Mémoire de Master Professionnel Sciences de l’Éducation et de la Formation Spécialité Technologies de l’Éducation et de la Formation

TIC et institutions muséales
Pour une typologie des usages
Focus sur les écomusées et musées de société

Vincent LISSILLOUR
Université de Rennes 2 – Haute Bretagne Préparé sous la direction de Mme Barbara Fontar Soutenu le 4 octobre 2012

Jury : Mme Barbara Fontar : Professeur à l’Université de Rennes 2 Mr Norbert Friand : Responsable Service Aménagement et Usages du Numérique, Rennes Métropole Mme Geneviève Lameul : Professeur à l’Université de Rennes 2

Sommaire
Remerciements  ................................................................................................................................................  1  

Partie  I  :  Rapport  de  stage  ..................................................................................................................  2  
L’avant  stage  ......................................................................................................................................................  3   Description  de  la  structure  ..........................................................................................................................  5   Les  Champs  Libres  ..........................................................................................................................................................  5  
Le  s ervice  D éveloppement  C ulturel  ...................................................................................................................................  7  

Description  et  avancements  des  objectifs  ...............................................................................................  8   La  c ommande  initiale  d u  s tage  ...............................................................................................................................  8   Immersion  d ans  le  m ilieu  ..........................................................................................................................................  9   La  r emise  e n  c ause  d ’une  p artie  d e  la  c ommande  ......................................................................................  13   Le  changement  de  missions  ......................................................................................................................................  15  
Refonte  de  l’espace  1001  images  .........................................................................................................................................  15   Les  parcours  thématiques  en  autonomie  .........................................................................................................................  17   Les  missions  annexes  ................................................................................................................................................................  19  

Analyse  e t  b ilan  d u  s tage  ..........................................................................................................................  20  

Partie  II  :  Mémoire  de  recherche  ..................................................................................................  23  
Introduction  ....................................................................................................................................................  24   Chapitre  1  :  Questionnement  .....................................................................................................................  25   Le  contexte  muséal   ........................................................................................................................................................  27  
Définition  d’écomusée  et  musée  de  société  .....................................................................................................................  28   Politique  culturelle  et  démocratisation  de  la  culture  ..................................................................................................  33  

TIC  et  institutions  muséales  ......................................................................................................................................  36  
Définition  de  Technologies  de  l’Information  et  de  la  Communication  ................................................................  36   L’avènement  des  TIC  dans  les  musées  ...............................................................................................................................  37   L’engouement  pour  cette  thématique  ................................................................................................................................  39  

Chapitre  2  :  Cadre  théorique  ......................................................................................................................  40  
Le  musée    devient  participatif  ...............................................................................................................................................  41   Le  visiteur  devient  producteur  .............................................................................................................................................  46   Les  TIC  comme  outil  de  médiation  ......................................................................................................................................  49   Notion  d’usage  et  de  pratique  ................................................................................................................................................  51  

Construction  de  la  problématique  ..........................................................................................................................  52    

Chapitre  3  :  Méthodologie  ...........................................................................................................................  53   Démarche  méthodologique  .......................................................................................................................................  53  
Mise  en  place  d’une  méthodologique  quantitative  .......................................................................................................  53   La  conception  du  questionnaire  ...........................................................................................................................................  54   Mise  en  place  d’une  méthodologie  qualitative  ...............................................................................................................  55   Conception  de  l’entretien  semi-­‐directif  .............................................................................................................................  56   Conception  de  l’observation  directe  ...................................................................................................................................  56  

Chapitre  4  :  Résultats  ...................................................................................................................................  57   Vers  la  création  de  l’échantillon…  ..........................................................................................................................  57   …  Pour  une  enquête  au  plus  près  du  terrain   ......................................................................................................  62  
Les  moyens  humains  .................................................................................................................................................................  62   Les  dispositifs  Web  .....................................................................................................................................................................  63   La  gestion  du  site  Internet   .................................................................................................................................................  63   Réseaux  Sociaux  .....................................................................................................................................................................  64   Les  dispositifs  in-­‐situ  .................................................................................................................................................................  66   Regards  sur  le  numérique  en  institutions  muséales   ....................................................................................................  67   Participation  des  publics  .........................................................................................................................................................  67  

L’observation  directe  du  réseau  social  Facebook  ............................................................................................  68   Chapitre  5  :  Analyse  des  résultats  ............................................................................................................  75  
Les  usages  effectifs  des  réseaux  sociaux  ...........................................................................................................................  75   Des  limites  politiques  ..........................................................................................................................................................  75   Des  limites  humaines   ...........................................................................................................................................................  77   Des  limites  d’utilisation  ......................................................................................................................................................  78   Les  usages  effectifs  des  dispositifs  de  médiations  numériques  in-­‐situ  ................................................................  81   Bilan  de  cette  analyse  ................................................................................................................................................................  83  

Chapitre  6  :  Typologie  des  usages  ............................................................................................................  86   Conclusion  et  perspectives  .........................................................................................................................  89   Bibliographie  ..................................................................................................................................................  92   Webographie  ...................................................................................................................................................  97  

Table  des  annexes  ..............................................................................................................................  99  
Annexes  Rapport  de  stage  .......................................................................................................................................................  99   Annexes  Mémoire  .......................................................................................................................................................................  99  

"La culture n’est pas un luxe, c’est une nécessité" Gao Xingjian

Remerciements

Je tiens tout d’abord à remercier mes deux responsables, Ariane Cousin et Oliver Le Du, qui m’ont permis de réaliser ce stage de fin d’études aux Champs Libres. Mes remerciements s’adressent aussi à Mme Karine Debord et Mr Antoine Pasquer, avec qui j’ai eu des échanges permanents tout au long de ce stage. Ce projet de mémoire n’aurait pas pu aboutir sans le soutien et la rigueur méthodologique de ma directrice de mémoire Mme Barbara Fontar. Je tiens également à remercier toutes les personnes qui de près ou de loin m’ont ouvert les portes sur de nouvelles pistes de recherche et ainsi permis d’enrichir ce mémoire et ma réflexion. Merci à la filière USETIC et tout particulièrement mes acolytes de Master TEF avec qui j’ai passé une, voir deux agréables années, riches d’échanges et de bons moments. Je remercie enfin mes proches qui ont dû supporter mes sauts d’humeur lors de la rédaction de ce mémoire, voir tout au long de l’année. Bonne lecture à vous.

TIC et institutions muséales

1

Partie I : Rapport de stage Sept mois aux Champs Libres

TIC et institutions muséales

2

L’avant stage
Dans le cadre du Master Sciences de l’Éducation spécialité “technologies d’éducation et formation”, nous devions effectuer un stage de fin d’études d’une période de 20 semaines pour valider notre cursus universitaire. L’année dernière, j’ai effectué mon stage à la Bibliothèque des Champs Libres de Rennes sur l’étude du développement des ressources numériques mises à disposition des publics. J’étais chargé dans un premier temps de faire l’état des lieux des ressources numériques présentes à la Bibliothèque puis d’analyser les causes de leur sous-utilisation par les publics et de préconiser des solutions. Les résultats de mes recherches dans le cadre de cette problématique ont démontré que les publics ne pouvaient pas faire pleinement usage de ces ressources numériques sans que le personnel soit préalablement formé à ce type de contenu et en fasse la médiation. L’analyse des données recueillies m’a ensuite amené à constater qu’il existe, dans le personnel de la Bibliothèque des Champs Libres, une réelle fracture numérique en termes d’usages et un réel frein au changement pour certaines personnes. Ensuite, d’autres missions se sont ajoutées : j’ai été affecté sur l’étude de l’offre des livres numériques pour une future acquisition par la structure. Au cours de ce stage j’ai pu découvrir et intégrer l’équipe chargée du développement numérique au sein d’une institution culturelle et j’ai pu me rendre compte d’une part, de l’intérêt que celle-ci porte au numérique et d’autre part de la nécessité que la Bibliothèque s’ouvre et prenne une réelle conscience de l’importance du numérique dans le monde actuel. Au cours du mois de mai 2011, j’ai pris connaissance d’une offre de stage au service Développement Culturel des Champs Libres pour l’année 2011-2012. Etant dans cette même structure pour mon stage à la Bibliothèque, il m’a semblé judicieux de prendre connaissance de cette proposition pour savoir qui était la personne qui proposait ce poste et quels étaient ses missions et ses objectifs.

TIC et institutions muséales

3

J’ai donc pris contact avec Olivier Le Du, la personne référente de l’offre de stage pour une première approche. Après quelques échanges de mails et en présentiel, sur ses attentes et sur les miennes, nous avons commencé à discuter et à évoquer un projet commun. Nous avons échangé sur mon rôle de stagiaire et sur les missions que j’effectuais cette année à la Bibliothèque ainsi que sur ma vision du rôle que peut jouer le numérique dans une institution culturelle. Il m’a indiqué que le numérique était très peu présent dans le musée de Bretagne mais que ce dernier avait pour objectif de s’ouvrir sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour ses expositions permanentes et temporaires. Cette thématique allait être développée dans un avenir proche, d’où une nécessité de faire un travail en amont sur l’état des lieux de tels dispositifs. La mission générale du stage est donc de trouver et développer des dispositifs numériques à adapter au sein du musée de Bretagne. Un plan de projet en 3 axes a ensuite été défini : je devais dans un premier temps faire un état des lieux des dispositifs innovants présents dans les différents musées français pour ensuite faire une étude et proposer un cahier des charges sur un dispositif adapté au musée de Bretagne. Un autre volet de la commande était de créer une veille sur les nouvelles technologies présentes dans les musées ou autres institutions. Enfin, le troisième axe consistait à proposer une base de données techniques des différentes installations audio-visuelles, multimédia, nouvelles technologies présentes dans les différents musées de France. Cette base de données à intérêt collaboratif serait enrichie par les régisseurs des expositions de différents musées. Il m’a précisé que pendant la durée du stage, j’aurai deux responsables de stage : lui-même et Mme Ariane Cousin, Responsable de la mission technique des expositions. Ce choix vient du fait que malgré l’indisponibilité de Mme Cousin au moment de nos entretiens pré-stage, elle souhaitait partager cette présence de stagiaire avec Mr Le Du. De plus, leurs emplois du temps respectifs et leurs contraintes professionnelles ne leur permettant pas d’être pleinement disponibles pour un stagiaire, il m’a indiqué qu’il recherchait une personne autonome, dynamique et qui prend des initiatives dans ses choix. Mon stage se déroulera donc du 03 octobre 2011 au 27 avril 2012, au service Développement Culturel des Champs Libres.

TIC et institutions muséales

4

Ce stage sera en adéquation avec ma décision de poursuivre ce master car il me permettra de travailler à la fois sur les aspects techniques liés aux TIC et sur la dimension sociale : la communication et la médiation, le contact avec le personnel et les usagers. De plus, mes compétences acquises durant mes années de licence en Informatique seront un atout pour appréhender ces différents outils informatiques sans craintes. Enfin, ce stage me donnera l'occasion d'appliquer concrètement les concepts étudiés dans les différents modules de ces deux années de master.

Description de la structure
Les Champs Libres

Ouvert au public depuis le 28 mars 2006, le site des Champs Libres présente, au cœur de Rennes, la particularité de réunir des entités culturelles différentes mais complémentaires. La Bibliothèque de Rennes Métropole, L’Espace des Sciences et son planétarium ainsi que le Musée

TIC et institutions muséales

5

de Bretagne se voient ainsi regroupés au sein d’un même établissement. Depuis Novembre 2010, La Cantine Numérique Rennaise a aussi investi les lieux. Selon le dossier documentaire des Champs Libres : « la proximité de ces trois pôles de connaissance offre une accessibilité exceptionnelle aux savoirs, amenant leurs divers publics à se croiser, s’intéresser et s’enrichir au contact d’horizons nouveaux. Les projets et activités des Champs Libres s'enrichissent ainsi en permanence de dialogue avec les universitaires, chercheurs et créateurs du territoire. Les milieux industriels et le tissu économique sont également associés aux initiatives de l'équipement. » Les Champs Libres sont donc une interface d’échange dont le potentiel est quasi-illimité. Le bâtiment des Champs Libres est implanté en plein centre ville de Rennes, à la station de métro Charles de Gaulle. Il a une surface de 23 850 m2 avec une fréquentation en 2011 de 1,2 millions de personnes. Du coté du personnel, la direction des Champs Libres se compose de 6 services1 : La direction gérée par le directeur des Champs Libres, Roland Thomas, en poste depuis le printemps 2011 L’administration (Responsable : Nelly Paugam) Le service des Publics (Responsable : Tatiana Lechowicz) Les relations extérieures (Responsable : Lilian Madelon) Le développement culturel (Responsable : aucun pour le moment)

Cette direction des Champs Libres est transversale à toutes les entités présentent au sein de la structure, c’est-à-dire qu’elle prend part et s’investit dans tous les projets entrepris par l’une des institutions culturelle.

1 2 3

Annexe 1 http://www.erasme.org http://www.club-innovation-culture.fr 6

TIC et institutions muséales
4

http://omer.mobi/muzeonum/

Le service Développement Culturel
Le développement culturel se divise en deux services : d’un point de vue programmation et d’un point de vue technique et conception. J’effectue mon stage dans le deuxième service où je suis entouré de deux responsables de stage dont je vais décrire les missions. Mme Ariane Cousin : Responsable de la mission technique des expositions, Mme Cousin a la charge de veiller au bon fonctionnement et à la qualité de l’ensemble de l’environnement muséologique et technique des expositions temporaires du Musée de Bretagne et de la Bibliothèque des Champs libres. Elle est amenée à apporter sa contribution aux nouveaux projets d’expositions des trois entités des Champs Libres ainsi qu’à participer aux études de faisabilité et évolutions techniques des espaces muséographiques. Elle est aussi en charge de contribuer à l’accessibilité des expositions en relation avec le service des publics. Mr Olivier Le Du : Sous l’autorité fonctionnelle du responsable de la mission technique des expositions, Mr Le Du assure la maintenance de l’exploitation des expositions permanentes et temporaires. Il participe à la mise en œuvre des projets et assure la régie audiovisuelle, multimédia et son des expositions. De plus, il organise et coordonne la mise en œuvre du matériel des salles d’expositions temporaires des Champs Libres et constitue les fiches techniques des expositions. Il doit être capable de choisir le matériel adapté au résultat attendu et de diagnostiquer dysfonctionnements lors de leur mise en place dans les expositions. Intégrer l’équipe du développement culturel d’un point de vue technique et conception me permettra de participer à l’élaboration de cahiers des charges techniques de nouveaux dispositifs technologiques. Je pourrais allier mes compétences techniques dans ce domaine ainsi que mes compétences d’analyse sur les usages et l’intérêt qui découle de certaines technologies. Ma position d’étudiant chercheur en Sciences de l’Éducation est, selon mes deux responsables, un atout pour leur service car elle me permettra d’avoir un recul et un esprit critique sur les technologies à adapter. les

TIC et institutions muséales

7

De plus, ils considèrent que j’ai un rôle à part entière dans le service car ils aimeraient en connaître d’avantage sur le domaine des nouveaux dispositifs technologiques. Ce dernier les intéresse fortement mais ils n’ont pas le temps nécessaire pour l’explorer et s’informer quotidiennement. Ils se baseront donc sur mes recherches et connaissances dans ce domaine des nouvelles technologies et appuieront mes décisions lors des choix de dispositifs pour les futures expositions.

Description et avancements des objectifs
La commande initiale du stage
Au cours de nos échanges, Mr Le Du m’a exposé ses attentes envers son stagiaire et les besoins auxquels celui-ci devait répondre. Il m’a expliqué son rôle et celui qu’il donnait à son stagiaire. Ce dernier devait développer un réseau de professionnels et concevoir des dispositifs numériques que lui ne pouvait pas mettre en place pour des contraintes de temps. Suite à ces entretiens, nous avons convenu du projet innovant suivant pour mon année de Master2. Il se centrera sur le thème « L’avènement des TIC dans les institutions culturelles ». I. Recensement des innovations technologiques avec la réalisation de fiches techniques. Ce premier objet consistera à repérer les données techniques (nom du produit, dimensions, matériaux, pilotage, maintenance, etc.) et les données pratiques (usage, accessibilité, médiation et interaction aux public, applications possibles). Cet objectif est une belle opportunité pour moi de procéder à une recherche de fond par une veille technologique. Cela me permettra d’avoir une meilleure connaissance du domaine, de développer mon niveau d’expertise et ainsi de pouvoir analyser les usages de ces technologies. II. Création d’un site Internet avec base de données d’informations qui recensera toutes les technologies innovantes que j’aurai analysées.

TIC et institutions muséales

8

Au-delà d’une simple base de données à mon usage exclusif (c’est-à-dire une banque de fichiers sur mon ordinateur personnel), l’idée sera d’élaborer un outil qui mette à profit l’aspect collaboratif du web 2.0. En effet, cette base de données sera accessible de tous et pourra être enrichie par les membres de l’équipe au sein de laquelle je travaillerai. III. Focus sur les innovations technologiques pouvant être utilisées au sein d’un musée. En lien avec cette veille sur les technologies, je commencerai à étudier les innovations les plus pertinentes et les adaptations à réaliser pour les intégrer au musée. IV. Application des recherches Cette étape consistera en un travail sur des projets concrets, sur le conseil et l'élaboration de cahiers des charges pour l’acquisition de nouvelles technologies au sein des expositions temporaires ou permanentes en relation avec le technicien audiovisuel des Champs Libres. L’issue de mes recherches sera donc de sélectionner les innovations techniquement réalisables et dont les usages présenteront un réel intérêt pour le développement numérique du musée.

Immersion dans le milieu
Le musée est une structure que je connais en tant que visiteur mais pas en tant que professionnel. J’ai donc commencé par une recherche sur Internet alliant le terme « musée » et celui de « numérique ». Je suis arrivé sur plusieurs sources d’informations dont je vais décrire les principales. I. Le site du centre Erasme2 Sous la direction d’Yves-Armel Martin, Le centre Erasme expérimente et développe les usages du numériques de demain avec les acteurs du territoire Rhodanien. Depuis 2005, Le centre Erasme assure une veille technologique pour identifier les nouvelles possibilités qui peuvent
2

http://www.erasme.org

TIC et institutions muséales

9

s’offrir aux musées, propose des pistes d’usage, puis réalise le maquettage de dispositifs les mettant en œuvre. Cette section « Musées » du site me permet donc de prendre connaissance de nombreux projets numériques touchant ce type d’institution. Ensuite, en naviguant sur le site, j’ai trouvé de nouvelles informations qui m’envoyaient vers diverses sources et c’est comme ça que j’ai amassé, au fur et à mesure, plusieurs informations concernant le musée et le numérique. J’ai choisi de décrire dans ce rapport de stage cette ressource documentaire car lors de recherches sur des dispositifs installés dans des musées pour des expositions permanentes ou temporaires, je suis souvent arrivé sur ceux développés par le centre Erasme. A ce stade du stage, j’ai eu plusieurs contacts avec Christophe Monnet, le responsable projets et production au centre Erasme, et je suis invité à venir à Lyon dans leur laboratoire pour discuter de mes projets et découvrir les leurs. II. Le site du CLIC3 Créé en avril 2009 par Pierre-Yves Lochon, le Club Innovation & Culture a constitué un regroupement de plus de trente musées et lieux culturels français sensibilisés aux problématiques des nouvelles technologies numériques et de leurs usages. Comme nous pouvons le voir sur le site, les objectifs de ce club sont multiples et je vais vous lister ceux en correspondance avec mon rôle de stagiaire au Développement Culturel des Champs Libres : . Réunir au sein d’une plateforme collaborative les professionnels des lieux culturels et scientifiques ayant développé des projets ou outils numériques destinés au public ou désireux de le faire. . Assurer une veille technologique. . Initier, rassembler, analyser et partager les études sur les retours d’usages numériques dans les musées et lieux culturels.

3

http://www.club-innovation-culture.fr

TIC et institutions muséales

10

. Concevoir et initier des projets communs de développement et de partenariat dans le domaine des outils et services numériques. J’ai découvert et fait découvrir à mes deux responsables que la structure des Champs Libres adhérait à ce club et ainsi pouvait bénéficier de formations et d’informations sur des projets et outils numériques. A la suite de mes recherches, j’ai demandé un rendez-vous avec la personne des Champs Libres en lien avec cet organisme pour savoir quelles étaient les clauses de l’abonnement et si je pouvais faire partie des personnes qui bénéficiaient des formations. Il m’a indiqué qu’effectivement, les Champs Libres avait réactualisé son adhésion et qu’il ne voyait pas d’opposition à ce que je fasse partie des cinq personnes de la structure inscrites pour participer à des ateliers et colloques organisés par cet organisme. Cet abonnement me permettra d’être au cœur du sujet et ainsi de côtoyer directement les professionnels en lien avec cette thématique du musée et du numérique. III. Le site Muzeonum4 Sous l’initiative d’Omer Pesquer, consultant Internet pour le secteur culturel, Muzeonum est un projet collaboratif de ressources sur les musées et le numérique. J’ai donc pu trouver au fil de ses pages, de nombreuses informations dont j’avais besoin pour construire une base solide de données pour mes missions aux Champs Libres, mais aussi pour mon projet de recherche. Ce site regroupe des informations sur les réseaux sociaux, les technologies utilisées en musée, les ressources documentaires en lien avec cette thématique du numérique ainsi que l’agenda de plusieurs conférences et évènements sur le sujet. De plus, je me suis inscrit sur le groupe Facebook du projet : je peux ainsi échanger et recueillir des informations et des conseils avec plus d’une centaine de personnes. En parallèle à cette recherche de ressources, j’ai pu étendre, grâce à la plateforme Twitter5, mon réseau de professionnels ou amateurs sur cette question de numérique au musée. Au fur et à

4 5

http://omer.mobi/muzeonum/ http://twitter.com/vinliss

TIC et institutions muséales

11

mesure de mon immersion, j’ai commencé à voir quelle place avait telle ou telle personne dans ce monde « museogeek ». Ce terme provient de Twitter et son hashtag6 qui désigne les personnes passionnées par le numérique dans les musées. Au cours de cette immersion, j’ai découvert une plateforme très intéressante pour faire de la veille : la plateforme Scoop.it. Lancée en 2010 et dirigée par G. Decugis et M. Rougier, Scoop.it est un service web collaboratif, interactif et social. Plateforme d’expression personnalisée, elle permet de créer, suivant un sujet précis, un blog évolutif agrégeant des articles sélectionnés sur Internet. Grâce à de nombreuses fonctions rendant l’édition simple et rapide comme le choix d’illustrations, la possibilité de partage et de commentaires, Scoop.it permet d’être son propre rédacteur en chef. Pour ce stage, j’ai donc pris l’initiative de créer trois fils Scoop.it sur trois thèmes différents mais pertinents pour mes recherches : Culture et TIC7 Réunissant les Technologies de l’Information et de la Communication et la Culture, cet outil regroupe tous les sujets que j’ai sélectionnés sur la présence du numérique dans ce domaine et plus précisément dans les institutions culturelles. J’aurais ainsi une vue d’ensemble sur les dispositifs qui se mettent en place dans cet univers. Innovations Technologiques8 Cette veille se penche sur toutes sortes d’innovations numériques présentes dans plusieurs domaines. Elle me permettra de diverger dans un premier temps puis d’analyser certaines technologies pour savoir si elles peuvent être adaptées au domaine muséal. E- participation9

6

Les hashtags, créés en rajoutant le symbole dièse (#) devant le mot, sont un moyen pour ajouter des informations

additionnelles au message de Twitter pour les catégoriser selon un contexte, un groupe ou un événement.
7 8 9

http://www.scoop.it/t/culture-tic/ http://www.scoop.it/t/innovations-technologiques/ http://www.scoop.it/t/e-participation/

TIC et institutions muséales

12

J’ai décidé de créer un espace pour cette thématique car c’est un sujet qui m’intrigue particulièrement et je pense que développer le web participatif dans un musée pourrait être une bonne solution d’intégration du numérique. La création de ces trois « revues de presse » Scoop.it permet de rendre compte à mes deux responsables de mes recherches et de mes avancements. Comme ils me l’ont précisé au début du stage, ils n’ont pas le temps de consacrer des heures à la veille, cet outil leur permet donc d’accéder rapidement aux principales informations sur l’un des sujets que j’alimente. Grâce à toutes ces ressources numériques, j’ai formé une base de recueil d’informations assez conséquente qui brasse tous les sujets sur lesquels je me penche lors de mes missions. Je peux avoir une vue d’ensemble des éléments dont je dispose lorsque j’en ai besoin sans devoir retourner à la source. Néanmoins, l’alimentation quotidienne de cette veille occupe une grande partie de ma journée et laissait très peu de place, au début de mon stage, à la réalisation des deux autres missions.

La remise en cause d’une partie de la commande
Une fois cette construction de base d’informations solides effectuée, j’ai décidé de consacrer un peu plus de temps aux deux autres axes de ma mission et je me suis alors tourné dans un premier temps vers le dispositif innovant à adapter au Musée de Bretagne. En second lieu, je me suis penché sur la création de la base de données. Après quelques semaines à prendre des informations sur les différentes sources citées précédemment, je n’arrivais toujours pas à cerner la commande du dispositif innovant malgré les nombreux dispositifs potentiellement adaptables que je découvrais au fur et à mesure de mes recherches. En ayant pris un peu de recul, j’ai conclu que la commande était beaucoup trop large, de surcroît trouver une technologie à adapter sur un contenu dont on n’a aucune connaissance ni information n’était pas viable. Continuer dans cette démarche aurait produit une confusion dans l’intérêt même des nouvelles technologies : mettre en place un dispositif innovant puis d’y

TIC et institutions muséales

13

adapter un contenu. Après plusieurs moments de réflexion, je me suis dit que je ne pouvais pas continuer dans cette démarche et qu’elle allait à l’encontre de mes idées. Selon moi, l’intégration du numérique dans un projet doit être réalisé avec des allers-retours permanents entre le contenu que l’on veut proposer et la technologie adéquate à mettre en place. On ne peut pas choisir une technologie sans avoir au préalable l’idée du contenu et même du thème à mettre en avant. Voilà le problème qui me bloquait depuis quelques semaines dans l’avancement du projet sans que je puisse mettre des mots dessus. A la suite de cette réflexion, lors d’une réunion avec mes responsables, je leur ai expliqué le problème : qu’il y avait eu précipitation dans les objectifs et que cette partie de la commande n’était pas réalisable pour le moment. Il fallait au préalable discuter avec les conservateurs du musée pour prendre connaissance de quels contenus ils désiraient mettre en avant et qu’à partir de là je pourrais travailler pour chercher le dispositif adapté. Au cours de cette réunion, mes responsables m’ont indiqué que pour l‘instant, à leur connaissance, il n’y avait pas vraiment de contenu concret à exploiter. Nous avons donc décidé à la suite de cet échange que cette partie de commande devait être reportée pour le moment en attendant d’avoir des informations plus pertinentes du personnel du musée. Je me suis alors tourné vers le troisième volet de ma mission initiale qui consistait à créer une base de données techniques sur les dispositifs numériques mis en place dans les musées puis d’inviter les régisseurs des différents musées à venir alimenter cette base. Ce projet devait donc être collaboratif et ainsi créer un réseau de professionnels sur une base d’échange de savoirs et de compétences. Après quelques jours sur cette commande, je n’arrivais pas à cadrer la méthodologie. Quelque chose parasitait mon esprit car je voyais très bien l’objectif mais pas la façon de la mettre en place. J’ai donc posé les choses pour la seconde fois et analysé cette commande pour arriver finalement à la conclusion suivante : l’idée que plusieurs personnes viennent utiliser et alimenter une base de données sans avoir été informées de ce dispositif avant sa création était un peu trop utopique. En effet, les régisseurs prendraientils le temps après chaque exposition de mettre à disposition de tous les professionnels, les données techniques de son installation ? A ce moment du stage, je me suis retrouvé dans une position très délicate car j’allais jusqu’à remettre en cause ma légitimité dans la structure. Je venais de découvrir et de me rendre compte

TIC et institutions muséales

14

que les missions pour lesquelles j’avais intégré le Développement Culturel des Champs Libres n’étaient pas réalisables et que je ne devais pas rester dans cette démarche opiniâtre. J’ai donc pris rendez-vous avec mes responsables pour leur exposer mon point de vue sur les missions initiales qui, à part la veille sur le numérique que je continue à maintenir, n’étaient pas faisables à ce jour. Pour la première mission, il fallait prendre rendez-vous avec les conservateurs pour savoir s’ils avaient un contenu ou un thème à mettre en avant. Pour la seconde, le travail en amont était encore plus long car il fallait au préalable rencontrer et questionner les régisseurs des musées sur cette idée de plateforme collaborative avant d’éventuellement la mettre en place. Il fut convenu que l’on arrêtait cette commande car elle ne pouvait pas être réalisable dans le temps imparti à mon stage. Etant donné que nous arrivions à la mi-décembre, nous avons aussi discuté sur la position dans laquelle je me trouvais pour savoir quelques solutions on devait envisager pour l’avenir.

Le changement de missions
Refonte de l’espace 1001 images
A la suite de cet échange sur les remises en cause des premières missions, j’ai eu un échange informel avec le responsable du musée de Bretagne, Mr Pascal Aumasson, qui est venu prendre connaissance de mes fonctions dans ce service. Je lui ai décrit ma formation d’étudiant en Master 2 TEF ainsi que mes objectifs de stage sur le développement du numérique dans la structure des Champs Libres. Il m’a indiqué que ça l’intéressait beaucoup car il venait de déposer aux élus de Rennes Métropole son projet culturel et scientifique 2012-202010 et qu’il y avait une thématique numérique là-dedans. A la suite de cet échange, j’ai parlé à mes responsables de cette entrevue et ils m’ont conseillé de ne pas laisser passer cette proposition et de prendre rapidement rendez-vous pour en discuter plus précisément. Lors de cette entrevue, mi-janvier, P. Aumasson nous a confié qu’il serait très intéressant d’intégrer des dispositifs numériques dans un espace du

10

Le projet scientifique et culturel définit les grandes orientations et les stratégies du musée pour plusieurs années.

Il prend en compte et met en cohérence toutes ses missions, tant du point de vue des collections que des publics.

TIC et institutions muséales

15

musée qui allait être totalement repensé, celui de 1001 images, au rez-de-chaussée des Champs Libres. Nous avons échangé sur la restructuration du lieu, sur le contenu qu’il désirait mettre en avant et sur les possibles technologies à mettre en place, avec les objectifs suivants : La reconversion de l’espace alloué pour ce projet par le musée de Bretagne doit d’une part être un lieu de rencontres avec les publics, c’est-à-dire créer un lieu d’échange où l’on rend compte aux publics des acquisitions et des restaurations réalisées avec les moyens publics attribués au musée de Bretagne. D’autre part, il faudra aussi intégrer dans cet espace un lieu de consultation d’objets dont les origines sont inconnues pour que le visiteur qui possède des informations dessus, y laisse son témoignage sous différentes formes (audio, vidéo, écrit,…). Parallèlement à cela, un espace aura vocation à prolonger l’expérience de visite proprement dite par la possibilité d’avoir accès à la base de données du musée. Nous créerons cet espace d’échange en lien avec l’Ecole Régionale des Beaux-Arts de Rennes. L’enjeu du projet est de taille car il s’agit de représenter l’image du musée de Bretagne dans la partie rez-de-chaussée des Champs Libres. A la suite de cette réunion, mes responsables, Mme Cousin et Mr Le Du, m’ont souligné l’importance de cette mission car c’est la première fois que le musée de Bretagne ouvre ses portes au numérique et souhaite par ailleurs donner une dimension interactive et participative à l’institution. L’arrivée de cette mission me permet d’être intégré dans un réel projet et d’avoir un rôle majeur dans le bon déroulement de cette commande. De plus, si ce projet répond aux attentes des responsables du musée, il devient une preuve aux yeux de ces derniers que le numérique et le musée peuvent être liés. Quelques jours après, nous avons appris que Mr Aumasson démissionnait de ses fonctions de responsable et une période de latence a eu lieu pour savoir si le projet allait se réaliser. C’est Mme Debord qui a repris ce dossier et nous avons pu continuer nos recherches sur les technologies possibles à intégrer et j’ai commencé à récolter des informations sur des expériences déjà réalisées. Nous avons retenus deux dispositifs intéressants pour cet espace :

TIC et institutions muséales

16

-

La numérisation 3D qui consistait à modéliser les œuvres des dépositaires lors de périodes de collecte. Ceci permettrait de disposer d’une copie numérique de l’œuvre si cette dernière ne pouvait pas rester à disposition du musée. Cette technique a l’avantage de pouvoir montrer un objet, comme un vase, sous tous ses angles, ce qui pourrait être une plus-value pour le visiteur. Ce dernier aurait la possibilité de faire tourner l’objet, de zoomer dessus, de s’approprier l’œuvre dans son ensemble.

Cette technologie n’a finalement pas été retenue car les moyens humains et financiers étaient trop importants par rapport au budget fixé. Néanmoins, les pistes étudiées ont été gardées pour des prochains projets car cette technologie a intéressé mes responsables. Le livre d’or interactif qui permettait de récolter la parole des visiteurs de façon

numérique. Le but était de concevoir un espace et un dispositif qui favorise l’interaction entre les publics et le musée. Il s’agissait de permettre à un plus grand nombre de visiteurs de laisser une trace de leur passage et de faire le lien entre cet espace du rez-dechaussée et le musée au 1er étage. A la suite de mes recherches, j’ai proposé un état des lieux et des préconisations sur le dispositif sélectionné pour permettre à l’équipe-projet de prendre rapidement connaissance des avantages et limites des différents dispositifs. Malheureusement, ma période de stage étant écoulée, je n’ai pas pu assister aux dernières réunions concernant la refonte de cet espace et je n’ai pas pu porter mes projets jusqu’à leurs termes. Par ailleurs, j’ai appris quelques semaines après ma fin de stage que le projet de refonte allait être arrêté et repensé et qu’un nouveau groupe de travail allait se mettre en place.

Les parcours thématiques en autonomie
Dans le cadre de son nouveau Projet Culturel et Scientifique et dans sa volonté de relancer la fréquentation de son espace permanent et de capter de nouveaux visiteurs, le musée de Bretagne souhaitait mettre en place un outil d’aide à la visite dans son parcours permanent. Cette exposition expose 2 300 objets mettant en scène l'histoire de la Bretagne, des origines à nos

TIC et institutions muséales

17

jours. Elle se déploie sur un plateau de 1 900 m² et une trentaine de séquences scénographies jalonnent le parcours. Les visiteurs s'y promènent comme dans une ville, avec ses rues et ses places. De petites unités évoquant des habitations accueillent objets et costumes. Le musée de Bretagne conserve des collections très diverses qui ont comme point commun l'évocation de l'histoire de la Bretagne. Histoire qui s'entend dans un sens très large : La grande histoire (événements, batailles, hommes politiques...) côtoie en permanence la petite histoire qui évoque davantage les savoirs et savoir-faire de sa population. Dans sa volonté de capter un plus large public et la collection étant très importante, le musée de Bretagne souhaitait mettre en place un outil d’aide à la visite. Il permettra la découverte en autonomie et sensibilisera le public aux collections par le biais de parcours thématiques. En partenariat avec Antoine Pasquier, étudiant au concours de Conservateur et stagiaire au Musée de Bretagne, nous avons réalisé un cahier des charges répondant aux prérogatives du musée. Antoine était en charge de choisir les contenus à mettre en avant et de mon côté, je devais sélectionner et mettre en œuvre les dispositifs numériques les plus adaptés. Il y a eu tout au long de ce projet, des échanges permanents entre le contenu et la technologie à mettre en place pour trouver des solutions qui permettent au visiteur de façonner sa propre expérience, ce qui ajoutera de la valeur inattendue. Lors des choix des dispositifs, il fallait prendre en compte l’efficacité, les avantages et les inconvénients de chaque technologie à mettre en place. Pour cela, nous avons fait un état des lieux des technologies sélectionnées mises en place dans d’autres institutions françaises. Pour certaines, nous avons pris rendez-vous avec les chargés des projets dans les institutions ainsi qu’avec certaines entreprises qui développaient le produit. Par exemple, pour la technologie NFC, nous nous sommes rendus à la Cité de l’Architecture, Paris, pour tester leurs dispositifs dans leur exposition. Nous avons pris contact avec un médiateur pour discuter avec lui du fonctionnement du dispositif, des limites et bénéfices qu’il soulevait. Ensuite, nous avons pris contact avec le commercial d’une entreprise pour nous entretenir sur les possibilités de déploiement dans l’espace du Musée de Bretagne. Ce projet nous a permis de mettre en œuvre une recherche sur des technologies les plus adaptées à un contenu choisi en prenant en compte les différentes caractéristiques du cadre institutionnel. C’est-à-dire qu’il fallait définir clairement ce que le musée voulait raconter à travers le dispositif numérique en prenant en compte

TIC et institutions muséales

18

l’hétérogénéité des usages in-situ, à savoir que tout visiteur n’a pas le même rapport aux TIC. Sans ces deux paramètres, la médiation des contenus serait un échec et la technologie en serait la cause.

Les missions annexes
En parallèle à ces projets d’envergure de restructuration et d’aménagement d’espaces, j’ai été affecté à différentes missions : Au cours de ce stage, j’ai été invité à donner mon point de vue et à proposer des solutions sur une problématique d’exposition. J’ai aussi été appelé à effectuer des recherches plus approfondies sur un type de dispositif en particulier que le commissaire d’exposition souhaitait mettre en place. Dans le cadre de l’exposition « Hommes Racine » 11 aux Champs Libres, cette position de « consultant » m’a permis d’émettre mon avis sur le dispositif numérique à mettre en place. J’ai commencé par proposer plusieurs technologies qui seraient intéressantes à mettre en place en fonction de l’exposition, mais il s’est avéré que le temps imparti pour mettre en place le dispositif le plus adéquat n’était pas suffisant pour développer une solution réellement aboutie. Le choix a donc été de faire appel à une agence de développement Web et de sélectionner les supports les plus adaptés, à savoir trois bornes interactives sur lesquelles une mappemonde proposerait un choix de vidéos en fonction du peuple sélectionné. Pour l’exposition « Reflets de Bretagne » au musée de Bretagne, la problématique était de faire participer les publics lors des séances sur la thématique de la photo avec un médiateur. J’ai donc proposé un système avec des tablettes tactiles où chaque visiteur pourrait prendre des photos dans le musée et les retravailler avec un logiciel adapté. Ensuite, ces photos seraient exposées sur un écran et les personnes pourraient admirer leurs créations et celles des autres. Ceci permettra donc de faire participer les publics et les amener à interagir ensemble. Ensuite, je me suis déplacé dans plusieurs salons, conférences ou colloques sur la thématique du numérique et je devais fournir par la suite un compte-rendu de ces journées. Ces déplacements m’ont également permis de visiter de nombreux musées et de m’informer sur les différents dispositifs dont ils disposaient en m’entretenant avec les personnes chargées de ces missions.
11

http://www.hommes-racines.fr

TIC et institutions muséales

19

J’ai également été intégré à un groupe de réflexion, initié par le service Relations Extérieures, sur le développement du web participatif dans les institutions culturelles. Ce rapprochement de services, Relations Extérieur et Développement Culturel, vient du fait que, comme je l’ai exprimé dans ma création d’une veille, je menais des recherches dans ce domaine de l’eparticipation et ça a beaucoup intéressé les responsables de ce service. Au final, très peu de réunions on pu être programmées lors de mon stage, mais nous avons plutôt échangé et partagé des liens et articles intéressants sur cette thématique.

Analyse et bilan du stage
Comme le montrent les missions qui m’ont été confiées, notamment le statut de consultant que j’ai pu endosser, je peux en conclure qu’après sept mois passés dans la structure, ma présence dans l’institution a pris une réelle dimension. Toutefois, le peu de disponibilité de présence de mes deux responsables et un défaut d’interprétation quant à la faisabilité des missions initiales ont été chronophages. Néanmoins, comme on me l’a souligné, les projets dans une institution publique prennent beaucoup de temps et sont réfléchis longtemps à l’avance. Par conséquent, le temps de présence d’un stagiaire et le temps de réalisation d’un projet sont souvent asynchrones. De plus, n’ayant pas été présenté au début de mon stage dans les autres services, les personnes n’avaient pas eu écho de ma venue et de mes missions dans l’institution, elles n’avaient donc pas le réflexe de me convier aux réunions. Cependant, j’ai eu aussi un rôle dans ce manque de communication et de visibilité car je n’ai peut-être pas suffisamment pris les devants en imposant des réunions ou des temps d’échange. Cette attitude est aussi liée aux points évoqués précédemment : je ne connaissais ni n’étais connu d’une partie du personnel de la structure, et les contraintes de mes responsables nous amenaient à repousser régulièrement les moments de rencontre que nous avions prévus. Ce stage m’a permis de prendre conscience que dans le monde professionnel, il faut porter ses projets par soi-même, ne pas attendre que les choses viennent d’elles-mêmes mais les impulser de sa propre volonté.

TIC et institutions muséales

20

Tout au long de ce stage, j’ai eu une autonomie totale dans mes projets et autres missions mais l’emploi du temps chargé de mes responsables a mis le doute sur la pertinence d’avoir pris un stagiaire cette année et dans ce service. Mon poste de stagiaire était sûrement trop excentré au poste de mes responsables en termes de mission et leur rôle de « guide » ou de « tuteur » ne pouvait pas être réalisé. Pourtant, on m’a confié des projets d’envergure et non des missions sur des courtes durées, ce qui m’a permis d’être confronté à mes propres faiblesses et, finalement, de les surpasser. En cela, ce stage m’a véritablement permis de mûrir, d’évoluer. J’ai pris conscience au fur et à mesure du déroulement du stage que j’avais une place et un rôle à prendre, même si j’ai remis plusieurs fois en doute ma place de stagiaire aux services techniques du Développement Culturel : on attendait autant de moi des qualités techniques (référence du matériel, prix, installation) que des qualités d’ingénierie, ce qui pouvait être à la fois stimulant et désarmant car l’installation du matériel en lui-même et les ressources humaines nécessaires ne faisaient pas partie de mon champ d’expertise. De fait, j’ai souvent été confronté à des questions de budgétisation plutôt qu’à des questions liées au contenu et à la médiation. Ainsi, lorsque je répondais à une problématique, je collectais de nombreuses informations sur la technologie la plus adaptée à mettre en place : ses avantages, ses limites et comment l’adapter à la scénographie mais mes données en termes de moyens financiers et humains n’étaient pas assez précises. En effet, dans un projet numérique, les coûts sont très variables selon la technologie choisie et ce qu’on veut mettre en avant or, dans mes commandes, on me demandait des budgets prévisionnels alors que le projet n’était pas finalisé ni validé. Les entreprises ne pouvaient donc que me fournir des devis très larges, allant du simple au décuple. Par exemple, pour de la numérisation 3D, selon la technologie choisie les devis pouvaient aller de 2000 euros avec des moyens humains en interne très importants jusqu’à 500 000 euros avec du personnel détaché. A la fin de ce stage, j’ai ressenti une certaine frustration liée à la lourdeur administrative qui ne m’a pas permis de voir les projets aboutir : certains projets ont été décalés et d’autres, comme les parcours thématiques, ne verront le jour qu’entre 2013 et 2015. Néanmoins, je peux tirer satisfaction d’avoir glissé dans l’esprit de personnes avec qui je travaillais une réflexion en termes de TIC. C’es-à-dire que lors des réunions ou de certaines discussions informelles, mes collègues avaient de plus en plus le réflexe de penser aussi à une possible solution avec les TIC

TIC et institutions muséales

21

et de ne plus les voir comme quelque chose à part, de lointain et d’impensable. L’ensemble de ces éléments, qu’ils soient positifs ou négatifs, relèvent de l’évolution des mentalités et d’une question de maturité face au TIC. C’est pourquoi, dans chacun de mes projets ou missions, j’ai dû faire face aux mêmes problématiques : - Comment développer et intégrer les TIC pour qu’elles soient les plus pérennes et les plus pertinentes possible ? - Comment sont-elles perçues et reçues par le personnel et les publics ? C’est sur ces questions de développement et d’usages, focalisées sur le personnel des structures, que vous allez être transportés tout au long de mon mémoire…

TIC et institutions muséales

22

Partie II : Mémoire de recherche

TIC et institutions muséales

23

Introduction
Dans le cadre de mon stage au service Développement Culturel des Champs Libres (Rennes), ma mission porte, comme vu précédemment dans le rapport de stage, sur le développement de dispositifs numériques au sein du musée de Bretagne et sur la création d’une veille technologique sur les Technologies d’Information et de Communication (TIC) en lien avec le domaine muséal. C’est à partir de ces objectifs que j’ai dégagé ma thématique de recherche en rapport avec ma formation universitaire « Technologie d’Éducation et Formation » et mon lieu de stage : TIC et domaine muséal. Ce mémoire propose d’analyser dans un premier temps, le développement des dispositifs numérique in-situ et en ligne des écomusées et musées de société. Puis dans un second temps, nous analyserons l’adoption, l’utilisation, l’appropriation12, c’est à dire l’usage des TIC dans ces institutions dans le but de construire une typologie des usages. Pour ce faire, deux méthodologies ont été privilégiées. La première est une analyse quantitative par questionnaire pour rendre compte de l’adoption des TIC par les écomusées et musées de société et ainsi créer un échantillon type du panel étudié. La seconde allie une analyse qualitative par entretien et une observation directe des plateformes Web (Nous nous pencherons sur le réseau social « Facebook » et sur les sites Internet des institutions de l’échantillon) rendant ainsi compte des échanges entre les publics et les institutions muséales, afin de faire un point sur la manière dont les écomusées et musées de sociétés communiquent avec leurs internautes visiteurs.

12

Proulx, S. et Breton, P. (2002). « Usages des technologies de l'information et de la communication », in

L’explosion de la communication à l’aube du XXIème siècle. Paris: La Découverte. p. 250-276.

TIC et institutions muséales

24

Chapitre 1 : Questionnement
Aujourd’hui c’est un fait, les dispositifs numériques et les réseaux sociaux intègrent la majorité des domaines professionnels. Les institutions muséales ne font pas exception. En effet depuis environ trois ans, les musées s’intéressent à cette thématique en ouvrant des pages ou comptes Facebook et Twitter. De même, dans certaines structures, des dispositifs numériques (QRcode, tablettes tactiles, réalité augmentée, applications mobiles) font dorénavant partie intégrante des expositions. Cette place importante donnée aux TIC dans notre société a vu le Ministère de la Culture et de la Communication prendre part aux débats par l’intermédiaire d’un blog13. Les études les plus récentes soulignent même que de nouveaux usages naissent et transforment les pratiques traditionnelles de communication, de consommation et de création, remettant notamment en question les frontières entre amateurs et professionnels. Comme l’indique Flichy, dans son ouvrage, le sacre de l’amateur14, « grâce aux instruments fournis par l’informatique et par Internet (…) On voit apparaître un nouveau type d’individu, le pro-am » (Flichy, 2010, p. 8). De plus, le véritable changement impulsé par les TIC réside dans le fait que « les nouvelles technologies ne sont pas simplement des outils à utiliser, mais des procédés à développer » 15 (Castells 2001, p. 57). Quand est-il de ces procédés dans les institutions muséales ? Au cours de ma phase exploratoire, j’ai pris connaissance de mémoires d’étudiants16 portant sur l’axe TIC / institution culturelle et j’ai constaté que ces travaux prenaient la plupart

13 14 15 16

Blog du Ministère de la Culture et de la Communication : http://cblog.culture.fr/ Flichy, P. (2010). Le sacre de l'amateur. Paris : Editions le Seuil, col. La république des Idées. Castells, M. (2010). La société en réseaux (Delamarre, P., trad.) Fayard. - Ben Sassi, M. « Le Musée à l’ère d’internet », mémoire de Master 1 Archéologie et Histoire de l’art. Université

de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, sous la direction de Mme Corinne Welger-Barboza, septembre 2007

TIC et institutions muséales

25

du temps pour objet d’étude les grands musées parisiens (Le Louvre, Le Quai Branly, Le Château de Versailles, etc.). Cette première phase de recherche m’a aussi amené à découvrir qu’il existe une association en France traitant du numérique en institution muséale, le CLIC17 : Club Innovation et Culture. Celle-ci regroupe une quarantaine d’institutions culturelles, c'est-àdire que plus de 140 professionnels de ces institutions sont ainsi mis en réseau et participent aux activités réelles ou virtuelles proposées par l’association. Après une analyse des adhérents, on constate que ce regroupement concerne les plus importantes institutions culturelles de France18 et que très peu d’écomusées et musées de société y sont présents. A l’aune de cette revue de littérature, on constate que la plupart des études sont centrées sur les musées nationaux ou les musées d’arts. J’ai donc fait le choix de me focaliser sur un type de musée qui semblait ne pas avoir été traité. La structure d’accueil de mon stage intégrant un musée de société, à savoir le musée de Bretagne, j’ai pris le parti de m’intéresser aux écomusées et musées de société puisque ma position me permettait d’être au plus près de cet objet d’étude. C’est à partir de cette décision que j’ai formulé ma question de départ : Quelle place les écomusées et les musées de société font au TIC ?

- Bresson, C. « Les musées & Internet : de l’expérimentation d’une médiation numérique à l’élaboration d’une stratégie », mémoire de Master 2 Sciences de l’Information et de la Communication spécialité Communication d’Entreprise et Démarche Stratégique. University Nancy 2, sous la direction de Mme Cécile Bando, 2010-2011. - Déhon, C. « Le téléphone portable, nouvel outil de médiation dans les institutions muséales françaises », mémoire de Master 1 Conception et direction de projets culturels. Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, sous la direction de Mme Cécile Camart, juin 2011. - Pont-Benoit, P. « La promotion muséale à l’épreuve des nouvelles technologies », mémoire de Master 2 Les métiers de l’information et de la communication. Faculté des sciences sociales et Economique (FASSE), sous la direction de Jean-Philippe Moinet, 2010-2011.
17 18

Site du Club Innovation et Culture : http://www.club-innovation-culture.fr/ http://www.club-innovation-culture.fr/membres/

TIC et institutions muséales

26

Avant de commencer à définir le cadre théorique, il convient de définir les grandes thématiques contenues dans cette étude en prenant compte des contextes qui sous-tendent leurs définitions actuelles. J’exposerai ainsi en premier lieu l’institution muséale et en second lieu les TIC.

Le contexte muséal
Définition de « musée » : "Une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l'humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation."19 On peut diviser ce lieu culturel en cinq grandes catégories20: les musées d’art consacrés à l’exposition d’œuvres d’art21, les musées de sciences et d’histoire naturelle, les musées de grand tourisme, les musées monothématiques et enfin les musées de société, d’histoire et de technique. Toutefois, on constate que certaines structures, selon les variables d’analyse de l’auteur, sont dans des catégories qui ne semblent pas les leurs. Prenons l’exemple du musée de Bretagne qui se trouve, selon l’auteur, dans la catégorie des musées d’Art alors qu’il est selon son Projet Scientifique et Culturel22 (PSC) un véritable musée de société. C’est pour cette raison que nous allons maintenant définir ce qu’est un écomusée et un musée de société.

19 20

International Counsil of Museums (2007). Les Statuts de l'ICOM. Vienne Mironer, L. (1998). « Les musées d’histoire naturelle, dans une typologie des musées », in La Lettre de L’OCIM

n°55.
21 22

Cette thématique regroupe les musées des beaux-arts, le musée du Louvre, le musée des arts décoratifs, etc. http://www.musee-bretagne.fr/fileadmin/documents/musee/page_accueil/PSC_Musee_de_Bretagne.PDF

TIC et institutions muséales

27

Définition d’écomusée et musée de société
Pour rentrer pleinement dans le domaine étudié, il est nécessaire de définir ce que l’on entend par écomusées et musées de société : leur émergence, leur place dans le domaine muséal, leurs missions respectives, etc. Il convient de préciser que ce paragraphe reprendra largement les propos de Jean-Claude Duclos23, Joëlle Le Marec 24 et Frédéric Poulard 25 car ces chercheurs se sont particulièrement penché sur ce type de musée et qu’ils l’ont définis. Nés au début des années 1970, les premiers écomusées et musées de société furent tout d’abord conçus pour s’intéresser aux hommes en société et aux rapports qu’ils entretiennent avec leur milieu. Au XIXe siècle, des objets sont collectés afin d’organiser la connaissance des modes de vie du genre humain ; on s’intéresse alors aux us et coutumes des populations locales et colonisées. La collecte et la conservation de ces objets donne naissance à une nouvelle discipline qui deviendra peu à peu une science, l’ethnologie. En1898, Frédéric Mistral, poète provençal, crée le Museon Arlaten, rassemblant dans un même lieu des objets couvrant les grands thèmes de la vie locale. Ensuite, en 1904, Hippolyte Müller, ethnologue, crée le Musée Dauphinois qui servira, selon ses mots, à « relier les premiers occupants d’un pays à ceux qui l’habitent encore »26. Il ajoute que le musée Dauphinois est « Un musée populaire reflétant les coutumes, les mœurs, les usages d'une population particulière et (...) La somme de l'histoire d'une région

23

Duclos, J.C. (2001). Proposition d'article pour la revue AIXA, Revista biannual del Museu etnologic del

Montseny, La Gabella, Arbuciès. Grenoble. Récupéré de http://www.musee-dauphinois.fr/2052-bibliothequenumerique.htm.
24

Le Marec, J. (1992). « Philosophie de l'écomusée. Hugues de Varine : L'Initiative communautaire », in Publics et

Musées n° 1, vol.2. Lyon : PUL. p. 173-176. Récupéré de http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_1164-5385_1992_num_2_1_1228_t1_0173_0000_1
25

Poulard, F. (2007). » Les écomusées : Participation des habitants et prise en compte des publics » in Ethnologie

française n° 37. France : Presse Universitaire de France. p. 551-557. Récupéré de http://www.cairn.info/revueethnologie-francaise-2007-3-p-551.htm
26

http://www.musee-dauphinois.fr/2073-nouvelles-acquisitions.htm

TIC et institutions muséales

28

par l'objet ». 27 La création de ces deux musées témoigne d’un recours croissant à l’anthropologie, l’ethnographie et l’histoire. En 1937, Georges Henri Rivière réalise le Musée national des arts et traditions populaires et en parallèle participe à la naissance d’une ethnologie de la France pour contribuer au développement de l’assise scientifique des musées régionaux et locaux. C’est ainsi quand 1957, il se voit confié la réalisation du programme du Musée de Bretagne et y exprime des préoccupations qu’il reprendra plus tard, dans le concept d’écomusée. À la suite des événements de mai 1968 l’écomusée naît en opposition au temple de la culture réservé à l’élite, auquel est alors assimilé le musée. C’est au nom de Georges-Henri Rivière que l’on associe la mise au point du concept d’écomusée dont voici une définition datant de 1976 : « Un écomusée ce n’est pas un musée comme les autres. Un écomusée, c’est une chose qu’un pouvoir et une population conçoivent, fabriquent et exploitent ensemble. Ce pouvoir, avec les experts, les facilités, les ressources qu’il fournit. Cette population, avec la participation de ses forces vives de toutes générations, selon les aspirations, ses savoirs, ses facultés d’approche. C’est un miroir où cette population se regarde, pour s’y reconnaître, où elle cherche l’explication du territoire auquel elle est attachée, jointe à celle des populations qui l’y ont précédée, dans la discontinuité ou la continuité des générations. Un miroir que cette population tend à ses hôtes, pour s’en faire mieux comprendre, dans le respect de son travail, de ses comportements, de son intimité. (…) Avec une ouverture sur les temps de demain, sans que, pour autant, l’écomusée se pose en décideur, mais en l’occurrence, jour un rôle d’information et d’analyse critique. (…) Un conservatoire, dans la mesure où il aide à préserver et mettre en valeur le patrimoine de culture et de nature de la population concernée.

27

http://www.musee-dauphinois.fr/1090-1906-1932-hippolyte-muller.htm

TIC et institutions muséales

29

(…) Certes, tout n’est pas rose, dans cette croissance de l’écomusée. Il y a, de la part des responsables, le risque de mettre une population en cage à la façon d’un animal dans un zoo, et le risque de manipuler cette population. Il y a les équivoques d’un statut flottant entre autogestion et tutelle. Il y a récupérations abusives d’une image de marque en faveur montante. Ce sont là péripéties, obstacles que la patience et l’impatience aident à surmonter. Vers le plein épanouissement d’une institution polyphonique, carrefour de l’espace et du temps. »28 La définition de Georges Henry Rivière demeure la définition d’un écomusée bien qu’aucun ministère n’en ait jamais repris les termes dans un texte officiel. Comme le souligne André Desvallées, un écomusée est une « institution muséale qui associe, au développement durable d’une communauté, la conservation, la présentation et l’explication d’un patrimoine naturel et culturel détenu par cette même communauté, représentatif d’un milieu de vie et de travail, sur un territoire donné, ainsi que la recherche qui y est attachée »29. Ce n’est donc plus un musée comme l’indique Hugues de Varine « car l’écomusée est l’instrument privilégié du développement communautaire. Il ne vise pas d’abord à la connaissance et à la mise en valeur d’un patrimoine il n’est pas un simple auxiliaire d’un système éducatif ou informatif quelconque il n’est pas un moyen de progrès culturel et de démocratisation aux œuvres éternelles du génie humain. En cela, il ne peut s’identifier au musée traditionnel et leurs définitions respectives ne peuvent pas concorder »30. De plus, Georges-Henri Rivière insiste sur le rôle du comité scientifique de l’écomusée en précisant que les chercheurs et conservateurs ne doivent pas chercher à prendre le pouvoir car la population prendrait alors ses distances et les conséquences en seraient funestes pour l’écomusée. En parallèle de cette main mise des conservateurs qui ne laisserait que peu de place à la population, d’autres facteurs peuvent nuire au bon fonctionnement d’un écomusée :
28 29

http://www.ecomusee-creusot-montceau.fr/spip.php?rubrique39 Desvallées, A. Mairesse, F. (2011). Dictionnaire encyclopédique de muséologie. Armand Colin. De Varine, H. (1978). L’écomusée. La gazette : Association canadienne des musées, repris in Desvallées, A.

30

(1992). Vagues : une anthologie de la nouvelle muséologie, vol. 1, Lyon : PUL.

TIC et institutions muséales

30

- La participation de la population est une nécessité pour l’écomusée car c’est un de ses principes fondateurs, sans elle il perd de son sens. - Une insuffisance récurrente des moyens financiers - L’utilisation à tort et à travers du terme « écomusée » Peu à peu, en considérant l’écomusée selon son principe de base de participation de la population locale, ces institutions apparaissent comme autant d’expériences inachevées, d’échecs en raison des trois facteurs évoqués ci-dessus : les écomusées manquent de participation, de moyens, et leur terminologie est mise à mal par une utilisation de leur nom pour des structures dont ce n’est pas la définition propre. Par ailleurs, les territoires connaissent plusieurs définitions et appellations différentes (Région, Département, Pays, Communes, etc.), si bien qu’il est difficile de fixer les limites de l’espace représenté par cette institution. C’est à partir de ces constats qu’émerge à partir des années 1990 le terme « musée de société » : ceux-ci dépendent de collectivités territoriales, ce qui leur permet de fonctionner et de se développer grâce au pouvoir politique local et de représenter un territoire propre à la collectivité en question. Leur définition est très proche de celle de l’écomusée car l’appellation « musée de société » rassemble « les musées qui partagent le même objectif : étudier l’évolution de l’humanité dans ses composantes sociales et historiques, et transmettre les relais, les repères pour comprendre la diversité des cultures et des sociétés. »31. D’après Jean-Claude Duclos, ces deux termes sont d’ailleurs d’autant plus proches que les musées de société n’auraient pas vu le jour sous cette forme sans mettre à profit l’héritage des écomusées dans quatre domaines : - L’expression muséographique du temps et de l’espace - Le recours à l’interdisciplinarité - La contribution à la réflexion collective sur le développement - La participation de la population

31

Barroso, E. Vaillant, E. (1993). Musée et Sociétés in Actes du colloque national Mulhouse-Ungersheim, DMF,

Ministère de la Culture.

TIC et institutions muséales

31

« C’est à partir de ces domaines que nous faisons face à l’existence d’une nouvelle muséologie : une muséographie du temps et de l’espace, avec le développement pour objectif, l’interdisciplinarité comme outil et la participation comme moteur. »32 En 1991, l’organisme qui depuis 1986 regroupe les écomusées, «Ecomusées en France », prend le nom de FEMS, « Fédération des écomusées et des musées de société ». Beaucoup d'écomusées, en effet, ne se distinguent plus de ce que l’on commence à appeler, à partir de cette même année des «musées de sociétés». Hugues de Varine dans son ouvrage L’initiative communautaire33, explique que le socle de toute sa réflexion sur le concept d’écomusée est la dimension communautaire de la vie, individuelle ou collective. De plus, il met en valeur la conception selon laquelle le musée n’est qu’un instrument et n’a pas de justification « en soi » et que c’est dans ce rôle d’instrument au service d’une communauté qu’il exprime un potentiel d’innovation considérable. En d’autres termes, les écomusées et musées de société sont des institutions créées par et pour les publics avec le corps scientifique comme guide. Un outil de vitrine du territoire qui révèle la communauté à ellemême et aux visiteurs. Il ressort de cette définition d’écomusée et de musée de société que la participation de la population est un élément essentiel au bon fonctionnement de ces structures et que le fonctionnement de ce type d’institution diffère des autres musées. Toutefois, la question de la politique culturelle française et celle de la démocratisation de la culture sont des dimensions à prendre en considération dans le cadre d’une étude sur le domaine muséale.

32

Duclos, J.C. (1986). Les écomusées et la nouvelle muséologie in Actes des Premières rencontres nationales des

écomusées. Grenoble : Agence Régionales d’Ethnologie Rhône-Alpes. 61-69
33

De Varine, H. (1991). L’initiative communautaire. Paris : Editions PUL.

TIC et institutions muséales

32

Politique culturelle et démocratisation de la culture
En 1959, le premier ministère des affaires culturelles est fondé sur une rupture administrative avec l’Éducation Nationale. André Malraux est nommé ministre d’Etat, chargé des affaires culturelles. Ce ministère a pour mission de « rendre accessibles les plus grandes œuvres au plus grand nombre d’hommes »34 (Malraux, 1996, p. 257), ce qui place alors la question du public au cœur de la politique culturelle. Cependant, le nouveau ministère ne bénéficie que d’1% du budget total de l’Etat qui se révélera rapidement insuffisant pour réaliser les ambitieux projets de démocratisation culturelle du ministère de la Culture. Par conséquent, ces projets, à la base très centrée sur les publics, ont progressivement glissé pour servir de justification à l’action des pouvoirs publics sur le plan culturel. De telle sorte qu’Olivier Donnat considère que « la politique culturelle a progressivement « oublié » ses missions touchant à l’élargissement de la demande au profit de celles relatives à la création et à l’aménagement culturel du territoire. Le projet de démocratisation a peu à peu quitté l’horizon de la politique culturelle, sans que personne n’assume explicitement la responsabilité de cet abandon ni ne procède à un examen précis des raisons qui le justifiaient ».35 Avec l’arrivée des TIC et plus particulièrement d’Internet, certains discours prônent la démocratisation de la culture. Selon le gouvernement français, « Internet constitue un outil spectaculaire de démocratisation de l’accès au patrimoine culturel de nos bibliothèques et de nos musées »36 et « la diffusion d’Internet peut favoriser le rééquilibrage culturel du territoire ainsi qu’une diffusion plus large et plus égalitaire de l’accès au savoir et à la culture »37 . Cette forme de déterminisme technologique est très présente dans les discours publics car cet outil donne l’opportunité à l’individu d’accéder à n’importe quel contenu d’où il veut, quand il le veut
34 35

Malraux, A. (1996). La politique, la culture : Discours, articles, entretiens, 1925-1975. Paris : Gallimard. Donnat, O. (2008). « Démocratisation de la culture fin… et suite ? », in Saez, J-P. (Sous la dir. de), (2008).

Culture et société, un lien à recomposer. Toulouse : Éditions de l’Attribut. p. 55-71.
36

Bouquillion, P. (2003). « La culture face à l’Internet : un enjeu culturel et d’action publique ». Récupéré de

http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2002/Bouquillion/Bouquillon.pdf
37

Ibid

TIC et institutions muséales

33

et parfois même de manière gratuite. Toutefois, une étude du Ministère de la Culture et de la Communication sur les pratiques culturelles des français à l’ère numérique, réalisée sous la direction d’Olivier Donnat, témoigne en 2008 d’un échec grave de la démocratisation culturelle : « Un quart des Français n’ont fréquenté dans l’année aucun équipement culturel : ils ne sont allés ni au cinéma ni dans une bibliothèque, n’ont assisté à aucun spectacle vivant et n’ont visité aucun lieu d’exposition ou de patrimoine. La plupart d’entre eux cumulent tous les handicaps en matière d’accès à la culture et manifestent très peu d’intérêt pour la culture en général : ils lisent peu de livres, écoutent rarement de la musique, les trois quarts d’entre eux n’ont jamais utilisé l’internet et leur mode de loisirs reste largement centré sur la télévision. »38 Ainsi semble être rejetée l’idée du « déterminisme technologique qui postule que la technologie détermine les effets, positifs ou négatifs, qu’elle induit dans la société »39 car l’avènement des TIC dans le domaine muséal comporte des limites et des freins dans la démocratisation de la culture. Plusieurs auteurs ont rejeté l’idée d’un déterminisme technologique pour proposer d’autres perspectives telles que le constructivisme social « la technologie est déterminée par les rapports sociaux, elle est un artefact socialement construit »40 et la coévolution des technologies et de la société. Il est dit qu’il y a « l’influence des utilisateurs sur la conception et la diffusion des technologies. (… et) dans le cas des TIC, on rencontre à la fois les effets structurants des systèmes technologiques et le façonnage de ces systèmes par les acteurs sociaux »41. Il y a un enchevêtrement constant entre la technologie et l’environnement dans lequel elle évolue. Nous ne sommes pas tous égaux face à l’accès et l’usage des TIC et selon Miège cité par Bouquillion (2003), «La possession de l’outil ne détermine pas la nature des utilisations. Ces utilisations sont différenciées selon les types de contenus offerts et elles dépendent de facteurs sociaux, culturels

38

Donnat, O. (2008). Les pratiques culturelles des français à l’ère du numérique. Enquête 2008. La découverte :

Minsitère de la Culture et de la Communication.
39

Vendramin, P., Valenduc, G. (2005). « Technologie et société, destins croisés », in La lettre EMERIT. Namur.

Récupéré de http://www.ftu-namur.org/fichiers/Emerit42.pdf
40 41

Ibid. Ibid.

TIC et institutions muséales

34

et économiques dont la configuration est propre à chaque type de contenus »42. Je tâcherai donc de me demander de quelques manières les écomusées et musées de société utilisent leur dispositif numérique en ligne et in-situ. Sur cette question d’accès à la culture par les TIC, Donnat (2008) précise que l’ère du numérique dans laquelle nous sommes, « ouvre pour la politique culturelle un nouveau champ d’intervention considérable, au moins aussi important que celui ouvert par Malraux à la création du ministère des affaires culturelles. En effet, le numérique et les moyens de communication d’aujourd’hui offrent aux établissements la possibilité d’enrichir considérablement leur offre en proposant une palette diversifiée de services « à distance », et donc de toucher de nouveaux publics au delà des cercles de leurs habitués, tout en engageant avec eux un dialogue permanent et interactif. » (Donnat, 2008). L’auteur ajoute que malgré la conjoncture actuelle, il faut cesser de présenter la « question du public » comme dépassée et qu’il faut maintenant mettre en œuvre une « vraie » politique de la demande pour sortir la politique de soutien à l’offre de l’impasse dans laquelle elle se trouve aujourd’hui. (Donnat, 2008). Les TIC peuvent contribuer à ce mouvement de « politique de la demande » car la présence de musée virtuel, de réseaux sociaux et autres dispositifs de numériques constituent de nouvelles voies d’offre et de partage de contenus pour les institutions. Michel Côté43 (2011) indique que « les outils technologiques ont et auront un impact sur les pratiques professionnelles et sur les comportements des visiteurs ». Je vais donc maintenant décrire ce que l’on entend dans cette étude par Technologies de l’Information et de la Communication dans les musées.

42 43

Bouquillion, Op. Cit. Côté, M. (2011). « Les musées de société : le point de bascule », in Les musées au prisme de la communication.

Hermès, La revue. CNRS editions.

TIC et institutions muséales

35

TIC et institutions muséales
Définition de Technologies de l’Information et de la Communication
Bien que la définition sémantique reste floue, les chercheurs s’accordent à dire que les Technologies de l’Information et de la Communication sont les technologies utilisées pour traiter, modifier et échanger de l’information, plus spécifiquement des données numérisées.44 Les TIC regroupent un ensemble d'outils qui sont interconnectés, combinés et qui permettent un maximum d'interactivité. Michel Serres45 postule que les nouvelles technologies sont une révolution culturelle et cognitive. Il explique que c’est la troisième révolution du couplage entre un support et un message ; les deux premières étant l’écriture et l’imprimerie. Il ajoute que « lorsqu’il y a révolution dans les supports associés à la circulation de l’information, il y a basculement des sociétés ».46 Néanmoins, l'utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication ne se substitue pas aux autres modes de conversation mais viennent les compléter. L’étude de Barry Wellman 47 montre qu'un usage intensif de l'internet entraîne un niveau de communication interpersonnelle plus élevé, ce qu’il nomme « l’individualisme en réseau ». Dominique Cardon48 ajoute qu’en réunissant sur la même interface les outils de l'échange interpersonnel et ceux de la

44 45

Charpentier, P. (2004). Organisation et gestion de l'entreprise. Armand Collin. « Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive », conférence Michel Serres, 11 juin 2007, Institut de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA). Récupéré de

National

http://interstices.info/jcms/c_33030/les-nouvelles-technologies-revolution-culturelle-et-cognitive
46 47

Ibid. Wellman, B. (2004) « Connecting Community: On-and Off-Line » in Contexts, Vol.3 (4). p. 22-28. Récupéré sur :

http://homes.chass.utoronto.ca/~wellman/publications/index.html
48

Cardon, D. (2010). La démocratie internet : Promesses et limites. Paris : éditions Le Seuil, Col. La République

des idées

TIC et institutions muséales

36

communication de masse, Internet instaure un nouveau type de relation entre la sphère de la conversation et celle de l'information. (Cardon, 2010) Dans ce mémoire nous entendrons donc par TIC : les objets techniques, c’est-à-dire les objets relatifs à l’audiovisuel et aux télécommunications comme les tablettes tactiles ou les téléphones portables. l’ensemble des technologies qui sont associées à l’usage d’Internet et plus particulièrement depuis son évolution majeure : le Web 2.0 et ses réseaux sociaux numériques. Depuis maintenant dix ans, le web a pris un nouveau tournant : celui du web 249. Ceci a transformé la société : l’individu n’est plus uniquement un récepteur d’information mais il peut dorénavant échanger, produire, réagir et interagir avec du contenu. Comme le dit Michel Serres, les nouvelles technologies permettent de traiter, stocker, émettre et recevoir de l’information.

L’avènement des TIC dans les musées
« Le numérique ne se révèle plus comme un simple outil de médiation complémentaire aux outils plus classiques (exposition, médiation présentielle, édition etc.) mais comme une nouvelle façon pour les musées de penser leurs missions, les publics et de s’organiser… » Florence Belaën Responsable de l’Observatoire du Patrimoine et de la Culture Scientifiques et Techniques – OCIM Contrairement à ce que l’on peut lire dans certains articles comme celui publié le 16 juillet 2012 sur le site de l’INRIA « Les musées à l’aube d’une révolution numérique »50, les TIC étaient présentes dans les institutions muséales bien avant l’avènement d’Internet. Il faut remonter aux années 1960 pour trouver les premiers supports vidéo comme support de médiation. C’est ensuite dans les années 1980 qu’on voit apparaître des audio-guides, puis dans
49 50

Terme utilisé par Tim O’Reilly en 2004 pour définir l’évolution du web, passant d’un media à une plate-forme. Récupéré de http://www.inria.fr/actualite/le-saviez-vous/les-musees-a-l-aube-d-une-revolution-numerique

TIC et institutions muséales

37

les années 1990, les bornes multimédia. Comme l’écrit Jean Davallon51, « la conception de ce type d’objet interactif témoigne du passage d’une muséologie d’objets à une muséologie d’idées où la venue du visiteur au sein du musée dépasse la rencontre avec des objets. Pendant longtemps, le numérique et multimédia ne se trouvaient qu’au sein des musées. La dernière étape de l’introduction de technologies dans les institutions culturelles est celle en 2010, des applications mobiles, des espaces immersifs et autres technologies interactives. En ce qui concerne les institutions muséales et Internet, il faut remonter en 1994 semble-t-il pour trouver le premier site Internet de musée : celui du Museum d’histoire naturelle de Londres.52 Depuis maintenant presque vingt ans, les institutions culturelles investissent massivement le Web et il est devenu normal que chaque institution possède son propre site Internet. La preuve en est qu’actuellement plusieurs conventions sont devenues essentielles pour les professionnels du monde muséal en ce qui concerne les TIC : Museum & the Web 53 , Museum Next 54 , les rencontres du CLIC55, etc. L’avènement d’Internet est donc une marche de plus dans la présence des TIC dans le domaine muséale. Il permet de fournir des informations et des possibilités d’interaction en amont de la visite et à la possibilité de refaire sa visite et de réagir dessus en aval. Il y a donc une continuité dans le temps de la visite. Comme le souligne Florence Belaën « L’offre muséale est alors une offre totale où la présence d’une visite dans l’enceinte de l’institution n’en constitue désormais qu’une partie »56. Évelyne Lehalle définissait en 1994 l’accueil dans les musées comme une « notion large dans le temps (avant, après, pendant la visite) et dans l’espace (ne pouvant se
51

Davallon, J. (1992). « Le musée est-il vraiment un média ? », in Publics et Musées n° 2. Lyon: PUL. p. 99-123. Site Internet du museum d’histoire naturelle de Londres. Url : http://www.nhm.ac.uk/ Site du museum & the web. http://www.museumsandtheweb.com/mw2012 Site du museum next. http://www.museumnext.org/ Site des rencontres culture et innovations. http://www.club-innovation-culture.fr/rencontres-culture-

Récupéré de http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_1164-5385_1992_num_2_1_1017
52 53 54 55

innovations/rencontres-2012/
56

Belaën, F. (2011). « Petites chronologies de l’usage du numérique dans les musées ». Récupéré du site du

ministère : http://cblog.culture.fr/2011/06/17/petite-chronologie-de-l’usage-du-numerique-dans-les-musees

TIC et institutions muséales

38

réduire au seul hall d’arrivée des visiteurs ou à une billetterie et un vestiaire) »57, maintenant c’est aux Technologies de l’Information et de la Communication que l’on semble donner cette présence sur les trois temps58.

L’engouement pour cette thématique
Comme nous l’avons indiqué précédemment, le Ministère de la Culture et de la Communication a ouvert un blog qui traite de cette relation TIC / institutions culturelles. En parallèle, d’autres blogs se sont ouverts, moins institutionnels mais très actifs. Parmi les plus intéressants et les plus novateurs, nous pouvons citer : Buzzeum 59 : Ouvert en 2007 par Diane Drubay, ce blog traite des stratégies de communication et de présence sur Internet des institutions culturelles. Mixeum60 : Ouvert il y a 3 ans par Samuel Bausson, Webmaster au Museum d’Histoire Naturelle de Toulouse, l’auteur y partage ses expériences et ses idées sur le déploiement des musées en ligne et sur leur évolution envisagée sous l’angle des usages en “réseaux”. Musée oh ! l’actu en muséologie61 : Ouvert en 2010 par Claire Casedas, Muséologue et Muséographe, elle y raconte ses découvertes et ses lectures dans les institutions muséales pour, selon ses propres mots, « dépoussiérer l'image du musée et montrer qu'il ne s'agit pas que d'un lieu où l'on y expose des tableaux. » Culture Communication
62

:

Par Aude

Mathey,

responsable

développement

commercial/corporate, Getty Images Véculture63 : Par Gonzague Gauthier, chargé de projets nouveaux médias au Centre Pompidou
57 58 59 60 61 62

Lehalle, Évelyne (1994). « L’accueil dans les musées », in Publics & Musées n° 4. Lyon: PUL. p. 83-87. http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R281.pdf (p. 32- 36) Site de Buzzeum: http://www.buzzeum.com/ Site de mixeum: http://www.mixeum.net/ Site de musée oh! l’actu en muséologie : http://musee-oh.museologie.over-blog.com/ Site de Culture Communication: http://www.culture-communication.fr/

TIC et institutions muséales

39

Nous venons de voir ce qu’on entendait dans cette recherche par écomusées, musées de société et TIC ainsi que les liens qui existent entre ces domaines. En reprenant la question de départ : Quelle place pour les TIC en écomusées et musées de société ? Et suite à l’exposition des termes de la recherche, il semble intéressant de préciser cette question de départ en y soulignant la notion de changements que peuvent apporter ces technologies. Ainsi remaniée, ma question de recherche sera la suivante : Quels changements sont impulsés par les TIC dans les écomusées et musées de société ?

Chapitre 2 : Cadre théorique
La première étape de la construction de mon cadre théorique consista à procéder à l’état de l’art des thématiques de cette étude, ce qui correspond à la constitution de la bibliographie la plus exhaustive possible. Je me suis donc penché selon une approche large sur les ouvrages traitant des Technologies de l’Information et de la Communication dans les écomusées et musées de société. Depuis la phase exploratoire jusqu’à la mise en place du cadre théorique, j’ai identifié au cours de cette revue de littérature des mots-clés en lien avec mon objet d’étude en prenant pour point de départ les termes de la recherche séparément d’abord afin d’avoir un point de vue le plus large possible et une bonne connaissance du sujet dans son ensemble. Au fur et à mesure, ces lectures m’ont permis de repérer des ouvrages, des mémoires, des articles, des sites web et des auteurs qui m’amenaient eux-mêmes vers de nouvelles lectures, me permettant finalement de couvrir le sujet. Cette méthode m’a semblé pertinente car elle m’a donné l’opportunité de découvrir des ouvrages qui auraient pu être écartés si j’avais d’emblée pris l’ensemble des termes de l’étude pour mots-clés. D’autant plus que j’ai pu constater que très peu d’ouvrages traitent de

63

Site de véculture : http://gonzagauthier.wordpress.com/

TIC et institutions muséales

40

ces deux concepts associés : Écomusée et musée de société et les TIC. Par conséquent, j’ai pris appui sur les auteurs traitants des musées dans sa définition la plus globale. Parallèlement à cela et dans le but de m’approprier pleinement l’environnement des institutions culturelles et entamer cette recherche, j’ai procédé à la mise en place d’une veille technologique64. Grâce à cela, je pouvais établir un suivi organisé afin de faire une analyse systématique et quotidienne des informations en lien avec mon thème de recherche. L’ensemble de ces lectures ont rapidement fait émerger deux concepts : celui de musée participatif et celui de visiteur producteur ainsi que des concepts sous-jacents tels que la médiation numérique et l’usage des TIC. Les paragraphes suivants explicitent et développent ces concepts-clés de mon étude.

Le musée devient participatif
Dans son ouvrage, le Participatory Museum65, et sur le site Web du même nom66, Nina Simon soutient que les publics des institutions ou événements culturels sont aujourd'hui habitués à des processus d'apprentissage participatifs. Selon l’auteur, les publics valorisent le fait de ne pas être simplement mis en situation de "consommer", mais surtout de pouvoir créer, partager, échanger ensemble autour du contenu 67 (Simon, 2010). L'auteur ajoute qu'une institution véritablement participative ne peut se contenter d’offrir un contenu pré-formaté à ses publics mais doit utiliser la fonction de participation et de personnalisation des plateformes Web pour créer et proposer un contenu avec et pour ses publics. Néanmoins, Simon remarque que certaines caractéristiques du Web 2.0 s’opposent à la conception même du musée : Les musées sont des espaces pré-conçus alors que les plates-formes du Web 2.0 sont ouvertes à toutes sortes de propos d’utilisateurs, même aux contenus intentionnellement trop subjectifs et parfois erronés.
64 65 66 67

Cette mise en place de veille technologique est décrite dans le rapport de stage p. ? Simon, N. (2010). The Participatory Museum. Santa Cruz: Museum 2.0. Site de Nina Simon: http://www.participatorymuseum.org/ A Participatory Museum is a place where visitors can create, share, and connect with each other around content.

TIC et institutions muséales

41

-

Les musées lancent des expositions sous une forme déjà achevée alors que le contenu présent sur le Web 2.0 est en perpétuelle évolution. Les musées compte sur les personnes d’autorités : conservateurs, chercheurs, concepteurs, éducateurs. Tandis que le Web 2.0 s’appuient sur les utilisateurs, qui s’accordent mutuellement l’autorité.68

La conception du « musée participatif » de Nina Simon n’est pas sans nous rappeler la définition d’écomusée proposée par G.H Rivière. Effectivement nous avons pu voir dans le chap.1 « Définition d’écomusée et musée de société », un des éléments essentiels à la mise en place des écomusées et musées de société repose sur la participation des publics. G.H Rivière imagine ainsi l’écomusée comme un lieu de préservation du patrimoine naturel et culturel d’un territoire donné grâce à la participation et au témoignage de sa communauté. Certains écomusées et musées de société co-développent des expositions avec les membres de la communauté, que ce soit pour représenter l'expérience unique de certains groupes ethniques ou pour présenter des savoir-faire amateur. Ces processus de conception participative sont souvent institutionnellement définis, limités dans le temps, et impliquent un petit nombre de participants. La mise en place de dispositifs de médiation numériques permettrait donc de mettre en avant cette notion de participation citoyenne. Les propos de Cardon (2010) rejoignent cette idée : « Internet a été conçu pour faciliter les échanges entre les individus tour à tour émetteurs et récepteurs ».69 Malgré quelques initiatives pour la création d’un musée plus participatif, beaucoup d’institutions restent encore sceptiques et ne voient pas l’intérêt d’une présence des institutions sur les réseaux sociaux. Pour répondre à ces préjugés, Jim Richardson, créateur du colloque MuseumNext, a rédigé une lettre ouverte70 aux directeurs d’institution qui n’investissent pas les réseaux sociaux, en mettant en avant les avantages du web social et participatif. De son côté, Samuel Bausson

68

Simon, N. (2007). «Discourse in the blogosphere, What Museums Can Learn from Web 2.0 », in Museums & http://www.museumtwo.com/publications/MSI_257-

Social Issues, Vol.2, 2, p. 257–274. Récupéré de 274_simon.pdf
69 70

Cardon,, op. cit. http://www.museumnext.org/francais/?p=28

TIC et institutions muséales

42

indique qu’il n’y a pas de web2.0 avec un musée 1.071 et invite les musées à passer d’une logique « vitrine » à une logique « participative ». Il propose ainsi l’idée du « Musée-Légo » 72 qui devient un musée ouvert et accessible, de façon la plus disponible possible, adapté aux modes de vie de visiteurs. Ce concept de musée participatif comme espace de communication élargi par les TIC remet en cause la notion d’espace public et d’espace privé. Effectivement d’un côté les TIC permettent à chaque individu de donner son avis en public mais nous avons aussi à faire face à des conversations privées qui s’incorporent à l’espace public. Si nous reprenons la définition de Thierry Paquot « la sociologie urbaine décrit comme relevant du domaine public ce qui est visible et accessible par tous »73, on peut considérer selon ces propos que la majorité d’Internet est considéré comme un espace public. Jürgen Habermas donne quant à lui la définition suivante : « l’espace public est un lieu où s’exprime l’intérêt général » 74 , or les éléments accessibles sur Internet ne peuvent pas tous être considérés comme d’intérêt général car l’ensemble de ces données n’a pas une portée qui peut être considérée comme publique. Cette controverse pose problème car la législation qui s’y applique n’est pas la même entre espace public et espace privé. Pour Cardon (2010) cette notion d’espace sur Internet s’apparente à « un continuum dans lequel certains propos sont très publics, d’autres moins et d’autres pas du tout. » Nous avons donc dans l’espace public sur Internet une graduation des niveaux de prise de parole. Dans cet espace sont présents des propos public ainsi que privés voire même semipublics, la question est maintenant de définir les limites propres à chacun de ces espaces.

71

Propos recueilli par Guillaume Nuttin : http://www.archimag.com/article/«-il-est-absurde-d’avoir-un-site-web-20-

et-un-musée-10-»
72

Concept du Musée Légo développé par Samuel Bausson :

https://docs.google.com/document/pub?id=1o_YgFoPLL4ZE56w-Us-pHcPsCoRgwHYrUu--C2V6i-A&pli=1
73 74

Paquot, T. (2009). L’espace Public. Paris : La Découverte. Habermas, J. (1967). L’Espace Public : Archéologie de la Publicité comme Dimension Constitutive de la Société

Bourgeoise. Paris : Payot.

TIC et institutions muséales

43

Cardon propose de schématiser ces différentes manières de rendre visible ses données dans cet espace de communication élargi par les TIC de la manière suivante :

Les deux figures de gauche (Sphère publique restreinte et espace public) constituent l’espace public traditionnel du XVIIIe siècle. Les deux figures de droite (web participatif et web en clairobscur) sont les conséquences de l’élargissement de l’espace public avec l’arrivée d’internet. Dans le cas des musées et plus particulièrement des écomusées et musées de société, la naissance de ces nouveaux espaces permet de par son adjectif « participatif » que les témoignages ou commentaires d’amateurs puissent s’intégrer à la conception de l’action culturelle. Comme le précise Cardon (2010, p.47) « un élargissement même minime du nombre des preneurs de parole contribue à un changement d’ensemble des pratiques ». Pour ce qui est de la notion de « clairobscur », Cardon la définit comme l’espace ou l’individu parle de lui, de sa famille, de ses idées en ne se préoccupant pas de savoir qui lit ses propos, pensant même évoluer dans un espace à visibilité limitée. Cette notion de « clair-obscur » ne sera pas traitée dans le mémoire car est-il nécessaire comme le souligne Cardon (2010, P.52) « de suivre les chemins qu’empruntent les internautes pour faire sortir certains de leurs propos du bavardage familier et les propulser dans l’espace public ». En effet, serait-il déontologiquement viable pour un écomusée ou un musée de société de récupérer des propos d’un individu et de réutiliser ces données dans l’action culturelle

TIC et institutions muséales

44

surtout dans l’éventualité où cette personne considère ces informations comme privées. Cependant, un point est soulevé par Andrew Keen75 qui soutient que les propos d’amateurs ne satisfont pas toujours les critères de qualité scientifique imposés par l’espace public traditionnel, amenant ainsi le débat public et la culture en général à se dégrader. Ces propos rejoignent ceux de Melh, « La valorisation de la parole profane est parallèle et concomitante à la dévalorisation de la parole de l’expert »76 lorsqu’il décrit son concept de « télévision de l’intimité ». Selon l’auteur, « ce nouvel espace public (avec l’arrivée de la télévision de l’intimité) semble bien éloigné du modèle habermassien d’un espace public fondé en rationalité ». Toutefois les conceptions de l’élargissement de l’espace public par Internet ou par la télévision diffèrent car selon Cardon : « grâce à Internet, le public sous contrôle s’est émancipé. Il prend la parole sans qu’on le lui demande. Il s’expose sans vergogne pour créer de nouveaux liens sociaux. Il produit des connaissances sans s’en remettre à d’autres. Il définit lui-même les sujets dont il veut débattre »77 alors que pour Melh, le nouvel « espace privé/public n’orchestre pas le choix des idées mais la comparaison des valeurs incarnées dans des manières de vivre. En ce sens, l’espace privé/public n’est pas un espace intellectuel au sens classique du terme. Il n’est pas un espace de confrontation d’arguments fondés en rationalité mais se donne à entendre comme un espace de juxtaposition »78. Pour Internet, les propos contradictoires et les discussions prennent forme dans la sphère publique. A contrario, pour la télévision, ils seront réservés à la sphère privée, « hors de l’espace géographique configuré par le média »79. Dans ce concept de musée participatif avec une combinaison de dispositifs numériques et d’usages de ceux-ci, nous avons vu que la notion de production d’information était fortement
75 76

Keen, A. (2008). Le culte de l’amateur. Comment l’Internet tue notre culture. Paris : Scali. Mehl, D. (2008). « La télévision de l'intimité »in Le Temps des médias 1/2008 (n° 10), p. 265-279. Récupéré de :

www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2008-1-page-265.htm.
77 78 79

Cardon, op. cit. Mehl, op. cit. Ibid.

TIC et institutions muséales

45

présente. Comme les travaux de Millerand, Proulx et Rueff80 (2010) nous l’indiquent, « certains développements de l’internet […], à partir de 2004, mettent à disposition des fonctionnalités incitant les utilisateurs à collaborer entre eux, dans le but de créer et de partager des contenus par l’intermédiaire d’outils tels que blogues, wikis, sites de réseaux sociaux (comme Facebook ou Twitter), sites de partage de musiques, d’images ou de vidéos (comme Deezer, Flickr ou YouTube), métaverses (comme Second Life), ou encore les fonction de syndication de contenu (comme Google Reader) ou d’étiquetage (comme Delicious ) ». En d’autres termes, les usages des TIC sont « orientés vers la figure de l’usager » (Millerand, Proulx & Rueff, 2010, p.2) permettant à ce dernier d’être désormais un possible producteur de contenus d’informations dans cette culture participative.

Le visiteur devient producteur
Simon rappelle que « la mise en place de mécanismes de participation des publics dans les activités du musée doit s'accompagner d'un véritable respect de la part de l'institution pour les intérêts, connaissances, expériences, aptitudes et goûts de ces non experts « (Simon, 2010) En ce sens, elle appelle à une redéfinition des rôles d'amateur et de professionnel puisque la frontière qui les sépare devient chaque jour plus perméable : le public devient un créateur et producteur de contenu à part entière. Simon précise l’importance de la participation des publics car elle explique la tautologie suivante : plus il y a de contenus, plus il y a de contenus. Néanmoins, si on laisse place aux interactions et discussions autour des contenus, plus nombreux seront les publics qui pourront accéder aux contenus qu’ils estiment intéressant ».81 (Simon, 2010). En d’autres termes, la prise en compte du discours des visiteurs serait une valeur ajoutée au contenu proposé par les professionnels car en discutant sur ces contenus, les publics

80

Millerand, F., Proulx, S. & Rueff, J. (2010). Web social, Mutation de la communication. Québec : Presse de

l’université du Québec, coll. Communication.
81

The more content there is, the more content there is. In contrast, the more interpretation, prioritization, and

discussion there is around the content, the more people can access the videos (and the conversations) that are most valuable to them.

TIC et institutions muséales

46

en parleront autour d’eux et pourront ainsi toucher des publics qui n’auraient pas pris le temps d’accéder à ces contenus. « Les communautés d’amateurs-experts, dont les connaissances peuvent être aussi pointues que celles des conservateurs, peuvent fournir en travaillant en partenariat avec le musée, des données critiques ainsi que l'impulsion pour améliorer la qualité des informations et des contenus accessibles au public»82 (Nancy Proctor, 2010)83. Ce concept de visiteur-producteur imposant l’individu comme le créateur et l’usager de contenus permis par les Technologies de l’Information et de la Communication nous amène à la théorie du « braconnage » culturel de Michel De Certeau84, développée en 1980. Il affirmait que la relation entre producteurs et consommateurs est inégalitaire et conflictuelle « ceux qui disent, écrivent, mettent sur le marché ou font lire, ont le pouvoir d'imposer du sens à ceux qui consomment ». Néanmoins il définit certains consommateurs comme des braconniers car ces derniers réinterprètent les biens culturels selon leurs propres références culturelles, en toute autonomie, ce qui leur permet « d’inventer [leur] quotidien ». Ramenée à notre époque où le numérique s’impose fortement et où l’individu peut recomposer et communiquer sur des contenus culturels à travers les réseaux sociaux par exemple, cette théorie soulève la question de la culture des partages de contenus mais aussi celle de la propriété intellectuelle avec l’instauration de la loi Hadopi. A cela, selon Henry Jenkins85, avec l’apparition du Web social au milieu des années 2000, nous sommes entrés dans ce qu’il appelle « la culture de la convergence »86, avec des changements technologiques, mais aussi culturels et sociaux où tout individu peut s’approprier et
82

Communities of passion, amateur experts whose knowledge of any given subject areas may be as deep as (or even

deeper than) that of curators , working in partnership with museum curators, can provide critical data as well as the impetus to enhance the quality of information and content publicly available.
83

Proctor, N. (2010). « Museum as Platform, Curator as Champion, in the Age of Social Media » in Curator : The Journal, vol. 53. p. 35-43. Récupéré de http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.2151-

Museum

6952.2009.00006.x/full
84 85 86

De Certeau, M. (1980). L'invention du quotidien, tome 1, Arts de Faire. Paris : Gallimard Sociologue au Massachusetts Institute of Technology of Boston (MIT) Jenkins, H. (2007) « la culture de la convergence », in MédiaMorphose n°31. p31-36. Récupéré de

http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/23560/2007_21_31.pdf?sequence=1

TIC et institutions muséales

47

détourner les objets de culture pour ses propres usages. Nous faisons face maintenant à une invitation à la création, au partage et à l’accessibilité des données et « la consommation est devenue un processus collectif »87 et « dépend essentiellement de la participation active des consommateurs »88. Le visiteur n’est plus uniquement présent pour recevoir des biens culturels mais devient à son tour un possible producteur de biens culturels. Cette notion nous conduit directement à la notion de « pro-am » amenée par Patrice Flichy89. Il souligne que « grâce aux instruments fournis par l'informatique et par Internet, les nouveaux amateurs ont acquis des savoirs et des savoir-faire qui leur permettent de rivaliser avec les experts. On voit apparaître un nouveau type d'individu, le pro-am, contraction des termes « professionnel » et « amateur », inventée par Leadbeater et Miller.» (Flichy, 2010). Comme nous l’avons vu précédemment dans la définition d’écomusée et musée de société, en parlant de leurs rôles de rendre compte d’une réalité territoriale ou sociétale, l’émergence de ce nouveau type d’individu, le « pro-am », permettra d’apporter un contenu complémentaire d’une qualité accrue alors que son profil socioprofessionnel ne le présageait pas forcément à intervenir sur ce domaine. Dans ces deux premiers paragraphes, nous venons de définir les relations TIC et musées avec une approche centrée sur l’Homme : la participation du visiteur dans le musée, la prise en compte des productions d’amateurs. Nous allons maintenant, dans les deux chapitres suivants, baser notre approche sur l’outil, les TIC, avec les concepts de médiation et d’usage.

87 88 89

Ibid Ibid Flichy, op. cit.

TIC et institutions muséales

48

Les TIC comme outil de médiation
Selon une définition du dictionnaire : « La médiation est une pratique ou une discipline qui vise à définir l'intervention d'un tiers pour faciliter la circulation d'information ». D'après Jean Caune, « la médiation peut être examinée comme un ensemble de pratiques sociales qui se développent dans des domaines institutionnels différents et qui visent à construire un espace déterminé et légitimé par les relations qui s'y manifestent »90. Si nous reprenons ces définitions de médiation humaine et que nous les apposons aux Technologies de l’Information et de la Communication, nous faisons face à ce qu’on appelle la médiation numérique. Sur son blog91, Silvère Mercier, chargé de médiation numérique à la BPI du centre Georges Pompidou, nous donne sa définition de médiation à travers les TIC et les dispositifs possibles en bibliothèque que l’on peut, je pense, adapter à tous types d’institutions culturelles. « La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de flux, des dispositifs passerelles et des dispositifs ponctuels pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation et la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoirfaire. »92 Il précise sa définition en explicitant les termes suivants : Dispositifs de flux : « Un dispositif de flux est un dispositif stable permettant le développement d’une identité numérique constituant une présence en ligne pérenne et attractive. Il vise à capter l’attention par le positionnement, la forme et le contenu proposé. Il permet notamment la diffusion de dispositifs ponctuels attractifs. »93

à Nous pouvons prendre pour exemple de dispositif de flux les sites Internet, les blogs
d’institutions, les pages Facebook, etc.
90

Caune, J. (1999). « La médiation culturelle : une construction du lien social ». Récupéré de http://w3.uSite de Silvère Mercier : http://www.bibliobsession.net Repéré de http://www.bibliobsession.net/2012/05/04/mediation-numerique-le-guide-pratique-des-dispositifs/ Ibid.

grenoble3.fr/les_enjeux/2000/Caune/index.php
91 92 93

TIC et institutions muséales

49

Dispositifs ponctuels : « Un dispositif ponctuel est un dispositif permettant la mise en forme d’informations de manière attractive de manière à capter l’attention des utilisateurs. Il peut s’insérer dans un dispositif de flux. »94 à Prenons pour exemple les chaines de video sur Dailymotion, les dispositifs pour une exposition temporaire, les concours, jeux et quizz sur Internet, etc. Dispositifs passerelles : « Un dispositif passerelle est un dispositif dont la caractéristique est de proposer une interface entre un milieu tangible et des données numériques. »95

à Pour les dispositifs passerelles nous faisons référence aux applications pour Smartphone, aux
dispositifs in-situ d’accès aux contenus. Toutefois, la médiation numérique, en dépit de ses spécificités technologiques, ne saurait être pensée et développée isolément, dissociée des autres formes de médiation produites par le musée. La tentation est pourtant grande de se développer sur Internet en oubliant les réalités d’organisation, les compétences voir même les collections et les publics. Il suffit de quelques clics pour créer une page Facebook ou un compte Twitter. Mais cette façon de faire ne peut pas apporter une réponse sérieuse à l’enjeu que posent aujourd’hui les TIC aux institutions culturelles. La médiation numérique ne doit pas être limitée à une action de communication mais elle doit permettre de transférer un peu plus à un plus grand nombre d’individus. Dans sa récente étude sur l’usage de l’Ipad et de la Muséotouch au musée des Confluences96, Geneviève Vidal 97 explique que « amateurs, adultes et enfants, souhaitent apprendre, fréquemment discuter des objets découverts durant l’exposition, mais aussi vivre une nouvelle expérience par le truchement de la médiation technicisée. Cette dernière représente la relation
94 95 96 97

Ibid. Ibid. http://reseau.erasme.org/Evaluation-Ipad-Museotouch Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication LabSic Université Paris 13

TIC et institutions muséales

50

entre eux et le musée….Les visiteurs se sentent investis d’un pouvoir d’action et nous faisons l’hypothèse que le tactile domine la culture de l’interactivité associée au clic de souris et à la sélection par rubrique, pouvant modifier petit à petit la posture de recherche documentaire, mais aussi impliquer des publics ne disposant pas de culture documentaire. De plus, ces nouvelles postures de consultation des ressources patrimoniales peuvent révéler l'environnement de médiations numériques, qui fait le lien entre les collections, les acteurs du musée et les publics ».98 Dans ce mémoire, je prendrai comme ligne directrice la définition d’un dispositif de médiation numérique proposée par Silvère Mercier : « Un dispositif de médiation numérique n’existe qu’au travers de trois dimensions étroitement imbriquées : des besoins d’informations, des usages et des outils. Il vise à satisfaire un besoin d’information au moyen d’un outil s’inscrivant dans des usages informationnels. »99

Notion d’usage et de pratique
La notion d’usage, selon les contextes d’analyse et les cadres théoriques mobilisés renvoie à un continuum de définitions allant selon Proulx et Breton100 de « l’adoption » à « l’appropriation » en passant par « l’utilisation ». Josiane Jouët distingue l'usage, qui « renvoie à la simple utilisation », de la pratique, « notion plus élaborée qui recouvre non seulement l'emploi des techniques (l'usage) mais aussi les comportements, les attitudes et les représentations des individus qui se rapportent directement ou indirectement à l'outil »101 J’utiliserai dans le cadre de cette étude le terme « usage » car selon Breton & Proulx (2002)
98 99

http://reseau.erasme.org/IMG/pdf/rapportfinalaout.pdf Mercier, op.cit. Proulx, Breton, op. cit. Jouët, J. (1993). « Pratiques de communication et figures de la médiation » in Réseaux n°60. p. 99-120. Récupéré

100 101

de http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1993_num_11_60_2369

TIC et institutions muséales

51

l’usage est « un phénomène complexe qui se traduit par l'action d'une série de médiations enchevêtrées entre les acteurs humains et les dispositifs techniques ». Je complèterai la définition de ce concept d’usage par les propos de Plantard (2010) « Par usages effectifs, nous entendons ce que font véritablement les personnes avec les TIC, leurs usages « réels » même si cet adjectif est aussi piégé, en interprétant ces phénomènes dans leur contexte culturel et leur histoire. (…) Nos analyses partent donc des pratiques et des situations observées, le plus près possible des usagers »102. En ce qui concerne ma recherche, une attention particulière sera portée non pas sur la technologie en elle-même mais bien sur les usages qui vont en découler.

Construction de la problématique
Comme nous venons de le définir, le musée à travers les Technologies de l’Information et de la Communication semble s’orienter vers un modèle plus participatif et plus ouvert aux publics. Toutefois la notion de médiation numérique et d’usage des TIC exige un travail important de la part du musée en termes de relation aux publics car ces technologies peuvent également pousser les musées à évoluer, non pas dans le sens de nouvelles missions pour l’institution, mais vers une redéfinition du rôle des différents acteurs. Nous nous attacherons donc dans ce mémoire à nous demander si dans les écomusées et musées de sociétés nous avons à faire à une présence importante des Technologies de l’Information et de la Communication dans la politique de la structure mais aussi à savoir comment ces outils sont utilisés. A partir de ces observations et apports théoriques, ma problématique sera la suivante : Adoption, utilisation, appropriation, quels sont les usages des TIC dans les écomusées et musées de société ? Il s’agit notamment d’identifier la réalité de développement des TIC dans les écomusées et musées de société, les obstacles ou limites de ce développement, les utilisations faites et les conséquences de cette évolution dans les différentes structures.

102

Plantard, P. (2011). Pour en finir avec la fracture numérique. Limoges : Éditions FYP, collection Usages.

TIC et institutions muséales

52

Chapitre 3 : Méthodologie
Démarche méthodologique
A la suite de ma question de départ (Quelle place les écomusées et musées de société font au TIC ?), il m’a semblé judicieux de commencer par effectuer des entretiens exploratoires avec Mr Courtin, Responsable du développement numérique au Château des Ducs, à Nantes et avec Mme Debord, responsable numérique au Musée de Bretagne, à Rennes. Ces deux musées de sociétés étaient géographiquement les plus près et je pouvais ainsi tester la pertinence de mon objet d’étude sur des professionnels de musée de société. A la suite de ces entretiens, j’ai constaté que ma question de départ était au cœur de nombreuses discussions mais que le développement et les usages des TIC étaient divers et variés. Il était donc nécessaire de débuter par une méthode quantitative pour effectuer une analyse comparative entre les différentes structures, puis par la suite adopter une méthode qualitative avec des entretiens et des observations directes pour comprendre au plus près du terrain les usages des TIC dans les écomusées et musées de société. Le temps imparti ne me permettait pas d’effectuer des entretiens dans toutes les structures, j’ai donc procédé à un échantillonnage que je décrirai ultérieurement dans cette partie.

Mise en place d’une méthodologique quantitative
Pour effectuer cette analyse : Comment les écomusée et musées de société s’emparent des TIC, j’ai pris contact avec la FEMS103, Fédération des Ecomusées et Musées de Société, pour avoir la liste des écomusées et musées de société adhérents à cette fédération et ainsi faire passer mon questionnaire104 dans leur réseau. Georges Henri Rivière l’avait précisé, il y a eu et il y a
103 104

http://fems.asso.fr/index2.html Annexe 2

TIC et institutions muséales

53

toujours une utilisation abusive du terme « Ecomusée », choisir cette démarche me permettra donc d’éviter les biais terminologiques et ainsi de ne pas me perdre dans plusieurs structures qui n’ont pour « écomusée » que le nom.

La conception du questionnaire
Le questionnaire a été réalisé en prenant appui sur l’ouvrage « L’enquête et ses méthodes : le questionnaire »105 de François De Singly. La première partie rassemble les informations sur la structure avec le nom de l’établissement, son statut administratif, sa fréquentation annuelle. Ensuite, une seconde partie sert à analyser les dispositifs numériques en ligne dont dispose l’institution (site Internet, Réseaux sociaux). Dans une troisième partie, le questionnaire se penche sur les dispositifs in-situ de l’institution. Enfin des questions d’ordre général et sur la personne qui a répondu à ce questionnaire sont regroupées dans une ultime partie. Après avoir testé le questionnaire sur les personnes de mon service et sur d’autres personnes extérieures aux domaines muséales, les retours m’ont fait prendre conscience que certaines questions étaient mal formulées ou mal orientées. Par exemple je demandais aux enquêtés les bilans de leurs dispositifs numériques en omettant de leurs demander les objectifs et les freins. De plus, j’avais intégré un « effet halo »106, c’est-à-dire un biais cognitif dans la perception des réponses : mes questions étaient ordonnées de manière à ce que l’enquêté n’ait pas d’autre choix que de répondre qu’il fait usage des TIC. J’ai donc dû procéder à une restructuration de mon questionnaire.

105 106

De Singly, F. (2008). « L’enquête et ses méthodes : le questionnaire ». Armand Colin. Effet démontré par Solomon Asch en 1946

TIC et institutions muséales

54

Schéma récapitulatif de la construction de mon questionnaire :

Partie 1 : Votre institution

Pour avoir des informations sur la structure, la position géographique et la fréquentation annuelle de l’institution. Connaitre les freins

Partie 2 : Dispositifs en ligne

Mon questionnaire Partie 3 : Dispositifs in-situ

Pour la présence ou non sur de tels dispositifs et ...

Connaitre les objectifs

Connaitre les bilans Partie 4 : Informations Pour récolter des suggestions et commentaires éventuels

Suite à cette première phase quantitative et à l’analyse des résultats, j’ai pu constituer un échantillon représentatif des écomusées et musées de société en France qui s’emparent ou non des TIC107. La conception de cet échantillon s’est fait suivant les variables suivantes : Des structures différentes au niveau de leur appellation (écomusée et musée de société) mais aussi de leur statut administratif (association ou structure publique) et de leur position géographique dans le territoire français. La fréquentation annuelle, la présence sur Internet et la mise en place de dispositifs numériques in-situ seront aussi des éléments caractéristiques de l’échantillon type.

Mise en place d’une méthodologie qualitative
A la suite de cette analyse quantitative, j’ai effectué une méthodologie qualitative avec un entretien semi-directif des représentants numériques de l’échantillon créé précédemment et une observation directe des dispositifs en ligne.

107

cf. chap « Résultats »

TIC et institutions muséales

55

Conception de l’entretien semi-directif
L’entretien s’est structuré autour de quatre thématiques : présence ou non d’une équipe chargée du numérique ? Les dispositifs en eux-mêmes ? L’apport des TIC en termes de médiation ? L’apport des TIC en termes d’accessibilité et de participation des publics ? Les entretiens ont été réalisés auprès de dix représentants des institutions de l’échantillon et ont été adaptés aux réponses qu’ils avaient données préalablement dans le questionnaire. Je tiens à préciser qu’à l’exception de deux entretiens en présentiel, les autres ont dû être réalisés par téléphone par souci de distance. Pour me rendre compte de la pertinence de mon guide entretien108 et y percevoir les éventuels biais, j’ai réalisé en préalable deux entretiens dans des musées autres que ceux de mon objet d’étude. Le premier avec Mr Besson, responsable des collections au musée Nicéphore Niepce, à Châtillon sur Saône, en présentiel et le second avec Mr Caucat, responsable numérique du musée d’Ecouen, par téléphone. Ces derniers ne rentreront en aucun cas dans mon analyse sur les écomusées et musées de société mais certaines informations pourront si nécessaires être soulevées dans une partie bilan et perspective.

Conception de l’observation directe
Pour chaque institution de l’échantillon, j’ai réalisé une observation directe suivant les méthodes de Anne-Marie Arborio et Pierre Fournier développées dans leur ouvrage : « L’enquête et ses méthodes : l’observation directe » 109 . Ils présupposent que « le choix d’un espace circonscrit rend l’observation directe possible parce que celle-ci met le chercheur face à un ensemble fini et convergent d’interactions ». J’ai donc fait le choix de limiter mon observation sur le réseau social Facebook. J’ai observé leur mise à jour régulière, les informations données et l’interaction avec les visiteurs sur un temps défini de 5 mois (de janvier 2012 à mai 2012). De telle sorte que j’ai pu constater si les structures produisent de l’interaction avec leurs publics ou
108 109

Annexe 3 Arborio, A-M. Fournier, P. (2010). « L’enquête et ses méthodes : l’observation directe ». Armand Colin.

TIC et institutions muséales

56

si leur présence sur les Réseaux Sociaux est purement informative. Pour effectuer cette analyse, j’ai repris les critères développés par Robert F. Bales110 qui offre une grille de lecture111 et d’analyse des interactions au sein d’un groupe. Cette étude me permettra de créer une typologie d’usages des TIC dans les écomusées et musées de société en France.

Chapitre 4 : Résultats
Vers la création de l’échantillon…
Ce chapitre a pour objectif de présenter les résultats obtenus par l’envoi de questionnaires aux structures visées. Il s’agit de mettre en forme les informations les plus marquantes recueillies auprès des écomusées et musées de société en France dans le but d’en dégager un échantillon représentatif de la place faite aux TIC dans ces institutions. Pour des raisons de lisibilité, chaque résultat ne sera pas mis sous forme de pourcentage car le nombre de retour de questionnaire ne dépassera pas 100 résultats donc les pourcentages ne seront pas significatifs. Le questionnaire a été envoyé aux 135 adhérents de la Fédération des Écomusées et Musées de Société (FEMS) et j’ai eu le retour de 64 questionnaires : - 23 pour le premier envoi du 9 février - 34 pour le second envoi du 20 février - 7 pour le troisième envoi du 18 mars

110

Bales, R. F. (1972). Rôles centrés sur la tâche et rôles sociaux dans des groupes ayant des problèmes à résoudre,

in Lévy, A. Psychologie sociale, Paris : Dunod. p. 263-277.
111

Annexe 4

TIC et institutions muséales

57

Une structure aillant répondu à deux reprises au questionnaire, les résultats se baseront sur 63 retours112. Afin de dégager un échantillon type, j’ai organisé les données recueillies en tableaux croisés en mettant en relation la fréquentation annuelle des structures avec les items suivants : la possession d’un site internet ; la présence sur les réseaux sociaux ; l’existence de dispositifs numériques insitu ; le statut de l’institution. Caractéristique suivant la présence d’un site Internet :
Possédez-vous un site Internet ? Oui Entre 10 000 et 50 000 visiteurs Entre 50 000 et 100 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs Plus de 100 000 visiteurs Total 21 8 23 4 56 Non En construction Total 1 23 8 4 1 28 4 5 1 63 1

Tableau 1 : Présence d'un site Internet selon l'importance de l'établissement en termes de fréquentation

Nous pouvons constater dans ce tableau qu’une grande majorité des institutions ayant répondu à ce questionnaire possède un site Internet.

112

Annexe 5

TIC et institutions muséales

58

Caractéristique suivant la présence sur les réseaux sociaux :
cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 % de l’effectif.

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs

Etes-vous present sur les réseaux sociaux ? Twitter Entre 10 000 et 50 000 visiteurs Entre 50 000 et 100 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs Plus de 100 000 visiteurs Total 1 2 2 2 7 LinkedIn FlickR Facebook Aucun Total 11 11 1 24 3 4 9 12 14 1 29 4 6 30 29 1 1 68

Tableau 2 : Présence sur les réseaux sociaux selon l'importance de l'établissement en termes de fréquentation

Ce tableau nous indique que toutes les structures de plus de 100 000 visiteurs par an sont présentes sur au moins un réseau social. En ce qui concerne les institutions dont la fréquentation annuelle est inférieure, la présence sur Facebook est d’un établissement sur deux. Caractéristique suivant la présence de dispositifs in-situ :
Avez-vous mis en place des dispositifs de mediations numériques au sein de votre structure? vide Entre 10 000 et 50 000 visiteurs Entre 50 000 et 100 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs Plus de 100 000 visiteurs Total Oui 9 4 11 1 25 Non En projet Total 9 5 23 2 2 8 13 3 28 1 4 24 11 63

1 2

Tableau 3 : Présence de dispositifs de médiations numériques in-situ selon l'importance de l'établissement en termes de fréquentation

Ce tableau indique que, dans la moitié des cas de chaque catégorie de fréquentation, il y a la présence de dispositifs de médiations numériques. Néanmoins la définition de dispositifs numériques n’a pas la même signification pour chaque institution. Si nous reprenons les résultats du questionnaire les réponses sont très variées et révèlent dans quelle mesure les dispositifs numériques désignent un vaste champ d’outils.

TIC et institutions muséales

59

En voici certains : accès à la messagerie de la structure diaporamas lecteurs DVD Montage vidéos-photos-sons TV grand écran plat Bornes sonores Audioguides Bornes audiovisuelles Bornes audio Visioguides Logiciel son et lumière Outils pédagogiques numériques téléchargeables sur notre site Internet Caractéristique suivant le statut de l’institution :
Quel est le statut de votre institution ? Entre 10 000 et 50 000 visiteurs Entre 50 000 et 100 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs Plus de 100 000 visiteurs Total Association Structure publique Autre Total 6 16 1 23 2 6 8 13 13 2 28 1 2 1 4 22 37 4 63

-

Visites MP3 disponibles au musée ou téléchargeable sur mobile cartes Google Maps visite virtuelle cadres numériques écrans tactiles QR codes bornes RFID Tablettes numériques site mobile application smartphone

Tableau 4 : Statut de l’institution selon l'importance de l'établissement en termes de fréquentation

Nous constatons dans ce tableau que les associations sont majoritairement des plus petites structures en termes de fréquentation. Par ailleurs, lorsque nous prenons les établissements dans leur ensemble, 2/3 d’entre eux sont des structures publiques.

TIC et institutions muséales

60

Lorsque nous reprenons l’ensemble de ces résultats pour la réalisation de notre échantillon type, nous avons donc une majorité de structure à moins de 10 000 visiteurs par an, tous les établissements possèdent un site Internet, la moitié des établissements sont présents sur Facebook et les 2/3 sont des structures publiques. Effectuant une étude sur le territoire français, j’ai cherché à créer un échantillon type recouvrant l’ensemble du territoire. Néanmoins, devant des absences de réponses ou des refus je n’ai pas pu observer le centre et le sud-est de la France. L’échantillon type sera composé des institutions suivantes : Nom de la structure
1 - Écomusée Dionysos 2 - Écomusée Maïa 3 - Musée Atlas 4 - Musée Rhéa 5 - Musée Hestia 6 - Écomusée Perséphone 7 - Musée Cronos 8 - Écomusée Hécate 9 - Musée Léto 10 - Musée Hélios

Fréquentation annuelle
Moins de 10 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs Moins de 10 000 visiteurs De 10 000 à 50 000 visiteurs De 10 000 à 50 000 visiteurs De 10 000 à 50 000 visiteurs De 50 000 à 100 000 visiteurs De 50 000 à 100 000 visiteurs Plus de 100 000 visiteurs

Statut de la structure
Association Association Association Structure Publique Structure Publique Association Structure Publique Structure Publique Structure Publique Structure Publique

Dispositifs in-situ
En projet Non Oui Non Non Oui En projet Oui Oui Oui

Présence sur Facebook
Non Non Oui Non Non Oui Oui Oui Non Oui

Une fois cet échantillon préparé, j’ai pu procéder aux entretiens avec les institutions sélectionnées.

TIC et institutions muséales

61

… Pour une enquête au plus près du terrain
Cette partie expose les informations recueillies au cours des entretiens en regroupant ensemble les points divergents d’une part, et convergents de l’autre, le but étant d’offrir une lisibilité optimale des données. Les entretiens ont durés environ 40 minutes chacun et leurs retranscriptions sont en annexe113. Mon traitement des résultats s’articulera ainsi : dans un premier temps, je me pencherai sur les moyens humains autour du numérique dans ces institutions, puis les liens entre les réseaux sociaux et les institutions, ensuite les liens avec les dispositifs numériques in-situ et pour finir avec le regard qu’ont les interviewés sur le numérique et sur la participation des publics en particulier.

Les moyens humains
En ce qui concerne les moyens humains pour le développement et le suivi des TIC dans les écomusées et musées de société, on constate qu’il n’y pas réellement de poste attitré au numérique. Au vu des informations récoltées, on observe que ce sont souvent des missions complémentaires à un poste déjà créé. Dionysos indique que « c’est des missions en supplément. », Perséphone qu’ « il n’y a pas de poste dédié à ces missions » et Atlas souligne qu’ « on n’a pas d’équipe attitrée car je suis seule. Ce n’est même pas un demi-poste pour le numérique. Je dirais 1/6ème de poste, ce n’est pas grand chose. C’est des missions supplémentaires dans mon poste. » Le deuxième constat que l’on peut faire, selon les propos des interviewés, est que les missions liées au numérique sont généralement données au service communication. Selon Rhéa, « Nous avons une personne chargée de la communication qui n’est pas sur le site (…). Cette personne a un temps dévolue, qui correspond à un mi-temps, sur la communication concernant le musée et le pays d’art et d’histoire (…) et qui administre le site Internet. » Ces propos convergent avec ceux de Hestia « Non, on ne travaille pas sur cette partie là nous même. Pour ce qui est du
113

Annexes 6 à 15

TIC et institutions muséales

62

multimédia et du numérique c’est le service communication du conseil général. Il s’occupe du site Internet et des dispositifs numériques. » Et ceux Hécate « Il n’y a pas d’équipe chargée du numérique mais des missions données à la partie communication. » Cependant on constate que, bien que ce soit des missions en complément sur un poste, le numérique n’est pas laissé, dans toute les structures, à la charge du service communication, bien au contraire selon Cronos : « Il y a une chargée de communication et la partie communication numérique c’est plutôt moi (responsable du service culturel) qui m’en occupe car dans la structure, on part du principe que la communication numérique fait partie de la médiation. » Pour synthétiser les informations données par ces extraits d’entretien, il semblerait que le numérique fasse partie des missions d’un poste qui n’était pas prédisposé à ce genre de travail que le temps imparti à cette tâche est parfois faible enfin c’est en général le service communication qui gère le numérique dont les réseaux sociaux et le site Internet.

Les dispositifs Web
Dans la conception de l’échantillon, nous avons constaté que 50% des institutions étaient présentes sur Facebook et que toutes disposent d’un site Internet. Cette partie permettra d’éclairer ces données quantitatives grâce aux propos des enquêtés, et à faire émerger les motivations et les freins à l’utilisation de ces dispositifs web.

La gestion du site Internet
Tout d’abord, si toutes les institutions disposent d’un site Internet, le site n’est pas toujours géré directement par les employées, ce qui pose parfois problème comme l’indique Hestia «le fournisseur a décidé en partie de garder la main et c’est très difficile de demander une modification (…) C’est un site qui poserait même quelque soucis ». Ces propos vont dans le sens de Maïa qui souligne « qu’il fallait passer automatiquement par l’agence qui avait fait le

TIC et institutions muséales

63

site » et c’est pour cela qu’en 2011 « on s’est doté d’un nouveau site Internet avec là une autonomie dans la gestion du site. »

Réseaux Sociaux
Motivations et freins
La présence des écomusées et musées de société sur Facebook est souvent motivée par deux raisons majeures, la première étant de ne pas rester en marge des évolutions contemporaines. Selon Atlas, « c’était un outil (Facebook) de plus pour la communication. C’était un peu incontournable au moment ou on s’y est mis ». Ces propos sont rejoints par ceux de Hestia « On a choisi Facebook, car c’est le plus connu, avec le plus d’utilisateurs. On a choisit d’être sur les réseaux sociaux car beaucoup de nos partenaires le sont aussi ». Dionysos ajoute : « on voit que ça permet un échange entre les professionnels et puis ça a aussi une portée sur les touristes qui utilisent de plus en plus Internet. » La seconde raison semble être de rompre avec la rigidité institutionnelle : « on a un site Internet qui présente le musée de façon très institutionnelle et on a des actualités qu’on voulait diffuser par ce biais-là (Facebook) » comme l’indique Hestia. Dionysos rejoint ainsi ces propos : « le discours sur Facebook est un peu plus léger », Hécate souligne quant à lui que « le site Internet est un site très institutionnel qui a vocation à de la communication purement informationnelle. (Sur Facebook) il y a ce qu’on appelle un phénomène de rebond ». C’est-à-dire que sur leur site Internet les informations sont figées, ne peuvent pas être partagées entre internautes, alors que sur les réseaux sociaux le potentiel de diffusion de l’information est élevé. Néanmoins cette présence sur les réseaux sociaux est freinée par certains élus politiques : « On nous l’interdisait mais voilà on a décidé de le faire et on verra bien quand ils le sauront. » (Hestia) Ce frein politique explique aussi l’absence sur les réseaux sociaux du musée Rhéa : « Ce n’est pas un choix de notre part. (…) Ce n’est pas une volonté de la collectivité. Plutôt même frileuse sur le contrôle de son image et de ce qui se dit ou de ce qui circule. »

TIC et institutions muséales

64

Page versus profil
Les attitudes face à cette décision sont diverses, du choix simple au choix réfléchi. Comme l’indique Perséphone : « ma collègue a crée un profil Facebook (en son nom) en plus de la page et elle alimente maintenant plus que le profil, elle le fait de temps en temps et je pense que ce n’est pas optimisé ». Dans une attitude assez proche, Atlas précise : « C’est aussi parce que personnellement j’ai un profil donc par facilité et vu le temps que j’ai pour les réseaux sociaux, j’ai choisi le profil. ». A contrario, Hécate explique : « En ce moment nous sommes entrain de transférer toutes les informations du compte sur la page, tout simplement pour être dans la légalité de Facebook ; le compte est réservé à des personnes et les pages à des institutions. » Ce choix de créer un profil plutôt qu’une page résulte semble-il d’un manque de pratique et de connaissance des réseaux sociaux, ce que mettent en évidence les propos de Dionysos : « On bidouille comme on peut. On regarde comment les autres fonctionnent. », rejoint par ceux de Atlas : « on est sur les réseaux sociaux un peu de manière artisanale ». Certaines structures ont même ouvert récemment les deux, un profil et une page « On a créé les deux (en mai 2012) mais on est plus actif sur la page » (Hestia), « On a une page et un profil Facebook, le profil alimente aussi la page » (Dionysos).

Communication versus médiation
Pour la majorité des institutions, les réseaux sociaux sont utiles et incontournables pour proposer une forme de communication différente de celle de leur site Internet. Atlas indique qu’ « On peut publier facilement les contenus qu’on met sur le site, sur Facebook, pour pouvoir toucher d’autres personnes. On le conçoit vraiment comme un outil de plus de communication ». Cette notion d’outil de communication se retrouve dans les propos de Hestia : « Pour nous c’est un outil qui paraît évident, performant et indispensable (…) Pour la médiation pas forcément, essentiellement pour de la communication ». A l’inverse, pour Comtoise, « Le numérique c’est plus de la médiation que de la communication classique comme on a l’habitude de le faire. La communication classique sur le numérique, ça ne marche pas je pense. Il faut s’adapter et je trouve que c’est un bon moyen de faire de la médiation car on a un échange direct avec le

TIC et institutions muséales

65

public. On se sert de Facebook directement avec le public, on va annoncer les événements mais on va aussi donner des infos, montrer les coulisses, mettre des photos de la vie quotidienne du musée. On répond aux questions directement aux internautes. Il y a vraiment un échange qui se fait ; pour que les gens participent à la vie du musée de manière détournée. » Les propos Hécate rassemblent les deux points de vue en expliquant que pour lui « les réseaux sociaux sont utilisés comme un moyen supplémentaire de toucher des publics, pour diversifier l’offre d’accès et rayonner sur différents médias. (…) On va développer une communication liée à l’événementiel à travers Facebook, (…) Après on peut avoir de la communication liée à des astuces, du conseil et là on peut créer de l’interactivité avec nos « amis ». » Ces propos soulève ainsi la question de la frontière entre communication et médiation dans l’usage des réseaux sociaux.

Les dispositifs in-situ
Les dispositifs in-situ sont présents dans la majorité des institutions. Cependant on constate selon les propos des interviewés que la médiation humaine est privilégiée. Selon Atlas, « je trouve qu’on peut faire énormément de chose, des possibilités autres, mais que ça ne remplace pas une médiation humaine. » et Dionysos « Je trouve que c’est un plus après faut pas oublier que les visites guidées avec une vraie personne c’est quand même je pense, beaucoup mieux ». Les discours sont unanimes sur l’idée que dans la conception d’un dispositif de médiation numérique, il faut un lien préalable entre le contenu et la technologie. Hécate souligne que « la nouvelle technologie en soi ne veut rien dire, la nouvelle technologie elle a un sens dans un contexte donné, elle a un sens si elle est portée par les conservateurs sur un territoire ou dans un musée. Là elle a un sens car elle est mise en valeur, on y apporte du contenu, un propos, un discours mais en soi le numérique je ne pense pas qu’il suscite un intérêt spontané pour le public. Si ca se limite juste à un coté marketing, pour être à la page et faire parler de soi et que derrière ca n’apporte rien à la visite, rien aux visiteurs. Je ne suis pas sur que ca soi très pérenne comme dispositifs. » Ce discours se rapproche de celui de Hélios, « il ne faut pas faire de l’interactivité pour faire de l’interactivité mais faut que ce soit adapté à ce qu’on raconte.

TIC et institutions muséales

66

(…) L’interactivité (des dispositifs numériques), à mon avis, à deux ressorts à la base. Elle a le ressort de rendre la personne actrice de sa visite pour intervenir sur sa visite et celui de choisir quel type de visite elle veut faire » et de celui de Cronos « il y a donc une réelle réflexion entre le contenu à mettre en avant, les personnes destinataires et la technologie choisie. »

Regards sur le numérique en institutions muséales
Chaque institution a son propre discours et leurs usages sont généralement liés. Maïa nous indique : « je serais tenté de dire qu’on fonctionne à la même vitesse que son territoire » et que le numérique « serait pour mieux se faire connaître, pour être identifié sur le territoire ». Léto précise, dans l’entretien, que « les musées ont une carte à jouer actuellement et doivent la jouer et s’ils ne le font pas ils risquent d’être en grande difficulté ». Ce propos rejoint celui de Dionysos qui suppose que « la nouvelle technologie prend de plus en plus de place (…) Je n’ai pas encore trouvé de côté négatif à échanger via réseaux sociaux, via dispositifs interactifs ». Atlas considère les TIC comme des outils « pour augmenter l’interactivité et avoir une image sur ce type de médias ». Hestia temporise, « je ne sais pas si c’est forcément utile dans tous types de musées.(…) parfois vaut mieux s’en passer que de faire du mauvais travail ». Pour Rhéa : « je trouve souvent que c’est racoleur, généralement un peu à la traîne et je trouve que ça participe rarement à apporter ce qu’un musée pourrait apporter autrement. » De son côté, Cronos trouve qu’ « il y a du boulot car des gens actifs, ça commence un petit peu mais il n’y en a pas tant que ça (… il) trouve que c’est passer à côté d’un moyen de médiation, de communication aussi, (…) et que c’est passer à côté d’un outil extraordinaire (…) et c’est se priver d’un moyen d’échanger avec les visiteurs. »

Participation des publics
En ce qui concerne la participation des publics, les interviewés sont tous d’accord pour affirmer, dans l’absolu, que la mise en place de dispositifs numériques que ce soit en ligne ou insitu permettrait une meilleur participation des publics. Lorsqu’on leur demande ensuite si de tels

TIC et institutions muséales

67

dispositifs sont mis en place, les discours sont plus réservés, « je ne crois pas qu’ils aient mis ça en place (…) peut être l’année prochaine » (Dionysos). « Les nouvelles technologies sont pour le moment passives pour le visiteur, il a un accès aux informations mais c’est tout » (Perséphone). Hestia temporise en expliquant « qu’on peut déterminer le public qu’on voudrait pour tel ou tel projet » et Hécate « que ça peut avoir des vertus incitatives (…) après faut voir aussi si notre jeune public s’intéresse spontanément à un écomusée ». Cronos nous indique « que cette participation du public se fait plus facilement en ligne que sur place. » Nous allons donc voir l’interaction et la participation des publics sur le réseau social Facebook grâce à l’observation directe développée dans les résultats ci-dessous.

L’observation directe du réseau social Facebook
Dans cette partie, nous allons exposer les différentes interactions présentes sur le réseau social Facebook des institutions de l’échantillon pour ainsi voir comment ces institutions interagissent avec leurs publics. Cette observation se basera sur la période de janvier à mai 2012. Pour chaque institution culturelle, une première partie décrira les informations disponibles sur le profil ou la page Facebook. Une seconde partie présentera, suivant les catégories de Bales114, les différentes publications du profil et les interactions qu’elles engendrent. Pour résumer les 12 catégories de Bales, les 3 premières et les 3 dernières sont les catégories centrées sur les relations interpersonnelles, positives pour les premières, négatives pour les dernières. Les 6 catégories au centre sont les catégories centrées sur le travail avec d’un côté les réactions positives, de l’autre les réactions négatives.
Catégorie de Bales De 1 à 3 Catégories centrées sur les relations interpersonnelles (socio-affectives) ,manifestations positives De 4 à 6 Catégories centrées sur le travail, manifestation positive De 7 à 9 Catégories centrées sur le travail, manifestation négative De 10 à 12 Catégories centrées sur les relations interpersonnelles (socio-affectives), manifestations négatives

114

Voir annexe 4

TIC et institutions muséales

68

Musée Atlas
Informations données sur le profil : A propos : Association loi 1901 & centre d'interprétation. Expositions, publications, visites, conférences, randonnées urbaines... Date de naissance : 4 janvier 1960 Sexe : femme Coordonnées : numéro de téléphone, adresse, site Web. Le ton adopté dans ces informations est neutre. Des informations intéressantes à souligner sont la date de naissance et le sexe. Après vérification auprès du musée Atlas, ces informations concernent la personne qui a créé le profil et non pas l’institution en elle-même datant elle de 1999. Au 20/07/2012, le profil Facebook « Musée Atlas » compte 358 amis repartis dans deux catégories : Personnes physiques : 238 Personnes morales: 120 Observation des interactions : Il n’a a pas de date de création du profil Facebook. Néanmoins, les premières publications datent de janvier 2012. Dans la période étudiée, il y a eu 10 publications engendrant 31 « j’aime » et 7 commentaires. Catégorie de 1 Bales Nombre Nombre « j’aime » Nombre de 5 2 7 commentaires de de 1 6 2 3 7 22 10 31 publications 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Total

TIC et institutions muséales

69

L’analyse des publications en fonctions de la grille de Bales montre que la majorité des publications sont en lien avec la programmation de l’institution, centrées sur le travail (catégorie 4 et 6). Une seule publication est de type socio-affective correspondant à la publication de « bonne année ».

Écomusée Perséphone
Cette institution dispose d’une page et d’un profil Facebook. Informations données sur la page : A propos : L’Écomusée est soutenu par le réseau Patrimoine et Territoires, regroupant plusieurs communes. Ce réseau se charge de veiller sur différents sites faisant partie du patrimoine. Description de l’entreprise : L’Écomusée PERSÉPHONE est une association loi 1901 dont la mission est de conserver et de valoriser le patrimoine de la région. Il propose une activité de médiation culturelle ainsi qu'une programmation culturelle. L’association PERSÉPHONE est composée d'une dizaine d'employés permanents et d'une centaine de bénévoles. La programmation culturelle est décidée par un comité de programmation composé de 15 bénévoles. Coordonnées : Adresse, téléphone, site Web et adresse mail de la chargée de communication. Information : Ouverture de la page le 10 juin 2011 Le ton ici est académique et nous donne l’impression de lire un extrait d’article de presse présentant le musée. Informations données sur le profil Facebook : Ce profil correspond à la personne en charge des réseaux sociaux à l’Écomusée Perséphone et il n’y a aucune information concernant les coordonnées de l’institution. Ce profil est en lien avec 75 amis (12 personnes physiques et 63 personnes morales)

TIC et institutions muséales

70

Observations des interactions : Catégorie de 1 Bales Nombre Nombre « j’aime » Nombre de 0+ 0 0 commentaires de de 1 1 115 1 +5 0 1 1 8 publications 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Total

Il n’y a qu’une publication sur la page Facebook dans la période choisie. Sur le profil Facebook, on constate qu’il n’y a que des publications en lien avec l’écomusée. Il semblerait que le profil Facebook est pris la suite de la page Facebook et que cette dernière soit laissée à l’abandon.

Musée Cronos
Informations données sur la page : Cette page Facebook a été ouverte le 30 mars 2010 Elle rassemble des informations pratiques tels que l’adresse, le site Web et le téléphone. Ces informations sont fournis dans un style plus décontractée avec une nuance humoristique aux vues des phrases : « Infos de base » et dans le A propos : « c’est différent, parce que c’est pas pareil ! ».

115

Les données en rouge correspondent à la page Facebook.

TIC et institutions muséales

71

Observations des interactions : Catégorie de 1 Bales Nombre Nombre « j’aime » Nombre de 7 2 12 1 48 70 commentaires A la lecture de ce tableau, on constate qu’une grande majorité des informations (33/38) sont centrées sur le travail. De plus, nous observons que les 17 publications de manifestation positive (qui suggèrent et proposent du contenu) engendrent 14 commentaires alors que les 12 publications de manifestation négative (qui demandent du contenu) engendrent 49 commentaires. C’est donc lorsque l’institution sollicite la participation ou l’avis des internautes qu’elle obtient le plus grand nombre de commentaires. de de 5 35 3 2 14 47 1 1 11 16 38 101 publications 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Total

Écomusée Hécate
Cette institution possède aussi une page et un profil. Informations données sur la page : Cette page Facebook a été ouverte le 11 juin 2009 Les informations données sur cette page sont pauvres. On y trouve l’adresse et les sites internet associés à l’écomusée. Informations données sur le profil : Ce profil a été créé le 19 juin 2009. Les informations présentes sur le profil sont l’adresse du site Internet et de la page Facebook de l’écomusée. L’institution est en lien avec « 5490 amis ».

TIC et institutions muséales

72

Observations des interactions sur la page : Catégorie de 1 Bales Nombre Nombre « j’aime » Nombre de 1 3 4 commentaires Dans ce tableau, on constate que toutes les publications, excepté celle correspondant à la « bonne année », sont des posts en lien avec la programmation de l’institution. De plus, on constate qu’il y a peu de commentaires aux publications. Observations des interactions sur le profil : Catégorie de 1 Bales Nombre Nombre « j’aime » Nombre de 5 5 10 commentaires On constate que les quatre publications du profil sont aussi présentes sur la page Facebook de l’écomusée. de de 1 38 3 31 4 69 publications 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Total de de 1 12 10 34 11 36 publications 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Total

TIC et institutions muséales

73

Musée Hélios
Informations données sur la page : Cette page Facebook a été ouverte le 9 février 2007 Les informations que l’on trouve sur la page dans la rubrique « A Propos » sont des données pratiques telles que l’adresse, le téléphone et le site Web, les itinéraires suivants les différents modes de transports. Une large partie est consacrée aux différentes tarifications. Observations des interactions : Catégorie de 1 Bales Nombre Nombre « j’aime » Nombre de 7 9 12 28 commentaires Nous pouvons constater que les publications appartiennent essentiellement suivant les catégories de Bales à des manifestations positives centrées sur le travail (39/41 publications). Les publications liées au socio-affectif (catégorie 2) engendrent des réactions plus importantes (34 « j’aime » et 7 commentaires). Une information a prendre en considération dans cette page mais qui ne rentre pas dans les catégories de Bales est l’intérêt que les visiteurs ont pour les publications liées aux photos : les 2 publications de photos provoquent 8 commentaires et 132 « j’aime ». de de 2 34 3 16 36 209 41 259 publications 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Total

TIC et institutions muséales

74

Chapitre 5 : Analyse des résultats
Les résultats ayant été exposés, ce chapitre tendra à zoomer sur les éléments saillants et à les analyser, toujours sous un angle empirique. Nous nous baserons pour cela sur l’entretien et l’observation directe, c’est à dire sur la démarche qualitative.

Les usages effectifs des réseaux sociaux
On constate que l’accès aux réseaux sociaux n’est pas le même pour tous. Si on reprend les chiffres donnés dans le chapitre précédent, la moitié des institutions sont présentes sur les réseaux sociaux et en majorité sur Facebook. Cette notion de réseaux sociaux ou de dispositifs de flux, comme les nomme Silvère Mercier, ne sont donc pas adoptées par toutes les institutions. Il y a donc un développement asynchrone de ce type d’outil et nous allons nous focaliser sur les principales limites recensées qui font obstacle à un développement optimum des réseaux sociaux dans les écomusées et musées de sociétés.

Des limites politiques
La première constatation que l’on peut faire est qu’il existe une méfiance des réseaux sociaux, qui se traduit par une certaine frilosité des élus à voir l’institution de son territoire sur les réseaux sociaux par crainte de ne pas maîtriser et contrôler les discours et échanges qui y sont présents. Dans son article sur les transformations institutionnelles et les réseaux sociaux, Olivier Le Deuff décrit les conséquences conceptuelles d’une présence sur les réseaux sociaux par certaines institutions. Selon l’auteur, « la popularité se substitue à l’autorité, tandis que l’influence remplace la pertinence» 116 , autrement dit sur Internet, de nouvelles formes de légitimité ont remis en cause l’autorité des institutions, ce qui n’incite pas ces dernières à se
116

Le Deuff, O. (2006). « Autorité et pertinence vs popularité et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations

institutionnelles ». Récupéré de http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/12/26/03/HTML/index.html

TIC et institutions muséales

75

lancer sur les réseaux sociaux. Cette crainte fait aussi référence à la notion d’e-réputation développée par Howard Rheingold117 dans les années 1990. Dans notre objet d’étude, on pourrait définir l’E-réputation comme l’image perçue d’une personne morale sur des dispositifs numériques en ligne. Pour être maître de la place qu’il tient sur Internet, il semble essentiel que le musée ait une politique numérique. A contrario, lorsque l’on regarde la dernière campagne présidentielle française, les politiques sont de plus en plus présents sur les réseaux sociaux, voir même plus que dans la presse. La deuxième raison au frein politique est liée à l’enclavement territorial : suivant sa position géographique, on constate une présence plus ou moins importante des institutions sur les réseaux sociaux. Comme l’indique Maïa, dans notre entretien, « on est à l’image de son territoire » (annexe…). Ce qui met l’accent sur un fossé numérique suivant la dimension géographique. Selon Houzet et Grasland, « les logiques d’appropriation des TIC suivent en partie les dynamiques existantes en renforçant les pôles déjà attractifs. Cependant, les initiatives des collectivités territoriales favorisent le développement économique d’espaces parfois moins peuplés. C’est ainsi que l’on voit des départements à dominante plus rurale ajouter à leurs spécificités locales un développement économique nouveau basé sur les TIC. »118 Ce point de vue rejette la fatalité de la géolocalisation en mettant l’accent sur les ouvertures données par des impulsions provoquées par les collectivités territoriales, qui pourraient atténuer ce fossé numérique. On comprend alors que le développement du numérique dépend beaucoup de l’Homme et de sa volonté, par conséquent des personnalités en charge des décisions.

117

écrivain et enseignant américain. Ses spécialités sont l'étude des implications sociales, culturelles et politiques

des rapports que l'Homme entretient avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication.
118

Houzet, S. Grasland, L. (2004), "Les dimensions spatiales de la fracture numérique en France"in Communication

au Colloque International de l’ADIS, ICTs and Inequalities: The Digital Divides,Carré des Sciences - Paris, 18-19 novembre 2004 récupéré sur http://irene.asso.free.fr/digitaldivides/papers/houzetgrasland.pdf

TIC et institutions muséales

76

Des limites humaines
Certaines institutions ne sont pas sur les réseaux sociaux car il n’y a personne dans la structure pour s’en occuper. Comme nous l’explique Léto : « On est tenté, on a fait des petites choses mais le problème est que (…) on n’a pas de temps à consacrer sur les réseaux sociaux, c’est un manque de personnel. » Lorsqu’on regarde les résultats, on constate que dans la majorité des cas, les missions numériques sont ajoutées à un poste préexistant. On observe que ces missions sont données soit à la personne qui semble maîtriser le mieux ces outils, soit au service communication. On ne considère pas le numérique comme un réel poste à part entière mais comme un complément. Cependant l’intégration du numérique et la présence sur les réseaux sociaux ne devraient-elles pas être soutenue comme un « projet d’entreprise » et non comme le projet de tel ou tel individu ou de tel ou tel service ? Cette question de l’individualisme dans la gestion des réseaux sociaux soulève la problématique du discours in-situ versus discours online pouvant créer une distinction entre les publics sur les réseaux sociaux et les publics in-situ. Si on reprend l’étude du Credoc119, « La visite on-line se conjugue dans la plupart des cas avec une visite physique de lieux patrimoniaux. 88% des personnes ayant visité virtuellement des sites patrimoniaux l’ont en effet fait pour préparer ou compléter leur déplacement dans ces lieux. » On ne devrait ainsi pas voir cette séparation, l’offre numérique et l’offre physique étant complémentaires, on devrait parler des publics du musée. Parallèlement à cela, il y a cette idée qu’il faut être présent sur les réseaux sociaux pour ne pas rester en marge, comme le précise Hestia : « On a choisi d’être sur les réseaux sociaux car beaucoup de nos partenaires le sont ». Cet argument peut trouver appui dans les chiffres de Médiatrie120 de juillet 2012 : « plus de 3 internautes sur 4 sont inscrits sur un réseau social ». Cependant, en l’absence de politique numérique, l’intégration de certaines structures aux réseaux sociaux semble précipitée car il leur est alors difficile de répondre à leur propre questionnement, à savoir : quoi faire ? Comment faire ? Pourquoi faire ? Si je reprends le terme de Levy- Strauss,
119 120

http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R281.pdf http://www.mediametrie.fr/comportements/communiques/plus-de-3-internautes-sur-4-sont-inscrits-sur-un-reseau-

social.php?id=698

TIC et institutions muséales

77

on pourrait dire que les institutions bricolent avec les réseaux sociaux. Effectivement si nous reprenons une partie de la définition de l’auteur, « Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâche diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet : son univers instrumental est clos, et la règle de son enjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord » »121. Ramenée à notre objet d’étude, les structures regardent comment font les autres, testent et essaient d’appliquer une méthode à leurs propres structures. Il existe des usages du numériques dans l’institution mais ces derniers sont développés par tâtonnement, au fur et à mesure, sans réelle ligne directrice : « on bidouille comme on peut » (Dionysos). Ces aspects entraînent directement un autre point : les limites dans l’utilisation des réseaux sociaux.

Des limites d’utilisation
Beaucoup de structures utilisent les réseaux sociaux pour de la communication traditionnelle. Les réseaux sociaux servent d’outil complémentaire aux documents papiers ou autres et ces outils numériques sont souvent donnés à la charge du service communication. Il y a donc une limitation dans l’utilisation de ces outils et comme l’indique Samuel Bausson, « Le web 2.0 ne se résume pas à la diffusion de contenu sur les réseaux sociaux, la facette animation de communauté est fondamentale. En effet, selon moi, le site web (ou réseaux sociaux) d’un musée doit offrir des informations et communications classiques (horaires, actualités...), du web documentaire (catalogues en ligne), des services (billetterie, boutique) et, enfin, de l’animation de communauté. »122 C’est sur ce dernier aspect que la majorité des structures font défaut et les résultats de l’observation directe (cf. Chapitre 4) nous le confirment. Comparons ces données entre elles :

121 122

Lévi-Strauss, C. (1960). La pensée sauvage. Paris : Ed. Plon. Propos recueilli par Guillaume Nuttin : http://www.archimag.com/article/«-il-est-absurde-d’avoir-un-site-web-

20-et-un-musée-10-»

TIC et institutions muséales

78

Nom l’institution

de Musée Atlas

Écomusée Perséphone 26

Musée Cronos 465 38 101 2,66

Écomusée Hécate 2100 5490 15 105 7 43 391 9,1 Musée Hélios 2970

Nombre de Fans Nombre d’amis Nombre publications Nombre « j’aime » Moyenne « j’aime »/ publications Nombre commentaires Moyenne publications » de 0,7 de 7 de 3,1 de 31 358 de 10

75 8 1 0,125

0 0

70 1,84

14 0,93

36 0,83

« commentaires/

On constate dans ce tableau que la moyenne du nombre de « j’aime » par publication est proportionnelle au nombre d’amis ou de fans de la structure. Cet indicateur « j’aime » permet de prendre les réactions immédiates du public tout en étant peu impliquant. Effectivement lorsque l’internaute approuve une publication, grâce à ce bouton la publication est marquée et partagée sur son profil Facebook, ce qui permet à l’information de se diffuser rapidement : « un phénomène de rebonds » (Hécate). Par ailleurs, les commentaires permettent de mesurer le niveau d’interaction entre le musée et ses publics. En termes de temps et d’engagement, la démarche de déposer un commentaire sous une publication est plus importante, par conséquent plus impliquante. Ce tableau indique que le Musée Cronos génère en moyenne plus de commentaires par publication sur sa page Facebook que les autres musées. On peut en tirer deux constats :

TIC et institutions muséales

79

En premier lieu, selon la grille de Bales, le Musée Cronos a un niveau de contrôle et d’influence sur sa page Facebook plus important que les autres musées en demandant ou en proposant des idées ou suggestions. En d’autres termes, ce musée interagit et crée un échange avec ses publics. Le second repose sur le service où la personne par lesquels les missions du numérique sont gérées. Effectivement le Musée Cronos nous a bien précisé lors de l’entretien qu’il « part du principe que la communication numérique fait partie de la médiation. Pour moi le numérique c’est plus de la médiation que de la communication classique comme on a l’habitude de le faire. La communication classique sur le numérique, ça ne marche pas. Il faut s’adapter et je trouve que c’est un bon moyen de faire de la médiation car on a un échange direct avec le public. » Ce discours interroge l’utilité des réseaux sociaux selon que leurs usages aient un objectif de communication ou de médiation. D’autant plus que la participation et l’interactivité avec les publics semblent y être fortement liées. En conclusion de cette partie, on constate, dans les écomusées et musées de société, qu’il y a plusieurs usages des réseaux sociaux. Tout d’abord, le non-usage qui correspond aux musées qui ne sont pas présents sur les réseaux sociaux à cause d’un ou de plusieurs freins. Ensuite vient les usages panurgistes qui correspondent aux institutions qui sont sur les réseaux sociaux sans réel objectif, ils sont présents car beaucoup de monde l’est et qu’il ne faut sans doute pas passer à côté. Puis il y a l’usage informatif, ce sont les institutions qui sont présentes depuis déjà quelques temps, ces outils sont bien maîtrisés mais les interactions sont bridées par le type d’informations partagées sur les réseaux sociaux. Enfin, l’usage participatif concerne les institutions qui maîtrisent cet outil et qui ont conscience des diverses possibilités.

TIC et institutions muséales

80

Les usages effectifs des dispositifs de médiations numériques in-situ
Parallèlement aux dispositifs Web, de nombreuses structures sont équipées en dispositifs de médiation numériques in-situ. Cette partie s’attachera à les analyser en se focalisant non pas sur le point de vue du visiteur mais sur celui du personnel des structures. En d’autres termes, les paragraphes suivants s’interrogeront sur la place donnée à ce type de dispositif dans l’institution. Contrairement à certains usages des réseaux sociaux, on ne constate pas de structure qui décide de l’utilisation de dispositifs de médiation numériques in-situ pour « faire comme tout le monde ». Si Dionysos souligne que « ce qui est intéressant avec les réseaux sociaux (…), c’est que ça ne coûte rien. », la mise en place de dispositifs in-situ implique, quant à elle, des moyens humains et financiers importants. Les freins principaux par conséquent financiers car, étant souvent des petites structures, leur budget alloué ne leur permet pas de mettre en place des projets de grande envergure. Certains établissements s’extirpent de ce frein grâce à des appels à projets comme l’écomusée Perséphone qui, grâce à des aides européennes, a pu développer plusieurs projets depuis trois ans. Comme nous l’avons évoqué, les souhaits relatifs à l’évolution des structures dépendent fortement des personnes qui en sont responsables, par conséquent leur point de vue influe sur la mise en place des dispositifs. Or, on s’aperçoit à travers les entretiens que le regard porté sur ces dispositifs est qu’ils ne remplaceront jamais la médiation humaine. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup d’institutions ne voient pas forcément l’intérêt de développer ce type de dispositif. Yves-Armel Martin, directeur du centre d’expérimentation Erasme constate « la présence d’un « public hétérogène dans son niveau de maturité par rapport au numérique ». Il regrette que, d’une manière générale, les acteurs de la culture ne se rendent pas compte de la manière dont « le numérique change tout dans le musée et transforme le savoir ». Il est plutôt vu par le prisme du loisir, de l’amusement et non d’une possible révolution culturelle. »123 Ces
123

Propos recueillis par Marion Sabourdy : http://studio.cap-sciences.net/2011/03/de-la-methode-de-lessai-erreur/

TIC et institutions muséales

81

propos confirment ceux Hécate : « On n’est pas un parc d’attraction, je ne pense pas que le public vienne plus parce qu’il y a du numérique. » Il y a cette idée que le numérique « loisirise » le musée et qu’il est utile pour la « course aux publics », mais qu’il ne permet pas de se recentrer sur ces missions premières. Cette opinion émane des entretiens et malgré une forte présence de dispositifs de médiations numériques dans les institutions, ces dernières semblent peu convaincues quant à l’intérêt réel pour le visiteur. Certains discours vont même jusqu’à dire que « le numérique n’a pas sa place ici » (Hestia). Egalement, comme cela a été évoqué, beaucoup de discours vont dans le sens d’une préférence de la médiation humaine à la médiation par la technologie, mais cette vision des choses oublie que les TIC ne sont que des outils au service d’un contenu, d’un discours, et que ce n’est pas une fin en soi. Comme le souligne Hélios : « A partir du moment où les outils numériques ou non nous servent à raconter notre histoire, ils ont toute légitimité à être là ». Les dispositifs de médiation numériques doivent être vus et conçus comme un moyen pour que le visiteur vive une expérience et « le rôle des médiateurs est crucial pour envisager l’ambivalence de la demande de repères tout en exigeant l’autonomisation des usages, de la part des publics. »124 La présence de TIC dans la visite culturelle devrait avoir pour objectif d’aider le visiteur à effectuer, évaluer, raconter sa visite. Le numérique est au service de l’action culturelle du musée et pas l’inverse. La mission première d’un établissement culturel, lorsqu’on parle des TIC, n’est pas de réfléchir sur quelles technologies sont à mettre en place mais plutôt de comprendre comment les intégrer à la muséographie. Comme chacun sait, les technologies évoluent continuellement mais la problématique des institutions n'est pas de faire venir ses publics dans le musée pour découvrir des nouvelles technologies mais bien pour rechercher une expérience. D’après le musée Rhéa : « le numérique doit être utilisé pour apporter une valeur ajoutée aux objets, soit scientifique, soit en matière d’imaginaire et d’appropriation et de construction dans la tête des gens. La qualité d’un musée ne doit pas reposer sur ses techniques de communication et il y a des choix qualitatifs à faire ».

124

Vidal, G. (2012). « La médiation numérique et les musées : entre autonomie et prescription ». In X. Galaup (dir.)

, Développer la médiation documentaire numérique, vol. 25. Presse de l’Enssib. Récupéré de http://mediationdoc.enssib.fr/lire-en-ligne/sommaire/i-le-perimetre-de-la-mediation-numerique-documentaire/lamediation-numerique-et-les-musees-entre-autono-0

TIC et institutions muséales

82

A la suite de cette analyse, nous pouvons constater qu’il y a très peu de non-usages de dispositifs de médiations numériques dans les écomusées et musées de société. Quant aux usages, ils peuvent être dissociés en trois catégories : Les usages ponctuels, c’est-à-dire que les institutions testent au gré des expositions temporaires des dispositifs de médiation numériques in-situ sans faire de suivi ou d’évaluation. Les usages dissociés, c’est-à-dire qu’on dispose de dispositifs à l’intérieur de la structure mais que ces derniers sont laissés à la charge du visiteur, en dehors de la muséographie existante. Les usages intégrés, c’est-à-dire que les dispositifs sont indissociables de la muséographie. Il y a eu un lien préalable, dans la conception de l’exposition, entre les TIC et les objets du musée et le message à faire passer.

Bilan de cette analyse
Lorsque l’on parle de participation des publics, le musée Léto nous indique : « On a mis en place un panel citoyen ». Ces processus de conception participative sont souvent institutionnellement définis, limités dans le temps, et impliquent un petit nombre de participants. La mise en place de dispositifs de médiation numériques devrait permettre de mettre en avant cette notion de participation citoyenne. Cependant, lorsque nous analysons les résultats, on constate que la majorité des structures n’utilisent pas les TIC pour la participation des citoyens mais plus comme un moyen de communication supplémentaire. Le concept de musée participatif développé par Nina Simon est encore loin d’être mis en place car si nous reprenons son diagramme définissant les 5 étapes évolutives de la participation dans un musée, qu’elle nomme « me to we »125, on constate que la majorité des écomusées et musées de sociétés se situent entre l’étape 1 et l’étape 2.
125

Simon, op. cit.

TIC et institutions muséales

83

Nous

- Les individus s’engagent entre eux socialement

- Les interactions individuelles sont partagées pour un usage social

- Les interactions individuelles sont agrégées

- L’individu interagit avec le contenu

Moi

- L’individu consomme le contenu

Tableau 5 : les cinq stades de la participation (d'après Nina Simon)

Il serait faux de dire que tous les visiteurs expriment l’envie d’avoir des dispositifs numériques : « d’après le retour de nos visiteurs, c’est pas forcément ce que eux recherchent » (Hestia), et l’envie d’avoir la possibilité de participer avant, pendant et après sa visite. Premièrement, là encore, le numérique est envisagé comme supplémentaire dans une exposition, et non pas comme un outil complémentaire pleinement intégré dans l’exposition. Pour aller plus loin, le fait que le public ne soit pas directement demandeur ne doit pas être une raison pour empêcher le numérique d’entrer au musée, car celui-ci est un lieu de savoir, de culture, or les évolutions contemporaines sont elles aussi un fait culturel. De fait, le musée doit aussi rendre les TIC accessibles, et montrer leur intérêt pour la société actuelle. Deuxièmement, il ne faut pas oublier le public qui ne vient pas au musée car il le considère comme trop austère, non-social et où on ne peut rien dire et rien faire. Lorsque l’on prend l’étude du Credoc126, datant de 2005, on constate qu’il y a cinq types de publics pour les institutions culturelles. Les passionnés (34 %) qui considèrent qu’aller au musée est un vrai plaisir, les amateurs en attente de pédagogie (20 %) qui estiment qu’on est laissé seul dans un musée, sans réelles explications. Ensuite les distants (15%) qui expriment une certaine réticence à se rendre au musée car on y est livré à soi-même, sans explications. Puis les critiques (18%) qui pensent que le musée n’est pas un endroit chaleureux et ont surtout l'impression qu’on y est livré à soi- même. Enfin les réfractaires (13%) qui réfutent
126

http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R240.pdf

TIC et institutions muséales

84

que le musée est un endroit de plaisir. Lorsque l’on prend ces catégories, la plupart expriment le sentiment d’être laissé à l’abandon, seul dans les allées du musée sans vraiment d’explications. Il serait utopique de penser que la mise en place de dispositifs numériques permettrait la venue de tous les publics et annoncerait la démocratisation de la culture. Comme l’indique Olivier Donnat, « Les proportions de Français n’ayant pas visité de lieux d’exposition ou de patrimoine au cours des douze derniers mois sont respectivement de 58 % et de 62 %, niveaux proches de ceux de 1997 ; dans un cas comme dans l’autre, le rythme des visites paraît avoir légèrement fléchi puisque la part des visiteurs réguliers (trois fois ou plus dans l’année) dans la population des 15 ans et plus est légèrement inférieure à son niveau de 1997. »127 Cependant, il faut bien prendre en compte que l’étude date de 2008, c’est-à-dire lorsque les TIC et plus particulièrement les réseaux sociaux n’étaient pas aussi présents dans les musées. Aujourd’hui, les dispositifs web permettent de donner une expérience de visite lorsque les publics visitent le site internet et de préparer sa venue et avoir des explications à la suite de sa visite à travers les réseaux sociaux. Si on reprend les chiffres du Credoc128, « 35% des personnes interrogées utilisent Internet en lien avec la visite d’un musée, d’une exposition ou d’un monument » La question sous-jacente qui se pose est : faut-il créer tout un environnement numérique pour le musée, uniquement pour que les internautes se transforment en visiteurs ? Les propos du Musée Cronos : « On n’a toujours privilégié la visite réelle mais par contre ce n’est pas pour autant que ce n’est pas intéressant de faire de la médiation sur du public qui ne se déplace pas » semblent aller à l’encontre de cette idée. De plus, avec une « courses aux publics », on assisterait à des dispositifs « racoleurs » (Rhéa) et purement « marketing » (Hécate), ce qui serait un échec total pour les missions scientifiques du musée. Il ne faut pas perdre l’idée qu’il faut en premier lieu se préoccuper du contenu et des messages qu’on veut faire passer.

127 128

Donnat, op. cit. http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R281.pdf

TIC et institutions muséales

85

Chapitre 6 : Typologie des usages
Si nous reprenons toutes nos données, on constate que les usages sont très différents d’une structure à l’autre et que toutes non pas la même maturité pour développer ce type de dispositifs. Ma démarche finale consiste à recenser les usages observés des dispositifs numériques en ligne et in-situ par l’institution et à les regrouper en catégories d’usages selon une démarche typologique. Le non-usage Cette catégorie représente les institutions qui n’ont pas de dispositifs numériques. Ils ne semblent pas maîtriser les outils numériques et les caractéristiques géographiques, ressources humaines et financières sont leurs principaux freins. L’adoption129 Concernant les dispositifs Web, ce sont des usages panurgistes : cela concerne les institutions qui sont sur les réseaux sociaux car il faut suivre son temps et être visible là où sont les publics potentiels. Les institutions n’ont pas de réelle stratégie et une ligne directrice assez floue. Du côté des dispositifs de médiation numériques in-situ, on utiliserait le terme d’usages ponctuels. Les institutions développent ce type de dispositifs souvent pour des expositions temporaires sans avoir fait un travail en amont entre le contenu et la technologie choisie. Il y a, d’autre part, peu d’évaluation ou de suivi de ce type de dispositifs dans l’institution. L’utilisation130 Dans cette catégorie, les usages des dispositifs Web sont informatifs : ces outils sont utilisés pour informer les publics. L’institution communique des informations pratiques, des dates
129 130

Terme repris de Proulx et Breton (2002) Ibid.

TIC et institutions muséales

86

d’événements sans inciter l’internaute à réagir, elle utilise les dispositifs Web comme un moyen de communication classique et ces outils sont gérés par une seule personne ou un seul service. Pour les dispositifs in-situ, j’ai nommé la catégorie « Usages dissociés » car les institutions disposent de dispositifs mais ces derniers sont dissociés de l’exposition. Ces dispositifs de médiation numériques sont considérés comme des outils « en plus » et le musée n’est pas convaincu de l’intérêt de ce type de dispositifs dans leur structure. L’appropriation131 A ce niveau, les usages des dispositifs Web sont participatifs et les outils associés font partie d’une stratégie globale de l’écomusée ou du musée de société. Il maîtrise alors ces dispositifs, il construit et développe un environnement avec ses internautes visiteurs ou non. Quant aux dispositifs in-situ, ils témoignent d’un usage intégré car les structures construisent leurs expositions en choisissant le dispositif de médiation numérique le plus approprié aux contenus à offrir aux visiteurs. Le numérique fait alors partie intégrante de l’exposition dès sa conception. Voici, sous forme de schéma, cette typologie des usages :

Typologie des usages des TIC dans les écomusées et musées de sociétés
Dispositifs Web Usages participatifs Usages informatifs Usages panurgistes
Appropriation Utilisation Adoption Non-usages

Dispositifs in-situ Usages intégrés Usages dissociés Usages ponctuels

131

Ibid.

TIC et institutions muséales

87

Sur ces usages des TIC dans les écomusées et musées de société, nous pouvons apposer le concept des « trois temps de l’insertion sociale des techniques » 132 , développé par Victor Scardigli. 1) Le temps des « fantasmes », ce temps correspond aux établissements qui pensent que les dispositifs numériques vont amener rapidement de plus en plus de publics et qu’il suffit de mettre en place des outils pour que les visiteurs les utilisent. 2) Le temps de la « diffusion », les établissements utilisent les TIC de plus en plus mais très peu de choses changent au niveau des publics. Les outils numériques sont même parfois trop marketing ou racoleurs en oubliant les missions premières du musée. Sans médiation ou sollicitation, les publics n’utilisent pas ces dispositifs. 3) Le temps de « l’appropriation socio-culturelle ». Les dispositifs numériques ont besoin d’être réfléchis et intégrés à la stratégie globale du musée. Les médiateurs ont un rôle essentiel pour guider et solliciter le visiteur et les dispositifs de médiation numériques font aussi partie de son panel d’outils pour effectuer sa visite.

132

Scardigli, V. (1989). « Nouvelles technologies : l’imaginaire du progrès » in L’imaginaire des techniques de

pointe. Au doigt et à l’œil, Alain Gras et Sophie Poirot-Delpech (dir.). Paris : L’Harmattan.

TIC et institutions muséales

88

Conclusion et perspectives
Les dispositifs numériques sont présents partout et sont devenus un véritable phénomène de société. On a constaté, au début de notre étude que de nombreuses initiatives dans les grands musées nationaux français prenaient cette ascendance du numérique. Ce mémoire nous a permis d’appréhender le développement des Technologies de l’Information et de la Communication dans les écomusées et musées de société. Nous avons pu mettre en avant les principales caractéristiques qui différencient les usages des TIC dans ces différentes institutions. Nous pouvons retenir, dans le contexte étudié, que peu d’établissements s’approprient les TIC et en font des usages actifs. Un temps d’adaptation, comme nous l’avons vu précédemment est nécessaire au développement et à l’intégration de ces outils. Ce temps est lié à l’évolution des mentalités et des regards portés sur le numérique comme nous allons le voir ci-dessous. Le premier constat concerne le langage à adopter. Les musées devraient adapter leur langage aux dispositifs numériques en ligne et in-situ. Lorsque je parle de s’adapter à l’outil, je sous-entends aussi d’accepter le changement. Encore beaucoup trop d’institutions pensent que l'innovation est la copie du passé : par exemple, l’idée n’est pas de transformer les cartels existants en cartels numériques car le numérique en soi ne remplace rien. On n’automatise pas le passé, les outils de médiation numériques ne sont pas présents pour remplacer mais pour complémenter, c’est-à-dire pour faire si possible mieux et surtout autrement. Si le ton du discours est le même entre un communiqué de presse et une publication sur Facebook, par exemple, ça n’aura que très peu d’impact. Cependant si le discours est différent entre celui des réseaux sociaux et celui que le visiteur va trouver in-situ, ça ne marchera pas non plus. Il y a donc une notion de jauge à avoir. Le discours doit être différent sur la forme mais doit conserver son fond. Le numérique doit pouvoir entrer dans la stratégie globale du musée tout en assurant une stratégie propre à chaque structure.

TIC et institutions muséales

89

Le second constat qui peut être fait, au vu des résultats et de l’analyse de cette étude, est que les outils numériques sont sous-utilisés par les écomusées et musées de sociétés et la notion de participation des publics n’est pas réellement développée à travers les TIC. Pourtant, les écomusées et les musées de société se sont construits sur un objectif commun : la participation des acteurs à l’exposition de leur propre histoire. C’est donc une notion clé à prendre en considération. Lorsqu’on regarde les missions des écomusées et les musées de société, on remarque que ce sont les mieux adaptées pour la participation de leurs publics car ils sont censés mettre en avant les savoirs et savoirs-faire des personnes de leur territoire, c’est-à-dire d’une partie de leurs publics. C’est pour cela que malgré les nombreux freins ou limites, cités précédemment, cette catégorie de musée trouvera de nombreux avantages à développer des projets numériques qui impliquent le partage et la collecte d’informations au plus près de leurs visiteurs. Si je reprends la notion de « musée-légo »133 décrite par Samuel Bausson « il faut sortir de la logique « vitrine» pour une logique « relationnelle » et co-créatrice »134 et ne pas construire le musée où l’écomusée pour le visiteur mais avec le visiteur ou internaute. Selon Michel Serres, « nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère. (…) Le musée suivra le courant (…) par choix (…) ou parce que les gens le pousseront à changer »135. Cependant, il faut accepter l’idée que les TIC ne sont pas, pour le moment, au centre des préoccupations d’un écomusée ou musée de société et qu’elles doivent s’intégrer dans des missions plus larges. Ensuite il ne faut pas dévoiler toute une panoplie de dispositifs, pour suivre le courant, sans réellement pouvoir en assurer le suivi et l’évaluation. Gardons à l’esprit que les TIC doivent avant tout être un support de médiation complémentaire et qu’il ne faut pas miser tout sur la technologie en elle-même mais plutôt d’assurer dès la conception d’un dispositif, une équipe pluridisciplinaire. Cette notion est applicable aux dispositifs Web car sur ces derniers, il ne suffit pas d’être présent mais bien actif pour que l’outil soit pertinent.

133 134 135

Bausson, op. cit. Ibid Serres, op. cit.

TIC et institutions muséales

90

Les structures doivent tout d’abord prendre de la distance face à la technique, en s’écartant des nombreux a priori, pour ainsi pouvoir se recentrer sur la médiatisation et la médiation de leurs projets numériques. J’entends par médiatisation, la manière de présenter les contenus sur les dispositifs numériques et par médiation, la manière de faire interagir les visiteurs avec ces dispositifs numériques. De vraies stratégies et politiques numériques doivent désormais se mettre en place pour tendre à ce que les écomusées et les musées de société deviennent des espaces publics laissant place à la contribution, la production et à la conversation avec ses publics tout en gardant à l’esprit sa légitimité. En d’autres termes, que le musée s’ouvre…

TIC et institutions muséales

91

Bibliographie
Arborio, A-M. Fournier, P. (2010). « L’enquête et ses méthodes : l’observation directe ». Armand Colin. Bales, R. F. (1972). Rôles centrés sur la tâche et rôles sociaux dans des groupes ayant des problèmes à résoudre, in Lévy, A. Psychologie sociale, Paris : Dunod. p. 263-277. Barroso, E. Vaillant, E. (1993). Musée et Sociétés in Actes du colloque national MulhouseUngersheim, DMF, Ministère de la Culture. Belaën, F. (2011). « Petites chronologies de l’usage du numérique dans les musées ». Récupéré du site du ministère : http://cblog.culture.fr/2011/06/17/petite-chronologie-de-l’usage-dunumerique-dans-les-musees Bouquillion, P. (2003). « La culture face à l’Internet : un enjeu culturel et d’action publique ». Récupéré de http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2002/Bouquillion/Bouquillon.pdf Cardon, D. (2010). La démocratie internet : Promesses et limites. Paris : éditions Le Seuil, Col. La République des idées Caune, J. (1999). « La médiation culturelle : une construction du lien social ». Récupéré de http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2000/Caune/index.php Charpentier, P. (2004). Organisation et gestion de l'entreprise. Armand Collin. Côté, M. (2011). « Les musées de société : le point de bascule », in Les musées au prisme de la communication. Hermès, La revue. CNRS editions.

TIC et institutions muséales

92

Davallon, J. (1992). « Le musée est-il vraiment un média ? », in Publics et Musées n° 2. Lyon: PUL. p. 99-123. Récupéré de http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_11645385_1992_num_2_1_1017 De Certeau, M. (1980). L'invention du quotidien, tome 1, Arts de Faire. Paris : Gallimard De Singly, F. (2008). « L’enquête et ses méthodes : le questionnaire ». Armand Colin. De Varine, H. (1978). L’écomusée. La gazette : Association canadienne des musées, repris in Desvallées, A. (1992). Vagues : une anthologie de la nouvelle muséologie, vol. 1, Lyon : PUL. De Varine, H. (1991). L’initiative communautaire. Paris : Editions PUL. Desvallées, A. Mairesse, F. (2011). Dictionnaire encyclopédique de muséologie. Armand Colin. Donnat, O. (2008). « Démocratisation de la culture fin… et suite ? », in Saez, J-P. (Sous la dir. de), (2008). Culture et société, un lien à recomposer. Toulouse : Éditions de l’Attribut. p. 55-71. Donnat, O. (2008). Les pratiques culturelles des français à l’ère du numérique. Enquête 2008. La découverte : Minsitère de la Culture et de la Communication. Duclos, J.C. (2001). Proposition d'article pour la revue AIXA, Revista biannual del Museu etnologic del Montseny, La Gabella, Arbuciès. Grenoble. Récupéré de http://www.museedauphinois.fr/2052-bibliotheque-numerique.htm. Duclos, J.C. (1986). Les écomusées et la nouvelle muséologie in Actes des Premières rencontres nationales des écomusées. Grenoble : Agence Régionales d’Ethnologie Rhône-Alpes. 61-69 Flichy, P. (2010). Le sacre de l'amateur. Paris : Editions le Seuil, col. La république des Idées.

TIC et institutions muséales

93

Habermas, J. (1967). L’Espace Public : Archéologie de la Publicité comme Dimension Constitutive de la Société Bourgeoise. Paris : Payot. Houzet, S. Grasland, L. (2004), "Les dimensions spatiales de la fracture numérique en France"in Communication au Colloque International de l’ADIS, ICTs and Inequalities: The Digital Divides,Carré des Sciences Paris, 18-19 novembre 2004 récupéré sur http://irene.asso.free.fr/digitaldivides/papers/houzetgrasland.pdf Jenkins, H. (2007) « la culture de la convergence », in MédiaMorphose n°31. p31-36. Récupéré de http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/23560/2007_21_31.pdf?sequence=1 Jouët, J. (1993). « Pratiques de communication et figures de la médiation » in Réseaux n°60. p. 99-120. Récupéré de http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_07517971_1993_num_11_60_2369 Keen, A. (2008). Le culte de l’amateur. Comment l’Internet tue notre culture. Paris : Scali. Le Deuff, O. (2006). « Autorité et pertinence vs popularité et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations institutionnelles ». Récupéré de http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/12/26/03/HTML/index.html Le Marec, J. (1992). « Philosophie de l'écomusée. Hugues de Varine : L'Initiative communautaire », in Publics et Musées n° 1, vol.2. Lyon : PUL. p. 173-176. Récupéré de http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_11645385_1992_num_2_1_1228_t1_0173_0000_1 Lehalle, Évelyne. (1994). « L’accueil dans les musées », in Publics et Musées n° 4. Lyon: PUL. p. 83-88.

TIC et institutions muséales

94

Lévi-Strauss, C. (1960). La pensée sauvage. Paris : Ed. Plon. Malraux, A. (1996). La politique, la culture : Discours, articles, entretiens, 1925-1975. Paris : Gallimard. Mehl, D. (2008). « La télévision de l'intimité »in Le Temps des médias 1/2008 (n° 10), p. 265279. Récupéré de : www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2008-1-page-265.htm. Millerand, F., Proulx, S. & Rueff, J. (2010). Web social, Mutation de la communication. Québec : Presse de l’université du Québec, coll. Communication. Paquot, T. (2009). L’espace Public. Paris : La Découverte. Plantard, P. (2011). Pour en finir avec la fracture numérique. Limoges : Éditions FYP, collection Usages. Poulard, F. (2007). » Les écomusées : Participation des habitants et prise en compte des publics » in Ethnologie française n° 37. France : Presse Universitaire de France. p. 551-557. Récupéré de http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2007-3-p-551.htm Proctor, N. (2010). « Museum as Platform, Curator as Champion, in the Age of Social Media » in Curator : The Museum Journal, vol. 53. p. 35-43. Récupéré de http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.2151-6952.2009.00006.x/full Proulx, S. et Breton, P. (2002). « Usages des technologies de l'information et de la communication », in L’explosion de la communication à l’aube du XXIème siècle. Paris: La Découverte. Montreal : Boréal. p. 250-276.

TIC et institutions muséales

95

Scardigli, V. (1989). « Nouvelles technologies : l’imaginaire du progrès » in L’imaginaire des techniques de pointe. Au doigt et à l’œil, Alain Gras et Sophie Poirot-Delpech (dir.). Paris : L’Harmattan. Simon, N. (2007). «Discourse in the blogosphere, What Museums Can Learn from Web 2.0 », in Museums & Social Issues, Vol.2, 2, p. 257–274. Récupéré de http://www.museumtwo.com/publications/MSI_257-274_simon.pdf Simon, N. (2010). The Participatory Museum. Santa Cruz : Museum 2.0. Vendramin, P. Valenduc, G. (2005). « Technologie et société, destins croisés », in La lettre EMERIT. Namur. Récupéré de http://www.ftu-namur.org/fichiers/Emerit42.pdf Vidal, G. (2012). « La médiation numérique et les musées : entre autonomie et prescription ». In X. Galaup (dir.) , Développer la médiation documentaire numérique, vol. 25. Presse de l’Enssib, col. La Boîte à outils Récupéré de http://mediationdoc.enssib.fr/lire-en-ligne/sommaire/i-leperimetre-de-la-mediation-numerique-documentaire/la-mediation-numerique-et-les-museesentre-autono-0 Wellman, B. (2004) « Connecting Community: On-and Off-Line » in Contexts, Vol.3 (4). p. 2228. Récupéré de http://homes.chass.utoronto.ca/~wellman/publications/index.html

Mémoires d’études :
Ben Sassi, M. (2007). Le Musée à l’ère d’internet. (Mémoire de Master 1 Archéologie et Histoire de l’art, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, sous la direction de Mme Corinne Welger-Barboza).

TIC et institutions muséales

96

Bresson, C. (2011). Les musées & Internet : de l’expérimentation d’une médiation numérique à l’élaboration d’une stratégie. (Mémoire de Master 2 Nancy 2, sous la direction de Mme Cécile Bando). Sciences de l’Information et de la Communication spécialité Communication d’Entreprise et Démarche Stratégique, University

Déhon, C. (2011). Le téléphone portable, nouvel outil de médiation dans les institutions muséales françaises. (Mémoire de Master 1 Conception et direction de projets culturels , Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, sous la direction de Mme Cécile Camart).

Pentecouteau, J. (2011). Les musées et les réseaux sociaux numériques : une nouvelle relation avec les publics ?. (Mémoire de Master 2 Arts et Sciences de l’Art, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, sous la direction de Mr Bernard Darras).

Pont-Benoit, P. (2011). La promotion muséale à l’épreuve des nouvelles technologies. (Mémoire de Master 2 Les métiers de l’information et de la communication, Faculté des sciences sociales et Economique (FASSE), sous la direction de Jean-Philippe Moinet).

Webographie
http://cblog.culture.fr/ http://fems.asso.fr/ http://gonzagauthier.wordpress.com/ http://interstices.info/jcms/c_33030/les-nouvelles-technologies-revolution-culturelle-et-cognitive http://mediationdoc.enssib.fr/lire-en-ligne/sommaire/i-le-perimetre-de-la-mediation-numeriquedocumentaire/la-mediation-numerique-et-les-musees-entre-autono-0

TIC et institutions muséales

97

http://musee-oh.museologie.over-blog.com/ http://studio.cap-sciences.net/2011/03/de-la-methode-de-lessai-erreur/ http://reseau.erasme.org/Evaluation-Ipad-Museotouch http://reseau.erasme.org/IMG/pdf/rapportfinalaout.pdf http://www.archimag.com/article/«-il-est-absurde-d’avoir-un-site-web-20-et-un-musée-10-» http://www.buzzeum.com/ http://www.bibliobsession.net http://www.club-innovation-culture.fr/ http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R240.pdf http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R281.pdf http://www.culture-communication.fr/ http://www.mediametrie.fr/comportements/communiques/plus-de-3-internautes-sur-4-sontinscrits-sur-un-reseau-social.php?id=698 http://www.mixeum.net/ http://www.museumnext.org/ http://www.museumsandtheweb.com/mw2012 http://www.participatorymuseum.org/ https://docs.google.com/document/pub?id=1o_YgFoPLL4ZE56w-Us-pHcPsCoRgwHYrUu-C2V6i-A&pli=1

TIC et institutions muséales

98

Table des annexes
Annexes Rapport de stage
Annexe 1 : Organigramme de la direction des Champs Libres 100

Annexes Mémoire
Annexe 2 : Questionnaire Annexe 3 : Guide d’entretien Annexe 4 : Grille de Bales Annexe 5 : Données du questionnaire Annexe 6 : Entretien Écomusée Dionysos Annexe 7 : Entretien Écomusée Maïa Annexe 8 : Entretien Musée Atlas Annexe 9 : Entretien Musée Rhéa Annexe 10 : Entretien Musée Hestia Annexe 11 : Entretien Écomusée Perséphone Annexe 12 : Entretien Musée Cronos Annexe 13 : Entretien Écomusée Hécate Annexe 14 : Entretien Musée Léto Annexe 15 : Entretien Musée Hélios 122 124 125 126 130 134 137 140 143 146 150 154 158 161

TIC et institutions muséales

99

Annexe 1
Organigramme de la direction des Champs Libres :

TIC et institutions muséales

100

Annexe 2
Questionnaire sur le numérique en institutions muséales
Dans le cadre de mon mémoire de fin d'étude de Master 2 Sciences de l Education et de la Formation, je réalise une étude sur la place du numérique dans les musées de sociétés et écomusées. Merci de prendre quelques instants pour répondre aux questions suivantes. Cordialement, Vincent LISSILLOUR.

I. Votre institution
1. Quelle est le nom de votre institution ? 2. Quel est le statut de votre institution ? o Association o Structure publique o Autre : 3. Quelle est la fréquentation annuelle de votre institution ? o Moins de 10 000 visiteurs o Entre 10 000 et 50 000 visiteurs o Entre 50 000 et 100 000 visiteurs o Plus de 100 000 visiteurs

II. Dispositifs web
4. Possédez-vous un site Internet ? o Oui o Non o En construction 5. Etes-vous présent sur les réseaux sociaux? o Aucun o Facebook o Twitter o FlickR o Netvibes o Autre : 6. Êtes-vous référencé sur des sites communautaires d'avis ? Si oui, lesquels ? 7. Pourquoi avoir créé un site Internet et/ou des profils sur les réseaux sociaux? Quels étaient les objectifs de l'institution?

TIC et institutions muséales

101

8. Quel bilan tirez-vous de ces dispositifs ? positif / négatif. Pourquoi? 9. Si vous n'êtes pas pourvu de tels dispositifs, quels sont les freins ou les réticences que vous avez ou avez eu ?

III. Dispositifs in-situ
10. En termes de médiation, avez-vous mis en place des dispositifs numériques au sein de votre structure? o o o Oui Non En projet

11. Si oui, pouvez-vous me dire quelques mots sur ces projets? 12. Pourquoi avoir créé ces dispositifs numériques ? Quels étaient les objectifs de l'institution ? 13. Quels bilans tirez-vous de ces dispositifs ? positif/ négatif. Pourquoi? 14. Si vous n'êtes pas pourvu de tels dispositifs, quels sont les freins ou les réticences que vous avez ou avez eu ?

Informations
15. Avez-vous des éléments ou informations à ajouter ? 16. Nom du contact ayant répondu au questionnaire 17. Quel poste avez-vous dans votre institution ? 18. Souhaitez-vous être contacté pour des informations complémentaires dont j'aurais besoin? Si oui, merci de me laisser une adresse mail ou un numéro de téléphone

TIC et institutions muséales

102

Annexe 3

Guide d’entretien
En termes de ressources humaines:
1. 2. 3. Pouvez-vous vous présenter et m’expliquer votre rôle au sein de la structure ? Pouvez-vous m’indiquer la place et la composition de l’équipe chargée du numérique / multimédia ? Pouvez-vous me donner des informations sur votre structure administrative, sur la fréquence de visiteurs de votre musée ainsi que sur la typologie du musée ?

En termes de dispositifs :
4. Pouvez-vous me parler de la genèse et de la mise en place des projets numériques / multimédias de votre structure ? 5. Comment avez-vous choisi ces technologies et pourquoi ? 6. Qui rédige les contenus de ces projets? 7. Y-a-il un lien préalable entre le contenu et la technologie choisie? 8. S’agit-il d’un appel d’offres ou d’un choix de prestataire pour vos dispositifs numériques? 9. En termes de communication aux publics, comment avez-vous mis en valeur ces dispositifs ? Avant et pendant le fonctionnement du dispositif ? 10. Etes-vous présent sur les réseaux sociaux ? lesquels ? 11. Quel bilan tirez-vous de ces initiatives ?

En termes de médiation :
12. Qu’apportent ces dispositifs à la médiation ? interactivité/ image/… 13. Comment réagissent les conférenciers avec ces nouveaux dispositifs ? Se sentent-ils menacer par une disparition de la médiation humaine ? 14. Avez-vous eu des retours de la part des publics ? 15. Avez-vous effectué des enquêtes auprès de vos publics en ce qui concerne vos dispositifs numériques ? 16. Avez-vous ou comptez-vous faire un bilan sur l’utilisation de ces dispositifs ?

En termes d’accessibilité :
17. Ces dispositifs numériques ont-ils été pensés pour améliorer l’accessibilité ? 18. Pensez-vous que ces types de dispositifs numériques pourraient inciter des publics peu habitués ou enclins à se rendre au musée ? 19. Selon-vous quelles technologies pourraient élargir la tranche d’âge des publics ?

Conclusion :
20. Que pensez-vous de tous ces nouveaux dispositifs de médiation que l’on voir émerger ? 21. Avez-vous des conseils à me fournir en ce qui concerne votre vision numérique ? 22. Avez-vous des choses à ajouter ?

TIC et institutions muséales

103

Annexe 4
La grille de Bales
C’est la grille la plus répandue en psychologie sociale, elle vise à analyser les interactions qui se produisent à l’intérieur d’un groupe restreint centré sur une tâche (une solution au problème proposé au groupe). Elle se compose de 12 catégories destinées à saisir deux types d’interactions relatives à deux domaines : le domaine socio émotionnel et le domaine de la tâche. Ces 12 catégories sont constituées selon deux pôles « négatif/positif » Il y a trois catégories positives et trois négatives pour chaque domaine.

Communications à portée psychologique positive : 1- Soutien, renforcement, aide. 2- Détente, relâchement de tension. 3- Manifestation d’un accord.

Communications centrées sur la production d’une tâche : 4- Faire des suggestions, donner des idées, des directions. 5- Donner son opinion, analyse, évalue. 6- Donner une orientation, une information, clarifier, répéter. 7- Demander des informations, des explications 8- Demander un avis, une opinion, une analyse. 9- Demander des idées, des suggestions.

Communications à portée psychologique négative : 10- Manifestation d’un désaccord, rejet. 11- Manifestation de la tension, accroît la tension. 12- Antagonisme, manifestation d’une attaque, s’oppose.

TIC et institutions muséales

104

Annexe 5 Données du Questionnaire
Cette annexe comporte uniquement les réponses aux questions servant à effectuer notre échantillon type. Pour des questions d’anonymat, Les données qui comportent des informations citant la structure ne seront pas retranscrites.

2. Quel est le statut de votre institution ?

3. Quelle est la fréquentation annuelle de votre institution ?

TIC et institutions muséales

105

4. Possédez-vous un site Internet ?

5. Etes-vous présent sur les réseaux sociaux?
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %

`

10. En termes de médiation, avez-vous mis en place des dispositifs numériques au sein de votre structure?

TIC et institutions muséales

106

11. Si oui, pouvez-vous me dire quelques mots sur ces projets ?
Collecte de la mémoire orale et photographique sur numérique avec une veille technologique vigilante. Tablette tactile sur d'anciens monument avec un programme de réalité augmentée, borne ludique avec questionnaire dans les salles d'expos de l'écomusée. Borne audio avec témoignages. Dispositif sonore Nous avons acquis en 2008 une borne interactive, qui ne sert pour l'instant que de manière ponctuelle. Des écrans et lecteurs DVD ont été installés dans différentes vitrines ou espaces du musée, afin de diffuser en complément de la collection permanente, des films réalisés par l'écomusée. 1er musée en full HD, 16 bornes interactives, 6 films, reconstitution 3D temps réel ect. Films courts de présentation de notre activité. - Espace cartographique au sein des collections permanentes : sur un écran tactile - Table interactive. Selon le scénario, différents éléments de gestion peuvent être testés. Chacune des solutions comportant des avantages et des inconvénients, qui sont explicités. Ludique et amusante, la table interactive fonctionne grâce à la technologie RFID (Radiofrequency identification) qui permet de reconnaître chaque élément posé. Les salariées, les stagiaires et jeunes en service civique ont accès à la messagerie de l'Association, ainsi qu'au site internet. La phase de renseignements du nouveau site internet a d'ailleurs été réalisée par une stagiaire. Les salariés échangent très régulièrement par la messagerie internet aussi bien depuis leur bureau que depuis leur domicile. Visites des collections ethnographiques avec des tablettes numériques. On utilisera des reconstitutions en 3 D et en réalité augmentée. - Écrans tactiles donnant des informations à la fois générales et de production en temps réel d'un panneau photovoltaïque et d'une éolienne - Nombreux écrans et films soit interactifs, soit simplement informatifs, dans nos différentes expositions temporaires et permanentes - Projet d'utiliser un certain nombre de cadres numériques dans la muséographie permanente Espace multimedia : choix de sites internet en liste fermée + envoi de cartes postales virtuelles + quelques cédéroms en ligne + en théorie quelques vidéos produites par le musée + "expos virtuelles" (en fait, numérisation de panneau d'expos) Une borne créée en 2005 pour une exposition temporaire et adaptée ensuite au sein de l'exposition permanente. Une borne interactive dans une exposition permanente : un portail enfant et un adulte Une borne audio : pour écouter des extraits de témoignages Nous avons une salle de vidéo avec une télévision écran plat, où nous diffusons des petits films en lien avec nos expositions. Nous faisons souvent des conférences et utilisons un écran et vidéoprojecteur pour le public. Bornes interractives utilisées dans les expositions. Des supports (images, sons films) sont crées suivant les thématiques des expositions et inserés dans des boitiers de lecteurs de cartes mémoires pour créer des interractifs. Déclenchement in situ de choix de films par le public ; Aides à la visite via smartphone, par QR code, et/ou par sites de téléchargement. Toutes ces solutions sont actuellemnt à l'étude

TIC et institutions muséales

107

2 lecteurs DVD installés lors d'expositions Des montage vidéos-photos-sons accompagnent la visite... Nous privilégions l'interactivité visiteurs - médiateurs dans le cadre de notre programme quotidien d'animations et de démonstration. Ce n'est toutefois pas exclu d'introduire progressivement des dispositifs numériques : l'installation de quelques écrans vidéos dans le cadre de nos expositions temporaires pourrait s'étendre à d'autres espaces muséographiques. Le parcours de visite du musée est muni de divers cartels multimédias, interactifs ou non. Il y a des diaporamas, des cartes interactives, des jeux, des représentations 3D. Une tentative peu concluante d'application smartphone comme aide à la visite. Ces projets ont pour but d'amener le visiteur à participer à la visite, en devenant acteur. Il se met lui-même à cliquer, à choisir l'information qu'il souhaite avoir sur les bornes tactiles ou sur les ordinateurs. D'autres projets nous permettent de réaliser de in situ de meilleures qualité, grâce à l'utilisation de caméra sous-marine, par exemple. Des cadres numériques nous permettent de simuler des radars, et des sondeurs sous-marins. Les TV grand écran alimentées par clef USB nous permettent de faire défiler du contenu que l'on peut éditer chaque semaine. Il permet également une meilleure diffusion de l'information (meilleure captation). Des diaporamas rassemblant des images anciennes issues des collections et revisitées à côté d'images du présent ; une opération test au format audioguide avec des collèges du département ; un premier écran tactile avec des contenus multimédia ; et dernièrement, une exposition test avec des QR codes et une application smartphone en plus du micro site web... Visites MP3 disponibles au musée ou téléchargeable sur mobile. Tablettes numériques (principalement à destination des Handicapés. Projet en cours mise en place sur 2012)." Nombreuses bornes dans les expositions temporaires : jeux, films Bornes sonores, Multi-média, films pour plusieurs projets Bornes audiovisuelles au sein des parcours permanents Audioguides Visioguides et visite virtuelle

TIC et institutions muséales

108

Annexe 6
Entretien : Écomusée de Dionysos (43 min, entretien en présentiel) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle à l’écomusée Dionysos ? Madame Y : Je suis chargée de l’accueil et des visites guidées. Je m’occupe aussi de la conception de tout ce qui est support informatique de communication : création d’affiches, flyers. Je m’occupe également de tout ce qui est veille informatique et gestion des réseaux sociaux. C’est moi qui alimente à chaque fois les sites Facebook, Twitter, etc. La numérisation du centre de documentation fait également partie de mon travail. V.L : Donc il n’y a pas d’équipe chargée du numérique ? Y : Non c’est des missions en supplément dans mon poste. On est que trois à l’écomusée donc ce n’est pas évident de tout faire mais on n’a pas les moyens de recruter une personne. V.L : Vous m’aviez dit que vous étiez présent sur les réseaux sociaux dans le questionnaire, pourquoi ce choix ? Y : Ce choix a été impulsé d’abord quand on a fait une refonte de notre site Internet en 2008. Facebook, à cette époque, n’était pas un outil professionnel très utilisé mais depuis l’année dernière la structure avec qui on travaille beaucoup utilise lui beaucoup les réseaux sociaux. On constate que ça permet un échange entre d’un les professionnels et puis de deux ça a aussi une portée sur les touristes qui utilisent de plus en plus ce type de medias. V.L : Vous disposez d’une page ou d’un profil ? Y : On a une page et un profil Facebook, le profil alimente aussi la page donc on retrouve souvent les mêmes informations sur les deux. On gère comme on peut, on apprend au fur et à mesure. Personnellement, j’utilise Facebook de façon privé, après le côté page/profil, on bidouille comme on peut et on regarde comment les autres fonctionnent. On a aussi un compte Twitter, qui est on va dire un petit plus. Après ce n’est pas évident de gérer la portée de ces outils. J’utilise beaucoup Twitter en parallèle avec Facebook car les tweets qu’on envoie sont directement reportés sur notre page Facebook. C’est je pense, l’intérêt d’avoir les deux qui sont liés mais Twitter touchent un peu plus les professionnels et c’est très pratique pour de la veille technologique. On a aussi LinkedIn mais en ce moment je ne l’utilise pas trop. C’est vraiment différent de Facebook et Twitter, c’est vraiment très professionnel. Je penche qu’on touche moins les touristes ou les futurs visiteurs. En tout cas, ce qui est intéressant avec les réseaux sociaux pour la communication c’est que ça coûte rien, juste un peu de travail et de veille. V.L : Quels bilans tirez-vous de tous ces medias sociaux mis en place ? Y : C’est vraiment cette année qu’on voit la différence. Pour le moment, on a un bilan plutôt positif. Par exemple, il y a une semaine, une dame est venue visiter l’écomusée et puis il y a deux jours elle nous a demandé dans son réseau Facebook. Il y a des gens qui suivent notre actualité via les réseaux qui sont content d’avoir des contenus différents de ce qu’on peut avoir sur le site Internet ou dans les brochures. V.L : Des informations moins institutionnelles ? Y : Oui voilà, des contenus moins institutionnels ce qui permet aussi de toucher des publics différents. Ça nous sert surtout pour de la communication car le discours sur Facebook est un peu plus léger et on propose des contenus comme des petits bonus. Par exemple, on a pu mettre les photos du montage d’une expo, chose qu’on ne met pas sur

TIC et institutions muséales

109

le site officiel ou sur les brochures. Les gens peuvent voir des choses qu’ils ne verraient pas normalement. Le côté off de l’écomusée. V.L : Et vous pensez que ce type d’outils peut être utilisé pour de la médiation? Y : Non, plutôt comme outil de communication que pour de la médiation. V.L : Et en ce qui concerne vos dispositifs In-situ, vous m’aviez parlé dans le questionnaire de mise en place de tablettes tactiles, pouvez-vous m’en dire plus ? Y : Les tablettes pour le moment c’est un peu laissé en suspends car au niveau budget c’est un peu juste avec les deux expositions à mettre en place. On a deux étages de l’écomusée à refaire donc c’est d’abord la priorité. Par contre elles risquent d’être rajoutées, pas forcement sous forme de tablette tactile, style portative, mais en tablette, à l’étage à la place d’une maquette. V.L : Comme une borne tactile ? Y : Voilà comme une borne tactile pour les visiteurs. Ensuite cette année on a mis aussi en place des sentiers sur le Pays de Dionysos. Donc là ce n’est pas des tablettes tactiles mais des GPS qu’on donne à disposition des visiteurs qui suivent la visite via le GPS. Il y a des bornes d’informations sur le sentier et à chaque fois, il y a un petit texte qui est écrit, des jeux à faire. V.L : Comment vous est venu cette idée de parcours via GPS ? Y : En tant qu’écomusée, on regarde un peu ce que font les autres. De temps en temps on visite d’autres structures, et c’est des choses qu’on a vu qui marchait donc on s’est dit qu’on allait faire pareil. Comme sur le sentier c’est pas évident pour les gens quand ils se promènent de se rendre compte ça permet d’amener une petite approche ludique. Par exemple, l’office du tourisme l’a fait aussi pour la visite de la ville. C’est les premiers à l’avoir fait par ici, il y a deux-trois ans et ça a bien marché auprès des touristes. Pour le moment il n’y a pas beaucoup d’expérience pour les écomusées mais ca se développe de plus en plus. V.L : Comment avez-vous choisi ce type de technologie ? Y : Pour les sentiers, c’était la technologie la plus adaptée car le GPS guide les visiteurs tout au long du chemin. V.L : Qui rédigent les contenus à l’intérieur des GPS ou dans les bornes d’informations ? Y : Au niveau des sentiers, c’est la directrice qui a rédigé tous les contenus après on est aidé par des intervenants extérieurs qui sont spécialisés sur les thèmes abordés. Là c’est un sentier sur le cuir et le cotondonc on a travaillé avec l’association « cuir et coton» on a aussi été voir des particuliers pour qu’ils nous offrent du contenu et nous autorisent à passer devant leurs maisons et s’ils ont aussi des témoignages à apporter c’est un plus. V.L : Donc une participation des publics dès la conception du dispositif ? Y : Oui une participation de publics amateurs mais surtout de professionnels. V.L : Comment c’est passé la mise en place de ce projet ? Y : Ca a commencé par un choix de prestataires car comme vous le savez, on n’est pas une structure publique donc on n’a pas besoin d’appel d’offre. Ensuite en termes de communication, on a fait des manifestations, sur une semaine, pour présenter le GPS et les différents sentiers. Il y a eu aussi des publications sur le site Internet et les réseaux sociaux et une campagne d’affichage.

TIC et institutions muséales

110

V.L : En termes de médiation aux publics, que pensez-vous de tous ces types de dispositif de médiation numériques? Y : Je ne vais pas être objective car je suis très nouvelle technologie. Je trouve que c’est un plus après faut pas oublier que les visites guidées avec une vraie personne c’est quand même je pense, beaucoup mieux. Sur une visite de l’écomusée, quand on est tout seul, si on a son petit outil numérique, on ne peut pas lui poser des questions alors qu’avec le médiateur c’est possible. Il y a cette partie là qui montre les limites des dispositifs et le côté humain est bien sûr toujours plus agréable même si ça a des avantages dans certaines situations, les dispositifs numériques. V.L : Des avantages en termes d’interactivité ? Y : Oui voilà un plus de ce qui existe déjà. V.L : Pensez-vous que ce type de dispositifs peut être un tremplin pour augmenter la participation des publics ? Y : Peut être oui. Ca peut être intéressant de connaître l’avis des visiteurs qui ont fait le parcours. V.L : Seulement de l’avis ou aussi des suggestions ? Y : Oui ça serait intéressant aussi, du genre : « C’est bien, nous on peut vous proposer ça comme parcours, on a des informations sur telle chose ». Il y a aussi possibilité d’enrichir les parcours et les contenus. Nos thèmes sont assez précis donc les gens qui font le parcours sont forcément intéressés par ce thème là donc ils auront forcément des choses à dire. V.L : Mais pour le moment, il n’y a pas possibilité de participer, de réagir? Y : Non, je ne crois pas qu’ils aient mis ça en place. En même temps, les sentiers sont tous récent, ils ont un mois donc ils y ont pas pensé. Peut être que l’année prochaine, ils y penseront. V.L : Comment on réagit les médiateurs avec ces dispositifs ? Y : Il n’y a pas eu vraiment de réticence, c’est plutôt quand l’office de tourisme a lancé sa visite guidée de la ville, qu’on propose déjà en tant que visite avec un médiateur, qu’on a trouvé ça limite, un petit peu concurrentiel. Maintenant ça fait trois ans que c’est en place, nous, en termes de réservation de visite, ça n’a pas baissée donc il n’y a pas de soucis finalement. Je pense que ces dispositifs touchent des publics différents, certaines personnes ne veulent pas suivre un guide-médiateur, d’autres ne voudront pas d’un GPS et préféreront le côté humain. V.L : Vous avez-eu des retours des publics sur ces dispositifs ? Y : Pas pour le moment, mais l’année prochaine il y aura peut être un bilan. Après ca va être difficile de notre côté car c’est des projets qui vont être maintenant gérés par les communes donc pour avoir les retombées ça va être assez compliqué. C’est les communes qui vont gérer le prêt de GPS donc on ne verra plus beaucoup les visiteurs. V.L : Pourquoi ce choix de donner la gestion aux communes ? Y : C’est des sentiers qui vont assez loin sur le Pays, facilement trente kilomètres, donc les gens ne vont pas revenir ici pour prendre le GPS et repartir ensuite là où ils étaient. C’est simplement une question pratique. V.L : Pensez-vous que ce type de dispositifs amène des visiteurs qui ne seraient pas venus sans cette technologie ? Y : Je pense que oui. Je pense que la nouvelle technologie prend de plus en plus de place, toutes les personnes qui ont à disposition un Smartphone sont forcements enclins à aimer ce genre d’outils. Donc par curiosité, on pourrait toucher d’autres personnes et élargir les tranches d’âges.

TIC et institutions muséales

111

V.L : Quelle est votre vision sur le numérique dans les musées? Y : Globalement je trouve ça très positif. Je n’ai pas encore trouvé de côté négatif à échanger via réseaux sociaux ou via les dispositifs numériques dans les musées. Ça enrichi les contenus, on peut échanger des idées plus facilement et effectivement toucher des nouveaux publics. V.L : Avez-vous des informations à ajouter ? Y : Si on travaille aussi avec des QR-code. On a des carnets sur les différents sentiers, pour les enfants, et on a ce QR-code qui nous ramène vers un mini-site où on va mettre la carte du sentier. C’est vraiment des petits bonus en plus mais je ne sais pas du tout si ça marche où si c’est utilisé.

TIC et institutions muséales

112

Annexe 7
Entretien : Écomusée de Maïa (1h20, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle au sein de la structure ? Monsieur W : Je suis co-président de l’écomusée depuis 2000 et on a choisi cette forme bi-céphale de coprésidence car la présidente qui est la fondatrice de l’écomusée, est présente depuis 19868. V.L : Avez-vous une personne ou une équipe chargée du numérique ? W : Non, c’est moi en particulier qui m’en occupe à distance, c’est à dire à domicile. C’est notre difficulté aussi, l’appropriation du site Internet par l’ensemble du personnel de l’écomusée. Donc nous sommes deux co-président a être actif presqu’au quotidien et sinon nous avons trois salariés dont un comptable et deux médiateurs qui sont souvent sur le terrain rarement sur le site. Ils recouvrent avec leurs visites tout le territoire Maïa. Ils peuvent être n’importe où chaque jour avec des visiteurs différents. Ils sont peu sédentaires et pour eux c’est difficile de regarder le site Internet et de savoir si la promotion sur le site Internet a été faite. On se demande vraiment à l’heure actuelle qu’est ce qui faut faire pour répondre à ces problématiques ? Mais on n’a pour le moment aucune connaissance et aucune compétence. L’écomusée possédait un site Internet depuis plus de 10 ans. La difficulté était de faire vivre le site et nous n’avions pas les moyens de le faire parce qu’il fallait passer automatiquement pas l’agence qui avait fait le site et maintenant depuis 2011 on s’est doté d’un nouveau site Internet avec là une totale autonomie dans la gestion du site. Par contre on ne sait pas mesurer l’impact de notre nouveau site sur nos visiteurs. On a les statistiques de visite mais on sait pas quelques proportion viennent réellement à l’écomusée. Aujourd’hui on est incapable de le mesurer aussi car nous ne sommes pas assez organisés en termes d’accueil. On a un accueil ouvert de façon ponctuelle l’été à cause d’un manque de personnel et en termes de communication on ne peut pas poser les questions basiques qu’on devrait pouvoir poser systématiquement : « comment vous nous avez connu ? Les conditions d’accès ? » Tout ça on est entrain d’y réfléchir de façon un peu plus approfondi. V.L : C’est donc pour ces raisons que vous n’êtes pas présent sur les réseaux sociaux ? W : On a déjà ce site qui tient la route, enfin de notre point de vue, mais qui pourrait être amélioré. Il manque aussi dans notre structure, un directeur qui pourrait être en charge de tout ce suivi mais qu’aujourd’hui on ne peut pas financer donc il n’y a pas de poste de direction. Voici les limites et les moyens qu’on peut attribuer en termes de ressources humaines pour faire ce suivi du site et développer d’autres outils. Pour le moment, on réalise que de la communication de manière générale, de la communication qu’on peut faire autour de nos activités pour mieux nous faire connaître et augmenter notre fréquentation. On cherche toujours à se positionner de manière comparative, pas du tout pour des questions concurrentielles mais pour des partages d’expériences et de bonnes pratiques. On essaie de se comparer avec d’autres structures, en particulier chaque année on va visiter un autre écomusée proche de notre territoire pour voir quelles sont les pratiques ? Quelles formes de promotion ils font ? Qu’est ce qu’ils ont comme moyen ? Si bien en termes de personnel qu’en termes de publicité, quelle promotion, quel soutien ils ont du territoire etc. Et forcement la communication est un point clé pour nous car nous sommes dans un environ très rural du département et c’est un corollaire avec des problèmes de mobilité pour une partie de la population qui sont en condition de précarité. C’est vraiment un vrai challenge pour nous d’essayer de communiquer de faire savoir ce qu’on fait et également c’est un enjeu pour nous qui est important car on une convention avec la communauté de communes a laquelle on est rattaché du Maïa depuis 2010 et nous réalisons tous les ans au bénéfice de dix communes un programme sur place pour découvrir le patrimoine local sous toutes ses formes. A chaque fois on a ce challenge de communiquer sur ces actions et de faire en sorte de faire venir le plus de public possible. V.L : Et pourquoi pas ensuite développer de la médiation numérique sur le territoire ?

TIC et institutions muséales

113

W : C’est des termes qui nous intéressent mais qu’on a besoin de développer car dans le questionnaire lorsque vous parliez de médiation, est-ce que c’est le partage d’informations entre les salariés en interne où est-ce qu’il y a quelque chose d’autre derrière ? V.L : Vous le comprenez comment le terme « médiation numérique » ? W : Nous, notre premier handicap, c’est de partager les informations avec les salariés qui sont souvent à l’extérieur, qui sont rarement au bureau et donc on essaie de développer ça aussi. On fait des réunions pour parler des nouveaux projets, de développement, de réorientation d’une partie de nos activités et on se rend compte que ce contact physique et la possibilité de partager des réflexions, des idées autour d’une table, c’est déjà un premier enjeu important. Qu’on sache ce que chacun fait et qu’on puisse apporter aux salariés une visibilité de ce qu’ils font, pourquoi ils travaillent, qu’elles sont nos difficultés et ça pour nous c’est un premier enjeu. Après lorsque l’on entend parler de tablettes tactiles ou autres, pour nous c’est à des années lumières. Entre les moyens de communication, de promotion dont disposent les musées par rapport à un écomusée, on n’est pas sur la même planète. Il faut voir dans cette approche aussi que tous les écomusées ne sont pas livrés à la même enseigne. Chaque écomusée a sa spécificité, sa façon de fonctionner, ses ressources propres et ça pose la question de la reconnaissance du territoire pour ce que fait un écomusée. Un écomusée est normalement la vitrine du territoire, c’est là que l’on doit commencer à pouvoir sentir, à pouvoir apercevoir ce qu’est le territoire. C’est donc un enjeu important pour les politiques locaux et on est plus ou moins accompagné et encouragé dans ce qu’on fait. On a vu, pour exemple, un écomusée où il y huit salariés dont les salaires sont pris en charge par la communauté de communes et qui disposent de 60 000 euros pour organiser leurs événements sur l’année. Pour vous donner une échelle, nous c’est trois salariés, avec un apport de 15 000 euros par an pour nos manifestations. V.L : Vos élus du territoire vous soutiennent ou sont-ils plus distants ? La convention qu’on a signée en 2010 a été un vrai challenge parce qu’un écomusée, c’est la vitrine d’un pays et donc normalement c’est le Pays qui devrait nous soutenir. Hors comme dans le périmètre du Pays, il y a deux communautés de communes avec un musée de France et un écomusée. Pour des raisons politiques, ils n’ont pas soutenu le musée donc quand on a fait notre demande au Pays, la réponse a aussi été négative. Il y a un vrai enjeu politique et le soutien des élus est vraiment une grosse difficulté pour nous. Pour notre convention qui arrive a échéance dans 2 ans, s’il n’y a pas de reconduction, on est quasi-mort car c’est un effet domino : si vous n’avez pas d’aide de votre territoire d’appartenance, c’est même pas la peine d’espérer une aide de la région ou de l’Europe. C’est donc un vrai enjeu politique et financier. Tous les écomusées ne sont pas à la même enseigne avec leurs élus et nos enjeux sont très forts et tout est difficile. Pour résumer, je vais dire quel est l’objectif des élus pour un écomusée ? Qu’est ce qu’ils veulent en faire ? Est-ce qu’ils le reconnaissent ? Ce qui est paradoxal, c’est que parfois à la base c’est une demande d’élus puis ensuite laissé en autonomie. Pourtant comme je l’ai déjà expliqué, l’écomusée devrait être considéré comme la vitrine du territoire. V.L : Est-ce que des dispositifs de médiation numériques pourraient développer la participation des visiteurs dans cette idée de vitrine du territoire ? W : C’est clair. Pour exemple nous avons organisé une manifestation qui s’appelait « tissons du lien » pour regrouper des associations qui sont sur les mêmes objectifs que celui d’un écomusée : De collecter la mémoire, de valoriser des savoir-faire, des connaissances et de les transmettre. L’objectif était de les regrouper sur notre site et de proposer aux publics de parcourir ces différentes associations et de voir ce qu’elles proposent. Pour faire venir du monde à cette manifestation, on a innové et on est un peu à la marge par rapport à ce qui se fait maintenant: On a fait faire des flèches papiers, tout simplement, avec marquées dessus « Écomusée ». On se rend compte que l’écomusée n’est pas connu même dans la ville la plus proche et que les gens ne savent pas où il se trouve. Donc on est sur des problématiques de visibilité et de signalétique car il n’y a qu’un panneau qui indique l’écomusée dans toute la ville. On a mis depuis cette année sur nos programmes papiers les coordonnées GPS de l’écomusée et un flash-code qui dirige directement vers le site Internet mais comme on n’est pas capable de mesurer les retombées, on ne sait pas du tout si ça marche bien. On est donc en ce moment entrain de réfléchir pour solliciter des stagiaires pour nous aider dans cette voie là et développer plusieurs outils. Car il faut des compétences car dès que vous butez

TIC et institutions muséales

114

sur le deuxième « clic » quand vous êtes en position de webmaster et que vous êtes coincé, vous abandonnez rapidement. V.L : Si le cas était possible, pour vous, qu’est ce que le numérique pourrait vous apporter ? W : Pour nous, ça serait pour mieux se faire connaître, pour être identifié sur le territoire. Ensuite pouvoir faire passer de l’information sur les manifestations organisées et assurer une fréquentation satisfaisante. Dans la situation où nous sommes, le numérique serait un moyen intéressant pour tisser un réseau, pour trouver de nouveaux partenaires voir de trouver des mécènes car notre point de fragilité est notre situation financière. On est conscient de tout ce qui pourrait être fait en termes de numérique mais notre souci c’est de pouvoir définir correctement un profil de poste qui pourrait nous aider à mettre tous ces dispositifs en place et faire rayonner l’écomusée, faire évoluer nos moyens de communication. V.L : Vous souhaiteriez donc utiliser le numérique pour développer vos moyens de communication ? W : Je serais tenté de dire qu’on fonctionne à la même vitesse que son territoire et aujourd’hui, en termes de moyens de communication, on est pas dépassé par ce qui se passe sur notre territoire, il n’y a pas d’instance qui pourrait nous montrer un chemin. Chacun a son site Internet mais il n’y a pas de révolution sur le territoire. Pendant longtemps les élus ont utilisés l’argument que notre territoire était enclavé aussi bien en termes de moyen de communication terrestres ou autres. C’est vrai qu’on a encore des zones mal couvertes par Internet mais ça ne peut pas être un argument qu’on utilise en permanence. Je serais aussi tenté de dire qu’on a un public, quand on discute avec lui, qui ne nous dit pas non plus ses attentes. On a tout cet environnement qui fait qu’on n’est pas non plus poussé, aussi bien par les publics que par les élus, à s’engager dans plus de moyens pour augmenter notre fréquentation. V.L : Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

TIC et institutions muséales

115

Annexe 8
Entretien : Musée Atlas (45 min, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’indiquer votre rôle dans la structure ? Madame L : Je suis à la fois chargé de communication et de médiation. Dans le cadre de la communication, je m’occupe de la mise à jour du site Internet et de l’animation des réseaux sociaux. V.L : Avez-vous une équipe chargée du numérique et du multimédia dans votre structure ? L : On n’a pas d’équipe attitrée car je suis seule. Ce n’est même pas un demi-poste pour le numérique. Je dirais 1/6ème de poste, ce n’est pas grand chose. C’est des missions supplémentaires dans mon poste. V.L : Pouvez-vous me parler de la mise en place de votre site Internet et de vos réseaux sociaux ? L : Le site Internet a été mis en place en 2003 et il y a eu une refonte en 2011. On n’a maintenant tout un tas de documents à disposition en téléchargement, dont « les yeux de la Cité». C’est un outil pédagogique sur la découverte de la ville qui est destiné à des enseignants de cycle 3 et donc tout l’outil est téléchargeable via notre site Internet. V.L : Quelles sont les personnes qui ont rédigées et proposées les contenus de cet outil pédagogique ? L : C’est le musée en lien avec les conseillers pédagogiques du territoire, de la circonscription de la ville. V.L : Donc pas de participation des citoyens ? L : Non, seulement des enseignants, non, plutôt des conseillers pédagogiques même. V.L : Comment avez-vous fait la communication de cet outil? L : On intervient dans les classes très régulièrement au cours de l’année et à chaque fois on en fait la promotion pour les enseignants concernés du CE2 au CM2 donc c’est de la communication en direct. On a annoncé par Internet et à notre mailing list que notre outil était sorti mais sinon il n’y a pas eu de communication spécifique. V.L : Comment mesurez-vous les retombées in-situ de vos internautes visiteurs ? L : On demande aux visiteurs des expositions par quel moyen ils ont eu l’information et à partir de là on fait des statistiques. Pour les dernières expositions, Internet c’était entre 4% et 10% des visiteurs et on constate que c’est de plus en plus important. Sur le site Internet, on a ajouté un module qui permet d’ajouter des commentaires et ça commence à venir l’interaction avec le public, les commentaires sur les visites et sur les parcours de visites. Même si pour le moment il y en a très peu. V.L : Et les commentaires sont visibles ? L : Oui, ils sont visibles. On a commencé à mettre ce système en place pour la dernière exposition. On doit avoir deux commentaires donc ce n’est pas grand chose mais c’est le début. Mais oui ils sont visibles après validation par notre service. Sinon il y a aussi d’autres interactions avec les visiteurs sur les balades que l’on fait, on intègre le parcours sur une carte géolocalisée et des visiteurs nous rejoignent à des endroits précis grâce à cet outil puisqu’il y a les ordres de passages de la visite. Mais c’est vraiment récent, c’est vraiment à partir de cette année qu’on a des retours car avant on avait un site qui était beaucoup moins interactif donc ça correspond aussi à l’évolution du site.

TIC et institutions muséales

116

V.L : Comment utilisez-vous ces données dans vos expositions ? L : On a vu dans les retours qu’il fallait mettre le plus de ressources possible sur Internet donc on en met le maximum possible. Chaque année, on publie des cahiers qui étaient mis en ligne lorsqu’ils étaient épuisés ; On a décidé cette année de les mettre en ligne alors qu’ils sont encore en vente car pour nous c’est important, ça fait connaître notre travail, ça améliore la diffusion de la connaissance du territoire. On est vraiment dans cette optique de plus en plus de contenus au public. La communication Internet est beaucoup plus large donc on touche beaucoup plus de visiteurs. V.L : Sinon vous m’aviez indiqué dans le questionnaire que vous étiez présent sur les réseaux sociaux, pourquoi ce choix ? L : On a ouvert un profil Facebook fin 2011 et c’était un outil de plus pour la communication. C’était un peu incontournable au moment ou on s’y est mis et ça correspond aussi au moment ou on avait notre nouveau site Internet. On pouvait publier facilement les contenus qu’on mettait sur le site, sur Facebook, pour pouvoir toucher d’autres personnes. On le conçoit vraiment comme un outil de plus de communication. Depuis peu, on a aussi créé un compte sur Twitter. V.L : Quels bilans tirez-vous de ces initiatives ? L : Pour les réseaux sociaux, pas grands chose, c’est très abstrait mais on a des retombées qu’on n’imagine pas encore je pense ; on doit se faire connaître plus largement car dans nos amis Facebook, on a tout type de personne, des adhérents, des financeurs, etc. On publie régulièrement des choses pour montrer qu’on est là, qu’on fait des choses mais au niveau des retombés, on n’a pas grand chose. Ce n’est jamais ressorti dans nos statistiques que les personnes étaient venues à une exposition via Facebook. C’est très difficile à mesurer. V.L : Vous utilisez votre profil Facebook comme outil informationnel ? L : Oui c’est uniquement de l’information et pour qu’on se rappelle de nous. On est sur les réseaux sociaux un peu de manière artisanale et on n’a pas le temps de se poser les bonnes questions entre communication et médiation. On pourrait aussi, en n’en parlant avec vous, utiliser Facebook comme un outil de médiation, en mettant des contenus sur le territoire et interagir avec les publics. Mais pour le moment je le vois vraiment comme un outil de communication pour annoncer nos événements. V.L : Pourquoi ce choix de faire un profil et non une page ? L : Normalement c’est une page pour les institutions mais on a préféré faire un profil. Je trouvais qu’il y avait moins de possibilité avec une page. Quand j’ai créé le profil, je ne me suis pas posé la question. Je me la suis posée après pour savoir si on allait migrer vers une page mais non le profil nous offrait plus de disponibilités techniques et d’interaction aussi avec les gens. C’est aussi parce que personnellement j’ai un profil donc par facilité et vu le temps que j’ai pour les réseaux sociaux, j’ai choisi le profil. V.L : Pourquoi n’y a t’il pas de lien entre vos réseaux sociaux et votre site Internet ? L : Je m’en suis rendu compte. C’était dans notre cahier des charges, on devait le mettre en page d’accueil mais c’est un oubli du prestataire et de notre part aussi du coup car on ne l’a pas relancé là-dessus. V.L : Quelle est votre opinion à propos de tous ces nouveaux dispositifs de médiation numériques qu’on voit émerger dans les différents musées ? L : En règle générale, je trouve qu’on peut faire énormément de chose, des possibilités autres mais que ça ne remplace pas une médiation humaine. C’est un outil supplémentaire qui permet toute sorte de chose mais qui ne

TIC et institutions muséales

117

remplace pas la présence de médiateur dans les structures. C’est plus pour augmenter l’interactivité et avoir une image sur ce type de médias. Au niveau de médiation aussi, pour faire passer des contenus c’est vrai que c’est des dispositifs qui sont intéressants. (Coupure de téléphone) V.L : Est- ce que vous pensez que ces types d’outils numériques peuvent être un tremplin pour la participation des publics ? L : Oui, on l’a constaté aussi lors d’un voyage d’étude au Québec où c’est beaucoup plus développé et c’était une de leurs conclusions. Après le problème qui se pose à nous, petite structure, c’est le coût de ces outils et le travail qui ça implique en termes de ressources humaines. V.L : Et-ce que vous pensez que ces outils numériques peuvent améliorer les visites pour les publics en situation de handicap ? L : Oui, même si on n’est pas en capacité de mettre en place ce genre de dispositifs dans notre structure. V.L : Et pour les primo-visiteurs ? L : C’est vraiment très difficile à dire car pour nous, on va vraiment chercher le public là où il est, dans les écoles, donc un lien direct avec nos publics. Pour le Louvre, avec leurs nouvelles consoles de jeux, certainement ça fait venir des publics éloignés de la culture pour nous à notre échelle on est plutôt sur un lien direct avec les publics. V.L : Et pour les publics plus jeunes ? L : Je ne pense pas qu’une technologie fasse venir plus de publics. En tout cas, je ne vois pas pour le moment quelle technologie a le potentiel pour faire ça, que ce soit en termes de communication ou autres. Quand on met nos documents en ligne, ce n’est pas pour les faire venir car c’est très compliqué. Quand on fait des statistiques on constate qu’il y a pleins de facteurs qui rentrent en compte mais c’est vraiment pour leur donner accès à un contenu. On est là pour enrichir la connaissance et la transmettre. V.L : Merci

TIC et institutions muséales

118

Annexe 9
Entretien : Musée Rhéa (37 minutes, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle au sein de votre structure ? Madame S : Je suis la responsable du musée, également du service patrimoine qui vient de se créer parce que le pays qui gère le musée, vient de mutualiser les missions liées au développement territoriale dans le cadre du pays d’art et d’histoire et les missions dévolues à l’équipement musée. Je suis attaché de conservation du patrimoine. V.L : Y a t’il une équipe chargée du numérique dans votre structure ? S : Nous avons une personne chargée de la communication qui n’est pas sur le site mais qui fait parti du syndicat, le musée appartement à un syndicat de collectivité. Cette personne a un temps dévolue qui correspond à un mi-temps, sur la communication concernant le musée et le pays d’art et d’histoire. En fait, son travail est essentiellement basé sur l’édition, le suivi graphique, lien avec les prestataires et la presse de façon assez traditionnelle. De plus, elle travaille avec une secrétaire qui administre le site Internet, en sachant que c’est nous qui fournissons les contenus. V.L : En ce qui concerne les réseaux sociaux, vous m’aviez indiqué que vous n’étiez présent sur aucun, pourquoi ce choix ? S : Ce n’est pas un choix de notre part. C’est à la fois un manque de temps car on n’aurait pas le temps de les animés et en même temps ce n’est pas une volonté de la collectivité, plutôt même frileuse sur le contrôle de son image et de ce qui se dit ou de ce qui circule. Au même titre que l’ensemble des documents produits qui sortent de la collectivité doit être vu par notre président. Donc vous imaginez bien que avec la dynamique d’un réseau social, ce n’est même pas la peine d’y penser. Ça voudrait dire une instance de validation immédiate à chaque réponse d’un blogueur, à chaque dialogue sur Facebook, à chaque commentaire. V.L : Donc aucune possibilité d’interactivité ? S : Non aucune. On est sur la mise à jour d’informations et la mise en ligne d’actualité mais pas sur un dialogue avec les internautes. V.L : Et vous pensez que c’est quelque chose qui serait faisable et favorable pour votre structure ? S : Je n’en ai aucune idée. Parce que vu le principe de réalité, sachant que ce n’est pas une volonté, ce n’est pas un « non » catégorique, mais ce n’est pas une volonté et une initiative de la collectivité et que nous n’avons pas les moyens humains pour remplir cette mission là. Du coup je ne m’avance pas sur cette question. V.L : En ce qui concerne vos dispositifs numériques, vous m’aviez indiqué la mise en place de bornes interactives et de points d’écoute sonore, pouvez-vous m’en dire plus ? S : Oui maintenant c’est présent, avec des extraits d’entretiens oraux qui sont réalisés auprès de citoyens dépositaires dans le cadre d’un travail de collecte de la mémoire. C’est une borne assez simple où on ne peut même pas sélectionner tel ou tel extrait, il n’y a aucun sommaire pour une sélection des extraits. V.L : Pourquoi ce choix, quelles ont été les limites ? S : Au moment où on a travaillé avec les scénographes sur un ensemble d’éléments de scénographie qui été revu, c’était un coup supplémentaire par rapport au montage de l’application donc ce n’est pas une option qui a été choisi. Nos scénographes n’ont pas mis cette option en avant.

TIC et institutions muséales

119

V.L : En ce qui concerne votre collecte de témoignage, c’est une réelle participation du public ? S : Oui V.L : Pensez-vous que des outils numériques peuvent être un tremplin pour la participation ? S : Oui, c’est pour ça, c’est contradictoire car il y a une volonté de mettre en avant sur le site des nouvelles technologies liées à l’image et au son avec des approches comme la modélisation, la réalité augmentée, etc., c’est des demandes de nos élus. Mais c’est des dispositifs très vite dissociés dans leurs esprits des outils Internet. C’est deux choses différentes, à la fois ils sont très frileux des réseaux sociaux et à la fois, ils sont volontaires, s’ils se le permettaient, pour mettre en place des technologies de communication différentes et de médiation autour des objets à travers des moyens technologiques dont je viens de parler. Il y a une frilosité à la non maîtrise de l’information. V.L : Est-ce que vous pensez que ces outils peuvent amener des publics différents que votre public actuel? S : Je ne suis pas certaine. Je pense que c’est une diversification de l’offre et je pense que c’est plutôt sur la résonnance dans la tête des gens d’un lieu plutôt que le fait de mettre des nouveaux outils qui vont attirer un public dont on sait qu’il n’est pas du tout consommateur de musée du type les jeunes adolescents ou jeunes adultes. La politique de diversification des publics est d’un autre ressort que la mise en place de certains outils utilisés par certains types de public. Les « geeks » sont un pourcentage de la population qui est assez minime. Les fans et amateurs, c’est un autre petit pourcentage de la population qui n’est pas si important que ça. Certains sont consommateurs de musée d’autre pas et je ne suis pas certaine que ça soit du même ressort. V.L : Quelle est votre opinion sur tous ces nouveaux dispositifs de médiation numériques que l’on voit émerger dans les différents musées ? S : Moi je suis fan de la modélisation pour le type de patrimoine que l’on a qui est présenté en ligne. Aussi pour la plupart du temps pour les tableaux qui sont exposés sans qu’on puisse tourner autour, sans qu’on puisse rentrer dedans, sans qu’on puisse participer etc. Je trouve que les principes de modélisation qui sont testés dans différents musées principalement autour des techniques assez complexes permettent d’appréhender l’objet dans sa complexité, dans son histoire. Je trouve que ça peut répondre à des questionnements de visiteurs sur le « comment ça marche » que tout un tas d’autres aspects. La modélisation est très intéressante en termes de recherche, considération du matériel ancien, et également par rapport à la spatialisation que ça génère, d’objets qui sont statiques dans le musée mais qui étaient en mouvement dans leur environnement. C’est un dispositif que j’ai vraiment envie de mettre en œuvre dans le musée. V.L : Et pour votre collecte de mémoire, un dispositif numérique in-situ pourrait être une solution ? S : Je pense qu’il est nécessaire d’avoir l’interface humaine. Je trouve que ça fait un peu gadget de laisser son témoignage comme sur un livre d’or et où on pourrait trouver tout et n’importe quoi. V.L : Donc si je comprends bien, vous souhaiteriez mettre en place des dispositifs de médiations numériques si les élus n’étaient, comme vous l’avez dit, aussi frileux ? S : Si c’est nous qui produisons les éléments et la connaissance, il n’y a pas de soucis. C’est vraiment les réseaux sociaux tels qui soient. S’il y a quelqu’un de la collectivité qui porte ou qui doit assumer la parole de la collectivité dans des échanges avec des internautes, ça c’est compliqué. C’est compliqué dans le cadre des collectivités locales, des droits et devoirs du fonctionnaire. Toutes les collectivités n’ont pas la même maturité pour utiliser les réseaux sociaux et tous autres dispositifs numériques. Nous, la collectivité n’est pas mature sur l’usage des réseaux sociaux et nous n’avons pas de moyen humain ni de perspective de développer ce type de compétence en interne. V.L : Avez-vous des éléments à ajouter sur votre vision du numérique dans les musées ?

TIC et institutions muséales

120

S : Je pense qu’il y a une antinomie, dans le sens où justement ce que l’on trouve au musée c’est de l’objet matière avec des problématiques de conservation et d’interprétation certes mais avant tout, et je pense que le numérique et l’usage de tous ces types de supports dématérialisent énormément, y compris le corps humain. Je ne suis pas antinumérique, je fais juste des constats. Je constate qu’on dématérialise énormément après avoir été très dans l’image et la bi-dimension maintenant on est plus dans l’image mais du côté d’une autre réalité qui pour moi n’est pas une réalité. Donc je pense qu’il y a une certaine antinomie et je me pose la question de la quête des publics à tout pris à partir du moment où les musées ont commencé à s’inquiéter des publics, ce qui est bien, du coup ça devient la course aux publics, à tous les publics. Je pense que c’est une tentative par le milieu des musées, qui sont pour 90% des cas à la traîne, et on ferait bien de se recentrer sur nos missions premières et on n’a pour le moment pas les moyens et pas les compétences de développer ce genre d’outils. Je fais le constat souvent que c’est racoleur, généralement un peu à la traîne et je trouve que ça participe rarement à apporter ce qu’un musée pourrait apporter autrement justement. Le numérique doit être utilisé pour apporter une valeur ajoutée aux objets, soit scientifique, soit en matière d’imaginaire et d’appropriation et de construction dans la tête des gens. La qualité d’un musée, ne doit pas reposer sur ses techniques de communication et il y a des choix qualitatif à faire dans les techniques de communications aussi. V.L : Merci.

TIC et institutions muséales

121

Annexe 10
Entretien : Musée Hestia (27 minutes, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous me présenter votre rôle au sein de la structure ? Madame L : Je suis l’intendante régisseur du musée et j’encadre l’équipe sur le site. Je m’occupe également de la partie administrative, des approvisionnements, je participe aussi à a programmation culturelle du musée et il m’arrive d’intervenir au niveau de l’inventaire des collections et de la conservation des collections. Je ne fais pas moi même de l’animation mais je participe à la programmation. Un rôle essentiellement d’encadrement et je suis aussi le relais entre nos supérieurs qui sont basés en ville et l’équipe qui est basé sur le site, les permanents et les contractuels. V.L : Est-ce que vous avez sur le site, une équipe chargée du numérique et du multimédia ? L : Non, on ne travaille pas sur cette partie là nous même. Pour ce qui est du multimédia et du numérique c’est le service communication du conseil général qui s’occupe du site Internet et des dispositifs numériques. V.L : En parlant des dispositifs numériques, pouvez-vous m’en dire plus sur l’objectif et la mise en place ? L : On a très peu de dispositifs numériques. C’est des écrans numériques avec de la vidéo. Rien d’exceptionnel. V.L : Vous m’aviez précisé dans le questionnaire que vous n’étiez pas présent sur les réseaux sociaux… L : En fait ça a changé. Depuis peu de temps, on a pris la décision, nous même sur le site de le faire. Voilà le musée est maintenant présent sur les réseaux sociaux. V.L : Sur quels réseaux sociaux ? Sur Facebook. V.L : Pourquoi ce choix ? L : On a choisi Facebook, car c’est le plus connu, avec le plus d’utilisateurs. On a choisit d’être sur les réseaux sociaux car beaucoup de nos partenaires le sont aussi et parce qu’on a un site Internet qui présente le musée de façon plus général, très institutionnel et on a des actualités qu’on voulait diffuser par ce biais là. Pour pouvoir être plus réactif. V.L : Vous avez créé une page ou un profil Facebook? L : On a créé les deux mais on est plus actif sur la page. V.L : Et quelles sont les retombées in-situ des visiteurs de ces dispositifs sur le Web ? L : Pour Facebook, on ne verra pas les retours de suite mais il y a quand même un peu d’interaction. Pour ce qui est du site Internet, on n’a pas vraiment la main. Déjà nous, le fait que ça soit géré en extérieur, on ne peut absolument pas savoir et nos collègues du service Communication apparemment ne peuvent pas obtenir le nombre de visiteurs sur le site. Je ne sais pas trop pour quelles raisons mais on n’a aucune connaissance du nombre de visiteurs sur le site Internet. Mais bon si vous jetez un coup d’œil sur notre site Internet, il est très figé et très triste. C’est pour ça que nous, on a décidé de partir sur les réseaux sociaux car on ne peut pas du tout agir sur ce site trop institutionnel. Le fournisseur a décidé en parti de garder la main et c’est très difficile de demander une modification. Ils ont très

TIC et institutions muséales

122

« chartré » et très formaté le site Internet c’est pour ca qu’il n’y a aucuns liens vers notre page Facebook. On ne peut même pas ajouter de lien vers nos partenaires, c’est un site qui poserait même quelques soucis. C’est quelque chose que l’on souhaiterait changer mais on n’a même pas la main dessus. V.L : Que pensez-vous des différents dispositifs de médiation numériques que l’on voit émerger dans les musées ? L : Pour nous on privilégie le contact et la médiation humaine, c’est-à-dire l’interactivité entre les visiteurs et le médiateur. On ne dit pas qu’on veut pas mais on ne veut pas que ça se substitue aux contacts humains. Pour certains musées, ca se prête très bien je pense mais bon ! V.L : Pensez-vous que ce type de dispositif amène de l’interactivité dans la médiation ? L : Comme je vous les dit, on privilégie le contact et d’après le retour de nos visiteurs, c’est pas forcement ce que eux recherchent, des dispositifs de médiation numériques. On a un public local qui recherche un passé récent avec un aspect très nostalgique et des publics qui recherchent l’aspect nature, environnement et une recherche de dépaysement au sein d’un milieu rural. Le numérique, l’informatique n’a pas forcement sa place ici. V.L : Lors que vous parlez de nostalgie et de recherche de passé récent, ne pensez-vous pas qu’à travers certains outils numériques cette recherche peut être un tremplin et devenir une source pour la participation des publics au musée ? L : Ils pourraient l’être certainement ; Après c’est à nous de déterminer leurs rôles. Pour le moment on en a pas mais on ne l’exclu pas. On doit vraiment réfléchir à ce qu’ils doivent être et ce qu’ils apporteraient. On ne peut pas se permettre de lancer des projets sans avoir fait des liens préalables entre les contenus, les propos et la technologie à choisir. Eventuellement, on peut aussi déterminer le public qu’on voudrait pour tel ou tel projet. Si c’est tout public, public enfant. Ca demande beaucoup de préparation avant et comme actuellement on n’a pas de Projet Scientifique Culturel (PSC) ! Dès qu’on abordera le PSC, je pense que l’on étudiera la question du numérique de tout façon. V.L : Vous êtes une structure publique, il n’y a pas de freins au changement concernant le numérique et les réseaux sociaux ? Pour Facebook, je ne suis pas certain qu’il le sache. On nous l’interdisait mais voilà on a décidé de le faire et on verra bien quand ils le sauront. Ca nous permettra d’aborder la question plus précisément. Pour nous c’est un outil qui nous paraît évident, performant et indispensable. V.L : Performant pour la communication et/ou pour de la médiation ? L : Pour la médiation pas forcément, essentiellement pour de la communication. Beaucoup plus informationnel que pour la médiation de contenus. En tout cas dans un premier temps, on verra par la suite ce qu’on en fera. Car pour le moment la conjoncture actuelle fait qu’on alimente Facebook en dehors des heures de notre travail. V.L : Quelle vision vous avez de la mise en place du numérique en général dans les institutions culturelles ? L : Ça correspond très bien à certains musées, musées des sciences et technologies par exemple. Après je ne sais pas si c’est forcement utile dans tous les types de musées. Pour certains musées c’est plus des gadgets. Du numérique, de l’interactif pour être un musée très moderne, ce n’est pas notre but, ce n‘est pas notre objectif d’être à la pointe de la technologie. Il faut que ca corresponde à la thématique et aux attentes des visiteurs Donc parfois, vaut mieux s’en passer que de faire du mauvais travail. Ce n’est pas une marque de qualité du travail que d’avoir des nouvelles technologies. Dans certains musées, on voit un grand décalage entre la technologie présente et les expositions qui sont présentées. V.L : Vous êtes entrain de soulever la question de la différence de discours sur le Web et de discours in-situ ?

TIC et institutions muséales

123

L : Effectivement mais je n’ai pas d’exemple, je dénonce personne. V.L : Avez-vous des informations à ajouter en ce qui concerne le numérique dans votre institution ? L : Comme on l’a évoqué tout au long de notre entretien, on axe vraiment notre médiation sur l’humain donc il faudrait que le numérique, l’interactif soit choisi et qu’on y travaille très précisément pour que ça apporte quelque chose au musée. Les premières actions qu’on ferait seraient je pense pour les scolaires avec un réseau de sites qui proposent des activités pédagogiques mais on le ferait pas de nous même. V.L : Sur votre site, j’ai vu que vous faisiez aussi de la collecte de données ? Oui notre responsable est ethnologue et fait des enregistrements audio et vidéo qui ne sont pour l’instant absolument pas diffusés, ça reste en Interne. Sur ce cas, je crois pas vous en avoir déjà parler mais on a fait l’acquisition d’un nouveau logiciel d’inventaire des collections où on pourra exporter ensuite soit sur des sites Internet, soit sur des bases comme la base Joconde du ministère de la Culture. Pour notre site Internet, comme il est maintenant ca ne serait pas possible mais ce programme nous permettrait de gérer un site et d’exporter et diffuser les collections sur Internet. Pour le moment notre site Internet est plus un frein et on espère par le biais de ce logiciel d’inventaire soit changer soit modifier le site Internet. On renvoie plus facilement les visiteurs sur le site Internet de l’office du tourisme de la région qui relaie mieux les informations que notre propre site Internet. V.L : Merci.

TIC et institutions muséales

124

Annexe 11
Entretien : Ecomusée Perséphone (1 heure, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle au sein de la structure ? Madame C : Je travaille depuis huit ans à l’écomusée Perséphone. J’ai été recruté par l’écomusée au service scientifique. L’écomusée a été créé dans un contexte d’éducation populaire issue d’une MJC dans les années 1970 et qui a développé un réseau de sites patrimoniaux autour de l’ethnologie dans la région. On travaille avec différents publics : un public de visiteurs qui découvrent le patrimoine de la région et avec un public constitué des habitants du territoire pour une programmation culturelle et un travail de collecte de la mémoire. En ce qui concerne mon poste, j’ai trois missions principales : l’ingénierie culturelle (80%), la gestion de la médiathèque et la gestion des collections pour les 20 % restant. V.L : Avez-vous une équipe chargée du numérique et du multimédia ? C : Non, c’est moi qui m’en occupe aussi, par contre je travaille aussi avec des chargés de mission. Je m’occupe de la coordination des travaux et malheureusement ça dépend des financements que l’on a ; on n’a pas de poste dédié à ces missions. Ca serait bien car depuis maintenant trois ans on a un gros projet avec la collecte de mémoire et à l’occasion de ce projet, on a eu la possibilité d’engager des chargés de missions pour créer la base et pour travailler sur de la numérisation de documents avec par exemple une association créée il y a un an, pour sauvegarder un fond audiovisuel d’une télé pirate qui était et est toujours réalisée par un citoyen. Il a des milliers d’heures d’enregistrements de film. Dans le cadre d’un projet européen, on a eu aussi des financements pour du matériel de numérisation et on a mis à disposition nos locaux avec un chargé de mission pour numériser ce fond audiovisuel. V.L : Sur le questionnaire, vous m’indiquiez trois sites Internet différents, pouvez-vous m’en parler ? C : Ceux sont les trois sites principaux de l’écomusée qui est une association. Perséphone c’est le site de l’ensemble de l’écomusée réalisé par une stagiaire en 2005, le site est un peu vieux. Il vise à informer nos visiteurs, plutôt touristique, sur nos offres. Les deux autres sites sont des sites récents, ouverts il y a un an dans le cadre de projet européen avec des financements plus importants, donc réalisés par des professionnels. Le site « Souvenir de région » est la base que l’on a créée pour réaliser la collecte de mémoire qu’on a effectué depuis trois ans et l’autre c’est plutôt pour présenter un de nos sites phares. A l’occasion du dernier appel à projet européen, on a refait complétement le site physique et le site Internet permet d’être un moyen de communication assez récent pour le présenter. V.L : En ce qui concerne les réseaux sociaux, vous m’aviez indiqué que vous étiez présent sur Facebook, pourquoi ce choix ? C : Oui mais très peu. On avait une chargée de communication et de programmation culturelle il y a un an mais depuis c’est beaucoup plus difficile pour l’alimentation des réseaux sociaux et du site Internet. Une collègue a repris derrière la chargée de communication mais elle le fait de temps en temps et je pense que ce n’est pas optimisé. Par exemple ma collègue a crée un profil Facebook en plus de la page et elle alimente maintenant plus que le profil, ce qui fait qu’il faut aller sur son profil pour avoir les informations. Sinon on utilise notre mailing list pour envoyer les informations sur nos activités qui sont nos principales sources de communication. Je pense qu’il faut un suivi et une pratique fréquente sur Facebook pour que ça fonctionne. V.L : Vous pensez que c’est bénéfique pour l’interactivité avec le public ?

TIC et institutions muséales

125

C : Sachant qu’on a un public sur les tranches d’âge 50-80 ou moins de 10 ans, on touche peu les publics qui ont ce type de pratique. En termes de communication, c’et le créneau qui est le plus concerner par les technologies et c’est celui qu’on touche le moins. V.L : Pouvez-vous me parler de vos dispositifs in-situ ? C : Mise à part les laboratoires audiovisuels de numérisation, on a mis en place des cadres numériques, des bornes RFID des QR-Codes donc des nouvelles technologies plus ou moins poussées sur nos différents sites. Les cadres numériques se sont des cadres dont on peut changer les contenus. J’ai souhaité travailler avec les cadres numériques pour une exposition de restitution du don de mémoire qui devait être une exposition qui permettait aux personnes qui participaient à la collecte mais aussi aux habitants de pouvoir prendre connaissance de photos d’archives, de contenus ethnologiques. Les cadres numériques étaient la technologie intéressante car notre exposition tourne sur nos seize communes adhérentes. Je peux adapter le contenu en fonction du lieu grâce aux cadres numériques. Il y a vraiment eu un lien préalable entre la technologie et les contenus à mettre en avant. L’ensemble de l’exposition est présenté dans les cadres. On utilise cette technologie sur d’autres sites : Par exemple pour l’exposition temporaire sur les objets de communication, c’est une partie bonus car ils ne font pas partie prenante de l’exposition vu que c’est une exposition sur des objets, c’est plutôt comme un petit bonus. Les QR-Codes sont aussi dans l’exposition sur les objets de communication. On s’était dit que ça pourrait être intéressant d’intégrer des QR-Code qui commencent à être présent un petit peu partout et que les gens commencent à avoir l’habitude de les utiliser. Le petit souci technique c’est qu’au sous-sol, la 3G ne passe pas donc il a fallu utiliser un amplificateur pour que les gens puissent utiliser les QR-Codes. Pour ce qui est des bornes RFID, c’est pas moi qui m’en suis occupé, c’est ma collègue qui est chef de projet sur làdessus. Ici toute la muséographie a été créée autour de cette visite interactive où le visiteur a une baguette magique avec une puce RFID qui permet d’accéder à des contenus dans des bornes. La baguette permet d’individualiser la visite suivant la langue, l’âge, etc. en déclenchant des contenus adaptés à sa personnalité. On propose trois langues : Anglais, Français et Italien et trois niveaux : Adultes, Enfants lecteurs et Enfants non-lecteurs. La baguette RFID permet aussi de tourner les pages des bornes et de répondre à des quizzs qui sont tout au long de la visite et la baguette comptabilise au fur et à mesure les réponses. V.L : Tous ces dispositifs font partis d’appel à projet européen ? C : Oui c’était dans le cadre d’un appel à projet européen en partenariat avec l’Italie. Les nouvelles technologies n’étaient pas une obligation mais le directeur a décidé de refaire le site et d’avoir une approche novatrice dans la visite pour susciter l’intérêt du visiteur. On voit aujourd’hui que les gens ont une pratique des nouvelles technologies et on souhaitait adapter nos moyens de restitution aux publics. C’est pour cela qu’on a adapter nos bases de données « Souvenir de Région » et les dispositifs interactifs sur l’autre site. V.L : Avez-vous encore de la médiation humaine dans cette exposition ? C : Oui, une grosse partie de notre clientèle vient sur des activités avec médiation humaine. On reçoit environ 40 000 visiteurs/an dont 30 000 visiteurs en groupe. Les visites en groupe ne viennent jamais en visite libre mais toujours sur des propositions de produit de médiation culturelle avec des guides acteurs. Ca reste très attractif pour notre public. V.L : Avez-vous eu des retours de la part des publics sur vos dispositifs numériques ? C : Sur la partie Souvenir de région, j’ai eu un peu près 20 000 visiteurs et on sait qu’elle est utilisée par découverte de « mot-clé » car elle est assez bien référencée sur les moteurs de recherche. J’ai plutôt des demandes externes à la région qui recherchaient des choses assez précises sur le patrimoine. Pour les personnes du territoire, c’est souvent des personnes qui ont reconnus leurs parents, leurs grands-parents et qui voudraient une copie des photos. Malheureusement je ne peux pas avoir de statistiques très détaillées sur la consultation. Pour les cadres et les installations muséographiques, les QR-Code ont été très peu utilisés, déjà pour les tester dans l’équipe, il y avait que deux personnes qui avaient un Smartphone.

TIC et institutions muséales

126

V.L : Pourquoi avoir utilisés des QR-Code si vous même étiez limités pour les tester et les mettre en place ? C : Parce que j’ai travaillé avec un scénographe qui travaille beaucoup en milieu urbain et qui a une approche un peu design et nouvelles technologies. Il m’a proposé d’intégrer ce dispositif à titre expérimental vu qu’on avait les moyens au titre de l’appel à projet européen. Autant les cadres numériques, ca me semblait intéressant en amenant une plus-value dans nos sites, autant les QR-Code c’est un peu trop tôt. Pour la RFID, c’est vraiment une des promesses de la visite, c’est une grosse partie de la visite et les gens semblent se l’approprier assez-bien. Quelques bugs au début mais c’est un peu les limites des nouvelles technologies : problèmes informatiques et évolution. Ca fait quinze ans qu’on travaille avec les nouvelles technologies qui deviennent au fur et à mesure obsolète mais ça a toujours intéressé mon directeur et en termes d’évolution on voit un peu les limites humaines, financières et matérielles. Malgré cela, c’est quand même nécessaire d’intégrer des TIC car l’effet sur les visiteurs et l’attractivité des sites compensent ces problèmes. Comme je vous l’ai dit ca ne remplace pas la médiation humaine car pour nous c’est encore une grosse partie de notre travail mais ca apporte une plus-value. V.L : Pensez-vous que tous les dispositifs que vous avez mis en place sont un tremplin pour la participation des publics ? C : Oui je pense qu’à termes ca peut faciliter leurs visiteurs à participer et à venir, c’est attractif. Après on n’est pas spécialiste de la communication mais les futurs générations de visiteurs du musée sont déjà très habitués à l’interactivité, aux nouvelles technologies. Beaucoup de grands musées ont déjà tous les moyens technologiques, bornes tactiles, réseaux sociaux, applications téléphones etc. Nous on n’a pas encore testé ce type de dispositif à part les QR-Code. Pour l’instant notre public n’est pas prêt mais ca va se développer rapidement et devenir usuel dans les musées V.L : Tous ces dispositifs vont améliorer l’interactivité et la participation des publics ? C : C’est un peu ce qu’on recherche aussi. Pour l’instant, les nouvelles technologies sont pour le moment passives pour le visiteur, il a accès aux informations mais c’est tout. A part le GPS dans un parcours où le visiteur maîtrise sa visite et les bornes RFID où il y a une partie Quizz qui leur permet un peu plus d’interactivité. Mais pour l’instant ça se limite à ça. Pour les baguettes RFID, les gens se l’approprient plutôt bien, même les enfants même s’ils ne voient pas forcement la technologie dedans, ils touchent avec la baguette. Après ça les amuse, ça les intéresse mais par rapport au coût initial… pour les quizz ca n’apportent pas plus qu’un écran tactile. C’est novateur mais ca n’apporte pas beaucoup plus sauf la personnalisation du profil de l’utilisateur de la baguette. Au début l’utilisation du RFID, avec les prestataires, on voyait cela comme une baguette magique qu’on pouvait faire agir à distance. On s’est aperçu qu’au final on devait être assez près du pupitre pour que la baguette fonctionne donc ça enlève un peu le côté magique. On doit donc réfléchir sur des améliorations mais les gens sont quand même contents. V.L : Si je résume, les technologies ont une place assez importante dans votre institution ? C : Oui, on essaie d’intégrer sur nos sites une entrée nouvelle technologie même si la médiation humaine a toujours été notre marque de fabrique et reste très présente. On va continuer dans ce sens pour l’intégration des TIC dans les années à venir car on travaille avec notre territoire et que les attentes des publics individuels changent, les publics groupe sont moins en attente de ce type de dispositif car il y a déjà ce côté convivial du médiateur. V.L : Autrement, j’ai vu que sur votre site Souvenir de région, vous aviez un onglet « contributeurs », c’est donc vraiment une participation des citoyens? C : Alors l’idée à la base, c’était que les gens puissent depuis chez eux, contribuer à notre base et récolter leurs témoignages et photos. Pour vous expliquer le processus : il y a un niveau commentaire, où les personnes peuvent commenter les fiches de la base de données après validation de ma part de la pertinence de la remarque. Le second niveau d’interaction est l’espace contributeur mais ça n’a pas du tout marché, une seule demande de contribution même pas aboutie, car le problème est soit que l’onglet n’est pas visible, soit la démarche est trop complexe. Il y a

TIC et institutions muséales

127

différentes étapes pour contribuer dans ce niveau : je reçois un mail m’indiquant qu’il y a une demande de contribution, la personne a donc rempli un formulaire. Ensuite je lui renvoie des codes pour qu’il puisse se connecter et là il remplit un autre formulaire où il peut envoyer son document. Le prestataire a voulu faire une base tout en un sans utiliser d’autres outils externalisés. On a beaucoup de connexion sur la base de données mais pas de contributions. V.L : Avez-vous des informations à ajouter concernant cette thématique des TIC dans les musées ? C : A titre personnel, je suis une grande consommatrice de ce type de dispositif puisque quand je visite des musées j’apprécie beaucoup qu’il y est des nouvelles technologies. Je ne suis pas totalement objective car je travaille dans le milieu muséale mais il ne faut pas que tout soit technologique, je préfère l’approche un peu plus variée, voir une muséographie assez chaleureuse sur le patrimoine local ou régional. Les gens apprécient toujours les reconstitutions d’intérieur, les beaux objets mais la nouvelle technologie va apporter le petit plus et va permettre de toucher des publics qui ne seraient pas venus sinon. Il peut y avoir deux approches complémentaires, le visiteur peut être consommateur, passif, grâce aux technologies et lui apporter un plus dans sa visite et il peut aussi être acteur et actif. Les nouvelles technologies remplacent un peu les manipulations que l’on voit maintenant depuis quelques années. V.L : Merci.

TIC et institutions muséales

128

Annexe 12
Entretien : Musée Cronos (55min, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle au sein de votre structure ? Monsieur S : Je suis responsable du service culturel. Je m’occupe de la programmation des événements du musée, des expositions, des ateliers pour les scolaires et je gère l’équipe de médiateur. V.L : Avez-vous une équipe chargée du numérique et du multimédia ? S : Il y a une chargée de communication et la partie communication numérique c’est plutôt moi qui m’en occupe car dans la structure, on part du principe que la communication numérique fait partie de la médiation. Pour moi le numérique c’est plus de la médiation que de la communication classique comme on a l’habitude de le faire. La communication classique sur le numérique, ça ne marche pas je pense. Il faut s’adapter et je trouve que c’est un bon moyen de faire de la médiation car on a un échange direct avec le public. V.L : Vous m’aviez indiqué que vous étiez présent sur Facebook, pourquoi ce choix ? S : On se sert de Facebook directement avec le public, on va annoncer les événements mais on va aussi donner des infos, montrer les coulisses, mettre des photos de la vie quotidienne du musée. On répond aux questions directement aux internautes. Il y a vraiment un échange qui se fait pour que les gens participent à la vie du musée de manière détournée On est aussi présent sur Twitter mais c’est un peu différent car il y a une surreprésentation des gens des médias donc j’utilise plus Twitter d’un point de vue des médias que du grand public car dans les « followers » que l’on a, il y a principalement des gens du métier ou des gens des médias donc ça va plus être sur le côté informations professionnelles, se tenir au courant des réseaux. Je trouve que c’est un meilleur moyen que les communiqués de presse pour toucher les journalistes. C’est pour se tenir au courant de ce que font les autres, de ce que nous ont fait mais plus d’un point de vue professionnelle. V.L : Vous avez tiré des bilans de ces initiatives ? S : Nos bilans c’est le concret, du direct. On a déjà eu des retours de presse liés à Twitter puis des initiatives ou on va se tenir au courant de ce qui se passe via Twitter comme l’expérience de « Muséomix» au mois d’octobre. Ici, Twitter on est pas en permanence dessus, c’est pas le media où on est le plus investi, on est plus investi sur Facebook. De plus sur Facebook, on est pas dans le quantitative mais sur du qualitatif, bien sûr on va l’utiliser lors d’un événement pour inviter les gens, il y a l’effet exponentiel où les informations sont partagées et qu’on peut ainsi toucher beaucoup de gens, très vite et à un coût quasi-nul donc ça c’est intéressant. Mais on ne fait pas du tout la course aux « fans » ou aux « followers » car on préfère être dans une démarche qualitative où c’est plus intéressant pour moi d’avoir des gens qui interagissent, qui partagent l’info, qui posent des questions plutôt que d’avoir des gens qui …. Le « fan » en soi pour nous ce n’est pas une bonne jauge. Ce n’est pas le nombre de fan qui va nous donner des chiffres intéressants. V.L : Et vous interroger les gens sur comment ils sont venus au musée ? S : On a un mode de billetterie qui interroge les visiteurs sur leur mode de connaissance donc on intègre quand il y a les réseaux sociaux dans les modes de connaissance mais ce n’est pas pour ça qu’on utilise les réseaux sociaux. Il y a pas mal de structures qui collectionnent les « fans » mais ça ne sert pas à grand chose si ces personnes ne sont pas actifs et souvent on n’a beaucoup de « fan » avec la notoriété mais qui ne va pas spécialement se transformer en visiteurs ou qui vont avoir appris des choses via cet outil là.

TIC et institutions muséales

129

V.L : Pouvez-vous me parler de la mise en place de projets numériques dans votre structure ? S : On n’a pas mal de projets ; on vient de sortir notre site mobile par exemple, qui permet aux gens d’avoir les visites mp3 directement sur Smartphone. Ca nous évite par la même occasion d’avoir un dispositif d’audioguide et ça nous évite d’avoir une médiation de ce type. On est un musée assez particulier et je n’ai pas envie d’avoir des dispositifs numériques partout. La valeur ajoutée justement c’est d’être au milieu de la nature. On ne délaisse pas la communication numérique mais on la laisse à la charge de l’utilisateur. Ceux sont les personnes avec leurs matériels qui vont pouvoir avoir les compléments numériques. On prête aussi aux personnes qui n’ont pas de matériel, des petits lecteurs MP3, pour ne pas faire de discrimination, mais on laisse les visiteurs autonomes par rapport à ça. On a aussi une tablette numérique qu’on a sorti le mois dernier qui permet aux personnes à mobilité réduite qui ont du mal à accéder aux maisons, de voir l’intérieur des maisons et d’avoir aussi des compléments multimédias pour la médiation. V.L : Le dispositif numérique améliore donc l’accessibilité dans votre site ? S : C’est à dire qu’on a une loi qui nous oblige à rendre les lieux accessibles à tous les visiteurs. On est un cas particulier puisque les lieux sont les collections du musée donc on ne peut pas les rendre accessible car ça serait en contradiction avec le fait que l’on doit conserver ces lieux en état. On est obligé de trouver une astuce pour trouver un palliatif et notre palliatif c’est de dire vous ne pouvez pas entrer dans une pièce mais vous pourrez quand même la voir avec la tablette tactile et avoir les informations de médiation qui vont avec. Ce n’est pas quelque chose qu’on donne à tout le monde mais uniquement aux personnes qui ont un problème d’accessibilité. Il y a donc une réelle réflexion entre le contenu à mettre en avant, les personnes destinataires et la technologie choisie. V.L : Comment c’est déroulé la mise en place du projet ? S : On a travaillé avec une boîte de prestataire qui nous a fait des panoramiques 360° de la plupart des lieux et le produit va être compléter l’année prochaine. On va intégrer en plus des éléments de médiation, soit audio, soit vidéo, soit textuel qui permet d’avoir une médiation complète avec cet outil là. Puis à termes, on va intégrer ces contenus sur le site Internet pour pouvoir donner libre accès à tout le monde car on considère que quelqu’un qui ne peut pas se déplacer au musée mais qui veut en savoir plus sur le musée à le droit d’avoir un accès à un contenu de médiation. On a toujours privilégié la visite réelle mais par contre ce n’est pas pour autant que ce n’est pas intéressant de faire de la médiation sur du public qui ne se déplace pas. On n’est pas que dans une logique de fréquentation car on est un musée et notre but est culturel et scientifique, bien sûr si le visiteur vient c’est encore mieux. Sur la polémique qu’il y a sur les photos dans les musées par exemple, on va être à l’antithèse des grands musées qui interdisent les photos. On va dire au contraire aux gens : « prenez en photos, partagez ! » Pour nous c’est une telle évidence et on applique cela aussi à nos contenus numériques. Pour moi, c’est une ineptie d’interdire la photo dans les musées si ce n’est de conservation mais bon en dehors de ça, on est face à des collections publiques et il n’y a pas de questions de droit d’auteurs sauf sur l’art contemporain donc interdire la photo, pour moi, c’est du business. C’est pareil sur les réseaux sociaux, on ne surveille pas ce qui est dit, ce qui est écrit, c’est un lieu d’échange. Si on commence à modérer, sauf pour les propos insultants, et enlever quand une personne n’a pas aimé la visite ; Si on commence à maîtriser la communication numérique de manière complète alors c’est plus vraiment de la médiation, on est plus dans un échange, on est dans quelque chose un peu « toc » et je pense que les personnes avec les réseaux sociaux cherchent tout sauf ça. Il ne faut pas être dans une communication classique par rapport à ça et c’est notamment moi en médiation qui va beaucoup utiliser le numérique plus qu’en communication. V.L : Il n’y a pas de freins par rapport aux élus en ce qui concerne votre présence sur les réseaux sociaux ? S : Les critiques qui sont exposées, on préfère en discuter avec les gens, ouvertement que d’occulter les critiques qu’on pourrait avoir. Donc non, on n’a pas eu de remarques par rapport à ça et de tout façon maintenant les municipalités et les institutions politiques se mettent à avoir ce mode de communication parce que sinon il y a ce qu’on appelle l’effet Streisand, plus on veut cacher l’information avec Internet plus l’information va prendre de l’ampleur et avoir l’effet inverse. Notre parti pris à nous est de discuter ouvertement et on n’a jamais eu de remarque

TIC et institutions muséales

130

des financeurs. Je ne sais même pas s’ils vont sur Facebook voir notre page. C’est quelque chose qui c’est mis en place de façon naturelle, sans discours institutionnel et c’est peut être pas le chemin que ça aurait pris si on avait fait de grande réunion pour savoir comment communiquer. Il y a une sorte de spontanéité qui s’est créée par rapport à ça. Peut être aussi du fait que moi j’utilise Facebook de manière personnelle et ça facilite le monde de communication. V.L : Quelle est votre opinion par rapport à tous ces nouveaux dispositifs de médiation numériques que l’on voit émerger dans les musées ? S : Alors pour moi le numérique c’est un outil et pas une fin en soi. Je ne suis pas personnellement fan des dispositifs in-situ parce que je trouve que ceux sont des installations qui coûtent chères, qui tombent souvent en panne et qui n’apportent pas forcement grand chose à la visite. Après ça dépend bien sûr, il y a des choses très intéressantes. Il y a beaucoup d’initiative, principalement sur les réseaux sociaux, où on va se libérer un peu de tout ça et il y a pas mal d’expériences émergentes qui sont assez intéressantes. Par exemple, « Demandez à un conservateur » qui a été lancé en Angleterre, où le visiteur pouvait poser sa question en direct au conservateur. Donc il y a des expériences très intéressantes au niveau de la médiation pour faire des choses complétement différentes. Après moi dans les dispositifs muséographiques des écomusées, je trouve que la particularité est justement de montrer un lieu de vie dans son contexte d’origine et je trouve que parfois les dispositifs numériques à l’intérieur des musées enlèvent un peu l’intérêt qu’on peut avoir de retrouver un lieu préservé. V.L : L’intérêt de dispositifs numériques dans les écomusées serait essentiellement pour la participation des visiteurs ? S : Exactement ! Et cette participation se fait plus facilement en ligne que sur place. Ici, on a une politique qui décide que la médiation se fait avec des gens et les visiteurs vont directement à la rencontre de ces médiateurs pour répondre à leurs questions. Ce n’est pas le seul mode de médiation mais c’est le principal. Je trouve ça toujours frustrant de se retrouver face à un écran, on est constamment face à un écran donc quand on vient ici au musée, c’est pas vraiment le but, on préfère l’expérience immergée en préservant le lieu de ces dispositifs là. Pour autant on va énormément utiliser les réseaux sociaux pour faire du participatif avec les visiteurs, les gens intéressés ou le réseau professionnel, c’est tout aussi intéressant. V.L : Vous réutilisez de manière concrète toutes ces données récoltées ? S : Non, c’est plus pour les visiteurs que pour nous, j’ai envie de dire. Moi ce qui m’intéresse c’est que les visiteurs trouvent leurs comptes. Moi ça m’intéresse d’un point de vue professionnel, au niveau des échanges de pratiques, mais parfois on a aussi des retours intéressants des visiteurs. C’est une sorte de livre d’or en direct sauf que là, on a l’avantage de pouvoir lui répondre sur Facebook et d’échanger avec les publics sur leur visite, etc. Je dirais même que c’est plus que ça car une information intéressante même d’un autre musée, on va pouvoir aussi la partager. C’est aussi l’occasion de communiquer, l’occasion de montrer des choses que les gens ne voient pas autrement. V.L : La question de l’élargissement des publics à travers les réseaux sociaux, vous en pensez quoi ? S : En fait, on a un public, ici, assez varié et j’ai été étonné de constater que tout le monde s’y est mis et il n’y a plus trop de barrière d’âge avec les réseaux sociaux. En plus, quand on a une page Facebook du musée, on n’est pas obligé d’être inscrit sur Facebook pour voir les informations. Il n’y a même pas cette barrière d’accès pour les personnes qui sont intellectuellement contre les réseaux sociaux et ils peuvent voir ce qu’on y fait. Ça casse la barrière d’âge même si le public est majoritairement plus jeune sur les réseaux sociaux mais ça nous intéresse car c’est la tranche d’âge qu’on aimerait voir plus dans les musées. Dans l’écomusée, il y a beaucoup de scolaire et de personnes « âgées » donc toucher la tranche d’âge 15-35 ans à travers les réseaux sociaux ça nous intéresse. Encore une fois, je répète que c’est un moyen pas une fin en soi. Si derrière, on n’a pas de contenu à proposer ce n’est pas intéressant. En plus communiquer en permanence, ça aurait un effet contre productif d’où la formule « entre savoir faire et le faire savoir, il faut trouver le juste milieu ». Si on sollicite trop les gens et qu’on les inonde de messages, d’invitation, etc., il y a saturation et ils arrêtent. Prenons l’exemple des invitations, pour ma part, j’envoie des

TIC et institutions muséales

131

invitations que sur les gros événements et de toute façon les personnes intéressées voient les informations qui passent. Pour les gros événements, c’est intéressant pour que l’information se transmette et se diffuse de personne en personne. Ce côté là aussi est intéressant, c’est pas un public captif que l’on a, c’est eux qui décide de venir s’abonner à la page où de relayer l’information. V.L : Que pensez-vous de la présence des écomusées et musées de société sur les réseaux sociaux ? S : Je trouve qu’il y a du boulot car des gens actifs, ça commence un petit peu mais il n’y en a pas tant que ça. Il y a encore beaucoup de structures qui ont du mal à communiquer de manière assez libre. C’est peut être lié à un statut, que les politiques ont peur de la communication de ce type où bien à une méconnaissance de la pratique. Twitter par exemple, si on ne connaît pas le mode de communication, on s’y perd vite et l’immédiateté est à double tranchant. Il y a aussi la réalité sur les écomusées, c’est parfois des toutes petites structures qui ont très peu de personnel et parfois ils ne sont pas du tout familiarisés avec ces outils. Pour l’instant je trouve que ces outils sont sous utilisés par les écomusées et musées de société y compris les grosses structures. Il y a pour beaucoup la peur que ce soit chronophage aussi je pense et je trouve que c’est pas du tout vrai ici, ça me prend environ quinze minutes par jour, c’est pas le bout du monde. Par rapport à l’efficacité que ça peut avoir, pour moi l’intérêt est évident. En plus le coût de dispositif en ligne est très restreint par rapport à une campagne de communication ou de presse, on s’y retrouve très vite en terme de temps et de coût. Je trouve que c’est passé à côté d’un moyen de médiation, de communication aussi, mais j’insiste sur le fait que pour moi c’est de médiation et que c’est passé à coté d’un outil fantastique. Je ne comprends vraiment pas les réticences et c’est se priver d’un moyen d’échanger avec les visiteurs et parfois les bonnes idées viennent de là. En tant qu’outil de travail aussi c’est intéressant ; quand on me propose une programmation je peux directement aller voir les pages professionnelles. Ensuite plusieurs personnes peuvent aussi s’en servir dans une même structure et c’est aussi un partage d’informations en interne et c’est une mauvaise idée de laisser cet outil entre les mains uniquement du service communication. C’est un outil bien plus vaste que ça. La question se pose aussi dans l’autre sens : Comment c’est possible de ne pas être sur les réseaux sociaux ? Et c’est dans ce sens là qu’il faut se poser la question. On a un media de notre temps à utiliser et ne pas l’utiliser, c’est passé à côté de pratique quotidienne de millions de personnes, je trouve ça étonnant. De toute façon les pratiques vont être obligées de rapidement changer et c’est aussi les pratiques qui vont faire changer les gens. V.L : Avez-vous des informations à ajouter ? S : On a aussi un blog mais c’est une formule qu’on va abandonner car le blog nous paraissait intéressant à un moment où les réseaux sociaux étaient beaucoup moins développés mais on se rend vite compte que les mises à jour de blog ça prend du temps et qu’il y a beaucoup moins d’instantanéité et donc il n’y a plus d’intérêt pour nous d’avoir un blog. En parlant du contrôle des informations sur les réseaux sociaux, c’est pas difficile à contrôler car c’est accessible à tout le monde que ce soit le directeur, le politique, il peut aller en permanence regarder ce qui s’y passe et que finalement c’est aussi ça qui va contrôler le réseau social. Finalement on a bien plus de chance d’avoir un mauvais article dans un journal que sur un réseau social. Mais bon il ne faut pas abandonner la communication classique et penser que tout le monde est sur Facebook. On continue de faire des flyers mais on limite au maximum les cartons d’invitations pour les expositions et on préfère les annoncer sur Facebook ou sur nos newsletter. Mais il ne faut pas passer à côté d’un outil qui paraît aujourd’hui en 2012, une évidence. V.L : Merci.

TIC et institutions muséales

132

Annexe 13
Entretien : Ecomusée Hécate (55 min, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Quel est votre rôle au sein de la structure ? Monsieur F : Je suis arrivé à l’écomusée Hécate il y a deux mois et je suis en charge de la communication et de la commercialisation de l’écomusée. La Communication correspond aux missions qui s’occupent des relations presses et gestion des médias et réseaux sociaux. Ainsi que de tout ce qui relève de l’édition et de la communication interne. La Commercialisation sont les rapports avec les partenaires et les prestataires V.L : Y’a t’il une équipe en charge du numérique et du multimédia ? F : Il n’y a pas d’équipe chargée du multimédia mais des missions données au service Communication. L’écomusée Hécate dépend par les financements du domaine régional. Si vous avez été voir le site Internet, il n’y a pas de site propre à l’écomusée mais une page du site du domaine régional est dédié à l’écomusée. Le site de l’écomusée est hébergé sur l’espace du site du domaine régional. Pour ma part, je gère en direct les agendas, l’actualisation des événements et la mise en ligne de document sur cette page. V.L : J’ai vu que vous avez une page dédié à l’écomusée sur Facebook… F : Exactement, on a un compte et une page Facebook. En ce moment nous sommes entrain de transférer toutes les informations du compte sur la page. V.L : Pourquoi ce choix de changement ? F : Tout simplement pour être dans la légalité de Facebook ; le compte est réservé à des personnes et les pages à des institutions. Donc pour ne pas se faire bloquer notre profil et perdre tous nos amis on procède à ce changement. (Téléphone qui sonne, interruption de l’entretien) V.L : Avez-vous mis en place des moyens de mesurer les retombées des internautes qui deviennent visiteurs in-situ ? F : On a les statistiques du site Internet. Pour ce qui est des réseaux sociaux, c’est assez compliqué de mesurer on va dire l’origine de nos visiteurs par tels ou tels medias. C’est assez compliqué car il ne faut pas le voir comme une solution unique mais comme, avec les dépliants, la radio, etc., un faisceau qui va irriguer les touristes ou les potentiels visiteurs. Leurs décisions vont se faire par le recoupement de toutes ces informations. C’est un ensemble de médias de communication qui va motiver le visiteur à venir. Les réseaux sociaux sont utilisés comme un moyen de communication supplémentaire de toucher des publics, pour diversifier l’offre d’accès et rayonner sur différents médias. Après il y a des gens qui vont chercher des informations sur le site Internet pour complémenter, on va dire, l’information qu’ils ont pu entendre à la radio ou autre. Faut voir sa comme une complémentarité. V.L : Est ce que vous avez beaucoup d’interactivité sur vos pages Facebook ou votre site Internet ? F : Non pas vraiment, le site Internet est un site, on va dire, très institutionnel, qui a vocation à de la communication purement informationnelle. Notre profil Facebook, c’est 5000 amis, notre page Facebook, c’est 2000 amis, c’est important. Effectivement ensuite dès qu’on a des événements, on va le mettre sur notre page et ensuite nos amis relaient l’information, il y a ce qu’on appelle un phénomène de rebond. V.L : Oui et ?

TIC et institutions muséales

133

F : On va développer une communication lié à l’événementiel à travers Facebook, voilà ce week-end c’es telle fête, après on peut avoir de la communication lié à des astuces, du conseil et là on peut créer de l’interactivité avec nos « amis ». Ensuite par rapport aux visiteurs, on n’invite pas les personnes qui visitent l’écomusée à nous rejoindre sur Facebook. V.L : Je n’ai pas vu de lien sur votre site Internet vers vos réseaux sociaux, pourquoi ce choix ? F : Effectivement, il n’y a pas de lien. Par contre on mentionne Facebook sur nos documents papier de communication, dépliant ou autres mais l’implication s’arrête là. On n’est pas dans une logique de conquête de Facebook. V.L : En termes de médiation, quelle est votre opinion à propos de tous ces nouveaux dispositifs de médiation numériques que l’on voit émerger dans les différents musées ? Ca ouvre, ça peut permettre au musée de toucher d’autres catégories de visiteurs. Ensuite ca permet surtout aux visiteurs d’avoir une nouvelle expérience de la visite du musée. C’est en ça que les nouvelles technologies sont intéressantes tout en sachant qu’aujourd’hui, on n’a pas attendu le numérique pour que le visiteur soit acteur. Il y a un tas de dispositif disponible dans le musée qui indique que le visiteur a participé à sa visite, a construit sa visite. Le numérique en fin de compte, prolonge ce principe là et ouvre de nouvelles portes maintenant, notamment avec la réalité augmentée. C’est une hypothèse intéressante, maintenant faut voir comment on peut la concrétiser, comment ce dispositif peut être accessible à tous les visiteurs, c’est des questions qui sont à résoudre. V.L : Pouvez-vous me parler de la genèse de vos projets numériques dans l’écomusée Hécate ? F : Étant ici depuis deux mois, ça va être dur de vous parlez de la genèse des projets. Mais en ce qui concerne la politique sur le numérique comme je vous l’ai expliqué on a une présence sur le Web avec un site Internet et un profil Facebook. Ensuite, sur le site même de l’écomusée, on est en ce moment même sur un projet d’itinérance numérique au sein du territoire du domaine régional qui se traduirait concrètement par l’utilisation de tablettes. Enfin, plutôt de création d’applications pour système Apple ou des applications sur le système Androïd pour faciliter l’itinérance sur le domaine naturel et bien sûr sur l’écomusée. Pour l’écomusée cela se traduira par des visites thématiques avec l’appui d’une application. V.L : Comment sont venus ces projets ? A la suite d’un appels à projets ? F : Je ne sais pas si ça s’inscrit dans un projet plus large qui inclurait d’autres territoires, d’autres domaines sur la France ou en Europe mais en tout cas c’est déjà un projet à l’échelle du domaine régional qui regroupe plusieurs communautés de communes et des pays qui sont intéressés par ce type de projet. On va dire que c’est un projet de développement territorial. V.L : Dans ce projet, y a t’il eu en amont une interrogation des citoyens de ce territoire ? F : Bon, on va dire que tout ce qui est parcours, parcours thématiques, c’est rédigé par des techniciens, par des chargés de mission que ce soit sur le domaine naturel, sur le Pays, sur les communes, voilà sur toutes les entités participantes. Pour la mise en forme des contenus, on fait appel à une agence spécialisée dans ce type de travaux. C’est un projet qui est en cours de réalisation mais il y a déjà eu des études, des propositions de parcours. Il y a des réunions qui se sont tenus à ce sujet là au mois de juin, il y en a une autre au mois de septembre pour finaliser et concrétiser déjà quelques parcours sur le territoire du parc naturel. V.L : Comment se déroulent la communication et la médiation en amont de ce dispositif ? Pour la participation du publics par exemple ? F : C’est un dossier que j’ai pris en cours et qui n’est pas, on va dire, dans mes dossiers prioritaires. Vous dire comment on en fait la communication est-ce qu’il y a eu la participation d’autres personnes, je ne vais pas pouvoir

TIC et institutions muséales

134

vous le dire car je vous dirais peut-être une bêtise. Je ne sais pas trop pour le moment mais bien sûr qu’ensuite il y aura une communication et des informations sur ces parcours du parc naturel avec un plan de communication. V.L : Est-ce que vous pensez que ces outils numériques peuvent être un tremplin pour la participation des visiteurs ? F : Oui, oui, ça peut avoir des vertus incitatives, notamment pour un public plus jeune et plus habitué à ce genre de technologie. Ça peut aussi amener une certaine interactivité avec notre visiteur. Après faut voir aussi si notre jeune public s’intéresse spontanément à un écomusée, je n’en suis pas sûr. On est quand même sur une catégorie de public qui est plutôt entre 40 et 60 ans. Dans un objectif de conquête d’une nouvelle clientèle, oui, mais ça peut être aussi un objectif de restauration d’une relation avec une nouvelle clientèle. Encore faut ‘il que cette clientèle s’intéresse à notre discours, à nos propos, à nos contenus. V.L : Vous êtes entrain d’insinuer que ce n’est pas parce qu’on introduit des nouvelles technologies que tout le monde viendra et que l’on va toucher tous les types de publics ? F : Effectivement, la nouvelle technologie en soi ne veut rien dire, la nouvelle technologie elle a un sens dans un contexte donné, elle a un sens si elle est portée par les conservateurs sur un territoire ou dans un musée. Là, elle a un sens car elle est mise en valeur, on y apporte du contenu, un propos, un discours mais en soi le numérique je ne pense pas qu’il suscite un intérêt spontané pour le public. C’est avant tout le contenu qui va les intéresser. V.L : Donc ne pas jouer que sur l’attractivité mais aussi penser en termes de médiation ? F : Tout à fait, je prend l’exemple du musée Ouranos pas du tout pour être critique mais pour être constructif et bienveillant. Je trouve que les technologies qui ont été mises en place dans ce musée ont été mal mises en place, ca manque terriblement de contenus. Il y a des outils qui existent mais qui ne mettent pas en valeur le contenu du musée et je trouve ça dommage. Introduire des nouvelles technologies sur l’écomusée c’est intéressant, c’est quelque chose qu’on va essayer de construire, après faut que ça reste dans nos propos en adéquation avec les valeurs que porte l’écomusée, avec le discours. On ne peut pas faire venir des gens et leur donner une tablette tactile sans qu’il y ait un lien avec le contenu de l’écomusée. C’est un outil pas une fin en soi, c’est vraiment un moyen complémentaire au contenu. Effectivement si ça se limite juste à un coté marketing, pour être à la page et faire parler de soi et que derrière ça n’apporte rien à la visite, rien aux visiteurs, je ne suis pas sur que ça soi très pérenne comme dispositifs. V.L : Que pensez-vous des financements externes des grandes marques ? F : Pour nous, le développement purement marketing, c’est hors de question ! On n’est pas dans cette optique là, on ne tient pas à avoir des financements de je ne sais qui, on est avant tout une mission de service publique, c’est quelque chose qu’on garde toujours en tête. On est avant tout un lieu de savoir, de transmission de savoir, d’éducation populaire et c’est notre mission envers notre public. On est là pour apporter un moment agréable, on est avant tout là pour l’instruire, l’éclairer sur le territoire. Un musée privé aura peut être un autre discours, nous, on est comme je le disais dans une mission de service publique, nos financements sont des financements publiques donc on a un certain devoir, des missions qui sont bien définies qui vont au delà de la muséographie. C’est aussi une institution d’un lieu de vie sur un territoire. Un musée privé n’aura pas la même réflexion par rapport à ça car ses financements sont différents et notamment par tout ce qui est sponsoring, ils n’auront pas le même regard. V.L : Comment voyez-vous à l’avenir, ce développement du numériques dans les écomusées et musées de société ? F : Ça va résumer ce qu’on s’est déjà dit pendant cet entretien. Oui, les écomusées et musées de société vont s’y mettre, certains s’y sont déjà mis. Pour ceux qui ne s’y sont pas déjà mis, je pense que c’est en cours. Ensuite c’est peut être pas quelque chose qui remplacera le fond muséographique, c’est un outil au service du discours, du propos, à moins d’être un musée sur les nouvelles technologies et le numérique. Evidemment que les visiteurs vont être au

TIC et institutions muséales

135

fur et à mesure de plus en plus demandeurs de ces outils. La plupart vont avoir un Smartphone et voudront s’en servir. Nous on a une contrainte, c’est qu’on est au cœur du domaine naturel et on n’a pas les mêmes accès au réseau que dans une grande ville. On a donc des soucis de connexion pour les applications pour Smartphone et il y a pour le moment des soucis techniques mais qui à l’avenir vont s’estomper. V.L : Et en ce qui concerne la participation des publics ? F : C’est un point intéressant car c’est de l’ordre du sociologique. C’est une démarche liée à une génération. Toutes les générations n’ont pas la même appropriation des outils numériques et notre catégorie de visiteurs entre 40 et 60 ans ne sont pas des férus des Smartphones et du numérique, il va en avoir quelques un mais c’est tout. Si on avait un public plus jeune, je pense qu’il y aurait plus d’interaction mais il ne faut pas être caricatural non plus. Nous sur notre page, on a 5000 amis avec des gens qui relaient l’information qui nous font des remarques, qui sont prêt à interagir avec nous. (Téléphone qui perturbe la conversation). F : Je souhaite que le numérique se développe tant que ça apporte une valeur au contenu et que l’interaction avec le territoire puisse être augmenté grâce à la technologie. Il y a un an j’ai testé des parcours thématiques sur Paris via Smartphone. J’étais très emballé au début mais je me suis rendu compte finalement que ça n’apportait pas grand chose de plus qu’un document papier. Tout ça pour dire que, comme je le disais, ça reste un outil et faut vraiment que ça soit très réfléchi, que le contenu soit réfléchi et que l’outil s’adapte à ce contenu et puissent apporter une information intéressante aux visiteurs. V.L : Que pensez-vous des avis en direct des visiteurs comme le « livetweet » ? F : Pour ma part, quand je visite un musée, je préfère me centrer sur les œuvres et me faire un avis à la fin. On est dans le monde de l’instantanéité, de la réaction mais je pense que la visite d’un écomusée appelle à une réflexion et d’une prise de recul par rapport à ce qu’on a vu et l’avis intervient plutôt à la fin. Moi je ne me vois pas « tweeter » pendant ma visite, ça serait plutôt à la fin pour prendre la visite dans sa globalité. L’interactivité est intéressante après si c’est de la réactivité, je ne voit pas vraiment l’intérêt. V.L : Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

TIC et institutions muséales

136

Annexe 14
Entretien : Musée Léto (35 minutes, entretien téléphonique) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle au sein de votre structure ? Madame B : Je suis conservatrice. Un poste assez classique, tout ce qui touche à la conservation, aux collections et par ailleurs je suis directeur adjoint et je supervise de manière générale tous les services de l’établissement. Il y a quatre services : un service administratif, un service des publics, un service promotion et un service exposition. La conservation comprend tout ce qui est restauration, la collecte, l’inventaire tout ce qui est traditionnellement le travail de ce secteur. V.L : Avez-vous une équipe chargée du numérique et du multimédia ? B : Une équipe c’est beaucoup dire. Pour les collections, il y a un service numérisation. Ensuite au niveau du service des publics, on a deux personnes responsables du multimédia et on a une personne du service promotion qui s’occupe du site Internet. Si on résume ça fait quatre-cinq personnes capables de gérer les TIC dans notre établissements. V.L : Est-ce que vous pouvez me parler des projets numériques dans votre établissement ? B : Je ne suis pas la mieux placé pour vous parler de ca. Je vous conseille de voir avec mes collègues qui reviendront de vacances après le 15 Août. Avant de 1999 à 2009, on avait un espace multimédia dans notre structure qui fonctionnait bien avec des formations au multimédia par contre cet espace a fermé car dans les écoles et dans les familles, ils sont maintenant équipés. Les TIC sont maintenant intégrées dans tous nos projets d’exposition, de médiation par rapport aux publics et ce n’est plus un espace à part. Dans notre exposition actuelle, il y a des bornes partout, des images numériques, des jeux, des quizz, c’est intégré maintenant dans nos pratiques courantes. De manière générale, dans tout ce qu’on fait, il y a la présence des TIC et cela ne justifie donc plus d’avoir un espace dédié au multimédia. V.L : Quelle est votre opinion par rapport à tous ces nouveaux dispositifs de médiation numériques que l’on voit émerger dans les différents musées ? B : Il y en a auxquels on résiste fortement comme les audioguides car on préfère de loin la médiation humaine et la médiation type manipulation ou bornes interactives que l’on contrôle soit même. On préfère de loin ça que tous ces guides de visite que l’on voit un petit peu partout. Dans l’exposition permanente que l’on est entrain de refaire, on met en place des maquettes animées, des bornes et autres dispositifs interactifs mais on ne prévoit pas du tout de dispositifs divers et variés d’aide à la visite comme on le voit dans les musées. On en veut pas c’est un choix. V.L : Avez-vous des retours des publics sur tous vos dispositifs numériques ? B : Oui, beaucoup ! C’est pour ça qu’on continue car ça fonctionne très bien et on a des très bons retours. On est très vigilant sur la qualité des bornes et à la manière de les rédiger, au graphisme, à la mise en page ; qu’une borne ne soit pas trop chargée, qu’il y ai une information pas dix mille. On a maintenant un petit savoir faire dans ce domaine pour que ce soit vraiment ludique, vraiment attractif et que ça ne soit pas un livre à lire. Ce sont des choses animées et on préfère de loin ces dispositifs là qui fonctionnent très bien. V.L : Vous avez effectué des enquêtes auprès de vos publics ? B : Non pas vraiment, c’est des enquêtes directes, en discutant avec les visiteurs, en les regardant faire, en observant l’utilisation qu’ils en font et quand j’ai le temps je vais les interviewés directement dans les salles et les retours sont excellents.

TIC et institutions muséales

137

V.L : Et vous utilisez ensuite ces données que vous récoltez informellement pour les futures expositions ? B : Oui absolument et il y a vraiment un lien entre les contenus et la technologie choisie. V.L : En parlant des contenus, est-ce qu’il y a la place à la participation des publics en amont ? B : On a mis en place un panel citoyens qui se réuni assez régulièrement, la dernière fois c’était pour la refonte de l’expo permanente et ce panel donne son avis sur ce qu’on met en place et qui est consulté régulièrement. V.L : Et pensez-vous que la mise en place d’outils numériques spécifiques peut être un tremplin à la participation des publics ? B : Bien sûr que oui, on en est convaincu et on le fait déjà depuis longtemps. On a mis en place notre site Internet en 1999 et parallèlement on a mis en place de l’interactivité en même temps dans notre exposition. Ces dispositifs servent vraiment à l’interactivité et à la participation des visiteurs. V.L : Sinon vous m’aviez indiqué dans le questionnaire que vous n’étiez pas présent sur les réseaux sociaux, pourquoi ce choix ? B : On a tenté, on a fait des petites choses mais le problème est que pendant un moment on avait une webmestre qui ne faisait que ça donc ça allait mais aujourd’hui on n’a plus les moyens, la personne qui s’occupe du site fait aussi autre chose et actuellement on n’a pas de temps à consacrer sur les réseaux sociaux mais on le ferait bien, on a tout pour le faire, c’est plutôt un manque de personnel, de moyen humain. On va le faire, c’est écrit noir sur blanc, c’est dans les tuyaux mais après faut aussi des moyens humains. V.L : Je vois que vous êtes une structure publique, il n’y a pas de freins de la part des élus pour votre présence sur les réseaux sociaux ? Non par vraiment, enfin je pense pas. C’est juste la création de poste qui pêche et là c’est une autre histoire. C’est le règne de la débrouille pour le moment mais on ne renonce pas à pouvoir faire quelque chose. V.L : Pensez-vous que des dispositifs de médiation numériques pourraient inciter des personnes peu habituées à fréquenter les musées ? B : Oui et c’est pour cela qu’on l’a fait au départ, c’était vraiment une volonté de toucher les publics adolescents et jeunes c’était notre première motivation ; aussi bien pour la création du site Internet que pour l’intégration des TIC dans le musée. Maintenant on a aussi des publics forcements âgés donc on ne renonce pas aux documents papiers. Pour la nouvelle exposition, tout ce qui va être dans les bornes interactives sera mis en double, en papier, dans des dispositifs de bancs de fiches traditionnelles pur les personnes qui ne se sont pas appropriées les nouvelles technologies. Pour un certain type de public, le numérique ne peut pas remplacer le papier et pour les publics jeunes, on ne fait plus de papier. Il y a les mêmes informations mais pour des publics différents, pour pouvoir toucher le plus de publics. V.L : Quelle est votre vision sur le numérique, sur la participation des publics ? B : Je pense que les musées ont une carte à jouer actuellement et doivent la jouer et s’ils ne le font pas ils risquent d’être en grande difficulté et de n’être plus que des réserves d’objets et vouer à une disparition plus ou moins rapide. Je pense qu’il faut qu’ils entrent dans l’ère numérique mais pas qu’avec le numérique, il y a aussi l’art contemporain, les questions sociétales actuelles, tout un ensemble de chose. Le numérique pour du numérique, ce n’est pas possible, c’est vraiment un ensemble de pratiques culturelles actuelles qu’il faut faire rentrer dans le musée. Le numérique est un outil et pas une fin en soi. Attention aux contenus véhiculés, il faut être très exigeant là-

TIC et institutions muséales

138

dessus et ne rien céder et ne pas résumer le message qu’on veut faire passer à deux phrases. Chaque musée à un contenu précis à faire passer et il faut être vraiment exigeant, sinon c’est un parc d’attraction et donc un autre type de loisirs. V.L : Merci.

TIC et institutions muséales

139

Annexe 15
Entretien avec : Musée Hélios (40 min, entretien en présentiel) Vincent Lissillour : Pouvez-vous m’expliquer votre rôle au sein de la structure ? Monsieur X : J’ai été recruté à l’origine sur un contrat de trois ans, où mon rôle était d’être chef de projet sur la production de programmes du musée qui étaient en cours de réalisation, de création. Je suis arrivé lorsque l’appel d’offre était lancé et j’ai participé aux choix des entreprises et j’ai servi d’interface entre ces entreprises et les conservateurs qui écrivaient les contenus. En gros ça voulait dire qu’il fallait à la fois des compétences de gestion de projet et aussi des connaissances dans le domaine technologique. Il fallait en même temps pouvoir être aussi à côté des conservateurs pour les aider à s’approprier ces techniques car ils ne les connaissaient en partie pas. On n’écrit pas pour un écran comme pour un ouvrage universitaire. Donc un gros travail pédagogique en interne auprès des conservateurs. Au bout de deux ans, lorsque le musée a ouvert aux publics, on m’a proposé de rester pour devenir responsable du secteur nouvelle technologie au musée. Maintenant mon rôle est de suivre la production des nouveaux programmes mais aussi conseiller les équipes en interne sur le type de dispositif le plus pertinent à mettre en place en fonction des contenus à mettre en avant. V L : Vous êtes seul à gérer ce secteur où il y a une équipe ? X : Pour le moment je suis tout seul mais on vient juste de recruter un personne qui va devenir chef de projet sur le projet recherche et développement qui est en cours. Elle sera chargée pendant trois ans de mener à bien ce projet car je n’ai pas le temps de m’en occuper. V.L : Quand vous êtes arrivé l’appel d’offre été déjà passé, mais est-ce que les technologies étaient choisies ? X : Oui, ils avaient une idée bien précise des technologies à intégrer. Les conservateurs ont eu l’intelligence de s’adjoindre très en amont d’un service d’assistance à maîtrise d’ouvrage multimédia qui a proposé des dispositifs en expliquant aux conservateur : « vous voulez raconter telle chose donc telle technologie serait la plus adaptée à ce discours ». Le musée s’est un peu écrit comme ça, au fur et à mesure, ce qui a même conduit à la création de mon poste car on leurs a conseillé de prendre un chef de projet pour pouvoir répondre aux mieux à leurs attentes. Les scénarios, l’emplacement des bornes, étaient déjà choisis avant mon arrivée après j’ai changé quelques petites choses, des évolutions avec le temps. V.L : Comment avez-vous présenté ces dispositifs au grand public? X : J’avais demandé au service Communication d’axer beaucoup ces propos sur ces dispositifs, de faire des volets nouvelles technologies, des revues de presse et ça a marché car on a eu un dossier de 6-8 pages dans le magazine « les technologies » qui n’est pourtant pas axé spécialement domaine culturel, pour raconter notre expérience numérique. On continue aujourd’hui à communiquer avec des conférences de presse. Par exemple : la numérisation d’une maquette qu’on a réalisé sur une période de deux fois trois semaines en présence du public. Ceci a permis aussi de montrer aux publics notre façon de travailler. On n’a maintenant une certaine réputation et je me déplace souvent partout en France dans des colloques ou autres pour présenter nos travaux. V.L : Qu’importe l’interactivité de tels dispositifs pour la médiation ? X : Ce n’est pas une question facile, ça demanderait quelques heures de développement. L’interactivité a mon avis à deux ressorts à la base. Elle a le ressort de rendre la personne actrice de sa visite pour intervenir sur sa visite et choisir quel type de visite elle fait, exactement comme quand on a deux portes d’entrée, on choisit celle par laquelle on veut entrer. Dans un dispositif interactif c’est la même chose, ça rend l’utilisateur, le visiteur, actif de ce qu’il fait. Ca ne veut pas dire qu’il faut faire de l’interactivité pour faire de l’interactivité mais faut que ce soit adapté à ce

TIC et institutions muséales

140

qu’on raconte. Dans nos bornes interactives, ca permet, aux publics, de régler la navigation en fonction du temps de lecture de chacun, ce qu’on ne peut pas faire dans un film. La notion d’errance est intéressante aussi dans tous ces dispositifs interactifs. Mais il existe aussi beaucoup de dispositifs numériques qui ne sont pas interactif mais qui sont tout aussi intéressant pour la médiation. V.L : Comment réagissent les conférenciers, les médiateurs face à ces dispositifs numériques ? X : Ils se les sont très vite appropriés, ils s’en servent comme démonstration pendant leurs visites et ils construisent et adaptent aussi leurs parcours en fonction des dispositifs présents. Les dispositifs vont parti intégrante de l’exposition. Je pense quand même qu’il y a toujours une méfiance car il y a l’idée qu’ils pourraient être remplacés. Prenons notre exemple, on a seize médiateurs à pleins temps, ce n’est pas un hasard mais c’est un corps de métier assez réticent aux changements, c’est humain. On a mis en place des audiophones pour les publics et le médiateur dispose d’un micro et lorsqu’il parle tout le monde l’entend. Au début, ils ont eu très peur car il y avait l’idée que les gens ne seront plus suspendus à leurs lèvres et qu’ils ne feront plus attention aux commentaires. On leur a expliqué que c’était l’atout même de l’audiophone car les gens pouvaient écouter les commentaires tout en faisant autre chose et que les médiateurs n’étaient pas obligés de tout le temps hausser la voix pour capter l’attention de tout le monde dans un groupe. En plus ça gênait les visiteurs individuels dans leur visite car ils entendaient le médiateur. Ils étaient donc très réticents au début mais ils se sont aperçus qu’ils avaient moins à crier et que les gens n’étaient pas moins attentifs. Une technologie on a le droit de s’en méfier au départ mais c’est finalement un bien pour tout le monde. V.L : Quels retours vous avez eu de la part des publics sur ces dispositifs de médiation numériques ? X : On n’a pas d’étude spécifique sur les dispositifs numériques car on part du principe qu’il est difficile de dissocier la visite et les dispositifs, c’est un ensemble qui constitue l’exposition. Par ailleurs, les gens pensent que c’est un plus, que c’est ludique, ça leurs permet d’acquérir des connaissances sans forcément s’en apercevoir et c’est tout l’intérêt de ce type de dispositifs. V.L : Pensent-vous que ce type de dispositifs de médiation numériques permet d’élargir les publics? X : Oui et non. On n’est pas un parc d’attraction et je ne pense pas que le public vienne plus parce qu’il y a du numérique. Le numérique pour le numérique, ça n’a pas d’intérêt. Nous ici le gros creux c’est les 18-35 ans et je pense que c’est une période de la vie où on est sur autre chose et qu’on est pas forcement intéressé par les musées. C’est pas parce qu’on va mettre des dispositifs impressionnants qu’on aura plus de monde car c’est pas pour ça qu’on vient au musée. C’est pour cette raison qu’on va au Futuroscope mais pas qu’on vient dans notre musée. En revanche, des personnes qui sont venus ici peuvent devenir prescriptrices, en disant, oui il y a des choses bien en termes nouvelles technologies mais on a surtout appris des choses avec. Le numérique n’est pas ce qui va être un déclencheur. V.L : C’est donc un autre moyen de médiation intégrer à la muséographie ? X : Oui c’est concevoir, c’est ce dire que tous les moyens sont bons pour raconter l’histoire qu’on a à raconter. A partir du moment où les outils numériques ou non nous servent à raconter notre histoire, ils ont toute légitimité à être là. On ne doit pas les mettre n’importe comment et on ne leurs fait pas dire n’importe quoi, surtout pour les dispositifs numériques. Cependant il faut qu’ils restent simples à utiliser par les publics et les médiateurs mais pour cela l’outil doit être entré dans les usages de tous. V.L : Vous m’avez indiqué que vous étiez présent sur Facebook ? Pourquoi ce choix ? X : Alors on est sur Facebook maintenant depuis quelques années pour pouvoir communiquer avec nos publics et autres et ainsi pouvoir créer une communauté. C’est pour le moment positif, après on manque de recul et de moyens techniques pour une analyse plus fine. V.L : Merci.

TIC et institutions muséales

141

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful