FLEURUS

FLEURUS

29

LES DéPûRTés FRANCHISANT UNE CJRIUB AU-DESSUS DE LAQUELLE UNFW^NEAU EN ALLEMAND iNDiaUE: "CE TRAVAIL. RENDUBRE"...

i H U / S AUSCHWITZ. NEST PAS UN CMAP DE TRAVAIL : C '^ST UN CAMÇ D'EXTERMINATIONf LA MOURRONT F%XJS DE CINQ MiuJONS. D'INTERNES»: JUIFS ^ D&ORTée» POUTiaUES,/ PRISONNIERS DE ôiUERRE / PRêTRES ...EN SOMME CEUX OUE LE NAZJôME CON&iDèRE C/OMME SES ENNEMIS OU SIMPLEMENT CCAAME DÊS^éTRES iNFéRiEURS".

^GiSx SAIT c e Q u i NOUS ATTBND i c i . . . CET eNDROiT ME FAiT ., fTRéMIR... J A I PEUR^ VDili\ '.

30

UN FRèRÇ FRANCISCAIN... AAAXiMiUeN KOLBe.

/ UN PRêTRÊ? V. TOUT BAS.''

ILS TE nJÊRONT S'iLÔ SAVOMTOUI TU e s . '

ILS TUERONT PGUTÊTFB MONCORRS/ oui...AAAis Je N e . .
suis. J e PORTE LA MÉDAiL L'iAAMACU

\ADUS H A Ï S S A N T A U T A N T Que LES ^ JUlFS^ V O U S

^

lERRIB(JE.DU"LAaeR" AENCE... TRAVAILLER DANS VASE DES MARAIS A iPiLLER DES ROSEALAK...

JBIR LES RJJ& CRUELS VICES DE CA R^DES GARDIENS...

...PEINER ENCORE ... Jusau % ... POUR Recevn/R L'EXTRÊME... UNE NOURRITURE NAUSÉABPNÙE ET INSUFFISANTE...

NERAUS/

XLORS/ ,

DEHORS,.'

31

VOL/S... R£MUeZ-VÛU&f^ cHAPaez ces CRAROONeS SUR LA VITE:/

...N'e&T-ce ^ PA5 UN ArrB^ . DB PiéTé ?

•OUJOWRS ET JAi CHGRCHë 2 X -.^ SGRVIR.EN CRÉANT RDUR EJdBLCK MtUC£ DE* L'IMMACULÉE...TRÙS VITE, DE NOMBREUX JEUNES SE SONT RÉUNIS 50UÔ SA BANNIÈRE. ET PUiS/EN ^ 9 Z ? / À 5DKM De \/AR50Y/G/ NOUS AVONS FONDÉ NIEPOKALANOW'LA CïTÉ DE C\Nm>€JLÀLÉB^K EOeOROUPA PUJSDE ^?OÛ RiEdaÎEUX PRANCiôCAiNS...

. . . J E : L A véNÈRe D E P U I S

EN PEU DE VEN[PE>.

..UNE PETITE

P'QUVRIERS . ...LEDÉSIR DE FAiRE MAINTCNAI^T CE TEA1P5 CONNAÎTRE AUX PA^fENS LB SSÇW/? SEMBLE ôl L J O I N ! LA LEURS FRÈRES... NOUS AVIONS MESSAGE DU CHRIST ET UE GUERRE EST VENUE / UN^dRANOE iMPRlMERiE^ NOUE c e NOM DE U\ BIENHEUREUSE L'INVASION DE LA POLOÉDITIONS DES REVUES ET DES ViERaE MARiE. NOUS RDUSS^ 0NE../V10N /«RESTATION JOURNAUX... NOUS CHERCHIONS PAYS DEMISSION. AU EN ...A/IAlâ M O i . T U ôAlj A ÉCRIRE DES CHOSES VALABLES JAPON. SUR UNE PETITE COL- J6REA'\EBCiEDiEU ... DES MESSAaES DE PAl'X UNE AU-DESSUS DENAOA'SAKii D'êTRE iC/ ftXJR POUR TOUS... NOUSAMONS CONSTRUIT DONNER U N PEU ^^MUGENZAI NQ SONO''LE DB RÉCONFORT
CONSACRÉS A Z>/EL/
cjTé JARDIN DB Ul/AMACULÉEy AVEC SON IMPRIMERIE. ET LA ENCORE DE NOMBREUX JEUNES JAPONAJS VINRENT NOUS AIDER A IMPRIMER CES LIVRES BTPES REVUES... LES PREMIERS A NOUS FÉUCiVER FURENT LBS BONZBS ... NOUS RêV/ONS D'UN MONDE FRATERNEL ...

A TOUS MES FRèRES...

32

ET LE PèRE KQBLE A/\ANiFESTE ÇÛMA/»£ IL. PEUT jSA

CHARiTëCHRÉTIENNE: IL.
zoNnynE tes

...ASSISTE LES MORIBONDS.

R ( F ME VIENT OE . Dieu EHGLÂ JGOaOfô erJ'espèRe; «ai J E N'ETAiS PAS DÊ)AiC4/jÊ DEVRAIS DEMANDER A Y VENIR.

DEMANDER L'ADMfSSION ^ ^ ^ N C A M P ? y.yyyAAAlssiONesrALi VOUS ETES FOU ^/^^^^MlUeU DE CEUX OUlX SOUFFRENT LE RUJS. VOUS è r e s A^èDECiN E T v o u s D E V R I E Z ME COMPRENDRE '

DGMORTy LOURDE-^ TERRIFIANTE. LA VIE NESTCSUED^ESPDIR ET HfiJNE...

33

...Dès

HOMMES NENTAUKMNNS

DÉSE&PéRÉS ENJ/IEN-K POUR UNE CROUTE DE \ ROJN...

...FLS CUTÎEhrr
ET

FOUR NE DEP^R...

DEVENIR

FCiUS

D'HORR&JR

...IL Y EN A oui CÈDENT A LA FOUE ET CHEROHENT LA MORT EN se JETANT. SUR. LES^BARBEU éUSCTRlFli

CERTAINS TENTENT LE- TOUT POLICE TOUT. LA FUiTB/

C EST. CE QUI A^RRiVE DANS LBS DERNIERS, JOURS DE JUILLET. UNARISONNIER S'EVADE, L'ALARME SE DÉCLENCHE.

34

ET \/aCJ QU'ARRIVE

CAMP, (JE LfiCERFÛHRER FRlT&H, SURNOMME *VÊTE DE CHIEN"... ACHTUNa

COmAANÙANT DU

LE

ATTENTION/QUELQU'UN DE \/arRe BLOC Sfe&T ÉCHAPPé/ b'iLN'e^T PAS, RE' PRIS , DIX DENTRE \4DUS MOURRONT DANS (JE BUNKER OÇ. LA

Œp PORCS HE \ / J A W O H L / léRiTCNT B9<6 } / COM/VtAN-eAAANaeR. /A DANT/ VeiLLEZ-Y

LA SOUPE EST RENVERSÉE DANS UN CANIVEAU^ SOUS LES YEUX DES PRISONNIERS. UNSUPPUCE ATRDCE^POUR DES CXENS AFP^ÉS DEPUIS
DES MOIS.

35

PujB ATROCE QUE LA mJM^ LA PEUR.

LE BUNKER DeLARMM/

L'AQONted-ô P ï ^ S ^FtXJV>ANTABCjE/lNYENTÊE FAR"TeTG D6 CMJEN". C'EST UNE C Ê L O J L E ôOUTERRAiNe. NUE/ SANS PÉNÉTRÉ... ICS T'ENFER/VtENT CA-DEOANS ET TE CAtSSENT a^NS LUMiëRe.^ SANS e > 0 ^ 5 A N e .RAiN-.. PENDANT DES JOURS E T PGS NUITS/ A CREVER PCRSiiMETDG SûtF. . MOURIR J ^ D U . FUSiUJÉ...OUi .''MAIS PA&DSmMBT DE, LeJcUR SUIVANT OES HOMMES DU BLOC -14- SONT A NOUVEAU AUaNES £ki\NS LA COUR.

PeSESPÉRÊZ PAS, LAv/Ê-Rae NOWS A I D E R A / L'ÉVADéN'AFWSéTê.RE'^ !.1JÊTE DE CHIEN"ARRIVE, IL FAiTLŒi CENT PAS DEJlANT CES TROUVÉ. DfXRfiJRMl VOU^ HOftmeS TERRIFIAS. ET^ DANS UNVûrrrMOURlRÛANSC£ SILENCE DE MORTy SOUDAIN,IL CRie:

•ÎLE, RESTENT LA, PENDANT DES HEURES^ SOUS LE SOLEIL BRUU^T.

36

PèBE... LA VJGBCie NOQÇi A AiDéS... c e FDU N6 NOUS A PAS C H O i s r s . . .

AcoeS

C/A/ PRisÇiNNiER SÛRT DES RANO&.. .

AUCUN DES

RRiSQNNiERS N'A^TJAMAIS OeÉ.UN£CHOSB SEMBLABUE. AUCUN D^ . OARDESN^AIT VU PARE/LLS CHOSE. LA STUPEUR PUT-rEULE QUE PERSONNE , N'iNT^VÎNT OU

T.

AiNôi

LB PÈRE KOLBE S'APRRCXJIA au'esT'CE
QU'Y PJi&SE?

38

"RUE DES OARDieNS " FRI'&ONNIERS.

39

ErAlNôh €N SlŒNCEy (JE PÈR€ KOLEE ET SES NEUF CÛMFiOaNONS CyiNFORTUNE, SE DÎRKÂENT VERS LA CELLULE DELA MORT...

40

.. TANDIS SXJS œ sousk. se COUCHE. ETC^PUTUhrOOUCHeRDESOUEiC MAGNÏFiQUe , UN ODUCHER DEStOUEICCCMME ON N'EN AC/AirJfiMAlS VU"...

LES CONÇAMNéS SONTCCNDUirsA CNiE DISCJPUNAIRE. DIX. CÛNDAMNéS. DESTiNATiON :
BUNKER

LA CÛMRe\-

L'OB^CURÎTé.

CesiiENCE.

L'HORREUR.

NOUS./ NOUS TROUVeRQNS LE

FAim LA RÛUTE.PU PARADIS FDECAKIÛUX ET DE RONCES/DIT-ON. LA ROUTE QUE PARCOURUT CE RÈf^ KDLBE FUT PLUS TERRIBLE ENCORE. UNE ROUTE FAITE... DERiEN. PAS DEUIMlèRE, PAS DE PMN/ PAS D'EAU,^ PAS D'ESPéRANCE...

COMMENT EST- EUE

42

. Que. LE DéSESPOiR...

UN JOUR/ .DEUK JOURS/ TROIS/ QUATRE/ a'NQ JOURS... QUEUE EST LONCÂUE LA ROUTE PARADIS ?

43

AINSI' ces ss ENTRÈRENT ctiNs
CJ5UJJLE BTVlReNT...

LA

CÛMMEÇA!

REûAROe PAR
^^MPR/S?

TROIS OU QUATRE SONT DéJA MORTS.. GT (JËS AUTRES N'EN ONT PUiS FOUR UONaTEMPS... AMiSCE PRÊTRE...

J'Ai VûUUJ VENiR Avec euA / . PARCE Q U E C'éTAlTEUX Q U I AVAIENT LE PLUS BESOIN D E RÉCONFORT. MON DIEU/ DONNE À MON CORPS LA FORCE E T FAIS QUE J E s a s LE DERNIER A M O U R I R POUR ÛUE J E PUiSSE L E S SOUTENIR JUSQU'A LA FiN

44

}U/NZE JûURQ APRÈS O E DEBUT DES TORTURES... . CA CELLULE 2 1 ?
ET ALORS/ CÛ/WV1AN-

OANT,

AH OUI ? aUT. TRÈS BIEN. LE DOCTEUR BOCK Y POURVOIRA,COMME D'HABITUDE/

PEU APKès / A UiNFlRMeRtE DU CAMP... DOCTEUR BOCK/ON A BESaN DE VOTRE reRVENTlON I N T E R V E N T I O N D A N S CA CBLUJLE. 2 1 . . . (3UATRE/
J G OÇOIS...

A VOS ORDRES ' COAAAAANCANT. JE M'EN OCCUPE
TOUT DE

SuiTE.

. Jfe M'EN OCCUPE

"DOCTEUR"BOCK SERINGUES... LES

SUiTE "... LE sol -

DISANT

TDUTDE PRITQUATRE REMPUT ,

.ET II DESCENDIT CW\IS LE SOUTERRÂN...

DUN POISON :'U/>aDE

PHENIOUE:'.

hA CELUM^. FUT OUVERTE.^ yOMMES ÉTAIENT MORTS. TRaS OJSAlENT A TERRE AdONlSANT...

.MAIS L'UN AVAIT ENCORE LES YEUX
OUVERTS...ETLB
RAYONNANT MÊME.'...

VlSA£kE^SEREIN,

45

LE

"DOCTEUR" BOCK INJECTA LACJDE PI4éNiQUE AUX TROiS AiC^ONiSANTS,...

.. PUIS IL SAPPROCHA DU PERE KOLBE. ET L'IMPENSABLE SE. PRODUISIT.

LE PÈRE KOLBE OFFRIT SPONTANEMENT LE BRA& A SON BOURREAU/

'En védlé^ voaô &JCUÀ : xjzSujL -qui azdZm, 'mot y irmm àU mwtt^yiA/^a'...

QUINZE JOURS
SOiF...ET£NFlN UAdDE . PHéNiQUE DANS LES VEINES.

DE FAIM ET DE

DÙBSCURITéy

ALCXZS

DU BUNKER DE LA

LES PAUVRES CORPS ^ MARTYRISÉS FURENT TRAÎNÉS HORS,
FAiM...

46

. ^U&QU 'AU FOUR CRévtATOÎRe..

...ETLEURS, CENDRES FURENT DiSFERôéES AVEC LA FUMEE ACRE ET DENSE AU-DESSUS DES MARAIS PUTRIDES P'AUSCNWiTZ.
LUI / A U /yVOINS/ II. A FINI -lAND/S ClUe N O U S . . .

O e SOUFFRIR...

NOUS SOUFFRIRONS /WOiNS/ NOUS AUSSI : AVANT/ NOUS
NSeNQUI CROIRE...
AAAINTENANT NAVION^

PERSON-

ce F R è R E NOUS A APPRIS A N E PLUS AVOIR PEUR . , O R Â C e A CELA N O U S SOUFFRIRONS A/lûiNS... ^

Oif^RET

MAIS RDURQUOl A - T - I L VOULU MOURIR FOUR UN AUTRE ? PBUT-êTRE AURAIT-IL RÉUSSI A SURVIVRE... POURQUOI ?... POUR Qui ?

J ^ S PRISONNIERS ... MDLHEUREUK COMME NOUS...

47

OUI. A e v / e eux. R£CÂARDE LE UEL/ MON AMI. REûAm^T. LE CJEL, MES FRERES,. IL A LA COULEUR RÛLK^ DU MARTYRE..

..U. .Ou,

LEMCNÙECOMPRIT. LA GUERRE JERMiNéE< QUAND ON SUT TtUT, LE SACRIFICE SUBUME DE. MAXIMIUEN KOLBE DEVINT LEXEMFLE MÊME DE L'AMOUR UNIVERSEL. ET LE-1Q OCTOBRE -iBTl^Â ROM£...

...FUTPROCLAMÉE LA SAJNTETÉ. Du ^RE KOLBE. C^S LA FOULE IMMENSE SE COTOYAIENT DES ALLEMANDS ET DES POLONAIS , DES RUSSES ET. DES JUIFS; CES .SURVIVANTS D'AUSCHWITZ. ErrCEUX (S>UIAVAIENT APPRIS DE LEURS PERES CETTE HISTOIRE D'HORREUR ETPEMORT...

Au

... JETAIAINTENANT
AAAXJMiUEN
DECE NOM pu PÈRE

\—''':KOLJB>E^\LS> FA\\ BOUE DE HAINE CE \ SYMBOLE DE I \ L'ESPERANCE ET' |\ DELA PAJK.
\ SAIENT SYM-

N° d'édition: F 77026 - Dépôt légal:

trimestre 1977. Achevé d'imprimer le

30IZm.

Imprimé en Italie. Imprimerie Pol. COLOMBI - Pero (Milan).

Amour et Enfer Deux enfers ; deux univers de misère et de mépris, de dureté et d'avilissement : l'enfer d'Aulscliwitz, l'enfer de Calcutta. Deux visages de lumière et d'espérance : Mère Térésa de Calcutta qui, renonçant à une vie tranquille, prend en charge les pauvres de cette ville dont beaucoup naissent, vivent et meurent dans les rues. Le Père Kolbe, qui, de son plein gré, meurt à la place d'un prisonnier, en redonnant à ses compagnons d'agonie, leur dignité d'hommes. Deux enfers, deux visages de lumière : un même AMOUR.

Dans la collection Vivants Témoins tu trouveras aussi n° 1 : François d'Assise n'' 2 : Les Fioretti de François d'Assise n*'3 : l\/larie, filie d'Israël tf 4 : Paul de Tarse

ISBN 2 215 00147 / ISSN 0 395-3262

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful