Systèmes hyperstatiques d’ordre 1

Contexte :
Mécanique des systèmes, modélisation.

Hypothèses :
• Solides indéformables • Liaisons parfaites

Etude :
On se base sur un système bielle-manivelle : → F

→ C

On utilise le principe fondamental de la statique. Les torseurs des efforts entre les différentes pièces sont :  X 01 {T0→1} =  Y01  Z  01  X 12 {T1→2 } =  Y12  Z  12  0 {T2→3} =  Y23  Z  23  X 30 {T3→0} =  0  Z  30 0   M 01  N 01  A  0   X 12   M 12  =  Y12 N12 B  Z12  

Statique :

 0 b. ( sin (α + θ ) .Z 23 + cos (α + θ ) .Y23 )  0       M 23  =  Y23 M 23   Z  N 23 C  23 N 23 B    X 30 L30     0  = 0 N 30 D  Z 30   

e. ( sin θ .Z12 + cos θ .Y12 )   M 12 − d .Z12 − e.cos θ . X 12  N12 + d .Y12 − e.sin θ . X 12  A 

L30 − ( L − e.sin θ − b.sin (α + θ ) ) .Z 30  n   0  N 30 − ( L − e.sin θ − b.sin (α + θ ) ) . X 30  C 

On isole la pièce 1 au point A : X 01 − X 12 = 0 Y01 − Y12 = 0 Z 01 − Z12 = 0 C − e. ( sin θ .Z12 + cos θ .Y12 ) = 0 M 01 − M 12 + d .Z12 + e. cos θ . X 12 = 0 N 01 − N12 − d .Y12 + e.sin θ . X 12 = 0 sin (α + θ ) .Z 23 + cos (α + θ ) .Y23 = 0 M 12 − M 23 = 0 N12 − N 23 = 0 L30 − ( L − e.sin θ − b.sin (α + θ ) ) .Z 30 = 0 M 23 = 0 N 23 − N 30 + ( L − e.sin θ − b.sin (α + θ ) ) . X 30 = 0

Puis la pièce 2 au point B : X 12 = 0 Y12 − Y23 = 0 Z12 − Z 23 = 0

Et enfin la pièce 3 au point C : X 30 = 0 Y23 − F = 0 Z 23 − Z 30 = 0

Le système comporte 18 équations et 19 inconnues, il est donc hyperstatique d’ordre 1. On peut aussi déterminer le degré d’hyperstatisme du système par la relation : h = −mS avec : mS mobilités statiques m = mS + mC indice de mobilité = I C − EC = ES − I S mc mobilités cinématiques I C nombre d’inconnues cinématiques, I S statiques EC nombre d’équations cinématiques, ES statiques

On utilise le bouclage cinématique. Les torseurs cinématiques entre les différentes pièces sont : ω01x {C0 /1} =  0   0  ω12 x {C1/ 2} =  0   0  0  0 0 ∀P∈Ax r  0  0 0 ∀P∈Bx  r V23 x   −b.cos (θ + α ) .ω23 x  −b.sin (θ + α ) .ω23 x ∀P∈Bx  r 0   V30 y  d .ω30 y  

Cinématique :

ω23 x ω23 x V23 x     0  = 0 {C2 / 3} =  0  0 0 ∀P∈Cx  0   r   0 0   0    = ω30 y {C3 / 0} = ω30 y V30 y   0 0 ∀P∈Dx  0 r    Or on a : {Ca / b } A + {Cb / c } A = {Ca / c } A ω12 x + ω23 x  Donc {C1/ 3} =  0  0  ω12 x + ω23 x  = 0  0 

r ∀P∈Ax

V23 x   −b.cos (θ + α ) .ω23 x  −b.sin (θ + α ) .ω23 x ∀P∈Bx  r V23 x   −b.cos (θ + α ) .ω23 x − e.cos θ . (ω12 x + ω23 x )  −b.sin (θ + α ) .ω23 x − e.sin θ . (ω12 x + ω23 x ) ∀P∈Ax r  V23 x   −b.cos (θ + α ) .ω23 x − e.cos θ . (ω12 x + ω23 x )  −b.sin (θ + α ) .ω23 x − e.sin θ . (ω12 x + ω23 x ) ∀P∈Ax r 

ω01x + ω12 x + ω23 x 0 {C0 / 3} =    0  Le bouclage donne :

ω01x + ω12x + ω23x = 0 ω30y = 0
0=0

V30 y − b.cos (θ + α ) .ω23 x − e.cos θ . (ω12 x + ω23 x ) = 0 b.sin (θ + α ) .ω23 x + e.sin θ . (ω12 x + ω23 x ) = 0

V23 x = 0

On tombe sur une équation 0=0 traduisant l’hyperstatisme de degré 1. On peut aussi déterminer le degré d’hyperstatisme du système par la relation : h = mc + 6.γ − I c avec : γ = N L − N S + 1 nombre cyclomatique N L nombre de liaisons N S nombre de solides D’une manière générale, un degré d’hyperstatisme est lié à une contraiunte géométrique de fonctionnement. Dans le cas étudié, ceci correspond au parallélisme des liaisons d’axe → x.

Simplification :
Certains systèmes peuvent êtres assimilés à un système 2D, on peut alors calculer la rigidité grâce à la formule suivante : h = mc + 3.γ − I c

Extension :
L’hyperstatisme est utilisé afin de rigidifier un système, il faut alors abandonner les hypothèses de départ pour résoudre avec de la résistance des matériaux des solides déformables. Exemple du boulon précontraint : On isole la pièce 1 au point A et grâce au PFS : uur  RA    {T0→1en A} =  r   0 A   uur uur uur RB  RB   RB   {T0→1en B } =  r  = uuur uur  = l. R ur − R r           Bx y By x  0 B  AB ∧ RB  A  RBx = RBy = 0

Statique :

(

)

   A 

RAz = RBz On obtient 3 équations pour 4 inconnues, hyperstatisme de degré 1. r ω A .x   Cinématique : {C1/ 0 en A} =  r   On effectue un bouclage cinématique :    0 A r r ωB .x  ωB .x     On tombe sur une équation 0=0 {C1/ 0 en B } =  r  =  r   traduisant l’hyperstatisme de degré 1.  0 B  0  A    

ω A = ωB 0=0
La vis et le tube se comportent comme des ressorts de raideur : K= Evis Svis et k = Etube Stube h10

RdM :

A la limite de décollement du tube et du bâti, en isolant les points A et C et grâce au PFS, on a :  k  h ( h2 − h20 ) + K . ( h1 − h10 ) = 0  20  F + k h − h = 0 ( 2 20 )  h20    et h1 = h2 + h30 D’où : F = k .K h20 + h30 − h10 k + K .h20

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful