Justice a été faite

sujet et traitement: Tommaso Volpi traduction et dialogues: Joachim Olender

1

SEQ 1. INT – BANQUE - JOUR L'écran en noir et blanc d'une caméra de surveillance montre la scène d'un braquage effectué par trois personnes. Il n'y a pas de son. Un homme, ANTONIO MARRA, entre dans une banque, braquant un pistolet contre les employés et les quelques clients présents. Ils obéissent aux ordres et s'allongent par terre, les mains sur la nuque. Un temps. Les compères d’Antonio Marra entrent dans l’agence. L’un d’eux traîne un garde assermenté à l'intérieur, lui passant le bras autour du cou et lui braquant son pistolet contre la tempe. L'autre se dirige vers les caisses et disparaît des images du moniteur de surveillance. Le deuxième bandit met K.O. le garde avec la crosse du pistolet et court vers les caisses tandis que Antonio Marra maintient son pistolet braqué contre les gens. Une dame âgée a du mal à s'allonger et à ses côtés un homme, FERNANDO AMBROSI, fait mine de vouloir l'aider. Marra s'énerve et crie quelque chose. Ambrosi parle en direction de Marra; il semble essayer de le raisonner. Quelque chose à l’extérieur éveille l'attention de Marra qui tourne sa tête vers la sortie. Lorsqu’il se retourne vers Ambrosi, un coup de pistolet part. On voit le feu et pour la première fois on entend le son du pistolet. Fernando Ambrosi s'écroule sur le sol. Cut sur la même séquence mais cette fois le point de vue est plus rapproché. Les images, floues et agitées, sont en couleur et on entend le son. Marra, effrayé, s'enfuit avec ses compères pendant que quelqu'un secourt Fernando Ambrosi, agonisant. SEQ 2. INT - APPARTEMENT GIULIA - JOUR GIULIA AMBROSI, 35 ans, se réveille en sursaut. Elle sort de son lit, allume machinalement la télévision, passe la porte de la salle de bain et entre dans sa douche. La télévision transmet l'édition du JT du matin. Une journaliste campe devant le palais de Justice. LA JOURNALISTE ... Antonio Marra avait obtenu gain de cause lors du premier jugement dans le procès qui l’opposait à la fille de l’industriel, l’acte ayant été considéré comme «homicide involontaire par coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner». L’avocat de Fernando Ambrosi est allé en appel plaidant l’homicide volontaire. Vendredi se déroulera la dernière phase du procès... On voit Giulia (dans le JT) sortir du Palais aux côtés de son avocat. La journaliste essaie de lui arracher une déclaration, en vain. L'avocat s'arrête et accorde une déclaration froide et professionnelle. LA JOURNALISTE Pouvez-vous nous confirmer l’information selon laquelle Antonio Marra aurait demandé une deuxième fois de rencontrer Giulia Ambrosi pour lui demander pardon et que cela s’est soldé par un refus catégorique...

2

L’AVOCAT (sec) No comment... L’avocat se détourne de la caméra. SEQ 3. INT – PRISON – JOUR ANTONIO MARRA, 45 ans, a le visage bouleversé. Il se lave le visage dans le petit lavabo de la cellule. Il semble détruit par le remord. SEQ 3BIS. INT - PRISON - JOUR MARRA et son avocat se trouvent face à face. MARRA Alors? AVOCAT (désolé) Elle veut pas. Marra regarde par terre, affligé. SEQ 4. INT – HOPITAL – JOUR Giulia, habillée en blouse de chirurgien, prend un café avec ses collègues. Tandis que ceux-ci discutent de la pluie et du beau temps, Giulia semble absente. Dans le couloir de l’hôpital, entre un homme dans le coma allongé sur une civière conduite par deux infirmiers. L’un d’eux s’adresse à l’infirmière en chef. UN INFIRMIER Il a été renversé par une voiture. Il est blessé à la tête, il a perdu beaucoup de sang... En salle d'opération, Giulia opère. Noir. Giulia sort de la salle d’opération et marche dans les couloirs de l’hôpital. Elle s’arrête devant une porte battante, regarde un instant à travers la vitre la famille qui attend, puis pousse la porte. A travers la vitre, on aperçoit Giulia qui marche dans le couloir, l’air grave. Elle s'approche de la famille du patient pour annoncer la mauvaise nouvelle. Les visages suffisent à raconter la scène qui se déroule à distance, sans distinguer le moindre son. SEQ 5. INT – APPARTEMENT MERE GIULIA - NUIT 3

Giulia dîne avec sa mère et René l'homme de sa mère. LA MERE Tu le vois toujours ce François...? GIULIA C’est terminé... LA MERE Tu lui as fait peur c’est ça... GIULIA Maman s’il te plaît... LA MERE Et comment va le boulot? Un temps. LA MERE Encore un peu de purée? GIULIA Ce matin, j’ai opéré un homme qui avait été renversé par une voiture... LA MERE Et comment va-t-il? GIULIA Il est mort. Un temps. GIULIA Les gens qui roulent à 120 à l’heure en ville devraient être jugés comme des meurtriers... RENE Complètement d’accord. Idem pour Antonio Marra, comment peut-on considérer un tel acte comme involontaire? C’est répugnant... GIULIA Mêlez-vous de vos oignons. LA MERE Mais c’est gentil Giulia... 4

GIULIA Très gentil oui très gentil. Giulia, irritée, se lève. GIULIA Merci pour le bon repas... Giulia prend sa veste et s’en va. SEQ 6. INT – PALAIS DE JUSTICE – JOUR Le magistrat prononce son jugement. LE MAGISTRAT Le tribunal a jugé Antonio Daniele Marra coupable d’homicide volontaire et condamne l’accusé à vingt ans de réclusion. Marra se lève et s’adresse à Giulia. ANTONIO MARRA Laissez-moi vous parler! Je vous en prie! Je n’ai pas voulu tuer votre père... L’avocat de Giulia se retourne vers elle avec un petit sourire en coin. L’AVOCAT DE GIULIA Maintenant il veut qu’on le plaigne... Ne l’écoutez pas... Marra est emmené de force par les gardiens de la paix. Il se débat. ANTONIO MARRA Lâchez-moi! Lâchez-moi! SEQ 7. EXT – PALAIS DE JUSTICE – JOUR Giulia sort du palais de justice avec son avocat. Un journaliste s’approche d’elle, suivi d’un caméraman. LE JOURNALISTE Madame Ambrosi, pouvez-vous nous dire quelques mots à l’issue du procès? L’avocat se met légèrement en travers et répond à la question.

5

L’AVOCAT Nous sommes, ma cliente et moi, satisfaits du jugement. Madame Ambrosi va maintenant pouvoir prendre quelques jours de repos dans la villa de campagne de son père... SEQ 8. INT – CELLULE – JOUR Marra est jeté dans sa cellule. Il s’effondre sur son lit, abattu. SEQ 9. EXT/INT – ROUTE DE CAMPAGNE/VOITURE GIULIA - NUIT Giulia conduit sur une route de campagne en écoutant de la musique pop à la radio. La route déserte est éclairée par les phares de la voiture. Soudain, on entend un bruit sourd. La voiture percute quelque chose. Giulia freine. Un vélo, illuminé par les phares de la voiture, se trouve en travers de la route. Plus loin, près d’un arbre, un homme en tenue de cycliste gît immobile, à plate ventre. Giulia, les yeux grand ouverts, paralysée de peur, regarde la scène, les bras tendus et les mains crispées sur le volant. L’angoisse se lit sur son visage. Giulia sort lentement de la voiture et se dirige vers le cycliste. En s’approchant, Giulia ralentit son pas. Elle aperçoit une tache de sang éclaboussée sur le tronc de l’arbre. Elle pousse un petit cri. Giulia, terrifiée, met sa main devant sa bouche. Sous la tête de l’homme, à plat ventre, une mare de sang dense s’est formée. Elle s’approche encore plus, se penche sur le visage du cycliste.

GIULIA (chuchotant) Monsieur… A la vue du visage écrasé par l’impact contre l’arbre, Giulia recule brusquement et s’éloigne en courant vers la voiture. Giulia fouille dans son sac, sort son portable, tape un numéro mais dès qu’elle le compose, la batterie s’épuise. Giulia revient vers le cycliste, s’agenouille, lui touche le poignet, mais n’arrive pas à savoir s’il est mort. Elle pose donc un doigt sur la jugulaire. Après quelques secondes, elle réalise qu’il est mort. Elle ferme les yeux, se relève, commence à marcher mais trébuche sur quelque chose et tombe. Agitée, elle se relève et court vers la voiture. SEQ 10. EXT/INT – ROUTE DE CAMPAGNE/VOITURE GIULIA - NUIT Giulia met le contact et s’en va. Elle conduit à toute vitesse. SEQ 11. EXT – MAISON DE CAMPAGNE –NUIT Les phares de la voiture de Giulia éclairent la grille d’une maison de campagne. Le portail s’ouvre automatiquement et Giulia se gare dans le jardin. 6

Épuisée, elle appuie sa tête sur le volant. Un temps. SEQ 12. INT - MAISON DE CAMPAGNE –NUIT Giulia prend une douche en pleurant. SEQ 13. INT - MAISON DE CAMPAGNE –NUIT Sur son lit, appuyée contre le mur, Giulia fume une cigarette. Un temps. Elle l’écrase dans un cendrier. Elle met le cendrier sur la table de nuit à côté du lit, tire la couverture sur elle et éteint la lumière. Un temps. Elle la rallume, regardant dans le vide, hébétée. Elle respire à grande peine. SEQ 14. EXT/INT – ROUTE DE CAMPAGNE/VOITURE GIULIA - NUIT Giulia conduit tranquillement sur la même route qu’avant. Soudain, elle entend un bruit sourd. Giulia freine immédiatement, effrayée. Giulia marche vers le cycliste, étendu sous l’arbre. Elle s’agenouille, lui prend le visage en lui tenant la mâchoire et le tourne vers elle. Le cycliste a le visage de Marra, l’assassin de son père. Marra ouvre grand les yeux. ANTONIO MARRA Je ne voulais pas... SEQ 15. INT - MAISON DE CAMPAGNE –NUIT Giulia se réveille en sursaut (exactement comme dans la séquence 2). SEQ 16. EXT – MAISON DE CAMPAGNE / CHEMIN – JOUR Démaquillée, l’allure débraillée, Giulia sort de la maison. C’est le moment qui précède l'aube et la lumière ambiante a une couleur étrange, blême. Giulia marche avec difficulté, le visage défait. Un temps. Soudain elle s’écroule sur le sol. Noir. Un paysan tente de réveiller Giulia. LE PAYSAN Madame, madame... Giulia ouvre les yeux. 7

LE PAYSAN Ça va? Vous vous êtes fait mal...? Le paysan aide Giulia à se redresser. LE PAYSAN Comment vous sentez-vous? Je vais vous raccompagner... peut-être faut-il aller à l’hôpital... GIULIA Non... ça va... je vais rentrer chez moi... Giulia marche le long du chemin avec le paysan qui la soutient. Ils arrivent au bout du chemin.

LE PAYSAN Vous êtes sûre que ça va ? GIULIA Oui merci... SEQ 17. INT – MAISON DE CAMPAGNE – JOUR Giulia entre dans sa maison. Épuisée, elle s’allonge sur le canapé un instant puis se redresse d’un coup. Elle se lève, prend le téléphone et ouvre les pages jaunes. Elle tourne les pages rapidement et finit par trouver le numéro de la police. Elle souligne le numéro au crayon. Elle compose le numéro, la police répond. Giulia raccroche. SEQ 18. EXT – GARAGE MAISON DE CAMPAGNE/ROUTE – JOUR Giulia sort un scooter du garage. Elle roule sur la route déserte. A la vue des policiers, Giulia ralentit. Des barrières de police barrent la moitié de la route. Le cadavre n'est plus là. Plus loin, Giulia s’arrête sur la route et, sans se faire remarquer, prend une pierre et s'inflige une blessure sur la jambe. Elle saigne fort. SEQ 19. INT – VILLAGE/CAFE DE PROVINCE- JOUR Giulia arrive au village. Elle gare son scooter et entre dans un café. Le café est vide, excepté le barman et deux clients accoudés au bar. 8

GIULIA Bonjour, je cherche l’hôpital le plus proche... LE BARMAN Vous continuez à rouler sur la route principale dix kilomètres, puis vous verrez ce sera indiqué... Giulia remercie, en sortant elle entend le barman qui dit: LE BARMAN (aux clients) Le pauvre Toni, c’est là qu’ils l’ont emmené... SEQ 20. EXT – ROUTE DE PROVINCE - JOUR Giulia conduit à toute vitesse vers l'hôpital. SEQ 21. INT – HOPITAL DE PROVINCE - JOUR Elle entre dans l’hôpital et prend la direction indiquée des urgences. Giulia s’arrête devant une porte battante. A travers la fenêtre de celle-ci (cf. séquence 4), elle aperçoit dans le couloir une dame d’une cinquantaine d’années et son fils de 20 ans. La mère assise pleure silencieusement et le fils est debout, les yeux brillants de larmes, le regard rageur. Un médecin est en train de leur parler. Giulia regarde la scène, immobile. SEQ 22. EXT – ROUTE DE PROVINCE - JOUR Giulia sort de l'hôpital, s'assoit sur une pelouse d'un parc qui est juste en face et commence à pleurer. La blessure du genou est semi coagulée. Soudain, elle a une illumination. Elle se lève et monte sur le scooter. SEQ 23. EXT – COMMISSARIAT DE POLICE - JOUR Giulia gare son scooter et s’apprête à entrer dans le commissariat de police quand un policier qui en sort la reconnaît. LE POLICIER Salut Giulia, j’ai suivi l’affaire, félicitation pour la condamnation ! Il le méritait ce salaud... Giulia reste immobile, aucun mot ne sort de sa bouche. LE POLICIER Tu as l’air fatiguée...

9

Le policier baisse les yeux et aperçoit la jambe de Giulia en sang. Il fronce les sourcils. LE POLICIER Qu’est-ce que tu fais là? GIULIA On m’a volé mon portefeuille. FIN

1