A travers des entretiens réguliers. 2 femmes bureau. 2007) 3 hommes. 1. plus rentable que le coton. fenêtre. (employée et documents. Bureau d'une IMF Réunion cliente et employée d'IMF Mali Couleur Plan Moyen Un agent de crédit de l’institution de microfinance Soro Yiriwaso se rend régulièrement aux champs d’Ousmane Sangare et Abdou Coulibaly. «Si je 3 hommes.000 francs CFA (185 euros) peut suffire à l’achat des intrants nécessaires à la culture Homme. clients / paysans) Mali Couleur Plan américain Homme. plantations de maïs. 2007) Homme avec du Paysage rural maïs. ciel bleu. une moto. Au Mali. ciel. (Mali. contre-plongée. afin de vérifier la qualité de l’épandage des engrais et autres produits phyto-sanitaires achetés grâce au microcrédit. le maïs est devenu plantations. les agents de crédit peuvent suivre la situation de leurs clients et s’assurer que ces derniers ne tombent pas dans le cercle vicieux de l’endettement.» (Mali.000 francs CFA (1. (Mali. Les agriculteurs ont besoin d’accéder à des services d’épargne et de crédit afin de développer leurs exploitations et diversifier leurs cultures. un coton paysans salaire ordinaire dans le secteur agricole au Mali. Paysans au travail Mali Couleur Homme / paysan Paysage rural Paysan au travail Mali Couleur La cueillette du coton se fait à la main sous un soleil de plomb et durant dix heures par jour.000 francs CAF (230 euros) dans le but de se recycler dans le maïs. 2007) Un prêt de 120.000 francs CFA (92 euros) pour une récolte d’un hectare de maïs.

sourires. Mali Couleur Plan moyen Vieille femme. (Burkina Faso. (Mali. Dans ce pays de 13. la ville de Koutiala fourmille d’activités commerciales et pourtant. jeune premier plan. Yiriwaso. un vieil homme. plus de la moitié de la moins 12 premier plan enfants. Couple et enfant. 2007) Fagnery Coulibaly est le patriarche d’une famille malienne vivant dans une concession sans eau courante. trente-cinq femmes ont formé un groupement pour accéder à un crédit. petite fille. comme Soro travail. Mali Couleur Plan large Femmes. Dans la plupart des cas. (Mali. scolarisés. Burkina Faso Couleur Plan américain La lutte contre la pauvreté ne saurait être efficace en l’absence de rentrées d’argent régulières permettant de répondre aux besoins vitaux des familles. 2007) Enfant embrasse un nourrisson Paysage rural Enfants assis. Intérieur d'une maison. (Mali. enfants. Vie quotidienne rurale. pour soutenir les filières agricoles. Mali Couleur Plan Moyen Les revenus de milliers de femmes au Mali proviennent de la production du beurre de karité.Mali Couleur Plan moyen Le seuil de pauvreté au Mali est estimé à 240 euros par an et par personne. la microfinance Groupe de 9 peut offrir aux enfants d’Afrique une chance d’être enfants. Paysage rural en arrière plan et plus loin des enfants. offrent des produits financiers spécifiques ciceroles. 2007) Vieil homme.000 habitants sont toujours en proie à une immense pauvreté. Personnes assises. foule. vélo. 2007) Paysage rural Femmes au travail. Burkina Faso Couleur Plan américain En augmentant les revenus des parents et en particulier des mères de familles. Mali Couleur Plan Moyen Dans le village de Djinna. sourit. En Afrique de l’Ouest. Femmes au premier plan. ses 130. la microfinance se limite encore à des crédits de survie. 2007) Paysage rural Réunion des femmes. Arbre. 4 femmes. 2007) Située au sud du Mali. 2 femmes au Femme qui Certaines institutions de microfinance. 2007) Paysage rural Réunion des femmes. commerces. (Burkina Faso. . population vit sous le seuil de pauvreté (Source : PNUD). Marché Activité dans un marché.5 5 femmes et au 1 femme en millions d’habitants. (Mali. de la clientèle de la microfinance. enfant. deux Femmes au réparti en fonction des besoins de chaque membre. les femmes représente 40% en arrière plan. (Mali. ni électricité. 2 jeunes hommes Homme et fille.

Intérieur / bureau. 2 femmes Outils de travail. bureau. maisons en arrière plan. les femmes concassent à la main les amendes de karité servant à la 3 femmes. 2007) 2 femmes. Mali Couleur Plan taille Gérante d’une imprimerie et d’une entreprise de restauration. Femmes au travail. (Mali. soit 0. téléphone. (Mali. ordinateur. maisons 3 femmes contre-plongée. Pourtant. depuis la cueillette des noix jusqu’à la fabrication du beurre de karité. affiches. un Plan américain / production de beurre. Paysage rural montre le savon savon. ces dernières n’osent pas toujours franchir la porte d’une institution de microfinance. 2007) 3 femmes en tuniques femme qui blanches/vertes. Mali Couleur Plan moyen Maïmouna Sanogo fabrique artisanalement le « savon Kaniko » vendu au prix de 200 FCFA les trois pièces. Femme / directrice. (Mali. La combinaison de deux activités différentes permet des rentrées d’argent plus importantes. Mali Couleur Plan poitrine 3 femmes. Femme au travail. 2007) Paysage rural Femmes au travail. Utilisé en cuisine ou comme enfant.30 centimes d’euros. regard. le karité fait partie des ressources vitales du Mali. les femmes sont reconnues pour leur motivation et leur talent dans la gestion d’une petite entreprise.Mali Couleur Sous une chaleur écrasante. jeune homme. cacerole. Tout est fait à la main. Paysage rural Femmes au travail. 2007) Femme. les femmes travaillent sans machine susceptible d’alléger la pénibilité des tâches. 2007) En Afrique. une porte un enfant qui pleure. qui lui a aussi permis de s’affranchir de la tutelle de son époux. outils de bureau. produit cosmétique très prisé des consommateurs en arrière plan. Diakité Habibatou Koudedia Diop est à la fois au four et au moulin. mur 3 femmes. (Mali. Elle apprécie l’indépendance financière que lui a offerte la microfinance. (Mali. . Maisons. Paysage rural 3 femmes se cachent derrière un mur. des pays industrialisés. Mali Couleur Plan taille En zone rurale.

2007) 3 femmes. foule. pauvres de la microfinance sont des femmes. atelier. selon 3 femmes au en enfant. dont Motos. le revenu généré par les ventes ne permet pas de s’équiper comme un chef cuisinier professionnel. Le Burkina Faso est 176ème au classement des 177 pays les plus pauvres du monde du Programme des 3 motos. 2007) Extérieur / non Non déterminé.Mali Couleur Plan moyen Dans les petites entreprises de restauration. pays des Hommes intègres. (Burkina Faso. Burkina Faso Couleur Plan américain En soutenant des entreprises créatrices d’emploi. 84% des clients les plus tuniques claires.5 million de francs CFA (2. 2007) Moyen de transport très populaire au Burkina Faso. le deux-roues constitue un marché important. outils de cuisine. ciceroles. vélos. un enfant. Nations Unies pour le Développement (PNUD). non moto. en Afrique Sub-saharienne. millions d’habitants vivent sous le seuil de pauvreté. 3 jeunes hommes travaillent sur une moto. 2007) arrière plan. (Mali. Selon le Bureau 3 hommes. une 3 jeunes hommes.300 euros). 2007) Intérieur. (Burkina Faso. (Burkina Faso. Mali Couleur Plan taille 5 femmes en A l’échelle mondiale. (Burkina Faso. Marché / espace urbain Activité dans un marché. 2007) Il était marchand de glace à l’âge de 17 ans. . femmes en Microcrédit de 2006. Au homes. Femmes. le rapport de la Campagne du sommet du centre. Femmes au travail. la moitié des 13. Espace urbain Activité urbaine. la microfinance peut répondre au besoin d’insertion des jeunes sur le marché du travail. certains clients de la microfinance ont su profiter. Burkina Faso Couleur Plan taille 3 hommes. C’est à force de travail et avec le coup de pouce d’une institution de microfinance qui lui a prêté 1. (Mali. Intérieur d'une maison. déterminé Burkina Faso Couleur Plan Large Il n'y a pas de personnage principal.5 magasins. Homme dans une concession de motos. Burkina Faso Couleur Plan Large Il n'y a pas de personnage principal. moto. qu’Ablassé Kabré a pu monter sa propre concession de motocycles. 3 motos Homme sur une Extérieur. personnes. International du Travail. même si le microcrédit permet d’acheter les ustensiles de base utilisés pour la préparation des mets. déterminé. plus d’un jeune sur cinq est sans emploi.

passant de quatre à huit containers par an. Homme montre sa marchandise. plongé.100 euros) Homme. Femmes sourient et Non déterminé. commerce rentable. céramistes. . composée Foule principalement des femmes. qui importe ses propres stocks de l’étranger. Au Mali. Intérieur d'une imprimerie. à Kaniko. (Mali. Eu égard au caractère instrument de aléatoire de leurs revenus. Laure Ouédraogo a développé un Femme. Foule. elle est devenue une bijoux. qui négocie avec l’Asie l’importation des stocks de marchandises. (Mali. A 46 ans. un homme. 2007) Pionnière de la microfinance au Mali. des habilles très ses fonds propres. Intérieur d'une boutique Femme range sa marchandise. Mali Couleur Plan américain Deux femmes. on achète le papier à un fournisseur malien. vendeuse. piles pour développer son activité : en moins de deux années. 2007) Importateur de papier à Bamako. 2007) Dans cette imprimerie de Bamako. (Burkina Faso. 2007) Grâce à un prêt de 3 millions de francs CFA (4. a célébré son vingtième anniversaire en octobre 2007. d’instruments de musique. à Ouagadougou.600 euros) contracté auprès d’une institution de microfinance. Autrefois sans emploi. (Mali. 2007) Homme Atelier de travail Homme au travail Burkina Faso Couleur Plan américain 2 femmes (employée et cliente) Intérieur d'une boutique Femme au travail et cliente. inhérent à leur activité.Burkina Faso Couleur Plan américain Créé avec l’appui du Luxembourg. soudure. Homme au travail Mali Couleur Plan moyen. femme d’affaire aguerrie. elle a ouvert un premier magasin avec 2 femmes. Yacouba Traoré a emprunté 4 millions de francs CFA (6. bronziers ou fabricants Homme. non déterminé. (Burkina Faso. vitre. (Burkina Faso. ont doublé. 2007) Laure Ouédraogo emploie six personnes dans deux boutiques de vêtements. l’institution de microfinance Kafo Jiginew (le grenier précieux. le prix du papier demeure moins cher que dans les autres pays voisins. outil Homme d'imprimerie. Burkina Faso Couleur Plan poitrine Femme. regardent au photographe. en langue bambara). les artisans ont besoin de services d’épargne et de crédit adaptés. Mali Couleur Plan américain Homme Intérieur. le village artisanal d’Ouagadougou abrite les ateliers de nombreux sculpteurs. avant de développer une entreprise rentable avec le tremplin du Réseau des colorés. caisses populaires du Burkina Faso (RCPB). les importations de papier de l’entreprise de papier.

les chasseurs traditionnels Dosso tirent à blanc pour marquer le caractère festif du 20ème anniversaire de l’institution de microfinance Kafo Jiginew. En vingt ans. Mali Couleur Plan poitrine Il y a vingt ans. qui a fait « du microphones. . Vieil homme. 2007) 10 chasseurs portent des armes.Mali Couleur Plan taille Invités des grandes fêtes populaires. regard. Mali Couleur Plan poitrine Enfant embrasse un nourrisson Enfant sur la poitrine d'une Non déterminé. 2007) Il n’existe pas de solution miracle à la lutte contre la pauvreté. Sourires. entrepreneurs auront eux aussi besoin d’un accès à regards. L’émergence et la croissance fulgurante Enfant. (Mali. regardent au photographe. Alou Sidibé se plaît Homme. (Mali. Aucune. des institutions de microfinance bénéficieront-elles aux générations futures ? (Mali. des services financiers adaptés pour développer sourires. (Mali. 3 femmes. l’institution de microfinance a octroyé une somme de crédits atteignant les 70 milliards de francs CFA (plus de 100 millions d’euros). Mali Couleur Plan poitrine groupe d'enfants Non déterminé. Mali Couleur Gros plan Homme Non déterminé. Enfants regardent le photographe. regarde le photographe. foule derrière. un enfant. 2007) Homme Non déterminé. Femmes en situation de fête. Groupe de chasseurs. portrait. (Mali. 2007) Appelés à succéder à leurs parents dans les activités agricoles ou commerciales. Hommes montrent leurs armes et Non déterminé. Non déterminé. 2007) Directeur général de l’institution de microfinance la plus importante du Sud du Mali. Homme interviewé. à souligner la force de Kafo Jiginew. 2007) Les scènes de liesse populaire lors du 20ème anniversaire de Kafo Jiginew démontrent l’inestimable apport de la « banque des paysans » dans la vie quotidienne des habitants. Mali Couleur Plan taille Femmes au premier plan. Adama Sanogo a ouvert la caisse pionnière du réseau Kafo Jiginew. dont il est devenu ensuite le premier président. les enfants de micro15 enfants. femme.» (Mali. leur propre activité et générer des revenus. paysan illettré un banquier.

utilisées dans le matériel éducatif sur le Tiers Monde en . s’applique d’autant plus aux femmes qui sont davantage présentées comme des victimes dépendantes ou. ainsi que les réalités profondes des structures de ces pays avant la colonisation.. L’amélioration des images. La culture doit être présentée comme un levier du développement des peuples du Tiers Monde.1989 Code de conduite images et messages ayant trait au Tiers Monde La brochure représente un code d’images et de messages ayant trait au Tiers Monde et a été rédigée par et pour les ONG européennes qui sont les acteurs ou partenaires dans le processus de développement global. culturelle. pauvres. structurelles. Il faut souligner les problèmes de pouvoir et d’intérêts et dénoncer les moyens d’oppression ainsi que les injustices. Eviter les images catastrophes ou idylliques qui incitent plus à la charité limitée aux frontières de la bonne conscience qu’à la réflexion. sexuelle. culturel et économique doivent être présentées afin de préserver son identité culturelle et sa dignité. Les obstacles internes et externes au développement doivent apparaître clairement. Toute personne doit être présentée comme un être humain et des informations suffisantes permettant de cerner son environnement social.. religieuse. Le message doit veiller à éviter toute sorte de discrimination (raciale.). Les causes de la misère (politiques. La dimension de l’interdépendance et la notion de co-responsabilité dans le maldéveloppement sont à souligner.. 10. La capacité des gens à se prendre en charge doit être mise en relief.Annexe 5 Charte d’utilisation des images dans les ONG . il faut partir de la réalité d’aujourd’hui et voir ce qui peut être fait pour supprimer les conditions d’extrême pauvreté et d’oppression. Le message doit être conçu de façon à éviter toute globalisation et généralisation dans l’esprit du public. 2. naturelles)doivent être exposées dans le message qui doit amener le public à découvrir l’histoire et la situation réelle du Tiers Monde. 3. Les témoignages des personnes intéressées doivent être utilisés plutôt que les interprétations d’un tiers. 7. pire encore. La description de nos partenaires du Tiers Monde comme dépendants. sans pouvoir. Son but est d’inciter à une discussion sur les images et messages et d’encourager les ONG européennes à un examen de leur propre matériel. 5. 8. Le code consiste en 12 règles pratiques : 1. sont complètement oubliées dans le tableau. Conscients du passé. 4. socio-économique. 6. 9.

Annexe 6 – Code de conduite Concord Guide à la compréhension et à la mise en application du Code de conduite régissant la diffusion d’images et de messages Version provisoire Septembre 2008 1 .

Dans le domaine du développement. etc…) sur base de ce code de conduite. les différents membres d’une même organisation peuvent défendre certaines images et certains messages mais en rejeter d’autres. Les coûts relatifs à cette expertise externe pourraient être inclus dans le budget des programmes de sensibilisation soutenus par le MAE. au-delà des mouvements éventuels de personnel et de l’apparition de nouvelles organisations. Le but de ce Code de conduite est de fournir un support aux ONGs de développement qui souhaitent utiliser des images et des messages sur des thématiques liées au développement. ces objectifs entrent tous dans le champ d’application du Code. Les organisations qui adhèrent au Code s’engagent à sensibiliser leur personnel aux principes directeurs qui y sont édictés. ou institution de formation en ED. Le Code reconnaît que cet équilibre n’est pas toujours facile à trouver et que même les professionnels de la communication les plus expérimentés peuvent trouver difficile de faire passer des messages d’équité. Le Code pose un ensemble de principes directeurs dont les acteurs de la société civile pourront s’inspirer pour mieux choisir les images et les messages qu’ils intègreront à leurs documents de communication. Le Code en soi a vocation à « guider » tous ceux qui. Les ONG utilisent des images et des messages à différentes fins : • • • • • Pour informer via les médias ou les campagnes de sensibilisation Pour conscientiser via les activités d’éducation au développement Pour rendre les actions de l’ONGs visibles (notoriété/récolte de fonds) Pour peser sur les décisions des autorités concernées (plaidoyer/politique) Pour rendre des comptes (rapports) Légitimes et nécessaires. le respect et l’égalité. Le rapport de cette instance indépendante ne sera communiqué qu’à l’ONG concernée et pourra lui permettre d’améliorer ces outils et garantir les principes du code dans leur travail de communication. suivant l’usage qui en est fait. Les organisations de développement sont chaque jour plus conscientes que les images et les messages auxquels elles ont recours dans leurs campagnes de communication doivent être choisis avec discernement. nous avons également la responsabilité de défendre les valeurs que sont la dignité humaine. Parce qu’elles intègreront le Code à leurs processus de planification et de formation. S’il nous incombe de montrer fidèlement la grande détresse qui naît de la pauvreté. au sein des organisations de développement. les organisations inscriront son application dans la durée. des lieux et des situations dans les pays en développement peuvent avoir un impact considérable sur la perception et le comportement du public. la notion d’images et de messages « acceptables » varie énormément d’une personne à une autre et.Annexe 6 – Code de conduite Concord 1ère partie : Introduction Les images et les messages utilisés comme supports pour représenter des personnes. nous demandons aux signataires de s’engager à faire évaluer leurs documents de communication régulièrement par une instance privée (agences de communication. 2 . souhaitent participer à l’instauration de « bonnes pratiques » en matière de représentation des populations et des communautés au service desquelles nous nous mettons et des situations autour desquelles nous intervenons. Afin que ce code puisse être un outil de professionnalisation éthique. de solidarité et de justice dans un tel contexte.

articles.Annexe 6 – Code de conduite Concord Le Code ne se résume pas à une liste stricte de méthodes « correctes » et « incorrectes ». d’un dessin. Le présent document se veut être un outil d’accompagnement au Code de conduite et doit pouvoir aider les membres des ONG à appliquer les valeurs portées par ce dernier dans leur travail quotidien. de plaidoyer et de conseils en stratégie • La direction et les cadres des ONG qui appliquent les politiques générales de leur organisation • Les prestataires de services des ONG tels que les agences de publicité. y compris le personnel en contrat à durée déterminée • Le cas échéant. les panneaux d’affichage. parmi lesquels la presse. les graphistes. Images et messages peuvent être diffusés par le biais d’un grand nombre de supports. études de cas. Les messages incluent toute communication orale ou écrite. Les principaux acteurs concernés par le Code sont : • Les sujets des images et des messages ainsi que leurs communautés et leur pays • Le public ou les consommateurs cibles des campagnes de communication • Le personnel des ONG intervenant dans des activités de collecte de fonds. Internet. Ce guide explique les principes directeurs du Code en détails. de médias. à savoir les légendes. d’un dessin humoristique ou d’une vidéo. journalistes. interventions au cours de forums ou publicités représentant des personnes. d’éducation au développement. les brochures. la radio. grands titres. d’une illustration. les affiches. propose des exemples concrets pour leur application et suggère différentes méthodes de formation du personnel à leur mise en œuvre. tels que les éditeurs. les instances de contrôle (en matière d’égalité. etc. photographes et monteurs d’images. les SMS. de bénévolat. mais constitue plutôt un ensemble de principes directeurs voué à instaurer au sein de nos organisations une philosophie et un esprit sur la manière dont nous représentons les histoires et les situations des autres. Images et Messages Les images incluent toute représentation visuelle de personnes. les déclarations de presse. de situations et de lieux. des situations et des lieux. les prospectus.) 3 . qu’elle soit proposée par le biais d’une photographie. la télévision. les journalistes et les photographes • Les responsables des services de presse chargés de la communication d’images et de messages sur les pays en développement. les supports de marketing et la documentation interne. interviews télévisées ou radio. sous-titres. de communication. les interviews. les magazines.

Annexe 6 – Code de conduite Concord 4 .

l’égalité. Il est par conséquent important d’évoquer. L’égalité : La sélection des images et des messages diffusés doit être entreprise dans un souci rigoureux de respect de la diversité et de non-discrimination.Annexe 6 – Code de conduite Concord 2ème partie : Les principes directeurs en lumière Le Code est motivé par un engagement absolu pour les valeurs fondamentales suivantes : • le • la • la respect de la dignité des personnes concernées . Les principes directeurs qui sous-tendent le Code : 1. mais doivent plutôt nourrir un sentiment d’humanité commune. La justice : Le choix des images et des messages diffusés doit être systématiquement motivé par la recherche de la justice pour les personnes représentées. toute histoire a des antécédents. Représenter fidèlement chaque image et chaque situation. un contexte. de manière à ce que le public ait une perception exacte des situations qui lui sont suggérées. que ce soit dans leur contexte immédiat ou général. le contexte de chaque phrase et de chaque image. 2. conviction de l’égalité de tous les êtres humains . La solidarité : Il est important de communiquer sur le fait que nous travaillons de manière solidaire avec les populations des pays en développement et que nous ne faisons pas simplement la charité. de manière à permettre au public de mieux appréhender les réalités et la complexité du développement Toute image. reconnaissance du besoin de promouvoir l’équité. Choisir des images et des messages empreints des valeurs que sont le respect. Par exemple : 5 . dans la mesure du possible. la solidarité et la justice Le respect : Les personnes représentées ou citées doivent être considérées avec un respect constant – le respect de la vie privée et de la dignité de ces personnes passe avant tout. la solidarité et la justice. Les images et les messages diffusés ne doivent pas contribuer à perpétuer un réflexe « nous et eux ».

le seul critère induisant cette idée étant l’appartenance à ce groupe. sont fréquemment à l’origine de comportements discriminatoires. consultez les sujets. l’ensemble de votre support de communication sera ambigu. la plupart du temps péjoratifs et préjudiciables. les partenaires et la population sur le terrain. Les stéréotypes. 3. • Une référence complète du lieu. de même que leur utilisation peut entraîner des associations d’idées négatives. les noms des sujets (prénoms et noms.Annexe 6 – Code de conduite Concord • Evitez de recadrer les images. De manière plus légère. souriante. • Ne retouchez pas une image ou un message si cela implique la création d’un faux contexte. utiliser la photo d’une personne noire. essayez d’obtenir des renseignements auprès du photographe ou de l’auteur. par exemple lorsque la photo d’un enfant avec sa mère est recadrée uniquement sur l’enfant. Si les informations sont incomplètes. contribue à nourrir le stéréotype qui veut que tous les réfugiés soient noirs). • Evitez les photos qui ne permettent de citer que les noms des intervenants internationaux et excluent les noms des employés nationaux ou de la population locale. ils peuvent aussi exprimer une sagesse populaire dénotant une certaine vérité sur la réalité sociale. dans la mesure où il en résulte souvent une déformation de la réalité. 6 . Pensez que si vous suivez de bonnes pratiques pour sélectionner vos images mais que vous y joignez des messages qui ne vont pas dans leur sens ou ne viennent pas les compléter. lieu et date si possible). confortées par les stéréotypes portés par la société (ainsi. pour parler de la situation des réfugiés. qui s’est vue accorder l’asile. • Lors de la conception des supports de communication. un stéréotype est l’idée que l’on peut avoir des membres de certains groupes donnés. Éviter de recourir à des images et des messages susceptibles de favoriser les stéréotypes. la discrimination ou le sensationnalisme Qu’est-ce qu’un stéréotype? En quelques mots. le lieu où la photo a été prise. • Veillez à ce que le « respect de la dignité de la personne » ne se résume pas à un débat simpliste sur la diffusion d’images positives et négatives. Certaines images « positives » (comme par exemple la photo classique d’un ou de plusieurs enfants qui sourient) ne reflètent pas fidèlement la complexité et le contexte du développement. Recommandations pour un bon usage des images et des récits dans les campagnes de communication grand public Veillez à ce que les images intègrent les éléments suivants : • Une bonne légende qui décrive la situation.

la tendance à systématiquement remplacer l’image du « malheureux petit pauvre » par « l’heureux enfant souriant » dessert tout autant les campagnes de communication. 7 . de la presse. Il peut par exemple être utile de se mettre à la place du sujet et de se demander « souhaiterais-je voir cette image (de moi et/ou de ma famille) ou ce message utilisé comme support de marketing. ou encore de même profession ou classe sociale.Annexe 6 – Code de conduite Concord Les stéréotypes les plus communs sont formulés à l’encontre de groupes de personnes de même âge. « dans notre société. Le sourire de l’enfant : le nouveau stéréotype ? On ne peut que saluer le fait que de nombreuses organisations aient pris conscience de la nécessité de se repositionner vis-à-vis des images et des messages « négatifs » qui sont si souvent diffusés aujourd’hui. • Au premier contact. Ne pas exploiter d’images. nationalité. dans un pays étranger ? » Prendre des photos et se documenter : Recommandations à l’intention des traducteurs. du personnel des ONG et des intervenants de terrain • Veillez à ce que le traducteur ait lu le Code et en ait saisi l’esprit et à ce qu’il ait bien compris les implications potentielles du travail réalisé – ce qu’il n’est pas toujours possible de vérifier. Les nier serait contraire à l’esprit de ce Code. qui vise à dépeindre la réalité du quotidien. de collecte de fonds ou de communication pour une organisation. si les images d’extrême pauvreté et de détresse humanitaire diffusées sont bien souvent négatives. origine ethnique. Il est tout à fait possible de transmettre fidèlement des histoires et des situations négatives tout en adhérant aux valeurs et aux principes du Code de conduite. (et lorsque cela est possible). Ceux dont l’histoire ou l’image est utilisée doivent être avertis de l’usage qui va en être fait. bien souvent. avec sensibilité et respect pour la dignité humaine ». elles ne peuvent toutefois être ignorées. 4. des journalistes. il est indispensable de veiller à obtenir le consentement libre et éclairé du sujet. demandez la permission de prendre des photos et/ou de vous documenter sur l’histoire d’une personne. de messages ou d’études de cas sans le consentement exprès et la participation des sujets concernés (ou de leurs parents/ tuteurs) Avant même de saisir une image ou de se documenter sur une histoire. croyance religieuse. Comme le mentionne lui-même le Code. Ils peuvent également s’appuyer sur les caractéristiques d’un seul individu. orientation sexuelle. sexe. des photographes. Toutefois. Le Code reconnaît qu’il n’est pas toujours possible d’obtenir l’accord des sujets (dans le cas des foules par exemple) mais préconise de toujours se référer aux valeurs qu’il édicte.

Si la personne concernée n’a pas vraiment conscience de ce que cela implique. dissimulés).Annexe 6 – Code de conduite Concord • Expliquez que ces photos sont susceptibles d’être utilisées à la télévision. dans les cas d’avortement. dès que cela et autres signes distinctifs sont est possible. Dans les lieux privés. afin d’en assurer une orthographe correcte. en particulier dans les lieux publics. de diarrhée ou autres maladies…) 8 . dans le cas de personnes séropositives. etc. • Relatez une histoire vraie et représentative. d’une campagne utilisant l’image d’une célébrité). dans des publicités de journaux. quel que soit dans des lieux publics (les visages le contexte. • Demandez les noms exacts des sujets ainsi que du lieu où ils se trouvent. assurez-vous d’avoir au moins les noms du lieu et des sujets et l’autorisation de ces derniers. Les individus identifiables ou non. quel que soit le contexte. Dans des contextes médicaux. tuteurs ou exemple dans le cas du lancement enseignants des enfants. si des informations d’ordre personnel et privé apparaissent sur la photo ou dans les commentaires. de même qu’il convient de toujours faire en sorte de s’adapter aux différents contextes culturels. Les personnalités. en public (par Les parents. le personnel médical et les patients identifiables. d’infection TB. dans des publipostages. Les différentes situations susceptibles de se présenter : Il n’est bien entendu pas toujours possible d’obtenir la permission des personnes concernées. il est indispensable de disposer de l’accord de ce dernier. • En l’absence de traducteur. et notamment au domicile d’un sujet. Le consentement du sujet n’est Le consentement verbal Le consentement écrit du pas nécessaire du sujet est nécessaire sujet est recommandé Les individus non identifiables. prévoyez de montrer des exemples de campagnes de communication / de collecte de fonds de l’organisation sur lesquelles figurent des participants. Tout individu. Demandez à chaque sujet ou au traducteur d’épeler son nom et celui du village / du lieu / du camp. comme par exemple : • L’état de santé du sujet (par exemple. au milieu de foules ou en situation de conflit. porteuses du SIDA ou de MST.

• Le comportement santé du sujet (par exemple. Cette volonté doit impérativement être respectée. Veiller à ce que celles et ceux dont la situation est représentée aient la possibilité de transmettre eux-mêmes leur histoire Lorsque cela est possible.) • Une victime (de violences sexuelles.) ou les centres de services. 5.) • Un comportement criminel (par exemple. situations de guerre dans lesquelles demander l’autorisation de prendre une photo serait plus risqué pour le photographe et/ou pour le sujet que de la prendre directement. Les principes directeurs du Code devraient constituer le point de référence de toute décision. De même. etc. et il est tout à fait possible d’y parvenir sans pour autant se conformer au Code. Obtenir le consentement d’un sujet et/ou l’identifier sur une image sont seulement quelquesunes des modalités d’application du Code.) Remarque importante à propos du consentement : Notez qu’obtenir le consentement d’un sujet ne signifie pas systématiquement respecter le Code. demandez aux gens de raconter eux-mêmes leur histoire . Les histoires publiées devraient si possible être développées à la première personne : cela permet aux gens de réellement s’exprimer et de raconter leur propre histoire. Déterminer si les sujets souhaitent dévoiler leur identité ou non. notamment lorsqu’ils sont 9 . de viol. de cliniques ou d’autres manifestations. il n’est pas nécessairement pertinent d’identifier des enfants. sur les questions d’orientation sexuelle. Faire le récit de quelqu’un à sa place dénigre sa capacité à le faire et le place en situation d’infériorité. etc. de consommation d’alcool et de drogues. dans le cas de travailleurs du sexe. l’impression ou la perception de celui qui retransmet une situation n’est pas toujours objective. des auteurs de violences sexuelles ou d’actes violents.Annexe 6 – Code de conduite Concord Les Les foules (par exemple lors d’un directeurs/responsables de concert en plein air. Il conviendra d’éviter autant que possible ce genre de cas de figure. d’exploitation ou de sévices. etc. Ce dernier va bien au-delà du consentement et de l’identification des sujets et devrait être appliqué avant d’envisager la conception d’une image ou d’un message et non pas rétrospectivement. 6. etc. prendre note de leur volonté et toujours la respecter Les personnes photographiées ou dont l’histoire est relatée souhaiteront bien souvent garder l’anonymat pour des raisons de sécurité. de contraception.

Respecter la dignité de ceux qui transmettent leur histoire suppose également de veiller à la protection des personnes vulnérables. présentez-vous rapidement.Annexe 6 – Code de conduite Concord impliqués dans un sujet sensible (comme la violence à l’égard des femmes. voici quelques conseils : • Rédigez les formulaires de consentement à l’avance. Dans un contexte médical. Le consentement verbal : Lorsque cela est possible. Est-ce que vous m’autoriseriez à utiliser une photo de vous dans nos supports éducatifs et dans nos publications ? » • Si vous ne parlez pas la même langue. Le consentement écrit : En fonction des circonstances. obtenir un consentement écrit n’est pas toujours chose facile. demandez-lui de signer le formulaire de consentement d’une croix. Certains sujets sont sensibles dans la plupart des sociétés (comme par exemple l’avortement ou la prostitution). parlez au responsable de l’établissement avant de commencer à photographier les employés ou les patients. par exemple). S’il ne veut ou ne peut utiliser de stylo. traduisez-le oralement à vos sujets. ou choquante ? Renseignez-vous. Si votre organisation requiert toutefois le consentement écrit des sujets. abstenez-vous de prendre des photos. soyez courtois et expliquer l’objectif de votre visite ou la raison pour laquelle vous souhaitez les photographier. faites appel à un interprète. établissez une relation avant de commencer à prendre des photos. Si vous sentez la moindre réticence. la moindre des choses est d’obtenir leur consentement verbal. Par ailleurs. saluez d’un signe de tête. du dédain. des documents écrits risquent d’avoir peu de valeur – voire aucune – aux yeux de personnes parlant une langue différente. demandez-lui sa permission orale. • Si le sujet est illettré. une ONG qui œuvre à l’amélioration de la santé publique en [nom du pays]. • Si vous n’êtes pas en mesure de rédiger le formulaire de consentement dans la langue locale. communiquez par le biais du langage corporel. Formalisez le 10 . • Si vous voyagez avec quelqu’un qui maîtrise la langue locale. Conseils pour obtenir le consentement libre et éclairé des sujets La sensibilité culturelle : Soyez conscient du fait que la manière dont vous abordez les individus et les communautés locales va instaurer une relation qui peut avoir des répercussions durables sur les équipes de terrain et les futurs voyageurs. La photographie est-elle perçue comme agressive. • Identifiez un adulte qui puisse vous donner un accord verbal pour les enfants. de la confusion. Respectez le droit de chacun à refuser d’être photographié. Si nécessaire. Souriez. dans la langue parlée là où vous vous rendrez. Faites tout particulièrement preuve d’attention et de délicatesse lorsque vous photographiez des pratiques tabou ou des populations stigmatisées. Lorsque vous abordez les sujets de vos photos sur le terrain. et montrez votre appareil photo avant de l’utiliser. Avant de prendre des gens en photo et d’utiliser leur image à des fins non commerciales. Avant de partir vers une autre culture. demandez-lui de traduire votre demande d’autorisation de prendre des photos. Par exemple : « Je prends des photos pour [nom de l’organisation]. de milieux peu alphabétisés ou de cultures dans lesquelles la photo ou les publications en général ne sont pas communs. discutez avec vos collègues ou consultez un guide pour vous informer sur la manière dont cette dernière considère la photographie et les sujets que vous souhaitez aborder.

il est important de prendre ce qui suit en considération : • Encouragez la participation des enfants et des adolescents. ou n’en mentionnez aucun. spirituel et moral ainsi que sa santé physique et mentale. Les images et les messages représentant des enfants : Dans la mesure où ils sont les sujets les plus souvent représentés. • Photographier et utiliser des photos de populations vulnérables requiert une grande précaution et beaucoup de sensibilité. Pour protéger l’identité de ceux qui risquent de subir des représailles. informez les gens des actions positives entreprises par des enfants et des adolescents à l’échelon local. Dès que la situation concerne des enfants. • Evitez d’inventer de la vulnérabilité là où il n’y en a pas (par des images dévalorisant les enfants par exemple). notamment ceux qui visent à promouvoir son bien-être social. il convient de tenir compte de la situation particulière dans laquelle se trouvent les enfants et les adolescents. Par exemple : • Pour des photos dans un cadre médical. • Lorsque l’occasion le permet. et demandez au modèle de vous signer une décharge écrite. Dans les situations à hauts risques de ce genre. éditeur ou graphiste. Référez-vous à la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant ainsi qu’à celle sur les droits de la femme pour avoir une base juridique sur les retouches d’images à des fins de protection des sujets. » Lorsque l’application du Code concerne des enfants. faites appel à un modèle plutôt qu’à un patient réel. en leur permettant de s’exprimer librement et de transmettre des informations et des idées de tout genre. conformez-vous aux normes énoncées dans la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). vous vous devez de prendre d’autres mesures que le simple consentement pour protéger la vie privée des sujets lorsqu’ils sont photographiés dans des situations délicates. des réactions violentes ou un rejet de leur communauté suite à leur témoignage.Annexe 6 – Code de conduite Concord consentement en présence d’un témoin qui sache lire et écrire. qui puisse signer ou contresigner le document et confirmer que le formulaire a bien été lu au sujet. L’Article 17 de la CDE note que « les États parties reconnaissent l'importance de la fonction remplie par les médias et veillent à ce que l'enfant ait accès à une information et à des matériels provenant de sources nationales et internationales diverses. • Engagez-vous auprès des enfants et des adolescents pour mieux apprendre d’eux. 7. national et international. 11 . Se conformer aux normes les plus strictes en matière de droits de l’homme et de protection des personnes les plus vulnérables En tant que photographe. il convient parfois d’omettre les informations personnelles les concernant. les porteurs du virus VIH ou du sida et les personnes vivant avec un handicap. retouchez vos photos. • Si la protection de vos sujets l’impose. utilisez de faux noms. Ces indications sont également valables dans le cas d’autres groupes vulnérables tels que les femmes (dans certaines situations).

Notez que les principes énoncés dans le Code doivent s’appliquer à toutes les activités de votre organisation . Il est également important d’évaluer le degré d’assimilation du Code dans l’organisation – par exemple en estimant le niveau général de connaissance du Code. 3(b) La formation Chaque organisation se doit de veiller individuellement à ce que son personnel soit suffisamment formé et instruit sur le Code et ses principes directeurs. former son personnel à l’utilisation des images et des messages. mettre en place un mécanisme de remontée de l’information par le biais duquel le public pourra émettre des commentaires sur la façon dont votre organisation met le Code en application. Il est donc fondamental que tous les employés y soient sensibilisés. Chaque organisation déterminera la méthode de formation et de partage d’informations qui lui conviendra le mieux. qu’ils en comprennent les valeurs et les principes intrinsèques et surtout. le Code ne sera cependant efficace que s’il est appliqué par tous. de forums interactifs. Les organisations étant toutes différentes les unes des autres. Toute organisation signataire du Code doit s’assurer que l’ensemble de sa structure ait intégré ce dernier. Connaître ces informations vous permettra d’adapter vos programmes de formation et de les rendre les plus pertinents possibles pour vos employés. fournisseurs et prestataires de services. de tables rondes ou encore de tableaux d’affichage.Annexe 6 – Code de conduite Concord 3ème partie : La mise en application du Code et la formation 3(a) La mise en application du Code En signant le Code de conduite. S’il est important que les instances dirigeantes se l’approprient. votre organisation s’est engagée à : vulgariser son existence auprès du public. 12 . faire évaluer ses documents de communications par une instance indépendante tous les deux ans sur base des principes directeurs du Code. de séminaires. chacune devra prendre soin de définir la meilleure méthode pour communiquer sur le Code en fonction de ses activités et de ses besoins. le contenu de la formation devra donc être élaboré en conséquence. qu’ils aient conscience de son impact sur leur travail quotidien. de l’ensemble de ses partenaires. S’engager à tenir compte des recommandations de cette instance partager son expérience de la mise en œuvre du Code avec les autres organisations signataires. ou encore la perception que les employés en ont. que ce soit par le biais d’ateliers. d’exposés. signaler son engagement pour de meilleures pratiques en matière de communication d’images et de messages dans chacun de ses communiqués publics.

Annexe 6 – Code de conduite Concord Le cercle peut vous accompagner dans cette démarche et propose en plus des formations générales de promotion du code au sein des ongs. • Le Code ne concerne pas que le service communication de votre organisation – il est transversal et implique tous les niveaux et toutes les fonctions de votre organisation. sur lesquels chacun aura un avis différent. Quelques suggestions d’objectifs de formation • Aider à mieux comprendre comment et pourquoi les images et/ou les messages peuvent influencer nos comportements et comment ils sont souvent conçus / manipulés pour induire une réponse particulière. • Essayez d’intégrer des images et des messages de votre propre organisation dans votre programme de formation . • Comprendre la signification et l’application pratique des Principes directeurs du Code de conduite régissant la diffusion d’images et de messages. • Il n’existe ni bonnes ni mauvaises réponses. le Code et son application n’en seront que plus concrets pour les participants. qui vous aidera dans le choix des images et des messages que vous diffuserez. • Déterminez qui doit recevoir une formation et dans quel ordre. Il ne s’agit pas d’instaurer une « police du Code » ! Ainsi nous encourageons les ONGs à faire évaluer leurs documents de communication par une instance indépendante. un accompagnement individuel pour chacun de ses membres. • Etudier la signification des images et des messages au niveau personnel et dans le contexte du Code de conduite (en vous référant au travail de votre organisation). Le Code formule un ensemble de valeurs et de principes directeurs. • Sous quelle forme sera effectuée la formation ? • Quand se déroulera la formation ? • Où se déroulera la formation (sur place ou à l’extérieur) ? Les messages clés de vos programmes de formation • L’adhésion au Code relève de la responsabilité de TOUS. Il est donc important de toujours veiller à respecter « l’esprit du Code ». Quelques consignes à observer pour concevoir votre programme de formation au Code • Pensez à effectuer une Analyse des Besoins de Formation avant de concevoir votre programme de formation. Les résultats de cette évaluation ne seront pas publiés et resteront un outil interne qui vise à améliorer les pratiques éthiques de l’ONGs. • Identifiez qui se chargera de la formation (un intervenant interne ou externe). 13 . Remarque: Il conviendra d’adapter ces suggestions aux besoins de votre organisation pour favoriser une bonne application du Code.

Les organisations peuvent également prévoir d’intégrer la formation relative au Code à leurs programmes de formation générale des nouveaux employés. Les termes de référence relatifs à ce groupe pourraient être distribués à tout le personnel. d’assurer une mise à jour permanente du contenu de la formation. un groupe de révision peut par exemple être instauré. En fonction de vos besoins. Ils pourraient ensuite suivre une formation plus détaillée. Un groupe de médiation représentatif de l’ensemble de l’organisation peut également être créé qui examinerait les cas litigieux d’application du Code. qui serait composé d’un représentant par département.Annexe 6 – Code de conduite Concord Suggestion de contenu pour la formation • Introduction • Que comprenons-nous par images et messages ? • Quels exemples pouvons-nous trouver dans l’organisation et dans quel but sont-ils utilisés ? • Etude de cas sur les principes directeurs • Point de vue du Sud sur les images et les messages • Comment l’organisation gère-t-elle les différences potentielles de point de vue sur les images et les messages ? • Comment l’organisation saura-t-elle qu’elle exerce de bonnes pratiques en matière de diffusion d’images et de messages ? • Suivi des actions entreprises et planification de l’évaluation par le biais de l’outil d’audit interne • Evaluation des cours proposés La formation continue Après la formation. Les mécanismes de révision des documents Dans le cadre de la formation que fournira votre organisation. ou encore de créer un forum sur lequel les membres du personnel peuvent librement discuter et débattre sur les différents aspects du Code. de faciliter le débat sur l’application du Code et d’arbitrer en cas de désaccord. il est également important de prévoir des mécanismes permanents de discussion et d’analyse des images et des messages diffusés. votre organisation s’est également engagée à mettre en place des procédures grâce auxquelles le public pourra transmettre ses commentaires sur le Code. il est essentiel que les employés aient les moyens de continuer à assimiler le Code et de débattre de ses répercussions sur le personnel et sur l’organisation. il peut être utile. Les commentaires du public En tant que signataire du Code. par exemple. Ce groupe serait chargé de sensibiliser les autres membres du personnel au Code. Pour mieux sensibiliser le public au Code et communiquer sur l’engagement de votre 14 . Pour alimenter un débat continu. Cela permettrait à tous les employés de bien appréhender les bases du Code dès le début et de l’avoir à l’esprit lorsqu’ils démarrent à leur poste.

ce pense-bête vise à susciter une réflexion plus approfondie sur les choix pratiques et leurs éventuelles alternatives. Quelques mesures à envisager: • Organiser des séminaires et des stages de mise à jour • Intégrer une formation au Code à la formation générale des nouveaux employés • Développer des mécanismes de consultation des partenaires • Créer une base de données d’images classées et annotées correctement • Proposer des informations sur le Code sur le site Internet de votre organisation • Encourager le personnel à participer à la révision annuelle de la mise en œuvre du Code • Former les prestataires de services tels que les photographes. Merci d’envoyer vos commentaires à Code@votreorganisation. qui devront être concertées en interne. les graphistes et les reporters • Assurer une large distribution du Code. Rapport rédigé par Dóchas Development Education Group. les lieux et les situations ? Ces questions ne sont pas mutuellement exclusives . les images fixées au mur. etc. Le cadre de travail Les conditions de travail de votre propre organisation constituent un autre élément important du Code de conduite : le cadre de travail de votre bureau reflète-t-il les principes directeurs du Code – la décoration. du guide et de tout autre document nécessaire. 15 . ? Pense-bête de dernière minute Avant de décider de diffuser une image ou un message. Publication : avril 2008 et adapté par le Cercle de coopération pour le contexte luxembourgeois : septembre 2008.org ». nous vous recommandons d’indiquer la déclaration suivante sur votre site Internet ainsi que sur tous les supports de communication qui le justifient : « [Nom de votre organisation] a signé le Code de conduite régissant la diffusion d’images et de messages.Annexe 6 – Code de conduite Concord organisation. Promouvoir le Code en interne Promouvoir efficacement le Code au sein de votre organisation requiert la mise en place d’un certain nombre de mesures. posez-vous les questions suivantes: • La diffusion de l’image et/ou du message choisi est-elle conforme aux valeurs fondamentales de respect de la dignité des autres ? • Les personnes directement concernées par cette image et/ou ce message trouverontelles qu’elles y sont représentées de manière juste et réaliste ? • Tous les sujets de l’image et/ou du message ont-ils donné leur accord à cette utilisation de leur image/histoire? • La diffusion de cette image et/ou de ce message risque-t-elle d’offenser ou de blesser quelqu’un ? • L’utilisation de cette image et/ou de ce message contribuera-t-elle à véhiculer des stéréotypes culturels ou raciaux sur les gens.

12.172 rue Joseph II. BELGIQUE.html .Annexe 5 Charte d’utilisation des images dans les ONG . Lorsqu’une ONG.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-1053. passe aussi par le changement des images projetées sur les femmes au Tiers Monde. organisations ou entreprises privées). dans le cadre d’une collecte de fonds. Les partenaires du Sud doivent être consultés pour l’élaboration de tout message.Fax (19)32 2 231 14 13 . B-1040 BRUXELLES. fait appel à d’autres partenaires (institutions. Il serait opportun de faire mention du Code dans le(s)contrat(s)de sponsoring conclu(s)entre l’ONG et son/ses partenaire(s).Belgique Disponible sur : http://base.d-p-h. 1989 Réseau Sud Nord Cultures et Développement . elle doit veiller à ce que les recommandations du présent Code soient respectées de toutes parts. Tel (19)32 2 230 46 37.1989 général. Notes Dépliant Source NGO EC LIAISON COMMITTEE. 11.

6 Nous nous engageons à former notre personnel à l’utilisation des images et des messages. 28-29 novembre 2008 L’implémentation du Code de Conduite Régissant la Diffusion d’Images et de Messages Points de l’implémentation Nous vulgariserons l’existence de ce Code auprès du public et de l’ensemble de nos partenaires et mettrons en place un mécanisme de remontée de l’information 1 ouvert à tous. Nous signalerons notre engagement pour de meilleures pratiques en matière de communication d’images et de messages dans chacun de nos communiqués 2 publics. Luxembourg. par le biais duquel chacun pourra émettre des commentaires sur l’exécution du Code ou user d’un droit de question sur l’application que nous en faisons. Comment? Qui? Materiel Deadline Nous stipulerons notre adhésion au Code dans les principes directeurs de notre 4 organisation et veillerons à ce que nos instances dirigeantes se chargent de le mettre en application et de s’y conformer. Nous acceptons de nous réunir chaque année avec les autres organisations 7 signataires afin de partager notre expérience de l’utilisation et de la mise en œuvre du Code. nous nous engageons à procéder à une évaluation annuelle de notre communication publique. site Internet. prises de position. brochures et autres supports de communication) 3 Conformément aux principes directeurs du Code. documents de gouvernance. . en veillant à mentionner la déclaration suivante sur tous les supports de communication qui le justifient (rapports annuels.Illustrer le travail de nos partenaires par la photographie dans le respect du code de conduite sur les images. des prestataires de services et des médias travaillant avec notre organisation adhère au Code. 5 Nous veillerons à ce que chacun des fournisseurs.

2.1. sélectionner les fournisseurs dans des conditions objectives et transparentes .2. 3. 2.3.1. du type et du règlement des plaintes des donateurs. à une réponse rapide et honnête à leurs demandes d’information . à une attestation officielle de leur don dans un délai raisonnable . 2.1.4.5. mettre en place un mode de gestion des plaintes et à informer au moins annuellement l’organe de direction du nombre. 2. ne pas accorder aux salariés des organismes adhérents le droit de vote ni le droit d’être élu à l’organe statutaire compétent de l’organisme en question. Une gestion désintéressée Les organismes adhérents s’engagent à: 2. ne pas attribuer de l’actif aux sympathisants de l’organisme adhérent et leurs ayants droit . 1. ne pas distribuer directement ou indirectement des bénéfices . mettre en place des procédures et des contrôles permettant d’assurer la pertinence et l’efficacité de leur gestion .2. 3. 1. ne pas rémunérer les fonctions d’administrateurs . 1. Les droits des donateurs Les donateurs ont droit: 1. Une gestion rigoureuse Les organismes adhérents s’engagent à: 3. à une réponse appropriée et rapide en cas de réclamation.Annexe 8 Code de bonne conduite des A CTI ON POU R LE DÉ VELOPP EM ENT CCPLLULL: IBAN LU 22 1111 0055 5526 0000 organismes faisant appel à la générosité du public Ce Code de bonne conduite définit six engagements que les organismes adhérents entendent respecter. au respect de l’affectation des fonds . à une information complète concernant le don sollicité . 3. 1/2 .3.4. 1.3. 1. 2.

1. n’accorder aucun avantage direct ou indirect proportionnel aux fonds collectés aux personnes apportant leur concours aux opérations de collecte de fonds . ne mettre en œuvre que des modes de collecte de fonds respectueux des donateurs . 6. le compte de profits et pertes ainsi que l’annexe et à établir. 5. 5. Pour le Conseil d’administration de SOS Faim asbl. louer. 6. Des actions de communication irréprochables Les organismes adhérents s’engagent à: 4. précise et objective . se faire contrôler leurs comptes annuels par un réviseur d’entreprises désigné par l’organe statutaire compétent .4. 5. le rapport de gestion et le rapport du réviseur d’entreprises à disposition des donateurs à leur siège. tenir les comptes annuels. donner au public et à leurs donateurs une information fiable. Monique Kieffer-Kinsch Présidente 2/2 . à la fin d’un exercice social. tenir une comptabilité régulière. 5.3. ni inciter à la violence . 5. Des actions de collecte de fonds irréprochables Les organismes adhérents s’engagent à: 5. partager ou échanger leurs listes de donateurs. et ne pas exploiter abusivement l’image de la détresse humaine. Lors de sa réunion du 27 mars 2007.Annexe 8 4. 6. loyale. régler par convention écrite toute collecte organisée par un tiers rémunéré et à en informer le public .2. à établir leurs comptes annuels comprenant le bilan. le Conseil d’administration de SOS Faim Luxembourg – Action pour le développement asbl a approuvé à l’unanimité le présent Code de bonne conduite des organismes faisant appel à la générosité du public.2. respecter la dignité des bénéficiaires . ne pas vendre.3. mettre à la disposition des donateurs un rapport des activités de l’année écoulée comprenant notamment la somme des fonds recueillis lors des actions de collecte de fonds auprès du public et leur affectation.2. un budget prévisionnel pour l’exercice social subséquent . ne se procurer des moyens financiers nécessaires qu’avec droiture et qu’avec des dépenses justifiables .5. 4.3. 4. Transparence financière à l’égard des donateurs Les organismes adhérents s’engagent à: 6.1.1. ni cautionner une forme quelconque de discrimination.

DOSSIER DE PRESSE | Exposition MICROFINANCE CÔTĒ FACE 50 PHOTOGRAPHIES DE GUY WOLFF/ADA | 12.09 AU 21.10 2008 | ABBAYE DE NEUMÜNSTER .

10 2008 – 22.10 2008 1.09 22.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.10 2008 MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.10 2 . COMMUNIQUÉ DE PRESSE MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.09 – 21.09 – 22.

tel est le titre de l'exposition de 50 photographies de Guy Wolff. On dit aussi que c'est parce qu'ils ne travaillent pas. pères et mères de famille. Marcelline.10 2008 COMMUNIQUÉ DE PRESSE « Microfinance côté face » La microfinance comme vous ne l’avez jamais vue… On dit parfois des Africains qu'ils ne travaillent pas. travaillent sans relâche pour sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Ablassé et tant d'autres? Ces clients de la microfinance. à Luxembourg. Odjouma.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12. 3 . Si c'était vrai. alors comment expliquer le quotidien de Maïmouna. certains parviennent à survivre et à améliorer leurs conditions de vie.09 – 21. visible du 12 septembre au 21 octobre 2008 au Cloître du Centre culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster. d'autres bâtissent de véritables entreprises. • «Microfinance côté face ». Avec le coup de pouce du microcrédit. qu'ils sont pauvres.

MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.09 – 21. Avec l'exposition "Microfinance côté face". • Organisée par ADA en collaboration avec l'ABBL et le CCR Abbaye de Neumünster. Guy Wolff est parti à la rencontre de micro-entrepreneurs du Burkina Faso et du Mali pour nous plonger au cœur d'un système de lutte contre la pauvreté encore méconnu du grand public. une Afrique qui travaille. le photographe luxembourgeois met en lumière une facette encore peu explorée d'une Afrique courageuse et motivée. cette exposition de 50 photographies tout en couleur sera également exportée à Ouagadougou (Burkina Faso). un réseau d’institutions de microfinance qui touche une famille sur quatre en Afrique de l’Ouest. et avec le soutien de la Coopération luxembourgeoise. .10 2008 COMMUNIQUÉ DE PRESSE « Microfinance côté face » La microfinance comme vous ne l’avez jamais vue… • Photojournaliste au Luxembourg et auteur de l'exposition "Regards sur le Rwanda". et 3 partenaire de longue date d’ADA. Bamako (Mali) et Dakar (Sénégal) via les membres de la Confédération des institutions financières (CIF).

AUTOUR DE L’EXPOSITION MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.10 2008 2.09 – 22.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITIO PHOTO | 12.09 – 22.10 2008 4 .10 2008 MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.09 – 22.

09 – 21. rue Münster. ouvert de 11 heures à 18 heures • Visites guidées gratuites sur demande: therese@microfinance.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12. 28.lu 5 .10 2008 AUTOUR DE L’EXPOSITION MICROFINANCE CÔTÉ FACE • 50 photographies de Guy Wolff/ADA • Du 12 septembre au 21 octobre 2008 • Cloître du Centre culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster. L-2160 Luxembourg • Entrée gratuite.

MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12. • Les prises de vue Les clichés ont été pris en octobre 2007 lors d’une mission au Burkina Faso et au Mali. et d’offrir une visibilité aux partenaires d’ADA en Afrique de l’Ouest. Ce partenariat accentue l’implication de la place financière du Luxembourg en matière de microfinance. • Le partenariat avec l’ABBL L’ Association des Banques et Banquiers. Luxembourg (ABBL) constitue le partenaire privilégié du projet. Il a pour objectif à la fois de faire connaître la microfinance à un large public au niveau du Luxembourg et de la GrandeRégion.10 2008 AUTOUR DE L’EXPOSITION • Contexte et objectifs du projet • La sensibilisation L’exposition « Microfinance côté face » est un projet de sensibilisation mené par ADA. à laquelle a pris part le photographe Guy Wolff à titre bénévole. 6 . Ce dernier a cédé les droits d’exploitation des images à l’association ADA.09 – 21. Ce projet bénéficie de l’appui financier de la Coopération luxembourgeoise.

celle qui entreprend • Les coulisses. 6 .10 2008 AUTOUR DE L’EXPOSITION • Le titre: « Microfinance côté face » • L’autre face de l’Afrique. le côté qu’on ne voit pas • Les portraits. un levier économique. pour les micro-entrepreneurs) -> Amener la microfinance aux gens qui n’ont pas l’occasion d’aller voir sur place ce qui se passe. afin de mieux comprendre comment ça marche.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12. les visages (des micro-entrepreneurs) • Jeu de mot avec la pièce de monnaie (la micro-entreprise est un gagnepain.09 – 21.

la Grande-Duchesse depuis juillet 2007 ADA est membre-fondateur de Luxflag et de la Plateforme européenne de microfinance (e-MFP). Asie ou Amérique latine • Notre mission Professionnalisation des services des institutions de microfinance. 6 .A. l’organisation non gouvernementale (ONG) ADA offre de l’assistance technique et/ou financière à 25 institutions de microfinance situées en Afrique.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.09 – 21. innovation des produits microfinanciers et knowledge management • Haut-Patronage ADA bénéficie du Haut Patronage de S.R. et membre d’Etika.10 2008 AUTOUR DE L’EXPOSITION • ADA • Qui sommes-nous? Créée 1994 à Luxembourg.

9 million de clients • Réseau des caisses populaires du Burkina Faso (FCPB) -> 520 000 clients (2007) • Au Mali • Kafo Jiginew -> 235 000 sociétaires (2007) • Nyèsigiso -> 140 000 sociétaires (2006) • Soro Yiriwaso -> 50 000 sociétaires (2006) 6 .09 – 21.10 2008 AUTOUR DE L’EXPOSITION • Les partenaires en Afrique de l’Ouest ayant contribué au projet • Au Burkina Faso • Confédération des institutions financières (CIF) -> 1.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.

en collaboration avec le CCRN 18 .: (+352) 47 08 95 1 • Organisé par ADA avec le soutien de la Coopération luxembourgeoise.09 – 21.luxembourgticket.09.lu – Tél.10 2008 SOIRÉE DE VERNISSAGE • concert BASSEKOU KOUYATÉ & N’GONI BA • 24.08 à 20 h 30 • Salle Robert Krieps • Tarif: 25 euros •Billetterie: www.lu ticketlu@pt.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.

sept. Ouvrage paru dans le cadre de l’exposition photos « microfinance côté face ».: +352/45 68 68 45. Prix: 10 euros. Editions Karthala.lu 23 . Portraits de microentrepreneurs et plongée au cœurs des institutions de microfinance du Burkina Faso et du Mali. Prix: 25 euros. Editeur: ADA. Ces ouvrages sont disponibles à la Maison de la microfinance.09 – 21. adainfo@microfinance. Tél.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.10 2008 PUBLICATIONS MICROFINANCE CÔTÉ FACE LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L’OUEST: HISTOIRES ET INNOVATIONS Travail de mémoire réalisé par les cadres et responsables de six réseaux d’institutions de microfinance d’Afrique de l’Ouest. 2008. 2008.

10 2008 MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.10 2008 1 .MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.09 – 22.09 – 22.09 – 22. RENSEIGNEMENTS PRATIQUES MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.10 2008 6.

petite restauration possible à la brasserie Neumünster Tél.ada@microfinance.10 2008 RENSEIGNEMENTS PRATIQUES • Visites guidées gratuites et personnalisées avec un expert d’ADA: .lu Tél.: +352 45 68 68 29 4 .pour vos amis ou votre entourage groupes de 5 à 20 personnes.ada@microfinance.09 – 21.lu • Adresse CCRN 28 rue Münster. L-2160 Luxembourg (Parking souterrain du Saint-Esprit) • Contact presse : Marion Bur marion.pour votre personnel .: +352/45 68 68 1 ou envoyez un mail à therese.MICROFINANCE CÔTĒ FACE | EXPOSITION PHOTO | 12.

outil de développement contre la pauvreté et la faim.A CTI ON POU R LE DÉ VELOPP EM ENT CCPLLULL: IBAN LU 22 1111 0055 5526 0000 Sos Faim – Action pour le Développement présente l’exposition ‘Le Bonheur est dans le prêt’ Exposition autour de la microfinance rurale.sosfaim.org . www.

les ¾ sont des ruraux dont l’existence dépend de l’agriculture. et la microfinance. Dans le cadre de ce travail. Sos Faim a pour objectif de lutter contre la faim.sosfaim. Sos Faim a présenté l'exposition 'Le bonheur est dans le prêt'. Sos Faim est une organisation non gouvernementale de développement. Nous souhaitons dorénavant en faire profiter le plus grand nombre possible au Luxembourg et dans la Grande Région. réalisée par un jeune photographe luxembourgeois prometteur. Pour ce faire. Ce dossier a pour objectif de décrire l'exposition tant au niveau de son contenu que sur des aspects techniques. Patrick Galbats.org . www. d'abord en assurant un accès à des financements aux agriculteurs et leurs familles (microfinance) et en appelant à plus d'investissements financiers de la part des Etats pour l'agriculture familiale (rôle de plaidoyer des organisations paysannes). Le deuxième axe de travail de Sos Faim est l'information. la sensibilisation sur les thématiques de la lutte contre la faim dans le monde. à l'Abbaye de Neumünster du 30 octobre au 27 novembre 2009. le soutien à l'agriculture familiale.o Sos Faim Fondée en 1993. Il apparaît essentiel que l'agriculture familiale soit soutenue. l'organisation soutient des partenaires en Afrique tels que des organisations paysannes et des institutions de microfinance en milieu rural. Pourquoi cet axe de travail ? Force est de constater que parmi le milliard de personnes souffrant de la faim dans le monde. indépendante et agréée par le Ministère des Affaires Etrangères luxembourgeois.

exposition sur la microfinance rurale en Ethiopie. Buusaa Gonofaa fournit des services de microcrédit et d’épargne aux ménages pauvres pour améliorer leur niveau de vie : femmes. Ce registre donne des indicateurs sociaux afin de connaître au mieux la situation sociale des clients. Les photographies emmènent dans un voyage au coeur de la région Oromo. Sos Faim soutient Buusaa Gonofaa dans le développement de son activité de crédit ainsi que dans son programme de mise en place de caisses en zones rurales isolées. Prix Européen de la Microfinance en 2008. Actuellement plus de 38. dans laquelle travaille notre partenaire Buusaa Gonofaa. afin de connaître au mieux ses clients et d’améliorer ses services. La mise en place de ce projet de registre local a valu à Buusaa Gonofaa le Prix Européen de la Microfinance en 2008. En juillet 2007.o ‘Le bonheur est dans le prêt'. institution de microfinance éthiopienne. régulièrement frappées par la sécheresse et l’insécurité alimentaire. l’IMF met sur pied son projet de registre social. Cela récompense les efforts de l’IMF dans le domaine de la performance sociale et de son approche de la microfinance en milieu rural.org . jeunes sans terre et petits agriculteurs sont particulièrement visés par les activités de l’institution de microfinance. A travers l'expérience de Buusaa Gonofaa. Sos Faim a souhaité montrer le côté humain de la microfinance comme outil de développement. mais les données seront effectives et informatives à long terme. www.sosfaim.000 personnes sont clientes chez Buusaa Gonofaa : 80% d’entre elles sont des femmes et 75% vivent à la campagne. Présentation de Buusa Gonofaa : Buusaa Gonofaa est une institution de microfinance (IMF) engagée depuis 1999 dans la mise en place de caisses villageoises d’épargne et de crédit dans la région d’Oromo afin de toucher les populations rurales de cette zone.

le financement de l’agriculture familiale constitue un axe d’appui prioritaire. Romain Girtgen. En 2006 il reçoit le prix pour jeunes artistes de la « IKB Stiftung ». Patrick Galbats est né le 8 mai 1978 à Luxembourg. Il continue à s’intéresser sans cesse à la face cachée de son pays natal. En 2007. la microfinance ne saurait à elle seule éradiquer la misère. SOS FAIM ne cherche pas à vanter les vertus de l’endettement mais à attirer l’attention sur l’un des moyens de lutte contre la pauvreté rurale des pays en voie de développement. il continue sur la grande région. Patrick Galbats s’inscrit pour trois ans à l’Ecole Supérieure de l’Image « Le 75 » à Bruxelles. Les initiatives comme celles de Buusaa Gonofaa doivent impérativement être accompagnées de politiques agricoles ambitieuses et de politiques commerciales autorisant des mesures de protection aux agricultures en phase de démarrage. à l’initiative de l’association « Surfaces sensibles ». Ces images sont exposées en permanence au MHVL. la France et la Belgique. Depuis 2005 il travaille sur la région transfrontalière entre le sud du Luxembourg. nous vous invitons à découvrir les visages qui se cachent derrière les chiffres. Le Centre National de l’Audiovisuel publie en 2004 ses images dans sa collection « Découvertes Jeunes Talents ». C’est à ce titre que SOS FAIM encourage l’élaboration d’offres financières adaptées aux spécificités agricoles et soutient la promotion de la microfinance. En 2003. le nom de sa monographie. Pour SOS FAIM. les formations et les synergies entre les institutions de microfinance.sosfaim. Après ses années au Lycée Technique des Arts et Métiers à Luxembourg. en participant au projet « Le nouveau paysage familial ». Toujours étudiant à Bruxelles il photographie en 2001 pendant quelques mois au Centre Pénitencier de Luxembourg. De 2002 à 2006 il travaille pour la « REVUE ». afin de se lancer en 2007 en tant que photojournaliste indépendant. DOïNA . dix artistes travaillent sur la grande région. et les toxicomanes de la gare de Luxembourg (exposé dans les rotondes de la Gare Centrale). les crédits proposés par Buusaa Gonofaa sauvent des familles de la misère et de l’endettement auprès des usuriers locaux qui prospèrent en tous lieux où les services bancaires sont absents. www. Dans sa troisième et dernière année au « 75 » il fréquente les bars africains de Schaerbeek afin d’y tracer un portrait presque intime d’une autre société belge que celle qu’on pense connaître. il engage un travail sur les S. et réalisé par Patrick Galbats.o Contenu de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’ Loin des crédits de consommation qui menacent d’endettement les ménages occidentaux. Pour autant. L’année passée. A travers le travail de Patrick Galbats.D. il part pour une organisation humanitaire en Haïti et revient après trois semaines avec un reportage photo qui fut exposé en novembre 2004 à la Kulturfabrik.F. Également en 2007. à Lagos au Nigéria pour y rencontrer des demandeurs d’asile expulsés du Luxembourg. Dans la même année. Ses photos ont été publiées dans plusieurs journaux hebdomadaires ainsi que dans la « REVUE ». Jeanine Unsen et Roger Wagner. il participe à la mission photographique « Deep South ». il part une semaine avec le journaliste Stefan Kunzmann. commandité par « Sentiers Rouges ». Une première exposition avec présentation du catalogue a eu lieu en décembre 2007 à la Galerie Nei Liicht à Dudelange.org . en 2008. Ainsi le Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg (MHVL) lui a demandé d’exécuter deux séries de photographies aux sujets de la précarité et de la pauvreté à Luxembourg même. montre le fruit de trois voyages en Roumanie (2001-2003). En choisissant d’intituler son exposition Le bonheur est dans le prêt. L’exposition a eu lieu en juin 2007 à la Galerie Poirel à Nancy et en septembre 2007 à la Galerie Terres Rouges à Eschsur-Alzette.

sosfaim. grâce à l’obtention de microcrédits.org . propriétaire de son affaire. Séance de formation pour les futurs clients de Buusaa Gonofaa www.o Quelques aperçus de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’ Rencontre entre un groupe de femmes et l’agent de crédit pour le remboursement du microcrédit Un tailleur.

Accrochage : o Un système d’accrochage en aluminium est prévu (structure en aluminium avec des trous) - - Mise à disposition gratuite de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’ sur simple demande. o Contact : Sos Faim – Action pour le Développement 88.org www.org Chloé Kolb. et sont fixées sur du Dibond de 2mm. rue Victor Hugo L-4141 Esch-sur-Alzette Tél. Responsable de l’information 49 09 96 -27 chloe.o Données techniques de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’ 39 photographies dont : o 35 photos au format 50cm x 50cm o 4 photos au format 84cm x 120cm Support : o Les photographies ont été tirées en argentique. : 49 09 96 Fax : 49 09 96 28 www.sosfaim.sosfaim.kolb@sosfaim.org .

LUX EMBOURG Rapport d'activités SOS FAIM 20 09 Action pour le développement Association sans but lucratif .

.

.

.

.

.

.

. institutions de microfinance et organisations paysannes. 2 Au BuRkInA FASO. le soutien à nos partenaires burkinabé s’est avéré encore plus nécessaire. PARtEnARIAtS Sos Faim et ses partenaires : Une vision partagée du développement En 2009. Sos Faim a poursuivi son soutien à ses partenaires africains. dont le but est la réduction de la pauvreté. éPARgnE Et cRédIt Au SERvIcE du MIlIEu RuRAl SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 4 Sos Faim a poursuivi en 2009 son partenariat avec le Réseau de Caisses Villageoises.4%). Dans ce contexte. . Sos Faim et ses partenaires du Sud travaillent ensemble. . Les résultats sont très encourageants : le nombre de caisses a augmenté (+3%). RENACA.renforçant et améliorant la diversification de la fonction approvisionnement des Greniers . dOnnOnS lA PRIORIté à lA SécuRIté AlIMEntAIRE ! En 2009. Le nombre de victimes de la faim a dépassé le milliard d’êtres humains. le Burkina Faso a connu de sérieuses perturbations climatiques (sécheresses. .poursuivant et intensifiant la cohérence et la solidarité au sein du Réseau. Le travail de SOS Faim se concentre de plus en plus dans le nordouest avec la Fédération Nationale des Groupements Naam (FNGN). ce chiffre terrifiant motive tous les jours notre organisation à s’engager avec vous aux côtés de nos partenaires pour faire changer cette situation dramatique ! 1 BénIn.02. Celle-ci comprend le Réseau des Greniers de sécurité alimentaire (RGSA) qui lutte contre l’insécurité alimentaire en : .pérennisant le dispositif par un apport de fonds de crédit . . en passant par le nombre de membres (+31. main dans la main afin de mener une lutte efficace contre la pauvreté et la faim.renforçant les compétences des acteurs à tous les niveaux du Réseau .augmentant la capacité de stockage de l’ensemble du Réseau . pluies diluviennes) ce qui a eu des effets néfastes pour la production agricole qui a connu une baisse de 10% en 2009.6%) ou les encours crédits (+26.

Amis du Kivu. SOutIEn à dES FIlIèRES d’AvEnIR Par le biais de la North West Farmers’ Organization (NOWEFOR).Mooriben .Sacca/Prodia cAMEROun : . 3 cAMEROun.Buusaa Gonofaa .DECSI .Facilitators for Change MAlI : . elle a augmenté de 78% pour un taux de recouvrement du crédit de 92%. Quant à l’épargne globale.Kafo Jiginew . ainsi qu’un programme d’appui aux caisses rurales d’épargne crédit NOWEFOCH.FJEC Rdc : .1 2 BénIn : . Ce dernier réseau a dépassé ses objectifs en termes de membres (2.NOWEFOR .CAPPED .La Voix du Paysan . qui a connu une forte augmentation de son sociétariat (+3.Rbetec/Naam . Ce soutien comprend un projet d’appui à la production et à la commercialisation.Harbu Microfinance .  SOS Faim appuie un programme de développement concentré sur trois filières productives (porcs.RENACA BuRkInA FASO : . .Plate-forme paysanne SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 5 3 7 9 2 1 8 4 6 3 4 5 5 6 7 8 9 du Niger Fucopri SénégAl : .ACDIC cOngO–BRAzzA : . poulets et cultures maraîchères).Sexagon nIgER : .TGD EthIOPIE : . .000 membres en deux ans).195 personnes).Fongs LA FNGN comprend également le Réseau des Baoré Tradition Epargne Crédit (RBTEC).

6 RéPuBlIquE du cOngO. fournir aux paysans des informations essentielles pour mener à bien leur métier. institution de microfinance qui travaille avec des microentrepreneurs. Bref. partenaire de SOS Faim. édition 2009. L’objectif en est de collecter des données pluviométriques et de les diffuser . Dans ce contexte. qui représentent donc plus de 150. Sos Faim a soutenu la CAPPED. ONG qui promeut un réseau de FMO (Farmers Market Organisation) qui compte 5. MIcROFInAncE Et cOnFIAncE En Ethiopie. la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance. L’enjeu : La sécurité alimentaire pour le plus grand nombre au Mali ! . petite institution de microfinance qui accorde des crédits à des enseignants ou à leur famille afin de développer une activité génératrice de revenu pour pallier la modicité et l’irrégularité des salaires versés aux enseignants. FC a poursuivi ses activités de formation auprès de ces petites OP. En 2009. a été mise à l’honneur au Luxembourg lors des Journées Sos Faim. avec plusieurs agences décentralisées.000 personnes si cela est élargi aux membres de la famille. Au sein de la fédération. transformation. SOS Faim s’était engagé à financer les 3 premières années du plan d’affaires de la CAPPED (2007-2009). menée par les instances gouvernementales sans aucune concertation avec les organisations paysannes locales.46 millions d’euros progresser de 20% depuis 2008 ! SOS Faim apporte également son soutien à Facilitators for Change (FC). lE PARI SuR lE RIz ! Sos Faim soutient le programme FAIR (Fonds d’appui aux initiatives rurales) en partenariat avec le syndicat des riziculteurs de la zone Office du Niger. afin de permettre au plus grand nombre d’avoir accès à des services financiers et donc d’améliorer leur quotidien. Sos Faim appuie principalement des institutions de microfinance. Le but est de permettre l’accès à des financements pour les riziculteurs afin qu’ils puissent augmenter leur production de riz. est parvenue à rendre possible ses engagements pour 2009 : l’appui de toutes les formes de production. Ce plan de développement a permis à la caisse de devenir un réseau national.600 membres pour 30 organisations de base. en soutenant notamment la production d’émissions radio. la FONGS. 7 SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 6 MAlI. 5 SOS FAIM Et MOORIBEn Au nIgER : cOMMunIcAtIOn Et InFORMAtIOn SOS Faim a financé un projet d’information et de communication. Le taux de remboursement est de quasi 100% ! 9 SénégAl. qui sont désormais en mesure de développer leur propre plan d’affaires et de maîtriser les techniques de conservation des céréales.500.4 EthIOPIE. il y a désormais 32 organisations. L’une d’entre elles Buusaa Gonofaa. 2009. lA MIcROFInAncE MISE En AvAnt Sos Faim soutient des institutions de microfinance en RDC. de traduire des fiches techniques relatives à la fertilisation des sols. unE AnnéE dIFFIcIlE. C’est le cas notamment de TGD.000 membres d’une manière directe. Buusaa Gonofaa a vu son portefeuille de crédit de 2. commercialisation mais aussi la défense des intérêts des agriculteurs. 1. lA MIcROFInAncE En MIlIEu uRBAIn Le Sénégal a été marqué en 2009 par la GOANA. 559 crédits ont été octroyés dont 377 reconductions et 182 nouveaux clients pour un montant de 133. et l’institution de microfinance Kafo Jiginew. lauréate du prix européen de la microfinance en 2008. 8 En RéPuBlIquE déMOcRAtIquE du cOngO. le Sexagon.720 USD. un des pays les plus pauvres de la planète.

de prendre en compte leurs besoins sans imposer sa vision des choses. de là. fière de poursuivre que trois de ses enfants vont à l’école et les deux autres sont en apprentissage. je peux offrir un futur à mes enfants !’. directeur de Buusaa Gonofaa. Monsieur Félix Jacques a cherché le moyen de nourrir sa famille et surtout l’a trouvé ! Propriétaire d’un magasin en bord de route. et en vend dix à quinze par jour de marché ! ‘Grâce à la hausse de mes revenus. Nous sommes très heureux que SOS Faim partage notre vision de la microfinance. Son projet d’avenir : étendre son commerce en obtenant des crédits plus importants et ainsi devenir un micro entrepreneur innovant dont ses enfants pourront longtemps encore être fiers ! PARtEnARIAt Et cOnFIAncE  La relation entre Sos Faim et ses partenaires est basée sur la confiance.’ Madame Colette Taoufoun. Et puis. il a bénéficié de formations et d’appui de la part de la CAPPED : formations en comptabilité et suivi régulier de son affaire. Sos Faim a pour objectif d’appuyer ses partenaires. elle ne vendait que deux à trois cabris par jour de marché. aux abords de Pointe-Noire. c’est un choix stratégique de BUUSAA GONOFAA. Dorénavant. elle a pu bénéficier de microcrédits et développer sa petite affaire agricole. Mais cela sans perdre notre âme et en demeurant une institution à finalité sociale. il a reçu successivement quatre microcrédits d’un montant de 150 euros pour le premier et de 380 euros pour le dernier. Cette période de souffrance s’est terminée en 2001. institution de microfinance en Ethiopie SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 7 . Agricultrice et mère de cinq enfants. Félix Jacques. meilleurs connaisseurs du contexte et des besoins de la population locale. Malheureusement. même à une clientèle très pauvre. plus globalement. propriétaire d’un magasin en bord de route. la microfinance n’est pas un business. Avant l’obtention de son premier crédit d’un montant de 10. un EntREPREnEuR dE tAlEnt Père de trois enfants. Un développement meilleur et profitable aux plus démunis n’est possible qu’en collaborant avec des acteurs locaux. caisse villageoise d’épargne et de crédit dans son village de Adjokan au Bénin. elle a été contrainte de se rendre auprès d’un usurier pour avoir accès à de l’argent. La pauvreté n’est pas un marché et. agricultrice et éleveuse de chèvres au village d’Adjokan. institution de microfinance partenaire de Sos Faim. 15 euros). directeur de l’institution de microfinance Buusaa Gonofaa en Ethiopie. Monsieur Teshome Dayesso. de plus en plus d’institutions de microfinance dans les pays en développement et de bailleurs de fonds ou d’investisseurs privés dans vos pays ne l’entendent pas de cette oreille. En plus de la stabilité financière gagnée grâce à l’évolution positive de son magasin. au Congo-Brazzaville. nous sommes certes obligés d’être rentables. rappelle cette vision commune du développement et plus particulièrement de la microfinance : ‘Vous ne pouvez pas imaginer ce qu’une femme rurale peut faire avec 100 euros en Ethiopie. elle peut en acheter davantage grâce au soutien financier de la CAVECA. Bénin. et cela afin de développer son stock de marchandises. il a réussi en dix années à développer son affaire. Celle-ci est un élément essentiel pour favoriser le dialogue et l’écoute dans un souci d’efficacité.un travail concret et efficace au quotidien Des bénéficiaires témoignent : FélIx. aux abords de Pointe-Noire. Vendeuse de volailles et de chèvres. affirmet-elle. Comme toute institution qui propose des services financiers. Il faut faire attention à cette dérive. Monsieur Teshome Dayesso. Pour certains. 100 euros représentent vraiment beaucoup d’argent. a marqué un tournant dans sa vie : elle en est devenue bénéficiaire dès l’année de l’installation de la caisse en 2001. quAnd MIcROcRédIt Et AgRIcultuRE RIMEnt AvEc FutuR ! Madame Colette Taoufoun a connu les difficultés de l’accès à des financements.000 F CFA (env. N’oubliez pas que la plupart de nos clients vit avec moins de 1 euro par jour. Devenu membre en 2008 de la CAPPED. L’arrivée de la CAVECA.

Soutien à l’agriculture familiale et à la souveraineté alimentaire.03. sensibiliser et mobiliser le plus grand nombre aux défis que l’Afrique relève chaque jour. riche en hommes et femmes actifs de leur propre développement. microfinance. journée ‘Découverte de l’Afrique’ pour toutes les élèves de Sainte-Anne. 2009 a marqué un tournant dans le travail d’éducation au développement de Sos Faim : un partenariat a été convenu entre notre ONG et l’Ecole Privée Sainte-Anne d’Ettelbrück. et les élèves de la classe de 12e CG. notre organisation dispose de moyens pour informer. mettant en avant les thèmes chers de l’association mais surtout de nos partenaires. afin de travailler ensemble à une journée de sensibilisation à l’Afrique en mars 2010. La concrétisation de cette collaboration a eu lieu le 22 mars 2010. InFORMER Parler de l’Afrique différemment L’information au Luxembourg tient une place essentielle dans le travail de Sos Faim. Grâce à un accord-cadre ‘Sensibilisation’ prévu pour trois années de 2009 à 2011. professeur d’économie. mérite d’être mis en avant ! des jeunes informés et engagés SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 8 Forte de son expérience en éducation au développement. Ce continent. . Sos Faim Luxembourg travaille régulièrement dans les lycées à travers des ateliers de sensibilisation. Paroles d’ados et consommation locale au Nord et au Sud) ont été présentés 36 fois dans 16 lycées luxembourgeois. microfinance : tant de pistes sérieuses dans la lutte contre la pauvreté et la faim à faire connaître aux jeunes ! En 2009. Cette collaboration a pu être réalisée grâce à l’enthousiasme de Madame Mireille Reuter. les ateliers proposés par Sos Faim (souveraineté alimentaire.

vu et qui donnent un témoignage à dimension humaine sur les rapports Nord-Sud.Informer le public luxembourgeois : une activité essentielle de Sos Faim Et lES élèvES. hEBdOMAdAIRE PARAISSAnt chAquE JEudI Au luxEMBOuRg la rubrique chronique d'une Ong en Afrique existe depuis bientôt un an. Peut-être on peut organiser plusieurs de tels journées projets à d’autres écoles. comme l’a souligné la crise du volcan islandais. Mais nous avons appris aussi beaucoup sur l’ONG SOS Faim. RESPOnSABlE édItORIAl dES PAgES FORuM du JEudI. on ouvre le débat . A travers l’approche de SOS FAIM. Les gens du Sud. Initialement. A mon avis les jeunes sont plus intéressés si d’autres jeunes leur expliquent la situation en Afrique comme c’était le cas du projet de notre classe. Souvent ils ont une image fausse de l’Afrique et ne savent pas que beaucoup d’ONG sont là-bas pour aider la population africaine. est une problématique qui se pose aussi bien au Nord. Ettelbrück . qu’En PEnSEnt-IlS ? Témoignage de Claudine Anthony. son but. élève de 12e CG. on apprend Claudine Anthony. les difficultés et les succès des partenaires mais elles mettent également l’accent sur des thématiques que Sos Faim souhaite faire connaître au plus grand nombre : microfinance.Selon toi. Ces chroniques relatent les expériences. soutien à l’agriculture familiale et à la souveraineté alimentaire. sa culture et sa population. Dans les pages Forum. il David Broman existait une chronique consacrée aux ONG dans la section « utile ». je pense que c’était une journée projet très intéressante et instructive. qu'est-ce qui a motivé le Jeudi à ouvrir mensuellement ses pages à SOS FAIM ? Depuis sa création en 1997. même si elle apparaît de manière cachée. A travers des partenariats avec des médias luxembourgeois tels que Le Quotidien et le Jeudi. en donnant la parole à des gens qui ont vécu. pourquoi est-il important que Sos Faim travaille avec des lycéens ? Je pense que c’est important d’informer les jeunes sur la situation de l’Afrique. ont beaucoup à nous apprendre. qu'est-ce que la rubrique apporte au Jeudi ? L’indépendance alimentaire des pays du Sud en faveur de laquelle travaille SOS FAIM. on ouvre de nouveaux horizons à nos lecteurs. élève de 12e CG à Sainte-Anne Ettelbruck (3e en partant de la gauche) SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 9 . qui vivent cette dépendance de manière concrète. qui a une grande importance en Afrique. IntERvIEw dE dAvId BROMAn. avec la chronique SOS Faim. Finalement nous avons appris aussi beaucoup sur la microfinance. le Jeudi défend une ligne éditoriale de « main tendue » aux ONG. Ecole Sainte-Anne. Nos lecteurs s’intéressent aux solidarités Nord-Sud. son histoire et ses projets. Finalement. qu’as-tu appris en travaillant avec Sos Faim ? Lors de la réalisation du projet nous avons appris beaucoup sur le continent africain. Sos Faim donne la parole à ses partenaires africains.

les articles de SOS FAIM donnent-ils lieu à une réaction de la part du public ? Nous savons notre public sensible aux interventions des ONG.quelles initiatives soutenir ici au vu de celles qui fonctionnent au Sud ! SOS FAIM apporte ce savoir-faire du Sud au débat. La Voix. 7 octobre 2009 Sos Faim a envoyé un journaliste du Tageblatt en République Démocratique du Congo. 12 novembre 2009 « En Ethiopie. Vernissage de l’exposition ‘Le bonheur est dans le prêt’. Deux journées riches en manifestations diverses et variées ont été organisées. le Mali exportera du riz ». La chanteuse éthiopienne Minyeshu a enflammé la Salle Robert Krieps avec la musique de son pays natal ! lES JOuRnéES SOS FAIM. certains s’en sortent ». prix européen de la microfinance en 2008. Plus de 300 personnes au total se sont déplacées pour les Journées Sos Faim ! SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 10 . 9 septembre 2009 « Et si l’agriculture familiale pouvait nourrir le monde – créer des alliances de solidarité ». Le Quotidien. édItIOn 2009 : lA MIcROFInAncE Sos Faim a invité et mis à l’honneur son partenaire éthiopien. . si on interroge nos lecteurs sur ce qu’ils aiment dans le Jeudi. plusieurs ont su citer la chronique de SOS FAIM ! « dans trois ans. Pourquoi ? Il est nécessaire de montrer le travail porteur d’espoir de nos partenaires dans un contexte très difficile. Le Jeudi. au Kivu. l’institution de microfinance Buusaa Gonofaa. un concert de l’artiste éthiopienne Minyeshu et un repas éthiopien à l’Abbaye de Neumünster ont été convoités par le public. conférence sur la microfinance et ses défis en Ethiopie. émanation de la société civile et.

04.

RécOltE dE FOndS
donner, c’est aussi s’engager
Signes de solidarité et d’engagement, les dons sont essentiels pour permettre à nos partenaires africains de mener à bien leur mission : lutter contre la pauvreté et la faim, et donc améliorer le niveau de vie des plus démunis.
MERcI POuR vOtRE SOutIEn !
Nous pensons aux familles qui ont soutenu les actions de Sos Faim lors du décès d’un proche : - Famille de Monsieur Raymond Hoffmann - Famille de Monsieur Venant Kinsch - Famille de Madame Liot-Zinnen - Famille de Madame Dondlinger - Famille de Monsieur Neika Madame Schroeder a souhaité soutenir Sos Faim à l’occasion de son 50e anniversaire. Madame Flory Schleimer-Kinsch a également souhaité fêter son anniversaire de manière solidaire en soutenant Sos Faim ! Félicitations à Monsieur et Madame Kieffer-Kinsch pour leurs noces d’or. Nous vous remercions de votre confiance et de votre solidarité. Cinq bulletins de récolte de fonds ont été envoyés à nos donateurs en 2009 et un courrier à tous les ménages luxembourgeois. Cela s’est révélé concluant puisque nous avons recruté ainsi 1522 nouveaux donateurs. Au 31 décembre 2009, Sos Faim compte 4910 donateurs actifs, c’est-à-dire ayant effectué un don dans les douze derniers mois.

En 2008, Sos Faim a adhéré au code de bonne conduite des organismes luxembourgeois faisant appel à la générosité du public et ce dans un souci de transparence, d’éthique vis-àvis de ses donateurs.

En 2009, Sos Faim a récolté 447.456,78 € grâce à 9.072 dons (d’une moyenne de 49,32 €).
Merci à tous pour cet engagement ! Cela nous motive tous les jours à poursuivre notre travail de lutte contre la faim.

SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 11

code de bonne conduite des organismes faisant appel à la générosité du public
Le présent Code de bonne conduite des organismes faisant appel à la générosité du public (Code de bonne conduite) s’adresse (1) aux associations sans but lucratif, fondations et autres établissements d’utilité publique de droit luxembourgeois, (2) actifs dans le domaine environnemental, humanitaire ou social et (3) figurant au « Relevé des organismes pouvant recevoir des dons fiscalement déductibles dans le chef des donateurs » (ONG comprises), publié par l’Administration luxembourgeoise des contributions directes. Ce Code de bonne conduite définit six engagements que les organismes adhérents entendent respecter.

4. dES ActIOnS dE cOMMunIcAtIOn IRRéPROchABlES
les organismes adhérents s’engagent à : 4.1. donner au public et à leurs donateurs une information fiable, loyale, précise et objective. 4.2. respecter la dignité des bénéficiaires ; et ne pas exploiter abusivement l’image de la détresse humaine, ni cautionner une forme quelconque de discrimination, ni inciter à la violence. 4.3. mettre à la disposition des donateurs un rapport des activités de l’année écoulée comprenant notamment la somme des fonds recueillis lors des actions de collecte de fonds auprès du public et leur affectation.

1. lES dROItS dES dOnAtEuRS
les donateurs ont droit : 1.1. à une information complète concernant le don sollicité. 1.2. à une attestation officielle de leur don dans un délai raisonnable. 1.3. au respect de l’affectation des fonds. 1.4. à une réponse rapide et honnête à leurs demandes d’information. 1.5. à une réponse appropriée et rapide en cas de réclamation.

5. dES ActIOnS dE cOllEctE dE FOndS IRRéPROchABlES
les organismes adhérents s’engagent à : 5.1. ne mettre en oeuvre que des modes de collecte de fonds respectueux des donateurs. 5.2. régler par convention écrite toute collecte organisée par un tiers rémunéré et à en informer le public. 5.3. n’accorder aucun avantage direct ou indirect proportionnel aux fonds collectés aux personnes apportant leur concours aux opérations de collecte de fonds. 5.4. ne se procurer des moyens financiers nécessaires qu’avec droiture et qu’avec des dépenses justifiables. 5.5. ne pas vendre, louer, partager ou échanger leurs listes de donateurs.

2. unE gEStIOn déSIntéRESSéE
les organismes adhérents s’engagent à :

SOS FAIM LUXEMBOURG / Rapport d'activités 2009 12

2.1. ne pas rémunérer les fonctions d’administrateurs. 2.2. ne pas distribuer directement ou indirectement des bénéfices. 2.3. ne pas attribuer de l’actif aux sympathisants de l’organisme adhérent et leurs ayants droit. 2.4. ne pas accorder aux salariés des organismes adhérents le droit de vote ni le droit d’être élu à l’organe statutaire compétent de l’organisme en question.

6. tRAnSPAREncE FInAncIèRE à l’égARd dES dOnAtEuRS
les organismes adhérents s’engagent à : 6.1. tenir une comptabilité régulière, à établir leurs comptes annuels comprenant le bilan, le compte de profits et pertes ainsi que l’annexe et à établir, à la fin d’un exercice social, un budget prévisionnel pour l’exercice social subséquent. 6.2. se faire contrôler leurs comptes annuels par un réviseur d’entreprises désigné par l’organe statutaire compétent. 6.3. tenir les comptes annuels, le rapport de gestion et le rapport du réviseur d’entreprises à disposition des donateurs à leur siège.

3. unE gEStIOn RIgOuREuSE
les organismes adhérents s’engagent à : 3.1. mettre en place des procédures et des contrôles permettant d’assurer la pertinence et l’efficacité de leur gestion. 3.2. sélectionner les fournisseurs dans des conditions objectives et transparentes. 3.3. mettre en place un mode de gestion des plaintes et à informer au moins annuellement l’organe de direction du nombre, du type et du règlement des plaintes des donateurs.

Le Jeudi · 22 avril 2010

.........................................................................

DANS LE SILLAGE...

FORUM

Page 47 .....................................................................................

Stopper l'hémorragie des paysans sénégalais
Chronique d'une ONG en Afrique
Marine Lefebvre, de SOS Faim Luxembourg, partage voyages et photos autour du travail d'une ONG en Afrique. Cette semaine, elle constate que a mécanisation de la riziculture dans la vallée du fleuve Sénégal reste embryonnaire.
Contre vents et marées, la Fédération des associations paysannes de Louga (Fapal) qui regroupe environ 2.000 familles organisées en une trentaine d'associations villageoises, œuvre au renforcement de la production agricole des exploitations familiales. Devant le tourisme, l'agriculture demeure la principale source d'emplois et de revenus pour 60% des Sénégalais et sa contribution au produit intérieur brut du secteur primaire est encore estimée à 55%. Si les crises agricoles et alimentaires ne sont pas nouvelles, elles frappaient particulièrement les villages, où plus de sept ménages sur dix vivent en dessous du seuil de pauvreté. Mais, depuis 2008, la flambée des prix sur le marché mondial les a aggravées et répandues jusqu'aux villes. Pourquoi cette traînée de poudre? Parce que le Sénégal est le pays d'Afrique subsaharienne le plus dépendant pour ses importations de riz, de blé et de lait. Une aberration qui résulte de choix politiques. Malgré les tentatives de développement de la riziculture irriguée dans la vallée du fleuve Sénégal, la dépendance alimentaire du pays s'est amplifiée suite aux sécheresses des années 70 et à la libéralisation de l'économie. Entamée à la fin des années 1970 par la signature d'accords d'ajustement structurel avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, la libéralisation censée apporter la croissance n'a pas empêché une baisse constante de la production agricole de l'ordre de 1% par an depuis 1980! Dans la région de Louga, dans le nord du pays, la culture de l'arachide a été introduite dans les années 1880 par les colons français. Au départ, cette culture d'exportation est ainsi venue s'ajouter à la culture traditionnelle du mil et à l'élevage domestique, développant la monétarisation de l'économie des villages. Mais, plus d'un siècle après, les paysans témoignent d'une dégradation des rendements et du niveau de vie: «Avant les années 1980, les terres étaient plus fertiles; on cultivait peu et on récoltait beaucoup, les champs ne sont plus les mêmes.» Et un autre d'ajouter: «Plusieurs terres du village ne sont pas mises en culture faute de semences et de moyens.»

«Les producteurs européens ne sont pas nos adversaires. Les politiques européennes qui tuent des centaines de producteurs, si!»
prix des denrées de première nécessité (+ 50% pour le riz et + 75% pour l'huile en 2008) a contraint nombre de familles à se contenter d'un seul repas quotidien! Face à cette détérioration des conditions de vie, la tentation de l'exil se fait de plus en plus forte, d'autant que les ménages qui s'en sortent le mieux sont ceux qui comptent un émigré en Europe: l'argent des transferts assure jusqu'à 89% des dépenses mensuelles des ménages. Alors que la région compterait déjà 24.000 migrants, on estime que l'immigration fait vivre quatre ménages sur cinq! Sécheresses répétées et baisse continue de la pluviométrie dues au changement climatique, érosion des terres, ajustements structurels et désengagement de l'État sont autant de facteurs qui minent la cohésion sociale dans les villages. «Progressivement, l'identité paysanne quitte l'imaginaire des populations», déplorent les animateurs des organisations paysannes qui se battent pour renverser la tendance et faire du milieu rural, à travers une restauration des activités agricoles, l'alternative à l'émigration du désespoir. Malick Sow, le secrétaire général de la Fapal, ne baisse pas les bras: «Il faut avoir la tête solide pour rester!» Tout en cultivant sa terre, il arpente les villages pour porter des paroles d'indépendance et d'autoprise en charge. Il veut «prouver que l'on peut rester ici sans tendre la main. Les gens l'oublient, car un des problèmes de l'immigration, c'est de donner envie de produits quasiment inaccessibles, comme du pain. Cultiver des céréales pour sa propre consommation est bien plus avantageux, mais les paysans ont perdu cette habitude en se consacrant aux arachides d'exportation, dont la filière est aujourd'hui ruinée». Pour remédier à ces dérives, la Fapal s'attache à renforcer la production agricole en luttant contre la désertification via le reboisement, et à promouvoir le maraîchage pour permettre aux familles d'améliorer leur alimentation et de générer des revenus à travers la vente des produits. Malick Sow sait que, s'ils doivent compter sur eux-mêmes, les paysans ne détiennent pas seuls la clef: «Les producteurs européens ne sont pas nos adversaires. Les politiques européennes qui tuent des centaines de producteurs, si! Mais nos propres gouvernements ont également un rôle à jouer s'ils ne veulent pas hériter de la même étiquette: ils doivent nous aider à redresser la tête, par exemple en fermant nos frontières pendant quelques années, en dénonçant la mainmise des multinationales sur les entreprises locales, bref, en soutenant leurs paysans!»
...........................................................

De fait, des études ont montré qu'avant les années 1980 la production agricole couvrait les besoins alimentaires des ménages pendant au moins six mois, voire un an, pour les deux tiers d'entre eux. Mais en 2007, la faible production agricole s'est traduite par un taux de couverture alimentaire qui ne dépassait pas un mois pour 68% des ménages enquêtés! Cette évolution de tendance se confirme depuis. Cette situation de déficit, constatée depuis quelques décennies, a poussé les populations à adopter des stratégies d'adaptation et a transformé les modes de consommation des ménages: d'une alimentation à base de mil autoproduit, ils sont passés à une alimentation constituée essentiellement de riz, importé à 60%. Or, la hausse vertigineuse des

SÉCHERESSES RÉPÉTÉES

M ARINE L EFEBVRE WWW . SOSFAIM . ORG

«L'abolition universelle demeure notre objectif final»
Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères, sur la peine de mort (extraits)
Extraits du discours de Jean Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, à l'occasion du 4e Congrès mondial contre la peine de mort à Genève, le 24 février 2010
[...] L'abolition de la peine de mort est bien une tendance qui se renforce d'année en année, avec un nombre croissant de pays qui rejoignent la liste des États – aujourd'hui plus de 140 – qui ont renoncé à la peine de mort et qui, comme nous tous, estiment que l'application de la sentence capitale constitue une violation des droits de l'homme, et un traitement cruel, inhumain et dégradant. Je dis convaincre l'humanité, car c'est bien l'exercice qui doit être le nôtre. Dans nos contacts bilatéraux, à l'ONU, dans les enceintes régionales et internationales, dans les médias, dans les écoles, nous avons la responsabilité de plaider la cause de l'abolition de la peine de mort, dans le respect et avec dignité, mais également avec conviction. Pour ce faire, nous devons développer ensemble une stratégie commune pour sensibiliser l'opinion publique internationale, les parlementaires, les officiels, et le pouvoir judiciaire dans les pays rétentionnistes pour les faire évoluer dans leur approche. [...] Je tiens ainsi à féliciter plus particulièrement les pays qui ont démontré leur courage politique en renonçant à la peine de mort. Permettezmoi de citer ici la Mongolie, le Burundi et le Togo, mais également le Kenya et le Ghana. J'exprime aussi l'espoir de voir le débat prendre racine aux États-Unis en s'inspirant de ceux des États fédérés – comme le Nouveau-Mexique – qui ont abandonné le recours à la sentence capitale. J'observe avec attention que la Cour suprême de Chine a publié de nouvelles règles pour limiter l'usage de la peine de mort. Je me félicite de constater que le Parlement ukrainien s'est opposé à la réintroduction de la peine de mort et que le Parlement du Kirghizstan a approuvé le second Protocole optionnel du Pacte international des droits civils et politiques. Je m'inquiète cependant devant le fait que certains pays procèdent encore à l'exécution de mineurs ou de personnes atteintes de troubles mentaux, ou pour leur appartenance ethnique, religieuse, pour adultère, voire leur orientation sexuelle. Permettez-moi de dire que je reste scandalisé par cette manière de procéder, comme je le suis d'ailleurs devant la barbarie que constitue la lapidation, notamment en Iran ou en Somalie. La peine de mort touche directement au droit à la vie. Il m'est inconcevable que l'autorité publique, qui assume la responsabilité particulière de garantir de manière ultime les droits de l'homme de chaque personne, puisse retirer la vie des personnes qu'elle est censée protéger. Le respect du droit à la vie passe devant le pouvoir punitif de l'État. Il s'agit bien d'une certaine conception de l'homme et de la justice, de la foi en la dignité inhérente à chaque être humain et en l'inviolabilité de la personne humaine. En outre, les erreurs judiciaires deviennent irréparables avec l'application de la sentence capitale. Je prends pour exemple le tout récent cas aux États-Unis où un Américain de Caroline du Nord, qui vient de passer près de dixsept ans en prison pour meurtre, a été libéré et innocenté grâce à une commission exceptionnelle qui enquête sur les cas litigieux dans cet État depuis 2006. Cet homme aurait été tué pour rien et l'erreur aurait été irréversible. La peine capitale n'est pas un facteur déterminant dans la baisse de la criminalité ou de l'insécurité. Il n'a jamais été prouvé que la sentence capitale soit plus dissuasive que d'autres formes de châtiment. Il faut tout simplement garantir que tout crime soit puni. Pendre, exécuter, électrocuter, administrer du poison à un être humain, c'est tout simplement le supprimer, ce n'est pas le punir! Ne laissons pas l'instinct prendre le dessus sur la raison. [...] L'abolition universelle demeure notre objectif final. Mettons tout en œuvre pour qu'un jour nous puissions être fiers de cette avancée pour l'humanité tout entière.

Photo: Marine Lefebvre

Annexe 14
Entretien au photographe

Entretien à Patrick Galbats Profession : Photographe indépendant Date : 1er juin 2010 Lieu : Bureaux Sos Faim

Pouvez-vous vous présenter? Je m´appelle Patrick Galbats, j´ai 32 ans, j´ai fait mes études artistiques au Lycée technique des arts et des métiers ici au Luxembourg. Après je suis parti en 1999, 3 ans à Bruxelles à l´Ecole Supérieur de l´Image. Je suis revenu en 2002, j´ai travaillé pendant 4 ans en tant que photographe pour le Magazine revue. J´étais salarié, et puis je me suis lancé à partir du 1er janvier 2007 en tant que photographe, photojournaliste, artiste indépendant et ça dure jusqu´à maintenant. Et vous êtes luxembourgeois ? Oui, né d´un père français naturalisé luxembourgeois…J´ai de la famille un peu partout. Mais je suis né au Luxembourg et j´ai grandi au Luxembourg. Combien d´années d´expérience avez-vous comme photographe ? En tant que photographe qui travaille pour gagner de l´argent ça fait depuis 2001. Avant je faisais des photos mais j´étais étudiant. En 2001, en tant qu´étudiant à l´école supérieur à Bruxelles, j´ai déjà commencé come photographe étudiant a la Revue en été, et en 2002 pareil, et puis en octobre 2002 j´ai été embauché. J´avais fini l´école. La photographie est aujourd´hui votre activité principale ? Oui, depuis 2002. Je gagne ma vie qu’avec la photographie. Et vous travaillez pour quel type de structure ? Je travaille seul, je me cherche les clients moi même, ou les clients me connaissent et ils me demandent. Je travaille avec une ou autre agence de graphisme pour faire des illustrations, des brochures. C´est du faux reportage hein…des trucs posés…je sais pas. La soignante qui s´occupe de la mémé, il faut une belle image de la société qui donne ce service. Des choses comme ça, ça me plait bien sur moins. Je travaille toujours avec la revue qui s´appelle Revue. Je travaille beaucoup sur les couvertures et aussi un ou autre reportage, mais j´écris pas, je fais les photos. Je travaille aussi…c´est un essai, mais je travaille aussi avec un hebdomadaire écolo luxembourgeois. J´ai des commandes, j´ai des bourses en tant qu´artiste, j´ai plusieurs projets en cours et je vais avoir cette année trois expositions.

Ça me motive pas pour travailler. quand ça devient personnel mon travail…comme celui que j´ai fait en Ethiopie. Si la commande vient d´une agence de graphisme il faut que ce soit très clean. plutôt publicitaires. pour les magazines c´est aussi une commande mais là je sais bien…je fais des trucs très magazine. très presse. j`essaie de faire comme si j´étais tout seul. et quel type de photo préférez-vous faire ? Voilà.Annexe 14 Entretien au photographe Et ça marche comment ces bourses ? Il y a un appel aux candidatures. Je suis moins devenu un photographe de l´instant décisif parfois je le regrette.. C´est des photos. souvent c´est est le coin du lit …. Moi. Des choses comme ça…mais moi je préfère aller sur place chez les gens. des immigrants…J´ai eu 3750 euros pour réaliser ce travail et en plus une petite exposition. je suis pas le photographe de studio. ça marche aussi hein. ça dit rien…. mais l´instant décisif je le trouve d´abord assez difficile à capter. C´est un constat d´un espace de vie comme je l´ai fait en Ethiopie. Voir par exemple que la fille a encore de couettes de son enfance alors qu´elle a 16. Là par exemple j´ai proposé un travail sur les chambres d´ouvriers au dessus des cafés où habitent les portugais. ou en France. j´ai fait des choses. au bureau ou dans l´entourage des personnes que je vais portraiter que les appeler dans un endroit clean avec un miroir. à comment les personnes vivent. J´ai un petit system flash. Je m´intéresse aux gens évidemment. Diriez-vous qu´il y a une différence entre un travail plus personnel et un travail qui a été réalisé sur commande ? Ça dépende quelle commande. là aussi c´est pareil: il faut deviner la personne qui habite la chambre C´est juste la chambre sans la personne qu´y habite ? Juste la chambre. même 17 ans ou elle a un gros nounours. une publication… Quel type de photo vous faites. Ça illustre aussi bien la jeunesse qu´un travail de portrait. Je bricole sur tout. . Par exemple pour montrer une famille je peux bien montrer une espace de vie. Là je fais un travail sur les chambre des jeunes et il y a aucun portrait. Je ne travaille pas du tout en studio. je fais des fois des portraits avec deux flash et un réflecteur. bien sur qu´il y a de photos où on me dit que j´ai bien capté le moment… mais j´essai de photographier les choses a côté pour justement montrer une autre chose. ou ici. ou un truc avec des lettres d´amour au dessus de son lit. Publicitaires… ? Oui.

on a choisi ensemble les sujets. tu vois…C´est des petites choses comme ça. on va choisir plusieurs sujets. Et pour quoi ça ne s´est pas très bien passé ? Parce que le sujet était très compliqué. Mais là je suis allé moi-même pour un projet. famille. je connaissais déjà un peu Haïti et puis on a fait un planning pour les 3 semaines. sur la précarité. sur le fonctionnement de l´organisme. On s´est dit. j´ai fait des photos. s´agit-il de la première fois que vous travaillez avec elles ? Non. il faut partir à 8h pour encore faire des photos l´après midi…des choses comme ça. aider dans la cuisine. par exemple… C´est bête hein mais c´est pas évident pour tout le monde. 4 heures. J´ai un peu voyagé à travers le pays. Si c´est des vieux. en 1998. En 2004 ils m´ont demandé. sur leur organisation. Le problème était d´abord qu´il y avait beaucoup de personnes qui voulaient pas se montrer et on pouvait pas les reconnaître et là c´était quand même un sujet où il faut montrer les personnes. Ils commencent maintenant à les motiver par des… les gens eux-mêmes doivent commencer. Moi.Annexe 14 Entretien au photographe Et par rapport au travail avec les ONG. faire les achats. Ils ont un budget pour les aider parce qu’avant c´étaient des gens alcooliques ou qui avaient des problèmes psychiques. Et appart cette expérience. et avant on a décidé les sujets qu´il fallait traiter. la première fois a été en 2004… non. ils m´ont demandé de faire un travail sur la vie quotidienne en Haïti. Ce matin là. paysages…tout ça. quelle autres expériences avez-vous avec des ONG ? L´année dernière j´ai travaillé pour Caritas mais finalement ça ne s´est pas très bien passé. santé. c´est pas ça ». Ils sont dans une maison où il y a par exemple 5 personnes. Finalement ils ont pas choisi beaucoup de photos. donc le RMI en France. Ils sont là pendant des fois des dizaines d´années. la pauvreté. Parce que ce des courtes distances mais il faut 3. parce que là j´avais déjà travaillé comme photographe. Je m´entendais bien avec la personne qui était responsable de la campagne et on s´est vu plusieurs fois. Les sujets que je devais couvrir étaient l´agriculture. C´était Caritas ici au Luxembourg. c´était la première fois que je faisais des photos aussi loin de Luxembourg et c´était en Haïti et je suis parti planter des arbres avec les scouts et une ONG luxembourgeoise OTM (Objectif Tiers Monde). Presque un horaire pour les 3 semaines. au quotidien. religion. dans une maison où il y a des personnes qui sont des chômeurs à long terme qui touchent le RMG. C´était sur la participation des usagers…. Ils avaient prévu une exposition et après ils ont utilisé mes photos pour des . ils touchent des indemnisations. Et c´est OTM qui décide les sujets ? Non. On l´appelé « Un autre regard sur Haïti ». ils sont déjà dans ces structures pendant des années. Ils doivent par exemple. Donc moi j´ai proposé d´autres choses et eux ils ont dit « non.

Ils étaient pas d´accord. j´ai eu carte blanche pour un travail qui doit se faire pour une commune du Luxembourg et je ferai ce que je veux. j´ai jamais eu de problèmes pour trouver du travail…mais j´aimerais avoir plus de travail comme pour Sos faim. Responsable de l´information (médias. Si on connait personne…on a pas de boulot… Moi. même plus. on a fait des photos. un workshop avec des demandeurs d´asile. Avec eux j´ai travaillé aussi ça s´est pas non plus très bien passé mais je suis encore en très bon contact avec l´ancien président. Là c´était plutôt le problème des personnes qui prenaient un cours de photo. Ici il faut mieux connaitre des gens. l´OTM… ? Avec ASTI aussi. C´était pas facile de comprendre ce qu´ils voulaient parce qu´eux même ils ne savaient pas non plus ce qu´ils voulaient. Donc j´ai rencontré Marine comme ça. C´est par Marine que vous avez connu Sos Faim ? Oui. Et vous travaillez sur tout le Luxembourg Oui. . Ils aiment bien participer à beaucoup de choses pour après avoir dans leurs CV qu´ils ont participé à plein de trucs mais parfois ils ne sont pas très motivés. j´ai eu des commandes cette année.Annexe 14 Entretien au photographe panneaux… et finalement je savais pas quoi demander. je savais pas quoi demander. Donc votre expérience avec les ONG est avec Sos Faim. six. Ils ont fait des photos et après on leur avait demandé s´ils voulaient faire une petite exposition. C´est comme ça que ça se passe. C´est très luxembourgeois ça parce que c´est petit. très près de chez vous et elle connait personne ». En fait j´ai rencontré Marine1 quand elle venait au Luxembourg. Des fois ils ont plein de choses à faire. Ils voulaient pas être exposés. Il y avait beaucoup de personnes qui avaient dit qu´ils venaient mais à la fin … il y en avait 4. Caritas. J´aurai une exposition à la fin de l´année. Je suis en train de finir un livre aves les Editions Revue 1 Marine Lefebvre. Mais ce n´est pas une ONG. une fête presque privée au Casino communal de Bonnevoi . internet) de SOS Faim. Ils m´ont jamais demandé quand est-ce que tu écris ta facture C´est un peu de ma faute aussi. le premier contact a été pour l´exposition sur l´ Éthiopie ? Oui. J´ai beaucoup travaillé pour eux et ils m´ont pas payé mais j´étais frustré a la fois. Parfois il y en avait qu´un. Moi j´ai eu beaucoup de réunions de travail. C´est des gens qui ont peur. qui lui a dit « j´ai une amie qui va à Luxembourg. c´est une connaissance d´une amie à ma femme à Paris. Et pour Sos faim. 5. On se baladait à Esch. C´est l´association de soutien aux travailleurs immigrés. à Esch.

normalement je me laisse pas faire. si une ONG me demande et je suis d´accord avec leur politique. C´est claire dès le début. j´ai mes contacts et je le fais. je suis content quand il y en a une qui me demande. ce soit ONG. là je m´en fous. Ça s´est pour les magazines que je fais ça… Je leur demande de se mettre comme ça. Avez-vous reçu des consignes pour le travail avec SOS Faim ? Lesquelles ? J´ai eu des entretiens. une telle pose.. Est-ce que´on peux choisir vraiment où on veut travailler ?. Il demande à poser tout le temps. Mais si c´est pour une exposition. quand je travaille avec une agence de graphisme ou un magazine et ils me disent « je veux ça ou ça.. Finalement je choisi pas vraiment mais la seule fois où j´ai choisi c´est mes travaux personnels. Ils étaient shockés mais je crois qu´après ils étaient après contents. j´ai choisi de le faire. il est sympa. S´ils veulent des photos et ils ont des photos déjà en tête. Quel intérêt à travailler avec ce type de structures. Quand je choisi de travailler avec les enfants de rue a Bamako. En plus les photos de leur exposition. Moi j´essai quand même quand je vais quelque part. Peut être il avait pas beaucoup de temps…j´ai aucune idée. Donc avec les ONG c´est pareil. Ben. je trouve. Mais normalement je les demande pas à poser. donc si je choisis de faire un travail sur les chambres d´ouvriers qui sont comme il y a 40 ans. Maintenant j´ai pas les sous et j’ai pas le temps. c´est un collègue à moi mais… C´est quoi que vous aimez pas de ses photos ? C´est le style mais c´est aussi…j´aime pas les photos comme ça. Je travaille plus d´un an dessus. commune… J´aimerais bien m´engager avec ma photographie. comme ça… (il montre des photos faites pour le Magazine Revue). Peut être il pouvait pas faire autrement. je suis présenté aux personnes et les personnes savent que je viens faire des photos. c´est pas que je me laisse pas faire mais je laisse pas qu´on me disse comment je dois . Je le connais. Je trouve qu´on peut pas faire ces photos dans une exposition pareil…C´est tragique. C´est pareil avec les chambres d´ouvriers. sauf pour un portrait peut être et encore. J´ai aussi travaillé sur les toxicomanes. surtout dans l´Abbey de Neümunster et en plus c´est un truc où je veux m´engager un peu. Mais je suis content aussi que c´était Sos faim et pas ADA. une telle scène » si c´est tout préparé. j´aime pas ce que l´autre photographe a fait. Ils m´ont donnée des consignes mais à la fin j´ai fait quand même un peu comme je voulais.Annexe 14 Entretien au photographe sur les migrations aux Luxembourg et sur les conséquences sur le pays et sur les immigrés. avec ce qu´ils font donc j´ai pas de problème d´accepter et ça me fait plus de plaisir que faire un livre de cuisine pour des maisons de vieux ou des trucs comme ça. je ne sais pas. Avec les organisations. Non. je le fais pour montrer un côté du Luxembourg que les gens ne connaissent pas.

on fait comme ça des projets appart. Émotionnellement je suis trop dedans. Pour quoi ? Moi. j´y suis resté presque deux mois. J´avais les planche-contact de 131 films. lui il était lundi au labo et mercredi j´avais les planches. je l´ai mis dans une caisse et je les ai pas regardées. On a vendu ce travail trois fois. Nous. J´ai regardé les planches. Après on a vendu à deux supports allemands. « j´ai regardé tes planches et il y a des très belles photos ». sinon ça va pas. je trouvais pas une bonne photo. Nigeria pour le travail. j´ai fait un peu des photos d´ambiance de la ville. non. Mais après 3. En fait. Le travail sur le terrain a été facile ? En Ethiopie ou en Nigeria ? En général en Afrique…. Pour une ONG ? Non. Il est venu. 1750 euros je crois. J´étais deux fois au Mali et au Nigeria. Mali parce que j´aime bien le Mali. Moi. Après. J´ai suivi trois ex demandeurs d´asile qui ont été expulsés du Luxembourg. Et avant le travail vous avez déjà été en Éthiopie ? En Ethiopie. Donc Nigeria c´était appart.Annexe 14 Entretien au photographe photographier. Une semaine après je reviens avec d´autres photos. il y a des choix. C´est vrai qu´il regardait ça aussi d´un point de vue artistique. je travaille en argentique. et à la revue aussi qui nous avait donné de l’argent avant. Quand je suis revenu et j´ai montré les premiers tirages. J´ai un très bon ami journaliste. j´ai toute de suite donné les films à mon tireur. Il faut une distance entre le moment où je fais les photos et le moment où je commence à faire un choix. Et ce n´est pas 100% mon choix. On peut toujours changer. il était un peu nerveux. 4 semaines. il a regardé. Il a dit : « je vous laisse choisir ». c´étais à mon compte. C´est lui avec qui je vais faire un bouquin. les frais de voyages étaient couverts. ça allait. Je crois que je suis revenu dimanche. Mon tireur il m´a dit. J´ai pris le truc. J´ai fait des portraits. j´ai regardé et j´ai trouvé tellement des photos ratées que j´étais frustré.et en spécifique en Ethiopie… 2 Thierry Défense. . Avez-vous ressenti beaucoup de restrictions pour le travail sur l´Ethiopie ? Ils ont été très stressés au début. Directeur de SOS Faim. il y avait Thierry2. Là il était beaucoup plus calme et il m´a dit que la première fois il croyait que tout mon travail était raté.

Et comment faire pour communique avec les gens en Ethiopie ? Parce qu´ils parlent pas anglais. On pourrait dire qu´en tant de photographe non mais si. et s´ils me le donnent je leur demande plus.il a rien compris. On était dans une cité qui est entourée d´une muraille avec des gardiens avec des barbelés. Et puis le Mali. C´était super difficile d´y sortir seul. C´est comme au zoo. j´adore le Mali. d´abord au patron. J´ai peur que les gens ne se sentent pas bien. Ils sont très sympas. et le reste j´envois à ma famille. « Il faut que tu lui disses ». Ce qui était compliqué était l´organisation sur le terrain. Mais au début je peux pas. Après j´étais dans un autre endroit du pays. après je commence à parler aux gens et ils me donnent leur accord ou pas. Je travail sur les immigrés. Et les gens ils savent qu´ils sont dans une situation difficile et puis il y a le photographe qui vient et fait des photos. La première semaine c´était génial.Annexe 14 Entretien au photographe D´abord en Nigeria c´était super compliqué. C´est très facile mais j´aime pas me balader comme ça dans la rue et commencer à faire des photos. . J´essayais de lui expliquer un truc et il était…. Je leur dis pas « je vous photographie ». j´étais avec un gars qui était sympa aussi mais il parlait pas très bien l´anglais alors il y avait déjà les problèmes de communication. Ça j´aime pas à aucun moment même au Luxembourg. Ça c´était tout le temps et c´est quelque chose qui m´énerve vraiment. je vais dans un café par exemple près de la frontière où il y a pas mal de portugais. Les gens savaient que je venais. on me demande. On était tout le temps en danger. « Qu´est ce qu´elle doit faire ». J´ai une consciente et je me dis que si j´étais dans leur cas. Et vous demandez des autorisations à chaque fois ? D´abord je fais une demande à l´oral quand je vais dans un café. Mais je peux pas aller chez quelqu'un. Et en Ethiopie ? En Ethiopie ça a été plus facile parce que je suis allé chez les clients de Busaa Gonofaa ce qui m´a rendu la chose beaucoup plus facile. Je n´ose pas. je les photographie. C´est pour ça que la photo de rue est difficile. j´étais avec deux gars que j´adorais. S´il y a une scène une heure après. Si non tu peux pas y vivre. Ou sinon je fais des photos et il dit «c´est bon ? On peut partir ? ». très gentils mais ils sont pas habitués peut être à travailler avec un photographe ou peut être il y a des photographes qui travaillent plus vite. Même si je parlais lentement… je peux pas être fâché mais ça m´a énervé…en plus j´étais malade. je gagne 1500 euros par mois ou peut être 1800 et je paye 600 pour ma chambre. J´étais un peu gêné. On s´est vraiment bien amusé. surtout à la campagne. C´est une ville où les gens sont hyper agressifs.

Ça c´était la maison plutôt riche. « Parce qu´il faut la garder ». après j´ai fait un choix de 60. ils vendent ça. Je devais dire « Il faut garder celle là » et elles « mais pour quoi ? ». . Ils ont déjà plus. Mais par exemple là…Il y a il ce flou encore. Et quels étaient ces critères de choix ? Si l´esthétique n´y est pas. Là c´est un intérieur où je montre pas les personnes mais je montre leur espace de vie. Mais on a été chez des gens pour faire des photos. le mur d´une jolie couleur…En plus elles sont concentrées. Là c´était la maison plutôt des pauvres pas les plus pauvres mais qui sont encore pauvres. l´histoire de l´argent.. J´apprends à dire toujours quelques mots. c´est vraiment tragique. et il fallait se battre.. comment les gens vivent en Ethiopie mais il y a des gens qui vivent comme ça. je peux pas…j´ai vraiment du mal a choisir la photo. ils sont actifs. ils ont des vaches. Comment avez-vous fait ? C´était votre travail ? Celui de Sos Faim ? J´ai proposé…finalement j´avais 200 photos pour mon premier choix. et dans les 60 j´ai choisi avec Marine et avec Chloé. le voile. des gens qui n´ont vraiment rien. Il y a déjà les femmes qui font «hihihihi». ils ont de l´alcool. Ça montre pas bien sûr. il y a les trois femmes. Pas besoin de parler… Pour la sélection de photos.Annexe 14 Entretien au photographe Oui mais il faut rigoler. Les gens trouvent ça tellement rigolo quand je les dis.

et puis il y a le garçon qui promène les vaches. c´est les enfants qui font ça. il y a une réunion des femmes. Il y a de photos dans l´exposition que vous n´aimez pas ? Si. il y a un regard. à la maison au ménage. là c´est claire dès le début. il faut prendre un cours de photo et les faire soi même. . Et c´est très typique.Annexe 14 Entretien au photographe Là aussi. Il y a une certaine composition dans la photo bien sûr. quand même. J´avais vraiment peur que Sos Faim ne l´était pas mais apparemment ils sont contents. celle là j´aime pas. C´est comme j´ai dit si des gens qui disent exactement « Nous. Peut être qu´elle illustre un truc…mais pour moi c´est pas une photo que j´aime bien. la photo de la vache. Et vous êtes content du résultat? Moi. je suis content. on veut des photos come ça comme ça ». Là c´était pour moi montrer une femme au travail. Mais c´est une opinion… c´est pareil avec les trucs plus alimentaires.

Annexe 14 Entretien au photographe Pour quoi serait il intéressant pour une ONG d´avoir une exposition photo ? sition Faire une exposition attire toujours d visiteurs. pour quoi Sos faim ou Busa Gonofaa font ce qu´ils font… Je la trouve une belle photo mais… J´aurais mis des photos plus poétiques… … . Ça c´est la femme avec les gosses. bien fait. Dans la Je photographie il y a rien de plus beau que de faire un livre qui est joli. publication au lieu d´une exposition. J´aurais montré celle là au lieu de la vache. Pour une exposition. qui de raconte un sujet aussi. je comprends à pourquoi ils l´ont choisi. Normalement. Ça montre pour quoi la femme fait tout . ça dé dépend d´où on la fait. Mais je l´aime pas. le public est plus large. Je suis collectionneur des livres de photos. Normalement c´est un public plus des large que si on faisait une publication mais personnellement je préférais plus faire une publication. j´aime beaucoup… beaucoup…mais ils ont pas voulu. ça. po pour moi c´est très représentatif. les qualités artistiques de l´auteur…mais ça coûte souvent très mais cher. C´est assez compliqué au L Luxembourg. ont J´aurais aimé 15 photos de p plus… Celle là. Celle là j´aime pas non plus.

Mon style n´est pas extraordinaire . . de mon âge. et ça m´intéresse pas non plus. Je travaille en argentique. me je leur avais déjà montré mon travail…. Mais pour exemple. oui. parce que je fais toujours un mélange. En fait c´était lui qui devait aller en Ethiopie. Et depuis que finalement il a su que c´était moi qui devait aller en Ethiopie il me dit pas bonjour ni. Tu peux faire des associations comme ça. Vous travaillez en numérique ? Oui. Il y a beaucoup de photographes au Luxembourg ? Il y a beaucoup de concurrence ? Il y a de la concurrence mais pas forcement pour moi. Tous les photographes que j´admire font beaucoup des photos où il y a personne dessus. mais ça marche aussi bien.C´est un choix. sur l´immigration au Luxembourg je travaille en numérique pour ce projet parce que suis très mal payé. Il y a Armand Questch. Il y a beaucoup de photographes mais ils travaillent pour la presse ou ils font des trucs publicitaires. des portraits et des constats.Annexe 14 Entretien au photographe C´est qui m´a étonné de l´exposition c´est de voir des photos où il y a pas de personnes. Je l´ai fait aussi à un moment parce qu´on fait rien et c´est bien payé. c´est un style très répandu. un peu plus jeunes il y a de la concurrence ? Sincèrement non. pour les Ministères. Tu peux pas montrer la photo de la femme sans montrer l´intérieur de sa maison en même temps. Oui. J´ai maintenant l´habitude d´aller mitrailler. Avant il a été le photographe qui a toujours fait des photos pour les ONG´s. il habite à Bruxelles mais si non. Entre les jeunes. pour l´Ethiopie ou les projets comme ça mais sinon…en numérique. je suis concurrent d´Yvon Lambert.

c’est devenu un programme indépendant qui s’appel Luxembourg microfinance and development fund. Pouvez-vous me raconter votre expérience avant d’arriver à ADA ? J’ai un master lettres modernes à l’université de Metz. il est un photojournaliste luxembourgeois. Il est dans la presse depuis 20 ans. Il a été crée en 2001. de l’appui technique mais ça. donc ce sont les intermédiaires entre toutes les organisations d’appui et les micro entrepreneurs au bout de la chaine. sa qualité humaine. Ça a été en juillet 2007. J’ai rapidement intégré une rédaction au Luxembourg quand j’ai terminé mon master. Pouvez-vous m’expliquer les activités de l’ONG ? D’abord il faut dire qu’ADA est depuis toujours experte en microfinance. En quatrième . Pendant six ans. on a jamais fait autre chose que la microfinance. depuis 15 ans parce qu’ADA a été crée au Luxembourg et depuis 1994 ADA appui les institutions de microfinance. C’est à ce moment là que j’ai eu la chance que ça se passe en même temps et j’ai été embauché comme journaliste. Ils avaient besoin de rédacteurs francophones. et ensuite j’ai fait une reconversion professionnelle.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information Entretien à Marion Bur Poste: Responsable de l’information ADA (Appui au développement autonome) Date : 14 juin 2010 Lieu : Bureaux ADA Pouvez-vous vous présenter ? Moi. Donc j’ai effectivement initié cette exposition avec un photographe qui avait travaillé avec moi quand j’étais journaliste au Luxembourg. C’était le moment où ils ont crée La voix du Luxembourg. C’est à dire qu’on va créer des nouveaux produits de microfinance qu’on va tester avec nos partenaires dans le sud parfois aussi avec des expertises extérieures et si ça marche on va développer le produit et le répliquer pour l’avoir dans d’autres régions et d’autres pays et ensuite notre quatrième volet c’est justement l’information. Je voulais vraiment voir le travail de développement des ONG et donc à ce moment là j’ai postulé chez ADA comme chargée de l’information et de la communication. Je connais son travail. On fait des formations pour les institutions de microfinance. Il s’appel Guy Wolf. J’ai commencé avec un stage qui s’est très bien passé et l’année d’après on m’a appelé pour travailler définitivement. je suis responsable de l’information et des actions de sensibilisation ici chez ADA et en tant que responsable de la sensibilisation. Et puis dans un troisième volet nous faisons de l’innovation. l’analyse de l’information sur la microfinance pour la mettre à disposition de tous les acteurs ou même ce qui ne sont pas acteurs de la microfinance. la diffusion de l’information. une de choses que nous avons faites quand je suis arrivée ici a été justement cette exposition photo. La sensibilisation fait partie de ses actions.

il y en a en Amérique latine et l’Asie. matériel de communication propre mais sous l’égide d’ADA qui lui en fait. je me concentre sur le Luxembourg. On veut transmettre un savoir faire. L’autonomie est très importante. Mais juste au Luxembourg ou avez-vous aussi des antennes ? Non. On a énormément travaillé depuis le début. de l’expertise et le partenaire. c’est complémentaire. je crois que c’est réussi parce que si on voit le nombre d’acteurs impliqués. c’est dans notre nom « appui au développement autonome » Donc on va pas rester de manière permanente dans un pays à côté d’un partenaire. le secteur financier ne connaissait pas ou très peu la microfinance. les fonds . ça c’est vraiment la spécificité de Sos Faim et c’est dans cela que nous sommes complémentaires. Donc il y a micro assurance. dans notre jargon. En combien de pays travaille ADA ? Il y en a 18. Et donc vous travaillez seulement avec des IMF. On travaille surtout avec des institutions de microfinance qui sont en état de maturité mais pas de la création. Mais sont-ils indépendants ? On peut dire qu’ils sont semi indépendants. pour atteindre à plus de population. la plupart dans l’Afrique de l’Ouest.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information temps on cordonne aussi des réseaux de microfinance tels que Microassurance Network. avec leur charte graphique. Bien sur on est là si on a besoin de nous mais on veut pas sembler néocolonialiste. De l’appui à des structures existantes et qui ont besoin de se développer pour attirer plus de clients. pour renforcer ses capacités. C’est ça notre principale arme de communication. parfois avec leur site internet. Ça. etc. c’est à dire qu’ils ont leur identité propre avec leur logo. lui il va se les approprier pour pouvoir se développer. il cordonne tout ça. Ils sont tous logés ici dans la maison de la microfinance. ou African microfinance transparency. On travaille en synergie. vous travaillez aussi par exemple avec des organisations paysannes ? Non. la transparence. depuis 1994. C’est très pointu comme réseau et tout ça. voire il était vraiment réticent et là ADA a joué un rôle très important pour sensibiliser le secteur financier. c’est contraire à notre philosophie parce que vous voyez bien. pour sensibiliser un groupe cible très important qui était le secteur financier parce qu’au départ. Ceux là on dit que c’est des programmes satellites qui ont chacun sa spécificité et ils ont pour mission de promouvoir quelque un aspect de la microfinance. Quels objectifs dans la communication d’ADA ? En fait dans la communication des ONG. et un troisième c’est le rating initiative qui promut le « rating » du secteur des IMF…la notation. on dit de la sensibilisation.

je sais pas. des conférences de presse. Alors ça reste quand même un public cible dans le sens où il y a un travail des relations à faire encore pour maintenir ça. nous sommes plus dans le milieu des entreprises. Si il y a une entreprise qui a des projets en affinité avec. Faites vous du plaidoyer ou des actions plus politiques ? Pas vraiment non. Au niveau du grand public. des projets innovants. on aura un résultat très intéressant parce qu’on aura profité de l’expertise de ce professionnel. Dans votre poste. Nos actions ne sont pas développés là-dessus. ça passe par les médias. on va leur laisser un peu de leur temps libre pour des actions sociales. La cible est vraiment les employés. Uniquement pour le personnel de l’entreprise. A ce moment. maintenant on a bien grandi mais à ce moment là on était encore petit. Et puis au niveau de la direction on a dit qu’on était pas prêt. pour créer des nouveaux projets. stages.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information d’investissement qui ne cessent pas d’augmenter. on va pas vers les médias. L’un ou l’autre. non. cdd. à chaque fois on veut faire passer un message précis. En tout cas pour l’année 2010 on a un nouveau concept de conférences internes aux entreprises c’est à dire qu’on va aller dans l’entreprise donner de l’information sur la microfinance. des projets qui puissent servir aux IMF. on avait pas structuré notre discours par rapport à ça. Il faut dire qu’ADA était petit. En fait. Au niveau des médias il y a aussi un travail important à faire. ça demande du temps. une stratégie. je dis ça au hasard. Parce que j’ai fait une tentative en 2007 au moment de la crise financière où j’ai dit « on devrait se positionner sur ce qui se passe avec la microfinance pendant la crise financière » parce que beaucoup de journalistes nous appelaient pour savoir si on souffrait aussi pendant la crise. mais c’est une idée pour sensibiliser la société là. pour continuer à développer le secteur. du Ministère de finances également. Je ne sais pas pourquoi. on était 8 personnes et maintenant on est presque 30. qui est fait notamment par des conférences. quelles sont vos responsabilités ? . On fait pas beaucoup d’actions destinées au grand public dans le sens d’une campagne publicitaire. qu’on va faire une conférence auprès des assurances « Lefoyer » on va parler forcément de la microassurancre et si «Lefoyer » veut avoir une activité en microassurance parce qu’ils ont une expertise et ils voudraient qu’il y ait des employés qui consacrent un peu de leur temps à des choses comme ça. je vous avoue. l’intérêt de la coopération luxembourgeoise. Ça s’est pas fait. du Premier Ministre on voit qu’il y a un gros travail qui a été fait à ce niveau là. Vous ne faites pas de l’éducation au développement ? Non. Ça arrive de plus en plus. cdi tout compris. Quelle est l’objectif avec eux ? Chercher une réponse en investissements ou en dons ? C’est les deux.

Nous avons comme outils aussi les événements. C’est assez récent aussi. notamment les ateliers de formation. à un besoin du secteur qui nécessiterait une réponse. de l’Asie on a un petit peu mais il faut enrichir la base de données. renforcement de capacités. Ça occupe beaucoup de temps. Ici vous avez le pôle information et sensibilisation et en fait. on a des dépliants des thèmes précis en microfinance donc ici par exemple…(elle montre une brochure). Ça c’est un outil très important au niveau grand public. la bibliothèque et puis moi-même qui supervise le tout et puis comme on est petit je suis aussi dans les activités. là je pourrais sortir un plan d’action…D’abord vous avez la recherche et le développement. ce sont des gens qui ont besoin d’un microcrédit pour démarrer une activité donc à l’intérieur vous avez le témoignage de 2 jeunes qui ont demandé un microcrédit au Burkina Faso. l’exposition photo. c’est tout ce qui concerne l’appui aux institutions de microfinance très concrètement. la bibliothèque. on a beaucoup communiqué autour des images de l’expo photo depuis 2008. le site internet. Après on a un pôle. donc le centre d’information. le matériel vraiment de sensibilisation. Est-ce que cette photo fait partie de l’exposition (photos des jeunes au Burkina Faso). 2009 et aujourd’hui on est arrivé au stade de…au bout. c’est très important. des dépliants sur un projet particulier. La communication c’est vraiment la plus petite en termes de budget. Et pour la sensibilisation c’est principalement les midis de la microfinance. On communique aussi à travers le centre d’information . Il faudrait qu’on renouvelle notre base de données d’images pour pouvoir communiquer sur des images en dehors de l’Afrique parce que les gens vont finir par croire qu’on travaille qu’en Afrique ce qui est faux. On va créer d’autres. une personne sur les médias et l’expo. comme les midis de la microfinance et puis l’expo photo. beaucoup d’investissement aussi. et puis on va passer vers l’expérimentation et puis on va faire des recherches pour voir si c’est pertinent et puis on a des stratégies de sortie. le club microfinance. Pour les publications ça peut être des gens du staff qui ont leurs propres publications et nous. On a les brochures de présentation de l’association. on a une bibliothèque ici. les médias et d’autres outils comme des publications. la presse aussi également. une base de données sur la microfinance. dans les réseaux vous avez 5 personnes. c’est à dire nous. Les personnes ici sont plutôt dans l’appui technique. c’est quand l’institution de microfinance est assez mature et qu’on a pas besoin d’intervenir. Oui. Là. ça c’est 4 ou 5 fois par an. on va apporter un appui. les publications et puis il y a une personne pour les demandes d’information. il y a trois personnes : moi. Par exemple micro énergie. De l’Amérique Latine on a très peu d’images.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information ADA a une structure compliquée. Quels outils utilisez-vous pour le volet information-communication ? Il y a le site Internet. on va réfléchir à un produit de microfinance. moi je suis responsable de tout ce pôle.

C’est trop cher vraiment.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information parce que c’est comme un help desk. Le problème c’est qu’un niveau de la qualité on peut pas imprimer en grand format. Par rapport aux supports graphiques. et elle doit avoir une réponse dans 8 jours. Le problème c’est la qualité de l’image. Le Luxembourg microfinance and développement fund a fait sa brochure avec notamment des photos à nous. Il y a quelques images prises par nos partenaires sur place. des supports. Si c’est une question qui demande de la recherche. Utilisez-vous des banques d’images ? Non. toutes les photos ont été utilisées au maximum. je ne sais pas. Quelles sont les sources des images ? Interne. Il a pris de ses congés en sachant que ce serait une bonne action pour une ONG. En contrepartie on a eu une exposition qui dure depuis presque trois ans. Ça a été tout bête. absolument magnifique. des documents. c’est pour une raison coût. Par rapport aux résultats obtenus. J’ai fait beaucoup de reportages avec lui donc je savais qu’en termes de qualité ça allait être quelque chose de très bien. Ils peuvent aller le faire eux-mêmes. Mais le photographe il a été complètement bénévole. Dans quels pays ont été faites les photos ? Au Mali et au Burkina Faso. nos partenaires qui nous ont demandé des photos. on veut leur indiquer où on va. sont-ils réalisés en externe ? Oui. Il a déjà fait une exposition sur le Rwanda. elle n’est pas toujours optimale pour pouvoir imprimer parce que le matériel est beaucoup moins performant que ce que les photographes ont ici. Il a dit oui et c’était parti. Ce sont des images prises lors des missions par les collègues donc c’est vraiment du « fait maison ». Elles ont été utilisées aussi par nos réseaux. Au final ça rend pas cher. On voit une différence. C’est pas forcément nous que devons aller sur place. il a rien demandé. Dès qu’une personne a une question sur la microfinance elle doit nous appeler. un petit résumé aussi et c’est comme une feuille de route pour que la personne évite d’aller dans tous les sites. c’est quoi notre but en termes de résultat. Donc ça devient limité maintenant. on a exploité plus le local pour qu’ils puissent nous rendre service. . presque dix milles visiteurs. on fait la recherche pour cette personne et on livre un document avec plein de ressources. j’ai été allée manger avec lui et je lui ai demandait si ça l’intéressait parce que je sais qu’il a beaucoup d’affinité pour le développement. Pour le moment. On veut communiquer notre plan d’action en toute transparence. On a payé ces frais de voyage évidemment. peut être qu’un jour. Guy (Wolf) a travaillé bénévolement. Notre plan d’action est un outil aussi pour le public constitué par des partenaires ou même des partenaires potentiels.

Et donc à ce moment là on a commencé à conceptualiser l’idée de façon plus structurée et voir ce que l’on voulait véhiculer comme message et le message qu’on voulait c’était cette idée de pauvre qui se donne les moyens de s’en sortir avec les coups de pouce de la microfinance. on voulait véhiculer une image plus positive. on peut le critiquer aussi parce que derrière il y a de la pauvreté. Ce que je constatais ce qu’on en parlait beaucoup depuis qu’il y a eu le prix Nobel de la paix en 2006 et effectivement dans les journaux… moi je travaillais dans un journal j’en ai parlé moi-même mais sans pour autant savoir exactement ce qui se cache derrière. la misère. ils veulent avoir l’information toute de suite. on a convenu ensemble ce qu’on voulait avoir comme résultat donc ce qu’on voulait c’était pas seulement les microentrepreneurs mais c’était aussi toute la chaine de la microfinance donc dans l’exposition on voit les agents de crédits et on voit des institutions des microfinance. Ici. On constate souvent que quand c’est l’agence qui choisit on n’est pas satisfaits. « tout va bien ». pas de soins. Comment est-elle née l’idée de faire une exposition photo ? Comme je venais pas du secteur de la microfinance. Comment cela se passe-t-il sur le terrain ? Le photographe est parti avec moi. voire immédiatement donc pour moi c’était l’image qui allait véhiculer plus rapidement l’information. quand vous voulez faire une brochure comme celle-ci. on a la . en fait on travaille avec l’agence de communication qui s’occupe du graphisme et du layout et les photos généralement c’est nous qui les choisissons. vous l’envoyez faire à quelqu’un ? C’est vous qui choisissez les photos ? Oui. il y a pas d’hôpital. chacune a choisi une image vraiment très développement misérable et nous on voulait pas ça. avec deux agences différentes. C’est un choix. été des textes mais les gens ne lissent pas trop. On a fait le reportage ensemble. je sais qu’avoir quelqu’un qui sourit.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information Et par exemple. Il y a des clichés comme ça et l’idée c’était plutôt de montrer des gens qui travaillent. qui font rien de la journée. qui ont la pêche. j’avais un peu le côté naïf de « monsieur et madame tout le monde ». Là on voit un microentrepreneur qui est déjà bureaucratisé. Et l’agence va chercher en général plus la photo clichée et c’est ça qui à chaque fois crée une insatisfaction. Il y a eu plusieurs fois. J’avais constaté qu’il y avait un manque d’information au Luxembourg. de textes. Mais c’est le choix de briser les clichés habituels sur la pauvreté comme les gens qui travaillent pas. et plus efficacement. Donc on connait ça très bien et on choisi. voire les mécanismes…et nous sommes dans la société de l’image donc vous avez beaucoup de textes. Pourquoi ? Je pense qu’il y a souvent un décalage en termes de l’image qu’on veut faire passer dans le document.

Si toutes les ONGs acceptent cette charte. Mais ici c’était vraiment l’entreprenariat qui était au cœur du message. toute la chaine du microcrédit. ça a été facile de se mettre d’accord avec le photographe ? . C’étaient trois partenaires au Burkina Faso et au Mali qui ont accepté de nous recevoir. Comment avez-vous fait pour choisir parmi ses photos ? Ça a été de longues soirées de travail à sélectionner les images. On voulait pas avoir l’impression d’apitoyer les gens avec des images d’enfant qui pleurent. Assez fréquemment. Ce qui a été étonnant c’est que le photographe. il a tellement bien communiqué qu’il n’y a pas une personne qui lui a demandé une contre partie. Il y a un travail de fond qui est fait en ce moment. Et qui sont les personnes sur les photos. Et on a profité de cette mission pour prendre les images en même temps. C’est eux les futurs microentrepreneurs. Parfois c’est nécessaire. Pour choisir les photos. Mais ils ont organisé les visites chez les entrepreneurs et ça franchement c’était super.Annexe 15 Entretien – Responsable de l’information séance de remboursement des crédits pour pouvoir bien expliquer comment ça se passe. je ne sais pas s’il y a d’autres ONGs au Luxembourg qui ont ça. Moi je savais qu’on voulait lutter contre les clichés. Les microentrepreneurs étaient prévenus évidemment et ils ont accepté d’être sur l’image mais il a photographié un peu dans les rues. Et c’est très intéressant. La c’est en zone urbaine donc on voit la différence avec une zone rurale moins avancée. Par exemple les enfants vous en verrez pas beaucoup dans l’expo. On a déjà sélectionné sur place quand même. Avez-vous une charte pour l’utilisation des images ? Non. On a voulu vraiment montrer les micro-entrepreneurs au travail. pour voir l’éthique. jusqu’où on peut aller. En fait le cercle des ONGs est en train de travailler sur une charte comme ça. Mais il y avait aussi une mission qui était planifiée avec un collègue qui est expert en microfinance. on en aura une commune. les institutions de microfinance au travail. je ne dis pas le contraire. ce sont des partenaires ? Oui. On aurait besoin effectivement pour éviter des images trop choquantes. Ça peut arriver ? En Afrique oui. Les enfants c’est juste à la fin de l’exposition. En fait ils nous ont ouvert les portes d’une façon vraiment merveilleuse. Donc il a fait vraiment un travail extraordinaire.

Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information

Oui, il y a eu peut être une ou deux fois sur des photos justement avec des enfants que Guy aimait bien parce que lui il avait le côté esthétique et moi je voyais le message. A ce moment là c’est vrai que l’on avait des discussions. Ou alors il y avait des photos très esthétiques que j’ai concédé parce que lui il y tenait beaucoup, en termes de couleur, de mise en scène, etc. pour moi ça n’apportait pas grand-chose au niveau de l’information mais c’est le travail de l’artiste. Donc il faut quand même pouvoir être chacun satisfait de l’exposition à la fin. Quelles démarches pour exposer dans les différentes salles ? On a fait pas mal de communication quand on a fait le vernissage à l’Abbaye de Neumunster. Aussi loin que je me souvienne tout c’est mis en place pratiquement de façon naturelle, c’est-à-dire que l’on a été sollicité de ramener l’exposition dans des associations, dans des mairies et dans des centres culturels. C’est jamais nous qui avons pris notre téléphone pour offrir à quelqu’un. Il n’y a pas eu de démarche commerciale et ça tourne depuis octobre 2007. Envisagez-vous de faire une nouvelle exposition ? On va clôturer notre projet parce qu’il faut que ça s’arrête un jour. Et ce qu’on voudrait faire c’est une vente aux enchères des photos pour que les recettes aillent dans un projet concret qu’on a pas encore ciblé. L’idée serait que tous les gens qui ont vu l’exposition ou qui ont emprunté l’exposition puissent venir à cette vente aux enchères, et acheter une photo pour eux ou pour leur centre culturel. Et ce sera une démarche de bonne action. Peut être ce qu’on a pas précisé c’est que sur place, les photos qu’on a prises c’était les IMF qui nous ont reçues et c’est eux qui ont contacté les agents de crédit et ils ont informé les microentrepreneurs qu’on allait venir et s’ils sont d’accord pour faire les interviews puisque l’on a discuté avec chaque personne que l’on a rencontré. Il faut souligner, vous me demandiez les critères pour choisir les photos et il y a une démarche journalistique là-dedans. On voulait faire un reportage de cinquante photos et normalement si vous voyez les photos du début à la fin on devait comprendre les mécanismes de la microfinance, de toute la chaine depuis l’institution jusqu’aux microentrepreneurs. Et on a fait cette brochure comme un guide de l’expo. Ce qui est intéressant, c’est que si vous n’avez pas vu l’expo vous pouvez lire ça et c’est comme si vous l’aviez vu. C’est complémentaire. Si vous avez vu l’expo vous avez plus de détails dans ce guide. Quels étaient les objectifs de cette exposition ? L’objectif était plutôt grand public mais il y a aussi des entreprises privées qui l’on accueilli. Notamment à la banque des jeunes du BNP Paribas. On en a eu quelques unes

Annexe 15
Entretien – Responsable de l’information

mais ce n’est pas la majorité. C’étaient plus des communes ou des associations. Et ca c’est génial parce que vous avez tout un conseil communal qui était là pour le vernissage, qui s’est engagé. Quelle est la place de l’exposition dans le plan d’information et sensibilisation ? C’est une de principales activités, à côté des conférences Les Midis de la microfinance. Comme je disais cela va s’arrêter à la fin de l’année et elle va passer aux ventes aux enchères. Ce qui constituera un temps fort dans les activités d’ADA. Et ensuite il faudra trouver une autre chose. Alors il faudra voir les stratégies de l’association, s’ils décident de continuer vers le grand public ou si on veut accentuer d’avantage les professionnels et les entreprises. Ça sera fait en novembre lors de l’élaboration du plan d’action. En terme de résultats on voulait viser pour cette année 500 visiteurs, sachant qu’on a déjà eu 10 000. Donc pour nous le résultat était atteint. Comment comptez-vous les visiteurs ? Ce sont les partenaires qui empruntent. On leur demande de fournir une statistique même si c’est plus ou moins. Mais parfois on n’a pas de réponse, on n’a pas exactement le nombre de visiteurs parce qu’ils ne sont pas équipés. Donc il y a plus de 10 000. Mais ce qui est génial c’est que vous avez l’emprunteur qui parle de l’exposition à ses concitoyens ou à ses membres. C’est vraiment de la sensibilisation réussie parce que vous avez réussi à transmettre l’information à quelqu’un qui transmet à son tour à quelqu’un d’autre. Après c’est sur que ca positionne ADA comme un acteur majeur en microfinance au Luxembourg. En terme de retour, au niveau des dons on peut pas quantifier parce que ca a pas été conçu pour récolter mais pour sensibiliser et informer. Vous savez que c’est difficile de mesurer l’impact des actions de sensibilisation donc on a juste les échos qu’on a recueilli. La vente aux enchères, je crois que ca va être un moment crucial pour voir si les emprunteurs reviennent. Donc s’ils reviennent c’est qu’ils ont été sensibilisés, que ça a certainement marché. S’ils ne viennent pas, alors peut-être qu’ils nous ont oublié entre temps. Je crois que ce sera important de pouvoir le mesurer.

Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information

Entretien à Chloé Kolb Poste: Chargé de l´information Sos Faim (événementiel, éducation au développement) Date : 16 juin 2010 Lieu : Bureaux Sos Faim

Quels sont les objectifs de la communication de Sos Faim ? Nos objectifs sont de sensibiliser et d´informer sur les enjeux du développement, notamment à la microfinance, à la sécurité alimentaire et l´agriculture familiale en Afrique. On cible surtout les jeunes au Luxembourg, à travers un travail d´éducation au développement dans les lycées et puis le grand public à travers des collaborations avec les médias, avec des collaborations mensuels avec des journaux nationaux avec un article avec lequel on relai les messages de nos partenaires, le contexte dans lequel ils travaillent et cela permet de toucher un public plus large sur le Luxembourg.

Quelles sont vos responsabilités dans votre poste ? Alors, je suis en charge de l´éducation au développement et de l´événementiel à SOS Faim. C´est à dire que c´est moi qui a les contacts avec les lycées, les enseignants et les directions des lycées pour mettre en place des ateliers de sensibilisation, les partenariats, et l´autre volet c´est l´événementiel. Concernant le volé événementiel, Sos Faim organise tous les ans deux ou trois événements grand public, d´assez grande envergure. Ça peut être des conférences, des journées à thème, l´année dernière nous avons fait les journées sur la microfinance en Ethiopie, et donc le vernissage de l´exposition. C´est moi qui organise ces grands événements et puis je m´en charge aussi de tout ce qui est rapports, gestion budgétaire du volet informations à SOS Faim. Quels types de support graphique créez-vous? A SOS Faim en règle générale on crée principalement des supports à destinations du grand public, on a des brochures assez brèves dans lesquelles on explique les objectifs de SOS Faim, l´origine de l´ONG et puis on fait également des expositions, des expositions photographiques, et puis aussi des supports plus imagés à travers des médias qui touchent les jeunes, comme la bande dessinée toujours pour sensibiliser sur les thèmes de la microfinance, agriculture familiale, et de la lutte contre la faim. Et sinon nous créons également des brochures à destination plus pédagogique pour les enseignants, ça veut dire des dossiers pédagogiques dans lesquels on met des

Annexe 16
Entretien – Responsable de l’information

définitions, des articles de réflexion, des propositions d´animations sur les différents thèmes pour que les enseignants puissent ensuite faire ces animations. D´un autre côté on a fait aussi des supports visuels type films, cdrom. On a fait plusieurs films…toujours à destination des enseignants et des lycéens comme support des animations et cette année il y a aussi le film institutionnel plus pour un public averti pour faire connaitre SOS Faim et son spécificité notamment en microfinance rurale. Et faites-vous appel aux agences ? Non, on essaie de faire preuve de créativité en interne. Tout ce qui est brochure assez générale, c´est nous qui écrivons les textes qui choisissons les photos et ensuite on fait appel à l´extérieur, on passe par le graphiste, on travaille avec une petite agence à Bettembourg, ici au Luxembourg pour tout ce qui est layout, mise en page mais on ne passe pas par des agences de communication parce que c´est hors budget. Le résultat qu´on obtient est plutôt convaincant donc on continue à travailler comme ça. Bien sûr, il y a des brochures réussites, d´autres un peu moins. On peut pas toujours être parfait. Pour les vidéos on est quand même passé par l´extérieur même si SOS Faim a été présent dans toutes les étapes de la production, dans la réalisation, dans le scénario, tout ce qui est montage, tournage, on a voulu passer par des extérieurs. Quand vous faites des brochures, ou d´autres support imprimés, quelle est la source des photos ? On essaye que ce soit Sos Faim. En fait à Sos Faim il y a vraiment la volonté que quand les personnes partent en mission sur le terrain qu´elles prennent le maximum de photos et ça nous forme une photothèque interne et à partir de là on prend les photos pour nos brochures. Ça veut dire que nous ne serons pas cités dans la brochure mais ça sera SOS Faim. Après il y a aussi des exceptions, c´est pas le cas pour les brochures mais par exemple, pour l´exposition « Le bonheur est dans le prêt » on a quand même fait appel à un photographe/artiste professionnel parce qu´on voulait vraiment un travail de qualité, il avait le matériel et quelque part c´était aussi une façon d´utiliser son nom pour être davantage connus sur le Luxembourg, pour cette exposition en tout cas, mais en règle générale ce sont nos photos, de notre photothèque. Il y a eu une exposition avant, non ? Oui, mais j´étais même pas là, je crois que c´était en 2005, c´était une exposition sur le Bénin par un photographe belge qui s´appel Gael Turin. Je dirais que pour tout ce qui est exposition d´art…même si on veut faire passer des messages à travers, pour une exposition d´art on passe par l´extérieur. Nous, on peut pas le faire.

il est beaucoup plus sur l’esthétique que nous. Je sais qu´il y a une charte pour la récolte des fonds.Annexe 16 Entretien – Responsable de l’information Quand il faut choisir des photos. Lui. le but c´est d´utiliser des images dans cet objectif c´est-à-dire des personnes heureuses qui réussissent et en bonne santé parfois et qui vraiment sont actives. On essaye de montrer vraiment une image positive. à travers cette photo ce qui est représenté est une dame qui a eu certainement plusieurs microcrédits qui a réussi à s´en sortir. vraiment le but de cette exposition c´était de montrer la microfinance en milieu rural. Lui. la campagne « Pour en finir avec la faim ». que derrière la microfinance il y a des personnes. et de montrer des visages. elle est contente…c´est pas l´image qu´ils ont sur l´Afrique. Donc le meilleur exemple c´est cette photo. il faut bien renverser . mais est-ce qu´il y a une charte pour l´utilisation des images ? C´est vrai que SOS Faim a une charte éthique. l´artisanat et puis les effets de la microfinance à travers l´habitat. Or. Si. qui veulent être maîtres de leur propre développement. Donc la sélection s´est faite d´abord sur les messages et ensuite sur les thèmes et après il y a eu une sélection esthétique. l´exposition est composée de 40 photographies et elles sont vraiment rangées par thème. D´ailleurs c´est intéressant parce que le photographe n´était pas du tout d´accord avec nous. quels secteur la microfinance permet d´appuyer. en plus elle est assez forte. qui étaient très belles mais qui n´avait rien…Donc nous c´était d´abord le message et la esthétique passait au seconde plain. C´est vraiment ça. Vu que l´objectif de SOS Faim c´est de montrer aussi des images des gens en Afrique qui veulent entreprendre. on fait attention à ca. On a voulait mettre l´accent sur la façon de travailler de Busaa Gonofaa. le contexte où un agent de crédit travail et puis il y a eu un thème. qui sont les clients de la microfinance. le commerçants. l´exposition aurait eu toute une autre forme. On a la tendance à oublier ça en ce moment parce que maintenant c´est à la mode…et nous on voulait remontrer vraiment quel est l´objectif social de la microfinance. les secteurs qu´elle touche: l´agriculture. lui il avait choisi les photos. Ça veut pas dire non plus qu´on montre une fausse image et qu´on a tendance à tout enjoliver mais vu que quand on parle de l´Afrique dans les médias en Europe c´est tout le temps négative. il voulait prendre des photos des paysages. il avait tendance à oublier ce travail de sensibilisation et d´information qu´on voulait faire. En fait on n’utilise pas d´images misérabilistes dans lesquelles les personnes sont représentées dans des situations de misère et de pauvreté extrême. Ensuite il y a eu des sous-messages. Ça a été le premier message de cette exposition. si tu regardes toutes les images de SOS Faim on voit pas des enfants maigres en train de mourir de faim comme on peut les voir à la télévision. quels critères prenez-vous en compte ? Le premier critère c´est le message. Je vais prendre l´exemple très concret du Bonheur est dans le prêt. Mais cette campagne était avant moi ! Je fais des tests avec les élèves avec cette photo et c´est vraie que la réaction des élèves c´est de dire : elle a l´aire de bonne humeur.

Un des autres objectifs c´était aussi de mettre en avance un des nos partenaires Busaa Gonofaa qui avait quand même eu le prix européen de la microfinance en 2008. voire le sud du pays. Mais si ça t´intéresse il y a aussi un code de bonne conduite dans le milieu des ONG. Mais peut être que pour toi ça peut être intéressant. Ce qui s´est passé ce que Marine a trouvé le photographe. C´est au niveau européen. et en fait c´est le cercle des ONG de Luxembourg qui a organisé en septembre dernier une formation sur ce code pour ensuite pouvoir l´appliquer au sein des ONG. L´objectif était plutôt la sensibilisation ou l´information ? On va dire information. Comment avez-vous eu l´idée de faire une exposition photo ? Déjà je crois que c´est quelque chose d´historique vu que la dernière exposition de SOS Faim date de 5 ou 6 ans. si l´information n´a pas été suffisante. Donc . ça a été fait par Concorde. le contexte et de manière très succincte comment travaille Busaa Gonofaa. Je dirais que les personnes qui vont voir l´exposition qui peuvent lire les légendes ou les textes qu´on a mis dans l´introduction. donc il y a eu l´intention de réutiliser le média photo pour sensibiliser. autour des journées SOS Faim donc on s´est dit que ça pourrait être la prolongation de ses journées en la faisant tourner dans le pays pour toucher des personnes qui ne se déplacent pas forcément à Luxembourg ville comme dans le nord. Patrick Galbats et c´était pour des raisons pratiques parce qu´elle allait aussi en Ethiopie. ils se sont retrouvés sur place. Deux semaines après…Non. Sos Faim n´est pas allé vu qu´on a déjà une charte d´éthique qu´on essaye de respecter. avant sensibilisation. C´est à dire c´était tout simplement informer sur qu´est ce que la microfinance à travers l´exemple d´un partenaire. Qui était en charge de l´exposition à Sos Faim tout au long de la réalisation de l´exposition? Ça été le service de l´info. ils sont informés sur la situation en Ethiopie.Annexe 16 Entretien – Responsable de l’information cette tendance. c´est pour ça qu´on s´est dit que c´était le média le plus facile à utiliser. Et puis il y a eu aussi le fruit du hasard. On s´était dit que ce pourrait être intéressant de le faire venir à nouveau en 2009 pour mettre en avant sont travail qui avait reçu un prix en 2008 donc ça c´était un des objectifs. c´est un code de conduite pour l´utilisation des images dans les supports de information des ONG. donc c´était plus de l´information que de la sensibilisation. Donc le but était vraiment cette prolongation des journées Sos Faim sur la microfinance pour essayer de la déplacer dans le pays et de toucher un public encore plus large. L´exposition photo faisait partie d´un ensemble en fait. il peut appeler à Sos Faim et progressivement on pourrait atteindre la sensibilisation mais c´était de l´information au départ. Pour les plus informés. mais lui finalement on l´a pas pris. les contacts avec un photographe qui nous a contactés et qui voulait travailler avec nous. Marine et moi.

il nous dise si c´est réalisable ou pas. des agriculteurs. ça nous a coûté au moins 10 milles euros. si il comprenait bien ce qu´on voulait ce qui n´est pas toujours évident. et au retour la sélection de photographies. Ça a coûté autour de 10 mil euros. . Beaucoup de photographies de personnes en activité : des commerçants. et par exemple moi j´avais organisé le vernissage. Quelles sont les consignes qu´il a eues avant d´aller sur place ? C´était surtout par rapport au message. je pourrais te donner le papier. une proposition qu´il nous avait envoyé parce qu´il avait pas tout compris et il connaissait pas le sujet mais c´est normal. Donc ça a été vraiment un travail du service information.Annexe 16 Entretien – Responsable de l’information aussi des raisons pratiques parce qu´ils allaient se retrouver sur place donc c´est elle qui a pris en charge le déplacement du photographe en Ethiopie. Nous. sur le contenu de l´exposition. Une fois fait ça il a eu l´organisation de son déplacement en Ethiopie et c´est surtout Marine qui s´en a chargée. Vraiment on avait insisté sur le milieu rural. beaucoup de photos en ville et ça nous intéressait pas. ça c´est fait entre elle et moi en fait. parce qu´au début il nous avait proposé. on a sélectionné une soixantaine des photos sur lesquelles il a à nouveau donné son avis et après il s´est mis davantage en retrait en disant c´est SOS Faim qui décide. l´installation de l´exposition à l´abbaye de Neumunster. La sélection de photographies s´est faite à deux avec validation de Thierry (Thierry Défense. Il nous avait sélectionné une centaine des photos en nous mettant quand même lesquelles étaient ses préférées et donc c´est là qu´on s´est aperçu que non. je sais plus exactement mais on a fait un document. les développements et tout ça. On voulait davantage le milieu rural et l´agriculture. Et pour la sélection de photos. Et l´installation ça a été Marine qui est allée. En fait Patrick nous a fait une présélection. C´est un peu méchant de dire ça mais elle nous a coûté très cher cette exposition. c´était un travail à deux entre toi et Marine ? Oui. il me semble. ça allait pas fonctionner…et puis après ça s´est fait ici. On payait aussi pour ça. Il a fallu travailler sur un document. On a eu des discussions d´échange avec le photographe pour que lui. entre les déplacements…il a voulu rester je crois trois semaines sur place. Après quand on a eu les photos…on a quand même travaillé avant sur la conception. moi et Marine. Je peux te montrer la proposition que nous avons faite aussi. finalement il a réduit qu´à deux semaines. C´est aussi pour ça qu´on n’en fait pas tous les ans. une fois sur place. Directeur) qui voulait superviser forcément. Mais tous les déplacements.

C´est toujours des initiatives de la société civile. le travail qui avait été fait par des grands reporters comme Albert Londre. des reportages. de réussir à percer comme journaliste parce que évidemment le contexte est très différent. des films documentaires. ça serait l´état et les subventions qui assureraient ce rôle mais comme il y en a pas en Afrique donc dans d´autres pays on intervient. Mais comme freelance j´ai tenu une dizaine d´années à la fois pour la presse écrite et pour la télé en proposant des sujets. une des clés est au nord dans le changement des politiques et puis ça implique que de toute façon le public . d´abord j´ai fait une maîtrise d´histoire contemporaine et ensuite un magister des relations internationales à Paris à la Sorbonne et puis j´avais toujours en tête de travailler comme journaliste freelance en suivant un peu l´image. en faisant finalement des films. de gagner sa vie avec cette activité. J´ai commencé en faisant des premiers reportages. sur le terrain. Donc en fait c´est un petit peu comme si Sos Faim se substituait aux états parce que dans nos pays du Nord. en Tchétchénie notamment et ensuite la dure réalité c´était de trouver des emplois à l´époque. Quels sont les objectifs de communication selon l´association ? On accorde beaucoup d´importance à la sensibilisation du publique du nord parce qu´on pense que les problématiques du Sud elles sont de toute façon liées. des deux manières. la recueille des témoignages…je voulais reporter ça. internet) Mercredi 19 juillet 2010 Lieu : Bureaux Sos Faim Pouvez-vous me raconter votre parcours. en relation avec l´Afrique. Ça m´a beaucoup intéressée donc j´ai répondu et donc voilà j´ai complètement changé d´orientation sans que ce soit une préméditation. avant d´arriver à SOS Faim ? Ma formation. Quelle est le cœur de l´activité de Sos Faim ? Sos Faim s´occupe de soutenir le monde rurale en Afrique. D´abord en soutenant les organisations paysannes favorisant l´organisation et l´intégration du monde paysan et d´une autre façon c´est d´apporter du financement au monde rural. L´ONG se substitue aux états. une ONG. j´étais dans la continuité de mes activités donc je suis tombée sur l´affiche du poste de communication. des thématiques de la faim et de l´agriculture familiale.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information Entretien Marine Lefebvre Responsable de l´information Sos Faim (médias. en apportant de l´argent publique pour la société civile. le développement. Un jour j´ai vu l´annonce de Sos Faim j´étais pas à la recherche d´un emploi nouveau. c´était vraiment un changement par rapport à une opportunité précise. Ça a été mon parcours mais c´était très difficile de vivre. C´était une vision très naïve.

C´est pour cela que c´est important pour nous. le travail du partenaire. Ici c´est possible parce qu´ils y voient l´avantage des infos. site internet. C´est beaucoup plus ce qu´on appel l´information du public. Quels publics sont visés avec les actions d´information. beaucoup de choses qui sortent de l´AFP et du coup c´est surprenant. de la mauvaise gouvernance du mauvais fonctionnement et qu´une fois averti il y a une pression sur les gouvernants pour faire les choses. c´est les exemples sur le terrain. Nos chroniques…on se fait connaitre mais on est pas en train de dire qu´on est magnifique et tout.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information soit conscient. qu´on défende et de là découle qu´on se fasse connaître en tant qu´organisation. la sensibilisation c´est aussi indirectement pour favoriser la récolte des dons parce que on a besoin aussi des dons. Et en fait le poste ne s´appel pas responsable de communication mais d´information. Avant toute chose. C´est pas la « com ». La spécificité du Luxembourg est qu´il y a une presse très abondante en nombre de titres mais en même temps des ressources un peu limitées dans le sens où ils n´ont pas de correspondants à l´étranger donc il y a assez peu d´articles de terrain. Chloé aussi mais il y avait des sous titres. sur les enjeux qu´on soutien. Ça serait pas envisageable en France pour une ONG d´avoir des chroniques dans la presse quotidienne. averti des dérives de la gouvernance. Quelles sont vos responsabilités dans ce poste ? La gestion des partenariats avec les médias. mais on met en avant nos problématiques. Ça c´est les objectifs de communication mais avant tout…celui-ci est un poste qui m´aurait moins intéressé si c´était de communiquer pour obtenir des dons. sur les thématiques. avant de faire connaître même notre organisation on cherche à faire connaitre les thématiques sur lesquelles on travaille. On peut dire qu´ils sont pour nous des partenariats et puis de la publication qu´on publie en ligne. surtout avec la presse luxembourgeoise. Donc ça c´est trois gros chantiers. A mon avis ça dit bien quelque chose sur cette nuance importante. de notre site internet. On a deux chroniques mensuelles vraiment formalisées pour Le jeudi et Le quotidien et pour eux c´est vraiment ça qui est important. sensibilisation ? . du vécu du terrain. C´est ça la priorité. entièrement « com » où on chercherait à faire connaître notre organisation. récolte des fonds et moi c´est médias. il faut pas l´oublier. Ça c´est un aspect et puis l´autre aspect. Donc vous travaillez avec des partenaires externes aussi ? Oui. Et votre poste est concrètement… ? Responsable de l´information. les relations avec les médias. Elle était éducation au développement. de nos différents supports web et puis aussi des initiatives des événements qu´on peut faire pendant l´année en direction du grand public du Luxembourg pour mettre en avant tel partenaire ou tel thématique.

Pas du tout. l´imprimeur. On en a 2 : Zoom microfinance. Là c´est un public différent ? Oui. la relation avec le graphiste. de la coordination de ces publications. On est noyé sur la quantité qui n´est pas forcément qualité. les lycées. Mais en fait ça fait des années et du coup on a un stock qui n´est pas organisé. En surtout il y a des photos qui ne sont pas très utilisables parce qu´elles ne sont pas référencées. on cible pas énormément. On sort six titres par an. C´est vrai que nous c´est pas les entreprises. même le monde universitaire. Pour les supports que vous créez pour la communication. de la microfinance. C´est la société civile à qui on s´adresse. Nous sommes responsables même si c´est des publications communes avec Sos Faim Belgique. dans lequel on cherche un peu au hasard. Est-ce qu´il y a pas un segment « professionnel » comme pour autres ONG ? Non. Mais recevoir les textes. et Dynamiques paysannes. que ce soit des missions du personnel du Service d´appui aux partenaires ou bien les missions info dans les pays auprès des partenaires. l´information ou la sensibilisation à Sos Faim ? En fait…j´ai oublié parler d´une de mes tâches principales. mettre les images. pour échanger. Je suis responsable des publications.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information Tout le grand public. on voit des choses et on sait pas à quoi ça corresponde. Sinon bien sûr pour certains événements c´est déjà arrivé qu´on appel à un photographe même avant l´Ethiopie. des institutionnels. ça facilite plus les choses que d´aller chercher des images. On parlait toute à l´heure sur l´origine des images. Comme cette exposition…il me semble que c´était . ça veut dire que sur quatre pays j´ai des banques des données. c´était déjà arrivé. Je crois que la différence avec Chloé c´était que pour elle c´était vraiment les jeunes. on utilise des images justement pour le site Internet mais aussi pour les publications mais en fait essentiellement on utilise des images prises pendant les missions. pour capitaliser les expériences des partenaires et puis et que ça circule entre eux. Du coup logiquement depuis que je suis arrivée je me base sur les photos que j´ai prises parce que je les ai en tête. J´ai fait quatre missions et donc j´ai ramené des photos sur quatre pays. Moi c´est plus le grand public mais du coup c´est le public qui lit la presse. Mais la responsabilité nous incombe donc c´est à moi la tâche. des photos que je connais ce qui facilite la tache. donc les adultes. Le grand public. relire. on sait pas ce qui existe. tout ça je le fais. on est sur un public plus…ça s´adresse plus aux professionnels aux acteurs du développement. Oui. C´est aussi à destination du Sud pas mal. Je coordonne la sortie de ses numéros. La définition des thèmes est faite en concertation avec Sos Faim Belgique.

que pour mettre en valeur ce partenaire il fallait avoir des images. C´est ça la priorité. On met pas souvent d´enfants mais je crois que sur des mailing j´en ai déjà vu. Comment avez-vous eu l´idée de faire cette exposition ? Je crois que le point de départ était Busaa Gonofaa parce qu´un de nos partenaires avait eu le prix européen de la microfinance donc ça a été en 2008 et on s´est dit que ça serait bien de le mettre en valeur à l´occasion d´un événement grand public et à partir de là comme c´était l´Ethiopie l´idée s´est imposée. On commande pas de banques d´images. Mais c´est vrai qu´on met en valeur le producteur. On peut parler des problèmes avec un sourire. Quand vous envoyez faire des supports à l´agence de graphisme. soit dans les activités artisanales. même si on parle du problème de la faim et de la pauvreté rurale on ne met pas en avant les images de la pauvreté et de la famine. Même s´il y en a pas autant que ça. Si on parle du travail d´un tel ou tel partenaire on va dans les dossiers qui le concernent. Des photos des enfants ça arrive aussi d´en utiliser ? Oui mais c´est pas habituel. mais c´est face à ces repères qu´on choisi et puis voir ce qu´on peut la faire dire mais c´est difficile de répondre à cette question. Parce que c´est notre thème aussi. C´est nos images ou celles du photographe mais aussi on partage le fonds avec Sos Faim Belgique. etcetera. De manière transversale…c´est quand même d´essayer de trouver des belles photos. je ne sais pas comment ont choisi une photo…. Par exemple cette affiche là. ça c´est sur.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information le Mali ou le Burkina. Donc pour choisir. c´est vous qui choisissez l´image ? Oui. ça c´est vrai aussi qu´on banni parce que ce qu´on veut diffuser c´est une image de l´Afrique qui certes. vraiment on s´interdit pas d´en utiliser et on cherche pas à en utiliser. Donc pour des événements particuliers notamment les expositions on fait appel à un photographe professionnel extérieur. Il y a pas de politique par rapport à ça. qui vendent leurs marchandises. souffre des graves problèmes mais qui se prend en charge. Quels sont les critères pour choisir les images ? C´est sur qu´on banni surtout les images misérabilistes. on voulait inviter le directeur pour qu´il fasse une . Donc c´est venu comme ça l´idée de faire une exposition pour accompagner un événement. c´est une photo Sos Faim aussi. Donc on va plutôt mettre les photos des petits producteurs qui travaillent. Des fois c´est souvent dérisoire mais dans tout cas ils sont en activité et donc pour quoi pas ils sourient aussi. qui est mobilisée et qui est la première actrice de son développement. soit sur les marchés. Sur les mailings pour les donateurs ça va être aussi ça : des photos dans les champs. après ça dépende des thèmes.

on l´a rencontré et il nos a fait un devis extrêmement cher et il a pas fait preuve de souplesse dans sa vision de ce que devait être une exposition pour lui. la relation avec le Luxembourg. Si. l´organisation sur place. Il a pensé à lui en premier lieu. très dans la vie…avec un regard un peu artistique.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information conférence il fallait avoir l´environnement de travail de l´institution et tout ça. en quoi ça consiste. de travail de Busaa Gonofaa. des trucs pas du tout figés. rencontrer des situations de la vie quotidienne des bénéficiaires du microcrédit. On fait des encartes dans la presse. et moi j´ai pris en charge la mise en place la préparation de l´exposition. On s´est mis en contact par une connaissance mais on avait aucune relation simplement il était photographe et on avait vu qu´il avait fait d´autres reportages en Afrique et ces images nous avaient vraiment plu en Nigeria notamment. permettre au public de mieux comprendre. accompagner la conférence. le voyage sur place. Quels étaient les objectifs de cette exposition ? De donner un contexte au cours de l´événement. c´est logique quand même parce que je pense . Donc l´idée de faire l´expo s´est imposée naturellement. C´était important pour nous que ce ne soit pas un reportage. C´était tout basé sur l´Ethiopie. les autres aspects. Et comment avez-vous choisi le photographe ? Ça faisait longtemps que Thierry avait été démarché par un autre photographe. ça a pas été vraiment défini mais on s´est bien organisé quand même. d´abord. On voulait pas que ce soit un regard reportage. Qui a été en charge de l´exposition dès la conception jusqu´à l´étape finale ? Ça c´est fait curieusement de manière très naturelle. C´est pas que sa prestation était cher mais il voulait des photos avec une marie louise. que ce soit un travail en peu artistique. on essaye de toucher un maximum des gens qui nous connaissent pas encore. concert éthiopien. qui peuvent être intéressés par l´Ethiopie par exemple parce qu´on avait fait un dîner éthiopien. à notre budget et puis à l´image trop luxueuse pas assez brute et du coup on a profité qu´il y avait Patrick qui n´était pas vraiment dans nos connaissances personnelles parce que je le connaissais pas encore comme je venais d´arriver dans le pays. On a mis le projecteur sur un partenaire d´Ethiopie mais du coup élargir pour essayer d´être attractif. toute la logistique. C´est à dire que Chloé a pris en charge l´organisation de l´événement. quel public est attendu dans ces journées ? C´est grand public parce que c´est une information qui dépasse largement le cadre de nos donateurs. Il nos semblait le support le plus évident pour faire comprendre le contexte d´action. avec un cadre vert et dans le rendu ça faisait quelque chose d´assez luxueux qui correspondait pas. Donc l´exposition fait vraiment parti des Journées Sos Faim. avec cette dimension artistique.

Il a pas resté chez les gens mais il est resté dans des petits auberges dans les villages. Quels étaient les consignes que vous aviez donné au photographe avant qu´il part ? Les consignes étaient. d´où on vient. moi je partais en Ethiopie aussi pour faire le film. qui sait qui on est. Il y avait quelqu´un qui l´accompagnait. j´ai préparé le notre et en fait on s´est croisé là bas. on est parti 8 jours. Ça arriverait si on n´était pas introduits par un partenaire local. Son désir initial. On préparait un fil en même temps donc allait se retrouver en Ethiopie pour 8 jours en commun donc j´ai préparé son programme. de faire des portraits des bénéficiaires de microcrédit dans le cadre de leurs activités. Alors si on arrivait sans prévenir de nulle part et qu´on dit vous pouvez faire ça. on l´a pris. C´était pas « je sors de l´hôtel. c´est un peu…et surtout quand on est introduit par un partenaire local et si ça s´est passe bien. ça ouvre toutes les portes. les gens ils réagissent différemment. C´est complètement autre chose d´arriver comme journaliste que comme touriste et essayer de sortir son appareil ou bien être accompagné par quelqu´un qui te présente. et nous on a du être ensemble dans le même auberge un soir ou deux et puis je crois que c´est le dernier jour…ahhh oui sa voiture avait cassé du coup il avait plus de voiture. On a eu l´occasion de se croiser et puis on a eu une journée ensemble total. C´était ça le brief. ce qu´il y aura derrière. bref. les deux derniers jours on était ensemble. Et puis aussi pour passer d´un village à l´autre.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information qu´en même temps que Patrick faisait son voyage pour prendre des photos. on vous prendre en photo. Mais lui. ce qui est intéressant c´est que même il voulait être logé dans les familles. artisanal. C´était important qu´on soit pas toujours avec lui. il était tout seul. Et les gens ne demandent pas à être payés ? Non. rester dans les villages. C´est bien légitime. il voulait pas rentrer à l´hôtel à la capitale tous les soirs. C´est un constat dans tous les pays. C´était aussi par des raisons de langue. D´aller à la rencontre des gens qui sont des clients des Busaa Gonofaa qui ont des activités très diverses : il y a le monde agricole. je vais chez les gens et je rentre à l´hôtel ». il était tout seul non ? Oui. pas plus. pour être introduit parce qu´en Ethiopie c´est particulier…c´est mieux de pas arriver et comme ça et sortir son appareil photo. Et les photographes sont sensibles à ça. il voulait faire de l´immersion. qui donne une traçabilité si on peut dire. qui identifie les gens. Parce que là on dit bien quand . Déjà il voulait partir trois semaines et finalement on lui a donné 15 jours et nous. on fait pas la photo. Nous dans ce contexte là on s´attends pas à que les gens demandent de l´argent parce qu´on sait que si c´était le cas. des petits marchés et puis par rapport à ça on lui a préparé un programme dans différentes localités donc sur place il était pris en charge par quelqu´un du partenaire.

Après on s´est convaincu mutuellement. Et finalement tout s´est bien passé. On va avoir une personne derrière une machine à coudre. très plaquée. que vous voulez pas initialement dans l´exposition ? Oui. c´est une habitude inhabituelle complètement chez nous donc c´est sûr que ça apporte de la couleur locale mais ça apporte rien sur la microfinance.Annexe 17 Entretien – Responsable de l’information on se présente que c´est pour faire connaitre Busaa Gonofaa. c´est pas pour gagner de l´argent. C´est un peu de marge artistique. Mais en même temps c´est un petit moment de vie. il a sorti plein d´images et après c´est sûr que la sélection s´est faite à trois avec Chloé. Cette photo témoigne de pas grande chose et en même temps elle lui plaisait beaucoup. Et après le voyage e Patrick. et moi et même Thierry (le Directeur). Heureusement on a recadré un peu et puis il a pu ressortir des images qui correspondaient mieux et ensuite. disons pour trancher. On n´est pas dans une mise en image très immédiate. il y en a eu. On est très loin de la microfinance. c´est pour l´intérêt collectif. avec le petit enfant qui tient la chèvre. Sinon c´est sur que la microfinance en images est très répétitive. une personne dans une épicerie…Il fallait voir le contexte général. Est-ce qu´il y a des photos que vous avez concédé. . Mais lui aussi il a concédé quand même des photos auxquelles il tenait beaucoup. Par exemple celle qu´on concédé c´est celle où il y a la chèvre. comment-avez-vous choisi les photos de l´exposition ? Il nous a fait une sélection qui nous a pas complètement plu parce que lui justement il était dans un regard complètement artistique et puis pas représentatif comme on attendait que ce soit quand même. le contexte du pays. c´est pour l´intérêt général. Les activités. Patrick.

such as beekeeper. reforestation… 4. shepherds.Annexe 19 Document de préparation de « Le bonheur est dans le prêt » First of july 2009 Concept note in the prospect of photo report about Buusaa Gonofaa To be realized by Patrick Galbats for SOS FAIM Luxembourg PG will arrive in Adis Ababa on 20 of august and leave on 5th of september In 16 days. . Tél. Patrick would like to stay at night in the places he will work in and not go back to Adis during his stay. But he will constantly need a translator. working farmers in their fields. Exhibit would like to show : 1.org . he would like to see many different aspects of Buusaa benefits on rural population.solidarity groups. landscapes (remote places…) Different areas should be visited : 1. portraits -persons who just asked for their first loan -persons who are used to ask for loans and whose situation is healthier -women having different loan products (farming loan) -landless youth -smallholder farmers -farmers with many children 2. interactions among staff and clients : -the loan officers visit their clients. irrigation programm Contact for organization in Luxembourg : Marine Lefebvre. . craftsmen. shopkeepers… 5. remote areas in which RSCF model is just implemented 3.saving in agencies … 6. areas where BG is implemented for a long time 2. -collection meetings .repayment. : + 352 / 49 09 96 – 26 marine.lefebvre@sosfaim. daily life house work children at school markets… 3. others workers in activity.

.

Annexe 21 Face à face – Exposition photo (M.Kalbusch) SOS Faim .

Kalbusch) SOS Faim .Annexe 21 Face à face – Exposition photo (M.

Annexe 21 Face à face – Exposition photo (M.Kalbusch) SOS Faim .

l’artisanat d’autre part. Les principales activités financées par les CAVECA sont la production. Plutôt que d’illustrer « froidement » les réalisations concrètes de notre appui. en particulier des femmes. Mais la population ne baisse pas les bras. se structurent et contribuent au développement des populations rurales démunies. la transformation et la commercialisation agricole d’une part. de vivre. la République du Bénin est un des plus petits pays d’Afrique de l’Ouest. Bref. Abandonnée par les services étatiques majoritairement corrompus. il a photographié les populations rurales dans leur vie quotidienne durant trois semaines. Ou plutôt de survivre. Mais un pays qui bouge au rythme de la « débrouille ». elle appuie plus particulièrement le réseau des Caisses Villageoises d’Epargne et de Crédit Autogérées (CAVECA). . le Bénin a connu ces dernières années une véritable explosion démographique. Avec l’appui d’organisations non gouvernementales (ONG) comme le CBDIBA (Centre Béninois pour le Développement des Initiatives à la Base). leurs espérances.600 km². leur joie. SOS FAIM appuie le CBDIBA depuis 1999. de manière très personnelle. d’une superficie de 112. leurs doutes. leur dynamisme. nous voulions avant tout. la libéralisation de l’économie nationale a eu des conséquences très néfastes sur la population. illustrer la VIE des populations rurales. des unions de producteurs. L’appui concerne le renforcement des capacités et le refinancement des lignes de microcrédit de 16 CAVECA situées dans des villages particulièrement isolés.… naissent. Depuis 2002. SOS FAIM a appuyé. de s’organiser entre elle. avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères. les CAVECA pour un montant de 107. en particulier dans les campagnes. Avec plus de 6.000 habitants. des groupements villageois. Qui plus est. SOS FAIM a donc invité le photographe Marc Kalbusch à se rendre au Bénin où. majoritaires dans le pays.200. à l’instar de la majorité des autres Etats africains. des caisses d’épargne et de crédit. Chaque cliché est le reflet d’une rencontre très personnelle – d’un « face à face » entre le photographe et la ou les personnes photographiées.Annexe 22 Communiqué de presse pour l’exposition Face à face (2003) SOS Faim Communiqué de presse « Face à Face » Rencontres au Bénin Exposition photographique de Marc Kalbusch à la demande de SOS FAIM « Pré-Face à Face » : Espace-Galerie de SOS FAIM. par cette exposition photographique. elle a choisi de se retrousser les manches. du 19/11 au 24/12 Berceau du vaudouisme. leur culture. trop peu aidée par la coopération internationale.300 €. Cette croissance soutenue de la population a eu des impacts peu appréciables sur le développement socio-économiques du pays. En 2003. leur peine.

SOS FAIM vous propose de découvrir un avantgoût de l’exposition. sans imposer ses vues. Cet événement marque la réouverture officielle de l’Espace-Galerie. Alors que l’exposition complète « Face à Face » sera présentée au public au Centre culturel Kulturfabrik du 5 au 19 décembre prochain. une « Pré-Face à Face ». dans son Espace-Galerie. Marc Kalbusch vous invite à rentrer dans l’univers émotionnel très riche des rencontres qu’il a faites au Bénin. du 24 novembre jusqu’au 19 décembre (du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00 – entrée libre).Annexe 22 Communiqué de presse pour l’exposition Face à face (2003) SOS Faim Sans parti pris.org . Renseignements : Sos Faim : 49 09 96 – info@sosfaim. Il vous invite surtout à vous créer vos propres « faces à faces » avec ces personnes qu’il a eu le grand privilège – selon lui – de rencontrer.

La démarche comporte l’analyse de cas de deux ONGs luxembourgeoises proposant des expositions sur la microfinance comme outil de développement en Afrique. still image. The approach was to analyse the cases of two luxembourgish NGOs who also propose photo exhibitions about microfinance as a means of development in Africa. Finalement. foreign aid. NGO. Ces initiatives s’inscrivent dans des stratégies discursives et de communication plus vastes où la représentation d’un « autre » éloigné est le moyen de transmettre une conception du développement.fr La photographie sur le développement L’objectif de cette étude est d’analyser l’utilisation de la photographie. and informative) behind these strategies creates power struggles that need to be understood. éthiques et informative. aide au développement. Afrique. au sein d’organisations d’aide au développement. Africa. in foreign aid organisations. These initiatives take part in discursive and communication strategies. qu’il faut comprendre pour caractériser l’utilisation de l’image dans le secteur du développement.CONTRERAS FARIAS Rosana contrerasrosana@yahoo. ethical. Key-words: Photography. voire une idéologie. and especially of photo exhibitions. Mots clés : Photographie. représentations. representation. les différentes logiques sous-jacentes : esthétique. to qualify the utilization of images in the development field. ONG.es Sous la direction de Eric PEDON : pedon@univ-metz. image fixe. et notamment des expositions photographiques. exposition photographique. Finally. . the existence of different reasoning (artistic. constituent un rapport de forces. photo exhibition. in which representation of a distant “other” is a way to transmit an idea of development or even an ideology. Photography on development The objective of this study is to examine the utilization of photography.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful