P. 1
Présentation du Tribunal spécial pour le Liban

Présentation du Tribunal spécial pour le Liban

|Views: 84|Likes:
Une sélection de questions fréquemment posées sur les travaux du Tribunal
Une sélection de questions fréquemment posées sur les travaux du Tribunal

More info:

Published by: Special Tribunal for Lebanon on Aug 16, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/21/2013

pdf

text

original

Pour qu’un témoignage puisse être considéré comme « faux », il doit être
produit devant les juges du Tribunal� Un tel témoin peut être poursuivi pour
« faux témoignage sous déclaraton solennelle »�

—38—

Avant de témoigner, chaque témoin doit faire la déclaraton solennelle
suivante : « Je déclare solennellement que je dirai la vérité, toute la vérité et
rien que la vérité »�

Si le Juge de la mise en état ou une Chambre a de fortes raisons de croire
qu’un témoin a sciemment et volontairement fait un faux témoignage à
l’audience, il ou elle peut enjoindre au Procureur de mener une enquête
et si les éléments de preuve sont sufsants, engager des poursuites à son
encontre� Si le Juge de la mise en état ou la Chambre estme que le Procureur
pourrait avoir un confit d’intérêts pour ce qui est du comportement en
cause, il ou elle peut enjoindre au Grefer de nommer un amicus curiae
(un « ami de la cour ») qui instruira l’afaire et indiquera au Juge de la mise
en état ou à la Chambre s’il existe des motfs sufsants pour engager une
procédure pour faux témoignage� Le Juge de la mise en état ou la Chambre
peut alors rendre une ordonnance au lieu de délivrer un acte d’accusaton et
demander à l’amicus curiae d’engager une procédure�

Un témoin suspecté ou reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés jouit
des mêmes droits que n’importe quel autre suspect ou accusé, y compris
celui d’avoir un conseil rémunéré par le TSL, s’il est indigent� Le procès d’une
personne accusée de faux témoignage se tent devant le Juge de la mise en
état, lequel détermine si l’accusé est coupable et fxe la peine, le cas échéant�
La peine maximum encourue est une amende de 100 000 euros ou sept ans
d’emprisonnement, ou les deux� Le témoin condamné peut faire appel du
verdict prononcé par le Juge de la mise en état ou la Chambre de première
instance�

You're Reading a Free Preview

Download
scribd