P. 1
L'Évangile est vraiment une bonne nouvelle !

L'Évangile est vraiment une bonne nouvelle !

5.0

|Views: 67|Likes:
Published by Donald Finnie
Visitez;la liberation des captifs
www.donaldfinnie.com
Visitez;la liberation des captifs
www.donaldfinnie.com

More info:

Published by: Donald Finnie on Jan 25, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as TXT, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/10/2014

Un message positif L'Évangile est vraiment une bonne nouvelle !

De nombreux chrétiens fondamentalistes et évangéliques sont convaincus que tous les êtres humains décédés qui n'ont pas confessé Christ avant de mourir, même ceux qui n'ont jamais entendu parler de Christ durant leur vie, sont en enfer en ce moment. Selon eux, ils seraient terriblement torturés dans une inimaginable agonie par le Dieu que ces mêmes chrétiens déclarent ironiquement compatissant, miséricordieux, aimant, et rempli de grâce. " Dieu vous aime ", certains d'entre nous, chrétiens, semblent dire, mais ensuite viennent les subtilités : " Si vous ne faites pas la prière de repentance avant de mourir, alors mon Seigneur et Sauveur miséricordieux vous torturera pour toujours. " Bonne nouvelle L'Évangile de Jésus-Christ est la bonne nouvelle. Elle demeure pour toujours la bonne nouvelle, la meilleure nouvelle imaginable pour absolument tout le monde et chaque situation. Elle n'est pas seulement une bonne nouvelle pour le peu d'entre eux qui sont venus à la connaissance de Christ avant de mourir dans la tragédie, mais c'est une bonne nouvelle pour toute la création, même pour tous ceux qui sont morts avant d'avoir jamais entendu parler de Christ. Jésus-Christ est le sacrifice expiatoire non seulement pour les péchés des chrétiens mais pour ceux du monde entier (1 Jean 2.2). Le créateur est aussi le rédempteur de sa création (Colossiens 1.15-20). Que les gens connaissent cette vérité avant leur mort n'est pas ce qui détermine si c'est la vérité. Cela dépend entièrement de Jésus-Christ, et non des actions ou réactions humaines de quelque sorte. Jésus a dit : " Oui, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu'ils aient la vie éternelle " (Jean 3.16). C'est Dieu qui a aimé le monde et Dieu qui a donné son Fils, et il l'a donné pour sauver ce qu'il aimait : le monde. Quiconque croit au Fils envoyé par Dieu entrera dans la vie éternelle, ou la vie à venir. Le verset ne dit rien à propos de la foi qui doit précéder la mort physique. En fait, il dit que les croyants ne périront pas, et, puisque même les croyants meurent, il est évident que " périr " et " mourir " ne signifient pas la même chose. La foi empêche les gens de périr, mais elle ne les empêche pas de mourir. La sorte de perdition dont Jésus parle ici, traduit du mot grec apoletai, est une mort spirituelle, et non physique. Ceux qui croient en Jésus ne connaîtront pas une telle fin, mais entreront plutôt dans la vie (zoe) éternelle (aeonion). Certains entrent dans la vie à venir, ou la vie du royaume, au cours de leur vie et de leur marche terrestres, mais dans tout ce grand plan, cela n'arrive qu'à une petite partie de ceux qui constituent le " monde " ou " kosmos " que Dieu aime tant qu'il a envoyé son Fils pour le sauver. Mais que penser du reste du monde ? Ce verset ne dit nullement que Dieu ne peut amener ou n'amènera pas à la foi certains de ceux qui meurent physiquement avant de croire. L'idée que la mort physique soit une barrière à la capacité de Dieu de sauver, ou à sa capacité d'amener une personne à la foi en Christ, est une interprétation

humaine ; la Bible n'affirme rien de tel. Elle nous dit que tous les hommes meurent et qu'ensuite vient le jugement (Hébreux 9.27). Mais rappelons-nous que leur juge, Dieu merci, n'est nul autre que Jésus, l'Agneau immolé de Dieu qui est mort pour leurs péchés, et cela fait toute la différence. Créateur et rédempteur Où va-t-on chercher cette notion que Dieu ne peut sauver que les vivants et non les morts ? N'a-t-il pas conquis la mort ? N'est-il pas ressuscité des morts ? Dieu ne déteste pas le monde ; il l'aime. Il n'a pas créé l'humanité pour l'enfer. Christ est venu sauver le monde, et non le condamner (Jean 3.17). Un enseignant chrétien a dit à sa classe d'école du dimanche le 16 septembre 2001, le premier dimanche après les attaques terroristes, que Dieu est autant parfait en haine que parfait en amour, ce qui explique pourquoi il y a un enfer aussi bien qu'un ciel. Il a continué à expliquer comment le dualisme (l'idée que le mal et le bien sont des forces égales et opposées dans l'univers) est une fausse doctrine. Mais réalise-t-il qu'il a énoncé un Dieu dualiste avec son explication de Dieu maintenant en tension la haine parfaite et l'amour parfait ? Dieu est absolument juste, et tous les pécheurs sont jugés , mais l'Évangile, la bonne nouvelle, nous fait entrer dans le mystère qu'en Christ, Dieu a pris le péché et son jugement sur lui-même par amour pour nous. Le jugement de Dieu est vraiment réel et horrible, et c'est précisément ce jugement hideux réservé pour les pécheurs que Jésus a porté à la place de l'humanité (2 Corinthiens 5.21 ; Matthieu 27.46 ; Galates 3.13). Tous les êtres humains sont sous la condamnation à cause du péché (Romains 6.23), mais le don gratuit de Dieu est la vie éternelle en Jésus-Christ (même verset). C'est pourquoi ce don est appelé la grâce. En Romains 5.15, Paul l'explique ainsi : " Mais il y a une différence entre la faute d'Adam et le don gratuit de Dieu ! En effet, si la faute d'un seul a eu pour conséquence la mort de beaucoup (ce mot beaucoup fait référence à tout le monde ; aucun être humain ne porte pas la culpabilité d'Adam), à bien plus forte raison la grâce de Dieu accordée gratuitement par un seul homme, Jésus-Christ, a surabondé pour beaucoup (le mot beaucoup encore, absolument tout le monde) " (Romains 5.15). Paul dit qu'aussi terrible que soit notre condamnation pour le péché, et elle est terrible , elle n'est rien comparée à la grâce et au don gratuit en Christ. En d'autres mots, la parole de réconciliation de Dieu en Christ est incroyablement supérieure à sa parole de condamnation en Adam, cette dernière étant complètement éclipsée par l'autre (" à bien plus forte raison "). Voilà pourquoi Paul peut dire en 2 Corinthiens 5.19 : " En effet, Dieu était en Christ, réconciliant les hommes (chaque être humain, tout le monde) avec lui-même, sans tenir compte de leurs fautes ". Alors, qu'en est-il donc de la famille et des amis de ceux qui meurent sans avoir professé leur foi en Christ ? L'Évangile leur offre-t-il un quelconque espoir et encouragement sur le sort de leurs bien-aimés décédés ? En effet, l'Évangile de Jean cite les paroles de Jésus : " Et moi, quand j'aurai été élevé au-dessus de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi " (Jean 12.32). La bonne nouvelle, c'est la vérité de l'Évangile. Jésus n'a pas déterminé un calendrier, mais il a déclaré qu'il attirerait tout le monde à lui, non seulement ceux qui le reconnaissent avant leur mort, mais absolument tout le monde. Ainsi, il n'est pas surprenant que Paul ait écrit aux chrétiens de la ville de Colosse qu'en Jésus-Christ, Dieu était satisfait de " réconcilier avec lui-même

l'univers tout entier ; ce qui est sur la terre et ce qui est au ciel, en instaurant la paix par le sang que son Fils a versé sur la croix " (Colossiens 1.20). Voilà une bonne nouvelle ! Et, comme Jésus l'a dit, c'est une bonne nouvelle pour le monde entier et non que pour quelques-uns. Paul voulait que ses lecteurs sachent que ce Jésus, ce Fils de Dieu ressuscité des morts, n'était pas seulement un quelconque chef captivant d'un nouveau concept religieux amélioré. Paul leur dit que Jésus n'est nul autre que le créateur et celui par qui subsiste toutes choses (v. 16,17), et encore plus, qu'il est le moyen de Dieu pour rétablir absolument tout ce qui a fait défaut dans le monde depuis le début de l'histoire (v. 20) ! En Christ, disait Paul, Dieu a agi une fois pour toutes pour réaliser toutes les promesses qu'il avait faites à Israël des promesses qu'il réaliserait un jour par pure grâce pour pardonner tous les péchés dans le monde et refaire toutes choses nouvelles (voir Actes 13.32,33 ; 3.20,21 ; Ésaïe 43.19 ; Apocalypse 21.5 ; Romains 8.19-21). Seulement pour les chrétiens " Mais le salut n'est que pour les chrétiens ", protestent les fondamentalistes. Oui, bien sûr, mais qui sont au juste les " chrétiens " ? Sont-ils seulement ceux qui répètent après nous la prière de repentance ? Ou ceux qui se font baptiser par immersion ? Ou encore ceux qui appartiennent à la " vraie " église ? Ou seulement ceux qui sont absous par un prêtre dûment ordonné ? Ou bien ceux qui ont cessé de pécher (Avez-vous arrêté de pécher ? Pas moi). Sont-ils seulement ceux qui reconnaissent le salut en Jésus avant de mourir ? Ou est-ce Jésus lui-même, celui dont les mains sont percées par les clous et à qui Dieu a donné tout jugement, qui décidera qui sera et ne sera pas inclus à la fin parmi ceux à qui il accordera miséricorde ? Et pour pousser un peu plus loin, Jésus, celui qui a conquis la mort et accorde la vie éternelle à qui il le désire, est-il celui qui décide quand il amènera une personne à la foi, ou nous, les défenseurs parfaitement sages de la vraie religion, faisons-nous cette détermination pour lui ? Chaque chrétien est devenu chrétien à un moment donné, c'est-à-dire qu'il a été amené à la foi par le Saint-Esprit. La supposition fondamentaliste semble suggérer, cependant, qu'il est impossible pour Dieu d'amener une personne à la foi après sa mort. Mais rappelons-nous que Jésus est celui qui ressuscite les morts, et il est celui qui est le sacrifice expiatoire, non seulement pour nos péchés, mais pour ceux du monde entier (1 Jean 2.2). Grand abîme " Mais qu'en est-il de la parabole de Lazare, certains argumenteront. Abraham a dit qu'un abîme séparait son côté de celui de l'homme riche " (voir Luc 16.19-31). Jésus n'a pas donné cette parabole comme un texte de référence sur la vie après la mort. Après tout, combien de chrétiens voudraient décrire le ciel comme " le sein d'Abraham " sans Jésus à l'horizon ? La parabole était un message aux membres de la classe juive privilégiée du premier siècle qui ont rejeté leur Messie, et non un portrait de la vie après la résurrection. Et avant même d'aller plus loin que Christ en avait l'intention, rappelez-vous ce que Paul a écrit en Romains 11.32. Dans cette parabole, n'oubliez pas que l'homme riche était toujours non repentant ; il se voyait encore comme supérieur à Lazare. Pour lui, Lazare n'était qu'un être destiné à satisfaire ses besoins personnels. Peut-être qu'il n'est pas déraisonnable de penser que l'incrédulité persistante de l'homme riche est ce qui gardait l'abîme en place, et non une quelconque nécessité cosmique arbitraire. Rappelez-vous que Jésus lui-même a construit un pont au-dessus de l'abîme autrement infranchissable de notre condition pécheresse à la réconciliation avec

Dieu. Jésus souligne ce point, celui de la parabole - que le salut ne vient que par la foi en son nom - lorsqu'il dit : " S'ils n'écoutent ni Moïse ni les prophètes, ils ne se laisseront pas davantage convaincre par un mort revenant à la vie ! " (Luc 16.31). Dieu cherche à sauver les gens et non à les torturer. Jésus est le Rédempteur, et que nous le croyions ou non, il excelle incroyablement à ce qu'il fait. Il est le Sauveur du monde (Jean 3.17) et non le Sauveur d'une fraction du monde. " Dieu a tant aimé le monde " (v. 16.), pas seulement 1 personne sur 1000. Les voies de Dieu sont plus élevées que les nôtres. Jésus nous dit : " Aimez vos ennemis " (Matthieu 5.43). Nous croyons sûrement qu'il aime ses propres ennemis. Ou croyons-nous que Jésus hait ses ennemis, alors qu'il nous demande d'aimer les nôtres, et que sa haine explique pourquoi il existe un enfer ? Un instant ! Jésus nous demande d'aimer nos ennemis précisément parce qu'il les aime. " Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ", a prié Jésus pour ses meurtriers (Luc 23.34). Miséricorde pour tous En Romains 11.32, Paul fait cette formidable affirmation : " Dieu a emprisonné tous les hommes dans la désobéissance afin de faire grâce à tous. " Et oui, les mots grecs signifient encore ici tous, non seulement quelques-uns, mais tous. Tous sont pécheurs, et en Christ tous reçoivent miséricorde, qu'ils le veuillent ou non, qu'ils l'acceptent ou non, qu'ils le reconnaissent avant leur mort ou non. Et que dire d'une telle déclaration quand Paul écrit au verset suivant : " Combien profondes sont les richesses de Dieu, sa sagesse et sa science ! Nul ne peut découvrir ses plans. Car, qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ? Qui lui a fait des dons pour devoir être payé de retour ? En effet, tout vient de lui, tout subsiste par lui et pour lui. À lui soit la gloire à jamais ! Amen " (v. 33-36). En fait, il semblerait que ses voies sont tellement insondables que bon nombre d'entre nous chrétiens ne pouvons franchement pas croire que l'Évangile puisse être si bon. Et certains semblent connaître tellement bien l'esprit de Dieu que nous présumons que tout le monde s'en va tout droit en enfer s'ils ne sont pas chrétiens avant de mourir. Mais le point de Paul est précisément que l'étendue incroyable de la miséricorde de Dieu nous dépasse tout simplement ; c'est un mystère révélé qu'en Christ. Dieu a fait quelque chose en Jésus-Christ dont personne ne se serait douté en un million d'années. Dans sa lettre aux chrétiens d'Éphèse, Paul dit que c'est ce que Dieu avait à l'esprit depuis le commencement (Éphésiens 1.9,10). C'était la raison principale de son appel à Abraham, de son choix d'Israël, de David, et des alliances (3.5,6). Dieu sauve même les étrangers (2.12), et les incrédules (Romains 5.6). Il attire vraiment tous les hommes à lui (Jean 12.32). Le Fils de Dieu est à l'œuvre dans l'histoire entière depuis le tout début, rachetant et réconciliant toutes choses à Dieu (Colossiens 1.15-20). La grâce de Dieu a sa propre logique, une logique qui semble souvent illogique aux gens d'un esprit religieux. Le seul chemin menant au salut En résumé, Jésus-Christ est le seul chemin menant au salut, et il attire absolument tous et chacun à lui, à sa manière, en son temps. Il serait utile de

réfléchir au fait que nous ne pouvons être en aucun endroit dans l'univers, sauf en Christ, était donné que Paul dit que tout de ce qui existe a été créé par lui et est soutenu par lui (Colossiens 1.15-17). Ceux qui finalement le rejettent le font malgré son amour ; ce n'est pas que Jésus les refuse (il ne les refuse pas ; il les aime, il est mort pour eux et leur a pardonné), mais ce sont eux qui le refusent. Des héros en enfer ? En écoutant des chrétiens prêcher sur la signification du 11 septembre 2001, je pensais aux pompiers et aux officiers de police héroïques qui ont sacrifié leur vie essayant de secourir des victimes de l'attaque sur le World Trade Center. Comment se fait-il que nous chrétiens pouvons appeler ces gens des héros et applaudir leur abnégation de soi d'une part, et d'autre part déclarer qu'à moins d'avoir confessé Christ avant d'avoir expiré, ils seront torturés en enfer ? L'Évangile déclare qu'il y a de l'espoir pour ceux qui sont morts dans le World Trade Center sans avoir encore confessé Christ. C'est le Seigneur ressuscité qu'ils rencontreront de l'autre côté de la mort, et il est le juge, celui dont les mains ont été percées, qui est éternellement prêt à embrasser et à recevoir toutes ses créatures qui viendront à lui. Il leur a pardonné avant même qu'ils naissent (Éphésiens 1.4 ; Romains 5.6,10). Cette partie est réglée, tout comme elle l'est pour nous qui croyons maintenant. Tout ce qu'il leur reste à faire désormais est de jeter leur couronne devant lui et de recevoir son don. Peut-être que certains ne le feront pas ; ils sont tellement engagés à s'aimer eux-mêmes et à détester les autres qu'ils verront le Seigneur ressuscité comme leur ennemi par excellence. C'est une honte, non bien plus, c'est un désastre aux proportions cosmiques, parce qu'il n'est pas leur ennemi par excellence. Il les aime de toute façon et il les rassemblerait dans ses bras comme une poule rassemble ses petits, si seulement ils le laissaient faire. Mais il n'est sans doute pas risqué de dire que, si vous croyez à des passages comme Romains 14.11 et Philippiens 2.10, de loin la plupart des gens qui sont morts dans cette attaque sauteraient dans les bras miséricordieux et indulgents de Jésus comme un chiot court vers la mère à l'heure du repas. Jésus sauve " Jésus sauve " est un autocollant et une affiche que bien des chrétiens mettent en vue ; et c'est vrai, Jésus sauve. Et il est l'auteur et le consommateur du salut, le commencement et le but de toute création, y compris tous ceux qui sont morts. Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde mais pour le sauver (Jean 3.16,17). Indépendamment de ce que certains disent, Dieu est venu pour sauver tout le monde (1 Timothée 2.4 ; 2 Pierre 3.9) et non que quelques-uns. Et vous l'aurez deviné, il n'abandonne jamais. Il ne cesse jamais d'aimer, d'être ce qu'il est, était et sera toujours pour l'humanité : leur créateur et leur rédempteur. Personne n'y échappe. Personne n'a été créé en vue d'être précipité en enfer. Si certains se retrouvent en enfer, ce petit coin sombre, insensé du royaume éternel, alors rien d'autre que leur propre refus obstiné de recevoir la grâce que Dieu leur offre les fera rester là. Ce ne sera nullement parce que Dieu les déteste, non il les aime, ou parce qu'il est vengeur, non il n'est pas vengeur. Mais ce sera parce qu'ils détestent le royaume de Dieu et refusent sa grâce, et parce que Dieu ne les laissera pas gaspiller le bonheur des autres. Message positif

L'Évangile est le message d'espoir pour absolument tout le monde. Les prédicateurs chrétiens n'ont pas à recourir aux menaces de l'enfer pour forcer les gens à se tourner vers Christ. Ils peuvent proclamer la vérité, la bonne nouvelle : " Dieu vous aime. Il n'est pas fâché contre vous. Jésus est mort parce que vous êtes un pécheur, et il vous aime tant qu'il vous a sauvé de tout ce qui vous détruit. Alors pourquoi continueriez-vous à vivre comme si ce monde dangereux, cruel, imprévisible et rancunier était tout ce que vous avez ? Pourquoi ne venez-vous pas et ne commencez-vous pas à expérimenter l'amour de Dieu et à jouir des bénédictions de son royaume ? Vous lui appartenez déjà. Il a déjà payé le prix pour vos péchés. Qu'attendez-vous ? Il changera vos lamentations en allégresse. Il vous donnera la paix du cœur comme vous ne l'avez jamais connue, une raison d'être et un but à votre vie. Il vous aidera à améliorer vos relations. Il vous accordera du repos. Faites-lui confiance. Il vous attend. " Ce message est tellement merveilleux qu'il jaillit de nous. Paul a écrit en Romains 5.10,11 : " Alors que nous étions ses ennemis, Dieu nous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils ; à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Mieux encore ; nous plaçons désormais notre fierté en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ qui nous a obtenu la réconciliation. " Parlez d'espérance ! Parlez de grâce ! Par la mort de Christ, Dieu réconcilie ses ennemis, et par la vie de Christ, il les sauve. Rien de surprenant à nous glorifier en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, car nous expérimentons déjà en lui ce que nous partageons aux autres. Ils n'ont pas à continuer à vivre comme s'ils n'avaient aucune place à la table de Dieu ; il les a déjà réconciliés avec lui, ils peuvent venir à la maison. Christ sauve les pécheurs. C'est réellement une bonne nouvelle. C'est la meilleure nouvelle que quelqu'un puisse entendre. uand les Américains se sont rassemblés dans les églises de toute la nation le 14 septembre 2001, un jour de deuil, ils sont venus entendre des paroles de consolation, d'encouragement et d'espoir. Toutefois, tentant d'apporter de l'espoir à une nation affligée, un certain nombre de dirigeants conservateurs chrétiens ont, à leur insu, proclamé un message qui a conduit au découragement, au désespoir et à la crainte ceux dont les bien-aimés ont péri dans les attaques terroristes sans avoir d'abord professé leur foi en Jésus-Christ.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->