LE NOUVEL ENTRAÎNEZ-VOUS

Anatole BLOOMFIELD Emmanuelle DAILL Alliance française

CLE
wwwcle-inter.com

INTERNATIONAL

TRANSCRIPTIONS I - GorrapnÉnerusnN oRALE
r. Comprendre annonces, instructions des des orales desdocumentaires et radiodiffusés
Document sonore no I page 8 (activités I à 4) Auditeurs et Auditrices de <point du four> boniour avecNathalie Jaquemin et Philippe Odiart Nathalie: Environ sept cents millions de touristes dans le monde I'année dernière,un milliard cinq cents millions prévus dans dix ou quinze ans, ces chiftes, ce sont les estimations effectuées I'OM! par l'Organisation mondiale du tourisme. Le tourisme, c'estdonc un secteuréconomique porteur, qui rapporte, qui compte dans l'économie de certainspays et surtout qui semblepromis à une croissancegarantie, n'est-cepas Philippe ? Philippe: Oui, tout à fait. En France, exemple,le par tourisme, c'est un secteurqui fait travailler directement ou indirectement près de deux millions personnes,mais c'est surtout un secteurqui peut créer jusqu à douze mille emplois directs ou indirects par an, choseà ne pas négliger quand on connaît la situation actuelledu marché de l'emploi en France,avec sesdix pour cent de la population active sansemploi. Et surtout ne l'oublions pas,la France,première destination touristique du monde, ça peut être entre soixante-quinze et quatre-vingts millions de touristespar an selon les années Nathalie: Il paraît en effet... que l'année dernière nous avonseu près de soixante-dix-septmillions de visiteurs,donc tout va très bien pour le tourisme en France... Philippe: Attention Nathalie! et c'estlà qu il ne faudrait pas s'endormir sur seslauriers, parce que justement le tourisme en Franceest confronté à certains problèmeset parce que justement le tourisme français est appeléà relever quelquesdéfis importants; Nathalie: Lesquels... ? Philippe: Iæ premier de cesdéfis étant bien de reconsidérerI'attractivité touristique de la France... vous venezde le dire... prèsde soixante-dix-sept millions de visiteurs... ça fait beaucoup...mais combien d'entre eux ne font que passer la France,du nord par au sud, sansy resterou en y restant trop peu de temps sanswaiment dépenserleur argent et en faire bénéficier véritablement l'économie locale et pour aller en fait en Espagne,au Portugal ou en Italie? Ça, c'est un premier dét pour le tourisme français,à savoir, comment faire pour allonger la durée du séjour de tous cesvisitews qui ne font que transiter par la France versd'autresdestinations... et bien srir lesfaire dépenserplus... ! Faut-ille rappeler...? [a France n'estqrjen troisièmeposition pour lesdépenses sestouristes, de derrièrelesÉ,tats-Unis derrièreI'Espagne. et Nathalie: Alors Philippe, comment faire... pour les faire rester plus longtemps chez nous, tous cesvisiteurs? Philippe: À la Maison de la France,où nous sornmes allésenquêter,Maison de la Francequi je le rappelle est le groupe d'intérêt économique chargéde promouvoir le tourisme en Franceà traversle monde, eh bien on nous a dit: il faut premièrement apprendre à mieux communiquer, mieux faire connaître le potentiel touristique de la France,c'est-à-diretransformer nos manièresde voir, considérerle patrimoine touristique de la Francecomme un véritable produit économiquedont il faut faire la publicité et qu il faut savoir présenter professionnellement à nos amis de l'étranger, bref, Nathalie, adopter une approche marketing et surtout considérer le tourisme comme une affaireéconomiquementsérieuse. Nathalie: Et pourquoi, ce n'est pas le cas actuellement? Philippe: eh bien, en effet il faut rappeler que pendant très longtemps on a eu un peu tendanceen France à dévaloriserles métiers du tourisme qui n étaientpasperçuscomme prestigieux... très longtemps on s'estcontenté de voir venir chez nous les touristessanstrop essayer comprendrepourquoi de ils venaient chez nous, sans trop essayerde comprendre pourquoi ils ne restaient pas plus longtemps sur place et surtout, sansfaire d'effiortspour rendre plus professionnellenotre manière de les accueillir. Nathalie: Alors, Philippe, le court séjour touristique: un marché plein d'avenir pour la France? Philippe: Absolument Nathalie, à condition de se donner les moyens de rendre plus attractif notre potentiel touristique, de diversifier I'offre des produits touristiques et bien strr, de rendre plus accueillante notre manière de receyoirnos visiteurs. Et ça,,., ça passeaussipar nos comportements, le mien, le vôtre, ceux de tout le monde et pas seulement celui des professionnels tourisme et pas du seulement non plus par la qualité des hôtels et d'autres structures d'accueil. Nathalie: Merci Philippe Odiart et à demain même heure sur <C TrèsBien-FM >. Philippe: À demain Nathalie. . Tr"anscriptions 3

OPALE I. COMPRÉHENSION Document sonore no 2page l0 (activités 5 à 9) Auditrices et auditeursde Radio FrancophoneInternationale bonjour, comme nous vous le disions en il analyses, titre de cejournal: d'aprèslespremières que la Commission d'évaluation du semblerait en comité international olympique ait adressé, ce lundi 6 juin 2005, sesmeilleures appréciationsà la candidature de la ville de Paris. C'esten effet cet après-midià 14 heuresque la Commission d'évaluation du CIO, comité international olympique, a rendu publiqueslesconclusionsfinales de son rapport sur les candidatures des cinq villes en compétition pour accueillir et organiserlesjeux Olyrnpiquesd'été de 2012:Londtes' Madrid, New York, Moscou et Paris. Si la compétition reste très ouverte entre les cinq villes candidates,puisque aucuneville ne peut s'estimervainqueur à I'avance, nul doute que la candidatureparisienne,jugée de favo<trèsgrandequalité>,aura su impressionner membresde la Commission d'évaluarablement les tion et marquer certains points à son avantage. Mais d'ici le 6 juillet 2005,dateoir serarendue à Singapour la décisionfinale d'attribution deslevx20l2, iu iorr.r" continue pour la dernière ligne droite' À Londres,le présidentde la candidaturea estiméque <les appréciationsde la commission d'évaluation étaientun superbetremplin pour aborderles30 der). niersjours de leur camPagne À Madrid, le maire était très confiant après la publication du rapport et déclarait:<Nous sommestotalementpersuadés que nous sommes en tête dans la course aux Jeux; notre candidature est jugée humaine, réalisableet tient compte des questionsd'environnement'' À New York, le maire adjoint de New York et fondateur du <New York City 2012> a déclatêque New York fait partie du peloton de tête et qu ils ont une grandechancede l'emporter à Singapoursi le projet A de construction de Grand Stadeest accepté' Mosqualifié le rapdu cou, le responsable dossierrussea port <d'ouvert,objectif et positif>. À Paris,le maire s'estcontenté de dire que la commission avait fait un excellenttravail et que rien n'était joué: <)e ne me permettrai pas,a-t-il dit au nom de toute l'équipe Paris2012,de commenter ce pour rapport autrementque par un immenserespect d'évale travail qui a étéaccomplipar la commission luation>; <Aujourd hui' a continué le mùe de Paris, nous prenons acteavecune certainefierté de ce rapport, nous le prenons comme un encouragement'> be fait, selon le rapport, le concept de <Village olympique > au cæur de la ville, l'égalité des ath4 o Transcriptions

lètesolympiques et paralympiques,la réflexion sur des les conséquences ]eux en terme de développement durable, la qualité destransports et le respect de l'environnement' auront été les points forts de Autre point d'apprécettecandidatureparisienne. et ciation non négligeable encourageant:le budget prévu, d'un montant de 2,65 milliards de comme <bien documentéet dollars,a étéconsidéré > réalisable Document sonore no 3 page l1 (activités l0 à f 3) Notre revue de presses'achèveet nous retrouvons maintenant Marlyse Doucet pour sa chronique du , Jour<j'vousdis c'quej'pense... Thomas : Boniour Marlyse. Marlyse : Bonjour Thomas. Thomas: Alors Marlyse,toujours fascinéepar l'histoire de ce pianiste que la police britannique n'est toujours pas parvenue à identifier? chersaudiMarlyse: Eh oui... ! Voussouvenez-vous trices et auditeurs de radio C Tiès Bien - FM, de ce fait divers complètementbizarre du pianiste non identifié, muet, amnésiqueretrouvé une nuit par la police sur une plage en Angleterre,habillé en tenue de concert... Impossiblede communiquer aveclui autrementqu'en le faisantjouer au piano pendant desheures... Ne trouvez-vouspas finalement que af[aire policière ne constitue pas en cettetrès sérieuse fait l'histoire la plus mystérieuseet la plus poétique y tous les éléments sont..'' de I'année: regardez, un le personnage: homme..., plutôt bel d'abord athlétique mais sans homme, la trentaine passée' au visageet à la coiffrrrede guerrier mais avec excès, de une expression douceur d'enfant,habillé en tenue Ensuitele décor..., une plagedéserte' de concert... cette fine pluie douce d'Anglela pluie, vous savez, qui s'installe de manière permanente dans le terre, Et paysage... puis I'ambiance:la nuit, le silence, rythmé par le bruit des vagues... Et pour finir' à nouveaucet homme, énigmatique'sansmémoire, sansparole,sansidentité..' sanspassé, un Il Vous lui parlez?. fait penser à un sauvage peu brut mais il vous répond avecle silencede sesmains dont il actionne délicatementles doigts avecla précision d'un spécialiste...Vous lui donnez un piano ? la magieprend place:c'estvous maintenant qui garcomme un bloc de pierre brute, et ce dezle silence, sont sesmains de pianiste virtuose qui semettent à parler pendant des heures,à courir sur le clavier et vous offuent,dans une pluie de notes incessantes tout le répertoire des grands romantiques.., fasI'artistevirtuose qui joue inlasciné(e),vous écoutez

I - COMPFEHENSION ORALE sablementet qui sculptele clavier,et vous vous surpfenezà imaginer les mains du sculpteurRodin sur le bloc de pierrebrute... Certains ont dit que tout celan'était qu'une simple affaire imaginée et organiséepar un simulateur, le prince des simulateurs...Un musicien clandestin, sansfamille, sanspapiers,originaire de I'Europe de I'Est et désirantémigrer à l'Ouest... Ou tout simplement un personnage intéressé, cherchantà devenir célèbre à revendreson histoirepour le cinéma? et Et si c'était ça en fait Iavérité? Ne croyez-vouspas alorsqu on pourrait lui pardonner parceqdil aurait inventé une merveilleusehistoire poétique qui a fait le tour du monde et nous a tous et toutes fait rêver quelquesinstants? Franchement, qu'en dites-vous chers auditrices et auditeurs.. . ? C'est pas du rêve tout ça? <Romancessansparoles> aurait pu dire Verlaine <Rêveriesdu promeneur solitaire> aurait répondu n ]ean-|acques... Enfin, j'vous dis c'quej'pense...), Moi, Marlyse... Thomas: Merci Marlyse et à demain. Marlyse: À demain Thomas... coordonner les actions des différents serviceset de mettre en action cettedémarche. effet,pour réusEn sir sur le marché,une sociétédoit faire en sorte gue partagentla mêmepréoccupation tous sesservices de bien servir le client... Extrait no 4: Reprenanttous les titres de son dernier album, le trio tsiganeTioïka se donne en spectacle concert à I'espacede la Villette et propose ses plus bellesmélodies.Avecun son nouveau,mêlant à la fois les traditionnels accents russes, hongrois et roumains aux rythmes envofitantsdu Brésil, le groupe vous entraîneradans la magie alchimique d'une musique riche de toutes sesorigines diverses et chaleureuses... Extrait n" 5: C'est une des dernières tendancesen matière de temps libre: les Françaiss'adonnent de plus en plus aux passe-temps créatifs et artistiques, qu il s'agisse bricolage,de peinture, de sculpture ou de autresactivitésmettant à contribution tout le plaisir et la satisfactionde faire un petit quelque chosede ses mains... Conséquences: constate on une explosion en plus ou moins sérieuses d'associations tous genres, qui vousproposentlescourslesplus adaptés ce que à vous souhaitezfaire et à votre niveau. Document sonoreno 5 page 13 (activités15 à 19) En France, c'estbien connu, une maison s'imagine vraiment que si elle est construite en dur, c'est-àdire en béton ou en pierre: c'est une question de culture et de tradition architecturale,c'estaussiune question de mentalité et de représentation.C'est pourquoi parler de construireou de sefaire une maidu son en bois, quand on estprofessionnel bâtiment ou client particulier,celane fait jamaistrès sérieuxet tout juste a-t-on le droit à un sourire poli et attendri, du genre: < Oh cettebrave personnequi encoreà son âge pense avecnostalgie aux cabanesde son enfance... De fait,dansle domainede la construc!> tion desmaisonsen bois, l'exceptionculturelle française est bien réelle puisque selon une étude du Comité national pour le développementdu bois, à peine 5 7o seulementdes maisons individuelles construitesen Franceen 2005ont étédesmaisonsen bois. Comparativement,ce pourcentageestde 30olo dans les pays d'Europe scandien Allemagne, 60 o/o et naveet plus de 90%o États-Unis au Canada... aux On le voit, même si on observeune augmentation d'environ l0o/o par an en moyenne du nombre de a maisonsen bois en France,et même si un sondage o/o ménagesfrançaisinterropu montrer que 18 des gésaccepteraient volontiers de vivre dans une rési. Tnanscniptions 5

des z. Comprendre conférences, exposés, des (éducationnels, professionnets) desdiscours
Document sonore no page 13 (activité 14) bioExtrait no l: La révolution que les découvertes logiquesde Louis Pasteuront entraînéea paradoxalement provoqué, dans I'inconscient collectif, une qui véritablepeur, une phobie desbactéries, du coup de les sont devenues responsables tous nos maux et presque toutes nos maladies.S'il est wai que d'un point de vue strictement sanitaire et médical, certaines de cesbactériesont été à I'origine des plus grandes maladies mortelles, faut-il cependant craindreque... Extrait n" 2:La francophonie tire son origine du parrage d'une languecommune: le français.Lespremières traces de cette langue remontent àl'an 842 avecles Sermentsde Strasbourg,rédigésen deux langues:le roman et le germanique.Il s'agit là en effet du tout premier document écrit en langue franle Né en çaise, roman plus précisément. au vtesiècle, roman estune nouvelle langue issuede la fusion du baslatin et du celtegermanique... Extrait no 3: IJesprit marketing ou mercatique en françaisacadémiquedoit absolumentsedévelopper Un d'une société. département danstous les services ou direction du marketing a donc pour fonction de

I. COMPRÉHENSION ORATE denceprincipale en bois, cetteprogressionrestediscrète et concernesurtout une clientèle haut de gamme ou des clients parfaitement renseignés et motivés et surtout pleinement convaincus de leur choix. Car le problème en Francedes maisons en bois demeure les fausses idées tenaceset une méconnaissanceculturelle de la construction bois. Ces fausses idées,les voici: <Les maisonsen bois sont fragiles et ne durent pas dans ie tempsr, <une maison en bois risque de brûrleret estdangereuse cas en ( d ' i n c e n d i e> ) , u n e m a i s o n e n b o i s c o û t e p l u s o chère ... Il estpar conséquent essentiel rappelerici lesquade lités et les caractéristiques naturelles du bois, car le bois fait l'objet de représentations erronées qu'il faut vraiment corriger... Tout d'abord, le bois résistenaturellement au feu et beaucoup mieux que tous les autres matériaux utilisésdanslesconstructionsditesen dur: le bois esten effet un excellentisolant thermique, en casd'incendie, le bois transmet 10 fois moins vite la chaleur que le béton armé et 250 fois moins vite que l'acier; conséquence structurebois gardesasouplesse une et ne connaîtpaslesmêmesproblèmesmajeursde dilatation que connaissentles structuresen béton armé ou métallique. Résultat: les risquesd'effondrement brutal et immédiat comme avecles structuresbéton et métallique sont inexistantscar une structure bois conserveratoujours plus longtemps sa capacitéde porter le bâtiment et n'éclaterapas sousI'effet de la dilatation par la chaleur.Tousles sapeurs-pompiers du monde le saventbien ainsi que les expertsdes assurances: bois en casd'incendie est un matéle riau sécuritaire.Par ailleurs,il faut le dire ici, le bois est un combustible lent, qui par une réaction chimique connue, secouvre d'une fine couchedure de carbone qui freine le feu et la combustion jusqu'à l'arrêter: c'est la raison pour laquelle nombre de portes pare-feu sont en bois. Enfin, contrairement à ce qu'on croit, la combustion du bois ne dégage aucune fumée toxique. Le seulpoint faible du bois, c'estqu il peut être attaqué par desinsectes:mais 1àaussi,ce risque devient nul si l'on prend soin d'effectuer un traitement initial approprié. Touslestraitementsdu bois existants sur le marché ont déjà fait la preuve de leur efûcacité depuis desannées, condition d'être effectués des à par professionnels, sanscompter que certainesvariétésde bois sont totalement et naturellementinattaauables par lesinsectes. B . Transcriotions Mais choisir de construire en bois ne revient simplement à faire le choix d'un matériau pl qu'un autre, Construire en bois, c'est aussi pour un mode de vie, et un mode de conso tion respectueuxde la nature, c'est faire un citoyen, marquer un engagementen faveur du développement durable. En effet,parce qu elle utilise un matériau écologique naturellement et rapidement renouvelable,la construction en bois contribue au développement la forêt, favorisela qualité de l'ende vironnement et permet de lutter contre le réchauffement global de la planète. Nous reviendrons sur cesdifférents points dans quelquesinstants. Document sonore no 6page 15 (activités Z0 à24) ... et maintenantnotre pageCulture avec Jean-François Vuillaume C'est une première à I'Académiefrançaise:l'écrivain, d'origine algérienne, aTima-Zohr Imalayène, F a plus connue sousson nom d'auteur d'AssiaDjebar, a été élue,hier jeudi 16juin 2005,à I'Académiefrançaiseau Fauteuil 5 de M. GeorgesVedel, décédéle 2l février 2002.C'est la premièrefois qu une personnalitéd'origine maghrébinefait son entréeparmi les 40 <immortels >, surnom donné aux membres de I'Académie, depuissacréationen 1635.C'estaussi la cinquième femme, sur les 708 personnalités de toute I'histoire de I'Académie,qui siégerasous la coupole après Marguerite Yourcenar en 1980,facqueline de Romilly en 1988,Hélène Carrère d'Encausse 1990et FlorenceDelay en 2000. en Ilélection de madameAssiaDjebar estd'abord interprétéecomme un hommageà la francophonie:Assia DjebaSdont l'æuvre littéraire est traduite dans une vingtaine de langueset comporte une dizaine de titres, fait partie de ces auteurs qui ont choisi la langue de Molière comme langue d'expressionlittéraire.LAcadémie sembleavoir aussidistinguéà traversAssiaDjebar son action pour la lutte en faveur des femmes de son pays.Assia Djebar a publié, en 1957,son premier roman La Soif.Mais c'estsurtout son recueil de nouvelles,Femmesd'Alger dans leur appartemen; en 1980, qui a contribué à la faire connaître. Certains critiques I'ont même qualifiée de <Françoise Sagan musulmanen. Personnalitéemblématique de l'émancipation des femmeset qui a souventsoulignéle rôle desfemmes algériennes dansla guerred'indépendance d'Algérie, AssiaDjebar est considéréecomme un classiquede la littérature algérienned'expressionfrançaise. C'est égalementune cinéastede talent: elle a notamment

I - GOMPRÉHENSION ORALE réaliséplusieurs longs métragescomme La Nouba des le femmesdu mont Chenoua,qui.aobtenu prix de la critique internationale à la biennale de Veniseen r979 Née à Cherchell,à I'ouest d'Alger, en 1936,Assia Djebar a eu comme tout premier professeur frande çais,son père,instituteur d'origine modestegrâceà qui elle a pu entrer à l'écolepublique.À 1l ans,en 1946,elTe s'estretrouvée la seuleélèvemusulmane du lycéefrançaisde Blida et, en 1955,elle estdevenuela première femme algérienneà être admise à l'École normale supérieure de Paris. Docteur es lettres de I'université de Montpelliet elle a enseignéà I'universitéde Rabat,à celled'Alger et elle travaille pour la radio et la pressealgériennes. 1997,elle a été En nommée à la Louisiana StateUniversity au poste de Distinguished Professoret de directrice du Centre d'étudesfrançaises francophonesde Louisiane,le et centre de recherchesfrancophones le plus important desuniversitésaméricaines. Elle s'estégalement fait connaîtredans d'autresuniversitésprestigieuses tellesque Yale,NewYork University et Harward. AssiaDjebar s'estdit ( contente> d'intégrer la prestigieuseinstitution (pour la reconnaissance, dit-elle, que cela implique pour la littérature francophone de tous les autres pals, I compris évidemment du Maghreb, mais ausside tous les pays africains>. La nouvelle académiciennea égalementexprimé son espoir que cette élection facilitera < en Algérie, au Maroc et en Tunisie, Ia traduction en arabede tous les auteurs francophones>. Document sonore no 7 page 16 (activités 25 à29) Patrick: Et nous retrouvons maintenant ÉliseMercié pour sarubrique mensuelle<Des entreprises sur la Toile>,avecaujourd'hui une entreprise comme pas lesautres, je ne me trompe pas,Élise... si Élise: Oui, tout à fait Patrick... ce mois-ci <Des entreprises la Toileu a choisi de s'intéresser une sur à entreprise française d'un genre différent puisqu'il s'agit en fait d'une ONG au statut d'associationloi 1901à but non lucratif et dont le site internet a particulièrement retenu notre attention. Élise: Chers auditrices et auditeurs de Radio Infos Francebonjour et bienvenueà notre rendez-vous mensuel<Des entreprises la Toile>, ce mois-ci, sur notre navigation sur la Toile nous a conduits à découvrir le site www.nomadrsi.org,n-o-m-a-d-r-s-I-.org le site de NomadRSI,RSI pour Recherche Souet tien International, une organisationnon gouvernementale, à caractèrenon commercial, et qui a pour vocation, pour mission pourrait-on dire, de sauvegarder,soutenir à traversle monde les médecines naturellestraditionnelles et ancestrales ainsi que de travailler à la préservationde I'environnement et de Ia biodiversitésur lesquels toutes cesmédecines traditionnelles sefondent. . . médecines traditionnelles souventmillénaires et qui risquent de disparaître face au développement global de la médecine modernede tlpe occidental...En fait, on peut dire que cette ONG, spécialisée dans la rechercheet le développement,travaille pour le respectet la cohabitation des différentes cultures médicales dans le monde... Une de sesspécificitésmajeures: elle défend une approche pluridisciplinaire des problèmeset intègre ainsi dans sesrecherches I'anthropologie,I'ethnologie,la pharmacologie, biochimie, la les sciences environnementales. NomadRSI a donc étê crééeen 1997par un jeune pharmacien français, Laurent Pordié, à son retour du Cambodge, où il était parti avecI'organisation humanitaire Médecinssansfrontières.Laurent Pordié consacre vie à desrecherches sa universitairesen anthropologieet en ethnopharmacologie. enseigne Il en tant qu'universitaire dans le Sud de la France,sa région d'origine, et vit dans l'État indien du Tamil Nadu qu'il a choisi comme lieu de résidence. premiers projets,c'estdansla région du Ladakh, Ses au Nord-Ouest de I'Inde, qu'il les organise avec NomadRSI,région où la médecine tibétaineancestrale estmenacéede disparition par les transformations politiques et sociales. effet,d'une part, la En médecine moderne de type occidental,encouragée par les autorités locales se développetrop lentement... d'autrepart, la médecine traditionnelle disparaît, quant à elle, progressivement,à causede bouleversements économiqueset sociaux.Conséquence:leshabitantsdu Ladakh risquent de ne plus pouvoir se soigner... Pour NomadRSI,il est donc fondamental de préserverlespratiques médicinales traditionnelles pour conserverun patrimoine culturel de l'humanité mais aussi,il estvital de les maint e n i r p o u r l a s a n t éd e c e ss o c i é t é so c a l e s :d e s l recherches ont d'ailleurs mis en évidenceque cette médecinetraditionnelle millénaire, en harmonie avecI'environnementnaturel local,parcequ'elleutilise notamment lesressources minéraleset végétales locales,esttrès souventmieux adaptéepour traiter les maladiesde cespopulations qui vivent dans la région de I'Himalaya indien. . Ïnanscniotions 7

OFALE I. COMPBÉHENSION 3. Comprendreune conversation entre [ocuteurs natifs Document sonore no 8 page 18 (activités 30 à32) A: Eh ben dis donc, tu en fais, une tête... il y a quelque chosequi va pas? ? B: Jet'en pose,moi, desquestions me le dis si c'estpasle moment de te A: Oh Ià... I tu parler...hein! B: Eh bien voila, tu vois, je te le dis; c'estpas le moment! A: Tiès bien... Tu vois, ce qui est bien avectoi, au c'est surprises: moins, c'estqu y a pasde mauvaises famaisle moment de te parler, on est toujours au calme,pas besoin de faire d'effort, on perd jamais son temps à parler pour ne rien dire... y a rien à dire I hein?... je me là, B: Tu me cherches tu me cherches, hein? trompe pas... tu me cherches A: Jete cherchepas,je te posejuste une question, je te demandejuste gentiment ce que tu as,et tu 1à, m'agresses, comme ça... de toute façon avectoi il y a pas à chercher:y a rien à trouver. t'as hein?Jepréviens, plutôt intéB: Tu continues... rêt à retirer ce que tu viensde dire, sinon..' ! tu A: Sinon,quoi? quoi encore? crois m'impressionner peut-être? Document sonore no 9 page 19 (activités 33 à 35) A: Bon alors moi ce que je propose c'est que dès un qtion arrive c'estqu'on fasse petit tour de ville, à pied, tranquille, comme ça, ça nous fera du bien après5 h40 de train, vous ne trouvezpas? et aprèson seposeun peu à la terrassed'un caféavant d'aller à la plageen fin d'après-midi... B: Oh oui, oui, oui, je trouve ça trèsbien, moi. C: Ie saispas,je suispastrès pour, moi. D: Pourquoi pas,ça mérite réflexion comme dirait I'autre ! B: Je suis d'accord,moi... ça me va tout à fait, et c'estvrai qdça fera du bien aprèstout cetempspassé dans Ie train, moi je commenceà en avoir un Peu marre.. . et puis la plage en fin d'après-midi' c'est quand même mieux qu'à I'heure du déjeuner en plein soleil,pasvrai ? D: Ça c'estbien vrrrrrai ç4, comme dirait l'autre I Non, mais... sansblague...Et commela gareesten centreville et qu il faut traverserle centreville pour rejoindre la plage à I'extérieur,je trouve que c'estle bon plan, surtout qu'après,quand on serainstallés près de la plage,on n'aura pas envie,à mon avis,de retourner en ville pour faire du tourisme culturel ! I . Tnanscriptions C: Peut-êtremais ce que vous oubliez c'estque Pour le moment on n'a nulle part oir dormir ce soir et demain et que tous les campings à proximité de la mer sont complets,les seulsoir il y a desplacessont à 7 kilomètresde la plage... vrai ça... B: Ah oui, ça c'est D: Ah ouais j'avais complètementoublié ce truc-là, moi... A: Moi j'ai un plan : on fait ce que j'ai dit et le soir quand la nuit tombe, on prend les sacsde couchage et on monte les tentes,on peut très bien se cacher dans la végétationprès de la mer ou derrière des rochers... ! ! C: Ça c'est ce qui s'appelledu camping sauvage avecla police desplagesqui patrouille la nuit, je vouen drais pas commencer mes vacances passantla nuit au commissariatet payerune amende:ce que je propose,moi, c'est que dès qu'on arrive, on aille d'abord à l'office du tourisme pour trouver un hébergementpour ce soir et demain,et aprèson verra... on pourra toujours visiter la ville, seprendre un café et aller à la plage,selon le temps qu il nous restera. B: Jecroisqu ellea raison... D: Ie suis d'accord avecelle,moi aussi. A: Ah lesfemmeset l'aventure...! Document sonore no 10 page 20 (activités 36 à 40) A : Alors, au fait, cette expo c'était chouette? B: Ouais,bof, pasgénial. A: Ah bon pourquoi, c'étaitpasintéressant? trucs pas mal, mais je sais B: Oui, y avaitquelques j'ai été déçuepar le cadreet du coup euh, j'ai pas, commej'auraispu. pasapprécié A: Comment ça <le cadre>? B: Ben, déjà tu payes9 euros à I'entrée,il y a pas de tarif étudiant, ni chômeur ni aucun autre d'ailleurs! |e comprendspasqu il y ait deslieux publics encore au si peu accessibles grand public! Alors, je fais quand même I'effort, jepaye 9 euros pensant que ça valait le coup et puis là grossedéception! présenA: Comment ça, t'as pas aimé les ceuvres tées? trop rien... B: Si,enfin,j'en sais A: |'ai eu de bons échosde I'expo,presquetous les journaux conseillent d'y aller, il paraît qu il y a certains tableaux qu'on a jamais l'u en Europe! mais il y B: Ouais,c'estvrai j'ai vu de belleschoses avait un monde dingue, des portablesqui n'arrêtaient pas de sonner et les gardiens qui faisaient comme si de rien n'était. ]e comprendspas: il y a des gens on dirait qu'ils viennent là pour passerle

I. COMPRÉHENSION OBALE temps,ils ont desdiscussions n'en plus finir... ça à gâche tout, moi j'ai besoinde calmepour bien apprécier une expo ! A: Sinon la présentation des æuvres était bien fichue ? B: Oui pas mal, il y avait une thématique par salle: <I'autoportrait métaphorique>, <I'autoportrait et la mort >.. . Et puis pas seulementde la peinture, mais aussides sculptures,des installations. A: Ah ça semble être un choix pertinent pour présenterdesæuvresd'époquestrès éloignées. B : Oui c'estwai encoreque là aussien parlant d'époquesils sesont plantéssur descartels: un copain qui a fait des études d'histoire de I'art m'a fait remarquer des erreurs flagrantesdans la datation de certainesæuvres,g€or€,heu, de Chirico se serait peint à l'âgede 10ansalorsque sur le tableauil en a 40 bien sonnés...et, ce n'estpasla seulecoquille! A: Carrémentl Là c'estabusé, c'estvraiment bjzarre tout ce que tu me raconteset je comprendsd'autant plus que tu sois énervéepar rapport au prix d'entrée I B: Ouais,j'ai même enviede faire un courrier ! A: Moi à ta placeje le ferais il faut faire remonter ce genred'infos ! Document sonore no Il page22 (activités 41 à 45) fournaliste: Bonjour et bienvenueà tous nos auditeurs de radio Interjeunes pour un débat consacré aujourd'hui à la discrimination positive dans les Grandes Écoles France...la questiondu jour: en Faut-il instaurer une discrimination positive à I'entrée desGrandesÉcoles pour plus d'égalitéet de justice? Pour débattre aujourd'hui dans notre studio M. Gérard Deloing, inspecteurgénéralde l'Éducation nationale à Versailles, Amélie, élèveen première annéeà I'École deshautesétudescommercialesautrement dit HEC, Bruno, élèveen troisième annéeà I'Institut d'étudespolitiques de Paris autrement dit Sciences-Po, enfin Malek, étudiant en deuxième et annéeégalementà Sciences-Po Paris. Pour commencer un premier appel de Sophie qui nous appellede Bordeaux Sophie,nous vous écoutons... Sophie: Oui je remercie radio Interjeunesde me donner la parole,je suis élèveen terminale S... ma questionest la suivante...moi j'ai un peu de mal à imaginer qu'une discrimination puisseêtre positive... pour moi quand on parle de discrimination c'estforcémentnégatif... alors pouvez-vous m'expliquer ce que vous entendezpar discrimination positive par rapport à I'entrée dans les Grandes Écoles merci. ? fournaliste: Gérard Deloing peut-être? GérardDeloing: Oui, la discrimination positive,ou encorevolontarisme républicain comme I'appellent certainsde nos politiciens,seprésente fait comme en une manière de rendre plus facilement accessible à une certainecatégorie d'etudiants, considérés comme défavorisésau départ, I'entrée dans nos établissements d'enseignementsupérieur sélectif. fournaliste : Cette discrimination positive est-elle actuellementgénéralisée France? en Gérard Deloing: Absolument pas,seul à ma connaissanceI'Institut d'étudespolitiques de paris I'intègre ofÊciellement dans le mode de recrutement de ses étudiants... Journaliste: Bruno... Bruno: Si je peux me permettre de rebondir et compléter ce que vient de dire monsieurI'inspecteur... quand on parle de discrimination positive à SciencesPo, il s'agit en fait de supprimer au départ seulement; à l'entrée seulement, mode de sélection un qui pénalisecertainsétudiantset de le remplacerpar un autre mode de sélection plus adapté à la situation d'origine de cesétudiants. fournaliste: Un autre appelde nos auditeurs...Aisha qui nous appellede Marseille...bonjour Aisha... Aisha: Oui, bonjour ma questionestsimple: quels sont les étudiants concernéspar la discrimination positiveet sur quelscritèresest-cequ'on sebasepour faire bénéficierde la discrimination positive?Merci. |ournaliste : Gérard Deloing. . . Gérard Deloing: Si vous permettez,je rappellerai d'abord qu'actuellementla pratique de la discrimination positive ne s'inscrit dans aucun cadre officiel de la législationfrançaise:c'estune pratique qui relèvede Ia liberté et de I'autonomie académiauede l'établissement, enfin des établissements choiqui sissent la mettre en æuvre... de fournaliste: Alors, la discrimination positive... qui y a d r o i t ?B r u n o . . . Bruno: À Sciences-Po Paris,seulscertainsétudiants qui ont suivi leur scolaritédans deslyceesclassés en zone d'éducation prioritaire et qui ont été présélectionnés sur dossierscolairepeuvent en bénéficier. Leszonesd'éducation prioritaire faut-il le rappeler sont deszonesoù I'environnement social,éducatif, économique est particulièrement défavorisé. |ournaliste : Amélie... Amélie: Là je crois qu'il faut que j'intervienne : on nousprésente... comme ça...la discrimination posiïr'anscniotions. 9

OEATE I - COMPBÊHENSION tive... comme un instrument de progrèset de justice... comme quelquechosede forcémentbon pour la sociétémais vous oubliez complètement de dire que ce qui fonde et la valeur et I'excellence des grancesécoles,c'est précisémentla sélection cies meilleurs étudiants sur descritèrespurement intellectuelset académiqueset sansfaire de distinction de très Vous le savez bien... quand catégories sociales... vous défendezla discrimination positive, vous défendez tout simplement un point de vue idéologique soi-disant démocratique pour remettre en causeprole des gressivement casser système GrandesÉcoles et en France... vous le saveztrès bien, ne soyezpas h1'pocrites. Journaliste: Bruno... Bruno: Désoléje crois que tu vas un peu loin... fobjectif de la discrimination positive,c'estde rétablir simplement un peu de justice, un peu d'égalitê dans le mode de sélection à l'entrée de Grandes Écoleset d'en faire bénéficier une minorité d'étudiants qui autrement n'aurait aucune chanced'intégrer les Grandes Écoles.Quand on fait de la discrimination positive,on ne supprime pasla sélecon tion sur critèresintellectuelset académiques, ne on pas des casse le système GrandesÉcoles, propose simplement un autre systèmede sélectionparallèIe... Journaliste : Malek. . . vous voulez dire. . . ? Malek: Oui, juste un témoignage: moi, j'étais issu deZEP,j'u eu mon bac S avecune mention <Assez bien>, je savaisque mon niveau de français à l'écrit n était pas le même que celui des élèvesdes grands de Iycées Parisou de Province... mais je tiens à dire qdavec la discrimination positive je ne suis pas entré par charité ou parce que je m'appeà Sciences-Po sur lais Malek. l'ai étêsélectionné dossieret puis j'ai acceptéensuite de me soumettre à un entretien public de plus d'une heure devant un jury de six pour moi aussiça a étédur... moi, j'ai personnes... réussimon entretien... d'autrescandidatsont été j'ai façon... moi aussi, été éliminés...d'une certaine sélectionné...et puis après,une fois dansla Grande École,il n'y a plus de différence... on esttous notés de la même manièrepar lesprofesseurs... Objet de toutes les peurs sur les marchés internationaux du fait de leur concurrence,notamment dans Ie secteurdu textile, objet égalementde critiques de certainsriverains,en raison de leur omniprésencedans certains quartiers de la capitale, les entrepriseschinoisessont aujourd'hui plus de 3 000 de entre à Paris.Un chifte qui a progressé près600lo les années2000 et 2004. Dans un rapport spécialqu il vient de faire paraître, le greffe du Tribunal de commerce de Paris,I'orgaet nisme chargéd'enregistrerlégalementles sociétés les entreprisesde commerce,dressele portrait précis de ces entrepriseset ces entrepreneurschinois. L ' u n d e s o b j e c t i f s a v o u é sd u r a p p o r t : m i e u x connaître les entrepriseschinoises,et surtout, démontrer, chiffres à I'appui, qu'en raison des effectués,des emplois créés,des investissements impôts payes,lesentrepriseschinoisescontribuent de manière non négligeableau développement de l'économie locale. Qui sont donc les entrepreneurschinois? Avectout d'abord 3 113 dirigeantspour 3 265 entreprises immatriculées, ils arrivent en quatrième position aprèslesAlgédesnationalités les plus représentées des riens, lesTurcs et les Tunisiens.Soit 1, I o/o 302500 entreprisesimmatriculées au registre de commerce Plutôt jeunes,2\o/odesentrepreneurs et dessociétés. chinois ont entre 25 et 35 ans contre 15% chez }es Français.Tiès souvent autofinancésou riayant pas eu à contracter d'emprunt bancairegrâceà un système traditionnel de financement familial, le montant total des prêts bancairespour le démarrageou le développementdes entreprisess'esttout de même élevéà 76 millions d'euros pour I'année2004.Les entrepreneurschinois sont aussidesfemmesà 48 o/o Si contre 25o/opour les Françaises. plus de 50olo d'entre eux travaillent dansf import-export, les secteurs où ils choisissentde développer leurs entrep r i s e s s o n t : l e c o m m e r c eà p l u s d e 4 0 o / o , l a l'industrie de manufacture restauration à 28 o/o, On constate notamment textile à près de 16olo. cependant cesdernières annéesune tendance à la diversification: nombreux sont ceux en effet,qui se de lancent dans lessecteurs I'informatique, de I'immobilier et des petits commercesde proximité comme les bureaux de tabac ou les magasinsd'alimentation. Document sonore no 2 page25 (activités 48 à 50) Journaliste: Marie-Laure bonjour, et merci d'avoir acceptéde répondre aux questions de la rédaction de <C'est à vous magazine>.

TVprs Êpneuvss
Document sonote no I page24 (activités 46 et 47) Société:À Paris.LEmpire du Milieu s'étendde plus en plus et les affairesvont plutôt bien. En quatre ans en effet, le nombre d'entreprises chinoisesa plus que doublé dans la capitale française. 1O . Transcniptions

I. COMPREHENSION ORALE Dites-nous un peu, Marie-Laure... mère de trois enfantsen famille monoparentale,assistante direcde tion dans un département de ressources humaines, présidented'une associationd'entre-aidepour familles monoparentales... ça ne fait pas un peu beaucouptout ça pour une seulefemme... sans compter bien strr tout le temps passéen semaine dansles transports en commun et tout le restede la vie quotidienne? Qu'est-cequi vous fait courir comme ça Marie-Laure? Marie-Laure: C'estwai que ça peut paraîtreun peu fou mais d'abord... heu... je n'ai pasle choix, c'est une situation qui s'imposeà moi et à laquelleje dois faire face... et puis mon engagement personneldans l'associationcorrespondà une volonté de faire bouger les chosesdans ce domaine. Faut surtout pas oublier que c'estune situation personnelleet sociale que partagentde plus en plus de parentsisolés... Ce que je vis n a rien d'extraordinaire. fournaliste : Qu'entendez-vouspar là ? Marie-Laure: Eh bien... Il faut savoiren efÊet qden Franceentre 1990et 1999la proportion desfamilles monoparentalesa augmenté de près de 24o/opour représenterdésormaisprès de 17o/odesfamilles. À Paris,ce chiffre se monte à 25o/odes familles. Et si cetteréalitéconcerneaussideshommes parentsisolés,dans 85 o/o casil s'agit de femmesqui élèvent des seulesleur famille avecun ou plusieurs enfants. vous êtesmère isoléed'une |ournaliste: Vous-même, famille nombreuse...c'estquoi le plus difÊcile? Marie-Laure: En effet,j'aitrois enfantsde7,9 etll ans,scolarisés primaire et au collège...j'ai divorcé en il y a 4 ans et c'estmoi qui ai eu la gardedesenfants. Leur père les voit un week-end sur deux mais pour I'instant il n'est pas en mesure de remplir sesobligationsfinancières, c'estdonc moi qui dois subvenir seuleaux besoinsde la famille... mais vous savez. là aussije suispas un casatypique:83o/o ressources des des femmes isoléesavecenfants proviennent des revenusdu travail... on est donc obligéesde s'accrocher cotlte que cofite pour garder son boulot. Journaliste: Comment est-ceque vous vous organisez pour la gardedes enfants? Marie-Laure: C'est bien là le gros problème de la semaine...Le matin, j'arrive à les mettre à l'école mais c'estle soir qui pose problème... l'écoleprimaire se termine à 16h30, le collège...ça dépend desjours et en généralje ne peux pas rentrer à la maison avant 19 heures.. . En plus, j'ai aucunefamille sur place qui peut me donner un coup de main puisqu'ils habitent tous ailleurs un peu partout en France... fournaliste : Alors... ? Marie-Laure: Alors je m'arrange parfois avecune baby-sitteSparfois avecdesvoisinesd'immeuble... mais il faut toujours tout prévoir et ça ne marche pasà tous lescoups... C'estpourquoi on a eu I'idée une amie et moi d'une association d'entre-aidepour parentsisolés.On l'a crééeen 2004,elle s'appelle Parents-Solo. |ournaliste: Quel en est le but? Marie-Laure: Lidée de départ c'était d'abord de donner tout un ensemble d'informations juridiques et pratiques aux personnesconcernées cettesituapar tion, notamment sur les droits et les diftrentes aides financières publiquespossibles...et puis on a très vite évolué vers la création de tout un réseaud'entreaide,un réseau solidarité... de ? Journaliste: C'est-à-dire... Marie-Laure: C'est-à-dire qu'en fait, on se propose de mettre en relation, de faire se rencontrer desparentsisolésqui habitent dans un même quartier pour qu'ils puissentdiscuter de leurs difficultés quotidiennes et voir s'ils peuvent s'organiseren commun pour trouver des solutions pratiques... du genre,euh... aller récupérerdesenfantsà la sortie de l'écoleou d'une activité extra-scolaire.. t)?e: . cours de musique,activitésportive,ou bien... surveiller, garder des enfants pendant les devoirs,le temps d'aller faire quelques coursesou de revenir du travail... Journaliste: Et ça marche? Marie-Laure: Absolument ! On a même été surpris de voir que d'autres personnesqui ne sont pas parentsisolésvenaient à nos réunions hebdomadaires,proposaientgratuitement leurs services... souvent ce sont des personnesâgées, dynamiques, qui sont sensibles la situation de parents isolés à parce qu'elles-mêmesconnaissentou ont connu la solitudeou l'isolement...

. Transcriptions 11

TRANSCRIPTIONS lV - Production oRnle
et 3. Débattre dialoguer
Documents sonores no 1 page 146 Enregistrement I : Effectivement..., mais on pourrait peut-êtrealors se poser 1aquestionplus générale de savoir si une législation internationale ne devrait pas être instaurée pour interdire les traditions culturelles qui génèrentdesviolencesinutiles contrelesanimaux... qu'en dites-vous ? Enregistrement 2: En suivant votre argument et en le poussantun peu plus loin, on pourrait donc imaginer, qu'un jour, dans les écoles,des classes seront organiséesafin d'apprendre aux jeunes élèvesà se comporter en bons consommateurs pour devenir de bons citoyens... Enregistrement 3: Comme vous semblezle laisser entendre,j'en déduis donc que vous seriezplutôt en faveur de la suppressiondes journées éducatives consacrées thème du goût, pour les remplacer au par desjournéesde sensibilisation problème de la au faim dans le monde et aux différents moyens d'y remédier... Enregistrement4: Dites-moi ce que vous en pensez...,mais il me sembleque nous touchonslà à un problème plus vaste,qu'on pourrait peut-être formuler ainsi: comment tenir compte, chez un individu de toutes les composantes son identité, à de savoir: nationale, familiale, culturelle, éducative,re[igieuse... ? Enregistrement 5: Croyez-vousvraiment que le développement des technologiesnumériques va entraîner,comme vous le soutenez, une baissedu niveau et de la qualité d'expression écrite chez les gens... autrement dit, que les genssauront moins bien communiquer à l'écrit parce qu ils utiliseront les textos,ou Ie courrier électronique? Enregistrement 6: À votre avis,est-cequ on ne peut pasdire ici, que I'on rejoint plus globalementle thème desconflits de générationsou de la dificulté, pour les difËrentes générations, communiquer entre elles de et de partagerdesréférences culturellescommunes? Pagel4T

wie

W
Enregistrement l: Quand vous ditesque lesgrandes villes sont plus ouvertesà l'égard desétrangersvous voulez dire en fait que leurs habitants se montrent plus accueillantset tolérants parce qu'ils sont plus habituésà un environnementinternational..., n'estce pas? Enregistrement 2: Vous avez dit que pour les annonceurs et les agences publicité, les enfants étaient de considérés comme, je vous cite, <un public prescripteur>... pourriez-vous expliquer ce que vous entendezpar là ? Enregistrement 3: Auriez-vous une idée du pourcentagede la population à la fois en Franceet dans votre pays,qui bénéficied'un accès personnelà l'internet? Enregistrement4: Que voulez-vousdire exactement quand vous affrmez, dans votre deuxième partie, que l'argent estdevenudansnos sociétés consomde mation, un fluide, vous dites, aussiindispensable que I'air ou I'eau? Enregistrement 5: Si je vous ai bien suivi, rappeler, comme vous I'avez fait, que les jeunes étudiants préfèrentse consacrer priorité à leurs étudeset en à leurs loisirs plutôt que de faire de la politique ou du syndicalisme, revient à dénoncerchezeux, selon vous, une forme excessive d'individualisme ainsi que le manque de conscience citoyenne...,c'est bien ça? Enregistrement 6: Vous avezmentionné le fait que des programmes éducatifs sensibilisentde plus en plus tôt les jeunes élèvesà Ia protection de l'environnementet au reryclage déchets...Est-cequ on des observele même phénomènedansvotre paysqu'en France? Enregistrement 7: À quoi faites-vousréfrrence exactement en disant qu il y a parfois dessituations où il est préftrable de garder une certaine distanceavecses meilleurs collègrres même avecsesmeilleurs amis? ou Enregistrement 8: Quand on reprend l'orientation de votre argumentation, autrement dit, d'après vous, il est tout à fait inutile d'essayer lutter contre les de causesdu réchauffement climatique global, parce qu on s'opposeà desintérêts économiquesmajeurs, est-ceque je vous ai bien saisi?

'ffi
Enregistrement 1: Ce que j'ai voulu dire en fait par là c'estque secomporter de manière individualiste et, peut-êtremême,égocentrique permet danscertaines situationssociales professionnelles garderune ou de distanceet de seprotégerdu regardou du jugement des autres.
Transcniotions. 13

ONALE M. PNODUCÎION Enregistrement 2: Vous me posez en fait la question de savoir s'il serait envisageable souhaitablede et rendre tous les muséeset les monuments publics gratuits pour rendre plus facile I'accèsde tous à la culture dite classiqueou savante... Enregistrement 3 : Effectivement, mon intention était bien de mettre I'accentsur le fait que trop souquotidiennes sont à la vent les tâchesménagères chargepresque exclusivedes femmes, malgré la réduction généralisée temps de travail. du Enregistrement 4: Non. Jepenseque je me suismal fait comprendresur cepoint... ce que j'ai voulu dire par un o élitisme positif fondé sur le mérite personnel > c'est le fait que certainesécolesen Franceforment des gens compétents et performants parce qu ellesdonnent la priorité à la valeur individuelle des personneset que cettevaleur ou ce mérite... c'est en fait le résultat d'un travail personnel ou de talentspersonnels... Enregistrement 5: Ce que vous voulez savoir c'est ce que je pensede la façon dont le problème est perçu qui par lespersonnes travaillent en entrepriseprMe, c'estbien cela? table... enfin, vous avezabordéla question de savoir s'il est vraiment juste ou bienvenu de valoriser le thème de la gastronomie alors que la faim constitue un réel problème dansde monde... Est-cequ'on doit comprendre que vous êtespersonnellement opposéaux journéeséducatives consacrées thème au du goût? Enregistrement 2: Vous avezdit à ce sujet qu il faudrait pouvoir organiserun événementcomplémentaire centré sur la dimension humanitaire de l'alimentation, à quoi faites-vousréférenceexactement? Enregistrement 3: On pourrait tout à fait imaginer I'organisation de ce qpe d'événement,d'ailleurs ce genrede manifestation existe-t-il dansvotre payset est-il organiséde manière régulière? Enregistrement 4: Ne pensez-vouspas être un idéaliste quand vous avancezI'idée que de plus en plus d'entrepriseset de grands groupesindustriels liés au secteuralimentaire ont desprojets humanitaires pour développer les valeurs de solidarité et d'humanisme? Enregistrement 5: Vous posez là la question pius globalede I'interdépendancedeséconomieset de la nécessité développementéconomiquepour tous du les pays... mais n'est-cepas pertinent de se poser cette question dans le cadre de ce débat,qu'en pensez-vous ? Page148

Enregistrement 1: Est-ceque tout celan'amènepas à sedemanderdans quellemesureon pourrait associer I'activité des entreprisesà celle d'organisations de type humanitaire... Enregistrement2z Eh bien oui, tout à fait, on constatedans mon pays d'origine comme dans de nombreux paysméditerranéensexactementce même phénomène qui se développeen France. Enregistrement 3: Est-ceque je peux me permettre de connaîtrevotre point de vue sur la manière dont ce sujet est traité par les médias en France? Enregistrement 4: Votre remarque me sembletout à fait intéressante...en fait, elle me fait penserqu'il estwaiment indispensablede faire la relation entre toutes cesquestionsd'environnement et le développement industriel et économiqueà l'échelleglobale de la planète... Documents sonores no 2pagel47 Enregistrement l: Vous vous êtesattachédans votre présentationà montrer que la gastronomiefait partie destraditions culturelles de Ia Francemais aussi d'autres pays...Vous avezensuite développéle fait que la gastronomiejoue aussiun rôle éducatif puisqu elle sensibilise thème du gofrt et desarts de la au 14 . Transcriptions

Réplique a: Oui, absolument,chaque année une semaineest consacrée sensibiliserdifférentescatéà gories de personnesà ce problème et diverses institutions publiqueset privéesparticipent à desactions et desprojets. Réplique b: Jepensaisen fait à desjournées parallèles à consacrées l'action et aux réalisationsd'organisadans ce domaine. tions non gouvernementales Réplique c: C'est à mon avis intéressanten effet d'évoquer ce thème car pour pouvoir parler de gastronomie coûlme un art et comme un plaisir et pouvoir en parler sans problème de consciencepar rapport à la faim dans le monde, il est fondamental que le progrès économique puissebénéficier à tous sansexception. Réplique d: Non, ce n'est pas ce que j'ai voulu faire comprendre et d'ailleurs ce que vous avezcompris ne correspond pas à ma position: en fait, je considère que cesjournées éducativesde sensibilisationsont parce qdelles sensibilisentpar exemple intéressantes

IV. PRODUCTION ORAIE les gens à des habitudes alimentaires traditionnelles...En revanche me semblenécessaire ne il de pas oublier qu il existe des priorités humanitaires plus importantes qui concernentla même préoccupation à savoir: manger. Réplique e: Jepenseau contraire partager un point de vue très réaliste car les entreprisessont de plus en plus confrontéesà la nécessité construire leur de image autour de cesvaleurs: pour elles,c'estmême un enjeu économique avecle développementprogressifdu commerceéquitable. Pagel49 négatives destruction... Que pouvez-vousdire à de ce sujet et quels exemplespourrait-on donner? Pagel5l

W
Question I : Vous affirmez être convaincu que les forums de discussionsur I'internet remplacerontun jour les cafrs comme lieux de convivialité, d'échange, de communicationet de partage...Mais en restant derrière un écran d'ordinateur chezeux ou dansun qbercafê,est-ceque lesgensne risquent pasde s'enfermer dans I'illusion et précisémentde finir par s'ennuyerou de se sentir frustrés? Question 2: Est-cequ'on ne pourrait pas dire en définitive, que nos sociétés sont trop marquéespar les technologiessophistiquées compliquéeset finissent et par oublier le senscommun des chosessimples? PageI52

Question l: Êtes-vousde ceux et cellesqui considèrent que les inégalités hommes femmes dans le monde professionnelsont une fatalité? Question 2 : D'une manière plus générale,les pour apprécierla valeur diplômes sont-ils sufÊsants d'une personne en contexte professionnel? Page150

W
Question I : Pourriez-vous rappeler différents moyens d'action individuelle et collective susceptibles d'apporter une solution à la question de la pauvreté? Question 2: À votre avis, quel rôle est-ceque les États et les organisationsinternationalesdoivent jouer par rapport à ce problème? Question 3: Dans quel type d'organisation ou d'association et pour quels types de projets seriez-vous volontaire pour vous engager . . Et pourquoi ? ?. Page153

Question l: Pour vous personnellement,est-ceque travailler correspond à un besoin,à une envie,à un plaisir... est-ilvraiment possiblede considérer trale vail comme une sourcede bien-êtreou de bonheur? Question 2: Vous avezmentionné plusieursfois que trouver un équilibre satisfaisantentre la vie professionnelle et la vie privée est difficile dans nos sociétés...à quoi pensez-vous? Question 3: Le problème de cetterecherched'équilibre sepose-t-il de la même manière dans votre pays ou d'autres pays que vous connaissez? Question 1: Je comprends d'après votre présentation que vous êtestrès enthousiasteet optimiste à pas... ? rt'est-ce l'égarddessciences de la recherche, et Question 2: Quand on entend parler d'expérimentations faites par certaines sectessur le clonage humain trouvez-vous alors toujours que la recherche scientifique en biologie et en médecine soit la humaine ? meilleure chosepour I'avenir de I'espèce scientifiquesont Question 3: Certainesdécouvertes été détournées.utiliséesdans l'histoire à des fins

W

Question l: Est-cequ'il serait,selonvous, justifié ou non fondé d'opposerlesloisirs urbains aux loisirs en pleine nature? Question 2: On entend dire parfois que nous entrons progressivementdans une civilisation des loisirs... et Qu'en pensez-vous ne trouvez-vouspas que c'est un peu contradictoire quand la question du travail et du chômagepréoccupeun grand nombre de personnes... ? Question 3: Imaginez que nous sommesdans cette civilisation de loisirs. . . Comment occuperiez-vous votre temps quotidien et pourquoi?

. 15 Tnanscniotions

CORRIGÉS
I - GorvlpnÉucrusloN oRALE
r. Comprendre annonces, instructions des des orales desdocumentaires et radiodiffusés
Faux: sept centsmillions Faux: un milliard cinq centsmillions/1O ou l5 ans Vrai/Vrai Favx:75 et 80 millions Faux:77 millions de visiteurs 1. a. faux/b. faux/c. vrai 2. a. fauxlb. faux/c. yrai 3. a. faux/b. faux/c. vrai 1. I Le secteur tourisme en Francea eu un Drodu blèmed'imageet de considération I Les professionnelsfrançais du tourisme ne font pas assez publicité du potentiel touristique de la la France I Le tourisme en Francedoit gagneren professionnalisme I Les pays d'Europe du Sud comme I'Italie, I'Espagne ou le Portugal font de la concurrenceà la France I Beaucoup de visiteurs voyagent à travers la France mais n'y restent pas ou y séjournent trop peu de temps 2.n" l: Beaucoupde visiteursvoyagentà traversIa Francemais n y restentpas ou y séjournenttrop peu de temps no 2: Lespaysd'Europe du Sud comme I'Italie, I'Espagne ou le Portugal font de la concurrenceà la France n" 3: Lesprofessionnels françaisdu tourisme ne font pas assez publicité du potentiel touristique de la la France no 4: Le secteurdu tourisme en Francea eu un problème d'image et de considération n" 5: Le tourisme en France doit gagner en professionnalisme tagesmais la concurrencedes autresvilles candidatesrestetrès forte. 2. La panie I présenteune information objective: la Commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) a rendu publique les conclusions finalesde son rapport sur les candidaturesdes cinq villes en compétition pour accueillir et organiser les jeux Olympiques d'été de 2012 : Londres, Madrid, NewYork, Moscou et Paris.Cettepartie fait remarquer que la candidature de la ville de Paris semblefavorite. La partie 2 rappelTe le 6 juillet 2005estla dateoù que serarendue à Singapourla décisionfinale d'attribution des]eux 2012.Cettepartie présente ensuiteles réactionsdesreprésentants cinq villes candidates des afin d'insister sur I'importance de la concurrence. La partie 3 met I'accentsur la réaction du représentant de la candidaturede la ville de Paris.Cette partie fait ensuite une liste des points forts de la ville de Parispour montrer que celle-cisemblefavorite et peut gagnerla compétition. 1. Le 6 juillet 2005estla date où serarendue à Singapour la décisionfinale d'attribution des Jeux20l2. 2. Le chiffre 2, 65 milliards correspond au budget prévu en dollars par la candidature de la ville de Parispour accueilliret organiserlesjeux Olympiques d'étéde 2012.

"W

l.l c.; 2.1 ; 3.1 ; 4.lb d. a. l.aetb. 2. t Le maire de Paris exprime sa confiance en la victoire. I Le maire de Paris garde un profil bas et reste déterminé.

W
l.le conceptde villageolympique au cæur de la ville 2.\'égalilé desathlètesolyrnpiqueset paralympiques 3. la réflexion sur les conséquences ]eux en termes des de développementdurable 4. la qualité destransports 5. le respectde l'environnement 6. le budget prévu (2,65 milliards de dollars) considéré comme <bien documenté et réalisable >
. Connigés 17

W
Message B l. Dans la compétition pour I'attribution des jeux Olympiques d'été de 2\I2,lacandidature de la ville de Paris semblefavorite car elle a de nombreux avan-

ORALE I. GOMPRÉHENSION 1. un billet d'humeur La journaliste.. de parle en spécialiste la musique pour piano présentedesinformations nouvelleset non connuesdu public être déjà connues fait référenceà des informations censées du public traite le sujet de manière objective traite le sujet de manière subjective à s'adresse son auditoireen restantneutre chercheà créer une complicité avecson auditoire de parle en spécialiste la sculpture de Rodin adopte un point de vue intimiste et enthousiaste adopte un point de lrre pragmatique et rationnel

.,
vral

faux

on ne peut pas le dire

: t t
I

: : : t :
I

W
Ce que présente la iournaliste... informations détaillées Certains ont dit que tout celan était qu une simple affaire imaginée le par et organisée un simulateur, prince dessimulateurs'.. sansfamille, sanspapiers,originaire Un musicien clandestin, de I'Europede I'Est et désirantémigrerà I'Ouest... cherchant ou tout simplement un personnageintéressé, histoire pour le cinéma? à devenir célèbreet à revendreson Ne croyez-vouspas alors qu'on pourrait lui pardonner parce qu'il aurait inventé une merveilleusehistoire poétique qui a fait le tour du monde et nous a fait rêver tous et toutes quelques instants? Franchement,eu'en dites-vouschersauditrices et auditeurs...? Ce n'estpasdu rêvetout ça? Et puis I'ambiance: la nuit, le silence,rythmé par le bruit desvagues. numéro d'ordre chronologique

deshypothèses objectives surle pianiste

un point de vue personnel

7

une description de I'ambiance

3

la une description de Ensuitele décor...,une plagedéserte, pluie, cettefine pluie douce d'Angleterre, qui s'installede manière permanente I'environnement dans le paysage. naturel un Dabord le personnage: homme..., plutôt bel homme' une description au athlétique mais sansexcès, visage la trentaine passée, physique et à la coiffrrre de guerrier mais avecune expressionde douceur du pianiste d'enfant, habillé en tenue de concert. la magie prend place: c'estvous maintenant qui gardez I'effet produit sur comme un bloc de pierre brute,/fasciné(e), les interlocuteurs le silence, I'artistevirtuose qui ioue. vous écoutez du pianiste Vous lui donnez un piano sesont sesmains de pianiste virtuose le mode de qui se mettent à parler pendant desheures,à courir sur communication le clavier et vous offrent, dans une pluie de notes incessantes' du pianiste tout le répertoire des Grands Romantiques. 18 . Cornigés

z

I

4

I. COMPRÊHENSION ORALE l. Pour la journaliste... peu importe de savoir si, dans cette histoire, I'homme en question a simulé et avaitun but personnelintéressé, car... I'essentiel est ce que cette affaire a provoqué dans I'esprit des gens. 2. b. surprenante poétique et a. Le rêve et l'imagination domaines culture sclences histoire commerce linguistique entreprise médecine loisirs éducation I I I I I extrait no I extrait n" 2

W

quittersonauditoire donnantdessignes comen de plicité 2. Comprendre conférences, exposés, des des des discours(éducationnels, professionnels)

extrait no 3

extrait no 4 I

extrait no 5 I

t
I

t
I

W

1 .a . 2. une information/persuasive

l . 5 o / o ; 2 . 3 0 o / o ; 3 . 6 0 0 / o ; 4 . 9 0 o / o ; 5 , L } o / o; 6.l8o/o ; 7.l0 fois/l0 fois/250 fois/250 fois

l. affirmations Lesmaisonsen bois ne sont passolideset ont une duréede vie limitée Le bois n'est pas résistantau feu Le bois est un excellentconducteur thermique Une structure en bois supporte bien la chaleur en casd'incendie Les maisons en bois sont plus dangereuses casd'incendie en Quand le bois brûle, il ne produit pas de fuméestoxiques Lutilisation du bois est à déconseillerpour la sécuritéd'une construction Le prix d'une maison en bois est plus élevéqu une maison <en dur > 2. les sapeurspompiers/les expertsdes assurances

préjugés
I

propos objectifs

: :
I

; T

t
t

Conrigés . 19

I. COMPREHENSION ORALE . l. Le seul point faible du bois, c'estqu'il peut être attaquépar desinsectes. 2. Un traitement initial approprié. Tous les traitements du bois existantssur Ie marchéont déjà fait la preuve de leur effrcacité depuis desannées, condià tion d'être effectuépar desprofessionnels.

2. C'est la première fois qu une personnalitéd'origine maghrébinefait son entrée I'Académiefrançaise. C'est aussila cinquième femme, sur les 708 personnalités de toute I'histoire de l'Académie,qui siégera à I'Académie françaiseaprèsMarguerite Yourcenar (1980),Jacqueline Romilly (1988),HélèneCarrère de (1990)et Florence Delay (2000). d'Encausse


à La constructionde maison en bois estassociée... respectde clientèlefinancièrementfavorisée/au une I'environnement/àla préservationde la forêt/à la lutte contre I'effet de serre/à des clients conscients de leur démarche l. Florence Delay: 2000 MargueriteYourcenar 1980 : HélèneCarrèred'Encausse 1990 : de facqueline Romilly: 1988 2. Cesfemmes sont toutes membres de I'Académie françaiseet cesdatescorrespondentà l'élection de ces femmes écrivainsà I'Académiefrancaise.

W

1. La femme écrivain, d'origine algérienne,FatimaZohralmalayène, plus connue sousson nom d'auteur d'AssiaDjebaa a été élue,jeudi 16juin 2005,à I'Académiefrançaise.

l. Fatima-Zohra Imalayene,plus connue sous son nom d'auteur d'AssiaDjebar. 2. Pour son élection à I'Académie française. 3. événements

dates

r936
1946 1955 1979

Diebar Naissance d'Assia Seuleélèvemusulmane du lycéefrançais de Blida de à la Elle estdevenue premièrefemme algérienne êtreadmiseà l'Écolenormale supérieure Paris. La a Au cinéma,son long métrage, Nouba des femmesdu mont Chenoua, obtenu Ie prix de la critique internationale à la biennale de Venise. d'Alger dans leur appartement,en 1980,a contribué à la faire Son recueil de nouvelles,Femmes connaître. Elle estnommée à la LouisianaStateUniversity,au poste de DistinguishedProfessoret de direcfranet trice du Centre d'études françaises francophonesde Louisiane,Ie centre de recherches cophonesle plus important des universitésaméricaines. elle, que cela implique pour la littérature francophone de tous les autres pays,y compris évidemment du Maghreb, mais aussi de tous les pays africains>. 2. La nouvelle académiciennea exprimé son espoir que cette élection facilitera <en Algérie, au Maroc et en Tunisie, la traduction en arabe de tous les auteursfrancophones>.

1980

1997

L élection d'Assia Djebar est d'abord interprétée comme un hommage à la francophonie: AssiaDjebar, dont l'æuvre littéraire est traduite dans une vingtaine de langueset comporte une dizaine de titres, fait partie de ces auteurs qui ont choisi la langue de Molière comme langue d'expressionlittératre.lAcadémie sembleavoir aussidistingué Assia Djebar pour son action en faveur de la lutte des femmes de son pays.

W
a. un programme radio spécialisé b. sur un thème professionnelrelatif au domaine médical c. tous les mois

w#w,

1. Assia Djebar s'estdit ( contente> d'intégrer la ditprestigieuse institution <pour la reconnaissance, 2O . Corrigés

I. COMPRÉHENSION ORALE

W
a. NomadRSI b. une organisationindépendantenon gouvernementale c. n'a paspour fonction de faire desbénéficescommerciaux d. la rechercheet le développementconcernant les pratiques localesde médecinestraditionnelles

2. Leshabitantsdu Ladakh risquent de ne plus pouvoir sesoigner. une conversation animée entre 3. Comprendre locuteurs natifs 1 surprise;2 agacement; énervement;4froideur; 3 5 frustration et reproche ; 6 irritation et attitude défensive 7 justification et provocation ; 8 réaction ; susceptible menace;9 demandede justification et et attitude de défiance

ew

l. La journalisteprésente Nomad RSI à partir de son siteinternet./2.a. (l) c. ; (2) enr997 ; (3) b. ; (4) b. ; (5) c. ; (6) a. ; (7) b. ; (8) c.

,i

WW
l. tendue/passionnée/conflictuelle/agressive 2. une dispute/unescène ménage de

w . L a m é d e c i n em o d e r n e d e t y p e o c c i d e n t a l , l. a
encouragée par les autorités localesse développe trop lentement... b. ... d'autre part,la médecine traditionnelledisparaît, quant à elle, progressivement, causede bouà leversements économiqueset sociaux. la relation entre les personnes est... conviviale professionnelle conflictuelle amicale et formelle amicale et informelle ancrenne

W W

Résumé A

1, un échange suggestions de propositions/une de et discussion 2.
vral

faux

on ne peut pas savoir

: I

t
I

:

r

W
r. a.le.f.lh.lj. 2. le camping 3. a. Le groupe n'a nulle part où dormir ce soir, demain. b. Touslescampingsà proximité de la mer sont complets. c. Lesseulscampingsoir il y a desplacessont à 7 km de la plage.

W

'w#ii

Proposition C

l. b. 2.vrai 3. La femme et l'homme : parlent d'un sujet à caractère culturel/échangentdesimpressions,expriment desappréciations/partagent même point de vue. un

Conrigés . 21

OBALE I - GOMPRÉHENSION 1. la femme qu'on entend est allée... à un salon professionneld'art contemporain à une conftrence en histoire de I'art à une exposition d'arts plastiques dans une galeriede peinture pour à un vernissage inaugurer une exposition 2. l'< autoportrait métaphorique >, 1'<autoportrait et la mort > 3. passeulementde la peinture,mais aussidessculptures, desinstallations.
vral

faux

On ne sait pas

r
t t
I

W

Provoquer un débat contradictoire sur un sujet polémique Permettred'échangerdesinformations objectiveset despoints de vue subjectifs Gérard Deloing donne des informations et des explications objectives. Amélie exprime un point de vue critique/prend à partie un interlocuteur. Bruno abonde dans Ie sensd'un interlocuteur en sa donnant des précisions/défend position en faisant une mise au Point. Malek parle de sa situation, de son expériencepersonnelle.

f . ilentrée cotrte 9 euros,il ny a pas de tarif étudiant, ni chômeur ni aucun autre. 2. n est pas connu 1. - il y avait beaucoup de monde; - les téléphonesportables n arrêtaient pas de sonner; - les gardiensfaisaientcomme si de rien n était. 2. Les autres commentaires suscitéspar cet événejournaux. ment viennent de la presse/des 3. b. tous lesjournaux conseillentd'y aller car 4. Presque il paraît qu il y a certains tableaux qu'on a jamais \us en Europe.

ffi

W

l. de I'indignation 2. Ce type d'erreurs doit être rapporté aux organide sateursresponsables l'événement. courrier pour faire remonter ce type 3. Écrire un de d'erreurs aux organisateursresponsables l'évéson mécontentement. nement et exprimer

l. En France,la discrimination positive se présente comme une manière de rendre plus facilement accessible à une certainecatégoried'étudiants,considérés au comme défavorisés départ, l'entrée dans les établissementsd'enseignementsupérieur sélectif' La pratique de la discrimination positive ne s'inscrit dans aucun cadre ofÊciel de la législation française: c'est une pratique qui, pour le moment, relève de la liberté et de l'autonomie académiquedes établissementsqui choisissentde la mettre en æuvre ou non. Parisseulscertainsétudiants qui ont À Sciences-Po en suivi leur scolarité dans des lycéesclassés zone d'éducation prioritaire (ZEP) et qui ont été présélectionnéssur dossierscolairepeuventen bénéficier. LesZEP sont des zonesoù I'environnement social, éducatif, économique estparticulièrement défavorisé' 2. le volontarisme réPublicain

W

l. de I'enseignementsupérieur sélectif en France 2. Iæ sujet de la discussionconcernela discrimination en positive dans les GrandesÉ,coles France ; plus précisément,il s'agit de poser la question de savoir s'il faut instaurer la discrimination positive à I'entrée desGrandesÉcolespour plus d'égalitéet de justice'

22 . Connigés

I - COMPRÊHENSION ORALE

3.
point deYue de Bruno Bruno considèreque, quand on parle de discrimination positive à Sciences-Po, s'agit il en fait de supprimer au départ, à I'entrée seulement, un mode de sélection,qui pénalisecertains étudiants et de le remplacerpar un autre mode de sélectionplus adaptéà la situation d'origine de cesétudiants. point devue d'Amélie Amélie fait observerqu on présente... la discrimination positive comme un instrument de progrèset de justice... comme quelquechose de forcément bon pour la société. Mais, selon elle, il ne faut pas oublier de dire que ce qui fonde la valeur et I'excellence GrandesÉcoles,c'estprécisémentla sélection des desmeilleurs étudiants sur des critèrespurement intellectuels et académiques, sansfaire de distinction de catégories sociales... Elle considèreque lorsque sesopposantsdéfendent la discrimination positive, ils défendenttout simplement un point de vue idéologique soi-disant démocratique pour remettre en causeprogressivement et casser systèmedes GrandesÉcolesen France. le

W
1. a. Il a été sélectionnésur dossier. b. Il a acceptéde sesoumettre à un entretien public de plus d'une heure devantun jury de six personnes. 2. a. Malek considèrequ il n estpasentré à SciencesPo par charité./b.Il dit que pow lui aussicelaa étédur et il fait observerque d'autres candidatsont été éliminés./c.Il considèreque lui aussia été sélectionné. 1. a. faux: haussede 24o/odu nombre des familles monoparentales entre 1990 et L999lb.faux: ies familles monoparentales représentent l7 o/odes familles en France/c.vraild. faux: 85o/o= part des femmes qui sont parent isolé/e. faux: 83olo= part des revenusdu travail dans les ressources financières desfemmes parent isolé 2. a. Tlois informations concernant sa situation familiale: 1. Elle est elle-mêmemère parent isolé./2.Elle a trois enfants de 7,9, 11 ans./3.Sesenfantssont scolarisés primaire et en collège. en b. Deux informations concernant sesactivités,professionnelle extra-professionnellel. Elle estassiset : tante de direction dans un département de Ressources humaines./2.Elle Présidente d'une association d'aide pour familles monoparentales. 3. a. La gardedesenfantsle soir./b. Iiécole primaire se termine à 16h 30,le collège, dépenddesjours et en ça général,ellene peut pasrentrer à la maison avant 19 h.

1. I présenterle profil des entrepriseset des dirigeantsd'entreprise chinois à Paris 2. a.t par plus de deux; b. | 2000-2004 3. a. I oui; b. I Ellescréent desemplois/elleseffecpaient desimpôts. tuent des investissements/elles

1.3113 : nombre des dirigeantsd'entrepriseschinoises/3265 nombre d'immatriculations desentre: priseschinoisesll, lo/o: pourcentagedes entreprises o/o chinoisesi20 : pourcentagedesentrepreneurs chinois pourcentage entrepreenfte25 et35 ansll1o/o: des neursfrançaisentre 25 et35 ansl76millions d'euros: montant total desprêts bancairesdesentrepriseschio/o: noisespour I'année 2004148 pourcentagedes s femmeschinoisesentrepreneur à Parisl25 o/o pour: des entrepreneurs Paris à centage femmesfrançaises

W
l. a. Une association d'entre-aidepour parentsisolés

b.

)

restauratlon informatique et autres industrie de manufacture commerce

2
4
J

1

Parents-Solos 2004 année de création l. donner des informations pratiques et juridiques objectifs 2. créer un réseaud'entreaide, de solidarité pour les oarents isolés exemplesde l. récupérer les enfants à la servicespossibles sortie de l'école

1. * desfamilles avecun seul parent/2. I présenteun casreprésentatifde la situation de parent isolé

2. a. De personnes qui ne sont pas parentsisolés./ Souvent ce sont des personnesâgées./b. Ces personnessont sensibles la situation de parentsisolés à parce qu'elles-mêmesconnaissentou ont connu la solitudeou l'isolement. . Cornigés 23

CORRIGES - Gomprêhension écnite ll
r. Lireun texte informatif

'W
Laparxpar les plantes a. fattribution du prix Nobel de la paix à Wangari Maathai. libre descandidat(e)s. b. Réponse a. combat - lutte - arme - lutter - la lutte estféroce. b. Cela montre que la démarchemilitante est un combat, qu'il faut se battre pour faire gagner ses idées.

adulte, vous pouvez regarder des filmes documen>. taires : ne suiventpaslesrecommandations l. <lesfilms ... par sujet>|2.uN'oubliez documentairessont classés >. pasde rembobinerlescasettes

w.,w est un article cui informe d'un fait de l. Le texte
société. 2. Les auteurs informent et laissentparfois apparaître leur opinion. 3. vrai : <Faitesun rapide sondageautour de vous.> 1. a : <C'était un vendredi.On a terminé à 20 heures. Il y avait encoredescadresdevant leur ordinateur. J'ai eu un flash. C'était le même blabla que LVMH sauf qu'il s'agissait vendre des shampoings.I'ai dit de stop.> ceux qui par principe devraient des b. <87 o/o cadres, être les plus impliqués, ne se sententpas associés aux choix de leur entreprise.> "une hiérarchieencoretraditionaliste qui ne sait c. < de pas déléguer.Sanscompter I'absence développed'évolutionl explique ment personnel,de formation, Douglas Rosane,directeur en Francedu cabinet améqui ricain ISR (International SurveyResearch), établit des comparaisonsinternationales.> Bonjour de d. <Le best-seller la rentrées'appelle >> paresse. qui 2. Des témoignages rendentl'article plus ancré dans la réalité des citoyens.Des chiffres qui viennent appuyer l'information en lui donnant une objectivité incontestable.Des avis d'experts qui donnent du crédit aux analysesdes journalistes. Des référencesà des ouvragesqui montrent que les intellectuels se sont eux aussi penchés sur la question.

W

de La misèrede la population estune conséquence la qui I'Afrique déforestation:<La déforestation ravage et la pauvreté qui en résultat.> À première vue, on ne comprend pas le lien logique qu il y a entre la plantation d'arbreset la lutte contre la famine, ce rapprochement peut d'abord paraître grotesque,comique et donc faire sourire.

libre descandidat(e)s. Réponse

W

a. vrai : ( Y était adjointe la liste despartenaires>. b. faux : < Teme suis lancée.> libresdescandidat(e)s. a., b. et c. réponses

llb;2lc;3ld;4la

W

a. desconsignes b. aux usagers c. dansla brochure ; ; d'une médiathèque. vidéo a On peut emprunter desDVD et descassettes (VHS) pour les regarderchezsoi et on peut aussi en regarder certainssur place. 3. b. ... suiventlesrecommandations: <si vous avez emprunté une vidéo et que vous n'êtespas en mesure de la rendre, nous vous demandons de racheter un livre à la place. / 4. < Sur la télévision de I'espace 24 . Conrigés

'W

Ilf ; 2le ; 3la ; 4lb ; 5lg ; 6lc ;7 ld

"Wffi
a. se la couler douce; b. enfoncerle clou; c. faire une croix sur; d. le boulot ; e. filer ou se faire Ia malle ; f. ringard ; g. la boîte. libre descandidat(e)s. Réponse

II . COMPRÊHENSION ÉCNTC Iiart comme à la maison b. <C'esttoujours le célébrissime producteur anglais SteveHillage qui est aux commandes,et deux artistes sont invités de marque : Christian Olivier, le chanteur desTêtesRaides, le légendaire et Brian Eno.>/<ses futurs compères[. . . ] deux frères>. c. <le premier [. . . ] à se servir du rock en le rapprochant des musiquesélectroniqueset des chantstraditionnels >/ndes mélangesde techno et de cette musiquerock-arabo-militante> <virage"électro">< reprisesde classiques la chanson arabe, de <mélangerrock, électro et tradition >. d,.Tékitoi,son dernier disque- un maxi 45 tours de 4 titres - son premier véritable disque,Rhorhomanie - parution d'un nouvel album baptiséDeux et demi - Barbès 1991- Olé Olé en 1995- En 1998paraît en Diwan -l'album Made in Medina - le très rock Tekltoi. e. Succès d'estime - bonnes critiques mais ventes modestes Carte de Séjourva vendrebeaucoupd'albums - La critique est enthousiastemais le public pas au rendez-vous- Le succès immédiat - céléest bré par la critique.

W
a. Lespersonnes accueillentlesæuwes chezelles qui le font surtout pour se faire plaisir. < ils ont eu envie de vivre un temps au milieu d'æuvresqu'ils aiment et admirent>. b. vrai : < Souventartisteseux-mêmesou proches du monde de l'art contemporain ). c. faux : <Dans son 35 m2 à Belleville>. d. faux : <il faut s'entendreaveclesartistespour que les meublessoient peu déplacés que I'espace et reste viable au quotidien>. e. faux : <I'expositiond'autresæuvresque lessiennes "peut nuire à sa propre créativité" et que l'organisation desvernissages, invitations (par e. mail) et des de I'accrochage n'estpassimple>. 1 . v r a i : < a i d e r l e s j e u n e s c r é a t e u r sà s e f a i r e connaître>. 1. a. <SarahRosheminstalleun couple en cire>, <les sculpturesen savonde Roland Schârr. b. Ces exemplesmontrent que les æuvres exposées sont hors du commun. 2. a. <Et vous pensez toujours que I'art contemporain n'est pas convivial ?> b. Réponse libre descandidat(e)s.

W

a. faux : <J'ai lu desinterviews de CharlesTienet: je n'ai aucunesympathiepour lui... o b. Réponse libre descandidat(e)s. 2. Lire un texte argumentatif

a. engagées b. Le succès varié en fonction des titres. a c. vrai : ( savoix est rocailleuse, >, farouche,hérissée o la voix érailléen'a rien perdu de sa vigueur. > d. faux : < |'ai rencontré en usine deux frères qui jouaient de la guitare.Moi, j'écrivais des poèmes. I'ai chanté quelquestrucs sur leurs musiques,et voilà. > e. Il était ouvrier. f. Rachid Tahajette sur son travail un regard plutôt exigeant. g. IJarticle présenteun parcours atypique. a. Depuis bientôt vingt-cinq ans- en Francedepuis la fin des années1960- C'est au début des années 1980- À cetteépoque- En 1982- Un an plus tard - En 1985- Finalement,[...] au début des années 1,990 en 1991, puis [...] en 1995- En 1998- En 2000 - Il aura fallu attendre quatre ans pour que [...] Cettefois.

W
a. Guillaume Lebourdon est professeur. b. Dans ce texte,il s'adresse I'ensembledeslecteurs à de Marianne. c. Il parleen son nom : <|eunedansla profession,je refuse...,

.W
a. Il réagit aux critiques expriméescontre le monde enseignant. b. tauteur écrit pour se défendre. c. II compare <les attaquesvisant le monde enseignant) à une maladie. d. faux : <opinions mal éclairées n illustrent que qui leur profonde méconnaissance >. e. Le texte se termine par une requête: <Rengainez votre aigreur ! >

Réponse libre descandidat(e)s.

Corrioés. 25

"W

ÉcRre r - coMPBÉHENstoN ExempleI
égaleune heure d'absoluetranquillité pour le professeur? Un cours de soutien avecdix élèves : messieurs Non, mesdames, c'estau contraire dix fois plus de travail car on prépare,à l'avance,une aide adaptéeà chacun de cesdix enfants.

Exemple2
Une correction de contrôle égaleune heure de quiétude pendant laquelle on récite sempiternellementles justes? réponses

identiques à cellesd'une autre, et qu à I'inne S""f q* t"r difficultés d'une classe sont pas nécessairement toujours différents en foncfaut savoirproposer (avecbonheur) desexercices il térieur d'une même classe pratiquement chaqueélève! tion des réponseserronéesde

W

a. Les questions reprennent les certitudes de ses opposants. s'appuientsur un reprochefait b. Lesdeux exemples Mots qui illustrent ce leur paresse. aux enseignants: <une heure d'absoluetranquillité >, <une reproche: heure de quiétude o. c. faux: ( non) ; <évidemment>. d. Première réponse: < C'est absurde, en . revanche. . >, nC'estinexact,par contre.. . >; seconde réponse: <Naturellement, Pourtant. . . >, <Ça ne fait aucun doute,toutefois...> I e. (dé)montr er| égùe du fois plus

sociales e. faux: <les inégalités [...] que le gouver> nement actuel aggrave. a. Le premier texte présentele programme politique du parti desVerts pour les élections cantonales.Il exposeles grandeslignes de I'action à mener au niveau national ou local. Dans ce texte, une équipe aux s'adresse citoyens. b. Dans le second texte, le candidat se présente.Il donne des indications sur sa vie privée et parle de son parcours militant. I1 dresseun bilan négatif de la politique menée sur le canton et fait des Propositions pour justifier sa candidature. << nous>, <LesVerts>/<je >. libres des candidat(e)s. Réponses

W
Pasmal.

W

onathan Zaca. vrai : n Karin Viard formidable >, <<l juste dans un rôle pas évident> cai, très b. vrai : nlorsqu'unecertainefadeurmenaceu' c. vrai : ( on songeà Ève,bien strr>/<Mais, en vérité, Le RôIede sa vie, c'estÈve inversé'> Réponselibre des candidat(e)s.

W

,W
a. Dans les boîtes aux lettres ou distribué dans la rue pendant une campagneélectorale. aux b. Il s'adresse citoyens,aux électeurs. c. Tiistan Dulac est candidat à une élection locale: <Conseilgénéral><département>. d. écologique. 26 . Con'igés

il a.I"'paragraphe:il seprésente 2'paragraphe: - 3'paragraphe: il fait actede son projet présente candidature. b. contribuer - participer - valoriser - promouvoir/se battre - lutter - combattre - rompre/donner-offrir-proposer. a. Les auteursinforment d'une situation et demandent une intervention. b. faux: ils vivent ensemble,( notre voisin du dessous>. c. Le ton employé est courtois et ferme.

II - COMPRÉHENSION ÊCRTE a.vrai: ( Si nous nous décidonsà vous écrire aujourd'hui, c'est que le week-end dernier encorenous n'avonspas eu une nuit tranquille >. b. Ce courrier apparaît comme une démarcheréfléchie. c. odiverses interventions>, appelde la police,(coups de balai sur le plancher >, la lettre. d. Ils envisagentde déménager. a. Les premiers chapitres d'un essai./b. thème Le principal estla lecture./c.lire - lis - liwe - romanciers - pages- lecture - roman. a. Le gotrt pour la lecture est, selon I'auteur, une question de génération,d'époque. b. Dans le premier chapitre, le narrateur est adulte. c. Le narrateur parle de lui et des autresadultes. d. Leslecteursadultes,parentsou autreséducateurs, sont amenésà s'identifier au point de I'ue de I'auteur.

W

La cuisine: @ <On y trouve tout, surtout du surgelé [...] Tout ce que l'on redoutese retrouvedansI'assietteet dans quel état! >; @ <La rigueur estconstante dansle choix desproduits>, <véritables hors-dæuwe>, <bellespiècesde viande >, < du poisson frais > ; @ <superbesteaktartare), <lesplateauxde fruits de mer sont incontournables>/Le personnel: @ <téquipe >, esttoujours efficace <Omniprésente,Ianine oriente, installechacunà la placequi lui convient>,<lesserveurs sont très titis parisiens,en classiquegilet lie de vin, syrnpathiqueet professionnel la fois>./b.<La carte à > [ . . . ] paraît encore dix mille fois trop chargée. l. Titre possible:Tbujours unebonneraisonpour faire la fête./2.De nouvellesfêtestendent à remplacer les pratiques traditionnelles.

W
1. La lectureestpour lui une passion. 2. Réponses libres des candidat(e)s.

l.wai: <La plupart desgensignorent ceque la plupart desfttes valent et pourquoi certaineqplus que dautres, s'accompagnent d'un jour de repos généralsi prisé par tous.D/2.faux: <Plus raressont lesfttes qui soutiennent une tristesse >/3. collective. faux: nau fil des années, significationprofonde de la fête a évolué. la >

W

a. 1 : <Le verbe lire ne supporte pas I'impératif. > 2. < Le livre est sacré>; dans cesdeux phrasesles verbessont conjuguésau présent de I'indicatif. b. Elles sont toutes deux construites avecun adverbe exclamatif qui marque f intensité (commeet que). c. Réponses libres des candidat(e)s.

facqueline Quéniart estpour: uRendre son apprentissageobligatoire très tôt aiderait notre pays à retrouver son influence sur la scènemondiale. n Claude Hagègeest contre: <C'est donc le plurilinguisme,I'apprentissage deux languesétrangères, de non d'une seule,qdil faut promouvoir à l'écoleprimaire. >

W
a. Ces textessont extraits d'un guide./b. lauteur donne son point de vue sur desrestaurantsde la ville. a. Conseillés:Le Sans-Pareil,la Brasserie marché; du déconseillé:La Famille. b, La Famille: <Tout ce que l'on redoute seretrouve dans l'assietteet dans quel état ! > Le Sans-Pareil:<Un endroit incontournable >. LaBrasserie marché:<Un point de'urre du exceptionnel sur la chaîne des Pyrénéesdepuis cette superbe brasserie, dont la réputation n estplus à faire.> a. Le décor: Q <cadre rustique, avecterrasse, fon(son taine, bassinentouré de plantesexotiques>>, atmosphèreest très parisienne avectoutes sesboiseriesen velours rouge.>

W
1. Claude Hagègeprésenteouvertement son point de vue personnel: <Jesuis hostile à I'enseignement de I'anglais ser:J.>r|2. Jacqueline Quéniart penseque I'un desretardsde la Francevient d'une faible compétenceen langue étrangère: <influence [de notre pays] écornéepar notre insuffisanceen anglaisu. a. <Les résultats des Françaissont nettement inférieurs à ceux desélèves autrespays [. . . ] où I'andes glais est obligatoire dès le primaire. n/b. <Pour des raisonsneurophysiologiques à partir de 10-I I ans, : lessynapses, zonesde contactentre lesneurones, ces >/c. sesclérosent. <Il faudrait repenser façon d'enla seignerI'anglaisinternational. >/d- uLe plurilinguisme scolaireprécocen'existe nulle part dans le monde. Cette idée dewait être promue par la France.> . Connigés 27

CORRIGÉS lll - Pnoduction écrite
une r. Rédiger témoignage, critique, un pesonnatisé uncourrier
la volonté d'un tiers d'entre eux de pouvoir vivre la grossesse portant leur enfant si celaétait possible. en Texte un lecteur ou une lectrice réagit à un repor6: tage qu'elle a entendu sur France Info dans lequel un fils a bonne conscienceen présentant les avantagesdu visiophonequi permettrait d'être en contact visuel avecla grand-mère sansaller la voir.

W

1. et 3. Extrait d'un courrier des lecteursparu sur un site Internet. (AFP) de 2.er5. Dépêches I'AgenceFrancePresse qui donne une information nouvelle. 4. Présentationd'un livre sur Internet. 6. Extrait du courrier deslecteursd'un magazine. . 1. Textes informatifs: 2,4 et 5. argumentatifs:L,3 et 6. Textes 2 . a : I , 3e t 6 b:2,4et5.

W

a : texte 4 ; b : texte 5 ; c : texte 1 ; d: texte 6 ; e : texte 3 ; fz texte 2.

WF{i#};

W
I 2
-l

a. <Jesuis papa de cinq enfants.> b. <|e suis à la fois d'accord et pas d'accord>, <Moi, je n'ai pas été gêné>, j'avoue que... ) < " c. <C'est vrai notre sociétéest dure avecles aînés.

WF*
1

5

6

libresdescandidat(e)s. Réponses désaccordtotal: <I1n estpasvrai que le chômagea >, les baissé dernièresannées <Il estclair que la grospourtant a sesse étépour moi un moment agréable je ne comprendspasce désirdeshommes à vouloir de porter leur enfantr, <J'aibeau essaye comprendre sa position, je n'adhèreà aucun de sesarguments>, <C'est inadmissiblede tenir encorece genrede propos à notre époqueI > accord mais... : u Quand on dit que la qualité de vie c'estjuste, mais il y a est meilleureà la campagne, à aussides désavantages y vivre >, <Même si cette manifestation a eu le mérite d'exister,je ne suis pas <Jesuis plutôt d'accord certain de son efficacité>, avecI'auteur quand il dit que le classementretenu n'est pas parfait, en revancheje ne pensePasque celui qu'il propose soit adapté aux réalités du système scolaire,>

.W

b

e

r

d

c

,W
libres descandidat(e)s. Réponses

ffi

Textel: Gérald Brussot,aprèsavoir vu une photo élecde corrida sur un siteInternet, écrit un message rédactionde ce sitepour dire qu il n'est tronique à la pas d'accord aveccettepratique et avecla publication de photos qui ont ce sujet. La rédaction répond à en son message justifiant leur choix. Texte2: une dépêcheannonce qu'un samedi,à des villes espagnoles, Madrid et dansde nombreuses en collectif, ont manifesté nus cyclistes,regroupés pour réclamer moins de circulation et une ville adaptée aux piétons et auxvélos. Texte3: un internaute participe à un forum sur Internet pour dire ce qu il pensedu piratagede la musique sur Internet. Il parle de sespratiques et propose des solutions. Texte4: un site Internet soumet à l'avis des internautes la présentation d'un livre en publiant un extrait et une notice biographique de son auteur' de Texte une étude montre la part croissante I'im5: pères dans l'éducation des enfants el plication des 28 . Cornigés

W
libre descandidat(e)s. Réponse

W
t

2

)

4

5

d

b

c

Réponses libresdescandidat(e)s.

W
1. Dorian écrit à son ami pour lui demander de dire ce qu'il pensed'un fait divers afin de I'aider dans l'écriture d'un article pour un journal étudiant. 2. Lesliedonne desnouvellesà son amie Corinne et lui demande de lui conseiller des restaurantsdans la ville oir elle va aller en mission dans le cadre de son travail. 3. Stephécrit à un(e) ami(e) pour lui proposer d'aller au cinéma.Il (elle)lui proposede lire la critique d'un film mise en pièce jointe au message électronique et de dire si ce film convient pas. ou

III. PRODUCflONÉCB|TE -) Vous aussivous nous manquez! À très bientôt. On doit aller au ciné depuis un bout de temps... -) C'est vrai que fait un moment qu'on repousse ça cette sortie au ciné ! Tiens-moi au courant et on sefixe un rendez-vous. + Demain à 19 h 30 devantle MK2, ça te va?

W
Réponse libre descandidat(e)s.

W
Bonjour mon ami, |e t'écris enfin aprèstout cetemps! Tu saisque j'ai eu beaucoup de travail et pas que du travail... Mais bon, ça riexcuserien, je vais me rattraper! D'ailleurs j'aimerais te rendre visite assez rapidement. Qu en dis-tu? I'ai hâte de te revoir et de partager avectoi tousmessecrets... À trèsvite j'espère I Ie t'embrasse. Gabriel

W
a

b

c

u

)

2

4

J

Réponses libres descandidat(e)s.

W
Exemplesde réponsespossibles: Salut mon pote, -) Salut Dorian, Tu vois de quoi je veux parler? -r Bien sûr que je saisde quoi tu parles! Tu asforcémentlu ou entendu quelquechoseà propos de cettehistoire intrigante ! -r Qui a pu échapper à cetteinfo ? Tous les médias en ont fait l'écho ! Merci d'avance! -r Ne me remercie pas, c'est avec grand plaisir que je vais te donner mon point de vue ! Comment allez-vousdepuisvotre départ?La reprise n a pasététrop dure?+ J'aimebien cettepériodede I'année d'habitude, mais là la rentrée n'a pas été de vacances... a eu du on facile...surtoutaprès telles mal à s'y remettre ! [...] un nouveauchef qui pour l'instant a I'air piutôt sympa... à voir ! + Alors ce chef ! ? Tu ne me racontesrien ! |e veux plus de détailsI Comme tu asvéculongtempsdanscetteville tu dois connaître de chouettescoins. + Il y a en effet pas je mal de petits restossympas, vais t'en conseiller plusieurs...et tu ferasselontesenviesdu moment ! Embrassetout le monde, vous nous manquez.

W
l. Ici, truc peut signifier aventure,expérience. Ici quelque chosepeut signifier un travail, un dossier. Ici machin peut signifier outil et bidule peut signifier objet,livre. . . 2. Réponses possibles: a. Il risque de faire faillite: ça revient à dire que son depuislongtemps entreprisene fait plus de bénéfices et que c'est un véritable échec. b. Le dessertétait exquis.Jeveux dire par là que j'en ai rarementmangéd'aussibon. c. fe penseque cettepièceprovoque un engouement excessif, autrement dit, vu la pauweté desdialogues, je ne comprendspasson succès.

l. Dis donc, tu savais que... ? toi 2.llfaut queje te diseque... 3. T'as1.u... ? 4. Jesaispas encorelequelchoisir... à 5. Revenons nos moutons.

W
Réponses libres descandidat(e)s.

Connigés. 29

ECRITE III - PRODUCTION

ou argumenté une un z. Écrire essai, rapport un lettreformelle

libres candidat(e)s. Réponses des

W

W

possibles: que vous Réponses à l.Vous allezvous adresser despersonnes - 2 - 3 - 5. Vous allez del'organisationdu responfait appelau sens 2. On pas: situations I ne connaissez desbagages la compagnie aérienne. de sable à vous adresser une hiérarchie: situation 4. 3. On fait appe|au sérieuxdes rédacteursdu guide 2. Situation I : <Jeme permets de vous écrire pour > touristique. les développer commentaires... d'un desresponsabilités chef 4. On fait appelau sens Situation 2: < Étonnée de ne pas avoir reçu de d'entrePrise' réponse...> de 5. On fait appelau bon sens I'administrateur d'un Situation 3 : < Lecteur de vos ouvrages depuis de je souhaiteraisattirer votre musée. nombreusesannées, attention sur... ) Situation4:<Voicilaquestionquejevoudraisabor-W libres descandidat(e)s' Réponses der aujourd'hui... n Situation 5: <Ayant l'habitude de fréquenter votre musée, je voulais vous faire part de mes imprestypes. Pasde corrigéspour les épreuves s i o n s . .> .

3O . Conrigés

GORRIGES lV - Production orale
r. Préparer présentation pointdevue la d'un
a. La gastronomie b. Les animaux de compagnie c. La pollution/la vie urbaine/l'environnement d. Les études/l'éducation/l'enseignement supérieur/l'argent e. Le monde de I'entrepriseile monde du travail/le chômage f. Les loisirs/la jeunesse/l'argent g. Les étudesil'enseignement supérieur/l'argent h. Le progrès scientifique/les manipulations et les expérimentationsgénétiques/le désir d'enfant chezles femmes i. Les médias et leur influence/le journalisme, l'information, la politique, et l'opinion publique j. La démocratisation et I'utilisation de I'ordinateur/les étudiants et leur équipement informatique/l'utilisation de l'internet k Les relations entre parents et enfants/la famille/les jeunes et leur prise d'indépendance l. La consommation d'énergie/le respectde I'environnement/les énergiesrenouvelables m. La lecture/le cinéma n. L'égalité et les inégalités hommes-femmes/le monde du travail o. L'influence des marques sur les adolescents/l'influencede la sociétéde consommationsur lesjeunes p. La vie associative/l'engagement citoyen/lesloisirs q. Lesloisirs culturels/l'argent/lagestiondesmusées et de la culture h. Lécole,l'éducation,les études/les technologiesde l'information/les nouveauxmédiasde la communication i. Lhomme et les animaux j. IJécologieet I'environnement/l'école,l'éducation, les études k La nourriture, la gastronomie/les problèmesinternationau/la vie citoyenne l. Lesmédias,la presse, l'information m. Les relations entre les genres (hommesfemmes)/lesinégalitéshommes-femmes/l'éducation/le monde professionnel n. Les relations personnellesavecles autres o. Le travail, le monde professionnel/lebonheur p. Les relations quotidiennes avecles administrations publiques et privées q. La sociétéde consommation/l'influence de la publicité r. IJargent/lebonheur I . b . l 2 . j . 1 3 .e . l a . d . ; g . ; h . ; l . / 5 . c . | 6 . r i e n l T .j . l 8. rien/9.h.i 10.f. g.lll.k ll2. rien/l3. rienll4.rienl a.g.i. a. Lalliance, grâceaux grands chefs,de la gastronomie de luxe avecla restauration rapide conventionnelle des et b. Le comportement irresponsable scandaleux propriétaires d'animaux domestiques c. Les villes françaisesconnaissentune augmentation de la pollution atmosphérique et économiques sociales et d. Question desinégalités paiement desfrais de scolarité dansI'enseignement supérieur en France e. La concurrence sur le marché de l'emploi entre juniors et seniors professionnels f. Développementde nouveaux modes de sorties chezlesjeunes du fait de la haussedestarifs g. Le développementdu marché desprêts bancaires étudiants: un autre moyen pour le financement des études h. Le développementdestechniquesscientifiqueset médicaleset les questionsd'éthique i. Critiques de I'engagementdesmédias dans le débat sur le projet de Constitution européenne

W

a. Les relations personnelles avec les autres/la vie citoyenne b. Les loisirs/l'utilisation des technologies de l'information/les nouveaux médias de communication/la création musicale/lesdroits artistiques c. Lesnouveauxmédiasde communication/la comaveclesautres munication, lesrelationspersonnelles d. I-lhomme et les animaux/le sport/les loisirs sportifsiles traditions culturelles e. Le sport/l'éducation/f influence despersonnalités célèbres lesjeunes sur f. La sociétéde consommation/lesloisirs g. Les relations personnellesavecles autres/lebonheur

Connigés. 31

ORALE IV - PRODUCTION

WÊ&
possibles: Réponses j. Comment peut-on rendre le matériel informaà tique et I'internet plus accessibles tous et notamment aux étudiants, alors que I'internet prend une place de plus en plus importante dans Ia vie quoti? dienneet professionnelle k. Quelles raisons peuvent-ellesexpliquer que des enfants adultes ne souhaitent ou ne peuvent pas quitter le foyer de leurs parents pour prendre leur autonomie? y l. Quels avantages a-t-il à développerI'utilisation ? d'énergiesrenouvelables m. Quelles différencespeut-on établir entre une æuwe écrite et son adaptation cinématographique? n. De quelle manière peut-on résoudrele problème des inégalitésentre hommes et femmes dans le monde professionnel? o. Comment peut-on expliquer que la publicité des grandesmarques de sport exerceune influence ? importante sur les adolescents de p. Quellessont les raisonsdu succès la vie associative en France? q. Quelles doivent être les priorités d'un ministère national de la culture en ce qui concerneles musées publics et la gestion du patrimoine public ?

<FBI> (France ou <Kho-Lanta>(TF1) 2) tateurs, ont eu une audiencequi a frôlé les 7 millions possibles:l. Les chaînesde télévision 3. Réponses proposer des prodoivent-ellesnécessairement grammes de téléréalité,de divertissement,et des auprèsdu sériesou feuilletons pour avoir du succès pubIicz.12. sont, selon vous, les critères d'un Quels programme téléviséde qualité ?

W&
1. Un homme français, probablement chargé de humaines dans une recrutement et des ressources mascuprésente deux de sescollègues à entreprise, lins Mlle Legrand.Cet homme leur fait la liste de toutes les qualités de Mlle Legrand qui est diplômée des deux Grandes Écolesfrançaisesles plus prestigieuses ainsi que d'une des universitésaméplus prestigieuses aussi;Mlle Legrand ricainesles professionnelle de possède une expérience également qualité dans une compagnie internationale célèbre du secteurde l'informatique et chezqui elle a obtenu des résultats excellents; par ailleurs Mlle Legrand est multilingue. Sur la basede cesqualités et de ces de exceptionnelles, homme envisage cet compétences Les la nommer au postede... standardiste! deux que par un légersourire. ne collègues réagissent évoquelesphénomènessui2. Cettebande dessinée vants dans le monde de I'entreprise:les inégalités de traitement entre hommes et femmes dans le la monde de I'entreprise,le sexisme, discrimination. présentede manière carica3. Cettebande dessinée et turale, excessive humoristique le fait que les quaI'expériencede cette lifications, les compétences, jeune femme au profil professionnelexceptionnel maspar ne sont pasreconnues sesfuturs collègues humoriste a pour objectif de culins.Le dessinateur soulignerque cettetendanceexisteen Franceet qu il faut s'en rappeler afin de corriger cesattitudes discriminantes et sexistes.

W

l. Ce document est constitué d'un titre sous forme stylisé d'un de question, d'un dessin schématisé, homme dont la tête estfiguréepar un globeterrestre et qui estentouréd'astres(soleil,lune, étoile),d'un texte, d'un logo et d'une dénomination de marque. 2. Lestrois objectifsdu document: informer sur la notion et I'importance de biodiversité/alertersur les la risquesà de pas respecter biodiversité,le patrimoine naturel/insister sur I'importance de changer les comportements quotidiens. 3. <La biodiversité,c'est la vie ! La protéger,c'est r/< nous présewer Or, en lui portant atteinte,lesexcès du progrèsmettent aussiI'homme en péril >/<Par desactions simples,par de petitesattentions quotidiennes,chacund'entre nous a le pouvoir de réduire son empreinte écologique>.

.W
en 1. Ce titre indique que les Français, tant que télémontré un très vif intérêt pour les ont spectateurs, programmesde télévisionpendant la saisonde l'été. ont 2. Leschaînesde télévisionfrançaises réalisédes d'étél< Dolmen> record pour cettesaison audiences (TFl) a séduiten moyenne12 millions de téléspec32 . Connigés

l. Il s'agit d'une publicité de I'entrepriseChronointéressées post international qui invite lespersonnes à la rejoindre. 2. Ce document secomposed'une photo représende tant trois personnestravaillant ou susceptibles travaillerpour l'entrepriseChronopostinternational, sous forme de slogan,d'un texte d'un message informatif rédigé en lettres très petites,de l'adresse et internet de I'entreprise de son logo. 3. La partie du document la plus importante dans

le choix de communication de I'annonceur Chronopost est la combinaison de la photo et du slogan <On peut avoir besoinde travaillerou envie...> 4. Lesintentionsdu message sont: - véhiculer I'image de Chronopost international comme d'une entreprise dynamique où il fait bon travailler; * présenterles caractéristiques, avantages, les les valeurs de Chronopost international ; - inciter toute personneintéressée, venir travailler à pour Chronopost international. 5. Thèmespossibles:les difftrents Qpes de motivations dansle travail; quelle conciliation/quelle relapersonnel et travail? tion entre épanouissement

'W

IV. PRODUCTION ORALE

1. Quand on parle de recherche, peut penseraux on domaines des sciences:biologie, chimie, physique, biotechnologie, médecine, informatique, mécanique. 2. La recherchepourrait trouver une amélioration ou une solution aux problèmes suivants: * les maladiescomme le cancer,le sida,les infections virales nouvelles: - la faim, la malnutrition; - le manque de sourcesd'énergiesclassiques. (Cette liste est indicative et non exhaustive.)

#WF-ffi*s
l. Dans un café,on est toujours en relation avecles autres. 2.Un caféestun lieu public où lesgensne font pas seulementque consommer pour boire et manger individuellement. Un café est aussi un endroit où les genssont en interaction avecles autressoit par Ia parole,soit par le regard,soit tout simplement parce qu'ils partagent un moment de leur vie personnelle par le seul fait de se retrouver ensembledans ce même lieu: dans un café les gens partagent un moment de proximité et de convivialité même s'ils ne pas seconnaissent vraiment. 3. fobjectif de FranceBoissonsest de communique quer avecle public en faisant passerle message le fait de fréquenter les caféspermet de vivre des expériencesparticulières et agréablesde convivialité, de chaleurhumaine.

W
1. La République françaisepar I'intermédiaire de Les son gouvernement. valeursofficiellesde la République françaisesont <Liberté, Égalité, Fraternité> et la mention <Lundi, 16 mai, Journéede Solidarité > fait référence. la valeur de <Solidarité ) , proche à de cellede <Fraternité>. 2. Ce document a pour but d'expliquer au public lesobjectifsde la Journéede Solidarité, manièrede la lesmoyensfinanciersdégagés réalisercesobjectifset et les mesuresprisespour atteindre cesobjectifs. 3. Lespersonnesâgées et/ou handicapées font facechaquejour à desproblèmes Cespersonnes de mobilité physique,de solitude, d'autonomie, de santé.La sociétéest en manque de nombreusesstructures pour les accueillir et les prendre en charge. Souvent les lieux publics ne sont pas équipéspour permettre à cespersonnesun accès facile. 4. Le document informe qrt'un nouvel organisme, nationale de solidarité pour l'Autonomie, est la Caisse crééafin de: - permettre aux personnesâgées vivre le pius de longtemps possible chez elles,comme ellesle souhaitent: - médicaliserles structures d'accueil pour cespersonnes: - verserdesallocations (prestationsde compensation de dépendance de handicap); ou - améliorerlesmoyensd'accès dansleslieux publics, et les moyens d'intégration dans la société.

W
1. À partir descampagnes communication faites de par FranceBoissons, sedégage il une imagetrès positive descafés. cafésapparaissent effet comme Les en deslieux de vie qui font partie du patrimoine commun de la culture populaire et dont la destination est fondée sur les notions de rencontre, d'échange,de p a r t a g e ,d e c o n v i v i a l i t é , d ' a m i t i é , d e c h a l e u r humaine. 2. Les deux documentsse rapportent aux thèmes: desloisirs,dessorties,de la consommation,desrelations avecles autres (amitié, convivialité).

W

wre

au l. Iæ thème de la rechercheestassocié domaine de I'entreprise. 2. Le sigle ( R & D > veut dire: Rechercheet Développement

portable l. Le téléphone 2. Lesentreprises téléphoniemobile Nokia et SFR de vidéastes, écrivains, 3. Des artistes:photographes, étudiants en cinéma 4. Le projet confié à cespersonnesest de réaliserun film à partir d'un téléphone portable, en leur laissant le choix de la durée et du thème.
Connigés. 33

OBALE IV. PRODUCTION 5. L objectif de cet événement culturel est de montrer <qu'à partir d'un téléphoneportable, il estpossible de créer un projet artistique, de tourner un film à en temps réel et de I'envoyeren quelquessecondes >. des dizainesde personnes 6. Lesactivitésproposéessont: le tournage de films à partir de portables mis à disposition/le montage de ces films avec des professionnels/l'envoi de ces films par I'internet/la participation à des tables rondes et des débats/laprojection de films avecdes imagestournées à partir de téléphonesportables.

' Sélectiondesaxesd'argumentation a. Lire un livre original et voir son adaptation cinématographique sont deux types d'activités et deux types de plaisirsqdon peut apprécierdifféremment' b. Un livre original est toujours meilleur que son adaptation au cinéma. f. Voir I'adaptation d'un liwe au cinéma peut donner I'envie de lire le livre original. g. Avoir lu un livre avant d'aller voir son adaptation beaucoupplus critique au cinéma rend le spectateur à l'égard du film. pour votre dévepossible Propositionsde classement loppement: l. al2. gl3. f ou l. al2. fl 3. g ou l. b I 2. fl 3. g ou 1. b/ 2. gl3.f

,,W
cornmeun le téléphoneportable peut-il êtreconsidéré instrument de création artistique et peut-il le devenir? Un film réaliséavecdes imagestournées à partir d'un téléphone portable peut-il être considéré comme un film? Le téléphone portable peut-il devenir un moyen de au démocratiser et de rendre plus accessible grand public la création artistique ? Y a-t-il un risque de banaliseretlou de dévaloriserla création artistique de type cinématographiqueet vidéo en faisant du téléphone portable un outil de création ?

ffi
Problèmeposé: Quelles raisons peuvent-ellesexpliquer que des enfants adultes ne souhaitent ou ne peuvent pas quitter le foyer de leurs parents pour prendre leur autonomie? Propositions de développement: 1. Des facteurséconomiqueset matérielspeuvent, expliquer ce phénomène. possibles: Exemples - la difficulté de trouver du travail; - les prix très élevésde I'immobilier/la difficulté de trouver un logement; - le coût de la vie en général. liés à la famille et 2. Des facteurspsychologiques peuvent favoriser cettesituation : l'éducation - la difficulté de s'émanciper parentspossessifs; de - la longueur desétudesqui repousse I'entréedansla vie professionnelleactive. sont à traditions culturelleset sociales 3. Certaines I'origine de ce comportementet le renforcent: - seloncertaines traditions, les enfantsne quittent le domicile de leursparentsque lorsquils semarient ou décidentde fonder un couple; - selon certainestraditions les enfantsne prennent leur autonomie que lorsqu ils sont solidement insérés dans la sociétéavecun statut social reconnu. Chaque candidat(e) pourra donner des exemples de tirés de sespropresconnaissances, sesexpériences personnellesou deshypothèsesqu'il/elle fera.

un 2. Présenter pointdevueconstruit et argumenter

W

l. Présenterle document à partir duquel on a travaillé, à savoir,dire de quel type de document il s'agit et donner sesréférences. 2. Décrire le document en précisant de quoi il est constitué et en montrant comment il est construit. le 3. Dégager sujet qu il abordeou poserle problème qu'il soulève. 4. Donner un exemplequi montre I'importance, I'intérêt ou l'actualité du sujet. 5. Proposer,sousla forme d'un plan cohérent,une manière possiblede traiter le sujet et d'exprimer un point de vue.

W

sont-ellesindéa. Les questionséthiques/morales développementde la scienceet de la pendantesdu médecineou doivent-ellesl'influencer ? b. Le progrès de la scienceet de la médecine est-il une mauvaisechosepour le bonheur humain? et d. À quellesconditions lesprogrèsde la science de la contribuer au bonheur humain? médecinepeuvent-ils Propositions de numérotation possible pour votre 1. développement; el2.a/3.b ou L.el2.bl3.a 34 . Conrigés

au(x) candidat(s). Libre choix de réponselaissé

IV. PRODUCTION ORALE

W
2. Réponsede Camille à Ming sur format e-mail Chère Ming, Merci de ton message, t'inquiète paspour lestraductionschinois-français: ne nous avonstout le tempspour les faire. En ce qui concerneton exposépour demain sur la TV, voilà ce que je te propose: Tu pourrais organiserle développementde ta présentation selon les 2 parties suivantes. l.les chaînesde télévision doivent souvent répondre à une logique commerciale: a. 5. Leschaînesde télévision ont desobjectifs commerciaux: ellesvivent essentiellement profits tirés des de la publicité. Par conséquent,quand un tfpe de programme (fait> de I'audience en attirant les téléspectateurs, chaînesont tendanceà garderlesmêmesprogrammeset à lesrediffirser.En France,l'été est Ies la saisonoù les chaînessecontentent de proposer les programmes difÊ.rsés pendant I'annéede septembre à juin. b. l C'est pourquoi, très souvent,les chaînesde télévision généralistes sepréoccupentpas de proposer ne desprogrammes intéressants originaux: ce sont très souvent les mêmes types de programmes qu'on ou retrouve d'une chaîne à I'autre. Il y a en effet beaucoup de ressemblances entre cesprogrammes parce que lesproducteurs et les directeursde la programmation ont compris que lestéléspectateurs laissaient se séduireau début par un certaintype de programmescomme lesjeux ou la télé-réalitéet qdensuite cestéléspectateursgardaient leurs habitudes. La concurrence oblige à copier ou s'inspirer des autres.À la fin cependant,cela ennuie tout le monde. c. 3. Une desraisonsqui expliquent ce fait estque les chaînesde télévisiongénéralistes peuventpas rivane liser avecl'industrie du cinéma qui disposede moyens financiers beaucoupplus importants. Les chaînes riont souventpaslesmoyenssuffisantspour produire elles-mêmes sériesou desfilms télévisés ont des qui beaucoup d'originalité et de valeur artistique. D'un point de me commercial, ellessont souvent obligées de sepositionner avecdesproduits audiovisuels moyen ou basde gamme: lesprogrammeshaut de gamme restenttoujours limités et exceptionnels. d. 4. Pourtant, les téléspectateurs saventtoujours reconnaître un bon programme: ils témoignent toujours de leur intérêt et de leur fidélité d'audiencequand ils constatentqu un réel effiortde qualité a été fait pour retenir leur attention. 2. Les chaînesde télévision devraient jouer un rôle éducatif et culturel: a.7.Les chaînesde télévisionpeuventaussiavoir un rôle d'éducation pour inciter lestéléspectateurs s'inà téresser desqpes de programmesdont ils n'ont pas forcément I'habitude, comme certainsprogrammes à culturels ou scientifiquesconsidéréscomme trop élitisteset pas assez populaires. b. 4. En effet,les téléspectateurs saventtoujours reconnaîtreun bon programme: ils témoignent toujours de leur intérêt et de leur fidélité d'audiencequand ils constatentqu un réel effort de qualité a été fait pour retenir leur attention. c. 2. C'est pour cela que les chaînesde télévision généralistes devraient avoir une fonction d'ouverture sur le monde et sur tous les aspects Ia culture et desloisirs et par conséquentellesdevraient s'efforcer de de proposer une grande diversité de programmes à des heures de grande audience: les thèmes traités dewaient être à la fois nationaux, régionaux et internationaux, et pas seulementpendant lesprogrammes traditionnels d'informations (journaux télévisés). d. 6. Par conséquent,il faudrait qu'une réelle politique soit décidéeà la direction deschaînesgénéralistes publiques et privées pour encouragerIa création et I'innovation: on pourrait imaginer despartenariatsentre les chaîneset descompagniesou entreprisesprivées: Cesdernièrespourraient parrainer financièrement des projets pour produire des programmes de qualité. Cela apporterait plus de moyens financiers aux publiques notamment, renforcerait la publicité et I'image descompagniesou desentreprisesprichaînes, vées.Par ailleurs,l'État pourrait, par l'intermédiaire du ministère de la Culture, subventionner partiellement certainsprogrammes reconnus d'intérêt artistique, culturel et public. En ce qui concerneI'introduction, voici mes conseils: . Conrigés 35

OBALE IV. PRODUCTION Commencetout d'abord par présenterle document à partir duquel tu astravaillé, à savoir,précisebien de quel type de document il s'agit et donne sesréférences. Décris ensuitele document en précisant de quoi il est constitué et en montrant comment il est construit' prends soin aprèsde dégager sujet qu'il aborde ou de poser clairement le problème qu il soulève. le Penseà donner un exemplequi montre f importance, l'intérêt ou I'actualité du sujet. une manière possible Enfin, propose sousla forme d'un plan cohérent,par exemplecelui que je suggère, de traiter le suiet et d'exprimer ton point de l'ue. voici mes conseils: la En ce qui concerne conclusion, un bilan de ta présentation en rappelant brièvement les grandeslignes de ton argumentation. Fais avoir bien couverts. du Puis, rappelle les aspects sujet ou du problème que tu Penses .rr.rite éventuellementles aspectsdu sujet que tu n'as pas pu traiter ou que tu as volontaireÉ,roqr.i ment écartés. comment le sujet abordéou le problème soulevéau début peut être Il estimportant de montrer également en relation avecd'autres sujetsou problèmes complémentaires' mis Finalement,interroge-toi et penseà poser de nouvellesquestionspour ouvrir le débat. Voilà c'est tout ! bon courageet tiens-moi au courant. A+ Camille

W
Ming, partie de En relisantta note 4 j'ai penséque tu pourrais peut-êtreenvisager développerune troisième > Tu autour de cettequestion: < Comment pourrait-on définir un programme de télévisionattractif? pourrais alors considérerdes critèresqui définissentun programme de télévision de qualité comme: - un contenu, un sujet original (culturel, artistique, sportif' etc'); I'utilisation de sourcesdiversesd'information; une manière d1'namique,interactive de présenterle sujet; fondé sur le respectdu public; un choix de communication avecles téléspectateurs le plaisir, la détente,le degréde satisfactionque ce programme procure chezles téléspectateurs' Ce ne sont que despropositions: libre à toi de les retenir ou d'en trouver d'autres!

A+ Camille

utilespour demanderdesprécisions: 1.Expressions Tu as ditlécrit. . . Que veux-tu dire par là ? Qu entends-tu par là ? Pourrais-tu préciserce que tu veux dire/ce que tu veux faire comprendre? quand tu dis'.. ? exactement À quoi fais-tu référence que,. ' ? que/penses Est-ceque tu veux dire que/considères

2. Expressionsutiles pour faire une proposition: Tu pourrais peut-être... + infinitif fidée, en fait, seraitde... + infinitif On pourrait envisagerde. '. + infinitif Il serait peut-être intéressantde. . . + infinitif/que tu. . . + subjonctif

36 . Cornigés

ORALE IV. PRODUCTION Pour contredirele premier point, vous pouvezobjecter que: l. Le monde de l'entrepriseestun monde où la vraie valeur des individus se mesure d'après leurs compétencesréelleset non pas en fonction des qualités à supposées attribuées chaquesexe: ou - dans le monde professionnel,Iespostessont définis en fonction des compétences dont une entrep r i s e a b e s o i n : c e s c o m p é t e n c e sn o t a m m e n t , peuvent être détenues techniqueset scientifiques, indifféremment par un homme ou par une femme; - les qualitéshumaineset psychologiques dépenne dent pas du sexemais de la personnalitéde chacun, en fonction de I'expérienceindividuelle et du vécu particulier. Pour contredire le deuxième point, vous pouvez objecterque: 2. ll n'y a aucune logique rationnelle à affirmer qu'une candidateféminine et future collèguede traqu'un vail présenteraplus de risquesd'absentéisme candidatmasculin: - les collègues masculinssont tout aussisusceptibles de tomber maladesque les collèguesféminines: les aux maladies femmesne sont pas moins résistantes que leshommes; - la fonction biologique de maternité féminine ne constitue pas un handicap naturel et la loi interdit qu'il soit considérécomme un problème; - un employeur n'a en aucun casle droit de pénaliser une femme en invoquant la perspective éventuelle d'une maternité/ou d'une adoption d'enfant. Pour contredire le troisième point, vous pouvez objecterque: et 3. La prise en chargedesresponsabilités destâches familiales n incombe pas uniquement aux femmes: les c'estune affairequi concerneégalement hommes; cette prise en charge doit être partagéeéquitablement entre les deux parties: - l'histoire dessociétés étélongtempsdominée par a le systèmemodèle d'organisation patriarcal fondé sur la séparation,la discrimination entre hommes et femmes: - l'évolution des sociétés conduit à une égalité,à une parité entre les hommes et les femmespar rapfamiliales; port aux responsabilités - une tâcheménagère peut indifféremment être réaliséepar un homme ou par une femme: il ny a pas spécifiquementféminines. de tâchesménagères Pas de proposition de réponse: le libre choix est laisséaux candidat(e)s,seréférer à certainespropositionsde I'activité 175.

W

Partie 1. 1. a. Dans certaines sociétés, personnes les âgées vivent séparémentde leurs enfants et doivent souventfaire faceà la solitude. Lesdifférentesgénérations ne vivent plus comme à une certaineépoque dans I'espace d'une même maison ou d'un même lieu d'habitation. 2. g. Les personnesâgées sont souvent fragiles et pour desraisonsde santéet dépendantes autres des d'être handicapées ont besoin comme lespersonnes aidées concrètementdansles tâchesde leur vie quotidienne. Paftie 2.1. b. Tous les lieux publics devraientêtre équipésd'infrastructures pour faciliter l'accèset les des âgées etlou handicapées. déplacements personnes 2. d..Lesystème éducatifpourrait organiserdesjournéespour sensibiliserles jeunes générationsà la etlou handicapées. condition despersonnesâgées puissentbénéficier 3. e. Il faudrait que lesentreprises publiquespour lesinciter à recruter plus de mesures de personneshandicapées. 4. i. Lesmoyensfinanciers sont bien strr importants pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées etlou handicapées mais il faut aussipenser à développer,favoriser les serviceset les emplois de proximité en leur faveur. Partie 3. f. h. Si les initiatives privées à l'égard des personnes sont insuffisantes âgées et/ou handicapées la pour organiseret assurer solidarité,l'État doit alors intervenir pour défendreI'intérêt de cespersonnes. 2. c.La solidaritéestune valeur humaine et humaniste qui doit s'exprimer spontanément et naturellement et non pas de manière obligéeet contrainte. On ne peut pas forcer les gensà se sentir solidaires des autres: il y a là un problème moral de liberté C'est aussiune question d'action et d'expression. indid'éducation et de formation des consciences viduelles. 3. f. I1faut faire confianceaux initiatives individuelles et privéespour organiserla solidarité autour des personnesâgées et/ou handicapées.

. Connigés 37

IV - PRODUCTION OBATE

W
exempleno..
I

2
h

J

4

5
d

6

7 b

I
a

9

argument...

o D

f

e

W

1. Axe d'argumentation choisi: <La rechercheest la condition du progrès> Arguments: - l'être humain a toujours cherchéà comprendre le monde qui I'entoure, I'environnement et oir il vit et évolue: c'est cette attitude intellectuelle, cette activité rationnelle qui est à I'origine de la connaissance scientifique et de toutes les évolutions et transformations dans I'histoire de I'humanité; - grâceà la recherchescientifique et technologique de très nombreuses découverteset de multiples progrès ont pu être réaliséspour améliorer les conditions de vie de I'humanité; - sansla recherche scientifique et technologique, beaucoup de problèmes sensiblesn'auraient pas trouvé de solution. pour 2. Domaines où la rechercheest nécessaire le favoriserle développement, progrèséconomique, les conditions de vie quotidiennes: la biologie' la médecine, le domaine pharmaceutique, les transports, I'agriculture, le secteur agroalimentaire, les médias de communication (téléphones,courrier électronique,télévision).. . (Cetteliste estindicative et non exhaustive.)

même domaine, I'utilisation de l'énergie nucléarre à des fins civiles a causé certaines catastrophes majeures. - Dans le domaine des manipulations génétiques, certainestechniques médicales peuvent être utilisées des fins idéologiques. à - Le développementindustriel a provoqué une surconsommation d'énergie avecdes conséquences gravesen matière de pollution de l'atmosphère et de I'environnement (le réchauffement global de la planète). (Cette liste est indicative et non exhaustive.) 3. Développementpossibledu point fort de I'argumentation a. Dans certains cas, il faudrait pouvoir contrôler juridiquement et conditionner légalementI'utilisation des résultatsde la recherche. b. Il faudrait pouvoir garantir au public, à la société, une information transparentesur les conséquences et les résultatspossiblesde certains programmes sensiblesde recherche. c. Il faudrait pouvoir garantir au public, à la société, une application exclusivement humanitaire, non néfaste et pacifique des résultats de certains programmes de recherche.

W

W
ffi

l. La recherchescientifique et technologique peut conduire à des résultatsnégatifspour I'humanité et néfastes : entraîner des conséquences de Certaines avancées la recherchepeuvent représenterdes risquesou des dangers. Certaines découvertesou certains résultats de la recherchescientiûque et technologique peuvent avoir : néfastes des applications négatives, - pour I'humanité; - pour I'environnement ; 2. Trotwez des exemplesque vos opposants pourraient utiliser. - Les recherchesdans le domaine de la physique nucléaire ont conduit à l'utilisation militaire de l'énergie atomique à des fins destructrices;dans ce

Les types de réponsespouvant être très variés,le libre choix de réponseest laisséau(x) candidat(s). Vous pouvez orienter votre réponseen adoptant un point de vue en faveur ou contre I'idée débattue. Par exemple: Ces nouvelles capacitéstechniques des téléphones à portablesdonnent facilement accès tout le monde à un nouveau mode d'expression. oubien Ces nouvelles capacitéstechniques des téléphones portables risquent de donner I'illusion au grand public que n'importe qui peut s'improviser artiste et que n'importe quoi peut être considéré comme æuvre d'art.

38 . Corrigés

IV - PFODUCTION ORALE

W
Le libre choix de réponseestlaissé au(x) candidat(s).

W
Pour conclure la présentation d'un point de vue vous pouvez,par exemple: 1. Faire un bilan de votre présentationen rappelant brièvement les grandeslignes de votre argumentation.

2. Insister sur les aspectsdu sujet ou du problème que vous pensezavoir bien couverts. 3. Évoquer les aspects sujet qui n'ont pas pu être du traités ou qui ont volontairement été écartês. 4. Montrer comment le sujet abordé ou le problème soulevé au début peut être mis en relation avec d'autres sujetsou problèmes complémentaires. 5. Vous interroger, poser de nouvellesquestionspour ouvrir le débat.

et 3. Débattre dialoguer.

W
I'examinateur.. enregistrement..

A

demande aulà la candidat(e) de précisersa pensée demandeconfirmation qu il a bien compris la penséedu/de la candidat(e) chercheà compléter les informations donnéespar le/la candidat(e) objectivesauprès du/de la candidate

2-4-7
1-5-8

B
C

3-6

I'examinateur cherche à... A testerla capacitédu/de la candidat(e) à réagir et à défendre son point de vue solliciter lella candidat(e) pour entretenir etlou élargir le débat

enregistrement..

2-3-5-6

B

r-4

W
Lella candidate... reformule la question poséepour s'assurerqu il a bien compris ce qu'on lui demande répond pour précisersa pensée apporte une confirmation et reformule une idée précédemment exprimée apporte une rectification et reformule sa pensée enregistrement...

A

2-5
I

B
C

J

D

4
.39 Cornigés

ORALE IV - PRODUCTION

W
Lella candidate... enregistrement...

^ B
C

répond afin de donner desinformations objectives tient compte des sollicitations de I'examinateur pour développerle débat poseune question pour solliciter l'examinateur et entretenir l'échange

z

4

t-3

W

Réplique a: La candidaterépond afin de donner des Enregistrement 1: texaminateur rappellelesgrands informations objectives. axesde développementdu candidat et demande Réplique b: Le candidat répond pour précisersa du qu'il a bien comprisla pensée canconfirmation didat. Pensée. Réplique c: La candidate réagit à une question de Enregistrement2: Lexaminatrice reprend une idée I'examinatrice pour défendre la pertinence de son et demande au candidat exprimée par le candidat de idée,la cohérence sa position et pour ouvrir le pensée. de précisersa débat. chercheà obtenir Enregistrement 3: Lexaminateur Réplique d: Le candidat apporte une rectification, du candidat desinformations objectives. reformule et précisesa penséepour que l'examinale candiEnregistrement 4: fexaminatrice sollicite justifier trice comprenne bien ce qu il a voulu dire' dat et chercheà testersacapacitéà réagir,se Réplique e: La candidate tient compte d'une solliet défendreson point de l.ue. citation de I'examinatricepour défendresaposition, Enregistrement 5: fexaminateur s'appuie sur une préciser sapenséeet développerle débat. remarque faite par le candidat, demandeconfirmation qu il a bien compris la penséedu candidat et chercheàobtenirlepointdevueperson,,.ra.,.u,,_W Réponselibre des candidat(e)s. didat. e l . d . 1 2 . b . | 3 . a . | 4 . | 5 .c .

W

N' d'éditeur : 10141600- Dépôt légal : Avril 2007 Imprimé en Francepar Hérissey- Evreux (Eure) - N" 104550

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful