P. 1
Mobilisation Des Resources Financieres Locales 2012

Mobilisation Des Resources Financieres Locales 2012

|Views: 23|Likes:

More info:

Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/27/2014

pdf

text

original

Les RFU de Parakou et de Cotonou réalisés

respectivement entre 1989 et 1991 et entre

1991 et 1994 ont accompagné les réformes des

administrations financières et les réformes fiscales

initiées avec l’appui du FMI.

Utilisation des méthodes simples pour des résultats
importants. Photo © ONU-Habitat/Malcolm Boorer, 2010

31

Collecter les données régulièrement pour s’assure que
l’information est mise à jour. Photo © ONU-Habitat/
Malcolm Boorer, 2010

La mise en place des recettes des impôts notamment

a été une opportunité très favorable pour la mise

en place dans le cadre des projets RFU de nouvelles

procédures d’édition de rôles de recouvrement fondés

sur l’adressage par rue et de nouvelles procédures de

suivi des recouvrements.

L’Ordonnance n°94-001 du 16 septembre 1994

portant loi de finances pour la gestion 1994 a mis

en place une réforme fiscale applicable à compter de

1er janvier 1995, qui instituait pour les seules villes

dotées du RFU (Parakou et Cotonou) deux nouvelles

taxes uniques: la Taxe Foncière Unique (TFU) et la

Taxe Professionnelle Unique (TPU). Ces dernières sont

assises sur des bases d’imposition (les valeurs locatives)

réelles et non plus administrativement comme c’était

le cas jusqu’alors.

LA TFU vient en remplacement des taxes locales sur le

foncier bâti et non bâti d’une part et des impôts d’Etat

sur les revenus locatifs (TIL: taxe immobilière sur les

loyers) et les revenus fonciers d’autre par. Elle est due

par le propriétaire. La base d’imposition est la valeur

locative réelle

La taxe professionnelle Unique se substitue aux

anciennes patentes et licences au niveau local et,

en dessous de certains seuils de chiffres d’affaire,

à l’ensemble des impôts d’Etat qui touchaient les

activités (BIC, BNC TVA, etc.). La base d’imposition est

la valeur locative professionnelle (y compris les moyens

de production)

La TPU et la TFU alimentent le budget des Collectivités

locales. Le taux de 13% de la base d’imposition,

avec retenue de 10% pour le coût administratif est

complété pour la TFU par un taux de 13% au profit

de l’Etat pour les biens loués et pour la TPU par un

taux de 13% au bénéfice de l’Etat pour les petites

entreprises (en dessous d’un seuil fixé par décret).

Pour la TFU et la TPU la valeur locative est appréciée

par l’administration et les contribuables sont donc

dispensés de déclaration.

La cartographie et les bases de données communales

du RFU apportent ainsi une contribution majeure

à la fois aux opérations fiscales des impôts locaux

mais aussi des impôts d’Etat, à l’identification et au

calcul de l’assiette fiscale et pour l’identification et la

localisation des contribuables.

1.4. LA GENÈSE DES RFU AU BÉNIN

Le RFU a été conçu à partir de 1989 et mis en œuvre

par le ‘Projet RFU’ localisé à la SERHAU-SEM dans le

cadre d’un projet d’appui à la gestion urbaine et à la

décentralisation.

Après la réalisation des schémas et plans directeurs

d’urbanisme des principales villes du Bénin qui avaient

nécessité une première cartographie des ilots urbains,

la priorité avait été donnée à la gestion urbaine et

municipale. L’accent a été mis sur le renforcement

01

32

des capacités de gestion urbaine des autorités

municipales, d’autant que celles-ci étaient confrontées

au phénomène, général à toutes les villes d’Afrique

sub-saharienne, d’urbanisation accélérée.

Il est apparu à la fin des années 1980 que la procédure

administrative dite de lotissement qui permettait

une ‘production foncière’ importante était un

élément favorable à la mise en place d’un système

d’informations foncières.

Ce processus de production foncière malgré ses

aspects informels et techniques souvent approximatifs,

permettait en effet, non seulement d’éviter un

développement anarchique de la ville comme en ont

connu hélas de nombreuses agglomérations dans le

monde, mais aussi:

• d’implanter un découpage parcellaire qui se

matérialisait au fur et à mesure de la mobilisation

de l’épargne des ménages au profit de l’investisse

ment foncier;

• de défnir des espaces publics, ménageant la

possibilité d’aménagements futurs

• de délivrer des ‘titres’ aux contours juridiques

certes incertains (permis d’habiter) mais reconnus

par les populations.

Dans ce contexte, à l’occasion de la conception du

premier RFU de Parakou, trois idées simples se sont

articulées:

• il était envisageable de créer une base de données

des Permis d’habiter (PH) avec la collaboration

du service des affaires domaniales, alors localisé à

la Préfecture,

• il était possible de cartographier l’ensemble du

05

SESSION

01CADRE GÉNÉRAL ET CONTEXTE

parcellaire en calant les plans de lotissement

disponibles sur les anciennes feuilles cadastrales,

qui ne couvraient avec précision qu’une partie de

l’ancien centre ville.

• il était possible de numériser les informations

fiscales littérales contenues dans les dossiers

(‘fiches vertes’) du Service des impôts en vue d’une

édition informatique des rôles et des avis d’impo-

sition.

Les premiers tests ont montré rapidement:

• que les ‘registres ‘(carnets à souche) des ph étaient

quasiment inexploitables et que la constitution

d’une base de données foncières nécessitait une

vérification de toutes les données et donc nécessi-

tait de réaliser une vaste enquête de terrain;

• que la cartographie du parcellaire nécessitait une

numérotation cohérente et unique des parcelles et

donc la conception d’un nouvel adressage des

parcelles;

• que les données fscales n’étaient pas exploitables

car ni localisées ni ‘adressées’.

Pour répondre à ces trois défis, un prototype de RFU a

été constitué à partir des trois éléments suivants:

1. un plan du parcellaire, sommaire voire ‘expédié’,

mais ‘adressé’ et couvrant toutes les zones

urbanisées ou en voie de l’être;

2. une vaste enquête de terrain décrivant chaque

parcelle permettant de créer du même coup

un fichier quasi exhaustif des parcelles perçues

comme support de référencement des ‘matières

imposables’ et des ‘contribuables’.

3. une première application informatique

débouchant sur l’édition de rôles numérisés des

impôts locaux.

33

01

Figure 1: Structure évolutive des projets RFU

34

Après Parakou qui peut être considéré comme un

prototype, l’expérimentation du RFU à Cotonou entre

1991 et 1994 a permis la mise au point détaillée des

procédures d’assiette et de recouvrement ainsi que les

procédures de mise à jour. Enfin en 1995 celles-ci ont

été adaptées à la réforme fiscale et appliquées pour le

RFU de Porto-Novo lancé la même année.

Depuis les projets RFU ont évolué dans plusieurs

directions, telles qu’elles avaient été envisagées (cf. fig.1:

structure évolutive du projet RFU) dès le lancement du

RFU de Parakou:

Le périmètre d’un projet RFU peut en effet connaitre

deux sortes d’évolution:

• un élargissement, en incluant de nouvelles

coposantes: fiscalité, foncier, gestion urbaine,

réseaux techniques, etc.

• un approfondissement, en incluant dans

chaque composante des applications de plus

en plus développées.

STRUCTURE EVOLUTIVE DU PROJET RFU

Périmètre de base du Projet RFU

Extensions du Projet RFU

PÉRIM

ÈTRE DU PROJET RFU

SYSTÈM

E D’ ADRESSAGE

ELARGISSEM

ENT DU

PROJET

Données urbaines

Données
Propriétaires/
contribuables

Données
Etablissements

Données BâHments

Données Parcelles

Fichiers urbains

Fichiers fiscaux

Fichiers fonciers

Cartes
thélaHques
/SIG

GesHon AssieJe
fiscale

Inventaire
foncier

Etudes
ProgrammaHon
invesHssements

GesHon du
recouvrement

GesHon
domaniale et
foncière

etc.

Réformes
fiscales

Réformes
foncières

Plan Parcellaire de base

Approfondissement du système

Autres données

Données
Equipements publics

Données Réseaux
techniques

etc.

Autres fichiers

etc.

35

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->