Le Phénomène OVNI

Le plus grand mystère de l’Humanité
Voici de nombreux témoignage d’apparition d’Ovni et d’Extraterrestre, depuis la préhistoire jusqu'en 2012. Donald Milliard Édition Maison 2012

Troisième partie
(3/4) Témoignages de 1970 jusqu’en 2001

Le Phénomène OVNI
Le plus grand mystère de l’Humanité
Voici de nombreux témoignage d’apparition d’Ovni et d’Extraterrestre, depuis la préhistoire jusqu'en 2012. Donald Milliard Édition Maison 2012 2

Tous ces témoignages dévoilent la réalité au-délà de la fiction. Téléchargement gratuit; Partie 1; https://dl.dropbox.com/u/27215881/Le_Ph%C3%A9nom%C3%A8ne_OVNI_premi%C3%A8re_partie.p df partie 2; https://dl.dropbox.com/u/27215881/ph%C3%A9nom%C3%A8ne_Ovni_deuxi%C3%A8me_partie.pdf

Le Phénomène Ovni ©inédit 2011 Donald Milliard

Cette création est mise à disposition selon le Contrat Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.5 Canada disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/ ou par courrier postal à Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California 94105, US

3

Dédicace spéciale; cette partie est dédié è Charles Fort qui a fait un travail ressemblant au mien.

NDA.
4

1970, 16 juillet BRESIL, Papagayos (Canelinha) Joao Battista Marcellino roulait en bicyclette vers Papagayos sur une route particulièrement déserte. Il fut étonné de voir des sortes de phares descendant du ciel, avec un bruit assourdissant. Il sentit qu'il était brusquement suspendu en l'air et fit des efforts désespérés pour descendre de bicyclette. Cela dura quelques minutes, il tenta de crier, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Finalement il sentit le vélo descendre gentiment au sol et se mit à pédaler mais à nouveau il fut soulevé, mais cette fois dans le silence le plus total. L'épisode ressemblait pour le reste complètement au premier. Enfin il put repartir et arriva à la maison de son frère: ils découvrit alors qu'un paquet de rognons de bœuf qu'il portait sur on porte-bagages, manquait... (R. Jack Perrin: "Le mystère des Ovni" - J'ai Lu/Pygmalion 1976, p. 164) 1970, 25 juillet FRANCE, Jabreilles-les-Bordes Etienne Géry, 16 ans, apprenti boulanger, décide dans l'après-midi d'aller faire un tour avec l'espoir de découvrir des champignons. Il emprunte un itinéraire familier, gravissant une petite pente. Il dépasse le sommet, la végétation est très dense à cette époque, les fougères atteignent presque la taille d'un homme. Soudain, entre les fougères il distingue quelque chose d'anormal: une sorte de dôme d'apparence métallique est là à peine à 15 m de lui. D'abord intrigué il s'arrête, puis poussé par la curiosité il fait encore deux pas prudents. Avec un bâton il écarte le rideau des fougères. Ce faisant, il est ébloui par une très vive lumière jaune-orange émanant de trois sortes de carreaux rectangulaires situés juste sous le dôme. Toujours est-il que l'intensité de la lumière est telle qu'il lui semble que le haut du dôme est comme séparé de la partie inférieure de l'objet. La curiosité d'Etienne se transforme en une intense frayeur. Il se sent paralysé, incapable de faire un geste, ni d'avancer ni de fuir. La coupole tout à coup se met à s'élever lentement, suivie de la carapace et l'ensemble de l'engin émerge de l'écran des fougères. Le faisceau de lumière orange suit l'ascension de l'objet et Etienne n'est plus ébloui. Il distingue alors 3 ou 4 hublots circulaires situés au milieu de la partie inférieure comme s'ils faisaient partie d'une rangée qui en aurait fait le tour. Il évalue la longueur de l'engin à 5 ou 6 mètres et la hauteur à 2,50 m à 3 m et compare sa masse à l'importance d'une Estafette Renault. Sur le dôme il remarque 3 antennes: celle de droite mesure environ 1,50 m, celle de gauche inclinée vers la gauche 60 cm et celle du milieu se dressant à la verticale 45 cm. Les antennes lui ont paru rigides. Elles n'oscillèrent pas durant l'ascension. Il ne perçoit aucune silhouette derrière les hublots. En s'élevant un sifflement aigu accompagna ce mouvement. Sur le dessous quatre supports absolument identiques étaient comme sortis de 4 trous. Chacun se terminait par une semelle plate ou légèrement convexe, plus longue que large. Les quatre pieds se sont escamotés dans la partie inférieure, l'objet bascula, prit une assiette normale et s'éloignait. Pendant l'élévation de l'engin Etienne ressentit une impression de chaleur. Une fois à une altitude de 100 m environ l'objet prit un départ fulgurant et disparut en 2 ou 3 secondes à l'horizon nord-nord-ouest. (L.D.L.N. "Mystérieuses soucoupes Volantes" - ALBATROS-ETAPES 1973 - p. 61 à 74) 1970, 5 août ESPAGNE, Cazalla de la Sierra Il était 22 h 45 quand les chiens se mirent à aboyer violemment. En sortant, les personnes se trouvaient devant un rectangle de deux mètres sur un, dressé sur le sol. On aurait pu l'assimiler à une porte ou à une fenêtre. Il était visible par une nuit sans lune et lumineux d'un blanc mat qui suggéra un "écran" aux témoins. Les chiens restèrent à une quinzaine de mètres de la chose, attaquant de temps à autre le poil hérissé. L'un des deux hommes présents s'approcha jusqu'à 10 mètres et s'adressa à l'apparition en ces termes: "Que voulez-vous? Qui êtes vous? Allons! Que quelqu'un sorte!" L'autre alla chercher son fusil. Lorsqu'il revint la chose était éteinte, elle n'existait plus...(Jean-Marie DOUCHET - Nostra - 18.2.1981)

5

1970, 13 août DANEMARK, entre Kabdrup et Fjelstrup A 22 h 50 Evald Hansen Maarup, officier de police, retournait à son domicile situé à Knud, à bord d'une voiture de police. Entre Kabdrup et Fjelstrup, alors qu'il descendait vers un léger creux, le témoin raconte: J'étais au volant, seul à bord de la voiture de patrouille. Tout à coup l'auto se trouva plongée dans une lumière d'un blanc-bleuâtre et au même moment le moteur s'arrêta. Toutes les lumières de la voiture s'éteignirent, même le voyant d'allumage. Je me rabattais sur le côté et stoppais. L'éclatante lumière extérieure, comme du néon, était si éblouissante que je ne pouvais rien voir. Pour me protéger de la lumière je me cachai les yeux du bras et je parvins à trouver la radio en tâtonnant. Lorsque j'eus la main sur le microphone et que j'essayai d'appeler le poste, je constatai que la radio était tout aussi morte que le reste de l'appareillage électrique à bord. La température s'élevait à l'intérieur de l'auto et devint agréablement chaude. C'était comme quand on conduit au soleil en été. Au bout d'un moment la lumière s'éleva. C'était une lumière en forme de cône, dont la base avait de 4 à 5 m de diamètre. Pendant que je regardais en l'air, penché en avant, je pus voir que l'extrémité supérieure du cône lumineux se situait à la base d'une grande chose grise. Aucun son ne provenait de cet objet. Au bout de quelques secondes la lumière fut tirée vers l'intérieur de la chose. Il est difficile d'expliquer comment. La lumière ne s'éteignit pas mais sa surface intérieure s'éleva de telle sorte que l'espace situé sous le cône lumineux, se retrouva plongé dans l'obscurité. La lumière fut remontée en cinq minutes environ. je sortis de la voiture et vis comment la dernière portion du cône de lumière disparut à l'intérieur de la partie inférieure de la chose, par un trou dont le diamètre avoisinait un mètre. Quand la lumière eut disparu à l'intérieur de l'objet celuici commença à se déplacer. Il disparut en quelques secondes, s'élevant verticalement dans l'air. Il accéléra fortement, toujours sans le moindre son. Pendant que l'objet s'éloignait toutes les lumières de l'installation électrique de la voiture revinrent. (Henry DURRANT: Le dossier des OVNI" - Laffont 1973, p. 140 à 142) 1970, 16 août ESPAGNE, Puenta de Herrera (Valladolid) A la télévision le film venait de finir lorsque un sifflement intense se fit entendre, l'image se brouilla. Impossible de la rétablir. Comme il était tard le témoin éteignit le récepteur et allait vers la porte du jardin pour trouver la cause du sifflement. Stupéfaite elle vit au milieu de l'allée du garage une chose équipée de nombreuses lumières, près de laquelle se tenait un homme qui regardait le champ de luzerne. Elle eut tellement peur qu'elle rentra en s'enfermant. Au bout d'un instant elle entendit à nouveau le même sifflement. Peu après, regardant par la fenêtre, la chose avait disparu. L'engin avait environ la taille d'une voiture: large de 4 m, haut de 2,50 m dont 60 cm pour les supports. Une forme ellipsoïde argenté avec coupole hémisphérique transparente, au sommet une lumière blanc-bleuâtre qui tournait lentement. Sur le pourtour de l'objet une galerie de petites lumières de couleurs diverses: blanc, violet, jaunâtre. L'homme mesurait environ 1 m 80, était vêtu d'un vêtement collant très sombre, la tête serrée dans un bonnet de même couleur. Autour des poignets, des chevilles et de la taille, il portait comme des bracelets brillants. Il regardait le champ et se dirigeait tout à coup à grandes enjambées vers l'OVNI. A l'endroit où l'engin s'est posé le sol brillait: de plus près il y avait des marques sombres, comme des empreintes de bottes. Ces traces persistèrent plusieurs jours: en journée elles étaient noires, la nuit elles brillaient légèrement. (STENDEK n° 11 - décembre 72 - p. 3 à 8) 1970, 30 août BRESIL, Itatiala Ce dimanche Altamiro Martin de Freitas de la sécurité du barrage, faisait sa ronde sous la pluie. Vers 21 h 30 il aperçut quelque chose qui flottait dans l'espace émettant des lumières multicolores. En s'approchant de l'objet il constata que l'ensemble des lumières appartint à une construction, silencieuse et immobile en forme d'obus allongé ou d'autobus, flottant à un mètre du sol. Il y avait 15 hublots rectangulaires d'un mètre de long sur 80 cm de large environ aux coins arrondis. L'objet devait mesurer 20 m de long pour 3 m de haut. Il se mit à ramper et dégaina son Taurus 38 de 9,4 mm. Il tira une
6

première fois à 12 m de l'objet, qui se mit à clignoter plus rapidement. Visant soigneusement il tira une seconde fois. Le rythme des clignotements devint tel qu'il ne distinguait plus les extinctions un bruit plus aigu que celui d'un avion à réaction se fit entendre. Il s'apprêta à tirer une troisième fois sur cette chose qui émit alors une lumière sous la forme d'un rayon blanc bleuâtre très intense qui aveugla et paralysa complètement le témoin. Transporté à l'hôpital de Guanabara il récupéra peu à peu sa mobilité, mais il resta aveugle plus de dix jours bien que les ophtalmologues n'aient pu détecter de lésion grave. L'enquête permit de constater qu'à l'endroit où Altamiro avait vu l'objet, la terre était sèche au milieu d'un bourbier résultant d'une pluie ininterrompue. Par ailleurs une femme de l'état de Minas Gerais a vécu une aventure semblable. (Henry DURRANT: Le dossier des OVNI" - Laffont 1973, p. 111-112) ITATIAIA (RIO DE JANEIRO, BRESIL) le 30/08/70 Almiro Martins de FREITAS : cécité et paralysie temporaires ; sensation de chaleur intense (source PS 25, page 20 ; PS 26, page 22). 1970, été CHINE, Taining, Fujian Vers 22 heures un paysan a vu sur son chemin de retour, un objet métallique volant en forme de soucoupe descendre en sifflant sur la colline. Cet objet jetait une lumière verte très brillante. Lorsqu'il s'est posé sur la colline il s'est mis à diffuser une musique incompréhensible. Trouvant cela bizarre le paysan a accouru pour faire un rapport au chef du village. Le responsable a mobilisé sans retard des centaines de miliciens pour encercler la colline. Cette nuit-là le ciel était couvert et noir comme de l'encre. Mais au bout d'une heure, l'objet volant, éjectant une puissante lumière blanche forçait la ligne d'encerclement des miliciens et montait très rapidement dans le ciel. (SHI BO : "La Chine et les extraterrestres" éd. Mercure de France, 1983, p.55) 1970, 5 octobre CANADA, Québec Affaire Lellier. Mlle Gabriel Lellier (59 ans) de la rue Latourelle a été victime le 5 octobre 1970, de nombreux désagréments physiques, causés par un objet très lumineux et une sorte de vapeur qu'elle avait vu de son appartement vers 4 h 30 du matin. Elle s'était levée parce qu'elle ne pouvait plus dormir, comme cela lui arrive souvent. Elle se dirigea vers son salon pour s'asseoir ; soudain elle voit de brillants rayons oranges qui pénètrent dans son salon par la fenêtre qui donne sur la maison en face et rue Laruelle. Elle se précipite à la fenêtre et dressant les yeux vers le ciel, aperçoit un disque orange très brillant. Elle réalise alors que son regard est braqué sur l'objet, qu'elle ne peut plus bouger, son corps est entièrement paralysé. Au bout de 30 secondes l'objet descend pour atteindre presque le sommet de la maison d'en face. Il a triplé de grosseur. Il est entouré maintenant d'un halo blanc très lumineux qui éclaire le ciel en entier. Au centre de la boule rouge, Mlle Lellier distingue un objet noir qui tourne rapidement et lui donne l'impression qu'il s'agit d'une caméra. Trente secondes encore et elle voit remonter l'objet à une vitesse vertigineuse. Son ascension est accompagné d'une longue traînée lumineuse. Mlle Lellier peut maintenant bouger et elle se dirige vers la porte qui donne sur la galerie, l'ouvre, met le pied à l'extérieur et soudain aperçoit une série de deux ou trois petits nuages blanchâtres, flottant dans une espèce de brume épaisse qu'il n'y avait que dans la cour arrière. Sans le vouloir elle pénètre dans le premier nuage et aussitôt se prend la gorge à deux mains. Une horrible odeur de gaz l'a prise et d'un seul coup elle s'est sentie étouffée. Se sentant défaillir elle revient en courant dans la maison et s'effondre sur son lit en perdant connaissance. Une heure et cinq minutes après elle s'éveille et a horriblement mal aux yeux. Regardant dans le miroir elle voit que ses cheveux ont jauni et elle a la sensation profonde de dégager de l'électricité. Elle éprouva des ennuis de santé pendant des semaines… (Jean FERGUSON : "Tout sur les soucoupes volantes" éd. ; Leméac, Ottawa, 1972, p. 161 à 164) 1970 (entre le 25 et le 27 octobre) BRESIL, Alegrete A 16 h 00 Pedro Machado et son fils Euripide procédaient à la toilette d'une vache séparée du troupeau
7

avec son veau. La vache était attachée non loin du paddock et le veau âgé d'un mois était libre à 5 m de sa mère. Les bêtes du troupeau se mirent à s'agiter et mugir, ainsi que la vache séparée qui regardait son veau avec insistance. Le veau se mit à beugler aussi. Ahuris les fermiers virent le veau transporté en l'air à 1 m du sol, horizontalement, vers la prairie, jusqu'à un point à 20 m de son point de départ, tandis qu'eux mêmes se sentaient comme paralysés incapables de faire un geste. Tout à coup, le veau, qui se tut maintenant, fit une montée verticale qui dura de 3 à 4 minutes, et disparut soudainement là à leur vue dans un nuage. (R. Jack Perrin: "Le mystère des Ovni" - J'ai Lu/Pygmalion 1976, p. 164 à 167) 1971, janvier AUSTRALIE, près de Warragamba, New South Wales. Un campeur fut réveillé la nuit par un fort ronronnement. Dans une clairière il vit un objet en forme d'œuf, brillant d'une lueur blanche. Des silhouettes sombres, humaines, se mouvaient autour. Les êtres entraient dans l'objet, la lueur s'éteint et l'œuf s'envola. (MYSTERIOUS AUSTRALIA by Rex Gilroy, Nexus Publishing, Mapleton, Qnld., 1995, page 22- Keith Baskerfield) 1971, 5 février FINLANDE, Kiunula A 15 h 00 un être de 90 cm de haut s'est approché du témoin à petits pas rigides. Il portait un vêtement fait d'une seule pièce. Puis il s'est éloigné et s'est élevé en l'air en se dirigeant vers l'Ovni. Le témoin réussit à saisir le pied de l'extra-terrestre au moment où il s'élevait mais dut lâcher prise tant une vive brûlure affecta sa main. Les séquelles de cette brûlure restèrent bien visibles pendant deux mois. (Inforespace n° 56 de 1981 p. 42) 1971, 5 mars FRANCE, entre Trénal et Condamine (Jura) M. Camus de Gevingey possède un second magasin à Savigny: il fait de fréquents déplacements entre les deux. Cette nuit-là il rentrait vers 01 h 10 et venait de dépasser le petit village de Trénal. Une vive lueur au loin attire son attention: elle n'était pas sur la route, mais plus à droite. Il continue à rouler et s'approche très vite du lieu où se situe cette source lumineuse. Il vit alors que les lumières étaient disposées régulièrement au sol, sur une ligne parallèle au bois. C'étaient des rectangles de teinte bleutée comme fluorescents: il en compta huit, le grand côté parallèle au sol. Puis il aperçut presque en même temps une sorte de dôme d'apparence métallique terne, haut de 8 m environ et large de 15 m. Continuant à rouler, une surprise l'attend: trois êtres étaient là, semblant l'attendre. Il les qualifiera d'animaux, tant leur aspect était étrange. Ils étaient à 4 pattes, grimpaient l'accotement. La peur le saisit. Surtout quand il aperçut une vingtaine de ces êtres dans le pré: certains debout, d'autres à quatre pattes comme s'ils cherchaient quelque chose. Les trois près de l'arbre étaient de teinte marron, presque noire, comme tannés. Leur tête avait l'aspect de celle d'une fourmi, un lobe arrondi encadré de deux autres lobes gonflant comme des joues. La voiture passa très vite devant eux, ils ne firent aucun mouvement. A peine venait-il de les dépasser qu'une lueur emplit sa voiture: regardant par le rétroviseur il eut l'impression qu'on lui tirait dessus à bout portant. Dès cet instant sa peur disparut. Il eut le temps de remarquer que les êtres dans le pré étaient de plus petite taille et qu'ils avaient les bras au sol. Un autre sentiment l'envahit: depuis qu'il était atteint par le rayon, il n'avait plus conscience de ce qu'il faisait. Il avait l'impression que sa voiture roulait seule, et elle ralentit de 100 km/h à 20 km/h quoiqu'elle soit restée en 4e vitesse. Il a bien remarqué qu'elle ralentissait, mais cela ne l'affecta pas. Quelques instants plus tard il remarqua que le capot de la voiture était devenu fluorescent, mais cette anomalie disparut très vite. La voiture ne roulait plus qu'à 20 km/h et chose incroyable, elle reprit seule petit à petit son régime, sans son intervention consciente. Il ne s'arrêta pas, continua sa route à 50/60 km/h jusqu'à Condamine complètement désorienté. Il ne reprit ses esprits que dans ce village et poursuivit jusque chez lui à Savigny. En se déshabillant il fut surpris de voir des traces de rectangles de 4 à 6 cm sur 2 à 3 cm sur la chemise, jusqu'à la ceinture. Ils étaient répartis sur le côté gauche; il y en eut 7 ou 8. Ils étaient jaune or, phosphorescents.
8

Très fugaces ils ne persistèrent que 5 à 6 minutes après qu'il l'eut ôtée. Trois jours plus tard apparurent aux mêmes endroits des rectangles de couleur brune. Il fallut trois ou quatre lavages à la machine avant qu'elles ne disparaissent. La peinture de la voiture s'altéra au point que lors des lavages elle laissa des traces vertes sur le chiffon. Conséquence agréable: depuis des années M. Camus souffrait de maux de tête suite à une maladie du foie: 6 mois après cette rencontre il n'a toujours pas ressenti de douleurs ni au foie ni à la tête. (L.D.L.N. "Mystérieuses Soucoupes Volantes" - ALBATROS-ETAPES 1973, p. 108 à 115) 1971, mars CHINE, près de Paiyunopo (frontière mongole) Sun Trha Wong et cinq autres soldats en patrouille de routine pour vérifier l'état des puits sur la piste vers Erhlieh voyaient posée dans une espèce de cirque de rocailles d'où surgit une des sources, une énorme boule lumineuse de la taille d'une maison occidentale à deux étages. Ils se cachèrent pour observer le phénomène. Au bout d'une dizaine de minutes la luminosité de la sphère se mit à décroître lentement: ils ne purent déterminer si la boule était faite de métal ou de plastique, elle ne présentait aucune ouverture. Pourtant ils virent bientôt trois êtres s'affairer autour d'elle avec d'étranges appareils en main. Ils semblaient chercher quelque chose et regardaient fréquemment dans toutes les directions. Ils étaient beaucoup plus grands que la moyenne et portaient des sortes de casques. Au bout d'un moment ils réintégraient tout aussi mystérieusement la sphère qui décolla et partit vers le nord. (Gilles DANJOU Nostra - 18.11.1972) 1971, 14 mai CANADA, près de Gleichen (Ontario) Wilton Eater et son épouse Rosalin rentraient chez eux en voiture, après avoir rendu visite à des amis en ville. Comme ils allaient aborder une montée, ils virent jaillir une lumière très vive sur leur droite, et qui s'évanouit au bout de quelques secondes. Tout à coup Mme Eater sentit la voiture décoller de la route, et à sa grande surprise, flotter en l'air sans quitter le côté droit de la chaussée. Pendant ce temps, son mari essaya en vain de diriger le véhicule, les feux de route toujours allumés. Un quart de mile plus loin, les deux témoins sidérés perçurent le bruit de pneus touchant la route. (Allan 1971) (A. SCHNEIDER-H. MALTHANER : "Le dossier secret des OVNI", éd. De Vecchi, 1978, p 35, 36 1971, 30 mai FRANCE, Dannes Mme Pierrette Debofle coupe de l'herbe pour les lapins, dans son jardin, à 14 h 05. Levant la tête elle voit en direction de la carrière de craie dont le sommet culmine à 178 mètres, une masse sombre en forme de soucoupe avec dôme, de la grosseur d'un bulldozer, suspendue à proximité du sol. Elle continue son travail tout en surveillant l'objet insolite et immobile. Au bout d'un long moment, un petit être, la tête démesurément grande, se dandinant à proximité de l'engin , semble flotter plutôt que marcher. Il évolue autour de l'objet, se baisse comme pour ramasser quelque chose, passe sous l'objet où il disparaît à l'intérieur comme aspiré. Tout de suite l'engin décolle sans bruit (à 800m du témoin) comme une flèche en direction de la colline et disparaît dans les nuages. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 360) 1971, 7 juin CANADA, Rosedale (Alberta) Esther et Bill Clapisson, frère et sœur, habitent une petite maison dans les faubourgs de Rosedale. Dans la nuit du 7 juin Esther remarqua sous la pleine Lune, une lumière qui s'approchait. Elle se rendit sur le porche de la maison avec le chien. Elle vit un objet éclairé, de forme rectangulaire, descendre vers le sol près de l'intersection de deux chemins à 60 m de la maison. L'objet qui lui fit face apparaissait largement ouvert, montrant un intérieur de lumière opaque qui éclairait la route. Il y eut trois personnages
9

d'apparence humaine et hauts de 150 cm environ. Le côté de l'engin lui semblait occupé sur toute la largeur par un tableau de commandes, mais l'un des hommes le cachait de son dos et de son bras tendu. Il fit un signe à l'autre se trouvant à l'intérieur, légèrement penché au dehors à droite de l'entrée comme s'il voulait attirer l'attention d'un troisième se trouvant à 6 m de là sur le chemin occupé à recueillir des échantillons de roche. Elle voulut aller voir de plus près, mais le chien, en proie à une terreur panique la tirait en arrière. Elle entra pour appeler son frère et quand elle ressortit il n'y eut plus rien, pas même une lumière. Le lendemain elle trouvait une trace rectangulaire de 6 m de long d'herbe brûlées au bord de la route à l'endroit de l'atterrissage. Quatre mois plus tard cette empreinte était encore parfaitement nette. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI." - SOBEPS 1976 - p. 161, 162) 1971, été BELGIQUE, Bruges (Flandres) Les époux Dhont et d'autres témoins observent en fin de matinée un objet cylindrique argenté venant du NO. Il vole plus lentement qu'un avion, semble de taille importante et se dirigeait vers le SE à 60 à 70° d'élévation . (GESAG n° 28, juin 1972) 1971, été CHINE, Dayu (Qiufu) A environ 2 heures du matin, les paysans sont réveillés en sursaut par le bruit des chiens et des coqs du village et par les vibrations bizarres des maisons. Croyant à un tremblement de terre, les gens se sont précipités à la hâte hors de chez eux. C'est alors que chacun put voir un grand disque brillant traverser rapidement le ciel du nord-ouest au sud-est, presque en rasant les toits du village. Le choc provoqué par le souffle arrachait des tuiles, les feuilles des arbres faisaient un bruit sourd; les villageois m'ont confirmé que leurs maisons avaient tremblé et ils m'ont confirmé l'existence d'un disque d'un diamètre de plus de 3 m, mais dans les villages des alentours personne n'a eu le sentiment d'un tremblement de terre, ni vu ce disque brillant. (SHI BO : "La Chine et les extraterrestres". éd. Mercure de France, 1983, p.103) 1971, été CHINE, banlieue de Pékin Un jour au crépuscule, le soleil était déjà couché et le ciel se teintait de noir. Ayant terminé mon travail au jardin maraîcher, je me mis en route pour le retour. La lune était suspendue dans le ciel au sud-est. Je marchais dans le direction du nord. J'ai levé la tête inconsciemment et j'ai vu une autre lune claire dans le ciel du nord ouest qui était presque bleue, sa luminosité semblable à celle d'une lampe fluorescente. la lune bleue brillait tout particulièrement comme si elle avait explosé. Deux autres objets lumineux jaillirent en même temps de cette lune, l'un au-dessus de l'autre : ils étaient même plus volumineux, mais moins brillants que la lune bleue. Ce spectacle me mit dans une profonde stupéfaction. Je n'en croyais pas mes yeux. Quelques minutes après, un autre phénomène étrange se produisait : ces deux objets lumineux eux-mêmes se divisèrent respectivement en deux, ce qui fit en tout cinq objets y compris la lune bleue. Les deux derniers étaient les plus gros mais les moins brillants. Ces cinq objets volants inconnus se ressemblaient parfaitement et ils restèrent tous dans le ciel pendant un bon moment. (SHI BO : "La Chine et les extraterrestres". éd. Mercure de France, 1983, p. 109, 110) 1971; 7 août FRANCE, Fresnoy le Grand (Aisne) A 11 h 30 M. et Mme Locogne se trouvent dans la cour. Ils entendent le bruit d'un gros avion et voient alors un Dakota à environ 1000m. A 50 m de l'aile droite de cet appareil se trouvait une petite chose sphérique qui se déplaçait à la même vitesse que l'avion, elle a des reflets roux sous le soleil. Ce point roux dépasse l'avion et disparaît. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 365)
10

1971, 12 août AUSTRALIE, Gladstone, Queensland.Un couple de Finnois Ben et Helen K. quitte Gladstone vers 23 h 35 pour Rockhampton. Ils furent étonnés de constater que ce trajet ne leur avait pris que 40 minutes, alors que normalement il dure bien plus longtemps. De plus, ils ne se souvenaient pas du tout de leur trajet, sauf qu'ils avaient observé à un endroit, une lumière verte bizarre. Leur voiture, une Valiant Sedan de 1971, était recouverte d'une substance huileuse inodore. Des tentatives d'en savoir plus par hypnose ont échoué. (Keith Baskerfield, Australian Abduction Cases 1989) ("Dossiers OVNI", éd. Marshall Cavendish, Paris 1998, Hors série, p. 35) 1971, fin août CHINE, Chungking (Sichuan) (Li Chun) Un paysan de ma brigade de production, appelé Zhang Rongchang gardait les champs de maïs. Un jour à midi, alors qu'il rentrait déjeuner chez lui, au milieu du chemin, il aperçut soudain un homme à grosse tête qui venait à sa rencontre. Lorsque Rongchang fut à 5 ou 6 m de l'homme inconnu, ce dernier s'arrêta. Ahuri par cette présence inattendue d'une créature bizarre d'aspect, Zhang s'arrêta à son tour et cria à deux reprises à l'homme : « Qu'est-ce que vous voulez ? » Aucune réaction. Le vieux paysan eut le temps d'examiner l'homme sans trop en avoir l'air et vit qu'il était d'une structure corporelle bien proportionnée. Son corps était pris dans un vêtement d'une seule pièce, genre combinaison spatiale, en feuilles métalliques, avec des points devant et derrière. Son vêtement brillait intensément sous le soleil. Il était difficile de distinguer les bras et les jambes ; Sa démarche et son allure paraissaient raides, silencieuses. Sa tête très volumineuse était trois fois plus grande que celle d'un homme normal. Elle était recouverte d'un casque et le témoin ne pouvait voir aucun détail derrière ce casque. Zhang Rongchang eut très peur : il prit un chemin de traverse et courut éperdument. Quand il fut à quelque distance, il se retourna pour voir encore une fois la créature, mais celle-ci avait mystérieusement disparu. (Zhang ne fut plus jamais le même, il resta prostré, et mourut en janvier 1972 (Shi Bo : "La chine et les extraterrestres" - éd. M ercure de France 1983, p. 230 à 232) (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 321) 1971, 22 septembre BRESIL, Itaperuna, Serraria Entre 19 h 30 et 20 h, Paulo Caetano Silveira en voiture VW vit un objet lumineux tourner autour de son véhicule à 3 m, provoquant l'arrêt. Comme la vitesse était enclenchée l'auto bondit en avant quand l'Ovni s'écarta mais cala aussitôt. Paniqué et transpirant le témoin tourna la clé et put partir, mais par deux fois encore l'objet rouge et bleu se rapprocha de lui, et ce fut l'arrêt. Trois humanoïdes de 90 à 100 cm de haut s'approchaient de lui en flottant, il fut saisi par ce trio et transporté à l'intérieur de l'engin où il fut examiné sans être touché. Il fut ramené dehors par une sorte d'ascenseur et s'écroula sur le sol. Ils le traînèrent sur 5 m jusqu'à la bordure de la chaussée, où il perdit connaissance. Dix minutes plus tard il put se relever et vit s'approcher quelqu'un: c'était le docteur Crespo à qui il demanda de l'aide. Il alla immédiatement raconter son histoire à la police, qui le virent arriver les bras et les vêtements poussiéreux comme s'il s'était roulé sur le sol. L'enlèvement avait duré trois heures. (Inforespace n° 56 de 1981, p. 38 à 41) Entre Natividade et Itaperuna, RdJ (Br.) le 22/09/71 Paulo Caetano Silveira (27 ans) : cécité passagère ; égratignures et ecchymoses ; état de choc (source FSR 17.6 page 24). (Roger BOAR et Nigel BLUNDELLL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 134, 135) 1971, nuit du 22 septembre BRESIL, Cataguazes Benito Miranda, camionneur, rentre chez lui le 25 septembre, avec les habits souillés de terre rouge et noire, les yeux injectés de sang. Il fut soigné à domicile, se coucha et s'endormit. Il déclara à la police qu'alors qu'il voyagea vers 24 heures entre Itaperuna et Cataguazes, il vit un étrange objet arrondi posé
11

sur la route. S'approchant il a vu deux hommes de petite taille mesurant 30 cm environ. De leur ceinture les nains sortirent une lampe d'où sortait un rayon lumineux parfois bleu, parfois vermeil. Le rayon fut dirigé sur lui et lorsque la lumière le frappa il fut suspendu dans l'air comme un oiseau qui plane. Chaque fois que l'intensité lumineuse augmentait, le témoin montait plus haut, allant jusqu'à 50 m environ: il se sentait paralysé, ne pouvant même pas crier. Au bout de 5 minutes environ apparurent dans le lointain des phares de voiture. Les nains abaissèrent le rayon vers le sol et le témoin fut ramené à l'intérieur du camion. Il lui fallut un quart d'heure pour récupérer. il s'arrêta sur le pont enjambant le Rio Carangola afin de vérifier un défaut de direction, ne sachant expliquer pourquoi il tomba soudainement endormi et ne se réveilla que vers 6 h 30 le lendemain, ne comprenant pas comment se trouvant dans la voiture il eut les vêtements souillés. Il rentra chez lui ne se rappelant de rien mais eut des douleurs dans tout le corps. 10 jours après l'incident la main gauche était toujours agitée d'un léger tremblement. (Inforespace n° 56 de 1981, p. 37, 38) 1971, 23-24 septembre EN MER - au nord de la côte du CHILI, Tocopilla Plusieurs témoignages durant la nuit, y compris de policiers. Peu après 20 heures, l'ovni, une boule rouge de près de 20 m de diamètre et munie d'un cockpit comme la cabine d'un hélicoptère, fut observée par les membres de l'équipage d'un bateau de pêche. Elle illuminait la surface de la mer comme en plein jour. La boule tournait autour du bateau, à moins de 50 mètres, pendant quelques minutes avant de s'abîmer dans l'eau à 3 miles de leur position. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 170, 321) 1971, automne FRANCE, Montluçon "St Jean". Joël Bodain et Philippe Bruntz observent en direction de l'est, à une centaine de mètre d'eux, vers 17 heures environ, une énorme masse ronde, blanche, semi transparente, plus semblable à un disque vu de face qu'à une sphère, immobile au-dessus des toits des maisons. L'objet énorme (4 cm à bout de bras soit 6 à 8 m de diamètre réel)) se tient verticalement et est parsemé de pastilles rondes, toutes de même taille ( 1m de diamètre) plus blanches que le disque lui-même. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 369) 1971, 3 octobre JAPON, Miyako (Iwate) A 18 h 14 le Boeing 727 de la ANA vol 69 de Tokyo à Sapporo volait à 27000 pieds quand le capitaine Tadayoshi Sugimura aperçut à deux heures un objet lumineux doré. Deux autres membres de l'équipage observaient la chose comme lui. L'objet occupait quasiment toute la vitre du cockpit, ressemblait à un bâton lumineux, avec aux deux tiers de sa longueur comme quatre lumières et suivi d'une traînée accompagnant l'objet. Il volait vers le sud-est à environ 12000 m d'altitude et demeura visible près d'une minute. A 18 h 15 un autre Boeing 727 de la ANA, vol 68, volait à 26000 pieds et le capitaine Kenji Yamada, le copilote Akio Ishii et l'ingénieur de vol Roye Hopper observèrent le phénomène à 90° à gauche du nez de l'appareil. Ils estimaient la longueur de l'objet à 200 à 300 m et de 10 à 12 m de haut, d'un éclat doré, avec comme des étincelles à l'avant et à une vitesse de Mach 2. (Inforespace n° 62 de 1983 p. 10 à 15) 1971, 3 octobre JAPON, Tokyo A 18 h 14, le Boeing 727, vol 71 décollait de Tokyo, avec le capitaine Toshio Shimada, le copilote Kanki Uchida et l'ingénieur de vol Morii. Alors qu'ils montaient à 3000 m ils voyaient un objet en forme de cigare à éclat jaune, se déplaçant horizontalement et émettant une flamme à l'arrière. Il fut visible entre 30 et 40 secondes et s'évanouit dans une zone de fins nuages. Le capitaine estimait sa vitesse à Mach 8 et
12

avait distingué comme une rangée de hublots. (Inforespace n° 62 de 1983 p. 10 à 15) 1971, 3 octobre JAPON, en vol, Chitose A 18 h 15 un DC 8 de la JAL vol 521 filait vers le nord, vers Chitose, l'équipage aperçut à 11 heures à environ 26000 pieds un objet à éclat blanc légèrement bleuté, accompagné d'une zone de fumée brillante à l'avant et à l'arrière. Il fila derrière la fenêtre du cockpit et disparut après 70 à 90 secondes d'observation. (Inforespace n° 62 de 1983 p. 10 à 15) 1971, 3 octobre JAPON, Shimokota A 18 h 14, le vol 877 de la Jal s'apprêtait à changer de route près de Shimokota et effectuait un cercle à 3000m lorsque le capitaine Muryamma vit un objet lumineux comme une comète. Cette lueur grossit et son mouvement l'amena à traverser le ciel de la gauche jusqu'en face de l'avion. Le phénomène se déplaçait à Mach 3-' horizontalement vers l'est à environ 15000 pieds. Durée d'observation: une minute. (Inforespace n° 62 de 1983 p. 10 à 15) 1971, 3 octobre JAPON, Oshima A 18 h 12 le vol 684 se trouvait à 4500 m à 25 km à l'est de l'île d'Oshima quand le capitaine Hidezaku Ichikawa et le copilote Tohei Nakamura virent un objet lumineux allongé sortir d'un banc nuageux. IL traversa horizontalement le ciel vers l'est : durée de l'observation: 15 secondes.(...) (Inforespace n° 62 de 1983 p. 10 à 15) 1971, 11 octobre BRESIL, entre Campo et Itaperuna Omar Salera Armond prit à 01 h 05 le bus à Italva en direction d'Itaperuna. Les 39 passagers dormaient. 8 km après Italva il vit une lumière jaune orangé à environ 500 m et d'un diamètre apparent de 2 m. Il en fit part au receveur et au conducteur qui stoppa le bus. Les voyageurs descendirent pour observer ce phénomène, alors immobile. Après quelques discussions chacun reprit place et le voyage se poursuivit. Pendant les 31 derniers km la lumière accompagna le bus, sauf deux fois, il se tint constamment devant le car à 60° et exécuta des évolutions diverses de trajectoire. On suggéra au chauffeur de faire un appel de phares: il le fit. L'OVNI disparut et revint quelques minutes plus tard. Cela se répéta 5 fois. Le bus s'arrêta encore 3 fois en cours de route pour observer le phénomène. (Inforespace n° 56 de 1981, p. 36) 1971, 16 octobre CHINE, Chaoyang (Liaoning) … A deux heures de l'après-midi, je marchais sur le trottoir gauche d'une rue de la ville. Je levai la tête sans intention précise et vis, à mon grand étonnement, un engin volant bizarre en forme de citerne. J'estimais que sa hauteur était de 4 à 5 m, son diamètre de 2 à 3 m. Il était dans le ciel à 400 ou 500 m du sol. C'était un engin de métal luisant qui volait le long de la rue sans aucun bruit. Sa vitesse était égale à celle des automobiles et il tournait sur lui-même lentement. Je m'arrêtai pour mieux le regarder et les passants m'imitèrent : tout le monde dans la rue le contemple pendant une minute, puis il disparut. (SHI BO : "La Chine et les extraterrestres" éd. Mercure de France, 1983, p. 56) 1971, 2 novembre USA, Delphos, (Kansas) Ronald Johnson travaillait à la bergerie et sa mère l'appelait pour dîner quand il entendit un grondement. Il aperçut alors un objet en forme de champignon vesse-de-loup, qui s'illuminait du haut en bas de toutes les couleurs, la base étant très brillante. Il arriva par dessus le hangar, cassa un arbre mort au passage,
13

brisa une branche à une autre arbre et s'immobilisa près de ce dernier, à environ 60 cm du sol, pendant plusieurs minutes. Puis sa base devint plus brillante et il s'éleva en oblique à grande vitesse, passant audessus du hangar avec un bruit strident comme celui d'un avion à réaction. Ronald appela ses parents qui se décidèrent enfin à venir et virent la lumière de l'engin disparaître au loin. En contournant le hangar adjacent au site, Ronald et ses parents virent dans le noir (la nuit était venue) un cercle brillant d'une lueur fade. Le sol brillait d'une couleur gris-blanc. Les branches du site brillaient aussi de la même manière. S'approchant plus près M. et Mme Johnson touchèrent la surface circulaire. Elle n'était pas chaude, mais au toucher la texture du sol leur parut étrange, comme si le sol était cristallisé. Mme Johnson sentit aussitôt que ses doigts étaient devenus gourds. Elle frotta alors sa main contre sa jambe pour tenter de dissiper cet engourdissement, mais la partie de sa jambe où elle avait frotté devint aussitôt insensible comme le bout des doigts. Elle a comparé cette insensibilisation à une anesthésie locale. M. Johnson éprouva la même sensation après avoir touché le sol. Branches brisées, trace en forme de couronne dont le sol est imperméabilisé, renfermant une substance blanchâtre. Pas de radioactivité. (Henry DURRANT: Le dossier des OVNI" - Laffont 1973, p. 111-161 et 262 à 262 ainsi qu'encart photographique) 1971, 14 novembre FRANCE, La Chapelle (Lot et Garonne) Angelo Cello, en retard dans ses labours, était avec son tracteur sur le champ et labourait depuis la veille à 21 heures, jusqu'au 14 novembre à 01 h00 du matin. A certain moment il voit à environ 2 km en diagonale vers le bas, une lumière et croit qu'un collègue travaille comme lui. Il remonte la pente et éprouve l'impression qu'il fait clair. Il est survolé par des lumières sans contour défini, situées à 50 m d'altitude et à sa désagréable surprise il voit ces lumières descendre à la verticale et est soudain pris de panique. Il abandonne le tracteur phares allumés et moteur lancé. Il fuit vers la maison de son frère à quelques centaines de mètres de là. Il s'est pourtant retourné et a vu (on voyait comme en plein jour) cinq lumières parallèles à une dizaine de mètres au-dessus du tracteur. Reprenant courage il a attendu et après quelques secondes les lumières se sont élevées, sont remontées à une cinquantaine de m. et ont reculé sur la trajectoire suivie en arrivant. (J.C. BOURRET: La nouvelle vague des S.V. - France Empire 1975, p. 41 à 44) 1971, 14 décembre AUSTRALIE, Waikerie, South Australia A 23 heures, deux jeunes gens, Ytes et Schiller, virent un objet animé d'apparence humanoïde, flotter entre les arbres dans une sorte de brouillard, à peine à 20 mètres de distance d'eux. Cela avait une tête de chien, des oreilles pointues et un long nez. C'était très grand, près de 2 mètres et d'apparence lourdaude. Les deux hommes se déplaçaient alors vers un autre point pour mieux observer et virent au sol un grand objet de la taille d'un camion. Cet objet était hémisphérique et avait des fenêtres. Cet objet se dissout sur place. (John Burford - Keith Baskerfield) 1971, 20 décembre BRESIL, Itaperuna A 21 h 30 Manuel Silva e Sousa quitte la base militaire d'Itaperuna quand il voit une vive lueur, comme un avion qui tente d'atterrir. La lueur disparaît et puis il la voit dans un champ près de la piste. Il s'approche: c'est une lumière bleu clair très intense. A vingt mètres il constate que c'est une forme ovale qui émet cette lumière aveuglante. Et puis il aperçoit l'être. Il marchait près de la chose, il était petit, un mètre de haut ou un peu moins, tête nue, portant un uniforme kaki et chaussé de petites bottes. Ils se sont regardés fixement, l'être et le témoin, qui avait une peur bleue. Puis la créature s'est retournée, a levé les bras horizontalement et s'est soulevé de terre, il a regagné son engin comme s'il était attiré par une force, par le haut, la tête la première. A l'intérieur il y avait encore au moins deux autres êtres, ils regardaient le témoin sans bouger. Une sorte de glissière s'est fermée avec un petit bruit. L'objet s'est éloigné d'abord
14

lentement et à cinquante mètres à une vitesse foudroyante, disparaissant en une seconde. (J. C. BOURRET: "La nouvelle vague des S.V." - France Empire 1975, p. 147 à 149) 1971 AUSTRALIE, Broome, Western Australia Trois personnes en voiture voient, la nuit, un "homme" baigné de lumière. Il avait une main tendue et fit rebondir une balle lumineuse du sol dans sa main. Ensuite les trois témoins étaient entourés de milliers de petites lumières qui bougeaient en rangées. Ils ont quitté la zone sans attendre la fin de l'observation. (Bill Chalker - Keith Baskerfield) 1972, nuit du 12 au 13 février FRANCE, Saint-Pierreville (Ardèche) "Nous venions de franchir le col et commencions de descendre vers Saint-Pierreville raconte Bernard Vialle, quand nous avons soudain aperçu une lueur éclatante jaillir du ravin, le long de la route, à environ 300 mètres en avant de nous. Surpris, et un peu effrayés, j'ai freiné. Il m'a fallu à peu près 200 m pour m'arrêter. Nous avons ouvert les portières, prêts à fuir, car pendant ces quelques secondes, une sphère lumineuse était apparue, s'élevant lentement du ravin. Elle semblait avoir une trentaine de mètres de diamètre. Il nous sembla qu'elle se dirigeait vers nous. On s'est sauvés, abandonnant la voiture. Mais nous nous sommes vite rendus compte que la chose ne nous poursuivait pas. A très faible altitude, elle s'était mise à survoler le flanc de la vallée, très lentement, s'immobilisant parfois. Elle éclairait le sol sur un rayon de 300 mètres. Une lumière de feu d'artifice. Un peu irréelle. C'était quelque chose de merveilleux et terrifiant tout à la fois. On était si captivés par le spectacle qu'on n'a pas vu le temps passer. On a réalisé soudain que nous étions là depuis plus d'une heure. On ne peut pas rester comme ça, dit JeanClaude. Demain, quand nous raconterons ça, on passera pour des "illuminés". Il nous faut un témoin. Nous remontons en voiture, mais en prenant la route qui emprunte le versant opposé à celui qui est survolé par la "chose". En arrivant au hameau de Feouzet, nous découvrons à nouveau la vallée. L'énorme sphère lumineuse est encore là. Fascinés, nous la regardons là encore pendant de longues minutes. Puis nous fonçons réveiller l'adjoint au maire, Eugène Payot. "Quand Bernard et Jean-Claude sont venus me réveiller, ils étaient si excités que j'ai eu bien du mal à comprendre ce qu'ils racontaient. Je me suis pourtant levé, et je suis sorti pour regarder. C'était plus beau que je ne pouvais l'imaginer, cette sorte de disque qui planait, immobile, au-dessus de la vallée. Je n'ai pas de mots pour le décrire. Nous ne pouvions en détacher nos yeux et nous luttions contre le sommeil pour l'observer le plus longtemps possible. Vers six heures du matin, l'engin s'est éloigné vers l'est. Sa luminosité s'est affaiblie petit à petit, puis il a disparu. Nous nous sommes quittés sans oser nous parler. Ainsi, pendant cinq heures, l'OVNI a exploré la vallée, tantôt immobile, tantôt évoluant très lentement et fouillant le sol de ses projecteurs. Et pendant ces cinq heures, Saint-Pierreville a connu une panne d'électricité inexplicable. Les gendarmes et le maire me l'ont confirmé. Une panne curieuse, puisque, si les ampoules refusaient de s'allumer, les radiateurs électriques et l'horloge du clocher ont continué de fonctionner. "Il s'agissait d'un phénomène électromagnétique", a dit un technicien. "C'est pour cela que seuls les appareils en circuit fermé ont continué de fonctionner. (Charles GARREAU : Soucoupes Volantes : 20 ans d'Enquêtes" Mame, 1971 p. 218-220) 1972, 3 mars USA, Loveland (Ohio) (Source: The Loveland Ohio Creature, par Charles J. Wilhelm) Le témoin roulait vers 1 heure du matin sur la Riverside Road, en direction de Loveland. Il y avait du verglas, et il roulait très lentement. Il vit alors sur le bas-côté de la route, ce qu'il prit pour un chien. Il dut manœuvrer pour l'éviter. Comme il s'arrêtait, l'animal se leva immédiatement et dans la lumières des phares regardait vers le conducteur, s'encourant ensuite en sautant au-dessus du garde-fou. Le témoin le décrit comme ayant à peu près un mètre de haut, son corps ressemble à du cuir, il pèse de 25 à 38 kilos, et de face il ressemble à un lézard.
15

Plus tard dans la soirée il retournait sur les lieux avec un ami . Des traces menaient à la rivière. Il n'y eut pas de rapport officiel. 1972, 10 mars FRANCE, Civières, hameau d'Aubigny Daniel Laurets (Loretz?) lieutenant de sapeurs-pompiers, voit à 21 h 25 à travers le pare-brise, à droite de la route, quelque chose qui descend vers le sol et se pose très rapidement. Il freine. Il estime que l'objet se trouve à 200m de lui. Au moment de l'atterrissage une espèce de boule rouge de faible dimension coiffant l'ovni, s'éteint. A l'avant deux ouvertures de forme elliptique diffusent une pâle lumière en oblique vers le sol qui est éclairé. A l'arrière une lueur rouge peu puissante éclaire le champ labouré. Trente secondes après l'atterrissage les feux s'éteignent et dans la nuit devenue noire, plus rien n'est visible. Il a toutes les peines du monde à faire fonctionner convenablement le moteur de la R6 neuve et qui tousse sur plusieurs centaines de mètres avant de tourner normalement.(M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 373) 1972, 12 mars FRANCE, Maubeuge "Sous le Bois" M. et Mme Dugué observent depuis 21 h 15 et pendant 3/4 heure une volumineuse sphère immobile, aveuglante au point que Mme Dugué chausse ses lunettes solaires. Tout à coup la boule se met en mouvement, vacille, oscille deux à trois fois de droite à gauche et de gauche à droite et hop.. se retrouve un peu plus haut. Là elle stationne de 5 à 10 minutes, elle effectue à nouveau ce mouvement pendulaire et se retrouve encore plus haut. Et ainsi de suite. Vers 23 heures elles disparaît subitement. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 374, 375) 1972, 17 mars USA, Loveland (Ohio) (cfr: 3 mars 1972) Un autre conducteur fit une rencontre identique. Il roulait dans le sens opposé et vit, couché au milieu du chemin, comme le cadavre d'un animal. Il sortit de voiture dans l'intention d'écarter le cadavre de la route. En ouvrant sa portière, il vit dans la lumière des phares, bouger la créature, mi courant, mi sautillant, et sauter par dessus le garde fou en tournant la tête vers le témoin. Celui-ci prit son fusil et tira, mais rata le coup. La description de la créature correspond à celle donnée quinze jours plus tôt. Ce témoin-ci alla déposer à la police. (From the files of Ron Schaffner) (suite au 19 mars 1972) 1972, 18 mars FRANCE, Pont de Cheruy A 19 h 15, Edouard Sessière et son fils Christian 17 ans, en voiture, sont soudain éblouis à proximité de la maison "Cantamin" au quartier du Brochet. La lumière provient d'un objet stabilisé à 35 m de haut. La lumière est tellement éblouissante que M. Sessière doit s'arrêter net. Elle ressemble à un arc électrique comme reflétée par des miroirs tournants. L'objet ne paraît pas métallique, son diamètre peut être de 10 m. Au bout de deux minutes il pivote en position horizontale, démarre, s'arrête 100 m plus loin pour reprendre sa position verticale et disparaître à grande vitesse en décrivant un "S" jaune-rose-rouge en direction de Charvieu. Le "S" disparaît au bout d'un quart d'heure. Effets physiques sur la montre et sur la voiture. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 378) 1972, 19 mars USA, Loveland, Ohio (cfr: 17 mars 1972) Le témoin de la veille, vit la créature et tira vers la créature. Il vida son arme de service sur elle. Personne ne veut plus en parler et le témoin a déménagé vers la Foride. (Source: Loveland Herald Cincinnati Suburban Press 7/18/85)
16

1972, avril PEROU, Lagune de Huaypo Lors d'une excursion rassemblant 4 voitures avec un total de 15 personnes adultes et deux enfants, arrivés à hauteur du Huaypo vers 20 h 00, d'un coup les 4 voitures s'arrêtèrent. Inquiets ils se mirent à examiner les moteurs et entendirent alors un bourdonnement venant du nord. C'était un objet de 10 à 15 m de diamètre se déplaçant rapidement en ligne droite oblique en direction du lac et qui s'y engloutit assez lentement. C'était un disque bleu argenté entouré d'un halo orangé et lors de l'immersion l'eau du lac se teinta d'orange à l'endroit de l'impact. Les moteurs des voitures purent être remis en marche 2 à 3 minutes après ce phénomène. (Inforespace n° 27 - 1976, p. 14, 15) 1972, avril FRANCE, Sainte Soulle M. X circule en voiture et se trouve à 2 km de son domicile. Il est environ 22 heures. Dans un virage à hauteur d'un bois, il aperçoit sur la droite une lueur semblant provenir d'une clairière en bordure de route. Arrivé à proximité il découvre avec stupeur un très grand objet discoïdal surmonté d'un dôme et posé, semble-t-il, sur 4 pieds. Paniqué le témoin cherche à repartir et s'aperçoit alors que les phares sont éteints et que le véhicule est arrêté et ne veut plus démarrer. Il restera sur place pendant 45 minutes. Une paralysie progressive gagne les membres et la voix du témoin. Au terme de son attente forcée, dans le silence le plus absolu, il voit un être minuscule et noirâtre, paraissant mince, 1m de haut, jaillir du bois qui borde la clairière, sauter sur le rebord du disque puis sauter à nouveau pour se fondre littéralement dans le dôme. Aussitôt l'engin décolle en effectuant une ascension pendulaire, s'immobilise quelques secondes entre 50 et 90 mètres. Puis, d'un trait lumineux, se dirige vers Marans, les marais de Brie et St Michel par le nord. M. X voit ses phares se rallumer mais reste choqué. Il est hébété, pleurant au volant de son véhicule, incapable de faire un geste. Il est 22 h 50, le détecteur magnétique de M. G. (voisin de M. X) se déclenche émettant une sonnerie discontinue. M. G. s'intéresse aux ovni et il prend sa voiture. Il trouve M. X. et le ramène chez lui, à demi-inconscient. Ce n'est que le lendemain qu'il pourra raconter son histoire et se souvenir. Il reste cependant frappé d'une amnésie partielle ne se souvenant plus des faits passés il y a 6 mois. La mémoire reviendra plusieurs semaines plus tard. Traces nombreuses. Dont une vache dans le pré près du bois d'où sortait l'humanoïde: le fermier la trouvait morte marquée de trois trous bien nets au milieu du front entre les yeux. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 384 à 386) 1972, mai BELGIQUE, Basse-Wavre En voiture, le témoin aperçoit vers 10 heures du matin, une boule vert pâle de la grosseur d'une noix de coco, immobile sur le côté gauche de la route, à 50 cm du sol, à une vingtaine de mètres de l'auto. D'un seul coup la boule se mit en mouvement, sur une trajectoire rectiligne légèrement ascendante, se dirigeant droit vers la Peugeot dont le conducteur freina instinctivement. Moins d'une seconde plus tard la boule explosait sur le pare-brise à hauteur du visage du conducteur, avec un bruit étouffé sans laisser aucune trace. (Inforespace n° 23, p. 14,15) 1972, 26 mai CANADA, Alberta Joe Anderson, Andy Dufrene et Bob Ashmead, tous trois de High Level, circulaient ensemble en camion. L'un d'eux remarqua au-dessus des arbres un objet muni de tuyaux d'échappement. Cet objet les suivit pendant 80 km entre High Level et Edmonton. L'objet se divisa en plusieurs segments à un moment donné allant chacun son chemin puis se réunissant à nouveau. Silencieux. L'objet louvoya de gauche à droite. Les témoins appelaient leur patron par radio pour qu'il regarde. Il le fit en compagnie de son épouse. Rapport à la Police. (Canadian Ufo Report vol 2 n° 6 1973, p. 23-25)
17

1972, 20 juin CHINE, Pag-Ting (près de Pékin) Plus d'une cinquantaine de témoins virent apparaître à 9 h 35 du matin, une gigantesque soucoupe qui venait de l'ouest. Elle avait la taille d'un petit camion. Sa forme était d'un ovale parfait et sa couleur grisbleu émettait une légère luminescence. Le ciel était couvert et l'engin se détachait sur les nuages. Il est resté près de vingt minutes oscillant légèrement au-dessus des faubourgs de Pag Ting. Il a été photographié. La chasse militaire est intervenue dans le but de l'intercepter, mais dès que les avions se sont rapprochés, il a disparu à une vitesse prodigieuse vers le nord. Selon les témoignages sa vitesse dépassait sans doute mach 4. (Gilles Danjou - Nostra - 18.11.1972) 1972, 20 ou 26 juin AFRIQUE DU SUD, Fort Beaufort (Le Cap) Une boule de feu rouge, d'un mètre de diamètre, changeant de couleur et devenant verte, puis blanche, est observée planant au-dessus des arbres d'une ferme. Bernie Smit tira plusieurs coups de feu vers l'objet, sans aucun résultat. Une heure plus tard, la police prévenue arriva et ils virent alors une sphère noire qui s'esquivait derrière les arbres à leur approche. Ils firent feu vers la boule. Elle devint alors de couleur gris-blanc, folâtrant au-dessus des arbres, avec un fort bruit de brassage d'air. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 350, 351, situant cela au 20 juin) juin 26, 1972 - Port Beaufort, Le fermier de Klerk abreuvait son bétail dans une prairie. Soudain il vit une plume de fumée dans le ciel clair et sans nuages. La fumée se dirigea rapidement vers lui et explosa en une boule de feu rugissante. Terrifié, de Klerk laissa choir son seau et courut chercher le patron , Bernie Smit. Ameutant un groupe de travailleurs, Smit retourna sur les lieux pour y trouver la boule de feu planer au-dessus de la prairie. Comme les hommes montaient sur la clôture, la boule de feu s'esquiva et remonta. (Internet, 1998) 1972, nuit du 22 au 23 juin ESPAGNE, Logrono (Vieille Castille) Javier Bosque, préparant une licence en théologie et en philosophie, se couche sur le lit pour lire "Don Quichotte" et allume le poste de radio au volume le plus bas. A une heure avancée de la nuit, il n'entend pas à cause de cela un crépitement du bruit de fond: aux environs de deux heures du matin il lit encore. Tout à coup il lui semble que la lumière augmente d'intensité. Il pose son livre et regardant vers la fenêtre il aperçoit une forte luminosité à travers les fentes des volets de la fenêtre entrouverte. Sa curiosité se transforme en peur quand il se rend compte que la fenêtre s'ouvre lentement, laissant le passage à un objet lumineux qui vient vers le centre de la chambre. Il avance lentement, à deux mètres du sol, sans bruit. La lumière fait mal aux yeux et Javier s'est réfugié sous les couvertures, les yeux mi-clos. L'objet monte, descend à 40 cm du sol, s'arrête. Depuis que cette chose est dans sa chambre le transistor émet des sifflements étrangement aigus. Il sort le bras des couvertures et allume l'enregistreur. L'engin descend encore plus bas, entame une exploration au moyen d'un rayon à l'aspect laser de 5 cm de diamètre, du poste de radio à l'enregistreur. Une fois ce rayon totalement rentré l'engin remonte à 2 m, après quelques secondes d'immobilité, s'envole en direction de la fenêtre et disparaît. Quand plus aucun sifflement ne fut audible il arrêta l'enregistreur et alla vers la fenêtre: rue déserte et ciel partiellement couvert. L'enregistrement a fait l'objet de plusieurs études. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - p. 55 à 59) 1972, 23 juin BRESIL, Apacurana (Parana) Sergio Gugerman, 12 ans, revint en courant à la maison vers 13 h 30 attirant l'attention sur un objet suspendu à certaine hauteur au-dessus d'un pin. L'enfant disait avoir vu s'élever l'objet de derrière les plantations de cannes et de bananiers, au milieu d'un tourbillon de poussière, de feuilles et d'herbes. Le
18

spectacle fit galoper les chevaux et les vaches. Les témoins couraient vers l'objet et virent qu'il était rond, obscur en dessous, brillant au dessus. Il ressemblait à une vessie élargie. Il évoluait sans bruit. Avant de partir en accélération vers le sud, il laissa tomber une pluie de feuilles de papier brillant, que les enfants voulurent attraper, mais soudain elles montèrent vers l'engin, comme aspirées par lui. Traces. La veille, le père de Sergio avait entendu vers 19 heures un bruit, que sa femme croyait être la chute d'une branche, mais ils n'étaient pas sortis pour voir. (STENDEK n° 10 p. 32-33) 1972, 15 juillet ARGENTINE, Arroyito (entre Balnearia et Cordoba) Severino Porchietto au volant de la Ford Falcon 1968 et le passager Attilio Brunelli, tous deux de la cinquantaine, furent surpris, à 03 h 10 de la nuit, par un brillant éclair de lumière illuminant la région comme en plein jour. Quelques instants plus tard ils virent à 50 m de la route à gauche, une rangée de lumières rectangulaires, qu'ils prirent pour celles d'un train arrêté: 2 m de haut pour 70 cm de large, séparé par des montants foncés de 50 cm de large, lumière émise orangée. En devisant entre eux, ils constataient tout à coup qu'ils entraient dans une localité qu'ils estimaient être Rio Primero: ils s'en étonnaient fortement car ils auraient dû traverser des villes comme Transito et Santiago Temple. Ils étaient chez eux à 03 h 30 exactement, ayant parcouru les 185 km en une heure seulement! La voiture n'avait consommé que 12,5 litres d'essence! Alors le conducteur se souvint, mais deux jours plus tard, qu'à certain moment, après l'éclair, il avait été surpris par l'anormale douceur de conduite de la voiture, qui semblait se balancer doucement. Il y eut des suites physiologiques. (Inforespace n° 11 - p. 33 à 36 1973 - SOBEPS) 1972, 25 juillet ITALIE, Bagnacavallo (Ravenne) Giordano Orioli fut réveillé vers 01 h 15 par les abois du chien, qui courait affolé de la porte de la maison vers la grille du jardin. Il se contenta de rentrer le chien, qui se calma. Ver 04 h 40 Lina Orioli, peu après son lever, ouvrit la fenêtre et vit immédiatement l'objet alors qu'il faisait encore nuit. Elle appela son mari. Ils pensaient à un camion en panne rangé en dehors de la route. Vers 05 h 00 Giordano sortit avec le tracteur dans l'intention de déplacer ce "camion". Mais.. c'était un objet rectangulaire de 6 ou 7 m de long pour 1,50m de haut avec une partie bombée sur le dessus portant la hauteur totale à 3,5m selon son estimation. Sur le côté large, dans la partie bombée, il y avait deux rangées de quatre hublots ronds, nickelés ou argentés d'environ 40 cm de diamètre, et un tube ou une antenne recourbée vers le sol, sortait du côté réduit. Arrivé à 6 ou 7 m de l'engin, il commençait à s'élever soudain en faisant un bruit de 3 ou 4 bonbonnes de gaz ouvertes en même temps. Trop stupéfait, le témoin ne le suivit même pas des yeux (Notiziare UFO 46, juillet-août 1972 - CUN - Bologne) 1972, 9 août FRANCE, St Jean du Gard Vers 02 h 30 du matin, le témoin qui campait avec son mari dans le jardin d'un couple ami, prenait le frais dehors. Elle vit une forme illuminée très brillante de la grandeur d'une Fiat Isotta dans les collines lorsqu'elle entendit marcher derrière elle, comme des pas d'enfant. Elle se retourne et voit à 3 ou 4 m une forme tournée vers elle. Cette forme mesurait 1,20m de haut, était absolument noire. Le corps tenait du parallélépipède. Il lui semblait que la forme était en bois de 30 à 40 cm d'épaisseur, surmontée d'une forme ovoïde à la place de la tête. Deux ronds blancs de 5 cm posés à la place des yeux se détachaient seuls de cette masse immobile, dont le bas était dissimulé dans les hautes herbes. Le témoin ressentit une impression morbide comme si la forme voulait la neutraliser, et elle est entrée d'un seul bond sous la tente pour rejoindre son mari. Il n'a pas eu le courage de sortir et a fermé la tente de l'intérieur. (J.C. BOURRET: "La nouvelle vague des S.V." - France Empire 1975, p. 108 à 113)

19

1972, 18 août MEXIQUE, Ixtapalapa Deux maçons occupés à la construction d'une maison entendirent un bourdonnement. "Nous regardions vers la route et vîmes deux êtres s'approcher. Ils étaient grands, près de 2 m. Ils portaient des vêtements argentés à facettes. Ils semblaient flotter en l'air et nous ne leur vîmes ni nez, ni bouche. Ils se rapprochaient de nous, et quand ils furent à environ 15 mètres nous vîmes qu'ils étaient verts." Ils s'envolèrent quand une femme arrivait vers nous sur la route. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 155) 1972, 18 septembre FRANCE, Louvroil/Hautmont Vers 1 h 30 M. et Mme Mahaut sont réveillés par un bruit insolite très audible: sorte de chuintement, et au même moment un éclairement brutal de la chambre par une luminosité orangée. Quelques minutes plus tard le phénomène se reproduit en sens inverse. Mme Mahaut bondit hors du lit, ouvre la fenêtre et voit dans le virage à 250 m de là, une lueur orangée, elliptique, étalée sur le sol. Tout baigne dans cette lueur qui représente en fait un volume hémisphérique de plusieurs mètres de hauteur. Le phénomène s'éloigne vers l'ouest. La luminosité orange est remplacée par des rayons orangés, qui disparaissent et une sphère cyclamen se lève. (suite au 25 octobre 1972) (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 397) 1972, 20 septembre CANADA, Montagne de Rougemont A 0 h 45 un OVNI venant de St Damase en se balançant légèrement stationna au sommet de la colline pendant 10 minutes. 3 témoins. Largeur estimée 45 m au moins. L'objet ressemblait à la planète Saturne, l'hémisphère au-dessus de l'anneau était gris aluminium percé de hublots ovales trois fois plus larges que hauts. Deux des témoins se décidèrent à partir, le troisième eut l'idée de faire des appels de phares. A sa grande surprise l'OVNI s'ébranla alors et dans le temps d'un éclair piqua vers la voiture qu'il frôla de justesse avant de disparaître. Voulant repartir, l'automobiliste constata que le moteur était arrêté. Il tremblait comme une feuille et le lendemain il était encore blanc comme un linge: il avait cru que sa dernière heure avait sonné. (Inforespace n° 11 - p. 31, 32 - 1973 - SOBEPS) 1972, 21 septembre ARGENTINE, Santa Isabel Le théâtre des observations est l'usine IKA-RENAULT. A 05 h 40 Merlo se dirigea vers les vestiaires (dont il était le gardien). A 01 h 40 il avait fermé les portes d'accès et il devait les ouvrir pour le personnel d'entretien qui arriverait vers 06 heures. Il ouvre la première porte et allume, puis ouvre la seconde porte et dépose du savon et des essuies près des premiers éviers. A ce moment il constate que la lumière sur sa gauche est éteinte et qu'une personne est assise sur un des petits éviers. Il s'étonne. Tout de suite une seconde lampe pète avec un bruit sec, tandis que celle qui était éteinte s'allume et il constate en même temps que le personnage assis a disparu. Merlo recula vivement, mais ne trouva plus aucune trace de lui. Il a tout vérifié jusqu'à l'intérieur des armoires métalliques: il n'y avait rien. Il n'osa raconter à personne son expérience de peur qu'on l'accuse de négligence. Le soir, à 21 h 10 en prenant le bus pour reprendre son service de nuit à l'usine, assis sur la 3e rangée il voit tout à coup dans le rétroviseur le visage du personnage observé le matin. Après 3 minutes l'image s'efface et il vit alors les scènes de l'intérieur du bus. Vers 22 h 30 il se mit au travail, mais perturbé par les événements vécus, il décida de se confier à Romero, chef du département protection de l'usine. Toute l'affaire fut tenue secrète. Le témoin souffrit pendant 3 jours d'une irritation des yeux et il y eut de curieux incidents avec les lumières dans les vestiaires et avec la montre du témoin. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - p. 174 - 177)
20

1972, 27 et 28 septembre ARGENTINE, Santa Isabel. A nouveau l'usine IKA- RENAULT. Aux environs de 22 h 30 le jeune Moreno déposa des documents sur la table au Bureau du Génie, sans allumer les lumières, par routine. Aussitôt les lumières s'allumèrent et s'éteignirent, trois fois de suite. Après cela il entendit comme un bruit de turbine tout à fait inhabituel pour ce secteur là. Il prit peur et remonta de suite sur la moto pour se diriger vers le dépôt à 200 m de là. A 23 h 13 il refit le chemin en sens inverse quand il vit assez loin à sa droite une sorte d'arc-en-ciel près du sol. Tout à coup, à 100 m de distance sur le bord droit de l'allée et à 10 m du trottoir, un personnage vert bleuté se déplaçait lentement. Quand il fut à 30 m de cet être, ce dernier se retourna. Le tuyau d'échappement de la moto de Moreno produit une décharge, l'engin fut secoué, le moteur diminuait de régime. Sa moto finit par s'arrêter de façon non explicable, face à cet être. Haut de 230 à 240 cm, athlétique, visage anguleux, blanchâtre ou vert clair, sans cheveux, oreilles pointues, yeux brillants et ronds. Ni paupières, ni cils ni sourcils, bouche en ligne droite. Cela dura 30 secondes environ avant que la moto repartit lancée vers la gauche, fit un saut brusque avant de recommencer à obéir au témoin. La sirène d'arrêt de travail retentit, il était 23 h 30 mais la montre du témoin était arrêtée à 23 h 13. Il mit les gardiens au courant des événements. Le lendemain vers 22 h 30 en regardant par la fenêtre il vit le même être dehors, dans un coin désert. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - p. 177 à 187) 1972, 28 septembre ARGENTINE, Santa Isabel Vers 03 h 40, le chauffeur de camion Rodriguez arrivait à l'usine IKA-Renault pour décharger des tôles. Ce qu'il fit. Il s'apprêtait à faire marche arrière quand il vit l'air s'illuminer. Quelqu'un vint de derrière en marchant par le côté droit du camion. Par la vitre, Rodriguez vit de profil, le torse d'une personne de haute stature, mais ne vit pas la tête. Quand le personnage arriva à l'avant-droit du camion, le témoin le vit par le pare-brise. Le personnage pivota sur lui-même et fixa Rodriguez, il fit ensuite le même mouvement en sens inverse et poursuit sa marche. Ses mouvements étaient ceux d'un robot. En s'écartant du camion, l'être traversa la route en diagonale, se dirigea vers la gauche dans une ruelle où il disparut derrière les armatures métalliques y disposées. (Inforespace n° 19, p. 36) 1972, septembre CANADA, Beauséjour (Manitoba) Mc Farlan, son épouse et les 3 enfants roulaient de nuit. Soudain un objet lumineux s'approcha de la voiture à une altitude de 10m. Il était oblong et brillant "de la taille d'une table à dîner ovale": 1,20 m à 1,50m de long, 30 cm d'épaisseur. Le conducteur accéléra, ralentit plusieurs fois: l'objet resta au-dessus du toit de la voiture. A un carrefour Mc Farlan s'arrêta et éteignit les phares. L'objet était toujours là. Ils repartirent donc, accompagnés de l'OVNI. Arrivés chez la belle mère: l'OVNI les attendait à 3 m audessus de la maison de celle-ci, se balançant légèrement et tournant en oscillant. Il paraissait solide au travers d'un halo de lumière blanche, mais aucun détail ne fut visible. Cinq minutes plus tard toujours en rotation, il s'éloigna lentement vers l'ouest. (Canadian Ufo Report vol. 2 n° 6 - 1973 p. 23-35) 1972, 4 octobre ARGENTINE, Buenos Aires Vers 03 h 15 Gilberto Grégorio Coccioli, 50 ans, a été transporté dans un laboratoire par des occupants d'un OVNI. Ils lui auraient extrait du sang d'un de ses doigts à l'aide d'une sorte d'instrument ressemblant à un crayon gras. Ensuite on lui préleva du sperme. Après son aventure le témoin constata que sa main commençait à avoir des enflures constantes. (Inforespace n° 41 de 1978, p. 9)

21

1972, 19 octobre URSS, Tachkent, lac Ryzl Plusieurs témoins observaient un disque qui semblait en difficulté au-dessus du lac. Un des témoins constatait la chute de silhouettes ressemblant vaguement à des hommes blessés et désarticulés. Les gendarmes arrivés sur les lieux découvrirent le corps d'un être qui mesurait 1 m 34, à la peau grise, et malgré un long séjour dans l'eau ne présentait aucun signe de putréfaction. Il avait le ventre proéminent. Les plongeurs spécialisés vérifiaient s'il ne se trouvait pas d'épave dans le fond du lac: ni épave, ni autres corps. Mais des traces, photographiées: une longue tranchée régulière de 4,60m de large qui s'évasait en certains points. Aux endroits rocheux la pierre avait été taillée sur la même largeur, mais aucune trace de métal arraché. Les parois rocheuses où la roche est attaquée sont littéralement vitrifiées. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 616, 617) Vers 11 heures du matin une paysanne longeant un étang aux environs de Tachkent aperçoit un engin ovale de 10 m de circonférence, violemment secoué qui tombe dans l'étang. Des petits êtres en sont éjectés au cours de la chute. Quelques jours plus tard un pêcheur découvre le cadavre d'un petit humanoïde sans oreilles, à la peau grise, de 1 m 34 de haut (...) (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy Trédaniel 1995, p. 112) 1972, 29 octobre BELGIQUE, Tirlemont Entre Beauvechain et Tirlemont, peu après 23 heures, les époux Garin en voiture, se virent accompagnés à 3 ou 4° d'élévation par deux point lumineux clignotants. A 23 h 30 M. Garin gare le véhicule pour mieux observer. Ils virent alors que ces feux clignotants appartenaient à un objet sombre gris métallisé en forme d'obus, se trouvant immobile au-dessus d'un immeuble à appartements. L'avant était pointu et l'arrière muni d'un aileron vertical portant à son extrémité un feu clignotant. Le couple resta pendant dix minutes à observer cette étrange chose silencieuse qui portait dans sa partie supérieure deux rangées de fenêtres carrées se détachant très nettement et éclairées d'une lumière jaune. Puis, très lentement, l'objet se mit en route vers l'ouest et les témoins entendirent alors un très léger sifflement rappelant en assourdi le bruit d'un moteur électrique de moulin à café. En s'éloignant il émit tout à coup 4 ou 5 flashes de lumière argentée qui illumina le bas de l'objet. Ensuite il disparut dans la nuit. (Inforespace n° 26 - 1976, p. 22, 23) 1972, 2 novembre FRANCE, Cascades du Hérisson (Jura) En plein jour, 16 h 20, par un temps splendide. "Ca s'est passé au-dessus de mes bassins d'élevage, dit Georges Vuillien. mes regards ont été attirés par des spirales transparentes, qui s'abaissaient jusqu'aux viviers. Et là, à 50 m je découvre ce truc énorme, immobile à une dizaine de mètres de haut à la verticale du petit chalet. Je le vois de profil. Il a environ 25 m de diamètre. Il est surmonté d'une petite coupole de 2 à 3 m de haut. Le disque lui-même est de couleur aluminium mat. La coupole brillante comme un miroir. Aucune trace d'ouverture. franchement je commençais à être inquiet. Autour de cet engin immobile et silencieux, aucun arbuste, aucune feuille ne bougeait. Même quand il a commencé à se mettre en mouvement. j'étais vraiment cloué sur place de frousse. Lentement il a pivoté comme sur un axe horizontal pour se mettre sur la tranche et a pris l'aspect d'un disque. Il s'est élevé tout doucement jusqu'à environ 50m. Ca a duré 4 ou 5 secondes. Puis, brusquement il a fusé vers le ciel, comme un boulet de canon. Il s'est arrêté à 10000 ou 12000 m et avait alors la grosseur d'un pamplemousse. Au bout de trois minutes il s'est remis en mouvement. J'en avais les jambes coupées, j'ai dû m'asseoir pour me remettre". (GARREAU et LAVIER: "Face aux extra-terrestres" - DELARGE 1975 - J'ai Lu, p. 155 à 158) 1972, 28 novembre CANADA, La Sarre (Québec) Témoin: 1; Heure: entre 10h00 et 10h45
22

C'est après une conférence sur les soucoupes volantes que je rencontrai la famille Mercier de la Sarre. M. Louis-Charles Mercier, quarantaine. Mme Rose Mercier, quarantaine. Marlène Mercier, 14 ans. Mario Mercier, 11 ans, le témoin principal. L'incident concerne Mario, mais toute la famille a collaboré à l'enquête avec une spontanéité remarquable. "J'avais alors 9 ans. J'étais parti m'amuser sur la patinoire située à 200 m de la maison. Puis sans raison aucune, à un moment donné, j'ai regardé vers le ciel. C'est alors qu'avec étonnement j'ai aperçu comme un nuage qui descendait vers le sol à une vitesse vertigineuse et qui a atterri tout près de la remise collée à la maison, du côté de la cuisine. Ce spectacle insolite devenait de plus en plus intéressant, mais aussi effrayant, lorsque trois petits "scaphandriers" noirs carrés de forme, avec le visage grisâtre et mesurant environ 1,20 m sont sortis de ce nuage rond. J'en vis un qui se dissimula derrière la remise, un autre derrière le nuage solide et le troisième, lui, ramassait de la neige avec une sorte de petite chaudière aussi noire que le costume de celui qui la tenait. Je n'ai pas vu de main, l'anse était cachée dans le costume. Le possesseur de la chaudière se leva, car il s'était penché pour recueillir la neige et il se précipita vers le poulailler distant d'une bonne quarantaine de pieds ou plus de la maison. Il allait ouvrir la petite porte quand je criai avec force "aie!" Il tourna son visage vers moi et il se dirigea à la course vers moi, transi de peur. Je sentis un grand sentiment d'angoisse monter en moi, ne sachant pas ce qui pouvait m'arriver. Alors je me suis réfugié dans mon filet servant à retenir les rondelles de hockey lorsqu'elles sont lancées à cet endroit. Je suis peut-être resté une minute. Ensuite, je me suis relevé. Le bonhomme carré se dirigeait vers le nuage ne faisant pas de cas de ma présence, contrairement à ce que j'avais cru au début. Avec son compagnon, il est monté dans le nuage. Ce que j'ai trouvé très bizarre, c'est qu'il n'en est monté que deux. L'autre, je ne sais ce qu'il est devenu.". (Jean Ferguson, ufo Québec no 5, bref résumé Québec Insolite) 1972, 18 décembre MEXIQUE, Mexico-City (cfr: 14 nov. 72) A nouveau Lya se trouve à l'entrée de la grande salle, regarde vers Hernandez qui s'entretient avec un collègue, puis elle disparaît dans la foule des étudiants. (suite janv. 73) (Mitarbeiter, "Ufo Geheimnisse", Berlin, Januar 1989) 1972, 24 décembre LABRADOR, en mer L'équipage du navire roumain Moldoveanu a observé, par 60° de lat. nord et 61° de long. ouest un objet irradiant se dirigeant à vive allure vers le bateau en volant au-dessus de la mer. Parvenu au-dessus du navire il ralentit et changea de forme de manière répétitive. Sa couleur changeait aussi, du rouge au jaune puis à un blanc bleuté, chaque fois que la forme se modifiait, de circulaire en ovale allongé. Après une heure d'observation (donc de 3 à 4 heures du matin) l'objet bondit vers le haut et disparut devenant de plus en plus petit. (Ion HOBANA/Julien WEVERBERGH: "Les OVNI en URSS et dans les pays de l'Est" trad. Laffont 1976, p. 357) 1972, 30 décembre ARGENTINE, province de Buenos Aires A 22 h 30, le témoin de 73 ans, était assis à 6 m du petit abri dans lequel il vit et buvait son "maté". Il venait de terminer son repas du soir. Près de lui se tenaient son chien âgé de 4 à 5 ans et une chatte avec des petits. Il écoutait son transistor lorsque subitement celui-ci tomba en panne. Il entendit alors un fort ronronnement, plus fort que celui d'un essaim d'abeilles en colère. Il vit une lumière éclairant toute la région et distingua un gros objet flottant presque au-dessus de sa tête à 10 ou 20 m de hauteur (...) D'abord un seul personnage était visible de la taille à la tête par un hublot, et ensuite il vit un second occupant, puis d'autres encore. Il se souvient seulement de leurs yeux bridés, fixes, profonds et d'une simple fente pour la bouche. L'objet bougeait dans toutes les directions. Sur l'uniforme boudiné de l'un des visiteurs il vit un emblème ressemblant à un hippocampe surmonté d'une couronne, à côté il y avait des symboles sur le côté droit. Il vit un nombre imposant d'instruments et de cadrans. Un flash sortit
23

aveuglant le témoin: ce faisceau emporta le chat qui disparut sur le champ. Le ronronnement devint plus fort et l'appareil devint bleu-vert. Au total l'observation ne dura que 20 secondes. Le chat réapparut 48 jours plus tard, le 16 février 1973 et son dos montrait des traces de brûlures et d'écorchures. Différents effets physiques ressentis par le témoin (n'ayant fait que deux années d'école primaire): encore sous l'appareil il sentit des picotements dans les jambes. Cette sensation dura 2 jours et ne disparut qu'au bout du 3e jour. Trois ou quatre heures après l'observation il eut un terrible mal de crâne, qui empira, et pour lequel l'aspirine était sans effet. Cela dura huit jours avant de diminuer peu à peu. A ce moment là les douleurs se faisaient sentir aussi dans le cou et dans la nuque. Huit à neuf heures après l'observation il eut des coliques violentes, jusqu'à 8 fois par jour. Cette diarrhée dura huit jours et il fit alors possible de la couper avec du Streptocarbocaftiazol. Les quatre premiers jours les coliques étaient accompagnées de nausées et de vomissements. Il perdait ses cheveux de façon anormale à chaque coup de peigne. Quinze jours après l'observation il eut des pustules rouges dans le cou qui démangeaient. Après l'observation le témoin eut des difficultés pour parler et ne pouvait presque pas mouvoir la langue: cela dura de 10 à 12 jours. De plus, les yeux pleuraient, cela dura 5 jours. (Perrin Jack R. "Le mystère des Ovni" - J'ai Lu/Pygmalion 1976, p. 103 à 109, d'après un article publié par le F.S.R.) A la suite d'une visite à Maceiras, du 19 au 21 février 1973, Romaniuk note : "Depuis le 10 février environ, Maceiras a vu de nouvelles dents percer sa gencive supérieure gauche. Je peux confirmer qu'au jour de ma visite, deux dents de devant et deux dents de côté étaient en train de pousser, et qu'elles avaient déjà deux à trois millimètres de long " (Leonard STRINGFIELD, "Alerte générale OVNI", éd. France Empire 1978, p. 84) 1972, date non précisée FINLANDE, Pulkinnan Deux jeunes filles d'une vingtaine d'années, ont vu un ovni gris, métallique, éclairé en forme d'œuf. Elles ont été soudain frappées par un rayon rouge, et toutes deux ont été paralysées des pieds à la tête ; elles ne pouvaient ni respirer (note de vog ? ? ?) ni entendre, ni crier. Après une lutte acharnée, une des deux jeunes filles réussit à se libérer quelques secondes. Au moment où elle allait atteindre sa compagne, le rayon la frappa dans le dos. Elle sentit alors une chaleur intolérable et une vibration dans tout le corps. Toutes deux s'étaient senties abandonnées, et avaient perdu le sens du temps (note de vog : toujours sans respirer ? ) Enfin libérées du rayon, elles s'étaient précipitées dans la maison la plus proche. Leurs vêtements étaient couverts de boue, et l'une d'elles avait perdu un soulier (note de vog : logique, après l'aventure du rayon !) (Leonard STRINGFIELD : "Alerte générale OVNI", éd. France – Empire, 1978, p.78) 1973:

Sixième vague d’OVNI.
1973, janvier MEXIQUE, Mexico-City (cfr: 18 déc. 72) Pendant que Hernandez fait une séance de dias avec les étudiants, Lyan entre dans la salle. Hernandez interrompt son cours pour la rejoindre, mais quand il a pu se frayer un chemin pour parvenir à elle, elle est déjà partie. (suite 22 déc. 74) (Mitarbeiter, "Ufo Geheimnisse", Berlin, Januar 1998) 1973, 10 janvier FRANCE, Quarouble Vers 1 heure M. Pouget (Pourain?) accompagné de Mlle Donez circule en voiture rue du Dauphin en direction de Blanc Misseron et de la frontière belge. A proximité du stade un phare gris-blanc évolue lentement. D'abord ils ne s'en étonnent pas outre mesure. Quand ce phare projette brutalement par intermittence d'intenses faisceaux lumineux, qu'il se déplace vers l'est, zigzague, monte, descend, se déplace en dents de scie, effectue une courbe, arrive rue du Dauphin et dirige son faisceau dans la
24

direction des témoins.. et s'éteint brutalement, là les témoins sont effrayés. Remis de leurs émotions, cinq minutes s'écoulent et le phénomène apparaît à nouveau. Il ne projette plus de faisceau: c'est un carré aux angles arrondis, avec une ligne verticale courbée sombre, un halo important l'entoure lui donnant l'importance d'une maison. Une véranda est éclairé par ce phénomène et les témoins en voient tous les détails. (vog: je suppose que l'on parle ici des détails de la véranda et non de ceux du phénomène). (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 402, 403) 1973, 3 mars FRANCE, Montmirail 4 h 20 du matin, une boule de feu du diamètre d'une roue de voiture apparaît au ras du sol, au lieu-dit « Vaux-Clairoix ». Elle s'élève à la vitesse d'un ballon jusqu'à une hauteur de 30 mètres puis redescend à la même vitesse au même endroit. A 4 h 50, une seconde boule de feu vient faire des acrobaties avec la première. Des étincelles blanches et brillantes se produisent lorsque les deux boules se rapprochent. Le phénomène s'élève puis disparaît en accélérant (enquête du réseau français Lumières dans la nuit, le seul des groupes cités encore en activité et qui publie la revue du même nom : LDLN, BP3, 86800 Saint-Julien-l'Ars). 1973, 26 mars AUTRICHE, Graz Il était 05 h 00 du matin, M. A. se rendait au travail (usines Puch à Graz-Thondorf). Arrivé au pont de Puntigam il aperçut que la route et l'air étaient éclairés par une lueur bleue. Il vit alors un objet glisser dans le ciel, juste au-dessus de la ligne à haute tension. Cet objet se rapprochait à vitesse constante, comme un planeur prêt à atterrir, l'avant pointé vers le sol. L'objet avait la dimension d'une automobile moyenne, coloré en bleu, terminé par 4 ou 5 pointes en forme d'éventail sur une sorte de parallélépipède (boîte) aux coins arrondis, à l'avant il y avait comme un rebord. Le témoin à vélo, pédalait de plus belle, ressentant une étrange sensation d'insécurité tellement il était décontenancé par cette apparition. Arrivé à un coin de route, il regarda autour de lui et vit l'objet volant près du sol parallèlement à la route. C'est alors qu'il vit 8 ou 10 points fixes rouges, comme de petites coupoles qui émettaient une lueur rouge très vive qui tranchait sur le bleu du reste de l'objet. Tout à coup, sans aucun bruit, il s'éteignit, laissant la zone dans l'obscurité la plus complète. (Inforespace n° 21, juin 1975, pp. 19, 20) 1973, 25 avril USA, Enfied, Illinois Tard le soir Henry McDaniel regarde un dernier film à la télévision. Un bruit lui parvient, quelqu'un gratte à la porte. Il se demande bien qui ça peut être à cette heure tardive. Il se lève et va ouvrir la porte. Là, un être indescriptible le regarde. Il mesure entre 1,20m et 1,50m. Il a trois pattes, un corps ramassé, deux petits bras sortent de sa poitrine et ses deux yeux roses de la grandeur du réflecteur d'une lampe de poche fixent McDaniel. La sombre créature grisâtre tente de pénétrer à l'intérieur de la maison. Horrifié McDaniel ne lui en donne pas la chance. Il se rue sur son pistolet et sans sommation, il ouvre le feu. Dès le premier coup il a la sensation de l'avoir atteint, mais il constate que le monstre ne semble pas s'en porter plus mal. Avec un chuintement de chat sauvage il bondit en trois bonds et couvre une distance d'au moins 25 mètres. Il disparaît alors derrière la pente escarpée de la voie ferrée dans les buissons. (…) La police découvrira des empreintes de pattes, semblables à celles d'un chien mais avec six orteils. (Jean FERGUSON : "Les Humanoïdes… " - éd. Leméac, Ottawa 1977, p.180, 181) 1973, 22 mai BRESIL, Catanduva (Sao Paolo) A 03 h du matin Onilson Patero, employé de 40 ans, avait déposé un passager à Itajobi et continuait la route pour rentrer chez lui à Catanduva. La radio de bord eut de fortes interférences, le moteur des ratés au moment où un intense rayon de lumière bleue se mit à parcourir l'intérieur de la voiture. Tandis que le
25

véhicule cahotait, un point lumineux aveuglant, mais plus bas, il fut effaré en apercevant son moteur avec tous les détails: le capot et le tableau de bord semblaient ne plus exister: ils étaient transparents, comme si on regardait avec des yeux munis de rayons X. Il arrêta alors le véhicule. A l'intérieur la chaleur montait tellement qu'il suffoquait et il ouvrit la portière. Alors il vit l'objet stationnant à 10 m de hauteur à 15 m de lui, émettant un bourdonnement de turbine. Il ressemblait à deux chapeaux collés bord à bord, sans aucune structure et par un foyer unique il émettait cette intense lumière. Ensuite une sorte de tube descendit de la partie inférieure et une sorte de voile semi-transparent couvrit l'engin: le témoin ne souffrit plus de la chaleur ni du manque d'air. (...) Il perdit connaissance. Vers 5 heures du matin un policier le trouvait inanimé dans un ruisseau près de la route, à 30 m de sa voiture rangée sur le côté, portières ouvertes et phares allumés. L'homme fut conduit à l'hôpital. A l'intérieur de l'auto la serviette avait été ouverte et les documents qu'elle contenait été éparpillés. Effets physiologiques: cheveux bruns devenus tout à fait noirs, taches pigmentées jaunes sur le corps. (Inforespace n° 11 - p. 36, 37 - 1973 SOBEPS) Finalement il fut saisi d'une telle panique qu'il quitta son véhicule et courut, tête baissée dans la forêt proche de la route. Après avoir couru une trentaine de mètres, il sentit une force mystérieuse qui le tirait en arrière comme un ressort. Désespéré il voulut se libérer du lasso qui croyait-il, le retenait prisonnier, mais sa main ne rencontra aucun lien palpable. Lorsqu'il regarda vers sa voiture il constata d'autres transformations inhabituelles. Cette fois-ci le témoin fut si épouvanté qu'il perdit connaissance. (Emmeneger 1974) (A.SCHNEIDER - H. MALTHANER : "Le dossier secret des OVNI", éd. De Vecchi, 1978, p. 34) 1973, 29 mai MEXIQUE, Vera Cruz Miguel Angel Gonzalez roulait tranquillement à bord de son camion chargé de plâtre et de plaques d'amiante, quand il aperçut un groupe de petits hommes, semblables à des nains et vêtus d'étrange façon. Ces personnages prirent aussitôt la fuite, dès que le témoin arrêta le camion pour les examiner de près. Il les chercha pendant quelques minutes sans les voir, et retournant vers le camion il vit que celui-ci était entouré de gigantesques flammes bleues ne produisant aucune chaleur. En quelques instants le camion et son chargement furent détruits. Ce feu étrange avait épargné le plastic des sièges, la peinture des portes, le réservoir à essence... (Inforespace n° 23 - octobre 1975, p. 11) 1973, 25 juin USA, Murphysboro (Illinois) Un peu après minuit, Randy Needdham et Judy Johnson stationnaient leur voiture sur le quai aux canots de la rivière Big Muddy. Soudain un cri strident. Levant les yeux ils virent, surgi d'on ne sait où, un énorme géant qui marchait pesamment vers eux. Il s'arrêta à six mètres. Il parut blanc, avec des poils courts plaqués par la boue de la rivière. Il était d'une très forte constitution et mesurait dans les 2 m. Les témoins déguerpirent pour aller avertir la police, qui découvrit des traces. (Jean FERGUSON : "Les Humanoïdes… " - éd. Leméac, Ottawa 1977, p.182)

26

1973, 30 juin TCHAD, en vol Le Concorde piloté par André Turcat survolait le Tchad à 17000m d'altitude et à Mach 2, en mission scientifique: observation de l'éclipse solaire. Jean Begot, technicien du CNRS prenait des photos. Au développement un cliché montra dans la nuit de l'éclipse un point lumineux. (à 15 km de l'avion) Au grossissement cette "étoile" prenait l'ampleur d'une soucoupe volante. Ce point lumineux avait été observé par tout l'équipage: (Robert ROUSSEL: "OVNI, la fin du secret" - Belfond 1978, p. 20) 1973, été USA, dans toute la Pennsylvanie Comme il s'agit d'un rapport groupant 118 témoignages séparés de rencontres avec des créatures inconnues, la date et le lieu ont été généralisés. Chaque rapport se différencie quelque peu mais tous ont en commun certains détails. Le fil conducteur des rapport est la rencontre avec une ou plusieurs créatures poilues, ressemblant à des singes, avec des yeux lumineux, des oreilles apparentes, des gros nez, des dents de carnassiers et de longs bras. Là ou Gordon put prendre les empreintes des pieds, elles étaient très grandes. Les rencontres se firent généralement dans des zones boisées ou près de villages ruraux. Pendant l'observation de ces créatures, les animaux domestiques restaient alors généralement calmes, mais dans la période qui précédait comme dans celle qui suivait, les animaux et les petits enfants s'agitaient fort : les vaches meuglaient, les chiens aboyaient, les enfants pleuraient toute la nuit. Ces créatures ont souvent été aperçues en association avec des observations d'ovni, on les voyait entrer ou sortir d'un ovni, et occasionnellement on a rapporté des messages télépathiques venant de ces créatures. A trois occasions les témoins ont tiré sur elles d'assez près, ce qui provoqua la disparition instantanée de l'entité, dans un flash de lumière. (DON ELKINS with CARLA RUECKERT, CASE NUMBER 4, Investigator: Stan Gordon, MUFON State Director) 1973, juillet CHINE, Changchun (Jilin) C'était un jour de juillet 1973, à 5 heures de l'après-midi. Soudain nous avons observé un objet qui volait du nord au sud, dans notre direction. Sa vitesse était lente et on n'entendait aucun bruit. En le regardant plus attentivement , nous avons remarqué qu'il ressemblait à une navette de grande dimension et que ses deux extrémités étaient pointues. Tout son corps était transparent comme du verre. Dans sa partie avant il y avait à l'intérieur des lumières aussi brillantes que l'arc électrique. Le milieu et l'arrière se divisaient en quatre étages munis de hublots bien rangés comme ceux d'un grand bateau. A 7000 mètres d'altitude, il nous paraissait énorme. S'il s'était posé sur le sol, il aurait été au moins aussi haut qu'un bâtiment de deux étages. Tout au long de son trajet au-dessus de notre tête, il ne fit aucun bruit. Nous avons tout de suite alerté les autres combattants de la caserne et tous sont sortis et ont regardé d'un air étonné. (…) Notre observation a duré en tout cinq ou six minutes. L'objet a disparu dans le lointain. . (SHI BO : "La Chine et les extraterrestres". éd. Mercure de France, 1983, p. 117, 118) 1973, 10 août COLOMBIE, Varones de Ibague Des étudiants près du ravin "El Jordan" qui devaient cueillir des échantillons de la végétation virent au bord du ruisseau presque asséché, 4 petits êtres pas plus grand que 20 cm: ils examinaient la boue. Vêtus de blanc, avec de petits bonnets gris, ils ressemblaient à des petits hommes miniature. A l'approche des étudiants ils disparurent "dans l'air". Un agent de police était également témoin du phénomène. Les empreintes des petits pas ont été photographiées. (GEPA n° 45 - p. 27 - 1975) Quatre jeunes garçons virent de toutes petites entités dans le lit boueux de la rivière. (Janet and Colin BORD: "Modern mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 322)

27

1973, août BRESIL, Nova Friburgo (Rio) Vers 14 heures Edmond Cardoso travaillant dans la Fazenda Velha entend un bruissement dans les feuilles à 20 m de lui: à travers les feuilles il voit une boule étincelante près d'un buisson dont les feuilles étaient agitées (alors qu'il n'y avait pas de vent).En se rapprochant il constate que l'objet flottait à 50 cm du sol, qu'il s'agissait d'une boule de 2 m de diamètre de couleur aluminium bleuté à l'éclat quasiment aveuglant. L'objet était ceinturé horizontalement d'une bande vert foncé et au sommet de la boule émergeait un cylindre vertical de 4 à 5 m de haut et de 50 cm de large. Le cylindre était terminé par une forme en entonnoir également de 4 à 5 m de haut. Cet objet tournait sur lui-même en 2 ou 3 secondes et balançait avec une amplitude de 50 cm environ. Prudemment il s'éloigna de quelques pas quand il entendit un claquement, comme d'une porte métallique. Il se retourna et vit en effet dans la partie inférieure de la boule une ouverture de 1 m de haut environ sur 60 cm de large et vit en même temps que l'épaisseur de la paroi faisait bien 5 cm. Dans l'encadrement apparut 30 secondes plus tard un être d'apparence humaine qui flottait dehors à 50 cm du sol, complètement vêtu de noir des pieds à la tête, sauf les détails qui étaient couleur cendre: les poignets et les mains lisses, les souliers de 20 cm de long sur 5 cm de large et 3 cm d'épais, une bande autour du cou de 6 cm de large, des orifices pour les yeux et la bouche. Le tissu était du genre cloqué, comme de plusieurs demi-sphères juxtaposées. L'être était relié à l'engin par deux câbles transparents de 5 cm de largeur partant des chaussures vers l'intérieur de l'ovni. En 5 enjambées il progressa de 3 m vers le témoin qui, épouvanté, s'enfuit. (Inforespace n° 34, p. 12) 1973, 14 septembre BELGIQUE, Cuesmes Il était 19 h 45, la nuit venait de tomber, M. Plume conduisait sa fille Sonia à Mons. "Soudain, à la sortie d'un virage, j'aperçus devant nous sur la gauche de la route un objet immobile à environ 200 m de hauteur, presque à la verticale d'une cabine électrique, à moins de 200 m de nous. C'était comme un pot de fleurs de la taille d'une petite voiture, avec à sa partie supérieure une espèce de scie dont on ne verrait que les dents. Aux extrémités de cette partie deux courtes antennes obliques. Le tout était de couleur orange vif. Quatre feux jaunes éblouissants sur les antennes et à la base de l'objet scintillaient. La partie supérieure sous les dents était plus claire et plus floue, jaune-orange. Les dents étaient brunâtres. Un halo orange clair et flou coiffait l'objet entre les antennes. Il était animé de vibrations légères. Quelques secondes plus tard, arrivés à hauteur de la cabine électrique, l'objet s'inclina vers la droite et s'éloigna vers Ciply. Sa lumière diminuait d'intensité et ses contours s'estompèrent." (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - p. 73 à 76) 1973, 20 septembre PORTUGAL, Alija-Vila Réal (Oporto) Entre 22 h 30 et 24 heures Serge Ribeiro Lisboa, Maria Filomena Costa Lisboa et Maria Carmela Santos Costa voyagent ensemble en voiture. Près de Sao Laurenço et Tua ils entendirent un bourdonnement insolite venant de l'extérieur de la voiture, et une faible lueur se déplaçant en même temps sur leur droite. Le conducteur stoppa et tous les passagers descendirent. Ils virent alors un objet lumineux blanc, comme un disque émettant au centre de sa partie supérieure une puissante lumière rouge. Ces flashes permettaient de voir une partie de la structure, qui apparaissait métallique, aluminium clair. L'objet était petit: 2 m de diamètre, 1 m de haut et semblait se trouver à 300 m d'altitude. Peu rassurés les témoins reprirent place dans la voiture et poursuivirent leur route jusqu'à la localité d'Alija. Là, le moteur eut quelques difficultés de régime que rien ne justifia et il y eut à nouveau l'observation du bourdonnement avec un son à cadence modulée, brève sans qu'aucune lueur ne fut vue. Après un trajet de 4 ou 5 km, ils virent dans la lumière des phares un objet insolite sur la route. Un étrange objet cylindrique qui émettait une couleur verte brillante, le conducteur ralentit craignant qu'il s'agisse d'un explosif quelconque, évita de justesse cet objet. Pendant ce même temps les passagers virent deux formes humaines allongées étendues sur le dos sur le talus. Elles étaient en combinaison couleur plombé argenté brillant, avaient
28

1m50 de grandeur et portaient des casques sphériques avec un hublot rectangulaire horizontal au niveau des yeux et une antenne de 50 cm de long qui émettait des lueurs rouges à son extrémité. L'observation fut brève. Effrayés le conducteur accéléra et au moment où la voiture dépassait l'objet cylindrique, les deux formes humanoïdes s'élevèrent du sol, d'une façon rigide, sans mouvements des bras ou des jambes. Les témoins virent alors une sorte de havresac sur le dos des humanoïdes qui s'élevèrent et disparurent au-dessus de la voiture. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi 1979 - p. 177 à 180) 1973, 27 septembre FRANCE, Bédarrides (Vaucluse) Antoine est venu à pied jusque dans cette petite clairière pour ramasser des champignons. Il était 17 h 30, le soleil était déjà bas, le ciel couvert par quelques nuages, pas un souffle de vent. Il remarqua un gros "nid de champignons" se baissa pour en cueillir, mais relevant la tête il aperçut deux "enfants" sortant des taillis à 30 m de lui. Il les appela pour dire de venir ramasser des champignons avec lui. Mais ce n'étaient pas des enfants: c'étaient des petites personnes de 1m20 de haut, aux traits réguliers et fins, coiffés d'un béret, habillés d'une combinaison beige ajustée au cou, ils avaient les mains nues, mais Antoine ne vit pas les pieds, dissimulés dans l'herbe. Un détail frappa pourtant: ils n'avaient pas d'oreilles. A l'appel d'Antoine ils regardèrent étonnés, émirent une sorte de rire, puis s'enfoncèrent dans les taillis. Quelques secondes plus tard s'éleva de derrière les taillis une forme ovale, gris-bleu mat, sans ouverture visible. Il mesurait 5 m de long pour 2 m de large environ, il s'éleva à 20 m entraînant les feuilles mortes jusqu'à 6 m du sol. Il resta immobile un bref instant, pour filer à l'horizontale à vitesse vertigineuse vers le Mont Ventoux. Tout cela se fit sans le moindre bruit, sinon un léger sifflement lors de l'ascension verticale. Il y avait des traces au sol au lieu supposé de l'atterrissage. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi 1979, p. 172 à 175) 1973, 3 octobre USA, dans le Missouri Un camionneur fut temporairement aveuglé quand il sortit la tête par la vitre ouverte, pour avoir une meilleure vu sur un ovni. Son épouse qui l'accompagnait, dit qu'une grosse boule de feu lui sauta au visage, lui arrachant les lunettes. Elle prit le volant pour conduire son mari à l'hôpital. Le médecin examinant les lunettes dit qu'une terrible chaleur avait dilaté la monture et l'un des verres en était tombé. Le camionneur fut traité pour ses brûlures et ne recommença à voir que plusieurs heures plus tard. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELLL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 148) 1973, 6 octobre CANADA, St Mathias de Chambly Vers 00 h 45 les époux R.N. virent comme la lumière d'un gros projecteur à 500 m d'eux balayant le sol de leurs terres. Le mari supposa que c'était la police à la recherche de voleurs de bétail signalés dans la région. Le matin suivant, vers 11 h 35, allant étendre le linge derrière la maison Mme R.N. vit une épaisse fumée sur une terre labourée mouillée de la pluie. Elle appela donc son mari, car cette fumée à cet endroit était plutôt insolite. Dans la même direction les témoins virent une sorte de coupole jaune-orange de 25 m de diamètre aux contours flous comme noyés dans la brume. L'objet se trouvait à 500 m au sol et en est sorti une sorte de "bulldozer" jaune-orange qui s'est éloigné à 65 m du gros engin, au bord du ruisseau près de sa source. Il y eut alors un va et vient de 5 petits personnages de 1 m de haut, revêtus d'une combinaison orange brillante qui se déplaçaient rapidement, très affairés et comme pressés de finir un travail. Le petit appareil se remit en mouvement en suivant le ruisseau et s'arrêta 100 m plus loin. L'observation dura entre 20 et 25 minutes, mais les témoins vaquèrent à leurs occupations, venant voir de temps en temps "si les enfants" étaient toujours là! Vers 11 h 55 tout avait disparu. La fille des témoins alla voir sur place et trouva un grand cercle de 18 m de diamètre et un plus petit de 4 m où l'herbe était aplatie et brûlée par endroits. Dès qu'elle fut chez elle, elle fut prise de maux de tête et de vomissements. (Inforespace n° 22 - août 1975 - p. 13)
29

1973, 12 octobre USA, Cincinnati (Ohio) Mme Heitfeld avait installé son mobilhome à côté de l'entrepôt d'un grand magasin. Vers 02 h 30 elle se réveilla, tenaillée par une terrible soif. Son regard fut attiré par une vive lumière au dehors. Elle tira les rideaux et vit une rangée de lumières formant un arc. Chaque lumière aussi grande qu'une main les doigts ouverts. Il y en avait 6, espacés de 120 cm l'une de l'autre. Il y avait aussi une autre lumière apparue sur le parking, juste derrière la remorque de sa caravane: une voiture garée là masquait le bas de cette source lumineuse. C'est à ce moment qu'une créature ressemblant à un singe apparut dans la lueur. Terrifiée Mme Heitfeld observa tout cela pendant 2 à 3 minutes en pensant que la créature était très près de la voiture . Son fils de 13 ans qui dormait dans le mobilhome fut réveillé par elle. En revenant vers la fenêtre elle remarqua que la créature était à 10 m environ de la voiture. Il se trouvait à l'intérieur d'un bouclier de lumière: c'était comme un singe debout, de grande taille et sans cou. Il avait une sorte de museau se terminant en pointe dirigé vers le bas. Son corps était uniformément gris. Les bras seuls se mouvaient de manière saccadée, comme un robot. Le témoin ne vit à aucun moment des jambes ou autres détails dans le reste du corps qui se déplaçait comme en glissant sur le sol. Elle téléphona à la police et il lui fut répondu "Madame, nous sommes déjà allés sur place" "Mais il est encore ici; cela ne peut en aucun cas être un être humain" cria-t-elle. Pendant que sa mère téléphonait le jeune Carl vit un voiture approchée de celle près de la caravane et qu'on reliait la batterie de l'une au capot de l'autre et il s'en retourna se coucher. Peu après un bruit sourd se fit entendre: Carl supposa que la voiture venait de partir. Il y eut en effet dépannage de voiture par Cliff Fulmer de l'auto de sa fiancée Tina Marie Arrico: ces deux personnes n'ont rien remarqué de spécial. L'observation de Mme Heitfeld avait pris fin, sans qu'elle vit comment l'être était parti. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - P.148 à 151) 1973, 15 octobre USA, Omro, Wisconsin Peu après minuit, Georges Willis fut réveillé par un bruit perçant. Sa chambre était baignée de lumière orange. Il distinguait en face de lui trois créatures de cauchemar : un mètre à un mètre trente de haut, des têtes arrondies, de grandes oreilles, et une peau ridée d'un blanc grisâtre. Elles avaient des mouvements saccadés, mécaniques, comme des robots. Willis s'évanouit. Il se souvient qu'à son réveil, il était par terre ; les entités se saisirent de lui, et l'adossèrent contre le mur. Dans cette position verticale, son corps et ses membres se raidirent tout à coup. Réduit à l'impuissance, il vit que les trois intrus examinaient son corps à l'aide d'un étrange petit objet ovale. Lorsque l'appareil fut dirigé vers le bas, en direction de sa jambe, l'os de sa jambe était visible ! Aussitôt pris d'un violent mal de tête, il s'évanouit à nouveau. Il ne revint à lui qu'à l'aube. Craintivement il regarda autour de lui. Les lumières étaient toujours allumées. Les draps étaient soigneusement pliés. (Leonard STRINGFIELD, « Alerte générale OVNI », éd. France Empire 1978, p.85) 1973, 17 octobre USA, Danielsville, Georgia Paul Brown rapportait à la police qu'une brillante lumière était passée au-dessus de sa voiture avec un sifflement, juste avant qu'il vit un objet en forme de cône atterrir à environ 100 m devant lui. Il s'arrêta surpris. Quand de petites créatures sortirent de l'objet, il posa la main sur le revolver dans la boîte à gants et s'accroupit derrière la portière ouverte, prêt à leur tirer dessus. Les créatures n'avançaient pas, retournaient dans leur engin qui partit rapidement tandis que Brown prétend avoir tiré quelques coups de feu sans avoir atteint l'objet volant. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : « The World's greatest Ufo Mysteries » éd. Hamlyn 1995, p. 10)

30

1973, 18 octobre USA, Mansfield Une lumière rouge semble escorter un hélicoptère de la réserve de l'armée, piloté par le capitaine Coyne, puis s'en approche rapidement. Le pilote descend vers le sol pour éviter la collision, tandis que l'objet, en forme de cigare, le survole et l'illumine d'une lumière verte. Pendant tout ce temps la radio de bord est muette. Puis l'ovni s'éloigne et Coyne se rend compte que son appareil a inexplicablement monté de 700 mètres. (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - P. 152, 153) 1973, 19 octobre USA, Huntsville Roulant seule sur la route de Huntsville vers Tifton vers 15 h 30, une femme d'affaires rencontra l'insolite. Brusquement le moteur et tous les systèmes de la voiture tombèrent en panne et elle sentit une étrange sensation monter en elle. En regardant vers la gauche "l'être" était là, contre la portière. Elle n'osait pas regarder droit vers lui et ne voulut pas croire que cette apparition fut réelle. Haut de 120 cm il semblait entièrement revêtu d'un métal ressemblant à l'étain. A la place de la tête un dôme de la même matière de la taille d'un casque de motocycliste, percé de deux fentes rectangulaires à hauteur des yeux. Après 5 ou 6 minutes l'être se déplaça de la gauche vers l'avant puis vers l'arrière en contournant la voiture. La démarche était normale mais la tête tournait de manière mécanique. Le témoin ne vit pas le bas du corps de l'être: elle ne le vit que jusqu'à la taille. Quand la créature eut disparu, comme elle ne vit personne aux alentours, elle décida d'ouvrir le capot pour attirer l'attention des automobilistes de passage: quand elle souleva le capot de la fumée en jaillit bien qu'il n'y avait pas de feu. Une heure et demi plus tard une voiture de police s'arrêta enfin près d'elle. Quand la dépanneuse vint le capot était presque au point de fusion, le métal était mou mais la peinture n'était pas affectée. Il fallut attendre 3 heures avant de pouvoir toucher au moteur échauffé. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - P. 154, 156) 1973, 22 octobre USA, Hartford City (Indiana) Gary Flatter venait d'accompagner son ami le policier Ed Townsend à Harford City où un automobiliste avait signalé la présence de deux étranges créatures sur l'autoroute. Quand Flatter et Townsend arrivèrent sur place, il n'y virent rien d'anormal. Ed Townsend était donc reparti pour d'autres missions tandis que Gary Flatter préférait rester encore un peu. Tout à coup, il vit passer toute une ménagerie en trombe devant son véhicule arrêté : il compta 7 lièvres, un raton laveur, un opossum, et plusieurs chats. En même temps il entendit une sorte de sifflement aigu. En regardant mieux Flatter vit deux créatures le fixant, vêtus de combinaisons argentées, sur le bord opposé de la route. Elles mesuraient environ 1 m 20, avaient une tête en forme d'œuf recouvertes par quelque chose comme un masque à gaz. Flatter alluma les phares. Loin d'être incommodées par la lumières, les créatures commencèrent une sorte de show : elles sautaient en l'air à une hauteur remarquable, et pour descendre flottaient, et ainsi de suite. Finalement elles s'envolèrent en laissaient une espèce de faible traînée rouge. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : « The World's greatest Ufo Mysteries » éd. Hamlyn 1995, p. 10) 1973, 25 octobre USA, Greensburg - Uniontown (Pennsylvanie) … des témoins américains ont vu sortir d'une soucoupe volante deux créatures géantes (2,50m) d'aspect humanoïde qui se sont mises aussitôt à marcher à quatre pattes. Elles avaient un pelage gris et des yeux verts, brillant dans l'obscurité. (Jean FERGUSON : "Les Humanoïdes… " éd. Leméac, Ottawa, 1977, p 127 et p.187, 188, seul auteur qui date au 27 octobre) … Le trio monta la colline à pied ; l'objet était posé. Il était d'un blanc brillant, pouvait avoir 30 mètres de diamètre et faisait un bruit de tondeuse de gazon. Dans la lumière de l'engin, ils aperçurent deux êtres de grande taille, semblables à des singes, avec
31

des yeux luisants. Ils émettaient des sons criards et une odeur de « caoutchouc brûlé » emplissait l'air. Un des jeunes prit peur et s'enfuit. L'homme à la carabine tira plusieurs fois au-dessus des têtes des créatures, sans les arrêter. Alors il tira trois balles, cette fois sur l'une d'elles. Un gémissement s'éleva, puis celui qui avait été touché leva le bras et tous deux s'enfoncèrent dans les bois. L'OVNI disparut. (Leonard STRINGFIELD : "Alerte générale OVNI", éd. France – Empire, 1978, p. 91 à 93 qui date du 25) Vers 9 heures du soir, le jeune fermier Stephen Pulaski, d'après le rapport paru dans le Flying Saucer Review, et au moins 15 autres témoins virent une boule lumineuse rouge planer au-dessus d'un champ proche. Stephen prit son 30.06 rifle, et avec deux garçons d'une dizaine d'années chacun, fils de voisins, s'approcha en voiture de la chose pour voir ce que c'était. Les phares de la voiture de Stephen diminuèrent en arrivant près de l'objet, et quand l'objet descendit vers le sol, le berger allemand de Stephen, resté à la ferme, devint comme fou. (… etc. ) (DON ELKINS with CARLA RUECKERT, CASE NUMBER 6, Investigator: Berthold Eric Schwarz, M.D., Consultant, Brain Wave Laboratory, Essex Co. Hospital Center, Cedar Grove, New Jersey, Consultant to FLYING SAUCER REVIEW.) 1973, octobre FRANCE, Nohant en Gout (Cher) Georges Chubert se rend à son travail à cyclomoteur. Il est 5 h 30, le jour n'est pas encore levé. Dans une légère courbe le moteur de son engin a quelques ratés, et s'arrête. Il reprend sa route en poussant le vélomoteur. Au sortir de la courbe il est ébloui par une forte lumière blanche brillante et quelques mètres plus loin il distingue une forme brillante qui barre toute la route. Il prend peur. Il est complètement terrorisé quand il voit un être s'approcher de lui et lui poser la main gauche sur l'épaule droite. "Où vastu"? lui demande l'être. "A mon travail" répond Chubert. "Je reviendrai dit l'autre. Mais maintenant ne regarde pas ce que je vais faire". Echange réel ou télépathique? En tout cas Chubert obtempère et se retourne. Quelques secondes plus tard l'engin s'envole dans un "bourdonnement d'essaim d'abeilles". (GARREAU et LAVIER: "Face aux extra-terrestres" - DELARGE 1975- J'ai Lu, p. 150, 151) 1973, 4 novembre USA, Goffstown (New Hampshire) Rex Snow donna l'ordre à son chien d'attaquer les deux silhouettes en tenues collantes argentées qui gambadaient dans son jardin pourtant très bien éclairé. Le chien, un berger allemand entraîné à l'attaque, bondit d'abord vers les intrus. Mais arrivé à 10 mètres d'eux, les créatures arrêtèrent leurs cabrioles, regardant fixement le chien. L'animal s'arrêta, grogna, et queue entre les pattes retourna vers la sécurité de la maison. Snow tenait un pistolet calibre 38 entre les mains, mais tremblait tellement qu'il n'a pas pu s'en servir contre les étrangers. Pris d'une peur viscérale, il imita donc le chien et rentra. Il observa les créatures par la fenêtre : elles semblaient être faiblement lumineuses, avaient des oreilles démesurées, des orbites sombres enfoncés pour les yeux et un nez très pointu. Sur leur tête elles portaient un chapeau genre Ku Ku Klan, argenté comme leur costume. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : « The World's greatest Ufo Mysteries » éd. Hamlyn 1995, p. 10) 1973, 6 novembre USA, Pascagoula Quatre marins pêcheurs, rejoints par des garde côtes, découvraient un étrange objet sous l'eau. Au milieu des eaux sombres, les hommes se préparaient à jeter leurs filets. Tout à coup Raymond entendit son frère Rayme l'appeler : il lui faisait signe de venir voir. Près du bateau de Rayme, à moins de quatre mètres d'eau, tous quatre virent dans l'eau une lumière brillante. Pendant un moment les Ryan (Raymond et Rayme) jouèrent au chat et à la souris avec l'engin. "C'était grand, peut être plus de 30 mètres de diamètre, c'était rond et métallique". "C'était comme le dessus d'un parachute, avec des côtes partant d'une bosse sombre au centre ". etc.. (Leonard STRINGFIELD : "Alerte générale OVNI", éd. FranceEmpire, 1978, p. 150 à 154)
32

1973, 16 novembre USA, Lemon Grove (Los Angeles) Les témoins sont deux garçons de onze ans (Richard Thiel et Danny Fleming). Ils se rendaient pour jouer sur un terrain vague (19 heures environ) sur le terrain découvert, ils virent un objet immobile. Ils s'approchèrent lentement. Cinq minutes passèrent, puis un des garçons se mit à taper trois ou quatre fois sur l'objet avec une torche électrique. L'objet, d'un gris net, d'après la descriptions des garçons, s'anima immédiatement. Les coups rendirent un son métallique. Au sommet de l'objet, le dôme se mit à briller d'une lumière rouge (alternante) En même temps l'objet s'éleva à 1 mètre – 1 mètre 20. Sur toute la périphérie de l'objet clignotaient par éclats successifs des lumières vertes. L'objet se mit à tourner sur luimême, en faisant un bruit assez sourd et l'objet s'éleva dans les airs en faisant toujours le même bruit. Les garçons se mirent à courir ; ils se sentirent assaillis de frissons, de picotements, et gagnés par une grande faiblesse. (Leonard STRINGFIELD : "Alerte générale OVNI", éd. France-Empire, 1978, p. 162, 163) (Rasmussen 1974 ) (A. SCHNEIDER-H. MALTHANER : "Le dossier secret des OVNI", éd. De Vecchi, 1978, p 34) 1973, 21 novembre CANADA, Joliette (Québec) Dans la nuit cette dame ne parvient pas à dormir et se rend dans la cuisine. Vers 2 heures tout à coup son attention est attirée par un objet blanc qui semble flotter de l'autre côté de la fenêtre. Elle s'en approche et y découvre quelque chose de 4 pieds de hauts: un être humanoïde, avec une tête ronde et des yeux normaux. Elle ne voit ni nez ni bouche dans ce visage. Autour de la tête, ou du casque qui cerne la tête, il y a une sorte de halo ou auréole de flammes. Elle voit aussi des sortes de lacets autour de son cou. Les épaules n'étaient pas bâties carrées comme celle d'un humain mais commençaient dès la base de la tête ou du casque, dans un angle de 45°. Elle ne fut cependant pas effrayée, l'être lui parut même beau. Elle se sentit comme attirée par l'humanoïde, mais se sentit incapable de bouger. Lorsque la créature disparut au bout de 15 secondes environ, elle réalisa soudain qu'un événement étrange venait de se produire et courut à la chambre pour réveiller son mari. Mais il n'y eut plus rien à voir. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi 1979, p. 81) 1973, 2 décembre FRANCE, Carteret-Barneville Deux pêcheurs, le père Georges Jean et le fils Noël, sont arrivés sur le champ vers 05 h 30 du matin. Une grosse lumière se révélait à hauteur de la pleine mer, sur le sable. Interdits les pêcheurs n'osaient d'abord pas avancer, mais sont descendus quand même vers la plage, chacun allant vers ses lignes. Le fils voit la lumière en plein sur ses lignes et est allé chercher le père, expliquant que la lumière était au coeur de ses filets. Ils s'y sont dirigés en braquant leurs lampes devant eux. La lumière ne bougeait pas. Ils ont eu peur et sont remontés vers leurs mobylettes. Avant de partir ils ont vu la lumière jaune s'éteindre, puis un rayon bleu-vert a balayé le sol et les dunes. A part la peur, les témoins n'ont rien ressenti. (J. C. BOURRET: "la nouvelle vague des S.V." - France Empire 1975 - P. 62,63) La même nuit il se produit sur la côte un accident curieux. Le chalutier Archipel qui se trouvait près des brisants d'Urville juste à l'ouest de Cherbourg et sur la trajectoire de l'objet, perdit son chemin, à la suite, semble-t-il, d'une perturbation de son appareil Decca-navigator (L.D.L.N), d'une déviation de compas (J.Vallée Collège invisible p. 72). Le bateau heurta les rochers et sombra. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 426) 1973, 2 décembre BELGIQUE, Boondael (au SSE de Bruxelles) A 06 h 30, le témoin, Rita Franco, revenait d'une courte promenade avec son jeune chien de berger. Au moment de gravir les marches de son immeuble elle entendait un bruit de grésillement. Elle se retourna et vit du côté de la chaussée de Boitsfort, un rayon lumineux gris-bleu. Il était dirigé verticalement vers le
33

ciel et était creux. Le sommet du rayon était coupé horizontalement. Pendant qu'elle regardait ce phénomène, il se mit en mouvement: le grésillement fut remplacé par un sifflement. Dans son déplacement le rayon décrivit des cercles assez serrés. Le chien avait les poils littéralement dressés. Elle s'attendit à voir réapparaître le phénomène momentanément caché par un immeuble, mais elle vit alors surgir un engin gris mat qui s'immobilisa en l'air après une trajectoire silencieuse d'une dizaine de mètres. Cette chose n'était pas éclairée. Elle était en forme d'oeuf, le gros bout vers le bas. Il semblait pourvu d'arêtes ou de soudures importantes, mais trop petites pour être des ailerons. A cet instant le chien pris de panique détala vers le hall et elle le suivit. Elle espérait pouvoir examiner ce phénomène du haut de la terrasse, mais arrivé là, il n'y eut plus rien à voir. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976 - p. 76 à 79) 1973, 22 décembre FRANCE, Montmort

Vers 16 h 45, trois personnes observent au lieu-dit « la Chaude-Rue », près de Montmort, un objet blanc de 10 m de haut posé dans un pré à 350 m de distance. L'un des témoins qui revient de la chasse tire un coup de feu en l'air pour voir la réaction du phénomène. La chose s'élève à 15 m, redescend au même endroit, puis dévale le pré en effectuant des bonds. Elle disparaît dans la brume (revue LDLN).

1973, 25 décembre FRANCE, Les Riveaux (St Bonnet Tronçais) Vers 21 heures Mme Jendreaux sort de la ferme pour voir si les chiens sont bien à l'attache pour la nuit. Le ciel est particulièrement couvert et bas. Tout à coup, vers l'est elle voit le phénomène, comme s'il venait de s'allumer: d'abord une sorte de dôme laiteux au-dessus d'un pré à 100 m d'elle, qui stationne tout près du sol. Mme Jendreaux a l'impression qu'il s'agit d'une matière transparente ou translucide car il lui semble distinguer à l'intérieur une sorte de "tuyau de poêle" vertical. De part et d'autre de ce tuyau le dôme est entaché de deux zones sombres, vaguement circulaires. Le dôme a la taille d'un petit tracteur. Au-dessus de lui, décalés à droite, se trouvent deux tubes au néon jaunes placés l'un au-dessus de l'autre, horizontaux et immobiles. Ces tubes apparaissent nettement juste au-dessus de la ligne des arbres. L'ensemble est parfaitement silencieux et Mme Jendreaux fascinée contemple le phénomène plusieurs minutes sans bouger sur le pas de la porte et sans penser à appeler son mari à l'intérieur de la maison à quelques mètres d'elle. Brusquement elle se sent attirée, aspirée en direction du phénomène. Elle a la nette impression qu'elle s'élève, que ses pieds quittent le sol... Alors, elle se cramponne à la poignée de la porte. Au même instant la chienne, qui n'avait encore eu aucune réaction, est prise de panique et passe entre les jambes de sa maîtresse pour se réfugier dans la maison. Au contact de l'animal Mme Jendreaux baisse les yeux et quand elle les relève... il n'y a plus rien. Le ciel est vide. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 433, 434) 1973, 31 décembre FRANCE, Haisnes - Hulluch "La Tonne de Goudron"(Pas de Calais) Le commerçant Liefooghe à 6 h du matin, sur un trajet qu'il fait chaque jour ouvrable, voit posé dans un champ, à 100 m: une fusée de 30 à 50 m de haut. A son arrivée elle a basculé, a irradié du rouge-orange vers le blanc et a disparu dans le ciel à une vitesse incroyable. Gendarmerie alertée et traces au sol constatées. (J.C. BOURRET: "La nouvelle vague des S.V." - France Empire 1975, p.78 à 82) ... le témoin prévint la gendarmerie qui, moins de 3 heures plus tard, était sur les lieux. Elle découvrit, non seulement, des traces nettes laissées par le cigare, mais aussi des empreintes de petits pieds qui mesuraient 17 cm de long. (Erich ZUCHER: "Les apparitions d'humanoïdes" - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 105) Vers 7 heures, par temps couvert et brumeux, M. Liefooghe voit devant lui la forme d'une voiture DS Citroën, avec deux phares jaune-orangé dirigés vers lui. Il trouve curieux qu'une voiture soit garée en contresens, mais continue d'avancer à vitesse moyenne. A 50 m du lieu de stationnement de "la chose" il voit soudain un engin qui quitte le bas-côté de la route et parvenu au milieu de la chaussée, effectue une sorte de demi34

tour. Cette "voiture" ne possède pas de feux arrière ni de réflecteurs. 400 m plus loin il voit une lueur orangée devant lui sur la gauche. Il voit alors un cigare de grande dimension posé dans un champ à 100 m de lui. Aucune superstructure n'est visible. Rapidement la luminosité du cigare augmente d'intensité, il s'incline rapidement à 20* degrés sur son axe propre. La luminosité est à ce moment si forte qu'elle estompe partiellement les contours jusque là nets. Les champs alentour sont éclairés par une lumière jaune-orangé et le témoin y voit comme en plein jour. L'illumination ne varie pas pendant l'ascension de l'objet, mais elle cesse brusquement au bouts de quelques instants. Traces au sol: empreintes de l'engin et traces de petits pieds. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 435, 436) (Charles GARREAU : "Alerte dans le ciel : le dossier des enlèvements" éd. Alain Lefeuvre 1981, p.253, qui dit «29 décembre») 1973 USA, Homestead AFB (Floride) Le comique Jackie Gleason, était un ami de Richard Nixon. Beverly McKittrick, son ex-épouse, raconte qu'en 1973 Gleason accompagne Nixon pour aller voir les corps de 4 extra-terrestres morts recueillis par l'Air Force. Les corps semblaient embaumés et disposés sur des tables d'opération, classifiés comme "matériel top-secret". Mme McKittric ajoute que durant leur visite son mari et Nixon étaient sous sévère garde. (MUFON Journal February 1988 N° 238) 1973 PAYS-BAS, Uden Mme Vermeulen demeurant à Uden, se réveilla une nuit, vers les 2 h 30, et se leva pour aller aux toilettes. Par la petite fenêtre de cet endroit, elle vit au dehors quelque chose de blanc, mais n'y prêta pas particulièrement attention. En quittant le petit endroit, elle vit par une autre fenêtre, trois créatures d'environ 1 m 20 de haut, se mouvoir en direction de sa maison. Ils portaient tous trois une sorte de robe de moine et portaient une sorte de couvre-chef pointu. Ils se mouvaient en file indienne. Celui qui fermait le petit rang, un peu plus grand que les deux autres, regardait subitement en direction de Mme Vermeulen. Simultanément les trois petites créatures firent demi-tour et disparurent de la vue. Mme Vermeulen allait réveiller son mari, et dans la chambre à coucher, elle vit par l'autre fenêtre, une grande boule rouge suspendue dans l'air à une dizaine de mètres de la maison. Le diamètre de cette boule avoisinait les 5 mètres. Au moment où son mari se réveilla, tout disparut, comme par enchantement. ((c) 1997 Jeroen Slurf and Jeroen Kümeling.) 1974, CARBONDALE, Pennsylvanie USA: Un objet rougeoyant est tombé dans un petit lac. Trois adolescents le voient tomber à 19:30 un samedi. Ils ont observé une lueur jaune-blanche sous l’eau qui s’est déplacé Les garçons ont été maintenus dans une voiture de police pendant trois heures tandis qu’un certain nombre de véhicules avec des projecteurs et des grues enlèvent un objet en forme de disque et le mettent dans un fourgon. Le lundi suivant, une lanterne et une batterie sont montrées, récupéré dans le lac, et les fonctionnaires expliquent qu’il y a eu canular. 1974, 7 janvier FRANCE, Chateaulin Il était 8 h 20 exactement. Ils avaient quitté Chateaulun un peu plus tôt et se trouvaient à Saint-Nic, au sommet d'une légère hauteur, lorsque l'un d'eux a aperçu dans le ciel un objet, qui retint son attention et excita sa curiosité. Le gendarme Kaminski stoppa l'estafette à la demande de son compagnon et tous deux observèrent l'étrange "chose". "Elle se trouvait à peu près dans l'axe du Cap de la Chèvre, explique M. Le Stunff. La couleur était orange, la forme allongée. Il était, nous l'avons dit, 8 h 20. Il ne faisait pas très clair mais la nuit avait cessé. En raison de sa direction, il est évident que cette lumière ne pouvait être
35

confondue avec celle du soleil. L'objet était immobile et la lumière contrastait avec le "nuage" qui se trouvait derrière. Nous l'avons observé pendant près de cinq minutes. Mais durant cette période, il a changé de forme, en fait on aurait dit une sorte de "condensation" de "fumée", je ne vois pas d'autre mot. Au départ il avait une forme allongée, puis il a pris la forme d'un dôme (un chapeau de champignon) avant de venir s'immobiliser au-dessus du porte-avions « Foch » dans la baie de Douarnenez. Puis l'ensemble a paru éclater avant de prendre la forme d'un cercle. Après quoi l'ovni s'est transformé à nouveau en dôme, mais cette fois-ci la condensation l'entourait à sa base, avant de prendre de l'altitude et de disparaître dans les nuages.» (Jean François BOEDEC : « Les OVNI en Bretagne, Anatomie d'un Phénomène », éd. Fernand Lanore 1978, p. 90 à 92) Au lieu-dit "Coat Madiou" deux gendarmes de la brigade de Telgrunc, Le Strunff (le Stroumph, bleu ??? ) et Kaminski, virent dans le ciel un objet bizarre à 8 h 20 du matin. Il était en forme de demi-sphère orange et était suivi d'une nuée orange pale. Le phénomène vint se stabiliser au-dessus d'un bâtiment de la marine dans la baie de Douarnenez: le porteavions Foch. Plus tard les témoins apprenaient que le sous-marin nucléaire "Redoutable" était en mission d'immersion sous le "Foch". La nuée vint se stabiliser sous l'objet et les contours devenaient plus nets. Par la suite, cet espèce de "champignon" lumineux a éclaté ou a semblé exploser pour prendre la forme d'une sphère orange pale. Puis il repris sa forme initiale et sa première couleurs, les contours redevenaient fous, il monta lentement pour disparaître dans les nuages. (Philippe SCHNEYDER: "Ovni, premier bilan" - éd. du Rocher 1983, p. 53, 54) 1974, 7 janvier BELGIQUE, Warneton (frontière franco-belge du nord) Le témoin roule vers 20 h 40 avec son AMI 6 à 60/ 70km/h venant de Comines vers Warneton. L'auto radio fonctionne normalement. Il y a un beau clair de Lune, le ciel est dégagé. Soudain les phares de la voiture s'éteignent et presque simultanément le moteur s'arrête après quelques ratés et la radio devient muette. La voiture continue à rouler encore sur une centaine de mètres, puis son propriétaire l'immobilise avec le frein à main. Il s'apprête à sortir de l'auto pour voir ce qui se passe, sa main déjà sur la gâchette d'ouverture: il n'a pas le temps de parfaire son geste quand il voit du côté droit, dans le champ en surélévation ce qu'il prend pour une charrette de foin à 150 m de lui. Mais il y a des reflets blancs et oranges sur l'objet et il remarque aussi qu'il est posé sur 3 pieds. L'ensemble de l'objet lui rappelle un casque de "Tommy". Par le pare-brise il voit alors dans le champ deux silhouettes, à 30 m de la voiture. Ils marchent vers lui d'un manière rigide et lente, s'arrêtent à 15 m puis reprennent leur progression. Le premier, le plus petit, ressemble à un bonhomme Michelin mais avec les anneaux à peine marqués. Il a la tête casquée, le casque rond est muni d'un hublot assez grand derrière lequel on peut voir un visage. Il tient à la main droite une sorte de grosse courte règle et le braque vers la voiture. Le second est un peu plus grand (1,20 m à 1,30 m) et il est coiffé d'un casque cubique opaque, sauf la paroi avant qui est transparente laissant voir un visage étrange. Les deux visages sont pareils comme ceux des jumeaux: tête en forme de poire renversée, teint grisâtre, deux yeux parfaitement ronds comme des billes d'agate, arcade sourcilière à peine prononcée. Petit nez de faible relief, la bouche une fente horizontale sans lèvres. Lorsque l'un d'eux à ouvert la bouche à certain moment, le témoin n'a vu ni dents ni langue. Le costume est gris métallisé mat. Les chaussures grosses et pointues. A l'intérieur des casques il y avait une lumière douce. Peu après que les êtres se soient arrêtés très près du fossé, le témoin ressentit un léger choc à l'arrière de la boîte crânienne, à hauteur du cervelet: après ce choc il a entendu (avant il n'entendait rien, les vitres étant fermées): un son grave modulé, croissant d'intensité. Pendant tout ce temps un troisième bonhomme Michelin restait à proximité de l'engin dans le champ. Le tête à tête est brusquement perturbé: subitement les deux êtres ont tourné la tête d'un mouvement parfaitement synchronisé, le son s'est arrêté, les êtres ont fait demi tour et repartent à vive allure vers l'OVNI. Le trépied disparaît, les êtres sont à l'intérieur de la chose qui se soulève de 50 cm et après 3 ou 4 secondes d'immobilité monte à l'horizontale pour disparaître. Dans le rétroviseur le témoin voit les lueurs blanches des phares d'une voiture qui s'approche. Affalé sur le fauteuil le témoin verra un automobiliste belge lui ouvrir la portière et lui demander: "Vous ont-ils fait mal?" Il les a vus, lui aussi, il a eu des ratés de moteur mais non
36

l'extinction des phares. Après quelques sollicitations du démarreur la voiture du témoin put elle aussi repartir. (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976- p. 83 à 89) 1974, 8 janvier USA, Springfield John E. Justice, gardien de nuit, ayant pris sa voiture en fin de travail, à trois heures du matin, roulait normalement sur la longue avenue du parc, quand tout à coup, ses phares faiblirent et son moteur s'arrêta. En quelques secondes Justice vit de grandes lumières descendre en se déployant dans le ciel à peu de distance, devant sa voiture. Puis l'arc en ciel s'éteignit, et une lumière de forme ovale d'environ deux mètres de diamètre apparut. Elle était trop forte pour qu'il pût distinguer aucune forme de fuselage. "Les arbres, la route, tout était éclairé, dit Justice. Et dans ma voiture j'aurais pu me couper les ongles, tellement il faisait clair". L'objet se rapprochait. Bientôt il fut à deux mètres à peine devant la voiture et légèrement au-dessus. Il pouvait maintenant voir l'intérieur de l'objet ovale. C'était une pièce de couleur dorée avec 5 occupants assis sur des sièges élevés, du côté gauche. Ils étaient immobiles, bien en rang, revêtus de capes de la même couleur que les sièges; leurs cheveux étaient si longs qu'ils cachaient une partie du visage. Ils se ressemblaient tous " (Leonard STRINGIELD : "Alerte générale OVNI", éd. France – Empire, 1978, p. 135) 1974, 18 au 19 janvier FRANCE, Landivisiau (Finistère nord) Le 18 janvier 1974, c'est Monsieur Jaffres, du village "Bellevue" à Ladivisiau qui observe une "boule lumineuse" à la hauteur des nuages. Cet objet descend à la verticale et vient s'immobiliser au-dessus d'une prairie. M. Jaffres décide alors de prendre sa voiture et de se rendre sur les lieux "pour en avoir le cœur net". A son arrivée, surprise : l'ovni a changé de forme et se présente comme un immense cylindre vertical d'apparence métallique de 6 mètres de hauteur sur 3 mètres de large. Deux rotors sont visibles audessus et en-dessous de celui-ci : ils émettent des flashs lumineux intermittents. Le témoin, pas très rassuré par cette présence lance plusieurs appels de phare : l'engin se met alors à monter et à descendre ! Et il en sera ainsi à chaque appel. M. Jaffres gare son véhicule près d'un talus, s'empare de son… pistolet et s'avance vers la prairie… L'ovni s'approche lentement… M. Jaffre ressent alors des picotements aux yeux… C'en est trop. Notre homme rentre illico presto à son domicile. L'observation se poursuivra 2 heures durant de la fenêtre du premier étage, en compagnie de deux autres témoins, avant que le cylindre ne se métamorphose à nouveau en sphère avant de regagner les nuages… (Jean François BOEDEC : "Les OVNI en BRETAGNE, Anatomie d'un Phénomène", éd. Fernand Lanore 1978, p. 74 ) Il était 22 h 30, il pleuvait, M. et Mme Jaffrès et le frère de madame s'apprêtaient à se coucher, lorsque, par la fenêtre, une vive lumière attira leur attention. Elle provenait d'une boule de deux à trois fois aussi grosse que la pleine lune, se trouvant sous le plafond nuageux. Le vent soufflait fort d'ouest en est. Cette boule descendait à grande vitesse à la verticale, ralentissant fort alors qu'elle n'était plus qu'à 200 ou 300 m du sol, évoluant au-dessus d'un champ. La forme, alors plus distincte, était cylindrique, avec les extrémités inférieure et supérieure formée d'anneaux. Elle se trouvait à environ 300 m de la maison. M. Jaffrès prit finalement, après déjà 3/4 d'heure d'observation, la décision de sortir en voiture et d'aller en bordure du champ. Malgré le temps pluvieux toute la zone du lieu-dit "Belle-Vue" était éclairée. Après 10 minutes, il eut l'idée de faire des appels de phare. A chaque passage "code-phare" l'objet montait et descendait, donnant l'impression d'un hélicoptère en difficulté. Le témoin eut alors la certitude que les anneaux extrêmes tournaient sur le cylindre, projetant des étincelles et des flammèches de la couleur d'un flash continuel. Le témoin sortit de voiture. L'objet se déplacement parfois lentement, parfois beaucoup plus rapidement. Quand il revint vers le témoin, celui-ci ressentais pour la première fois un dégagement de chaleur très net et il entendit un bourdonnement comme celui d'un ventilateur. Le témoin n'eut pas vraiment peur, mais devint nerveux et lorsque l'objet fut à 20 m de lui, il ressentait des frissons et les yeux lui picotaient. Précaution: il s'était muni d'un pistolet de défense avant d'aller à la rencontre de l'ovni... Puis, voyant l'objet s'élever et croyant qu'il s'en allait, le témoin rentra à la maison. Il était alors
37

déjà minuit trente. Ils continuaient à regarder les évolutions de ce qu'ils prenaient pour des tentatives de décollage. A 03 h 00 du matin, la lumière faiblit et ils ont vu la boule retourner dans les nuages. Le lendemain le témoin se rendit dans le champ pour trouver des traces éventuelles: il trouva de l'herbe couchée par endroits et à certains endroits se trouvait une substance liquide ayant l'aspect du fuel mais qui n'en était pas. Il n'eut malheureusement pas l'idée de recueillir un peu de ce liquide aux fins d'analyses. (Philippe SCHNEYDER: "Ovni, premier bilan" - éd. du Rocher 1983, p. 73, 74) 1974 , 24 janvier ANGLETERRE, Berwyn Mountains, Clwyd (Wales) (source : nouveau livre 1999 du vétérinaire et ufologue Nick Redfern, U.K.) Un ovni a fait un crash dans la vallée isolée de Clwyd et les corps de deux aliens ont été retirés de l'épave, écrit cet auteur. "Le fermier Huw Lloyd, 39 ans en 1999, était alors un garçon de 14 ans qui regardait la télévision à son domicile à Llandrillo, tout près du lieu du crash, ce soir là de 1974. Il dit avoir vu un grand objet suivi par une traînée lumineuse et une lumière bleue clignotante. Huw se rappelle : 'Il était étonnant de voir à quelle vitesse la police est arrivée et combien étaient nombreux les gens à venir voir.' Parmi les arrivants, dit Redfern, il y avait des unités de l'armée britannique, et ce sont eux qui ont enlevé le corps des aliens. Un des militaires, nommé 'James Prescott' (pseudonyme) fut mandé de Llanderfel avec quatre autres soldats, et chargèrent deux longues boîtes oblongues dans leur camion blindé". Le camion amenait les boîtes vers la Chemical and Biological Defence Establishment de Porton Down, près de Salisbury, dans le Wiltshire, avec l'ordre strict de ne s'arrêter sous aucun prétexte ni pour personne. " Mr Prescott est retraité aujourd'hui et est trop effrayé pour autoriser l'utilisation de son vrai nom. Il dit qu'une fois arrivés "les boîtes furent ouvertes par les officiers supérieurs en notre présence. Nous étions ébahis de voir deux créatures se trouvant dans des combinaisons de décontamination . Il était évident que ce n'étaient pas des créatures de ce monde ; examinés on les trouva décédés. Ils mesuraient de 5 à 6 pieds, avaient une forme humanoïde, mais de manière à ressembler à des squelettes recouverts de peau. Bien que je n'ai pas vu l'engin sur le lieu du crash, j'ai été informé qu'un grand engin s'était abîmé et avait été retrouvé par d'autres unités de l'armée." ( Daily Mirror of London for October 22, 1999, "How Alien's My Valley?" ) 1974, 23 janvier ANGLETERRE, Llanderfel, Clwyd A 20 h 39 une violente explosion ébranle les villages (enregistrée à Edimbourg: 3,5 sur l'échelle de Richter) Au-dessus du mont Berwyn une grande lueur orange palpitante et peu après des lueurs bleues et oranges volent en rond autour du sommet. Les bureaux de police furent submergés d'appels de gens affirmant avoir vu une boule de lumière s'écraser au sol, suivie d'une énorme explosion. Un des témoins qui appela la police vit sur le chemin de retour une patrouille militaire qui lui ordonna de quitter immédiatement le secteur. Les fermiers locaux reçurent l'ordre de ne pas quitter leurs maisons pendant une semaine. Sur le flanc de la colline, il y avait toujours cette boule orange... (Sentinel News n° 6; juillaoût '97 ) 1974, 25 janvier PORTUGAL, Sagres - Algarve Les témoins volaient dans un Boeing 707 de la TAP, de Lisbonne au Cap Vert et Las Palmas. Alerté par le technicien Francisco Duarte, le commandant Rodrigo Freitas vit à hauteur de la côte à Freitas, et face à leur avion, à 80 miles, une formation de 5 lumières. Deux de ces lumières tournaient sur elles-mêmes. Le phénomène était suivie par une traînée. L'avion volait alors à 900 km/h à 19000 pieds. Les lumières étaient à 16000 pieds au-dessus de l'avion. Le pilote tentait de savoir si d'autres avions confirmaient cette observation et apprit qu'un avion sud-africain avait rencontré l'étrange formation 40 minutes plus tôt. Connaissant la position de l'autre avion, M. Freitas calculait plus tard que la formation volait à une vitesse de 36.000 km/h et fit un rapport pour la NASA. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço; CEAFI,
38

Lisbonne) 1974, 26 janvier PORTUGAL, Lisbonne, en vol Un pilote suédois, le capitaine Lars Berglund fit une déclaration au journal "Skaanska Dagbladet" concernant l'observation d'une flotte de 10 à 15 ovnis au-dessus de Lisbonne, lors de son vol de Las Palmas vers la Suède. Ces objets volaient en file indienne à 20 km au-dessus du sol. Le capitaine Berglund ajoutait qu'il eut confirmation de cette observation par trois autres avions, un portugais, un suédois et un autre britannique. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço; "Diario de Noticias" 19.2.74) 1974, 6 février USA, près de Uniontown (Pennsylvanie) Mme A. qui vit seule dans une maison isolée au milieu des bois, regardait la télévision. Ayant entendu un bruit de ferrailles à l'entrée, et pensant qu'il s'agissait de chiens errants, elle prit son fusil, seulement pour leur faire peur. Elle se dirigea donc vers la porte et alluma la lumière extérieure. Au lieu d'un chien, elle se trouva face à face, à deux mètres à peine, avec une créature à l'aspect simiesque, velue, haute de deux mètres vingt. Le géant leva les mains au-dessus de la tête. Affolée, la femme tira, pensant qu'il alla se jeter sur elle. A sa grande surprise, il disparut simplement dans une explosion de lumière. Son gendre, qui habitait avec sa femme et leurs enfants dans une roulotte à 300 mètres de là, avait entendu le coup de fusil. Aussitôt armé d'un revolver à 6 coups, il se rendit à la résidence de sa belle-mère. Approchant, il vit à la lisière du bois « quatre ou cinq ombres velues ». Soudain elles se dirigèrent vers lui. C'était une vision d'épouvante : des êtres simiesques, de deux mètres de haut, avec de longs bras « aux yeux rougeoyants comme des braises ». Il tira deux coups, puis courut à la maison de sa belle-mère. Regardant par la fenêtre, tous deux virent à cent cinquante mètres d'eux une brillante lumière rouge immobile audessus du bois. Cela ressemblait à un ornement de sapin de Noël ou au phare pivotant d'une voiture de police. Pris de panique, ils appelèrent la . (Leonard STRINGFIELD : « Alerte générale OVNI », éd. France – Empire, 1978, p. 94, 95) 1974, 21 février FRANCE, Montcuq (Lot) M. Laporte, facteur à Montcuq, sort à 21 h 10 de sa ferme au hameau "Borde Haute" et aperçoit un objet qui plane de gauche à droite, comme un autobus avec 5 ou 6 hublots sur le côté et deux phares à l'avant qui projettent vers la droite deux long faisceaux lumineux. La lumière des hublots est vive de couleur bigarrée: jaune-bleu-vert. Des hublots émanent des rayons de lumière. Dirigés obliquement vers le sol ils éclairent les genêts et les genévriers qui parsèment la lande. Les faisceaux lumineux provenant de l'avant sont toujours visibles. Soudain le témoin ne voit plus rien. Aucun bruit. Altitude 200 à 300 m. Longueur de l'objet : de 14 à 20 m. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet... " éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 449) 1974, 22 février FRANCE, Sauvagny (Allier) Vers 23 heures un brouillard assez épais contraint Jean-Michel Lartigaud et sa femme Marie-Thérèse, à rouler à 60 km/h environ . A Sauvagny le brouillard se dissipe et la visibilité devient parfaite. "Au même moment, j'ai ressenti un grand froid qui m'a glacé de la tête aux pieds, suivi d'un frisson comme je n'en avais encore jamais éprouvé. Devant moi, à droite de la route et de 3 à 4 m en contrebas, je vois un énorme engin lumineux, qui semble posé sur le sol. Instinctivement, j'ai ralenti en secouant ma femme qui somnolait. Ca ressemblait à un cylindre de 8m de haut de 3 m de diamètre au sommet et légèrement plus étroit à la base. Je n'ai décelé aucune structure solide. C'était parfaitement immobile. Le sommet était constitué par une sorte de couvercle de boite de camembert de 3m de diamètre et de 1 m d'épaisseur. Il
39

émettait une lumière sèche d'une puissance extraordinaire, d'un blanc presque bleuté, mais cette lumière ne rayonnait pas. Sous le couvercle un cône lumineux évoquait le verre dépoli. Au sol, la base n'était pas nettement délimitée. Tout restait obscur autour de cet objet dont les contours nets tranchaient brutalement sur le noir de la nuit. "Va t'en, file vite" ordonna Marie-Thérèse qui eut une sensation de danger. Presque aussitôt le brouillard dressa à nouveau un mur cotonneux devant les phares de la voiture (GARREAU et LAVIER: " Face aux extra-terrestres" - DELARGE 1975 - J'ai Lu, p. 201 à 203) 1974, 25 février AUSTRALIE, Yorks Plains, Tasmania Un maçon fut stupéfait de voir trois créatures debout sur le bord d'un objet surmonté d'un dôme qui s'approchait de lui. Les créatures mesuraient environ 150 cm et étaient de proportions humaines normales, habillées d'un vêtement collant. Elles restaient debout, immobiles quand l'objet passait devant ses yeux à une trentaine de mètres de distance et à une vitesse d'environ 50 km/h. Deux à trois minutes plus tard il le perdit de vue derrière les collines. (TUFOIC TA84048 - Keith Baskerfield) 1974, 26 février CANADA, camp 731 (80 km NE de Baie Comeau) (source : « Le Bois Vert » n° 2 vol. 10, mars-avril 1974) "Un événement assez extraordinaire se serait produit au 731, dans la nuit du 26 février dernier. Il faut mentionner qu'à plusieurs reprises, avant cette date, des opérateurs de Koehring auraient aperçu dans le ciel du 731, un objet étrange, comme une très grosse étoile, d'une luminosité encore plus grande. Après être demeurée immobile, cette « chose » disparaissait rapidement de leur vue. Mais d'après plusieurs employés de ce camp, ce qui est arrivé durant la nuit du 26 février, vers 4 heures du matin, est beaucoup plus surprenant ! J.S.L. qui nous a lui-même raconté ce fait étrange, voyageait en camion avec son compagnon de travail F.B. et la « chose » leur est apparue soudainement à une distance tellement rapprochée qu'ils en furent effrayés et lancèrent un appel à l'aide au camp par radio. D'après ces deux témoins oculaires, l'engin s'est immobilisé à proximité, et ils ont arrêté leur camion. Ils ne pouvaient plus se servir de la radio car l'interférence la rendait inutilisable. Pendant au moins 20 minutes, cette apparition mystérieuse est restée là, immobile, à la hauteur de la cime des arbres. « Ca devait au moins avoir 30 pieds de longueur » nous déclara J.S.L. Une lumière aveuglante les empêchait de bien distinguer la forme de cet engin inconnu mais ils virent une lumière verte sur le dessus. Quant au reste, c'était plutôt de forme ovale, d'un jaune très brillant et d'un rouge incandescent au centre. Pour terminer l'histoire, une voiture avec J.P.L. et P.G. à son bord est partie du camp à la suite de l'appel qu'ils avaient capté. Ne pouvant plus communiquer avec les occupants du camion, ils se sont doutés que quelque chose de pas catholique se passait et ont accéléré. En arrivant sur les lieux de l' « apparition » ces derniers aperçurent l'objet scintillant de tous ses feux, qui aussitôt décrit un grand cercle et a disparu comme un éclair dans le firmament. Ce récit de monsieur S.L. est appuyé d'au moins cinq autres employés qui furent témoins de cette apparition. » (Jean THOMAS : « Synthèse Ovni », éd. Louise Couteau, 1999, p. 127, 128) 1974, 28 février FRANCE, Châteaugay (Puy de Dôme) A 22 h 17, le témoin regarde la télévision lorsqu'il voit par le fenêtre une importante rangée de hublots circulaires surmontés à l'avant par une autre rangée de hublots en forme de larme, évoquant la courbure d'une surface plus ou moins courbe. Les hublots semblent faire le tour de l'appareil, mais cette modification de forme se fait sans transition, d'un seul coup. Ils émettent une lumière fixe exactement identique à celle de la raie de la vapeur de sodium. Le témoin est sorti et entend un son insolite évoquant la modulation en amplitude et en fréquence d'un bruit de moteur électrique dont on ferait varier brusquement le régime. Le témoin veut aller inspecter les lieux mais sa femme le retient. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet... " éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 460)
40

1974, février CHINE, Qiqihaer (Heilongjiang) Xi Shuzi, une vieille femme, était en train de soigner les porcs à l'extérieur. Quand elle a levé la tête, elle a vu dans le ciel un objet volant insolite. Elle a couru immédiatement vers sa maison pour appeler les siens qui sont sortis dans la cour. Il y eut finalement plus de dix témoins . Il s'agissait d'un objet principal accompagné de sept autres plus petits. Le corps principal était de forme ovale et il n'était pas brillant. Les sept petits objets volants en forme de sphère, jetaient une lumière jaune blanche, transparente et éblouissante. Ils étaient sur un même plan, autour de l'objet principal et à égale distance de celui-ci. Leur lumière éclairait bien le corps principal. Ils volaient ensemble, d'une même vitesse, sans aucun bruit. (…) L'ovni se trouvait à 100 m des témoins. Il faisait bon ce soir là, la pleine lune éclairait le paysage. On pouvait distinguer très bien ces corps volants, qui, sept minutes plus tard, disparurent dans le nord-ouest. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres ». éd. Mercure de France, 1983, p. 119) 1974, 5 mars FRANCE, Wé A 21 heures, M. Pasquier et son épouse sont occupés à regarder la télévision chez une voisine, Mme Lalande. Soudainement leur regard fut attiré vers la fenêtre de la cuisine, par une extraordinaire lueur bleue, virant au vert, au jaune, puis au rouge. Intrigués ils se précipitèrent à l'extérieur et c'est ainsi qu'ils virent un étrange objet « composite ». Il était formé de deux boules reliées par une sorte de tube de néon bleuté. La première boule, de couleur orangée était plus grosse que la suivante de couleur verte. L'objet se terminait par une sorte d'ombre parsemée de petits points colorés. L'engin évoluait silencieusement à vitesse constante (env. 80 km :h) à une altitude relative de 25 à 100 mètres et distant des témoins d'environ 150 mètres. La longueur de l'objet fuit évaluée à 2 ou 3 mètres. L'observation se termina par la disparition de l'objet derrière des bâtiments. (Jean-Michel LIGERON : « Ovni en Ardennes » 1981, p 59, 60) 1974, 7 mars FRANCE, Comberouger "La Bécade" Raymond Laffourcade se rend à Toulouse en voiture. Il circule sur la CD3 vers 6 heures et est en vue de Comberouger quand il aperçoit au NE, posé dans un champ à environ 150 m, un objet de forme allongée correspondant à une "micheline" qui projette une forte luminosité de couleur orange au point d'éclairer une maison proche. Quelques instants plus tard le témoin voit l'objet qui s'élève lentement et prend successivement les aspects d'un croissant puis d'une boule (grosseur d'une roue de tracteur) Aucun bruit. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 470) 1974, mars FRANCE, Nogaro Vers 03 h 00 du matin le témoin vient de Nogaro en voiture. Il roule à 90 km/h lorsque le moteur de son véhicule s'arrête tout seul. Pris de tremblements le témoin aperçoit un être qui se tient debout. Il est de petite taille, 90 cm environ, de couleur verte. Il a les bras si longs qu'il ne peut distinguer les mains. Au sommet du crâne il a des oreilles pointues. Ses yeux sont très noirs. Tournant le dos au témoin l'être se dirige vers le fossé dans lequel il descend. Seule la moitié supérieure de son corps reste visible. Quand enfin il regarde le témoin, celui-ci ressent comme une onde, suivie de deux autres très rapprochées. Prenant peur le témoin détourne le regard. Peu après son moteur se remet en marche. Il fait demi-tour et retourne à Nogaro où il arrive sans rien remarquer d'insolite. Il ne révélera rien de son aventure avant 1977. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 462) 1974, 11 avril ALLEMAGNE, Hochheim (près de Frankfurt) (Cas n°: 19740411 A) A 2 heures du matin, quatre personnes en voiture, parmi lesquelles Karl Heinz N.,
41

observent un objet discoïdal, à peu de distance et à altitude basse qui émet un faisceau par une sorte de projecteur. Le faisceau s'agrandit régulièrement, puis se rétracta dans le projecteur. Soudainement, le faisceau est émis directement à l'intérieur de la voiture après quoi il se rétracta à nouveau dans le projecteur de l'objet. C'était comme une sorte de lumière "solide". Après ce coup d'éclat, l'objet volant accéléra et disparut dans les nuages. Alors que les témoins pensaient avoir observé le phénomène durant un quart d'heure, deux heures entières s'étaient en réalité écoulées. (JUFOF Nr. 41, 5'1985:129ff) (HansWerner Peiniger, GEP e.V., JUFOF - Allemagne) 1974, 20 et 21 avril BELGIQUE, région de Charleroi Dans la nuit, un son modulé parfois insoutenable se fait entendre en une vingtaine de lieux différents pendant une heure. Plusieurs personnes relèvent aussi une lumière insolite quand d'autres décrivent le plus souvent un bojet en forme de disque, avançant régulièrement à hauteur d'arbre. Des sensations physiologiques (maux de tête, fourmillements..) une panne de téléviseur, un effet sur la végétation sont aussi notés. (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) (Michel BOUGARD: "Des S.V. aux OVNI" - SOBEPS 1976- p. 92 à 117) 1974, 16 mai INDE, Mahabaleswar (près de Bombay) Plusieurs témoignages d'observations d'ovni dansant dans le ciel au crépuscule. De petites sphères rouges et vertes sortirent et retournèrent vers un disque jaune plus grand, stationnaire dans le ciel pendant 40 minutes. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 335) 1974, 20 mai USA, Hampton (New Hampshire) Vers minuit le témoin se baignait seul à proximité de la plage. Soudain il vit un objet discoïdal s'approcher parallèlement à l'océan et descendre verticalement pour se poser au sol. L'engin avait de 15 à 18 m de diamètre, de forme biconvexe, sur chaque face un bord circulaire occupait le centre, il était muni de plusieurs lumières, était posé sur 4 pieds terminés par une sorte de bourrelet. Il émit un bourdonnement et dégagea de la chaleur. Après quelques minutes une trappe s'abaissa sur la face inférieure comme si elle pivotait autour d'un gond. Un bruit de moteur électrique dominait alors le bourdonnement. Par la pente crée par l'ouverture, sortit un personnage: "une humidité émanait de l'occupant" au moment de sa sortie et s'étendait jusqu'à 70 ou 80 m. Il mesurait au moins 1 m 80, et une vêtement lui recouvrait tout le corps, tête comprise. Le vêtement était volumineux, des tubes partaient de l'arrière des maxillaires pour se joindre derrière la nuque et descendre le long du dos. Il ne fit que quelques pas sur la plage avant de réintégrer l'appareil dont la porte se referma et qui décolla vers la direction d'où il était venu. Le témoin ne peut préciser si son observation dura 20 ou 60 minutes. Après le départ, le témoin examina le lieu de l'atterrissage avec une lampe de poche: dans le creux des pieds se trouvait une pâte rose, dans laquelle se trouvait un liquide épais. Au matin la marée avait nivelé tout cela. (Inforespace n° 22 - p. 16 et 17) 1974, 15 juin HIMALAYA, Mont Dahjar L'alpiniste Keo Wha Unan inspecte une formation rocheuse dans la partie supérieure du Mont Dahjar. Sortant à un moment d'une sorte de caverne rocheuse, il voit au-dessus d'une crête, un disque argenté, non éclairé, et tout à fait lisse d'aspect, planant à 1 m 30 de la roche. En sautent trois créatures humanoïdes, qui se mettent à recueillir des échantillons de neige, de roche. Au bout de cinq minutes, ils en ont terminé et remontent comme par une sorte d'échelle coulissante qui était sortie de la base de l'ovni. Une fois que tout était entré, humanoïdes et échelle, il entendit un bourdonnement, la machine s'élevait de
42

quelques mètres verticalement, et puis, comme l'éclair l'objet disparut dans les nuages. ("The Bizarre Ancient Astronauts of Tibet" - Harry Hill, p. 64) 1974, 19 juin FRANCE, Cambrai Vers minuit la sentinelle réveille les soldats de la base 103 pour leur montrer un objet inconnu. Dans le ciel ils voient un cylindre étrange (comme une cigarette à bout de bras) et silencieux. Aux jumelles les militaires observent trois formes triangulaires sous l'objet. Elles tournent lentement en changeant de couleur, le long du cylindre courent des ondulations comme de l'air surchauffé. L'objet est stationnaire pendant 10 minutes vers le nord à 20° de hauteur angulaire. Il vint ensuite au-dessus des témoins mais ses dimensions diminuaient. Il s'arrêta brusquement tandis qu'un autre objet lumineux venant de l'ouest s'est approché et en a fait 5 ou 6 fois le tour. Les deux objets sont partis ensemble vers le nord-est. (Michel MONNERIE: Et si les OVNI n'existaient pas?" – Les Humanoïdes Associés 1977) 1974, juin FRANCE, Fouesnant-Beg Meil … Elle a été faite par un ecclésiastique de Fouesnant, alors qu'il roulait seul en voiture en direction de Beg-Meil (Finistère). Pendant deux minutes, il a pu remarquer la présence dans le ciel d'un objet sphérique de couleur noir mat. Il était 18 heures environ. Cet objet volant, dont la taille a été comparée à celle d'un ballon de football, se déplaçait à 300 mètres d'altitude sur une trajectoire orientée sudouest/ouest. Il apparaissait comme un volume plein et, détail curieux, traînait dans son sillage une « nuée lumineuse » triangulaire de couleur orangée d'environ 200 mètres de longueur. L'OVNI qui n'émettait pas le moindre bruit, a bifurqué vers la mer. Le témoin s'est alors précipité dans un café pour alerter les clients : à leur arrivée, l'engin avait malheureusement disparu. (Jean François BOEDEC, « Les OVNI en Bretagne, anatomie d'un phénomène », éd. Fernand Lanore 1978, p. 40). 1974, 10 juillet ITALIE, Pavie Trois jeunes filles qui regagnent leur domicile voient un objet lumineux se poser dans la campagne. Presque aussitôt un faisceau jaunâtre se braque vers le ciel. D'autres témoins observent à leur tour le phénomène. L'un d'eux, accompagné de sa mère et de sa soeur part en voiture vers le lieu d'atterrissage. Ils découvrent dans un champ moissonné une demi-sphère de couleur rouge intense, large de 8 mètres, haute de 4 mètres et dont la base semble enveloppée de brouillard lumineux. Effrayés ils font demi-tour et alertent les pompiers. Quand ceux-ci arrivent 20 minutes plus tard, l'engin a disparu, la paille et la chaume à l'emplacement de l'engin est carbonisée. (GARREAU et LAVIER: "Face aux extra-terrestres" DELARGE 1975 - J'ai Lu, p. 226, 227) 1974, 29 juillet CHINE, Lanzhou (Gansu) (Ke Jingzhi) .. (21 heures) .. à la tombée de la nuit je rentrais dîner au restaurant réservé aux jeunes cadres citadins transplantés à la campagne. Tandis que je marchais le long d'un jardin maraîcher je remarquai soudain un homme tout noir qui se tenait devant moi à 8 ou 9 m. Il me parut robuste et grand (1 m 80). Comme il faisait très sombre je ne pouvais distinguer les détails de son visage. Cet homme noir se détachait bien dans la nuit car tout son corps brillait légèrement. Je crus qu'il s'agissait d'un paysan venu surveiller le système d'irrigation. Je lui lançai : « Qui va là ? Venez vite boucher la rigole ! » L'homme noir brillant ne bougea ni ne répondit à mon appel. Alors je plaisantai : « Si vous ne venez pas, je vais vous donner un coup sur la tête ! ». Aussitôt l'homme se mit à briller plus fort et brusquement il se cacha dans les herbes hautes d'un mètre environ. Je fonçai dans ces herbes pour le retrouver, mais en vain. Et au bout de quelques minutes j'abandonnai. Alors je pris peur et m'enfuis en courant pourtant, deux jours après, au même endroit, le chef de notre brigade de production et le chef de notre équipe
43

rencontrèrent un homme noir légèrement brillant. Le même homme peut être. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 233, 234) Un étudiant vit une créature noire lumineuse dans le potager. Deux autres témoins le virent le surlendemain. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 321) 1974, 16 août CANADA, Port Coquitlam (source: Graham Conway, Aufora) Vers 20 heures, trois garçons, David Bates, 8ans, Steven et Henry Stillie, âgés de 10 et de 7 ans) rentrent chez eux prenant, comme d'habitude, le raccourci à travers une zone boisée, par un sentier les ramenant dans la rue où ils habitent. A mi-chemin du sentier ils entendent un sifflement aigu, si bien que le chaton, que David porte dans les bras, fait des efforts désespérés pour s'enfuir, en griffant et David doit le lâcher. Le chaton court comme un dératé, puis tombe sur le flanc "endormi" dit David. Les deux autres garçons disent que le chaton "joue le mort". Regardant dans la direction du bruit strident, les enfants voient un objet au-dessus des arbres, allant du sud vers le nord, audessus du pont de chemin de fer au-dessus de la rivière. Il porte tout en haut une lumière rouge et des lumières vertes et blanches clignotantes à chaque extrémité. La stridulation est à ce point insupportable, surtout pour David, qu'il se recouvre les oreilles des mains, mais David ne s'en souvient pas. L'ovni commence alors à descendre, et le bruit devient très léger en peu de temps. Le chaton recouvre ses esprits et revient vers David, qui le prend à nouveau dans les bras. A leur grand étonnement, à moins de 50 m d'eux, l'objet touche le sol en envoyant un souffle d'air très chaud et violent, que les garçons sont dans un brouillard de poussière. Avant de venir au sol, l'objet sort des pieds extensibles et ensuite quelque chose dans l'engin fait voler à l'alentours de la terre et des cailloux. Ici les témoignages diffèrent. Les frères Stillie en ont assez vu et piquent un sprint de 100 m pour rentrer à la maison, à vitesse olympique, disentils. David Bates, soit plus courageux, soit plus stoïque, reste encore assez longtemps pour observer une porte dans l'engin sans hublots et carré sur le dessus. Ceci est confirmé par les deux autres garçons. Il y avait comme une chaîne autour de l'objet et à ce moment, David se met à courir vers sa maison, lui aussi. Ses parents confirment qu'il est rentré en état hystérique, les yeux hagards. Tandis que la sœur des frères Stillie explique qu'en entrant, les garçons ont fermé toutes les portes et tous les volets avant d'aller se cacher sous les draps dans leur lit. Il y eut encore des traces visibles de l'atterrissages le lendemain. 1974, 26 août FRANCE, Feignies (Nord) Mlle Moret s'est rendue aux attractions foraines et devait être rentrée à 20 h 30. Les parents s'inquiètent. M. Moret sort devant son domicile vers 20 h 55 afin de voir si sa fille est sur le chemin du retour. A 21 heures, brusquement, il distingue dans le ciel un objet qui descend très lentement, il est rond, de couleur noire, avec une légère couronne blanche, se détachant sur le fond gris du ciel, à environ 200 m de distance. Il court chercher son épouse afin de ne pas être le seul témoin car la rue est déserte. Mme Moret voit aussi la chose qui au bout de 15 minutes se stabilise à environ 20 m du sol. Ensuite cette boule s'ouvre dans le sens vertical, par un lent écartement, formant deux demi-lunes noires avec une luminosité périphérique. Celle de gauche reste sur place sans changement, celle de droite s'éloigne en rapetissant jusqu'à disparaître dans la nuit tombante. Puis, vers le côté plat du croissant restant, une sorte de voile se tire lentement, comme si l'on glissait un seul rideau noir. Sur le nouveau fond, toujours noir, se devinent progressivement deux "cosmonautes" vêtus de la tête au pieds de gris métallique. On voit leurs bras et leurs jambes qui bougent, mais on ne voit pas la tête qui paraît engoncée dans une sorte de casque volumineux. Ils se déplacent en se dandinant comme des marionnettes, se croisent d'un côté à l'autre. La scène dura à peu près 40 minutes. Puis, tout à coup, les parents se souviennent que leur fille n'est toujours pas rentrée, il était 22 heures. Le manège des ufonautes continue, mais Mme M. rentre pour mettre la table et M. Moret part à bicyclette vers la fête foraine. Lorsqu'il revint avec la jeune fille, il n'eut plus un regard pour la chose dans le ciel, si toutefois elle y était toujours. (Pierre VIEROUDY: "Ces OVNI qui annoncent le surhomme" - Laffont 1979, p. 66 à 68)
44

1974, 1 septembre CANADA, près de Langenburg (Saskatchewan) Vers dix heures … Edwin Fuhr commença à moissonner son colza dans un champ situé à 500 m environ de la maison. Il fauchait depuis près d'une heure et se trouvait près d'un bourbier . En relevant la tête il aperçut une coupole métallique à une quinzaine de mètres de lui, apparemment posée sur une partie herbue entre le colza et une ravine. Il arrêta sa faucheuse, descendit et s'approcha à cinq mètres environ de l'objet. Quand il fut plus près de la coupole de métal il s'aperçut que l'herbe bougeait à la base et que l'objet lui-même pivotait très rapidement. Fuhr fut naturellement très effrayé et il recula, sans quitter l'objet des yeux, jusqu'à la faucheuse dont le moteur tournait toujours. Il la contourna, se hissa sur le siège et regarda la coupole en rotation de ce poste d'observation plus élevé. Il vit alors quatre autres coupoles métalliques, toutes de la même taille, toutes en pleine rotation . Il n'entendait aucun bruit, peutêtre à cause du moteur de la faucheuse. Au bout de plusieurs minutes, lui sembla-t-il, les objets s'élevèrent soudain dans les airs en formation étagée, à une hauteur de 60 mètres environ. Ils arrêtèrent et une bouffée de vapeur gris foncé s'échappa de tuyaux semblables à des pots d'échappement à la base de chacun des objets, accompagné d'une rafale de vent descendante qui faillit emporter le chapeau de Fuhr et aplatit le colza. Les objets étaient maintenant en formation rectiligne parfaite. Après être demeurés stationnaires pendant une ou deux minutes, ils s'élevèrent soudains dans les nuages bas et disparurent. (J. Allen HYNEK et Jacques VALLEE : « Aux limites de la réalité » - éd. Albin Michel 1978, p 279 et suivantes) 1974, 29 septembre FRANCE, Riec sur Belon Le premier témoin Younic Le Bihan est sergent à l'armée et âgé de 21 ans. Vers 00 h 50 il venait de regagner son domicile, près du Carrefour de la Villeneuve, tandis qu'un violent orage éclate. Arrivé dans le salon il voit une lueur fugitive orange. Parvenu à sa chambre à l'étage il remarque par la fenêtre un halo rouge, comme celui d'un incendie. Il aperçoit alors à 500 ou 600 m au sud-est, un brasier de l'importance d'une maison. Il prend ses jumelles et voit trois rectangles de couleur rouge vif surmontés de volets rabattables. Simultanément il voit passer au-dessous de ces trappes trois masses lumineuses d'un blanc phosphorescent. Elles apparaissent et disparaissent brusquement. Il distingue nettement les contours de l'objet: un socle horizontal surmonté d'un habitacle en forme de cône tronqué, dans lequel se découpent toujours les rectangles rouges. En avant de l'objet il voit 3 silhouettes ayant la taille et l'aspect d'êtres humains, d'un blanc phosphorescent. Ils se déplacent en sa direction. Le témoin alerte alors ses parents, Francis Le Bihan et Yvonne Sallin, qui observent à l'œil nu et aux jumelles. L'objet eut brusquement un léger soubresaut latéral et disparut, tandis que les 3 personnages restent au sol. Simultanément il y a au sud une lueur jaune genre flash. Effrayés les parents quittent la maison pour aller se réfugier chez des amis à 300 m de là. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France Empire 1976, p. 84 à 98) » (Jean François BOEDEC : « Les OVNI en Bretagne, Anatomie d'un Phénomène », éd. Fernand Lanore 1978, p. 105 à 122) 1974, 8 octobre FRANCE, près de Calais Vers 20 heures Collette P. 49 ans, soigne les lapins et traverse la cour pour prendre de l'eau. Elle voit en face d'elle sur la droite d'un noyer au fond de la cour, un phénomène lumineux en station, sans bruit, qui n'éclaire pas les environs: trois cercles concentriques, le plus grand ayant environ 4 m de diamètre. L'ensemble est entouré d'un halo blanc de forme ovoïde de 15 m de long. Ces cercles à basse altitude donnent l'impression d'être horizontaux mais vus par le dessous ils sont comparables à des tubes de néon. L'ensemble glisse derrière le noyer et disparaît derrière le faîte de la grange. Collette veut suivre le phénomène, mais ressentant une impression de malaise, n'ose y aller seule. Elle appelle sa sœur Lucette, 54 ans, qui est dans le hangar. Entre-temps le phénomène est devenu entièrement ovale et lumineux, fait
45

un déplacement vers la route et un retour vers la ferme. Lucette fait des appels avec la lampe électrique mais rien ne se passe. Pour ne pas être gênée par les lumières de la cour, Lucette va derrière le hangar et continue ses appels. Alors la chose se déplace derrière elle vers le hangar. Collette court chercher le frère Dominique (53 ans) dans les étables, tandis que Lucette avance dans un chemin en direction du cimetière. Sa sœur et son frère la rejoignent mais ne voient plus le phénomène qui vient de disparaître derrière un toit. Tous trois le voient réapparaître, il s'arrête à nouveau au-dessus du chemin sous le forme de cercles concentriques mais cette fois dotés des couleurs de l'arc-en-ciel. Puis il change d'aspect, prend l'aspect de trois points lumineux disposés en triangle pointe vers le haut. S'ensuit un ballet mystérieux de gauche à droite sur une largeur d'une centaine de mètres. Puis le phénomène se retransforme en cercles concentriques de différentes couleurs et disparaît rapidement dans l'alignement du chemin au N.E. La mère des témoins a entrevu le phénomène de son fauteuil par la fenêtre de la salle à manger. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 524, 525) 1974, avant le 16 octobre EN MER, au large du Nord-Ecosse Le chalutier « Avel-Mad, patron Jean Chorlay rentre au port de Douarnenez, retour d'une marée dans le Nord Ecosse, voyage émaillé par l'apparition d'un OVNI. Les faits sont troublants. Ils ont été observés par trois membres de l'équipage qui se trouvaient de quart entre trois et quatre heures du matin, alors que le bateau venant de l'île Saint Kildo faisant route vers l'île Barra. Manon, un matelot, raconte ainsi l'événement : « J'étais sur la passerelle aux côtés de Michel Kerivel, le chef mécanicien, et de José Morel, matelot comme moi. Dans le suroît nous avons observé sur la ligne d'horizon pendant une dizaine de minutes, une forme arrondie ovale, qui luisait d'une couleur orange. Cette lueur se déplaçait de droite à gauche. Mieux : nous avons pu relever sur l'écran radar de bord l'écho de cette chose étrange. Son point était aussi gros que l'île de Barra elle-même. Et il variait selon un angle de 25 à 30 degrés en moins d'une seconde, à une vitesse donc extraordinaire ». Le lendemain cette présence insolite était confirmée par le patron d'un chalutier de Concarneau, le « Kerscadec ». (Jean François BOEDEC, « Les OVNI en Bretagne, anatomie d'un phénomène », éd. Fernand Lanore 1978, p. 57, 58) 1974, 25 octobre USA, Medecine Row (Wyoming) Carl Higdon, mécanicien dans une exploitation pétrolière, 40 ans, sportif, passionné de chasse, gare sa camionnette sous le couvert et marche dans la forêt pour chasser l'élan. Il trouve la forêt étrangement silencieuse. Tout à coup il voit un élan, vise et tire: la détonation est étouffée, la balle file devant lui au ralenti et tombe sur le sol à quelques mètres, comme écrasée. Le chasseur la ramasse et la met en poche, quand il entend un craquement de branche. Il voit une créature d'apparence humaine, de très haute taille, la peau jaune, les cheveux hérissés couleur paille, vêtu d'une combinaison noire, sous un bouleau à 15 m de lui. "Comment allez-vous?" demande l'étranger. "Très bien" répond le témoin. "Avez-vous faim?" demande la créature. "Oui, un peu" dit Higdon qui retrouve aussitôt dans sa main une boîte avec 5 pilules. Il doit en avaler une "qui le nourrira pendant 4 jours" et il s'exécute. L'étranger l'invite à le suivre et le témoin est d'accord. Dans la clairière il voit une structure cubique transparente entourée d'un halo lumineux. Ensuite il se voit marcher le fusil à la main sur un chemin inconnu et il tombe par hasard sur un véhicule embourbé, mais avec la CB à bord. Il lance un appel de secours et attend. Il n'a même pas reconnu sa propre camionnette, embourbée à 8 km de l'endroit où il l'avait garée. Il est retrouvé à 23 h 15, ne reconnaît pas sa femme, son corps est couvert de meurtrissures et il ne fait que répéter une histoire d'homme en noir et de pilules. Il retrouve la balle écrasée dans sa poche. On le conduit à l'hôpital où rien de sérieux n'est décelé. Ce n'est que le lendemain que les souvenirs lui reviennent: Higdon flotte vers la structure cubique, se retrouve à l'intérieur en compagnie de 5 autres personnages habillés de noir. De l'extérieur la structure semblait transparente: la voici opaque et bien plus volumineuse qu'elle ne paraissait. Il est installé sur un fauteuil et il y a une accélération verticale, jusqu'à la planète des entités. Il ne peut pas sortir de l'engin mais voit une tour gigantesque au sommet de laquelle tournent des lumières
46

insupportables. Il voit aussi quelques "humains" (des terriens). Ensuite on lui annonce "Nous vous ramenons car vous ne faites pas l'affaire pour ce que nous cherchons". C'est le voyage retour et la brutale expulsion par une trappe. Higdon tombe de 2 ou 3 mètres et glisse le long d'un éboulis. (Bertrand MEHEUST: "En soucoupes volantes" - Imago 1992 - p. 34 à 36) 1974, fin novembre PEROU, Lagune de Huaypo Au milieu de la nuit le paysan dont la hutte surplombe le lac est réveillé par les aboiements du chien et les grognements de la truie. Il crut qu'elle était prête de mettre bas et se leva. En sortant il vit une boule de feu aplatie d'un diamètre de 6 m environ survoler le terrain à grande vitesse et se diriger vers le lac. Arrivée au milieu du lac elle plongea brusquement dans l'eau. Le bruit de la gerbe d'eau était parfaitement audible dans cette contrée en altitude. (Inforespace n° 27 - 1976 - p. 14) 1974, 22 décembre USA, Fairfield (Ohio) A 22 h 30, Mrs. Page (octogénaire) venait de se coucher, mais elle était encore tout à fait éveillée quand elle fut attirée par une brillante lumière passant sous le store partiellement relevé de la fenêtre de sa chambre. Regardant au dehors, elle vit clairement un objet ovale « un peu en forme de bateau », suspendu juste au-dessus de la maison de son voisin, à environ cent vingt-cinq mètres d'elle. L'objet était grand. Des lumières vertes et blanches garnissaient son pourtour. Sur un côté se trouvaient trois petites fenêtres carrées à travers lesquelles brillaient des lumières blanches. L'objet qui resta en vue pendant un quart d'heure, montait et descendait lentement dans le ciel. Le ciel était clair, lorsque Mrs. Page vit l'objet se déplacer lentement en ligne droite vers l'église qui était sur le côté, un pâté de maisons plus loin. Puis il se plaça au-dessus du centre de l'église et reprit son mouvement vertical de haut en bas, de bas en haut. « Il est resté au-dessus de l'église peut-être pendant une demi heure » dira Mrs. Page. C'est alors qu'elle vit deux silhouettes sombres au-dessus des fenêtres de l'engin dans ce qui lui semblait être un dôme transparent. Elle ouvrit la porte de la cuisine pour mieux voir. Il faisait froid et elle ne resta pas, mais pendant que la porte était ouverte, elle n'avait entendu aucun bruit. Pour finir l'ovni se déplaça en ligne droite, quittant l'église en direction du nord, et prit soudain une vitesse terrible. « Les silhouettes que j'ai aperçues dans l'engin étaient celles de deux petits hommes. Je les voyais jusqu'à la taille. Leurs bras étaient constamment en mouvement. Ils gesticulaient comme des gens qui parlent avec leurs mains. Ils allaient et venaient d'un bout à l'autre de l'engin et paraissaient se rencontrer au milieu ». (Leonard STRINGFIELD : »Alerte générale OVNI », éd. France – Empire, 1978, p. 136, 137) 1974, non précisé PORTUGAL, Rio Tinto-Oporto A 20 h 15, le témoin âgé de 14 ans, se trouvait dans la cour arrière avec deux personnes de sa famille, quand ils entendirent un bruit fort et toutes les lumières s'éteignirent d'un coup. Il courut jusque dehors et vit à 50 mètres un objet de la forme de Saturne, de 6,50 m de diamètre et haut de 4 à 4,50 m, irradiant des faisceaux de lumière de toutes les couleurs. La partie supérieure était transparente et le témoin vit 4 ou 5 entités, vêtus de combinaisons sombres d'homme grenouille, hautes d'environ 1 m 80 et d'aspect humanoïde. Pendant cette observation le témoin ne put plus bouger et perdit la notion du temps. Il recouvra ses esprits, comme l'électricité revenait et que l'objet s'en alla. (Mario Neves; collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço) 1974, fin d'année ITALIE, SARDAIGNE, près de Diolianova Un jeune pâtre partit ramasser des champignons. Il parcourut en tout sens une région montagneuse. Vers
47

17 heures il aperçut, à 500 m à peine, un étrange objet cylindrique. Le témoin estima qu'il avait une longueur de 100 m et qu'il se déplaçait à 150 m au dessus du sol. Sa couleur était d'un vert bleuâtre. L'objet semblait ralentir, puis s'immobilisa en position verticale au-dessus d'une route. En haut de sa partie médiane l'objet émettait un puissant rayon lumineux de couleur orangée qui tournait et clignotait comme le gyrophare de la police. Il laissait entendre distinctement un sifflement composé d'un son long et de trois ou quatre sons brefs. Peu après une trappe s'ouvrit sous sa partie médiane et trois boules lumineuses de couleur bleue, rouge et gris blanchâtre en tombèrent d'abord en une chute libre, mais qui se transforma bientôt en un vol ascendant et lent. Lorsque les trois boules se dérobèrent à sa vue au lointain, le témoin constata avec étonnement qu'entre-temps le vaisseau porteur avait disparu, lui aussi. (A. SCHNEIDER-H. MALTHANER : « Le dossier secret des OVNI », éd. De Vecchi, 1978, p. 203, 205) 1975, 1 janvier ESPAGNE, Burgos Vers 06 h 25, Manolo Agnera, Felipe Sanchez, Ricardo Iglesias, militaires en voiture, virent un corps lumineux décrire une courbe et se diriger vers le sol à grande vitesse. Manolo arrêta la voiture. A l'endroit de l'impact présumé, de l'autre côté de la chaussée, au carrefour, il y avait un éclat comme celui des projecteurs d'un stade. Les témoins virent l'objet en forme de tronc de cône de 2 m de haut et de 3 m de large, émettant une lueur jaunâtre, mais vers le bas il semblait émettre des flots de lumière vers le sol, qu'il ne sembla pas toucher. Tout à coup il s'éteint et l'obscurité devint totale. Pas pour longtemps, car tout de suite après 4 objets identiques, apparemment alignés et séparés d'à peine quelques centimètres, s'allumèrent les uns après les autres. La réaction des témoins fut selon leur personnalité: l'un voulait rester à regarder, l'autre se rapprocher, un autre partir immédiatement. Ce qu'ils firent, mais sur 50 m seulement, puis s'arrêtèrent de nouveau. Finalement ils poursuivaient leur route lentement. Arrivés à la caserne ils mirent les supérieurs au courant. Les militaires devaient trouver sur le lieux de l'observation, un terrain en friche, une zone brûlée de 40 m de long et de 4 m de large. (Stendek n° 19 - mars 1975 p.3-9) 1975, 3 janvier ARGENTINE, Caleta Olivia (extrême sud - Patagonie) Vers 09 h 30 roulant de Caleta Olivia vers Comodoro Rivadavio, par un chemin sinueux et escarpé, Juan Carlos Ascensci voit par le pare-brise, au centre, un éclair éblouissant. Il vit alors un objet semblant être fait de métal chromé reflétant la lumière du soleil, arriver du nord. Il a freiné, s'est mis sur l'accotement et l'objet est passé du côté droit de la voiture. Il faisait un bruit comme quand le vent souffle à travers une persienne. Il avait la dimension d'une grande voiture, volait à 100 m de distance et à très faible altitude. La radio de bord à produit comme une décharge lors du survol par l'objet. La chose était discoïdale, enflée dans la partie médiane supérieure. (Cuarta Dimension, n° 21, 22, 23, 1975) 1975, 4 janvier FRANCE, Lorient (Arsenal) Le matelot J.J.C. circule à 17 h 55 à bord d'un véhicule de service à l'arsenal de la Marine Nationale, quand, arrivé à une soixantaine de mètres d'un carrefour, il aperçoit au-dessus d'un arbre, une boule immobile.. Le témoin se met à rouler lentement en direction du croisement. L'objet commence à descendre très doucement en feuille morte. Il est noir mat et ressemble à une montgolfière. Poursuivant sa lente descente vers le sol, il prend la forme d'un croissant, les pointes en bas et dégage une légère fumée noire sur sa droite. Le témoin s'arrête au carrefour, l'objet descend à 4 ou 5 m du sol, se stabilise une seconde ou deux, oblique en direction des bâtiments de l'état major en reprenant une légère ascension. Au moment de son passage entre les arbres et les bâtiments, le témoin peut voir deux renflements situés à sa partie inférieure. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet ..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 529, 530)
48

1975, 4 janvier USA, près de Cincinnati Jane Putman lisait, seule dans la salle de séjour. Les rideaux étaient tirés. Tout à coup, un bruit de voix haut perchées, comme un chant, rompit le silence. Jane laisse tomber son livre, écouta. (Son mari Ray) était réveillé : elle l'entendait marcher vivement sur le palier en haut de l'escalier. A ce moment, le chant s'arrêta. « Que diable se passe-t-il » ? s'écria Ray. Et sans plus attendre il saisit le téléphone et appela la police. Des agents fouillèrent la maison et toute la cour, et ne trouvèrent rien. De bonne heure, le lendemain matin, Jane insatisfaite examinait attentivement le sol sous la fenêtre qui faisait face à la pelouse. Stupéfaite elle vit une dépression en forme de demi-cercle dans l'herbe. L'arc, d'une longueur d'environ douze mètres, allait jusqu'à la verticale des extrémités des branches d'un large chêne. (en juillet 1975 la trace existait toujours) (Leonard STRINGFIELD : « Alerte générale OVNI », éd. France – Empire, 1978, p. 69, 70) 1975, 5 janvier BRESIL, Bahia Blanca Carlos Alberto Diaz, 28 ans, revenait de son travail dans un atelier de la gare. Il était 4 heures du matinIl fut soudain ébloui par une lumière pulsante tandis qu'il entendit un genre de sifflement ressemblant à une onde radio. Il dit que l'air et même la rue semblaient vibrer violemment. Il se sentit soulevé n'ayant plus les pieds au sol. A trois mètres de hauteur, il regardait vers le bas et s'évanouit. Il revint à lui dans ce qui ressemblait être une sphère brillante, très illuminée. Trois créatures silencieuses, à peu verdâtre se trouvaient près de lui. Ils lui arrachèrent des touffes de cheveux, mais il ne sentit aucune douleur. Quatre heures après avoir été aspiré en l'air dans une rue de Bahia Blanca, il se réveilla hébété sur le bord d'une route de Buenos Aires à plus de 500 miles de son domicile. Près de lui se trouvait le sac contenant ses bleus de travail et le journal qu'il avait acheté le matin même. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 71) 1975, 5 janvier FRANCE, Laulne Yvon Vildier, 12 ans, sort vers 19 heures dans la cour pour uriner en allumant la lumière extérieure. Il voit alors à 120 m de la maison dans un champ, un engin bizarre: il n'en voit que le dôme percé d'un hublot jaune brillant, le reste étant caché par la haie. Il est frappé de stupeur et quelques secondes après l'objet s'est élevé en tournoyant jusqu'à 100 m de haut à la verticale. Il semblait être composé de 3 ou 4 étages, et il y avait dans la partie supérieur 5 hublots de la grosseur d'un bol. Trois pieds de 50 cm de haut semblaient reliés au centre de la base pour former une assise et sont rentrés dans l'engin lors du départ. Il estime la grandeur à 15 m sur 3m, de forme ovale. Sans les pieds la hauteur pouvait être de 4 m. Il est parti sur la gauche à grande vitesse. Durée de l'observation: 30 secondes. L'enfant est rentré commotionné, ne pouvant dire un mot tellement il a eu peur. Traces au sol et analyses effectuées. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France-Empire 1976, p. 99 à 109) 1975, 25 janvier au 5 février FRANCE: Eclaron (Haute Marne) Un petit groupe de personnes - dont des ufologues - observent à plusieurs reprises divers phénomènes dans une zone boisée, près du lac de Der-Chantecoq. Boules lumineuses sur l'eau, immobiles, puis dansant un ballet et semblant réagir aux actions des témoins; boules lumineuses au sol ou à haute altitude; forme apparaissant de loin comme une cible militaire (cercle sur un rectangle) mais de près comme un solide en rotation lente. (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63)

49

1975, 14 janvier FRANCE, près de Bezolles Vers 19 h 15 le témoin ayant quitté son travail à Vic-Fezensac, rejoint Bezolles par la D 112 et aperçoit un phare qui se transforme en un gros soleil très blanc, dont les rayons sont espacées et ont de 5 à 6 m de long. Cette chose stationne à 2 ou 3 m au-dessus de la route. Le témoin fait un appel de phares: immédiatement elle ne voit plus rien. Soulagée elle repart doucement et distingue à travers le rideau d'arbres une lueur rougeâtre. Elle continue le chemin et lorsque le rideau d'arbres s'interrompt, elle voit de nouveau une lumière plus rouge, moins précise, dans une friche, derrière un petit bosquet. Le témoin s'arrête et la lumière disparaît. Durée totale de l'observation: une minute. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet ..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 532) 1975, janvier USA, Manhattan Après la fermeture de sa boutique le soir, George O'Barski rentre chez lui en voiture en passant par le North Hudson Park. La radio de bord se met à craquer, des parasites. Assez bas dans le ciel un objet lumineux dépasse la voiture en bourdonnant et s'arrête à 3 m du sol et amorce sa descente. O'Barski observe un vaisseau de 9 m de long illuminé d'une rangée de fenêtres. Une porte s'ouvre livrant passage à une dizaine de petits être encapuchonnés en tenues de sport d'hiver, tous de la même couleur. Ils descendent par une sorte d'échelle. Sans lui prêter attention ils creusent le sol, ramassent de la terre, des racines , des feuilles qu'ils mettent dans des sacs avant de rapidement retourner à l'ovni qui décolle et disparaît rapidement. Le lendemain O'Barski trouve les traces au sol. Budd Hopkins qui a recueilli ce témoignage, a retrouvé un autre témoin de l'événement: Bill Pawlowski, portier d'un immeuble proche a été intrigué par des lumières émanant d'une grosse masse sombre. La famille Wamsley serait sortie dans la rue pour contempler le spectacle. Frank Gonzales quant à lui rapporte un incident identique survenu une semaine plus tôt. (Marie-Thérèse de BROSSES: "Enquête sur les enlèvements E.T." - Plon 1995, p. 66) 1975, 10 février LA REUNION, Petite Ile Un homme vit un objet très lumineux sortir de la mer et s'envoler à vitesse vertigineuse. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 167) 1975, 14 février LA REUNION, Petite-Ile, piton Calvaire A 12 h 05, heure locale, Antoine Séverin, 21 ans, a été fortement commotionné par un rayon lumineux provenant d'une boule brillante sur le Mont Calvaire. L'intéressé a regagné sa demeure à pied. Il a vu trois petits bonshommes sortir de l'engin qui ne touchait pas le sol, les observa et fut projeté par terre par un puissant éclair parti de la partie supérieure de la soucoupe qui s'est alors élevée en sifflant très fort. Le témoin est rendu aveugle et muet par le choc de l'observation. Quand, retrouvant la parole après 4 jours, le témoin explique son observation, il déclare avoir été dérangé par des bip-bip incessants dans les oreilles dès le 12 février au matin. Juste avant l'observation ces bips étaient si forts qu'il crut que ces tympans allaient éclater. Il a alors ressenti un souffle brûlant et se sentit comme paralysé. C'est alors qu'il vit l'engin en forme d'un grand chapeau, qui brillait intensément. Il avait la couleur aluminium et se sustentait à 1,50m du sol. Une échelle à trois marches est apparue de dessous, elle s'inclinait à 45° mais ne touchait pas la terre. Est alors sorti une sorte de bonhomme Michelin boudiné et brillant, et portait à la main un objet brillant long de 30 cm. Sur l'escalier il avait l'air à l'aise, mais par terre il se déplaçait les pieds joints. Un deuxième, puis un troisième bonhomme ont rejoint le premier. Le premier grattait le sol, le témoin n'a pas vu qu'il mettait de la terre dans le sachet brillant que lui tendait le second. Tous trois avaient des antennes sur la tête de chaque côté, le témoin les vit de profil. Pour lui faire face un des
50

bonshommes a pivoté et ses antennes ont bougé. C'est alors qu'est venu le puissant éclair qui projetait le témoin par terre. Plus vite qu'ils n'en étaient descendus les bonshommes sont remontés dans l'engin et l'objet est parti en sifflant. Le témoin ne sait pas combien de temps il est resté par terre, ne se souvient pas d'avoir été aveugle et muet. A noter qu'entre le 19 et le 25 février, chaque fois que les gendarmes amenaient le témoin sur les lieux de l'observation, celui-ci s'évanouissait. Par la suite il disait que la cause en était des "bips" entendus dès qu'il s'approchait de cet endroit. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France-Empire 1976, p. 110 à 134) 1975, 23 février JAPON, Kofu Deux garçons de 7 ans virent une lumière dans le ciel qui descendit ensuite dans le jardin. Ils se sont rapprochés et virent l'ovni au sol. Il portait des inscriptions "orientales" inconnues des garçons. Une échelle sortit de l'engin et une entité argentée avec une grosse tête, tout à fait étrange, apparut. Ils virent à l'intérieur une autre créature identique assise, avec la main sur un levier. Au moment où les enfants voulaient s'enfuir, l'entité sortie de l'engin leur parlait avec une voix, comme celle produite par un disque qui tourne trop vite sur la platine. Ils s'enfuirent et appelèrent les parents de l'un d'eux. Ceux-ci sortirent et virent l'objet lumineux mais ne s'en approchèrent pas. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 340) 1975, 28 février FRANCE, Montbard Le chauffeur Daniel L. circulait dans le sens Chatillon sur Seine vers Montbard, entre minuit et 01 h 00 (nuit du 27 au 28 février) quand à 2,5 km de Montbard il aperçut le phénomène à la sortie d'un bois. L'engin apparut face à lui, venant à sa rencontre dans l'axe de la route. Il présentait une masse indescriptible de couleur gris métallisé et occupait la largeur de la chaussée (7m40). L'objet est passé à une vitesse vertigineuse en rasant la cabine et au même instant il y eut un violent éclair. L'apparition n'a duré que quelques secondes et a disparu aussitôt. Témoin commotionné émotionnellement qui a passé le reste de la nuit à l'hôpital. (Robert ROUSSEL: "Ovni, la fin du secret" - Belfond 1978 - p. 37) 1975, février FRANCE, quelque part en Haute Marne Mme A.S. commence à effectuer ces premières observations d'ovni. A partir de cette date elle en fera plus de 300. Chacune est notée scrupuleusement sur un cahier. Voici, par ailleurs, quelques phénomènes singuliers qu'elle a enregistrés: un très fort bourdonnement, semblable à une multitude de ruches d'abeilles, une nuit au-dessus de sa maison; des boules lumineuses blanches pénétrant dans son salon lors de passages d'ovni; deux grandes traces circulaires dans l'herbe écrasée (d'autres témoins étaient avec elle); une grosse boule orange de la taille de la moitié de la lune, diminuant de grosseur et descendant vers le sol... Un hiver elle remarque dans un champ près de sa maison, des empreintes dans la neige de petits pieds de 10 à 15 cm de long, sans trace ni avant ni après! (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy Trédaniel 1995, p. 85, 86) 1975, 3 mars Italie, Lecce Antonio Gianuzzi, marchand de quatre saisons, s'intéressait depuis plusieurs années au phénomène OVNI. Le 3 mars il ressentit comme une impulsion interne l'incitant à sortir et à photographier le ciel. Il se mit en route de bonne heure et se rendit dans un endroit désert et légèrement boisé à 7 km de Lecce. Au bout de quelques instants, en direction du nord, il vit apparaître tel un éclair, un objet qui émit tout d'abord un léger bourdonnement, puis un sifflement continu. Après s'être remis de sa surprise, il prit plusieurs clichés . Gianuzzi put également photographier une curieuse substance floconneuse. (A. SCHNEIDER-H. MALTHANER : « Le dossier secret des OVNI », éd. De Vecchi, 1978, p. 129, 130 et
51

222) 1975, 15 mars FRANCE, Dourlers "Espérance" (Nord) A 22 heures M. Sporta arrive à 100 m avant le croisement de l'Espérance et a l'attention attirée par une lumière insolite. Dans un pré se trouvant sur sa droite il y a une importante illumination, il ralentit et s'arrête à 50 m du croisement, stoppe le moteur, tire le frein à main, mais laisse les phares allumés. Il descend et peut détailler à loisir une soucoupe ayant la forme d'une boîte de camembert surmontée d'une coupole. Au sol 4 à 4,50m de diamètre, de couleur marron-kaki, le dôme étroit et haut de 70 cm environ est plus clair. Il s'en dégage une nébulosité fortement lumineuse qui forme une sorte d'enveloppe très claire, blanche et qui permet de voir l'herbe alentour sur une dizaine de mètres de rayon. Aucun bruit n'est émis. Puis, des lueurs multicolores apparaissent sur tout le corps de l'ovni, tournent toutes ensemble donnant l'impression que l'engin entier est animé d'une rotation lente d'abord, puis plus rapide. La couleur marron du corps n'est plus discernable, la masse s'élève doucement à l'aplomb, d'une manière stable. A une vingtaine de mètres d'altitude elle emprunte sans transition une trajectoire horizontale qui l'amène audessus d'un bois où, après accélération, elle disparaît rapidement (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 546, 547) 1975, 15 mars CANADA, Grimsby/Hamilton (Ontario) (Source Ian Haysom du "Hamilton Spectator") Mme Corrie DeJong , son fils Charles âgé de 14 ans, et sa fille Sylvia, 9 ans, ont assisté à un spectacle incroyable dans la soirée. Charles revient de l'église et entre en trombe disant à sa mère de regarder dehors: il est alors 21 h 45. "Nous allions vers la fenêtre, dit Mme DeJong, nous voyions trois énormes boules dorées dans le champ, face à la maison, à environ 750 à 800 m." Ces boules planent encore durant une minute, font tomber quatre ou 5 boules plus petites vers le sol et disparaissent. Ensuite huit énormes boules dorées planent à ras du sol, à 1m 50 à 2 m d'altitude durent quelques minutes, et puis implosent. Mais la surprise n'était pas encore terminée : il y avait encore une grande boule rouge, par terre, de l'aspect d'un soleil couchant. (Ufo JOE sur Internet en juin 1997) 1975, 31 mars FRANCE, St Hilaire de Cambrai (Nord) A 3 h 30 le témoin est réveillé par les aboiements furieux des chiens: ils sont déchaînés et montent même sur la table! Il se lève et voit à travers les doubles rideaux de la chambre une luminosité rouge. Il entend même des sortes de murmures indistincts. Son beau-fils qui habite au fond de la demeure intrigué par le remue ménage allume la lampe dans la cour, regarde par la fenêtre et voit se déplacer une masse rectangulaire rouge intense de 4,50m de long sur 2 m de large et 2 m de haut environ. Elle progresse à 40 à 60 cm au-dessus du sol en sautillant. Elle continue sur sa trajectoire, devient arrondie de couleur verte et bleue, avec dominante de bleu électrique. A 60 m des témoins, l'épouse du premier et ses deux filles ont rejoints les deux hommes, l'objet se pose sur le côté gauche de la route en prenant une teinte vertblanc. Quelques instants plus tard l'objet se déplace à nouveau au ras du sol et se pose à 80m des témoins, sur la droite de la chaussée, étant maintenant verte et de forme sphérique. Les chiens se calment, le beaufils éteint la lumière dans la cour et se remet au lit sans répondre aux appels de son beau-père et sans assister à la suite de l'observation. L'intensité de la sphère diminue et devient comparable à celle de nos lampes électriques. Le témoin veut sortir mais son épouse l'en empêche. Il reste à la fenêtre encore une demi-heure, mais comme rien ne se passe il se couche. A 4 h 40 l'éclairage public s'allume, les chiens se remettent à aboyer furieusement, les cinq témoins se lèvent précipitamment, l'objet a déjà bougé et se rapproche en suivant la rue près du sol sous l'aspect d'une sphère verte émettant un bruit de casserole. Puis, brutalement, arrivé au niveau du domicile des témoins, le phénomène disparaît. Le premier témoin et son épouse se plaindront du mal des yeux. Des traces bizarres de "pattes" de 14 cm de long, de 11 cm de large avec "3 orteils et un ergot" sont découvertes le lendemain. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni,
52

Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 548 à 550) 1975, 6 avril PORTO-RICO, Miramar de San Juan Willie Lopez au studios de la Radio Rock au dernier étage dans l'immeuble Darlington, entendit vers 22 h 30 très nettement trois coups frappés à la fenêtre extérieure, juste derrière les pupitres de contrôle. A travers les rideaux il vit quelque chose de lumineux se déplacer rapidement, mais étant seul il téléphona à un ami habitant l'immeuble de venir le rejoindre. A 22 h 45, n'ayant pas attendu l'arrivée de cet ami, il tira brusquement le rideau et vit en face à quelques cm au-dessus de la tour de refroidissement un objet lumineux jaunâtre de 12 m de diamètre environ, stationnaire et se balançant légèrement. Effrayé il referma les rideaux, interrompit le programme musical pour envoyer sur les ondes le récit de son aventure. Cependant, ses nerfs avaient été mis à rude épreuve et il dut se faire soigner quelque temps après. (STENDEK) 1975, vers le 17 avril GIBRALTAR Des OVNI amphibies auraient été aperçus au large d'Algesiras, traversant le détroit de Gibraltar, selon le journal espagnol "El faro de Ceuta" Le journal écrit qu'un mystérieux objet projetant une forte lumière a été observé par des voyageurs faisant la traversée entre l'Europe et l'Afrique. L'OVNI serait sorti de l'eau, aurait parcouru une longue distance au-dessus des flots avant de replonger. Le phénomène a été observé à deux reprises (AFP) 1975, 25 avril FRANCE, Marly le Roi A 21 heures 4 personnes du foyer P. et T. de Marly le Roi observent un phénomène lumineux allongé, en forme de triangle qui se déplace parallèlement à l'horizon du sud vers le nord. D'abord jaune, le phénomène prend une teinte verte et s'allonge comme une règle. Il conserve alors ses deux couleurs : vert à l'avant, jaune à l'arrière. L'objet avance comme un chewing-gum qu'on étire et qui se rétrécit par àcoups. Un des témoins observe une petite traînée formée de boules qui suit et persiste quelques instants derrière la règle. L'objet va plus vite qu'un avion, mais est plus lent qu'une étoile filante. Sa hauteur sur l'horizon est de 20°, l'angle de vision entre apparition et disparition est de 90° à 100°. Dimensions apparentes à bouts de bras : lors de la phase 1 (triangle) : 5 mm pour la partie la plus épaisse et 18 mm de longueur. Lors de la phase 2 (règle) : épaisseur inférieure à 10mm, longueur 30 mm. Couleur du phénomène : 144 et 358 du nuancier « Pantone » (Christian DE ZAN : « Guide du Chasseur de Phénomènes OVNI », éd. De Vecchi 1980, p 112, 113) 1975, 3 mai MEXIQUE, en vol, au-dessus des Monts Ajusco Carlos Antonio de Los Santos Montiel, 23 ans, pilote, à bord de son Piper Aztec PA-24 se trouva accompagné à gauche et à droite de son appareil d'une soucoupe surmontée d'une coupole avec un petit hublot et une antenne, le tout d'une couleur gris souris. En face vint une troisième soucoupe à grande vitesse, plongeant tout juste sous l'avion. Il y eut un bruit bizarre, comme un choc. Le pilote réalisait que la soucoupe essayait de soulever l'avion et le pilote tentait des mouvements de roulis, mais les commandes ne répondaient pas. Il réussit cependant à entrer en contact radio avec la tour de contrôle de Mexico à 12 h 15. Les trois objets ont élevé le Piper de 200 m et ralenti sa vitesse de 40 km/h. A la verticale de Tlalpan l'objet de gauche partit en direction des volcans, immédiatement suivi de celui de droite. Le pilote ne sait pas ce qu'est devenu la troisième soucoupe. A l'approche de l'aéroport, l'appareil répondait à nouveau aux commandes, sauf le train d'atterrissage qui refusait de sortir. Après 40 minutes d'essais, enfin le train sortit et l'avion put se poser sans autre dommages. Il était alors 13 h 34.
53

(Inforespace n° 30 de 1976, p. 15 à 18) 1975, 5 mai FRANCE, Lezay "Deux-Sèvres" Alors qu’ils se trouvaient en patrouille, les gendarmes Dutel et Stroka de la brigade de Lezay voient dans la nuit de jeudi à vendredi, aperçurent à 23 h 10 une boule lumineuse jaune vif grosse comme une pleine lune, qui atterrit près de l’école du village. Les gendarmes se trouvaient de bord de leur camionnette lorsqu’il ont observé l’ovni a basse altitude dont ils ont suivi toute la descente. Le gendarme Dutel est alors sorti du véhicule et s’est approché de 20 m de l’engin qui scintillait de mille feux et qui s’est aussitôt envolé. A 23 h 17 l’objet a redécollé dans un bruit semblable aux vol de perdrix en direction d’une autre commune.Ils ont alors criés à plusieurs joueurs de pétanque qui faisait une partie dans la parc de regarder l’ovni s’envoler ce que fit entre autre M. Vigneault, garde champêtre ainsi qu’un percepteur, un commercant et l’adjoint au maire. Ils ont tous observé l’ovni pendant une demi heure faisant du surplace sous les nuages.Devant les journalistes ils ont tous été unanimes; jusqu’alors, on riait des soucoupes volantes mais maintenant il faut se rendre à l’évidence; ce que nous avons vu n’était pas un pas un phénomènes naturel. Les gendarmes ont dressé un procès verbal qui a été transmis au commandant national de la gendarmerie nationale.Vers 23 h 45, l'objet a alors disparut de la vue en direction de l'ouest. Copie de l’article paru dans le journal local. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France-Empire, p. 135 à 139) 1975, 9 juin FRANCE, Saint-Tudel (Finistère) Vers 23 h 45, revenant d'une corvée de foin, en tracteur, André François, cultivateur observe un boule lumineuse de 60 cm de diamètre environ. Il a garé le tracteur dans le hangar et s'est posé sur une butte pour observer cette chose se trouvant à 250m environ, pendant 5 minutes. Quand elle a commencé à s'élever, très, très lentement, il a appelé son épouse et pendant 5 autres minutes ils ont observé à deux la lente ascension de 1 m jusqu'à 100 m pendant l'éloignement vers le NNO dans le silence le plus complet. Rentrant alors chez eux, l'épouse se coucha. Le cultivateur ressortit et vit toujours la boule à la même altitude, lorsqu'il reçut au bout d'une minute deux reflets violets directement dans les yeux. Cela faisait si mal qu'il ne voyait plus que du noir et qu'il eut très peur. (Robert ROUSSEL: "OVNI, la fin du secret" Belfond 1978, p. 48, 49) André François, exploitant agricole, rentrait à Quémestéfan, lorsque sont attention fut attirée vers le nord-ouest par une étrange lumière. Intrigué il s'approcha et put mieux se rendre compte de la configuration du phénomène. « Cela ressemblait à un cylindre d'une circonférence de 60 centimètres environ. L'engin était très lumineux. D'abord fixe, il s'est déplacé sur une trajectoire horizontale que j'évalue à 60 mètres. Sa vitesse était constante et régulière. Puis, avant de disparaître, il lança deux rayons violets qui m'ont complètement ébloui. Son altitude était d'environ 15 mètres. » (Jean François BOEDEC : « Les OVNI en Bretagne, Anatomie d'un Phénomène », éd. Fernand Lanore 1978, p. 76) 1975, 14 juin FRANCE, St Nicolas d'Acy "Les Moroseaux" Vers 23 h 40 Jean-Pierre Narlot vient de garer sa voiture le long du mur qui clôt le parc du château. Il est accompagné de Sylviane Uyttersprit. Il fait nuit noire, la lune est couchée depuis une heure environ. Ils aperçoivent une lueur, l'ovni traverse un chemin, passe derrière une petite haie et apparaît tout entier: forme de deux triangles accolés constituant un losange de couleur crème brillant, n'éclairant pas les alentours, largeur 4 mètres, hauteur 2,50m à 50 cm du sol. Il se déplace lentement sans bruit au-dessus d'un champ d'escourgeon. Il s'immobilise, au bout de quelques minutes, une bande sombre semblant venir de l'arrière de l'objet du côté droit qui est le plus flou, se déroule en descendant sur la partie gauche. Puis l'ombre disparaît et l'objet reprend son aspect primitif. M. Narot fait alors demi-tour... (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 558, 559)
54

1975, 26 juin FRANCE, Laguiole "Alcorn" (Aveyron) Mlle Maria M. a vu dans sa cour vers 20 h, alors qu'il faisait encore bien jour, une forme très mince (20 cm environ) lumineuse, haut d'environ 1,50m, vêtu d'une combinaison aux couleurs vives jaune et rouge ressemblant à la couleur de flammes. Il ressemblait au personnage de la publicité d'autrefois pour le thermogène. Cette forme humaine a jailli au-dessus du mur de la cour, a traversé celle-ci large de 4,50m apparemment sans toucher le sol et a disparu dans le chemin menant à la ferme M... Quelques secondes plus tard Mlle Maria a revu le personnage sauter d'un pré à 120 m de distance environ. Elle n'a vu ni sa tête ni ses membres mais est sûre qu'il ne s'agit pas d'une véritable personne humaine. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des Ovni" - France-Empire 1976, p. 140 à 153) 1975, 27 juin FRANCE, Bouillancourt-la-Bataille Vers 23 h 15 M. Plaquet va fermer les volets et aperçoit un objet cylindrique sombre en position verticale à 10 m d'altitude. Au sommet de cet objet se trouvent deux antennes, comme des antennes de papillon s'écartant vers l'extérieur. Chaque antenne est munie d'un feu orange à sa pointe. Trois feux identiques se trouvent placés l'un en dessous de l'autre de chaque côté des parois. Une lumière blanche non éblouissante est émise à la base du cylindre. L'objet se trouve au-dessus d'un poteau en ciment. L'objet pivote et le témoin ne voit plus qu'une rangée verticale de feux oranges. Ensuite l'objet se déplace à la vitesse d'une voiture sur 200 m, s'arrête juste avant de disparaître derrière le toit d'une maison et fait le même trajet en sens inverse, s'arrêtant au-dessus du poteau, là il effectue ensuite un saut vertical et s'éloigne vers l'ouest. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 561, 562) 1975, 4 juillet USA, Tarsigny (New Jersey) A 12 h 05, M. Cahill et Mlle Tiger circulaient en voiture quand ils virent une forme générale deltoïde, avec une tourelle translucide vert mat faisant saillie, comportant des bandes verticales métalliques, des projecteurs et une très grande luminosité bleu-vert à l'avant légèrement concave et à l'arrière arrondi, ainsi que des feux rouges et blancs répartis sur la ligne de ceinture, volant à 9 ou 10 km/h à environ 25 m du sol. Brusquement il s'éleva si rapidement qu'en moins d'une seconde il disparut complètement. Les témoins avertirent alors la police de Parsippany-Troy Hills. (Skylook n° 94 sept. 1975 p. 3-5) 1975, 6 juillet CANADA, près de London (Ontario) (Source: Canadian Northeastern Ufo Organization) Un ovni atterrit sur les terres du cultivateur Joseph Borda. La police provinciale est arrivée pour faire l'enquête et à pris des échantillons d'une substance bizarre de couleur bleu-vert. D'après l'enquêteur du groupement ufologique, Thomas Grey, ce fermier aurait vu un ovni surmonté d'un dôme lumineux, dans son champ, pendant qu'il était occupé lui-même, en tracteur, à effectuer un épandage. Deux jours plus tard, en inspection dans son champ de tabac, il trouve un endroit circulaire où tous les plants étaient brûlés. La police ne trouvait aucune autre trace de vandalisme. Les échantillons de terre avec la matière bleu-vert ont été analysés et il paraît qu'il s'agit d'une substance huileuse au silicones de composition inconnue. Un incident similaire eut lieu dans un autre ferme de la localité en 1962. Cependant, dans ce cas-ci, M. Borda n'avait pas averti la police et eut la surprise de voir arriver une limousine immatriculée dans l'Arizona , se dirigeant directement vers l'endroit endommagé, sans lui demander la permission. Fâché de cette intrusion, il les suivit et trouvait les trois occupants occupés à prendre des échantillons. Leur demandant ce qu'ils faisaient là, ils répondirent qu'il pouvait retourner à son travail que cette chose ne le regardait pas. Alors Borda appela la police.
55

(Gateway to Oblivion" Hugh Cochrane ; Flying Saucer Sightings, Harry Foell du Hamilton Spectator) 1975, peu après le 14 juillet FRANCE, Saint Julien la Brousse Eric Darnaud 17 ans et son ami vont à Lamastre à pied entre 22 et 23 heures. Ils sont à 100 m du village de St Julien la Brousse quand ils voient une silhouette sombre en train de marcher vers Lamastre. C'est une forme humaine comme vêtue d'une grande robe. De sombre la silhouette devient blanche. Le mouvement de l'entité donne l'impression d'une glissade. Dans un virage elle disparaît. Puis, à leur grand effroi, ils la voient revenir à grande vitesse, toujours en glissant. Les jeunes s'enfuient au village, frappent à plusieurs portes qui restent closes, sauf une. Ils racontent à l'ancien leur aventure et lui demandent de les héberger pour la nuit. Sans succès. Ils vont s'asseoir à la terrasse d'un café fermé face au lavoir. Ils voient s'élever une forme lumineuse ronde rouge-orange, très vive, de la grandeur d'une moitié de la pleine lune, qui laisse une fumée blanchâtre. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 565, 566) 1975, juillet FIJI, Lautoka A l'école missionnaire méthodiste les étudiants virent apparaître des petits nains, hauts de 50 à 60 cm, recouverts de poils noirs et drus, qui s'enfuirent quand les garçons s'en approchèrent. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 329) 1975, 31 juillet AFRIQUE DU SUD, Loxton (Le Cap) Un fermier vit un ovni au sol et des petites créatures aux yeux obliques. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 351) (Science et Vie, édition spéciale: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) A l'aube de ce 31 juillet brumeux, Danie van Graan se dirige vers le réservoir d'eau entouré d'un mur de terre de 3 m de haut, quand il voit le toit d'une caravane dans l'enclos des moutons. Il sait que parfois des prospecteurs du gouvernement viennent fouiller par là (uranium) et surpris qu'ils ne lui en aient pas demandé la permission, il se dirige vers la chose, pour proposer une tasse de café aux visiteurs. C'est alors qu'il vit que la caravane n'avait pas de roues, mais reposait sur trois béquilles. Il vit quatre hommes à l'intérieur de l'objet et est frappé par la lenteur de leurs mouvements, leur petite taille (1 m de haut), leur minceur et leur pâleur. Ils portaient une combinaison couleur crème avec un capuchon repoussé vers l'arrière de la tête. Ils avaient des cheveux blonds, des yeux en oblique, les pommettes saillantes, le menton pointu. Trois d'entre eux semblaient s'occuper d'un instrument, le quatrième se trouvait près d'un panneau aux lumières triangulaires flashantes. Par intermittence l'appareil émit un bourdonnement bas. Quand Danie s'en était rapproché pour se trouver à 3 mètres environ, il entendit le son d'un déclic. Il vit que les quatre occupants le regardaient et un rayon de lumière vint heurter ses yeux. Il vacillait, se sentit comme noyé, nauséeux et fit des efforts pour échapper à la lumière. Le rayon s'arrêta soudainement et Danie réalisait alors qu'il saignait du nez. Le bourdonnement s'intensifia et l'ovni décolla à vitesse vertigineuse, frôlant à quelques cm près, le moulin à vent. En 20 secondes l'appareil était invisible, sur une trajectoire à 45°. Les troubles de la vision (vision double et paresse de la vue le matin au réveil) ont duré plusieurs mois. (Cynthia Hind, Mufon Ufo Journal n° 353 page 15 - sept. 97) 1975, fin juillet EN MER au large de l'Espagne Vers 23 heures. L'observation est faite à bord d'un bateau de pêche dont le port d'attache est l'île d'Yeu. Le patron est à la barre lorsqu'il constate que son bateau est suivi par un disque lumineux d'aspect métallique. La dimension de l'objet est estimée à 5 mètres, bien que sa distance du bateau ne peut être appréciée. L'objet est surmonté de trois antennes dont l'une porte un feu vert. Il oscille en l'air et
56

s'approche du bateau lorsque celui-ci éteint ses feux. Le patron, qui était seul à la barre, réveille son équipage qui observera à son tour l'objet. Une forte odeur de soufre se dégage à tel point que le patron vérifie que sa boîte d'allumettes ne s'est pas enflammée. Après deux heures d'observation, l'objet devient rouge et s'éloigne à très grande vitesse, plus rapidement qu'aucun avion ne pourrait le faire. Quelques jours auparavant, un autre bateau de pêche de l'île d'Yeu observait un phénomène analogue dans le même secteur. (Christian DE ZAN : « Guide du Chasseur de Phénomènes OVNI » - éd. De Vecchi 1980, p. 127) 1975, AUSTRALIE, St George Jack Dyball roulait dans les champs près de la ville en tracteur. Il vit un engin gris argenté descendre du ciel. L'engin arrivait si vite que Jack crut à l'accident imminent. Mais soudainement l'engin se redressa et repartit. « Il n'avait pas d'ailes, dit-il. J'ai vu à l'arrière cinq brûleurs crachant des flammes bleues. » (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : « The World's greatest Ufo Mysteries » éd. Hamlyn 1995, p. 139) 1975, 10 août USA, Gilroy L'observation commença peu après 23 heures, alors que le témoin, une dame, reconduisit chez elle Imelda Victor, 12 ans. Elles virent un objet illuminé qui se trouvait d'abord assez loin. L'objet descendit rapidement et s'approcha de leur camion. Laissant le véhicule devant le garage des Victor, les témoins se précipitèrent dans la maison. La mère d'Imelda, fut alertée par leurs cris. "La chose que j'ai vue était ronde, il en sortait 4 bras équidistants, semblables à un train d'atterrissage. La section centrale ronde était plus grande qu'une auto mais plus petite qu'une maison. Entre les 4 bras se trouvaient 4 petites protubérances semblables à des antennes venant du centre du cercle et sur chacune un phare était monté, semblable à ceux qui se trouvent sur le haut d'une voiture de police, avec cette différence que les lumières étaient rouges et vertes et qu'elles tournaient." témoignage du premier témoin. Mme Victor: "Je courus dans la rue et vis cette gigantesque machine volante ronde avec 4 antennes formant une sorte de train d'atterrissage et, sortant de là, toutes ces lumières clignotantes blanches et rouges... Il était gris métallique et il était immense. Il était là immobile dans le ciel. Il était beaucoup plus haut que les arbres." Le mari de Mme Victor assiste à la dernière partie et dit: "Il était très gros et je l'ai vu juste alors qu'il s'éloignait. Je pouvais voir depuis le panneau où se trouvaient toutes les lumières jusqu'au sommet, cela avait la forme d'un triangle. Au moment où il disparut, l'objet allait à très grande vitesse dans la direction NNE, se dirigeant vers San José. (Jacques VALLEE: "Confrontations" - Laffont 1991, p. 114 à 123) 1975, 18 août FRANCE, entre La Colle sur Loup et Cagnes sur Mer Patrice Labonne, Bernard Gregory, Marion Towroslo, Claude Jouhan, Marylin Morin, Michel Pequeur (tous âgés de 19 à 25 ans) campent au "Hameau du Soleil". Deux témoins sont dans une tente, les autres dans les voitures: la tente est séparée des voitures par un rideau d'arbres. Entre 2h30 et 3 h le témoin sort de la tente et voit à 15 m devant lui, quatre masses phosphorescentes, deux à sa droite, deux à sa gauche: deux mètres de haut, 1 m de large chacune. Croyant être victime d'une hallucination il appelle Patrice Labonne, qui constate à son tour l'étrange phénomène. Apeurés tous deux se précipitent alors vers les voitures. Mettant une voiture en marche tout commence à s'allumer: tout l'appareillage électrique commence à se comporter comme un warning en action sans aucune intervention, pour faire cesser le phénomène, il arrête le moteur. Marylin Morin déclare que la lune (qui est couchée à 2h02) se trouve derrière un nuage de forme elliptique unique dans le ciel. Il est de teinte opaque et une sorte de trompe, comparable à une trombe d'eau, descend vers le sol derrière les arbres. La ligne à haute tension qui traverse les lieux émet un fort bourdonnement, plus aucun insecte nocturne ne fait du bruit, mais les chiens aboient et les coqs chantent pendant la présence du nuage elliptique. Trois points lumineux disposés en triangle au-dessus du sol: la trompe descend sur son côté gauche.. Le lendemain une matière ", comparable à la chaux, forme une ellipse au sol: elle disparaît dès l'apparition du soleil. (M. FIGUET/
57

J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 568, 569) 1975, 22 août FRANCE, Saint-Evarzec Il était environ 20 h 15 lorsque deux clients habitués du bar local firent irruption dans celui-ci : - « Venez vite, il y a une soucoupe volante.. » Ce fut aussitôt l'hilarité générale. (…) Puis tous se décident de sortir sur le trottoir, contre le domicile de M. et de Mme Nabucet. Ils ont juste le temps de se grouper auprès des précédents témoins qu'aussitôt un « objet en forme de cendrier renversé » apparaît au-dessus du bois du « Gouffès ». Cet objet planait à la hauteur du faîtage d'une maison voisine : il se déplaçait assez lentement puis vint stopper net un peu plus loin. C'est alors que les témoins aperçurent un « phare semblant sortir de l'engin et présentant l'aspect d'une lampe torche » mais beaucoup plus puissant, d'une couleur blanche, crue, très vive. (…) les observateurs s'accordent à décrire ce faisceau comme coupé net à son extrémité. (…) Le phénomène persista quelques instants sans un bruit et l'on ne distinguait plus rien d'autre que quelques points lumineux. Et brutalement, comme si l'on coupait la source lumineuse, tout s'éteignit ! (« Jean François BOEDEC : « Les OVNI en BRETAGNE, Anatomie d'un Phénomène, éd. Fernand Lanore p. 67) (Philippe SCHNEYDER: "Ovni, premier bilan" - éd. du Rocher 1983, p. 85) 1975, 9 septembre BELGIQUE, Bruxelles-Jette Occupée à suspendre du linge à sécher sur la terrasse arrière, Mme Delgouffe vit s'approcher jusqu'à 40 m d'elles , à 15° d'élévation un objet aux contours nets, gris elliptique, de 2 m de long, avec des phares éclairant horizontalement. Au moment de sa disparition fulgurante le témoin entendit un bruit "comme un évier en train de se vider". (Inforespace n° 27 - 1976 - p. 21) 1975, 26 septembre FRANCE, Assevent – Maubeuge Il était 21 h 40 quand plusieurs habitants du village et des environs virent un disque lumineux de taille énorme – 250 à 300 m estiment-ils – tourner lentement en oscillant en bordure d'un champ d'aviation privé de Salemagne ; où ne se trouvait à cette heure, aucun appareil. Venant de directions diverses , une dizaine de témoins convergèrent vers le terrain à bord de leurs voitures. Les automobilistes s'en trouvaient à 500 m environ, lorsque les moteurs de leurs véhicules calèrent, tandis que leurs phares s'éteignaient et que les radios de bord devenaient soudain muettes. Les témoins s'approchèrent à pied, médusés et un peu inquiets à la vue de ce mystérieux engin en lévitation, à une vingtaine de mètres du sol et dont les innombrables hublots diffusaient, rapportent-ils, une lumière peu éblouissante. Un officier de réserve, témoin comme les autres, vit une sorte de cône se détacher de la coupole centrale de l'ovni, prendre de l'altitude, pirouetter comme une toupie, puis se poser à nouveau sur l'habitacle de base qui disparut dans le ciel nocturne en cinq secondes, laissant derrière lui une sorte de nuage fluorescent qui ne se dissipa qu'au bout d'une dizaine de minutes. Aucune trace : ni empreinte ou trace de combustion. (« Historia » hors série n° 46 de 1976 : Les soucoupes volantes, p. 58) 1975, 27 septembre FRANCE, Harcy (Charleville-Mézières) « A 19 h 20, de retour de Charleville-Mézières, alors que je roulais en voiture sur la RN 51 en direction de Maubert Fontaine où j'habite, j'ai pu observer pendant plusieurs minutes (environ un quart d'heure) avec ma fille ainsi que mon épouse, un objet énorme qui éclairait tout autour de lui. … une lumière très puissante comme un éclair à travers les arbres, à la sortie de Lonny jusqu'au sommet de la côte d'Harcy où je me suis arrêté pour mieux regarder. Il s'agissait bien d'une chose énorme, impossible à définir, il faisait déjà nuit. Le ciel était nuageux et couvert, il ne faisait pas froid. J'ai éteint les phares. Le phénomène paraissait solide, il projetait des rayons lumineux dans toutes les directions qui paraissaient blanc à orangé, puis bleuté. Il projetait des étincelles lumineuses. Les projections multiples se
58

produisaient à intervalles d'environ toutes les 20 secondes. L'éclat et la luminosité étaient tout à fait supportables. » L'objet disparaît au loin. . (Jean-Michel LIGERON : « Ovni en Ardennes » 1981, p 85, 86) 1975, 7 octobre CANADA, Utterson, Bushkong Lake Vers 20 h 30 la sœur de Robert A. Suffern lui téléphone pour dire que sa grange lui paraît être en feu. Robert sort, et ne voit rien. Peu après, ayant pris la voiture pour aller voir le bétail qui semblait quand même remuant, il voit en plein milieu de la route un engin d'aspect aluminium mat, à surface irrégulière et ondulée, sans aucun lumière. Sa hauteur était de 2,50m environ, la largeur de 3,60 m à 3,80 m, en forme de soucoupe, reposant très près du sol. Il accéléra et l'engin décolla. Pour rentrer chez lui il prit la route longeant le lac, quand il vit la créature: elle pivota puis sans le moindre effort sauta la barrière et disparut dans le pré. Elle était trapue, large d'épaules, se mouvait comme un singe ou d'un nain, plein d'agilité. La tête était couverte d'un bocal, le costume d'une seule pièce de teinte argentée, mais le bocal était plus blanc. Rentré chez lui, soudainement, le son de la télévision disparut et l'écran devint noir. Il sortit donc et vit derrière la grange une lumière orange fluorescente qui suivait les contours du terrain pour se diriger vers le lac. (Flying Saucer Review, vol 22 n° 1 1976, p 18-19) (NUFORC, "Looking Back" by Bob Gribble) 1975, octobre BRESIL, état de Ceara Depuis le début du mois les habitants de Tururu, Urubumetama et Sao Gonçalo do Amarante vivent dans l'angoisse et n'osent plus sortir après 18 heures. Des Ovnis sont apparus qui ont paralysé les témoins. Un objet étrange se manifeste en effet toujours à la tombée de la nuit, se déplaçant à très basse altitude, en tournant sur lui-même, émettant des faisceaux bleus et oranges. De nombreuses personnes ont été atteintes et certains durent être hospitalisées, souffrant de brûlures au second degré. Le 29 octobre, il apparut à Sao Gonçalo vers 22 heures et resta la à tourner au-dessus de la localité pendant deux heures, tandis que les habitants avaient courus se mettre à l'abri. Stationnaire au-dessus d'une station service, l'Ovni provoqua un court-circuit général dans l'établissement (Inforespace n° 26 de 1976 p. 38, 39) 1975, fin d'automne CHINE, Jianshui, Yunnan La caserne était gardée par deux soldats. Tout à coup, ils ont vu dans le ciel devant eux, un immense objet en forme de soucoupe. L'objet était rouge-orange. Il tournait au-dessus de leurs têtes. L'un des deux gardes est entré dans le campement pour donner l'alerte et l'autre, Zhang Ke-Tao, est resté devant la porte. Quelques minutes après, lorsque le chef de bataillon est arrivé avec ses hommes devant l'entrée, le soldat resté dehors avait disparu. Ils l'ont minutieusement recherché: en vain. Quelques heures après, 4 soldats (on avait renforcé la faction) furent surpris par un gémissement venant de derrière eux. Ils se retournèrent et à leur stupéfaction ils virent leur camarade disparu qui soupirait au pied de la porte. Ils se dirigèrent vers lui pour le relever et tous furent stupéfaits en constatant que ses sourcils, ses cheveux et sa barbe étaient longs comme si plusieurs jours s'étaient écoulés. En se réveillant, le soldat avait perdu la mémoire, il ne se souvenait de plus rien. Un autre phénomène étonnant : sa montre s'était arrêtée, mais comme elle n'avait pas de calendrier, on ne put savoir combien de jours le soldat avait passé « ailleurs ». (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres » éd. Mercure de France, 1983, p.58) 1975, 5 novembre USA, forêt de Sitgreaves près de Heber (Arizona) Affaire Travis Walton. En début de soirée des bûcherons en camion roulaient sur un chemin forestier, lorsqu'ils virent planer un Ovni. Mike Rogers, 28 ans, arrêta la camion. L'un des bûcherons, Travis Walton sauta du camion et s'élança vers l'Ovni, ses camarades lui criaient de revenir, mais il n'écouta pas.
59

Il se jeta à plat ventre dans les fourrés et rampa vers l'objet. Il entendit alors un bruit strident, se redressa, puis un rayon lumineux provenant de l'objet le frappa en pleine poitrine, il perdit connaissance. Le conducteur démarra en trombe, s'arrêtant un peu plus loin, la lumière vive entre les arbres disparut peu à peu. Ils retournèrent à la recherche de Walton, mais il n'y en avait plus trace. Il réapparut au bout de 5 jours, épuisé, bouleversé, ayant perdu la mémoire. Sous hypnose il parlait d'un examen médical à bord de l'engin. (Johannes von BUTLAR: "Ovni, nous ne sommes pas seuls" - Presses de la Cité 1979, p. 183 à 185 et presque tous les autres auteurs) 1975, 6 novembre FRANCE, Merxheim (Haut Rhin) Trois jeunes enfants de la localité, interrogés par les gendarmes n'ont jamais varié dans leur déclarations: Denis Dubich, 10 ans, était couché vers 22 heures quand il a entendu le chien hurler. Il s'est levé et quand il était avec le chien il a vu une boule comme un grand ballon arriver de Guebwiller. L'OVNI sifflait comme une sirène. Il a fini par se poser dans la plantations des choux de ses parents à 50 m de la maison. Il était rond, haut de 2 m environ, avec une ceinture de hublots carrés lumineux et surmonté d'une coupole. Trois trappes se sont ouvertes au-dessous et trois pieds se sont dépliés pour se poser. A un moment donné la coupole s'est soulevée et une forme a émergé qui ressemblait à la tête et au buste d'un humain. La forme s'est tournée vers lui, puis est rentrée dans l'engin et la coupole s'est fermée. Au même moment une pince est sortie sous l'engin au bout d'un bras et cette pince a pris en trois fois, trois choux, qu'elle a remontés dans la machine. L'appareil s'est mis à ronfler, s'est élevé, à replié ses pieds, et à décollé en diagonale vers Reguisheim. Cela a duré 15 minutes. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France Empire 1976 - p. 208 à 214) 1975, 6 novembre FRANCE, Merxheim Le jeune K. de 10 ans raconte qu'étant couché vers 21 h 45, il s'est réveillé parce qu'il avait trop chaud. Il a ouvert les fenêtres et les volets et vit venir de Guebwiller une boule qui descendait progressivement pour se poser dans un champ à 200m de la maison. C'est ainsi qu'il a vu que c'était une soucoupe volante. Il a refermé les volets et s'est recouché. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France Empire 1976 - p. 208 à 214) 1975, 6 novembre FRANCE, Merxheim La petite Christine, 9 ans, dit qu'elle venait de rentrer avec ses parents vers 22 heures et qu'elle est allée se coucher tout de suite. En fermant les volets elle à vu du côté de Reguisheim un objet rond, assez grand, avec des lumières multicolores tout autour, mais elle ne l'a pas regardé assez longtemps pour dire si l'objet était immobile ou non. (J.C. BOURRET: "Le nouveau défi des OVNI" - France Empire 1976 p. 208 à 214) 1975, 7 novembre PORTUGAL, Senhora do Monte-Leiria Un médecin de Leira vit en conduisant, volant devant lui à 10 mètres d'altitude, un objet bizarre. L'objet avait survolé la voiture et le médecin s'arrêta à 150 m de l'engin et sortit de son auto. L'objet alla planer au-dessus des arbres. La face ventrale était circulaire, dans la partie supérieure, en forme de cône, il y avait quatre fenêtres rectangulaires. Le diamètre de cet ovni était d'environ 15 mètres. Le médecin sentit une odeur d'ozone durant l'observation. Il ne voulut pas trop s'attarder à cet endroit mais eut des difficultés à redémarrer le moteur. Il appela ses amis par CB, mais là aussi il y eut des interférences. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço; "Seculo Ilustrado" 7.1.76)
60

1975, 14 novembre FRANCE, Nouzonville Vers 15 h 30 ou 16 heures. Environ une dizaine d'employés travaillant aux Ets. Lebon eurent l'occasion d'observer au lieu dit Davant Nouzon, en direction des quartiers du « Maroc » ou du « Chesnois », un objet insolite en forme de disque composé de deux assiettes semblant collées avec la partie inférieure sombre, de couleur noirâtre. Il se stabilisa, s'immobilisa, permettant ainsi d'observer que la partie supérieure était d'une couleur gris mat et une série de feux blancs clignotants sur la tranche, avec une sorte de feu rouge fixe situé à la base. . Il semblait stationner à une dizaine de mètres au-dessus de la cime des arbres. Après un bon quart d'heure il s'éleva lentement, progressivement en se déplaçant vers le nord-ouest. Le ciel était clair, ensoleillé. Il était moins gros que le diamètre de la lune et l'on apercevait une sorte de petit halo autour. (Jean-Michel LIGERON : « Ovni en Ardennes » 1981, p 87, 88) 1975, 14 novembre FRANCE, Nouzonville Vers 18 ou 19 heures un seul témoin déclare avoir observé une masse lumineuse de forme allongée, ressemblant à une sorte de cigare volant. L'observation dura environ 5 minutes. L'objet était éclairé sur le côté par une série de 8 feux blancs, à l'arrière il y avait un feu fixe de couleur rouge-orange autour duquel on apercevait plusieurs petits feux clignotant par intermittence. (Jean-Michel LIGERON : « Ovni en Ardennes » 1981, p 88) 1975, 15 novembre FRANCE, Marseille Au Phare de la Couronne, à 16 heures, alors que les témoins prennent le café, tournés vers la mer, au pied de l'antenne émettrice radiophare, un disque argenté de 10 m de diamètre environ, sort de l'eau et prend de l'altitude jusqu'à 120 mètres en effectuant deux boucles. Il stationne à cette altitude pendant 90 secondes et prend la direction du sud à grande vitesse après avoir effectué un angle à 90°. Dix-sept témoins. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 588) 1975, 20 novembre USA, Cherry Grove Vers 4 heures du matin, L.B., travail de nuit terminé, rentrant avec son camion chez lui, est suivi à basse altitude par un objet en forme de cigare d'environ 5 mètres. La lumière blanche l'aveugle. L.B. essaye de s'esquiver. Mais l'ovni, qui émet une sorte de bourdonnement, suit toujours le camion de près « Il était à peu près à 10 mètres au-dessus de mon pare-brise » dira le malheureux conducteur. L. B. arrive chez lui, réveille sa femme et ses trois enfants adolescents. Tous constatent que l'ovni plane au-dessus de leur maison. Sa forme est alors celle d'un disque. Bientôt il s'élève, et s'arrête à nouveau, émettant toujours le même bourdonnement. La police est appelée. Deux patrouilleurs confirment la présence de l'ovni ; L'un d'eux braque son projecteur sur l'objet qui se rapproche du camion. Le chien ne cessera d'aboyer aussi longtemps que l'ovni planera au-dessus de la maison. (Leonard STRINGFIELD : « Alerte générale OVNI », éd. France – Empire, 1978, p. 44) 1975, 24 novembre FRANCE, Sagy - "Cruzille" A 19 h 15 les époux Breton entrent dans leur voiture et voient au ras d'une écurie à 50 m de là un objet ovale stationner à quelques mètres du sol. La chose tourne sur elle-même sans bruit en émettant 4 faisceaux lumineux vers la terre, elle monte vers une vigne et revient vers les témoins en prenant de l'altitude jusqu'à 10 ou 15 m du sol. Le père de M. Breton, les gendarmes de Lugny prévenus, observent l'ascension de l'objet par petits à-coups. A chaque augmentation de la vitesse de rotation, l'objet monte. Sur sa partie supérieure il a une petite coupole et à un moment donné une lumière carrée phosphorescente
61

s'allume sous la coupole lors de l'ascension. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 588, 589) 1975, 24 novembre FRANCE, Sagy Un témoin qui se trouvait à la gendarmerie lors de la déclaration de M. Breton, veut voir la chose de plus près: elle voit un objet de forme rectangulaire aux bords arrondis, rouge pour moitié, sombre pour l'autre moitié, qui s'élève au-dessus d'un bois. Cette chose est de grande taille. Son beau-père, passager du véhicule, l'observe comme elle. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 588, 589) 1975, 30 novembre FRANCE, Quend-plage M. Greband, pêcheur se trouve à 4 heures sur la plage pour rentrer ses filets. Il voit un faisceau bleuâtre sortir de l'eau et tourner comme un phare, en retombant et recommençant par cinq fois avec un intervalle de 2 secondes entre chaque émission. Après avoir observé la chose, malgré la peur, le pêcheur décide de poser ses lignes. Il avance vers un point de repère qu'un copain garde près des perches à trémaille. Il constate alors que le faisceau bleu se déplace en parcourant un mètre à chaque éclat, jusqu'à sa hauteur. (. Il dirige alors la lampe de poche vers la lueur qu'il ne voit alors plus, mais voit sortir de l'eau une traînée lumineuse qui part à vitesse vertigineuse vers le large. Bizarrement la lampe de poche s'éteint rapidement, malgré la pile neuve. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "OVNI, le premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 589, 590) 1975, fin d'année USA, près de Toledo, Oregon L'histoire est rapportée par le fils de l'instituteur en chef de l'école. "C'est arrivé à la fin de 1975 quand je fréquentais le collège à l'université de l'Oregon. Un week-end je revins à la maison et mon père me racontais alors ce qui c'était passé. Le mardi de la semaine écoulée, quelques enfants de la Toledo Jr. High School où il était directeur, s'étaient conduits de manière bizarre toute la matinée. Certains professeurs l'avaient remarqué et en avaient fait part à mon père. Il estimait que c'était assez étrange pour tenter d'en connaître la raison et il appela les enfants dans son bureau: c'étaient deux garçons et une fille. Tous habitaient dans la même zone à l'est de Toledo, près de la Pioneer Mountain. Mon père les questionnait mais les gosses n'avaient soi-disant rien à lui raconter. Comme à cet âge (12 et 13 ans) les adolescents sont très influençables par de menus événements, mon père n'insistait pas. Le lendemain, le mercredi, la fille n'était pas à l'école et les deux garçons, à nouveau, semblaient surexcités et bizarres. Mon père n'intervint pas. Le jeudi, la fille revint à l'école et les trois enfants, ainsi qu'un quatrième vivant également près de la Pioneer Mountain se conduisaient de plus en plus bizarrement, comme s'ils étaient effrayés de tout. Mon père n'avait toujours pas pris de décision, quand l'un des garçons lui demandait s'il pouvait lui parler. Mon père le fit entrer dans le bureau et le gamin lui racontait ce qui suit. Il semblait que dans la nuit du lundi, il y avait eu de bizarres lumières sur le flanc nord de la montagne, ainsi que des bruits étranges. Le garçon ajoutait qu'un vaisseau spatial était descendu du ciel et avait atterri dans un champ à proximité de sa maison. Ensuite l'histoire devint confuse. Quoi qu'il en soit la famille du garçon n'appela ni le shérif, ni la presse. Elle avait plus ou moins décidé d'ignorer la chose, dans l'espoir qu'elle s'en aille. C'est ce qu'elle fit. La garçon expliquait à mon père que les deux autres enfants avaient également vu le vaisseau, mais que le matin il était parti, laissant seulement une grande trace d'herbes brûlées dans le champ. Les parents avaient défendu d'en parler, disant que la chose était trop incroyable et qu'il en allait de leur réputation à tous. C'est pourquoi le mardi, il n'en avait pas parlé à mon père. Le mardi et le mercredi se passaient sans que rien d'anormal se produise. Mais dans la nuit du mercredi au jeudi, le vaisseau spatial revint. Cette fois ils avaient remarqué qu'il y avait des extraterrestres à bord, des petits gars dans des costumes brillants, qui étaient sortis pour ramasser des choses. Le garçon avait très
62

peur qu'il ne viennent le chercher, ou l'un de ses petits chiens. Qu'avaient-ils pris? demandait mon père. Le garçon dit que c'étaient surtout des plantes, mais ils avaient également attrapé une vache et avaient amené la carcasse dans leur véhicule. Comme ces étrangers se trouvaient sur l'un des champs du père du garçon, au vu du vol de la vache, l'homme prit peur et décidait de ne pas aller leur demander le prix d'une location pour le champ qu'ils occupaient. Le lendemain matin à 7 heures, donc le jeudi, les étrangers étaient toujours là. Arrivé à ce point du récit, mon père appelait les autres enfants un par un, et tous confirmaient l'histoire. Le quatrième enfant n'avait vu le vaisseau que dans la nuit précédente et avaient vu à une distance de 60 mètres environ, comment ils avaient volé des poules et des lapins. Les extraterrestres étaient trois, le garçon dit qu'ils ressemblaient à des petites bûches avec des bras et des jambes. Pensant que les enfants avaient assisté à quelque chose d'étrange mais qu'ils l'avaient mal interprété, mon père appela la police. Je connais le chef de la police de Toledo depuis des années, nous faisions du sport ensemble. C'est l'homme le plus pied à terre et le plus rationnel que je connaisse. Jerry écoutait mon père et lui demanda ce qu'il attendait de lui? Aurait-il voulu qu'il aille voir pour les arrêter? Mon père dit qu'un coup d'oeil pour s'assurer qu'il n'y avait rein d'anormal, suffisait. Ainsi Jerry, accompagné d'un rédacteur du journal local "The Lincoln Leader" se mirent en route. Première chose étrange en arrivant sur les lieux, toutes les maisons avaient leurs ports closes et pas un seul chien n'était à l'extérieur. Le shérif et le journaliste garaient la voiture et prirent le petit sentier enclavé pour aller voir s'il y avait une soucoupe dans le champ. Il y en avait une! Et autour, se promenaient trois petites choses. Elles amassaient des choses ça et là. Les deux hommes en restaient ébahis pendant 30 secondes, se trouvant à moins de 30 mètres d'une de ces petites créatures, à moins de 100 mètres de la soucoupe. A ce moment le journaliste eut un geste professionnel et prit son appareil pour faire quelques clichés. Mais quand il s'apprêtait à viser, l'un des petits étrangers pointait un "truc magique" et après un bizarre sifflement, la caméra refusait tout service. L'entité responsable de la panne, regardait ses deux congénères pendant un moment, puis continuait simplement à ramasser des feuilles , des brindilles, du sable, qu'il fourrait dans un sachet. Le policier et le journaliste restaient encore un long moment sur les lieux à regarder, et comme rien d'autre ne se produit, ils décidaient de s'en aller. Près de leur voiture la porte d'une des maisons était ouverte maintenant. Les gens invitaient Jerry et l'autre à entrer pour boire quelque chose. Ces gens expliquaient au policier qu'il fallait prendre son parti de l'événement et ne pas traîner dehors quand "ces choses" étaient là. A part la vache, ils n'avaient pas vraiment pris grand-chose, direntils. Il valait mieux les laisser vaquer à leurs petites occupations et feindre un détachement poli. C'était la première fois qu'ils restaient si longtemps dans le pré. Finalement la soucoupe partit et dans la région on ne la revit jamais. (Don Ecker, UFO Magazine, d'après le récit de T.G. Browning, fils du directeur d'école) 1975 USA, Cripple Creek (Colorado) Un cheval attaché dans un corral et 4 autres en liberté sont trouvé morts: leurs corps étaient mutilés, montraient une nette incision autour de l'anus et un de leurs yeux étaient recouvert d'une peau blanchâtre. Dans l'année il y eut 203 cas de mutilations d'animaux dans le Colorado. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 360) 1975, 1976 AUSTRALIE, Adélaïde (Source: Organization: OzEmail Pty Ltd - Australie) Un chauffeur de taxi d'Adélaïde vint à trouver Colin de l'organisation ufologique, en lui demandant si les extraterrestres mangent des pommes de terre? Parce que les 30 derniers jours de cette période il reçut chaque matin une enveloppe sans adresse, blanche, contenant l'argent cash et des instructions écrites. Il y était mentionné un lieu dans les collines d'Adélaïde, où, chaque soir, à 18 h 15 il devait livrer une tonne de pommes de terre en 20 sacs de 50 kilos. La première fois qu'une telle enveloppe lui parvenait, il ne crut pas à l'histoire, mais comme l'argent joint dans l'enveloppe était bien réel, il partit avec une camionnette pour délivrer les patates à l'endroit et à
63

l'heure indiqués. Il repartait alors, en s'embusquant avec la camionnette dans un chemin secondaire, sous le couvert des arbres, pour voir ce qui arriverait. Il tomba endormi vers 21 heures et ne se réveilla que sous les rayons du soleil le lendemain matin. Il alla voir à l'endroit de la livraison: les patates étaient parties! Après cette première livraison, il pensait bien qu'il n'entendrait plus rien du client anonyme. Mais en rentrant chez lui, il y avait une nouvelle enveloppe, avec des remerciements, des sous, et la commande d'une nouvelle tonne de pommes de terre. Ceci dura tout un mois. Puis l'homme rencontra Colin pour lui raconter l'histoire. Colin demandait à voir les instructions, et le chauffeur de taxi les sortait de sa poche: toutes étaient tapées à la machine. Le papier parut assez ancien et jauni, les caractères de la machine à écrire faisaient penser à une vieille machine mécanique. Ensuite Colin accompagna le chauffeur jusqu'à l'endroit des livraison, avec une tonne de pommes de terre. Sur les lieux Colin trouva des marques de brûlures dans le sol et son compteur indiquait un degré certain de radiations. Colin installa la caméra et avec le chauffeur allait s'embusquer sur le chemin secondaire. Il ne vit rien de toute la nuit, mais le matin, les patates avaient disparu. Colin accompagna pendant neuf soirées le chauffeur-livreur de patates, et jamais, rien ne se produit, alors que les pommes de terre se volatilisaient. La neuvième nuit où Colin accompagna le chauffeur, la caméra avait photographié une boule orange dans le ciel, alors que les deux hommes n'avaient rien observé visuellement. Au matin de ce jour-là, le chauffeur de taxi ne trouva ni enveloppe, ni argent dans son courrier. En 39 jours, 40 tonnes de pommes de terre avaient ainsi pris la clé des champs... Le chauffeur avait touché près de $9000 pour ses services et pour les denrées.. 1976, 10 janvier FRANCE, Merville Entre 22 et 23 heures M. Masseron dort seul dans sa caravane lorsqu'il est réveillé par des coups donnés contre la paroi et des sortes de grattements, puis le véhicule se trouve secoué. Croyant à de mauvais plaisantins Masseron regarde par la fenêtre et là, il voit à quelques dizaines de mètres, un objet lumineux ayant la forme d'un œuf, sur ou très près du sol. Cet objet se déplace sur une trajectoire en spirale en émettant une stridulation qui augmente au fur de son éloignement. Voulant en savoir plus Masseron sort. Il entend maintenant une sorte de message comparable à celui reçu par talkie-walkie avec le grésillement caractéristique. Il ne comprend pas le message mais entend une voix qui dit: "...L.P.X... L.P.X... L.P.X" Sur la gauche quelque chose remue et attire son attention. C'est la silhouette noire d'un homme de taille moyenne qui traverse le chemin en courant. Cet humanoïde avance en crabe: l'axe de son corps orienté sur la prolongation de sa jambe droite. Il passe entre la clôture et une caravane inoccupée. A côté dans l'autre caravane se trouve la famille Zamora qui dort. Mme Zamora est réveillée par des voix :"qu'est-ce que je fais?" "tu fais comme moi". Elle finit par ouvrir la fenêtre et entend un message identique à celui reçu par Masseron. Traces curieuses de pas. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p.600, 601) 1976, 21 janvier FRANCE, Uriage A 7 heures Albert Meritto arrive au lieu-dit "Les Bessins" et voit sur sa droite un objet lumineux jaune posé dans un champ. L'objet est de forme trapézoïdale, de grandes dimensions. Sur le pourtour de son côté supérieur et sur le côté droit et gauche il est muni de feux rouges. Une tige se trouve placée en oblique à chacun de ses deux angles supérieurs. Cet engin, gros comme une maison, s'élève et passe audessus de lui en direction de Chamrousse et il se balance au-dessus de la montagne. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p.603, 604) 1976, 28 janvier ESPAGNE, Benacazon Vers 00 h 30 Miguel Fernandez Carasco, 24 ans, regagne à pied son village après une visite rendue à sa fiancée. A 1 km de l'entrée du village il entend un fort bruit de "tracteur à chenillettes" et en se retournant
64

voit une lumière très puissante à basse altitude, se rapprochant de lui. Pris de peur il se met à courir tandis que la lumière se rapproche et s'éloigne de lui à plusieurs reprises. Finalement l'engin atterrit à 6m du témoin: cela ressemblait à une cabine téléphonique de 2 m de large et 4 m de haut, vert sombre, avec au sommet une coupole ou gyrophare émettant des flashes rouges et blancs. Juste sous la couple des ailerons semi circulaires de 50 cm de long, le tout repose au sol sur un tripode. Une porte pivota sur ses gonds, libérant une rampe et livra passage à deux êtres humains de 2 m de haut, en combinaison d'hommes grenouilles serrantes et phosphorescentes. Leur large ceinturon est pourvu d'une boucle qui émet des rayons rouges et blancs aveuglants. Ces êtres se rapprochent du témoin jusqu'à 4 m environ, qui, ébloui se protège le visage des mains. Il ne put donc voir le visage de ses ufonautes qui parlaient un langage incompréhensible pour Carasco, mais de tonalité parfaitement humaine. A nouveau pris de panique Carasco s'enfuit, tandis que les êtres regagnent leur engin qui décolle aussitôt en oblique. Cette manœuvre s'accompagne de l'émission d'un flash photographique et de fumée qui tache la joue, les paumes, les cheveux et la veste: tout le côté droit du témoin, qui à ce moment, perd connaissance. Sans savoir comment, il se retrouve alors devant chez lui dans un état de confusion tel que ses parents appellent un médecin. (STENDEK n° 24, juin 1976) 1976, 21 mars FRANCE, Echevis Circulant sur la RN 518 au lieu-dit "La maison du Diable" Jean-Lucien Robert fut vers 21 h 10 ébloui par une sorte de cigare lumineux, haut de 1,20m environ, de 60 à 80 cm de diamètre. S'arrêtant et coupant le contact, il vit un objet ovale posé verticalement avec deux sortes de hublots rouge foncé espacés de 40 cm environ sur la bordure, desquels s'échappaient des lumières très vives. Le témoin a ressenti une peur comme jamais auparavant. L'objet étant aveuglant, il s'est protégé les yeux des mains. Lorsqu'il a regardé à nouveau, l'objet avait disparu. Avant de rentrer chez lui il entra dans un établissement en criant "j'ai vu un monstre! j'ai vu un monstre! " toujours en se cachant les yeux des mains. Les yeux lui piquaient comme si on lui avait jeté du sable. Il fit une déclaration à la gendarmerie et les gendarmes ont confirmé l'état de choc de ce témoin. (Robert ROUSSEL: "OVNI, la fin du secret" - Belfond 1978 - p. 71, 72) (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 607, 608) 1976, 22 mars AUSTRALIE, Neminga (Nouvelles Galles du Sud) Trois témoins: un couple dans une voiture et un chauffeur dans son camion étaient parqués devant l'hôtel de la ville, lorsqu'ils virent arriver une petite voiture blanche avec ses phares allumés. A ce moment-là une brillante lumière verte descendit sur la voiture blanche, qui fut alors enveloppée dans un brouillard blanc épais, et dont les phares s'éteignirent. Au bout de deux minutes, le brouillard se dissipa et une femme sortit de la voiture pour essuyer le pare-brise avec un chiffon jaune qui paraissait recouvert d'une substance blanche. Quelques instants plus tard la femme s'apprêtait à remonter dans sa voiture lorsque les phares se rallumèrent tout seuls. Sous la surprise elle jeta au loin le chiffon jaune qui prit feu immédiatement. Elle remonta dans sa voiture et continua sa route vers Nundle, sous les regards stupéfaits des témoins qui virent disparaître un objet bizarre à une vitesse fantastique dans les nuages (Maurice CHATELAIN: "Les messagers du Cosmos" - Laffont 1980, p. 177) 1976, 24 mars GUADELOUPE, Pointe-à-Pitre Vers midi la gendarmerie est avisée par H.G. gérant du restaurant La Bekere à Capesterre de Marie Galante, que deux sphères brillantes d'un diamètre approximatif d'un mètre venaient d'être découvertes sur la plage de La Feuillère. Les gendarmes constatent que ces sphères sont enterrées assez profondément, à la limite de la vague déferlante et partiellement couvertes par les eaux de mer, distantes l'une de l'autre de 14 mètres. Un revêtement métallique très fin les recouvre, d'une épaisseur d'environ 0,5 mm. Sur l'une des sphères le revêtement semble avoir fondu laissant apparaître un autre métal très
65

résistant ne se rayant pas avec la pointe du couteau. Les gendarmes pour poursuivre l'enquête attendent des instructions et assurent une garde jusqu'à la tombée de la nuit, et dégagent les choses le lendemain. Il s'agissait en fait de deux demi-sphères s'adaptant parfaitement l'une dans l'autre qui semblaient avoir été soudées ensemble avec une matière ressemblant à du plastic. A 10 heures le maire est arrivé sur la plage, a revendiqué pour la commune la propriété de ces choses et malgré l'interdiction, les a fait enlever pour les exposer dans la commune.. (J.C. BOURRET: "OVNI, l'armée parle " - France Empire 1979, p. 125, 126) 1976, 27 mars LA REUNION, Saint Denis Le gendarme M.G. est stoppé par un OVNI qui se présente sous la forme d'un brouillard stationnant au bord de la route au carrefour, avant de prendre une soudaine accélération et de disparaître. Au moment des faits il faisait jour, il était entre 6 h 50 et 6 h 55 quand le véhicule est tombé en panne d'allumage. Le petit nuage se trouvait sur sa gauche. Son aspect était comme celui qu'on voit sur les routes par forte chaleur. (J.C. BOURRET: "OVNI, l'armée parle" - France-Empire 1979, p. 68 à 70) 1976, 2 avril ESPAGNE, Angües Alberto Ballarín et son épouse María Josefa Tarrés, circulaient sur la N-240 en direction de leur maison à Monzón. Vers 22:30 ils arrivaient au village de Angüés, où ils firent une courte halte, et prirent de l'essence. Ils partirent ensuite, sur une portion de route en ligne droite de 3 km. C'est alors qu'ils se rendirent compte que quelque chose de très bizarre vint à leur rencontre. C'était une lumière bizarre qui arrivait à une vitesse d'environ 55 km sur l'autre bande de la route. Mais ils virent bien que ce n'était pas un véhicule : il n'y avait ni phares ni roues et que cela se déplaçait par oscillations, comme sur des vagues de mer. C'était en forme de poire couchée, de 3,5 m de haut pour 7 à 8 m de longueur et cela se trouvait à 50 cm du sol environ. L'objet les dépassa donc en sens inverse, et en se retournant ils virent qu'il laissait une sorte de traînée d'étincelles, comme un feu d'artifice. L'épouse vit ensuite l'objet monter rapidement dans le ciel. « Regarde, regarde là ! » dit le mari. Les deux époux virent alors l'objet monter entourée d'une splendeur de lumière. Ensuite ils étaient déjà au village de San Roman, sans être passé par celui de Lascellas et arrivèrent chez eux à 22 h 50, un bon quart d'heure plus tôt que prévu, alors qu'ils connaissaient fort bien le chemin et le temps qu'il fallait pour le parcourir. Mais la rencontre fut bénéfique : les époux se sentent mieux, en meilleure santé, plus sereins, et même la voiture roule mieux qu'avant, et freine plus rapidement. (Encuentros con el misterio, OVNIS EN LA CARRETERA, Artículo aparecido en la revista ENIGMAS, Javier García Blanco ) 1976, 5 avril IRAN, Chalus (mer Caspienne) Gholam Reza Barzagani, 19 ans, se promenait dans les bois près de la ville de Chalus. Tout en marchant il vit un ovni dans le ciel qui descendit rapidement pour s'arrêter au-dessus de lui. Il était alors incapable de bouger, tandis que 4 entités sortis de la soucoupe l'emmenèrent à l'intérieur de l'engin. Il dit avoir passé un certain temps à être examiné par ces entités avant de perdre conscience. Il recouvrait ses esprits tôt le matin, non pas dans les bois mais sur un terrain désertique. Il a dû marcher toute la matinée avant de trouver une route de terre conduisant vers la ville d'Isfahan. Il avait été remis sur terre à 480 km au sud de son lieu de promenade. Barzagani fut examiné par des médecins du Red Lion and Sun Society Hospital à Isfahan. Il fut déclaré sain physiquement et psychologiquement. La SAVAK, police nationale de l'Iran, a enquêté sur le cas, et durant l'enquête ils ont appris que des villageois des alentours d'Isfahan avaient vu un objet en forme de disque dans le ciel. (Tehran Journal for April 7, 1976; Unsolved Ufo Sightings, vol.3 n° 3, Autumn '95: "UFO's and the Persian Gulf War" by Timothy Green Beckley, page 41.)
66

1976, 2 mai FRANCE, Le Banel Dominique Menuge, boucher-charcutier, roule entre 21 heures et 21 h 30 à Le Banel entre le bois de Rappes et la Fontaine de la Noue des Planes, il s'engage en direction de l'étang. La nuit tombe, le ciel est couvert, le temps chaud et orageux. Soudain il aperçoit une cinquantaine de petits êtres, genre batraciens. Ils sont debout, certains lui font face, d'autres sont de profil. Ils ne semblent pas s'apercevoir de la présence du témoin. Ils sont verts, ne semblent pas porter de combinaison, les bras descendent le long du corps et leur arrivent à moitié des jambes. Leurs mains sont palmées comme des grenouilles. Leur tête semble coiffée d'un masque ou d'un scaphandre avec deux gros yeux rouges (diamètre 10 cm) ressemblant aux feux de signalisation routière. Leur taille est d'environ 1 m 15, leur corpulence moyenne. Ils ne font aucun geste. Le témoin eut très peur et pris de panique s'enfuit rapidement des lieux. Le témoin fait aussitôt demi-tour et repart immédiatement chez son frère et lui raconte son aventure. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 611, 612) (Jean-Michel LIGERON : « Ovni en Ardennes » 1981, p 89) 1976, 15 mai FRANCE, Montmirail : Un physicien du CNRS circule de nuit près de Montmirail. Peu avant Rieux, il aperçoit dans un champ un objet illuminé d'une forte lumière qui baisse progressivement d'intensité. Le témoin s'arrête et va dans le champ. Il observe alors une masse noire ovale posée sur trois pieds et dotée d'un puissant phare sur l'un des côtés. Lorsqu'il arrive à 200 m de l'ovni, celui-ci s'élève lentement, les pieds se rétractent, puis il disparaît à vive allure. Trois trous d'un diamètre de 10 cm et d'une profondeur de 15 cm ont été retrouvés sur les lieux (enquête du Groupe d'étude des objets spatiaux). 1976, 30 mai AUSTRALIE, Daw Park (sud du pays) Dans la soirée, Trevor White avait regardé la télévision, comme d'habitude. En allant se coucher il mit la radio, ce qu'il fit habituellement pour s'endormir en musique. Vers 2 heures du matin, il y eut un tas de craquements dans le poste, que Trevor, attribua d'abord à la piètre qualité de son appareil. Puis son chien, un berger allemand, se mit à aboyer. Trevor se leva pour aller voir la raison de cet énervement. Par la porte vitrée dans sa chambre, il voyait une partie de son jardin, où se trouvait quelqu'un d'une stature moyenne (1 m 75) dans une combinaison argentée, portant un casque à visière sombre, et une boîte de 30 x 30 cm attachée sur la poitrine, par des bretelles. La boîte portait une inscription. L'apparition avait des proportions normales. Trevor sortit donc avec le chien, mais la créature, elle aussi, avançait vers Trevor, ce qui lui fit rebrousser chemin à toute vitesse. Par la fenêtre il vit s'élever cette créature, alors qu'il ne portait aucun engin à moteur , mais un peu plus haut dans le ciel un objet cigaroïde l'attendait et il y pénétra. Le cigare était argenté et une lueur rouge en sortait par l'arrière, une lueur verte le surplombait. L'objet se trouvait au-dessus des arbres à l'ouest et quand l'occupant y était entré, il partit en direction du nord. (Keith Baskerfield - TUFOIC) 1976, 12 juin ALLEMAGNE, Ennepetal - Schweflinghausen (Cas n°:: 19760612 A) A 01 h 45, durant leur ronde de nuit, les deux policiers H.W. Nösler et . U. Roschlaub observent un objet volant inhabituel dans le ciel au-dessus d'un chantier. Dans l'avis adressé au Ministère de l'Intérieur, ils écrivent que la lumière émise par la chose était si forte, que les lumières de sécurité placées autour du chantier ne semblaient plus donner aucune clarté. D'après leurs estimations l'objet se trouvait à une distance de 200 m et très près du sol. (JUFOF Nr. 37, 1'1985:2ff) (Hans-Werner Peiniger, GEP e.V., JUFOF - Allemagne)

67

1976, 21 juin MEXIQUE Raphael Pacheco Perez", étudiant de l'Ecole d'Aviation de Mexico; alors qu'il effectuait un vol d'entrainement sur un Cesna 150, immatriculé "XB ZOX", fut comme hypnotisé en plein ciel, ou du moins mis en état de conscience modifié par une intelligence extra-terrestre ! Cette mise en condition fut réalisée grâce à l'appareillage radio du bord ! Alors que R.P. Perez trafiquait en VHF avec la tour d'Acapulco, sur la fréquence 118,5 mégahertz, l'ordre lui fut donné de passer sur la fréquence 123,45 mégahertz. Le pilote s'exécuta. A sa grande surprise, ce ne fut pas la voix familière d'un contrôleur aérien qui retentit dans son casque, mais le timbre impressionnant d'une entité inconnue Superposée à cette voix, une fréquence douce envahissait les écouteurs. Le "SB ZOX" qui effectuait un vol de routine entre Chimalhucan et Acapulco, de 90 minutes au maximum, resta en l'air plus de deux heures et demie…Tout laisse supposer que pendant plus d'une heure, avions et pilote sont passés dans un "temps parallèle." Raphael Pacheco Pérez, interrogé après son retour au sol, déclara qu'il avait ressenti une intense envie de dormir pendant que son correspondant "fantôme" lui annonçait dans les oreilles qu'il était temps que notre civilisation inférieure mette un terme à ses folies. La "Voix lui assura qu'il existait un mind-contrôle de la Terre et que si les hommes continuaient à volontairement préparer une catastrophe, notre humanité comprendrait qu'elle n'était pas seule dans l'univers. Une enquête très poussée fut réalisée par l'Ecole d'Aviation de Mexico. Pérez considéré comme un élève modèle, ne pouvait avoir inventé un tel canular susceptible de le faire radier du personnel navigant.Ce "contact" hertzien suivi de l'hypnose du pilote, tortura l'esprit des services de renseignements mexicains pourtant habitués à affronter les manifestations d'OVNI. Le capitaine Miguel Batanero Garcia, Directeur de l'Ecole, se montra totalement sceptique, ou du moins adopta officiellement une position qui le plaçait hors des interrogatoires de la presse. Dans le ciel du Mexique, où les radars traquent sans arrêt les petits avions transporteurs de drogue et où l'aviation de chasse n'est pas inactive, le Cesna 150 avait bel et bien échappé à toutes les détections et semble s'être effacé du ciel comme par enchantement pendant plus de 70 minutes. 1976, 22 juin ILES CANARIES, Galdar Une cinquantaine de témoins sérieux comprenant un médecin et trois astronomes ..Vers 22 h 30, le docteur Francisco Julio Padron admirait les étoiles, bien calé dans son siège d'auto. Son chauffeur Francisco Esteves conduisait. Ils se rendaient à Galdar. Le docteur Padron aperçut le premier, à une dizaine de mètres de la route, un gros globe lumineux de la taille d'un édifice de trois étages, parfaitement circulaire, de couleur gris-bleuâtre. Il était transparent, car les deux hommes avaient l'impression de voir les étoiles à travers l'engin. L'objet se tenait à quelques mètres su sol. Les témoins distinguèrent deux silhouettes à l'allure humaine au centre de l'objet et ces êtres pouvaient avoir une taille de 1 m 80. Ils portaient des vêtements d'un rouge brillant, Leurs visages avaient un aspect nettement humain, en ce sens que leur teint et leur apparence ressemblaient à ceux des hommes d'ici. Ils portaient une espèce de bandeau en tissu autour de la tête, à la manière d'un turban, qui dissimulait leurs oreilles et qui irradiait un halo ou auréole lumineuse. Le plus curieux, c'étaient les mains de ces créatures. Il s'agissait d'une sorte de moignons pointus terminés en forme d'ailes que les êtres remuaient lentement comme si c'étaient des mains. Les créatures s'affairaient avec des appendices à plumes sur ce qui pouvait être un tableau de bord. Pendant que les deux témoins continuaient leur observation, la radio de l'auto s'éteignit et au même
68

moment ils ressentirent une impression de froid intense alors que la température extérieure était très douce. Pendant ce temps là, la sphère commença à s'élever lentement et elle sembla grossir à mesure qu'elle prenait de la hauteur. (Jean FERGUSON : « Les Humanoïdes… » - éd. Leméac, Ottawa, 1977, p.41, 42) 1976, 1 juillet INDE, Madras Une femme vit une créature humanoïde de près de 2 m 50 de haut. L'entité avait une peau lumineuse sous le clair de lune. Ensuite le témoin vit s'élever dans le ciel un objet lumineux rouge-orange. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 334, 335) 1976, juillet GRANDE BRETAGNE, Oakenholt (North Wales) La petite Gaynor Sunderland, 9 ans, rentrait à la maison hors d'haleine et trop émue pour pouvoir parler tout de suite. Après l'avoir calmée et réconfortée, sa mère écoutait son histoire. Elle avait vu atterrir dans un champ près de la maison un ovni. Terrifiée mais fascinée, regardant par le trou de la haie, elle vit sortir de l'objet deux personnes en habits argentés, qui se mirent à disposer toutes sortes d'équipements au sol. Ces personnes étaient petites, et « anguleuses » et avaient de grands yeux roses. Gaynor pense qu'il s'agissait d'un homme et d'une femme. L'engin dont ils étaient sortis mesurait un peu plus de 10 mètres de long et avait une hauteur de moins de 2 mètres. Sur le pourtour l'engin avait une bande de fenêtres jaunes, et sur le dessus de l'objet il y avait une lumière clignotante en forme de boîte. Quand au bout d'une grosse demi heure l'objet s'envola, il fit entendre un bourdonnement aigu. Gaynor dit à sa maman qu'elle avait froid et qu'elle avait très peur, car elle était certaine que les deux personnes l'avaient bien vue. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p.30 qui citent le FSR et Jenny Randles). 1976, 6 août CANADA, Parc de la Gaspésie Freddy Chiasson raconte : « je traversais le Parc de la Gaspésie par un temps de brume épaisse. C'est à ce moment là que c'est produite une chose très curieuse. Un rayon rouge, très lumineux, venant du ciel, a traversé la brume et s'est mise à balayer la route devant l'auto à la même vitesse que nous roulions. Il avait des contours bien découpés et son point de chute sur l'asphalte devant nous formait un rond parfait d'une quinzaine de centimètres. La lumière nous a accompagnés sur quelques kilomètres. Puis, soudainement, dans une courbe, ce rayon s'est mis à remonter vers le ciel par sections. De grandes sections quand même. Mais alors que la lumière du rayon était presque complètement disparue, mon plus jeune garçon nous a montré sur le versant d'une montagne à notre gauche, une lueur assez intense. Cette lueur avait vraiment quelque chose de pas naturel : il y avait la brume épaisse, et cette lueur était d'une blancheur insupportable. Elle s'est arrêtée au-dessus de la route, assez loin devant nous puisque j'ai eu le temps de freiner et de m'arrêter. Nous sommes sortis de l'auto. Ma femme s'est plainte d'avoir très mal à la tête. Nous avions de l'aspirine dans l'auto et j'ai été lui en chercher. Nous avons décidé d'aller jusqu'à cet appareil pour voir ce que c'était. Nous avons vite franchi la distance qui nous en séparait. Dès que nous avons été assez près, nous avons été très étonnés d'apercevoir un objet posé sur des pieds. Il avait la forme d'une coquille de pétoncle et il prenait plus que la largeur de la route. une douzaine de mètres de diamètre et cinq mètres de hauteur. La coque très solide m'a paru faite de métal, terne. La lueur semblait provenir de fenêtres carrées comme celles d'un bateau et disposées sur le tour de l'objet. Le silence était impressionnant, sauf un bruit sourd à intervalles réguliers comme si on avait frotté deux morceaux de bois ensemble. Nous avons approché nos visages des ouvertures qui étaient assez grandes, un peu moins d'un mètre carré et plus nous approchions plus la lumière a semblé diminuer. Nous avons pu regarder à l'intérieur. Ma femme a poussé un de ces cris ! C'était un cri de peur. J'ai suivi son doigt, car elle voulait me montrer quelque chose. A travers la vitre qui m'a paru faite de matière molle, j'ai vu
69

un visage massif avec de grands yeux ronds, fixes. (..) Nous avons couru vers l'auto. J'ai essayé de faire partir l'auto, mais rien n'a bougé. Je me sentais comme fiévreux. Au bout de quelques minutes, mes garçons et moi avons décidé de sortir de nouveau, ma femme a cherché à nous retenir, mais nous sommes sortis quand même. J'ai suivi mes fils. Nous étions encore éloignés d'une dizaine de pas quand deux rayons de lumière de faible intensité et semblables à celui qui nous avait précédé sur la route, ont apparu. Ils étaient distincts et parfaitement ovales avec le même diamètre du début jusqu'à la fin. Les deux rayons provenaient de derrière l'appareil. Ils étaient d'une teinte bleu-verdâtre. Les deux rayons de lumière se sont rapprochés et Morris a crié « Ils sont deux ! » J'ai essuyé mes yeux car je larmoyais. J'ai vu mes deux garçons qui se tenaient raides devant moi. C'est alors que je « les » ai vu comme il faut. Ils ont éteint leurs rayons. Ils n'étaient pas beaux. Ils ne bougeaient pas, j'ai regardé leurs yeux : des yeux terribles, ronds, fixes. Ils portaient une sorte d'habit de policier, mais plus ajusté. Pas de chapeau et une tête chauve. Ils devaient mesurer dans les 2 ,10 m car ils étaient plus grands que Morris qui fait 1 m 80. Nous étions comme figés. Tout ce temps j'avais envie de vomir. Puis Rony a tourné sur ses talons et s'est mis à courir vers l'auto. Je l'ai suivi. Dans l'auto j'ai encore vomi, puis j'ai senti que ça allait mieux. J'ai voulu reculer, mais l'auto n'a pas voulu démarrer. Devant nous il y a eu un éclat de lumière insupportable et tous les quatre on a dû se baisser le plus bas possible parce qu'on sentait une chaleur mourante. Ma femme s'est mise à prier. La chaleur est devenue intolérable. Puis elle s'est dissipée peu à peu. J'ai essayé de démarrer et à notre grand soulagement, l'auto est partie. J'ai avancé lentement. Il n'y avait plus rien sur la route. Nous avons senti des démangeaisons insupportables qui ont duré une dizaine d'heures environ. » (Jean FERGUSON : « Les Humanoïdes … » - éd. Leméac, Ottawa, 1977, p.225 à 230) Le grand et sauvage parc de la Gaspésie est un endroit réputé au Québec, pour les visites d’ovnis. /NDA 1976, nuit du 21 au 22 août. FRANCE, Ernolsheim/Dossenheim (Bas-Rhin) Vers minuit un jeune couple en voiture d'Ernolsheim à Dossenheim voit une boule lumineuse de 3 à 4 m de diamètre avec des sortes d'antennes lumineuses. Au-dessus de cette boule se trouvent de nombreux points lumineux qui scintillent formant un demi cercle. Le phénomène est observé à basse altitude. Ensuite entre Ernolsheim et Monswiller ils observent une boule de couleur blanc-jaune émettant une lumière bleuâtre et rougeâtre à 2 ou 3 m au-dessus de leur voiture, le même phénomène est observé audessus de la maison de la passagère par deux jeunes gens et par les parents. Vers 1 heure, les gendarmes de Saverne alertés l'observent également. L'adjudant Le Martret et le gendarme Paichelier de la brigade de Bouxwiller en patrouille s'arrêtent à l'intersection de la D 105 et voient en direction de Mulhausen un triangle d'où s'échappent des gerbes de feu par la base qui s'illumine et prend l'aspect d'une boule, des changements se produisant toutes les 3 à 4 secondes. Le gendarme Paichelier, après 15 minutes d'observation, se saisit d'un appareil Dacora et prend deux photos (elles seront entièrement noires). (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 628, 629) (Robert ROUSSEL: "Ovni, la fin du secret" - Belfond 1978, p. 105) 1976, septembre PORTUGAL, Aéroport de Portela-Lisbonne Deux employés de la tour de contrôle, un employé d'hôtel à Acoteias (Algarve), les passagers d'un Boeing 707 et des personnes dans toute la région, observent les étranges manœuvres d'un ovni. L'objet se composait d'un corps principal lumineux bleu entouré de 5 à 7 lumières horizontales rouges et blanches. Ces lumières se seraient détachées de l'objet et auraient explosé dans un énorme flash de lumière. Un avion de la TAP en route pour l'Afrique du Sud, vit l'ovni lui couper la route et l'obliger à changer de direction. Cette manoeuvre fut observée avec surprise par les deux employés de la tour de contrôle. L'un d'eux s'empara de jumelles et estima que l'objet disparut à une vitesse 3 fois supérieure à celle d'un jet. "The "National Enquirer" du 30 novembre 1976, publiait au sujet de cet incident: L'avion de ligne 707 rentra presque en collision avec un ovni fou. Il y avait 101 passagers à bord qui crurent tous à une collision imminente. Le copilote Armindo Pinto effectua une manœuvre désespérée et le capitaine Eloy
70

Weigert vit l'ovni de si près que sa silhouette emplit les 3/4 de la fenêtre. Cette rencontre eut lieu très peu de temps après le décollage de l'avion, vol 241, à Lisbonne à 02 h 10. Deux autres avions de la même compagnie eurent une expérience moins effrayante avec un ovni identique. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço; "Diario de Noticias" 23.9.76 ; "National Enquirer" 30.9.76) 1976, septembre GRANDE BRETAGNE, Fencehouses (Tyne and Wear) Deux femmes, l'une âgée de 63 ans, l'autre ayant 18 ans, se promenaient près de leur domicile, quand elles virent un petit objet ovale et se sentirent comme hypnotisées et attirées par cette chose. En se rapprochant, deux entités « de la taille d'une grande poupée » apparurent. Ils avaient de gros yeux ronds et des cheveux blancs. Ils semblaient surpris et disparurent rapidement. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 30)

1976, 18 septembre IRAN, Téhéran Une sphère lumineuse apparait dans le ciel de Téhéran à plusieurs témoins et la tour de contrôle voit également l’objet sur ses écrans. Sur ordre de l’armée de l’air, un premier pilote monte aussitôt à bord de son avion de chasse et décolle de la base aérienne de Shahrokhi pour aller à la rencontre de l’objet pour une identification, car il est entré sans autorisations dans le territoire. Parviz Jafari, chef d’escadron, est lui aussi envoyé (23 h 00) au combat avec son F-4 quelques minutes après. D’après Parviz Jafari, l’objet à la taille d’un Boeing, autant dire qu’il est énorme. Il continue donc en suivant la lumière de cet objet quand tout à coup un objet a surgit de cette dernière pour se diriger sur lui. Parviz Jafari va donc vers lui et se rapproche, c’est à ce moment-là que cet objet volant est passé d’un point A à un point C sans passer par le point B, il s’est tout simplement dématérialisé sur 45 km et cela en une fraction de seconde. Parviz Jafari repart de nouveau à sa rencontre quand il voit un autre objet de forme lunaire sortir de l’objet volant. Sa surprise est grande, ce deuxième objet vient également à sa rencontre, le frôle et décrit des cercles autour de son appareil. Il ne faut pas oublier qu’à ce moment-là, il vole à la vitesse du son. Après quelques tours, la sphère s’en va rejoindre l’objet non identifié, Parviz Jafari pense donc être hors de danger, c’est sans compter une deuxième sphère qui fait son apparition et qui reproduit exactement les ‘gestes’ que la première. Le pilote comprend alors qu’il est attaqué, il doit se sortir de là à tout prix, il tente alors le tout pour le tour et arme, puis tente de tirer un missile, c’est là qu’il s’aperçoit que tous les voyants sont éteints, ses appareils sont en panne. Parviz Jafari pense avec le recul que l’ovni lui a envoyé une pulsion électromagnétique assez puissante pour dérégler ses appareils électroniques. Mais comment faire pour se défendre alors que tous ses appareils sont inutilisables ? C’est alors qu’il pense à s’éjecter de l’appareil, mais c’est ce moment que choisi la sphère pour regagner l’appareil situé à quelques kilomètres.
71

Il estime que cette situation devient bien trop dangereuse pour lui, alors il demande la permission d’atterrir, permission qui est accordée, mais ce qu’il ne sait pas, c’est que le combat n’est pas fini, du moins, pas pour ces ennemis. En effet, pendant sa descente, une autre sphère le prend en chasse, mais finalement atterrit dans le désert. Parviz Jafari reçoit un contre ordre et doit de ce ‘pas’ aller voir où se trouve la sphère, mais il ne trouve rien. Il entre donc à la base, mais il sait qu’il devra rendre un rapport détaillé sur ce qu’il vient de voir. Un agent de la CIA rédigera également un rapport de son témoignage. Ce rapport confirme les observations de Parviz Jafari et évoque même la panne de ces instruments. Il confirme également de la présence de deux objets, tout concorde. Il rajoute que le lendemain des fait une équipe a été dépêchée sur les lieux de l’atterrissage de l’ovni, le site a été inspecté de fond en comble, nous n’en sauront pas plus. Aux 4 coins de la planète, des pilotes de chasse affirment avoir rencontré des ovnis et d’avoir engagé le combat, mais la performance des ovnis est tellement supérieure à celle de nos meilleurs chasseurs qu’il est utopique de croire vaincre ces adversaires dans un bref avenir selon ces mêmes pilotes. 1976, 19 octobre PORTUGAL, Praia das Ratas (Setubal) José Jorge Lavareda Pinto, 49 ans et José Antonio da Silva Mascarenhas, 42 ans, pêchaient de nuit, en haut d'un rocher, le dos tourné au sanatorium Outao. Il était 02 h 10 et ils devaient rentrer mais virent tout à coup six lumières nettes de couleur orange et de grande intensité volant d'ouest en est. A un moment cet ensemble restait quasiment stationnaire. C'était une forme ovale foncée brun-vert, avec six lumières intenses oranges et surmonté d'une petite lumière rouge. Cela se rapprochait d'eux à une altitude d'environ 45 à 50 m et à une distance de 200 m. Les témoins furent pris de panique parce que l'objet ne fit aucun bruit. Il volait à environ 10 km/h. Arrivé à hauteur de Troia les lumières oranges devinrent rouge et cette couleur se répandit en halo autour de l'objet. Ensuite il prit une vitesse incroyable et partit vers Setenave. ("Insolito" n° 21 février 1977, p. 12-13) 1976, novembre ANGLETERRE, près de Winchester Mme Joyce Bowles, 42 ans, voyageait le soir tard en voiture dans la campagne près de Winchester, en compagnie de son ami Ted Pratt, 58 ans. Soudainement, elle sentit la voiture comme soulevée en l'air, avant de s'arrêter complètement. Les deux personnes scrutaient la nuit noire de l'avenue déserte. Puis Mme Bowles se mit à crier de terreur. Une énorme créature aux yeux roses était en train de les fixer par le pare-brise. "C'étaient des yeux horribles, lumineux comme le soleil", se souvient-elle. "Ils appartenaient à un homme fort bien bâti habillé d'une combinaison argentée. Juste avant que nous l'avions vu, il y eut un son, comme un bruit de chaînes. Après nous avoir examinés, il retourna vers un engin en forme de cigare qui planait au-dessus d'un champ à quelques mètres de nous à peine. Nous pouvions voir qu'il y avait trois autres personnes à l'intérieur. Celui qui nous avait dévisagé est entré dans l'engin qui promptement a disparu." Mr Pratt, quant à lui, dit "Je me suis effrayé quand le voiture a commencé à être secouée, mais quand la créature me regardait, je me suis senti étrangement calme. Peutêtre m'a-t-il donné la force pour m'occuper de Mme Bowles qui était dans un état lamentable. C'était une expérience à vous claquer les nerfs." (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 129) 1976, 12 décembre FRANCE, Meylan (Isère) Julien Hermann prit son service de gardien à l'usine "Merlin-Gérin" à 6 heures du matin. "Quelques instants plus tard, dans mon bureau, en tournant la tête vers la gauche, j'aperçus parfaitement à travers la
72

baie vitrée une forme humaine d'une taille de 1,65m à 1,75m et d'une couleur fluorescente verte, entourée d'une multitude de petites lumières scintillantes vertes sur son profil. Cette forme se trouvait à une vingtaine de mètres. J'ai nettement distingué ses jambes et ses bras qu'il tenait le long du corps. Par contre, je ne pus voir le visage, ni même la tête et les épaules, mais il me sembla apercevoir dans la nuit comme un casque de motocycliste ou d'astronaute qui formait une auréole vers la tête. Cette forme humaine se tenait immobile au centre d'un cercle lumineux visible sur le sol, d'une teinte jaune orangé, d'un diamètre de deux mètres environ. Je ne saurai dire si les pieds de cette forme humaine étaient en contact avec le sol ou non, de même qu'il m'a semblé impossible de me rendre compte s'il me faisait face ou se présentait de dos. Je sentis une sueur froide et mon poste de radio qui fonctionnait se mit à crépiter et à craquer. Je me suis alors précipité dehors en contournant l'angle du bâtiment. J'aperçus de nouveau la forme toujours immobile au même endroit. Soudain, elle s'évanouit sur place." Cette scène a duré de 5 à 7 minutes. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi 1979, p. 66, 67 1976, 28 décembre AUSTRALIE, Coomlieyna Beach (Ceduna) Un objet non identifié sous-marin émergé fut observé par une vingtaine d'aborigènes pêchant sur la plage. L'engin mesurait environ 30 m avait une tourelle blanche, une ligne noire sur le pourtour du centre et une ligne rouge sur le pourtour à fleur d'eau. Etant donné la nature du sol marin rocheux à l'endroit, il est exclu qu'il puisse s'agir d'un sous-marin. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" Guild Publishing London 1989, p. 168) 1976, CHINE, Yichum Hu Sui Sheng observe un engin en forme de toupie "crachant un gaz brumeux". (Shi-Bo) 1976 URSS - en mer Le bâtiment de recherches soviétiques "Vladimir Vorobyev" observe un point lumineux intense, blanc, sous-marin, tournant autour du navire dans le sens opposé aux aiguilles d'une montre, à une distance de 150 à 200 mètres. Il se fragmenta en 8 parties comme sous l'effet des pales de l'hélice. On le localisa au sonar à une profondeur d'environ 170 mètres et il fut mis en évidence qu'il se trouvait sous la quille, à quelque 29 m de profondeur, un objet non identifiable. (Christian Dutheil: "Ovni et Osni à l'Est".) 1976, non précisé PORTUGAL, Quebrantoes-Villa Nova de Gaia (Oporto) A 4 heures du matin, M. Lina, 46 ans, circulait en voiture quand il vit deux entités d'apparence humanoïde. Ils mesuraient un peu plus de deux mètres de haut, semblaient avoir une couleur bleu-vert et au niveau des oreilles le crâne montrait un bourrelet. Il vit également une intense lumière jaune derrière un mur et entendit un bruit de compresseur, tandis que les feuilles des arbres étaient secouées. Le témoin se sentit tout à fait mal à l'aise quand il constata que le moteur de son auto tirait moins bien et que la lumière de ses phares déclinait, mais réussit à dépasser cet étrange phénomène. (Cassiano Monteiro (CEAFI); collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenco) 1977, 1 janvier FRANCE, Chabeuil/Combovin Vers 19 h 45 revenant par la route où peu avant ils avaient aperçu une "étoile" qui semblait suivre la voiture, les Perez s'arrêtent. Sur la gauche ils observent un objet elliptique métallisé à 300 m de distance, à une vingtaine de mètres au-dessus d'un champ en pente. Il éclaire autour de lui et vers le sol une nappe de brouillard. Sous sa base s'échappent des flammèches rouges et bleues. Une masse sombre comme une
73

tige se trouve au-dessus et à gauche de l'engin qui stationne. Au bout de 8 à 10 minutes d'observation M. Pérez se décide à faire des appels de phares. A ce moment l'engin s'élève à la verticale lentement d'abord sans bruit, puis il démarre à vitesse fantastique vers le nord, décrit une boucle à 180° cap au sud en direction de Châteaudouble. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet... " - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 636, 637) 1977, 1 au 4 janvier PORTUGAL, Leca da Palmeira-Oporto Un ovni, réapparaissant 4 jours de suite à partir du 1 janvier, toujours vers 19 heures, fut filmé par une équipe d'une station de télévision portugaise. Cependant, ces mêmes jours, c'est vers 5 heures du matin que dans la région d'Oporto, des témoins rapportèrent entendre le bruit, d'un "grand engin électrique". A chaque fois, ce bruit durait environ 20 minutes et s'arrêtait net. Ce bruit semblait venir de la mer. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço; "Diario Popular" 5.1.77) 1977, 3 janvier PORTUGAL, Carrapito-Guarda A 21 h 30, le témoin, âgé de 24 ans, entendit un son bizarre et vit près de sa maison un objet comme une boîte sombre rectangulaire d'environ 2 mètres de haut sur 1 m de large, au-dessus d'un arbre. La petite soeur de 9 ans, à la vue de cet objet, eut une crise nerveuse. Le lendemain une dépression circulaire se trouvait près de l'arbre où c'était trouvé l'ovni, qui s'évanouit brutalement. Plus tard, aucune herbe ne poussa plus sur la dépression au sol, tandis que les animaux refusaient d'y passer. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNIICAT Project; listing de Victor Lourenco) 1977, 6 janvier CANADA, Montréal Mme Malboeuf, assise devant la fenêtre, vit à 01 h 15 un objet en forme de calotte ellipsoïdale atterrir sur le toit plat du troisième étage à 30 m d'elle, de l'autre côté de la rue. Une seconde plus tard elle vit deux ufonautes hauts de 2 m, vêtus de blanc et casqués arriver au rebord du toit, examiner le sol, la rue, et le ciel et retourner vers l'engin qui s'envola aussitôt. Traces sur le toit enneigé: surface ovale de 6 m où la neige fondue s'était recongelée, deux autres traces ovales et quatre traces de pas du centre vers le coin de la plate-forme. (Inforespace n° 36 p. 17, 18 et n° 53 p. 23) Heure: 1 h 15 (du matin) environ. Durée: 45 secondes au maximum. Endroit: A Montréal, rue Casgrain, à l'angle de la rue Beaubien. Témoins: Mme Malboeuf et trois autres personnes. Le site, en plein coeur de Montréal et à proximité immédiate d'une faille géologique majeure, se trouve à la hauteur d'une maison de trois étages, sur la rue Casgrain, au sud de la rue Beaubien. Notre témoin principal, Mme Malboeuf, est âgé d'une cinquantaine d'années et vit dans un logement, au rez-de-chaussée, en compagnie de son fils André, âgé de vingt-cinq ans. Il lui est coutumier de se lever la nuit, dans l'impossibilité de dormir à cause d'une toux bronchitique. Cette nuit-là, cependant, elle vit surgir lentement une forme blanche et lumineuse sur un fond de ciel non couvert. L'objet arrivait du bloc de maisons qui se situe immédiatement au coin sud-est des rues Casgrain et Beaubien. L'objet venait du nord à quelque 5 mètres au-dessus des toits. Son étonnement fut aussi immédiat: elle ne connaît rien de semblable à cette sorte d'huître avec des lumières. L'objet, qui semblait blanc au premier instant de la perception, lui parut fait de métal argenté. Sa forme, ovale, très aplatie et bombée sur le dessus seulement, portait à sa base une série de quatre ou cinq lumières blanches, pas très fortes en intensité, et qui semblaient se continuer tout autour de l'"huître". Elle a très distinctement vu l'objet atteindre la ruelle et parvenir au-dessus de la maison qui commence, à la ruelle, la série continue de logements, de l'autre côté de la rue. Pourtant, l'ovni arrêta dès qu'il eut atteint ce point et, sans aucune transition, descendit directement, croit-elle sur le toit. L'objet fut rapidement caché par le rebord de la façade du logement, au troisième étage, par l'effet de perspective. Il ne fallut que l'espace d'une seconde
74

pour qu'apparaissent deux personnages venant de toute évidence de l'objet arrêté à l'instant. Mme Malboeuf ne les as pas vus sortir de cet objet, cependant. Bientôt, les deux hommes atteignaient la façade de cette maison et parvenaient, l'un derrière l'autre, diagonalement, au coin du toit du logement mitoyen. A ce point, pour le témoin, ils paraissaient être côte-à-côte. Ils lui paraissaient être très grands et très minces, deux mètres peut-être, avec de longs bras, sans pourtant que leur démarche semble anormale. Ils étaient vêtus d'une seule pièce blanche et étaient éclairés par la lumière ambiante de l'hiver lorsque la neige recouvre tout. Elle ne put distinguer leur figure. Elle affirme que leur tête était couverte d'un "casque de bain" serré, lui rappelant celui des hommes-grenouilles. Ces deux personnages, avec beaucoup de naturel, regardèrent vers le sol et vers la rue, un peu autour d'eux, plus longuement vers le ciel, et retournèrent sur leurs pas. Aussitôt que leur tête ne fut plus dans le champ de vision du témoin, l'objet s'éleva d'environ 7 mètres et se dirigea vers la rue Bellechasse à la même vitesse qu'à l'arrivée. Ce n'est que le lendemain vers 18 h 00 qu'elle en parla à son fils, car ce dernier n'avait pas dormi à la maison la nuit précédente. André fit le tour du bloc de maisons, trouva un moyen pour se rendre sur le toit, et y alla. A ce propos, il faut un homme avec une bonne dose d'audace et plus que la force d'un enfant pour atteindre ce but. A ce moment, le souffle lui manqua, son état nerveux grandit, et il conserva cette tension durant plusieurs jours. André se trouvait en présence d'une grande surface de glace comportant une dépression vers le centre avec un diamètre moyen de 6 mètres. Deux autres petites surfaces glacées, ovales, étaient disposées à proximité de la grande; il redescendit et fit part à sa mère de sa découverte. Naïvement, il possédait une preuve éclatante pouvant convaincre tout le monde Qu'une soucoupe volante était venue... Mais André ne savait pas qu'en matière d'ovni rien n'est plus négligeable qu'une preuve pour qui se refuse à connaître le sujet. Samedi le 8 janvier, vers midi, le photographe Gilles Lafrance du journal de Montréal vint. Les deux hommes montèrent photographier le grand cercle enneigé. Les articles, accompagnés des photos de Gilles Lafrance, qui sont ensuite parus dans ce journal et aussi dans le Sunday Express, soutiennent d'un ton positif le récit de Mme Malboeuf. Ces articles " Un ovni dans le ciel de Montréal", et « Say saucer landed on roof home" , le 9 janvier 1977. (enquête de Marc Leduc pour UFO Québec - Résumé fait par Denis Boucher pour Québec Insolite) 1977, 18 janvier BELGIQUE, Huy A.B. en voiture vers 20 h 00, remarqua à 50 m devant lui et à environ 500 m d'altitude, une lueur assez puissante qui semblait se déplacer à la même allure que lui (60 km/h) et survolant la chaussée. L'OVNI était très lumineux, avait une forme rectangulaire, entouré d'un halo lumineux rond, d'un blanc cru légèrement jaunâtre. Perdant la chose de vue à cause du chemin suivi, la retrouvant ensuite le témoin arriva chez lui d'où il continua à observer l'OVNI à pied. Celui-ci survola la centrale nucléaire de Tihange, et puis stoppa net et rebroussa chemin. Lors de cette manœuvre inattendue le témoin se sentit pour la première fois inquiet. L'objet s'arrêta à l'aplomb de la centrale, plus haut et à gauche de la longue cheminée. Le témoin appela alors son épouse et ses enfants, et tous purent voir pendant une dizaine de minutes l'étrange spectacle, ne voyant toutefois plus l'OVNI que sous forme arrondie et de la taille d'un dixième du diamètre lunaire. (Inforespace n° 44 de 1979, p. 17, 18) 1977, 22 janvier BRESIL, Itapua (Viamao) Vers 21 h 15 Felizberto A. Martins, Acclino Disconzi et Armindo B. Jacobsen, tous de la SOPAMA de Porto Alegre virent à 20° d'élévation un grand objet lumineux de 3 fois la grandeur apparente de la lune. Il était ovale, sa partie supérieure rouge, la partie inférieure ayant toutes les couleurs de l'arc en ciel. Après 30 secondes d'immobilité l'objet prit la direction de l'ouest en mouvements spiralés et s'estompa après 5 minutes à l'horizon. Cinq autres minutes s'écoulaient quand un objet identique se pointa à l'horizon et vint s'immobiliser à la verticale du premier lieu du phénomène. Ce second (ou le même) ovni se trouvait assez proche des témoins: une centaine de m. environ. Il resta stationnaire pendant une minute
75

et repartit vers l'ouest. Cet Ovni là fut observé pendant 7 minutes. (Inforespace n° 35, p. 32) 1977, 23 janvier CHINE, une petite ville dans la prov. de Hubei Dans la nuit, quelques amis et moi, roulions sur une route serpentant dans la montagne. Quand nous sommes arrivés face à l'hôpital de notre ville, nous vîmes les gens rassemblés devant l'entrée, qui criaient. … une femme nous dit de regarder le ciel au nord et nous y vîmes une grosse assiette ardente d'un diamètre apparent de plus de 40 cm. L'objet était à 200 m de nous, il semblait raser la crête de la montagne. Il volait lentement dans notre direction . Jetant une lumière jaune, il suivait une ligne spiroïdale sans aucun bruit. Il passa au-dessus de nous, suivi d'une traînée de près de 30 m de long. A ce moment là toute la vallée était brillamment illuminée et l'hôpital était plongé dans une lueur jaune, ce que personne n'avait jamais vu. Le plus étonnant, c'est que l'objet volant, ayant fait un virage, rebroussa chemin et repassa au-dessus de l'hôpital. Tout le monde eut très peur. Nous nous sommes précipités à l'intérieur des bâtiments et nous n'avons osé en sortir qu'une fois la vallée retombée dans l'obscurité. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres ». éd. Mercure de France, 1983, p.127, 128) 1977, 4 février GRANDE BRETAGNE, Broad Haven 14 élèves de l'école primaire de Broad Haven ont vu ce vendredi après-midi, atterrir un disque argenté dans un champ à 400 yards de l'école. Le directeur de l'école M. Ralph Llewhelin (appelé sous le pseudonyme de 'Richard' par le Daily Mirror) fut interrogé par la presse locale le lundi suivant. Il avait réuni les 14 écoliers, dans les conditions identiques à ceux d'un "examen écrit, leur enjoignant de dessiner ce qu'ils avaient vu. Les dessins étaient remarquablement identiques: un gros disque inversé avec une lumière rouge au sommet. Interrogé séparément, chaque garçon disait que la chose avait atterri pendant une minute ou deux. Lorsque M. Llewhelin voulut aller dans le champ, pour examiner d'éventuelles traces, il était impraticable à cause de la boue et il y renonça. " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, 1977, 24 février GRANDE-BRETAGNE, Broad Haven, St Ishmael Mme Coombs, ayant 3 de ses 5 enfants dans la voiture, retournait à la maison vers 20 heures, quand un de ses fils aperçut une lumière dans le ciel qui semblait se diriger vers eux à grande vitesse. Comme les enfants se mirent à crier de peur, Mme Coombs mit les gaz car elle craignait que la «chose » avait l'intention de passer à travers le pare-brise. Mais l'ovni passa au-dessus du véhicule, effectua un virage en U et se mit à accompagner la voiture, tandis que Mme Coombs atteignit 80 mph, et soutenait ce train d'enfer pendant 10 minutes. L'objet n'était pas plus gros qu'un ballon de football, luisait d'une lueur jaune et projetait un faisceau blanc vertical. Finalement l'auto arrivait près de la maison, mais le moteur cala. Devenue hystérique Mme Coombs sortit les enfants assis à l'arrière et avec eux courut jusqu'à la maison. Comme elle racontait l'événement à son époux, l'aîné des enfants vit l'ovni disparaître. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 141, 142) 1977, 24 avril GRANDE-BRETAGNE, Milford (ou Broad) Haven (Pays de Galles) Pauline Coombs et Billy, son mari, regardaient la télévision. Vers minuit, (vers une heure du matin) alors qu'ils s'apprêtaient à fermer le poste, Billy vit par la fenêtre (Pauline Coombs regardait soudainement vers la fenêtre) que la lampe de la cour ne fonctionnait plus et que la ferme voisine était plongée dans le noir, ce qui était inhabituel.( on ne mentionne pas ces faits dans le rapport anglais) A une centaine de mètres (dans l'encadrement de la fenêtre se tenait un être monstrueux haut de plus de 2 mètres) de la maison apparut une étrange forme brillante: impossible de discerner ce que cela pouvait être, et la jeune femme fut effrayée. Le couple vit ensuite nettement un grand personnage dans une combinaison d'argent qui
76

s'approchait de la baie vitrée comme s'il voulait observer ce qui se passait dans la maison. Il portait un casque avec des rebords qui lui tombaient sur les épaules. (Il portait une sorte de casque à visière lumineuse, un tuyau sortait de sa bouche et allait vers l'arrière de la tête) Ses mains étaient gantées, ses pieds chaussés de lourdes bottes, son visage caché derrière une vitre opaque. Il n'insista pas, fit volte-face et disparut dans la nuit.(Quand la créature, aux vêtements légèrement lumineux, toucha la vitre, elle se mit à vibrer à grand bruit) Le géant avait la démarche très lente. Le chien, pendant tout ce temps, était tapi dans le coin le plus éloigné de la maison en grognant sourdement. (de cette visite les époux Coombs gardaient deux souvenirs palpables : le rosier près de la maison complètement piétiné, et une télévision complètement brûlée. Six mois plus tard ils durent faire euthanasier leur chien qui ne s'était jamais remis de sa peur. Ils appelaient la police sur le champ. Quand les deux policiers arrivèrent le géant avait disparu. Le lendemain ils découvrirent des empreintes de pieds gigantesques de 60 cm de long qui les conduisirent à un endroit où l'herbe était aplatie et à moitié brûlée, formant un cercle presque parfait. ) (Jacques DEGAS - Nostra - 28.4.1982) (pour les précisions soulignées : Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 140, 141) (Maurice CHATELAIN: "Les messagers du cosmos" - Laffont 1980, p. 185 1977, 25 avril CHILI, Putre-Arica, Pampa Luscoma. La patrouille de 6 hommes et d'un caporal faisaient des travaux de routine lorsqu'à 04 h 00 une lumière intense apparut à courte distance attirant l'attention d'une sentinelle. La caporal Armando Valdès s'éloigna alors en direction de cette lumière, quand une autre (ou la même) se trouva brusquement bien plus près. S'avançant de quelques pas, Valdès disparut progressivement quelques minutes avant que l'OVNI ne disparaisse aussi. Un quart d'heure après Valdès réapparut à nouveau progressivement et s'exclama "Muchachos" avant de s'écrouler sans connaissance. En ce quart d'heure sa barbe avait poussé comme elle l'aurait fait en plusieurs jours, sa montre avançait de quinze minutes et indiquait le 30 avril! (J.C. BOURRET: "La science face aux E.T." - France Empire 1977, p. 228 et suivantes et "OVNI, l'armée parle, France Empire 1979, p. 53 à 60) 1977, avril MEXIQUE, Topilejo Sur la route nationale fédérale de Cuernavaca à Mexico, Victor Gastorena Guerrero et Pablo Mujica Garcia entre autres témoins, voyaient tout à coup un énorme objet bleu dans le ciel. Ils le perdirent un moment de vue mais s'arrêtèrent bientôt pour pouvoir suivre la trajectoire de l'engin. Ils virent sortir de l'ovni un rayon lumineux de forme cylindrique d'un bleu plus foncé que l'engin. En un instant ce rayon toucha la terre englobant la végétation et une aire de repos d'une vingtaine de mètres carrés. La luminosité était si forte qu'il semblait que cette zone avait disparu. L'objet prit de la hauteur et s'éloigna à grande vitesse vers le nord-ouest. Quelques instants plus tard les témoins descendirent des véhicules pour voir ce qui avait succédé à cet étrange phénomène. A leur plus grande stupeur toute la partie de cet environnement, y compris la végétation, était complètement congelé. Les végétaux, feuilles, fleurs, herbes étaient recouvertes de givre comme si chaque élément était enveloppé d'un verre souple. C'était si esthétiquement parfait que c'était un enchantement visuel. Des témoins ont goûté de cette glace sans y déceler de différence avec la glace d'un congélateur. La zone dégageait un froid intense qui s'étendait aux témoins. (reportage de Fernando J. Tellez - document "OVNI" de l'UEC c/o Claude Chapeau) 1977, 30 avril USA, Healdsburg (Californie du Nord) Pour ce témoignage, il y eut 9 témoins répartis dans une région d'environ 15 km. Alors qu'elle revenait, vers 20 h 30, du match (ou son fils, 19 ans, avait joué) accompagné de ce garçon et des autres enfants (18, 10 et 3 ans) la mère vit de grosses lumières circulaires au-dessus des collines côtières vers le sudouest. Alors qu'elles pulsaient et clignotaient, elles s'élevèrent l'une après l'autre puis semblèrent se
77

rapprocher du sol entre les observateurs et l'horizon. (le garçon de 10 ans dessina la configuration: un grand objet de couleur crème entouré de 6 objets plus petits vert, rouge et bleu).Quand ils atteignirent l'intersection avec une route qu'on appelle Old Redwood Highway, un des objets sembla se détacher du groupe et tout d'un coup il piqua vers la chaussée et s'approcha à moins de 12 mètres; la route fut inondée de lumière, l'intensité en était pénible. La mère dessina l'objet dont elle estima le diamètre à 15 mètres. Il avait plusieurs hublots et deux rayons de lumière en émanaient. La fille aînée avait elle aussi dessiné un objet ovale avec sa lueur rouge. Elle ajouta un détail important: un visage les observant derrière les fenêtres. La silhouette ressemblait à une tête de grenouille. La mère, la fille de 18 ans et le garçon de 10 ans furent pris de nausées et le garçon vomit. Le fils de 19 ans et la petite fille de 3 ans n'eurent pas de troubles physiologiques. (Jacques VALLEE: "Confrontations" - Laffont 1991, p. 91 à 101) 1977, 3 mai GRANDE-BRETAGNE, Hainault Forest (Essex) Dans le bois de Hainault des témoins, dont deux policiers font des observations à des moments différents. L'un des croquis réalisés montre une cabine d'hélicoptère sans pales à sommet pointu, avec croisillons de couleur rose-rouge. (Flying Saucer Review vol. 23 n° 2 p. 8-10) Deux policiers se rendent dans la forêt de Hainault tôt le matin, après un appel, et ils virent un objet en forme de tente, avec des lueurs rouges, entre les arbres. Ils l'ont regarder « pulser » pendant trois minutes, puis la chose s'est dissoute dans l'obscurité. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p.123) 1977, 1 juillet ITALIE, base de l'OTAN à Aviano (Ponderone) La base l'OTAN, Aviano était fermée pour une parade en préparation. A 3 heures du matin le garde USAF observe un étrange objet planant au-dessus de la zone connue sous le nom de 'Victor Alert", où, dans un grand hangar, se trouvaient deux avions, jets de combat, encore secrets. L'objet apparut comme une toupie de 45 m en diamètre et en rotation très bas au-dessus de ce hangar. La partie supérieure en coupole portait des lumières vertes et blanches éclairant la surface de l'objet. Le garde sonna l'alerte et une équipe militaire arriva sur les lieux. Ils encerclaient la zone et lançaient un appel au radar, afin de voir si l'objet pouvait être ciblé. Mais cependant, pour une raison mystérieuse, il n'y eut plus d'électricité sur la base et les radars ne purent entrer en action. Alors que l'incident était rapporté plus tard aux quartier général de l'Otan à Bruxelles, les chercheurs ufologiques furent éconduits et on leur disait qu'il s'agissait en fait de la méprise dans l'observation de la Lune brillant au-dessus des nuages bas! (CISU) 1977, juillet CHINE, Caoyu (Nanxian) … notre travail terminé, mes camarades et moi étions sur le chemin du restaurant où nous allions souper, lorsque, ayant levé la tête et contemplé le ciel, j'ai vu deux assiettes lumineuses collées ensemble, dans le ciel noir. Les regardant plus attentivement, j'ai trouvé qu'elles ressemblaient fort à deux crêpes avec en commun un point de contact. Elles flottaient comme deux feuilles mortes au-dessus de la vallée. Elles montaient, descendaient, avançaient et s'arrêtaient, tout en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre. Enfin elles se mirent à monter en suivant une ligne spiroïdale et disparurent dans l'obscurité de la nuit. . (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres ». éd. Mercure de France, 1983, p.129) 1977, juillet CHINE, Caoyu (Nanxian) A peine arrivé sur le palier du deuxième étage du bâtiment abritant nos bureaux, nous avons vu à travers la fenêtre donnant sur l'écluse, un objet brillant au-dessus de la rivière large d'un kilomètre. Cet objet était aussi grand que les plus grandes cuvettes existantes. Il tournait lentement, en silence, et il était entouré d'un anneau grisâtre semblable à celui de Saturne. L'objet se trouvait à 40° au-dessus de la surface de l'eau et suivait le cours de la rivière. Quand il arriva sous l'immeuble qui domine la rivière, près des
78

bateaux, nous l'avons bien distingué. C'était une sphère un peu allongée et son anneau était composé de dix petites boules lumineuses de dimension identique, disposées à intervalles égaux. Pour être plus exact, ces boules n'étaient que des soucoupes minces, lumineuses. Peu après la formation se mettait à tourner plus vite et plus haut dans le ciel, et brusquement tout disparut. . (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres ». éd. Mercure de France, 1983, p. 129, 130) 1977, 12 juillet PORTO RICO, Quebradillas Une petite entité casquée, habillée de vert, possédant une queue. Dans son dos elle portait une boîte munie de lumières rouges et bleues. Cette boîte se souleva et l'entité s'envola. Les témoins observèrent les lumières de la boîte au-dessus des arbres. Là, elles furent rejointes par d'autres lumières identiques, comme si une autre entité l'attendait. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 348) Un père et sa fille étaient chez eux quand ils virent passer sous le fil de clôture, une petit entité qui s'approchait de la maison. Le père pensait que c'était un enfant et demanda à la fille d'allumer les lumières extérieures. Ceci avait pour conséquence d'alerter l'entité qui tourna les talons. Elle mesurait environ un mètre à 1 m 10 de haut, était habillée de vert, pieds y compris, et un casque ayant une partie transparente devant le visage Une antenne était fixée sur lui, sur le dos une boîte arrimée à sa ceinture, et l'entité avait une queue. L'étranger passa de nouveau sous la clôture, pressait quelque chose sur la ceinture, et s'envola à la manière de Superman, vers des lumières clignotantes plus loin. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 39) 1977, 25 juillet USA, Lindley (New York) Vers 23 heures, Donald entendit un bruit provenant de la porte et comme il se dirigeait vers celle-ci, il vit à 1,50m de là un humanoïde d'à peu près 1,20 m de haut. Il était habillé de clair pour le haut et de foncé pour le bas. Donald prit une lampe de poche et le revolver et sortit pour éclairer la créature. Près d'un arbre, non loin de là, sa lampe éclaira un Ovni qui envoya promptement un rayon lumineux sur Donald et son épouse, qui rentrèrent précipitamment chez eux.? Il avait un mal de tête terrible, ses oreilles bourdonnaient et il se sentit engourdi. Ce témoin dit avoir vu 6 ou 7 Ovni et un tas d'humanoïdes: il les entendait même marcher sur le toit de sa maison dont un volet d'aération fut même soulevé. Entre eux ces êtres baragouinaient une langue étrange. Tout ce manège dura près de six heures et ne fut fini qu'à 5 heures du matin. (International Ufo Reporter vol. 2 n° 9 - 1977) 1977, fin juillet, début août ITALIE, Venise Des enfants âgés de 8 à 10 ans jouant au Lido, voient passer à 30 mètres du sol une énorme boule de feu précédée d'un brouillard. En quelques secondes elle disparut en versant au sol des fragments incandescents ressemblant à des braises. (CISU, Notizie Ufo n° 48) 1977, août BRÉSIL, ile de Colares, region delta de l’Amazone. Cette petite ile de 2000 habitant a connus une véritable invasion en cette année précise qui a touché la grande majorité de ses habitants et qui a duré des mois. Voici cette histoire peu connu dans notre hémisphère occidentale canadienne et américaine. D’étrange phénomènes ont débuté dès août et les habitants de cette partie du Brésil ont surnommé cela Chupa-Chupa. Pratiquement toute les catégories d’Ovnis ont apparu dès cette période; des gros, des petits, des cigares, des lumineux, d’autres ternes, des boules rougeoyantes, mais ce qui les caractérisait tous c’était le fait qu’il envoyait des rayons lumineux directement sur les témoins comme si ils allaient à
79

la pêche. Touché, les gens s’évanouissait et manifestait par la suite une légère amnésie, des marques de brûlure et des plaies perforantes. Les témoins affirmait par la suite que c’était comme-ci ce rayon lumineux leur enlevait une partie de leur sang.

Voici un cas parmi des centaines qui ont véçu ces fait documentés par l’Air Force brésilienne;
Manoel Epirito Santo, âgé de 20 ans et possédant une instruction primaire, leur a dit que le 12 octobre 1977 à 23:30, il était devant son habitation en compagnie de ses amis Julio, Paulo, Deca et Carlito, quand il a vu une lumière jaunâtre se déplacer de l'Est vers l'Ouest. Dans la distance, elle ressemblait à une étoile de couleur jaunerougeâtre, elle changeait sa couleur de jaune lumineux en rouge. Sa vitesse a diminué et c'est venu planer stationnaire à approximativement 20 mètres du groupe des témoins. Plus proche maintenant, l'objet est apparu comme un cylindre vertical jaune-rougeâtre, avec une certaine sorte de tube rougeâtre de moindre diamètre endessous, finissant avec une lumière rouge, et un tube plus mince dépassant à angle droit d'un flanc du cylindre. A l'avant, il y avait une partie bleuâtre et lumineuse, d'aspect transparent. La dimension de cette "fenêtre" ou le diamètre du cylindre a été estimée comme entre 1.20 et 1.40 mètres.

Manoel a indiqué qu'il a alors perçu qu'il y avait deux entités d'aspect humain à l'intérieur, un être qui était un "homme" occupait le côté gauche et une "femme" était du côté droit de l'engin, séparés de l'un l'autre par quelque "division". Tous les deux avaient des sortes de lunettes, protubérantes, de formes différentes, et apparemment d'un équipement d'intercommunication, des écouteurs sur la tête. L'entité de la gauche a mis ses mains vers ses "lunettes" comme pour observer plus attentivement le groupe de gens, et au même moment, l'autre, par le tube plus mince dans le flanc de métier, a dirigé un faisceau lumineux de couleur rouge dans la direction du groupe. Quand Manoel a été directement frappé par le faisceau de lumière, ou ce "feu", il a senti une forte secousse qu'il a décrite comme semblable à une décharge électrique, commençant dans ses pieds, allant jusqu'à la tête et ensuite ses bras et jambes étaient paralysés et il est arrivé à un état qu'il a décrit comme semi-conscient. Finalement, l'engin s'est écarté, accélérant graduellement, droite vers le haut avec un mouvement onduleux jusqu'à atteindre une certaine hauteur, et Manoel a de nouveau pu bouger, se sentant néanmoins comme engourdi pendant quelques minutes encore. Sans aucun bruit, le cylindre a fait quelques manoeuvres étranges et est parti. Le personnel militaire a obtenu un dessin du témoin, montrant de façon détaillée l'engin, ses manoeuvres d'approche et de départ en détail; ils ont adapté ce dessin et l'ont joint à leur rapport officiel.
80

Les autoritées Brésilienne ont pris très au sérieux cette menace et ont institué une enquête officielle par les militaires qu’ils ont nommé OPERATION PRATO"l'opération soucoupe" ; realisé par l'Armée de l'Air Brésilienne sous le commandement local de la région; quelques mois plus tard, le gouvernement brésilien a déclassifié 2000 pages de rapports concernant ces ovnis.

Selon l’Air Force, 35 témoins furent blessés et durent être soigné. Généralement, l’arrivé de ces soucoupes provenait généralement du nord et dans d’autres cas émergeait directement de la mer. Novembre 1977; le docteur Wellaide Cecim Carvalho, le physicien en charge de l’unité sanitaire de l’île Colares qui a pris en charge 35 personnes blessés par ces apparitions, décrit ce qui suit; elle a pris des échantillons de sang et après analyse a écrit dans son rapport ce qui suit; les victimes souffrent d’hypertermia, de maux de tête chronique, de brûlure due a une forte exposition a la chaleur, de nausée, de tremblement du corps, de vertige, d’asthésie, et présentes de très petits trou sur la peau ou a probablement frappé le rayon lumineux. Toute ces personnes souffrent de lésion au visage ou bien a la poitrine. Les lésion ressemblent a quelqu’un qui a exposé a une radiation. Plus tard, les victimes perdent leur cheveux et des parties de leur peau tourne au noire sans qu’elle ne ressente de la douleur; juste une simple impression d’une bouffée de chaleur. Les victimes sont autant masculin que féminin et d’âge variées sans aucun modèle apparent. La description révélé au docteur sur ce rayon conduit a ceci; dès qu’ils sont touché par ce rayon, les victime sont immédiatement immobilisées commeci un lourd poid appuyait sur leur poitrine; le rayon avait environ 7 ou 8 centimètre de diamètre et était de couleur blanche. Quand les victimes essayaient de criée, aucun son ne sortait de leur bouche; cependant leurs yeux étaient libre sur son orbite. Dès que le rayon vous touchait, cela faisait penser a une brûlure de cigarette. La plupart des symptoses ont disparus après 7 jours. Durant l’investigation, l’Air Force a obtenu 4 film et une centaine de photos des résident qui était très collaboratif vu leur état de panique. L’Air Force a aussi offert le service de psychologue a la population afin de rassurer celle-ci et programmer le patrouillage aérien avec des équipes d’hélicoptère. Lors d’une de ces patrouilles aérienne, un hélico a même été forcé a aterrir par l’un de ces rayons. L’Air force n’a pas voulu commenter l’évènement. Sr. Sebastião V. Miranda, un résident de l’île a affirmé que l’Air Force était resté sur l’île 35 jours consécutif et avait déployé de nombreux instruments scientifiques partout sur l’ïle. Les résidents ont aussi remarqué que l’occupation de l’Air Force brésilienne était aussi accompagné par plusieurs étranger ne parlant pas la langue de la région. L’équipement que l’Air Force avait amené sur l’ïle par hélicoptère avait aussi fortement impressionné les gens de ce petit hameau naguère plutôt ennuyeux et monotone. Durant cette vague Chupa-chupa, plusieurs nouvelle zone d’apparition sont apparu dans la région;
Pinheiro et São Bento dans l’État Maranhão, puis Viseu et Bragança dans l’État du Pará. Certain ont atteint un tel point de saturation qu’il ne se passait pas une seule nuit sans qu’il y ait apparition d’ovni. Un de ces épicentres était la baie appelé Baía do Sol (Bay of the Sun) et avait un effet direct sur l’ïle de Mosqueiro, la plus importante 81

dans la municipalité de Belém. La nuit, des équipes de volontaires organisait des feux de joie ainsi que d’artifice afin d’éloigner les ovnis. Rien n’y fit; même l’Air Force avec ses caméras hi-tech pointé vers le ciel de même que les hordes de journalistes du Estado do Pará! Il y avait fréquemment des vaisseaux mères qui laissait échapper des horde d’ovni qui faisait des manœuvre aérienne étourdissant au-dessus de la baie. Selon Pratt, un membre de GUA (Amazonian Ufological Group) basé a Bélem; je connais au moins 10 mort qui ont une connection directe avec une rencontre rapproché d’ovni. C’est un sujet que peu d’Officiel ose avoué.

Il y a eu tellement d’action extraordinaire qui sont apparu durant ces mois d’occupation que cela dépasse parfois de loin la science fiction. Raconter l’histoire de tous ces témoins serait beaucoup trop fastidieux aussi je publie ci-dessous deux sites bien documenté sur ce phénomène, avec rapports officiel et photos de ces ovnis.
http://ufo-blogg.blogspot.ca/2012/04/colares-brazil-ufo-invasion-1977.html http://ufologie.patrickgross.org/htm/colarespress02.htm

Je conçois que les personnes qui n’ont jamais entendu parler d’ovni ou ne se sont jamais documenté a cet effet peuvent croire que cela est trop vrai pour être réel. Cependant, les faits sont évidents et témoignent que ceci n’est pas de la science fiction ou un Hoax découlant du net. Rien de mieux pour se faire une idée que d’aller sur ces sites hyper-documentés. 1977, 30 août ITALIE, entre Sturgo et Frigento Rocco Cirullo et Michele Giovanniello, tous deux étudiants et âgés de 24 ans, roulent vers 00 h 30 sur la route reliant Sturgo à Frigento. Dans les buissons ils aperçurent des lumières rouges et vertes et intrigués, s'arrêtaient et sortaient de voiture. Un son modulé et continu fut perceptible. Ils virent alors une silhouette aux reflets blancs argentés, articulée comme un humanoïde d'abord immobile, faire deux pas en leur direction. Epouvantés les témoins remontèrent en voiture et partirent vers le village. Ils mirent d'autres personnes au courant et revinrent sur les lieux vers 01 h 00. Les lueurs, le son étrange et la silhouette étaient au rendez-vous. L'impression était tellement forte que les témoins effrayés retournèrent se cacher dans la voiture. La curiosité l'emporte et ils retournent sur les lieux. L'humanoïde fait deux pas et c'est à nouveau la fuite éperdue. Dès que les témoins s'enfuient, l'être recule. Ce va et vient se reproduit deux ou trois fois en 15 minutes. Les 5 témoins retournent au village chercher une torche électrique. Ils sont à nouveau sur place entre 01 h 30 et 01 h 40 où tout continue toujours. A. Capobianco se dirige alors lentement vers les broussailles jusqu'à une vingtaine de mètres de la créature et lui envoie un faisceau de lumière de la lampe torche. L'être parut désorienté et deux lumières oranges (à la place des yeux) se mirent à clignoter. Cette réaction épouvanta à nouveau les témoins qui se précipitèrent en voiture dans l'intention d'avertir les carabinieri. En cours de route, craignant le ridicule puisqu'ils n'apportaient aucune preuve de leur aventure, ils décident une dernière fois de retourner sur les lieux. Au sommet d'une colline ils virent comme un cylindre lumineux divisé en bandes verticales, le dessus ressemblant à une coupole. A 02 h 00 ils sont à nouveau sur place: rien n'a changé. A nouveau un faisceau de lampe de poche fut dirigé sur la créature, dont les yeux se mirent à clignoter. Il sembla inviter les témoins à s'approcher et indiqua d'une main le ciel. Aussitôt après du sommet de sa tête sortit un intense rayon de lumière blanche qui illumina les alentours et aveugla les témoins. Cet être haut d'environ 2m, ne tourna jamais le dos aux témoins et ne fléchit pas les genoux. Vers 03 h 15 les témoins rentraient au village pour chercher d'autres témoins, mais en vain. Revenus ensuite sur les lieux à 03 h 30, il n'y eut plus rien à voir, l'obscurité régnait sur la colline. (Inforespace n° 48 de 1979, p. 16 à 19) 1977, 20 septembre URSS, Petrozavodsk Aux environs de 4 heures du matin une énorme étoile s'est mise à briller, envoyant des faisceaux vers la terre. Etendue telle une méduse au-dessus de Petrozavodsk, elle s'est arrêtée couvrant la ville d'une
82

multitude de faisceaux de lumière qui faisaient penser à la pluie. Peu de temps après la luminescence a disparu, la méduse s'est transformée en hémicycle clair et est partie en direction du lac Onéga. Dans la nappe de nuages gris s'est formé un trou semi-circulaire d'un rouge clair au centre et bleu aux rebords. Durée totale: de 10 à 12 minutes. (Boris CHOURINOV: "Les deux faces de l'ufologie en Russie" - mai 1994, p. 16) A 16 heures un gigantesque objet discoïdal apparut, aussi grand qu'un terrain de football. L'Ovni aurait braqué 5 faisceaux sur la ville, illuminant la cité pendant 12 minutes. Des pavés et des vitres auraient éclatés et auraient été calcinés. Youri Gromov rapporta en outre qu'un objet plus petit s'était détaché du premier et que l'un et l'autre s'étaient alors éloignés à travers les nuages. (Johannes von BUTLAR: "Ovni, nous ne sommes pas seuls" - Presses de la Cité 1979, p. 187-188) 1977, 18 octobre SUEDE, nord est de Angermanland. Kurt Nilsson, 35 ans, sur les lieux pour obtenir de meilleures liaisons radio, déclare: "Alors que je me parquais derrière le pylône TV, la liaison avec mon collègue devint si mauvaise que nous avons coupé le contact. Il était 20 h 00. Brusquement je vis un objet de couleur bleu pâle contre une butte dans un creux: c'était un objet avec un dôme, d'environ 2 m de diamètre. Devant l'objet il y avait trois silhouettes en combinaison spatiale: ils étaient debout à ma gauche , à 100 m. Ils mesuraient environ 1 m et grisâtre, très visibles dans la clarté émise par l'objet. J'étais si surpris que j'allumais les phares pour mieux les voir, mais alors tout devint noir, je ne vis plus rien. Pendant une minute rien ne se passa, puis l'endroit s'éclaira comme avant et je pus voir comme avant. J'étais si effrayé que je démarrai pour m'en aller. Après 50 m la voiture s'arrêta et je vis sur la route les 3 personnages, ou 3 autres qui leur ressemblaient. Celui du milieu avait quelque chose en main qui ressemblait à une bêche, quand il tourna cet instrument vers moi les phares s'éteignirent et le moteur s'arrêta. Ce personnage portait la bêche a deux mains, bras croisés et mains posés sur le manche en "T". Ce fut à nouveau l'obscurité complète et je pensais "c'est la fin". Cependant je redémarrai et le moteur reprit, je fis marche arrière, attendit 2 minutes et allumai les phares: plus rien. Neuf ans auparavant, le 12 mars 1969 (voir cette date), une aventure similaire avait été vécue par Kjell Näslund, directeur de la station, quasiment au même endroit. (Skandinavsk UFO information n° 1/1978) 1977, 23 octobre CHINE (lieu non précisé) … au crépuscule, le soleil venait de se coucher et le ciel à l'ouest était encore rouge. A 6 h 30, les combattants de notre unité assis sur le terrain, attendaient le début de la projection d'un film. Soudain un camarde a levé son bras vers l'ouest et a crié « Qu'est-ce que c'est ? » A son cri tout le monde regarda dans le ciel et vit un objet brillant qui volait. Il était énorme, aussi grand qu'un ballon de basket-ball. Son mouvement était celui d'une vis d'Archimède. L'objet se déplaçait lentement, à une vitesse uniforme, tout en tournant dans le sens contraire à celui des aiguilles d'une montre, ovale, surmonté d'un dôme ou de quelque chose y ressemblant. Sa couleur jaune était un peu rougeâtre, sa queue blanche, laiteuse était composée de petites étincelles. Au début, la queue enroulée autour de l'objet brillant était assez large, mais à mesure que l'objet tournait, elle devenait de plus en plus mince. Ce qui nous étonna le plus, c'est que l'objet et sa queue ont disparu tout d'un coup, en même temps. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p. 132) 1977, 2 décembre NOUVELLE-ZELANDE, Wiamata Valley (près de Gisborne) Un fermier vit un Ovni atterrir dans sa cour la nuit. Il était d'un bleu lumineux brillant et à l'intérieur de l'engin la lumière était rouge intense. Deux entités étaient occupées à kidnapper les chiens du fermier, qui fit feu sur ces créatures. Elles lâchèrent les chiens et s'enfuirent. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 345)
83

1978, janvier USA, endroit non précisé Betty Hill a échappé à un accident mortel, grâce à la présence d'un ovni dans le ciel. Elle allait traverser une ligne de chemin de fer, quand elle fut effrayée par une forme volante noire, où pulsait une lumière couleur rouge rubis. Cete chose volait rapidement vers elle, elle s'arrêta, fit marche arrière, et quelques secondes à peine plus tard un train express passait sur les voies où elle s'était engagée. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 61) 1978, 7 janvier FRANCE, Guebling (Moselle) Un ouvrier de 30 ans circulait à 04 h 30 en cyclomoteur sur le chemin reliant Vergaville à Guebling. Il vit à une distance qu'il ne peut préciser, trois boules brillantes à ras du sol, plus gros que des phares de voiture. Une de ces boules s'est détachée du groupe et s'est approché du témoin comme une étoile filante, a éclairé comme un énorme projecteur d'une lumière blanche uniforme si fort qu'il ne distinguait presque plus la route de l'accotement. Il a eu peur et n'a pas regardé par où est partie cette boule. Il ne peut dire si l'engin fit un bruit quelconque, étant casqué. (J.C. BOURRET: "OVNI, l'armée parle" - France Empire 1979 - p. 219 à 219) 1978, 20 janvier BRESIL, Rondonopolis Six jeunes garçons jouaient au football sur une petite place de la ville. Soudain un objet lumineux, ayant la forme de deux assiettes accolées l'une à l'autre, s'est posé près d'eux. Pris de panique, ils s'enfuirent, sauf deux d'entre eux, paralysés sur place. Des êtres descendirent de l'engin et les invitèrent à monter. L'un de ces deux enfants à été retrouvé à 500 km de là, deux heures après sa disparition, revêtu seulement d'un pantalon et transi de froid. L'autre garçon n'a jamais été retrouvé. Le rescapé, Manuel Roberto dit qu'ils furent conduits dans une salle où il n'y avait qu'une chaise ou un banc dont ils ne pouvaient plus se libérer une fois qu'ils y avaient pris place. L'une des créatures montra alors comment en passant la main le long d'un côté de cette chaise ils pouvaient se libérer de cette emprise. Dans cette salle il y avait huit êtres de petite taille avec des visages humains. Pendant l'atterrissage de l'ovni, une panne d'électricité a affecté toute la localité sans que la compagnie puisse en déterminer la cause. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi 1979, p. 22, 109-110) 1978, fin janvier FRANCE, Vernouillet Vers 20 h 15 Mme L observe machinalement le ciel de la fenêtre de sa cuisine. Elle voit alors une forme indéfinissable qui se déplace à une vitesse vertigineuse et s'immobilise instantanément en prenant l'aspect de deux disques lumineux. Les deux disques sont éloignés de 2 diamètres l'un de l'autre. Une bande sombre tangente à la base des disques qui ont un diamètre apparent de 20' d'arc. Par leur couleur, ils rappellent des phares d'automobile. De chacun des disques, un ruban de lumière se dirige vers le sol. Très intriguée, Mme L. réveille son mari qui observe à son tour le phénomène. Après 4 à 5 minutes, les témoins cessent d'observer celui-ci, qui est toujours là, immobile. (Christian DE ZAN : « Guide du Chasseur de Phénomènes OVNI » - éd. De Vecchi 1980, p. 126) 1978, 15 février CANADA, près de Montréal Durant la nuit l'adolescente de 15 ans est brusquement réveillée et s'assied dans son lit. De la fenêtre de sa chambre parvient une forte clarté et elle se sent incapable de bouger. Très près du sol dans le jardin, un étrange appareil lumineux en forme de dôme stationne au-dessus de la neige, immobile. A la base et à son sommet pulsent des lumières colorées. - Tu vas te lever et venir nous rejoindre...
84

- Non ! Ce cri muet elle le hurla mentalement et, une idée, une argumentation fort étonnante la poussa à formuler cette pensée: - Non, je ne viendrai pas car je suis matérialiste, très attachée aux joies banales de la vie. Vous, vous êtes évolués spirituellement et fort éloignés de mes préoccupations. Laissez-moi, la spiritualité ne m'intéresse pas. Après un temps difficile à évaluer - plus d'une heure sans doute - la paralysie cessa et l'engin, avec lenteur, se souleva. Affolée la jeune fille courut réveiller ses parents. Ceux-ci, par la fenêtre, purent voir sans erreur possible le vaisseau qui maintenant à plusieurs mètres du sol, s'éloignait avec ses lumières pulsantes polychromes. (Jimmy GUIEU: "Nos maîtres les extraterrestres" - Presses de la Cité 1992, p. 35 à 38) 1978, février GRANDE BRETAGNE, Killingworth (Tyne and Wear) Linda (pseudonyme) infirmière rapporte l'observation d'un ovni volant entre deux maisons en février 1978. Il y avait un bruit assourdissant, et sa mère se cachait sous les couvertures, convaincue qu'il s'agissait d'un avion sur le point de s'écraser. Mais Linda jeta un coup d'œil par la fenêtre et vit, à quelques mètres à peine, un objet argenté avec une bande de lumières colorées. Elle dit « la chose ressemblait à un boîte de luxe contenant des cigares de grand prix ». (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 31) 1978, 18 avril NEPAL (Stephan Gil) à environ 8 heures du soir, au Népal, dans une vallée au bout d'un lac, nous venions de prendre un bain avec mon camarade, quand, vers l'ouest, j'ai aperçu comme des points très groupés ressemblant à une migration d'oiseaux. mais ils avaient disparu. Quelques minutes plus tard, les fameux oiseaux étaient à nouveau là, dans le ciel. Et d'un coup, les points se sont concentrés en une véritable soucoupe volante. Puis l'objet s'est lentement déplacé. L'objet a pris une forme très vague ; Cela ressemblait à un petit cercle de fumée et a duré environ de 30 à 40 secondes. Soudain, dans le ciel, devant nous, nous avons aperçu un phénomène extraordinaire. De nombreux groupes de points se transformaient en soucoupes, puis en cercle de fumée. Ce phénomène a duré près d'une demi heure. Ces objets en forme de soucoupe se déplaçaient à une vitesse extraordinaire. Nous sentions que nous assistions à quelque chose d'invraisemblable. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p.172) 1978, 10 mai POLOGNE, Emilcin Jan Wolsky, vieux paysan de 71 ans conduisait sa carriole attelée à une mule à travers une forêt proche d'Emilcin ( à 130 km au sud-est de Varsovie). "Soudain j'aperçus deux petits hommes se tenant au bord du chemin forestier. Lorsque ma carriole arriva à leur hauteur je me rendis compte qu'ils n'avaient rien de normal. Ce n'étaient pas des nains, comme je l'avais cru d'abord. Ce n'étaient même pas des hommes, mais des créatures de cauchemar. Comme je suis croyant je crus avoir une vision diabolique. Je me pinçai et me forçai à reprendre mes esprits, mais rien n'y fit, ce que j'avais sous les yeux était bien réel. Ces monstres avaient le visage de couleur verdâtre avec deux grands yeux en oblique. Ils portaient une combinaison d'une seule pièce et des manches sortaient des mains aux doigts palmés." Ces androïdes sautaient dans la carriole sans prendre d'élan et sans effort et lui intimèrent l'ordre de poursuivre sa route. Quelques dizaines de mètres plus loin ils lui désignèrent un petit sentier perpendiculaire dans lequel il engagea sa mule. Parvenu dans une clairière Wolsky, qui n'en croyait pas ses yeux vit un objet étrange, de la taille d'un autobus, flottant dans l'air à quelques mètres de hauteur et animé d'un lent mouvement de tangage, comme une barque sur l'eau d'un lac à peine agité par le vent. "Les deux nains se saisirent de moi et m'emmenèrent au-dessous de l'engin. Une plate-forme en sortit et vint se poser à terre en sifflant. Nous y prîmes place tous les trois et nous fûmes aussitôt entraînés dans les flancs du vaisseau. La salle
85

dans laquelle nous débouchâmes était sombre malgré de nombreux hublots. Elle était absolument vide à l'exception d'une vingtaine d'oiseaux de la forêt apparemment vivants mais figés dans une immobilité complète. Je commençais à m'affoler quand deux créatures pénétrèrent dans la salle portant chacun à la main un appareil émettant un ronflement et des cliquetis. L'un d'eux me fit comprendre par geste que je devais me déshabiller. Quand ce fut fait ils promenaient leurs appareils sur tout mon corps. Puis, ils les rangèrent et je pus me rhabiller. Ensuite je ne sus plus quoi faire. Ils me regardaient en silence sans faire un geste. Timidement je me suis dirigé vers le sas par où j'étais entré. L'un d'eux inclina légèrement la tête et fit comme un sourire. A peine avais-je mis les pieds sur la plate-forme qu'elle me descendit à terre avec le même sifflement. Je pris alors ma carriole et rentrai chez moi sans demander mon reste." (J.-L. B. - Nostra - 23.7.1980) 1978, 28 mai BELGIQUE, Quaregnon (Hainaut) Lieu: une étendue de prairies au pied d'un terril. Quatre chevaux y sont en pâture. Gabriel Stoquart a fini de déverser le picotin dans les auges et s'en va voir les clôtures, du côté des épineux. Le gamin, qui l'accompagnait, reste à caresser les chevaux sur les naseaux et crie tout à coup "Regarde là!". Le témoin aperçoit alors, venant vers lui, une forme grise, comme celle d'une montgolfière dont la toile se dégonfle et qui flotte en oscillant. Mentalement il fait la réflexion qu'ils vont avoir du mal à sortir de cet endroit marécageux. Il change de position pour mieux voir cette chose qui descend, qui est maintenant posée dans ce qu'il appelle le marais. Mais il ne s'agit pas d'une montgolfière constate-t-il médusé. Cette chose se met à vibrer, sa couleur gris sale devient lumineuse, d'un bleu électrique comme on peut voir sur certaines enseignes lumineuses. C'était magnifique. Puis cette chose a glissé légèrement et est monté tout droit à une vitesse vertigineuse. Pendant l'ascension elle était d'une couleur lumineuse blanc-mat. Le témoin et l'enfant n'ont plus traîné sur place et ont rejoint leur domicile. Comme le témoin habite face à la police, il y est entré pour raconter l'événement. Les policiers étaient prêts à rentrer chez eux, vu qu'entretemps il devait être aux environs de 16 heures. Mais deux des hommes ont accompagné le témoin sur place le même jour: ils découvrent sur place des traces de l'atterrissage avec empreintes des pieds de l'engin et une sorte de poudre blanche qui colle sur les végétaux. Le lendemain c'est une équipe de 6 hommes de la police de Quaregnon qui est venue sur les lieux. Des moules en plâtre ont été prises des renfoncements (empreintes), de la poudre - comme du talc - a été recueillie dans des sachets. De la poudre avait souillé les mains d'un des policiers. De retour au bureau, même après s'être lavé les mains, cette poudre lui collait toujours à la peau. Du haut du terril un policier filme les activités avec un Super 8. (Enquête rouverte en 1995 par vog et Thierry WATHELET. Motifs: mort des policiers qui avaient été en contact avec la poudre, mises en cause de la SOBEPS, du GEPAN, de professeurs d'université, d'autorités politiques, de la gendarmerie française… qui toutes auraient fait disparaître les preuves et dont certains alléguent que l'affaire est un canular. Le canular est formellement contredit par 4 inspecteurs de la police communale encore en activité en 1995. 1978, mai URSS, Strokino A 15 heures un docteur ès sciences a remarqué un objet étrange dans une clairière de la forêt, derrière sa maison de campagne. Il s'y est rendu pour mieux voir. Dans la clairière il y avait un objet en forme de cigare de 8 m de long qui touchait le sol d'une extrémité, l'autre étant suspendue à 45° par rapport à l'horizon. Malgré cette position inexplicable l'objet ne bougeait pas. En voulant s'en approcher le témoin a senti la présence d'une barrière invisible et infranchissable à la fois. (Boris CHOURINOV: "Les deux faces de l'ufologie en Russie" - mai 1994, p. 15) 1978, 22 juin CANADA, réservoir Cabonga ,Parc de la Vérendrye Heure: 22 heures 15 minutes. Témoins: Deux (M. Alain Mainville et Louis Roger) Enquêteur: Monique
86

Taillon. Le soir du 22 juin 1978 Monsieur Alain Mainville et monsieur Louis Roger étaient à la pêche au réservoir Cabonga qui est situé dans le Parc de la Vérendrye. Ce réservoir couvre une immense superficie d'eau, et est constitué de nombreuses baies et îles, on y trouve différentes variétés de poissons. Les deux témoins étaient au moment de l'observation à environ d'une demi heure de leur campement près du camping de la Baie Brady, et étaient en train de pêcher dans leur embarcation. Le ciel était entièrement couvert, et il commençait à pleuvoir, l'heure indiquait 22 heures 15 minutes quand tous deux considèrent de lever l'ancre, afin de rentrer à leur campement pour éviter d'être complètement trempés par la pluie. Ils avaient juste parcouru quelques centaines de mètres en direction sud du réservoir quand ils virent soudainement en face d'eux, juste au-dessus de l'eau un énorme disque de couleur rouge vif. Ne l'ayant pas vu venir, car il est apparu tout d'un coup comme on allume une lumière, l'un des témoins Alain, pris de panique arrêta le moteur hors bord. Son ami Louis qui était à l'avant du bateau alluma en toute hâte sa lampe de poche afin de signaler leur présence, car il croyait que cette lumière intense provenait d'une autre embarcation qui semblait leur foncer dessus. Il se jeta ensuite dans le fond du bateau. Quelques instants après, Alain lui cria " éteint tout de suite ta lampe ". En le faisant ils se sont aperçus que l'objet était déjà assez loin devant eux, et ils virent qu'il s'agissait clairement d'un objet volant en forme de disque vu de côté qui avait une couleur rouge intense. Ce disque disparut quelques secondes plus tard à toute vitesse en direction sud-est. L'observation avait duré environ 30 secondes. Le disque en s'éloignant semblait se rétrécir en devenant un peu plus pâle. Il ne faisait aucun bruit. Peu après Louis se tenant toujours à l'avant de l'embarcation distinguait des lueurs comme des rayons sans pouvoir dire quant à leur forme ou à leur couleur. Alain de son côté n'a rien vu de tel. Les deux témoins ont affirmé qu'ils n'avaient aucune envie de revivre un tel événement. (UFO Québec no 25 éd. Gracieuseté Q.I) 1978, 24 juin PORTUGAL, Caxias-Lisbonne A 12 h 45, le témoin ayant fini son travail domestique, observa une grande lumière au-dessus des collines proches de sa maison. Au bout de quelques secondes elle vit l'objet, en forme de disque, passer à 150 m du sol de derrière la colline. Très excitée elle appela son fils. Par rapport à leur position l'objet avançait vers la droite tout en projetant deux faisceaux de lumière rouge dirigés apparemment dans leur direction. Ils eurent un moment de panique. Entre-temps le mari de Laura rentrait à la maison et continua l'observation avec eux. L'objet mesurait près de 200 mètres de long pour à peine 3 m à 3,50m de haut. Il finit par disparaître derrière les autres collines. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço; CEAFI, Lisbonne) 1978, 6 juillet ARGENTINE, région de Maipu Durant la nuit Francisco Nunez et son fils, tous deux mécaniciens, voyageaient à bord d'une toute vieille Chrysler modèle 1933, quand soudain, à leur grand étonnement, le véhicule se trouva dévié de sa route, soulevé dans les airs, tandis que le moteur s'arrêta mais que la radio continuait de fonctionner. Ils se retrouvèrent ainsi "entourés de sensations agréables". Le père, souffrant de surdité, put entendre pendant cette ascension, ce que disait le fils. Ils ressentirent ensuite un grand froid et furent éblouis par des lumières rougeoyantes, ce qui les fit regarder vers le bas. La panorama qui s'offrait révélait être la vision d'une ville inconnue, avec des bâtiments tours accolés entre eux. Il y avait une rue de 5 m de large, une seule; aucune autre rue, aucun arbre, aucune personne, aucun véhicule. Les fenêtres des maisons étaient colorées d'une lueur rouge et les édifices semblaient marron. Cette vision ne dura qu'un court moment, car la Chrysler semblait "voler" très rapidement. Finalement le véhicule se retrouva sur la route, à 9 km du lieu où s'était produite l'ascension, aussitôt touché le sol, le moteur repartit tout seul. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type " - De Vecchi 1979, p. 110, 111)

87

1978, 8, 10 et 12 juillet USA, Butler, Richland County (Ohio) (Source :Patricia Mason - Témoins :Eugene Kline, Theresa Kline and Ken O'Neal Enquêteurs: Ron Schaffner, Earl Jones) La famille Roger Kline vit à la limite de Butler, leur propriété s'étend jusqu'à la voie du chemin de fer et jusqu'à l'orée des forêts. Le 8 juillet, à 23 heures environ, Eugène Kline et Ken O'Neal, tous deux âgés de 17 ans, se promenaient dans les champs quand ils entendirent un bruit bizarre dans les broussailles. En se retournant ils virent une créature inconnue, haute de plus de 2 mètres, avec une énorme tête plus large que le corps et de grands yeux rouges. Ils paniquaient immédiatement et si Ken courait vers la maison, Eugène était cloué sur place, pendant un long moment, avant de pouvoir rejoindre son ami. Le père d'Eugène appela la police, qui vint enquêter sur place. Le 10 juillet, la créature était observée par d'autres résidents de Mansfield. (noms au rapport de la police, mais non divulgués au public) Il était environ 22 heures quand un groupe de jeunes gens faisaient du cross près de la voie ferrée. Ils appelaient la police de Bellville pour affirmer qu'une apparition d'une grande créature noire avec des yeux rouges les avaient effrayés. Les autorités étaient impressionnés par ces témoignages concordants, venant de personnes séparées. Dans la soirée du 12 juillet, Theresa Kline aidait son père a étaler du foin dans l'étable, quand ils entendirent au loin l'arrivée lente d'un train. Quand le train se mit à sonner de la trompe à intervalles courts et longs. Le père rentra et Theresa, curieuse de l'avertissement que fit le train, décida d'aller jeter un coup d'œil. Elle n'était pas allée très loin avant d'apercevoir la silhouette aux yeux rouges. La créature émit une longue plainte aiguë de douleur. Il puait terriblement. Theresa alluma la lampe de poche et la créature se mit à courir. Le shérif averti ne put trouver d'indices physiques de cette créature, et supposaient, avec un scepticisme ironique, que les Kline voyaient quelque animal sauvage sorti des bois. (... ) 1978, 15 août BOLIVIE, Chacez (La Paz) Roberto Rodriguez dormait dans la chambre d'amis de la maison de sa sœur et fut réveillé par un ronronnement. Il descendit du lit et alla voir à la fenêtre. Il était là! Comme le fuselage d'un avion, sans ailes ni queue. De couleur argenté et très poli, comme un miroir. Il y avait une série de hublots tout le long, mais le témoin ne remarqua aucun signe de vie à l'intérieur de l'engin. L'appareil émit une sorte de lumière verte pulsante, semblant provenir de sa base. Il était là, planant. Rodriguez était sur le point d'éveiller tout le monde, mais en un flash, l'engin était parti. (Ufo Roundup vol 2 n° 35 du 14.09.97, Joseph Trainor) 1978, 21 août USA, Paris, US route 30 - à l'est de Minerva (Ohio) (Source :Patricia Mason - Le 21 août à 22 h30, le 22 août à 21 heures, le 23 août à 23 heures, le 8 septembre à 18 heures, le 9 septembre à une heure non indiquée, mais dans la soirée. Témoins: Evelyn Cayton, Howe Cayton, Herbert Cayton, Vicki Keck, Scott Patterson, Mary Ackerman, Becky Manley, Linda Jones et Henry Colt . Enquêteurs: Ron Schaffner, Earl Jones, Jim Carnes Jim Rastetter, Iona Boyce, Barbara Mudrak,(Akron Beacon-Journal) et James Shannon (Stark County Deputy Sheriff) Enquête effectuée les 9 et 30 septembre 1978.) 21 août. : L'observation majeure a lieu le 21 août; Les membres de la famille d'Evelyn Cayton et des amis, se trouvaient sur le pas de la porte quand ils entendent des bruits inhabituels dans la direction de la basse-cour, à la droite de la maison. Regardant dans cette direction, ils voient une paire d'yeux jaunes dans la lueur de la lampe extérieure. Scott Patterson, dont la voiture se trouvait justement bien mise, va allumer ses phares, et tous voient alors une créature bipède de grande taille recouverte de fourrure. La créature marche en direction de la voiture, et toute la compagnie se réfugie dans la maison pour appeler la police de Stark County. Dans l'attente de la police, la créature apparaît à la fenêtre de la cuisine, Patterson sort son pistolet calibre 22, Evelyn charge une 22 long rifle. La créature reste devant la fenêtre durant une dizaine de minutes et est très bien vue à la clarté de la lampe extérieure. Ils décident de ne tirer que si elle
88

bouge. Soudainement elle disparaît. Le Shérif arrive 15 minutes après l'appel soit environ 5 minutes après la disparition de la créature. Une forte odeur plane toujours dans la zone. Shonnan dit aux reporters que cela puait le souffre et l'ammoniac. 1978, 23 septembre. ARGENTINE, entre Viedma et les salines de Pedra Lors du rallye international d'Amérique du Sud avec départ le 17 août, Carlos Acevedo était le conducteur de la Citroën et Miguel A. Moya Herrera l'assistant, remplaçant Hugo Prambs, qui sans donner d'explication abandonna brusquement la course le 16 septembre à Bariloche. Le 23 septembre à l'aube il n'y a plus que 1000 km à parcourir. Ils roulaient à 140 km/h et virent arriver derrière eux, ce qu'ils croyaient être un concurrent, se rapprochant à vitesse vertigineuse avec des phares éblouissants. Soudain la voiture commença à s'élever et tout l'intérieur s'inonda de lumière. Le moteur s'arrêta de tourner. Regardant dehors, ils virent qu'ils étaient à près de 4 m du sol et que la voiture montait toujours. Le volant ne répondit plus. Cela ne dura pas plus d'une minute et ils furent redéposés en douceur sur la route, moteur à l'arrêt. Ils virent alors la lumière s'éloigner, elle avait la forme d'un cône. Sous le coup de la frayeur ils firent encore les quelques kilomètres qui les séparaient de Pedro Luro et relatèrent dans une station service ce qui était arrivé: ils craignirent de ne pas être pris au sérieux, mais on leur dit que cela était déjà arrivé à d'autres automobilistes à cet endroit. Mais voilà les éléments à ajouter à l'énigme: le compteur kilométrique mis à zéro à Viedma, indiquait 50 km. Or, la distance jusqu'à Pedro Luro est de 120 km. Le réservoir d'essence fut rempli à Viedma, et avait une capacité pour parcourir 400 km: or, ce réservoir était à présent vide. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi, 1979, p./ 114, 115) 1978, 3 octobre FRANCE, Mouzon Le témoin, Jean-Pierre Masson, âgé de 19 ans, ouvrier, rapporte les faits suivants : « Cela se passa vers 2 heures du matin. Je venais de quitter ma fiancée demeurant à Mouzon, en empruntant la route départementale CD 19, pour regagner mon domicile à Beaumont, lorsque je fus rendu au lieu-dit « Le Fond de Limon » juste avant la sortie du bois, j'aperçus avec stupeur sur ma droite, une drôle de chose luminescente. Cela ressemblait à une sorte de cigare de couleur verte, mais d'un vert éclatant, très éblouissant. Lorsque je fus parvenu assez près de l'objet, le moteur ainsi que l'éclairage de ma moto cessèrent brusquement de fonctionner et je me retrouvais spontanément plongé dans l'obscurité, si ce n'est que j'eus le temps de constater que la puissante lumière émise par l'objet éclairait le sol et le paysage autour. J'essayais en vain d'embrayer plusieurs fois en profitant de mon élan, mais le moteur ne redémarra pas. L'objet se tenait parfaitement immobile et silencieux, suspendu à environ 100 mètres au-dessus du champ de maïs à environ 50 ou 60 mètres du bord de la route. Après s'être déplacé lentement et parallèlement à la route, l'engin s'élança brusquement en effectuant un virage et franchit la route à peine à 40 m devant moi, à une allure foudroyante, tel un éclair. Lorsqu'il eut disparu au-dessus des arbres sur ma gauche, le moteur et l'éclairage de ma moto refonctionnèrent d'eux-mêmes sans aucune intervention de ma part. Je n'avais pas coupé le contact durant l'observation. » (Jean-Michel LIGERON : « Ovni en Ardennes » 1981, p 112) 1978, 21 octobre AUSTRALIE, Ile de King, détroit de Bass Affaire Valentich. En fin d'après-midi, Frederick Valentich décolle de Melbourne aux commandes de son "Cessna 182". Il se rend à l'île de King. Il a 20 ans et est relativement inexpérimenté pour un vol nocturne. Vers 19 h 06, Frederick Valentich appelle la tour de contrôle de Melbourne Flight Service (M.F.S.). Le contact radio va durer 6 minutes avant d'être dramatiquement interrompu. La conversation a été intégralement enregistrée et largement reproduite dans la presse australienne: Frederick Valentich: Il semble y avoir un grand appareil sous 5000 pieds... M.F.S.: Quel est le type de cet appareil?
89

F.V.: Je ne peux pas le préciser. Il a quatre brillantes lumières, qui ressemblent à des feux d'atterrissage. L'engin vient juste de passer à environ 1000 pieds au-dessus de moi. M.F.S.: Pouvez-vous confirmer qu'il s'agit d'un grand appareil? F.V.: Affirmatif. Etant donné la vitesse avec laquelle il se déplace, peut-il s'agir d'un appareil de la R.A.A.F.? (Royal Austrian Air Force). M.F.S.: Négatif. Confirmez-vous qu'il ne vous est pas possible d'identifier cet appareil? F.V.: Affirmatif... (puis trois minutes plus tard)... L'avion! Ce n'est pas un avion, c'est... (coupure de transmission) M.F.S.: Pouvez-vous décrire cet appareil? F.V.: Il vient juste de passer devant moi. Il a une forme allongée. Je ne peux pas en distinguer davantage...il vient droit sur moi, maintenant...on dirait qu'il est immobile à présent...je tourne en rond et la chose tourne également en rond au-dessus de moi...il a une lumière verte et une sorte de lumière métallique extérieure... Tiens! Il s'est évanoui !... Savez-vous quelle sorte d'appareil j'ai pu observer? Estce un engin militaire? M.F.S.: Il n'y a aucun vol militaire prévu dans ce secteur. F.V.: (19 h 12) Mon moteur commence à tourner au ralenti et à tousser. M.F.S.: Qu'est-ce que vous comptez faire? F.V.: Poursuivre ma route sur l'île King... l'appareil inconnu est maintenant planant au-dessus de moi... M.F.S.: Identifiez-le!... (Ensuite un long bruit métallique se fait entendre, pendant 17 secondes, et le contact avec l'avion de Frederick Valentich est définitivement perdu.) Aucune trace, aucun débris de l'appareil ne furent retrouvés. (rapport CSISOP; Charles GARREAU: "Les Pilotes témoignent: Les OVNI sont parmi nous" Article dans Historia n° 421 - déc. 81 p. 105) Frederick Valentich, aux commandes de son Cessna, signale par radio la présence d'un "avion" au-dessus de lui, qui se rapproche ensuite et fait des cercles autour de lui. Valentich est incapable d'identifier l'objet. Son propre moteur commence à donner des signes de défaillance. Tout contact est alors perdu avec l'appareil et son pilote, dont aucune trace ne sera retrouvée. Disparition volontaire? Accident causé par la désorientation du pilote? (Science et Vie, édition spéciale: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63)## 1978, octobre ITALIE, le long de la côte Durant la vague d'ovni d'octobre 1978 des pêcheurs ont vu se former des colonnes d'eau de 30 m de haut dans la mer calme et ont vu émerger un bref moment, un corps sombre, plus grand que leur bateau. L'objet replongea aussitôt. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 167) 1978, nuit du 10 au 11 novembre KOWEIT Un ovni atterrit près de la ville et reste au sol durant sept minutes sous les yeux des employés d'une station pétrolifère, puis reprend son vol. Toutes les communications téléphoniques et radio sont coupées durant ce temps. (Pierre DELVAL: "Contacts du 4e type" - De Vecchi 1979, p. 54) Selon les quotidiens « Al Qabas » et « Al Watan » il s'agissait d'une masse lumineuse aveuglante. L'objet se posa à proximité d'une station d'écoute de satellites située à environ 50 km à l'est de la capitale . Quatre employés de la société des pétroles ont pu voir, à une distance de 250 mètres, un objet discoïdal de la taille d'un Jumbo Jet, avec un avant-train rétractable et surmonté d'une sorte de coupole au sommet de laquelle brillait une lumière rouge. (Guy TARADE : « J'ai retrouvé la piste des extra-terrestres ». éd. Alain Lefeuvre 1980, p. 221) … un ovni cylindrique avec une coupole et des lumières rouges clignotantes, atterrit mais ne laissa aucune trace. ) (« Dossiers OVNI », éd. Marshall Cavendish, Paris 1998, Hors série, p.41)

90

1978, fin décembre TIBET, plateau Qinghai Un soir, à 9 heures environ, un ouvrier est sorti de la tente, a vu un phénomène jamais rencontré et a crié Tout le monde est accouru et a vu en effet un énorme croissant, long de plusieurs dizaines de mètres. Il était d'un bout à l'autre argenté et jetait une lumière très intense. En montant et en descendant, il avançait rapidement dans le ciel comme un bateau au fil du courant. A ces deux extrémités pointues, il y avait deux lumières particulièrement brillantes. Nous n'avons entendu aucun bruit, ni senti le souffle provoqué par son mouvement. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 136) N: "Les messagers du cosmos" - Laffont 1980 - p. 201) 1978, URSS, Le vétérinaire V.G. Paltsev, sur sa tournée à 500 miles de Moscou, se trouva nez à nez avec un engin au sol. Trois petits humanoïdes avec des têtes en forme d'œuf, avec de longs doigts aux mains, se trouvaient debout près du véhicule. Comme le vétérinaire voulut s'en approcher il fut mis knock-out par une force étrange. Quand il se réveilla, il constata que sa montre s'était arrêtée. Au-dessus de lui la forme d'un disque couleur de feu était en train de disparaître. Le Dr. Paltsev retourna chez lui, continua à travailler comme si rien n'était arrivé. Mais la nuit, très souvent, il rêvait qu'il avait été monté à bord de l'engin pendant qu'il était inconscient. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 36) 1978 URSS, sud de la Russie Le Dr. A.I. Nikolav, professeur en histoire respecté, a dû être hospitalisé pendant trois mois pour se rétablir de sa rencontre rapprochée. Avec trois de ses collègues il était en vacances, campant dans le sud de la Russie, lorsqu'ils ont découvert un objet en forme de disque, métallique, partiellement caché dans les hautes herbes. L'une des quatre personnes a lancé quelques pierres vers l'objet : les cailloux semblaient disparaître dans l'engin. Tous les quatre se sentirent alors sous l'influence d'une force étrange. Nicolaev perdit conscience, les autres, malgré qu'ils furent chancelants et faibles, l'emportèrent tant bien que mal. Tandis que deux collègues restaient avec l'homme inconscient, le troisième partit à la recherche de secours. Les deux amis restés en sentinelle, s'endormirent, comme par enchantement. A leur réveil il y avait là deux petites silhouettes, hautes de moins d'un mètre, en tenues d'astronautes et coiffés de casques. Voyant que les terriens se réveillaient, les deux extraterrestres se dépêchèrent vers leur engin. L'objet luisait comme du feu en disparaissant dans le ciel. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 37) 1979, USA, DULCE, LA GUERRE DU NOUVEAU MEXIQUE: Branton explique: « Les Aliens refusent de déclarer les personnes qu’ils enlèvent. La « Delta Force » intervient pour leur faire libérer des scientifiques qu’ils ont pris en otage sur l’Area 51, lourdes pertes chez les forces humaines (66) ainsi que chez les Gris». La réalité dépasse de loin la fiction /NDA. CECI N’EST PAS DE LA FICTION. VOIR CI-DESSOUS LES PERSONNES EN AUTORITÉ QUI ONT SIGNÉ CE RAPPORT. Suivre le lien qui y est mentionné.

91

Edited by: CAPTAIN MARK RICHARDS Published by: Earth Defense Headquarters edhca.org Condensed and re-edited by 'BRANTON' with the permission of E.D.H. Toute l’histoire du raid raconté ici; site= http://www.astradome.com/dulce_battle_report.htm
1979, 3 janvier AFRIQUE DU SUD, Mindalore, Krugersdorp (Transvaal) Meagan Quezet et son fils André virent un ovni atterrir; 5 ou 6 entités en sortirent; elles parlèrent entre elles dans une langue incompréhensible. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" Guild Publishing London 1989, p. 351) Un ovni atterrit près de sa maison et en sortirent une demi douzaine de petits hommes noirs. C'était vers minuit, elle venait de prendre son fils André, 12 ans, pour faire un tour, car le garçon n'arrivait pas à dormir. Ils virent arriver une lumière rouge du ciel. Et soudainement, ils se trouvaient à moins de 40 mètres face à l'engin qui avait atterri sur la route et tout près 5 ou 6 petits hommes à peau noire. L'un d'eux portait la barbe et semblait être le chef. « Je lui dis « hello » dit André, mais je n'ai pas compris ce qu'il m'a répondu. Je me suis encouru pour aller chercher mon père. » A ce moment les entités ont sauté en l'air, à 1 m 50 environ, et ils ont disparu par une porte dans l'engin. Cette porte a coulissé pour se refermer, et les pieds d'atterrissage, de longs tubes métallique, se sont étendus. L'appareil a disparu en l'air accompagné d'un petit bourdonnement. De chaque côté de la porte l'appareil portait de brillantes lumières roses. Les entités portaient des uniformes blancs ou légèrement roses et des casques blancs. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p.46, 47) 1979, 4 mars URSS, Chernyakhov Alexander Podkopaev rentrait du foin dans la grange lorsqu'il aperçut au sommet d'une colline distante de 500m, deux dômes brillants. Sous une impulsion soudaine il posa sa fourche et se mit à courir dans leur direction. Il était encore à une centaine de mètres quand il vit l'un des dômes se couvrir d'une lueur violette et s'élever verticalement dans l'air puis s'éloigner à vitesse fantastique. Malgré son inquiétude, mais poussé par la curiosité, utilisant des couverts et rampant le long des taillis, l'étudiant (en vacances dans la datcha de ses parents) parvint sans encombre à quelques dizaines de mètres de l'objet qui n'était pas posé au sol, mais flottait à un mètre de hauteur environ. "Je n'en cru pas mes yeux. C'était trop fou pour être crédible. Devant moi, quatre créatures naines se tenaient devant la soucoupe. Elles avaient les bras et un buste d'une taille à peu près normale, mais des jambes minuscules. Ils étaient accroupis près de
92

l'engin et semblaient occuper à étaler des objets métalliques brillants sur le sol. Ils portaient des combinaisons grises parsemées de petits points noirs et un casque conique de couleur bleu argent. Une sorte de masque respiratoire couvrait le bas de leur visage et de grosses lunettes dissimulaient les yeux. Tout à coup ils se tournèrent dans ma direction. L'un d'eux leva un bras. Il était si long qu'il doublait presque sa taille. Ils ramassèrent les objets et j'avais l'impression qu'ils rentraient dans l'engin à travers les parois. Je les vis encore quelques instants dans le dôme par transparence. Une lueur verte recouvrit l'engin et il ne tarda pas à décoller." (J.-L. B. - Nostra - 23.7.1980) 1979, fin du printemps CHINE, Klamayi (désert de Gobi) … un jeune ouvrier qui gardait le réservoir a remarqué, avant le lever du soleil, un objet ovale argenté posé sur le désert de Gobi, à l'est du réservoir. Cet énorme objet lumineux 'envolait, atterrissait, sans aucun bruit ni nuage de poussière. Il téléphona tout de suite au Q. G. des champs pétrolifères , qui à son tour alerta l'unité de l'armée populaire stationnée dan cette localité. Armés de chars et de canons, les soldats de cette unité allèrent immédiatement à l'est du réservoir. Quand ils furent arrivés là, ils virent l'objet brillant se poser encore sur le désert ; ils se dispersèrent aussitôt pour encercler l'objet inconnu. Les gens s'approchèrent de plus en plus de l'objet qui avait une surface brillante et lisse et ne faisait aucun bruit. Au grand étonnement de tous, l'objet insolite décolla et, à une vitesse vertigineuse, monta comme un éclair dans le ciel, verticalement. Lorsqu'il s'éleva on ne sentit pas de souffle d'air, l'herbe et le sable sur le sol ne bougèrent pas. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 137, 138) 1979, 28 juillet CHINE, lieu non précisé … à 5 heures du matin je faisais des exercices physiques sur le terrain de sport. Soudain une boule de feu est montée dans le ciel au-dessus de la montagne. Elle était trois fois plus grande que la pleine lune, se trouvait à 500 m d'altitude, se déplaçait lentement en direction du sud. Quand elle est arrivée au zénith, une deuxième boule de feu a jailli de la première qui tout de suite est devenue une couronne de lumière et peu à peu s'est effacée dans le lointain. La deuxième boule de feu, aussi grande que la première, a craché à son tour une troisième boule de feu semblable et la deuxième répéta ce qui s'était passé pour la première et disparut à son tour dans le lointain. J'ai vu en tout sept boules de feu qui se succédaient et au bout de quelques minutes, le phénomène s'est dissipé complètement. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 138) 1979, 11 août MALAISIE, Lumut A partir du 11 août et pendant quelques jours des étudiants virent la nuit trois créatures velues, hautes de 3 m environ, avec des yeux rouges. Les jeunes témoins dirent que ces entités disparaissaient, comme "devenant de l'air". (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 342) 1979,18 août CANADA, Ottawa, Ontario L’avion, un Cherokee Warrior, avec un pilote et des passagers, volant a 40 milles au nord-est d’Ottawa, capitale du Canada, et a une altitude de 4000 pieds lorsqu’ils se sont aperçu qu’un aile de l’avion réflétait une étrange lumière rouge. Soudainement, l’indicateur de vitesse indiquait zéro et les contrôles de l’avion était coincés ou détraqués, cependant l’avion continuait à voler normalement. Le pilote et les passagers ont regarder par les hublots pour trouver une explication des reflets rouges sur les ailes ou la panne des contrôles. Ils ont alors vu une immense boule d’énergie tournoyant sur elle-même et radiant une lumière blanche et verte sur les cotés. Ils ont estimé le diamètre de cette boule a environ 300 pieds. La boule était
93

directement au dessus de l’avion et volait dans la même direction qu’eux. La panne des instruments de contrôle a duré entre 5 et 8 minutes, jusqu'à ce que cette boule s’éloigne d’eux à grande vitesse. 1979, 26 août CHINE, Chengcun (Anhui) De 22 h 45 à 22 h 50 on a vu un objet volant inconnu dans le ciel. C'était une navette gigantesque, en flammes, dont la tête cylindrique avait un diamètre angulaire de 1,5° et la queue 0,5°. Tout l'objet était rouge comme une barre de fer retirée du feu. Seule la partie inférieure de cette navette paraissait un peu sombre. L'objet volait à une vitesse plus lente que celle d'un avion de ligne. A vue d'œil il se déplaçait à une hauteur de 200 m du sol. Silencieusement, se déplaçant horizontalement, la navette à survolé le campement d'une unité de l'armée provisoirement stationnée dans ce village, puis à coupé la route de Daba et, ayant fait un virage de 180°, elle a rebroussé chemin allant dans la direction d'où elle était venue Quand elle arriva au niveau du flanc de la montagne on la vit monter lentement dans le ciel, éclairant la montagne qui devint toute rouge. Puis elle franchit le sommet pour disparaître en un clin d'œil derrière la montagne. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 139, 140) 1979, septembre GRANDE BRETAGNE, Felling (Tyne and Wear) Une jeune femme de 23 ans, au lit, vit vers les 4 heures du matin, un disque en forme de cloche scintillante, entrer dans la pièce. « Il y avait un bourdonnement tout partout, dit-elle aux enquêteurs, et je me sentais paralysée. Alors 12 créatures apparurent, petites, comme des poupées. Elles émettaient des bruits ressemblant à un cliquetis et semblaient m'observer. L'une d'elles m'a touchée. Puis elles ont disparu ». (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 31, qui cite Jenny Randles du FSR) 1979, 5 ou 9 novembre GRANDE BRETAGNE, Livingston, Lothian (Ecosse) Robert Tayler, 50 ans, ouvrier forestier, père de 7 enfants, se trouvait avec son chien setter sur la colline Dechmont. Il eut dans les narine une odeur chimique et s'avançait vers une clairière pour voir de quoi il s'agit. Il y avait là un engin qui ressemblait à un vaisseau extraterrestre. Soudainement deux « extraterrestres » en émergeaint. Ils ressemblaient à des « mines » ou à des roues avec des bras. Ils arrivaient lentement d'abord, puis accéléraient et l'attrapaient par les jambes (ou plus tard il y eut des marques). Le forestier tenta de se débattre mais perdit conscience. Quand il se réveilla, l'engin et les « choses » étaient partis. Taylor atteignit sa station wagon garée plus loin, mais elle était embourbée et il l'abandonna, rentrant à pied. Quand la police vint sur place, le moteur de la voiture tournait toujours, Taylor, dans sa panique ne s'en était pas rendu compte. (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 73, qui date du vendredi 9 novembre) 1979, 11 novembre ESPAGNE, Palma de Mallorca-Ténériffe-Las Palmas (en vol) A 22 h 47 la Supercaravelle de la TAE décolle de Palma de Mallorca à destination des Canaries(vol JK297) avec 109 touristes autrichiens et allemands. Aux commandes le pilote Javier Lerdo de Tejada, le mécanicien Francisco Javier Rodriguez et Luis de Luque Torre. A 23 h 05 le centre de contrôle de vol de Barcelone lui demande de se mettre sur la fréquence de secours. A 23 h 08 l'équipage fait part au centre de contrôle de vol de Barcelone de la présence d'un engin non identifié sur sa gauche . Quelques secondes plus tard l'ovni commença à se rapprocher fort de la Supercaravelle: il avait environ deux fois la taille d'un Jumbo et présentait deux puissantes lumières rouges à ses extrémités. Entre 23 h 08 et 23 h 16 le gigantesque objet se maintint à la hauteur de l'avion s'en approchant à 100 ou 200 mètres, le commandant estima ces manœuvres si dangereuses qu'il obligea les passagers à boucler les ceitures et qu'il fit savoir "qu'il ne pouvait continuer à voler et se détournait sur Valence". A 23 h 50 l'avion atterrit à
94

l'aéroport de Manises. Pendant les deux heures qui suivirent plus de 40 témoins attestent la présence de trois lumières très étranges qui restent immobiles au-dessus de la zone des combustibles de l'aéroport. A 2 heures du matin décolla un Mirage F 1 en état d'alerte de la base aérienne Los LLanos à Albacete, piloté par le capitaine Fernando Camara. Il resta 1 h 45 en vol et tenta d'intercepter trois objets volants non identifiés . Le premier ovni fut repéré et poursuivi par l'aviation de chasse en direction du sud-sudest. Le second vers l'Aragon et le troisième vers les îles Columbretes jusqu'à Mahon. Entre 2 h 30 et 3 h un habitant de Soller (Mallorca) parvint à photographier un ovni dans la zone du mont de l'Ofre. Les deux photographies furent saisies par l'armée de l'air. (Inforespace n° 89 p. 25 et 26) (Roger BOAR et Nigel BLUNDELLL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p.176) 1979, 25 novembre CANADA, près de Montréal A 3 h 30 du matin le témoin quitte Lachute pour rentrer chez lui où il devait normalement arriver à 4 h 15. "A mi trajet un bruit indescriptible me heurta l'esprit et perdura pour le restant du trajet. C'est dans une courbe à seulement quelques kilomètres de ma résidence que "quelque chose" se produisit. (...) Je me souviens d'avoir observé un objet très brillant avec des lumières rouges, vertes et bleues disposées symétriquement sur l'engin volant. L'ovni serait apparu sur ma droite, se préparant à me couper la route à la sortie de la courbe. Je suis alors entré dans une espèce de nuage bloquant la route. J'en suis sorti presque instantanément pour aller donner sèchement contre un panneau de signalisation routière. Je suis alors sorti de mon véhicule pour inspecter les environs et vérifier les dégâts. Rien de majeur ne m'empêchait de reprendre la route. Je désirais rapidement quitter cet endroit maudit qui ne me plaisait nullement. J'ai alors roulé pendant au plus 5 minutes et je suis rentré à ma résidence. Ma surprise fut grande lorsque je constatai l'heure: il était 5 h 45." (Jimmy GUIEU: "Nos maîtres les extraterrestres" Presses de la Cité 1992 - p. 22 à 26) 1979, 9 décembre FRANCE, près de Dijon Observation d'une soucoupe près du sol par un pilote (9 décembre 1979) Enquête du GEPAN/SEPR4 et témoignage devant le comité Ancien lieutenant-colonel de l'armée de l'Air, Jean-Pierre Fartek (F) est, au moment des faits, pilote de Mirage III au sein de la 2ème escadre de chasse de Dijon. Aujourd'hui F est pilote dans une compagnie privée. F habitait, et habite toujours, dans le même village à proximité de Dijon. Sa maison est située au bout d'un lotissement donnant sur les champs. A environ 250 m se trouve un bouquet d'arbres d'une hauteur moyenne de 15 m au maximum. Le 9 décembre 1979 vers 9 h 15 du matin, F et sa femme observent un objet insolite (appelé M par la suite) dans le champ avoisinant leur maison ; la météo et la visibilité sont excellentes. M, dont ils estiment les dimensions à 20 m de diamètre sur 7 m d'épaisseur, est en vol stationnaire à 3 m de hauteur environ devant le bouquet d'arbres qu'il masque en partie. En parfaite concordance avec sa femme, le témoin F le décrit comme :- ayant la forme de deux soucoupes superposées aux contours très nets, renversées l'une sur l'autre, ne présentant ni hublots ni lumières, étant de couleur gris métallique sur la partie supérieure, et plus foncée (bleutée) sur la partie inférieure, avec une séparation parfaitement délimitée entre le dessus et le dessous de l'engin. Cette différence de couleur ne pouvait pas être due à une différence d'éclairage, compte tenu de la position du soleil, animé de façon permanente de très légères oscillations, dont la fréquence n'était pas très rapide, comme quelque chose recherchant l'équilibre, ne faisant aucun bruit, ne causant aucune turbulence au sol ni lors du vol stationnaire, ni au moment du départ, n'ayant laissé aucune trace sur le sol. Après un temps d'observation qu'il apprécie difficilement, F voit M osciller plus fortement, il a l'impression que M s'incline un peu vers l'avant (comme le fait un hélicoptère après le décollage en début de translation horizontale). F voit M partir à l'horizontale, à très basse altitude, sans bruit, sans laisser de traînée, à très forte vitesse et disparaître à l'horizon en quelques secondes. F a témoigné à la gendarmerie de l'Air de la base aérienne de Dijon. Il croit savoir que d'autres personnes ont observé le phénomène sans oser aller témoigner, notamment ses
95

voisins et leurs enfants qui auraient fait la même observation. Cette observation, d'un pilote professionnellement bien averti des phénomènes aéronautiques, n'a jamais reçu d'explication. (Rapport COMETA, 1999) 1979, 13 décembre CHINE, province de Zhejiang, Lanxi Deux camionneurs roulant en convoi, virent sur la route, en deux endroits différents, des silhouettes étranges. C'étaient des entités mesurant environ 1m 40 de haut, portant casque et combinaison spatiale, portant sur le dos un appareil empaqueté muni de tuyaux. Quand l'un des chauffeurs de camion sortit pour aller les voir de plus près, elles disparurent. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 322) 1979, 30 décembre CHINE, Hun-Ming (Sichuan) ou Yun'nan ? L'astronome Zhang Zhouseng de l'observatoire de Yunnan, s'avisa de la présence d'un objet volant insolite à 7 h 40 du matin. Quelques minutes plus tard des dizaines de témoins s'amassaient pour observer à leur tour. La vitesse de la chose était phénoménale et elle évoluait sur angle de 30° dans le ciel. En raison de cette vitesse il était difficile de se faire une idée exacte de la forme de l'objet. La partie arrière se divisait en une sorte de trident aux couleurs jaune et rouge. La forme entière était en gros semblable à celle d'un arc électrique avec une longitude approximative d'une dizaine de degrés par rapport à la voûte céleste. Sa luminosité contrastait avec la pureté du ciel matinal (Gilles DANJOU - Nostra - 18.11.1982) .. ; nous observions le ciel clair à l'Observatoire de Yun'nan. Soudain les astronomes découvrirent à 20° du zénith, un objet bizarre volant d'ouest en est. Sa vitesse était semblable à celle d'un avion à haute altitude. Nous n'avons pas pu distinguer la forme de son nez, car l'objet se trouvait très haut dans le ciel. Ce qui nous frappait le plus, c'est que derrière lui, on observait trois courants de particules matérielles en flammes., très brillantes, de couleur rouge-jaune. Vu de loin, cet objet ressemblait ) un arc électrique, de longueur angulaire 10° A ce moment là le soleil n'était pas encore levé, un objet d'une telle luminosité, surgissant dans le ciel d'un azur profond, offrait un spectacle vraiment magnifique. Durant notre observation nous n'avons entendu aucun bruit. A en juger par sa façon de voler, on aurait pu prendre cet objet pour un avion. (à par les astronomes de l'Observatoire, il y avait encore d'autres témoins.)… (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 142, 143) 1980 Steven Spielberg réalise le film « Rencontres du 3ème type », ayant pour conseiller principal, l’ancien debugger de l’USAF, l’astronome Dr Allen Hynek. Celui-ci ayant passé vingt ans à dénigrer les témoignages d’Ovnis sous les ordres de US Air Force se rebelle et démissionne de l’Air Force. C’est alors qu’il tente de convaicre des représentants de l’ONU d’organiser une vaste enquête internationale sur les ovnis avec l’aide de scientifique réputé, mais cette demande inusité restera lettre morte. Par après il deviendra l’un des plus ardent défenseurs du phénomène ovni avec l’ancien ingénieur aéronautique, le Commandant Donald Keyhoe. 1980, début d'année BRESIL, Tres Coroas Au début de l'année 1980, les 30.000 résidents de la ville de Tres Coroas, au sud de Rio de Janeiro, ont vécu la plus étrange concentration d'ovni jamais constatée ailleurs. Durant 20 jours des boules de feu suivaient les voitures, des flammes firent éruption à l'improviste n'importe où sans provoquer des incendies et des escadrons d'objets volants de formes bizarres volaient au-dessus de la ville à des vitesses variées. Un objet en feu suivit la voiture de Joao Jose de Nascimento quand il retournait chez lui tard le soir « J'avais l'impression que c'était en train d'essayer de me capturer, dit-il. J'avais très peur. » Arrivé chez lui, son fils Vicente lui raconta qu'ils avaient vu « un oignon volant » dans le ciel, avec des lumières
96

vertes, oranges, bleues. Antonio das Gacas Santos, de la police militaire, se dépêcha d'aller voir ce qui se passait chez le voisin, dont le jardin était violemment éclairé. « J'y vis clairement une créature, ressemblant à un être humain, avec les bras étendus. Je ne vis aucun détail physique, mais j'entendis comme un faible cri, ressemblant à celui d'un chiot. Mon voisin toucha la créature, et tomba en arrière, choqué. J'avais peur, mais c'était une peur pas naturelle, j'en ai encore la chair de poule quand j'y pense. » (Roger BOAR et Nigel BLUNDELLL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 135) Compilation de 214 témoignages pour l’année 1980, par Albert Rosales, ufologue Brésilien; http://www.ufoinfo.com/humanoid/humanoid1980.shtml 1980, 21 janvier PORTUGAL, Matosinhos Le témoin, employé à l'hôpital de cette ville, observait une lumière blanche projetée par un ovni vers la cime d'un arbre. La couronne de feuilles semblait être attirée vers cette lumière. L'ovni avait la forme de la planète Saturne. (collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço) 1980, 4 avril USA, près de Redding Jane et Clint examinaient la route qui avait été construite à travers leur propriété. Ils se retournaient pour redescendre vers l'ouest. "Il y avait un petit être sur la route et son oeuf (ovni à forme ovale). Il était à moins de 8 m de nous. Il fit 4 pas dans notre direction, je posai ma main sur mon pistolet, il se retourna et repartit dans l'autre sens. Il portait un habit gris. Il ne laissa pas de trace, l'oeuf non plus. Clint ne pouvait pas bouger non plus. L'être s'évanouit et l'oeuf s'éleva dans l'air et tourna vers l'ouest. Nous avons observé sa partie arrière, elle s'ouvrait comme la porte d'une remorque qui sert à transporter des chevaux. Il mesurait environ 1 m 20 et il était frêle (...) (note: Clint décéda d'une crise cardiaque le 10 juin 1980) (Jacques VALLEE: "Confrontations" - Laffont 1991, p. 246, 247) 1980, 9 avril FRANCE, Kembs (Haut Rhin) Vers minuit Patricia Dzimba fut suivie par un objet lumineux alors qu'elle rentrait chez elle en voiture. Paniquée la jeune femme se précipita vers l'habitation la plus proche où M. et Mme Ludwizak qui l'accueillirent, virent l'objet se rapprocher encore. "C'était un losange, silencieux et immobile, grand comme un avion, avec deux lampes blanches clignotantes". Après de longues minutes l'objet daigna s'éloigner pour disparaître vers le sud. (Jean-Marie DOUCHET - Nostra - 21.1.1982) 1980 Sonde spatiale Voyagers de la NASA proche de saturne.

A gauche; Ovni de la grosseur de notre lune, métallique et dirigé par une force intelligente, orbitant autour des anneaux de Saturne. Celle de droite est inimaginable; de forme cigare, elle est en travers des anneaux de Saturne et ses dimensions sont = 2000 milles de long X 400 milles de diamètre; on suppose
97

qu’elle fait l’extraction de minéraux contenus dans les anneaux. Ces photos n’ont jamais été dévoilé par la Nasa. Ref; www.projectcamelot.org 1980, 9 avril HONG KONG Une femme appelée Ye a vu cet objet. Elle l'a vu apparaître à 3 h 25 le matin, au sud est du quartier de Dapu. Elle dormait seule avec sa fille; elle avait laissé une partie des fenêtres de son appartement ouvertes. Au milieu de la nuit, le vent s'est levé et elle a voulu fermer les fenêtres. A ce moment là elle a vu l'objet aussi gros qu'une grande cuvette, suspendu dans le ciel. Cet objet ressemblait à deux assiettes renversées l'une sur l'autre. Il tournait sur lui-même en restant sur place. « Il y avait beaucoup de nuages, mais on pouvait tout de même bien distinguer le tournoiement de cet objet. Il jetait une lumière jaune très intense. Sur le bord de l'objet il y avait une zone noire et une autre blanche. Vingt minutes après, l'objet jaune a traversé les nuages et s'est perdu dans le lointain, mais à travers les nuages on pouvait encore distinguer sa lumière jaune. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 143, 144)

1980, 11 avril Ciel du Pérou Oscar Santa maria est pilote dans l’armée de l’air péruvienne. Il est 7 h 15 du matin quand plus de 1800 soldats en service aperçoivent au bout de la piste de décollage un objet ressemblant à un ballon (non autorisé à pénétrer dans l’espace aérien). Ils pensent tous à ce moment-là qu’il s’agit d’un espion, Oscar Santa maria reçoit aussitôt l’ordre de décoller et d’abattre l’objet. Il tire plus de 64 obus sur la cible avec ses canon de 30 mm, mais les balles semblent glisser et même passer à travers l’objet. Oscar Santa maria ne comprend pas pourquoi cet objet n’explose pas, c’est alors que ce dernier prend de l’altitude, Oscar Santa maria se lance donc à sa poursuite, mais à chaque fois que le pilote arrive proximité, l’objet prend de nouveau de l’altitude dans de périlleuses manœuvres. Alors que le pilote enclenche sa Postcombustion (ce qui consiste à mettre le feu au carburant pour augmenter la vitesse), l’ovni grimpe de plus belle et le distance à nouveau. Le pilote le suit à plein régime, c’est à ce moment-là que l’ovni stop net et se retourne contre Oscar Santa maria pour le prendre à son tour en chasse. Cette manœuvre est IMPOSSIBLE. En effet, comment un objet volant peut-il s’arrêter en plein ciel, rester immobile et repartir à pleine vitesse ? De plus, la force G tuerait sur le coup le pilote. Oscar Santa maria surement sous le choc commence à perdre le contrôle de son appareil, de plus, il est allé à une altitude bien trop élevée. Le Sukoy22 a un plafond maximal de 60,000 pieds. Audélà il n’est plus opérationnel. Il décide donc de rentrer à la base. Des ovnis observés par des pilote émérites ont été vue à 10402 reprise; on évalue a 10% seulement les pilotes qui ont le courage de témoigner de ces rencontres. 1980, 7 mai USA, Redding (Californie du Nord) L'observation avait eu lieu de 21 h 05, heure de la sortie du cours de karaté, à 22 h 10, heure à laquelle elles arrivèrent chez les amis. Une femme qui roulait en voiture dans une rue de Redding, accompagnée
98

de ses deux filles (15 et 14 ans) et d'une autre fille de 13 ans, avait été effrayée par une bouffée soudaine de fumée ou de brouillard qui enveloppa sa fourgonnette. Tous les bruits semblaient avoir cessé autour des 4 femmes tandis qu'elles "flottaient" à l'intérieur de ce nuage. Inquiètes elles se rendirent chez des amis dès qu'elles sortirent du nuage. Elles découvrirent qu'elles avaient "perdu" 30 minutes, temps pendant lequel elles ne pouvaient pas rendre compte de leurs activités. Pendant les heures qui suivirent elles souffrirent de réactions physiologiques diverses et le jour suivant des marques, ressemblant à d'étranges piqûres apparurent sur la peau de deux des filles. Elles avaient fait des rêves dans lesquels des hommes pointaient vers leurs têtes diverses sortes d'armes. Les témoins rapportèrent le cas à la police qui leur conseilla de s'adresser à une organisation privée de recherches sur les ovnis. (Jacques VALLEE: "Confrontations" - Laffont 1991, p. 102 à 113) 1980, 13 mai BELGIQUE, Eben-Emael Près de l'intersection des frontières avec les Pays-Bas et l'Allemagne, à proximité du canal Albert, la champignonnière est située quasiment dans un lieu militaire stratégique et les galeries établie dans les cavernes de la montagne. Vers 10 heures le propriétaire des lieux se trouve en sortant dans la cour de l'exploitation (environ 20 m x 15 m), nez à nez avec un objet circulaire d'un diamètre de 5,20m environ, planant à 50 cm du sol. Du dôme de l'engin un escalier se déroule jusqu'au sol et un homme sort de làhaut, descend l'escalier et reste immobile au pied de l'engin. Deux autres hommes font de même et le trio se dirige vers le témoin. Ils ont l'apparence absolument humaine, le visage pâle, les yeux légèrement bridés et une stature d'environ 1,60m. Ils portent une combinaison verte. Un des personnages dit (ou s'exclame) "Qu'est-ce qu'on fait ici". Le brave témoin explique comme si c'était une question posée, qu'il cultive des champignons et demande s'ils en veulent. Ils en veulent. Flanqué des trois visiteurs le témoin va dans la cave et prend un cageot de champignons qu'il veut leur offrir. Mais le meneur du trio ne veut qu'un seul champignon du tas. Dès que le champignon est posé dans sa main il fait demi-tour et les trois individus rejoignent leur machine, grimpent l'escalier, et la machine décolle très vite en direction des Pays-Bas. Finalement la gendarmerie de Bassenge est prévenue et le témoin interrogé. Dans l'après-midi il reçoit la visite de deux militaires en uniforme bleu marine, qui lui font comprendre "qu'il vaut mieux qu'il n'ait rien vu". Ces militaires parlaient le français avec un accent liégeois. (enquête et contre-enquête de J.L. Vertongen, Frank Boitte et d'autres) (note de vog: La base secrète de l'OTAN Cannerberg, la 2e ATAF Joint Operation Center, est située sur la commune de Maastricht, à la frontière belge. C'est une base souterraine, enfouie sous une montagne qui compte 85 km de galeries et qui a accueilli entre 1960 et 1992 plus de 4000 militaires de plusieurs pays. Que fait-on dans cette base? C'est top-secret, mais comme cela a été dit dans la presse hollandaise en 1995 "les militaires y travaillaient dans le domaine des communications" - extrait de l'article "Soldats contaminés, Cannerberg. Il y avait de l'amiante dans cette base secrète de l'OTAN installée à deux pas d'Eben Emael..." de Jean Michel Crespin) 1980, 16 mai CHINE, Pékin … très tard dans la nuit je suis sorti dans la cour pour respirer l'air frais. Alors j'ai constaté soudain que le paysage devenait très clair tout à coup. J'ai vu immédiatement un objet rouge orange flotter au-dessus du toit de la maison en face de moi. Je me sentais effrayé par cet objet étranger venu inopinément. A première vue, cet objet paraissait ovale, ressemblant bel et bien à un fer (à repasser) électrique chauffé au rouge. Ce fer rouge suspendu dans le ciel de Pékin s'est mis à zigzaguer de sud ouest au nord ouest. Il volait lentement, son gros nez un peu soulevé et il n'y avait pas de traînée derrière lui. On ne savait à quelle altitude il se trouvait, il ne faisait aucun bruit; il était composé de plusieurs bandes lumineuses de formes hémisphérique. D'apparence ovale au début, il se révéla peu à peu comme étant un cône dont le contour net était enveloppé par une couche de brume jaunâtre; il était grand comme deux fois la pleine lune, mais nettement moins lumineux; entre le dôme et le corps principal, il y avait une ceinture de lumière blanche. En un clin d'œil il dépassa l'agglomération et le toit des maisons devant moi m'empêcha
99

de continuer l'observation. Je l'ai vu pendant trois minutes, la pendule marquait 1 h 14 du matin du 16 mai. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p 144, 145) 1980, 14 juin URSS, Moscou De 23 h 50 à 24 h 30 (soit 00 h 30 le 15 juin) une demi-lune de couleur rouge-orange suivie par une traînée lumineuse apparaît au-dessus de Kalinin au NO de Moscou, survole Klin, Moscou où elle stationne pendant 5 minutes, Ryazan à 180 km au sud, puis Gorki à l'est où elle s'arrête également pendant 5 minutes pour disparaître enfin en direction de l'est à Kazan. Durant son passage les vaches mugissent, les chiens aboient et la population est paniquée. Des Migs prennent l'air pour essayer, en vain, de la contacter. Des milliers de Russes contemplent pendant 40 minutes cet énorme vaisseau qui est visible sur un trajet de 800 km parcouru à une vitesse évaluée à 1500 km/h. D'après les calculs de l'astronome Félix Zigel, le diamètre de la partie centrale de l'engin est de 120 mètres et son altitude moyenne de 90 km. Il change souvent de vitesse et d'altitude et expulse de temps en temps des objets plus petits qui se répandent dans le ciel. Deux de ces petits objets sont vus à Moscou. Le lieutenant colonel Karyakin remarque une soucoupe d'environ 4 m de diamètre qui reste suspendue pendant 2 minutes en bourdonnant à 30 m au-dessus de sa maison, puis elle dirige vers le sol 3 jets de lumière bleu-verte et s'envole en quelques secondes. Un autre témoin aperçoit dans l'engin une petite silhouette en combinaison spatiale. A Certanovo, banlieue sud de Moscou, un dirigeant de la Télévision nommé Koeshov distingue une masse sombre et bourdonnante posée dans la rue, avec un petit homme tournant autour. Quelques instants plus tard une lumière aveuglante passe devant sa fenêtre et sa femme ressent une sensation de brûlure aux bras sur lesquels des plaques rouges apparaissent puis disparaissent. (JeanFrancis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy TREDANIEL 1995, p. 67, 68) 1980, 16 août AUSTRALIE, près de Melbourne (Source: témoignage personnel de Frank Scott, daté du 07 Jul 92 23:44:00 ) "Il y a 12 ans d'ici j'étais militaire en Australie, j'étais officier de signalisation. C'est là que je "crois" avoir fait une rencontre rapprochée ainsi que d'autres officiers avec deux petites créatures. C'était arrivé ainsi: le 16 août à 14 heures, il y eut un "vaisseau" d'apparence rond en interférence diathermique sur les fréquences SHF. Tout à coup il y eut un grand branle-bas de combat et nous devions (à six) partir en jeep vers la zone de l'apparition visuelle. La chose était longue de 170 mètres, large de 50 à 60 mètres et de forme cylindrique. Un faisceau lumineux intense descendait du cylindre jusqu'au sol et il émit un bourdonnement qui semblait faire vibrer l'air. En nous rapprochant nous remarquions qu'il y avait un petit humanoïde dans ce faisceau de lumière. Il ne semblait pas y avoir un engin qui avait porté l'humanoïde jusqu'au sol: il était là, seul. Nous nous regardions l'un l'autre dans la jeep, nous étions tous armés et considérant que nous étions dans une position défensive, l'ordre était d'armer et de nous tenir prêt à tirer.. Cependant, nous n'y arrivions pas: les pièces de nos armes semblaient soudées ensemble. Puis il y eut soudainement un terrible bruit, "comme un bruit blanc" et... je me suis réveillé à l'infirmerie. Toute cette affaire me perturbe assez, car je n'arrive pas à savoir ce qui a pu se passer. Je voudrais rencontrer des personnes ayant vécu à Melbourne des situations analogues durant leur service. Frank Scott. 1980, août USA, endroit non précisé (cfr : 1961 19 septembre, 1978 janvier : Betty Hill) Betty Hill voit un ovni atterrir à côté de la route. Trois silhouettes en émergent. « Je fis demi-tour pour les regarder de plus près, mon bras à heurté le klaxon, dit-elle. Au bruit du klaxon les entités ont disparu. » (Roger BOAR et Nigel BLUNDELL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 61) 1980, 6 septembre
100

CHINE, prov. De Jiangsu. C'était dans la nuit, vers 23 heures, le 6 septembre 1980, alors que nous étions en train de faire des exercices militaires nocturnes dans la campagne près de notre caserne. Soudain, un combattant à découvert qu'un engin volant luisant planait dans notre direction. A ses cris nous avons levé la tête et nous avons tous vu un objet rond comme une crêpe lumineuse, voler lentement dans l'air. Gros comme une assiette, il brillait, tout rouge, et était suivi d'une queue brillante d'un mètre. Une chose rouge et ronde avec une traînée lumineuse sur le fond bleu du ciel, quel magnifique spectacle ! Cette traînée changeait continuellement de couleur l'objet se trouvait à 200 mètres d'altitude et sa vitesse était à peu près la même que celle d'un avion de ligne. Deux minutes après, l'objet accélérant subitement sa vitesse, brilla beaucoup plus fort qu'au début et sa traînée devint éblouissante. Il disparut en un clin d'œil, mystérieusement. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres » éd. Mercure de France, 1983, p. 62) 1980, 30 septembre AUSTRALIE, près de Rosedale (Victoria) Un garçon de ferme, de garde la nuit auprès du troupeau, vit un ovni bombé voler au-dessus du paddock. Il n'avait ni ailes, ni queue, mais était garni de lumières oranges et bleues. Il mesurait environ 5 m de diamètre. L'objet planait au-dessus du réservoir à eau, avant d'atterrir dans le paddock. L'ouvrier se rendit sur place à mobylette et en se rapprochant il entendit un bruit sifflant tandis que l'air devint glacial, l'obligeant à s'arrêter. Il restait donc à environ 15 m de l'objet, qui s'envola dans un bruit strident, lui envoyant une bouffée d'air chaud. Au matin l'aire d'atterrissage était clairement marquée et le réservoir à eau était délesté d'environ 10.000 gallons (45.000 litres). (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 311) (Source: Australian Post: August 5, 1989, Melbourne; Denise Dalgliesh) George Blackwell, 48 ans à l'époque. Je regardais par la fenêtre pour voir de quoi il s'agissait et j'ai cru qu'un avion en détresse allait s'écraser dans le paddock. J'ai sauté dans mes vêtements et je suis sorti. C'était une nuit de clair de Lune et j'ai bien vu l'engin. C'est alors que j'ai réalisé qu'il n'avait pas d'ailes.. Il était surmonté d'un dôme et faisait environ 3,5m de haut pour 8,50m de long et portait des lumières bleus et oranges. Il volait à peine à 2 mètres du sol au-dessus du paddock et descendit encore à hauteur du réservoir à eau, y planant quelque temps avant d'atterrir. Je me demandais ce qui se passait et si c'était une nouvelle manière de venir voler du bétail. J'allais voir là, tout près. En ouvrant la grille du paddock j'ai reçu un terrible choc électrique. Je ne pouvais plus bouger, juste rester debout là à regarder cette chose. C'était en forme de cloche avec un petit dôme tout au-dessus. Je n'ai vu aucune porte, aucun rivet, aucune vis, rien que des hublots éclairés. Pendant des mois le bétail refusait d'entrer dans ce paddock. (Source: Australian Post: August 5, 1989, Melbourne; Denise Dalgliesh) 1980, 23 octobre USA, Clifton (Arizona) Un objet aussi grand qu'un terrain de football, perçu comme un cordon de lumière en forme de triangle, s'arrêtait, se déplaçait, s'arrêtait de nouveau au-dessus d'un terrain de sport où les jeunes répétaient le soir. Les 110 membres de l'orchestre et de 30 à 40 parents furent témoins. La chose disparut au moment où la répétition se terminait. Peu avant cela cinq ouvriers d'une fonderie de cuivre à 1,6 km à l'ouest de l'école l'avaient vu: muni de douze feux rouges et d'un grand phare à l'avant. L'objet plana à un moment audessus d'une cheminée d'évacuation (haute de 180 m) et parut diriger son phare à l'intérieur. Il s'éloigna, s'élança vers le sud, s'arrêta brutalement, fit demi tour et revint planer au-dessus de la fonderie et audessus d'une grande mine à ciel ouvert. (Bob PRATT - USA) 1980, octobre MEXIQUE, région de Toluca Anton Rinheiro en compagnie de son épouse et d'une autre personne, circulait dans une région désertique à une trentaine de kilomètres de Toluca. Soudain le moteur du véhicule cala sans raison apparente. Un
101

éclair de teinte bleuâtre vint zébrer l'air à quelque 50 mètres de la voiture. Les trois occupants virent un objet de forme conique reposant sur le sol à l'aide de 4 pieds. Des "choses" de forme conique elles aussi, pourvues de sortes de tentacules brillants en sortirent. Elles s'affairaient durant une vingtaine de minutes devant les yeux ébahis des témoins qui les virent amasser pierres et végétaux. Après quoi ces "choses" réintégrèrent l'appareil qui s'en alla comme il était venu. (Jean-Marie DOUCHET - Nostra - 28.1.1982) 1980, 11 novembre ESPAGNE - en vol Harcèlement de sept avions de ligne par un Ovni vert brillant. L'histoire se passe au-dessus d'un territoire important qui va d'un point situé sur le delta de l'Ebre à un autre point situé en mer à hauteur de Gerone.L'appareil Iberia réalisant le vol 350 Barcelone-Athènes aperçut un ovni à 100 km environ à l'est de Barcelone. L'avion taxi immatriculé FBXAK eut son contact à 200 km à l'ENE de Barcelone. L'avion de la compagnie Transeuropa qui relie Palma de Mallorca à Bordeaux l'aperçut à une centaine de km de Barcelone au sud du Reus. Dans les trois cas l'ovni (ou les ovnis) se trouvaient au-dessus de la mer. Le vol Iberia 810 Barcelone-Asturies était à 170 km de Barcelone en direction de l'ouest, un appareil anglais de la compagnie OM volait à 140 km à l'ouest de Barcelone lorsqu'il eut son contact. En même temps un ovni fut aperçu de la tour de contrôle de Barcelone à proximité d'une des pistes, il y fit du rase-mottes, s'éleva et disparut à vitesse vertigineuse. Ces incidents qui obligèrent le pilote de la ligne BarceloneAsturies à exécuter un piqué de 400 pieds pour éviter une collision, eurent lieu à partir de 19 heures. C'étaient des boules verdâtres qui se déplaçaient à une vitesse très importante. Dans certains cas les boules vertes se sont transformées en 5 objets plus petits, après être passées de la queue au nez de l'avion où ils paraissaient "éclater". (Inforespace n° 78 p. 26 et n° 89 p. 26, 27) 1980, 12 novembre FRANCE, Marseille Une sorte de boule, d'une luminosité intense tendant vers le vert émeraude et laissant un sillage coloré vint survoler l'agglomération du nord au sud avant de se perdre à l'horizon à très grande vitesse. Au centre de contrôle régional de la circulation aérienne, on indique que cette lumière avait été signalée également par des commandants d'avions de ligne se trouvant au-dessus de Marseille, Nice, Carcassonne et Bordeaux. (Jean-Marie DOUCHET - Nostra - 21.1.1982) 1980, 18 novembre USA, Trenton (Missouri) Durant toute la soirée des centaines de personnes ont vu un objet triangulaire de grande dimension se déplacer lentement, allant et venant à plusieurs reprises au-dessus d'une région de 16 km de large et ce durant une période de 4 ou 5 heures. Une fois il fut observé visuellement et par radar. (Bob PRATT USA) Parmi les centaines de gens, il y avait trois policiers observant un objet en forme de bulle qui croisait à travers les nuages pendant quatre heures. Cet objet à fait marche arrière dans le ciel. L'objet était énorme car certains témoins le comparaient à un terrain de foot, tandis qu'un autre dit que le bombardier B52 n'aurait été qu'un Piper Cub comparé à l'objet. Ce témoin, Don Leslie estimait que l'objet ressemblait plutôt à un gros cigare, voyageant haut dans le ciel d'est en ouest. Quand il passait à l'aplomb un faible ronronnement était perceptible. Juste avant de disparaître il éjecta six autres objets en forme de nageoires, qui partirent chacun de leur côté. Randy Hayes vit également la chute des « satellites ». « Ils étaient ronds et luisaient d'une lumière bleue. Le grand objet était tellement grand, qu'une partie des étoiles n'était plus visible ». Rick Hull prit une photo et obtint sur le cliché un triangle fait de lumières, ensemble formant une sorte de boomerang. Buddy Hannaford et sa femme l'ont observé aux jumelles et Karla (l'épouse) dit que l'objet était de forme delta ou triangulaire, avec deux lumières blanches et un bulbe rouge sur la base. Il passait à l'aplomb de leur maison. Le radar de l'aviation fédérale à Kirksville a décelé l'objet qui passait à 4 ou 5 reprises dans la zone, et avait une vitesse d'environ 45 mph. (Roger BOAR et Nigel BLUNDELLL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p. 125)
102

1980, fin d'automne CHINE, Tangxian (Hébei) «Pékin Soir» Selon une source inconnue, des soldats d'une unité de Tangxian, ont vu un objet lumineux comme la lune. L'objet volant crachait du brouillard dans tous les sens. Il resta suspendu dans l'air pendant quelques secondes, puis, tout en jetant une vapeur dense, il prit de la hauteur pour se tenir immobile encore une fois dan l'air pendant un certain temps avant de monter une nouvelle fois tout en éjectant de la vapeur et ainsi de suite jusqu'à sa disparition définitive. Croyant que c'était quelque chose d'hostile, le commandant a ordonné à ses hommes de poursuivre l'objet insolite. Les motocyclistes ont parcouru une dizaine de kilomètres, et comme les chemins montagneux étaient très difficiles, ils durent abandonner leur poursuite… (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres » éd. Mercure de France, 1983, p.60) 1980, 14 décembre CHINE, Pékin .. à 5 h 35 de l'après-midi, Fu Lingsong, Yu Lian, Qiu Jianhua et moi nous nous sommes promenés … Nous avons soudain vu un objet volant tout blanc monter au-dessus de la crête de la colline. Cet objet ressemblait à un cône, la partie inférieure était plus grande que la partie supérieure. Au fur et à mesure de son ascension, son dôme devenait de plus en plus net. Il était rond, entouré d'un halo bleuâtre, mais le cône était toujours argenté. Il est resté dans notre champ de vision durant 30 secondes et a disparu. Puis le cône est réapparu trente secondes après. Il était plus grand que le poing, il montait et descendait, remontait et redescendait en zigzaguant dans le ciel, cela dura trois ou quatre minutes, et il s'effaça soudain définitivement. (Jing Xingxing) (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 154) 1980, 14 décembre CHINE, Pékin … dans l'après midi nous étions en train de prendre des photos dans le jardin de Yuanmingyuan. Nous avons vu tout à coup dans le ciel un nuage rouge-jaune avec un noyau brillant qui était à peine plus gros que le poing. Ce nuage se dirigeait lentement vers le nord. Au bout d'un moment, le noyau brillant a lancé vers le haut un faisceau de lumière rouge, tout en avançant et en descendant (de temps en temps le noyau brillant lançait vers le haut et vers le bas deux faisceaux de lumières rouges) Puis ce point brillant vola en direction du nord-ouest jusqu'à disparition. Nous avons regardé nos montres qui marquaient respectivement 5 h 33, 5 h 34 et 5 h 36. (Li Jianrong, Zhang Jianguo, Sun Lin) (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 155) 1980, 14 décembre CHINE, Pékin (Dong Hongbiao) Wang Yancheng et moi nous avons vu un ovni le 14 décembre 1980 à 5 h 32 de l'après-midi environ; mon frère et moi pêchions au bord d'un réservoir de l'usine sidérurgique de Shijingshan. Il faisait alors relativement clair, il n'y avait pas encore d'étoiles. Mon frère a vu soudain un objet lumineux gros comme le poing se diriger vers nous. J'ai levé la tête et j'ai vu au nord un objet brillant au-dessus de la montagne. Aussi brillant que le phare d'une locomotive, cet objet blanc-violet était en forme de sphère. Peu après cet ovni a pris une position verticale et il a commencé à cracher de la vapeur blanche par sa base, mais on n'a pas entendu de bruit. En deux ou trois secondes il est monté à plus de 3000 mètres devenant alors petit comme une noix. Il resta là immobile pendant trois minutes. Puis il se remit en mouvement en direction du nord, horizontalement, 5 km plus loin, il descendit verticalement et disparut derrière la montagne à l'ouest. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p.156)
103

1980, 27 décembre GRANDE BRETAGNE, Woodbridge (Suffolk) Vers 03 h 00, deux policiers de sécurité USAF en patrouille, virent une lumière inhabituelle à la sortie arrière de la RAF Woodbridge. Il leur fut donné la permission d'aller voir, car ils crurent au crash d'un avion. Trois hommes furent envoyés, à pied. Ils rapportèrent avoir vu un objet lumineux, d'apparence métallique et de forme triangulaire, à 2/3 mètres de la base, et à 2 m d'altitude. Cet objet illuminait toute la forêt d'une lumière blanche. L'objet lui-même avait une lumière pulsant rouge à son sommet et une (des) bande (s) de lumière bleu sur le dessous. L'objet planait de manière stationnaire, ou se trouvait sur des pieds. Quand la patrouille s'approchait, l'objet manoeuvrait entre les arbres et disparut. Pendant ce temps, les animaux de la ferme voisine étaient en "délire". L'objet fut brièvement revu une heure plus tard, à nouveau près de la sortie arrière du camp. Le lendemain, trois dépressions de 1 1/2" de profondeur et de 7" en diamètre, furent trouvées à l'endroit où était aperçu cet objet. Le lendemain (29 décembre 80) la zone fut passée au crible pour détecter d'éventuelles radiations. Des lectures de Beta/Gamma de l'ordre de 0.1 milliroentgens étaient enregistrées, avec un maximum dans les 3 dépressions et au centre de cellesci. Un arbre proche montrait une lecture modérée (.05-.07) sur le flanc tourné vers les dépressions. (document FOIA) 1980, 28 novembre ANGLETERRE, Todmorden (Yorkshire) Le policier Alan Godfrey circulant sur Ferney Lee Road se voit barrer la route par un objet ovoïde de 10 m, flottant à quelques mètres au-dessus de la chaussée. Ce témoin expérimenta un saut dans le temps (jumping time) de quelques minutes, de sorte que lorsqu'il parvint à rassembler ses idées, l'objet avait disparu. Des confrères de travail du même service de police arrivés sur les lieux de l'observation peu de temps après l'incident, constatent qu'à l'endroit ou Godfrey prétend avoir observé l'objet, la chaussée qu'une pluie abondante avait détrempée, étaitparfaitement sèche. Soumis à une séance d'hypnose quelques semaines plus tard, le témoin rapporte une histoire inouïe;se vit barrer la route par un objet ovoïde flottant à quelques centimères au-dessus de la chaussée. Godfrey fut soumis quelques semaines plus tard a une régression hypnotique, au cours de laquelle il se serait souvenu d'être à bord de l'objet, subissant divers examens. Son témoignage comporte, lui aussi, la descriptionde petites entités grises, occupées à l'ausculter, sous la gouverne d'humanoïdes de grande taille de type noridque, très semblables aux humains. (Jean Thomas: "Synthèse Ovni", éd. Louise Couteau, Canada 1999, p. 27 et 221, 222) 1980, 29 décembre USA, Huffman, entre Caney et Dayton (Texas) Cas: "Cash-Landrum". Deux femmes d'âge moyen et le petit fils de l'une d'elles rentraient en voiture à Dayton par une route secondaire déserte à 19 heures. En face d'elles elles virent un objet rouge brillant qui amorça une descente subite et fit du surplace devant elles: un objet énorme en forme de losange dressé sur une pointe et éblouissant qu'elles pouvaient à peine en supporter la vue. Elles s'arrêtèrent et regardèrent. Périodiquement l'objet crachait des flammes qui venaient vers la route: il se soulevait alors et parcourut une courte distance. Tous les trois sortirent de voiture mais le petit-fils était tellement effrayé que la grand-mère le prit et s'enferma avec lui dans le véhicule. La conductrice resta un court moment dehors et se remit finalement dans l'auto. Après un quart d'heure, l'objet qui avait été assez bruyant, émettant aussi un "beep-beep" continu, s'éleva au-dessus des sapins, se mit sur le côté et glissa doucement vers le sud. Comme il s'éloignait il fut entouré de plus de 20 hélicoptères militaires identifiés par les femmes comme étant des CH-47 Chinook. En route pour rentrer, tous les trois avaient des nausées, de violents maux de tête, de la diarrhée, des rougeurs de peau, mal à l'estomac et une soif intense. La conductrice dut être hospitalisée, elle avait le visage enflé et couvert d'ampoules et resta un mois en clinique. Depuis tous les trois sont devenus hautement sensibles à la chaleur, les femmes perdirent une grande partie de leurs cheveux, qui repoussèrent en 6 mois. Cependant, les autorités militaires nient la présence d'hélicoptères en cette zone ce soir-là. (Bob PRATT - USA) (Science et Vie,
104

édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) • HUFFMAN, TEXAS (USA) le 29/12/80 Betty CASH (52 ans), Vicky LANDRUM et son fils Colby LANDRUM (7 ans) (source UG, page 312). 1980, 29 décembre USA, Woodbridge (cfr: 27 décembre 1980 . Le 29 décembre un événement analogue se produit. Il y avait cette fois plus de témoins, parmi lesquels le lieutenant colonel Charles Halt de l'USAF. En rentrant dans les bois, leur appareillage eut des ratés. Une sorte de lumière pulsante se dirigeait vers eux. Il semblait en couler de grosses gouttes comme du métal en fusion. Cette lumière explosa soudainement en plusieurs pièces. Trois fragments restaient suspendues en l'air pendant deux à trois heures. La population locale les vit également. (© 1997 Jeroen Slurf and Jeroen Kümeling. Ufo Nieuwsbrief jaargang 1 nr 1) 1980-1981, hiver GRANDE-BRETAGNE, Hull Dans les petites heures du matin Mme A. se réveilla: des lumières flashantes éclairaient la fenêtre. Elle crut à un hélicoptère, mais les lumières ne bougeaient pas de place. Alors elle crut que l'hélicoptère était en feu, se leva et alla à la fenêtre. Elle fut choquée par ce qu'elle vit et alla réveiller son fils Billy, 15 ans. A 50 mètres à peu près se tenait un objet lumineux orange-rouge, de forme triangulaire "en coin" audessus de la zone herbeuse du parc derrière leur maison, à environ 25 à 30 m du sol. Tout l'objet était lumineux et incandescent comme du charbon dans un poêle. L'objet pulsait devenant plus petit et plus orange, puis plus grand et plus rouge, des taches noires apparurent sur la luminosité rouge. En ouvrant la fenêtre ils le virent mieux, une série de hublots courait tout le long de l'objet, et une forte luminosité jaune en sortait. Ils purent voir à l'intérieur de l'objet, c'était jaune et apparemment vide. D'abord stationnaire, il se mit à partir lentement à env. 20 km/h. Sur l'arrière il y avait deux panneaux qui étaient tellement lumineux qu'on aurait dit un four; L'objet alla vers des building de l'autre côté du parc, il se trouvait à 2/3 de leur hauteur et là s'arrêta, tourna lentement sur son axe et partit vers la droite pour contourner les immeubles. Derrière ces immeubles une cheminée d'usine de 125 m de hauteur. L'objet se dirigeait vers la cheminée, changea de course sans à coups . L'objet fut observé jusqu'à perte de vue, durant 10 à 15 minutes. (Ufo Reality, issue 4, p. 52 - 1996) 1980 USA, Louisiane, en mer En 1980, une boule lumineuse rouge, de la grosseur d'une maison, descend du ciel jusqu'au niveau de l'eau dans la baie côtière, cercle ensuite lentement au-dessus d'un dragueur et frôle les bateaux de pêché avant de s'élancer tout à coup au loin. Pendant le passage de l'ovni, les radios de bord étaient mortes, et lors de l'éloignement brutal de l'ovni, il y eut une subite explosion de bruit. Rapport complet établi par les garde-côtes. ( Mufon, Mufonet BBS 11.3.1993, pris sur Internet ) 1981, 8 janvier FRANCE, Trans en Provence Vers 17 heures Renato Nicolaï qui travaillait dans son jardin, aperçoit un objet rond d'environ 2,50m de diamètre et de 1,70 m de hauteur, légèrement bombé et de couleur plomb. A sa base on voyait 4 hublots. L'engin était suspendu à 50 cm du sol, immobile. Au bout d'une minute le témoin s'est approché et l'objet s'est envolé verticalement, très vite, sans bruit, sans poussière. Sur le sol subsiste une trace circulaire de 2,40m de diamètre et de 4 cm de profondeur. Le 17 juin 1983 le GEPAN qui travaille sous l'égide du Centre National d'Etudes Spatiales a publié le rapport n° 16 rassemblant les examens de 5 laboratoires et concluant "qu'un événement de grande ampleur est survenu en cet endroit." Ligne de fracture du sol peutêtre due à l'action conjurée d'une forte pression mécanique liée à un échauffement évalué à 600 degrés, végétaux desséchés sans aucune trace de carbonisation, mutations chlorophylliennes inexplicables de
105

plants de luzerne sauvage prélevés sur les lieux, avec altérations très importantes de leurs différents pigments... ce qui pourrait avoir été provoqué par un phénomène électromagnétique. (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy Trédaniel 1995, p. 70, 71 (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) et voir aussi : (Robert ROUSSEL : « Ovni, les vérités cachées de l'enquête officielle », éd. Albin Michel 1994, p 154 et suivantes) L'histoire est racontée en appelant le témoin Renato Colini, dans : ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 66 à 68) 1981, 23 janvier CHINE, Fengcheng (Haiyang) 19 h 08. Ce jour-là il avait neigé. Après le dîner je suis sortie de la maison pour repousser la neige devant chez moi. A peine avais-je mis le pied dehors que j'ai vu une chose énorme de forme ronde, jetant des lumières rouges, au-dessus du toit de la maison en face de la mienne. Cette chose avait un diamètre de 5 à 6 m sa partie supérieure était conique et sa partie inférieure plate. Elle ne bougeait pas et se tenait immobile à 80 cm du toit. Son centre jetait des lumières d'un rouge foncé. Elle avait une auréole jaune; l'objet lumineux s'effaça lentement de l'extérieur vers l'intérieur jusqu'à sa disparition complète. Mon observation a duré en tout deux minutes. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres » éd. Mercure de France, 1983, p. 63) 1981, janvier USA, Morenci (Arizona) Les travailleurs de l'équipe de réparation de la fonderie de cuivre de Morenci, disent qu'un ovni massif est apparu au-dessus des deux cheminées hautes de 220 mètres et a paru vouloir examiner l'intérieur de l'une d'elles en y projetant un puissant rayon de lumière. Les 4 hommes de l'équipe, occupés à la réparation de l'autre cheminée disent que l'ovni avait la forme d'un boomerang et était grand comme quatre terrains de football. Sur sa surface visible il y avait 12 petites lumières rouges et un énorme phare-projecteur blanc au centre. « Il s'est comme arrêté à mi-altitude, au-dessus de la cheminée, et à projeté sa lumière à l'intérieur » dit l'ouvrier Randell Rogers, 20 ans. Son collègue, Larry Mortenson ajoute : « Jamais je n'ai vu un avion planer de cette manière. J'avais l'impression que ce n'était pas agressif. Enfin, il ne fit rien pour nous effrayer, bien qu'il ne fit rien d'amical non plus. » Un troisième homme de l'équipe, Kent Davin, dit qu'au moment où le projecteur examinait l'intérieur de la cheminée, une des petites lumières rouges s'est détachée du boomerang à une vitesse fantastique, mais en y retournant après quelques instants. Sans que rien ne le laisse présager, l'ovni virait alors et comme un fusée partit dans le ciel. Cet ovni fut également aperçu par une centaine de membres d'un club de soutien musical avec animation, qui firent un exercice pratique en plein air sur le terrain de foot local, à un mile de la fonderie. « Je vis dans le ciel toutes ces lumières en forme de V, dit le directeur Bruce Smith, et il n'y avait pas le moindre bruit. Cela a plané pendant quelques minutes, puis a disparu haut dans le ciel. » (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : « The World's greatest Ufo Mysteries » éd. Hamlyn 1995, p. 16) 1981, mars URUGUAY, Tacuarembo Le chef de la police de Melo, Miguel Costa, était en voiture accompagné de son épouse et de ses amis Armando et Maria Pena, sur une route gravillonnée près de Tacuarembo, quand un énorme forme, avec des lueurs jaunes et oranges sortit de la nuit matinale face à eux. Costa arrêta la voiture et sur une impulsion subite fit des appels de phare. « Soudain l'ovni semblait hésiter, puis zigzaguait de haut en bas, comme pour répondre à nos appels » dit-il. » Dès que je démarrai, il nous a suivis. A nouveau j'ai stoppé la voiture et j'ai fait des appels de phare. L'ovni a répliqué de la même manière que la première fois. Nous avons continué notre route et l'ovni nous suivait sur un demi mile environ. Je m'arrêtai de nouveau. Finalement l'ovni nous a accompagné sur une trentaine de miles. C'est alors que la chose la plus bizarre arriva. Nous étions tous collés aux vitres pour regarder l'ovni, quand tout à coup celui-ci descendit
106

brusquement comme s'il allait s'écraser au sol. Il a arrêté sa descente à 75 ou 150 m d'altitude. Nous avons alors clairement vu sa forme en dôme toute plate sur le dessous. Autour du dôme il y avait comme de la vapeur. La partie supérieure était rougeâtre, mais la base était d'une blancheur éclatante. » Se sentant plus ou moins menacé par la nouvelle trajectoire de l'ovni, Costa fit demi-tour et retourna vers Tacuarembo, ville la plus proche. La lumière brillante de l'ovni était constamment en vue dans le rétroviseur. A certain moment Costa s'arrêta de nouveau et se gara sous les arbres. Ils sortirent tous et allèrent jusqu'à un endroit dégagé. « Un second ovni voyageait à courte distance derrière le premier. Ils ne se touchaient pas mais semblaient faire route ensemble. Ils montaient et descendaient et finalement montaient au-dessus des nuages qu'ils éclairaient. Puis ils diminuaient d'intensité petit à petit, devenaient de plus en plus petit, et c'était fini. Nous nous sommes regardés sans dire un mot. Cela avait duré 90 minutes et nous ne pouvions toujours pas croire nos yeux. » (Roger BOAR et Nigel BLUNDEL : " The World's greatest Ufo Mysteries " éd. Hamlyn 1995, p 121, 122) 1981, 12 avril CHINE, Huajia (Yun'nan) Un combattant de l'Armée de Libération qui s'appelle Wang Tingye a vu un grand ovni à 6 h 40. Ce matin là, Wang s'était levé assez tôt ; regardant au loin il vit au-dessus de la crête de la montagne de Longwaizhai un cylindre long de 5 à 6 m crachant par sa queue quelques faisceaux de lumière jaune d'or. Le corps de l'objet volant était doré, brillant. La chose se dirigeait d'ouest en est, sans aucun bruit. Wang la regarda disparaître derrière la montagne. Son observation a duré 30 secondes. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres », éd. Mercure de France 1983, p140) 1981, 13 avril CHINE, Lingqi (Wang Xin) A 6 h 50 environ, cinq employés et instituteurs, debout dans le cour de l'école, ont vu dans le ciel un engin volant inconnu qui passait au-dessus de la ville du district. Il se dirigeait du sud-ouest au nord est. Ce soir là il n'y avait aucun nuage. L'objet volait sans le moindre bruit. De forme sphérique, il jetait des lumières blanches, avec une queue enflammée longue de 5 m. Cette queue était de couleur jaune, son extrémité était rouge. La vitesse de l'objet était semblable à celle d'un avion à réaction ; il suivit une ligne droite. Quelquefois il flottait comme une feuille morte. Il était entre 1000 et 4000 m d'altitude. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 159, 160) 1981, 13 avril CHINE, Tianjing (Ge Zhongmin) A 7 h 19 du soir, il faisait très beau et il n'y avait pas le moindre nuage dans le ciel. La télévision venait de commencer à donner les informations. J'ai remarqué par hasard, à travers la fenêtre, une chose brillante, couleur jaune or, qui volait à grande vitesse sans aucun bruit. A l'œil nu, je vis que son diamètre apparent était de 30 cm, sa forme était celle d'un entonnoir. L'avant était plus brillant que l'arrière. Elle était à 500 m environ d'altitude. Mon observation a duré plus de 30 secondes. Ma femme et moi nous l'avons vue à travers la fenêtre. Mes deux enfants qui jouaient dans la cour l'ont aussi aperçue. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 160) 1981, 13 avril CHINE, Tangshan (Hebei) (Li Pinchun) J'habite dans une cabane des mines. A 7 h 20 le soir du 13 avril 1981, ma femme et moi étions en train de préparer le dîner dans notre cuisine. Mes deux enfants jouaient dans la cour. Soudain ils sont entrés dans la maison en courant. Ils criaient « Maman, vite, va vite voir dehors ! ». Nous les avons suivis dans la cour et nous avons vu dans le ciel un objet lumineux, la tête plus large que la queue, qui avait un diamètre apparent de 40 cm. Il avait une forme de disque avec une traînée longue de 3 m. Cette queue était en réalité une langue de feu large de plus de 10 cm. Il volait du sud-ouest au nord-est, tout en
107

jetant derrière lui de petites étoiles brillantes. L'objet lumineux se déplaçait à une vitesse constante, horizontalement. Il survola nos cabanes et disparut en direction de la ville de Guye. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 161) 1981, 13 avril CHINE, Tang-shan (Zhang Fengguo) A 7 h 20 environ, le soir alors que je dînais, j'ai remarqué dans le ciel au sud un objet brillant. J'ai tout de suite laissé mon bol sur la table et je me suis dépêché de sortir et de grimper sur le toit de la maison pour mieux voir. L'objet ne cessait de grossir et de s'allonger, il se dirigeait du sud-ouest au nord-est. Cet objet avait une longueur de 3,20m et une largeur de 0,15 m. Il me semblait qu'une chose triangulaire le remorquait. Le tout était comme une bande de feu colorée en rouge, jaune, blanc et bleu. Le long de cette bande lumineuse je voyais aussi quelques petites étoiles semblables aux ampoules des lampes de poche. Je n'ai entendu aucun bruit. L'engin inconnu suivait une ligne parabolique et volait plus vite qu'un satellite. Je l'ai vu traverser un nuage et disparaître ensuite dans des nuages noirs. … (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 161) 1981, 13 avril CHINE, Fushuen (Liaoning) (Yang Jing) A 7 h 23 de la soirée, j'ai vu de mes propres yeux un groupe de soucoupes volantes qui planaient en formation. Ces cinq ou huit objets volants laissaient une traînée lumineuse. Celui qui se trouvait en tête brillait plus que les autres. Une grande soucoupe volante crachait des petits soucoupes de la grosseur d'un bonbon. Le plus petit objet lumineux ressemblait à une cigarette allumée. D'après moi ces objets étaient à 150 ou 200 m d'altitude, à une hauteur angulaire de 40° au-dessus de l'horizon, et ils se dirigeaient du sud ouest au nord est. Ils passèrent presque au-dessus de moi à une hauteur angulaire de 75°. Soudain ils disparurent à ma droite (nord). Les lumières avaient une couleur rouge transparente. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 165) 1981, 13 avril CHINE, Fushuen (Liaoning) (Kong Fanli) … je suis allé faire une promenade avec mon camarade Tan Bing. A notre retour, lorsque nous sommes arrivés au village de Xiaopingshan nous avons découvert soudain une sphère de feu plate, grosse comme un ballon de football, qui volait, venant du sud ouest. Elle traînait derrière elle une queue de flammes. Peu de temps après on observa de nombreuses sphères de feu qui, au nombre de dix, volaient deux à deux, du sud ouest au nord est, à grande vitesse. Chaque sphère laissait derrière elle une traînée lumineuse éblouissante. A un moment, la première sphère plate devint jaune blanche et très brillante en son centre, entourée de jaune. Ces objets se trouvaient à 4000 m d'altitude. Durant l'observation on n'entendit aucun bruit. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 165, 166) 1981, 13 avril CHINE, Heishan (Liaoning) (Zhang Jiguo) A 7 h 28 mes camarades et moi étions en train d'étudier dan notre chambre lorsque nous avons entendus des cris venus du dehors et nous avons vu, en direction du nord, un groupe d'objets volants lumineux rouges qui se déplaçaient dans le ciel, en rangée parfaite, d'ouest en est. Leur vitesse était beaucoup plus grande que celle d'un avion de ligne. On aurait dit un avion en flammes, mais c'était plus grand. Ce groupe d'objets jetait de très éclatantes lumières, sans halo brumeux ni bruit. On remarquait que chaque objet (en forme de chapeau) laissait derrière lui une traînée de lumière rougeâtre. Les objets étaient disposés en formation triangulaire. Le tout mesurait plus de 20 m de long. Ils volaient en ligne droite et ne firent aucun mouvement de montée ou de descente. L'observation dura deux à trois minutes. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 164)
108

1981, 13 avril CHINE, Qingyuan (Lu Chuenhe) Cet objet avait l'aspect d'un rectangle argenté. Il possédait plusieurs points lumineux. Au dessous, à 2 m de lui, il y avait quelque chose comme un gros tube d'où jaillissaient des boules de feu aussi brillantes que des ampoules de 200 watts. Une fois crachées, ces boules s'alignaient sur la vitesse de l'objet qui les avait émises. Ce beau spectacle dura six minutes. Les objets ont disparu derrière une montagne. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p.166) 1981, 13 avril CHINE, Chutoulang (Mongolie intérieure) (Li Guiling) je sortis de ma maison et je vis dans le ciel, au sud, un groupe d'objets volants. A première vue ils étaient sept ou huit ; c'étaient des boules brillantes volant en une seule rangée droite, en direction du nord-est. Parmi ces boules, trois plus grandes et plus rouges se déplaçaient l'une par rapport à l'autre à intervalles fixes ; les autres plus petites et blanches semblaient rester en formation. Elles avaient toutes une longue queue rouge, blanche et jaune (c'était en réalité un jet de flammes) Avant de disparaître ces objets volants ont réduit la longueur du jet qu'ils émettaient, puis les petites boules ont commencé à s'éteindre et au bout de quelques minutes, tout a disparu et le ciel est redevenu normal. J'ai regardé ma montre, il était 7 h 42. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 168) 1981, entre le 15 et le 20 avril ITALIE, Catania A 00 h 20, deux policiers en voiture voient descendre du ciel une forte lumière rougeâtre. Le moteur et le circuit électrique de leur véhicule s'arrêtent tandis que la soucoupe d'environ 3 m de diamètre pour 1 m de hauteur atterrit sur la rue à 50 mètres devant eux. D'une petite porte qui s'ouvre dans la soucoupe, ils voient sortir deux formes humaines qui gesticulent et sautent à terre. A l'endroit des yeux ils ont comme des boules de lumière, autour de la tête et des mains, comme des étincelles. La tête, comparée au reste du corps, est grosse. Cela prend quelques secondes ou quelques minutes, durant lesquelles les êtres semblent converser entre eux. Puis les entités se retournent, sautent dans leur engin, la porte se ferme. Peu de secondes après la soucoupe fait comme quatre rotations sur elle même, et accélérant, tandis qu'un bruit très aigu se fait entendre, l'objet se catapulte et disparaît. Choqués par cette expérience, les agents relancent le moteur, qui tourne, et ils arrivent à destination, 100 km plus loin, à 3 h15 seulement!. (CISU, Notizie Ufo n° 48) 1981, 14, 15, 16 et 17 mai URSS, DANS L'ESPACE Salyut 6 est lancé le 12 mars avec à bord les cosmonautes Vladimir Kovalyonok et Viktor Savinikh, pour une mission dans l'espace qui durera 75 jours. Tout se passe normalement jusqu'au 14 mai. Par le hublot de Salyut Kovalyonok remarque un objet rond-ovale. C'est un vaisseau spatial qui suit le Salyut à la même vitesse. Son diamètre est de 8 mètres environ, il a trois rangées de chacune 8 hublots, trois de ces hublots, dans le bas de l'appareil sont très grands. Kovalyonok filme cet ovni. Le 15 mai les cosmonautes constatent que l'ovni ne se trouve plus qu'à 100 mètres du Salyut. Ils peuvent voir des silhouettes humanoïdes derrière les hublots. Ils portent des sortes de bonnets à visière transparente, ils ont les sourcils bien marqués, ont un grand nez droit à la grecque. Ce qui est choquant, c'est la grandeur de leurs yeux qui ont le double de la grandeur normale des yeux humains. Les cosmonautes regardent aux jumelles et transmettent ce qu'ils voient au contrôle au sol à Baikonour. On leur demande de garder la situation sous contrôle. Le lendemain, 16 mai, l'objet n'est plus qu'à 30 mètres. Kovalyonok demande s'ils doivent sortir pour prendre contact. La réponse de la terre est "Nyet", un contact visuel suffit. Kovalyonok se met alors devant le hublot et y déploie une carte du système solaire à l'intention des extraterrestres. A son
109

étonnement, un des extraterrestres tient devant le hublot de l'ovni, une carte toute pareille. En morse et avec les pouces Kovayonok les salue "les cosmonautes russes saluent les visiteurs". Il le fait en russe et en anglais, sans aucun résultat. Il répète donc avec le code binaire Code 101101. Là, il y a une réaction. Peu après les extraterrestres sortent de leur engin et se meuvent dans l'espace. Ils sont grands, mesurent près de 2 mètres. Ils portent le même costume que celui qu'ils avaient à l'intérieur de l'ovni. Les cosmonautes filment la démonstration. Le 17 mai l'objet quitte les russes et part à vitesse vertigineuse. (Mitarbeiter, "Ufo Geheimnisse" Berlin, Januar 1998) 1981, 16 mai CANADA, Kamloops (Colombie Britannique) Un homme pêchait dans la rivière Thompson. C'était un bel après-midi ensoleillé. Un petit bateau venait de passer quand le témoin entendit un bruit fort, comme de l'eau en train de bouillir et déborder d'une poêle. A 100 yards l'eau de la rivière se mit à bouillonner, en effet. Lentement un objet discoïdal émergea du fleuve, s'éleva et s'envola. Une pluie de "pellicules" tomba sur le témoin, produites probablement par l'ovni. Il en recueillit pour les faire analyser. Nous n'avons malheureusement pas connaissance des résultats. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 176) 1981, 6 juin CHINE, Kelamayi (Xinjiang) (Wang Xinhua) Je suis un ouvrier des pétroles. Le 6 juin 1981, dans la nuit, j'ai travaillé très tard. A minuit j'ai vu un phénomène insolite. Je dirigeai mon regard vers le nord et j'observai alors dans le ciel un objet tout blanc, laiteux, qui paraissait suspendu. Son noyau me sembla particulièrement blanc. Il avait la forme d'un cigare. Un moment après l'objet commença à se diriger vers l'est. J'appelai les ouvriers de notre équipe de nuit (en tout huit personnes, y compris moi-même) L'objet survola le désert de Gobi, et dix minutes après il se posa sur le sable, très loin de nous. Nous voulions aller en voiture sur le lieu de l'atterrissage pour l'examiner, mais le travail nous en empêcha. Nous sommes restés dehors pendant un quart d'heure jusqu'à la disparition complète de l'objet, qui s'est effacé enfin à l'horizon. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 175) 1981, 7 juin CHINE, île de Daju (Zhoushan) 23 h 17 - La nuit était d'un noir d'encre et l'on ne voyait pas à plus de trois pieds. Revenu de sa tournée d'inspection des fils téléphoniques, le combattant Zhang Ming a constaté soudain qu'un engin lumineux se déplaçait du nord au sud. Cet engin avait une forme sphérique et un diamètre apparent de 50 cm '…) Il jetait des lumières bleuâtres très puissantes et éblouissantes comme des éclairs serpentant dans le ciel noir. Son contour était bien net et la boule traînait derrière elle un faisceau de lumières mesurant plus de 50 cm de long. Cette queue de lumière avait plusieurs couleurs: jaune, vert, blanc, rouge. On aurait dit des flammes crachées par la fusée. Durant ces évolutions, cette boule ne cessa de tourner sur elle-même, mais sans aucun bruit. A 1000 ou 2000 m d'altitude, l'objet volant se dirigea du nord-ouest au sud en passant au-dessus de notre caserne, pour enfin disparaître dans un nuage noir. L'observation dura en tout trois minutes. Avant, pendant et après ce phénomène, la radio se tut, et bien que la tension n'ait pas varié, les lampes fluorescentes clignotèrent sans s'allumer vraiment et les lampes à incandescence devinrent toutes pâles. Cinq minutes après la disparition de l'ovni, tout redevint normal. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres » éd. Mercure de France, 1983, p.67) 1981, 11 juin CHINE, Xian (Shaansi) (Yao Zhian) Le 11 juin 1981, à 1 h 10 environ, j'ai quitté l'usine à bicyclette pour rentrer chez moi. Ma famille habite en banlieue et je devais passer par une route déserte à cette heure-là. Juste après mon
110

passage devant le stade, un objet rouge orange a surgi au-dessus de moi. J'ai levé la tête pour le regarder. Il était grand comme une roue de camion, surmonté d'un dôme brillant, et le dessous était plat. D'abord je le crus immobile dans le ciel. Je pédalais rapidement et je suis vite arrivé au niveau de l'école primaire de Xiaozhai, assez loin de la ville. Lorsque je fis un virage de 20° et m'engageai dans un sentier, je constatai que cet objet rogue orange était déjà devant moi, au-dessus de deux arbres. Il était plus haut qu'au début et son contour était devenu plus clair. Je n'entendais aucun bruit. J'ai alors pris peur et accéléré ma vitesse. Quand j'ai levé la tête pour le regarder une nouvelle fois, il avait disparu mystérieusement. Pourtant, alors que j'arrivai à l'entrée de mon village, à mon grand étonnement, il était devant moi, sur un toit. Je sus alors qu'il m'attendait là ! J'avais une peur bleue et je ne tenais plus sur ma bicyclette. Je suis descendu et en poussant le vélo je suis entré craintivement dans le village. A ce moment là l'objet inconnu s'est transformé en crêpe rouge orange, de forme plutôt ovale. Il a décollé subitement, verticalement et très vite a volé en direction du nord. Puis il a encore une fois cessé tout mouvement et au bout de deux secondes il s'est éteint tout d'un coup. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 180) 1981, 12 juin USA, Alice, TX Un objet lumineux, discoïdal, avec des anneaux noirs, plane au-dessus d'un camion citerne (eau). Pendant l'observation le moteur crache, de l'électricité statique dans la radio de bord. Ensuite le tank fut trouvé vide, toute l'eau s'étant évaporée! (Jan Aldrich 10/97; Richard Hall, MUFON Journal 192, p14, originally 167-8) 1981, 17 juin CHINE, Jiangji (Anhui) (Su Lai, et les autres témoins : Su Jingsheng, Xiao Lu, Su Qinqzhang,) A 20 h 30 environ Xiao Liu et deux autres enfants qui attrapaient des insectes dans les champs, ont aperçu soudain un objet volant lumineux dans le ciel au nord-ouest. Cet objet ressemblait à une assiette. Il volait à une vitesse vertigineuse en direction du sud. Jetant une lumière blanche, éblouissante, l'objet en forme d'assiette laissait derrière lui une traînée lumineuse assez longue. Les deux enfants prirent peur et se mirent à pleurer. Su Qinqzhang travaillait aux champs; il vit un objet lumineux qui ressemblait à un dragon très long dont la tête était brillante et dont la queue serpentait irrégulièrement. Il volait à très grande vitesse. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 185, 186) 1981, 17 juin CHINE, Lianyungang (Jiangsu) (Li Binli, Ren Jianmin, Yao Chunsheng, Jian Yong, Zhang Wei) Nous sommes des soldats d'une unité de l'armée populaire de libération. A 20 h 05 environ nous étions en train de faire du sport sur le terrain. Ren Jianmin a découvert soudain un objet volant jetant une lumière blanche dans le ciel au nord-ouest. Cet objet prenait de plus en plus d'altitude et ressemblait à deux assiettes retournées l'une sur l'autre. Il était entouré d'une lumière rouge. Nous l'avons observé pendant deux minutes. Il a enfin disparu dans les nuages.(Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 187) 1981, 27 juin CHINE, Zibo (Shandong) (Shi Wenglu) … On a vu un groupe d'ovni de forme ronde. … à 3 h 30 de l'après-midi, j'ai branché mon téléviseur, mais il y avait un fort brouillage. Je suis sorti dans la cour pour examiner l'antenne et c'est alors que j'ai remarqué trois objets lumineux ronds disposés en triangle, qui volaient du nord-est au sudouest. Un moment après j'ai vu deux autres boules lumineuses se diriger du nord au sud pour prendre enfin la direction de l'ouest. J'ai encore remarqué quelques autres objets de forme ronde qui restaient immobilisés dans le ciel. Il y avait en tout treize à quinze ovni, tous gros comme un bol. Ils ont disparu
111

ensemble tout d'un coup.(Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 188) 1981, 1 juillet CHINE, Urumqi (Xinjiang) (Cui Fengmin) Je suis un jeune soldat de la garde de la ville d'Urumqi. Dans la nuit du 1r juillet de cette année, j'ai été témoin d'un phénomène ovni. à 23 h 55 (heure de Pékin), étendu sur mon lit, j'étais en train de lire une revue ; deux camarades partageant ma chambre se préparaient à se mettre au lit, lorsque nous avons entendu au dehors, des sentinelles qui criaient Nous sommes sortis en hâte et nous avons immédiatement vu un objet volant en forme de couronne. Cet objet tournait sur lui-même et jetait une lumière bleuâtre, comme celle de l'arc électrique. C'était en réalité un objet en forme de chapeau dont le dôme se trouvait en haut. Le chapeau volait du sud au nord, il était grand comme une cuvette. De temps en temps le chapeau lumineux restait immobile et avançait ensuite par saccades. Ce qui nous a étonné le lus, c'est que ce chapeau à commencé à cracher par le dessous un flot de matière étincelante. Ce phénomène a duré une minute environ. Enfin, ce chapeau qui n'était guère loin de nous, a disparu tout d'un coup. Il était alors 24 h 03. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 190) 1981, 4 juillet USA, en vol, au-dessus du lac Michigan M. Gray, pilote du Lockheed L-1011 Tristar, avion de passagers, volait au pilote automatique à 37.000 pieds. Le vol reliait San Francisco vers New York's Kennedy Airport, et approchait la rive est du lac Michigan. Le lac était invisible à cause des nuages bas, mais au-dessus de l 'avion le ciel était clair. Soudainement, venant de l'avant gauche un disque argenté apparut dans toute sa dimension. Sa forme première ressemblait à un sombrero vu par le dessus. L'ovni se rapprochait de l'avion en effectuant un virage en arc pour s'en éloigner abruptement. Il apparut alors 10 fois plus large que haut, muni de six ouvertures sombres sur son pourtour. A son sommet vers la gauche brillait une lumière comme un soleil. Quand l'objet disparut dans une élévation verticale apparemment sans difficulté, Gray notait qu'il s'entourait de vapeurs sombres. Le premier officier confirma l'observation, mais l'ingénieur du vol n'a rien vu. (Rapport du CSISOP) 1981, 7 juillet CHINE, Chongqing (Zheng Yurong) … à 10 heures environ j'allais au marché libre acheter des légumes. Je marchais en direction du nord. Soudain j'entendis un vrombissement d'avion. Je fouillai des yeux le ciel et je vis un avion qui volait d'ouest en est. Mais en même temps je remarquai dans le ciel à l'ouest, un objet de couleur argentée qui se délaçait en ligne droite. Sa forme était très bizarre : une grosse aubergine en métal. Il volait du nord au sud. Comme l'avion faisait beaucoup de bruit, je ne sais pas si cet objet en faisait aussi. L'objet en forme d'aubergine était en métal car il reflétait fortement la lumière du soleil. Il volait à 2000 m environ de moi. Il avait la dimension d'une semelle de soulier d'homme. Tout au long des sept minutes de mon observation, il n'a pas changé de couleur ni de direction. (Shi Bo : « La chine et les extraterrestres » - éd. Mercure de France 1983, p. 192) 1981, 26 juillet CHINE, Tianzu (Heilongjiang) A 10 h 45 dans la nuit du 26 juillet 1981, les combattants de notre troupe ont découvert un objet lumineux dans le ciel. Il avait la forme de deux triangles renversés. Au milieu de l'objet, il y avait des petits trous d'où jaillissaient des lumières bleuâtres scintillantes. Il était à 3500 m d'altitude et sa vitesse et de 1500 m/s. Il volait d'est en ouest. (SHI BO : « La Chine et les extraterrestres » éd. Mercure de France, 1983, p.72)
112

1981, 8 août POLOGNE, Chalupy Un homme vit deux entités ET en combinaison verte. Les être étaient partiellement entourés de brouillard. Le témoin vit également un ovni couleur du vif-argent, enveloppé de brume, en forme de disque, planant à proximité. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 347) 1981, 10 septembre GRANDE-BRETAGNE, Weston Mill Hill (Plymouth) Denise Bishop, 23 ans, tournait à 23 h 15 le coin du bungalow pour rentrer chez elle, quand elle vit un gigantesque objet ayant l'aspect d'un crabe gris métallique sombre, stationner au-dessus d'autres maisons au sommet d'une colline. Vers le bas il y avait 6 ou 7 lampes qui envoyaient des larges faisceaux de lumière rose, pourpre et blanc. Elle était terrifiée et se précipita vers la porte. Au moment où elle mit la main sur la clenche un pinceau de lumière vert-citron vint frapper le dos de sa main. Bien que c'était un spectacle magnifique, elle était terrifiée. Le rayon vert resta environ 30 secondes allumé sans donner de la clarté puis s'éteint. Tout autour d'elle il y eut un silence particulier, qui ne s'arrêta que quand l'objet décollait. En se frottant la main elle court prévenir sa soeur, mais l'Ovni avait disparu. Le chien se mit à renifler sa main, ensuite elle ressentit des picotements et il y eut comme des petites gouttes de sang: c'était une brûlure. Le beau-frère rentra vers 02 h 30 de la nuit après son travail de disc-jokey et conseilla d'appeler la police. (F.S.R. 28 n° 3 - 1983, pp. 15-19) 1981, octobre CANADA, Vancouver island, BC. Mme Hannah McRoberts et son mari accompagné de leur bébé, était déterminer à prouver à son mari qu’elle pouvait prendre une bonne fotographie, bien cadré et un bon focus. Elle a été inspiré par les nuages qui surplombait la montagne, qui elle-même ressenblait à un volcan. Elle avait encore frais a sa mémoire l’éruption du Mont Ste-Hélène, aux USA. Lorsqu’elle prit cette photo unique, elle était très concentré et elle n’a jamais remarqué l’ovni à la périphérique de la photo. C’est seulement lors du développement de cette photo que son mari remarqu’a cet intrus. Par la suite, la photographie a été analysé attentivement par un expert le la NASA, le Dr. Richard F. Haines, chercheur scientifique qui a authentifié la véracité de cette photo et a exclu a un trucage photo ou a une manipulation négative de la lentille de la caméra. Jusqu'à ce jour, personne n’a pu mettre en doute l’authenticité de cette photo qui montre bien que l’ovni est bien réel et semble métallique.

1981, 20 décembre (et pendant 5 ans jusqu'en 1985) NORVEGE, Hessdalen Des centaines d'observations de phénomènes curieux, essentiellement des boules jaunes, de puissantes
113

lumières blanc bleu et des groupes de lumières multicolores, voire des objets non lumineux visibles de jour seulement. Les trajectoires peuvent être diverses; les phénomènes sont enregistrés sur divers appareils, parfois au radar. L'origine naturelle paraît probable. (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) Le 20 décembre 1981, Nils Kare Nesvold et Per Holden, de passage à Vongraven, voient surgir une grosse étoile du ciel et qui vient survoler en ligne droite les crêtes de montagne. Elle était suivie d'un amas de 19 autres lumières. Tout cela montait, descendait, accélérait, ralentissait de concert. C'était la première d'une série d'observations qui allait durer pendant 5 ans avec des centaines de témoins oculaires. Le plus souvent les lumières étaient observées le soir, entre 19 h 30 et 22 h 30. (La cura de CUN -Italie, section Milan) Un projet d’étude scientifique qui dure depuis plus de 20 ans a été mis sur pied avec différent organisme national et étranger. Des dizaines de videos et photos peuvent être vu sur le site officiel; http://www.hessdalen.org/ 1982, 31 janvier ESPAGNE, Los Garabatos (Gerena) Vers 20 h 30 le fermier Morato avait des ennuis avec son tracteur, qui n'avait plus roulé à cause des pluies fréquentes de la saison. Il alla quérir l'aide d'un voisin, qui vint sur le champ pour le dépanner, avec son propre tracteur. Tout à coup les deux hommes voient une éblouissante lumière descendre très près du sol. Abasourdis ils voient sur la propriété Los Garabatos, à cent mètres d'eux, une forme cylindrique bien définie, d'une trentaine de mètres de long. Ils l'observeront pendant 5 minutes, qui leur semblent une éternité avant de s'enfuir, l'un tracteur remorquant l'autre, vers une autre ferme. Ces gens là n'avaient rien vu, mais il y eut pendant plusieurs minutes de la friture dans la télévision et l'image était très perturbée. Au lieu de l'atterrissage, visité le lendemain, la terre était colorée et semblait orangée, ce qui contrastait fort avec la terre alentour. (Extrait du journal « El correo de Andalucia » de Séville, du 12 février 1982, avec plan et photos. ) 1982, 12 mars URSS, entre Alma-Ata et Tashkent - en vol. Un avion de ligne régulière est attaqué par un ovni. C'est un objet ovoïde, proche de la soucoupe volante traditionnelle, qui a commencé par tourner longuement autour de l'avion, à une vitesse qu'aucun appareil humain ne saurait atteindre dans l'atmosphère. Soudain, il parut vouloir se jeter sur lui, essayant de l'atteindre au niveau du cockpit. Le pilote a manœuvré pour que la collision ne se produise pas. L'ovni a disparu ensuite à très grande vitesse vers le nord-ouest. (L.D. - NOSTRA - 20.1.1983) 1982, fin avril INDE, réserve de Mudumalai Une jeune femme E.B. et son amie A.J. sortant de leur bungalow à la tombée de la nuit, dans la réserve de Mudumalai entre Mysore et Otacamund au sud de l'Inde, remarquent une vive lumière blanche qui clignote de l'autre côté de la rivière. Après l'avoir traversée sur un pont, elles longent l'autre rive et, au fur et à mesure qu'elles s'en approchent, la lumière devient plus forte avec des vibrations diffuses. Elles aperçoivent alors à 50 m de distance une sorte de cigare de 10 m de long qui part sur la gauche et s'élève dans le ciel avec des jets de feu, tandis que trois êtres vêtus de combinaisons blanches, d'environ 1 m 70 de haut sont penchés sur le sol où ils semblent ramasser quelque chose avec des gestes très lents. Une boule de lumière blanche intense et diffuse, de 3 m de diamètre se tient au-dessus d'eux. Toute la scène a duré environ 4 minutes, sans aucun bruit. Puis la boule et les êtres disparaissent et pendant une heure toute une partie du ciel semblable à un gros nuage est zébrée dans tous les sens de longs rayons lumineux blancs, alors que le reste du ciel demeure intact. (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy Trédaniel 1995, p. 88, 89) 1982, 2 mai AUSTRALIE, Ripley - Queensland
114

Des chasseurs suivaient une clôture électrifiée de deux mètres de haut pendant des kilomètres. Entre 18 et 21 heures, ils virent tout à coup un grand disque surmonté d'un dôme. Le pourtour semblait être en plexiglas, la base en rotation, et sur le pourtour des groupes de sept grandes entités habillés de collants gris. Ils avaient des cheveux blonds taillés en "tête de page" et la peau tannée. (UFO Research Sunshine Coast.) 1982, 29 mai ESPAGNE, Vitoria ( Alava) Vers 18 h 15 l'école était finie. Parmi la multitude de garçons du collège des Marianistes, Geraclio Arana et Sebastian Izquierdo âgés tous deux d'une dizaine d'années, rentraient ensemble car ils habitaient le même immeuble. En cette journée splendide, ils observèrent un point très lumineux dans le ciel qui descendait vers les champs de Olàrizu tout proches. Près de cette colline où est érigée une grande croix en pierre, se trouvait dans le ciel, un objet ayant nettement la forme d'un œuf blanchâtre et qui parut se balancer à la manière d'une feuille morte. Excités les deux jeunes écoliers quittèrent leur route habituelle pour se rapprocher du lieu par un petit sentier. Ayant parcouru une centaine de mètres sur le sentier, un coup d'œil à l'ovni montrait qu'il était encore descendu plus bas en cerclant autour de la colline. Sur ce qui leur parut être le fuselage les deux garçons virent alors un symbole de couleur rouge : il avait la forme d'une croix dont chaque extrémité portait un demi cercle . La vision de cette étrange « lettre » effraya les garçons et quasiment en courant ils remontèrent le sentier pour rentrer chez eux. ( ENIGMAS, Madrid, novembre 1998 : capitulo 24 : 19/82 Pleada sobre Andalucia, Iker Jimenez et Lorenzo Fernandez). 1982, 9 septembre URSS, Vysotsk Trois paysans et un couple en pique nique auraient vu vers 15 heures une boule lumineuse planer audessus des marais du Pripet. Elle avait la taille d'un petit avion. Aucune ouverture apparente. La sphère tournait lentement sur elle-même. Elle a disparu dans le marais. (Olga Kilichine - Nostra - 11.11.1982) 1982, 24 septembre NORVEGE, Hessdalen Un bûcheron observa un objet pendant qu'il conduisait, objet qui disparut au-dessus de la ligne d'arbres. Le témoin le retrouva quand il fut lui-même au sommet de la crête. L'objet faisait du surplace au-dessus du toit d'une cabane. Il le décrivit comme une sorte de sapin de Noël à l'envers rayonnant fortement avec une lampe blanche très brillante et dansant de haut en bas comme un yoyo. (Bob PRATT - USA) 1982, 5 octobre, Les États-Unis continue de nier l’existence des ovnis, cependant il font encore voter d’autres et directives loi qui contredisent toutes leurs affirmations antérieures; après la Navy et l’Air Force voici maintenant que le Pentagone s’en mêle; décidément, ça commence à être du burlesque. Le Dr Brain T. Clifford du Pentagone a annoncé, lors d'une conférence de presse en ce jour: Le contact entre les citoyens américains et les extraterrestres ou leurs véhicules sont strictement illégaux. Tout contrevenant devient automatiquement un criminel recherché, punissable d’un an d’emprisonnement et de 5000 dollars d’amende. L’administrateur de la NASA a toute autorité pour décider, sans audition, si une personne ou un objet a été exposé directement ou indirectement à un contact extraterrestre. Il peut également imposer une quarantaine indéterminée, sous garde armée, qui ne peut être cassée par aucune cour de justice. Cette loi, en contradiction avec la constitution américaine, de même que le bon sens, est passée inaperçue au milieu d'un texte global long et fastidieux. Au pays de la liberté, des associations se battent pour faire
115

abroger cette loi qui crée une nouvelle espèce de criminels, les contactés, que l'on peut ainsi réduire au silence si besoin était... Cette réglementation, titre 14, section 1211 du "Code of Federal Regulations, a été adoptée le 16 juillet 1969. 1982, 18 octobre USA, Lake Norman, McGuire Vers 7 heures 30 du matin, Gary Fortenberry et Jimmy Bumgarner, employés à la base nucléaire McGuire près du lac Norman, roulaient vers leur lieu de travail par l'autoroute 73 le long de la rivière Catawba quand ils observent, au-dessus d'un banc de brume, un objet énorme, argenté, avec "4 pieds" qu'ils prirent pour un château d'eau. Cependant, plus tard dans la journée, en reprenant le même chemin, ils constataient qu'il n'y avait à cet endroit aucune construction. Seules les lignes à haute tension traversaient cette zone. (Mufon, Ufonet) 1982, 20 octobre URSS, région de Pietropavlovsk A cause des mauvaises conditions météorologiques sur l'aéroport de Magadan, le vol IL-62, matricule 86457 (vol 206) venant de Moscou, dut se poser à Pietropavlovsk. Lors de la manoeuvre d'approche, vers 19 h 29, ils voyaient parallèlement à leur avion, un objet lumineux qui évoluait à des altitudes et à des vitesses diverses. La conversation radio à ce sujet fut enregistrée. L'observation durait une demi heure. Une fois au sol, le commandant Vasilievikh fit un rapport concernant le fonctionnement des instruments et du service de l'aéroport. Au sol, un civil et un militaire, tous deux travaillant à la tour de contrôle, avaient également observé l'objet lumineux. (La cura de CUN Sezione di Milano, qui a reçu copie de toutes les déclarations officielles des témoins) 1982, 19 novembre ALLEMAGNE, Neuss Sorti de voiture vers 17 heures pour voir ce qu'était cette lumière sur un champ le témoin vit un objet aussi grand que son living, de 8 à 10 m de large, à 100 m d'altitude, ne faisant aucun bruit. Il brillait avec des pulsations comme si des centaines de petites bougies étaient allumées en même temps. La couleur était argent métallisé: devant il était ovale et il devenait en triangle à l'arrière. Il paraissait avoir un mouvement rotatif. Les témoins regardaient pendant environ 15 minutes, puis un faisceau sortit du côté droit se pointait en direction du couple, puis un second: ils prirent peur en s'encoururent vers la voiture. L'Ovni suivait la voiture un petit moment avant de s'éloigner. Ils virent encore quelque chose de long à l'arrière et la partie inférieure était de teinte noire. (Bob PRATT - USA) 1982, 21 octobre FRANCE, Nancy (Meurthe et Moselle) Dans la banlieue de Nancy, un chercheur en biologie voit un objet ovale de 1,5 m de diamètre s'approcher, stationner dans son jardin à 1 m du sol, à très courte distance, pendant vingt minutes, puis repartir très rapidement. Les brins d'herbe sous l'engin se dressaient à la verticale lors du décollage, les plants d'amarante son flétris. Cas non élucidé par le Gepan. (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) 1982, 27 novembre GRANDE-BRETAGNE, Derbyshire Un automobiliste s'arrêta vers 22 heures pour observer à 700 m et à une altitude de 150 à 200 m une
116

forme plus carrée que triangulaire, pointe dirigée vers l'avant, stationnaire, de couleur grise, avec deux phares brillants. Cet engin n'avait pas d'ailes. L'objet passa au-dessus de sa tête à une vitesse n'excédant pas les 40 km/h et fut visible pendant environ 3 minutes. (Bob PRATT - USA) 1982, 31 décembre USA, Kent, New York Quelques minutes avant minuit Vallor déboucha une bouteille de champagne, ensuite, comme il venait d'emménager dans leur nouvelle maison, il en prit une seconde pour baptiser la maison, comme on baptise un navire, en la lançant contre le mur extérieur. Sa femme n'était pas enchantée de l'initiative, disant que les débris de bouteille pouvaient blesser les enfants quand ils jouaient dehors, donc Vallor sortit pour nettoyer. En se relevant il vit un paquet de lumières très brillantes dans le ciel au sud. Certaines lumières étaient rouges, d'autres vertes, d'autres blanches. Il crut que c'étaient les feu d'un jet en difficulté, mais l'objet avançait bien trop lentement pour être un avion. Il appela sa femme pour qu'elle lui donne le caméscope et au moment où son épouse sortit, les lumières étaient à l'aplomb de la maison. "Elles semblaient reliées à une sorte de structure, dit-il, en forme de V ou de boomerang. Je pouvais entendre un léger et profond ronronnement, comme le bruit d'une usine à distance" Si le son était à peine audible, Vallor ressentit une sensation de forte vibration dans la poitrine. Il se mit à filmer, l'objet se trouvait peut-être à 500 pieds d'altitude, juste au-dessus de la maison. Instantanément toutes les lumières colorées disparurent et à leur place apparut une formation triangulaire de 3 lumières blanches, si intenses que tout était éclairé comme en plein jour. Cinq secondes plus tard ces lumières blanches disparurent et le paquet de lumières colorées les remplaça…. Le film montra de faibles lumières à peine visibles, cinq secondes de lumières très brillantes, et à nouveau de très faibles points lumineux. aucune structure n'apparut, l'écran était tout noir pour le reste de l'image. (J. Allen Hynek, Philip J. imbrogno, Bob Pratt: "NIGHT SIEGE, The Hudson Valley ufo Sightings", éd. Llewellyn, St Paul, USA, 2e édition de 1995, p. 6 et 7)

NB/ de 1982 à 1986, une vague de "triangles" au dessus des USA, semblable a la vague belge de 89-93, a captivé l’attention de toute l’Amérique.
Les observations se poursuivirent de 1983 à 1986, et durant cette période il y eut au moins cinq miIle témoins (5,000) sur une zone de 3 600 kilomètres carrés, répartie sur six comtés des états de New York et du Connecticut. La figure ci-dessous (fig 3.2) reprend quelques exemples de descriptions de témoins: on y retrouve les mêmes analogies que celles évoquées plus haut. En fait, depuis la publication de Night Siege, d'autres témoins se sont signalés, et en juin 1991, Bab Pratt nous indiquait que les observations de ces cinq dernières années avaient largement débordé la région de New York, puisque quatre nouvelles zones pouvaient être repérées: Wytheville au sud-ouest de la Virginie; Corydon au sud de l'Indiana; Fyffe au nord-est de l'Alabama et Vail Lake dans le sud de la Californie. Selon B. Pratt, de plus en plus de témoignages font état d'objets capables de changements de forme ou de dimension, qui semblent pouvoir se partager en plusieurs structures (ou "inverse: des objets qui se fondent en un seul), ou encore de phénomènes de "désintégration ou d'explosion silencieuse".

117

1982, 31 décembre USA, Hudson Valley, Kent Cliffs Juste avant minuit Edwin Hansen, brigadier dans un grand magasin, vit le phénomène en rentrant chez lui. "J'ai cru que c'était un hélicoptère ayant allumé ses phares pour atterrir" dit-il. Puis il vit que plusieurs voitures se rangeaient sur le bas côté de la route et que les gens regardaient le phénomène. Comme il se rapprochait, les lumières commencèrent à cercler lentement dans l'air. "Il projetait un faisceau de lumière blanche par terre. Ce n'était pas un hélicoptère, car bien que l'engin se trouvait juste au-dessus de moi, je ne pus entendre aucun bruit". Au moment où il pensait s'arrêter pour avoir une meilleure vue, l'objet descendit et se trouvait juste devant sa voiture. Tous phares éteints, il devait se trouver à environ 100 yards au-dessus de la route. "Il était de la forme d'un boomerang, avec des petites lumières courant le long de ses ailes. Il y avait une partie qui ressemblait à un gouvernail, ou une queue derrière la partie en forme de boomerang. C'était si énorme que tout le ciel en était rempli." L'objet s'approchait alors de la voiture, et Edwin Hansen se mit à klaonner frénétiquement, en même temps il tenait une main devant les yeux, juste à temps pour éviter d'être ébloui par le faisceau de lumière blanche qu'il reçut en plein visage. Hansen sentit une sorte de communication entre lui et l'objet et une sorte de voix lui dit de ne pas avoir peur. Soudainement l'objet vira et disparut. (J. Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt: "NIGHT SIEGE, The Hudson Valley ufo Sightings", éd. Llewellyn, St Paul, USA, 2e édition de 1995, p. 7 à 9) 1983, 13 janvier USA, Seattle, WA J'étais sur un long vol de retour à Los Angeles, le Pan Am Clipper de classe 747. Nous avons pris la route polaire au Canada, Seattle, et la côte du Pacifique. Vue de la fenêtre, je pouvais voir les étoiles brillait dans le ciel avant l'aube. Je pourrais même voir ce que j'ai d'abord pensé a la planète Jupiter orange
118

éclatant dans la distance. J'ai alors commencé à penser qu'il pourrait ne pas être Jupiter, parce qu'il n'était pas dans cette partie du ciel. Il doit être quelque chose d'autre. Évidemment, l'objet se déplaçait à côté de l'avion. Une grosse boule orange!. En juger par les temps qui reste pour nous à la terre, nous avons été quelque part sur Seattle. L'objet se déplaçait de droite à gauche puis encore à droite. J'ai ensuite vu sous l’objet, un flux de fluide le long de son chemin. Regardant à travers le fluide, je pouvais voir les étoiles derrière lui qui était considérablement amplifiées. Après environ dix minutes, j'ai alors décidé d'essayer de prendre une photo de cet objet. Mais depuis que j'ai ce bon appareil photo Instamatic (Kodak) je savais que l'image ne sortirait pas car il faisait nuit. Mais j'ai essayé de toute façon. Peu de temps après, l'objet est venu tout droit vers notre avion, et je sens que l'avion tournait énergiquement, comme si elle avait quelque chose à éviter. L'objet a disparu derrière la queue de l'avion et je ne l'ai jamais revu. 1984, 12 juillet USA, Bethel Le soir, vers 22 h 30 Don Duhart, docteur en sciences, se trouvait avec un couple quand il vit le phénomène. La disposition des lumières lui fit l'effet de déjà vu. Il suppose qu'il s'agit tout simplement d'un grand ballon portant des lumières extérieures. "le temps était très clame ce soir là, et quand les lumières se sont éteintes, j'ai nettement vu la forme, celle d'un ballon de rugby, se trouvant à 1500 à 2000 pieds en l'air" dit-il. "On pouvait voir des cordes ou des fils qui maintenaient les lumières. L'objet flottait, n'a absolument pas effectué des mouvements erratiques. " A son avis l'objet était en plastique sur une structure légère pour ressembler un peu à un zeppelin, le tout gonflé à l'hélium, portant un léger moteur électrique téléguidé depuis le sol. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 115) 1983, 26 janvier TURQUIE, aéroport international Esenboga. Turgut Ozal, 19e premier ministre de Turquie, qui est ensuite devenu Président du pays en 1989, a véçu lui-même une observation d'Ovni selon le MUFON UFO JOURNAL ; il était avec son épouse et d'autres fonctionnaires. Il se trouvait alors à Ankara, à l'aéroport Esenboga, et sa destination était Istanbul. Selon le directeur général de l'aéroports, un objet lumineux est apparu dans le ciel à environ 6 heures. Le gouverneur del’aéroport a déclaré que l'objet a d'abord été remarqué et signalé à la tour par un pilote de British Airways. Ensuite, tous les avions en attente d'atterrir et de décoller ont signalé le même objet à la tour de contrôle et ont demandé à ce qu'il en était. Cet objet émettait des lumières colorées, et a alors été observé par le Premier ministre avec beaucoup d'étonnement tel qu'il pourrait être vu dans une photo prises par un journaliste. Il a ensuite plaisanté pour les journalistes, en disant: "Lucky you. Maintenant vous avez un bon titre!" Il n'a pas fait d'autres commentaires. Plus tard, deux jets de l'armée de l'air ont décollé pour tenter d’examiner l'objet, mais cet objet lumineux s’est tellement éloigné que les jets n’ont pas été en mesure de s’approcher près de lui. Le premier ministre témoin de l'observation a été le seul cas connu d’observation d'OVNI par un haut dignitaire dans un aéroports.

1983, 12 fevrier ALLEMAGNE, Bremen Brême, 21.20 heures, témoins : 1 Haut Conseiller de police, source : MUFON-CESBefragung.
119

1983, 19 février SWANSEA, Glamorgan, Pays de Galles Jusqu'à 200 personnes, ont observé un énorme OVNI de forme triangulaire passe en plein jour au-dessus d’eux tout le long de la côte Sud du Pays de Galles. Ils comprenaient une classe d'écoliers et d'une équipe de football. Dans Swansea deux détectives, DS et Mike Troake DC Gethen Humphreys a vu la trajectoire de l'objet évoluer dans un silence total. DS Troake dit: "Je suis habitué à voir des avions dans le ciel, mais cela était massif, beaucoup plus q'un avion. Il y avait un groupe de grands feux à l'avant de forme un peu comme un Zeppelin, suivie d’un groupe de lumières triangulaire. Ils évoluaient dans le ciel gracieusement à environ 1000 pieds d’altitude. "Crainte du ridicule, aucun témoin et ni l'agent n’ont alors signalé l'incident à leurs collègues. UFO CLASSIFICATION NL (lumière nocturne) Le Devoir observation. 2 Bureau. Source: Sunday Mirror 20/02/83 (Source: 5th Annual PRUFOS LA POLICE RAPPORT 2006 par détective 1877 Heseltine British Transport Police. 1983, 26 février USA, Hudson River Monique O'Driscoll et sa jeune fille de 17 ans observent un objet muni de plusieurs (une cinquantaine) feux lumineux, en forme de boomerang et qui, en passant silencieusement à leur verticale (au niveau des cimes des arbres), lui fit penser à un pont. Il y avait comme de lourdes parties métalliques en treillis avec des parties tubulaires ça et là. (L'objet s'arrêta au-dessus du lac gelé, et ses lumières roges et bleues se reflétaient sur la glace. Les deux femmes s'arrêtaient enfin près de la maison des Nandick qui furent choqués de voir ces lumières dans le ciel et n'osaient sortir de la maison. Au même instant Herbert Proudfoot et deux amis en voiture quittaient l'autoroute 84 à Danburry, quand ils virent ces lumières. Proudfoot arrêta le véhicule pour pouvoir mieux observer. La partie inférieur était noire et ressemblait à l'engin du film "Close Encounter of the Third Kind" et malgré qu'il ne se trouvait qu'à 1000 pieds d'altitude, aucun son venant de l'objet n'était entendu ("NIGHT SIEGE, The hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 10 à 13)

1983, février USA.Glenwood Springs Colorado Photo d'un OVNI prise d’une voiture dans un paysage joli enneigé en Glenwood Springs à l’hiver 1983. 1983, 10 mars FRANCE, dans l'Yonne A 20 heures, à la fin de son travail, Brigitte retourne chez elle en voiture. "Je vis, à l'entrée d'un bois, une lumière venant en sens inverse que j'identifiai comme le phare d'une voiture borgne. Je plaçai mes phares en code et au moment de croiser cette lumière, celle-ci se subdivisa en de nombreuses petites boules très lumineuses mais non éblouissantes. A ce moment j'eus l'impression de traverser toute une zone très lumineuse. J'eus le réflexe de freiner, mais mes freins ne répondirent pas. Pendant cette traversée, je n'eus aucune sensation de roulement de ma voiture. A ce moment une pensée m'obséda: "il ne faut pas qu'ils m'emmènent sans Georges (mon mari) et les enfants." Cela s'est passé très vite, en quelques secondes tout au plus. Ensuite je vis dans mon rétroviseur les petites boules lumineuses se rassembler derrière la voiture pour n'en former qu'une seule, plus grande, qui s'éloigna très vite. Puis, regardant la route, je
120

m'aperçus que je stationnais sur le côté droit, dans l'herbe, juste devant le panneau routier de l'entrée du village de V... Dans un état d'intense inquiétude je suis alors descendue du véhicule, j'ai constaté que la carrosserie était chaude, ainsi que la capote, comme si j'avais stationné plusieurs heures sous un soleil torride. " (Jimmy GUIEU: "Nos maîtres, les extraterrestres" - Presses de la Cité 1992, p. 29 à 31) 1983, 17 mars USA, Brewster (New York) (Hudson River) Dans la soirée du 17 mars Dennis Sant, juge du comté de Putnam, est à l'intérieur de sa demeure, lorsqu'il voit, en compagnie de son fils et de ses deux filles, une énorme plateforme triangulaire survoler sa propriété. Il comparera plus tard cette forteresse volante à une ville en plein ciel à 30 m du sol et d'une dimension supérieure à 100 m. L'objet survole de près son terrain, dans un silence absolu, et projette au sol un puissant faisceau, qui paraît scruter les environs. Le temps d'observation est évalué entre dix et vingt minutes. Puis lentement l'objet s'éloigne sans faire de bruit. (Jean THOMAS : « Synthèse Ovni », éd. Louise Couteau, 1999, p. 212) et pour le récit d'autres témoins du voisinage : ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 17 à 25) 1983, 24 mars USA, Westchester-Putnam (Hudson River) Pendant deux heures et demie des centaines de personnes virent des objets en forme de boomerang. C'était plus grand qu'un terrain de football. J'ai vu un faisceau de lumière blanche très vive, venir du centre de l'objet et à l'intérieur il y a eu un petit objet rougeâtre qui s'est dégagé du rayon et a filé très rapidement vers le nord. Alors le faisceau s'est éteint. "L'objet était triangulaire et avait des lumières sur tout son pourtour." "L'objet alluma deux projecteurs qui semblaient chercher quelque chose à la surface de l'étang; j'ai alors pu entendre comme un bruit très affaibli". " (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 298, 299) et pour d'autres détails et d'autres témoins: ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p.27 à 50) 1983, 26 mars USA, Danburry (Connecticut) Bill Pollard, 26 ans, vit dans le ciel comme un avion sur le point de tomber; l'objet ne tomba pas, et il distingua des lumières blanches, vertes et rouges clignotant en cadence. L'objet s'éleva tout droit dans le ciel et Pollard put distinguer comme une grande forme triangulaire arrondie.("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 52) 1983, 26 mars USA, Mahopac (New York) Albert Sylbert, professeur de physique à White Plains (N.Y.) rentrait en voiture à la maison, accompagné de son épouse et de leurs deux enfants, après une soirée de bowling. Il était environ 22 h 30. "Comme nous approchions de notre rue dit Sylbert, nous voyions tous une formation en V de lumières. Je me suis arrêté à un endroit dégagé pour mieux voir le phénomène. J'étais le seul à être sorti de la voiture, et cette chose venait droit sur nous. Cela semblait se trouver à environ 25 pieds au-dessus des arbres, et ça descendait encore en volant à une vitesse d'environ 40 mph. En se rapprochant le phénomène descendit encore de dix pieds tout en venant droit sur moi, à environ 300 pieds de distance. J'ai demandé le silence dans la voiture et j'ai pu entendre un bruit de moteur, bien assourdi, mais le bruit d'un moteur quand même. Un peu effrayé par l'approche de cet engin, je suis retourné dans la voiture, et distrait un instant de l'objet, il avait effectué un virage très serré et volait dans la direction opposée. Dans la voiture tout le monde criait, et j'ai roulé comme un fou pour rentrer à la maison afin d'y prendre mes jumelles." Sylbert est convaincu que quelqu'un a monté un canulard. Il n'a vu aucune masse derrière les lumières de l'objet
121

ronronnant. Il suppose que l'objet été peint en une couleur noir de nuit pour tromper les observateurs. ("NIGHT SIEGE, The hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 74, 75) 1983, 24 mai ALLEMAGNE, Jüchen (Cas n° : 19830524 A) Il est 18 heures quand Jürgen R. observe dans un ciel complètement couvert de nuages, un objet de couleur rouge, qui vint au-dessus d'une ligne à haute tension, s'y arrête, émet là un faisceau pyramidal qui commence par le dessus et se forme graduellement vers le bas. Peu de temps après ce faisceau se décompose, bizarrement à nouveau du haut vers le bas. Pendant l'observation il y eut des dérangements à la CB du témoin, qui était en conversation. Le diamètre de l'objet rouge est estimé entre 11 et 23 mètres. (JUFOF Nr. 30, 6'1983:161ff) (Hans-Werner Peiniger, GEP e.V., JUFOF - Allemagne) 1983, Juin Barry Morris Goldwater (général) (1909-1998) et ancient candidat à la présidence américaine déclara; Je crois vraiment qu’il y a des extraterrestres dans l’espace. Il ne nous ressemblent peut-être pas, mais j’ai le sentiment très fort qu’ils se sont développés bien au-délà de nos capacités mentales. Il est vrai que l’on m’a refusé l’accès d’un complexe sur la base de Wight-Patterson à Dayton dans l’Ohio, et je n’ai jamais pu y pénétrer. Je ne peux pas vous dire ce qu’il y avait à l’intérieur. Nous connaissons les rumeurs concernant un OVNI capturé avec son équipage. Je n’ai jamais vu ce que j’appellerais un OVNI, mais j’ai des amis intelligents qui en ont vus. Je pense que des enquêtes gouvernementales top-secrètes dont nous ne savons rien sont en cours sur les OVNI, et nous n’en saurons jamais rien sauf si l’Armée de l’Air ne les révèle. Je crois les rapports des pilotes civils, de l’Armée de l’Air et de la Marine qui ont raconté qu’un OVNI avait volé près d’eux, juste à côté de leur avion et se sont éloignés à des vitesses incroyables. Je me souviens du cas ou, en Géorgie, dans les années 50, un avion de la Garde Nationale a poursuivi un OVNI et n’est jamais revenu. Et je me souviens du cas ou, à Franklin, dans le Kenticky, 4 avions militaires étaient allés en reconnaissance sur un OVNI. L’un d’entre eux explosa en plein vol et personne ne sut pourquoi. Cette affaire est devenue si secrète…qu’il est impossible d’obtenir la moindre information la-dessus. Le Pentagone l'aurait prévenu de modérer son intérêt pour les ovnis. 1983, 21 août USA, Bridgeport (Connecticut) Robin Laconte, 28 ans, et Grace Jausiak, 18 ans, virent un objet près du domicile de Laconte, un peu avant 23 heures. "Il passait au-dessus de nous, et à ce moment nous pouvions entendre un faible bourdonnement" dit Jausiak. " Il allait à droite, puis à gauche, et nous l'avons observé durant une demie minute. Alors toutes les lumières se sont éteintes, comme s'il savait que nous l'observions.Apeurées les deux femmes rentraient dans la maison pour trouver le mari de Laconte. En ressortant ensuite l'objet s'éloignait en zigzaguant, puis partit tout droit dans le ciel. (…) ("NIGHT SIEGE, The hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 73) 1983, 15 octobre USA, près d'Altoona, PA Un disque lumineux, argenté, passe au-dessus d'une voiture de droite à gauche, après que les témoins
122

aient entendu un fort bourdonnement. La voiture fut soulevée, les phares clignotaient et il y eut des effets physiologiques sur les témoins par la suite. (Jan Aldrich 10/97; Richard Hall, MUFON Journal 192, p14, originally 189-3) 1983, 28 octobre USA, Croton Falls (Hudson River) Jim Crooke, ingénieur en chimie biologique, spécialisé en optique laser pour la chirurgie, rentrait chez lui à Mahopac (New York). Vers 2 h 15 il se trouvait près de Croton Falls quand il aperçut de vives lumières entre les arbres. Ces feux approchaient très vite et finirent par descendre au-dessus d'un petit lac servant de réservoir d'eau. Les lumières s'éteignirent et le témoin ne vit plus qu'une masse sombre triangulaire, immobilisée à environ 5 m au-dessus de l'eau. "Alors neuf feux rouges s'allumèrent sur les côtés du triangle. Ils ressemblaient aux diodes LED utilisées pour l'affichage digital. Quelque chose sortit de la partie inférieure de l'objet, un faisceau de lumière rouge qui parut inspecter l'eau, comme une sonde. Parfois l'objet, toujours silencieux, projetait comme un "écran" vers l'eau. Et la sonde lumineuse semblait se trouver derrière l'écran ou à l'intérieur. Si vous regardez à travers des ondes infrarouges, vous pouvez voir la distorsion de l'arrière-plan. C'est tout à fait semblable à ça." (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 298) 1983, 2 novembre CHINE, en vol, au nord A une altitude de 12000 mètres, un mystérieux objet tombé du ciel cassait une partie de la queue d'un avion militaire chinois, qui put cependant atterrir sain et sauf. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 321) 1983, 11 novembre BRESIL, Parnarama-Cajneiro A 3 h 30, un employé de ferme qui était à bicyclette vit soudain un homme très gros, vaguement lumineux, avec des reflets brillants verts, qui se trouvait sur la route devant lui. A ce moment, sa bicyclette se bloqua. Quoi qu'il fasse, il était incapable de la faire avancer. L'être se dirigea vers le témoin. Au fur et à mesure qu'il avançait, il devenait plus grand et plus mince. Il s'arrêta et se mit dans une position étrange, plaçant son pied droit par dessus le genou gauche, la main droite sur l'épaule gauche et le bras droit tendu en l'air. Cela étant accompli, il s'évanouit tout simplement et il disparut sur place. Le témoin était si secoué qu'il refusa de parler à quiconque de l'incident. Ce n'est qu'un an plus tard qu'il accepta d'être interrogé. (Jacques VALLEE: "Confrontations" Laffont 1991, p. 255, 256) 1983, décembre CHILI, nord du... Marisol Espinoza Fica, 22 ans, roule tard dans la nuit à 1500 km au nord de Santiago, sur une route de montagne. Soudain, déclare-t-elle, son véhicule fut aspiré par une force puissante provenant d'un objet rond flottant en l'air et parcouru de lueurs violettes. La voiture ayant été déposée par l'engin à quelques mètres d'un ravin et le moteur refusant de démarrer, la jeune femme fut contrainte de faire une longue marche à pied pour regagner son domicile. Avec son père elle se rendit au commissariat de police afin de faire une déposition et en sortant, tous deux interdits, observent de nouveau le disque dans le ciel. "Un engin énorme" précisera le père bouleversé. (Jimmy GUIEU: "Nos maîtres les extraterrestres". - Presses de la Cité 1992, p. 33, 34) 1984, 21 mars USA, près de Woodbury (New York) Gordon Gebert (25 ans) se trouvait avec son camion sur l'autoroute 87 près de Woodbury au environs de 20 heures. Un flash de lumière dans le rétroviseur le fit cligner des yeux plusieurs fois. "C'était encore très éloigné, dit-il. Je l'observais et la lumière devint de plus en plus intense". Ensuite il le perdit de vue.
123

Il y avait peu de trafic sur l'autoroute à cette heure là. "Cinq minutes s'étaient écoulées quand, en regardant à ma gauche, je vis cette énorme chose qui se trouvait sur une trajectoire de collision avec mon camion, à une distance d'à peine 100 yards en perdant de plus en plus d'altitude. C'était un objet en forme de boomerang, de couleur sombre, gris ou noir. Le gros de la masse se trouvait derrière les lumières , et certaines parties semblaient avoir de la profondeur. J'ai ralenti jusqu'à 15mph, descendu la vitre, pour mieux voir cet "avion" que je croyais appartenir à la force aérienne américaine. Il n'y avait pas de son audible. Il ne devait pas se trouver à plus de 100 pieds dans l'air et avançait de concert avec le camion. Il avait la taille d'un Boeing 747. Les lumières semblaient en rotation dans une sorte de prisme, les couleurs les plus pures que j'avais jamais vues." Il voulait s'arrêter pour mieux voir, mais en pensant qu'il se trouvait pratiquement seul sur l'autoroute et que cette chose pouvait être hostile, il s'en abstient. L'objet resta au-dessus du camion durant cinq minutes et Gebert avait l'impression d'être surveillé. Pendant une fraction de seconde d'inattention, l'objet a disparu, comme s'il s'était évaporé en un instant. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 71 à 73) 1984, 25 mars USA, près de Newburgh (N.Y.) Bobby Boulanger, ingénieur de 33 ans, et sa famille, roulaient sur la 84 près de Newburgh vers 20 heures. Ils virent dix lumières rouges et blanches stationnaires au-dessus de l'autoroute. Les lumières étaient si intenses qu'elles produisaient des ombres sur le sol. La famille observa l'ovni durant dix minutes. Ensuite se produisait une chose invraisemblable: les lumières s'éteignirent une à une et quand la dernière fut éteinte, il n'y avait plus rien, tout était évanoui. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 81) 1984, 25 mars USA, Croton Falls Reservoir (N.Y.) Jack Grimsley, photographe professionnel âgé de 33 ans , rentrait en voiture par la route 6 vers 20 h 45, quand il vit arriver le phénomène par le sud. "Je voyais de grandes lumières intenses de couleur blanche, dit-il, environ une dizaine, rangées en forme de boomerang. L'intensité était si forte que je devais me protéger les yeux. Quand ils passaient au-dessus de moi je vis une sorte de structure sombre reliant les lumières qui se trouvaient à environ 500 pieds d'altitude. C'était énorme. Cela volait à la vitesse de mon véhicule qui était alors de 30 mph, car j'ai pu rester directement sous l'objet un certain temps. Ensuite il a viré, est descendu au-dessus des arbres, et prit la direction du Réservoir. J'ai arrêté l'auto et pris mon caméscope avant de sortir du véhicule. La chose planait à environ 50 pieds au-dessus de l'eau, à environ 100 yards des berges. En ce moment les lumières clignotaient en différentes couleurs, et je pus entendre un très léger bourdonnement. J'ai filmé pendant une dizaine de minutes, et en zoomant j'ai pu obtenir le gris sombre de la structure. L'objet mesurait environ 300 pieds de long. Puis, d'un seul coup, les lumières s'éteignirent et l'objet était parti. Je suis resté sur place regardant partout, mais rien à faire, l'objet s'était évanoui." C'est alors qu'intervint la partie la plus étrange. "Je retournais vers ma voiture, après ce qui m'avait semblé être une observation d'un quart d'heure en tout et pour tout, mais en regardant la montre, je me serais trouvé près du Réservoir pendant plus d'une heure. Je dois avoir été tellement abasourdi que j'en ai perdu la notion du temps." Chez lui à domicile, il put voir la séquence filmée, et on put entendre le son qu'il avait perçu durant l'observation. Cependant, en emmenant la cassette pour la monter à un de ses amis physiciens, il n'y avait plus rien d''enregistré sur la pellicule. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 81 à 83)

Liste des programmes militaire US sur les OVNI’s.
124

Projet AQUARIUS : Projet qui recense l'historique de la présence des extra-terrestres sur Terre, et les interactions avec l'homme pour les 25 000 dernières années, depuis l'homo-sapiens jusqu'a maintenant. Projet I.P.U : Projet Interplanetary Unit. Unité dépendant de l'US Army; les archives de cette unité représenteraient la plus grande accumulation de preuves sur la présence de Forces étrangères à la Terre . Projet MAJI : Signifie Majority Agency for Joint Intelligence; autrement dit, organisme majeur pour le contact avec des intelligences extra-terrestres. Toutes informations et désinformations passent par cette agence. Elle travaille avec la C.I.A (agence centrale du renseignement), la N.S.A (agence national de sécurité), la D.I.A (agence du renseignement de la défense), et de la Navy Intelligence (services secrets de la US Navy). Tous les projets concernant les extra-terrestres seraient sous son contrôle. Projet MOON DUST : A l'origine, ce projet a été conçu par l'armée américaine pour récupérer les débris d'objets spatiaux soviétiques. En temps de paix, ce projet a "glissé" vers la récupération d'objets issus des OVNIs. Projet BLUE FLY : Projet étroitement lié au projet MOON DUST, dont il semble avoir été crée avant celui-ci, en février 1960 puis intégré dans le projet MOON DUST. Projet PLATO : Projet responsable des relations diplomatiques avec les extra-terrestres. Un accord avec les extra-terrestres aurait été passé. En échange de technologie leur présence sur Terre est tenue secrète, et on les laisse mener leurs expériences/enlèvements ( Traité TAU-IX ). Projet PLUTO : Projet visant à évaluer tous les Ovni’s. Projet REDLIGHT / CETUS : Projet chargé de tester les vaisseaux récupérés. Il est mené à bien sur le site d'Area 51 / S4 au Névada. Cependant un vaisseau récupéré a explosé en altitude et les pilotes ont été tués. Le projet a été suspendu un moment jusqu’à ce que les EBE’s aient accepté l’aide demandée. Projet SNOWBIRD : Projet de couverture du projet REDLIGHT. L'armée U.S construisit une fausse soucoupe volante qui fit plusieurs vols en public pour tenter de donner des explications rationnelles aux apparitions d'OVNIs. Projet GALILEO : Projet d'étude des système de propulsion antigravitationnel dans l'Area S-4. Projet SIGMA : Projet de communications avec les extra-terrestres. Il est toujours d'actualité en ce qui concerne les communications. Projet BANDO : Projet Initialement créé en 1949. Sa mission était de rassembler et d'évaluer l'information médicale des créatures Aliens survivantes et les corps extraterrestres récupérés. Les chercheurs médicaux ont obtenus certaines réponses à la théorie de l'évolution. (OPR: CIA 1974) Projet NRO : Organisation chargée de la sécurité des extra-terrestres et de leurs vaisseaux (basée à Ford Carson, Orégon). Projet JOSHUA : Projet responsable du développement d'une arme basée sur le son basse fréquence, capable de détruire les vaisseaux extraterrestres.

125

Projet SIDEKICK : Autre projet d'armement basé sur la projection de rayons à particules. Projet MAGNET : Il date de 1950 et avait pour but d'étudier les théories sur le magnétisme en relation avec les OVNIs. Projet JEHOVAH : Projet impliqué dans la recherche sur la physique des OVNI's. Projet SILVER BUG : Projet de l'US Air Force, il avait pour objectif de définir les technologies nécessaires pour construire une soucoupe volante et de savoir également si les soviétiques construisaient des appareils volants de cette forme. Projet POUNCE : Nom de code du projet chargé de formaliser toutes les procédures à suivre en cas de récupération après un crash. Projet LOOKING GLASS : Projet en rapport avec le voyage dans le temps (technologie acquise par une catégorie d'OVNIs.) Projet CRYSTAL KNIGHT : (Projet SERPO) programme allégué d'échange entre les Etat-Unis et des visiteurs extraterrestres du système d'étoiles de Zeta Reticuli. Une équipe de 12 militaires Américains auraient été envoyés sur la planète des visiteurs extraterrestres pour rassembler des informations scientifiques (1965). Deux membres seraient morts pendant la mission et deux autres auraient choisi de rester sur la planète Serpo (1978). Ce projet avait censément évolué à la suite du contact entre les autorités des Etats Unis et les extraterrestres victimes d’un accident au Nouveau-Mexique en 1947. Projet GARNET : Etudie l'influence des extra-terrestres sur l'évolution humaine. Projet LUNA : Nom de code pour la base extra-terrestre sur la lune qui fut observée et filmée par les astronautes d'Apollo. Cette base est une exploitation minière utilisant des machines de très grande dimension avec d’immenses vaisseaux extraterrestres décrits dans les rapports d’observation comme étant des Vaisseaux Mères. Projet SIGN : Premier projet recueillant des informations sur les OVNIs. Ses conclusions sont basées sur un postulat de départ, selon lequel les OVNIs ne peuvent pas exister. Sa devise était " quoi que vous voyiez ou entendiez, ne le croyez pas ! " Projet GRUDGE : Projet qui a pris la suite du projet SIGN. Il avait pour objet de nier l'existence des OVNIs. Il devait se dérouler en deux phases : d'abord trouver une explication plus ou moins valable à chaque cas d'observation, et ensuite porter la solution à la connaissance du public. Projet BLUE BOOK : Projet lancé par l'U.S Air Force visant a faire le " point officiel " sur les OVNIs. 13000 rapports n'empéchèrent pas l'U.S Air Force de déclarer que les OVNIs n'existent pas. Projet REVELATION : Le Projet met à la disposition des membres du Congrès et des médias près de 500 pages de témoignages officiels et plus de 4 heures de vidéo. Une multitudes d’informations y sont présentées, notamment l’existence de 57 espèces ou races extra-terrestres humanoïdes répertoriées et classées depuis 1989 par les scientifiques militaires et la révélation que certains de ces extra-terrestres sont à ce point semblables aux humains, qu’ils se trouvent parmi nous depuis longtemps sans que nous en ayons conscience. Steven Greer qui a initié le projet à réussit a réunir près de 500 personnes, la plupart des militaire à la retraite ou d’ancien membre de la CIA, des contrôleurs aériens ou encore des professionnels de l’aviation qui affirme avoir assistés à un phénomène inexpliqué. Ils sont prêt à
126

témoigner sous serment devant le Congrès américain. Le projet Révélation a pour but de révéler les progrès technologiques obtenus gràce à l'étude d'objets extraterrestres ainsi que leurs implications dans la vie quotidienne américaine. 1984, 25 mars USA, Yorktown (N.Y.) Vers 20 h 30 Armand Favilla roulait sur la route express "quand tout à coup nous voyions les voitures se ranger sur le côté et s'arrêter. Je jetais un regard vers le haut et vit une série de lumières rangées en V ou en boomerang. J'ai arrêté la voiture, l'objet planait à moins de 600 pieds au-dessus de nous. J'ai baissé la vitre mais je n'ai rien entendu. Puis la chose a glissé, non pas dans un mouvement mu par moteur, mais en flottant. On a vu les lumières s'en aller à l'est." ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 79) 1984, 25 mars USA, Bedford (N.Y.) A Bedford Michael Piazza était parmi les témoins. "Il avait la forme d'un delta avec six lumières blanches et deu lumières vertes au centre", dit-il. "L'objet a fait un virage très serré et est parti vers le nord. Je suis habitué aux avions, mais cette chose là volait à moins de 20 ou 30 mph." ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 79). 1984, 11 juin USA, Fishkill (N.Y.) Marie Clark et sa fille s'étaient rendues chez des voisins pour regarder un programme de gymnastique à la télé. "Le programme était terminé à 22 heures, dit-elle, et ma fille en regardant par la fenêtre dit "Regardez-moi ces lumières!". Ils regardaient tous et virent alors une lumière verdâtre dans le ciel au nord-est. "Il y avait deux rangées de lumières et elles formaient un V incurvé. Cela planait. Le voisin demanda: quel est cette sorte d'avion qui ne bouge pas? Nous sommes tous sortis et avons observé quelques minutes de plus. Tout à coup cela à bougé, en glissant sur une ligne horizontale. Puis c'était derrière les arbres et nous ne pouvions plus le voir." La couleur des lumières était d'un vert-tilleul. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 94, 95) 1984, 14 juin USA, Peekstill (N.Y.) Vers 20 h 30 un homme vérifiait le niveau d'huile de son moteur, quand il vit un objet inhabituel dans le ciel. Il était triangulaire et ouvert dans le milieu. "Ce n'était pas un "V", c'était un triangle, car il avait trois côtés, et il volait bas. Je vis des lumières sur tout le pourtour distancés l'une de l'autre de deux à trois pieds. A chaque pointe il y avait une lumière. L'objet en soi semblait très mince, comme un pont, on pouvait voir au travers des côtés de cette chose. Les seules parties solides en étaient la base et la pointe, le centre était creux. Il n'y avait rien là. Il y avait comme des croisillons autour." L'objet passait lentement dans le ciel et disparut derrière les arbres. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 96) 1984, 19 juillet USA, Taconic Parkway-Dutchess (New York) Le témoin est âgé de 32 ans et est programmeur dans une société scientifique qui collaborait à des sousensemble pour le télescope spatial Hubble. Nous l'appellerons Bill. Vers 22 h 30 il quittait le bureau et roulait sur l'highway I-84. Il aperçut un objet fort brillant, circulaire comme suspendu dans le ciel au nord. Comme il venait d'apercevoir l'objet, celui-ci se mit en mouvement et alors Bill constatait qu'il y
127

avait une grosse masse noire derrière la lumière. En poursuivant sa route Bill perdit l'objet de vue. Il sortit de l'I-84 pour emprunter la route 52 près de Stormville. Entre-temps il était 23 heures et il vit tout à coup dans les champs un grand objet sombre: il crut d'abord que c'était une nouvelle construction d'habitation et intrigué s'arrêta pour regarder. Cela ressemblait à une grande grange, plus effilé de façades et très lisse. Pendant qu'il regardait l'objet s'éleva sans un son. Ceci effraya Bill, car il était seul sur la route. Quand l'objet était à deux fois la hauteur des arbres, la radio de bord émit des bruits comme quand on met une bande magnétique qu'on fait tourner trop lentement. Complètement effrayé il mit les gaz. Après plusieurs minutes il vit une lueur au-dessus d'une colline.. quand il s'en approcha... l'objet était là! Il se tenait à 300 pieds au-dessus des arbres et était illuminé de bandes de lumière jaunes et blanches. Il s'arrêta, coupa le moteur et les lumières... dans l'espoir que cette "chose" ne le verrait pas. L'objet éteint également ses lumières et il vit la grande silhouette sombre de forme triangulaire arriver et passer audessus de la voiture. Il n'en vit que le ventre qui ressemblait à s'y méprendre à un destroyer des films "Star Wars". Sous l'objet il vit des taches rondes, plus sombres, comme des entrées de tunnel. Dans ces tunnels il y avait une sorte de lampe blanche stroboscopique. Il n'entendait aucun bruit. Cela semblait avoir environ 300 pieds de long. Ensuite survint quelque chose de bizarre: Bill avait vu arriver l'objet audessus de la voiture, il ne le vit pas repartir. Ce qu'il sait c'est qu'ensuite il se trouvait à 200 m de l'endroit où il vit passer l'objet vers 23 h 30. Il était maintenant 00 h 15. En entrant chez lui sa femme était fâchée de son retard. Cette nuit là il s'éveilla et s'entendit crier: "Allez vous en!". Son épouse confirme qu'il fait depuis au moins deux fois par semaine de tels cauchemars. Il était tellement effrayé d'avoir encore à rentrer chez lui de nuit, qu'il demanda à son patron un changement d'horaire. Sous hypnose il se souviendra d'avoir vu des entités sur la route, de s'être senti paralysé et que ces entités lui dirent: n'ayez pas peur, nous vous avions sélectionné. Nous avons besoin de vous." etc.. ("NIGHT SIEGE, The Hudson Valley Sightings" de J.Allen Hynek, Philip J. Imbrogno, Bob Pratt, 2e éd. 1995, éd. Llewellyn, St Paul USA, p. 119, et Phil Imbrogno, internet) 1984, 26 août ITALIE, Campo Marina (Taranto - Puglia) Vers trois heures du matin, trois hommes dans un bateau de pêche, se trouvant à deux miles de Campo Marino, voyaient une lumière blanche dans l'eau, à une distance de 500 à 1000 mètres de leur position. Ils pensaient qu'un sous-marin allait émerger. Mais tout à coup un objet métallique rond, de couleur grise, sortit de la mer à la verticale, virait à 60 ou 70 degrés et s'envola à vitesse vertigineuse. Pas un bruit, pas une onde d'eau plus forte, pas un remous. (Enquête d' Arcangelo Cassano du CISU, ITUFOR n° 10) 1984, 7 septembre URSS, Biélorussie 70 km an N.E. DE MINSK (URSS) Les équipages de deux avions d'Aéroflot ont rencontré dans le ciel de Biélorussie un ovni. Pour l'avion volant de Tbilissi à Tallinn, cette rencontre à 04 h 10, n'était qu'un fait curieux. Pour celui assurant le vol Léningrad-Tbilissi toute cette affaire a mal tourné. L'observation se fait à 04 h 50, le contrôleur de Minsk, voulant une confirmation, demande de tourner dans la direction de l'objet. L'objet s'est arrêté, à envoyé une lumière très puissante vers la cabine de l'avion. Y. Kabatchnikov a reçu cette lumière en plein visage, et le commandant de bord Vladimir GOTSIRIDZE sur le ventre. Deux semaines plus tard le commandant se trouvait à l'hôpital où il devait mourir 13 mois plus tard. Kabatchnikov a encore pu travailler pendant deux mois, ensuite il est devenu complètement infirme. K a été révoqué le 01/07/85 pour inaptitude physique (Boris CHOURINOV: "Les deux faces de l'ufologie en Russie" - mai 1994 - p. 26) 1984, 23 septembre ARGENTINE, Reconquista A bord du Piper LV Mee, piloté par Carlos Sorini , il y avait encore 7 passagers. A 21 heures tout le monde constatait les interférences des évolutions d'un ovni en l'air avec les instruments à bord de l'avion.
128

Le compas oscillait entre 0.05° et 270°. L'ovni fut également détecté par le vol 760 des Aerolíneas Argentinas ainsi que par le vol 61 of Austral Airlines. L'observation a duré 45 minutes. (Forerunners to the incident of Bariloche, Carlos Ferguson, Samizdat 1997) 1984, 26 novembre USA, Magnolia Bay Peter et Ana Hoel étaient dans Shore Road vers 18 h 15 quand ils virent une lueur jaune sur l'océan se transformer en deux lumières rouges clignotant en alternance. L'objet s'approchait de la terre et arrivé près de la côte les lumières s'éteignirent. C'était un triangle portant sur l'arrière 4 lumières blanches, et comme une verrière illuminée de l'intérieur d'une lumière jaunâtre sur la partie ventrale. Ce triangle faisait un bruit de bourdonnement sourd et soutenu. Il effectua un virage à angle droit vers le centre de Magnolia: il avait bien 50 m d'envergure. Tout à coup il disparut sur place. Un peu plus tard les témoins virent à nouveau 4 lumières rouges et 2 blanches à travers les arbres, se mouvoir en direction de Kettle Island. (Mufon Journal 214, febr. 1986, p. 11, 16) 1984, date exacte non précisée PHILIPPINES, île de Leyte, Ormoc Des enfants racontaient avoir vu des "hommes humains bulbeux" sortant d'un grand disque spatial qui avait atterri à Ormoc, dans l'ouest de l'île de Leyte. Il était impossible de ne pas attacher de l'importance aux témoignages de ces enfants qui tous donnaient une description identique. (Ufo Roundup vol. 5 n° 39, 2000) 1985, 14 février URSS, région de Pétrozavodsk Le mécanicien Sergiej Orlov, d'un train de marchandise remarque une boule qui vole en direction du train et finit par se placer devant la locomotive. Le train arriva sur une pente et les freins ne répondaient plus. La vitesse augmentait et la locomotive devint incontrôlable, le mécanicien demande qu'on lui réserve la voie pour passer à toute vitesse. Le chef de gare sortit pour voir ce qui se passait et vit une lumière rouge en forme de disque ou de cigare, volant devant la locomotive frôlant presque les rails. A hauteur de la gare la lumière sauta sur le côté pour disparaître immédiatement. Tout de suite après la gare la boule revint devant le train. Les mécaniciens eurent l'impression de se heurter dans un mur, la vitesse chuta jusqu'à 20 km/h pour reprendre sa vitesse peu après. Enfin la lumière disparut. Le train stoppa, le mécanicien sortit pour examiner les roues: alors apparut une lumière bleuâtre dans son dos et une force inconnue le serra contre la locomotive. Quand l'"étreinte" se desserra, le mécanicien regagne en panique son poste fermant toutes les portes. Résultat final: économie de 300 kg de gasoil sur le trajet. (Boris CHOURINOV: "Les deux faces de l'ufologie en Russie" - mai 1994 - p. 25, 26) 1985, 15 mars AUSTRALIE, Cherrybrook, New South Wales A 23 h 30, deux jeunes en voiture constatent qu'un grand objet plane au-dessus des arbres et descend au sol. L'intérieur de la voiture est tout illuminée par les éclats de lumière de la chose. Puis des créatures à longs bras marchent et viennent vers eux. Les jeunes prennent le volant et s'enfuient. (1. UFORNSW NA85002. 2. "Daily Telegraph" Mar 20 1985. - Keith Basterfield) 1985, 23 mai URSS, région de Khabarovsk Des bombardiers russes étaient en mission dans cette région frontalière avec la Chine, quand la tour de contrôle rapportait un ovni à 22:35. Il était de forme elliptique et de couleur jaune pâle. L'objet volait en silence à une altitude de 2000-3000 mètres et à une vitesse d'environ 600 Km/h d'ouest en est. Le phénomène était entouré d'un halo lumineux. Les écrans radar n'avaient aucune trace de la chose
129

observée à l'oeil nu. Durée de l'observation : 13 minutes. L'objet s'est arrêté pendant un long stationnement. Deux heures plus tard un objet identique est à nouveau observé durant 10 minutes. Les bombardiers s'en sont rapprochés à 800-1200 mètres. L'objet émettait de la lumière par le dessous et par le dessus, mais la lumière ventrale était plus intense. (déclaration du colonel Alifanov, V., documents en possession du CISU, Italie) 1985, 21 juin AUSTRALIE, en mer, au NE de Flinders Island A 1 heure du matin, un membre de l'équipage de garde sur un bateau, vit apparaître soudainement, clairement visible sous l'eau, à une centaine de mètres de distance, au moins six lumières de chacune 75 à 80 cm de diamètre, émettant une lumière verte brillante. Après une dizaine de minutes d'observation, l'homme de quart changea la course pour contourner ces lumières car elles étaient droit devant. Peu après elles n'étaient plus visibles. (UFORA93043 TA93032 TUFOIC. - Keith Basterfield) 1985, 22 juillet ZIMBABWE, Bulawayo Les habitants de six villes des alentours dirent avoir vu un ovni au-dessus de Bulawayo. A 17 h 45 deux avions d'interception Hawk de la Zimbabwe Air Force décollèrent de la base de Thornhill pour aller voir ce qui se passait. L'aéroport de Bulawayo captait sur son radar l'ovni qui était observé par des spectateurs au sol. De forme arrondie, surmonté d'un petit cône, il brillait si vivement dans la lumière de l'après-midi que les autres détails étaient indistincts. Les Hawk de la ZAF approchèrent de l'ovni tandis qu'il stationnait à une altitude de 2000 mètres, mais il remonta alors à 210000 mètres. Les Hawk le poursuivirent jusqu'à 9500 mètres. (« Dossiers OVNI », éd. Marshall Cavendish, Paris 1998, Hors série, p.46) 1985, 18 août ARGENTINE, Ceres L'équipage et les passagers d'un Boeing 747 volant à environ 10 000 mètres d'altitude, purent observer un gros engin immobile, puis un second effectuant des mouvements désordonnés à des vitesses vertigineuses. Durée du phénomène: une vingtaine de minutes. (Jimmy GUIEU: "Nos maîtres les extraterrestres" - Presses de la Cité 1992, p. 254, 255) Des journalistes à bord d'un Boeing 737 observent deux ovnis. L'un d'eux, Roberto Ruiz, du Buenos Aires' Clarin a pu en prendre une séquence de 36 clichés. L'observation eut lieu vers 21 heures. (Forerunners to the incident of Bariloche, Carlos Ferguson, Samizdat 1997) 1985, 20 août ARGENTINE, Charata (Chaco) entre 7 heures du matin et 16 heures de l'après-midi plusieurs communautés rapportaient l'observation d'un ovni. Hugo Weschbilling (Air Traffic Controller à Resistencia) vit l'objet. A 7 h 55 le pilote d'un Aerolíneas Argentinas 747 rapportait l'objet à 90° de son appareil, et l'objet fit des manoeuvres de descente et de montée. D'autres aviateurs ont également observé ce bizarre phénomène. (Forerunners to theincident of Bariloche, Carlos Ferguson, Samizdat, 1997) 1985, juillet AUSTRALIE, Hobart (Tasmanie) ("Australian UFO Bulletin"- déc. 1994 Victoria) En hiver 1985 (mois de juillet, car pays austral) M. G. vivait dans sa ferme à 55 km au nord de Hobart, avec son épouse, trois fils et deux filles. L'aîné avait alors 16 à 17 ans, le plus jeune 7 ans. Le garçon aîné avait accompagné son père pour chasser sur une propriété voisine à 2,5 km de distance au nord - est au pied de la colline. Il faisait assez froid, mais le temps était beau. En voulant rentrer, le garçon appelle son
130

père, disant d'allumer le spot, car il y avait une visite. Ainsi M. G. mit son harnais contenant une batterie de 12 V. sur le dos pour alimenter une lampe puissante. Dans le nord, il vit un objet lumineux de couleur bleue dans le ciel à environ 5 km. Dans les minutes suivantes, l'objet n'était plus qu'à 200 mètres et volait vraiment près du sol. Il vit alors que des lumières (plus de 7 - moins de 11) étaient comme suspendues en une rangée à 6 ou 7 m au-dessus de l'objet: ces lumières étaient bleues, elles aussi. L'objet atterrit verticalement, sans aucun bruit. Il était tellement entouré de luminosité que toute la zone était baignée d'une intense lumière bleue. L'objet semblait être en forme de bulle énorme, avec la partie supérieure arrondie. A mi hauteur il y avait un anneau ou un rebord, la base était plate. L'objet devait mesurer de 20 à 25 m de long pour 6 à 7 m d'épais. Dès que l'ovni fut au sol, M.G. sentit quelque chose de brûlant dans son dos: c'était la batterie qui était en train de bouillir en glougloutant. Le garçon de 17 ans, s'était éloigné de la chose quand tout à coup ils entendirent un drôle de bruit, comme quelque chose de chantant , cela semblait sortir de l'objet, cela pouvait être une sorte de langage inconnu d'eux. C'en était trop les témoins s'éloignaient de l'endroit aussi vite qu'ils le purent, sautant dans la voiture, pour rentrer à leur ferme, sans jeter un regard en arrière. Le produit de leur chasse était resté au pied de la colline. A la maison M.G. fit un bizarre découverte: alors que sa chemise et son pull n'avaient rien, mais son singlet montrait un trou de brûlé de 15 cm. Comme ils avaient laissé la batterie et le fusil sur la propriété, le père allait les récupérer mais ensuite ne retournait plus jamais sur les lieux. 1985, 1ère semaine d'octobre USA, Harrisburg (PA) A 5 h 15 le témoin vit passer un objet au-dessus de sa maison, recouvrant en surface les 5 maisons adjacentes. L'objet était énorme, tout blanc, sans aucune lumière, quoique plus lumineux que ce que le témoin ait jamais put voir sans cependant éblouir, de la forme d'un disque et en rotation. Le témoin sortit de la maison et se trouvant sous l'objet se sentit paralysé. L'objet s'éloigna, fit demi-tour et à ce moment le fils du témoin, âgé de 12 ans put le voir également (National Uforeporting Center) 1985, 10 octobre USA, Tucson (Arizona) A 00 h 15 le radar de l'aéroport International avait l'écho de plusieurs groupes d'ovni et les suivaient pendant une heure et demie. L'équipage d'un hélicoptère de la police, et des témoins civils virent en cette nuit jusqu'à 60 objets! Les échos radars montraient 15 groupes de 4 objets volant à environ 288 miles/h. La tour de contrôle informa le pilote de la police qu'ils avaient des échos mais pas de "transponder" qui identifie automatiquement les avions et hélicoptères. L'hélicoptère est monté jusqu'à 4000 pieds, mais les objets volaient à 7000 pieds. Du côté militaire on affirma que les jets étaient tous rentrés à 22 h 30. (National Uforeporting Center) 1985, 30 octobre GRANDE BRETAGNE, Darwin (Lancashire) Un incident signalé ce jour à Darwin fait état de la présence d'un objet de grande dimension, en forme de losange, avec deux "phares" et, sur le dessous, des petites proéminences rondes disposées en forme de croix. Cet objet s'approcha du témoin dans un silence total, venant de Winter. (Inforespace n° 85 p. 20) 1985, 3 novembre URSS, Vladivostok Déclaration d'un pêcheur: Vers 20 h 30, après une partie de pêche "aux lumières" sur le fleuve Razdolnaya, quand le moteur "Vikhr" de mon bâteau "Dniepr", s'arrêta. Il reprit tout de suite et je naviguait alors lentement. C'est alors qu'un objet lumineux arrivait, bien plus vite qu'un avion, du nord vers le sud. Il était de l'aspect d'une étoile, mais plus grand, et il projetait un rayon vers le sol. Le rayon avait une grande longueur, pourtant il n'arrivait pas jusqu'à la terre, il s'arrêtait à mi-air. Quand l'objet se rapprochait, le moteur du bateau s'arrêtait de nouveau. Je tirai le cordon de lancement après avoir vérifié
131

le niveau du carburant. Le moteur reprit, mais alors il y avait une lueur à la base de la bobine qui durait environ 7 secondes, avant que le moteur ne s'arrête soudain, d'un coup, sans ralentir. A ce moment l'ovni se trouvait à notre aplomb. Il s'éloignait vers le sud et mon compagnon A. Khripunov et moi-même avions pensé à un satellite artificiel. Au dessus de Vladivostok, le rayon qui en sortait s'éteignit et notre observation s'arrêtait là. Le moteur du bateau ne voulant plus repartir, nous avons ramé vers la rive, mais le vent et le courant nous ont poussé sur la rive opposée. Nous avions des bougies de rechange, mais nous ne sommes pas parvenus à faire tourner le moteur. Nous avons ramé dans l'espoir de rencontrer d'autres bateaux. Il était 9 heures du matin avant que cela ne se produise. Ces gens nous ont donné des bougies, mais il n'y avait toujours rien à faire. Il était 15 h 45 quand nous sommes arrivés, à force de ramer, à Vladivostok. (V.Alexandrov) (copie des documents russes chez CISU, Italie) 1986, 18 janvier GRANDE-BRETAGNE, Cardiff (Wales) Environ 200 personnes ont pu voir deux objets triangulaires passer lentement et silencieusement. "Il y avait comme une grappe principale de lumières à l'avant ayant un peu la forme d'un zeppelin, suivie d'un groupe de lumières en triangle". Un autre témoin dit "Nous nous sommes arrêtés de jouer (au football) pour le regarder, on ne pouvait pas comprendre pourquoi les lumières étaient si loin les unes des autres. L'objet était peut-être à une hauteur de 200 ou 300 m et devait avoir une envergure de 90 m. Et cela ne faisait aucun bruit". (Bob PRATT - USA) 1986, 26 janvier URSS, Dalniegorsk A 20 heures les habitants remarquent une boule rouge volant sans bruit venant du nord-ouest. Au-dessus de la colline 611 l'Ovni fit une manoeuvre inattendue et selon les témoins, heurta la colline rocheuse. Un grand faisceau comparable à la lumière d'un arc électrique fut aperçu. Sur place il y eut des traces de destruction de végétaux et des petites billes de plomb et d'acier ainsi que des filets qui chauffé à 900° se volatilisa sans traces dans l'air. Sous vide, à 2800° il ne fondit pas. Après l'incident, le sang des chercheurs recelait moins que la normale de leucocytes et de thrombocytes. Les photos prises du site furent toutes surexposées. (Inforespace n° 78, p. 31,32) 1986, 12 mars ARGENTINE, Cordoba, Uritorco (Source: journal "La tercera de la Hora" de Santiago, Chili du 13.3.1986; transmis par : Jorge Anfruns au Cufon) Aux petites heures du matin, l'événement spectaculaire de l'atterrissage d'un escadron d'ovni face à plusieurs témoins, est transmis en direct par une station de radio locale. Quatre énormes ovni, avec d'un côté une énorme lumière blanche et de l'autre côté une lumière rouge, ces lumières sortant par des sortes de fenêtres, sont descendus du ciel pour atterrir à flanc de colline. Le reporter radio parlait en direct du lieu de l'observation, alors que la station radio de Cordoba venait d'interrompre son émission normale à 03 h 10 GMT, pour diffuser la nouvelle . Quelques minutes plus tard la radio de La Cruz à 5 km dUritorco, fit de même. Le reporter dit que l'un des objets, déjà au sol, s'éleva et vint survoler les spectateurs, à tel point que les gens s'en effrayaient. Les ovni sont restés au sol pendant plusieurs heures et jusqu'à 11 h 15 GMT il y eut des nouvelles en direct des reporters restés en observation à distance raisonnable. 1986, 12 mars PEROU, Talara (Source: journal "La Tercera de la Hora" de Santiago de Chili du 14.3.86, transmis par Jorge Anfrus au CUFON) "Il survolait le terrain à moins de 30 mètres d'altitude: un ovni parade devant les 200 personnes qui assistent à un match de football". Le match du soir, sur le stade "Petroperu" fut immédiatement interrompu. "Nous voyons les larges faisceaux de lumière verte sortant de la partie avant. L'objet lui132

même était irradié d'une lumière jaune, il fit clair comme en plein jour" dit Donaldo Duque, l'arbitre de jeu entre les équipes locales Alamo et Casa Gin. Il était environ 20 h 05 quand le phénomène apparut, mais son apparition ne dura que 10 secondes. 1986, 24 mars ARGENTINE, province de Corrientes (Source: journal "La tercera de la Hora du 25.3.86) Dans la région frontalière de la province de Corrientes avec le Chili, plus d'une douzaine d'agriculteurs ont vu atterrir une soucoupe. Ils ont parlé avec les "occupants". Un des témoins, Rito Melgarejo, explique à l'agence Telam comment l'ovni atterrit en l'aveuglant de ses puissantes lumières. Deux occupants en sortirent, ils ressemblaient à de petits Martiens et lui parlèrent dans une langue qu'il ne comprit pas et en faisant des signes avec les mains. "Je leur répondis que je ne comprenais rien, et sur le temps que je me retourne, ils étaient déjà partis". Ce soudain départ est confirmé par les autres témoins. Rito Melgarejo dit avoir de terribles maux de tête depuis que ces entités ont parlé avec lui, quatre jours plus tôt. L'agence Telam raconte qu'il y a une trace de 6 m de diamètre d'herbes brûlées. (Cufon report) 1986, 19 mai BRESIL, Sao José dos Campos, SaoPaulo Dans la soirée des boules multicolores furent observées par les gens dans la rue. Leur écho fut capté par les radars et des jets furent envoyés pour les intercepter. (Associated Press, 1986) Subitement le radar capte deux objets lumineux à environ 2000 m d'altitude et à 15 km de l'aéroport. Observés aux jumelles les objets apparaissent entourés d'un halo rond bien défini de couleur rouge orangé et dont la partie inférieur émet des lumières clignotantes. 19 heures les tours de commandement de Sao Paulo et Brasilia confirment la présence des objets volants. A 20 heures, selon le Cindacta (centre intégré de défense et contrôle du trafic aérien) sont déjà au nombre de huit. A 21 heures un bimoteur piloté par le commandant Alcir Pereira s'approche de Sao José Dos Campos avec à son bord le colonel Ozires Silva, président de Petrobras (compagnie nationale brésilienne de pétrole).L'avion venait de détecter visuellement un objet (confirmé par le radar de la base) obligeant le pilote à se lancer à sa poursuite pendant une dizaine de minutes. Au moment d'atterrir, Pereira découvre trois autres objets rougeâtres près de l'usine de Petrobras, volant à basse altitude. Ils disparaissent en direction de la Sierre del Mar. (...) A partir de 22 h 23 la base aérienne de Santa Cruz à Rio de Janeiro ordonne le décollage d'un chasseur F-5E. 22 minutes plus tard s'envole un deuxième chasseur du même type. A partir de ce moment-là la base d'Annapolis au centre du Brésil découvrira plusieurs objets sur les écrans radar. A 23 heures décolle un Mirage F-103 et 15 minutes plus tard le lieutenant Kleber Caldas Marinho à bord d'un des deux F-5E, s'approche à 11 km de l'un des objets. La couleur de l'objet variait entre le vert, le rouge et le blanc, ce dernier étant prépondérant. Kleber l'a poursuivi jusqu'à environ 300 km au large de l'océan atlantique, mais se verra obligé de rejoindre sa base par manque de carburant. Le pilote de l'autre F-5E, le lieutenant Marcio Brisola Jordao fut poursuivi pendant quelques minutes par 13 ovni qui se déplaçaient de gauche à droite. L'un d'eux stoppa dans les airs et accéléra jusqu'à atteindre les 1500 km/h en quelques dixièmes de seconde. Le radar détecte 13 points à 30 km de distance. Le ciel était limpide, le contrôleur ne vit rien à l'oeil nu. Le capitaine Armindo Souza Viriato pilote du Mirage a accéléré jusqu'à 1350 km/h. "Je l'ai capté sur le radar de bord pendant qu'il volait en zigzag. Soudain, le point a disparu de l'écran". (Incroyable et scientifique, p. 71 et 72) Après l'observation de points lumineux par un avion, confirmées au radar, plusieurs appareils militaires tentent vainement, plusieurs heures durant, de poursuivre les petites boules multicolores. Certains des pilotes voient les ovnis, d'autres ne les captent que sur leur écran radar. (Science et Vie, édition spéciale 1997: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) 1986, 8 juillet USA, Oneida (KY) (Cufon Report n° 0302 - Ufo Info Service) Subject: ONEIDA, KY)
133

Roosevelt Spurlock était assis sur le seuil de sa maison à Oneida. Mary Helton était dans son restaurant de Countryside où Margy Turner finissait de dîner. Vernon Stidham se trouvait chez lui à Red Bird. Tous, cependant, ont vu la même chose: un grand objet carré avec des lumières rouges et des fenêtres, planant juste au-dessus des grandes collines de Bullskin. Roosevelt Spurlock, garde-forestier à la base de Peabody affirme qu'il ne s'agit pas d'un avion, les avions, il les connaît. Mary Helton dit: "ce que j'ai vu était vraiment très, très grand, tout carré, avec des fenêtres." "C'était la chose la plus surprenant que j'ai jamais vue, dit Spurlock. J'étais devant ma maison et cette chose volait à toucher les sommets des collines. A l'avant elle portait deux lumières rouges, et à l'arrière également. Mme Helton dit qu'il faisait un bruit transperçant les oreilles. "La chose tournait en cercle et revint sur sa trajectoire à vitesse vraiment lente, dit Spurlock. Aucun avion ne peut tenir l'air en volant aussi lentement." 1986, 9 juillet PORTUGAL, Quinta da Quebrada-Catanhede La garde Nationale enquêta sur l'atterrissage d'un ovni, observé par M. Silva, qui était venu leur rapporter son témoignage en grand état d'excitation. Le témoin s'abritait sous un arbre quand il vit un grand objet rond muni de deux lumières intenses soulevant énormément de poussière, produisant un terrible vent, faisant entendre un bruit d'explosion avant d'atterrir. L'enquête fit découvrir un petit trou dans le champ, plusieurs plants de pommes de terre brûlés, tandis que la chemise du témoin était brûlée elle aussi. ("Diario Popular" 10.7.86 collaboration of Larry Fenwick, CUFORN, Joaquim Fernandes, CNIFO, Willy Smith, UNICAT Project; listing de Victor Lourenço) 1986, 10 juillet USA, Ossining (N.Y.) (Cufon Report n° 0304 "Citizen Register" Ossining) Ray Nethercott vit voler "un gros hot dog" près de sa maison à Valhalla. "C'était un gros truc, dit ce jeune de 18 ans, il allait très lentement et portait un tas de lumières". ) Alison Yuri, 20ans, de Fishkill roulait entre Ossining et la Route 9 quand il vit quelque chose planer au-dessus de la voiture. "Mon fiancé le vit d'abord, dit elle. C'était plus arrondi qu'un hot dog et ça portait près de 20 lumières blanches et deux lumières rouges." Il y eut des dizaines d'autres témoins rapportant cette étrange observation dans la comté Westchester et au Nouveau Jersay, dans la zone de l'Hudson. 1986, 7 août GRANDE BRETAGNE, nord du Devon (Ufo Info Service - Cufon, source "Western Times" Exeter, du 14.8.86) Dix sept témoins observent pendant 10 minutes un ovni ressemblant à un Zeppelin portant une lumière. Les témoins étaient rassemblés autour d'un barbecue dans le nord du Devon . Mr John Garnsey, magistrat local, dit: "C'était assez gros, je pensais que c'était peut-être un avion, mais cela ne fit aucun bruit. Nous le regardions pendant une dizaine de minutes passer lentement à travers le ciel. Tout à coup il paraissait tirer une fusée, parce qu'il y eut un autre gros éclat de lumière, et alors il disparut à l'horizon." 1986, 12 Août Une énorme vague d'OVNI au Canada, du lac Huron jusqu'à Nova Scotia et aux USA dans le Maine, New York, Michigan, indiana, Illinois, Arkansas, Lousiana, Kentucky, Pennsylvannia, South Carolina, Florida et en Australie à Leongatha, Victoria. A cette occasion, l'expert de la NASA James Oberg décréta autoritairement que ce que les gens ont vu était l'embrasement du carburant d'une fusée qui mettait sur orbite un satellite japonais. Paul Oies, directeur du planétarium du Buhl Science Center à Piltsburgh déclara plus justement : « nous savons ce que ce n'était pas, mais nous n'avons aucune idée de ce que c'était. Toutes nos explications logiques ont été évincées. Cela tombe maintenant dans "la classe des observations non identifiées".
134

1986, 23 Septembre Une vague d'OVNIs évoluant en formation, laissant un sillage multicolore observé en RFA, Hollande, Belgique, Luxembourg, France. A Paris (Montreuil) on a observé une flotte de 15 OVNIs en formation, de couleur argent. A Chatelet, ils ont été vus de couleur verte et turquoise. Ils traversèrent le ciel de Paris à la vitesse d'un avion qui effectue un ballet aérien. Le NORAD déclara que les gens avaient vu les débris d'une fusée soviétique. 1986, septembre CANADA, à l'ouest de la centrale hydroélectrique de Manic 5 Il est environ 19 h 30 lorsque deux chasseurs aperçoivent une lueur rouge, orange et jaune survoler à basse altitude, un site distant d'environ 2 km. Ils estiment à environ 100 m la taille de cette lueur. Le comportement de l'objet semble suggérer qu'il cherche un endroit où se poser. Ce manège se poursuit durant une période évaluée à dix minutes, puis les deux témoins perdent de vue la lumière lorsqu'elle descend derrière une montagne, pour se poser, semble-t-il. Pendant toute la durée des manœuvres de l'engin les témoins n'ont perçu aucun son. Même qu'un silence pesant, inhabituel, selon les habitués de la forêt, a persisté pendant quelques jours ! (Jean THOMAS : « Synthèse Ovni », éd. Louise Couteau, 1999, p. 126) 1986, 15 novembre USA, Phoenix (Arizona) (Cufon Report n° 0315) A minuit et 5 minutes, sept personnes (collègues enseignants) sortaient de la maison et virent une étrange lumière à très haute altitude volant à vitesse faramineuse. Ils virent un vaisseau aérien de forme triangulaire et ils disent que cette chose volait en crabe. Ils purent le constater quand l'objet se rapprochait. Il volait d'une manière très douce, comme un ballon bas sur l'horizon. Il a traversé tout l'horizon en 10 secondes du NE vers le SW en direction de South Mountain. Il n'y avait aucun vent. A bout de bras et au plus près, l'objet mesurait plus de 5 cm. Les lumières n'étaient pas des phares, mais semblaient être des fenêtres disposées sur tout le périmètre de l'objet. 1986, 17 novembre entre l'ALASKA, Yukon ET L'ISLANDE, en vol Le pilote japonais Kenja Terauchi et l'officier Takanori Tamefuji du vol JAL 1628, transportant du vin français observent en fin d'après-midi, vers 18 heures, à droite de leur avion, deux lumières blanches et jaunes alors qu'il volent à 35.000 pieds. Ils demandent d'abord à Anchorage si d'autres avions se trouvent sur leur trajectoire. Le radar d'Anchorage et celui d'une base militaire proche répondent qu'ils obtiennent de faibles échos autour du Boeing 747. Tout à coup les lumières se mettent à se déplacer de façon erratique "jouant comme deux oursons" dira le pilote. Soudainement les lumières se mettent face à l'avion en lui envoyant des faisceaux de lumière chauffant l'intérieur du cockpit. Quand l'avion survola la Eielson Air Force Base, près de Fairbanks, le pilote nota derrière son avion la présence "d'un vaisseau mère" gigantesque, plus grand que deux jets mis bout à bout. Il demanda par radio l'autorisation de faire un tour complet de l'ovni. A cet effet il descendit alors jusqu'à 31.000 pieds. L'énorme ovni suivait l'avion comme son ombre. Anchorage demandait alors à deux avions naviguant dans la zone de modifier leur course pour intercepter le 747 japonais et confirmer l'observation. Lorsqu'ils furent assez près pour pouvoir confirmer, Terauchi venait d'annoncer que les 3 ovnis venaient de disparaître. Finalement, c'est durant environ 50 minutes que le JAL 1628 fut accompagné d'ovnis. Ils volaient à des vitesses vertigineuses, s'arrêtant parfois abruptement. Le pilote a éteint tous les feux de son appareil pour être bien certain qu'il ne s'agissait pas de reflets de lumière de son propre avion. Les radars eurent donc l'écho sur écran mais plus tard, lorsque les enquêteurs voulurent confirmation, il leur fut répondu que ces échos étaient dus à une erreur de l'ordinateur! Indépendamment au sol, d'autres témoins confirmèrent la présence des objets lumineux. (rapport du CBS network et EATHERIUS.] Trois ovnis émettant des
135

lumières vertes et jaunes suivent durant une demi heure un avion cargo japonais. Deux semblent avoir la taille d'un avion. Le troisième, une sphère entourée d'un anneau, est encore plus grand. L'observation est partiellement confirmée par les radars. (Science et Vie, édition spéciale: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) 1987, USA: Bob Lazar affirme que des scientifiques de S4 tentaient de découper un moteur extra-terrestre lorsqu’il explosa. Explication officielle: un test nucléaire que l’on a omis d’annoncer. 1987, 11 janvier ALASKA, Anchorage (Cufon Report n° 0329, source FAA district d'Alaska, Paul Steucke) Seconde observation en quelques jours à Anchorage. Trois témoins, à nouveau d'un avion japonais des Japan Airlines observent à 7 h 35 un ovni au-dessus de l'Alaska. Le Capt. Kinju Teryaki, pilotant le JAL 747 cargo de l'Europe vers Anchorage, rapportait à la FAA Air Route Traffic Control Center (ARTCC) qu'il vit des lumières irrégulières ressemblant à un vaisseau spatial. Les lumières étaient de couleur ambrée et blanche, volant devant lui et sous lui et disparaissant derrière son avion. L'observation se fit en deux phases, la première durait environ 20 minutes et la seconde survenait 10 minutes plus tard. L'objet ne fut pas détecté au radar, observation visuelle de l'équipage seulement. 16 février 1987 Lors d'un discours officiel au Kremlin, le président Mikhaïl Gorbatchev déclara; Au cours de notre rencontre à Genève, le Président des Etats-Unis m’a dit que si la Terre était confrontée à une invasion d’extraterrestres, les Etats-Unis et l’Union Soviétique réuniraient leurs forces pour la repousser. Je ne discuterai pas cette hypothèse, bien que je pense qu’il est encore trop tôt pour s’inquiéter d’une telle intrusion. 4 mai 1990 journal "Jeunesse Soviétique: Le phénomène OVNI existe vraiment, et il doit être traité sérieusement. 1987, 11 mars USA, Belleville, Wisconsin. Lavonne Freidig crut voir en plein après-midi un vol d'oies, serré. En se rapprochant et en observant mieux elle vit qu'il s'agissait d'un objet fait comme un fuselage d'avion sans les ailes. Après l'avoir observé, immobile, pendant plusieurs minutes, l'objet se mit en mouvement, dans le silence, suivi d'une sorte de panache de fumée blanche et de plusieurs autres petits objets. D'autres témoins de Paoli ont également observé l'objet. A bout de bras l'objet avait la grandeur d'un porte-plume. (Associated Press 1987) 1987, 22 avril URSS, Kazakhstan Les cinq témoins sont des aviateurs britanniques à bord d'un jumbo jet des British Airways volant de Londres à Bangkok. Le premier officier Anthony Colin déclare: Soudainement nous vîmes apparaître ce qui nous sembla être un autre avion, à notre droite. Il montrait deux feux blancs, exactement comme un avion. Nous l'observions et vîmes qu'il y avait un feu vert là où il aurait dû y avoir un feu rouge de navigation. Cela venait sur nous au même niveau, et nous faisions un virage pour être certains de passer en sécurité derrière lui. Devant notre nez, il se mit à accélérer en émettant une longue ligne de petites lumières vaguement phosphorescentes et qui s'évanouirent à notre gauche à grande vitesse. A quelle
136

distance? Impossible à dire, mais j'estime à environ 1 mile. Ce n'était pas un avion, aucun de nous n'avait jamais vu un engin pareil et nous sommes tous des aviateurs durs et cyniques, toujours avec une explication scientifique à tout événement. Mais ceci nous laissa pantois. Le directeur de la section "satellites artificiels" de l'Association Astronomique britannique a une explication: Ceci est une description standard de la rentrée dans l'atmosphère, avec une coloration lumineuse verte, quand l'objet se désintègre. Je ne puis dire de quel satellite il s'agit, mais je suis certain que c'en était un. Le reste était illusion d'optique. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London, 1989, p. 53, 54) 1987, 19 juin ITALIE, Sicile, Comiso (Cas n°: 19870619 A) Le témoin Giuseppe L. vivant habituellement à Solingen (Allemagne) était en visite dans son pays natal, sur le chantier de construction de sa future maison, dont le gros oeuvre était terminé. Il décida d'en prendre quelques photos, il était 14 h 30. Pendant la prise de vues il remarque soudainement un ovni qui est en approche. Durant l'observation de quelques minutes, il ne put en prendre que six photos polaroïd. Malgré tous les moyens mis en oeuvre par le JUFOF, cet ovni n'a pu être identifié. (JUFOF Nr. 74, 2'1991:33ff) (Hans-Werner Peiniger, GEP e.V., JUFOF - Allemagne) 1987, Juillet à Juin 1988 Lucius Farish, UFO Newsclipping Service, décida de regrouper toutes les informations d'observations d'OVNIs en piochant dans tous les petits journaux des USA et des autre pays. Sur un an, presque une observation tous les 3 jours rien qu'aux USA !, 4000 observations d'OVNIs à Whyteville, Virginia, entre Octobre et Novembre 1987. A cette époque à Whyteville on pouvait voir des douzaines de vans de la NASA faisant des sondages météo !! 1987, Le 19 Août , Un homme, Gary Stollman, fait irruption à la télévision et menace d'un révolver le présentateur David Horowitz durant l'émission Today sur NBC. Stollman force alors, sous la menace de son arme, le présentateur à lire à la télévision un rapport au sujet des implications entre la CIA et les extra-terrestres. Horowitz lut le rapport, mais l'émission ne fut jamais diffusée car dès que Stollman avait fait irruption sur le plateau, les directeurs de la chaîne avaient ordonné de changer le programme. A la fin de la lecture du rapport, Stollman remit son arme aux journalistes présents. Il fut arrêté, mais pour éviter un jugement public, Stollman fut déclaré fou dangereux et classé parmi les plus dangereux fous-criminels de la nation. Il fut enfermé dans un asile regroupant les meurtriers en masse alors qu'il n'avait pas de sang sur les mains. 1987, 27 août CHINE, Shanghai Un ovni survole la ville pendant 40 minutes. Il est décrit "comme un disque ovale" ou "comme une comète avec une traînée en forme d'ombrelle" ou "comme une orange volante". Des avions militaires ont décollé pour aller l'observer de plus près; plus tard ce phénomène fut identifié comme étant l'excès de carburant éjecté de la fusée qui servit à placer en orbite un satellite japonais. Ce carburant aurait brûlé dans l'atmosphère pendant tout ce temps. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" Guild Publishing London 1989, p. 322) Dans la soirée plusieurs personnes observent un objet dans le ciel. L'objet change de forme et certains disent qu'il ressemblait à un faisceau en forme de spirale entouré d'étincelles, d'autres le voient comme une forme ovale lumineuse, d'autres encore qu'il a la forme d'une comète mais dont la queue ressemble à une ombrelle. Le couleur de l'objet est orange, et il tournait sur lui même dans le sens des aiguilles d'une montre, il se déplaçait très rapidement d'ouest en est et la durée de l'observation ne fut que de quelques secondes. D'après un autre rapport, durant le survol de cet objet, il y eut une panne générale d'électricité dans la région de Shengsi, province de Zhejiang. Toute l'île fut
137

soudainement plongée dans l'obscurité. (Chapitre 7 - "UFOs in China 1987-88" par Paul Dong, pages 140-142. source: agence Chine Nouvelle du 28.8.87) Mao Xuecheng, pilote militaire, a poursuivi l'ovni durant trois minutes environ. Il avait des ordres de décoller à 19 h 35 et de revenir à la base après avoir tenté une interception. "Au dessus de la rivière Yangtze il était devant moi, à ma droite, extrêmement lumineux et volant à une vitesse vertigineuse. Je l'ai suivi sur un angle de 110° et à une vitesse de 900 kmh. Il était alors 19 h 57. L'objet était en légère descente, il avait une lumière orange et sa traînée en forme de spirale était de couleur orange également. A 19 h 59 il remonta, accélérait encore et j'étais incapable de continuer la poursuite pendant plus de 45 secondes à cette vitesse. Ainsi l'on me permit de revenir à la base" Le porte parole du gouvernement chinois suppose que les ovni sont des engins terrestres d'une part et d'autre part des phénomènes aériens produits par notre terre et l'air, phénomènes non encore étudiés à fond. James Oberg de la NASA dit que les observations coïncident avec le largage d'un excédant de carburant par un missile Japonais. Trois heures avant l'incident le Japon lançait un H-1A à 600 miles à l'est de Shangai qui a survolé la région à deux reprises. (cfr 27 août 1987 )Le 22 janvier 1988 à 23 h 30, un objet similaire est observé à nouveau au-dessus de Shangai pendant 30 secondes. La première fois qu'un objet en forme de lumière spirale de ce genre fut observé, était le 26.7.1977, le second le 24.7.1981. (source: "Liberation Daily" du 30.8.87) 1987, 31 août USA, Bangor (Washington) 23 heures: Ovni de 15 m de diamètre, avec deux occupants, observé à 15 à 20 mètres d'altitude près de la base sous-marine "The Trident". L'objet venait de l'est, planait au-dessus de la maison et l'aire de jeu, en disparaissant vers le NW. Les 3 témoins sont âgés de 8 (Randy), 10 (Dennis) et 26 (Mme Springsteen) ans. Les pères des deux garçons font partie du personnel de sécurité de la base. Dans la soucoupe une créature debout avait de très grandes oreilles pointues, ressemblant à celles d'un chat. Il sortait un faisceau de la soucoupe qui fouillait le sol. Par l'autre côté de la coupole ventrale ils virent un être similaire. Mme Springsteeen appela la police de Bremerton. L'objet avait un fond circulaire garni de plusieurs lumières bleues et rouges sur le pourtour qui brillaient alternativement en tournant en séquence sur la circonférence. Les enfants virent au-dessus de l'objet une sorte d'antenne rigide. Le restant de l'objet n'était pas visible et restait caché à leur vue. Dennis et Randy dessinèrent cinq fenêtres carrées illuminées dans le tiers supérieur de la coupole ventrale. Deux "portes" ou "ouvertures" se trouvaient à la partie inférieure et par chacune d'elles une grande entité (env. 1 m 80, plus grande que le père de Randy) fut visible, et selon les enfants elles manipulaient le projecteur pour le diriger vers eux. Leurs bras étaient très longs et fusiformes. Leur tête était énorme et leur corps très mince (à peine la grosseur de la cuisse de Dennis). Les créatures étaient recouvertes d'une toison verdâtre. Les enfants ne remarquèrent pas d'habillement. Les yeux étaient vert-bleu avec des cils anormalement longs, des oreilles pointues de chat et la tête ovale. La bouche ressemblait à celle "d'une vieille grand-mère". Les doigts et les orteils étaient munis de ventouses, selon Dennis. Il ne les appelait pas de ce nom mais dit "comme les choses au bout des fléchettes". Randy ne semblait pas d'accord. La description de Dennis est plus explicite que celle de Randy. Des "pieds de grenouille" palmés comme les mains. En rentrant dans la maison après le départ de l'engin Mme Springsteen eut de plus en plus l'impression d'une présence et s'effraya de plus en plus. Une proche voisine vit à l'est une grande lumière stationnaire depuis la fenêtre de la chambre vers 22 h 30, mais d'après les calculs il semblerait qu'elle vit la planète Jupiter. (MUFON: Chronology of Washington State UFO Reports late Summer 1987) 1987, fin août BELGIQUE, Bruxelles, Laeken Monsieur Claude C. et sa compagne Marylène B. se trouvent sur la terrasse de leur appartement et prennent l'air. Il fait entre chien et loup, en cette soirée. Ils constatent que des lumières (blanc-rougejaune) "comme des avions, mais sans bruit" viennent de l'ouest (Atomium) et se dirigent vers l'est (Zaventem). Elles entourent des formes rouges bombées. Ces ensembles de lumières vont passer par
138

groupes pendant 30 à 40 minutes et à certains moments seront stationnaires. "Quand ça commençait à bouger tout l'ensemble bougeait". L'altitude du ballet aérien se situait un peu plus haut que l'immeuble le plus grand (16 étages) mais plus bas que l'altitude habituelle où passent de nombreux avions. Les témoins observent aussi le phénomène aux jumelles, mais sans voir plus de détails. Au grand étonnement des témoins, ils constatent le manque d'intérêt des centaines d'autres locataires des immeubles qui, inévitablement pouvaient être spectateurs potentiels. Avant le passage des Ovni il y avait le va et vient habituel des avions commerciaux. Pendant le passage des OVNI, aucun avion ne circula! Après le passage des Ovni, à nouveau il y eut le déplacement habituel des avions dans le ciel. (enquête de M. Gérard GREDEde la SOBEPS) 1987, été CANADA, Toronto Un petit garçon de 4 ans fut visité dans son lit par des "fantômes" ayant de grands yeux en amande et de grosses têtes lisses. Quand il se mit à saigner du nez, l'un des fantômes lui mit un liquide dans les narines, qu'il puisait dans un pot argenté. Lorsque l'enfant commença à s'effrayer, les ET se changeaient en sa meilleure amie, une petite fille de sa connaissance en robe rose. ("Toronto Star" du 31 janvier 1988, article de John Picton.) 1987, 7 septembre FRANCE, Nord sur Erdre Il a dix ans. Il a été brusquement tiré de son sommeil ce lundi 7 septembre 1987, vers 5 heures par un mystérieux son lancinant. En libérant les volets, il découvre alors dans le jardin un surprenant objet de couleur orange, ressemblant à deux assiettes superposées. La chose clignotait en émettant vers le bas un faisceau de lumière blanche. Il déclare qu'avec l'aide de son radiocassette, il a enregistré le son : un « bipbip » perçant comme l'alarme d'une moto. Le jour de l'observation, dès qu'il entend le bruit, il actionne son enregistreur qu'il place devant la fenêtre. Le petit Laurent vient de se souvenir que la veille au matin, ainsi qu'il l'expliquera il a entendu un son bizarre au moment où il entrevoyait de la lumière à travers les persiennes. Il l'a signalé le jour même à ses parents et pense qu'il pourrait s'agir de voleurs. Mais ceux-ci ne prêtent gère attention à l'histoire. le lendemain, croyant revivre le même événement, il décide de l'enregistrer pour en apporter la preuve. (Robert ROUSSEL : « Ovni, les vérités cachées de l'enquête officielle », éd. Albin Michel 1994, p 199 et suivantes) 1987, 22 septembre GRANDE BRETAGNE, Abbots Bromley (Staffordshire) Quatre témoins, dont 3 de la famille Goodwin d'Uttoxeter. "Ma famille et moi rentrions en voiture de Walsall et nous venions de traverser Baggots Wood à Abbots Bromley lorsque mon père s'écria: "Bon Dieu, qu'est-ce cela?" Lorsque je regardai en l'air, je vis le dessous de ce qui parut être un engin de forme triangulaire. Il se déplaçait très lentement, de manière presque stationnaire. Je descendis ma vitre et il n'y avait aucun son. L'engin s'inclina doucement sur un côté et je pus avoir un aperçu rapide de la partie supérieure. Le dessous de l'engin portait (sur la périphérie) des lumières qui s'allumaient en séquence et au milieu du dessous se trouvait une (grande) lumière rouge plus faible en forme de croix. A chaque angle il y avait des sortes de grands projecteurs. L'engin s'éloigna vers Abbots Bromsley. Ensuite il s'arrêta au-dessus du bois et tout ce que je pus voir alors fut une fine bande de couleur rouge dans le ciel. (Inforespace n° 85 p. 20) 1987, 11 novembre USA, Gulf Breeze (Floride) Il est 17 heures. Par la fenêtre de son bureau Ed Walters distingue à travers les branches un rayonnement gris-bleu. La lumière provient d'un gros objet qui survole sans bruit les maisons et se détache, éblouissant, sur le rougeoiement du crépuscule. Ed Walters prend le Polaroïd et parvient à prendre
139

quelques photos du vaisseau cylindrique de 15 m de diamètre, mais un rayon bleu émis par l'engin le paralyse. Après une sourde douleur dans la tête il a l'impression de décoller du sol et hurle de terreur. Une voix artificielle le rassure "Nous ne te ferons aucun mal". Tandis qu'il continue à s'élever il sent une odeur d'ammoniaque et de cannelle et s'évanouit. Il reprend conscience en retombant sur le sol. Il n'a que des souvenirs confus: bourdonnements dans les oreilles, une voix de femme, images de chien. Rentré chez lui il raconte à sa femme et ses enfants son aventure: ils avaient senti la drôle d'odeur qu'il dégageait. Les quelques photos qu'il a eu le temps de prendre sont bonnes. (Marie-Thérèse de BROSSES: "Enquête sur les enlèvement E.T." - Plon 1995, p. 264, 265) 1987, 12 novembre GRANDE BRETAGNE, Mansfield (Angleterre) Vers 01 h 30 du matin beaucoup de personnes sont réveillées par un bruit terrible, comme d'une explosion. Une personne vit une boule de feu dans le ciel faisant des loopings et des doubles loopings: elle regardait terrifiée. Dans certaines rues les fenêtres implosaient et explosaient: alternativement d'une maison à l'autre. D'autres résidents virent un objet lumineux zigzaguant dans le ciel faisant un bruit bizarre, comme ayant une panne de moteur. L'objet perdit de sa vitesse, descendit et toucha le sol dans un bois près de Blidworth, rebondit et s'écrasa en un lieu appelé Warren dans Annesley Hall, avec un bruit assourdissant créant une terrible onde de choc. Les rapports disent qu'il y avait trois objets dans le ciel: un ovni tandis que les deux autres pouvaient être des missiles. Il y eut d'énormes dégâts au maisons, des fils des lignes électriques étaient arrachés. La météo de cette nuit était des plus calmes: ciel clair, pas de nuages, pas de vent, pas d'orage. A 2 h 15, sept hélicoptères militaires apparurent, scrutant le terrain avec des projecteurs puissants. Ils survolaient Normanton, Sutton-In-Ashfield et Kirby-In-Ashfield. Ensuite, la police arriva sur les lieux du premier impact. Ce lieu fut soigneusement délimité et la police resta plusieurs jours sur place. Des arbres brûlaient et les pompiers furent appelés. Il y avait là des sapins qui brûlaient de l'intérieur du tronc vers l'extérieur... Au second lieu d'impact, c'est l'armée qui vint occuper le site pendant 3 à 4 jours. Au vu des dommages créés, l'ovni devait avoir un diamètre d'une vingtaine de mètres environ. Le lendemain des camions militaires étaient sur place. La terre et tout fut enlevé, le lieu recouvert de nouvelle terre et replanté en un temps record. Le propriétaire d'une maison toute proche (maison complètement démolie) trouva trois semaines plus tard un débris métallique dans un arbre de sa propriété. A peine avait-il communiqué sa trouvaille qu'il reçut la visite de deux personnes du DScI (department of scientific Intelligence) prenant les débris et l'enjoignant de rester en dehors de l'affaire. Ensuite ce pauvre témoin fut harcelé par des coups de téléphone. N'en pouvant plus, il partit en voiture contournant sa propriété, et se garant là, fut arrêté par 4 policiers et amené au poste. Il fut sommé de ne plus venir sur les lieux (de sa propre propriété!) car sinon il serait arrêté pour "appels téléphoniques obscènes". (Ufo Reality - issue 4, p. 8 à 11 - 1996) 1988, 5 janvier GRANDE-BRETAGNE, Barnsley (Yorkshire) Après avoir terminé son travail de nuit à la mine, le témoin suivait Huddersfield Road entre 6 h et 6 h 15. Arrivé au croisement de Cockerham Lane il vit au-dessus des arbres deux brillantes lumières rouges vers l'est. Il arrête son vélomoteur et regarde ces lumières un long moment - durant cette phase d'observation deux voitures passent en direction de Barnsley. Après cela les lumières se rapprochent du témoin, manoeuvrant à 90° pour s'immobiliser près de lui à 170m d'altitude environ. Le témoin vit alors le corps de l'objet: en forme de croix, avec à son sommet 8 à 10 fenêtres illuminées de rouge, sur chaque aile deux feux rouges au bout, sur le dessous une sorte de cercle saillant à l'intérieur avec une lumière rouge dedans clignotant une fois par seconde. Le dessous était métallique, gris-argent, couvert de dentelures, des boîtes et des mécanismes juste comme les vaisseaux spatiaux dans Star Wars... Le témoin observa cela pendant deux minutes, enclenchait la vitesse de son vélomoteur et à cet instant l'objet s'inclina dans la direction qui allait être suivie par le témoin en éteignant toutes ses lumières et en accélérant. Il régnait une sorte de silence surnaturel à donner peur. Le témoin "sent" qu'il reverra un jour cette chose et est terrifié à cette
140

pensée. (David CLARKE - IUN - GB) 1988, 6 janvier GRANDE-BRETAGNE, Rotherham Martin Morgan observe à 22 h 30 un objet en forme de croix, de teinte noire, ne faisant aucun bruit. A l'avant l'objet avait des lumières disposées en rotonde, elles semblaient de forme carrée ou rectangulaire. Sur les bouts d'ailes latérales deux petites lumières et au centre de la croix une luminosité et un point rouge fixe. Déjà vers 20h20 un objet cruciforme noir et silencieux était aperçu dans la région d'Eastwood. (David Clarke - IUN - GB) 1988 A partir du 19 janvier et jusqu'à 1989 La contrée de Little River County, Arkansas, entre les villes de Foreman et Ashdown, à la frontière du Texas, a été le siège de centaines d'observations d'OVNIs. Des dizaines de photos existent. Clay Sherrod, directeur du Arkansas Sky Observatory, déclara que les gens ont vu la planète Vénus ou des réflexions de la lune sur le ventre blanc des oies migratrices. Etrangement, le prix de la terre entre Red River Arsenal et Foreman a soudainement doublé de valeur. Officiellement, un millionnaire suisse veut y construire un grand hôtel (alors que c'est le désert). 1988, 20 (21 ?) janvier AUSTRALIE, Plaine de Nullarbor, Adelaïde Dans la nuit la voiture des témoins (toute une famille), fut soulevée d'une route par un ovni ovoïde extrêmement lumineux. Ils dirent que leur auto fut projetée violemment et rejeté sur le chemin ensuite. La voiture fut endommagée et les enquêteurs la trouvèrent couverte d'une substance ressemblant à des cendres vertes. Cette substance sera analysée. D'autres témoignages d'automobilistes et de bateaux de pêche rapportent des faits similaires, que la police prend au sérieux. (Rapporté par CBS Radio, le 21.1.1988) Durant la nuit, une lumière blanche s'approche de la voiture de la famille Knowless. Le véhicule est secoué et soulevé au-dessus de la route. Un son aigu est entendu. Une odeur désagréable perçue et les voix sont déformées. La voiture est recouverte d'un dépôt semblable à de la suie. (Science et Vie, édition spéciale: 50 ans d'ovni, Atlas des cas Inexpliqués, p. 60 à 63) ... La voiture fut soulevée, secouée, et retomba sur le flanc droit. A l'impact un des pneus éclata. La famille sortit en hâte du véhicule et se cacha dans les buissons en attendant le départ de l'ovni. Quand il fut enfin parti, ils changèrent le pneu et purent partir. (UFO Universe, Winter 1998 issue, "In Australia, Strange Things Are Happening" by Tim Swartz, page 33) 1988, janvier USA, Washington Deux jeunes étudiantes rentrent chez elles vers 02 h 00 du matin. L'angoisse les étreint: elles ne reconnaissent pas la route qu'elles empruntent pourtant régulièrement et se sentent perdues dans une ville morte. Au milieu de la chaussée, six voitures sont enchevêtrées dans un carambolage, mais la scène est irréelle. Il n'y a personne autour de l'accident, ni passagers, ni conducteurs, ni blessés, ni ambulance. Elles rentrent chez elles tard, impressionnées par cet incident surréaliste que l'une rapporte à sa mère. L'hypnose révèle que l'accident serait un souvenir-écran dissimulant un Ovni, seule une des deux jeunes femmes aurait été enlevée, tandis que l'autre était "déconnectée". (Marie-Thérèse de BROSSES: "Enquête sur les enlèvements E.T." - Plon 1995, p. 152) 1988, 5 février GRANDE-BRETAGNE, Rotherham, Carr Hill Martin Vernon et Paul Leach ont vu vers 19 heures un objet comme une énorme soucoupe volante. Ils étaient en voiture et se sont arrêtés pour observer le phénomène. Il le dit en forme de croix, avec un fuselage de forme oblongue et 3 ou 4 fenêtres éclairées dessus d'une vive lumière rouge. Ils estimaient
141

que chaque fenêtre avait la grandeur d'une maison! La partie principale était recouverte comme de grandes tuiles blanches. Il était de 20 à 30 fois plus grand qu'un avion conventionnel et volait entre 300 et 600 m d'altitude. L'objet resta en vue pendant 20 minutes et aucun bruit ne fut perçu. Pendant 5 minutes, sur ce temps d'observation, il fit du surplace. Après le survol de la voiture, l'objet s'éloigna tout à coup à une vitesse incroyable en accomplissant des mouvements erratiques d'un côté à l'autre. (IUN - David Clarke - GRANDE BRETAGNE) 1988, 10 février GRANDE-BRETAGNE, Carlton A 18 h 40 Stephen Millard de Carlton Green regarde vers l'ouest et a l'impression de voir un satellite de communication avec ses panneaux solaires. Mais l'altitude de cette chose était bien trop basse pour qu'elle soit un satellite. D'abord l'objet avait la forme d'une croix, puis il s'inclinait et il vit un petit dôme sur la partie supérieure. Les hublots étaient faiblement éclairés et clignotaient. Il estime la taille de cet objet à 3 fois celle d'un jumbo-jet, la partie centrale de couleur aluminium et la luminosité était celle d'un arc à souder électrique. Il l'observa pendant 20 minutes. Dans la direction indiquée se trouvaient à ce moment là, non seulement Jupiter et Vénus, mais un amas stellaire très dense.(IUN- David CLARKE GB) 1988, 10 février GRANDE-BRETAGNE, Wombwell A 19h30 M. Hoyle était assis dans sa voiture garée au centre de Wombwell. Il vit l'objet arriver à environ 60 m d'altitude, par-dessus les toits, alors qu'il allait lentement vers l'est. L'objet avait la forme de losange ou de pyramide, paraissant avoir une partie centrale à 5 côtés entourés de nombreuses lumières de différentes couleurs, mais surtout vertes, blanches et rose-rouges. Le témoin le vit pendant environ une minute et lorsqu'il se trouva au plus près, soit à 300 m environ, il lui sembla percevoir un bourdonnement; Le témoin décrit le spectacle de l'ovni comme "fantastique". (IUN- David CLARKE GB) 1988, 10 février GRANDE-BRETAGNE, Hoyland Un témoin et sa fille de 24 ans virent face à elles, vers 19 h 30, un grand triangle rectangle noir comme suspendu dans le ciel. Elles arrêtèrent la voiture et d'autres gens venaient se garer derrière eux pour observer l'ovni. Il était en position pointe vers le bas et il y avait un tas de lumières rouges et vertes en son centre. Le triangle restait stationnaire pendant 5 minutes. Comme la fille ne voyait pas très bien, les témoins sont allés à la maison pour prendre des lunettes et pour revenir elles prirent un autre chemin, pour voir l'objet par derrière. Celui-ci s'était déplacé d'environ 400 m vers le sud-ouest et se trouvait momentanément immobile au-dessus d'un pylône d'électricité. Il était énorme, les témoins pensent de 50 à 60 m de côté et volait sous les 100 m d'altitude, tout son périmètre était garnie de lumières vertes brillantes et celles au centre s'allumaient comme par pulsions. Les témoins se sont rapprochés de l'ovni jusqu'à 30 ou 50m. Plus tard, étant rentrées à la maison, elles virent vers 21 h 15 encore toujours l'ovni, mais haut dans le ciel et il semblait alors se déplacer à grande vitesse vers l'ouest. (IUN- David CLARKE - GB) 1988, 10 février GRANDE-BRETAGNE, Penistone Trois témoins en voiture vers 22 h 15 virent au nord-est de puissants projecteurs dans le ciel. Ils se sont arrêté pour regarder. La chose ne cessai d'arrêter puis de continuer sur sa trajectoire, cela ne fit aucun bruit et fut visible pendant 5 minutes, se déplaçant par à coups. L'objet leur semblait être en forme de losange de couleur métal terne et très massif avec une rangée de hublots à la partie avant, la partie arrière était plus difficile à distinguer. (IUN- David CLARKE - GB)
142

1988, 18 mars CHINE, Xinjiang (Source: le journal "Chine Nouvelle" du 20.3.88) A 21.35, le 18 mars, un vol Xinjiang 2606 de Beijing à Urumqi se trouvait au-dessus de Qijiaojiing, province de Hami, à 11.000 mètres d'altitude, quand tout à coup les passagers virent une boule de lumière de la grosseur d'un ballon de basket, de laquelle sortaient des flashes d'une intense lumière, du côté droit de l'avion. L'équipage en avertit la tour de contrôle de Urumqi, qui répondit qu'aucun autre vol ne se trouvait dans les parages. Dans le cockpit on actionna des lumières pour faire des signaux, il n'y fut pas répondu par le phénomène. Trois minutes plus tard le phénomène vira de cap et partit vers le nord changeant un peu d'aspect: sur le dessus une petite lumière ronde et en dessous une sorte de torche. Ces deux lumières étaient en rotation rapide et le tout était entouré d'un halo vert. A 21 h 48 le phénomène était tellement éloigné qu'il ne fut plus visible. Une demi heure plus tard, tandis que l'avion volait entre Guangzhou et Urumqi, des personnes au sol dans la province de Hami virent un ovni semblable. Parmi les personnes il y avait le personnel de la télévision, dont Wu Wanjun, Shmed Jiang (Uigur), Mi Xiuchun (Hui), le présentateur Ming Aijun, un agent de sécurité Xu Yongchang, l'ingénieur technique Cheng Jingchun, le technicien Ju Huang ainsi qu'au moins une dizaine d'étudiants de tous âges. (Ufo in China 1987-88, Paul Dong) 1988, 17 Mars Une vague d'OVNIs est observée au-dessus de New York. L'explication officielle attribue ces observations à des farceurs en ULM. A chaque fois qu'un phénomène est observé, les rapports d'observation ne sont rendus publics que dans de petits journaux locaux sans échos alentour. 1988, mars USA, Las Vegas (témoin: mrogers923@aol.com ) J'avais décollé de Phoenix AZ et tournait vers Las Vegas, un objet circulaire dont la surface aurait pu recouvrir plusieurs blocs d'immeubles, planait au-dessus d'une zone résidentielle, éclairant le toit des maisons avec le faisceau d'un projecteur très puissant. Cet objet volait lentement et délibérément au-dessus des maisons. Je n'en croyais pas mes yeux et me tournait vers le passager assis derrière moi et lui demandait: "Est-ce que tu vois ce que je vois par la fenêtre?" Elle me demandait : "qu'est-ce que c'est?" Je ne le savais pas. Elle continuait "Ce ne serait pas un ovni?" A ce moment tous les passagers de ce côté là commentaient l'apparition avec excitation. Les hôtesses ne furent pas disponibles pendant un moment et quand elles revenaient elle disaient n'avoir rien remarqué du tout. Cependant, ce soir là, au journal parlé de 10 heures on mentionnait l'observation d'un ovni au-dessus de Phoenix. C'était étonnant, cela a changé ma façon de penser. 1988, 20 avril GRANDE-BRETAGNE, Monk Bretton - Barnsley Un groupe de 6 ou 7 employés de la Redfearn Glass, Monk Bretton, sortait de l'équipe de l'après-midi à 22 heures et avait pointé sa sortie. Ils se sont arrêtés pour regarder avec étonnement ce quelque chose dans le ciel qui ne bougeait absolument pas, avec des lumières rouges, vertes et blanches qui s'allumaient en alternance. Ensuite comme deux gros projecteurs jaunes apparurent dirigés pratiquement vers le sol. Il n'y avait pas moyen de distinguer le corps, mais les témoins avaient l'impression qu'il était ovale et tout le long il y avait une rangée de "réverbères". Le plus étrange était le grand silence qui régnait. Alors il commença à bouger, sur une ligne droite avec une série de mouvements de propulsion, un peu comme une libellule et disparut dans un mouvement en flèche, toujours sans aucun bruit. Durée totale de l'observation: 3 minutes environ. (IUN - David Clarke - GRANDE BRETAGNE)

143

1988, 23 mai ISRAEL, Haifa Une adolescente voit un ovni planer au-dessus de la Méditerranée. Elle court jusqu'au premier commissariat pour raconter son observation. Les policiers ne la croient pas. Comme Amoi Achrai, l'année précédente, elle retourne sur la plage de Shikmona. A 100 yards de l'empreinte de l'ovni d'Ami, elle trouvait l'empreinte de son ovni a elle. Il mesure 15 mètres de long pour six mètres de haut. La base était de structure identique à celle d'Ami. L'adolescente, Naveh, va trouver la voyante Arbel, qui commence l'enquête. Heureusement cette fois la jeune fille n'eut pas à subir les conséquences physiques qu'avait connu Ami. (...) ("Le Retour des Anges" - Les ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamisch, qui se fonde sur un article de presse du 6 juin 1988) 1988, juin NOUVELLE-ZELANDE, Auckland Au-dessus de Balmoral un homme et son fils aperçoivent un objet en forme de losange de couleur jauneorange avec un phare de grande dimension suspendu en dessous de lui. L'objet fut visible pendant un quart d'heure durant lequel le père prit des photos. Au développement ces photos n'étaient pas impressionnées. (Bob PRATT - USA) 1988, 15 juillet BRESIL, Parnarama Manuel Duarte Pinheiro était dehors avec des compagnons à 4 heures. Ils se préparaient à aller au travail quand ils virent une lumière venant du nord en zigzag, inspectant le sol en faisant une tache lumineuse. Les huit témoins virent la tache s'éclairer à un endroit, s'éteindre, puis s'éclairer à un autre endroit. Quand elle était éteinte, les témoins ne voyaient rien d'anormal dans le ciel. C'était comme si seule la lumière était réelle. Ils se précipitaient pour se mettre à l'abri, mais le faisceau semblait s'amuser à les poursuivre. A un certain moment Pinheiro lui-même fut pris dans la lumière et la regarda en face. "Elle fait mal aux yeux, nous dit-il, elle fait pleurer les yeux. Elle fait très chaud aux yeux. Elle est de couleur et d'intensité constantes avec des bords très nets." (Jacques VALLEE: "Confrontations" - Laffont 1991, p. 270, 271) 1988, 30 août ISRAEL, Tel-Aviv Des dizaines de gens, y compris ceux du service météorologique d'état ont rapporté l'observation d'un ovni dans le ciel. "Je vois une source de lumière" dit Eliezer Danziger, de la météo. "L'objet change de luminosité de temps en temps, mais reste stationnaire. Il ne s'agit pas d'un avion, juste une source de lumière qui ne bouge pas de place. Un hélicoptère?" La radio de l'armée rapportait elle-aussi, que des douzaines de personnes avaient appelées pour signaler l'ovni. (1988. The Associated Press.) 1988, 25 septembre USA, Lorraine (Ohio) Vers 22 h 30 cinq voitures tombent simultanément en panne sur la route 113. Les 5 conducteurs se mirent à parler ne trouvant pas d'explication à ce phénomène. Pendant leur conversation ils virent près des bois voisins des lumières portées par un objet en forme de triangle d'aspect métallique: sur le ventre un gros feu rouge, des feux rouges et jaunes sur les côtés. Il faisait bouger la cime des arbres alors qu'il n'y avait pas de vent et était très proche: Stanley R. Decker vit des structures comme des poutrelles en '"L" sur la périphérie et dit que la face ventrale était arrondie. L'observation a duré au moins 15 minutes. L'objet vibrait et tanguait de temps en temps et a survolé les témoins, qui virent alors qu'il était plus large que la route. La lumière rouge ventrale apparut alors comme une sorte d'ouverture remplie de lumière blanche fluorescente. (Flying Saucer Review, vol. 34 n° 2, p.11-12)

144

1988, 14 Octobre Les USA diffusent une émission de TV de 2 heures intitulée : "UFO Cover Up ? Live" réalisée avec des témoignages d'officiels du gouvernement et de l'armée US et soviétique. C'est la première déchirure dans le black-out de 40 ans. 1988, 23 octobre USA, Mt Archuleta, près de Dulce, N.M. Mufon, dossier 0749 . Localisation: observé à 5 miles au NW de Dulce. Le phénomène est sur une trajectoire sud-nord observé sur un trajet d'environ 2 miles, il s'arrête très près du sommet du Mt Archuleta. Distance la plus courte des témoins : 480 yards; distance des témoins par rapport à l'arrêt de l'objet : 540 yards Heure locale : 19 h 51. Durée de l'observation: 5-6 secondes. Témoins : Eliane Allegre, RN, Gabe Valdez, Edmund, ami de Valdez, "Jack" (pseudonyme) PhD, Manuel , un garçon de la région, Greg et Jeff, fils de Valdez, John Gille, PhD. John Gille est intéressé dans la zone de Dulce, à cause des rumeurs qui situent à cet endroit une base souterraine gérée conjointement par la CIA et les extraterrestres, et parce qu'il y a dans la zone beaucoup d'observations d'ovni. Une nuit d'observation est décidée, sous la conduite de Valdez. Depuis 19 h 30, pour occuper le temps, toutes les personnes présentes jouent à un jeu nommé OUIJA, quand à 19 h 51: l'ovni est au rendez-vous! L'objet arrive du nord, volant vers le sud, à très grande vitesse, sur une trajectoire horizontale et rectiligne et se présente sous la forme d'une lumière jaune. Elle s'arrête net près du sommet de la montagne en devenant en même temps si lumineuse qu'elle éclaire la moitié du ciel. Elle émet des rais de lumière de toutes les couleurs : jaune, rose, vert, et une pluie d'étincelles. La lumière implose sur elle même et disparaît. 1988, 11 novembre USA, Gulf Breeze D'une lettre du témoin publiée dans le Gulf Breezes Sentinel Volume 28, N° 49 du 19 novembre 1988, accompagné de 2 photos montrant un objet avec des lumières en forme de hublots sur son pourtour. Le témoin venait de dîner quand il vit l'objet par la fenêtre. Il s'empara de son Polaroïd et prit 4 clichés (5 à 8). A ce moment il dut changer de film. Il put encore prendre un cliché (n° 1) avant que l'objet ne s'éloigne. L'objet avait la grandeur d'une petite maison, planait pendant quelques minutes au-dessus de la région, puis partit. Aucun bruit audible. Il fit de légers mouvements de bas en haut. Sa partie ventrale émanait de la lumière. Les marques (fenêtres?) étaient visibles sur sa partie supérieure très illuminée. Il n'était ni multicolore, et n'émettait aucun faisceau. C'était juste une "chose grise". Le témoin demande au journal de lui dire si d'autres personnes ont observé un ovni cette même soirée. (Gulf Breezes Sentinel Volume 28, Number 49 November 19, 1988) 1988, novembre BELGIQUE, Tervuren (Brabant) Les témoins voient un gigantesque Ovni triangulaire au-dessus de la Forêt de Soignes, à leur droite, à la tombée du jour. Ils arrêtent leur véhicule sur une petite aire de stationnement. Selon Claude B. l'engin "fait de boulons apparents comme dans les dessins illustrant les romans de Jules Verne" avançait "à pas d'homme" et semblait se situer "au ras des cimes des arbres" à une distance d'environ 100m. Pour Marylène B. "c'était à la fois moderne et archaïque" et c'était "énorme comme un stade de football". Après les quelques dizaines de secondes d'observation, l'engin de couleur verdâtre (selon Claude B.) est parti très vite, en une fraction de seconde en direction de Waterloo, parallèle au périphérique. Ici aussi, ce qui a le plus étonné les témoins, est le manque d'intérêt des centaines d'automobilistes qui auraient pu, eux aussi, ralentir ou stationner pour voir le phénomène. (enquête de M. Gérard GREDE pour la SOBEPS)

145

1988, 15 décembre USA, près de Shelton (Washington) Mufon, dossier 1324, n° 890912 - Enquêteur: James Clarkson. Depuis leur maison isolée au bord du lac, une famille est attirée dehors par une brillante lumière s'approchant en éclairant les arbres sous elle. Ils observent alors trois boomerangs, de taille différente, le plus petit mesurant environ 25 mètres, le plus grand ayant la dimension "d'un terrain de football". Les deux plus petits sont tout à fait identiques de forme, mais non de taille. Tous trois planent et passent à l'aplomb à la hauteur des cimes des arbres. L'épouse alla prendre son appareil photo et prit quelques photos au flash. Curieusement, lors du développement dans une firme spécialisée, elle ne reçut ni les clichés, ni les négatifs en retour: ils étaient perdus! 1988, 28 décembre PORTO RICO, Sierra Bermeja A 19 h 45 presque tous les habitants voient un Ovni de grande dimension. Ils ont bien vu tous la même chose: un gigantesque Ovni et la disparition de deux chasseurs de l'Usaf après leur rencontre avec cet objet. Sur sa partie frontale il avait un appendice allongé muni de lumières clignotantes. A sa partie arrière il était courbe, le tout de structure métallique grise, avec au centre une grande lumière jaune protubérante. Dans le coin droit il avait des feux jaunes et à gauche des feux rouges. Deux chasseurs tentaient de l'intercepter, passant devant l'Ovni qui fit au même moment un virage vers la gauche faisant demi-tour et ralentissant. Il s'arrêta pour ainsi dire en l'air. Un chasseur se positionna à sa droite, un autre à sa gauche. Soudainement, le chasseur qui se trouvait à gauche disparut dans ou sur l'objet et on ne le revit plus apparaître. L'objet vira alors subitement à droite et le second chasseur disparut de même, le bruit de son moteur s'arrêta. L'ovni descendit alors très près du sol au-dessus d'une étendue d'eau nommée Saman Lake. Il resta là immobile pendant un court moment, redressa ses "coins", envoya un énorme éclat jaune de sa lampe centrale, et se divisa en deux sections triangulaires qui s'éloignaient à grande vitesse, l'une vers le sud-est, l'autre vers le nord-ouest. Pendant sa division les témoins voyaient des étincelles rouges. Vers 20 h 20 des hélicoptères tous feux éteints survolaient jusqu'à minuit la Sierra Bermeja et la Lagune Cartagena. Interrogés, les services gouvernementaux et militaires prétendirent ne rien savoir de ces incidents. (Bob PRATT - USA) 1989, janvier (première quinzaine) NORVEGE, Sande Vers 20 h 30 une mère et son fils aperçoivent subitement par le fenêtre du living, une boule lumineuse. Elle s'évanouit et revient brusquement après 5 minutes. Le fils court vers la cuisine pour mieux voir et à ses cris la mère le rejoint. Il y a là un objet, grand comme un avion, muni de plusieurs lumières, qui en silence, avance vers la maison. Les témoins sont en panique et pensent que l'objet va percuter la maison. Ils ne savent plus du tout comment la chose a disparu. Ils ont vu cet objet à 10 m de distance, d'une largeur de 7 mètres, avec deux grandes lumières, deux plus petites, des sortes de fenêtres, et un tas de détails indéfinissables. Le dessous est décrit par la mère "plein de plis et de rebords, comme une noix". Durée de l'observation: 1 minute. (Menz Kaarbo - Ufo Norway News) 1989, 18 janvier USA, Somerville (Ohio) Mufon, dossier 1309, n° 890603. Durée: 2 heures. Enquêteur: Dick Seifreid. A 03 h 57 du matin un homme est réveillé par les aboiements de son chien. Regardant au dehors, il voit trois disques ovales au-dessus des arbres bordant sa propriété, à moins de 100 m de distance. Il réveille son épouse et ses deux enfants adolescents. La famille entière observe durant deux heures les objets qui planent lentement au-dessus des fermes voisines, avant d'atterrir. Ils émettaient de vives lumières colorées (ambre, rouge, vert, bleu et blanche) qui couvraient leur propre surface comme d'une bulle de lumière. A certain moment, le père avec le fils, partent en voiture, pour les poursuivre. Deux de ces objets
146

reviennent en arrière pour planer sur un champ, avant de rejoindre à nouveau le troisième déjà plus loin. (Note: la famille fait une seconde observation tôt le matin du 27 janvier 1989) 1989, 21 janvier USA, près de Corydon (Indiana) Mufon, dossier 1336 , n° 9008222, heure : 22 h 58; enquêteur Fran Ridge. Quatre femmes en voiture accompagné d'une adolescente, voient à l'arrière de leur voiture une grande lumière ambrée. Ils s'arrêtent un moment, puis repartent. L'objet, de la grandeur d'une maison, passe à leur aplomb, semblant légèrement couché sur son côté, si bien qu'aucune forme distincte n'est observée. Ce qu'elles ont pris pour la partie ventrale possédait neuf lumières brillantes de couleur blanche, disposées en forme de "X". Plusieurs photos sont prises, et alors que l'objet semblait rapproché de 80 m environ, le film ne montre que de petites lumières disposées en cercle. 1989, 23 janvier NORVEGE, Andebu Synnove Isaksen en voiture avec ses enfants Linda (12 ans) et Jan (9 ans) vers 20 h voient subitement une grande étoile brillante se rapprocher et devenir une boule de la taille d'un ballon d'enfant. Elle fit un demi tour pour suivre une direction parallèle à la voiture sur environ 3 km avant de disparaître derrière les arbres. Un peu plus loin, ayant dépassé la centrale électrique d'Andebu, ils virent quelque chose tomber du ciel. Isaksen a arrêté la voiture et ils virent alors, à 500 m de distance et à 30 m d'altitude, une masse anguleuse silencieuse d'une dizaine de mètres d'envergure. Cette chose était vue sur la face ventrale qui portait une grosse lumière blanche au centre, entourée de plusieurs plus petites rouges, vertes et jaunes. Elles étaient fortes mais n'éclairaient pas. Cette phase de l'observation dura environ 2 minutes, lorsque subitement la chose s'est élevée à grande vitesse et a disparu, toujours dans le silence. Environ 500 m plus loin, sur leur itinéraire, la sphère est réapparue et a à nouveau accompagné la voiture sur 3 km. Elle se situait juste au-dessus des arbres. Une fois arrivés à la maison, le témoin a voulu filmer cette sphère avec la caméra, mais elle a disparu à grande vitesse. (Menz Kaarbo - Ufo Norway News) 1989, 30 janvier USA, Long Island (New York) A l'aube un bateau de pêche venait de contourner Shawong Point lorsque le capitaine observa une étrange lumière sur l'eau, qui semblait provenir d'un engin encore plus étrange dans le ciel. C'était comme un phare chercheur et le capitaine mit le cap sur cette lumière. Mais le radar cessa de fonctionner et craintif le capitaine éteignit toutes les lumières et stoppa le moteur. Le faisceau parut avoir une forme carrée et se trouvait à environ 1500 m de là. Elle se mit à se mouvoir vers le bateau en dansant sur l'eau. L'engin qui l'émettait était lui-même une sorte de lumière triangulaire ou en forme de losange d'environ 45 m de long. Il y eut comme seul bruit un léger ronronnement. Ensuite l'objet fit une rotation et s'éloigna à grande vitesse vers l'ouest. Une fois cette chose éloignée, le radar du bateau fonctionna à nouveau de manière normale. (Bob PRATT - USA) 1989, 11 et 12 février USA, Fyffe (Alabama) Une petite ville dans le coin nord-est de l'Alabama devint le siège d'observations d'ovni. Le 11 février la police reçut au moins cinquante appels et le lendemain plus de deux mille. Le premier témoin qui vit les étranges lumières pendant près d'une heure, est Donna Saylor. Elle appela la police disant que l'objet ressemblait à une banane et se trouvait à la cime des arbres. Là il planait sur un angle assez large (15° à 195°) avec des lumières intenses au sommet et sur la partie inférieure et une très grosse lumière au centre. La courbe "en forme de banane" était soulignée de lumière verte. Le chef policier Junior Garmany et un autre policier se rendirent sur les lieux des autres observations en voiture par la route 43. Ils sortirent du véhicule quand ils virent un ovni venir dans leur direction. L'objet passa au-dessus d'eux. Il était grand,
147

large et apparemment de forme triangulaire. Ils n'entendirent aucun son venir de cet engin. (Ron Bonds UFONET II - 15.2.1989) 1989, février USA, quelque part dans l'Ohio C'était un dimanche après-midi. Je regarde par la fenêtre de la cuisine qui donne sur le jardin, et audessus du jardin d'un voisin deux maisons plus loin (à l'ouest) je vois une boîte de couleur noire, de la dimension d'un four à micro-ondes, avec quelque chose qui en dépasse, comme un stick. Cette boîte semble faire des cumulets très près du sol, à une telle vitesse que je ne pouvais voir aucun détail, tout en allant de gauche à droite sur une distance de trois à quatre mètres environ. Au bout de 30 secondes elle commence à monter en s'éloignant. Plus elle montait, moins elle semblait se balancer . Une demi-minute plus tard encore, je l'ai perdu de vue en altitude. Je n'ai pas la moindre idée de ce que c'était. (n°169;1997 MidOhio Research Associates, Inc ) 1989, 24 avril URSS, Charowsk Vers 23 h 00 A.D. Golowackaja et sa fille virent une flamme dorée dans le ciel qui devenait vermeil et un objet argenté précédant la lumière devint visible. Il était rectangulaire, long de 12 m environ. L'ovni émit un puissant faisceau qui enveloppa le témoin: elle vit 4 créatures à bord de l'engin. C'étaient de grands humanoïdes vêtus de combinaisons spatiales. Deux d'entre eux se dirigeaient vers l'arrière de l'engin, peu après les deux autres firent de même. Paniqué, le témoin rentra dans la maison. (Inforespace n° 78, p. 32) 1989, 13 mai NORVEGE, Kodal Aux environs de minuit, Tom Arne Kristensen à vélomoteur rejoignait son domicile. Soudain derrière lui, apparut une très vive lumière, comme celle de dizaines de phares éclairant l'un à côté de l'autre en code routier longue portée. Cette lumière vint tout près de lui, puis le distançait: tout était éclairé derrière Kristensen, mais rien devant lui. Arrivé au sommet de la côte de Gullibrekka il vit la lumière en contrebas, qui disparut brusquement. Arrivé peu après à Risegardene, la lumière jaillit à nouveau, venue de nulle part. Elle disparaissait lorsqu'un véhicule arrivait en sens inverse. Très inquiet Kristensen poussa à fond le vélomoteur et rentra chez lui vers 0h30, dans un état bouleversé. Normalement, ce trajet lui prend 15 minutes: cette nuit là, alors qu'il fit tout pour rentrer au plus vite, il a mis une demi heure sur cet itinéraire. (Menz Kaarbo - Ufo-Norway News) 1989, 26 juin URSS, Lesozavodsk Un vent de panique souffla sur la ville causé par une créature déambulant dans les rues. Il se déplaçait étrangement comme s'il flottait et émit des sons bizarres. L'être laissa sur le sol une trace argentée qui disparut peu à peu. Quand l'être se rapprochait des gens, ils furent soit paralysés, soit sentirent une chaleur. Il avait une sorte d'aura autour de lui. Un automobiliste ne put freiner à temps et ne s'arrêta que 15 m après le lieu d'impact: lui et l'auto étaient recouverts d'une matière argentée qui disparut peu à peu, entre-temps l'être se dirigea, sans bouger les jambes, vers un pont où il disparut. (Inforespace n° 78, p. 34) 1989, 28 juin BELGIQUE, Bernissart 20 h 50, deux témoins.ont vu, très bas, à environ 100 m du sol, un curieux objet formé d'une sphère brun mat, d'aspect rouillé, qui passe rapidement. Quatre appendices verticaux fixes font ressembler l'ensemble au premier Spoutnik. Il semble que l'objet tourne lentement sur lui-même dans le sens contraire des
148

aiguilles de la montre. Il se déplace dans un silence total, à vitesse constante et rapide en conservant la même altitude. Distance par rapport au témoin: 200 m environ. ( VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 209) 1989, début juillet FRANCE, entre Vaugneray et Yzeron (Lyon) Entre 23 h 45 et minuit deux personnes sont à l'arrêt dans la voiture sur une aire de repos "La Combe Fusil" et écoutent la radio. Comme un gros bourdonnement, ressemblant à un bruit de tracteur en plus sourd et sans résonance, vient du nord. Ils voient alors apparaître comme deux phares reliés par une sorte de barre. Les sphères de lumière ont environ 2m de diamètre et la barre rectangulaire 150 cm de long. La lumière ne rayonnait pas au delà d'un mètre devant leur source et n'illuminait rien. Ils ont l'impression que ce phénomène frôle le sol, à ras la route, mais volait en réalité à 15 m du sol et avançait à la vitesse d'un marcheur. Le phénomène disparaît sur une trajectoire constante vers le sud, caché par une colline. Durée de l'observation: 2 minutes. (Phénoména -SOS OVNI, nov. déc. 1995, p. 7 à 9) 1989, nuit du 28 au 29 juillet URSS, Kapustin Yar (Astrakhan) Divers témoins militaires pour l'observation entre 22 h 12 du 28 juillet jusqu'à 01 h 30 le 29 juillet signalant des objets non identifiés. Les témoignages viennent de militaires se trouvant parfois à 45 km de distance. Les trois objets sont vus à des distances variant de 3 à 5 km jusqu'à 300 mètres. Les objets étaient en forme de disque de 4 à 5 mètres de diamètre portant sur sa partie supérieure une hémisphère lumineuse. Les objets volaient silencieusement, descendaient, remontaient, planaient, venant planer audessus d'un terrain à seulement 20 à 60 mètres du sol. Les conditions météo étaient excellentes pour une bonne vision. Le commandant (nom censuré) de l'unité militaire (nom censuré) du polygone BVS, (ville d'Akhtubinsk) mène l'enquête. (La cura di CISU, section Milan, qui a reçu photocopie des déclarations russes) Un cas à témoins multiples dans une base de missiles russe (28-29 juillet 1989) En tête des rapports d'OVNI déclassifiés par le KGB en 1991, figure un dossier relatif à une base de missiles de l'armée, près de Kapustin Yar, dans la région d'Astrakhan, dont il est fait état dans l'ouvrage de Marie Galbraith (cf chapitre 9. 1). Le public anglophone en a eu connaissance par la revue moscovite AURA-Z de mars 1993. Des militaires, appartenant à deux centres de la base, ont fait des dépositions manuscrites sur leurs observations visuelles, réalisées dans de bonnes conditions de visibilité. Le dossier, incomplet, ne traite pas de détections radar éventuelles. Il débute par un bref résumé du cas, dont l'auteur était un officier anonyme du KGB, suivi de la relation de sept témoignages manuscrits. Dans un rapport, cohérent avec celui de son supérieur, le soldat Tichaev insistait sur l'absence de bruit provoqué par l'objet, même à courte distance, ce qui empêchait de le confondre avec un hélicoptère. Les deux témoins, rejoints après un temps par l'équipe de garde, avaient assisté, durant deux heures, aux évolutions de l'objet au-dessus du centre et de ses abords. (rapport COMETA, 1999) 1989, juillet USA, Pitahaya (Porto Rico) Vers 15 heures, Aristides Medina, naviguait le long des mangroves, et il croisa ce qu'il prit d'abord pour un groupe d'enfants : "Leur taille variait entre 90 cm et 1,10 m, comme celle des enfants de 5 ou 6 ans. Je me rapprochai pour mieux les voir. Ils se ressemblaient tous. Ils étaient filiformes, de même corpulence, et vêtus de combinaisons très moulantes d'un gris argenté. Ces vêtements paraissaient fluorescents - ils avaient une sorte de luminescence intérieure. Deux de ces créatures étaient plantées là, devant moi, et me fixaient, les autres étaient à moitié cachées par les mangroves. Leurs têtes étaient plus grosses que les nôtres, mais guère plus, et un peu plus oblongues, en forme d'oeuf - et sans un cheveu! Ces choses étaient d'une pâleur!...avec des reflets gris sur la peau. Les yeux étaient extrêmement allongés en amande et tout noirs, et le nez plutôt réduit; la bouche était pratiquement inexistante. Quand j'ai essayé de les approcher, elles se sont sauvées à toute allure et elles ont disparu dans un vallon de la Sierra Bermeja. Depuis ce jour, je les ai revues deux fois...". (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité
149

1994 p. 248-249) 1989, 2 août USA, Gulf Breeze, Floride Mufon, dossier UFO1303, n° 890405) Heure : 03 h 40. Durée 12 minutes. Enquêteur: Charles Flannigan. Réveilllé par les aboiement de ses chiens dehors, un homme découvre un objet de petite taille en descente sur une parcelle voisine. L'objet ressemble à deux disques connectés, celui du dessous plus grand que celui du dessus, d'une largeur totale de moins d'un mètre. A la partie supérieure une lumière blanche brillait, de nombreuses autres petites lumières clignotaient de couleur rougâtre à orangée et deux étaient vertes. Quand l'homme sortit, dans l'intention de prendre cette petite chose et de la rentrer dans sa maison, l'objet partit dans un éclat de lumière. 1989, 9 septembre AUSTRALIE, Zanthus A 21 heures (WST), le machiniste et les autres membres des Kalgoorlie railways ont vu un ovni de la taille d'un avion de combat, arriver au-dessus du train. Cet ovni émettait de l'arrière une fumée blanche très dense si bien que les passagers ne pouvaient plus rien voir dans ce train express durant plusieurs minutes. Le service d'information des chemins de fer A T.I.M.S. (Traffic Information Management System) rapporte que des incidents similaires eurent lieu affectant trois autres trains durant la même soirée et que les rapports avaient été reçu au contrôle Port Augusta Rail Control Centre. C'est dans un rayon de 600 km que les incidents se sont produits. Le machiniste du Transline, Lou Beccarelli, dit: "Jamais durant mes 25 années de service je n'ai vu un truc pareil. J'étais le premier à voir la chose, à 14 km à l'est de Zanthus, c'était une lumière de la forme d'un crayon, qui se tenait à la verticale dans le ciel. Dans les 20 secondes il était au-dessus de la machine à une vitesse phénoménale. La chose était ceinturée de six lumières blanches, chacune émettant une fumée blanche. Malgré sa taille colossale, il était complètement silencieux . A Greg Bourne, je mis le train sur la voie de garage et l'arrêtait. Le garde a également vu l'ovni, ainsi que le co-machiniste; Mais dès que j'ai arrêté le train, l'objet s'est évanoui, en une sorte de légère brume qui restait planer tout le long des voies jusqu'à Zanthus." Les autres rapports viennent de Hesso, Watson et Manguri - tous à des centaines de kilomètres. Les passagers et l'équipage des trains décrivent tous de grands objets aux lumières blanches et émettant une fumée blanche très dense. (OZTRAIN.AUS) 1989, 27 septembre URSS, Voronej A 18 h 30, par temps chaud, de nombreuses personnes sont dans la rue. Dans un parc Jenia Blinov, Vassia Sourine et Youla Cholokhova jouent au football. En bordure du parc des gens attendent l'autobus. Dans le ciel apparaît une lumière rose, puis une boule bordeaux d'environ 10m de diamètre - certaines sources disent que l'objet a la forme d'une banane. Cette chose tourne plusieurs fois autour du parc ,disparaît, revient quelques minutes plus tard, s'immobilise . Dans la partie inférieure une trappe s'ouvre. Les nombreux témoins (une quarantaine d'après REUTER) voient apparaître une créature de 3 m de haut, doté de trois yeux, en costume argenté avec un disque au niveau de la poitrine, chaussé de bottes couleur bronze. La trappe se referme et l'objet se pose au sol. Un grand humanoïde en sort peu après, accompagné d'une petite entité genre robot. Le grand humanoïde dit quelque chose et au sol apparaît un triangle lumineux de 50 cm sur 30 cm. A ce moment le grand humanoïde touche la poitrine du petit robot qui se met en mouvement. Effrayé par ce spectacle un enfant dans la foule crie de peur, l'humanoïde le regarde avec des yeux lumineux et l'enfant est paralysé. La foule se met à crier, et la sphère disparaît ainsi que ses occupants. Elle est à nouveau visible 5 minutes plus tard. La créature de grande taille est armé d'une tige qu'il pointe sur un adolescent de 16 ans dans la foule: il disparaît sur place. Il ne réapparaîtra que quand l'humanoïde sera à bord de l'engin qui décolle. (Patrick VIDAL, Belgique - REUTER) Cet événement est relaté au 9 octobre 1989 par (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy TREDANIEL
150

1995, p. 70) 1989, 29 septembre BELGIQUE, Chênée-Liège. A 18 heures le docteur Christian B. se rendait chez une malade rue de Chenée. Au-dessus de la colline de Cointe il remarqua une grosse lueur. Cela l'étonna au point qu'il s'arrêta et sortit de voiture pour l'observer. Le ciel était encore clair mais légèrement brumeux. L'engin passa à sa verticale. Une construction étrange, très large, très plate avec à l'avant deux projecteurs dirigés vers le bas, à l'arrière rouge un phare à éclat et aux extrémités des ailes des phares blancs fixes. Entre le feu avant et le feu arrière une sorte de trappe pour un éventuel train d'atterrissage. Comme son arrêt sur la chaussée perturbait le trafic, le docteur alla éteindre les phares de sa voiture restés allumés. Sur ce temps l'objet disparut de son champ de vision. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 250) 1989, 29 septembre GRANDE-BRETAGNE, Southend, Stanford Hope et Basildon La nuit, deux pensionnés voient à Southend un grand objet en forme de losange, plus grand qu'un avion. Il avait deux fenêtres fortement éclairées. A Stanford-Hope, la même nuit un homme observe un objet triangulaire tournant au-dessus de sa maison. A Basildon on voit au-dessus de la centrale téléphonique un ensemble de lumières rouges vertes et blanches rester stationnaires. (Bob PRATT - USA) 1989, 12 octobre BELGIQUE, Verviers A 21 h 15 le témoin décide de faire un tour dehors. Devant un magasin d'appareillage électronique il y a attroupement et véhicules des pompiers: un incendie venait d'y éclater. Peu de temps après le témoin voit que les gens ne regardent plus l'intervention des pompiers, mais qu'ils regardaient en l'air et se déplaçaient vers la rue Masson. Et là, au bout de la rue, il vit dans le ciel comme un cercle formé de 6 à 8 grosses lumières blanches qui traversait lentement la rue dans le silence absolu. Il n'y avait rien d'autre que ces lumières. Un autre témoin se trouvant à une soixantaine de mètres de là sur un chemin de corniche dit avoir vu à ce moment un objet de grande taille ressemblant à une soucoupe. (VOB 1 SOBEPS 1991, p. 53, 54) 1989, Le 17 octobre Un OVNI plus gros que la Lune a survolé la cité sibérienne de Ornsk. Il avait 4 énormes phares de recherche mais resta invisible aux radars. Il s'en alla à une vitesse supérieure à 7000 km/h. 1989, 23 - 30 Octobre Moscow News : A voronezh, dans le district de Levoberezhny, près de la rue Mendeleyev, de mystérieux visiteurs ont été obsédés entre le 21 septembre et le 2 octobre. Les êtres et leur vaisseau étaient semblables à ceux observés au mois de Juin dans le village de Konantseva, district de Kharovsk (Région de Vologda). A Voronezh on a trouvé sur le site d'atterrissage des indentations de 25-30 cm de diamètre et 20-25 cm de profondeur. Cela correspondrait à un appareil de 11 tonnes. Dans certaines indentations on a relevé des radiations gamma au-dessus de la normale : 37 µ roetgen / heure alors que la moyenne est de 10-15 µ roetgen / heure. L'objet observé avait une forme elliptique de 15 m sur 6 m avec un capot sur le milieu. Il en est sorti un être de 3 m de haut. La tête était un hémisphère posé sur les épaules et portait trois yeux lumineux (scaphandre ?) Parmi les témoins de l'engin se trouve le Lieutenant de la Milice, Sergei Malveyev. Le Colonel Lyudmila Makarova, chef de département d'expertise criminelle de Voronezh déclara : "Nous sommes actuellement incapables de donner une explication en termes connus de ces phénomènes". C'est le premier cas connu d'atterrissage en plein jour, durant un certain temps, et au milieu d'un village.
151

1989, octobre MALTE, aux limites de Zebug Deux dames en voiture virent un pilier de lumière dans un des champs le long de la route. Ce pilier remontait à un objet circulaire qui pulsait en changeant continuellement de luminosité et de couleur. Elles observèrent ce phénomène pendant quelques minutes. Ensuite le phénomène montait lentement, disparaissant au fur et à mesure que la distance s'agrandit. Aucune évidence physique ne fut relevée sur le champ. (John Joseph Mercieca, ufologue maltais - Internet novembre 1996) 1989, 22 novembre BELGIQUE, Forest (Hainaut) Nuit sombre, nuageuse et pluvieuse. A 20 h 15, M. et Mme Dupuis en voiture, observent à la sortie du village de Forest une luminosité venant de derrière une boulangerie et un groupe de maisons. Ils voient alors apparaître au-dessus d'une maison située à 20 mètres, un engin muni de phares disposés en triangle équilatéral. Le bâtiment, de grandes dimensions, baigne dans une lumière intense. M. Dupuis arrête la voiture, coupe le moteur et voit alors une grosse masse triangulaire sombre portant des feux à sa base. L'objet a une dizaine de mètres d'envergure. Entre les spots il remarque une coupole assez large, semblable à une cloche à fromage tandis qu'il perçoit comme un mouvement à travers la coupole. A l'arrière une excroissance en forme de tube est visible. M. Dupuis sort de la voiture et s'approche prudemment de l'endroit où l'engin va traverser la route. Brusquement, à l'aplomb de la route, l'engin descend de un ou de deux mètres et émet une flamme rouge teintée de bleu, sortant du tube arrière. Simultanément M. Dupuis entend un léger sifflement. L'objet est à moins de 10 m du témoin et survole la route à 5 m d'altitude, les faisceaux éclairent fortement le sol. L'engin continue sur sa route d'ouest en est et se dirige vers une ligne électrique de haute tension située à 300 m de là. Soudain M. Dupuis perçoit un mouvement à travers la coupole et voit une forme blanche. Il fait de grands signes avec les mains et brusquement l'objet cesse d'être visible. L'observation a duré 5 bonnes minutes en tout. Suites: troubles du sommeil pour M. Dupuis, dépression nerveuse deux mois plus tard pour son épouse. (Inforespace n° 79 p. 4 et 5 et VOB 2 SOBEPS 1994, p. 169) 1989, 22 novembre NORVEGE, Sandefjord Ivar Spilde, professeur de collège, voit arriver vers 23 heures, à une altitude de 100 m environ et à 150 m de lui un objet bizarre. Son attention avait été tirée par un son grave et sourd et d'abord il se mit à la fenêtre, sortit ensuite dehors. Dans le bas il y avait une rangée de lumières, surmontées d'une structure à peine visible. La face inférieure était à peu près rectangulaire, mais avec les grands côtés de longueur inégale entre 15 et 20 m de long, une des largeurs était supérieure à la longueur. La surface portait 5 ou 6 rangées de petites lumières blanc-jaunâtre qui se reflétaient sur elle. Sur un des coins de l'arrière, une grande lumière blanche semblait ne pas faire partie du "fuselage". Cet objet partit vers le sud-est à la vitesse d'un avion. Durée de l'observation: 30 secondes. (voir 15 décembre 1989) (Menz Maarup - UfoNorway News) 1989, 28 novembre BELGIQUE, Butgenbach Dans un village près de Butgenbach, Mme D. accompagnée de sa fille Evelyne, 16 ans, se trouve à 19 h 15 au cimetière devant la tombe de sa fille aînée décédée accidentellement en début d'année. Une grande lumière s'approche de l'ouest et s'immobilise à 30 ou 40 m de hauteur, juste au-dessus des sapins qui bordent le cimetière, à environ 150 m des témoins. La lumière a un certain volume mais les contours sont flous. Parfois on distingue une forme: un losange. Une pointe est dirigée vers le haut, mais le losange semble prendre des inclinaisons différentes et il est noyé dans une forte lumière de couleurs changeantes. Elle est généralement blanche mais une partie peut être cependant plus rouge ou orangée ou encore vert152

bleue. La fille trouve cela assez inquiétant tandis que la mère le trouve vraiment beau. Quand elles quittent le cimetière après 10 minutes sur l'insistance de la fille, la mère marche le plus possible à reculons pour ne pas perdre la lumière de vue.(...) VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 32, 33)

1989, 29 novembre BELGIQUE, région de Verviers Début de la vague belge. Vers 10 h 30 un major de l'armée participant à une marche de Walhorn au Barrage de la Gileppe, et voit un grand objet qui se déplace au-dessus de Eynatten à une altitude estimée à 2000m. L'aspect est du genre zinc-aluminium, une sorte de grande plaque sans ailes et qui se déplace sans bruit. (VOB 1 - Sobeps 1991) 1989, 29 novembre BELGIQUE, Jalhay A 16 h 40 un écolier voit arriver de Jalhay un triangle équilatéral plat "comme s'il avait été découpé dans une planche". L'objet passe au dessus de lui et il voit trois lumières dans les coins, de couleur différente: blanc, rouge et bleu. (VOB 1 - Sobeps 1991) 1989, 29 novembre BELGIQUE, Remouchamps-Sprimont Vers 17 h 10 André R. roulait vers Liège, quand il vit un gros objet lumineux apparemment immobile dans le ciel. L'objet frappa le témoin par sa forme inhabituelle et son volume exceptionnel. Il était muni de deux phares fort espacés l'un de l'autre, le corps triangulaire sombre, aux coins arrondis se détachait nettement sur le ciel "comme un poisson raie sans queue". Le témoin aperçut alors un second objet, plus loin que le premier, en vol rapide sur une trajectoire horizontale ondoyante décrivant des sortes de S renversés approximativement de NO vers le SE. Durée de l'observation: entre 8 et 10 secondes. (Inforespace n° 84, p. 16) 1989, 29 novembre BELGIQUE, entre Kettenis et Merols Les gendarmes Von Montigny et Nichols en camionnette sur la N 68, arrivent à 17 h 20 à la hauteur de "Grosse Weide". Ils observent un grand triangle sombre à deux coins coupés (dimensions 30m de base, 25 m de hauteur, partie coupée 6 m, épaisseur 2 m) avec trois énormes phares circulaires orientés vers le bas diffusant des cônes de lumière. Cet objet se trouve à une altitude d'environ 120 m. Un petit clignotant rouge - ou un petit gyrophare s'inscrit au centre de l'objet. L'objet était immobile, se met en mouvement pointe en avant, survole les gendarmes , s'arrête, tourne sur place et repart en sens opposé, direction Eupen. C'est le silence de cet engin qui étonne le plus les gendarmes.(.. .) (VOB 1 - Sobeps 1991, p. 16 à 19) 1989, 29 novembre BELGIQUE, entre Verviers et Andrimont Deux témoins arrivent dans la rue où ils habitent et aperçoivent alors une énorme masse sombre immobile à environ 500 m du sol. Elle a la forme d'un triangle avec 3 gros phares blancs près des coins.
153

Une lumière rouge clignote au centre du triangle. Les témoins sont convaincus que ce clignotant correspond à une boule placée sous la face inférieure plane. Cette boule tourne comme un gyrophare. En sortant de leur voiture ils sont surpris de voir l'objet stationner à leur verticale. Le moteur de la voiture est arrêté, mais ils n'entendent aucun bruit provenant de l'engin, même pas quand il se remet doucement en mouvement, base en avant. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 28) 1989, 29 novembre BELGIQUE, Roccourt Vers 18 heures un technicien de centrale électrique regarde par hasard dans la direction de Ans et Bierset. Il note alors la présence d'un énorme triangle à large base et coins arrondis. Il porte trois phares blancs très lumineux, situés près des coins et un clignotant rouge au centre. Il est parfaitement immobile. Pour M. K., le témoin, il ne peut s'agir de l'Awacs. Il les connaît bien puisqu'il habite près de la base de Bierset. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 42) 1989, 29 novembre BELGIQUE, Mortroux A 18 h 30, une commerçante et un autre témoin observent un triangle immobile au milieu d'une prairie, à 100 m d'eux, à l'extrémité d'un poteau électrique de 12 m de haut, émettant un cône de lumière blanche vers le sol semblable à une trompe d'éléphant; puis en mouvement à l'approche de la camionnette tandis qu'un gros phare rouge se met à clignoter dans son épaisseur latérale. C'était une forme sombre, arrondie sur l'arrière. A l'arrière on apercevait deux rangées de lumières rouges, comme huit fenêtres rectangulaires. En s'éloignant il émet un bourdonnement, audible malgré le bruit du moteur de la camionnette. (Franck Boitte, Inforespace n° 85 p. 36 et VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 209) 1989, 29 novembre BELGIQUE, Membach Les deux gendarmes Nicholls et von Montigny arrêtent la camionnette vers 18 h 45 sur une hauteur nommée Kortenbach. L'objet s'est immobilisé au-dessus du lac de la Gileppe un peu à gauche de la tour éclairée. L'ovni stationnaire émet de manière répétée et toujours simultanément, deux minces faisceaux d'une lumière rougeâtre en direction opposée. Ces faisceaux sont rectilignes, très fins et de section constante. Ils sortent de l'objet à grande vitesse et restent visibles un certain temps. Au moment où ils disparaissent une boule rouge persiste aux extrémités des faisceaux. Ces boules de feu reviennent vers l'objet en tournant quelques instants autour de la boule blanche. Ensuite le processus recommence de façon identique. L'ovni est resté là stationnaire jusqu'à 19 h 23. Ils voient brusquement surgir un second triangle qui s'élève dans le ciel comme catapulté de derrière les sapins. Il ralentit, s'incline un peu et vire. Il expose sa superstructure où les gendarmes discernent clairement une coupole posée comme une calotte sphérique au centre d'une plaque peu épaisse. Cette coupole est pourvue de fenêtres rectangulaires éclairées de l'intérieur. Cet objet se dirige vers le nord. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 23, 24) Paul Van Brabant, chercheur belge indépendant, cherche en décembre 1996 à prouver quasiment que la lumière observée à gauche de la tour, correspond exactement à l'emplacement de Vénus ce soir-là avec une magnitude de -4,6, soit quasiment le maximum. (Bulletin du GESAG n° 94, mars 1997, p. 5 à 11) Le prof. Meessen prouve lui, en février 1997 lors d'une réunion avec les sceptiques, que si Vénus était dans le ciel, pour les gendarmes Vénus se trouvait à droite de la tour à l'heure indiquée et non pas à gauche. 1989, 29 novembre BELGIQUE, Battice Vers 19 heures Mme B. observe un triangle avec des points lumineux sur sa face inférieure. Par la fenêtre de sa cuisine elle voit d'abord deux gros phares éblouissants. Ils sont tellement près du sol qu'elle pense d'abord à un camion, mais il n'y a pas de route à cet endroit. Progressivement elle discerne une grande masse foncée et se rend compte, ainsi que son fils, que c'est un objet volant. Il effectue un virage qui
154

l'amène dans leur direction. Elle éteint la lumière dans la cuisine et voit que c'est un objet triangulaire aux coins arrondis. Il vole très bas, lentement et sans bruit. Au moment où il survole la maison sa taille est telle qu'il couvrirait deux maisons jumelées. Ils discernent alors de nombreuses petites lumières jaunes sur la face inférieure de l'engin "on dirait de petites étoiles". Autour de l'objet il y avait des petits points lumineux rouges. Ils bougeaient indépendamment "comme des lucioles". (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 32) 1989, 30 novembre USA, New-York Affaire Linda Cortile. Deux policiers, tombés en panne de voiture près du pont de Brooklyn, ont vu à hauteur du dernier étage d'un immeuble près d'eux, stationner un grand engin lumineux. Ils y ont vu pénétrer par le dessous, comme transportées par une rayon de lumière, une femme en chemise de nuit blanche et trois étranges petites créatures. La femme était sortie à travers la fenêtre en glissant dans les airs, comme les trois autres. L'objet s'est envolé, a survolé le FDR Drive où leur voiture était en panne et a plongé dans l'East River. Ils étaient surs que cette femme était morte et allaient faire une enquête. or, cette personne que nous appellerons Linda, sous régression hypnotique venait de révéler ces faits à Budd Hopkins. En avril 1991 Linda est kidnappée par les "policiers" qui n'en étaient pas, mais des agents de sécurité attachés à la personne de Javier Pérez de Cuellar, alors secrétaire général des Nations unies, qu'ils escortaient cette fameuse nuit et qui, lui aussi, aurait été témoin de l'invraisemblable scène. Un autre témoin, indépendant, une dame d'une soixantaine d'années, fut elle aussi témoin. Au total, pas moins de 18 personnes ont été témoin du phénomène. (Marie-Thérèse de BROSSES: "Enquête sur les enlèvements E.T." - Plon 1995, p. 91 à 95) 1989, 1 décembre BELGIQUE, Jalhay A 18 h 45, une infirmière et 4 autres témoins observent un objet triangulaire à 75 m qui se dirige vers le barrage de la Gileppe en émettant un léger ronronnement. (Franck Boitte, Inforespace n° 85 p. 37) Les témoins remarquent une figure géométrique constituée de 3 lumières: une blanche, une bleue, une rouge. Cet objet se déplace de manière rectiligne et uniforme, un peu plus vite qu'un avion de tourisme. Le phénomène est passé à une altitude estimée entre 50 et 100 mètres à l'aplomb des témoins.. Les enfants prétendent avoir perçu un bruit de moteur électrique. Seules les lumières étaient visibles, aucune structure n'a été observée. (VOB 2 -SOBEPS 1994, p. 196) 1989, 3 décembre BELGIQUE, Plombières-Eupen En forme de boomerang, émettant un bruit de tondeuse à gazon, à 15 h 45, alors que 7 enquêteurs de la Sobeps sillonnent la ville à la recherche de témoignages antérieurs, sans qu'aucun d'eux ne remarque quoi que ce soit d'anormal. Un des rares cas belges où apparaît le mot "boomerang", très fréquemment utilisé dans des dépositions semblables américaines. (Franck Boitte - Inforespace n° 85, p. 30, 31) 1989, 4 décembre BELGIQUE, Eupen Mlle Nicole B. et sa mère Hannelore empruntent à 20 h 05 la Frankendelle quand brusquement vers le milieu de la montée elles voient une série de points lumineux de forte intensité au-dessus des toits d'un internat scolaire à 150 m à droite de la Frankendelle. Après une dizaine de secondes les témoins arrêtent la voiture et en sortent. "C'étaient trois points lumineux blancs et au centre un feu rouge plus grand qui pulsait. Il ne faisait aucun bruit. Cela semblait appartenir à un objet relativement plat. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 73, 74)
155

1989, 11 décembre BELGIQUE, Jemeppe sur Sambre De 18 h 15 à 18 h 50 deux témoins, dont un fonctionnaire, observent un objet triangulaire gris mat, entouré de plusieurs lueurs rouges; cet objet éjecte à deux reprises des grappes de 6 à 10 boules lumineuses oranges en direction de la voiture arrêtée des témoins: distance de ces boules par rapport à eux: 10 mètres. (Franck Boitte, Inforespace n° 85, p. 37) Cet amas est passé sous une ligne à haute tension et est immédiatement retournée vers la structure lumineuse; une nouvelle grappe de ces petits feux rouges a fait le même trajet, sous la ligne HT. Les éléments rouges restaient groupés. Ils sortaient de la partie inférieure de l'objet et la grappe qu'elles formaient avait la taille d'une voiture. Il devait y en avoir de 10 à 20, sans qu'elles constituent une forme précise. Dimension de l'engin: la taille d'un terrain de football. (VOB 2, SOBEPS 1994, p. 165) 1989, 12 décembre BELGIQUE, Jupille sur Meuse. A 2 h 15 du matin rencontre rapprochée à Jupille sur Meuse. Le témoin est réveillé par un bruit insolite et crut que le circulateur de la chaudière ne fonctionnait plus normalement. Il se lève donc. (...) Objet en forme d'oeuf plus arrondi à l'avant où le témoin distingue une fenêtre ou un pare-brise de couleur sombre ayant l'aspect de plexiglas. L'objet était gris-mat, terne, sans aucun effet brillant. Une sorte de bande horizontale ressemblant à une gorge dans laquelle plusieurs petites lampes d'un éclat bleuté et rougeâtre ceinturait l'objet. A l'arrière un orifice dans lequel était planté une sorte d'aileron ou de rame du même aspect gris-mat. Le dessous présentait trois protubérances où étaient logés des projecteurs, éteints en début d'observation. A l'arrière de la grande fenêtre un sorte de sigle, trois ellipses entrelacées faisant penser aux trajectoires de des électrons autour d'un noyau. La taille: une vingtaine de mètres. Le témoin avait à la fois l'impression de contempler un objet matériel mais "flou", bien qu'il ne se trouve qu'à 80 m de distance. En repartant l'objet allume les trois projecteurs sous son corps. (Inforespace n° 80 p. 32 à 42) 1989, 21 décembre BELGIQUE, Strépy-Bracquenies (Hainaut) 23 h 30, deux témoins. C'était quelque chose d'immense qui prenait plus de toute la largeur du dessus du terril à l'aplomb duquel il se trouvait à moins de 100 m d'altitude. La couleur était zinc mat, très lumineux. L'aspect était solide mais les contours étaient flous. Il y avait 4 projecteurs ou gros phares en ligne qui portaient leur lumière vers l'avant (vers le témoin). Mais l'objet, bien que mat, éclairait le terril par sa brillance. La forme de l'objet était ovale pour la moitié supérieure et presque plate, mais bombée quand même pour la partie inférieure. Cela ne fit aucun bruit. A certain moment l'objet a basculé de 30 à 45° et s'est mis à bouger, d'abord doucement (10 km/h) puis brutalement pour partir plus vite que l'éclair. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 210 avec illustration) 1989, 22 décembre BELGIQUE, Kain (Tournai - Hainaut) A 6 h 45 du matin, réveillé par le bruit de ses deux enfants, qui crient à la soucoupe volante, le témoin ouvre les stores et aperçoit dans un champ voisin un objet circulaire qui s'éloigne en tournoyant. C'était une masse bleu-gris sombre, avec des lumières bleues, jaunes, rouges, animée d'un mouvement de balancier. (Franck Boitte, Inforespace n° 85 p. 38; VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 130, 131) 1989, 26 décembre, KENYA, nord du pays D'après le « Weekly World News » du 26 décembre, 3 ovni se sont livrés à un simulacre de combat dans le ciel au nord du mont Kenya. Ils ont été relevé sur les écrans des radars à des distances aussi lointaines que ceux du Caire en Egypte. La "bagarre" a duré plus d'une heure et fut observée par au moins 300 témoins au sol. (Source: Ken Willoughby, Box 317 Fairacres NM 88033)
156

1989, 26 décembre BELGIQUE, Genval (Brabant) A 23 h 05 le témoin, ingénieur, voit à travers la fenêtre à double vitrage approcher lentement un phénomène insolite se présentant finalement sous la forme d'un "H" dont le trait médian serait supérieur en longueur aux branches montantes, le tout de coloration orangée. Les branches portent à chaque extrémité un cylindre plus lumineux, dirigés vers le bas. Le tout paraissant être d'une structure métallique en relief. Distance au plus éloigné: 500 à 600 m. Au plus proche à l'aplomb, incertitude quant à l'altitude. Le témoin est sorti pour poursuivre l'observation mais il ne vit plus rien. (Inforespace n° 83 p. 17 à 20) 1989, 27 décembre BELGIQUE, Jehanster/Polleur (Verviers) M. F. est occupé dans la bergerie, son épouse et Béatrice, 21 ans, et Alain 14 ans, sont dans le living. Il est 17 h 20. Tout à coup Alain appelle sa mère et sa soeur car une "grosse étoile" est en train de s'approcher. Ils regardent à l'oeil nu et aux jumelles avant de sortir appeler le père et continuer l'observation dehors. La chose se rapproche toujours. Bizarrement la luminosité diminue et ils peuvent distinguer à l'oeil nu une étrange forme sombre , munis de trois feux disposés en triangle et dirigés vers le bas. Au centre un feu clignotant rouge beaucoup plus petit. Simultanément ils voient un second objet identique, beaucoup plus éloigné vers l'ouest qui va apparemment suivre la même trajectoire. Cela ressemble à une aile volante avec à l'arrière une sorte d'excroissance, sur le bord avant trois hublots rougeâtres. Un peu comme un Boeing sans l'entièreté du fuselage dira M. F. Soudain, en une accélération brutale, l'objet file à vitesse fulgurante. Quelques instants après le second objet fait de même. A aucun moment ils n'ont entendu le moindre bruit. (...) (Inforespace n° 79 p. 11, 12; VOB 1 - SOBEPS 1991, P. 136, 137 et croquis) 1990 USA, invention de Photoshop 1.0 Historique En 1987, Thomas Knoll, étudiant à l'université du Michigan, commence l'écriture d'un programme pour afficher des images en niveaux de gris sur écran monochrome. Appelé Display, ce programme attire l'attention de son frère John Knoll, alors employé chez Industrial Light & Magic. Ce dernier lui recommande d'en faire un éditeur d'images à part entière. T. Knoll prend alors six mois de congé pour travailler avec son frère sur le programme, qui devient ImagePro. Plus tard dans l'année, T. Knoll renomme le programme Photoshop (atelier de photo). Puis il collabore avec le fabricant de scanners Barneyscan pour en distribuer des copies avec un scanner à films, périphérique rare et coûteux à l’époque. Un total d'environ 200 copies est écoulé de cette manière. Durant la même période, J. Knoll se rend dans la Silicon Valley pour présenter le programme à Apple et à Russell Brown, directeur artistique d'Adobe. Les deux sont très enthousiastes et, en septembre 1988, Adobe décide d'acheter la licence pour le distribuer. J. Knoll travaillera sur les plug-ins en Californie et T. Knoll restera à Ann Arbor, attendant le code source. Photoshop 1.0 voit le jour en 1990 sur Macintosh. MESSAGE À TOUS LES CHERCHEURS; depuis l’invention de ce programme enseigné 10 ans plus tard (2000) dans toutes les facultées qui enseigne le graphisme, il y a de plus en plus d’artiste du numérique qui monte des arnaques sur les ovnis grâce à ce programme de manipulation d’image. C’est pourquoi AUJOURD’HUI il devient nécessaire malheureusement d’exclure tous les témoignages d’apparition d’ovni venant d’un simple citoyen et particulièrement des adolescents. Seul les témoignages venant d’officiels tel pilotes d’avion, contrôle radar, Nasa, Air force, Armée…etc…et surtout ceux venant d’officiels d’Agence Gouvernementale prenant leurs retraites est une source crédible et valable.
157

Beaucoup de ces arnaques numériques se retrouvent sur les sites de partage vidéo tel You Tube, Dailymotion, etc…aussi soyez très prudent lors de ces visionnement. / NDA 1990, 15 janvier BELGIQUE, Herdersem (Flandre Orientale) Alors qu'il se rendait à son travail le témoin, charpentier, vit à 7 h 50 une vive lumière au niveau des arbres, puis trois lampes blanches délimitant un triangle et paraissant être en relief et une lumière rouge fixe, sur un des côtés de l'objet. Il y avait également une coupole sur la face ventrale , elle semblait être reliée aux sommets par des tubulures. Distance du témoin: 150 (400?) mètres environ. (Franck Boitte, Inforespace n° 85 p. 38; VOB 2 - SOBEPS 1994 p. 174) 1990, 19 janvier BELGIQUE, Templeuve A 18 h 45 le témoin roulait en voiture lorsqu'il aperçut un objet multicolore qui paraissait sur le point de s'écraser au sol. Il s'arrêta et alerta trois autres personnes qui se trouvaient là. Ensemble ils virent deux masses lumineuses distinctes, jaune et rouge, reliée par une forme rectangulaire grise qui passait audessus des fils électriques, puis effectuait un virage en remontant, tandis qu'un bruit semblable à celui d'une turbine se faisait entendre. L'un des témoins dit que pour elle l'objet évoquait la forme d'un "os de chien". Un autre témoin précise: je voyais deux parties arrondies reliées entre elles par une partie plus rectangulaire. Les parties arrondies étaient respectivement de couleur rouge et jaune, la partie qui les reliait était foncée, gris souris ou noir. Cet objet traversa la route très bas, rasant les fils électriques. Il n'y avait ni bruit ni souffle. L'un des témoins entendit cependant un bruit comparable à celui d'un ULM ou d'un avion téléguidé, lorsque l'objet est remonté en virant, le bourdonnement à augmenté en produisant un bruit d'accélération. (Franck Boitte- Inforespace n° 85 p. 38; VOB 1 - SOBEPS 1991, p.148, 149 et croquis) 1990, 2 février ALLEMAGNE, Hambourg Wolfgang Gutschke du Bergendorfer Heirweg, astronome amateur, se lève vers 1 heure du matin et se demande s'il va pouvoir observer des étoiles. Le ciel était clair et une légère brume horizontale atténuait les lumières de la ville. La lune était déjà couchée, et cherchant des yeux Sirius, il la localise ainsi que plusieurs autres étoiles, même de moindre grandeur. Il est brusquement interrompu dans sa recherche par l'arrivée sur sa droite d'un gros objet volant, volant assez bas et très rapidement, passant à son aplomb. Il était gris laiteux et faiblement éclairé, un triangle équilatéral aux coins arrondis avançant pointe en avant. Dans chaque coin il y avait un anneau dirigé vers le bas, de lumière plutôt rose. En s'éloignant ces anneaux avaient une forme ovale et semblaient être des tubes dirigés vers l'arrière. Vol totalement silencieux. Grandeur apparente de 10,5 à peu près. Calculs effectués de trois manières différentes: cet objet mesurait au moins entre 58 et 73 m de côté. 1990, 14 février AUSTRALIE, Kalangur Vers 11 h 45, une infirmière retournait chez elle ayant terminé son service à l'hôpital. Sur la route, près d'un centre commercial, un incident bizarre eut lieu. Elle était seul à bord de la voiture, et bizarrement, il n'y avait personne d'autre sur la route. Elle dut s'arrêter à un feu routier qui était rouge. 150m plus loin, tout à coup, elle roulait dans le sens opposé et à 5 km de ce lieu. Ce changement s'opéra brutalement en une fraction de seconde. Elle s'arrêta immédiatement et sortit de voiture. Elle eut des nausées, de la peine à respirer et un terrible mal de tête. Peu après elle constata avoir un "temps manquant" de 25 à 35 minutes. Quelque temps plus tard elle eut des problèmes gynécologiques. (UFORA90074 QA90014 Keith Basterfield)
158

1990, 16 février USA, Dudley (Caroline du Nord) Jay Stallings vit à 18 h 10 en conduisant sur la bretelle de l'autoroute 117, un ovni plus gros qu'une voiture standard. L'ovni ressemblait à un avion de l'Eastern Airline mais sans ailes. Il avait une série de lumières clignotantes vers le milieu de son corps cigaroïde. Il a plané un moment au-dessus des installations de Georgia Pacific Smokeworks. (George D. Fawcett III, Mutual UFO Network of North Carolina, 1990) 1990, 21 février ALLEMAGNE, Coblence-Karthause A 21 h 07 les trois témoins étaient en voiture à Karthause dans un quartier résidentiel où la vitesse est limitée à 30 km/h. La mère fut la première à voir deux lumières descendant en ligne droite vers eux. La conductrice craignant que l'objet qui portait les lumières ne tombe au sol, dirigea la voiture du côté droit de la route et s'arrêta. Pendant ce temps l'objet s'était arrêté au-dessus de la route, presque à la verticale de la voiture. La conductrice coupa le moteur et baissa la vitre. Elle vit un grand objet triangulaire absolument immobile, sans le moindre bruit, à la hauteur des toits des maisons ce qui correspond à environ 25 mètres. Les côtés du triangle mesurent environ 20 mètres. Trois lumières blanc laiteuses jaunâtres étaient distribuées sur les coins du triangle. Au centre se trouvait une lumière beaucoup plus grande, sa couleur changeait mais la dominante restait le gris-bleu. Ils ne voyaient que la face inférieure de l'objet d'apparence métallique, gris foncé, sans couleur, contours solides et nets, faiblement éclairé par les lumières. Ils virent des sortes de lignes et des rivets. L'objet reste immobile pendant 2 à 3 minutes. Il partit soudainement en direction des maisons et la conductrice ressentit alors très nettement un courant d'air. L'objet accéléra et en moins d'une seconde disparut derrière les maisons. Il était arrivé de l'ouest vers l'est, il repartit vers le sud-ouest. (Inforespace n° 79, p. 40) 1990, 23 février BELGIQUE, Argenteau Un vendredi de février, probablement le 23, vers 14 heures l'enseignant F. B. roulait sur l'E 25 en direction de Visé. Il aperçut un point sombre évoluant à basse altitude. Il accéléra jusqu'à 140 km/h pour s'en approcher. Après quelques secondes il vit l'objet volant à 140 km/h au-dessus de la Meuse parallèle à l'autoroute, à une altitude de 50 m et distant de lui de 250 mètres. De forme ovoïde l'objet était constitué de deux parties mises bord à bord. La partie inférieure ressemblait à un bouclier de couleur noire ou sombre. La partie supérieure d'apparence rugueuse était parsemée de taches noires ou sombres et de taches brunâtres claires, reflétant la luminosité solaire. A l'avant le témoin croit qu'il y avait une luminosité clignotante et à l'arrière il y avait un feu bleu fixe bien visible. Il évoluait avec un mouvement ondulatoire. Brusquement il accéléra, bifurqua ensuite vers la gauche vers les sablières de Lixhe et disparut du champ de vision du témoin. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 261) 1990, février GHANA, village dans la plaine Afram (est) Thomas Agyekum, étudiant à l'école forestière de Jumyani et sa soeur cadette virent soudainement apparaître en plein jour, dans le ciel, un objet comme un avion de chasse qui piquait vers une cible au sol. Il vint si près du sol qu'il était nettement visible: il était de couleur argentée et semblait devoir être piloté, étant donné les manoeuvres intelligentes qu'il effectuait. Pendant leur observation l'objet planait au bas de la colline, comme s'il allait atterrir. Quand les jeunes témoins s'en rapprochaient, il s'élançait à vitesse fulgurante dans le ciel pour y disparaître. Arrivés sur l'endroit de l'atterrissage, les témoins virent une sorte de grand signe "+" marqué dans le sol en une sorte de substance très noire, comme de la poudre. Ils n'y touchèrent pas, encore effrayés par la disparition brutale de l'objet. Le lendemain, il avait plu la nuit, à cet endroit une zone de 5 m en diamètre montrait les herbes comme si elles avaient été traitées à l'insecticide et la substance noire avait disparu. (...) (UFO Afrinews, juillet 1996, n° 14 p. 18, 19)
159

1990, 2 mars BELGIQUE, Mellet (Hainaut) A 6 h 40 du matin le témoin en voiture se rendait au travail sous les averses de neige. Tout à coup il entendit comme le bruit d'un des pneus qui subissait un début de crevaison. Il ralentit, se retourne et voit par la vitre arrière un engin magnifique, triangulaire avec trois feux blancs énormes (2 m de diamètre) et un feu rouge qui semblait être au bout d'une fine antenne. Ce feu n'avait pas l'air d'être solidaire avec l'antenne. L'appareil avait les bords et les coins arrondis, d'un métal noir tellement poli qu'il était brillant. Aucune aspérité ni signe distinctif. Il évoluait plus lentement que l'auto (40 km/h), sans faire le moindre bruit et à basse altitude. D'après le témoin le plafond nuageux était à environ 250 m et l'objet a été absorbé par les nuages. La tension nerveuse subie par l'observation a donné une migraine de 48 heures au témoin. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 161, 162 et croquis) 1990, 4 mars USA, Floyd Knops (Indiana) A 22 h 10 deux automobilistes, anciens militaires, virent au-dessus des arbres une bizarre lueur orangée qui s'approchait d'eux. Ils s'arrêtèrent pour mieux observer: c'était un objet en forme d'aile volante, passant de 300 à 450 m d'altitude, aussi grand qu'un Boeing 747, plus large que long. A l'avant il portait une lumière rosée, à gauche une ambrée et à droite une bleue. Il émettait un son étrange "oscillant" dirent les témoins. Durée de l'observation 4 minutes. Vitesse de déplacement de l'objet: env. 200 km/h. La partie ventrale était comme tuilée d'éléments rectangulaires en rangées, alternant un peu à la façon d'un mur de briques. (Ufo Intelligence Newsletter 21, avril 1990) 1990, 16 ou 17 mars FRANCE, Feignies (Nord) Observation à partir de 23 h 30 d'un immense objet triangulaire, avec un fer de lance à l'avant, ou comme un petit triangle planté au sommet d'un plus grand, qui arrive en "crabe", muni à l'avant d'une lampe de la grandeur apparente d'un demi diamètre de lune. Les quatre témoins sont survolés de très près par l'objet, à 35 m d'altitude environ et le témoin principal, muni d'une lampe torche l'éclaire: ils voient que le matériau est d'aspect noir graphite sur lequel se dessinent des sortes de plaques rectangulaires de tailles toutes différentes assemblées de manière anarchique en une sorte de mosaïque unicolore. Tout autour de chaque rectangle des protubérances plus sombres qui font penser à des rivets incrustés dans le matériau. L'ensemble est trapu avec des formes arrondies, et des sortes de tuyères à l'arrière, sa largeur est au moins celle d'un Concorde. L'objet continue à défiler et au bout de longues minutes ils peuvent en voir l'arrière où se trouvent deux gros phares de couleur jaune oeuf d'un diamètre de 2,50m chacun. Quand il passe au zénith des témoins ils entendent un bruit semblable à celui d'un petit moteur électrique. Vitesse de déplacement: de 3 à 5 km/h. Durée de l'observation: 10 minutes (enquête de Jean-Marie Bigorne présentée par Franck Boitte pour la Sobeps) 1990, 19 mars BELGIQUE, Xhoris (Liège) Mme Y.B. regarde la télévision entre 22 h et 22 h 30 lorsque son fils aîné se plaint de ne pouvoir s'endormir à cause d'une clarté insolite. Il fait clair comme en plein jour dans sa chambre. Elle écarte les tentures et aperçoit trois puissants faisceaux lumineux disposés en triangle avec un feu clignotant plus petit de couleur orange. L'ensemble se trouve à 400 m environ et les faisceaux sont dirigés vers sa maison. Les lumières appartiennent à une structure sombre qui se déplace lentement de la droite vers la gauche, parcourant 400m en 10 minutes. Puis l'objet s'immobilise et les témoins distinguent par dessous des structures qui ressemblent à un échafaudage. Il s'en détache un cylindre d'aspect métallique qui se dirige verticalement vers eux, s'arrête à 200 m puis regagne l'objet principal. Ce processus se reproduit peu après. Prenant peur, le témoin et les deux enfants (11 et 6 ans) quittent la maison pour se rendre chez des parents à 2 km. Lorsque Mme B. revient vers 23 heures chez elle, tout à disparu. Elle fait une
160

déposition à la gendarmerie. (Inforespace n° 90 p. 41; VOB2 - SOBEPS 1994, p. 199) 1990, 30 mars USA, Washington DANS UN MESSAGE CLASSIFIE A 12 H 51 GMT, LE JOINT STAFF DU PENTAGONE A WASHINGTON, FAIT SAVOIR VIA LE SHAPE A BRUXELLES "L'USAF CONFIRME A LA FORCE AÉRIENNE BELGE AINSI QU'AU MINISTRE DE LE DÉFENSE NATIONALE, QU’AUCUN AVION STEALTH DE L'USAF N'A OPÉRÉ AU-DESSUS DES ARDENNES PENDANT LES PÉRIODES INCRIMINÉES" NOVEMBRE 1989 A MARS 1990. (Gesag, bulletin n° 96 sept 97, p. 4) 1990, 31 mars BELGIQUE, nuit des F 16... Rapidement après le décollage nous l'avions bel et bien de manière nette sur le radar; l'écran précise l'altitude, la vitesse et la direction de la cible. Quand nous le recevions il était à 5000 pieds (1600 mètres) et sa vitesse était très réduite, pas plus de 50 miles (90 km/h). En termes d'aviation cela ressemble quasiment à faire du sur place, la chose "se tenait donc là, à son aise". Lors du lock-on du radar, elle se trouvait à 48 km de nous. Quand nous mettions le cap sur elle, elle ne réagissait d'abord pas. Mais quand j'étais à mi-chemin on voyait sur l'écran sa vitesse s'accélérer de manière fantastique. Et c'était ainsi pour tous les pilotes. Une accélération brutale vers mach 8, mach 9 ou mach 10 (= 9000, 10000 ou 11000 km/h). Incroyable. Le radar n'indique que mach 2 (1800 km/h) et le témoin évalue la vitesse par rapport à l'élévation rapide qu'il vit. C'est comme si la chose disait: OK les gars, ça suffit ainsi. Et ces paliers d'altitude: de 10000 pieds tout à coup à 60000-70000 pieds! En une fraction de seconde. (un pilote dans un avion technologiquement avancé ne survivrait simplement pas à de tels changements d'altitude). A ce moment il n'y eut plus de contact radar. Il n'y eut plus de lock-on mais nous avions quand même un peu plus d'information sur la bande d'enregistrement. (article de Jan Hertoghs dans le magazine HUMO du 24.9.1996). Plusieurs gendarmes de la région de Wavre, des échos non identifiés sur le radar de Glons, et deux F 16 décollent de Beauvechain, restant en l'air une heure durant. Des centaines de témoins civils ont véçu cette expérience. (VOB 1, p. 173 à 188 + p. 225 à 235). Pour conclure cette vague d’ovnis en Belgique, le 30 et 31 mars particulièrement, voici une transcription des bandes enregistrées entre les pilotes et la tour de contrôle en cours des tentavives d’interception de ceux-ci. Prenez note que le language des pilotes se fait comme suit; pour l’heure, c’est exprimé en un seul chiffre; exemple, 24h10 c’est 2410. Voici donc la conversation entre les pilotes et les gens au sol lors d’une de ces manifestations. Ceci se passe donc entre 22h07 et 22h53, c’est-à-dire près d’une heure (46 min).
-2207

Contrôle: Fort et Clair; comment me recevez-vous? Pilote : 5/5, vol au niveau (VN) 90 C : Vérification VID, armement sécurisé? P : sécurisé! C :pour votre info, route au 310, distance 15 (miles nautiques) P : 310, 15 et confirmez qu’il est toujours en VN 90 C : je vérifie 220730 P : Bravo, je vous reçoit 5/5 C : Bravo, 5/5 également C : pas d’altitude pour le contact actuellement P : reçu, nous quittons VN 90 C : reçu, et tous les deux a tribord 310 P : OK, tribord 310 C : la dernière altitde du contact est VN 210 161

C : continuez a virer au 320 P : au 320 -2208 C : 320, 17 miles et pour l’instant altitude maximum à 10,000 pieds P : je suis au 320 C : reçu, 330, de 5 à 10 sur la droite, distance 15, altitude possible 10,000 pieds P : je suis au 320 C : reçu, 330, de 5 à 10 sur la droite, distance 15, altitude 10,000 pieds P : au 330, pas de contact -2209 C : contact au 330, distance 10, 10,000 pieds, tribord 330 P : au 330, C : au 330, 5 à droite, distance 9, 10,000 pieds, tribors 330 P : au 330 C : 330, 5 à droite, distance 9, 10,000 pieds C : contact juste en dessous de vous maintenant. Tous les deux au vecteur 090, distance 3. Mouvement lent. Tournez sur 4 miles nautiques, 060,3. P : une lumière clignotante juste en face de vous, la voyez-vous? Juste en dessous de vous. Une lumière orange. C : un nouveau contact maintenant au 360 à 19 miles P : contact droit devant, 9000 pieds, vitesse 310 C : distance de 6 miles? P : Eddy, tu confirme le contact. J’ai la meme chose en B15 C : e contact est maintenant à 3 miles. Droit devant 3 P : le contact va et vient C : reçu et il est maintenant à 2 miles. Virage à droite, niveau 1 mile -2214 P : caméra allumée. Contact probable à 550 nœuds en C6, altitude 10,000 C : juste au dessus C : il est maintenant au 050, 3 altitude 105. Continuez à virez au 090 P : au 090 C : 090, droit devant à 2 miles P : un a/c passant en dessous. Efflux, est-ce possible? C : quelle altitude? P : je le vois Efflux C : droit devant 2 miles P : Meel, vous le voyez? Juste en dessous de moi maintenant. Efflux, vous avez un nouveau cap? C : au sud à 2 miles P : dites l’altitude? C : VN 105. Au 130 ferme, 130, 3. Dernière altitude connue 10,000 pieds. Droit devant 2. P : il vient à l’attaque C : vous avez passé le contact. Altitude 10,000 pieds P : je suis à 9,000 pieds C : toujours pas de contact? P : un contact à 5 miles, coté gauche, grande vitesse C : allez voir P : je vais voir, je vire au 034 -2224 C : contact possible faisant route au 020 12 miles P : 12 miles, je regarde C : virage grande vitesse au 040 P : 040 C : direction 115 droite 060 P : 040 C : direction 115 droite 060 162

P : un contact droit devant à 10 miles C : c’est la cible. Pas d’altitude pour le moment P : contact en C 12 Mell, à 5,000 pieds 740 nœuds. Contact clair, je vais voir. Contact droit devant à 7 miles. C : allez voir. Vérifiez la sécurité de l’armement -2231 P : J’ai perdu le contact, il bouge très vite C : je confirme, grande vitesse P : un contact droit devant 6 miles, vitesse 100 nœuds C : dernière altitude connue 10,000 pieds, 070, 10 miles P : je confirme 070, 10, virage au 070, altitude 7,000 pieds. Contact perdu, plus d’info Efflux. C : contact perdu aussi, il devrait etre au 090, 10 miles. Virez au 100 -2233 P : pas d’altitude? C : a 3 heures, 2 miles C : il passe de gauche à droite P : répétez C : en haut à gauche P : je regarde, j’ai un point droit devant -2242 C : un traffic civil à l’oest, 10 miles C : contact au 100, tribord 100 P : reçu, tribord 100 C : trafic civil au 300, 5 miles P : au 120 C : continuez au 100 P : 100 C : maintenant au 060, 5, P : au 060 C : 060, 3, vous avez le contact P : un contact, mais sa vitesse passe de 100 à 600 C : j’ai le meme contact P : légèrement à droite, 4 miles C : affirmatif, mouvement haute altitude P : plein est maintenant C : reçu P : contact perdu C : tous les deux au vecteur 180 -2244 P : virage à droite au sud C : a 9 heures, pardon 3 heures P : plein sud, pas de contact C : ignorez, collez au 360 P : au 360 à gauche, vérifiez carburant C : contact possible au 350, distance 10 P : 350,10 C : 2 contact de trafics civils a la meme position 345, 9, gauche 330, 17 gauche 330. Gauche 330 -2246 C : trafic civil au 340, distance 7 P : contact sur le trafic C : a 5000 pieds, autre contact au 325, distance 7, pas d’altitude P : contact radar C : vérifiez la caméra P : caméra allumée, je perd le contact C : il est au 345, distance 5 163

P : nous avons le meme en B8, 10,000 pieds, Meel C : 350, 3 P : contact radar. Contact légèrement sur la gauche, 8 miles, contact perdu -2247 C : il est sur votre 360, 360 P : permission de virer au nord C : accordé P : plein nord Efflux C : reçu, pas de contact? P : négatif C : revenez au sud. -2253….la chasse se termine là!

Sur l’enregistrement vidéo de l’avion de chasse, un F16, les vitesses des déplacement verticaux semblent supérieures à 1,000 nœuds; de plus, les vitesses ne sont affiché que sur trois chiffre, donc le chiffre 200 peut aussi dire 2200 nœuds, c’est-à-dire à une force de 22 G; une vitesse impossible pour un etre humain qui lui serait fatale en liquéfiant tous ses organes à l’intérieur de son corps. Ce témoignage enregistré entre une tour de contrôle et 2 pilotes de chasse expérimenté ne laisse aucun doute sur la véracité d’un ovni dans l’espace Belge qui était controlé par une force intelligente. Cette ovni réussissait a éviter toute approche des avions de chasse qui était, ne l’oublions pas, armé et prêt a tirer selon cette transcription. N’oublions pas aussi, que le contact radar des avions de chasse et de la tour de contrôle prouve hors de tous doute raisonnable que l’engin était bien tangible et forcément fait de matériaux solide. 1990, 4 et 7 avril BELGIQUE, Petit Rechain - Amay Le 4 avril: Spectaculaire diapositive d'un objet triangulaire, reproduite en couverture des deux livres de la Sobeps. (Franck Boitte, Inforespace n° 85, p. 31) 1990, 7 avril BELGIQUE, Amay Quelques jours plus tard (7 avril) la gendarmerie informa la Sobeps d'un atterrissage présumé dans cette zone. Sur la provenance de ces traces au sol, on supposa que cela était un processus de déshydratation du terrain, comme l'aurait indiqué le botaniste Jean-Pierre Auquière, mais sans que les résultats définitifs ne soient divulgués. (UEC, bulletin d'informations automne 1996) 1990, 16 avril BELGIQUE, périphérie de Liège Dans la nuit du 15 au 16 avril Carine P. fut réveillée parce que l'intérieur de sa chambre était illuminée comme en plein jour. S'étant levée elle vit trois feux blancs très intenses disposés à la verticale, qui disparurent en un instant après une dizaine de minutes. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 203, 204) 1990, 17 avril BELGIQUE, Hamoir entre 20 et 24 heures - un témoin. (...cfr voir 1993, 14 septembre à Raeren) trois gros phares ou globes très puissants (un de pointe et deux latéraux)... j'ai pu voir qu'il coupait ses phares latéraux à trois reprises. Deux très grands rectangles se trouvaient de part et d'autre des deux phares latéraux; entre ces deux phares un alignement de deux rangées de petits rectangles "tuiles" parallèles scindés d'une gorge assez profonde où scintillaient sur toute la longueur d'innombrables petits points lumineux pareils à des étincelles....La structure de l'arrière était faite de rectangles de toutes dimensions, séparés par de larges
164

joints très sombres. A l'arrière de l'engin j'ai pu distinguer deux longues tiges (genre antennes) ou empennages qui se courbaient vers l'extérieur. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 156, 175, 177; VOB 1 SOBEPS 1991, p. 205 et croquis) 1990, 22 avril BELGIQUE, Pont de Loup Romano T. et son épouse Silvana C., âgés d'une soixantaine d'années observent le matin à 8 h 20 une masse triangulaire aux coins arrondis, couleur gris métallisé, se déplaçant verticalement pointe vers le bas, tournant sur elle même. Les phares dans les coins dégageaient comme les couleurs de l'arc en ciel avec une prédominance du rouge-orange. L'une des faces de l'objet montrait un carré en son centre et lorsque cette face était vue l'objet ressemblait à un poivron. L'objet se situait à une altitude d'environ 700m et évoluait sans bruit. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 206 à 208 avec croquis; Inforespace n° 80 p. 7 1990, 22 avril BELGIQUE, Bruxelles, La Hulpe, Renaix De son living au 6e étage au Parc Peterbosch à Anderlecht une dame âgée voit un objet volant arriver vers 20 h 50: d'abord 4 lumières, deux blanches à droite, deux blanches à gauche, et une petite lumière rouge qui semble osciller, l'objet en passant montre sa forme triangulaire, et ne fait qu'un très léger bruit. Vers 21 heures un autre témoin voit passer à la Porte de Namur au centre, une forme parfaitement triangulaire avec des lumières blanches dans les coins et une petite lumière rouge au centre. Vers 21 h 10 des jeunes gens observent un objet volant au-dessus du cimetière d'Ellezelles (près de Renaix), sans bruit, au niveau des nuages. Vers 22 heures à La Hulpe deux témoins voient une forme triangulaire gris métallisé sous les nuages se diriger vers Wavre. Cet objet porte des lampes blanches dans les coins et une ou deux lumières rouges clignotantes formant une bande clignotante en son centre. En passant sous les nuages il éclaire ceux-ci, il doit donc avoir aussi des lumières sur sa face supérieure. Ils observent à la jumelle et à la longue vue cet objet qui passe en silence. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 208, 209; Inforespace n° 79, p. 17) 1990, nuit du 22 au 23 avril BELGIQUE, Basècles (Hainaut) Entre 23 h 45 et minuit un premier témoin de l'équipe de nuit des Engrais Bataille voit d'abord deux énormes phares arriver de la direction de Mons. Il réalise que ces phares se trouvent sur une plate-forme de forme trapézoïdale (largeur 100m, grande base 50m, petite base 30 m) couleur gris métallisé, volant à 45m de haut et à 30 à 40 km/h. et il court prévenir son collègue. La base de l'objet continue à défiler en recouvrant toute la surface de la cour. Des structures (six ou sept) en forme de plaques rectangulaires sembles arrimées à la plate-forme. Le grand côté de ces plaques fait 20m environ, le petit côté entre 10 et 15 m. Vers l'extrémité de la plate-forme apparaît une plaque circulaire occupant toute la largeur. Deux zones circulaires de lumière orangée la flanquent. L'objet s'éloigne lentement en direction de Tournai, sans bruit, sans remous dans l'air, rien. La structure ressemblait à un "porte-avion renversé". (Inforespace n° 79 p. 17 à 20, VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 209, 210 et croquis pages du milieu; VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 200, 201, 205) 1990, 27 avril BELGIQUE, Bastogne (Luxembourg) Vers 23 heures engin ovale avec une cloche de lumière dirigée vers le bas. Cet objet passe devant le témoin avec un bruit de papier froissé et a opéré un virage lent en direction du centre de la ville. A la fin de la boucle effectuée à l'aplomb d'une carrière, l'ovni s'est arrêté et a aussitôt redémarré à toute allure. A ce moment il y avait comme une poussière incandescente qui retombait. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 211)
165

1990, 2 mai BELGIQUE, Ellezelles (Hainaut) Quatre témoins installés sur la terrasse à Ellezelles profitent du beau temps. Il est 22 h 30. Subitement M. H. voit arriver une masse sombre du sud-sud-ouest et tous peuvent suivre des yeux l'objet de forme triangulaire avec sur le dessous deux lumières rouges clignotantes à l'arrière et une blanche fixe à l'avant. Mme L. quant à elle pense que la lumière à l'avant est produite par la rotation de plusieurs feux. L'envergure de ce triangle est de 20 à 30 mètres et donne l'impression d'une structure à 3 étages, c'est à dire que les lumières semblent disposées à des niveaux différents. L'objet vogue à environ 40 km/h et émet un son modulé "comme en sourdine". Tout à coup, sur sa trajectoire, l'objet pivote à angle droit, puis encore, pour reprendre sa trajectoire initiale mais légèrement déplacé. Il avait l'air de louvoyer en une sorte de mouvement ondulatoire. Plus tard, dans la nuit, venant du nord est les témoins voient réapparaître des engins par groupe: ils en compteront une vingtaine. L'ensemble de l'observation aura pris environ une heure trente. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 214, 215; Inforespace n° 79 p. 21, 22) 1990, 4 mai BELGIQUE, St Georges sur Meuse Vers 23 h 15 Joseph D. sort pour aller fermer la porte d'une petite serre dans le jardin. Il entend les aboiements aux tonalités étranges de plusieurs chiens. Il voit alors à une centaine de mètres une sorte de boule lumineuse pâle, vive mais mate, n'éclairant pas les alentours, hauteur totale une dizaine de mètres. L'épouse de Joseph est sorti à ce moment et ensemble ils regardent cette apparition qui a un "caractère religieux". Souffrant des jambes la femme rentre au bout de cinq minutes, mais Joseph ressort et constate que le phénomène est toujours là. Il traverse les prés pour s'en approcher et appelle quand il se trouve à 50 mètres. La lumière provient d'une structure conique dont la surface était comme de la tôle ondulée et semble planer à un mètre du sol. Elle est surmontée d'un dôme plus sombre à l'aspect "d'un téléviseur éteint". Le dôme est encadré de 4 piliers de section carrée d'un mètre de long pointant vers le haut. Il régnait un grand silence, Joseph devint très nerveux et prit peur, il rentra donc. Le lendemain il trouvera des traces au sol, une fine poussière jaune. Dans les deux mois les chèvres naines qui étaient dans un enclos à 30 mètres du dôme seraient mortes les unes après les autres.(...) (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 217 et croquis p. 218; Inforespace n° 83, p. 15, 16) 1990, 25 mai CEI (ex URSS) - Turkménistan - Mary En plein jour, un objet discoïdal gigantesque survola, à une altitude d'environ 1 000 mètres, la ville de Mary. Il était d'une couleur jaune orangé, avec ce qui pouvait être interprété comme des hublots tout autour; son diamètre fut estimé à 300 mètres. Des militaires purent l'observer à une distance qui ne dépassait pas les 3 000 m. Le secteur de Mary se trouvait sous le commandement de la fameuse 12e Armée; cette division de la Défense aérienne avait à sa tête le colonel Anatoli Kurkchy. Quand celui-ci apprit qu'un OVNI était signalé dans son secteur, il donna l'ordre de tirer des missiles sol-air. Le colonel Kurkchy autorisa ensuite le décollage de deux avions d'interception. Mais à un point situé à environ 1 000 m du disque étrange, ces avions piquèrent vers le sol et s'écrasèrent. Les équipages, c'est-à-dire quatre pilotes, furent tués. Le colonel Kurkchy fut immédiatement démis de ses fonctions par le commandant en chef de l'armée, et traduit devant la cour martiale de la 12e Armée. L'article parut dans "Les nouvelles du soir de Saint Pétersbourg" en novembre 1991. Curieusement, l'éditeur supprima quelques détails pertinents concernant cette affaire. (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 182-185) 1990, 25 mai BELGIQUE, Bruxelles 23 heures, 3 témoins. Les deux phares laissent apparaître un objet de forme rectangulaire doté d'une structure très curieuse à l'arrière. Cette originalité fait penser à un véritable "lit volant". Il est également
166

doté de deux feux rouges clignotants. Arrivé à hauteur des maisons, l'engin émit brusquement un puissant grondement de réacteur, mais sans progression, comme une turbine tournant à diverses allures. (VOB 2 SOBEPS 1994, p. 206) 1990, 17 juin RUSSIE, Leningrad Dans "The UFO Report" 1992, je racontai comment un conducteur d'autobus de 42 ans, Aleksandr Pavlovitch Dolotov, avait apparemment été enlevé par des ufonautes, à Leningrad, le 17 juin 1990. Lors de l'interview qu'il m'accorda, je fus totalement convaincu de sa sincérité. Plus tard, je lui suggérai l'idée que sa rencontre nocturne ne serait peut-être pas la dernière, et qu'une autre expérience semblable pourrait bien l'atteindre. "Si possible", lui demandai-je, essayez, je vous en prie, de ne pas résister physiquement aux extra-terrestres, mais mentalement, faites tous vos efforts pour conserver votre indépendance et votre personnalité en tant qu'être humain. (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 164-166) 1990, 11 juillet FRANCE, ouest de la ... La police et des scientifiques se sont rendus dans un champ de blé où est apparu une étrange trace de forme conique et supposent qu'elle aurait été provoquée par un ovni. La partie la plus large de la trace mesure environ 10,50 m et est apparue après que les fermiers de l'endroit eurent entendu un grand bruit sourd. Il n'y a aucune trace de calcination, mais cette partie du champ semble avoir été nivelée par une explosion. Agence REUTER) 1990, 31 août PORTO RICO, Cabo Rojo Comme cela a déjà été rapporté dans "The UFO Report 1992" et "Alien Liaison", de nombreux témoins de Cabo Rojo virent cinq petites créatures apparemment extra-terrestres. L'un des témoins, Miguel Figueroa, s'approcha d'elles et rapporta qu'elles étaient de couleur grise, avec des corps extrêmement minces, de grosses têtes, des oreilles pointues, une fente en guise de bouche, un nez minuscule et d'immenses yeux en amande tout blancs. Comme il s'approchait en voiture, Figueroa se souvient que les yeux des créatures émirent des faisceaux lumineux aveuglants, le forçant ainsi à s'arrêter. Les petits êtres tournèrent les talons et continuèrent leur route, puis sautèrent par-dessus un pont et suivirent le cours d'une rivière qui débouchait sur la Laguna Cartagena, laissant derrière eux des traces de pieds à trois doigts. Un peu plus tard, ce même jour, un coup de téléphone anonyme avertit Figueroa de rester discret sur ce qu'il venait de voir, sur la direction qu'avaient prise les créatures, sinon il pourrait bien avoir de graves ennuis; Figueroa prit peur, surtout parce que son numéro de téléphone figurait sous un autre nom que le sien. (Martin Jorge : "US Jets abducted by UFO's in Puerto Rico" dans The UFO Report 1991, (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 248)

Le 5 novembre 1990, plus de 400 OVNI ont survolé la France

Dessin de l'observation de Blandine Mariotte

167

Quelques cas étudiés:

Sur ces 52 cas en France, 41 indiquent une direction de déplacement de l’ovni dont : 1 venant de l’ouest, 3 vers l’est, 8 d’ouest en est, 5 vers le NE, 12 SO vers NE et 4 OSO vers ENE. Soit 33 cas sur 41 (80,5%) d’ouest en est à SO vers NE, ce qui correspond à la direction supposée de la rentrée du 3ème étage de la fusée Proton, alors que les descriptions des témoins ne correspondent en rien à celle d’une rentrée atmosphérique. Les témoins furent dans l’ensemble impressionnés favorablement, sans doute du fait que les apparitions étaient brèves et sans interaction avec eux. L’aspect esthétique de ces apparitions ne transparaît pas dans notre commentaire succinct qui est par nécessité bien plus pauvre que les descriptions des témoins, mais nous reproduisons ci-dessous quelquesuns des ovnis observés à titre d’illustration.

5 novembre 1990 vers 19h

Observations des ovnis le 5 novembre et en rouge la trajectoire de l'élément de la fusée.
168

Vus par de nombreux témoins; Engin en forme de saucisse avec projecteurs; Engin faisant jusqu'à au moins 2 kilomètres de long parfois
169

1990, 5 novembre ESPACE au-dessus de l'Europe La NORAD se dit incapable de préciser quel fut le phénomène observé au-dessus de l'Europe (source Jean SIDER, qui détient la lettre du NORAD "19 heures: rentrée atmosphérique du 3e étage de la fusée soviétique Proton SL 12. Pénétration au dessus de l'Espagne et trajectoire au-dessus de la France, du Golfe de Gascogne, jusqu'en Allemagne (Nuremberg) en une minute ou deux. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 252 à 255)" Une "armada" d'au moins 70 triangles fut observé en France. Ces engins semblaient tomber du ciel pour reprendre, une fois parvenus à 300 m du sol, une trajectoire horizontale. (Jan Hertoghs : Humo du 24.9.1996) A la même heure "400 ovni survolent 74 départements français au même instant". 500 témoignages notamment de militaires, de gendarmes, ont été recueillis. Qu'ont-ils vus? des masses noires, longues parfois de 1 km, des engins triangulaires de 100 m de côté. 75% des témoins affirment que ces objets volants ont évolué sans bruit à moins de 500 m du sol. Tous ces témoignages ont été consignés dans l'enquête "Ovni Contact" publiée par Franck Marie. (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy Trédaniel 1995, p. 74)

Article de Journaux de l’époque; un témoin contredit l’explication donné par les autorités sur le phénomène; ce qui suit sont quelques témoignages de sette vague d’ovnis.

1990, 5 novembre FRANCE, Neuilly sur Marne Commençons par le cas de M. Jean Pierre Sandoux: entre 18 h 55 et 19 h 02 M. Jean-Pierre Sandoux, se trouvait au 11e étage d'un immeuble, et il est aussitôt sorti sur le balcon pour observer le phénomène. 1ère phase: ensemble de trois gros points verts visible en direction du sud-sud-est, les deux points inférieurs se trouvant sous la ligne d'horizon. Le témoin estime alors la distance à 50 ou 100 mètres, et l'altitude du phénomène par rapport au sol à une trentaine de mètres. Cette première phase dure environ 5 secondes. L'ensemble des trois lumières vertes se met à pivoter autour de son centre. Le témoin se lève alors, tire le rideau, ouvre la porte-fenêtre, et se précipite sur le balcon. 2ème phase: cette phase va durer entre 3 minutes et demie et 4 minutes. Arrivant sur le balcon, le témoin découvre l'ensemble de 4 lumières (trois rouges et une, plus grosse, orange) . L'ensemble est absolument immobile; aucune vibration, aucun bruit. Si une structure relie les lumières, le témoin ne la distingue pas dans l'obscurité.
170

Pourtant, il lui semble que le phénomène ne se trouve qu'à une trentaine de mètres de lui, à peu près à l'autre extrémité de l'immeuble. Pour voir les deux points rouges situés dans le coin inférieur gauche du triangle , il doit se pencher légèrement sur la barre d'appui du balcon : ces deux points se situent à peu près dans le prolongement de la façade de l'immeuble, à peine au-dessus du niveau des yeux du témoin. Chaque côté du triangle est visible sous un angle de 25 à 30º. Le témoin a le temps d'observer l'extrémité du "faisceau" tronqué qui sort de la "tuyère" orange, vers le bas et vers la droite. Son extrémité a la forme d'une ligne de créneaux dont les minima et les maxima alternent comme l'indiquent les flèches sur le dessin, comme Si le faisceau était une juxtaposition de tubes glissant les uns sur les autres, animés d'un mouvement sinusoïdal. 3ème phase: l'ensemble s'éloigne lentement vers l'est, c'est-à-dire parallèlement à la façade de l'immeuble, en ligne droite et à altitude constante. Au bout d'une trentaine de secondes, il disparaît au loin, dans la brume. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318) 1990, 5 novembre FRANCE, Base Aérienne 123, Orléans-Bricy (Loiret) 19 heures. La BA 123 se trouve au nord-ouest d'Orléans. C'est avec Evreux l'une des deux principales bases du CoTAM (Commandement du Transport Aérien Militaire). Les avions qui y sont basés sont des Transall et, depuis peu, des C-130. Nous devons cette enquête à M. Joël Sauvette. Il était 19 h lorsque l'équipe de permanence technique, occupée à refermer les portes d'un hangar orienté est-ouest, eut son attention attirée par un étrange phénomène, que tous considérèrent avec ébahissement. En effet, une masse énorme, dont les contours purent être déterminés par la présence de lumières à sa périphérie, les survolait de sud-ouest en nord-est, sans émettre aucun bruit. La forme particulière, liée à l'implantation de ces lumières, a fait croire à bon nombre des observateurs qu'il s'agissait d'un vol en formation d'avions de transport rentrant à leur base. Seule l'absence totale du bruit caractéristique des turbopropulseurs les a amenés à changer d'avis. L'observation ayant duré une minute environ, les témoins ont pu détailler le phénomène: outre les lumières périphériques, délimitant à l'avant comme un chevron, et à l'arrière un quartier de lune, l'intérieur de la silhouette était empli de petites lumières à la luminosité plus faible, tant dans la partie avant que dans la partie arrière. En ce qui concerne la partie centrale, les témoins sont imprécis, et ne peuvent dire avec certitude s'il s'agissait de la luminosité d'autres petites lumières, ou de celle des étoiles qui s'allumaient dans le ciel. Au niveau de la partie avant et à la base de celle-ci apparaissaient deux faisceaux lumineux. L'un d'eux (1 sur le schéma) rappelait un peu celui d'un projecteur d'hélicoptère, comme on en voit souvent dans les feuilletons télévisés américains, et l'autre (2) était un peu plus gros qu'un phare de moto. Si le plus puissant des deux faisceaux était dirigé parallèlement à l'objet, l'autre, légèrement plus bas et formant avec le premier un angle d'environ 30º, était dirigé vers le sol, qu'il semblait vouloir éclairer très en arrière de sa position. Il est à noter qu'aucun spot lumineux n'est apparu sur le radar d'approche du Contrôle Local d'Aérodrome. Seules les conversations téléphoniques inter-bases ont permis à la vigie d'observer le phénomène. Les deux faisceaux lumineux ressemblent étrangement à ceux qu'ont dessinés d'autres témoins, notamment à Brétigny-sur-Orge , où les deux dames de la rue de l'Orge ont précisé que la chose venait d'Orléans! En revanche, il n'existe pas de ressemblance très frappante entre la description faite sur la BA 123 et la suivante, pourtant très proche. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318) 1990, 5 novembre FRANCE, Boismorand (Loiret) Vers 19 h 05. Le dessin des témoins d'Olivet présente une symétrie axiale remarquable. On retrouve ce caractère dans la description fournie par M. Jean Jacques Prévault : "C'était extrêmement net, parfaitement symétrique. Comme ça ne faisait aucun bruit, j'ai imaginé un planeur qui aurait été décoré avec des guirlandes de Noël! Mais cela avait une forme triangulaire, cela ressemblait au Concorde. Je n'ai vu cette chose que pendant une dizaine de secondes, car j'habite en forêt, et très vite, ça a été caché par les arbres . Je ne sais même plus si toutes ces lumières étaient fixes ou clignotantes. Il pouvait y en avoir une vingtaine ou une trentaine . Quant aux couleurs, je suis sûr d'avoir vu du jaune et du blanc, mais il y
171

avait peut-être aussi du rouge et du vert. En tout cas, Si ça n'était pas un engin avec des lumières un peu partout, c'était drôlement bien imité!" La direction du mouvement était "sud-nord, ou sud-ouest-nord-est". La trajectoire passait à l'est de la position du témoin. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313318) 1990, 5 novembre France, Nanterre Vers 19 heures un couple de retraités a vu un énorme phénomène céleste : un triangle genre aile delta. L'objet supposé passa entre les témoins et le Mont Valérien en arrière plan. Cette masse, qui faisait 40 cm entre les mains, bras tendus, à occulté le mont Valérien à un moment donné. Lorsque le mari appela son épouse, le triangle se trouvait entre le mont Valérien et les tours de la Défense (Paris) et il ne faisait plus que 13 cm à bout de bras. Cela correspond à un engin d'environ 500 mètres d'envergure ! Or, ces témoins semblent avoir été les seuls à voir ce phénomène aérien, bien que Nanterre soit la proche banlieue de Paris avec ne densité de population très élevée. . (Jean SIDER : « Ovni, les envahisseurs démasqués » éd. Ramuel 1999, p 151) 1990, 5 novembre FRANCE, Chézy-sur-Marne (Aisne) Vers 19 heures 05. Mme Carmen Bosserelle a rédigé, pour les lecteurs de LDLN, le récit de l'observation qu'elle a faite en compagnie de ses enfants: "J'allais rentrer ma voiture dans le sous-sol, vers 19 h ou 19 h 10, lorsque mon fils aîné (14 ans) m'appela: "Maman! Maman! Regarde! Ou 'est-ce que c'est?" Je levai les yeux. A ce moment, il me sembla entendre comme un vrombissement sourd, mais je ne peux l'affirmer. Quelle stupéfaction! Un énorme "engin" (de toute évidence plus grand que la maison) était là, juste au-dessus de la cime des acacias. Il "glissait", à allure très modérée, du sud-ouest vers le nord-est. Il avait la forme d'un triangle équilatéral parfait, avec à chaque sommet une lumière fixe entourée ellemême d'autres petites boules lumineuses clignotantes de couleurs claires (blanc et jaunâtre), sauf la lumière du sommet supérieur, qui était rouge, c'est certain. Il volait avec l'un des sommets en avant, et du côté arrière sortaient trois ou quatre faisceaux lumineux blancs, distincts et fixes. Ils ne bougeaient pas, ils ne clignotaient pas. On aurait dit la queue d'une comète. L'intérieur du "triangle vide", on n'y voyait rien. Un de mes enfants a affirmé avoir vu les côtés du "triangle", comme bordés d'un halo blanc. Moi, je n'ai pas vu les côtés. Ils étaient invisibles. Le fait de penser à un "triangle" venait uniquement de la position des lumières. Nous l'avons suivi des yeux pendant environ une minute trente ou deux minutes, peut-être plus. Le temps nous a paru relativement long, car il n'en finissait pas de passer... quelle lenteur! On aurait dit qu'il voulait qu'on l'observe bien, et sous toutes les coutures... Il était magnifique, avec toutes ces lumières, et si impressionnant! Il avançait à l'allure d'un piéton, puis soudain, arrivé à la hauteur de buissons, il a tout éteint! Fini! Plus rien! Le noir complet... Mes enfants disent qu'il ne faisait aucun bruit. Effectivement, s'il était accompagné de bruit quelconque, c'était un bruit très sourd... Je n'ose l'affirmer. J'étais éblouie par cette beauté et cette symphonie de couleurs... Je ne tire aucune conclusion quant aux impressions que nous avons ressenties au passage de cette chose. L'un des enfants était terrorisé et inquiet, les deux autres, émerveillés. Quant à moi, j'étais dans un état de surexcitation incroyable. Je n'ai pas dormi de la nuit... "(Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318) 1990, 8 novembre BELGIQUE, St Géry (Brabant wallon) Le soir vers 20 h 30, la mère (témoin principal) et ses trois enfants décident d'aller se promener. Ils sont à 300 m de leur domicile quand ils aperçoivent un petit point rouge semblant stationnaire dans le ciel à 40°. Ce point devient de plus en plus gros, devient orange, et s'arrête quelques secondes, provoquant la crainte d'un des enfants (14 ans). La boule de feu se déplace vers le nord, d'abord lentement, ensuite si rapidement qu'elle disparaît instantanément. "La lumière en boule est stationnaire et diminue d'intensité pour laisser apparaître une autre boule, plus petite et plus éloignée, qui elle, augmente d'intensité"... (...)
172

C'est à ce moment qu'elles ressentent un souffle puissant mais court, une à deux secondes, et l'enfant de 14 ans en perd l'équilibre, tandis que les deux autres ont peur aussi à présent. ... une lumière centrale jaune et ronde entourée d'un halo diffus, une structure foncée légèrement bombée à l'arrière, avec des luminosités sur le pourtour, trois lumières dans les angles. A l'avant blanc-jaune, à l'arrière bleu-vert. Une très courte traînée. Le phénomène ne fait aucun bruit. (Inforespace n° 88 p. 38 et 39) 1990, 22 novembre BELGIQUE, Orgéo Un cultivateur observe à 01 h 15 un objet qui se déplace à 5 km/h à basse altitude (trentaine de mètres) et toutes les lumières clignotaient. L'objet passe au-dessus de lui et au-dessus de la maison à environ 30 m. d'altitude. Il prend toute la largeur. La forme est rectangulaire, longue de 20 m, large de 10 et haute de 4 mètres environ. Les phares avant sont à mi-hauteur de l'objet et mesurent chacun 2 mètres de diamètre. Les phares bleus extérieurs ne font pas partie de la masse mais débordent. L'aspect de l'objet lui même est gris et sale. Le témoin est très impressionné par l'absence de bruit et la légèreté du déplacement pour une masse si imposante. Le témoin décrit également le dessus de l'objet comme un capuchon tenant à la partie inférieure à l'aide de gros rivets. A l'arrière deux phares blancs sont aperçus, identiques à ceux observés à l'avant. Durant toute l'observation le témoin notera que les lumières pulsaient. Ensuite l'objet a pivoté à 90° vers la droite, a éteint tous ses feux, puis a démarré à une vitesse fulgurante pour disparaître dans la nuit. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 206; VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 251 et croquis) 1990, 22 novembre BELGIQUE, Courcelles 17 h 50, 2 témoins. "Vers l'avant de l'appareil, comme sortant de l'intérieur, deux faisceaux de lumière très intense, comparable en intensité à la lumière d'un flash électronique ou d'une lampe stroboscopique. Cette lumière ne dispersait pas mais restait concentrée, comme canalisée par deux tubes imaginaires. A l'arrière, un troisième phare de couleur jaunâtre, moins intense, était dirigé vers le sol et par moments, semblait se mouvoir autour d'un axe. En dessous de l'appareil, vers le centre de cette imposante surface triangulaire, de petites lumières rouges disposées comme à la surface d'un disque, clignotaient de manière désordonnée. Elles ne semblaient pas rattachées solidement à l'appareil, mais semblaient plutôt comme en suspension sous lui." Dimension de l'appareil: environ 25 m x 10 m. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 166, 167; VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 250 et croquis)

Voici 30 observations parmi les plus significatives
(Observations vues sur carte de la France en 2 morceaux ci-dessous)
173

174

175

1990, 5 novembre FRANCE, entre Bereac et Cahors (Dordogne) Vers 19 h. Voici maintenant, un peu plus au sud un double témoignage, qui est assez extraordinaire. C'est M. Pierre Bosc qui a réalisé l'enquête. Les témoins, qui souhaitent rester anonymes, et que nous appellerons MM. A et B. se trouvaient dans une localité du département de la Dordogne. située a une vingtaine de kilomètres de Villefranche-de-Périgord. Le ciel était clair, les étoiles visibles. Il n'y avait pas de vent, mais il faisait froid. Témoignage de M. A. : "Je conversais avec M. B., devant son habitation, assis dans ma voiture dont le moteur tournait. Soudain, M. B. attire mon attention sur une formation lumineuse en provenance de la direction 266º Ouest. C'est d'abord une ligne de lumières blanches. Quelques unes jaunes, dont l'intensité lumineuse fluctue. Cette formation progresse en silence, à basse altitude, semble-t-il, sans qu'il me soit possible d'apporter plus de précisions. L'apparence de cette formation prend, au fur et à mesure qu'elle avance, la forme d'un triangle aux angles arrondis, dont les côtés portent des lumières blanches et jaunes. d'intensité variable les unes par rapport aux autres. L'intérieur de ce triangle est opaque, puisqu'il cache les étoiles, qui restent cependant visibles tout autour de la formation lumineuse. Voulant m'assurer d'un bruit éventuel, je coupe le contact de ma voiture: silence! La chose évolue à si basse altitude que, persuadé qu'elle va s'écraser non loin de là, en direction 80º Est, je reprends le volant, non sans avoir remarqué, à l'arrière de l'engin, un rayon lumineux situé légèrement à droite du milieu du côté. Ce rayon lumineux présente le caractère remarquable suivant: sa lumière ne diffuse pas sur les côtés. Elle est nette, comme coupée à son extrémité, où elle a le même diamètre qu'à sa source. L'évolution de "la chose" était accompagnée d'un bruit comparable à celui d'un vol de palombes: un froufroutement, un déplacement d'air léger. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306309-310-313-318) Autre témoignage;
J'ai observé avec mon père l'ovni du 5 novembre 1990, ma voisine aussi ,ainsi que ma soeur à 50 km de chez moi. Nous avons vu 3 points blanc en triangle sans distingué de contour de forme. La pointe en avant et une trainée de feu au milieu des 2 points arrière. L'objet a traversé le ciel d'ouest en est à l'horizon sud en 2 a 3 minutes sans aucun bruit.. Depuis je m'interesse au sujet sur internet sans trouver d'explications claires et. j'aurais une question assez simple ,quel peut être la taille et l'altitude d'un objet traversant la France de Bordeaux à Strasbourg (trajectoire établie grâce au nombre très important de témoignages) et visible nettement de l'Angleterre à l'Espagne ? J'ai souvenir d'un témoignage d'un pilote de ligne parlant de taille en kilomètre.......!! Alain Source: http://ufologie.net/htm/retrof.htm

Journal La Liberté Dans son édition du mercredi 7 novembre, le journal La Liberté consacra un article d'une page presqu'entière aux événements du 5 novembre. Cet article signale notamment plusieurs observations très intéressantes dans le Morbihan, la Loire-Atlantique et la Vendée. Dominique Madrignac a approfondi, en 1993, l'une de ces observations. Le témoin est un patron-pêcheur, M. José Bal, qui l'a reçu une première fois le 14 septembre 93, à bord de son chalutier, l'Elvis, dans le port Sainte-Catherine, à Locmiquelic, puis de nouveau le 13 janvier 1994, au même endroit. C'est sur ce bateau que M. José Bal avait fait l'observation, le 5 novembre 90, vers 19 heures. Voici le récit que M. Bal a fait à Dominique Madrignac: « C'était le 5 novembre 90, vers les 19 h, dans le suroit de l'île de Groix, à peu près à 18 milles au sudsud-ouest de l'île. Il faisait nuit, la mer était calme, le ciel clair et dégagé. J'étais sur la passerelle. Le reste de l'équipage dormait. D'un coup, il y a eu comme une explosion, une lumière rouge intense, rouge pâle si on veut, comme un éclair rouge-orange, qui paraissait bas sur l'horizon. Ça n'était pas très gros, mais tout de même assez important... comme une explosion. C'était assez loin... difficile de préciser la distance. Je me suis dit que c'était peut-étre un avion ou un hélico qui avait explosé, et puis non, vu la
176

façon dont c'est venu ensuite. C'est comme si c'était rentré dans l'atmosphère, et aussitôt après, une lumière rouge: deux feux rouges qui avançaient. Il me semble que c'est celui de gauche qui était le plus haut. Ça avançait droit dans l'axe du bateau, avec un cap au nord-est. On a pu estimer que ça venait d' entre le 200° et le 220°, à la vitesse d'un avion à hélice, une vitesse régulière, comme un avion qui va atterrir, mais ça ne paraissait pas haut, presqu'à l'horizontale, sur l'horizon. Et puis c'est arrivé à la verticale du bateau, et d'un seul coup, des lumières se sont allumées: beaucoup de lumières blanches. Quand ces feux blancs se sont allumés, on ne voyait plus les feux rouges. les lumières blanches sont passées au-dessus du toit de la passerelle: je ne les voyais plus, alors je suis sorti sur l'arrière du bateau, ce qui m'a demandé quinze secondes. Bon, je les ai vues de l'arrière, et j'ai constaté qu'elles étaient disposées en losange. Je me suis dit: « de l'avant, je verrais mieux », donc je suis passé à l'avant, et là, on le voyait très bien, ce fameux losange. C'était vraiment au-dessus de nous. Il ne bougeait pas, malgré le sens inverse du bateau en marche, donc il devait reculer un peu, en fait. Un losange complet, bien délimité par des lumières blanches tout autour, comme des guirlandes. Superbe ! C'était assez important, ça paraissait vraiment énorme, même bien 200 à 300 m de côté, beaucoup plus que mon bateau, au moins quatre à cinq fois comme le bateau, comme si on avait eu un plafond au-dessus de nous, qui déborde de chaque côté. On n'avait pas l'impression que c'était haut, parce qu'avec tous ces feux qui étaient vraiment énormes... mais est-ce que ça paraissait grand parce que c'était bas ? Ça n'avait pas l'air d'être haut, vu comme c'est arrivé bas sur l'horizon, peut-être 900 m de haut, par comparaison aux câbles qu'on allonge pour la pêche. On avait l'impression de matière, mais dans le centre, est-ce que c'était une masse ? On ne voyait rien au travers. Ça n'était pas transparent, sinon on aurait vu un petit nuage, une étoile. On ne voyait que du noir, mais plus noir que le ciel. Même dans la nuit, on fait la différence; je ne me souviens pas d'avoir vu des étoiles, mais le ciel était clair, vraiment clair, mer calme, le bateau ne bougeait pas, mais le moteur couvrait tous les autres bruits. C'est resté stable bien cinq minutes au-dessus de nous, à faire du sur-place, comme s'ils voulaient nous voir, nous photographier... Je suis resté longtemps à regarder, puis ça a avancé un petit peu, en dépassant le bateau pour arriver au travers de l'arrière, et là, il y a eu les réacteurs (je pense que c'étaient des réacteurs) qui se sont mis en route. Ça s'est allumé en deux fois, mais au début, c'était juste minime, tout doucement, comme un brûleur à gaz avec des flammes blanches, pas (violentes), et progressivement, au fur et à mesure qu' ils mettaient la sauce, on voyait les genres de réacteurs qui forçaient. C'est devenu assez vif comme une traînée de lumière blanche, et d'un seul coup, c'est parti, d'un mouvement terrible, cap nord-est, à une vitesse incroyable. J'ai regardé, mais je n'ai plus rien vu. L'équipage dormait. Je n'ai pas pris le temps de prévenir (les autres). Voilà ce que j'ai vu, moi, mais le patron du Guillemot, qui était à un ou deux milles de nous, lui, il a vu les lumières blanches, mais il n'a pas fait attention. Moi, ça m'intéressait, alors j'ai continué à regarder. Je suis rentré. Le lendemain, j'ai appelé le journaliste de La Liberté que je connais, à Port-Louis. Il est venu me voir, le matin du lendemain ou du surlendemain, et a fait l'article. J'en ai parlé à ma famille et aux collègues de travail, mais ils m'ont dit: « Tu vois des rats bleus !». Pour moi c'était un événement, de voir un truc comme ça. Et après, j'ai su qu'il y avait eu tous les événements au-dessus de la France, en Loire-Atlantique, en Alsace, vers la même heure. Ce n'était pas un avion ! un avion, on voit les clignotants. Je ne peux pas expliquer. Je n'avais jamais vu ça avant... » (Ce récit est la transcription, presque mot-pour-mot, du récit de M. José Bal. Il n'en diffère que par quelques retouches destinées à le rendre plus compréhensible). A Dominique Madrignac, M. Bal a dit que l'observation avait duré, au total, entre 10 et quinze minutes, dont 5 minutes entre l'explosion initiale et l'arrivée des lumières blanches au-dessus de l'Elvis, et 5 autres de stationnement du losange au-dessus du bateau. Dans l'article du journal, cette durée (stationnement du losange) n'était que de « 3 à 4 minutes ». A trente-quatre mois d'intervalle, cette légère distorsion n'a rien de choquant, et ne change rien au
177

problème. L'apparition du phénomène (explosion initiale) a été située par le témoin (en septembre 93) à l'azimut 220° (celui du sud-ouest étant 225°), et seulement 2 ou 3 degrés au-dessus de l'horizon. Plus intéressant: le témoin a indiqué, comme azimut de la disparition du phénomène: « 25 à 30° ». Cet azimut n'est pas celui de Bitche (près de 80°), mais plutôt celui de Southampton. Source: http://reguite.free.fr/Extraterrestres/5novembre1990.html 1990, 5 Novembre: Landes, France; un témoin parle ! Michel L est un homme tout à fait charmant que je connais depuis de nombreuses années. Un jour une personne proche de moi sachant que je m’intéressai aux O.V.N.I me fait part de l’histoire peu banale de ce commerçant de Villenave d’Ornon (33). Aussitôt je rencontre cette personne et lui demande de me raconter son histoire. Mr L. est un de ces chasseur nés qui passe des journées entière à pister la palombe. Et ce jour-là, après une journée ensoleillée il décide de rester jusqu’à la tombé de la nuit. En bon chasseur qui se respecte, son expérience lui a appris que les palombes ne passent que par temps clair. Alors qu’il revenait de nuit des Landes, d’une chasse à la palombe, Michel profita de l’abscence de circulation pour embaler les chevaux de sa voiture. Arrivés aux environs de Laboueyre Mr L. et son fils assis à ses côtés apperçurent ce qu’ils prirent pour un avion en difficulté. Il est 19 h 30 la nuit est tombée depuis une heure. Bien vite, Michel comprend que "l’engin" comme il l’appelle ne peut être un avion. Aprés avoir dépassé une parcelle de pins, ils longèrent un grand champ afin de poursuivre l’objet qui se déplacait sans aucun bruit. La chose les survola à quelques mètres du sol. A ce moment précis ils pûrent voir des phares blancs sous la structure de l’engin qui balayaient le sol. Ils remarquèrent aussi des couleurs proches de celles d’un arc en ciel. Michel L. ne put déterminer la forme de l’objet, mais grâce à son témoignage il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’une forme triangulaire (NDLR). Ils furent très impressionné par la taille de l’objet ; plus de 100 mètres de diamètres selon Mr L. Il faut noter que Michel, ancien d’Algérie en connaît un rayon sur l’aviation militaire, et n’exclu pas que cet appareil soit à nous. Il s’agirait d’après lui d’une sorte de prototype ultratop-secret que l’on testerait de nuit. Cette hypothèse souffre d’un inconvénient majeur ; si tel était le cas, pourquoi prendre le risque de faire survoler le modèle au-dessus d’une zone habitée ? Voilà un comportement bien étrange de la part de militaires qui s’entourent d’habitude de beaucoup plus de discrétion. Revenons à notre histoire. Michel L. essaya de comprendre le phénomène. Tout d’abord aucun bruit, ce qui signifiait ; soit l’engin était très haut dans le ciel, soit très bas mais qu’il n’émettait aucun signal sonore. Plus ils roulaient, plus ils ressentaient la présence de l’objet qui filait direction NordNord/Est. Le soir ils écoutèrent le journal de LA 5 qui rapportait les dires du responsable du P.C d’Orly confirmant qu’il avait bien vu un objet mais qu’aucune signature radar n’avait était enregistrée. Plus tard une personne assura qu’il s’agissait d’une retombée d’un satellite. Michel me fit à ce sujet une remarque que je qualifierai de pertinente, je le cite : "Alors pourquoi personne n’est allé voir le spoutnik qui est tombé ?". Peut-être parce qu’il n’y avait pas de retombée, comme il n’y avait pas de satellite défectueux à Laboueyre (1). Notez que je ne rejette pas la thèse du sattelite, un débris est probablement rentré dans l’atmosphère. Mais ce que Mr L. et son fils m’ont raconté, ne ressemblait en rien à quelque appareil connus. Alors pour conclure, sur ce cas particulièrement dense et riche d’enseignements, Michel L. et son fils ne sont pas prèt d’oublier ce 5 novembre 1990, car en tout état de cause cette apparition n’a toujours pas livrée son secret. Source: http://www.ovni.info/article.php3?id_article=193
178

Autre témoignages;
L'aspect de "mon" ovni est celui d'un classique OVNI triangulaire de la vague belge à la différence qu'il portait une espèce de "phare d'atterissage" blanc à faisceau cylindrique et partant approximativement de la position de la lumière blanche centrale . Il a mis une quinzaine de secondes pour parcourir 80° entre une position proche du zénith (ou je l'ai remarqué ) et le moment de sa disparition , vers l'Est derrière un bosquet . Je l'ai instinctivement immédiatement identifié à un OVNI , bien qu'à l'époque j'étais survolé quotidiennement par des avions en phase d'atterrissage vers l'aéroport de Bâle-Mulhouse , à cause d'un caractère d'étrangeté que je n'ai pas identifié immédiatement mais qui m'est apparu par la suite: l'absence de bruit pour un engin passant si bas ( 60cm à 80cm très grossièrement à bout de bras , ce qui donne un diamètre apparent de l'ordre de 60 à 90° ) . Dans la semaine qui a suivi l'évènement , les journaux , confrontés à une vague de témoignages ( des centaines ) couvant quasiment la France entière ont publié essentiellement deux explications . 1) C'etait une météorite ... L'explication ne tenait pas .Objet trop lent et depuis des endroit trop éloignés les uns des autres pour pouvoir expliquer toutes les observations par un même objet . 2) L'explication du NORAD : étage de fusée russe Proton se consumant dans l'atmosphère à 80km d'altitude ... Devant la multiplicité des formes décrites par les différents témoins , qui allaient du triangle à la véritable "ville avec toutes ses lumière traversant le ciel " (un groupe de 7 ou 8 témoins qui étaient ensemble) , j'ai décidé de faire ma petite enquête à Mulhouse . J'ai retrouvé plusieurs témoins mais ceux qui m'ont le plus interessé ont vu l'objet alors qu'il les survolait d'ouest en est en passant à la verticale de leur position ... Il se trouve qu'en vérifiant sur une carte je me suis aperçu qu'ils étaient à 1700 m de ma position exactement dans la direction de la cheminée d'un incinérateur que je vois bien depuis la fenêtre par laquelle j'ai aperçu l'OVNI . Vu depuis ma position , cette nuit là , l'OVNI paraissait à 60° (très approximativement ) au-dessus de l'horizon quand il passa au-dessus de la cheminée . Conclusion : faites votre calcul , encore une fois très approximatif . L'ovni survole les deux autres témoin (angle 90° /horizon) quand il me parait être à 60° au-dessus de l'horizon alors que je suis seulement à 1700m des autres témoins ... On aboutit à tan60°=hauteur/1700 d'où hauteur= 1700tan60° soit 3000 m .... On est loin des 80km ... Même en admettant que je me trompe de +/-20° dans l'évaluation de la direction de l'objet par rapport à l'horizontale au moment de son passage au dessus de la cheminée de l'incinérateur , on aboutit à une altitude variant de 1500 à 9000m ... Quant aux dimensions .... 60cm à bout de bras , pour un objet approximativement à 3000m , ça fait des
179

dimensions de l'ordre plusieurs centaines de mètres , voire plusieurs milliers .. Conclusion : soit on admet l'hypothèse que ce soir là , il y avait un OVNI ayant des centaines de m de longueur soit on se rabat sur l'explication la plus logique : il y a eu deux objets ce soir là . La fusée proton qui a donné lieu à un feu d'artifice couvrant une bonne partie du ciel et un engin triangulaire qui a profité de cette opportunité pour violer l'espace aérien européen . Ce qui rend mes calculs faux car je ne sais pas si j'ai observé le même objet que les autres témoins , mais discrédite l'explication du NORAD . Quant à l'origine réelle de l'engin , le fait que le NORAD se soit senti obligé de donner une explication dès le lendemain suggère que cet organisme américain avait interêt à ce qu'on oublie rapidement cette affaire . ... Je signale que 5° ça correspond à peu près à 7cm à bout de bras( je prends 80cm pour la distance oeil/extrémité-du-bras-tendu . soit 8,7 cm à 1m ) .... On sous-évalue souvent les petits angles ...N'est ce pas ?
Daman Citation de Daman: « Maintenant, il n’y a plus d’aveugles ou de naïfs mais des complices. » Albert Camus, l’Étranger Source: http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?s=&act=ST&f=64&t=589&st=20&#entry69967

Une station de radio de Ici et maintenant: 95.2mghz, fait une émission pour présenter l’auteur du livre Ovni Contact de Franck Marie qui raconte, suite à trois appel à témoin sur le phénomène du 5 novembre ; après avoir collecté plus de 500 témoignages crédibles (gendarmes, maire, militaires, homme politique, responsable du gouvernement, étudiant et architecte) sous le sceau de l’anonymat garantie, d’avoir enquêté pendant plus de 3 ans sur ces faits et d’avoir compilé tout cela dans cet ouvrage unique. Retour sur la vague française de 1990, 400 ovnis sur la France" avec Franck Marie (300mns).mp3 : mardi 20 mai 2003. Franck MARIE, (Banque Ovni), et Thierry GARNIER - éditeur de France-Ovni dialoguent avec les auditeurs ; pour récouter cet enregistrement radiophonique très révélateur après 12 ans d’ignorance; http://www.dailymotion.com/video/xdfok_400-ovni-en-france-5-novembre1990_news?ralg=meta2-only#from=embed-playreloff-1 1990, 13 décembre RUSSIE, près de Samara (Kuybyshev) A 0 h 07 les contrôleurs du radar à longue portée de la station de dépistage de Kuybyshev virent un spot apparaître sur leurs écrans, estimé à environ 100 km. Ils décrivirent ultérieurement le spot comme ayant été comparable à celui d'un bombardier stratégique. Le système automatique et électronique d'identification cessa de fonctionner. Deux minutes et demi après sa première apparition, le gros spot s'éparpilla en une multitude de petits retours. Ils étaient alors à moins de 40 km de la station et le plus imposant avait commencé à prendre la forme d'un objet triangulaire et se dirigeait maintenant droit sur le poste radar. Comme il approchait, une équipe de soldats voulut sortir pour voir ce qu'il en était : la chose passa en trombe au-dessus de leurs têtes, à moins de 9 mètres, alors qu'il mettaient le pied dehors. Puis elle s'arrêta et entama un vol stationnaire environ 90 mètres plus loin, derrière une clôture de barbelé se trouvant à moins de 45 mètres d'une rangée mobile de radars à courte portée, connue sous le nom de poste n° 12. Il y eut un éclair et les antennes jumelées prirent feu. Peu après l'antenne supérieure s'effondra. Toutes les parties métalliques des antennes du poste 12 avaient fondu. Le mystérieux triangle aperçu fut décrit comme noir et lisse, pas comme un miroir, mais comme une épaisse couche de suie. Les
180

flancs de l'objet faisaient environ 14 m de long et il avait près de 3 m d'épaisseur. Il n'y avait ni ouvertures, ni hublots. Il continua à stationner environ 90 minutes après avoir détruit le radar. Puis il se remit en route et disparut complètement dans la nuit. (« Dossiers Ovni » - éd. Marshall Cavendish, Paris 1998, Hors série, page 52, 53) 1990 (fin) ou 1991 (début) ALLEMAGNE, Dortmund (source: conférence du Dr Johannes Fiebag, Allemagne) Hans-Joerg est un négociant. Fin 1990 ou début 1991, il vivait avec sa compagne, quelque chose lui arrivait qui le rendit d'une peur panique de l'obscurité, dans son propre appartement. Une nuit, il se réveilla et vit un petit homme passer près de lui. "Il mesurait environ un mètre de haut et portait quelque chose comme un chapeau. Il ne me regardait pas, mais continuait jusque dans le coin de la chambre, où il n'y avait pas de porte. Là, il disparut. Je n'osait pas réveiller ma compagne et n'osait presque plus respirer. Cependant, le matin, elle me trouvait recroquevillé dans le lit. Ma peur me paralysait tellement que je suis resté ainsi, recroquevillé, ne pouvant même plus parler, pendant des heures." 1991, 21 janvier BELGIQUE, Overijse 19 h 50, deux témoins. L'engin semble quasiment immobile. L'objet est rond, imposant, de la taille et de la forme du sommet de la tour de communication de la RTB. Deux gros phares bleus très puissants étaient dirigés vers le sol. L'objet semble posséder des hublots. Toute la structure est clairement visible, il évoque un aspect de métal brut. Le témoin parle de construction boulonnée et d'une couleur gris-bleu, comme du Tefal. Trois lumières blanches sont visibles à l'arrière. Toutes les lumières sont fixes. D'autres lampes, genre néon, sont visibles sur la tranche, parfois longues, parfois courtes. Le déplacement était stable et régulier. Un bruit de petit moteur au son étouffé pouvait être clairement entendu. Distance 100 mètres, dimension de 30 à 50 m de diamètre. A 19 h 55 deux témoignages indépendants (VOB 1 SOBEPS 1991, p. 257, 258 et croquis, 259; VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 212) 1991, 6 février NORVEGE, Trengereid Peu après 23 heures Vidar Gjosund et son épouse voient par la fenêtre du living une chose gigantesque, avec 4 brillantes lumières jaunes et vertes, paraissant voler très lentement. Ils se précipitent dans la véranda et voient mieux le phénomène s'approcher, dans un complet silence. Les lumières sont de forme carrée et chacune comprend 4 lumières distinctes. Elles sont fixées sur une surface circulaire très sombre qui paraît elle-même faire partie d'une structure non définissable. Ils estiment que cette chose a survolé la maison à une altitude de 500 à 700m, et ont couru encore à une fenêtre du côté opposé pour voir le phénomène s'éloigner vers Romslo. Il était alors 23 h 07. (Menz Kaarbo - Ufo-Norway News) 1991, 12 mars BELGIQUE, Donceel Entre 20 h 20 et 20 h 25 un conducteur accompagné de son épouse et de ses deux enfants arrêtait sa voiture pour mieux repérer ce que le cadet venait de voir en s'exclamant: "Maman regarde, on dirait un ovni!". L'objet était à basse altitude, environ 50 m et paraissait immobile à l'aplomb d'une ferme à 150 m de là tout au plus. C'était une structure en forme de triangle effilé aux contours bien définis avec une lumière à chaque angle. L'unique relief consistait en un dôme de verre plat accolé sous la face inférieure qui était alors inclinée vers les témoins. Envergure de 15 à 20 m. L'objet se mit en mouvement et vira en direction de Tongres. Les témoins n'eurent aucune peine à le suivre durant quelques kilomètres jusqu'au carrefour de Momalle où ils empruntèrent l'autoroute vers Liège. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 260, 261)

181

1991, 12 mars BELGIQUE, entre Grand-Marcin et Fourneau Entre 20 h et 20 h 30 Mme S regardait la télévision lorsqu'elle vit apparaître une forte luminosité qui se mouvait dans sa direction. Cette luminosité s'inscrivit dans la partie inférieure de la baie vitrée. Cela semblait provenir de l'est et fut bientôt à l'aplomb de la maison à une altitude de moins de 300 m. Mme S. appela son fils et son époux. L'objet avait la forme d'un triangle gris foncé mat, de grande envergure comme un Boeing. A chaque sommet clignotait un feu rouge. L'objet s'inclina, vira court et disparut vers Huy. Pendant quelques secondes les trois témoins virent le profil de l'engin. Ils dénombraient entre 7 à 12 rectangles lumineux, comme des fenêtres éclairées d'un avion. Vers l'avant, au-dessus de l'objet, Mme S. vit pendant un bref instant une lampe blanche. Le fils nota la silhouette d'une seconde épaisseur sur le dessous, formant comme une tranche plus longue que la première ce qui lui suggéra qu'il s'agissait peutêtre de deux triangles superposés. Un faible bruit monotone semblable à celui d'une turbine se fit entendre quand M. S. sortit pour suivre l'appareil des yeux. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 261, 262 et croquis) 1991, 12 mars BELGIQUE, Olen (Anvers) Paula H. aperçut un phénomène bizarre lumineux immobile en plein ciel à basse altitude et à 300 m de son domicile. Le phénomène avait une forme tout à fait inhabituelle largeur apparente 5 mètres, surmonté de deux lumières blanches aux extrémités de la partie supérieure. La partie inférieure ressemblait à trois gros bouts de doigts avec de multiples petites fenêtres. S'arrêtant un peu plus loin pour regarder à nouveau, Mme H. constata que le phénomène avait disparu. (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 278 et croquis) 1991, 14 mars BELGIQUE, Chercq 21 h 45, témoin unique; un léger bruit de frottement ou de raclement, pas un sifflement, un bruit comparable à celui que ferait un fer à repasser que l'on passerait sur une planche à clous. Ce bruit semblait plus fort lorsque l'objet se déplaçait. Un gros phare blanc, mais aussi une forme plus ou moins ovale. Les contours étaient nets. La lumière produite par l'engin était éblouissante. Il se balançait parfois de gauche à droite. J'ai pu distinguer une bosse sur la partie supérieure, comme un dôme, mais non éclairé. Le gros phare blanc éclairait le sol. Il s'est éloigné lentement, s'est penché et a filé ensuite à une vitesse plus rapide. L'engin était large de 10 à 15 mètres. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 213) 1991, 17 mars RUSSIE, Leningrad Un OVNI fit une apparition au-dessus d'un site sensible de Leningrad: une cible non identifiée demeura sur les écrans radar entre 16 h et 16 h 20. L'objet décrivait des mouvements anarchiques juste au-dessus du réacteur de recherche atomique dans les environs de Gatchina. Remarquons au passage et avec intérêt qu'un incident potentiellement catastrophique eut lieu sur ce site en 1991. Kotochigov (le radariste de la tour de contrôle de Pulkovo) me dit que l'OVNI quitta l'espace à une vitesse d'environ 2.243 km/h (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 176) 1991, 22 mars BELGIQUE, Bruxelles-Auderghem Dans la nuit, entre 02 h 45 et 02 h 50 le témoin est réveillé par une impression de présence, alors qu'il n'est pas sujet aux insomnies. En jetant un coup d'oeil machinal vers la fenêtre il est surpris de ne remarquer aucune étoile. Il se lève, écarte les rideaux de la fenêtre fermée: très bas, au ras des toits il aperçoit une forme d'allure généralement rectangulaire dont l'avant est caché par le faîte de la maison d'en face (13 m de hauteur cette maison). Cette forme défile lentement en paraissant suivre une trajectoire inclinée en descente vers la vallée de la Woluwe. Sur la face ventrale le témoin croit discerner des pièces
182

rapportées, sortes de plaques ou casemates cubiques, de couleur plus claire que le reste de la surface d'un gris anthracite. Cet objet présente une épaisseur (30 m de long, 15 à 22 m de large, élévation 25 m, vitesse moins de 20 km/h), mais nulle part ni lumière ni halo. Par contre il entend un sifflement continu "comme des ultrasons proches des fréquences ultra-auditives ou hyperfréquences au delà des 12 KHz" (il est ingénieur électronicien). Voulant réveiller son épouse il constate qu'elle est profondément endormie et qu'il est incapable de faire un mouvement: il attribue cela au sifflement. Pour se persuader qu'il ne rêve pas il effectue quelques calculs mentaux simples et se pince. Quand le sifflement cesse d'être audible il est à nouveau libre de ses mouvements. Il grimpe dans un petit atelier en soupente et voit toujours l'objet s'éloigner vers l'ESE en présentant un profil de 3/4. Le témoin détourne son attention sur la droite, puis à nouveau vers l'engin, qui a subitement disparu sans laisser de trace. ( Franck Boitte pour la SOBEPS) 1991, 24 mars BELGIQUE, Biesme (Hainaut) 20 h 20 - témoin unique: une masse compacte et de section quadrangulaire, immobile au-dessus de la cime des arbres. L'objet dégage une allure massive de couleur gris foncé et mat, et porte sur le côté de petites lumières rouges. Aucun bruit. Altitude estimée à 40 mètres et dimensions de 6 à 7 m de large, 15 m de haut et 90 m de long. La voiture passe sous l'ovni qui surplombe la route; Le témoin observe sur la face ventrale trois cercles de grandes dimensions disposés en triangle et éclairés de blanc mais n'émettant pas de rayon lumineux. Un quatrième feu plus petit, bleu, clignote par intermittence en avant des deux feux blancs. L'objet se met en mouvement et disparaît à grande vitesse. (VOB 2, SOBEPS 1994, p. 207; VOB 1, SOBEPS 1991, p. 283) 1991, 26 mars BELGIQUE, Rebecq 21 h 40, un témoin. ... sur la face ventrale au centre, une sorte de coupole faiblement lumineuse protégée par une sorte de grillage à maille carrée, la coupole est plus faiblement lumineuse encore que celle des deux phares à l'avant du triangle. A l'arrière de l'objet un feu situé au centre de la base, de couleur bleuturquoise pulsait lentement. Distance environ 300 m; dimension: taille d'un Boeing 727. (VOB 2 SOBEPS 1994, p 157, 175; VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 284) 1991, 29 mars BELGIQUE, Froyennes (Tournai) A 4 h 30, s'étant rendu aux toilettes, le témoin entendit un bruit qu'il attribua à un fonctionnement défectueux du chauffage ou du congélateur. Il aperçut alors à l'extérieur une importante masse à hauteur des arbres: le bruit provenait de là. Il sortit pour aller se placer sous cet objet qui se trouvait à une dizaine de mètres de hauteur "pour voir s'il ressentirait un effet de souffle de vent". Il n'y en avait pas. L'objet ressemblait à "un dessus de carrosserie qui aurait été recouvert de gomme gris foncé, lui donnant un aspect granuleux". La chose se mit lentement en mouvement et le témoin repéra alors une forme carrée ou elliptique. Un second témoin auditif indépendant a été retrouvé. (Franck Boitte, Inforespace n° 85 p. 41; VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 286, 287) 1991, 17 mai BELGIQUE, Braine l'Alleud Mme Heck, infirmière dans un institut psychiatrique, observe à 1 h 30 à 100 m d'elle, un objet triangulaire mat, avec des lumières clignotantes sur les côtés, 1 lumière centrale rouge non clignotante, 1 faisceau arrière incliné à 45°, qui se déplace à 10 km/h à 10 m du sol, tandis que le faisceau lumineux y dessine des "8". Subitement, il avait disparu. (Franck Boitte, Inforespace n° 85 p. 41)

183

1991, 16 juin GRANDE BRETAGNE, Rushton, Staffs. (Enquête de Doug Pickford du "Green Dragon" groupe ufologique du Staffordshire) Le témoignage provient d'un entrepreneur bien connu dans la région et il tient au plus strict anonymat. Dans la soirée ce témoin revenait de Chester d'un dîner d'affaires où il n'avait bu que du café. Il retournait chez lui par des chemins secondaires tranquilles de Congleton vers Leek, près de Rushton, au nord du lac Rudyard, quand les effets de tant de café bu dans la soirée, l'obligèrent à s'arrêter pour se soulager. Il était 1 h 30 du matin et il était près de Bridestones - avec ses pierres levées. Il n'avait pas d'intérêt pour l'archéologie et n'avait jamais visité ces lieux, tout en sachant qu'ils existaient. Le ciel était passablement clair encore et il put bien voir de l'endroit de son arrêt, la silhouettes des pierres levées. Cependant, au-dessus d'elles brillait une lumière, comme une torche gigantesque, qui illuminait toute la zone. Un moment il se demandait s'il n'allait pas aller jeter un coup d'oeil de plus près, mais une pluie d'étincelles dorées comme ceux d'un feu d'artifice apparut, si bien qu'il pensait qu'il y avait là probablement un rassemblement de gens drogués et qu'il valait mieux se retirer. Il retourna donc à sa voiture, mais elle ne démarra pas: le moteur semblait mort. Il essaya encore et encore, il n'y eut rien à faire. Il sortit donc dans l'intention de relever le capot, mais à ce moment il vit que la lumière au-dessus des menhirs, sous la forme d'une boule dorée, vint vers lui. Il regardait cette boule avec une certaine surprise mêlée de peur. La lumière passait à son aplomb avec une telle intensité qu'il en eut mal aux yeux. Il perdit toute conscience. Il revient à lui, couché sur le sol, sous un groupe d'arbres, à environ 600 mètres de la route et de l'endroit où se trouve la voiture. Il était extrêmement désorienté et n'avait conscience que de deux choses: quand la lumière était au plus proche, il s'est mis à courir en proie à une peur panique. A travers les ronces, se blessant cruellement aux épines, et heurtant de plein fouet un arbre. Quand il eut le courage de regarder en l'air, l'objet lumineux avait disparu et la région était calme. C'est alors qu'il se rendit compte de son état: il portait encore son pantalon, mais plus de chemise ni de chaussures. Automatiquement il frotte le pantalon, plein de poussière, et des étincelles dorées en tombent, comme de l'électricité statique. Le trajet retour vers la voiture, moins précipité, est cependant tout aussi pénible à travers les broussailles et les ronces. Il retrouve l'auto, porte ouverte, la clé au contact, et par terre, un petit baluchon: sa chemise et ses chaussures. Il les enfile et a une sensation comme s'ils étaient très chauds. Il espéra de tout son cœur que le moteur allait démarrer: il le fit, au premier essai. La montre de bord montrait qu'il était maintenant 03 h 05... Arrivé chez lui, il expliqua son retard à son épouse, comme étant produit par un accident routier. Il ne voulait pas lui parler de l'événement. Connaissant Doug depuis quinze ans, et sachant qu'il s'occupait d'ufologie, il s'est finalement confié à lui, en le faisant jurer de ne rien divulguer qui pourrait mener à son identification. (Northern UFO News, n°168, Christmas 1994. The Dangers of Taking a Leek - pp.15-16 Cas n° 9127) 1991, 8 juillet GRANDE-BRETAGNE, région de Selkirk, Borders Le conducteur de camion Steve Hallett roulait sur la Nationale A7 dans la région de Selkirk, non loin d'une antenne de télévision, lorsqu'il eut la surprise d’apercevoir un engin énorme, de forme discoïdale et illuminé qui se tenait dans le ciel juste devant lui. Son diamètre fut estimé à environ 13 m. L'objet possédait des lumières colorées et vraisemblablement un dôme à son sommet. Les aiguilles des cadrans à l'intérieur du camion s'affolèrent. Steve arrêta le moteur et, fasciné, regarda l'OVNI pendant une quinzaine de secondes avant qu'il disparaisse dans la nuit à une rapidité ahurissante. Ce rapport m'a été envoyé par John Hay de St Mary's Loch, Selkirk, qui avait noté l'interview de Steve Hallett par Jill McPherson sur Radio Borders le lendemain de l'incident. (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 263) 1991, 11 juillet MEXIQUE, Mexico-City YTTURIA GARZA: C'était le jour de la dernière éclipse totale du soleil de ce siècle. Le Mexique était
184

l'un des pays où ce phénomène naturel pouvait être observé de façon très nette. Les scientifiques, les stations de télévision et tous les Mexicains ordinaires étaient prêts à filmer cela. Quelques minutes avant l'éclipse apparut, à bonne distance sous le soleil et sur la droite, un objet d'aspect métallique et discoïdal. L'engin ne fit aucun bruit et bougeait à peine. La plupart des scientifiques et cameramen avaient toute leur attention sur le soleil et n'ont rien vu. Mais ceux de la station de télévision Televisa l'avaient remarqué et publiaient la photo dans le journal du soir. Ensuite d'autres images vidéo apparurent, certains de Mexicains qui, en attendant l'éclipse, filmaient un peu au hasard. Ces images furent prises dans les communes autour de Mexico City, ce qui consolidait le témoignage. Quand les analyses ordinateur démontraient qu'il s'agissait d'un objet solide, nous savions qu'il s'agissait d'un véritable ovni dans le ciel mexicain. Depuis ce moment les média n'ont plus lâché le sujet. (Jan Hertoghs dans le magazine HUMO du 24.9.1996) 1991, 13 août USA, Laguna Cartagena (Porto Rico) La nuit, Mme Marisol Camacho, une jeune femme reçut à son domicile la visite inattendue, c'est le moins qu'on puisse dire, de deux étranges créatures: "Je dormais lorsque vers les 2 heures du matin, j'entendis des bruits étranges, dehors, près du balcon. Je me suis levée et suis allée à la fenêtre. Il y avait quelqu'un qui marmottait dans un charabia incompréhensible. J'ai ouvert tout doucement les stores et - Oh! Seigneur! - il y avait deux des plus bizarres créatures que vous puissiez imaginer qui se tenaient là, sur mon balcon! Elles étaient en train d'examiner mes pots de fleurs, et plus particulièrement mon Quezo Suizo (Fromage suisse dont le nom scientifique est Monsterosa deliciosa, liane tropicale qui peut prendre des dimensions gigantesques et dont les feuilles alvéolées sont percées de trous comme autant de hublots) Elles en coupaient des feuilles et échangeaient des commentaires. Elles semblaient littéralement fascinées par cette plante. De mon côté, j'étais tout aussi surprise et - curieusement - je ne pouvais plus faire un geste. J'étais comme paralysée, et, moi aussi, fascinée. Ces créatures avaient une taille d'environ 1,20 m, avec de gros crânes, en forme d'oeuf, arrondis au sommet et plus pointus au menton. Elles étaient très malingres et toutes grises, et en plus toutes nues. Les yeux étaient noirs et très allongés de chaque côté de la tête, sans pupille et sans partie blanche comme nous. Les visages étaient plats, avec une petite fente pour la bouche, sans lèvres, et deux petits trous pour le nez. Pas un seul instant je n'ai éprouvé de peur j'étais simplement sidérée par ce que je voyais; On aurait dit des enfants... Leurs bras étaient plus longs que les nôtres, et leurs longues mains décharnées n'avaient que quatre doigts effilés. Ces créatures ne parurent pas m'apercevoir à la fenêtre. Elles prirent deux feuilles à ma plante et repartirent, toujours en papotant dans cet espèce de baragouin insensé. Elles marchèrent lentement vers la Laguna Cartagena, s'enfoncèrent dans les taillis au bout de la rue et disparurent. Je n'en croyais pas mes yeux. Après leur départ, je pus à nouveau remuer. Je retournai au lit et plus tard je racontai cette scène à mon mari. (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 250) 1991, 18 août ARGENTINE, La Matanza (Victoria) Vers la même heure, dans l'internat "Esuela Hogar General San Martin" de l'autre côté de la route, les surveillants de nuit et les collégiens virent atterrir un objet lumineux à 200 mètres du réfectoire. Ils sortirent et s'en rapprochèrent jusqu'à 40 mètres. Là les enfants et les surveillants virent sortir trois humanoïdes de l'engin. Ces êtres semblaient flotter à quelques centimètres du sol, tout en restant très près de leur vaisseau. Il n'y eut pas d'autres détails: l'objet éblouissait la vue de tous les témoins, si bien qu'ils crurent voir des "esprits" tout en ressentant une grande angoisse. Le bruit d'un camion sur la route fit disparaître l'objet et les entités. Le lendemain matin ils ne retrouvaient aucune trace de cet atterrissage et la direction pensa qu'il s'agissait d'un cas d'hallucination collective. Cependant, une semaine plus tard apparut la trace, mais 200 mètres plus loin! Elle avait la forme d'un fer à cheval allongé de 25m de long pour 15 m de large, tassant le sol en profondeur comme si un énorme poids y avait pesé, avec trois empreintes plus profondes encore. .("Mass Alla de la Ciencia," Buenos Aires, Argentina - nov. 1991)
185

1991, 23 août BELGIQUE, Soignies Vers minuit, quatre jeunes gens âgés de 19 à 24 ans, sont sur la place du jeu de Balle, lorsque brusquement deux, puis trois fortes lumières blanches illuminent la place comme en plein jour. Les trois sources de lumière crue mesurent chacune entre 1 m et 1,50m de diamètre, écartées de 6 à 15 m l'une de l'autre en disposition triangulaire. L'altitude est estimée à 20 mètres et l'éloignement à 60 mètres. Ni souffle, ni bruit, ni odeur, ni fumée. Au centre de la configuration une lumière bleue fixe. Les lumières blanches scintillaient comme ces boules à miroirs qu'on voit dans les dancings. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 20, 21) 1991, 11 septembre USA, Loudon (New Hampshire) A 19 h 30, une femme revenait chez elle en voiture avec sa fille et son fils (âgés respectivement de 6 et 10 ans). Comme la voiture s'engageait dans l'impasse qui menait à leur maison, l'autoradio se mit soudain à cracher des parasites, au point d'en devenir assourdissant et qu'il fallut couper le son. La mère gara la voiture dans l'impasse et pénétra immédiatement dans la maison pour libérer le chien. C'est alors que la fillette appela sa mère au-dehors. Les enfants avaient le nez en l'air et ils regardaient deux énormes disques blancs qui passaient juste au-dessus du toit de la maison. Les deux disques étaient semblables, dans leur forme comme dans la configuration de leur éclairage. Tout autour, il y avait une rampe de lumières multicolores, dans les tons pastels, clignotant de manière apparemment anarchique. Sous le ventre des disques, on pouvait apercevoir trois cercles sombres en formation triangulaire vers l'arrière. Chaque disque avait les dimensions d'une petite maison et ils se déplaçaient côte à côte. On entendait à peine un très léger bourdonnement. La mère estima à environ 30 ou 35 m l'altitude à laquelle se trouvaient les deux engins. Leur luminosité était telle que la femme pouvait parfaitement détailler ce qu'il y avait au sol, tandis qu'ils s'éloignaient en direction de Canterbury. (New Hampshire MUFON monthly newsletter, janvier 1992) (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p. 268-269) 1991, 28 septembre BELGIQUE, Bruxelles (Berchem Ste Agathe) Observation entre 0 h 35 et 0 h 45. J.P. sort comme tous les soirs avec les deux chiens, contourne la maison pour se rendre dans le jardin à l'arrière. Les chiens ne le suivent pas comme d'habitude et se blottissent contre un mur; au fond du jardin une brume flotte au-dessus des garages à 60 m de lui, de derrière ces garages se lève comme un soleil, lentement et 3 spots apparaissent. L'ensemble lumineux très large monte lentement et l'objet triangulaire reste immobile à 7 m d'altitude diffusant de la lumière dans tous les sens. La brume au-dessus des garages se dissipe peu à peu, l'ensemble s'élève, un faisceau central tournant apparaît. Après l'immobilisation, le mouvement ascendant recommence. Le faisceau central opère un balayage circulaire parfois interrompu par d'autres mouvements non circulaires et des moments d'arrêt. L'ensemble s'immobilise à 18 m d'altitude et l'appareil effectue un déplacement horizontal OSO. La vitesse semble moins d'1 km/h. Le faisceau central s'immobilise en un point précis dans les broussailles, le témoin est pris dans le faisceau de lumière et sent tous ses poils se hérisser: la distance entre l'appareil et le témoin est de 25 à 30 m. Le phénomène poursuit sa route, se rapproche de la place et entre dans une zone éclairée par l'éclairage public. Les spots diminuent d'intensité (comme actionnés par un régulateur), le spot central s'éteint et à sa place le témoin voit une couronne de petits points lumineux multicolores qui s'allument et s'éteignent simultanément. A ce moment le témoin voit mieux la structure: "Il était tout noir, immense, il avait des reflets rouge-orange". Il estime à 20 m la longueur de chaque côté. A vitesse constante le phénomène se trouve devant un immeuble de 4 étages à l'angle de la rue des Combattants et de l'avenue Josse Goffin. L'objet s'arrête devant l'immeuble. Là, il pivote selon un angle d'environ 90°, il accélère et disparaît derrière les maisons. A l'arrière le témoin voit une petite flamme semblable à celle des chalumeaux et quand il accélère il entend un léger sifflement du genre "psst.."
186

Effets secondaires: pendant deux semaines la végétation qui avait été illuminée par le phénomène a poussé d'une manière tout à fait inhabituelle; le lendemain les chiens sont repris par la frayeur, ont gémi et sont restés collé aux jambes de leur maître, cela dura trois jours et le témoin lui-même eut des sensations d'inquiétude; le témoin a le sommeil agité compensé par de longues périodes de sommeil diurne, il a considérablement maigri, se sent faible et s'est barricadé chez lui dévorant l'un après l'autre tous les livres qu'il trouvait concernant les ovni, il fit en outre un cauchemar assez particulier. (VOB 2 SOBEPS 1994, p. 22 à 25 et 187) 1991, 18 octobre BELGIQUE, Bruxelles-Forest Andrée V. employée à la retraite et sa maman Suzanne D. font une observation qui dure de 5 h 00 à 6 h 10 du matin. Andrée se lève et se rend aux toilettes. Le WC se trouve à l'extérieur. En sortant dans la cour elle voit la maison en face d'elle prolongée comme par un énorme bâtiment triangulaire lumineux. La base est supérieure à 5m25, la hauteur environ de 8 m. A bout de bras la base mesure 11 cm, soit près de 30 fois le diamètre de la pleine lune. La masse est parsemée d'une multitude de rectangles lumineux, ayant l'apparence d'1/6 de la dimension d'une fenêtre de maison normale. Les rectangles clignotent d'une façon dissemblable, non synchronisée et sont d'une lumière rouge-orange difficile à soutenir. A 10 m, un point lumineux plus gros qu'une étoile mais plus petit que le lune est également parsemé de lumières clignotantes. Andrée va réveiller sa mère et toutes deux observeront cet événement extraordinaire qui illumine le jardin et l'intérieur de la maison. Elles vaquent à diverses occupations et vers 6 heures constatent que les phénomènes ont diminué de dimensions: ils sont en train de disparaître en prenant de l'altitude. (- enquête de Claire Hauzeur - VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 28, 29) 1991, 6 novembre ISRAEL, Beit She'an "C'était un objet brillant, immense par rapport à d'autres objets qu'on pouvait voir dans le ciel à ce moment-là", raconta le chef de la police locale qui venait apercevoir un OVNI au-dessus de cette ville d'Israel. Le superintendant de district, Yitzhak Mordechai, déclara à la radio de l'armée que c'était un chauffeur de taxi qui, le premier, l'informa de cette apparition. Il était environ 3 h 30 du matin. Le chauffeur, Yossi Ben-Ha'ash, dit que l'objet ressemblait à une demi ellipse lumineuse. "Nous nous rendîmes sur place et, effectivement, nous vîmes l'objet que nous essayâmes de suivre en direction de l'est", raconta Mordechai. "Il se tenait à quelque 200 mètres au-dessus du sol et cela a duré jusqu'aux premières heures du jour. Vers 6 h du matin, il a disparu." (Jerusalem Post, 7 novembre 1991) (Timothy GOOD: "E.T. Connection" 1993 Trad. Presses de la Cité 1994 p.274) Peu avant 3 heures du matin, Yossi Ben Maos, en taxi en dehors de la ville de Bet Shean, dans la vallée Jezreel, environ à mi-chemin entre Haifa et Tiberius, vit un étrange "véhicule" avec une belle illumination, traverser la route à 150 mètres. L'objet s'arrête et reste en vol plané au-dessus de la zone industrielle de Bet Shean. C'est là que Yossi trouve un téléphone et appelle la police, qui est rapidement sur place. Le chef inspecteur Yitzhak Mordechai est averti à son tour, chez lui, le réveillant. Il donne l'ordre d'alerter l'armée, les gardes frontières, et les kibboutzim locaux. Quand Mordechai arrive sur place, la zone est déjà remplie d'hommes en armes. L'ovni en ce moment, se met lentement en route, direction Jordanie, entraînant tout un convoi militaire au sol derrière lui. Arrivé à la frontière, l'ovni fait demi-tour direction Israel. Après une demi-heure de cette sorte de chasse, à 150 mètres au-dessus du Kibbutz Maoz Chaim. Au sol, une centaine d'hommes armés, croyant avoir affaire à des terroristes. A cinq heures du matin quelqu'un donna l'ordre de tirer. On entendit les salves de partout. Le lendemain la police s'en prit à l'armée, et vice-versa, d'avoir ordonné l'attaque. L'objet ne fut cependant pas endommagé. Une heure plus tard encore, au lever du soleil, l'objet s'éleva et disparut à la vue. L'observation avait donc duré plus de trois heures. Le lendemain Mordechai fit une conférence de presse honnête. Au moment de partir, cet objet se trouvait d'abord à 200 m du sol, il se mit à se balancer et à tourner sur lui-même, une fois bien stabilisé dans cette position, il s'arrêta et restait là, suspendu. ("Le retour des Anges - les ovni en Israel, du passé et du
187

présent - Barry Shamisch) 1991, 22 novembre BELGIQUE, Rulles-Houdemont (Luxembourg) A 4 h 05 du matin Thierry M. sort la voiture du garage pour aller travailler à la poste d'Arlon. En levant les yeux il voit une énorme lumière: un long fuselage métallique avec plein de lumières comme des hublots, jaunes, vertes, rouges. L'objet est immobile. En allant en voiture vers Arlon il reverra cet objet traverser le ciel au-dessus de la route à Houdemont. . (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 32) 1991, 22 novembre BELGIQUE, près d'Arlon Vers 4 h 10 Michel L., autre témoin, en roulant en direction d'Arlon voit tout à coup au travers de son pare-brise un grand fuselage sans ailes, plein de lumières jaunes qui se déplace lentement vers le SSE. Tout en roulant il tourne encore la tête mais l'objet est vite caché par les arbres. Durée de cette brève observation: 15 secondes. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 32) 1991, 27 novembre BELGIQUE, Alleur (Liège) Jean Marc Hauglustaine, 1er MDL au district de gendarmerie de Verviers, en voiture avec son épouse et ses deux enfants observe un phénomène apparemment immobile suspendu à 50 m à peine d'altitude à la verticale d'un pont sur le bord gauche de l'E 40. La forme générale suggère une aile volante d'une vingtaine de mètres d'envergure et dont la partie supérieur présente un volume assez massif évoquant une sorte de carlingue. A l'avant une verrière ou un cockpit de forme plus ou moins rectangulaire éclairée de l'intérieur d'une vive lumière blanc jaunâtre. Plus en retrait quatre puissants feux blancs émettant chacun un faisceau vers le sol, vers le centre une série de 4 ou 5 feux émettant une lumière orangée tamisée. Soudain, disséminés sur toute la surface de l'appareil, d'innombrables petits feux clignotants de couleur rouge apparaissent. Ensuite l'objet marque un mouvement de recul pour repartir vers l'avant comme une fusée, effectuant un virage sur l'aile vers la gauche. Durée totale de l'observation: 7 minutes. (Inforespace n° 83, p. 13, 14 et VOB 2 - SOBEPS 1994 p. 35 à 37) 1991, 28 novembre BELGIQUE, Rosières (Brabant) Claude H. coéquipier et M.P. chauffeur, agents des postes travaillant la nuit, voient à partir de la E 411 peu avant la sortie 3 La Hulpe, un objet ne ressemblant pas à un avion semblant venir de Tombeek et se déplaçant à vive allure perpendiculairement à l'axe routier. Il était environ 3 h 15. L'engin était énorme et bien visible, se déplaçait à une altitude comprise entre 50 et 75 mètres, était triangulaire aux bords arrondis, noir, mesurant de 30 à 40 m de côté. Les témoins observaient 6 feux blancs mats, puissants, sans projection de faisceau, un feu dans chaque angle et un feu au milieu de chaque côté. Chaque feu est dirigé dans le sens du déplacement avec un angle de 30° par rapport à la surface de l'engin. Au centre se trouve une sorte de sas dont le diamètre est supérieur à celui des feux. Ce sas est éclairé de lumières rouges mates, puissantes, sur sa périphérie. Le témoin estime la grandeur de l'objet à 2,5 fois celle d'un Jumbo jet. Aucun feu ne clignote et malgré la présence de la lune face aux témoins, aucune projection n'est observée. Le témoin avait l'impression de se trouver face à un immense appareil photo muni d'un énorme objectif rouge. Une fois que l'engin a traversé la route, son départ fut fulgurant en direction de Genval. (VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 37, 38) 1991, 5 décembre BELGIQUE, Erbisoeul (Hainaut) Très longue observation qui débute à 18 h 10 et ne prend fin qu'aux environs de 19 h 30. Les premiers témoins sont Mme Laporte et sa fille Isabelle. Roulant sur la RN 56 Mons-Ath la conductrice observe
188

une lumière inhabituelle dans le ciel qu'elle montre à sa fille. C'est comme une boule de Noël, plus grosse qu'une étoile, se déplaçant peu. Arrivées à Jurbise Mme L. fait quelques courses et Isabelle reste dans la voiture, étudiant son examen d'anglais. Levant les yeux, elle voit passer fort bas dans le ciel un "avion" volant du sud vers le nord, avec sur la face inférieure plein de petites lumières et des tuyaux, comme ceux d'une centrale, avec des coudes. Cet engin ne fait aucun bruit et semble planer à quelques dizaines de mètres. Mais à ce moment-là Isabelle ne semble pas avoir conscience de voir autre chose qu'un avion. Peu après, les témoins sortent de Jurbise par la rue Champs des Bois, et elles voient arriver trois "immenses platines" grandes comme des pignons de maison, de la forme d'un losange. Elles se dirigent vers la ferme D. et c'est alors, en compagnie de M. D. de sa fille et de son petit fils de 15 ans que les 5 témoins réunis voient arriver 30 ou 40 boules lumineuses rouge-pourpre ou blanches, qui petit à petit prennent l'aspect d'un losange en se rapprochant, volant à 50 ou 60 m d'altitude. Sur la médiane elles ont des hublots rectangulaires avec une lumière jaunâtre à l'intérieur. Ces engins gros comme des hélicoptères faisant un léger bruit comme une "hotte de cuisine". Le spectacle dure jusque vers 19 h 30. Fait curieux: vu sur la face ventrale ou vu de profil, ces choses ont toujours exactement le même aspect et la vision aux jumelles apporte peu d'autres détails. (Enquête de Michel Renglet pour la Sobeps) 1991 (date non précisé) ISRAEL, Burgata Un garçon d'origine yéménite, âgé de 11 ans, disparaît sur son chemin de retour de l'école vers la maison paternelle. Il rentre enfin tard dans la nuit et trouve ses parents dans un état proche de l'hystérie. Il n'avait aucune explication à fournir pour son retard et ne se souvient pas de ce qui s'est passé dans les heures précédent son retour à la maison. Deux semaines plus tard, les souvenirs lui reviennent en vrac. Des géants l'avaient attrapé et mis dans leur repaire. Il y avait subi un examen médical et on lui mit, de manière chirurgicale, quelque chose dans le bras, près du poignet. Promptement les parents emmènent le garçon à la clinique où, en effet, une petite chose lui est retirée à cet endroit. Le père ordonne ensuite à la famille de ne plus jamais parler de cet incident. ("Le retour des Anges" - ovni en Israel, du passé, du présent - Barry Chamish) 1992, 24 janvier ISRAEL, Sfat (Galilée) C'est la journée de la plus grosse vague d'ovni jamais observés en Israël. Cela commence à 22 heures audessus d'Haïfa, vole au-dessus de Beersheva et le Negev, avant de disparaître au-delà du Jourdain. Ephi Sarid, photographe du Yediot Ahronot, qui vit le vaisseau dans la ville de Sfat (Galilée) "J'ai vu une énorme lumière et tournant autour des plus petites lumières. La longueur n'est pas évidente, mais pour la largeur je l'estime à 30 mètres. Il était sur une trajectoire rapide à une altitude de 2000 mètres. Il voyageait sans bruit et éclairait tout le ciel." ("Le Retour des Anges" - les ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamisch) 1992, 24 janvier ISRAEL, Haifa Liran Shor,16 ans, le voit d'Haifa: "Il vole au-dessus des maisons, comme il ne faisait aucun bruit, c'est ce qui m'a fait regarder. Sa forme était une ellipse énorme, la longueur de deux jumbo-jets. Sa lumière était comme du charbon qui brûle, il laissait une traînée orange. Toute la rue était éclairée." ("Le Retour des Anges" - les ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamisch) 1992, 24 janvier ISRAEL, Tiberius Pini Shechter,17 ans,Tiberius; "Une petite balle blanche volait vers le gros vaisseau et y fut connecté par un "strip" blanc. Le grand vaisseau laissait une traînée de flammes, il mesurait environ 35 mètres de long
189

et 9 m de haut. Sa couleur était blanche ou rouge." ("Le Retour des Anges" - les ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamisch) 1992 (la date est incertaine). Une sonde russe orbitant Mars à prise ces photos. NDA/ ceci n’est pas un canular….c’est bien réel et confirmé par d’autres survol. Questionné, la NASA s’est refusé a tout commentaire sur le phénomène. Elle doit en savoir plus que son éternel silence.

Facilité spationautique sur la surface et positionné à l’équateur de mars. A droite, photo en infra-rouge montrant une ville immense sous la surface de Mars et dégageant une énorme chaleur. 1992, 24 janvier ISRAEL, Negev Un militaire stationné dans le désert du Negev: "Sept énormes boules rouges laissant une traînée, ils volaient en formation, derrière une boule de tête. Les traînées lumineuses blanches éclairaient tout le désert." ("Le Retour des Anges" - les ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamisch) 1992, 20 avril ITALIE, Oderzo (Trevisa) Dans la nuit, un homme de garde (sentinelle) à la caserne d'Oderzo se serait trouvé paralysé en observant deux êtres recouverts d'un capuchon, peu après qu'un autre militaire aurait observé un objet en forme de "silure" qui se précipitait au sol (Avvistamenti, cfr CISU) 1992, 4 mai ALLEMAGNE, Wildeshausen (Cas n°: 19920504) Le témoin est Peter W., homme d'affaires de 39 ans. Vers 18 h 15 il observe dans la zone industrielle locale un objet volant d'environ 120 cm de diamètre, émettant une luminosité inhabituelle, près des bâtiments, sans aucun bruit, à une altitude de 10 à 15 mètres. Peu de secondes après, l'objet s'envole et disparaît dans les nuages. (JUFOF Nr. 88, 4'1993:98ff) (Hans-Werner Peiniger, GEP e.V., JUFOF - Allemagne) 1992, 8 mai AUSTRALIE, Shepparton, Victoria En début de soirée, le couple de concierges Leo et Nola Jones virent en ouvrant leur porte deux solides faisceaux de lumière de la forme d'un L, de couleur orange, arriver sur le bassin de la Waranga. Pendant dix minutes il regardaient médusés "ces faisceaux carrés parfaits" qui se tenaient à la verticale, pour aller s'immobiliser à mi-chemin entre Harriman's Point et un complexe commercial. Ils prirent l'appareil photo, mais dès que le flash (de la caméra) se déclencha, "bang" ils avaient disparu. Les Jones sont les
190

concierges et les gardiens du Waranga Boat Club et du camping y attenant. Durant l'observation ils ont constaté que ces faisceaux carrés semblaient provenir de deux lumières oranges, assez petites, suspendues à mi-altitude et observées déjà pendant qu'ils buvaient le thé vers 20 heures. Ces petites lumières avaient la couleur et la grosseur d'une orange, étaient très lumineuses. C'est à cause d'elles qu'ils sont sortis de la maison pour voir ce que c'était. Elles se trouvaient en face d'eux, à l'autre côté du bassin. La photo des faisceaux montre des traînées oranges à travers le cliché. Les faisceaux sortaient à la verticale des deux points oranges, et dès qu'ils touchaient la surface de l'eau du bassin, ils avançaient en restant parallèles sur une distance de 300 mètres. Ils ne se reflétaient pas dans l'eau. Un phénomène pareil ne s'était jamais produit auparavant à la Waranga. Après la prise de photo, tout s'évanouit, les lumières oranges dans le ciel et les faisceaux, et ne reparurent plus. Durant l'observation aucun son ne vint du phénomène. (Keith Baskerfield) 1992, 18 mai AUSTRALIE, Perth Un couple, au lit vers minuit, fit de la lecture avant de s'endormir. Tout à coup un étrange bourdonnement se fit entendre, entre le ronronnement et un bruit oscillant de brassage d'air comme des pales d'un hélicoptère. Leurs deux chiens devinrent comme fous, grognant, montrant les dents, gémissant, hurlant, aboyant, les yeux révulsés. Le bruit devint insupportable et l'homme sortit pour voir d'où il provenait. Il alluma la lampe de sécurité de 500 watt sur le proche: tout de suite le bruit cessa et ne se reproduit plus. (UFORA92070 - Keith Basterfield) 1992, mai USA, Floride K.T. Francovich, photographe et cinéaste (documentaires sur les animaux en liberté), petite-nièce de Mike Francovich Sr. qui fut président des Columbia Pictures, et cousine de deux autres Frankovich qui participaient aux films "Exodus" et "Lawrence of Arabia." se promenait avec deux grands chiens. Ils étaient en laisse (chien entraînés à l'attaque). Le lieu est un endroit aride où se trouvent encore quelques citronniers morts, sans feuilles, dans le sud de la Floride. Elle entendit un bruit fort, comme celui d'un bûcheron occupé à abattre un arbre à la hache. Se tournant vers l'endroit d'où venait le bruit, elle vit un humanoïde debout près d'un arbre. Sa peau était d'un rose gris et paraissait dépourvue de pores, comme du plastic. Il devait mesurer environ 1 m 40. Il portait un collant d'aspect métallique, qui montrait bien toutes ses formes. Il avait un tête très large dans la partie supérieure, et de grands yeux noirs en amande, où l'on ne discernait ni blanc, ni pupille, ils étaient uniformément noirs. Il avait deux toutes petites narines mais sans nez marqué, les lèvres très minces et mal définies, juste une petite fente dans le visage. Il avait de toutes petites oreilles se trouvant plus bas sur la tête que chez les humains. Il était disproportionné en tout: des bras vraiment trop longs, sans musculature, se terminant par de très longues mains, à 6 doigts. (elle les a comptés plusieurs fois) Le pouce se trouvait pourtant exactement à l'endroit où la main humaine en possède un. Il y avait donc un pouce et 5 doigts à chaque main. Le cou paraissait très fragile, sans tonus, trop mince, et les épaules très tombantes, mais un ventre assez arrondi. Mais les cuisses étaient nettement surdéveloppées, les jambes de l'entité ressemblaient plus à celles d'un athlète très entraîné, musculeux. Les pieds étaient petits, trop petits par rapport au corps. Le témoin était en état de choc et il se passait quelque chose de vraiment bizarre, car les deux chiens se sont couchés, comme s'ils allaient s'endormir. Elle regardait donc l'entité, et il lui rendait son regard, mais tout à coup l'humanoïde se mit à courir et c'est la partie la plus extraordinaire de l'observation. Il courait exactement comme le fait une gazelle de Thompson, avec légèreté et en sautant. Mme Francovich ne fit ni une, ni deux, mais se mit à courir avec lui, côte à côte, accompagnés des chiens, sur une certaine distance. Jusqu'au moment où de la végétation dense formait une sorte de tunnel. L'entité sauta dedans et disparut. Mme Francovich voulut l'y suivre, mais elle entrait dans "un mur de puanteur" horrible, comme un mélange d'acide sulfurique et de formaldehyde. Cette puanteur formait vraiment comme "un mur", tandis que les narines de Mme Francovitch semblaient brûlées. Elle sut immédiatement que d'autres entités s'y
191

trouvaient et elle savait qu'ils l'attendaient. Mais elle criait "OOOPS!" et accompagnée des chiens elle courut jusqu'à perdre haleine dans la direction opposée, certainement sur une distance de deux kilomètres. 5…) (Filer's Files # 15" du 19.4.1999, George Filer du Mufon) 1992, fin juillet USA, Springfield ,Missouri Une femme rapporte avoir vu dans un champ proche de sa maison, deux créatures dérobées, aux yeux couleur d'ambre, et portant une sorte d'appareillage informatique, que l'un des deux manoeuvra. Ils glissent sur le sol sans effort apparent. (Mufon, Mufonet BBS 11.3.1993) 1992, 31 août BELGIQUE, Zellik (Brabant) Entre 19 heures et 19 h 30 M. E. Carette et sa cousine Mme V.U. font une observation tout à fait atypique, du haut du balcon situé au 11e étage. Dans un ciel pur et sans nuages il y avait deux formes généralement rectangulaires, noires, mates, irrégulières et entre ces deux grandes formes, au niveau de la partie supérieure de la plus grande et vers la gauche, trois formes plus petites. Aucune structure visible, même pas regardé aux jumelles et apparemment aucun mouvement. La plus petite des trois petites formes était bien plus importante que la taille d'un avion de tourisme. Sur le temps d'aller prendre l'appareil photographique pour immortaliser cette vision, tout avait disparu. (Enquête de Michel Bry pour la Sobeps) 1992, 31 août AUSTALIE, Midland A 4 h 25 du matin, le témoin vit à l'ouest de sa route, une lumière rouge flashante. Il eut l'impression de voir voler un "jambon"... Au plus proche de cette chose, le témoin arrête la voiture et le voit planer audessus d'un vignoble. Sous la lumière rouge, et semblant ne pas y être attaché, il y avait une grande forme rectangulaire sombre, de la longueur d'un jumbo jet. Les côtés semblaient être de caoutchouc gonflé à l'air, comme les bateaux gonflables, ou comme le rebord inférieur d'un hovercraft. Cette chose restait stationnaire pendant 3 bonnes minutes, ensuite il y eut un flash de lumière bleu, l'objet se remit lentement en mouvement en direction du sud, vers Perth. (Brian Richards/UFORUM - UFORA92083 - Keith Basterfield) 1992, 16 septembre MEXIQUE, Mexico-City GARZA: Je ne sais si cela a inspiré les réalisateurs de films américains, mais trois années de suite, le 16 septembre 1992, 1993 et 1994, la parade fut perturbée. En 1992 une formation d'avions de combat survolait Mexico City, quand un disque ovale surgit de derrière les nuages pour dépasser les avions. Tout le monde l'a vu. La parade était émise en direct par la télévision, et chacun eut un moment de flottement. Tout le monde comprit qu'il s'agissait d'un ovni, car ce jour si spécial de la parade, tout autre trafic aérien est défendu. (article de Jan Hertoghs dans le magazine HUMO du 24.9.1996) 1992, 16 septembre USA, Elk River "Vers minuit je pris le volant et arrivé au nord, à la jonction des routes 94 et 494 j'ai vu trois énormes boules de lumière descendre du ciel au nord-est de Rogers et de la rivière Elk. Elles arrivaient une à une, la seconde suivant exactement la trajectoire de la première. Je continuai mon chemin par la 94 à la sortie de Rogers je pris la direction Elk River. A travers les nuages sombres, je voyais encore la formation des trois boules, dont les lumières flashaient toutes ensemble. Deux miles et demi j'avais la surprise de ma vie. Suspendu au-dessus d'une partie moins boisée, il y avait cet ovni, de la taille d'un avion de ligne. Il avait un plateau circulaire, avec une partie en dôme plus petite dessus. Les contours étaient sombres, et je
192

ne vis pas de hublots éclairés. Par contre, la partie ventrale portait sur le contour, quatre lumières blanches régulièrement espacées. Entre les blanches des petites vertes et rouges alternaient l'une après l'autre. Derrière les grandes lumières blanches, il y avait chaque fois deux lumières vertes, et derrière les deux vertes, une autre rouge. C'était un bel engin, complètement immobile, ne faisant aucun bruit. Les lumières étaient allumées tout le temps. C'était beau, mais aussi angoissant en même temps. Il pleuvait, le vent soufflait en rafales. C'est bizarre, mais la pluie semblait s'arrêter juste au-dessus de l'objet. D'ailleurs il n'en écoulait aucune goutte. Cette chose semblait défier toutes les forces de la nature: la gravité, le vent et la pluie. Après une telle expérience, on devient silencieux, on se sent petit, comme vivant encore à l'âge de la pierre. (Terry Townsend, Princeton) (The Elk River Star News du 23 sept. 92, journaliste :Joni Astrup) 1992, 17 septembre USA, Elk River Le témoin, une infirmière qui désire l'anonymat, se trouvait dans la salle de bains vers 4 h 45 du matin. Elle vit trois énormes lumières planer à moins de deux mètres du sol, au-dessus du jardin du voisin . Les lumières avaient un diamètre d'au moins 50 cm étaient espacées de 3 à 4 mètres, une troisième se trouvait décalé vers le haut. Le témoin passait alors dans la cuisine et sortit pour mieux observer. Les lumières avaient changé de place et envoyaient un large faisceau dans la rue. Le faisceau était toujours là et le phénomène était parti. Tout l'incident s’était passé en 15 secondes. Elle en resta choquée, n'ayant pas d'explication pour cette observation très angoissante.(...) (Terry Townsend, Princeton) (The Elk River Star News du 23 sept. 92, journaliste :Joni Astrup) 1992, 8 novembre GRANDE BRETAGNE, Falkirk (Ecosse) Après deux semaines d'observations multiples, dans le nuit pas moins de 22 rencontres rapprochées sont signalées à la police. Il règne un vent de panique dans la région. La plupart des observations eurent lieu au-dessus de la lande de Bonnybridge. Isabelle Slogett de Leapark Drive raconte: "Ma fille Carol et moimême voyons atterrir un ovni juste en face de nous. Une ouverture se fit dans la soucoupe et nous entendions une son comme sortant d'une caverne. Je me suis mise à hurler et à courir, terrifiée." Sa fille, Carol, 31 ans, explique: "Comme je voulais le photographier, il y avait un énorme flash de lumière. Quand nous retournions dans la maison, cette chose planait dans le ciel. Tous les voisins l'ont vue. Ceci est confirmé par George Wilson, 43 ans, homme d'affaires: "Nous étions une douzaine près de la coopérative et nous avons vu l'ovni au-dessus des landes. Je n'ai aucune intention de provoquer l'hystérie: si vous avez une explication pour toutes ces observations, je serais heureux de vous écouter." (The Sunday Mail - Glasgow du 8 novembre 1992 - Ufo News Story) 1992, 18 novembre BELGIQUE, Barvaux sur Ourthe Benjamin, 9 ans, au lit, n'arrivait pas à dormir tellement il avait chaud. "Je me suis levé pour prendre l'air à la fenêtre de ma chambre. Il était 3 heures du matin, j'ai regardé mon radio-réveil. Je n'avais pas allumé dans la chambre. Arrivé à la fenêtre (les lampes publiques s'éteignent à 23 heures) j'ai vu au-dessus de l'ancienne carrière (à environ 300 m de la maison) un engin très noir qui arrivait au-dessus des sapins. Il avançait lentement, horizontalement, couché sur le flanc. Il était large et on voyait toute la face, du dessous ou du dessus, je ne sais pas. Il avait une forme triangulaire avec des angles arrondis. On le voyait bien car sa couleur était plus noire que le ciel. Arrivé au sommet des sapins il s'est arrêté. Toute la base était illuminée de lampes rouges et au centre de la base, un gros phare blanc de la même couleur que la lampe dans la cuisine. Il s'est dressé en position verticale. Il était très grand. Le gros phare éclairait une partie des sapins. J'ai vu beaucoup de lignes sur la face visible, ça ressemblait à des dessins. Je n'ai rien vu d'autre sur l'objet. En tout cas il n'y avait pas de fenêtres et je n'ai pas entendu de bruit." Après être resté quelque temps sans bouger il s'est recouché lentement toujours sur le flanc et est reparti très
193

rapidement au-dessus des bois sur la droite. "Je n'ai pas eu peur. Je me suis seulement demandé ce que ça pouvait être puisque ça ne ressemblait pas à un avion. J'ai observé cette chose environ 1 minute." Le petit témoin est resté très discret sur son observation, n'en parlant même pas aux copains à l'école. (Inforespace n° 86 p. 38 à 40) 1993, fin janvier FRANCE, Tilloy-Bellay De nuit, un automobiliste circule entre Somme-Tourbe et TilloyBellay. Peu avant cette dernière commune, un faisceau lumineux semblable à celui que provoquerait une lampe halogène enveloppe sa voiture. Celle-ci continue de rouler mais son moteur tousse. Le phénomène accompagne le véhicule pendant une trentaine de secondes puis disparaît. Rentré chez lui, le témoin se met à souffrir d'une « sensation de sable dans les yeux ». Son ophtalmologiste diagnostiquera un décollement des rétines nécessitant un traitement au laser (revue LDLN). 1993, fin février ISRAEL (Le Retour des Anges; ovni en Israel, du passé et du présent - Barry Chamish) Ginat Aharoni , jeune femme d'une vingtaine d'années, vit dans sa maison dans la ville de Tel Mond, à environ 5 km de Kadima. Elle roulait vers la gare de Netanya par un chemin isolé et non éclairé, aux environs de 20 heures. Près du village de Tel Yitzhak, un objet très lumineux passe au-dessus de sa voiture, à environ 30 mètres d'altitude. Plus étonnée que terrifiée, Ginat note que la chose mesure de 13 à 15 m de diamètre, et qu'il a une ceinture d'une vingtaine de lumières orange qui semblent tourner autour de la chose dans le sens contraire des aiguilles de la montre. Elle note aussi que les lumières s'allument l'une après l'autre, donnant dans l'obscurité l'impression de mouvement. L'observation ne dure qu'une dizaine de secondes. Sur ce laps de temps l'objet semblait atterrir le long de la route Tulkarem-Netanya. Tout de suite après le village de Kfar Yonah, c'est ce qu'il fait, une minute durant, tandis que des voitures s'arrêtent ou ralentissent pour mieux le voir. 1993, 31 mars FRANCE, Vif (Isère) A 2 heures 20 deux gendarmes voient arriver un phénomène volant muni d'un faisceau lumineux à l'avant. D'abord ils le prenaient pour un avion s'apprêtant à exécuter un atterrissage forcé. Mais le phénomène, qui laissait une traînée luminescente, stoppait brusquement pour rester stationnaire pendant plusieurs secondes. Les gendarmes s'en rapprochaient en voiture et dès lors l'engin semblait être longiforme avec quelque chose comme des hublots rectangulaires fortement illuminés le long d'une carlingue. A certain moment il y eut comme une sorte de nébulosité sous l'engin et lorsqu'un autre voiture arrivait, le phénomène disparut sur place. (Lumières dans la Nuit, n° 318 p. 4 + croquis) Vers 2 heures du matin, des formations lumineuses insolites sont aperçues par de nombreuses personnes au-dessus de neuf départements français: Gironde, Charente, Haute Vienne, Haute Loire, Ardèche, Isère, Rhône, Loire, Esonne. (Jean-Francis CROLARD: "L'énigme des E.T." - éd. Guy Trédaniel 1995, p. 74) C'était le jour de la rentrée de Cosmos 2238, mais les observations contiennent des éléments parasitaires. ("Project Delta: A Study of Multiple UFO", Richard F. Haines - 1994 - p. 51; "Open skies, closed minds", Nike Pope - 1996 - p. 134) 1993, 31 mars GRANDE-BRETAGNE, Kerris (Cornwall) Plusieurs témoins d'une ferme de Kerris observent dans la nuit, vers 1 h 10, un grand objet triangulaire, montrant trois lumières étendues dans les coins et une lumière centrale rouge clignotante, flottant "à son aise" avant de disparaître peu à peu vers l'est. (Omar Fowler: "Phenomenon Research Association" Derby - England) C'était le jour de la rentrée de Cosmos 2238, mais les observations contiennent des
194

éléments parasitaires. ("Project Delta: A Study of Multiple UFO", Richard F. Haines - 1994 - p. 51; "Open skies, closed minds", Nike Pope - 1996 - p. 134) 1993, mi mai ISRAEL, Rishon LeTzion A 3 heures du matin, Batya Shimon est réveillée par des lumières dehors, qu'elle voit dans sa chambre. Batya Shiman est une dame d'âge moyen, pas du tout attirée vers le paranormal. Cependant, en entendant un terrible bruit dans son living, elle saute hors du lit. En arrivant dans on living, elle y voit, face à elle, une vingtaine de créatures; Batya veut hurler, mais pas un son ne sort de sa bouche. Les créatures sont grandes, plus de deux mètres, portent de vêtements lumineux comme le néon, ont des visages ronds, des petits nez, une petite bouche mince et circulaire, des têtes chauves, mais ils ont les sourcils bruns. Croyant qu'elle fait un rêve, la dame retourne au lit se coucher. A son réveil le lendemain matin, elle trouve toutes les portes ouvertes, mais rien n'a été volé. Une sorte de sable jaune était répandu dans la cuisine et dans la salle de bains, et avait une odeur de "phosphore". C'est alors qu'elle parlait de sa rencontre nocturne à son mari. Lui-même avait été réveillé par des lumières, mais il pensait également rêver, se retourna sur l'autre côté et se rendormit . Le nuit suivante, à trois heures du matin, Batya est réveillée par une intense lumière qui passe depuis la fenêtre de sa cuisine. Elle se lève et va voir par la fenêtre de la chambre: dehors elle voit arriver du ciel, un grand objet de la forme d'un champignon avec une porte éclairée. La lumière de cette porte lui touche l'épaule et elle la ressent comme un coup de poing. Son souvenir s'arrête ici, puis elle se voit couchée dans le lit à regarder un grand visiteur, qui passait doucement sa main au-dessus de la tête de son mari et qu'elle reçut un message télépathique disant "nous ne vous voulons aucun mal". Tandis que ce grand être est dans la chambre, un autre visite toutes les pièces en flottant en station debout. Ses pieds ne touchaient pas le sol. Ils ressemblaient tous deux aux créatures observées la nuit précédente, et cette fois note plus de détails. Leurs mains étaient comme des mains humaines, leur peau celle d'albinos, leur vêtements blancs luisent comme du néon et collent au corps. Tout à coup, l'être qui fait la visite des lieux, revient dans la chambre en gesticulant comme pour faire comprendre à l'autre de venir voir. Ils disparaissent dans la chambre du fils du couple et restent à regarder fascinés, les poissons dans l'aquarium. Tout ceci ne dure que quelques minutes, la lumière s'éteint, tout est fini, mais le lendemain à nouveau les portes sont ouvertes, il y a ce même genre de sable, et la même odeur. "Une fois qu'ils ont vu les poissons, ils semblaient tout excités", dit-elle. Et tout de suite après ils sont partis. (Le retour des Anges; Ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamish) 1993, 30 mai BELGIQUE, Ellezelles (Hainaut) Vers 22 h 30 un fermier qui a rendu visite à un ami célibataire, va s'en retourner chez lui à travers champs. Sa ferme n'est qu'à 400 m à vol d'oiseau. D'abord les deux témoins voient une grosse étoile inhabituelle. Ensuite, le fermier se trouvant dans la prairie voit alors un objet très rapproché, passant à 30° d'élévation, très rapidement. "On aurait dit un minibus avec des fenêtres éclairées. Il est arrivé comme un phare de voiture, puis on aurait dit un minibus." Le témoin a entendu un petit bruit, comme pourrait le faire un moteur électrique en sourdine. L'objet file au sud-est et s'éteint. Durée totale de l'observation: 3 minutes. (Inforespace n° 89, p. 8) 1993, 31 mai ISRAEL, Kadima (Le retour des Anges; Ovni en Israël, du passé et du présent - Barry Chamish) A 2 h 30 du matin, Shosh Yahud est réveillé par un bruit conséquent, comme si un grand tableau tombait du mur. En ouvrant les yeux elle vit alors cette étrange créature, penchée sur elle, la regardant. Dans sa tête elle entend une voix qui lui dit "N'aie pas peur, je ne vous veux aucun mal." La créature tourna alors autour du lit, en jetant un coup d'oeil dans la pièce. L'être était très grand, plus de deux mètres, mince et chauve. Il a les yeux ronds et lumineux, le visage est rond également et se montre avenant. Toute l'aventure se réduit à quelques
195

minutes. "Pour tout le restant de la nuit, mon corps me démangeait et je me grattais de partout". Deux heures plus tard, elle se lève, va sur le balcon et voit deux cercles d'herbes couchées dans la pelouse "Le lendemain, en parlant avec une voisine, j'ai appris qu'un tas de gens avaient vu un ovni dans la nuit. Tout le monde en parlait." 1993, juin CANADA, près de Manic 3 (centrale hydroélectrique) Il est environ 22 heures, lorsque B.R. seul dans sa petite roulotte qui lui sert de campement, s'apprête à se mettre au lit. Soudainement il distingue à travers les fenêtres de sa modeste installation, une étrange lueur flottant à 2 m du sol et se dirigeant vers lui. Un peu inquiet le témoin se rappelle qu'il n'existe aucune route à cet endroit pouvant laisser croire que les phares d'un véhicule pourraient être à l'origine de cette source lumineuse. Intrigué par ce qu'il observe, le témoin concentre son attention sur les dimensions de la lueur, qu'il évalue à 3 m de diamètre. Le temps est brumeux et la visibilité n'est pas très bonne. la lueur paraît se déplacer en sa direction en zigzaguant. Alors que l'objet s'approche de plus en plus près du témoin, ce dernier perçoit un curieux son intermittant, dont la cadence est régulière et qui semble provenir de l'objet. La peur commence alors à s'emparer du jeune homme, qui se doute maintenant que quelque chose d'inquiétant s'approche dangereusement de lui. L'intensité de cette émotion croît à mesure que la lumière se rapproche, à un point tel que le témoin ne désire maintenant qu'une chose : détaler, quitter coûte que coûte cet endroit maudit ! Tandis qu'il projette de sortir à l'extérieur pour s'enfuir avec le camion de la compagnie, le son et la lumière blanche que l'objet paraît émettre, se font encore plus menaçants. La lueur est maintenant presque au-dessus de la roulotte et communique une telle peur au témoin, qu'il est incapable de faire quoi que ce soit, il est littéralement figé sur place. Terrifié l'homme attend, blotti dans sa torpeur. Après des secondes qui lui parurent interminables, le témoin se retrouve inexplicablement couché par dessus les couvertures de son lit, complètement vêtu ! il réalise alors que ce n'est que la lumière du soleil qui filtre à travers les fenêtres de la roulotte : (il fait jour). (Jean THOMAS : « Synthèse Ovni » éd. Louise Cousteau 1999, p. 133, 134) 1993, juin ITALIE, près de Pescara L'une des observations les plus spectaculaires est effectuée depuis un hélicoptère, par un équipage de cinq hommes, tous appartenant à la brigade de sapeurs pompiers de Pescara. A environ 7 km de l'aéroport, alors qu'ils se trouvent à une altitude de 500 mètres, les hommes observent quelque chose qui semble être sur une trajectoire de collision avec leur appareil. L'objet mesure l m de diamètre, avec comme deux « pattes » et une antenne trapézoïdale sur ce qui pourrait ressembler à une tête. Pris de panique le pilote vire vers la droite pour éviter l'objet et prend contact avec la tour de contrôle. Les contrôleurs n'ont rien à l'écran, mais demandent à l'hélicoptère de prendre l'intrus en chasse. La course poursuite s'engage. Après 3 minutes, l'humanoïde se retourne vers l'appareil qu'il paraît regarder avec de grands yeux noirs, puis fait deux fois le tour complet de l'hélicoptère avant de plonger vers le sol et disparaître. (« Dossiers Ovni » - éd. Marshall Cavendish, Paris 1998, Hors série, page 54,55) 1993, 27 juillet ITALIE, plage de Calabona (Sassari) (Enquête d' Antonio Cuccu du CISU - Itufor 10.7.95) Vers 21 heures une douzaine de personnes observent pendant deux ou trois minutes un objet bizarre au-dessus de la plage. C'est un enfant de quatre ans qui le vit d'abord, en demandant à son père et à un barman de l'hôtel de "lui attraper ce ballon". Un groupe de touristes de l'hôtel put ainsi observer le phénomène: rond, noir, planant à une trentaine de mètres. Une sorte de courte corde semblait pendre vers le bas, ce qui le fit d'abord ressembler à un ballon. Mais sa forme changeait, elle devenait oblongue, de forme irrégulière, puis il se mit à onduler en l'air, puis disparut à leur vue. Les gens descendirent les escaliers quatre à quatre pour continuer l'observation à partir de la rue. L'objet devenait de plus en plus grand, et changeait à nouveau de forme, devenant comme
196

un hélicoptère avec un feu rouge pulsant sur le dessus. Tout à coup il s'élança vers le sud-ouest et fut perdu de vue en quelques secondes. 1993, nuit du 7 au 8 août AUSTRALIE, Belgrave (Melbourne) Kelly Cahill et Andrew (Pseudonyme) observent une lumière brillante face à eux, de la largeur de la route: il s'agit d'un objet violemment éclairé au niveau du col. Andrew arrête la voiture et les deux occupants en sortent pour aller voir de plus près. A 100 m de leur position, une autre voiture s'arrête également. Pendant qu'ils regardent l'objet, un groupe de grande silhouettes noires, avec des yeux rouges, se rapprochent d'eux en flottant au-dessus du sol. Kelly tombe par terre, aveuglée et nauséeuse. Ensuite elle perd probablement connaissance. Plus tard elle constata une marque rouge triangulaire près de son nombril et une petite incision dans la peau du ventre ressemblant à celles après une laparoscopie. Elle saigna du vagin durant 3 semaines 1/2, et à l'hôpital on constata une infection. (Mufon UFO Journal, novembre 1996, P. 10 - 11) 1993, nuit du 7 au 8 août AUSTRALIE, Belgrave (Melbourne) Les autres témoins de cette rencontre sont trois personnes Bill, entrepreneur, son épouse Jane et une infirmière Glenda. Ces personnes arrivèrent sur les lieux (mais elles roulaient en sens inverse) et toutes étaient malades: nausées. Le conducteur perdit le contrôle de son véhicule et s'arrêta contre un poteau le long de la route. A ce moment deux voitures passent sur la route, l'une d'elles avait-elle Kelly et Andrew à bord? Le trio vit le même genre de créatures, entendirent un son bourdonnant et là s'arrêtent leurs souvenirs. Le conducteur, en plus, était aveuglé. Par la suite l'on constata des marques à différents endroits sur les corps des femmes, et Glenda et Jane avaient également la petite marque triangulaire près du nombril. (...) (Mufon UFO Journal, novembre 1996, P. 10 - 11) 1993, 25 octobre BELGIQUE, Manage Vers 17 h 30 Olivier C. vit un gros point lumineux immobile en direction du nord. Il ne s'en est pas préoccupé. Vers 18 h 50 en camionnette pour aller vers Familleureux, il voit droit devant lui un objet en forme de cigare. Sur le dessous trois feux blancs diminuaient et augmentaient d'intensité: ils pulsaient lentement. Une lampe rouge clignotait près d'un feu blanc. Il est descendu: l'objet avait 7 cm de grandeur à bras tendu. L'objet semblait se déplacer très lentement vers Feluy (au NE). Il a observé aux jumelles 12 x 50 et a cru voir une ligne horizontale dans la partie supérieure. L'objet était de la même teinte grise partout. Après 10 minutes le témoin se remet en route. Repassant après son déplacement à Familleureux au même endroit, il voit deux personnes au Pont Looza qui regardent vers le ciel: il est entre 19 h 15 et 19 h 30. Le témoin s'arrête à son tour, coupe le contact, sort de voiture. C'est alors qu'il se trouve juste audessous d'un immense engin en forme de losange. "Il était là, juste au-dessus de moi. A une altitude de 200 m, pas plus. Chaque phare avait la grandeur d'une voiture, vous vous rendez compte? A bout de bras? Impossible de vous dire la grandeur, j'aurais dû écarter les bras au maximum (à l'enquête cela fait 110 cm). Il était très près, vous savez. Je suis certain que cet objet posé par terre, faisait la grandeur du champ à côté de chez moi (1 ha). Posé par terre chaque phare devait faire la grandeur d'une maison! Trois lumières blanches disposées en triangle, ils n'était pas tout à fait dans les coins du losange. Près de deux des lampes blanches se trouvait une lumière verte, d'un vert foncé. Elles étaient petites. Quand les lampes blanches diminuaient d'intensité et que la lampe rouge clignotante s'éteignait, je pouvais voir des reflets verts sur la structure. Elle était d'aspect métallique, claire. La surface était comme en tôle galvanisée, gaufrée, un peu comme les tôles des rampes pour voitures sur les camions de dépannage." L'objet émit un bruit, un peu comme le bruit d'une machine à laver en phase d'évacuation de la dernière eau, avant l'essorage. Ce bruit n'était pas constant et variait en intensité. Ce son semblait venir de partout à la fois. L'engin se déplaçait avec grande lenteur, mais n'allait pas tout droit, il faisait comme une voiture qui
197

chasse de l'arrière, d'un côté puis de l'autre. La lenteur du déplacement incite le témoin à rentrer chez lui pour que son épouse puisse elle aussi observer cette chose. Il a démarré, fait demi-tour et en levant les yeux dans le pare-brise, l'objet avait disparu et il ne l'a plus revu. Après calculs les dimensions du losange devaient évoluer entre 80 à 100 m d'altitude et ses dimensions devaient être de 150 x 75 m et une épaisseur de 24 m. (Inforespace n° 89, p. 13 à 15) 1993, 3 novembre BELGIQUE, Grand-Rechain-Stockis Nicolas T., 12 ans, se trouve seul chez lui vers 18 heures. "J'étais assis dans le fauteuil du salon. J'étais fâché car mon frère était parti chez les voisins, il ne voulait pas jouer avec moi. Soudain, j'ai eu le regard attiré par une lumière à travers la tenture de la première fenêtre du salon. Alors j'ai regardé par la vitre de la deuxième fenêtre et j'ai vu un énorme engin de forme triangulaire passer devant la maison, de gauche à droite, très lentement. Il semblait suivre la route vers Xhendelesse (ouest). J'ai nettement vu sa forme triangulaire qui se détachait sur le fond du ciel et il m'a semblé que les coins étaient arrondis. La surface du triangle n'était pas lisse, mais comme quadrillée par des sortes de reliefs ou de lattes, dont je n'ai pas pu voir la forme exacte. Au centre il y avait une grosse lumière ronde de couleur blanche qui éclairait fort. Il y avait aussi trois feux rouges, plus petits, un dans chaque angle. A l'avant, presque à la pointe, il y avait une lumière bleue. J'étais effrayé car cet objet était grand, plus grand qu'une maison et il volait très bas, une fois et demi la hauteur du réverbère qui se trouve devant la maison. Il émettait un bruit que je compare à un léger ronronnement, un peu comme le lave-vaisselle tournant au ralenti. La télévision était éteinte. Si elle avait été allumée je n'aurais pas entendu le bruit de cet objet. Il se déplaçait lentement, je crois que j'aurais pu le suivre à vélo, mais soudain il a accéléré d'un coup sec, si rapidement qu'en trois secondes peut-être, il a disparu caché par un arbre. Si je me souviens bien, au moment de l'accélération, la lumière blanche au milieu s'est éteinte. Le passage de cet engin a duré peut-être une quinzaine de secondes. Je suis certain qu'il ne s'agissait pas d'un avion. C'était énorme et très près de la maison. J'ai eu très peur." (Inforespace n° 89 p. 19 et 20) 1993, 19 novembre BELGIQUE, Villers le Bouillet Entre 21 h 35 et 21 40 Mme A. et sa fille de 16 ans conduisent, comme tous les soirs, le chat vers une annexe au fond du jardin. Mme A. s'est muni d'une lampe torche, comme d'habitude. "En arrivant à deux tiers du chemin, nous avons aperçu dans le ciel étoilé des avions mais aussi deux points lumineux: un rouge et un vert, l'un au-dessus de l'autre à très haute altitude. Ils semblaient immobiles. Arrivées à la hauteur de la remise nous avons aperçu trois lumières rouges posées en formation triangulaire et une lumière verte vers le milieu du haut, en peu en dessous de la lumière rouge de la pointe. La formation était debout sur sa base, il n'était pas très grand (4 m de côté) Aucune de ces lumières n'éclairait. Elles avaient la grandeur d'une balle de tennis. Elles étaient au-dessus des jeunes érables, soit à 20 m de nous et à une dizaine de m. d'altitude. Cela glissait vers nous. Et puis nous étions dans le noir. Il était à 4 m de hauteur et à 6 m de nous. Nous étions dans le noir absolu. Ma fille était raide de peur. Nous étions immobiles, comme paralysées. Puis l'objet s'est brusquement arrêté et en même temps il émettait un bruit. Ah, ce bruit. Ce n'était pas comme un bruit de moteur, c'était un bruit monotone. Juste avant de s'arrêter, la lampe verte s'est comme détachée tout en restant attachée, comme par un élastique de la même luminosité atteignant une longueur de 80 à 100 cm. Juste avant elle était devenue un peu plus lumineuse et un peu plus grosse. Mme A. éclairait avec la lampe électrique l'objet mais la lumière ne sortait pas de la lampe. a lampe éclairait plutôt vers le sol. Lorsque le bruit s'est arrêté, soudainement l'objet n'était plus là: le bruit et l'objet avaient disparus simultanément. Effets secondaires: la jeune fille a eu des raideurs dans les jambes et par la suite, elle aurait eu une plus grandes facilités pour étudier les branches de sciences dites exactes (chimie, maths) (Inforespace n° 89 p. 17, )

198

1993 IRLANDE, Armagh Huit soldats du SAS (Special Air Service) spécialement entraînés pour des missions dures et difficiles, sont en embuscade dans les petites heures du matin, pour débusquer des militants armés de l'IRA. Ils sont près d'une cache d'armes de l'IRA, sur le versant d'une colline au sud d'Armagh. Quand ils observent un bref flash de lumière dans le ciel, mais n'y prêtent pas tellement attention. Tout à coup, à portée de fusil, ils rencontrent quatre extraterrestres à peau grise et de petite taille. Pendant quelques minutes on s'observe de part et d'autre, en chiens de faïence, puis les extraterrestres s'en vont. Les soldats sont tellement affectés par cette rencontre qu'ils prennent tous ensemble la décision de quitter leur poste d'observation. Leur commandant était furieux en entendant cette histoire et les autres officiers les suspectaient d'être drogués. Quatre ans plus tard seulement, l'histoire ressort et est éditée dans "The People" du 13.7.1997 sous la plume de Joe Brady. (source Michael Lindemann Email CNINews1@aol.com) 1994, 28 janvier FRANCE, Taverny A 13 h 14 un objet en forme de cloche est observé par l'équipage d'un Airbus, tandis qu'il apparaît sur l'écran radar dans le bunker souterrain de l'Armée de l'air à Taverny. (Paris Match du 13.2.1994 page 36) 1.3 Vol Air France AF 3532 (28 janvier 1994) Jean-Charles Duboc (P), commandant de bord du vol Air France AF 3532, assurant la liaison Nice-Londres le 28 janvier 1994, est assisté de Valérie Chauffour, copilote (CP). A 13 h 14, alors qu'ils sont en vol de croisière à l'altitude de 11 900 m, aux environs de Coulommiers en Seine-et-Marne, par d'excellentes conditions météorologiques, le chef steward, alors présent dans le poste de pilotage, signale un phénomène lui paraissant être un ballon météorologique. Son observation est aussitôt confirmée par le copilote. P, qui le voit à son tour, pense tout d'abord qu'il s'agit d'un avion en virage à 45' d'inclinaison. Très rapidement cependant, tous les trois s'accordent pour constater que ce qu'ils voient ne ressemble à rien de ce qu'ils connaissent. Excellente visibilité et la présence d'altocumulus permettent à P d'estimer que le phénomène est à l'altitude de 10 500 m et à une distance d'environ 50 km. Compte tenu de son diamètre apparent, ils en déduisent que l'engin est de grande taille. Ils sont frappés par les changements de forme de l'engin qui leur apparait tout d'abord sous l'aspect d'une cloche de couleur brune, avant de se transformer en lentille de couleur brunmarron, puis de disparaître sur la gauche de l'appareil d'une façon quasi instantanée, comme s'il était devenu subitement invisible. Cette piste radar, qui a été enregistrée pendant 50 secondes, croise bien la trajectoire du vol AF 3532 et ne correspond à aucun plan de vol déposé. Il faut noter que le phénomène disparaît au même instant à la vue de l'équipage et des scopes radar. Les investigations menées par le CODA permettent à la fois d'exclure l'hypothèse du ballon météorologique et de connaître la distance précise de croisement des deux trajectoires et par conséquence de ramener à 250 m de long la taille approximative de l'engin. Il est à noter que le Centre régional de la navigation aérienne (CRNA) Nord, qui traite 3 000 mouvements par jour, n'a instruit que trois cas, dont celui du vol AF 3532, dans les sept dernières années. (Rapport COMETA, 1999) 1994, 2 février BELGIQUE, Strépy-Bracquegnies (Hainaut) Il est entre 7 h 15 et 7 h 18 lorsque le témoin quitte son domicile à pied pour rejoindre l'école où elle enseigne. Il fait encore nuit, le ciel est étoilé. A sa grande surprise un phénomène lumineux se trouve juste au-dessus du chemin qu'elle doit emprunter, à 45 m d'elle. Par rapport à la hauteur du poteau d'éclairage public, elle estime l'altitude du phénomène à 100 m. Il se présente comme un alignement de 4 boules lumineuses rondes, trois blanches et une rouge. Elles sont toutes de la même grosseur, soit 5 à 6 mm à bout de bras et elles sont séparées les unes des autres d'un espace apparent de 1,20 m environ, l'ensemble faisant 5 m. Le contour de ces boules est bien délimité. Elle continue à avancer "dans ses petits souliers" et passe sous ce phénomène, il règne un silence total, un peu plus loin un chien se met
199

brusquement à aboyer, ce qui l'effraie encore plus. Elle dépasse ce phénomène de 100 m avant de se retourner: il n'y a plus rien. (enquête J. Dersin/L.Maetens pour la Sobeps). 1994, 6 février BELGIQUE, Ensival (Verviers) Vers 21 h 15 Mme B. qui a promené le chien, rencontre sa voisine sur le pas de la porte. Alors qu'elles discutent de sujets divers, Mme B. a la curieuse impression d'une présence au-dessus d'elle. Elle lève les yeux et voit un phénomène étrange qu'elle fait observer à la voisine. A la verticale du terrain vague en face d'elles, à 70 m de distance, un grand objet lumineux vole très bas (entre 40 et 50 m d'altitude). Il est constitué d'une sorte de couronne d'une multitude de points lumineux blancs-jaunâtres semblables à des hublots. Il doit y en avoir une trentaine. Chaque point lumineux semble séparé du suivant par une sorte de montant. Nettement en dessous, trois feux rouges disposés en triangle clignotent assez rapidement. La luminosité de l'ensemble est assez forte mais n'éclaire pas les alentours qui sont survolés à une vitesse d'environ 30 km/h en direction du NNE. Au bout d'une vingtaine de secondes le phénomène disparaît derrière les arbres. (enquête de Guy BLESER pour la Sobeps) 1994, 14 février BELGIQUE, Profondeville Mme Hermant et son compagnon font une observation en trois temps tard dans la soirée. D'abord un phare immobile dans le ciel attribué à un avion, mais intriguant au bout de 10 minutes. La lumière est filmée avec une caméra Explorer zoom x 8, cassette vidéo modèle commercial courant, prise de vue de la chose immobile, durée de la séquence 3 minutes. On y voit posé en oblique et immobile à l'avant plan deux lumières blanches, à l'arrière plan deux petites lumières rouges, le tout formant un trapèze, large base vers l'arrière. Les témoins n'ont pas vu comment le phénomène a disparu car la batterie de la caméra étant à plat, ils font le raccordement au réseau. Sur ce temps le phénomène a disparu. Ils croient le voir au loin et continuent à filmer... "Sirius" bas sur l'horizon. (film déposé à l'ERM-Bruxelles par Patric Ferryn Le 7 juillet 1997, le témoin réclame son bien en retour... normal, après 3 ans de silence de la part de la Sobeps...) (enquête Yves Mine pour la SOBEPS) 1994, 15 février BELGIQUE, Manhay Vers 23 heures le témoin se rend à sa bergerie, certaines brebis étant sur le point d'agneler. Sortant de la maison il entend un fort sifflement, comme une hélice coupant le vent. Ce bruit vient du poteau supportant la haute tension dans son champ. Grâce à l'éclairage électrique au fond du jardin, il voit alors une espèce de disque très noir qui tournait sur lui-même en faisant ce bruit curieux. Il mesurait environ 5 m de diamètre. Il s'est mis en mouvement et des sortes de hublots éclairés de l'intérieur par une lumière blanchâtre sont apparus sous l'engin qui n'était qu'à 10 m d'altitude. Le témoin a eu l'impression que cette chose avait une très faible épaisseur. Elle s'est éloignée, tournant dans un sens puis dans l'autre, d'une centaine de mètres, et est revenue vers le témoin qui est rentré appeler sa femme et sa fille et se munir d'un fusil. Quand ils sont sortis le phénomène s'éloignait vers Lamormenil et la femme ainsi que la fille du témoin, n'ont plus observé que les lumières blanches. (enquête de Michel WARNIER pour la Sobeps) 1994, 19 février ECOSSE, Craigluscar Le témoin, peintre amateur, quitte son domicile de Rosyth pour se rendre à Craigluscar, avec la ferme intention de prendre quelques photos du site. Ces dernières doivent l'aider à peindre ensuite un tableau des lieux. Contournant les bassins de rétention, le témoin entend un bruit étrange comme un bourdonnement, au pied des lignes à haute tension, puis se sent soudainement mal à l'aise. Se retournant il aperçoit un aéronef fait d'une matière métallisée et dont il estime le diamètre à 15 m. Le témoin raconte qu'il se sent à ce moment là, immobilisé, comme vidé de son énergie. Il ne pourra prendre aucune photo
200

de l'objet à son point le plus proche, alors qu'il a pourtant son appareil à la main. Ce n'est qu'une fois l'objet éloigné qu'il prend deux clichés montrant pour l'un une forme de soucoupe, pour l'autre un minuscule point sur l'horizon. Le phénomène disparaît à la vitesse de l'éclair. (« Dossiers Ovni » - éd. Marshall Cavendish, Paris 1998, Hors série, page 55) 1994, 28 février BELGIQUE, Tamines (prov. Namur) Un jeune couple en voiture est intrigué par l'apparition d'une configuration lumineuse au-dessus d'une maison. Ils arrêtent la voiture, coupent le moteur et le jeune homme descend. Il observe 3 immenses sources lumineuses rouges, d'un diamètre de 1,20 m chacune, disposées en un triangle de 6 m de côté, l'un des côtés du triangle est diffus. Cet ensemble se trouve juste au-dessus du toit d'une maison, à 20 ou 25 m du témoin et est stationnaire en émettant un bourdonnement faible à basse fréquence. Au moment du départ fulgurant de cette chose, le son augmente quasi en un sifflement strident. Durée totale de l'observation: 10 secondes. (enquête Yves Mine pour la SOBEPS) 1994, 6 mars ITALIE, Guardiaregia (Molise) Campo Basso (Renzo Cabassi) Deux observations différentes alertent le CISU. A 16 h 30, deux hommes à bord d'un ULM du type Zenair 70, volant à 200 ou 250 pieds d'altitude à une vitesse de 80 mph, observent une petite sphère qui réfléchit la lumière du soleil, volant à l'horizontale, à environ la même altitude qu'euxmêmes, mais à 6 km de distance. L'objet mystérieux disparaît soudainement après 5 ou 6 secondes d'observation. (Italian Ufo Reporter, 10.10.96, Paolo Toselli - CISU) 1994, 6 mars ITALIE, monts Mutria Le journal "Il Tempo" du lendemain rapportait qu'un objet volant mystérieux avait fait un crash dans les monts Mutria vers 16 heures, cet après-midi là et que les recherches étaient toujours en cours. Ces recherches étaient menées par des équipes de sauvetage et par l'armée, au moyen d'hélicoptères. Angelo Giambattista, 18 ans, est l'un des témoins clés. Il retournait chez lui à Guardiaregia, face au mont Mutria entre 14 heures et 14 h 20 Il vit un objet noir arriver de l'est et tomber sur la montagne en rebondissant. Il appela son père, policier et ancien de l'armée aérienne, lui disant qu'un avion venait de s'écraser. Le père, Franco sortit en hâte et vit deux ombres sombres dans la neige dans une ravine à 100 mètres du pic du Mutria. Aux jumelles il vit un objet de forme ovale enfoncée dans la neige et à 30 mètres une sorte de fuselage noir , avec un empennage vertical et une série de hublots. Franco appela donc les carabinieri. Ils arrivèrent vers 16 heures et virent les épaves. Il leur fallut encore 90 minutes avant de cordonner la zone, placer un phare puissant. Vers 20 heures huit volontaires commençaient l'escalade de la montagne boisée dans la nuit, tandis que deux hélicoptères aidaient à la recherche. A 1 heure du matin les hommes arrivaient dans la ravine. Tout en étant à l'endroit exact des épaves, ils ne trouvaient rien! D'ailleurs, de Guardaregia, les gens ne virent plus les épaves dans la neige:en mai 1995, le tribunal demandait et obtenait que Franco fut condamné à une forte amende, pour "avoir, sottement, reporté un soi-disant accident d'avion mobilisant le protection civile et l'armée".... (Italian Ufo Reporter, 10.10.96, Paolo Toselli - CISU) 1994, 10 avril AFRIQUE DU SUD, Doornplaats (Merweville, Great Karroo) Une mère et ses trois enfants, sur le chemin de l'école vers 7 h 30, virent un objet étrange sur le côté de la route. C'était d'abord comme un nuage immobile, mais ils réalisèrent bien vite que ce n'en était pas un. Il avait une forme étrange (croquis: vaguement comme la cuve d'une petite bétonnière, dont le bas se termine en pointe) et une couleur d'un bleu-noir, ou peut-être noir. Ensuite il s'en allait vers le nord alors que le vent soufflait de l'ouest. Il y avait quelque chose sur le sommet qui semblait tourner, les témoins se
201

sont arrêtés pour continuer l'observation. Il montait dans les nuages où il disparaissait. C'était la chose la plus étrange jamais observée par cette famille et chaque jour en passant au même endroit, les témoins y repensent encore. (UFO Afrinews, février 1996 n°0 13, p. 12, 13) 1994, 11 avril BELGIQUE, Villers la Ville Dans la drève du Tumulus Mme H.B. et sa fille d'une part, et plus loin dans la rue Mme B.M.M. sont témoins, vers 22 h 15, du survol lent, à ras des arbres, d'un objet volumineux équipé de lumières, émettant un bruit aigu de turbine. Cet objet se dirige du sud vers le nord, où il est aperçu peu de temps après par M.M. à Rixensart. La forme de l'objet n'a pu être définie, sa grandeur apparente était de 40 cm et son épaisseur de 4 cm. Ses lumières blanches circulaires disposées en triangle paraissaient être au niveau de la masse de l'objet et un petit feu rouge fixe s'inscrivait au centre du triangle formé par les lumières blanches. Dans la masse plusieurs autres lumières blanches semblaient encastrées. Le bruit que faisait l'objet était plus assourdissant entendu de l'intérieur de l'habitation que perçu du dehors; il était continu en fréquence. Sa vitesse était d'une lenteur extrême: 10 km/h environ. Fait inhabituel: environ 3/4 d'heure après cette observation, des avions de chasse survolaient la région. (enquête de Michel BRY pour la Sobeps) 1994, 16 avril MEXIQUE, Mexico-City (cfr: 16 septembre 1993) En 1994 tout le monde était devant son téléviseur en se demandant ce qui allait arriver. A nouveau un ovni surgit, au beau milieu d'une formation d'hélicoptères. HUMO: En septembre 1994 on a même du fermer l'aéroport de Mexico durant une heure à cause d'un ovni volant bas et lentement. GARZA: Oui, un ovni planait à basse altitude au-dessus des pistes de décollage et d'atterrissage. La tour de contrôle arrêtat tout trafic. Pour les pilotes cette situation était intenable. Ils ne pouvaient parler d'ovni, étant tenus par le secret professionnel, et voilà qu'un ovni empêchait leur travail. Le syndicat des pilotes professionnels à demandé une assistance militaire et depuis les pilotes osent parler ouvertement de leurs observations d'ovni, comme de l'incident où une énorme soucoupe croisait un avion juste devant la piste d'atterrissage ou cet autre incident où un ovni heurtait le train d'atterrissage d'un avion. (article de Jan Hertoghs dans le magazine HUMO du 24.9.1996) 1994, 13 juillet ITALIE, Campiglia d'Orcia (SI) Marco Bianchini, enquêteur, vient de terminer son rapport sur l'observation du 13 juillet 1994, où une jeune fille en voiture avec des collègues, notait la présence dans le ciel d'un phénomène circulaire lumineux vers 10 h 30. La chose ressemblait à un disque (de musique) qui reflétait la lumière du soleil et se trouvait à côté d'un nuage. Tout à coup le disque disparut pour réapparaître de l'autre côté du nuage étiré (CISU, NOTIZIE UFO n° 48) 1994, 24 juillet BELGIQUE, Lierneux Témoignage de M. A. C., témoin de "crop-circles" pendant leur formation: "Le 24 juillet 1994, je me trouvais dans les Ardennes belges, aux environs de Lierneux, où je passais quelques jours de vacances. La chaleur était torride et il n'y avait pas un souffle de vent. Le ciel était bleu sans un seul nuage et le soleil brillait intensément. Vers 14 h 00, alors que je me promenais dans les campagnes avec mon chien, je me suis arrêté près d'un petit étang entouré de sapins. Une ligne à haute tension passe au-dessus de l'endroit. Devant moi se situait une prairie et un peu plus à gauche d'épais fourrés composés de petits sapins et de fougères très denses, d'à peu près 1 m 50 de hauteur. Mon chien s'est baigné dans l'étang et
202

alors qu'il sortait j'ai entendu un sifflement de vent dans la ligne à haute tension. J'ai pensé que ce vent serait le bienvenu par cette chaleur. Après plus ou moins deux secondes, j'ai entendu un fracas épouvantable un peu devant moi. Cela a commencé par deux sons difficilement traduisibles par écrit, mais que je compare un peu à deux énormes bottes de paille tombant sur le sol, soit un bruit sourd. Ce son a continué par un bruit continu de branches cassées qui a duré 2 ou 3 secondes. J'ai pensé qu'un troupeau de vaches courait dans les fourrés en écrasant tout sur son passage. Mon réflexe a été de chercher un abri afin de me protéger de ce troupeau. Mon chien s'est aplati au sol, de peur. J'ai regardé devant moi mais mon champ de vision était limité par les arbres et je ne voyais que la prairie dans laquelle les herbes remuaient à 50 mètres de moi. Lorsque le bruit s'est arrêté, donc après 2 ou 3 secondes, j'ai remarqué que je n'avais pas senti un seul souffle de vent. Je suis allé voir dans la prairie où les herbes avaient bougé. A gauche de cet endroit se trouvait la clôture de la prairie et derrière, les fourrés constitués de petits sapins éparses et des fougères. J'ai alors constaté que les fougères étaient écrasées en deux endroits et que cela formait deux disques d'à peu près 10 mètres de diamètre. Une distance d'un mètre séparait les deux disques. Le plus curieux était que dans ce mètre (de séparation), les fougères étaient intactes. Les deux disques étaient séparées de la prairie par une distance d'un mètre de fougères, intactes également. Deux ou trois jeunes sapins se trouvaient à l'intérieur de ces cercles mais n'avaient aucun dégât. Je suis allé à l'intérieur des cercles et j'ai vu que les fougères étaient couchées et formaient un tapis de plus ou moins 10 cm de hauteur. Elles étaient dirigées vers l'extérieur des cercles, le centre étant cependant situé plus près de la prairie. J'ai alors quitté l'endroit, en supposant que j'avais assisté à une mini tornade et en ressentant une peur rétrospective de ce qui se serait passé si je m'étais trouvé à cette place. Je n'ai pu m'expliquer comment les fougères étaient intactes autour des cercles, dans l'hypothèse d'une mini tornade. Un peu plus tard, en réfléchissant à ce phénomène, j'ai pensé que le sifflement du vent dans les fils à haute tension ressemblait au sifflement que provoque un planeur. N'y aurait-il pas eu un accident avec un tel engin? Un planeur pouvait s'être écrasé un peu plus loin! Je suis donc retourné sur place et j'ai effectué des recherches aux alentours sans rien remarquer d'anormal." (ce témoin et enquêteur de la Sobeps à l'époque , est un officier de gendarmerie) 1994, 14 septembre ZIMBABWE, Lake Kariba Garry et Jenny en compagnie d'amis se trouvaient à bord de leur bateau. Ils virent un objet arriver et survoler lentement le bateau. Il était énorme, avec un tas de lumières clignotantes, mais totalement silencieux. L'observation durait au moins 6 minutes, depuis l'apparition de l'objet à l'horizon jusqu'à sa disparition derrière les monts Kariba. Trois personnes prirent des photos, mais il n'y avait rien sur les clichés. L'observation leur causait à tous un sentiment de peur et de malaise. Dès son apparition à l'horizon, en quelques secondes la chose était déjà à leur aplomb où son vol semblait alors lent. (UFOAfrinews - Juillet 1996, n° 14, p. 15) 1994, 16 septembre MEXIQUE, Metepec GARZA: Le 16 septembre 1994, à nouveau au jour anniversaire de notre Indépendance, une sorte de vaisseau-mère a atterri avec cinq engins plus petits dans un village rural: Metepec. Tous les habitants l'ont vu et depuis la maison la plus proche de l'engin au sol Maria Cueva a alors filmé durant une minute et demie, une créature lumineuse qui se trouvait près des engins. (article de Jan Hertogs dans le magazine HUMO du 24.9.1996)

203

1994, 2 octobre BELGIQUE, Chapelle lez Herlaimont (Hainaut) Dans cette petite cité à la campagne, tout le monde dort vers les 4 heures 30 en cette nuit de samedi à dimanche. Sauf la petite fille de deux ans, cadette de Mme N.N. Elle pleure souvent la nuit, alors sa maman lui donne à boire et en général cela suffit pour qu'elle se rendorme. Pas cette fois. La petite dit qu'elle a peur. Mme N.N. la prend pour la mettre au lit auprès de son père et retourne ensuite voir dans la chambre ce qui a pu faire peur à l'enfant. C'est à ce moment qu'elle voit de la lumière à travers les tentures. "Je les ai écartées et c'était vraiment bien éclairé, comme en plein jour. J'ai ouvert la fenêtre pour regarder, mais il n'y avait qu'un gros faisceau lumineux blanc et rond d'environ 3 mètres de large, s'élargissant légèrement vers le sol, pour y faire certainement 4 mètres. J'ai cru qu'un voisin me faisait une blague, qu'il avait inventé un "truc". J'ai pensé que c'était bizarre et ensuite je suis retournée dans ma chambre. Là je me suis également mise à la fenêtre, il y faisait aussi éclairé. J'ai vu le même faisceau lumineux blanc à une distance d'environ 1,50 m de la fenêtre. J'ai fait des aller retour d'une chambre à l'autre pour voir: c'était la même chose. J'ai essayé de réveiller mon mari (il a eu un grave accident à moto), mais il n'y avait pas moyen. Je voulais voir ce qui se passait, je n'ai pas insisté pour le réveiller. Le gros phare blanc, d'après ce que je voyais, était encastré comme un spot. La lumière blanche pourrait être comparée à une dizaine de lampes halogènes, au moins, éclairant ensemble, toutes à fond, tellement c'était fort. On aurait dit que des panneaux empêchaient la lumière de partir ailleurs, c'était vraiment bien dirigé vers le sol, un point précis. La lumière était transparente et ne s'éparpillait pas au delà. La faisceau blanc avait environ la grandeur de mon living (3,20 m). C'était immense et un peu plus large au sol, mais pas de beaucoup (4 m). Il y avait comme un bruit sourd, régulier, on aurait dit un aspirateur et, de temps en temps, on entendait un bruit ressemblant à du papier sulfurisé que l'on aurait chiffonné. De chaque côté du spot, vers la maison, il y avait également un petit rectangle de lumière rouge, qui n'éclairait pas le sol. Il ne faisait ni trop chaud, ni trop frais, je dormais avec la fenêtre entrouverte. Il n'y avait pas d'odeur, pas de vent, pas d'air pulsé car les feuilles des arbres ne bougeaient pas. J'ai vu deux pointes arrondies, une de chaque côté de la maison. Le contour était bien net, d'une couleur aluminium, brillante. Cela ressemblait à une matière qu'on aurait pu modeler. C'était lisse, régulier et d'une épaisseur d'au moins un mètre au-dessus des spots. Du phare blanc à l'arrière de la maison est descendu, par à coups, un faisceau bleu transparent, comme un engin télescopique. Il avait environ 8 centimètres de diamètre et cela s'est dirigé, sans bruit, vers la porte située au bout du jardin (longueur du jardin 12 m). Je ne sais pas s'il a touché cette porte, car de la chambre je n'ai rien vu. Ce faisceau bleu s'est alors rétracté en une seule fois, plus rapidement que pour se développer. La durée totale de cette manoeuvre peut être estimée à une petite minute. Puis je n'ai plus vu qu'une boule de lumière blanche qui partait à l'horizontale, cela allait tellement vite. On aurait dit une chose éclairée de partout à l'intérieur, sans illuminer le dehors. Quand l'objet était à 600 mètres j'ai eu l'impression qu'il montait et puis, je n'ai plus rien vu. Le bruit est resté le même pendant toute l'observation. Il est "parti" avec l'engin". (enquête faite le 5 octobre 1994 par Mme Léonce MAETENS et M. F.BRAEL . De son rapport il ressort que l'engin, car il s'agit bien d'un engin, mesurait 19 mètres de long et se trouvait à seulement 4 mètres du témoin). 1994, 16 novembre BELGIQUE, Kain (Tournai) A 20 h 15, la voiture rangée dans le garage, M. K. voit arriver, du sud-sud ouest, par le fond du jardin au dessus du bois, à environ 35° d'élévation, trois étranges lumières. L'objet approche et révèle au témoin stupéfait sa forme insolite de cloche. Dimension apparente: 4 cm à bout de bras entre pouce et index, la cloche vole grand diamètre vers l'avant. L'objet vu de face est un cercle bleuté avec au centre une lumière rouge, flanquée de chaque côté d'une lumière jaune-blanc; vu d'en dessous: il est gris bleuté, avec une rangée de lumières scintillantes comme en couronne sur le pourtour arrière, et un gros feux rouge arrière; vu de l'arrière: c'est un cercle gris bleuté, au pourtour lumineux scintillant et un centre rouge lumineux. Surpris il crie à l'adresse de son épouse: "vite, viens voir un Ovni!" Sa femme et sa fille sortent et arrivent dans le jardin au moment où le phénomène est à leur aplomb et profitent de l'étrange spectacle de l'engin
204

vu par le dessous. Ils continuent à suivre du regard cette chose, qu'ils voient progressivement sur sa face arrière jusqu'à sa disparition caché par les maisons. Lorsque ce phénomène était au plus près, les témoins entendent un très léger "Bzzt" comme le son produit par un purificateur d'air. Distance estimée 250 m en altitude lors du survol à l'aplomb. Durée de l'observation: environ 1 minute pour M. K. et 30 secondes pour son épouse et sa fille. Vitesse de l'objet: 110° d'arc en 1 minute. Trajectoire: du SSO vers le NNE. (enquête faite par M. Bonno) 1995, 1 janvier CANADA, nord de Vancouver (BC) Le matin, vers 7 h 45, EH voit depuis une fenêtre de sa maison de Burnaby un objet rond et sombre. Il devait être très proche car sa grandeur apparente était plus grande que toute sa main tendue à bout de bras. EH va dans une autre pièce pour avoir une meilleure vue, l'objet fait alors demi tour et va lentement en direction de l'est et en amorçant une montée peu marquée. Le voyant de profil maintenant, le témoin remarque que l'objet est conique, volant la pointe vers le haut. Il ne porte aucune lumière et disparaît à perte de vue vers 8 heures. (enquête Graham Conway, sur Internet par Aufora en juin 1997) 1995, 3 janvier BELGIQUE, Bruxelles, Molenbeek St Jean En cette nuit donc, vers 3 h 45 Mme C.L.G. ne parvient pas à trouver le sommeil, comme cela lui arrive assez souvent. Elle se lève, car, encore couchée elle a cru voir au loin une lumière rouge flanquée d'une bleue et cela l'intrigue. Délaissant l'avion, car c'en était un, qui s'éloigne, quelle n'est pas sa surprise de voir arriver, bas sur l'horizon, à une altitude qu'elle estime à "3 fois la hauteur d'un immeuble de 4 étages" une cinquante de mètres donc, une barre lumineuse de couleur orange. Elle se saisit des jumelles et pieds nus malgré le gel, va sur la terrasse pour mieux observer cette chose inhabituelle. La barre s'approche assez lentement, elle a la longueur d'au moins deux fois le diamètre de la pleine lune. Aux jumelles, Mme C.L.G. ne voit rien de plus. Elle se cale contre le mur et la balustrade pour que les jumelles ne bougent pas, mais c'est inutile: elle ne voit que cette barre d'une couleur orange très vive. Cette chose n'est à présent plus éloignée que de 100 m environ, alors que dans la nuit calme, elle n'entend pas le moindre bruit de moteur... Alors, à sa grande surprise, le phénomène effectue une sorte de virage assez sec en s'élevant, et elle voit la barre se transformer à ce moment en un triangle uniformément orange, mais dont le centre paraît un peu plus lumineux et un peu plus jaune. Très rapidement cette chose prend de l'altitude et disparaît à la vue du témoin, vers le S.E. 1995, 4 janvier BELGIQUE, Ophain Bois Seigneur Isaac (Brabant) Le témoin sort de l'atelier (garage) et passe dans la cuisine, il regarde l'heure: 22 h 35. Son regard est attiré par deux fortes lumières blanches stationnaires au-dessus de l'autoroute, à basse altitude, estimée à ce moment là entre 50 et 100 m. Habitué au spectacle des avions en partance ou atterrissant à Zaventem, ces lumières fixes l'intriguent et il va sur la terrasse, à l'extérieur, pour mieux observer. L'immobilité des deux lumières dure encore un certain temps. A un moment donné, l'une des lumières se met à s'approcher - suivie quelques secondes plus tard par la deuxième. Le témoin n'a pas assez de ses deux yeux pour contempler l'étrange engin qui le survole: de forme il s'apparente au losange, dont le plus grand diamètre serait la largeur, le plus court la longueur. Dans le sens de la largeur les coins du losange sont coupés, l'arrière de l'engin est vaguement arrondi. Sur l'avant deux gros phares projettent vers l'avant une lumière très forte, blanche. Le dessus de ces engins est vaguement bombé, la tranche arrière n'a que 2 m d'épaisseur. Dans la partie haute de cette tranche arrière une quinzaine de clignotants verts et rouges, il y en a aussi sur les côtés; dans le bas de cette tranche des séparations - espacements, aérations? Le corps des engins est gris clair, mat, lisse, sans aucune autre structure apparente, la lumière ambiante se reflète dessus. Il n'y a aucune inscription non plus, le phénomène volant si bas que s'il y avait eu une inscription quelconque le témoin aurait pu la lire. Dimension apparente: 40 cm à bout de bras. Après calcul cela
205

donne 12 m d'envergure, 7 m de longueur et 2 m d'épaisseur. Au moment du survol, très étouffé, un léger bruit de turbine est perçu, cependant pour l'altitude, le bruit est nettement "silencieux". Ils volent sur une trajectoire rectiligne, à très basse altitude et à une vitesse de 80 à 100 km/h. Une fois à l'aplomb du témoin ils disparaissent rapidement à sa vue cachés par le bâtiment. Le vol était d'une grande stabilité, "comme sur des rails", sans oscillation, sans souffle, mais depuis le point fixe le démarrage semble avoir été progressif, le survol à vitesse constante sans accélération. 1995, 6 janvier GRANDE-BRETAGNE, près de Manchester - en vol A 18 h 48 le commandant Roger Wills et le copilote Mark Stuart à bord d'un Boeing 737 en approche de l'aéroport de Manchester observaient un phénomène triangulaire d'une taille située entre celle d'un avion léger et un moyen porteur. L'avion survolait la chaîne des Pennines dans le nord de l'Angleterre à environ 8 ou 9 miles nautiques au sud-est de Manchester, à 4000 pieds. Wills se dirigeait cap au nord à la vitesse de 180 à 210 nœuds. Alors qu'il se trouvait au-dessus de quelques tumulus l'équipage aperçut l'objet qui croisa son chemin sur la droite de l'appareil à très grande vitesse et venant du sens opposé au sien. Ils purent suivre l'objet pendant plusieurs secondes à travers la portion droite du pare-brise, puis par la vitre latérale. Il n'y eut aucun bruit ou vibration perceptibles. Il n'y eut pas d'écho radar de cet objet. (Phénoména n° 31 - SOS OVNI, p. 25, 26) Est-ce suite à cet incident que la BBC reçoit un ordre de silence de diffuser encore la moindre nouvelle au sujet d'objets triangulaires? (BBC has been "Heavely D Noticed" forbidding broadcasting any information aubout triangles) (LUFOS, PO Box 73, Lancaster) 1995, 7 janvier ITALIE, San Quirino Une personne entendit le bruit de chute quand un humanoïde haut de 1m50 tombait du ciel. Il était habillé d'un collant et ganté, sur la tête il avait un passe-montagne. Il repartit, en vol, en vrombissant. (CISU, Avvistamenti...) 1995, 9 janvier USA, Marion (NY Une jeune fille voit à 3 h 30 une grande lumière inonder sa chambre. Elle va voir à la fenêtre. Dans le jardin il y a un humanoïde haut d'1 m 20 et de grandes lumières (Listing NUFORC, janv. 96) 1995, 27 janvier USA, en vol, au-dessus de la Floride (Source: Rudder <rudder@delphi.com> témoignage spontané d'un pilote) "Le vendredi, 27 janvier, à 00 h 45, je volais d'Orlando vers Sarasota. A l'arrière j'avais un passager endormi, et un autre, à ma droite, éveillé. Nous étions à environ 30 miles nautiques de Sarasota, je volais à 3000 pieds, le ciel était clair sans nuages, visibilité illimitée. Ma radio ADF (basse fréquence) se mit à "pulser" au lieu d'émettre son bruitage habituel. D'abord je ne fis pas attention à cela. Ensuite mon appareil fut comme secoué, alors que rien au tableau de bord n'indiquait une panne. Je regardais vers le sol (vers le terre) quand le cockpit fut illuminée d'une violente lumière verte et blanche. A 11 heures je vis un objet orange-rouge, ovale, à peut-être un quart de mille de nous, et de la grandeur d'une semi-remorque, environ 50 pieds de long (16 à 17 mètres) L'objet laissait une double traînée, s'emmêlant en une seule à environ un demi mile derrière lui. Il traversait ma route en descendant rapidement. Ma première impression fut celle d'une carlingue d'avion en flammes qui allait crasher à Sarasota.... Mais l'objet remonta, sans virer, et s'éleva aussi rapidement qu'il n'était descendu, montant toujours au-dessus de Sarasota, au-dela de la baie et puis... c'était fini. Evanoui! Par radio j'avertissais immédiatement l'Approach Control de Tampa en leur expliquant ce que j'avais observé durant environ 5 secondes. Tampa n'avait aucun écho radar de la chose. (Listing NUFORC, janv. 95)
206

1995, 2 février USA, Traverse City (Michigan) Vers 20 h 10 la fillette de 10 ans rentra brusquement dans la maison et commençait tout excitée à décrire la soucoupe volante qu'elle venait de voir passer au-dessus de sa tête en compagnie de son frère plus âgé et de deux copains, lorsqu'ils firent du footing sur la colline. Les garçons arrivèrent à leur tour, accompagnant la description de gestes, tenant leurs bras écartés au-dessus de la tête, pour indiquer la grandeur de l'objet, qui fit un bruit "comme le four à micro-ondes". Les enfants dirent qu'ils étaient plongés dans une lumière blanche, puis que la soucoupe planait à ras du sol un peu plus loin. Elle s'éleva pour partir vers l'ouest, puis vers le sud pour disparaître rapidement à leur vue. A la question "pourquoi les garçons rentraient bien plus tard que la fille", ils dirent qu'ils avaient dû se rhabiller! Ils expliquaient qu'ils se trouvaient assis dans la boue avec leurs vêtements proprement pliés posés sur la neige et qu'ils s'étaient rhabillés pour rentrer. Ce qui était pour le moins étrange étant donné qu'il gelait et que la température extérieure était de 20° Fahrenheit, d'autant plus que les garçons n'avaient jamais de leur vie "proprement plié" des vêtements.... (National UFO Reporting Center P. O. Box 45623 University Station Seattle, WA 98145) 1995, 6 février USA, Bloomington, IL (McClean County) Deux chauffeurs de camion, sur la route 136, à 15 miles du Dixie Brothers Truck Stop eurent une expérience bizarre vers 18 h 30. Le camion de tête ralentit brutalement, alors que le conducteur de l'autre camion ne comprit pas pourquoi. Tous deux finirent par s'arrêter complètement sur la bretelle. A cet endroit ils virent dans le ciel brumeux, sur le côté de l'autoroute, un phénomène bizarre, stationnaire. Il se présentait comme un ensemble de deux ou trois (il n'est plus sûr du nombre) "lignes verticales de lumière". La ligne du milieu était plus longue que les deux autres et avait une tonalité de couleur différente. Les témoins regardaient ce phénomène depuis 5 minutes, quand la "ligne" du milieu éjecta une nuée de points rouges, et l'ensemble du phénomène disparut alors soudainement. Les chauffeurs avaient constaté que pendant l'observation, l'autoroute restait totalement vide de circulation, mais immédiatement après la disparition du phénomène inhabituel, le trafic sur la route reprit. (National UFO Reporting Center P. O. Box 45623 University Station Seattle, WA 98145) 1995, 28 février BELGIQUE, Glimes Ce mardi soir vers 19 h 20 Chantal S. se rend en voiture au Centre Sportif de Perwez pour une rencontre de mini-foot. Elle est accompagnée de son équipière Stéphanie M., 16 ans. Après avoir traversé le carrefour St Michel à Glimes, à l'intersection des localités de Glimes et de Thorembais les Béguines, peu avant le croisement de la rue du Chêne (à Thorembais les Béguines) les deux sportives voient dans le ciel, à basse altitude (env. 30 m, équivalant à la hauteur de deux maisons traditionnelles) à faible allure, une masse rectangulaire sombre flanquée de lumières bleues et rouges aux quatre coins et disposés en quinconce. Cet objet bizarre, semblant provenir de la direction de Perwez, va les survoler et disparaître en direction de Dongelberg (trajectoire sud/nord) en ne produisant aucun bruit qui aurait pu être perçu dans la voiture qui ne s'est pas arrêtée en raison du trafic. Alors que Chantal S., au volant, poursuit sa route en regardant devant elle et en conduisant à une vitesse d'environ 80 km/h, Stéphanie eut le temps de voir s'éloigner l'aéronef vers sa droite, dont les lumières changèrent subitement de couleur (devenant vertes et jaunes), sans jamais clignoter. La masse porteuse n'avait apparemment pas d'épaisseur, était sombre (grisnoir) mais n'était pas parfaitement plate, car elle y distinguait des sortes de tuyaux, mais non complètement détachés de la plate-forme (genre bas-relief). La longueur était le double de la largeur et en la comparant à la route l'envergure avoisinait les 15 m. (enquête de M. Gérard GREDE pour la Sobeps)

207

1995, 4 mars BELGIQUE, Zellik (Brabant) A 21 h 08, Jonathan, 15 ans, entre dans la salle de bain au premier étage et, dans l'obscurité observe par la fenêtre une lumière insolite au dessus du bois. Cette lumière qui semble unique et fixe, est jaune et pas éblouissante. Jonathan ouvre la fenêtre. La lumière se rapproche et Jonathan observe qu'il s'agit de 4 lumières en ligne horizontale, les deux plus fortes se trouvant au centre, les deux moins fortes aux extrémités sont un peu en retrait. Il discerne un élément porteur d'environ 10 m d'envergure qu'il perçoit comme étant gris ou noir. L'objet va survoler la maison et Jonathan se précipite vers la façade nord où il voit l'arrière de la masse porteuse avec un halo de lumière au dessus et en dessous. L'ensemble se déplace avec une aisance extraordinaire et semble glisser sur l'air. Les lampes lui semblent être bombées et il n'y a pas d'autre éclairage à l'arrière qui lui apparaît comme un demi cercle. Au moment où l'objet s'approche et que Jonathan ouvre la fenêtre, il perçoit un ronronnement vibrant qu'il compare au bruit d'une baffle sous tension. Ce bruit vibre dans sa tête et il lui semble qu'il doit être répercuté dans toute la maison. Ce bruit doit, selon Jonathan, comporter des infrasons qu'il a appris à connaître à l'école au cours de physique. En partant l'objet pivote sur son axe et change de direction avec une extrême facilité. Les phares comportaient des faisceaux qui, selon Jonathan, devaient porter à environ 20 m de distance. (enquête de Mme Claire HAUZEUR pour la Sobeps) 1995, 9 mars CANADA, Vancouver Vers 15 heures, Kevin McCarthy, récemment installé dans la province, boit son café dans la cuisine, en admirant le paysage montagneux qui borde Vancouver. Soudainement son attention est attirée par trois objets sombres, de la forme de chauve-souris, approchant lentement au-dessus de la vallée. Pour arriver au plus près du témoin, cela prend de 5 à 10 minutes. Ensuite deux de ces objets s'envolent vers l'est, le troisième venant carrément face à Kevin qui, entre-temps, est allé observer depuis la véranda, muni de son camescope. A la partie supérieure l'objet a trois protubérances très visibles. Il est apparemment stationnaire et en rotation. Kevin n'est non seulement abasourdi, mais se sent angoissé en même temps, ne sachant pas très bien pourquoi. La grandeur apparent, à l'oeil nu, de l'objet, est d'une pièce d'un dollar tenue à bout de bras. A aucun moment cet objet ne reflète la lumière du soleil, pourtant la journée est claire et le soleil brille. A l'enquête les détails fournis par Kevin permettent de calculer l'altitude de cet objet, qui devait se trouver alors aux environs de 1100 à 1200 mètres. Il n'y eut pas de perception audible de bruit. Kevin vit alors que d'autres personnes avaient le nez en l'air et allait les rejoindre: c'était Joanne, Gay et leur fils de 8 ans. Ceux-là observaient l'objet aux jumelles. Ce n'est que quand l'objet reprit sa trajectoire que Kevin réalisa qu'il n'avait pas pris une seule séquence, ce qu'il fit prestement. La durée totale de cette observation avoisine les 45 minutes. (source: Graham Conway) 1995, 16 mars GRANDE-BRETAGNE, Willington (Derby) A 17 h 30 Peter Hickie et son frère circulaient sur la A 52. A une heure de route entre Willington et Swarkstone ils virent à main droite un grand objet triangulaire se rapprocher de leur position. L'objet avait 9 panneaux tridimensionnels lumineux, comme des cubes de lumière blanche sur le ventre de l'engin. Ces blocs étaient tellement lumineux que c'était difficile de distinguer les contours de l'objet. Ils le virent quand il était quasiment à l'aplomb: une sorte d'aile volante. Ils s'arrêtaient et sortirent de l'auto pendant plusieurs minutes. L'objet volait vraiment très lentement et il était incompréhensible qu'il ne s'étale pas. Si c'était un avion militaire, les témoins ne comprenaient pas pourquoi il portait ses grands blocs de lumière sur le ventre pour attirer l'attention. Comme il faisait froid, ils retournèrent s'asseoir dans l'auto et restèrent à regarder jusqu'au moment où l'objet disparut derrière une ligne d'arbres. (Omar FOWLER: "Phenomenon Research Association" - Derby - England)

208

1995, 30 mars AFRIQUE DU SUD, Bloemfontein A 7 h 30 du matin, un objet d'aspect métallique, s'est posé sur trois pieds au milieu d'une rue où diverses personnes l'ont vu et empêchant un autobus de poursuivre sa route. Le bus s'est arrêté à 90 mètres du phénomène qui portait de multiples lumières de toutes les couleurs. Au bout de quelques minutes l'objet s'est élevé lentement, puis à disparu à très grande vitesse. Plus tôt dans la matinée déjà deux policiers avaient vu un objet volant inhabituel, tandis qu'un témoin civil le filmait avec son camescope. (CISU, Notizie Ufo n° 49) 1995, 25 avril PAYS-BAS, Eibergen Vers 5 heures, Mme K. entend crier son aîné, 11 ans, qui dort dans la mansarde: "Viens voir la grosse boule!" La mère monte à l'étage et à sa stupéfaction voit en effet une énorme boule suspendue en l'air, audessus des maisons voisines. Avant que la maman ne monte, le garçon avait vu, à proximité de la grande boule, deux boules plus petites. Elles étaient toutes trois de couleur blanc-jaune. Mme K. réveilla alors son mari, après quoi elle continua l'observation: une sorte de figure géométrique jaune, semblait attirer la grosse boule. D'abord lentement, puis de plus en plus vite. La boule et la forme géométrique disparurent. Mme K. était assez angoissée après l'observation. (© 1997 Jeroen Slurf and Jeroen Kümeling.) 1995, 3 mai BELGIQUE, Bruxelles A Bruxelles (Berchem Ste Agathe): R. D. (17 ans) observa d'abord à 22 h 55, et ensuite à 23 h 22, du 9e étage de son immeuble, un phénomène volant se présentant comme trois points rouges clignotant très rapidement (2 fois par seconde) en formation triangulaire et une lueur blanche à l'une des bases. Au tiers de la distance parcourue et observée, il y a une brusque accélération et les lumières rouges deviennent blanches. Vitesse assez rapide, direction du vol NE vers la basilique de Koekelberg. Comme le témoin est habitué au survol des avions (couloir aérien vers Dilbeek où les avions virent alors vers le sud ou vers l'est) il a été étonné de voir ces points lumineux à 150 m d'altitude environ évoluant si rapidement, tout en entendant un léger ronronnement. A Yves Gomezée, T. W. et sa compagne observent entre 23 h 10 et 23 h 15 un F 16 se rapprochant très près d'un phénomène se composant de deux phares blancs, altitude estimée de 500 à 1000 mètres. Le phénomène a accéléré brutalement sans bruit et a distancé le F 16 qui restait sur place. A Andenne, J. A. observe à 23 h 43, à une altitude estimée de 300 m environ un objet flamboyant avec un panache, de la grosseur de la lune, qui a disparu en trajectoire oblique derrière le toit de sa maison: aucun bruit. Il croyait voir un fût ou un tonneau en flammes. A Namur, Mme L. D. voit le 4 mai entre minuit et 0 h 15, un objet de l'apparence d'un soleil bleu blanc, avec un panache jaune-blanc, disparaître en direction de Charleroi, sans aucun bruit. Effets magnéto électriques sur son appareil téléphonique et sur l'installation de sonnerie dans l'immeuble. Anecdote: le lendemain le témoin voit 3 petits moineaux morts, debout sur leurs pattes... 1995, 19 mai ITALIE, entre Villanova et Pasiano di Visinale (PN) Vers 23 h 15, un ouvrier qui rentrait chez lui en voiture, vit briller une lumière au-dessus d'un champ. Comme c'était tout à fait inhabituel, il s'arrêta à 6 mètres du phénomène. C'était une soucoupe, de la forme de deux assiettes renversées, suspendue immobile à 80 cm du sol et qui éclairait tout le champ d'une lumière jaune. Au travers des parois transparentes de la soucoupe, le témoin put regarder à l'intérieur. Il y avait là au moins 25 entités de petite taille (un peu plus d'un mètre). Ils avaient une tête allongée; d'énormes yeux, de grandes bouches, des corps malingres violacés. Le témoin crut que les êtres lui souriaient. Moins de trois minutes après cette confrontation, l'ovni s'éleva et s'éloigna en direction de Prata. (Il Gazzettino, 3-6-95; L'Indipendente, ed . Triveneto, 6-7-95; CISU, Notizie Ufo n° 49)
209

1995, 21 juillet CANADA, lac Taharti, Quesnel (Colombie Britannique) Cinq personnes ont vécu une étrange aventure. Deux hommes, un père et son fils, en excursion pédestre autour de ce grand lac isolé, virent un ovni de forme ovale, de la taille d'une voiture planer au-dessus de l'eau durant 3 minutes, avant de partir comme une flèche. En arrivant au refuge, où ils campaient avec trois autres personnes, ils racontèrent leur observation. Le lendemain matin, le père et le fils levaient le camp pour rentrer à leur domicile, et sur ce trajet, s'arrêtèrent à une station-service de la route 97. Ils y achetèrent le journal, ne comprenant pas comment il était daté du 23 juillet au lieu du 22 juillet: ils avaient un temps manquant d'une journée entière. Le plus étrange, c'est que la même mésaventure fut partagée par les 3 autres campeurs se trouvant au refuge. Ils levèrent le camp le 22 juillet, et lors de leur trajet vers leur domicile, ils écoutèrent la radio de bord: le speaker annonçait les nouvelles du jour en spécifiant qu'on était le 24 juillet! Ces personnes allèrent déposer à la Police Montée canadienne. (Ufo Folklore Center - Masinaigan) 1995, 26 juillet COSTA RICA, San José Un énorme ovni est détecté sur les écrans radar de l'aéroport Tobías Bolaños. Au même moment le pilote Everardo Carmona transportait un équipage en mission d'entraînement. Il le vit et le décrit comme "formidable, ovoïde et brillant". Les contrôleurs Gerardo Giménez et Javier Mayorga confirment que les instruments dans la tour ont eu des défaillances pendant quelques secondes. (Forerunners to the incident of Bariloche, Carlos Ferguson, Samizdat 1997) 1995, 31 juillet ARGENTINE, Bariloche (Rio Negro) A 23 h 30 GMT alors que le vol 674 de Aerolinas Argentinas en provenance de Buenos Aires, avec 102 passagers et 3 membres de l'équipage, terminait ses manoeuvres d'approche pour se poser sur la piste de Bariloche, le pilote Jorge Polanco vit soudain face à l'avion une lumière blanche venant directement sur lui à toute vitesse, pour s'arrêter d'un coup à une centaine de mètres. L'objet a fait un tour bizarre pour accompagner le virage de descente de l'avion et rester en parallèle à une centaine de mètres. Au bout d'un moment la soucoupe de la taille d'un avion de ligne, a changé de couleur, deux lumières vertes apparaissant aux extrémités avec une lumière orange dans le centre qui s'allumait par intermittence. Au moment où le pilote amorçait la dernière approche les lumières de la piste de l'aéroport se sont éteintes d'un coup et il a dû remonter à 3 milles, toujours accompagné par l'ovni, qui est alors remonté à une vitesse surnaturelle. Quand la lumière est revenue au sol, le pilote a pu atterrir. Il avoue être resté, une fois atterri, "cinq minutes dans la cabine le cœur au bord des lèvres". (AFP-BELRTL EXT 0012 02 AOU 1995, 08.43) 2.5 San Carlos de Bariloche (31 juillet 1995) Source Sepra - Le vol Aerolineas Argentinas AR 674, un Boeing 727 en provenance de Buenos Aires, est à 140 km de San Carlos de Bariloche, station touristique des Andes centrales où il s'apprête à atterrir. A cet instant précis, une panne d'électricité plonge la ville dans l'obscurité et le pilote reçoit l'ordre de se mettre en attente pour quelques minutes avant d'effectuer son approche finale. Alors qu'il débute celle-ci, le pilote observe une étoile bizarre. Au même moment le centre de contrôle met en attente un second avion qui arrive dans le secteur. Le vol AR 674 poursuit son approche, mais alors qu'il est en fin de virage, dans l'axe de la piste, un objet ressemblant à un gros avion apparaît sur son côté droit et vole parallèlement à lui. Cet objet possède trois lumières dont une rouge en son milieu. Les lumières de l'aéroport tombent de nouveau en panne, le balisage de piste et la rampe d'approche s'éteignent également; l'avion en attente observe le même phénomène depuis sa position. Le pilote, ne pouvant effectuer son atterrissage, remet les gaz et effectue un nouveau virage pour se représenter dans l'axe de la piste. A cet instant, l'objet, devenu lumineux, passe derrière l'avion, s'arrête, monte à la verticale pour s'arrêter de nouveau. Il repasse devant l'avion avant de disparaître définitivement vers la Cordillère des
210

Andes. L'équipage, les passagers du vol AR 674, ceux de l'autre avion, ainsi que les contrôleurs de l'aéroport et une partie des habitants de San Carlos assistèrent, médusés, à cet insolite ballet aérien. Ce cas est intéressant à plus d'un titre : - observation corroborée par de multiples observateurs indépendants, en vol et au sol, durée du phénomène de plusieurs minutes, trajectoires variées dont certaines épousent celles de l'avion, observation d'un phénomène électromagnétique (extinction des lumières de la ville et de l'aéroport) en relation directe avec la présence de l'objet. (Rapport COMETA, 1999) 1995, 7 août AFRIQUE DU SUD, Sedgefield Sirk Jooste et Fanie Kleyn se trouvaient de nuit sur le lac dans une barque à rames, à pêcher. Soudainement un objet triangulaire apparut dans le ciel, plus grand qu'un avion de ligne. Il avait trois grandes lumières sur le ventre à la base et des petites lumières oranges jusqu'à la pointe supérieure. L'objet apparut à environ 02 h 00, restait à leur aplomb pendant deux minutes, dans le silence absolu. Ensuite il se rapprochait, fit un tour et en une fraction de seconde disparut. Fanie Kleyn ramait jusqu'à la rive et partit en voiture jusqu'à l'embouchure du fleuve mais plus rien ne fut visible. Le sergent Steven Schneider de la police de Sedgefield se trouvait hors du village en voiture vers minuit, quand il vit des lumières rouges au-dessus du chemin. Il crut d'abord à un véhicule sur la montagne, mais il n'y a pas de routes à cet endroit. Il appela ses collègues, car il eut l'impression de quelque chose d'irréel: à certain moment il vit ces lumières à moins de 100 m devant lui et la seconde d'après il ne vit plus rien. (UFO Afrinews- juillet 1996, n° 14 p. 15, 16) 1995, seconde semaine d'août PORTO RICO, San Juan Voici ce que racontent Madeline Tolentino et son mari Jose Miguel Agosto: la première observation eut lieu dans la seconde semaine d'août 1995, vers 16 heures, en face de leur maison de Campo Rico, au sudouest de San Juan. La mère de Madeline était également présente. Madeline note que quelque chose s'élève dans le ciel et va vers la fenêtre pour voir de quoi il s'agit. Dehors elle vit le voisin debout à côté de sa voiture, qui parle avec la passagère assise dans l'auto. Tout à coup, l'homme se retourne et à l'air ahuri et effrayé. Madeline vit alors l'étrange créature arriver sur la route, marchant vers le voisin. La créature s'arrête face à la fenêtre de Madeline. Elle mesure à peu près entre un mètre et 1 m 20 de haut, recouverte de cheveux ou de poils bruns foncés (pas vraiment une fourrure), ne portant aucun vêtement et sans organes sexuels apparents. Elle tient les bras très près du corps, ils sont très longs et très minces et se terminent par une main à trois doigts avec de longues griffes. Sur la peau, il avait comme des marques circulaires ressemblant à des cicatrices de brûlures. La bouche n'est qu'une fente, le nez inexistant mais il y a deux petites ouvertures à cet endroit. Il a de petites oreilles, et de grands yeux gris-blanc ressemblant à quelque chose de gélatineux. Quand elle bouge la tête, elle le fait d'un mouvement mécanique. La partie supérieure du corps est mince et disproportionnée par rapport à la partie inférieure qui est grosse et paraît robuste. Le voisin n'avait pas attendu et sauta dans sa voiture mettant les bouts. Madeline cria pour que sa mère vienne voir. La créature se mit alors à avancer si vite, que ses jambes paraissaient ne pas toucher le sol. Elle partit en direction d'un champ aux hautes herbes . (AUFORA) 1995, 24 août BELGIQUE, Liège "Thier à Liège" Patrick W., 19 ans, traverse à pied en guidant le vélo, le bois du Thier pour rentrer chez lui à 22 h 40, lorsqu'il fait une rencontre traumatisante. Il se trouve face à une apparition de forme vaguement humanoïde de couleur phosphorescente verdâtre, haute de 1m 80 environ, entourée d'un halo. Ce "spectre" a frôlé le bras du témoin qui, épouvanté, s'est mis à courir pour sortir du bois, abandonnant là sur la chaussée, le vélo et les sacs avec les provisions. Durant trois heures au moins 14 autres témoins, tous du voisinage, vont assister à des phénomènes lumineux et sonores inhabituels, tandis que Patrick W. à bout de forces est déjà rentré chez lui depuis longtemps. Bizarre attitude de la police dans cette affaire.
211

Effets physiques sur le témoin et sur le "walkman" qu'il portait, dont les piles rechargeables ont fondu. Malheureusement, le copain Mohamed M. (17 ans) a manipulé ces piles, les démolissant encore plus, si bien que les parents de Patrick W. ont jeté les débris. Mais il y a 5 témoins au moins qui ont vu l'état des piles. (Enquête de Daniel BUKENS pour la SOBEPS). 1995, 31 août BRESIL, Aparecida do Norte Vers 23 h 30, Jorge Divino Pereira fut réveillé par les aboiements de son chien. Il s'aperçut qu'une vive lumière passait par la fenêtre de sa chambre. Se saisissant d'un lamparo, il sortit pour voir ce qui se passait. A ce moment la lumière devint beaucoup plus forte, l'aveuglant complètement. Il vit le pétrole de sa lampe comme aspiré vers la lumière tout en brûlant puis se sentit lui-même attiré dans les airs avant de retomber et de s'évanouir. Lorsqu'il se réveilla, 5 heures s'étaient écoulées. Tout était calme et il avait mal partout. Au cours des jours qui suivirent, il fut pris de violents maux de tête, de vomissements et d'une forte irritation des yeux. (Phénoména n° 33, p. 8 et 9) 1995, 10 septembre CANADA, Burnaby De son appartement le témoin voit un objet de l'aspect d'une pyramide au-dessus de la gare du métro aérien de Scott Road. Il est couvert d'une multitude de petites lumières brillantes de couleur verte. L'objet n'est vu que durant 7 secondes, disparaissant derrière la colline. (Graham Conway - Aufora) 1995, 15 octobre CUBA, Torriente A 21 h 30 atterrissage d'un objet en forme de tortue, entouré d'un feu bleu, 2 humanoïdes en conversation tout près. (Banque Ovni, Fichier Central, Bagneux-France, p. 313 1/2) Le 4 juillet 1996 Radio Rebelde à Havana fit une émission spéciale consacrée à cet événement. L'objet atterrit à Torriente à proximité de la Playa Giron. Un témoin, Adolfo Zerate, fermier, travaillait dans son champ, quand un objet en forme de cloche sortit des nuages et atterrit dans les végétaux. Il vit "dos hombrecitos" (deux petits hommes), l'un derrière le hublot de l'ovni, l'autre se promenant autour de l'objet. Ils paraissaient avoir revêtus des tenues de plongée. L'humanoïde qui était sorti se mit à cueillir du "malanga" une espèce de pommes de terres. Ces petits bras remplis de plants arrachés, il réembarqua. L'appareil s'entoura de fumées blanches et bleues et disparut dans les nuages à très grande vitesse. Zerata appela la police qui arriva sur les lieux et collecta les preuves de l'évidence de cet atterrissage. Il y avait des empreintes de petits pieds et le feuillage sur le lieu de l'atterrissage était tout noir. (Ufo Folklore Center) 1995, 6 novembre PORTO RICO, Hato, San Lorenzo Deux Chupacabras ont déjà été capturées à Porte-Rico. L'une d'elles était vivante, vraisemblablement jeune, par un homme qui l'a gardé dans une cage pendant 6 jours chez lui. Apprenant la nouvelle, la police locale dépêcha plusieurs agents sur place pour constater de visu. Deux heures plus tard plusieurs hommes se présentèrent à bord de 4 véhicules 4x4 gris et emportèrent la créature dans une sorte de boîte de quarantaine, faite d'une matière transparente, style plexiglas renforcée d'un maillage en fer. Il s'agissait d'une sorte d'équipe d'intervention composée d'agents du Département portoricain d'Agriculture et d'une agence fédérale américaine de nature indéterminée. (...) Le 9 novembre est prise la résolution 5012 par la Chambre des représentants - 12e session législative pour ordonner une enquête approfondie sur les morts et mutilations d'animaux attribuées aux Chupacabras. (Phénoména n° 31 p. 6 à 9) 1995, 4 décembre CHINE, Beijing Aux alentours de 17 h 45 quatre pilotes chinois de quatre avions différents auraient observé un ovni. L'un
212

des pilotes reliant Harbin à Beijing contacta les autorités pour dire qu'il voyait un ovni blanc, ovale, évoluant à 15km:Minute (900 km/h) à proximité de son appareil. Selon le pilote "l'objet devint ensuite vert". Ni l'AP ni le Sunday Post de Bangkok ne précisent comment l'observation s'est terminée. (Phénoména n° 32 p. 23) Un autre pilote confirmait la présence de l'ovni. Deux autres équipages d'avion auraient vu dans l'espace aérien au-dessus de la Chine, un ovni qui était rouge pour l'un, ou jaune pour le second. (Belgique, BRTN Télétexte p. 176, dimanche 31.12.95 à 9:50:22) 1996, 14 janvier GRANDE BRETAGNE, Welley -Wigan Mr Dennis Porter promène le chien vers 21 h 45et flâne avec sur le sentier longeant le canal LeedsLiverpool, marchant en direction de Red Rock. Arrivé au petit pont qui enjambe le canal, le témoin s'arrête pour allumer une cigarette. Il reçut à ce moment un souffle d'air froid si violent qu'il trébucha. Regardant en l'air, il vit alors un objet triangulaire d'environ 10 m d'envergure qui passe silencieusement à son aplomb, avant d'accélérer et de disparaître à vitesse vertigineuse en direction de Wigan. Il décrit le triangle, équilatéral parfait, avec comme une roue surchauffée protubérante sur le ventre, qui par ailleurs avait l'aspect d'aluminium mat. (UFO Magazine -UK). 1996, 20 janvier BRESIL, près de Varginha (Minas Gerais) Le couple de travailleurs agricoles Oralina Augusta et Euricode Freitas, habitant à 10 km de Varginha, sont réveilles vers 1 h du matin à cause du meuglement de leurs vaches. Ils se lèvent et voient par la fenêtre les animaux tourner autour de la maison, complètement désorientés. Ils voient dans le ciel un objet gris en forme de sous-marin de la taille d'une fourgonnette. Cet objet vole sans bruit et il s'en échappe une sorte de fumée blanche. (UBIRAJARA F. RODRIGUES DU CBPDV - Centro Brasileiro de Pesquisas de Discos Voadores- et VITORIO PACACCINI DU CICOANI - Centro de Investigaçao Civil de Objetos Aéreos Noa Identificados - "O Caso Varginha, agosto de 1996)

1996, 20 janvier BRESIL, Jardim Andere (Varginha) La rencontre la plus spectaculaire eut lieu au Brésil à Jardim Andere, faubourg de la ville de Varginha. Le samedi 20 janvier 1996, les pompiers de Varginha furent appelés à 8 heures du matin, parce qu'une créature mystérieuse se trouvait dans le parc. Les pompiers sont habitués à devoir évacuer des animaux sauvages sortis des forêts et perdus jusque dans les faubourgs. Ils allaient sur place avec une cage et abasourdis virent une créature comme ils n'en avaient encore jamais vue. Elle mesurait environ 1,20m, avait des yeux rouge-sang, la peau olivâtre, trois longues bosses sur la tête et faisait un bruit bourdonnant. Quatre pompiers l'attrapèrent avec quelque difficulté, appelèrent l'armée et interdirent l'accès au parc. La créature fut chargée dans une caisse en bois et un camion de l'armée l'emporta. Ce même jour, à 15 h 30,
213

trois jeunes filles s'en revenant de leur travail, virent une créature bizarre contre la façade d'une maison. Croyant avoir vu le diable elles s'enfuirent en hurlant. Dans les minutes suivantes des dizaines de gens s'attroupaient dans la rue et certains enfants lançaient des pierres vers la créature. Les pompiers et les militaires arrivèrent à leur tour pour attraper l'être dans un filet. Ces deux créatures seraient mortes rapidement mais il n'y a pas eu de détails concernant leurs dépouilles. Dans les 24 heures les enquêteurs ufologiques étaient sur place. Ils interrogeaient des dizaines de témoins choqués (militaires, médecins, pompiers) et furent tellement impressionnés qu'ils appelèrent à un congrès à Curitiba en juin, consacré entièrement à l'incident. (Jan HERTOGHS "Humo" du 24.9.96, p. 47) A 8 heures les pompiers sont appelés pour "un animal étrange" se trouvant dans le parc. Ils s'y rendent vers 10 heures et trouvent un groupe d'enfants jetant des pierres sur l' "animal". Trois adultes observent la capture de cet être par 4 pompiers. A 10 h 30 la créature est attrapée sans opposer de résistance dans un filet, mise dans une caisse qui est recouverte d'une bâche. Une camionnette de l'ESA (Exército) prend ce colis en charge et se dirige vers Três Coraçoes. Le camion des pompiers retourne au quartier de Varginha. A 15 h 30 Liliane, Valquiria et Katia (22, 16 et 14 ans) voient dans la Rua Benevenuto Bràs Vieira, près du n° 76 une créature étrange, à moins de 7 m d'elles. Elles s'enfuient en criant et en pleurant. A 16 h 10 la maman de Katia et Valquiria s'en va sur le lieu de la rencontre. Il n'y a plus de créature mais il règne à l'endroit une odeur très forte, non identifiable. A 18 heures il y a une tempête de grêlons sur Varginha. Le courant électrique est complètement perturbé, des arbres sont déracinés. A 20 heures la police militaire capture la seconde créature. La créature est envoyée pour soins à l'hôpital où on refuse son admission "puisqu'elle n'est pas humaine". Elle sera livrée finalement à l'Hôpital Régional. Il s'ensuit un va et vient de fonctionnaires. Dans la nuit, vers 2 heures du matin, la créature est transférée à l'hôpital universitaire Humanitas, sous bonne escorte militaire. A 9 heures le 22 janvier la créature morte est mise à disposition de l'ESA. Elle viendra l'enlever seulement dans la nuit du 23 janvier, à 4 heures et elle sera déposée à l'école militaire. Le lendemain (24 janvier) le docteur Fortunato Badan Palhares (qui identifia les restes funèbres de Mengele) pratique une autopsie sur la créature à Campinas. (...) Il y a aux divers stades des événements 48 témoins. Parmi ceux-ci les militaires : le sergent Pedrosa, le caporal Vassalo, le soldat De Melo, le sergent Cirilo, le capitaine Ramires, le lieutenant colonel Olimpio Vanderlei, le commissaire Tibério. (UBIRAJARA F. RODRIGUES DU CBPDV - Centro Brasileiro de Pesquisas de Discos Voadores- et VITORIO PACACCINI DU CICOANI - Centro de Investigaçao Civil de Objetos Aéreos Noa Identificados - "O Caso Varginha, agosto de 1996) 1996, 27 janvier MEXIQUE, Vera Cruz Aux alentours de 22 heures un gigantesque ovni rectangulaire est observé par des centaines de personnes, par temps d'orage. L'objet s'approchait de la ville, venant nord-est. Avant de voir l'objet, les témoins virent deux énormes flashes lumineux. Un des témoins, le moissonneur texan Pedro Alaniz eut une vision 20/20 du phénomène. Il était à Camino (route 180) roulant vers le sud en direction d'Alvaredo, quand il vit l'ovni. Il put en donner une description détaillée. Il volait du nord-est vers le sud-ouest à env. 200 miles/heure. Il mesurait env. 90 m de long et portait sur la face ventrale des lumières blanches brillantes, allant de l'avant jusqu'à l'arrière. La queue prit 1/3 de la longueur totale et était munie de 5 appendices en forme de "doigts". Près de la queue, du côté gauche, se trouvait une pâle lumière bleutée. L'objet se dirigeait vers Cosamaloapan et fut filmé par des dizaines de caméscopes d'amateurs. (Ufo Folklore Center - Masinaigan) 1996, 30 janvier ESPACE, Saturne Lors d'un show radiophonique d'Alan Handleman, le Dr Norman R. Bergrun ("The Ring-makers of Saturn" réédité en 1986 pr Pentland Press) affirme qu'un grand ovni de la forme d'un cigare a été photographié en phase orbitale autour des anneaux de Saturne. Il a dit qu'à en juger par les photographies, le vaisseau paraissait tellement énorme qu'il pourrait contenir une civilisation entière. Il s'agirait d'un
214

véhicule électromagnétique. Le Dr Bergrun spécifie que la NASA n'a pas fait part de cette observation en vertu de l'Acte de l'Espace de 1958, stipulant que le public ne doit être informe uniquement des faits concernant l'espace s'ils sont qualifiés de non hostiles. Un engin de cette taille serait sûrement classé comme hostile. Trois immenses vaisseaux assemblés de 13 unités dont le diamètre est équivalent à celui de la Terre (UECDDS: compte rendu janv. à avril 1977, plusieurs pages non numérotées) Nouvelle détection d'anneaux, satellites au comportement capricieux, apparition et disparition d'objets: la moisson d'observations recueillis lors du dernier passage de la Terre dans le plan des anneaux de Saturne, le 10 août 1996, apporte une vision inédite de ces étonnantes structures. L'éclat global des anneaux vus par la tranche serait dominé par l'éclat de l'anneau externe F, dont l'épaisseur est estimée à 1,5 km. Sur les onze petits satellites connus, deux n'étaient pas au rendez-vous: l'un, "Pan" qui orbite à l'intérieur des anneaux principaux, n'a pas été identifié, l'autre, Promethée, a accumulé un retard inexpliqué de près de 50 minutes par rapport à ses éphémérides. Une demi douzaine d'objets nouveaux ont été détectés dans le voisinage de l'anneau F. Il semble donc que nous assistions à un manège incessant sur l'échelle de quelques mois au plus, de formation et de destruction de corps dans l'anneau F, à la limite de la zone dite "Roche". Cette zone correspond à l'endroit où des force de marées dues à la planète ont tendance à détruire les satellites en formation, équilibrent en gros les forces gravitationnelles entre les particules qui, elles, ont tendance au contraire à accréter le matériau en petites lunes. Si tout se passe comme prévu la sonde européano-américaine Cassini/Huygens partira en octobre 1997 vers Saturne qu'elle atteindra en 2004 pour une villégiature de 4 ans (La Recherche n° 293 de décembre 1996, article "Jeux de Lumière dans les anneaux de Saturne" par Bruno Sicardy et François Poulet, pages 34 à 37; réf. libr. "Planetary Rings, par R. Greenberg et A. Brahic - The University of Arizona Press 1984) 1996, 26 avril Photos de la sonde Voyager montrant les anneaux de Saturne où l'on peut voir trois ovni.

Le Dr Bergrun a révélé que la NASA a reçu des photos de la sonde Voyager montrant les anneaux de Saturne où l'on peut voir trois engins en forme de cigare. La taille de l'un de ces engins est estimée être celle de la Terre. Le EMV (ElectroMagnetic Vehicle = Véhicule Électro-Magnétique), comme le désigne le Dr Bergrun, serait intelligemment contrôlé. Quand on lui a demandé pourquoi la NASA n'avait pas obtenu d'image de lui auparavant, le Dr Bergrun a répondu qu'ils ont tendance à se cacher. Il affirmait que, selon lui, les anneaux de Saturne cachent plusieurs autres engins. Le scientifique de la NASA a ajouté qu'il paraît que ce EMV géant exerce une influence sur les anneaux de Saturne, possiblement une attraction. Quand on lui a demandé pourquoi la NASA et les autres agences gouvernementales n'ont pas rendu cette information publique avant, le Dr Bergrun a répondu que l'acte de 1958 sur la publication des photos et
215

des données provenant de l'espace était assujetti à la détermination que celles-ci ne représentaient pas une menace; et un engin de cette taille serait considérée comme une menace, et on lui attribuerait une grande puissance militaire. Donc, il serait traité dans les budgets cachés des agences militaires de renseignement.

INIMAGINABLE; la réalité dépasse de loin la fiction…… et pourtant, tout cela demeure caché du grand public en général. Trois gigantesques vaisseaux spatiaux auraient été repérés dans les anneaux de Saturne et photographié par le télescope Hubble de la Nasa. L’un de ces vaisseaux a un diamètre voisin de celui de la Terre et un autre mesure près de 50000 kilomètres de long. D’autres photos remontent à l’an 1980-81 avec les sondes Voyager 1 et 2. La Nasa nous cachait cela depuis tout ce temps; c’est grâce à Hubble et à la sonde Cassini-Huygens que la sourie est sortie du sac. http://emvsinfo.blogspot.ca/2010/09/dr-norman-bergrun-and-ringmakers-of.html?utm_source=BP_recent La vidéo The Ring Makers of Saturn inclus sur ce site est époustouflante avec le nombre de preuve collecté….c’est énorme… Mais, le plus incroyable c’est que la presse officielle et les médias en général réussissent à nous cacher tout cela…c’est tout bonnement inconcevable…..heureusement qu’il y a internet et ses chercheurs infatigables. Avec ce qui se passe près du soleil, sur la Lune, sur Saturne et dans l’espace interstellaire entourant la Terre, je n’ai maintenant plus aucun doute….la VÉRITÉ va très bientôt éclater au grand jour; je l’espère pour bientôt…./NDA Le Dr Bergrun dit qu'on pouvait voir des hublots sur le côté de cet énorme engin en forme de cigare. Le livre, "The Ring-Makers of Saturn" est supposé montrer une photo prise par Voyager de cet énorme EMV. Le Dr Bergrun prétend que ce vaisseau est définitivement assez grand pour supporter une civilisation entière. Télécharger gratuitement ce livre très rare a cette adresse; https://dl.dropbox.com/u/27215881/ringmakers%20of%20saturn.pdf Pour plus d'informations scientifiques précises sur ces trois objets mystérieux, comparez: 1° Cette page d'un site privé où sont notamment les photos prises en infra rouge le 26 avril 1996 par Hubble, crédit P Nicholson et N.A.S.A http://www.rense.com/general10/huge.htm http://apod.nasa.gov/apod/ap960512.html
216

J’ai mentionné plutôt la Lune; voici des photos demeurées caché par les astronautes de la mission Apollo au sus des dirigeants de la Nasa et qui ont été dévoilé sur le Net récemment par nos retraités spatiaux.

Apollo 12 avant l’atterrissage…..photo prise par le hublot de Neil Armstrong……..l’ovni s’approche très près du hublot…….

De Apollo 14……………………….Trois ovni en direction de la lune…Agrandissement du vaisseau mère (5 milles de long).

Référence; http://www.youtube.com/watch?v=_ngvIP0Za9M&feature=player_embedded 1996, juin ROUMANIE, Vidra (Carpathes) MOI-TV DE Bucarest rapporte qu'une soucoupe a atterri à Vidra, village très isolé dans les Carpathes. Tout le village l'a vu, ainsi qu'une flopée d'occupants, plus petits que des humains, ayant de grandes oreilles et de gros yeux, de teinte grise pour la peau. Effrayés les villageois se sont enfuit, s'enfermant chez eux. Le lendemain une sphère rouge est vue au-dessus des bois de Galati, à 150 km à l'est de Vidra, près de la frontière avec l'Ukraine. (Email Interview) (Ufo Roundup, vol. 1 n° 38 - Masinaigan) 1996, 25 au 26 juin (23 juillet) LITHUANIE, Nemejis Un OVNI a été observé vers minuit (à 04 h 55 du matin), sur la route de Vilnius à Miadininkaï, à 10 km de la capitale, pendant une demi-heure par deux gendarmes qui ont mis en alerte toute la police lithuanienne. L'objet, rond, lumineux, secoué de pulsations, stationnait 20 à 30 mètres au-dessus du sol. (Il était muni de lumières rouges et jaunes qui s'allumaient et s'éteignaient par intermittence). "En même temps on entendait un bruit étrange semblable à un crépitement électrique ou électronique" ont-ils précisé. Les gendarmes, (dont le chef Anatoly Dobrynin) après l'avoir observé pendant une demi heure, se sont rapprochés. (Cet objet envoyait de temps en temps un faisceau de lumière verte vers le sol). Lorsqu'ils sont arrivés à 50 mètres environ, l'objet a commencé à bouger, s'est élevé dans les airs, puis s'est éloigné précipitamment en direction de Vilnius. (Il était alors 06 h 35 du matin: l'observation avait duré environ 100 minutes) Des camions pleins de soldats des forces de réaction rapide et de chiens policiers se sont rendus sur place, mais sont arrivés après le départ de l'ovni. Les policiers ont étudié le
217

terrain, mesuré les radiations, enregistré au magnétophone le bruit qu'on entendait encore après la disparition de l'ovni. Les chiens, calmes, n'ont rien décelé. L'herbe haute, au-dessus de laquelle se trouvait l'objet était flétrie sur un périmètre de 10 mètres. (Le Midi Libre du 30 juin 1996) Pour les informations ajoutées entre parenthèses: (Masinaigan, Richard S. Ralston "Ufo Folklore" Internet, novembre 1996) 1996, 11 juillet AUTRICHE, Drosendorf Un homme de 76 ans, Rudolf Slam, aurait vu atterrir un ovni dans un champ. Le témoin était sorti sur son balcon aux alentours de minuit pour fumer une cigarette, lorsqu'il vit un objet lumineux de forme triangulaire qui vint se poser lentement dans le champ. Le témoin se précipita pour saisir un camescope afin de filmer le phénomène, mais ses batteries se seraient vidées. (...) Dans le champ une expertise aurait mis en évidence une trace triangulaire au sol, formée de trous circulaires de 10 cm de profondeur situés très précisément à 1,70 m les uns des autres. De l'herbe brûlée aurait été découverte au centre de la trace. Le témoin raconte que l'objet aurait décollé après quelques minutes, puis aurait disparu très rapidement en émettant une traînée de flammes de 300 m de long et un grondement sourd ressemblant au tonnerre. (Phénoména n° 33 p. 23) 1996, 16 juillet ESPAGNE, Los Villares (Jaèn) Un campagnard, Dionisio A., a fait une rencontre en plein jour avec trois êtres qui semblaient ne pas appartenir à notre monde. Bien qu'il nous reçut aimablement, cet homme de 66 ans fut encore sous le choc, se méfiait de nous, et ne voulut dire que « juste ce qu'il faut ». A plusieurs reprises lors de l'entretien il entrecoupait la narration du constat : « Je ne passerai plus jamais par là, plus jamais. » L'endroit était à un kilomètre du village. Dionisio dit : « Comme je suis pensionné, je me promène beaucoup dans la campagne. Je venais presque tous les jours par ici vers midi. Il y a cette pierre sur laquelle je m'assieds pour me reposer. En arrivant ici, je vis un appareil juste à côté du pylône d'électricité. Il y avait un odeur insupportable, comme quand on brûle de l'huile de vidange. J'ai cru que c'était un conteneur de ICONA. Mais ce n'en était pas un. L'objet était fait d'un métal très brillant, transparent comme du cristal, et il y avait quatre écoutilles de cristal noir. Il n'était pas par terre, mais suspendu à 30 cm du sol. C'était comme une cloche de trois mètres de large et de 1 m 50 de haut mais en forme de demi-lune. Sur un côté il y avait comme un symbole ressemblant à un « yoyo ». Et puis j'ai aussi vu cette chose surprenante : deux câbles de couleur sombre sortaient de la partie arrière et allaient s'unir à la ligne de haute tension au-dessus. » C'est alors que le cœur de Dionisio se mit à battre violemment, car il vit trois êtres immobiles, comme des statues. D'où étaient-ils sortis, il ne le sait pas. Ils mesuraient environ 1 m 70. C'étaient deux hommes et une femme, portant des tenues si près du corps qu'il crut d'abord qu'ils étaient nus et qu'ils s'étaient peints une couleur argentée sur la peau. Leurs vêtements ajustés reflétaient la lumière du soleil . Ils étaient de type asiatique avec les pommettes hautes, de couleur très pâle, les yeux en fente. Ils avaient de grandes mains avec cinq doigts bien définis. Ils portaient des bottes de la même couleur que la tenue. Il n'y avait aucune expression sur leur visage et c'est ce qui mit Dionisio encore plus mal à l'aise. « Tout à coup je reçus comme un grand coup dans la poitrine ce qui me fit baisser les yeux. Quand je levai à nouveau le regard, la femme me désignait à l'un des compagnons plus en arrière. Ils avaient des petites bouches sans lèvres, comme une raie.. En parlant ils n'ouvraient pas la bouche. Leur voix je ne l'entendais pas avec les oreilles, mais à l'intérieur de ma tête. Alors je me suis senti mal. Quand je me suis à nouveau aperçu de la mauvaise odeur de carburant brûlé acompagné d'un bourdonnement, j'ai levé les yeux : il n'y avait plus rien ici, ni appareil, ni hommes, rien. » Depuis la rencontre Dionisio va mal : il est toujours fatigué, il ne mange plus et il a peur « qu'ils » vont revenir pour l'emmener. Le lendemain, le fils allait sur les lieux et trouvait des traces. Deux semaines plus tard elles étaient toujours visibles : quatre trous cylindriques de 9,5 cm de diamètre et de 1,5cm de profondeur, formant les coins d'un carré parfait d'un mètre de côté. Pas de végétation calcinée,
218

mais pliée et courbée come ayant subi un grand poids, et cela malgré le fait que Dionisio dit que l'appareil était à 30 cm du sol ©Midwar Flash-Net 1993-1998, All Rigths Reserved. 1996, 25 juillet ISRAEL, Haifa, Tveria et Arad A 5 heures du matin la police locale est submergée par les appels. Les gens voient dans le ciel une "étoile" très brillante, qui en s'approchant devient un disque plus ou moins incandescent. Arad se trouve à 200 miles d'Haifa; rentrée atmosphérique probable) (Ufo Reality - issue 4 - p. 7 - 1996) 1996, 25 septembre BELGIQUE, Alken (Hasselt) Il y eut une observation récente à Alken, à côté d'Hasselt, le 25 septembre dernier. Quelque chose comme un ballon, qui descendait dans les prairies, avec 4 trucs, comme des pattes, mais qui se tortillaient à chaque manoeuvre de descente ou de montée de la chose. Aucune nacelle. La distance la plus courte n'était pourtant même pas de 100 mètres. Il descendit dans une prairie et dut remonter un peu pour passer au-dessus d'une rangée de peupliers. Les témoins prirent des chemins agricoles pour s'en approcher, et là où ils virent tout le temps ce ballon, arrivés sur les lieux: rien! Rien en l'air, rien sur le sol. Il faisait grand jour, c'était à l'heure de midi et le soleil brillait. Durée: 25 minutes environ. Officiellement aucun ballon n'était en l'air ce jour-là. (source: FUO - Hasselt, Belg.) 1996, 23 octobre ISRAEL, Tel Aviv A 2 heures du matin, Rachel et Leah Gorovitz roulaient en jeep dans une rue latérale de Montefiore street à Ahuzat Bayit, quartier de Tel Aviv. La rue était déserte. Ils virent là un individu de petite taille (1m50) mais très obèse en costume rouge, portant un sac à dos qui sembla faire partie intégrale du veston. Il marchait comme un robot, avait un visage pâle de cire sans aucune expression. L'individu venait dans leur direction. La conductrice, prise de panique, manœuvra pour faire demi tour et partir à grande vitesse. Plus tard le magnétisme de la jeep fut mesuré, il attesta plusieurs centaines de milligauss plus élevé que la moyenne des véhicules de Tel Aviv. (Ufo Roundup vol. 1 n° 36 - 1997) 1996, 7 novembre ROUMANIE, Constanza Elena Antonescu, 29 ans, regarde une compétition de gymnastique à la télévision dans son appartement. Pendant la pause de publicité, elle va dans la cuisine, pour fumer une cigarette et ouvre la fenêtre. La nuit était sombre, pleine de nuages. Elle vit cependant une petite étoile rouge. Tout en continuant à fumer sa cigarette, elle reste devant la fenêtre ouverte, à la recherche d'autres étoiles, qu'elle ne voit pas. Ensuite elle voit une boule rouge, non pas circulaire mais faite comme un ballon de rugby. A ce stade elle veut fermer la fenêtre, mais elle est clouée de stupeur en voyant arriver ce ballon à 50 mètres d'elle. Elle s'encourt et va sonner chez les voisins, les priant de vouloir regarder dehors. Vu de plus près, dit Elena, il était plutôt comme une demi lune, avec la base plate, d'une teinte entre le rouge vif, l'orange et le rose. Les voisins, plus courageux continuent à observer cette chose durant un quart d'heure et la voient partir lentement vers l'ouest. (Ufo Roundup vol. 1 n° 38 - Masinaigan) 1996, 9 novembre INDE, Bombay Juste avant le lever du soleil, vers 6 heures, les gens dans les rues du quartier Kandivli de Bombay, voient trois petits ovni, décrits comme de la taille de balles de cricket, voler au-dessus de leurs têtes à grande vitesse mais à 9m du sol seulement. A 6 h 45, ils s'élancent soudainement vers l'espace et disparaissent à l'ouest. (...) (See the Times of India for November 11, 1996.) (Ufo Roundup vol. 1 N) 39 - Masinaigan)
219

1996, 22 novembre COREE du Sud, Séoul Vers 7 h 20 heure locale, des centaines de personnes purent observer une sphère jaune-verdâtre avec un trait doré au milieu. Les gens appelèrent les stations de radio, de télévision et les commissariats de police pour signaler le phénomène qui dérivait lentement vers l'ouest, passant au-dessus de la rivière Han-gang. Le cameraman d'une chaîne de télévision câblée put filmer l'observation pendant plusieurs minutes avant que la lumière ne prenne de la vitesse et ne disparaisse rapidement. Ce film fut montré sur la chaîne CNN. (PHENOMENA n° 34 de 1997, p. 14, 15 et photo extraite du film). 1996, 30 novembre PAYS-BAS, Enschede Vers 18 h 30, trois témoins observent un ovni. Il s'agissait d'une boule rose-rouge se dirigeant du sud vers l'est. L'un des témoins crut d'abord que c'était un hélicoptère qui allait atterrir sur le toit du "Spectrum" (hôpital) de Twente, et il fut étonné de ne rien entendre. Le phénomène avait l'apparente grandeur de la pleine Lune et volait sur une trajectoire constante. Un autre témoin, en voiture, à l'arrêt devant le feu rouge, observait le même objet. Le troisième témoin, habitant dans la partie sud de la ville, vit et toute sa famille avec lui, la chose voler au-dessus du centre de la ville, en direction du nord-est. (© 1997. UFO nieuwsbrief jaargang 2, nummer 1) 1996, décembre 22 ISRAEL, Rishon Lezion Derrel Sims, ufologue, et Barry Chamish, journaliste, rapportent l'histoire d'un adolescent du nom d'Alex Lemkin. A 23 heures ce jeune homme se promenait dans le parc lorsqu'il vit une petite fille d'environ 6 ans, au comportement bizarre. La croyant perdue il s'en approcha et à son ébahissement la fille avait une couleur d'albinos et de longs cheveux du même teint. Pendant qu'il la regardait, la fille se brisa en des douzaines de petites lumières. Ses souvenirs s'arrêtent là. Il reprend connaissance couché sur la pelouse du parc, plusieurs égratignures inexpliquées sur le dos lui font mal. (Joseph Trainor -Masinaigan - Ufo Folklore Center) 1997, 5 janvier FRANCE, Ille et Vilaine Au lieu-dit Chantepie, vers 2 h du matin, B.C. 57 ans, fermier, est réveillé par un bruit d'explosion et un sifflement strident. Son épouse, elle, continue de dormir. Il se lève, va dans la cuisine pour manger un morceau. Soudain, à l'extérieur, un grand flash. Il regarde par la porte-fenêtre et voit au milieu de ses champs, comme des phares. Il sort en prenant son fusil de chasse. Il se hâte vers la lumière aveuglante et essaie de crier, mais aucun son ne sort de sa bouche. Il se sent stoppé par une force invisible. Il ne peut plus bouger. Il voit alors deux êtres sortir de la forme lumineuse bleue. Les formes d'aspect visqueux et transparent passent près de lui semblant l'ignorer en se dirigeant sers la grange sur sa droite. Il sent des picotements sur tout le corps, il transpire et prend conscience d'être dans la neige en chemise de nuit et pantoufles. Il a peur. Les petites formes humanoïdes repassent à proximité et il les voit se fondre dans la forme électrique qui disparaît à la verticale instantanément. Ensuite B.C. retourne à grand peine vers la cuisine. Il est 5 h 15. Il vient de passer 2 h 45 dehors dans le froid par -9°C en petite tenue et il transpire. Ses pantoufles sont gelées. Lorsqu'il entre sa femme dort toujours. Les lumières sont toutes allumées (Sentinel News n° 6; juill.août '97 p. 36) 1997, 12 janvier PORTO RICO, entre Caguas et Humacho Pedro Viera, policier en retraite, roulait vers 2 h 30 du matin sur la Route 40 entre Caguas et Humacho. Soudainement il vit un ovni discoïdal planer au-dessus d'un pré, soulevant dans un "faisceau de tracteur" un bovin. L'animal passait dans une ouverture sur le fond de l'ovni et fut alors hors de vue. Viera mit les
220

gaz, engageant une sorte de poursuite. Filant à toute vitesse sur la Route 40, il gardait continuellement l'ovni à l'oeil. Sa chasse s'arrêta brusquement par l'arrivée d'un modèle 4x4 ancien, et il dut s'arrêter sur le bas-côté de la route. Deux hommes en uniformes noirs surgirent du 4x4, s'approchèrent de lui et lui dirent " de leur laisser faire ce qu'ils avaient à accomplir." D'abord Viera ne comprit pas, mais ensuite il dut se rendre à l'évidence que ces paroles concernaient l'ovni. Entre-temps il l'avait évidemment perdu de vue et Viera rentrait chez lui. Cinq heures plus tard, vers 7 heures du matin, des Portoricains trouvèrent une vache mutilée le long de la route 40. Ils dirent que l'animal semblait avoir été jeté là d'une hauteur considérable. (Scott Corrales) (Ufo Roundup vol. 2 n° 8, Joseph Trainor) 1997, 13 février CHILI, Llano (Santiago) Vers 23 h 30, Marta Aguilar Montoya et ses deux jeunes enfants dormaient dans leur chambre du domicile à Gran Avenida, dans la section Llano de Santiago. Tout à coup, la mère de famille fut réveillée par un bruit de crachotements dans le téléviseur, alors qu'elle était certaine qu'il n'était pas allumé. Elle se leva et aperçut une "personne mince" de 1.5 à 1.6 mètres de haut, habillée d'une tenue collante fermée et d'un casque à visière. Elle ne put voir les yeux. Cette apparition portait aussi un sac à dos ajusté au casque par deux bretelles passant sur les épaules. Son mari étant au travail, étant seule avec ses deux petits dormant dans la seule chambre, Marta était morte de peur. Elle attrapa les deux enfants dans ses bras et resta là, à regarder. L'occupant ne cessa de la "regarder" mais ne fit aucun mouvement. Après plusieurs minutes il se tournait vers le mur de la pièce et Marta entendit à nouveau ce crachotement électrique, une sorte de bruit crépitant "SSHH". La créature disparut à travers le mur, laissant l'empreinte de sa silhouette sur le mur. Cette empreinte disparut au bout de deux minutes. Les cas de Lago de Rapel et de Llano sont enquêtés par le groupement ufologique AION. ( Luis Sanchez Perry) (Ufo Roundup vol. 2 n 8 - Joseph Trainor) 1997, 20 février ESPAGNE, Paradeseca (Orense - Galicie) Heliodoro Nunez tondait des moutons dans une pâture à 3 km de la route vers Chandrexa, le long de la rivière Devesas. Il était environ 16 heures quand j'étais avec le troupeau, dit-il. Soudainement les chiens se mirent à aboyer et je reçus un rai de lumière sur moi. Me retournant je voyais ces étranges créatures. Il décrit plusieurs entités de 3 m de haut et portant des chapeaux coniques bizarres. Le groupe entier changeait de couleur simultanément, du rouge au bleu, ensuite au jaune et encore au vert. "Ce n'était pas de ce monde, et à la vue de cette apparition je me suis mis à prier". Un voisin, Juan Gonzalez Gonzalez confirme en disant qu'il a vu dans cette prairie à la même heure quelque chose de bizarre. C'était une lumière rouge d'un ton très intense planant au-dessus des arbres. Mais à cause de la distance le séparant de Nunez, il n'a pas vu les géants. L'enquête est faite par le groupe Fenix de La Coruna. A l'enquêteur l'épouse de Nunez raconte, que son mari arrivait ce jour-là à la maison complètement apeuré. Il ne fit que prier, ne put dormir deux nuits durant et ne put rien manger. (journal La Region du 23.2.97) (Ufo Folklore Center - Roundup vol. 2 n° 18 du 4.5.97) 1997, 22 février CANADA, Aklavik, NWT Cinq personnes sont suivies le long de la route par deux objets gris-argentés qui planent au-dessus de l'autoroute, puis glissent gentiment vers la neige et atterrissent. Les objets présentaient des rangées de "fenêtres" éclairées d'une lumière brillante et bleue. En continuant leur chemin, prenant une route transversale, les témoins perdaient les objets de vue. (The 1997 Canadian UFO Survey)

221

1997, 5 mars ITALIE, San Martino Spino Un objet étrange, en forme de frigidaire est "pourtant" observé par un homme à la retraite de San Martino Spio vers 8 heures du matin. L'objet était posé au sol "sur quelques jambes" . Il semblait y avoir deux hublots. Une heure plus tard seulement l'objet s'est élevé pour s'envoler. (Resto del Carlino, ed. Modena, 7 marzo; avvistamenti 97, CISU) 1997, 9 mars CANADA, St Emile de Suffolk (Québec) A 19 h 15 est observé un objet carré noir de 2 m de long, il porte deux phares puissants. Il est fait état d'un mur de lumière de 165 m de long sur 11 m de haut. (BANQUE OVNI, Bagneux France, année 1997, p. 5/8, mise à jour 13.5.97) Paul Dassault, 67 ans, se promenait près de sa maison. Il vit à sa droite, à environ 200 pieds, deux grandes lumières jaunes dans les bois. Il fut alarmé, car il n'y a pas de route par là, même pas une piste pour un scooter des neiges. Après quelques secondes, il se rendit compte qu'il s'agissait d'un objet solide, noir, carré de 6 pieds de long (1 m 80) portant deux violentes lumières jaunes . Se décidant, il entra dans le bois, mais du centre de l'objet sortit un immense mur de lumière à chaque côté , long de 165 mètres. Il montait jusqu'à 11 mètres de hauteur. Epouvanté le témoin retourna chez lui, mais il vit que l'ovni restait encore en place. (enquête CEIPI du Québec)

1997, 13 mars ... jusqu'en juillet et au delà. USA, Prescott Valley, Arizona D'après la police un homme aurait vu un ovni au-dessus du centre commercial de Prescott Valley vers 20 h 00. Peter Davenport, de l'organisation National Ufo Reporting a reçu des douzaines d'appels d'abord de Paulden, puis de Prescott, ensuite de Glendale et les dernières observations avaient lieu au-dessus de Tucson. Un homme de Paulden le signalait au journal "The Daily Courier" avoir vu un objet de la forme d'un diamand. Un astronome appelait pour dire qu'il avait vu un objet avec cinq feux blancs. Apparemment de la base AFB Luke, deux avions munis de caméras auraient été lancés à l'interception de l'objet. A son retour, un des pilotes était en état de choc. Cependant, la porte-parole de la base, le Sgt Rolla Suttmiler dénie cette information. (Aufora News Update 16.3.1997, recueilli par AREPS.) Le premier appel vint d'un ancien policier disant que lui et sa famille virent une amas bizarre de lumières rouges bougeant très rapidement dans le ciel dans les environs de Paulden à 20 h 16. Cet amas de lumières comportait distinctement des lumières rouge-orangées parmi lesquelles 4 à 5 lumières rouges étaient en tête, suivis par une lumière unique semblant se trouver en arrière des autres. Les lumières de tête semblaient se trouver en formation de "V" ou comme un boomerang. Les appels suivants vinrent de Phoenix où plusieurs personnes virent vers 20 h 17 passer 4 ou 5 lumières blanches très intenses. Ces personnes rapportaient que la formation avait une forme triangulaire avec un groupe complexe de
222

lumières le long des côtés. Un des observateurs dit que l'orientation des lumières blanches semblaient changer tandis qu'il regardait le phénomène avec sa famille. A Prescott Valley un témoin se trouvait dehors avec sa femme et ses fils quand ils virent l'amas de lumière au nord-ouest de leur position. Les lumières semblaient se trouver en une formation triangulaire et toutes semblaient de couleur rouge à l'exception de la lumière de tête qui était blanche. Le phénomène fut observé par des jumelles durant 2 à 3 minutes avant de passer à la verticale des témoins qui virent alors une "bande" vers la droite. Le phénomène disparut au SE de Prescott Valley. Dans la nuit cependant calme, aucun des témoin n'entendit le moindre son provenant du phénomène. Le témoin suivant vint de Dewey à 10 miles au sud de Prescott. Cinq adultes et jeunes, en voiture et roulant vers le nord sur le Highway 69 quand ils virent un amas lumineux de lumières en formation de V dans le ciel. Le conducteur s'arrêta dans un parking commercial et tous les occupants sortirent. A ce moment le phénomène était directement au-dessus d'eux où il resta là à planer pendant plusieurs minutes. Un témoin de ce groupe rapporte que le phénomène était tellement grand qu'il ne put couvrir la surface de la chose avec son poing fermé à bout de bras. Il estime que le phénomène se trouvait à 100 pieds d'altitude et dit qu'il était absolument silencieux. Il a vu un petit avion privé dans le voisinage de l'objet et que le phénomène semblait se diriger vers l'aéroport de Prescott. Ce témoin a alors alerté l'aéroport ainsi que la base AFB Luke, dont la téléphoniste lui confirma avoir reçu de nombreux appels. D'autres témoignages affluaient alors de Chino Valley, Temple, Glendale, Phoenix, Kingman et Tucson. Tous ces témoins décrivaient le phénomène en détail. Un astronome amateur de Phoenix vit à gauche de sa maison une masse de lumières solides, non brillantes, et put discerner que chacune était composée de deux lumières plus petites. Il vit deux avions dans le voisinage de ce phénomène, avions qui tournaient autour à l'ouest et à l'est. Le phénomène se déplaçait du nord vers le sud. Plus tard, entre 20 h 45 et 21 heures le phénomène fut vu pendant une dizaine de minutes, planant et disparaissant derrières les montagnes en direction du sud. Un tas de témoins firent des déclarations ayant vu des F 15c interceptant l'objet et le photographiant à l'aide de gun-caméras avant de retourner à la base de Luke, cet aspect de l'observation est malheureusement impossible à vérifier. (NUFORC, B. Davenport- News 002 recueilli sur Internet par CAAP - Roulers, Belgique) Un film vidéo fut réalisé par Tom King et Bill Hamilton (CBS EVENING NEWS) . Dans les différentes phases on y voit : - apparaître une lumière orange apparaît à Ahwatukee vers 21 h 50, elle vient se positionner près de deux autres lumières de couleur orange. - ensuite, quelques secondes plus tard, arrive une autre lumière orange. - on voit alors les 4 lumières oranges et une cinquième arrivant sur la gauche. Un pilote quittant Skyhabor Airport dit avoir vu cette formation au-dessus de son avion. ( E-mail Bill Hamilton, web page by Tom King -et - Ufo Folklore Center AUFORA News update 17.5.1997) 1997, 13 mars USA, Phoenix, Arizona Les habitants de l'Arizona ont été témoins de nombreux phénomènes aériens qui restent inexpliqués. Célèbres sous la désignation des "Lumières de Phoenix", ces phénomènes continuent à susciter l'attention des médias internationaux, et ce genre de phénomènes continue à se produire encore en notre époque. Ce qui s'est passé en Arizona le 13 mars 1997 pour toute une tranche de la population de la société américaine est sans équivalent dans l'histoire du phénomène OVNI de cette décennie. Il n'y a littéralement rien de comparable en ampleur à ces événements, si l'on excepte les grandes vagues d'OVNIS telle la vague Belge de 1990. Phoenix est une ville de 1.5 millions d’habitants, ainsi les témoins de ce fait étrange se compte par millier et des dizaines de vidéos de ces ovnis circule sur le net. Juste faire une recherche google pour s’en convaincre.

223

1997, 19 mars ESPAGNE, Karting de l'Escala, Girona A 4 heures du matin, les policiers de Girona, M.D y M.C. en voiture, observent un phénomène qu'ils qualifient d'identique aux ”Foo Fighters" , de forme arrondie, de couleur orangée, sans bruit perceptible. Le phénomène est d'abord observé stationnaire à 4 m du sol, à 40 m de distance, juste au-dessus du karting. Au moment où les policiers veulent en prendre une photo, avec l'appareil se trouvant à bord, l'ovni fait un brusque mouvement d'approche vers la voiture de patrouille, avant d'accélérer de manière incroyable et de disparaître en altitude. Le ciel était clair sans nuages, il n'y avait ni vent, ni pluie, la température était de 10° C. (le cas complet est publié dans le Monográfico nº1 de la revue ENIGMAS,. Jordi Jiménez) 1997, 24 mars GRANDE BRETAGNE, Sheffield Ce lundi la moitié de la ville de Sheffield fut privée d'électricité vers 23 h 45. Dans la nuit, à peu près à la même heure il y eut une alerte dans le district de Peak après l'observation de ce qui semblait être un avion volant très bas au-dessus des marais. Cette observation se terminait par un flash de lumière rouge et une traînée de fumée. D'autres personnes, parmi lesquelles un groupe en observation de la comète Hale-Bopp disent avoir vu un objet suivi de fumée et une étrange lueur rouge sur les marais. Quelques minutes plus tard un couple entendit une explosion forte qui secoua leur maison près de Strines Inn. N'ayant rien trouvé, suite à leur recherches personnelles, ces témoins appelèrent la police. Les officiers de police arrivés sur place, virent ce qu'ils crurent être un panache de fumée s'élevant des marécages en direction d'une zone boisée. Ils dirent qu'il n'y avait pas eu d'appel de détresse dans la zone et l'autorité de l'aviation civile affirmait qu'il n'y avait pas d'avion manquant à l'appel. La police du West Yorkshire et la RAF fut appelée en renfort pour effecteur des recherches aériennes dans la région marécageuse autour de Bolsterstone, tandis que la police locale et les militaires firent les recherches au sol. Près de 100 militaires ont écumé près de 40 miles carrées, sans trouver d'épave. Les recherches continuent sans grand espoir de trouver quoi que ce soit. Il s'agirait d'une étrange observation d'un crash sans accident mortel. Après les étranges observations des dernières semaines, dans la région suburbaine de Sheffield des rumeurs circulent après qu'il fut révélé que des Chercheurs examinaient une séquence vidéo montrant un objet volant très lentement. Ce film montrant un objet volant avec des lumières clignotantes fut pris par un homme qui était dehors pour observer Hale-Bopp, dans la même nuit que les événements racontés plus haut. Les scientifiques de l'université d'Edimbourg, département sismologie, révélaient également avoir enregistré une explosion sonore sur leur appareillage, immédiatement après l'observation dans le Sud Yorkshire. Ils disent que ce bang supersonique ne pouvait avoir été provoqué que par le Concorde, avion militaire volant bas, ou par la retombée d'un météorite de belle taille. Cependant, toute tentative de prise de contact avec le ministère de la défense ou avec la RAF a échoué.La police confirme avoir reçu 40 appels différents de témoins décrivant le phénomène comme un aile unique volant bas sur le nord de Sheffield, ou de forme triangulaire. (rapport en anglais reçu par l'AREPS le 30 mars 1997) 1997, 31 mars FINLANDE, Rovaniemi (nord du pays) Des ufologues observaient un combat aérien entre un jet de l'armée de l'air et un escadron de cinq ovnis, d'après Lars Osterman. Ils vinrent à connaître l'affaire à cause des appels du pilote (dont le nom ne sera pas divulgué) et qui répétait incessamment qu'il avait des ennuis. Son avion était un F-18A Hornet de la force de l'air finlandaise Suomen Ilmaviomat basé à Lapin Lennosto à 400 km au nord d'Helsinki. Le F18 avait décollé pour une patrouille de routine de 960 km le long de la frontière avec la Russie. Comme il survolait la toundra gelée au sud-est du lac Inarijarvi, le pilote vit tout à coup trois ovnis (disques) voler en direction du nord-est. S'en rapprochant pour mieux voir de quoi il s'agissait il vit alors qu'il y avait 5 disques au lieu de 3. Il en avertit la base par radio et reçut l'ordre d'intercepter les objets. Les cinq ovnis
224

luisaient d'une couleur orange et viraient brusquement vers le nord-ouest. Le F-18 les poursuit jusqu'à Ivalo, ville située à 200 km au nord de Rovaniemi. De cet endroit le F-18 chassait les disques vers l'ouest jusqu'au-dessus de Inari, où, après une interception ratée, les ovnis prirent le cap vers l'est et disparurent à grande vitesse à haute altitude au-dessus du lac Inarijarvi. Au moment où la formation se disloquait le pilote avait demandé la permission de faire feu. Permission accordée pour faire feu à volonté. Le pilote allait vers l'un des disques et se trouvant exactement derrière celui-ci fit la manoeuvre d'intimidation. Mais alors il entendit brusquement dans son casque une sonnerie d'alarme. L'ordinateur de bord était coupé et le canon 20 mm prêt à tirer avait repris sa position d'attente. Voulant alors utiliser les missiles air-air, un feu rouge de dysfonctionnement se mit à clignoter. Les ovnis sont partis à Mach 4 ou 5. Finalement aucun des équipements de vol ne fut affecté et le pilote put retourner sain et sauf à la base. La dernière fois qu'il vit les ovnis c'était en direction de Talvikula en Russie. (Email Interview de Lars Osterman, Ufo Roundup Volume 4, Number 1, January 5, 1999, éditeur Joseph Trainor) 1997, 8 avril BELGIQUE, Lochristie (Flandre Orientale) Christophe W. part comme d'habitude à bicyclette, pour rejoindre son lieu de travail. Il est 5 h 40 du matin. Cinq minutes plus tard, alors qu'il roule sur la chaussée d'Anvers, il voit à sa droite, à 500 m de distance et à 7° d'élévation, une brillante lumière, de temps à autre escamotée par la présence des maisons. Arrivé quelques minutes après près du parking de son lieu de travail, cette lumière survole le parking, empêchant le jeune homme craintif de s'y aventurer. Le phénomène, qui entre-temps s'est présenté comme trois grandes lumières blanches en disposition triangulaire, avec au centre de cette configuration une petite lumière rouge qui clignote de temps à autre, s'est positionné en oblique au-dessus de la chaussée d'Anvers, à 91 m d'altitude. A bout de bras il mesure 11,5 cm et les calculs effectués lui donnent une grandeur réelle variant, suivant les degrés d'angle de l'observation, entre 43 et 66 mètres. Le phénomène est silencieux. Là, au-dessus du témoin et du parking, cette chose se met à zigzaguer, faire des loopings, exécuter un tas de manoeuvres incroyables, durant plus de dix minutes. Ce n'est que quand le patron du jeune homme atteint le parking en voiture que le phénomène, retourne d'où il est venu, mais de l'autre côté de la chaussée. Durée totale de l'observation: 20 à 25 minutes. Conséquences: peur qui perdure: le garçon ne s'aventure plus jamais seul sur le parking aux petites heures du matin. 1997, 7 juin ANGLETERRE, Londres Les enquêteurs sont stupéfaits par une presque collision entre un avion Aer Lingus et un objet non identifié. Le vol BAe 146, parti de Stansted dans l'est de l'Angleterre, pour Dublin (Irlande) a dû effectuer une manoeuvre d'urgence quand les deux pilotes voient un engin rouge avec des lignes bleues et blanches, venir droit sur eux au nord de Londres. Le jet d'Aer Lingus est passé à 30 mètres seulement audessus de cet engin deux secondes plus tard. L'équipage rapportait tout de suite l'incident au contrôle du trafic aérien, suggérant qu'il s'agissait peut-être d'un avion militaire, comme le Hawk de l'équipe acrobatique de la RAF. Cependant, toutes les recherches effectuées sur les enregistrements radar n'ont donné aucun résultat: il n'y avait pas d'autre avion dans la zone. Les enquêteurs ont la certitude qu'il n'y avait pas de "Red Arrows" de la RAF en l'air ce jour là, et en ce qui concerne les Hawk, le dernier à atterrir se trouvait au sol depuis quatre heures déjà. (...) (The Daily Telegraph newspaper Friday 13 June 1997 et The Ottawa Citizen 13.67.1997) - L'incident s'est produit à 9000 pieds d'altitude au-dessus d'Hertfordshire. Aer Lingus n'a toujours pas d'explication, d'autant plus que les pilotes disent qu'il ne s'agissait pas du tout d'un avion. (UK Ufo-news) 1997, 17 juin USA, Tampa, Floride En plein jour, vers 11 h 20, Olga Booker, témoin initial, roulait vers son domicile, quand elle vit ce qu'elle prit pour un ballon avec des lumières rouges et blanches. Ce n'en était pas un, réalisait-elle, et elle
225

se mit à suivre le phénomène en voiture. L'objet ressemblait à une grande marmite en fer et volait lentement du sud vers le nord au-dessus des arbres et des maisons. Il était pyramidal de forme avec un côté légèrement courbe, et avait une lumière pulsante orange rouge dans chaque coin. Il y avait aussi une série de petites lumières clignotantes blanches. Elle en estima le nombre à une trentaine, sur la partie arrière, qu'elle vit en suivant le phénomène. Il était plat, sans ailes ni queue, sans hublots. Il y avait aussi des lignes, égratignures ou petits grains allant de gauche à droite donnant une réflexion cuivrée à la surface. (Mufon Ufo Journal n° 353, page 8, sept. 97) 1997, 11 août PEROU, environs de Lima A 23 h 15 un ovni émerge des nuages au-dessus du Pacifique et survole lentement Magdalena del Mar, faubourg de Lima. Finalement l'ovni planait à 300 mètres du sol, le long de la côte et près de la centrale de police. Un policier de garde l'aperçut et sonna l'alarme. Un projecteur fut allumé et dirigé sur l'ovni qui se présenta comme "étant de la lumière par lui-même, de couleur rouge, avec un point noir à l'intérieur". Regardé aux jumelles, l'ovni se mouvait de manière "diagonale" .Un peu plus tard, l'ovni étant toujours là, le projecteur fut à nouveau dirigé sur lui. L'ovni remonta rapidement dans le ciel et allait se poster un peu plus loin au-dessus de l'océan. Là il émit un faisceau de lumière puissant, balayant de gauche à droite et illuminant les maisons et les bateaux des patrouilleurs de police. Peu après minuit les journalistes arrivaient avec leurs caméras. L'ovni restait toujours en position jusque vers 3 heures du matin. (Ufo Folklore, Roundup vol. 2 n° 33 - 17.8.97 -Joseph Trainor) 1997, 10 septembre PALESTINE, Tulkarem Muhand Faras, 16 ans, revenait chez lui après les cours, quand il rencontra "un homme étrange, avec une sorte de petite "racine" au milieu du visage. Il avait la peau verte comme celle des grenouilles. Ses mains étaient très minces, se terminaient par trois doigts, et les ongles étaient très longs. L'étranger fait quelques gestes menaçants vers Muhand, criait quelque chose, et s'envolait dans le ciel. Muhad, trop effrayé, n'essaya même pas de suivre des yeux cette créature, pensant également qu'elle aurait pu "tirer quelque chose de dangereux" sur lui. (Yerushalayim for September 19, 1997; CNI News, volume 3, number 15, part 1, for October 1, 1997. Mike Lindemann) 1997, 14 octobre ISRAEL, désert du Néguev, Tel Sheva M. Bashad, bédouin arabe élevé en Europe et son ami M. Massoud, quittent le ville arabe de Tel Sheva en direction de Beersheba. Roulant de nuit sur l'autoroute non éclairée, M. Bashad vit le long de la route un homme sur le bas-côté, debout. Cette présence insolite le fit s'arrêter devant l'individu et il lui demanda s'il pouvait l'aider. A ce moment, l'humanoïde passait la paume de la main à travers le métal de la portière, comme si elle n'existait pas, tandis que les deux automobilistes virent sa face horrible de "mutant". Ils mirent les gaz sans demander leur reste. L'entité resta accrochée à la portière sur une distance de 2 km, à la vitesse du véhicule (75 miles à l'heure) avant de se dissoudre comme s'il était fait d'air. (Journal Ma'Ariv du 15.10.1996 - Ufo Roundup vol. 1 n° 36) 1997, 26 novembre CHILI, Punta Arenas A 23 h 34, Pilar Olazabal reconduisait ses amis Juana Villalobos Moreno et Carlos Iturbide Masana à leur domicile. "A 300 mètres de leur maison il y avait quelque chose de bizarre, un truc ovale, qui paraissait être en feu. Il illuminait toute la route". Le plus étrange dans l'observation est que la chose n'est vue que des deux femmes, l'homme lui, ne voit rien d'anormal. L'apparition dura plusieurs secondes. Arrivé devant le domicile des amis, le trio parle encore un peu de cette étrange chose, puis Juana reprend
226

la route pour rentrer chez elle. Dix minutes plus tard, dans une des rues principales de la ville, elle voit dans le rétroviseur un objet illuminé qui la suit. "Il était très proche, à 50 mètres seulement et à 20 mètres du sol. L'ovni était ovale et portait des lumières jaunes, bleues et rouges". Juana se gara et l'objet survolait sa voiture, à moins de 20 mètres. Elle put le voir tout en entier. L'objet accélérait alors et partit comme une flèche vers Estrecho de Magallanes (Détroit de Magellan). (Le cas est enquêté par Bertran Cardenas de l' AION) 1997, novembre ALLEMAGNE, Bernkastel, Kuess Vers 11 heures J.G. s'approche avec son beau père de la gare de Kuess. A 100 mètres de celle-ci, la façade délabrée et une fenêtre sans vitres. J.G. voit alors passer derrière cette fenêtre la partie supérieure (toit) d'un wagon pour voyageurs. Un wagon de teinte orange. J.G. fait alors remarquer à son beau père que des trains roulent à cette heure de la journée. Ils arrivent à la gare: elle est fermée. Contournant alors la façade en ruine il constate avec surprise que derrière ce mur il n'y a rien. Pas de voies ferrées, pas de quais, pas de trains. Seul un espace de terrain où se trouve immobilisé un camion de teinte bordeaux. Une rangée de maisons et des peintes occupés à donner un coup de peinture aux façades (en blanc) (GESAG, bulletin 98, mars 1998, p. 4, témoignage direct) 1997, 2 décembre BELGIQUE, Genk Le FUO (Hasselt) signale que dans la soirée du 2 décembre, au shift de 22 heures à l'usine Ford de Genk, 200 personnes auraient vu une sorte de grand losange noir qui fit un bruit bizarre: comme des pierres tournant dans une bétonnière. Quand l'objet virait, toutes ses lumières se trouvaient sur une seule ligne. Le groupement ufologique fut averti dès 22 h 10. Les derniers jours de novembre et les jours suivant le 2 décembre, un objet analogue était vu par d'autres témoins à Waterschei, Zolder, Maasmechelen. FUO s'est adressé à Eurocontrol pour savoir si un "Galaxy" se trouvait dans cette zone du ciel. Ce n'était pas le cas. (cfr réunion à Hasselt du 7.03.98) 1997, 8 décembre ANGLETERE, Yorkshire (en vol) Un Boeing 737 des British Midland Airways, décolle de Londres d' Heathrow Airport pour Belfast (Irlande du Nord). A 14 h 15, le jet survole Liverpool sur sa trajectoire nord-est. L'un des passagers vit alors tout à coup un très grand ovni dans la direction de la pointe de l'aile droite de l'appareil. La distance entre l'avion et l'objet est estimée à 240 km. Miles Johnston du groupement BUFORA, dit que c'était un appareil énorme, noir, de peu d'épaisseur, avec une lumière très intense dans un coin. L'objet semblait voler très lentement (difficile à estimer à cette distance) La longueur de la chose était de 20 fois son épaisseur. Il avait la forme d'un cigare et devait mesurer plus de 650 mètres de long. Il a été observé à peu près à la même altitude que l'avion, 33000 pieds, mais tout à l'horizon. Cela le place au-dessus du Yorkshire, dit Johnston. Il a été observé par les passagers durant 15 minutes Sous l'objet il y avait une couche nuageuse, ainsi l'objet n'aura pas pu être détecté du sol. Au bout des 15 minutes d'observation, l'objet lui-même entrait dans les nuages. Avant cela, il était visible sous un beau soleil. (Filer's Files #51 for December 24, 1997, George A. Filer of MUFON) 1997, 14 décembre CANADA, Vancouver, BC Sept témoins observent un objet qui a la forme du signe "A" . Il arrivait brusquement dans leur vue et s'arrêtait à mi-parcours. C'était une sorte de pyramide argentée et plate. Il planait pendant quelque temps, se mit à aller de haut en bas comme un yoyo et disparut soudainement. (The 1997 Canadian UFO Survey)
227

1997, 23 décembre CHINE, Canton Des centaines de travailleurs chinois de la zone industrielle jouxtant Canton, ont vu un ovni dans le ciel. Il était oblong et blanc, avec une rangée de hublots. A intervalles un faisceaux lumineux sortait de la partie inférieure. Autour des hublots il y avait un halo lumineux. Pendant plusieurs minutes l'ovni planait et volait lentement au-dessus des usines et des maisons, avant de tout à coup s'envoler à énorme vitesse. ("Il Stampa du 27.12.97, Edoardo Russo du CISU, Italie) 1997, fin décembre AUSTRALIE, Kajabbi (Queensland Un très grand ovni a atterri près d'un chemin de fer isolé et fut observé par l'équipage d'un train de marchandises. L'événement eut lieu à Kajabbi, également connu sous le nom de Milk Stop, se trouvant à l'extrémité d'une voie de Cloncurry sur le trajet Brisbane, Mout Isa (un train de passagers, le Sundowner effectue deux fois le trajet par semaine) Kajabbi se trouve à 1.936 km nord-ouest de Brisbane. Comme le train de marchandises arrivait à Kajabbi, l'équipage vit quelque chose comme une énorme construction, à côté des rails. C'était de couleur rouille, partiellement transparent, et assez long pour en faire un train (300 mètres) Au moment où le train s'approchait, cet objet s'éleva et s'envola. L'équipage est en état de choc par l'observation et certains ne préfèrent plus retourner sur les lieux. (Ufo Roundup vol.3 n° 9 du 1.3.98, Joseph Trainor) 1998, 10 janvier FRANCE, Grisy les Platres (Val d'Oise) D. Bruno, 62 ans, technicien retraite de l'aviation, et trois amis, s'en vont faire une partie de chasse et partent en voiture roulant vers le nord sur la route D 27. Comme ils s'approchaient de Grisy-les-Platres, Bruno notait la présence dans le ciel d'une série de lumières aussi brillantes que la Lune. Il était intrigué par l'étrange disposition des lumières à une altitude de 20 mètres. En se rapprochant les quatre amis ne pouvaient en croire leurs yeux, ni identifier ce qu'ils voyaient. Les lumières semblaient être des hublots lumineux linéaires espacés mesurant 5 mètres sur 3 mètres et se trouvant sur une énorme masse noire estimée à 45 mètres de large. Ce phénomène planait au-dessus de la route. "Il devait peser des milliers de tonnes" dit Bruno, qui avait abaissé la vitre latérale afin d'entendre le bruit que faisait l'objet et il se penchait pour mieux voir la partie ventrale. La chose était énorme, empêchant de voir le ciel au-dessus d'eux. Une partie centrale de la construction était d'une couleur grise plus claire que le reste et était de forme octogonale. En dessous il y avait des lumières éblouissantes. C'était le dernier souvenir que Bruno eut de l'objet. Ensuite Bruno retrouve ses esprits, toujours sur la D27, ayant dépassé Grisy-les-Platres de 4 km et en fait ayant dépassé de 3 km le point de ralliement. Les amis se trouvaient dans le même état de confusion. Le 23 janvier 1998, 13 jours après la rencontre, Bruno devait consulter le médecin à propos de marques de brûlures qui apparurent sur la partie gauche du visage et une infection oculaire. (Franck Marie et Banque OVNI Bagneux) 1998, 19 février USA, Toms River (New Jersey) A 22 heures Bob M. et son ami, George P., roulaient cers l'ouest sur la Garden State Parkway (route 37) quand ils abordaient une zone de pinèdes. Ils décidèrent de retourner sur la route 37 et firent demi-tour. A ce moment George dut freiner à mort afin d'éviter un grand objet à côté de la route, dans une sorte de clairière. La chose, en forme de soucoupe, posée sur trois pieds, ne se trouvait qu'à 10 mètres d'eux. Ils regardaient abasourdis pendant une minute, cet engin sur trois pieds, avec une sorte de petit escalier, le tout de couleur aluminium, sans autres marques, puis Bob demanda: "Vois-tu ce que je vois?" George répliqua "Si tu vois une soucoupe volante, c'est exactement ce que je vois..." Ils ne voulaient pas rester là et mettant les gaz, faisant voler alentour du sable et du gravier, ils retournaient vers l'asphalte et des routes fréquentées. Bob voulut pourtant retourner, mais George refusait. Ils allaient donc directement
228

chez eux, et y furent une heure plus tard. A leur surprise le soleil se levait! (il devait être alors 06 h 15) A leur idée il ne pouvait être que minuit. (Filer's Files #8 for 1998. George A. Filer of MUFON) 1998, 8 mars ITALIE, près de Rho (Lombardie) Très tôt le matin un fermier de l'endroit observe un ovni de la forme d'une poire qui aurait la queue vers le bas, de couleur blanche. Cette chose planait au-dessus d'un champ de blé. Le fermier appelle sa femme et ensemble le couple observe le phénomène une demi heure durant. Cependant, vers le milieu de l'observation, une ouverture se fit dans l'objet et un occupant en émergeait: il était très petit, entre 60 et 80 cm de haut, avec de très grands yeux noirs. Cet occupant flottait dans l'air, tout près de son engin, durant environ 10 minutes. Ensuite il rentrait dedans et l'objet se catapultait verticalement dans l'air en s'illuminant. (enquête en cours par Giancarlo D'Alessandro du Centro Italiano di Studi Ufologici : CISU; journal La Padania du 15.3.98) 1998, 3 avril ALLEMAGNE, entre Moringen - Lutterbeck - Fredelsloh (à 100 km au sud d'Hannover) date: 3 april 1998 de 21.30 à 22.00 La nuit était noire et nuageuse, il n'y avait de lune ni d'étoiles quand nous roulions dans le village de Fredelsloh. Ma femme, en regardant par la vitre latérale vit soudainement quelque chose de sombre couvrant le ciel au-dessus de notre voiture. Moi je conduisais et je regardais la route, donc je ne vis rien de spécial. Une minute plus tard un gros objet en rotation venait de la colline au-dessus de la vallée et traversait la route juste à l'aplomb de notre auto. Nous n'avons vu que les lumières qui se trouvaient en deux cercles concentriques, environ 10 dans le cercle extérieur et 7 dans le cercle intérieur. Le diamètre devait être de 50 mètres. Il n'y avait pas de lumières colorées: elles étaient blanches toutes et chacune aussi lumineuse que les phares de la voiture. La vitesse de rotation était environ d'une rotation et demie par seconde, ainsi n'était-il pas facile de distinguer une lumière à la fois. Mais chaque lumière devait avoir un diamètre de 50 cm environ. Cet objet volait à une altitude comprise entre 10 et 20 mètres au-dessus des champs jusqu'à un bois, dans un virage en s'inclinant tout comme l'aurait fait un avion ou un hélicoptère. Mais là, ayant fait une courbe, il fit demi tour rapidement pour revenir vers la route, arrêtant sa trajectoire près de notre voiture et volant à côté de nous à notre vitesse qui était de 100 km/h. Puis l'objet remontant en s'inclinant et je pus voir sa taille étonnante. Il volait au-dessus de la voiture pour aller de l'autre côté, puis fit la manoeuvre inverse. Ceci c'est répété 5 ou 6 fois durant notre trajet. A part le bruit de notre voiture nous n'avons rien entendu, rien senti. La radio de bord n'était pas allumée. La vitesse maximum de cet objet était de 400 à 500 km/h et l'accélération observée de 2 à 3 g. (je connais ma vitesse, je connais les points où l'objet traversait la route et la distance entre ces points et j'ai fait des calculs) Il est impossible que ce n'était qu'une projection par ce ciel très nuageux . Nous avons rencontré en route trois autres voitures. Les occupants ont-ils vu ce que nous avons vu? Merci. michael m_michael@gmx.net 1998, 12 avril ARGENTINE, Bariloche Quatre ovni sont observés immédiatement avant et durant une panne générale d'électricité. La première panne du réseau électrique survint à 19 h 45 et a duré jusqu'à 22 h 11. Les porte-parole de la Cooperativa Electricidade Bariloche (CEB) ont prétendu qu'il n'y avait pas d'explication à cet événement qui mit une grosse partie de la ville dans l'obscurité. Le courant fut coupé sur les lignes de transmission de la sousstation de Cipresales. Cependant, à 22 h 15, il y eut une nouvelle panne générale et elle a duré jusqu'au lundi 13 avril à 1 h 30 du matin. Le quotidien "Diario Rio Negro", rapporte le témoignage de Gustavo et Beatriz Riveros qui ont aperçu des étranges lumières au-dessus de la colline Cerro Carbon à l'est. Beatriz vit deux lumières fusionner audessus d'un champ, au moment même de la panne d'électricité. D'autres témoins observent des illuminations bizarres au-dessus du lac Nahuel Huapi. Dans le quartier San Francisco une femme vit une
229

boule de feu rouge descendre en zigzag en direction du chemin piétonnier à escaliers taillés dans le roc à Triscornia. Un disque lumineux est observé par ailleurs à l'intersection des rues Calle Fernando Beschtete and et Calle La Paz. Nicolas Lavalle vit quatre ovnis planer: "il y en avait un grand et trois plus petits" dit-il "les petits se sont attachés au grand." Andrea Caparo et ses soeurs Natalia et Caroline ont observé vers 23 h 30 une soucoupe "comme une tomate et plus grande qu'un avion" énorme avec des lumières scintillantes rouges, jaunes, vertes et bleues ainsi qu'un autre objet plus long portant des lumières de couleur rouge et jaune. Ces objets restaient en sustentation pendant plusieurs minutes avant de partir en direction du lac. (Agence TOLAM et AFP, Diario Popular Buenos Aires, Diario Rio Negro du 14.4.1998) 1998, 25 avril PAYS-BAS et ANGLETERRE Les journaux Londoniens Daily Telegraph et Daily Mail rapportaient que la chasse d'interception Royale Néerlandaise avaient poursuivi un ovni géant de forme triangulaire au-dessus de la Mer du Nord. D'après le Daily Mail, le radar de la RAF à Fylingdales dans le Nord Yorkshire avait un écho d'un objet volant inhabituel, volant en zigzag à une vitesse de 17.000 mph (27.200 km/h) et des avions de combat de la RAF furent mandés pour l'interception, tandis que deux F-16 hollandais tentaient à leur tour, mais en vain, de se rapprocher de l'objet, qui augmentait sa vitesse pour atteindre alors 24.000 mph ( 38.400 km/h) filant vers le nord-est et vers l'océan Atlantique Toujours d'après ce journal "les porte parole officiels de la RAF étaient abasourdis par l'objet, qui était réellement piloté de manière intelligente si l'on tient compte des nombreuses manoeuvres qu'il exécutait ". " Il se présentait de forme triangulaire et avait la taille d'un navire de guerre , soit 900 pieds (environ 300 mètres)" D'après le Daily Telegraph, "des enregistrements étudiés par des experts britanniques et américains, montreraient des objets changeant de forme à mi-altitude ainsi qu'un objet grand comme un navire de guerre volant à 33 fois la vitesse du son". Les enregistrements seraient montrés en juin au symposium de l'Espace qui se tiendra à l'Air Warfare Center de la RAF Cranwell au Lincolnshire." Les journaux publièrent les articles le lundi 27 avril, mais l'organe de presse de la RAF démentit qu'une opération conjointe avec les hollandais avait eu lieu concernant un ovni. Ils dirent qu'effectivement un symposium se tiendrait en juin, mais que cela concernait des stratégies militaires dans l'espace et pas du tout des ovnis. Le Daily Telegraph écrivait le 29 avril 1998 "qu'il s'en tenait à son histoire et à sa source RAF". D'après Graham W. Birdsall, éditeur du magazine ufologique anglais "UFO Magazine" cette "source" serait Philip Burden, un ex employé du Ministère de la Défense, qui, lorsqu'il était encore engagé il y a plus de dix ans d'ici, écrivait des petits articles pour la publication "RAF News". (Daily Telegraph for April 27, 1998, "RAF Spots Speeding UFOs with New Radar," Daily Mail for April 27, 1998, "24,000 MPH UFO Buzzes Britain." et Errol Bruce-Knapp, Graham W. Birdsall et Dave Clarke of BUFORA) ## 1998, 8 août ITALIE, Claut (Pordenone - Giulia) A 5 h 30 du matin cinq personnes ont vu un extraterrestre volant au-dessus de la plaine de football. D'après Antonio Chiumiento, ufologue italien, deux fermiers, l'intendant de la plaine de football et un couple de touristes ont vu le phénomène. L'extraterrestre volant a ensuite rejoint la soucoupe qui planait en hauteur. Celui-ci est parti à la vitesse de l'éclair. "Angelo F., l'un des fermiers, prenait son casse-croûte à proximité du terrain ,avant de commencer son travail, quand il vit un objet multicolore. A son avis cela mesurait 70 cm à bout de bras. L'intendant Angelo B., observait la chose comme elle passait au-dessus de sa tête. Il la décrit comme "un humanoïde avec une grosse tête et un corps très mince, comme une poupée. L'être devait mesurer environ 130 cm de haut et portait comme une armure corporelle en forme de V et se trouvait dans un "emballage" lumineux. Une fois que l'être avait rejoint l'ovni, celui ci s'est élancé immédiatement à vitesse vertigineuse (Il Manifesto , Gazzetta del Mezzogiorno du 15.8.1998, et Edoardo Russo, Lucio Cassano et Remo Ponti)

230

1998, 10 août AUSTRALIE, Quirindi (près de Tamworth, Nouvelles Galles du Sud) (Enquêteurs: Moira McGhee, Bill Chalker, Bryan Dickeson, Diane Harrison, Robert Frola UFO Group: INUFOR, UFOIC, UFOR(NSW), UFOICQ) Mrs. Eunice Stansfield 61 ans venait de prendre le thé dans le jardin avec sa fille Noelene. Il était 13 h environ, et elle entrait les tasses dans la maison quand elle entendit sa fille dire "Là, ça va mal!" En sortant de la maison elles vit des "toiles d'araignée" tomber du ciel où elle vit une vingtaine de boules argentées manœuvrer et accélérer à une altitude supérieure à celle des avions de ligne. La substance ressemblant à des toiles d'araignées tombait au sol, sur les lignes téléphoniques... Sa fille restée dehors en était elle-même couverte. En essayant de les prendre, elles se désintégraient dans sa main. La voiture familiale en était recouverte mais en s'en emparant pour les mettre dans une jarre, les fils ténus s'y désintégraient. (Tamworth's North Daily Leader, 10.08.98) Le 11 août 1998 Moira McGhee de l' INUFOR rendit visite aux témoins et put récolter un pot de yogourt fermé et placé dans le surgélateur dans lequel un peu de cette matière avait été gardée. Elle était apparemment intacte et a fait l'objet d'analyses. Durant l'observation Mario, le mari d'Eunice, ex pilote de l'Otan, estimait l'altitude des sphères à 50-60,000 pieds. Parmi les boules simples il y avait deux paires de sphères reliées entre elles par une forme cylindrique. L'observation a duré plus d'une heure et demie et probablement près de 2 heures. Ces boules arrivaient de l'est par vagues et se mettaient ensuite à manœuvrer. Eunice dit que les plus grand mesuraient de 5 à 8 cm de long à bout de bras (si l'altitude est correctement estimée, cela leur fait alors un diamètre compris entre 820 et 980 mètres. Les manoeuvres observées semblaient très compliquées et difficiles à suivre par un seul témoin. Les sphères se rassemblaient, se rapprochaient l'une de l'autre, s'écartaient, volaient en faisant des virages à angle droit, faisaient des manoeuvres "en miroir" par paires; les boules arrivaient lentement, puis se mettaient à bouger à grande vitesse, volant directement au-dessus de la maison. A certain moment quatre de ces sphères semblaient disposées l'une sur l'autre en restant immobiles dans le ciel. Puis la supérieure tombait en avant, suivie des deux autres. Tout ceci semblait se faire en des mouvements délibérés et contrôlés. Ensuite d'une formation en V de 5 sphères, l'une partit à gauche, l'autre à droite et les trois autres formaient alors une ligne droite. Pour terminer Mario vit une des sphères les plus petites entrer dans une formation de deux grosses reliées par un cylindre. Aucune traînée ni émanation ne fut vue venant de ces sphères. Jusqu'au moment où plusieurs semblaient lâcher quelque chose par l'arrière. Ce quelque chose se consolidait en tombant et avait l'aspect de toiles d'araignées recouvrant les lignes, les arbres, les haies, tout. Durant l'observation Eunice téléphonait aux amis et voisins en demandant si quelqu'un pouvait filmer le phénomène. Les conditions météo: c'était le premier jour de ciel bleu après une période de pluie, mais la température était toujours fraîche pour la saison, il y avait un peu de vent. Dans le voisinage et la région, tous les chiens aboyaient frénétiquement durant toute la durée de l'observation. 1998, 21 août ITALIE, Citta di Castello, Perugia. Des personnes d'un des faubourgs de Perugia, à Citta di Castello prétendent avoir vu "un extraterrestre humanoïde volant". La rencontre eut lieu aux confins du faubourg, où les témoins virent "un petit extraterrestre courbé comme une vieille qui ramasse des herbes". Comme la silhouette ne répondit pas aux appels des gens, ceux-ci s'en rapprochaient avec précaution. " Arrivés à 200 mètres de l'être, il apparut une chose comme un cylindre argenté. Ce cylindre se mit à planer à deux mètres du sol. L'humanoïde s'élevait alors jusque dans l'objet planant, qui accélérait alors rapidement à la verticale, en disparaissant en quelques secondes." (Corriere dell'Umbria du 28.8.1998 et le Cisu, cfr Edoardo Russo, Simone Cumbo) 1998, 15 septembre AFRIQUE DU SUD, Schalkrust (Lydenburg) L'ingénier du rail J.L. de Villiers réduisait la vitesse de son train à 3 h 32 en arrivant près de la gare de
231

Schalkrust, gare qui se trouve près d'un champ plat de 4 km de côté. "Une étrange lumière orange-jaune montait et descendait au milieu du champ, à grande vitesse", dit de Villiers " Ce n'était pas un objet très grand, la taille d'un ballon de football ou un peu plus", dit-il. "Cette chose montait à 20 mètres de hauteur à très grande vitesse, revint vers le niveau du sol, et remontait. Au bout d'une minute elle s'évanouit dans le néant." Leon Bouwer, correspondant du UFO Roundup pour l'Afrique du Sud, rapporte qu'il y a dans la province de Mpumulanga (ex Transvaal de l'est) où se trouve Schalkrust, plusieurs petites mines de charbon abandonnées qui brûlent en sous-sol et que éventuellement, l'équipage du train aurait pu voir l'un de ces geisers de gaz. (Stig Agermose, Errol Bruce-Knapp, Leon Bouwer et UFO ROUNDUP, Volume 3, Number 38, Editor: Joseph Trainor) 1998, 30 et 31 octobre USA, Baca Grande (Colorado) Dans le nouveau quartier partiellement construit, une femme regardait par la fenêtre et vit des petits extraterrestres traverser le jardin en courant. Cette personne raconte son histoire à l'auteur-ufologue Christopher O'Brien. "On aurait dit qu'en même temps des petits objets heurtaient le mur de la maison, dit-elle. On voit les alentours car il n'y a pas d'arbres du tout sur une bonne centaine de mètres. Les petits extraterrestres avaient des têtes proportionnées à leur taille, qui était de 1,20 m environ. Dans leur course ils étaient accompagnés d'une sorte de cochon fort poilu. " Le lendemain, samedi 31 octobre, la femme aperçut un objet ovale volant rapidement entrer par la porte de jardin et puis ralentir en montant jusque dans le hall, au-dessus d'elle. L'objet avait la couleur du lait avec une bande réfléchissante tout autour, qui semblait chromé Le témoin était tellement abasourdi qu'elle ne voulait plus regarder cette chose, moment qui fut mis à profit par l'objet pour disparaître. Elle estime que cette chose se trouvait à environ 3 mètres d'elle. (Ufo Roundup , Volume 3, Number 45 November 9, 1998, Editor: Joseph Trainor - Christopher O'Brien, auteur de THE MYSTERIOUS VALLEY) 1998, 25 novembre ESPAGNE, Séville, Base de Moron de la Frontera. Déclaration du radioamateur D.B.R. indicatif « Alfa » résidant à Alacala de Guadeira, Séville : « Je suis militaire de carrière et affecté au service de garde. A 5 heures du matin, environ deux heures avant la fin de ma garde devant les hangars spéciaux n° 1-509 avec mon équipier Pastor-Aleman, j'ai entendu un bruit dans les buissons, comme si l'on sciait du bois. Mon équipier me dit : « Allons y ! Allons y !» et mitraillette en main, j'ai vu un mouvement et j'ai crié « Qui va là » sans recevoir de réponse et j'ai tiré deux coups en l'air. Des buissons est sorti un homme de haute stature, plus de 2 mètres. Nous n'avions pas de lampes-torche et nous n'avons donc pas vu ses traits car il faisait encore nuit. Mais ce qui nous apeura c'étaient ses yeux brillants, d'un vert fluorescent et du coup je lui ai envoyé un chargeur de 20 balles en plein corps. L'homme n'a pas bougé, il restait tranquille. J'ai crié en panique à mon équipier de tirer lui aussi. Mais quand il s'est trouvé devant l'énorme homme (il devait avoir pas loin de 2 m 50) il s'est mis à reculer, puis s'est mis à geindre en venant mettre sa tête sur mon épaule. J'ai introduit un autre chargeur de 40 balles. Quand j'étais prêt à tirer, l'homme à levé la main comme en un signe de salut, me regardant tranquillement de ses yeux lumineux verts et il est retourné dans les buissons. J'ai un peu cherché, mais je ne l'ai plus retrouvé. J'ai appelé la centrale par talkie-walkie. Ils m'ont envoyé une patrouille et ceux-ci m'ont conduit devant le commandant. Quand j'ai raconté ce qui c'était passé il m'a dit : « Voir, entendre et se taire, et cela vaut dès que tu sortiras de cette pièce." » il m'accorda tout de suite une semaine de congé non sollicité. En retournant prendre mon service une semaine plus tard, je suis retourné sur les lieux : il n'y avait plus aucune trace de rien : ni les douilles, ni même les cendres de ma cigarette ! Depuis cet événement je me sens mal, j'ai des sueurs froides et je tremble des mains rien qu'en y pensant. Pourtant sur la base il arrive souvent des choses bizarres, mais aucune ne m'a tant perturbée. » L'enquêteur ajoute que ce militaire âgé de plus de 25 ans, se conduit comme s'il était persécuté, et ne fait plus qu'observer la rue autour de sa maison en proie à une véritable paranoïa. (Carmen Pina, Box 1129, Séville, 19.6.1999)
232

1998, 5 décembre ESPAGNE, Séville – base de Moron de la Frontera Récit du radioamateur D.B.R. indicatif « Alfa » résidant à Alcalà de Guadaira, Séville : « Dans un hangar spécial, dont je ne me souviens plus si le numéro était bien le 1-6 ou – 0, arrivaient cinq patrouilles. Nous devions entourer le hangar. En moins de dix minutes nous étions déployés et on sortit alors du hangar une remorque américaine avec la marque US ARMY. Sur la remorque il y avait une forme cylindrique ressemblant à un missile (mais je ne suis pas certain que c'en était un) Sa couleur était argentée métallique, sans aucun numéro d'inscription ni d'autres références. Dans l'objet il y avait une trappe ou un portillon qui s'ouvrait. A ce moment précis le commandant nous ordonnait de tenir l'objet en joue avec nos armes. Dans cette position nous avons attendu un certain temps l'apparition d'un avion américain dans lequel fut chargé la remorque avec l'objet cylindrique. L'avion transporteur s'est envolé escorté de deux autres avions. » (UCU, Carmen Pina, PO BOX 1129, Séville) 1998, 4 décembre
NASA SPACE SHUTTLE Mission STS-88 Mission: First International Space Station Flight Space Shuttle: Endeavour Launch Pad: 39A Launched: December 4, 1998, 3:35:34.075 a.m. EST Landing Site: Kennedy Space Center, Florida Landing: December 15, 1998, 10:53:29 p.m. EST Runway: 15 Rollout Distance: 8,343 feet Rollout Time: 44 seconds Revolution: 186 Mission Duration: 11 days, 19 hours, 18 minutes Orbit Altitude: 173 nautical miles Orbit Inclination: 51.6 degrees Miles Traveled: 4.7 million

UN VAISSEAU NON IDENTIFIE EN ORBITE TERRESTRE
LA PREUVE PAR LES PHOTOS DE LA NASA Texte de la rédaction de la revue « Top Secret » N°45(oct.nov. 2009) La rédaction de Top Secret attendait depuis longtemps une telle découverte. Ces dix dernières années nous avons cherché parmi des milliers de clichés de la NASA des images qui pourraient conforter nos hypothèses à propos de visites extraterrestres ou à propos d’un programme militaire spatial « ultra secret » mené en parallèle de celui de la NASA. Nous supposions depuis les déclarations du « hacker » Gary McKinnon et les clichés réalisés par J. L. Walson que ces « vaisseaux extraterrestres et/ou humains » étaient bien là, justes au-dessus de nos têtes… Il ne nous manquait qu’un document photographique irréfutable. Or, nous avons peut-être ce « Graal » de l’ufologie après quoi les chercheurs du monde entier ont couru pendant des années. Il s’agit de six clichés indiscutables (de part leur provenance) d’un engin inconnu en orbite autour de la terre. De deux choses l’une, soit cet engin est une création humaine, et dans ce cas c’est la preuve de l’existence de cette fameuse « armée spatiale secrète » évoquée par Garry McKinnon. Une armée en possession d’une technologie secrète qui a exploré et colonisé tout le système solaire au cours des cinquante dernières années. Soit l’engin est extraterrestre, et alors c’est un document historique attendu par les chercheurs du monde entier. Ces six photos inédites sont les plus extraordinaires qu’il
233

nous ait été donné de voir après plus d’une décennie de recherches intensives. Toutes les autres photos d’ovni vous paraîtront bien fades lorsque vous les aurez vues. C’est donc avec beaucoup d’émotion que nous vous livrons ces images accompagnées de nos réflexions. Ces images ont été découvertes sur un site officiel de la NASA. Elles étaient-là, sous nos yeux, et disponibles en libre accès à travers une simple adresse web… mais perdues au milieu de centaines d’autres. Il suffisait d’avoir le courage de les visionner toutes. C’est ce qu’à fait le webmaster du site internet : http://alienforces.wordpress.com Ces images appartiennent à l’humanité tout entière. C’est à présent aux médias traditionnels de les reprendre et de les porter à la connaissance du grand public, et de poser les questions qui s’imposent. Mais auront-ils le courage ou la curiosité suffisante pour le faire ? C’est à la NASA de nous expliquer franchement quelle est la nature de cet objet photographié. Un « vaisseau mère » d’une civilisation extraterrestre… ? Un engin de la fameuse flotte spatiale dénoncée par Garry McKinnon ? Je ne doute pas que les sceptiques trouveront une explication rationnelle, une voile à la dérive, un débris, un ballon, ou bien l’habituel grain de poussière. Une chose est sûre, pour nous, les étoiles ne seront plus jamais comme avant, maintenant qu’avec nos yeux nous avons vu l’impossible. Les six clichés de la NASA ont été pris les uns à la suite des autres comme l’indique la numérotation et la référence des images. Ces photos ont été prises par la mission STS 88. Voici la première photo de la série :

STS088-724-65

Que penser de cette ombre grise « semi-organique » au fond dans la zone d’obscurité de l’espace ? Apparemment ce n’est pas un satellite artificiel. Ce n’est pas non plus une météorite, alors qu’est-ce donc ? Difficile de se faire une idée. Le cerveau humain a du mal à donner du sens à ces formes, car la présence de cet objet va à l’encontre de tout ce qu’il a appris, de tout ce qu’il croit savoir. De fait l’objet que nous voyons ici est un objet totalement impossible. C’est totalement contraire à tout ce que nous a inculqué le lent conditionnement que nous subissons tout depuis l’enfance. Et pourtant, il est là ; cela se passe juste au-dessus de nos têtes. Ne devine-t-on pas un poste de commandement au sommet de l’ovni ? Des formes structurées ? Des arrondis et des protubérances ? N’y a-t-il pas à l’arrière une petite lumière qui scintille comme le ferait un petit réacteur directionnel ? Et ne devine-t-on pas des ailerons ?...
STS088-724-66

234

Cette fois l’engin a bougé et il est entré dans la zone de lumière. Il se présente sous un autre angle et nous pouvons mieux l’observer à présent. Il semble présenter son nez vers la Terre comme s’il s’apprêtait à pénétrer dans notre atmosphère. On retrouve la protubérance très visible sur le sommet de l’appareil ; car il n’y a plus de doute à présent. Il s’agit bien d’un objet manufacturé d’une taille importante en orbite audessus de nos têtes. Observez cette fois encore les ailerons à l’arrière. L’objet fait penser au fameux TR3A black manta des black programmes américains.
STS088-724-67

Difficile encore une fois de se faire une idée précise de l’engin. Celui-ci semble pouvoir changer de forme en fonction de la manœuvre en préparation. A cet égard, on pense encore au TR-3A black manta dont on dit qu’il serait composé d’un alliage à mémoire de forme lui permettant justement de modifier son apparence en fonction des besoins. Une chose est sûre, l’engin n’est pas un débris à la dérive car son assiette semble déterminée et l’engin semble parfaitement profilé pour voler en atmosphère.
STS088-724-68

235

L’aigle déploie ses ailes et plonge vers la Terre. On distingue une série d’ailerons à l’arrière. L’envergure de l’engin semble impressionnante et son vol majestueux.
STS088-724-69

Observez attentivement la forme de cet engin. Il n’a vraiment rien de conventionnel. Quel est cette protubérance que l’on retrouve sur l’appareil ? Un moteur à antigravité ?
STS088-724-70

L’ovni est équipé d’une série de lumières de chaque côté de ce qui semble être des ailes. Observez sous le côté gauche de l’appareil les trois petites lumières. Elles ne laissent aucun doute, nous ne sommes pas en présence de reflets lumineux. Ces lumières font penser à une signalétique bien humaine. On a l’impression finalement que l’engin va faire son entrée dans l’atmosphère la tête en bas. A l’arrière, le propulseur principal vient de s’allumer. S’agit-il d’un test militaire secret ? La navette vient-elle de
236

photographier l’arrivée de « visiteurs » ? Pour en savoir plus il faudrait avoir accès aux vidéos de la NASA car la séquence a forcément été filmée.
Autre cliché mission STS61C-31-2

Une masse sombre triangulaire énorme dans l’atmosphère… (l’aurora ?) Sommes-nous capable d’imaginer tout ce qui se déroule au-dessus de nos têtes ? Explication des no., de photo; 088 = no., mission, 724 = no., rouleau de film, 70 = no., cliché. 1999, 5 février AUSTRALIE, Roxby Downs (près de Port Augusta dans le sud) Vers 22 h 25 Jeff Cook et Mick Cartwright, toux deux de Minlayton, roulaient en direction du sud de Roxby Downs vers Port Augusta quand Cook (qui ne conduisait pas) vit ce qu'il prit pour la scène d'un accident routier à environ 1,5 miles en face de lui. S'y trouvaient une multitude de lumières rouges et au moins une lumière bleue clignotante. Quelques secondes plus tard il se rendit compte que ces lumières n'étaient pas stationnaires à un endroit donné, mais avançaient sur la route à une vitesse analogue à celle de leur propre voiture. Avec cette bizarrerie en prime que les lumières s'écartaient de la route de temps en temps, et de chaque côté, pour déborder de quelques pieds. Il fit remarquer le phénomène à Cartwright, et en regardant le compteur de l'auto, ils constataient qu'ils circulaient, eux et les mystérieuses lumières à la vitesse de 110 km/h. Au bout de quelques minutes ils virent des phares de voiture arriver en sens inverse, et apparemment montant une côte en courbe. Cook dit: "Comme les phares se rapprochaient, on se rendait compte que le véhicule allait se trouver bloqué par toutes ces lumières devant nous. Eh bien, non. En deux secondes les lumières rouges et bleues disparurent sur place, les phares de la voiture dans le sens inverse semblait se trouver en bas de la côté et disparurent... mais on ne les revit jamais. En continuant sur notre lancée nous constations qu'il n'y avait pas de descente ni de montée à cet endroit de la route, ni d'ailleurs d'interruption dans la rangée d'arbres qui la bordaient de part et d'autre. Il n'y avait même pas trace de la moindre poussière qui aurait pu indiquer qu'à cet endroit un véhicule avait quitté l'asphalte pour un chemin de terre." (journal australien "Country Times" du 20.02.1999 et Diane Harrison du groupement Australian UFO Research Network Hotline, 25.02.1999) 1999, 20 février ESPAGNE, près d'Alicante Plusieurs jeunes gens en voiture se rendaient à Alicante quand soudainement la voiture perdit toute puissance et s'arrêta. "D'abord nous avons ri, mes amis et moi. Mais ensuite en constatant que nos téléphones portables ne fonctionnaient plus non plus, ni l'horloge digitale dans l'auto, ni les phares, plus
237

rien de ce qui était électrique, nous avons été étonnés. Comme alors nous entendions une sorte de bourdonnement, nous sommes sortis du véhicule. En regardant en l'air nous avons vu trois lumières en formation triangulaire et juste au moment où nous les apercevions, elles se mirent en route et disparurent. Immédiatement tous nos appareils fonctionnaient à nouveau et le moteur se remit en marche au premier tour de clé. Le plus bizarre c'est que nous nous sommes trouvés juste en dessous de ce phénomène et que nous n'avons pas senti le moindre souffle de déplacement d'air. Pourtant la chose se trouvait à maximum 30 mètres au-dessus de nous. (Filer's Files #9 de février 1999, George A. Filer, Eastern director of MUFON) 1999, 9 mars MALAWI , Siledi, district de Mwanza Un ovni rectangulaire a causé l'excitation parmi des ouvriers de la construction logeant dans le petit village de Siledi, où ils sont occupés à la construction d'une école. "Ils ont eu le choc de leur vie, quand un objet ressemblant à un cercueil (une grande boîte rectangulaire) survolait leurs maisons juste après 21 heures. Cela a commencé par le bruit d'un vent très fort et croyant à une tempête ils étaient sortis pour voir ce "cercueil" noir voler au-dessus des toits." (The Daily Times de Blantyre, Malawi du 10.3.1999, titre "Coffin' flies over houses." et correspondante CNI Diane Cammack) 1999, 29 mars USA, LaVerne (Californie) A 4 heures du matin Ryan H. dormait comme un loir au second étage de la maison familiale, quand il fut soudainement réveillé par des secousses dans la pièce, comme s'il y avait un tremblement de terre de moyenne intensité. Cependant il constata vite que les secousses semblaient venir du haut plutôt que du bas et de l'est vers l'ouest. Il pensa alors qu'un gros animal aurait pu tomber d'un arbre sur le toit de la maison et il se leva pour regarder par la fenêtre. A sa stupéfaction il vit haut dans le ciel une grosse et intense lumière orange en forme de ballon. Il se déplaça alors vers une autre fenêtre pour avoir une meilleure vue et constata que l'objet volait rapidement vers l'ouest. Cependant, sur cette course, il s'arrêtait et restait alors immobile. Jusqu'ici l'observation avait pris 30 secondes environ et Ryan alla réveiller un de ses frères dans la chambre voisine. Les deux jeunes gens (tous deux âges de plus de 20 ans) sortent alors sur le balcon et regardent le ballon de lumière pendant environ 10 minutes. Au moment où l'ovni se mit enfin en mouvement, Ryan lui lançait quelques flashes de lumière de la lampe torche. Est-ce coïncidence qu'à ce moment là l'objet s'immobilisa de nouveau ? C'est alors que le restant de la famille fut réveillée, y compris les parents, pour être le plus de monde possible à regarder le phénomène. Au bout de quelque temps l'objet se remit brusquement en mouvement pour voler rapidement en direction du sud. Puis soudainement il s'arrêtait dans sa course et la famille put voir un paquet d'objets plus petits sortir par la base du ballon et descendre vers la terre. Après cette prestation, la lumière s'éteignit et l'ovni disparut. Un certain moment après, la famille put alors observer un ovni surprenant complètement différent. Il est décrit comme un grand cube aux coins arrondis, de couleur gris sombre. La couleur de l'objet le confondit presque avec celle des nuages dans le ciel. Ce cube flottant fut suivi des yeux jusqu'à ce qu'il se perde de vue à l'horizon (Tim Hagemeister du NACOMM, 5.4.1999) 1999, 3 avril ESPAGNE, Séville (est de la ville) Témoignage de D.S.J.M. Deux témoins (lui et son épouse). Objet d'une taille supérieure à celle de la pleine lune observé à partir du premier étage d'un immeuble à 22 h 30. Aucun son n'est perçu venant de cet objet ayant une luminosité deux fois supérieure à celle de la plus brillante des étoiles. La vitesse de déplacement était plus rapide que celle d'un jet, et la trajectoire allait du SSW vers le NNE. Le centre de la chose était sombre, environné de lumières et la forme générale était celle d'un boomerang dont le périmètre était éclairé par une multitude de petits phares. (le témoin dit que si le boomerang fait un angle de 90°, cet objet avait un angle obtus arrondi de 130°) Il devait voler à une haute altituide et à très grande
238

vitesse puisque d'un bout à l'autre de l'observation ni sa taille, ni sa luminosité n'ont varié de beaucoup. A l'arrivé les témoins n'ont observé que les lumières à la partie frontale, au départ ils ont alors vu les lumières sur la partie arrière, disposées en une sorte de d'arc. Cela ressemblait comme à un large V très ouvert d'un vol d'oiseaux migrateurs. (ce rapport m'est transmis par Ignacio Darnaude Rojas-Marcos de Séville) 1999, entre le 9 avril et le 14 mai USA, Salt Lake City "Peut-être un oiseau, ou alors un avion? ... ce qui est sûr c'est que ce sont des excréments. Et dans la vallée de Salt Lake City on ne rigole pas, où depuis le 9 avril et à une douzaine de reprises, des averses d'une saleté épaisse sont tombées du ciel, tellement grosses qu'elles ont sali sept maisons d'un coup. Les voisins incriminent les avions, mais l'administration fédérale de l'aviation rétorque que les jets commerciaux ne se délestent pas de leurs citernes septiques en vol. On en est à l'étude des "formes d'éclaboussement" et les pompiers arrosent les maisons pour les nettoyer... Les plaignants ont obtenu la collaboration d'un enquêteur judiciaire car comme le dit la mairesse Janice Auger de Taylorsville: "Cela n'a jamais été drôle. L'odeur est terrible, la santé est en cause. Les matières fécales ont toujours été porteuses potentielles d'un tas de maladies". Le capitaine Lee Smith de la police affirme : "Ce sont des fèces, mais personne semble pouvoir nous dire si c'est d'origine animale ou humaine. La FAA pourtant souvent sollicitée dans le cas de phénomènes bizarres, reste bouche bée au sujet de ces "retombées" "Nous n'avons jamais entendu un truc pareil", dit Mitch Barker, leur porte parole. (Copyright 1999 The Associated Press 15/05/99) 1999, 27 avril CANADA, White Rock (Colombie Britannique.) Debbie était allé voir dans la chambre de son fils si tout allait bien durant la nuit, quand une lumière bleue entra par les persiennes. Il était 4 h 30 du matin. Regardant par une autre fenêtre dans la rue, elle fut abasourdie de voir un groupe de 8 à 12 lumières rectangulaires stationnaires, éclairer toute l'allée du voisin. Les lumières étaient stationnaires et l'ensemble mesurait environ 2,50m de côté. Elle entendait aussi une sorte de bourdonnement grave. Après avoir observé le phénomène durant une dizaine de secondes elle fut si choquée qu'elle retourna à la chambre de son fils. Comme elle y alla, elle vit un faisceau de lumière blanche à l'arrière de la maison, éclairer toute la zone du Dogwood Park. En jetant un coup d'œil elle put voir alors la lumière blanche de l'ovni entre les arbres. (Filer's Files # 22 du 4 juin 1999) 1999, 10 mai ESPAGNE, Aznalcollar (Séville) Phénomène observé durant une demi heure, à partir de 2 h 30 du matin à la mine d'Aznalcollar par des chauffeurs de camion et un gardien de la mine. L'objet évoluait dans une aire circonscrite par le triangle Aznalcollar, Gerena et Castillo de la Guardas. D'après les témoins il était d'une couleur bleue et d'une forme ressemblant à un radiateur électrique rond. Le diamètre approximatif de l'objet était de 50 à 60 mètres, disent les témoins, mais il est difficile d'accepter ces chiffres sans autre triangulation. (enquête de Joaquin Mateos Nogales, Gerena- Séville, mai 1999) 1999, 9 juin AUSTRALIE, Esperance Diane Harrison directrice de l'Australian Skywatch rapporte que Peter a vu des tonnes et des tonnes d'une substance filamenteuse tomber du ciel sur une zone de 90 km². Tout en état recouvert : les maisons, les haies, les arbres, et cela pendait sur les lignes électriques en grosses parties de près de 10 mètres de long. Le ciel était fort couvert de cette matière, apparemment jusqu'à une altitude de 300 mètres. La substance est tombée cinq heures durant : de 10 heures du matin à 3 heures de l'après-midi. Tout en était recouvert.
239

Peter a recueilli de la matière aux fins d'analyse. (Australian UFO Research Network et Filer's Files #24, 18 juin 1999, MUFON Skywatch Investigations) 1999, 20 juin USA, près de Lava Hot Springs (Idaho) (Source : Peter Davenport, National UFO Reporting Center, et l'édition du 24 juin du programme radio Art Bell) Janice Price raconte qu'elle était assise en compagnie de son fils sur le seul de leur caravane. La nuit était très calme. Il était environ 23 h 15. "Tout à coup cette lumière venait à travers les forêts jusqu'au dessus de notre domicile. Au début il y eut quatre flashes de lumière séparés, d'un intensité d'un million de watts. Ils ne duraient qu'une seconde. Cela allait jusque sur notre entrée de voiture et s'arrêta : plus rien ! Aucun bruit. Un silence parfait. » Ne sachant qu'en penser Janice entrait alors dans la caravane pour parler avec son beau-frère. En sortant à nouveau, sa maison était baignée dans une lumière intense bleu-blanche. Les arbres étaient éclairés comme en plein jour. Quelque chose était en mouvement rapide dans le ciel, car les ombres des arbres et des choses s'allongeaient se raccourcissaient dans tous les sens. « J'observais depuis la porte d'entrée, tout en parlant avec mon oncle, dit le fils. A travers les arbres je vis de gros faisceaux de lumière en mouvement. Cela allait d'ouest en est. Cela passait à travers les arbres qui bloquaient parfois la lumière. Les ombres bougeaient dans tous les sens, tout le temps. Puis cela passait au-dessus d'un grand pin en éclairant tout. J'ai couru de l'autre côté pour avoir une meilleure vue, mais la maison faisait obstruction. C'est tout dont je me souviens ». La mémoire du fils s'arrête donc là. « Ensuite je me souviens d'avoir regarder vers le bas et que tout était noir » ajoute-t-il. Pendant ce temps, non loin de la un pilote en retraite de l'Air Force était au lit, en regardant par la fenêtre. Il fut étonné de voir tout à coup un objet brillant. Owen Mitchell, également présent au programme d'Art Bell, dit qu'il était en retraite depuis deux ans après 26 ans de service et plus de 20.000 heures de vol. Sa caravane se trouve à un demi-mile de celle des Price. Il vit « un objet rond, volant d'est en ouest à une élévation d'environ 60° dans le ciel. » Il n'avait jamais rien vu de comparable. « C'était au-dessus des arbres et vraiment très lumineux, comme la lumière d'un arc de soudure. Il était difficile de le regarder, mais c'était fascinant.»Tout le canyon fut éclairé, mais son observation ne dura que deux secondes. Mitchell estime que l'objet se trouvait à un demi-mile de distance et à une altitude comprise entre 750 et 1000 mètres. Il a regardé l'heure : il était 23 h 18. 1999, juin USA, Gary (Indiana) Eric Carman écrit : « Je voudrais vous faire part d'un incident dont je n'ai parlé qu'à mon frère. C'était en juin, je ne suis plus certain du jour, il faisait beau. Assis dans mon living vers 10 h 30 du matin, j'attendais le bus scolaire de ma fille. Me trouvant près de la fenêtre panoramique quelque chose attira mon attention : je crus à des ballons d'enfants, flottant au gré du vent. Mais en y regardant de plus près, il y avait un truc bizarre. Une ligne haute tension à 4-6 fils passe face à la maison, et ces ballons volaient parallèlement à la ligne. Intrigué je suis sorti et j'ai constaté que trois boules grises un peu ovales, d'apparence presque métalliques, tournaient sur elles-mêmes et l'une sur l'autre en avançant horizontalement. Une quatrième boule, volant encore plus bas, venait se joindre aux trois autres. Pendant quelques instants encore toutes les quatre suivaient toujours la ligne haute tension, puis montaient prodigieusement vite et s'évanouissaient. J'ai même pris une photo mais elle ne montre pas grand chose : c'était juste au moment où les 4 boules se rejoignaient avant de monter. Ce que c'était, je n'en sais rien, mais il est certain que jamais je n'oublierai ce phénomène. » (Eric Carman, CARQUEZ @aol.com. et Filer's Files #24, 18 juin 1999, MUFON Skywatch Investigations) 1999, 12 septembre Mexique, Monterry - Garza Garcia (Monterrey) Vers 19 heures ce dimanche un grand objet en forme de V apparut dans le ciel, au-dessus du quartier
240

Garza Garcia de Monterrey où se trouvent deux supermarchés. D'après l'ufologue mexicain Santiago Yturria Garza, "L'ovni était de grande taille et stationnaire dans le ciel à basse altitude. Sa forme était un V et sur la partie supérieure il portait quelque chose de sphérique qui semblait émettre une lumière blanche continue. De plus, l'ovni changeait continuellement de forme, en boomerang, en triangle, tout en tournant sur son axe. A certain moment les deux bras du boomerang se sont séparés » Des centaines de Mexicains ont arrêté leur voiture pour l'observer et plusieurs ont téléphoné aux stations de télévision. A 19 h 30 le reporter de télé Marta Zamarripa arriva afin de filmer le phénomène pour le show TeleDiario, sur le Canal 12. L'objet était toujours là à 19 h 45. Durant l'émission du lendemain, le speaker raconta aux téléspectateurs qu'un Boeing 737 était en descente et se trouvait à 3000 m quand de la tour de contrôle de l'aéroport Mario Escobede l'avertit d'être « vigilant à propos de quelque chose qu'il pouvait rencontrer sur sa trajectoire de descente. » Mais renseignements pris, la tour de contrôle nia formellement avoir tenu de tels propos. (Santiago Yturria Garza y OVNI Investigaciones de Mexico, Ufo Roundup vol. 4 n° 22, 22.9.99, Joseph Trainor) 1999, 24 septembre AZERBAIJAN, Baku (Source : article dans 'Komsomolskaya Pravda.' magazine pour jeunes de Moscou) Un respectable docteur en sciences géologiques et minéralogiques El'chin Hallilov a utilisé une caméra vidéo Sony perfectionnée pour filmer pendant 40 minutes un OVNI géant et brillant en rotation au dessus de la capitale d'Azerbaijan. Une conférence d'astronomes était tenue à l'observatoire Shemahinskoj Astrophysical Observatory dans l'Azerbaijan au même moment. Les 50.000 images video furent amenée à la réunion et examinée par les experts astronomes qui furent impressionés par la haute qualité de la caméra vidéo numérique. Ils furent choqués par la clarté et la longeur du film qui semblait montrer un immense vaisseau spatial ou une arme Americaine confidentielle. La vidéo est considérée sensationnelle parce qu'elle montre un large engin éclairé d'une lumière bleue puissante et clignotante suspendu au dessus de la ville pendant plusieurs heures commençant à 21:45 le 24 septembre. Les astronomes ne purent pas expliquer cela en tant que plasma ou comète. Le film montre alors l'engin agrandi 300 fois montrant un appareil d'une complexité surprenante. Il était composé de trois parties principales. L'avant est de la forme d'une sphère complète. L'arrière tournait autour d'un axe traversant tout l'objet. Il semblait irradier une grande puissance de chaleur et de radiations. L'objet tourna et il fut possible de voir toute la longueur, et alors se fut une grande sphère avec une base tronquée. Il y avait des lumières clignotantes et des portions semblaient tourner montrant un objet à deux plateaux. A certains moments il prit la forme d'un triangle isocèle puis prit la forme d'une éclipse et disparut. Les astronomes furent d'accord que des objets naturels ne prennent pas cette forme et ne restent pas stables pendant plusieurs heures. L'objet semblait de toute évidence une sorte d'objet technique. La décision fut prise d'un commun accord de créer une commission pour étudier le film et obtenir des informations sur le film. (Merci à Anatolij.- Ovni Science, mailing list – oct. 1999) 1999, 23 octobre ITALIE, Sicile, Mont Etna Vers midi un ovni lumineux est aperçu au-dessus du sommet de l'ETNA et y resta dix minutes durant, effectuant des manœuvres. L'ovni de forme ovale a été vu par des centaines de personnes de la ville d'Adrano, au sud-ouest du volcan, et par ceux des petites villes de Belpaso et Viagrande. L'ovni était décrit comme étant un objet rond blanc, avec un centre sombre et le tout semblait « roussi ». L'objet changeait sa position du vertical vers l'horizontal, et changeait de forme du rond vers l'ovale. A Adriano deux personnes ont pris des images vidéo et sont persuadés avoir filmé une soucoupe volante. (La Sicilia » du 24.1099 et « Il Messagero » du 25.1099 ; cfr aussi le CISU.)

241

1999, 8 novembre ITALIE, Vercelli Sources : infOvni Ufotel - CISU ( Edoardo Russo ) – traduction Luder - Une pluie d'étranges filaments blancs est tombée du ciel sur Vercelli et alentours lundi 8 novembre. Le phénomène insolite a eu d'importantes proportions, puisque le phénomène s'est répété à diverses heures sur une zone d'une dizaines de kilomètres carrés, recouvrant maisons, champs, fils électriques jusqu'aux pigeons ! Il existe des photos, un film et également des résidus de ces cheveux d'ange. A la différence d'autres cas précédent les filaments, long jusqu'à un mètre, ne se sont pas dissous immédiatement et il a ainsi été possible de récolter et conserver divers échantillons qui seront analysés par le Centre Italien d'Études Ufologiques ( CISU ). 2000, 10 janvier FRANCE, Sézanne Il est 21 heures, ce 10 janvier 2000. Un jeune automobiliste circule seul sur le CD39, entre Allemant et Sézanne, lorsque soudain, l'inconcevable se produit. « Me trouvant à hauteur du château d'eau de Broyes, j'ai été ébloui par une forte lumière », a raconté le témoin dans sa déposition à la gendarmerie. « Cette lumière blanche de très forte intensité venait de la vitre de mon toit ouvrant. Cela est arrivé d'un coup. Le moteur s'est coupé, mon autoradio s'est arrêté. J'étais tellement ébloui que j'ai dû me protéger les yeux. J'ai tenté de voir ce qu'il se passait, impossible de voir. Tout en maintenant mes mains contre mon visage, j'ai, avec mon coude gauche, verrouillé ma portière à partir du loquet de verrouillage. J'estime que cette intensité de lumière a duré une minute. Le contact était allumé, le moteur ne fonctionnant pas. L'obscurité revenue dans mon véhicule, mon tableau de bord s'est rallumé, mon autoradio a de nouveau fonctionné. J'ai redémarré comme à la normale et je suis rentré chez moi. » J.J. Velasco du Sepra s'est rendu auprès du témoin dont il respecte l'anonymat. (source: Journal de la Marne, et CEOF 04.10.2000) 2000, 16 janvier TAIWAN : détroit de Taiwan (Taiwan MND Confirms Incoming UFOs From China - From : Diane Lovett - Traduction : Phil – ovnipage) Taipei, Jan. 18 (CNA). Le ministère de la défense (MND) a confirmé mardi que 10 objets non identifiés avaient été aperçu traversant le détroit de Taiwan venant du continent Chinois et se dirigeant vers le nord de l'île pour ensuite disparaîtrent à une altitude comprise entre 14,000 et 25,000 m le 16 janvier. A en juger par la direction du vent et des courants aériens, le MND suppose que les ovnis viennent du continent Chinois et il ajoute que ces mouvements menacent aussi bien la sécurité du trafic aérien Taïwanais que le trafic international. Durant une conférence de presse, le MND a informé l'administration civile de l'aéronautique et leur a prestement indiqué de porter un grand intérêt à cette situation. Le MND a également pressé le continent de s'abstenir d'avoir un comportement aussi dangereux. Suivant la mise en garde du MND, le SEF (Strait Exchange Foundation) a envoyé un courrier à leurs homologues Chinois (ARATS) afin que les autorités concernées enquêtent sur cette affaire. Dans le même état d'esprit la CAA (Civil Aeronautics Administration) a mit en place mardi un plan d'alerte pour les pilotes naviguant dans le couloir aérien de Taiwan-Kinmen au cas ou ils jugeraient que les objets non identifiés pourraient causer des problèmes aux avions empruntant ce couloir. Jusqu'à présent aucun objet inhabituel n'a été détecté par les radars de la CAA, mais la mise en garde du MND illustre bien le fait que les ovnis sont un danger potentiel dans le couloir Taiwan-Kinmen - Diane Lovett (OVNI-SCIENCES, Bulletin d'informations n°17, 27.01.2000 ) 2000, 5 mars MALAISIE (From : Muzzafar Zabidin - Trad : Phil - Malaysian UFO Report, march 8. - A report from the news paper The Star (Malaysia) par UFO Folklore - Tanah Merah (Kelantan) ) L'observation d'un grand objet
242

émettant des traits de lumière a été rapporté. D'après les témoins il aurait même atterrit dans une zone marécageuse. Cette observation se serait déroulée il y a trois jours et aurait tenu en émoi les quelques 1000 habitants de Kampung Gobek. Les témoins disent avoir vu l'objet brillant se poser vers 3h00 du matin. Les lumières qui sortaient de l'objet venaient par intermittence, semblable à des éclairs, mais ce jour là aucun signe de pluie raconte Mohamad Mat Diah, 51 ans. Les lumières de l'objet étaient très fortes et les rayons baignaient tout l'intérieur de ma maison. "Comme je me suis aperçu que quelque chose se passait à l'extérieur j'ai jeté un œil dehors et j'ai vu cet objet qui se déplaçait au dessus des marécages pendant plusieurs minutes". Mohammad dit qu'au point du jour il est allé vers la zone qui se trouve à environ 100 m de son habitation et là il aurait remarqué un genre de dépression en forme de Y mesurant 15m par 5m de large qui pourrait avoir été causé par l'objet non identifié. Près de cette dépression se trouvait un autre creux en forme de demi lune d'environ 3m et trois trous autour de chacun d'1m de diamètre. "J'étais accompagné par deux personnes qui à l'origine étaient effrayées de venir avec moi", ajoute encore M M Diah. Un autre résident de l'endroit, Saupi Salleh, 28 ans raconte avoir été réveillé par la lumière intense. "Au début je pensais à un orage mais j'ai réalisé qu'il s'agissait d'autre chose". Il se rendit aussi sur le prétendu lieu d'atterrissage et en conclut que si un objet était venu là, il devait être très imposant. Beaucoup d'autres personnes sont par la suite venues inspecter le lieu. (Malaysian UFO Network http://myufonet.cjb.net) 2000, 7 mars USA, près de Olathe, Colorado Une femme circulait en voiture sur une route de campagne entre 21 et 22 heures. A la place du passager, le siège-bébé avec son petit enfant en bas âge. Elle a raconté sa rencontre terrifiante avec un ovni à l'ufologue Davina Ryszka de Montrose, Colorado. "Il y avait un objet volant très bas, exhibant une très grosse lumière blanche et des petites lumières vertes et rouges sur le côté. Cet ovni était sur une trajectoire de collision délibérée. En venant face à moi, et si bas, j'ai tout fait pour éviter un crash probable" dit-elle. Mais l'ovni s'arrêta pile face à la voiture que la conductrice avait réussi à arrêter pratiquement sur place. Puis, quand elle voulait partir, l'ovni fit la même manœuvre, elle fit marche arrière, l'ovni aussi. Elle fit une manœuvre sur place pour changer de direction, l'ovni l'imita. Elle était réellement paniquée, d'autant plus que son bébé était dans la voiture. Finalement, elle parvint à se remettre dans la direction suivie d'abord, l'ovni toujours face à elle. Elle conduisait vite et l'objet semblait maintenant la suivre, elle put le voir dans le rétroviseur. "Puis, pendant quelques moments, je ne le voyais plus, et j'étais déjà soulagée en pensant qu'il était parti". Mais soudainement une brillante lumière vint du dessus illuminant la voiture et toute la zone alentour. Elle roulait comme si elle avait le diable à ses trousses et parvint finalement saine et sauve, mais très choquée à Olathe. (UFO ROUNDUP, Volume 5 , Number 13 , March 30, 2000, Editor: Joseph Trainor) 2000, 8 mars ITALIE, Lucignano (Arezzo) (Ufotel n° 208 ) Ce récit est publié dans un journal local. Un employé et un enseignant qui se promenaient dans les bois à Lucignano dans l'après-midi du 8 mars, auraient observé aux alentours de 16 heures, un objet triangulaire lumineux immobile dans le ciel. Peu de temps après ils étaient conscients d'une présence à proximité, derrière eux. C'était une forme humanoïde (pas autrement définie) qui portait une combinaison et un casque à visière, au travers de laquelle les témoins auraient vu des yeux bleus sans cils, ni sourcils, un nez comme celui des humains, et des lèvres à peine dessinées. Un sifflement venu du haut a attiré l'attention des deux témoins vers l'objet dans le ciel, qui après un léger mouvement ondulant s'est catapulté vers l'infini en prenant de plus en plus de vitesse. ("Corriere di Arezzo", 15 marzo 2000) 2000, 10 mars PEROU, Lima Il y aurait eu plusieurs milliers de témoins d'une spectaculaire observation sur la capitale péruvienne,
243

Lima, le 10 mars dernier. Un cameraman de la chaîne locale Canale 5 à réussi à filmer durant quelques minutes les lumières vues pour au moins un quart d'heure peu après une heure du matin. Sur la vidéo on voit quatre lumières de couleurs changeantes, disposée en triangle, qui bougeaient lentement et à basse altitude au-dessus des toits de la ville. Selon quelques témoignages, parmi lesquels ceux de journalistes affairés au contrôle des observations, il y avait également autour d'autres lumières plus petites. (Source : Ufotel http://www.cisu.org; "UFO Updates", 11.3.2000, "UFO Roundup", 16.3.2000; traduction : Luder - infOvni –Ufoweb 27.3.2000) 2000, 23 mars IRLANDE, Belfast Un ouvrier de Belfast, en Irlande du Nord, a raconté que sa voiture à été soulevée de terre durant l'observation d'un ovni et comme résultat il lui manque 6 heures dans ses souvenirs. L'expérience se serait déroulée le soir du jeudi 23 mars, quand l'homme rentrait chez lui du travail. S'arrêtant à une pompe à essence, il a vu dans le ciel une grand lumière, ça ressemblait à la lune mais avec une forme ovale. Remonté en voiture, il a remarqué que la lumière le suivait et, avec stupeur, il s'est aussi rendu compte qu'il avait pris la mauvaise route. Terrorisé, il s'est arrêté et est descendu de la voiture en pleine campagne, se rendant compte que l'automobile était soulevée de terre. Son prochain souvenir est celui où il se trouvait au volant de sa voiture, près de sa maison, à 2h30 du matin. Ce qu'il pensait avoir duré cinq minutes à en faite duré 6 heures. Un typique épisode de "temps manquant", habituellement associé au cas d'enlèvements, que les ufologues locaux sont actuellement en train d'examiner. ( "UFO Roundup", 6 avril ; Ufotel - CISU: http://www.cisu.org ; traduction: Luder pour infOvni – Ufoweb du 12.4.2000) 2000, 1 avril ANGLETERRE, Corn Mews Cliff Blyth, 68 ans raconta au Grimsby Evening Telegraph qu'il avait été heurté par "une boule de feu de 5 cm de diamètre qui était passée au travers de la vitre" et qui le traversait à hauteur de la poitrine. Il n'a subi aucun effet physiologique suite à cet incident. Son épouse, qui était en train de téléphoner, fut témoin de l'affaire et eut le choc de sa vie. Elle lui a de suite soulevé la chemise mais ne put trouver aucune marque du passage de la boule de feu. Ils en étaient quitte pour la peur. (Ufo Roundup, Volume 5 Number 18 May 4, 2000 éd. Joseph Trainor et "Grimsby Evening Telegraph", des 4, 5, 10 et 14.4.2000) 2000, 8 avril INDE, New Delhi Cinq minutes avant minuit un ovni lumineux jaune orange s'approchait lentement de l'aéroport international Indira Gandhi International et de l'aéroport régional de Palam à la Nouvelle Delhi. Selon l'un des témoins, K. Anupam "l'ovni s'approchait du nord-est. Son mouvement était irrégulier mais lent." Un groupe de gens l'observaient quand il venait à s'arrêter au-dessus du terminal de l'aéroport Gandhi Airport. "L'ovni se trouvait plutôt à haute altitude, on n'entendait pas de bruit provenant de lui", dit Anupam. "Il s'est arrêté dans les airs et est resté un moment stationnaire, puis il a viré brusquement vers la gauche en descendant un peu. De nouveau il est resté immobile un moment pour se mouvoir vivement vers la droite. Il s'est incliné et a disparu à une vitesse incroyable. Pendant toute l'observation, sa silhouette lumineuse suggérait une oscillation, un balancement." Anupam décrit l'ovni comme ayant la forme d'un cigare ."Il était allongé avec des lueurs en trois parties. Il y avait deux zones sombres entre les trois parties lumineuses. Il donnait l'impression d'envoyer des flashes suggérant une rotation sur luimême. Il était à l'altitude des avions de ligne (10,000 mètres), mais son mouvement était très différent, oscillant. " (alt.ufo.reports, Jess, le 13.4.2000) 2000, 15 avril USA, Ballwin (Missouri) Le samedi 15 avril 2000, entre une et deux heures du matin, Alan S. dormait dans sa maison à Ballwin.
244

Soudainement, il se révailla et "je regardais à droite de mon lit. C'était là debout. Cela a disparu au bout de deux minutes. C'était une créature très étrange. De couleur vert-citron, lumineuse, et il y avait comme une grande aura verte tout autour. Elle avait deux bras et deux jambes. Ces yeux étaient rouges lumineux. La peau paraissait faite d'écailles grosses comme celle d'un reptile. Elle mesurait environ 4 pieds (1,30 m). Je suis resté immobile au lit jusqu'à ce qu'elle disparaisse, s'évanouissant dans l'air." On aurait pu prendre la vision d'Alan pour un rêve éveillé s'il n'y avait pas eu la veille une observation d'ovni ailleurs dans le Missouri. (UFO ROUNDUP, Volume 5 , Number 16, April 20, 2000, Editor: Joseph Trainor) 2000, 17 avril ARGENTINE, Frias "Un policier rentrait chez lui la nuit en empruntant la placette Alfonso de la Vega. Il vit alors un pêtit être qu'il prit pour un enfant. Il réprimandait le gosse pour se trouver dehors à une heure si tardive, mais en réponse il reçut un regard menaçant venant d'une paire d'yeux rouges. Subitement effrayé le policier à continué son chemin sans insister. (journal "El Ancasti" du 6.7.2000) 2000, 24 avril CHILI, San Pedro de Atacama (From Dr. Virgilio Sanchez-Ocejo - Source : http://www.elsur.cl/index2.html - 'Cronica' Newspaper, Chile Monday 24, 2000. Trad : Phil ovnipage npdc.) Jose Ignacio Prieto et 4 amis venaient de dîner ensemble lorsqu'ils ressentirent une forte impression de chaleur. Les lumières se coupèrent, ils étaient dans le noir complet quand une puissante lumière bleue rentra dans la pièce où ils se trouvaient. Cela dura quelques secondes qui suffirent à les aveugler momentanément après que les lumières se soient rallumées. Le jour suivant ils trouvèrent une marque triangulaire. La base mesurait 35 mètres et chaque côté près de 20 mètres. A l'un des angles du triangle se trouve un transformateur qui distribue le courant électrique dans la région. Le triangle se situe sur une petite montagne. Les plantes à l'intérieur du triangle ont été tordu à la base tout comme dans les mystérieux crop circles. L'endroit n'est accessible qu'en cheval. Il n'y a pas de route proche ni même de véhicules dans cet endroit. Dans San Pedro de Atacama, la police a reçu des témoignages faisant état d'étranges lumières rouges (UFOs?). La police des narcotiques est allé enquêter sur les lieux, pensant trouver un laboratoire clandestin mais à leur grande surprise ils ne trouvèrent qu'une autre trace triangulaire avec une base de 50 mètres formée de petits cailloux ne dépassant pas dix centimètres. Les cailloux formant le triangle semblaient brûlés et étaient encore brûlant au toucher. (Dr. Virgilio Sanchez-Ocejo Miami UFO Center.) 2000, 27 avril AFRIQUE DU SUD, Le Cap [01/05/2000 12:47/Belgabrief/General/Afsud/Espace/Divers ) Deux boules de métal sont tombées du ciel ces derniers jours dans des champs de la région du Cap, laissant police et presse perplexes dans l'attente d'analyses: OVNI, morceau de satellite? La première de ces boules a atterri jeudi dans un champ à 70 km au nord-est du Cap, l'impact étant précédé d'un double "bang", selon le témoignage d'employés de la ferme de Peter Viljoen, cité par The Star de lundi. La boule, qui pèserait plus de 30 kilos, était brûlante comme chauffée à blanc à l'impact et les témoins n'ont pu la toucher avant une demi-heure. - La deuxième boule, oblongue et plus massive, mesurant entre 1 m et 1,50 m de diamètre et pesant près de 100 kilos, a atterri vendredi dans une autre ferme de la région, près de Durbanville. Les boules qui, selon le journal, pourraient être des morceaux d'un vieux satellite, ont été transportées à l'aéroport du Cap d'où elles devaient être acheminées à Pretoria pour expertise. (VPT) 2000, 29 avril CHILI, Huepil (près de Concepcion) Le samedi 29 avril 2000, Jose Ismael Pino, 59ans , ouvrier agricole employé sur le ranch Esperance à 2
245

km à l'est de Huepil, près de Tucapel, rencontra un chupacabra. Pino sortait de la grange à 20 heures, quand il crut voir un gros taureau courir de manière sauvage. Il s'approcha et cria vers l'animal. Alors il vit que ce n'était pas un taureau. La créature se trouvait là, immobile, et le regardait. Elle mesurait 1,50m, comme un grand singe, avec de longs bras dont les mains se terminaient par des serres, de la gueule sortaient d'énormes crocs, et la créature avait aussi des ailes. "J'avais si peur que je me suis encouru pour aller chercher les chiens. J'ai lâché les chiens en les incitant à chasser cet "oiseau". Le chien Cachorro est revenu très vite, le cou ouvert et en sang. Mon patron Jorge Venegas s'est alors muni d'un fusil pour nous défendre. Depuis qu'il y a tous ces phénomènes lumineux aux alentours, il dort même avec le fusil à côté de lui." Dans la région quatre moutons ont été tués dans une ferme et une vache dans une autre. Mais tout le monde ne croit pas à la culpabilité des chupacabras, dit le régisseur de la ferme Raul Perez au journal Cronica. "Il y a quelques années nous avions un gros problème de chiens errants: en une nuit ils ont tué 70 moutons." (Ufo Roundup, Volume 5 , Number 19 ,May 11, 2000 Editor: Joseph Trainor ) 2000, 3 Mai CHILI, Concepcion A 1 h 30 du matin, alors que le professeur Liliana Romero Castillo dormait profondément dans son appartement situé à Laguna Redonda à Concepcion, elle fut réveillée par les aboiement des cinq jeunes chiots qu'elle possédait. Ils se trouvaient en compagnie d'un mastif nommé Black, dans le jardin. En regardant par la fenêtre elle vit les chiots japper et remarqua le corps inanimé de Black près du mur. A sa pénible stupéfaction elle vit aussi le dos de ce qui lui semblait être un très grand homme haut de plus de deux mètres. A hauteur des épaules le dos était comme divisé, comme s'il avait des ailes. Son attitude était comme celle de quelqu'un qui vient de frapper. Alors elle réveilla son mari. Mais ivre de sommeil celui-ci n'avait aucune envie de se lever. Retournant jeter un coup d'œil à la fenêtre, la Sra. Romero vit que la créature avait disparu, laissant le mastif chien mort sur place. Le lendemain, en envoyant ses enfants à l'épicerie, ceux-ci ayant emprunté un raccourci, revinrent à la maison disant qu'un gros chien beige était mort dans la ruelle. Ce chien là portait des trous dans la gorge et était exsangue. (Ufo Roundup, Volume 5 Number 19 May 11, 2000, Editor: Joseph Trainor ) 2000, 5 Mai ARGENTINE, Tandil "Monsieur Hugo Macias âgé de 60 ans employé depuis plus de 37 ans du journal " La Capital " de Mar del Plata qui depuis 1997 pour livrer les journaux chaque matin emprunte toujours le même itinéraire entre Balcarce et Tendil, et il prétend en outre connaître à la perfection la route nationale 226. Il a pris contact téléphonique avec " El Eco de Tandil " pour raconter son expérience. "Le Mardi 5 mai comme à l'accoutumée (détails consignés à la gendarmerie Nationale) au lieu dit la Planta Terrena après avoir passé la " Puerta del Abra" chemin de Mar del Plata-Tandil et parcouru environ 5 à 6 kilomètres, j'ai entendu un bruit étrange de quelque chose qui s'approchait par derrière. Je me suis senti enveloppé par une lumière très puissante. Je dis enveloppé et tubé par ce que c'était une lumière qui couvrait un diamètre de 50 mètres et qui entrait par tous les côtés de mon véhicule. Elle paraissait traverser la tôle du toit." Hugo assure que c'est à ce moment que la radio s'éteignit ensuite ce fut l'arrêt du moteur et des phares, mais en attendant, il y avait tellement de lumière qui venait de l'extérieur qu'il ne pouvait voir si les lumières de l'auto étaient allumées. "Cela me transporta sur environ 600 mètres et puis se coupa. Cela n'a duré que quelques secondes mais qui semblaient interminables. Tout s'est remis à fonctionner je me trouvais face à une nuit obscure mais étoilée, et j'ai vu dans le ciel à une hauteur approximative de 1500 à 2000mètres une lumière enveloppante en forme de tube qui descendait jusqu'à la plaine. Durant le reste du voyage j'ai croisé deux voitures. C'était un jour de moindre trafic. Après mon retour à Mar del Plata je suis allé au poste de gendarmerie de Planta Terrena pour voir si la sentinelle de garde cette nuit là avait vu quelque chose. Mais je n'ai pas pu la rencontrer, un autre garde m'a commenté qu'à cet endroit en cinq ou six choses similaires se sont produites. Il m'a encore dit que durant la période d'été des témoins avaient signalé une forme circulaire
246

dans la prairie sur laquelle reposait une pâte brûlée comme si l'on avait versé dessus de l'acide." (source UEDDS France, Claude Chapeau, mais aucune nouvelle argentine trouvée à ce sujet) 2000, 5 Mai ALLEMAGNE, Muchengladbach (source: le journal Rheinische Post des 8 et 18.5.2000) Une cinquantaine de policiers sont envoyés à la recherche d'un ovni que des gens disent avoir vu tomber hors de la ville de Munchengladbach dans la nuit du vendredi 5 Mai 2000. Les appels affluèrent et un ufologue avait déjà contacté l'aéroport pour avoir des renseignements au sujet de l'objet illuminé, volant lentement dans la région de l'autoroute A52 près de Hardt. Un des témoins, Karl W. disait que l'objet avec des clignotants rouge et blanc était tombé peu après 22 heures derrières les arbres. Quand un expert identifia la position des clignotants comme pouvant appartenir à un petit avion de sport, les recherches furent lancées par 50 policiers, 12 pompiers, et 22 bénévoles de la Croix Rouge avec des chiens pisteurs. Au petit matin un hélicoptère fit également son apparition, mais rien ne fut trouvé. L'un des témoins dit qu'en fait l'objet volait si lentement et dans le silence le plus complet, à hauteur des cimes des arbres, qu'il ne devait pas être apparu sur les écrans radat. Dix jours plus tard un "radio amateur" prétendait avoir écouté des transmissions radio provenant de l'équipe de recherche et avoir entendu la police parler d'humanoïdes verts, passant dans notre système solaire durant leur voyage. (Ufo Roundup vol. 5 n° 24 du 16.8.2000) 2000, 10 Mai PHILIPPINE, Des ovnis sont observés. Ils sont transparents, avec un trou au centre, et leur apparition avait des similitudes à l'observation d'un banc de méduses, tentacules exceptés. (the Manila Times for September 14, 2000, "Three sightings of UFOs aliens stump PAGASA astronomical experts," by Jeannette Andrade.) 2000, 14 Mai USA, Millston (Wisconsin) Le témoin roulait sur la route 12 à Millston, près d'Eau Claire, quand "le moteur de sa voiture s'arrêta soudainement." "Je sortis pour ouvrir le capot, dit-il, et j'entendis un bruit qui se rapprochait sur la route venant de l'est. J'ai regardé et ai vu un objet en forme de disque tournant très rapidement sur lui-même sur la route. Je suis remonté en voiture aussi vite, tout en regardant cette chose. Subitement elle se mit en mouvement et monta tout droit dans le ciel. Cela c'est passé à environ 25 yards de ma voiture. j'ai eu la trouille de ma vie. Je ne l'ai raconté à personne, qui me croirait. Jamais plus je n'emprunterai cette route là. Le bruit que fit cette chose ressemblait à un léger bourdonnement. " (rapport de Peter Davenport du NUFORC: National UFO Reporting Center) 2000, 26 Mai USA, Santa Ana (Californie) James Schuld appelait pour rapporter qu'il vit des ovni "plasmoïdes" vers 20 heures, quand la nuit tombait. Ils sont à l'aplomb de sa maison et y restent toute la nuit. Plusieurs bips par minute, une pause de dix bips, puis deux bips, qu'il dit avoir été observés par les Indiens proches. Ils semblent également sortir de terre. Ce sont des boules de feu roses de 60 à 90 cm de diamètre émettant des bips. (Filer's Files 22#2000 ; MUFON ; 5.6.2000) 2000, 17 août ITALIE, (Source : Cisu, Aggiornamento numero 276 - 1 settembre 2000 ) Dans le ciel de Carozzo (La Spezia) un nouvel échantillon d'humanoïde volant a fait son apparition, c'était une silhouette sombre d'aspect humain
247

qu'au moins trois personnes ont observées, tandis qu'elle évoluait dans le ciel "comme Batman" sans ailes ni parapente. [La Nazione, edizione La Spezia, 19 agosto; collaborazione di Roberto Labanti]. 2001, 9 Mai, USA, Dan Willis, de l’U.S. Navy travaillait dans la chambre des codes de la station de communication de San Francisco quand il reçu un message prioritaire classifié comme top secret venant d’un navire militaire près de l’Alaska. Le rapport du bateau déclarait que près de l’avant bord émergeait une lumière vive éclatante de couleur orange-rougeâtre et que l’on distinguait un objet de forme elliptique d’approximativement 70 pieds de diamètre. Cela sortie directement de l’océan, voyageant à une vitesse de 700 mph. Cet objet fut visible sur le radar autant que visuellement et pris tout le monde par surprise.

(suite et fin à la quatrième partie).

248