P. 1
CSP-Vaud (RA 2010)

CSP-Vaud (RA 2010)

|Views: 28|Likes:
Published by ckurdi

More info:

Published by: ckurdi on Dec 07, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/07/2012

pdf

text

original

Rapport d’activités 2010 Centre social protestant Vaud

Impressum
Ce rapport a été réalisé par l’ensemble des collaboratrices et des collaborateurs. Responsable: Evelyne Vaucher Guignard Statistiques: Caroline Regamey Illustrations: François Maret, Anne Wilsdorf Photos: Hélène Tobler Maquette: Agence WGR, Lausanne Correctrice: Evelyne Brun Réalisation et Impression: Imprimerie Paperforms SA, Villars-Sainte-Croix Centre social protestant Vaud Rue Beau-Séjour 28 1003 Lausanne Tél.: 021 560 60 60 Fax: 021 560 60 61 Courriel: info@csp-vd.ch Site Internet: www.csp.ch CCP: 10-252-2

2

Sommaire
Introduction Rapport du Comité Directrice Remerciements Secteurs sociaux
– – – – – Accueil Consultation conjugale et familiale Consultation juridique Jet Service (jeunes et travail) La Fraternité, service social pour personnes étrangères – Point Fixe, prévention du VIH/sida – Service social polyvalent (SSP) – Prévention de l’endettement non maîtrisé chez les jeunes 9 11 14 17 21 26 29 31 5 6 7 8

Comptes 2010
– – – – Bilan au 31 décembre Recettes et dépenses Subventions et contributions Remerciements 42 44 45 45 46 49 50 51

Le CSP collabore L’Association Les événements du 50e Les CSP dans les autres cantons

Secteur sociocommercial
– Ramassage et vente d’objets d’occasion: les Galetas et les Boutiques 34 35 36 37 39 40 41

Secteurs de soutien
– Administration – Bénévolat Collaboratrices et collaborateurs bénévoles – Communication, Editions La Passerelle – Politique et recherche sociales – Ressources humaines

N. B. : Masculin-féminin Afin d’alléger la lecture de ce rapport tous les termes n’ont pas été systématiquement féminisés. On peut donc rencontrer des formulations au masculin qui valent pour l’ensemble des personnes, femmes ou hommes.

3

12’113 consultations dont 3’234 en
permanence(s) ont été données à

6’670 personnes dont 5’584 nouvelles personnes
Des consultations dispensées dans 13 lieux du canton

166 interventions de prévention sida auprès d’environ 27’000 personnes

772 consultations ont été données à des professionnel-le-s

30 formations – de quelques heures à des sessions de 3 jours – dispensées à 600 personnes Animation de prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes dans 39 classes du post-obligatoire dans le canton, environ 750 élèves touchés

11 séances collectives d’information ayant touché 165 personnes

4

Introduction
50 ans et toute sa flamme!
Si vous avez peu de temps, tournez la page, plongez-vous dans les récits, chiffres, situations rencontrées, démarches élaborées par les secteurs du CSP. L’essentiel est là, dans ce travail de terrain, raison d’être du CSP. A presque 50 ans, le CSP en 2010 a démontré une vitalité et une énergie d’autant plus remarquables qu’il a traversé en gardant le cap une nouvelle année d’austérité financière. Moins 3% sur les salaires, pas de marge de manœuvre permettant d’engager de nouvelles dépenses, et une fatigue palpable, qui s’est traduite notamment par un taux de maladies et d’accidents plus élevé que d’autres années. Il n’empêche: avec une énergie qui se renouvelle au service des personnes rencontrées dans les consultations, les actions de prévention, les formations, toute l’équipe du CSP a mené son activité à bien et même envisagé ou développé de nouvelles actions, en lien avec les autres intervenants du réseau social. Mais revenons un instant sur ces quelques mots: «Si vous avez peu de temps…» Oui, cette expression est bien le reflet d’une pression constante, que vous connaissez, que nous connaissons trop bien. Le bon usage du temps est un combat! Disponibilité pour les personnes reçues en entretien, bonne gestion des priorités, savant équilibre entre la rapidité nécessaire pour tenir des délais sur plusieurs fronts, et la pondération indispensable pour mener à bien une réflexion. «Le CSP a traversé en gardant le cap une nouvelle année d’austérité…» Avons-nous gardé le cap? La question doit être posée. Je pourrais dire oui à deux conditions: 1° Que le CSP entretienne sa flamme, son identité, sa tonalité spécifique, trois fois pro: proche du terrain, professionnelle, protestataire. Qui peut dire si cette condition est remplie? D’une part, l’équipe du CSP, première concernée, qui est au front, tant salariée que bénévole. D’autre part le public, triplement compétent: le public qui bénéficie du travail du CSP; le public qui le soutient parce qu’il tient à sa façon d’agir; le public qui travaille avec le CSP (partenaires, subventionneurs) et attend de lui qu’il assume son rôle. 2° Que le CSP ait les moyens de vivre sa flamme: une situation financière permettant à la fois d’assurer à ses professionnel-le-s la reconnaissance par un salaire adéquat, d’assurer une part d’indépendance permettant l’innovation et une prise de parole libre, enfin d’assurer une certaine pérennité de ses services. Vous faites partie des personnes qui peuvent dire si, oui ou non, ces conditions sont remplies! Les manifestations du 50e anniversaire du CSP vont commencer. J’en suis convaincue et je m’y engage: à 50 ans, le CSP, avec toute sa flamme, est bien présent et inventif, aux côtés du public qui compte sur lui. Hélène Küng, directrice

64 personnes pour 45.16 postes à plein temps + 1 apprentie et 2 stagiaires

Répartition des consultations selon le domicile Canton de Vaud 98% Lausanne région 61% Lausanne 36%

Départ du secteur Point Fixe, prévention du sida. Garder sa flamme, mais voir partir un secteur, est-ce possible? Oui, c’est le pari relevé par le CSP et tout particulièrement l’équipe de Point Fixe. Nos collègues ont participé activement à l’analyse du Service de la Santé Publique qui a conclu à l’intérêt d’intégrer Point Fixe à la Fondation Profa, dans le but d’un meilleur impact et d’une meilleure adéquation du travail de prévention auprès d’un public large et très divers. Point Fixe, fondé en 1973, aura vécu 38 ans au sein du CSP! Bonne suite, bon vent à cette belle équipe !

5

Rapport du Comité
Le Comité a vécu, à nouveau, une année dense et exigeante, toujours riche en rebondissements et en enseignements. Le CSP va mieux, sa situation financière s’est stabilisée. La vigilance est certes toujours de mise mais le CSP peut regarder maintenant l’avenir avec sérénité et optimisme. Après trois années difficiles, le CSP renoue avec des comptes équilibrés, en bouclant l’année avec un solde positif. Ce magnifique résultat est à mettre au crédit de toute l’équipe, tant bénévole que salariée, qui œuvre au sein du CSP. Des efforts constants et une bonne gouvernance, couplés avec des budgets d’austérité ont permis au CSP de redresser sa situation financière et de retrouver un équilibre. Délesté d’un gros boulet, le CSP va pouvoir maintenant aller de l’avant. Le Comité demeure cependant préoccupé par la faible marge de manœuvre, aussi bien au niveau des ressources humaines que financières, dont dispose le CSP, pour mener à bien ses missions et développer de nouveaux projets. C’est là un des défis majeurs auxquels il devra s’atteler ces prochains mois. Indépendant, le CSP travaille néanmoins en collaboration avec le canton et les communes et en réseau avec ses différents partenaires. Le Comité a, notamment, suivi avec attention les discussions et les négociations tant avec les communes qu’avec le canton pour assurer l’avenir des consultations juridiques données par le CSP dans le canton. Au cœur de ces négociations, outre le nombre et les lieux de consultation: la volonté du CSP de garantir leur gratuité. Permettre à tous d’accéder gratuitement aux prestations du CSP est un principe essentiel et fondamental du CSP et qui sous-tend toute son action. A satisfaction du Comité, la convention signée entres les parties assure à tous la gratuité de la consultation. De telles discussions se reproduiront et s’il faut savoir qu’elles s’inscrivent dans un contexte évolutif et dans le subtil équilibre des rapports entre les communes et le canton, il s’agira de veiller à ce que ce principe soit toujours bien compris et admis par tous. Le Comité s’est également penché sur l’association des 4 CSP romands, qui souhaite que ses statuts soient modifiés afin de lui donner une plus grande visibilité et d’améliorer son mode de collaboration interne. Enfin, le Comité s’est interrogé sur son propre fonctionnement, son rôle et sa représentativité. Il est en effet nécessaire que le Comité puisse non seulement exercer toutes les tâches qui lui incombent mais aussi accompagner le CSP dans son repérage de nouveaux besoins, pour les prévenir et y répondre efficacement. Il doit ainsi disposer à cet effet de toutes les compétences utiles et des bons relais pour atteindre ces objectifs. Cette réflexion est en cours et devrait se concrétiser ces prochains mois. Sur le plan politique, le CSP a refusé le principe de la double peine demandée par l’initiative «pour le renvoi des étrangers délinquants» ainsi que son contre-projet. Ces textes proposaient des mesures contraires, non seulement au principe du droit suisse, mais aussi aux valeurs de respect de la personne et de non-discrimination auxquelles tient le CSP. Le Comité s’est modifié cette année avec le départ de M. Michel Dind que nous remercions beaucoup. L’année 2011 sera l’occasion de le renouveler et de le compléter en tenant compte des réflexions entamées sur son rôle et sa représentativité. Je tiens à remercier ici chaleureusement toutes les personnes, salariées et bénévoles, qui travaillent au sein du CSP, sans oublier bien sûr nos subventionneurs, toutes nos donatrices et tous nos donateurs qui ont permis cette année encore au CSP de poursuivre le travail qui est le sien. L’année qui s’annonce permettra au CSP de fêter ses 50 ans. Cette année jubilaire permettra non seulement de mesurer tout le travail accompli ces dernières années et de remercier tous ceux qui y ont participé, mais aussi et surtout de se mobiliser pour mener à bien de nouveaux projets. Le Comité est confiant que cette année particulière nous donnera l’élan et les moyens nécessaires pour accompagner ou anticiper les changements rendus nécessaires par l’évolution du climat social de notre canton et de répondre aux besoins des trop nombreux laissés-pour-compte de notre société. Anne Baehler Bech, présidente

6

Directrice
Défis et aspects marquants en 2010
Les chantiers qui ont préoccupé ou directement occupé la directrice en 2010 ne décrivent pas l’essentiel du travail du CSP, c’est-à-dire le travail de terrain réalisé par les secteurs. Ils concernent le travail à l’arrière-plan ou en soubassement. Cette part d’activité «seconde» a toujours pour fonction de… seconder, de soutenir le travail de terrain, le service au public.

Secteurs et projets
• Délégation à la chargée de recherche et politique sociales de l’ensemble du dossier «prévention du surendettement; ligne info-budget; gestion de budget spécialisée», en lien avec le Secteur social polyvalent. • Consultation juridique: nouvelle organisation liée au changement de mode de subventionnement; discussions avec le Canton et le Conseil des régions. • Groupe de Travail «animation Fraternité»: rapport en préparation et solutions proposées. • Avenir de Point Fixe dans le cadre du projet cantonal Rediviva: intégration au sein de la Fondation Profa. • Positionnement dans le domaine sociojuridique de la migration: situation du SAJE, rôle de la Fraternité, nouvelles problématiques en lien avec les durcissements législatifs, évolution des demandes. • Appui spécifique à la préparation de la vente de chocolat 2010.

Pilotage et organisation générale Deux défis principaux
• Poursuite du 3e budget d’austérité avec déficit prévu inférieur aux exercices précédents. Objectif: pouvoir l’atteindre tout en planifiant le rétablissement des salaires dans un délai proche. • Fatigue et usure perceptibles au sein de l’équipe dans tous les secteurs, direction comprise: effet de trois années d’austérité en tenant les budgets mais sans réussir à reconstituer des réserves; gestion du travail ordinaire, des imprévus, des tâches en sus (projets), sans marge de manœuvre. Avec deux options: soit avancer plus lentement sur les projets en sus, pour ne prétériter aucune des tâches normales, soit augmenter pour un temps la dose de travail, pour réussir à mener les dossiers de front.

Partenariats
• Comité du SAJE: travail autour de la transition vers une nouvelle organisation. • Association des CSP: plusieurs dossiers importants (prises de position, année de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociales, mode de collaboration).

Divers dossiers
• Repourvue de postes, remplacements de collègues au départ. • Besoins en remplacement (accident, maladie) dans divers secteurs. • Résultats de l’analyse institutionnelle: recherche d’une traduction appropriée des résultats du groupe 2 (organisation – participation). Consensus sur le résultat acquis, mais pas encore sur sa traduction dans un document de référence du CSP. • Résultats de l’analyse institutionnelle: synthèse du travail sur les cahiers des charges avec la responsable RH en partance, avant la reprise du dossier par la nouvelle responsable RH. • Projet 50e anniversaire du CSP en 2011.

Recherche de fonds
• Poursuite du travail sans pouvoir encore mettre en place un outil correspondant aux besoins et aux exigences de méthode de recherche de fonds, comme demandé suite à l’analyse institutionnelle (Groupe 5). Objectif: assurer les produits avec les moyens du bord et avec des coûts limités. Efforts ciblés, mise en œuvre de quelques améliorations partielles et préparation du projet «logiciel recherche de fonds» suite aux recommandations du Groupe 5.

7

Remerciements
Un grand merci à toute l’équipe du CSP Vaud!
Des remerciements en particulier, et nos vœux de bonne route, à celles et à ceux qui ont terminé leur activité en 2010, notamment à nos jeunes retraitées! Merci et bienvenue aux nouveaux et nouvelles collègues qui ont rejoint l’équipe. Plusieurs collègues ont vécu des temps d’arrêt maladie; pendant ces périodes des remplacements ont été mis sur pied, soit par renfort interne, soit par des appuis temporaires externes.

Ressources humaines
Catherine Tarridec a quitté le CSP au terme de quatre ans d’activité. Elle a été remplacée par Stéphanie Loth. Bravo et merci à toutes deux pour un passage de témoin remarquablement réussi!

Stagiaires et apprenties
Mireille Bohnet Papidze et Vanesa Casas ont accompli leur stage de fin de formation d’assistante sociale, Mireille au secteur social polyvalent, Vanesa à la Fraternité, toutes deux avec succès! Crystel Sisca, apprentie de troisième année, a terminé sa formation avec succès. Caroline Borloz lui a succédé pour quelques semaines. Depuis octobre 2010, c’est Laura Buompreda qui nous a rejoints pour mener à bien la fin de son apprentissage.

Fraternité et Secteur juridique
Remplacements effectués par Lovena Appasami (Fraternité et secteur juridique) et Delphine Brun (secteur juridique).

Accueil
Ginette Deville a pris sa retraite après quinze ans d’activité au CSP. Mexhide Bytici lui succède depuis février 2010.

Bénévolat
Jacqueline Vioget a pris sa retraite après dix ans au CSP. Depuis mai 2010, Marina Racine a repris le flambeau du secteur bénévolat et vente annuelle.

Jet Service
Remplacements effectués par Nicole Pletscher, grâce aux facultés d’adaptation du secteur Accueil, puis par Mey Razlizki.

Point Fixe
Départ à la retraite de Josette Quartenoud, remplacée par Natanaëlle Perrion Roquier. Départ de toute l’équipe de Point Fixe pour le nouveau service créé au sein de la Fondation Profa, dans le cadre du projet cantonal «Rénovation du Dispositif VIH-Sida Vaudois». Bon vent et bonne suite à vous: Jean-Philippe Cand, Natanaëlle Perrion, Nicole Brzak, et toute l’équipe des jeunes intervenant-e-s qui poursuivent leur activité ou voguent vers d’autres horizons professionnels.

Ramassage et vente d’objets d’occasion
Départ d’Abbad Larbi à Yverdon fin décembre. Départ de Greti Simon à la Blécherette, arrivée de Balbine Muninda.

Secrétariat
Jacqueline Yung a pris sa retraite au terme de plus de trente ans au CSP Vaud. Ce rapport d’activité est un peu orphelin d’elle, puisque c’est elle qui assurait jusqu’à présent l’acrobatique travail de réalisation du rapport: mise en page des textes, statistiques, illustrations. En attendant l’arrivée de deux nouvelles secrétaires en 2011, Sandra Tschumi ainsi que Floriane Brondy ont assuré des intérims au secrétariat.

Politique et recherche sociales
En renfort pour un mandat de recherche conduit par Caroline Regamey, le secteur a bénéficié de la collaboration de Philippe Badan, sociologue.

8

Secteurs sociaux
Accueil
Fin février 2010, nous avons pris congé de Ginette Deville, collaboratrice au long cours du CSP. Nous lui souhaitons autant d’intérêt à sa retraite qu’elle en a eu dans son travail. Evaluer les besoins Consultation par téléphone Monsieur O., ami de Monsieur M., appelle pour un rendezvous juridique. Monsieur M. a été placé provisoirement par la justice de paix dans un EMS. Monsieur M. ne parle pas bien le français. Je donne un rendez-vous par l’intermédiaire de Monsieur O. Une semaine plus tard, Monsieur O. nous rappelle et annule le rendez-vous car Monsieur M. ne peut pas se déplacer. La situation évolue et Monsieur O. demande si c’est possible que le juriste se rende à domicile. Reprenant la discussion et l’évaluation de la situation, je propose que Monsieur O. prenne contact avec Pro Senectute, qui se déplace au domicile des usagers afin de pouvoir évaluer si l’intervention d’un juriste est nécessaire et, dans tous les cas, permettre à Monsieur M. de mieux comprendre où il en est et de bénéficier éventuellement d’un suivi social. L’Accueil n’a pas de dossier client. Cet exemple met en évidence qu’une évolution peut se faire téléphone après téléphone. • Les comptes des différentes entrées financières faites à l’Accueil. • Un suivi des prospectus mis à disposition à la salle d’attente. • Une préparation ou un suivi de colloque. • La transmission d’information aux autres collègues du secteur. • Une lecture de différents mails. • Les statistiques et leurs suivis. • La mise à jour de notre base de données, etc. Toute cette masse de documents et d’informations se trouve sur support papier, informatique, au mur ou au fond d’un tiroir et quelquefois dans l’agenda d’un consultant. Nous avons besoin d’y accéder rapidement pour ensuite être capable de répondre précisément aux demandes des usagers. Par ailleurs, nous avons bénéficié d’une supervision centrée sur notre organisation afin de la rendre plus efficace. Ces séances sont particulièrement utiles dans la mesure où nous sommes 5 réceptionnistes à nous succéder parfois à la demijournée et à nous remplacer. Il y a une foule d’informations qui doivent se transmettre pour le bon fonctionnement de l’ensemble du CSP. De telles formations sont aussi nécessaires à la cohésion de l’équipe. A la fin de l’année, nous avons préparé la mise en place de la prise des rendez-vous juridiques dans tout le canton. Précédemment ceux-ci étaient distribués, en règle générale, par les CSR. Un logiciel a dû être conçu, réalisé, testé. Les premiers rendez-vous centralisés ont été donnés fin décembre pour le mois de janvier sans anicroche majeure. Enfin la salle d’attente a été quelque peu améliorée. Nous avons tenté de la rendre plus chaleureuse. Nous attendons avec impatience des travaux de rafraîchissement.

Le travail de logistique pour un accueil de qualité ou quand un travail peut en cacher un autre… Afin d’être en mesure d’accueillir les personnes qui frappent à notre porte ou nous téléphonent, nous accomplissons tout un travail de logistique, interne au secteur, qui exige beaucoup de temps. L’Accueil a dû mettre en place une série de documents qui permettent d’orienter, d’informer, en d’autres termes de fonctionner correctement. Par exemple: • La liste des heures de présence des consultants pour leur clientèle. • La liste des communes et à quel CSR elles sont rattachées. • Le planning des heures de travail des réceptionnistes. • La gestion d’un agenda électronique. • Le suivi des tâches à faire au fur et à mesure de la semaine. • L’envoi des listes de rendez-vous juridiques dans les Centres sociaux régionaux.

Equipe
BERGER BYTICI DEVILLE PLETSCHER SCHMINKE WENGER-BOGHOSSIAN Astrid
jusqu’au 1.3 et ensuite

Mexhide
depuis le 1.3.10

0.20 0.25 0.55 0.55 0.75 0.20 0.50

Ginette
jusqu’au 28.2.10

Nicole Claire Catherine

9

Statistiques
Les collaboratrices de l’Accueil de Beau-Séjour ont traité près de 20’000 demandes en 2010. Cela représente une moyenne de 1647 demandes par mois, 76 par jour ouvrable. La réception proprement dite, qui consiste à accueillir les personnes se présentant pour un rendez-vous pris, fixer des rendez-vous, recevoir et transmettre des téléphones, etc. représente 63% du travail des collaboratrices. La grande majorité de ces actes est faite par téléphone (83%), et une sur cinq de façon directe (en face-à-face). En 2010, 1’039 prestations de ce genre ont été accomplies en moyenne mensuelle, 48 par jour ouvrable. Le travail d’accueil consiste à comprendre et à traiter directement les demandes. Il s’agit d’écouter les personnes, de bien comprendre la nature de leur demande, afin de pouvoir effectuer au mieux l’adressage interne ou externe des nouveaux usagers-ères. Cela représente 37% du travail des collaboratrices, et mobilise beaucoup de connaissances et de compétences humaines. Seules 17% des personnes se présentent dans nos locaux et leurs demandes sont traitées en face-à-face, la grande majorité (83%) contacte l’Accueil par téléphone. Au total, 610 accueils par mois ont été effectués en moyenne en 2010, ce qui en représente 28 par jour ouvrable.

10

Consultation conjugale et familiale
Le secteur reçoit les couples qui souhaitent échanger au sujet de leurs difficultés de couple en présence d’un professionnel neutre et bienveillant. Ce secteur travaille sous mandat de l’Etat de Vaud. Il fait partie de la Plateforme consultation conjugale Vaud (Plateforme) qui regroupe les trois institutions Caritas, Profa et le CSP.

Couple et retraite
Didier et Sandra, la soixantaine, viennent en consultation. Didier souhaite venir car Sandra lui paraît déprimée depuis quelque temps et ne lui parle plus. Ce qui lui semble très difficile c’est qu’ils se retrouvent souvent ensemble depuis que Didier a pris une retraite anticipée et par conséquent il passe beaucoup de temps à la maison. Sandra évoque le départ de la maison de ses trois enfants et la difficulté de s’habituer «au vide» laissé par ces derniers. Ils n’arrivent pas à se retrouver ni à se parler sans se faire des reproches ou se mettre en conflit. En consultation, Sandra et Didier ont pu verbaliser leur insatisfaction et les frustrations actuelles en mettant en lumière la difficulté de se retrouver dans une nouvelle étape de leur vie. D’un côté pour Sandra, le «nid vide», c’est-àdire le départ des enfants, et de l’autre pour Didier la retraite anticipée qui le fait tourner en rond à la maison. Ils réalisent aussi que, depuis très longtemps, ils n’ont plus partagé d’activité commune. Le travail a été ensuite de les aider à se remémorer les passions, les intérêts et les goûts communs du début de leur relation, ou d’en découvrir de nouveaux. Chacun a aussi essayé de retrouver une place au sein du couple et d’imaginer une seconde vie faite de projets ou d’envies nouvelles. Ils ont pu tisser un lien différent, en exprimant leurs besoins et en redéfinissant leurs tâches au sein du couple.

Consultations
Les chiffres
Les chiffres sont stables, avec une très légère hausse des consultations. La consultation conjugale d’Yverdon a connu un chiffre record en 2010. Elle a touché de nouvelles régions vaudoises: quelques personnes des anciens districts de Cossonay, d’Echallens et de Moudon se sont déplacées à Yverdon-les-Bains.

Des problématiques nouvelles et multiples
Les divers changements de ces dernières années dans notre société amènent de plus en plus de configurations différentes dans les couples et dans les problématiques rencontrées dans nos consultations. Couples et familles recomposées Avec l’augmentation des séparations et des divorces, nous recevons fréquemment des couples formant des familles recomposées. Celles-ci présentent des problématiques liées à la complexité des relations en jeu entre les parents, les beauxparents et les enfants ainsi qu’entre les fratries. Les places et les rôles de chacun doivent souvent être redéfinis. Les relations avec les ex-conjoints sont aussi évoquées. Jeunes couples Nous voyons aussi plus de très jeunes couples qui se trouvent souvent devant la difficulté de s’engager dans une relation ou qui sont démunis lorsque les premiers conflits arrivent. Couples et retraite Le moment de la retraite est un passage délicat pour les couples qui se retrouvent sans les enfants et sans le travail; ils se posent même parfois la question de savoir s’ils vont continuer à vieillir ensemble. Couples homosexuels Pacsés ou non, les couples homosexuels rencontrent aussi des difficultés relationnelles qui sont très proches des autres couples. Ils sont plus nombreux à venir consulter notre service.

Activités collectives
Contacts avec le réseau
Région Lausanne Contacts et envois de mailings aux médecins et aux paroisses de la région de Lausanne. Région d’Yverdon Contacts et envois de mailings aux médecins et aux paroisses de la région. Le conseiller conjugal est bien intégré au CSR et participe dans la mesure du possible au «Café contact», lieu de rencontre des institutions psychosociales d’Yverdon. Régions d’Oron et de Payerne Ces deux antennes de consultation demandent un travail de promotion constant pour continuer la collaboration avec le réseau médico-psycho-social qui ne connaît pas toujours bien notre prestation.

11

A Oron, rencontres avec le directeur, les infirmières et la médiatrice des écoles d’Oron et de Palézieux. Contacts et envois de mailings aux médecins et aux paroisses de la région. A Payerne, contact avec le centre la Corbière et distribution de dépliants. Contacts avec l’Hôpital intercantonal de la Broye et le Centre social régional et distribution de dépliants. Contacts avec la Paroisse catholique.

Formation continue Séminaires - formations
«Quand l’agressivité des couples devient insupportable, comment rester compréhensif et efficace en face de couples difficiles?» Les 27 et 28 septembre avec M. Martin Koschorke dans le cadre de la formation continue de l’Association des conseillers conjugaux. Formation en sexologie clinique à l’Unige (2009-2011). Formation en sexoanalyse au CUP à Genève. Journées de formation en droit de la famille et en insertion sociale. Véronique Prades a terminé son stage commencé en 2008 et a obtenu son diplôme de conseillère conjugale HES en octobre 2010.

Plateforme consultation conjugale Vaud
Cette Plateforme réunit les 3 services de consultation conjugale de Caritas, CSP et Profa.

Promotion-prévention
Après nos visites en 2009 dans les grandes entreprises du canton, nous avons préparé un nouveau matériel de publicité avec un texte plus représentatif de notre travail et une image plus attrayante. Nous avons continué le travail de promotion auprès des services sociaux des grandes entreprises du canton pour les sensibiliser aux problématiques de couple et à leurs conséquences éventuelles dans l’entreprise (baisse de motivation au travail, maladie, absentéisme…). Nous avons aussi rencontré les infirmières de la ville de Lausanne. De plus, notre secteur a participé à la rédaction d’articles dans le journal Femina «Couple et retraite» et dans le Courrier du médecin vaudois «Le couple face à la maladie».

Supervisions
Tous les conseillers conjugaux ont suivi des supervisions individuelles qui sont indispensables au vu de la complexité de certaines situations rencontrées. Nous continuons la supervision de groupe commencée en 2008 avec nos collègues de Caritas, avec la participation du professeur Nicolas Duruz.

Engagement
Sont engagés dans l’Association des conseillers conjugaux (ACC): Dominique Lorenz comme présidente, Antoine Borel comme caissier, Marie-France Courvoisier et Jelena Juvet comme membres du Comité. Dominique Lorenz s’engage pour la formation des conseillers conjugaux au Cefoc à Genève.

Projet d’une permanence SOS couple
Un groupe de réflexion s’est penché sur la création d’une permanence téléphonique pour les couples en difficulté qui serait assurée par tous les conseillers conjugaux des 3 institutions. Ce projet devrait être mis en route au printemps 2011.

Journée plénière de réflexion
Cette journée a réuni les directeurs, les conseillers conjugaux et les réceptionnistes des trois institutions le jeudi 14 octobre à Crêt-Bérard. Elle a été consacrée à une discussion autour d’un projet de permanence téléphonique.

Rencontre annuelle des services de consultation conjugale des 4 CSP
Familles monoparentales et recomposées Cette rencontre a eu lieu le 15 avril 2010 au CSP Vaud à Lausanne. Pour partager nos expériences dans notre travail dans les CSP et approfondir un sujet ensemble, nous avons choisi un thème d’actualité que nous rencontrons au quotidien: les familles monoparentales et recomposées.

Equipe
BOREL COURVOISIER GENTON MEIER JUVET LORENZ PRADES Antoine Marie-France Esther Jelena Dominique Véronique 0.50 0.30 0.30 0.30 0.70 0.40 stagiaire

12

Statistiques
Situations Consultation Lausanne, Yverdon, Payerne, Oron Consultations à professionnel-le-s Total des consultations Situations de couples Situations de personnes seules Nombre de personnes concernées 265 205 60 470 Nombre de Nouvelles situations consultations 153 109 44 262 1034 25 1059 872 162

Lieux de consultation
59% des consultations ont eu lieu à Lausanne, 27% à Yverdon, 10% à Payerne et 5% à Oron. En termes de domicile, 45% des consultations sont données à des usagers-ères domicilié-e-s dans la région de Lausanne, 49% dans le reste du canton et 6% à des habitant-e-s de cantons voisins. 21% des consultations sont données à des personnes qui habitent Lausanne même.

Consultation
265 situations ont été suivies, représentant 470 personnes. Les situations suivies depuis l’année précédente ou plus longtemps sont au nombre de 112, et représentent 42% de l’ensemble des situations. Pratiquement toutes les consultations ont lieu sur rendezvous et en face-à-face. Sur le total, 84% sont des consultations de couples et 16% des consultations de personnes venues sans leur partenaire. En termes de situations, 77% concernent des couples, et 23% des personnes venues seules. Le nombre moyen de consultations par situation est de 3,9.

Lieux:
Lausanne 59% des consultations Yverdon-les-Bains 27% des consultations Payerne 10% des consultations Oron 5% des consultations

Qui sont-ils, qui sont-elles ?
Parmi les couples, • Plus de huit couples sur dix (82%) sont mariés; • en tout, 76% des couples ont des enfants, soit 81% des couples mariés et 53% des couples non mariés; • presque deux couples sur trois (65%) sont des couples dont les deux partenaires sont d’origine suisse. Dans 18% des cas, les partenaires sont tous deux d’origine étrangère. Plus d’un couple sur six (18%) est d’origine binationale. Parmi les quelques personnes qui consultent seules, • on trouve deux fois plus de femmes que d’hommes; • ils et elles sont sept fois sur dix marié-e-s; • et ont des enfants dans les deux tiers des cas.

13

Consultation juridique
Le secteur, composé de cinq juristes, met à disposition de la population vaudoise des consultations juridiques d’accès gratuit et ouvertes à tous.

Lieux:
Bex, Lausanne, Morges, Nyon, Orbe, Payerne, Renens, Vevey, Yverdon-les-Bains

Consultations
Dans tout le canton
Une permanence sans rendez-vous, dont l’objectif est de pouvoir traiter les urgences, a lieu hebdomadairement dans les locaux de Beau-Séjour à Lausanne. Pour le surplus, les consultations sont données sur rendez-vous à Lausanne ainsi que dans neuf lieux du canton, couvrant ainsi la majorité des régions d’action sociale. Ces consultations décentralisées se tiennent dans les Centres sociaux régionaux (CSR), chaque semaine ou à quinzaine selon les lieux, sauf à Payerne où elles ont lieu dans les locaux mis à disposition par la paroisse réformée. Depuis plusieurs années, le coût de la consultation juridique est partiellement subventionné, le solde du coût de cette prestation étant couvert par le CSP. Cette subvention partielle était prise en charge jusqu’en 2009 y compris, en partie par la facture sociale (50% canton, 50% communes), en partie par les Associations régionales de communes ayant souhaité que la prestation soit donnée dans leur région. Le système était d’une certaine façon injuste, car les communes finançaient une part de prestation bien supérieure à celle assumée par le Canton. Il a donc été modifié dès le 1.1.2010: l’ensemble de la subvention accordée a passé dans la facture sociale, pour le même montant qu’en 2009 (donc sans augmentation). Le Canton a donné mission au CSP de maintenir le volume de consultations correspondant au même montant de subvention qu’en 2009, mais en la répartissant mieux sur tout le canton. Le secteur juridique a présenté en mars 2010 un modèle de réorganisation de la prestation de conseil juridique dans le canton; le dispositif a été accepté par le Département de la santé et de l’action sociale et le Conseil des régions d’action sociale fin 2010, pour une entrée en vigueur au 1.1.2011. A noter que les consultations décentralisées à Montreux et à Vevey, qui avaient été suspendues en septembre 2009 pour cause de manque de financement par la Région concernée, ont repris dès début janvier 2010. Le même nombre de consultations a été offert, mais sur un seul emplacement pour cette région, à savoir Vevey.

Prestations
Les juristes sont des généralistes et les problématiques qui leur sont soumises ont trait à de nombreux domaines du droit. La consultation peut consister en une simple information ou un conseil donné sur le moment. Selon la complexité de la question soulevée, elle peut aussi déboucher sur un travail de suivi plus ou moins conséquent. Certains dossiers restent ainsi ouverts pendant plusieurs années. L’ampleur et le nombre de suivis n’étant pas planifiables et certaines démarches, telles que recours et oppositions, devant être accomplies dans le délai imparti sous peine de ne pas être recevables, les juristes doivent composer avec un stress important dans la gestion quotidienne de leurs activités.

Un cas révélateur de notre travail
Un jeune homme trentenaire, infirmier de profession, travaille depuis 12 ans dans un EMS. Il tombe gravement malade. Assez rapidement, il s’avère qu’il ne pourra plus exercer sa profession d’infirmier. Exactement à la fin de la période de protection prévue dans le droit du travail, en l’occurrence six mois dès le début de la maladie, l’employeur le licencie. Le contrat de travail prévoit, en cas de maladie, le versement d’indemnités perte de gain pour une durée de 720 jours (environ deux ans). Or le contrat d’assurance maladie collective conclu par l’employeur prévoit, lui, la sortie d’un assuré du cercle des assurés trois mois après la fin des rapports de travail. Notre client n’a donc plus droit aux indemnités perte de gain dès le 9e mois de maladie. Pour la suite, et dans l’attente de mesures d’insertion par l’AI, il se voit obligé de conclure une assurance individuelle d’indemnité perte de gain pour maladie, ce qui occasionne des primes de presque 400 francs par mois (pour une allocation journalière de 140 francs). Après quelques échanges de courriers avec l’assurance, qui prend du temps avant de fournir les divers contrats d’assurance concernés, la juriste du CSP s’adresse à l’employeur, lui demandant le remboursement de la prime pour la période de maladie indemnisée par l’assurance individuelle. L’employeur, conscient que le contrat de travail n’était pas correct, s’exécute sans rechigner. Pour l’anecdote: l’assuré, qui n’a pas reçu d’indemnités perte de gain pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que la situation ci-dessus soit clarifiée, et connaît des fins de mois difficiles, se voit adresser à Noël des vœux de «joyeuses dêtes» [dettes?] de la part de l’assurance...

14

Activités collectives
Présentations collectives «Séparation - divorce»
Débutées en 2008, les séances de présentation collective sur les droits des conjoints en cas de séparation ou de divorce se sont poursuivies à Lausanne à un rythme d’environ une fois toutes les cinq semaines. Le but de ces présentations est de dispenser des informations générales sur le sujet à un groupe de personnes, libérant ainsi des consultations individuelles pour des problèmes plus pointus et personnels. De manière générale, l’objectif visé a été atteint. Par ailleurs, le secteur juridique a pu observer que la présentation en groupe permettait aux usagers-ères de relativiser leur conflit personnel pour mieux considérer la problématique juridique.

matière de prestations sous conditions de ressources ainsi que d’obligation d’entretien en vertu du droit de la famille.

Equipe
Le secteur juridique offre un soutien au Service social polyvalent et à la Fraternité. Par ailleurs, un juriste assure en tandem avec un-e travailleur-se social-e les consultations sociojuridiques hebdomadaires du service Droit des Jeunes de Jet Service, à Lausanne, Vevey et pour l’EESP depuis octobre 2010. Le secteur se tient aussi à disposition du secteur administration pour des questions juridiques ponctuelles (droit du travail, des successions, des assurances sociales, etc.). Le secteur participe au demeurant de façon importante à la plupart des groupes de travail et des commissions du Centre social protestant (Commission de communication externe, Commission d’information et de communication interne, Commission des Nouvelles, fondation LPP Copré…). Il envoie également une déléguée de l’Equipe au Comité.

Cours et enseignement
Instituée en 2008, une formation en droit des étrangers destinée aux professionnel-le-s a été dispensée par deux juristes du secteur à deux reprises cette année, en collaboration avec la Fraternité. Ce cours a réuni une centaine de personnes environ. Les juristes du CSP ont également organisé une formation continue destinée aux professionnel-le-s sur les droits des conjoints en cas de séparation ou de divorce. Elle a réuni environ 60 personnes durant une demi-journée. Par ailleurs, deux juristes ont assuré des mandats d’enseignements à l’EESP (Ecole d’études sociales et pédagogiques) en

FRICK GAFNER GERTSCH HARTMANN VAZQUEZ APASAMI BRUN

Claudia Magalie Florent Antoine Mercedes Lovena Delphine

0.75 0.75 0.55 0.45

/ 0.80 dès le 1.10.10 / 0.80 dès le 1.10.10 (+ 30% à Jet Service) (+0.40 à Jet Service) dès le 1.10.2010

Statistiques
Usagers Consultation Lausanne et 9 autres lieux du canton Permanence Conseils à professionnel-le-s Total 1’868 295 2’163

0.90 1.00 remplaçante remplaçante

Nouveaux Nombre de usagers consultations 1’602 2’723 278 300 241 1’880 3’264 Les consultations à des Lausannois-es représentent 31% (total de 56% pour Lausanne Région).

Durant l’année, et en plus de la consultation individuelle, onze séances d’information collective «Séparation-divorce» ont été réalisées. Elles ont permis de toucher 165 personnes. 241 consultations, conseils ou expertises juridiques ont en outre été fournis à des professionnel-le-s d’autres services (CSR, CMS, autres services sociaux et médicaux notamment).

Dans la consultation
Les suivis d’années précédentes concernent 283 situations (13% des situations). 73% des consultations ont lieu en face-à-face et sur rendezvous, 23% par téléphone, 4% par e-mail ou courrier. Plus des trois quarts des usagers-ères (78%) ne consultent qu’une seule fois dans l’année; 14% consultent deux fois; 8% consultent trois fois ou davantage dans l’année.

Lieux de consultation
Une consultation sur dix est donnée en permanence à Lausanne. Sept consultations sur dix concernent des personnes non lausannoises, domiciliées pour 28% dans la couronne lausannoise et pour 40% dans les autres régions du canton.

15

Qui sont-ils, qui sont-elles?

• Des femmes en situations majorité (63%) 63% de femmes et 37% d’hommes. 37% d’hommes • Les personnes mariées 46.5 ans en moyenne ou en partenariat enregistré représentent plus de la moitié de la population qui consulte le service (56%); 19% des personnes sont divorcées, 3% veuves. Les personnes célibataires sont sous-représentées: 21%. • La moyenne d’âge est de 46,5 ans (47 ans pour les hommes et 46 pour les femmes). 9% des personnes sont en âge de retraite (AVS), 13% des consultations leur sont consacrées. • Presque six usagers-ères sur dix sont Suisses et plus de quatre sur dix de nationalité étrangère. Parmi les personnes de nationalité étrangère, environ la moitié est titulaire d’un permis d’établissement (C, 51%), un tiers ont un permis de séjour annuel (B, 33%) et environ 16% disposent d’un titre de séjour précaire (permis F, L, N) ou n’ont pas de titre de séjour. • Environ six usagers-ères sur dix touchent une prestation d’assurance (AVS 9%, invalidité 5%, chômage 6%, APG 4%) ou d’un régime social (aide sociale 16%, prestations complémentaires 4%).

Près de 2’200

Motifs de consultations
Droit de la famille (contributions d’entretien, séparation, divorce) Assurances sociales Droit des étrangers 17 autres domaines 43%

Leurs motifs de consultation
Les motifs de consultation touchent par ordre d’importance: • des problèmes de droit de la famille dans 43% des cas, et principalement (dans l’ordre): séparation, contributions d’entretien, divorce, relations personnelles, etc.; • des problèmes liés au droit des assurances sociales, dans 17% des cas; et principalement (dans l’ordre): assurance invalidité, assurance chômage, prestations complémentaires, assurance maladie et subsides, etc.; • des problèmes de droit des étrangers, dans 10% des cas; • 54% des motifs de consultation touchent d’autres domaines du droit – soit exactement 17 autres domaines. Dans plus de 5% des cas: autres contrats, droit du travail, loi sur les poursuites, aide sociale, droit du bail (en tout 30%). Et dans une moindre mesure (dans l’ordre): droit pénal, droit des successions, droit administratif, droit de la consommation, etc. Les motifs de consultation touchent en tout 20 domaines du droit.

17% 10% 54%

Et les prestations
Face aux demandes qui leur sont adressées, les juristes: • fournissent des avis juridiques et d’autres sortes d’explications aux personnes dans 82% des cas; • effectuent des investigations, des vérifications et d’autres types de suivis dans 13% des cas; • rédigent différents types de courriers dans 14% des cas; • entament une action judiciaire auprès des tribunaux ou rédigent un recours dans 5% des cas. Pour 30% des consultations, un travail particulier de suivi est effectué par les juristes, hors temps de consultation. Des démarches juridiques, des actions judiciaires et des recours y sont également entrepris.

16

Jet Service
Année après année, des jeunes entre 16 et 25 ans franchissent le seuil de Jet Service dans le but de trouver de l’aide concrète et directe aux problèmes rencontrés. Que ce soit lors de nos permanences ou sur rendez-vous, notre travail vise à permettre à ces jeunes d’accéder à une formation ou de se maintenir dans leur cursus de formation. Leurs difficultés peuvent être humaine, sociale, financière, familiale; elles affectent parfois la santé et créent souvent un obstacle à l’insertion. Nous travaillons également à développer une vision préventive de notre action, dans le cadre de l’insertion professionnelle ou la prévention des ruptures de formation, au travers de notre travail dans des associations comme le SEMO (Semestre de Motivation), TEM (Transition Ecole-Métier), ACC’Ent (Accompagnement en entreprise) ou via la prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes. L’articulation de notre action curative et préventive s’inscrit dans la mission du CSP.

L’ampleur du suivi varie de cas en cas. Il peut s’agir d’une simple information, d’un conseil, d’un courrier pour débloquer une situation, d’une négociation avec des tiers tels que parents ou employeur, d’un recours ou d’un appui pour effectuer telle démarche administrative ou judiciaire.

Pas de bourse pour une école privée
Arrivée en Suisse à l’âge de 12 ans, Fanny* effectue sa scolarité en section VSO puis fait un raccordement et obtient son certificat de fin de scolarité en section VSG. Elle se voit refuser l’accès au gymnase en raison de son âge trop avancé (18 ans au moment de l’inscription). Ne remplissant pas les critères d’admission pour entrer au gymnase du soir, Fanny, qui veut faire des études de droit, n’a d’autre choix que de se tourner vers une école privée pour pouvoir obtenir sa maturité. Ses parents n’ont pas les moyens de l’entretenir (bénéficiaires de l’aide sociale via l’EVAM, Etablissement vaudois d’accueil des migrants). Fanny se voit également refuser la bourse au motif que l’établissement choisi est privé. Comment continuer? *prénom d’emprunt

Consultations
Permanences apprenti-e-s, jeunes en formation
L’objectif initial de cette permanence est toujours d’actualité. Il s’agit d’offrir l’aide nécessaire aux jeunes pour mener à bien la formation lorsqu’elle est mise en péril par les problèmes rencontrés (financiers, familiaux, professionnels etc). Nombre d’entre eux ont des difficultés d’accès aux aides publiques (bourses d’études et d’apprentissage, subsides, etc.) en raison de la complexification des procédures d’octroi, et du temps nécessaire au traitement des demandes de la part des services. Pour les jeunes hors formation, notre travail a été le plus souvent un appui dans les démarches visant une entrée en formation et une aide généraliste. Certains font face à de l’endettement, un manque de formation, à des lacunes scolaires et ont souvent déjà passé par des mesures d’aides (RI, Revenu d’insertion, TEM, Le Repuis, SEMO, etc.) sans avoir réussi à s’insérer dans une formation ou sur le marché du travail. Ils se retrouvent ainsi sans solutions.

Bourses
Dès le 1er janvier 2010, l’Office des bourses d’études et d’apprentissage a procédé, pour chaque bénéficiaire, à un nouveau calcul de son droit à la bourse selon de nouvelles normes légales. Le Conseil d’Etat a en effet modifié de manière substantielle le règlement d’application de la loi sur l’aide aux études et à la formation professionnelle ainsi que le barème d’attribution. Parallèlement, les boursiers-ères faisant partie d’un ménage bénéficiant du Revenu d’insertion (aide sociale) ont été sortis de ce régime pour ne dépendre plus qu’exclusivement de celui des bourses. Le transfert s’est opéré sur plusieurs mois, non sans soulever un certain nombre de problèmes. Ces changements ont occasionné pour nos permanences un énorme travail d’information, d’explication et d’aide dans la rédaction de réclamations et de recours. De nombreux jeunes gens rencontraient en effet des difficultés dans la compréhension des nouveaux modes de calcul ou étaient désorientés par la complexité du passage d’un régime à l’autre. Certains, dans l’attente qu’il soit statué sur le dossier, se sont parfois retrouvés sans ressources durant plusieurs semaines.

Service droit des jeunes (Lausanne et Vevey)
La permanence sociojuridique, proposée les jeudis après-midi dans les locaux de Jet Service à Lausanne, et les lundis aprèsmidi à Vevey, en partenariat avec le programme Ginkgo mis en place par le Service Jeunesse de cette ville, continue de répondre à une forte demande. Les plages de consultations ne désemplissent pas. Données par un binôme composé d’un juriste et d’un-e travailleur-euse social-e, ces consultations ont pour but d’aborder à la fois la difficulté juridique et la problématique sociale et financière qui l’accompagne généralement.

Permanence sociale et juridique pour les étudiant-e-s de l’EESP
Nous avons dressé le constat qu’aucune structure sociojuridique n’était mise à disposition spécifiquement des étudiants fréquentant les diverses HES (Hautes Ecoles spécialisées) du canton, contrairement aux étudiants universitaires.

17

Nous avons donc démarré à la rentrée 2010, en collaboration avec l’Ecole d’études sociales et pédagogiques de Lausanne (EESP), un projet pilote de permanence sociojuridique pour les étudiant-e-s de l’EESP. Cette permanence a lieu dans nos locaux tous les mardis. L’objectif de ce projet pilote est double: • offrir une permanence sociale et juridique aux étudiante-s de l’EESP et éviter ainsi que des problèmes sociaux ou juridiques ne remettent en cause la réussite de leurs études; • mesurer qualitativement et quantitativement les besoins des étudiant-e-s de l’EESP. L’évaluation de cette permanence pourra non seulement déterminer la poursuite de la démarche en direction des étudiant-e-s de l’EESP mais aussi donner des indications quant à un élargissement possible du service sociojuridique à toute la Haute Ecole vaudoise (HEV).

Equipe
ARBEL BLANC BOVAY DUPERTUIS GERTSCH OLAYA RECROSIO TADIC
janvier-juin, puis 0.50 juil.-sept., 0.65 oct. et 0.55 dès novembre

Anouk Cosette

0.55 0.80 0.70 0.30 0.70 0.75 1.00

Christine Florent Françoise Pascal Alexandre

/0.40 dès octobre

Depuis 2005 dans le Nord vaudois et la Broye, TEM a développé la prestation Appuis aux apprentis (App-App) qui propose des appuis dans une branche spécifique à des groupes de 3 ou 4 apprenti-e-s. Ces cours sont donnés par un réseau de répétiteurs étudiants des Hautes Ecoles (214 appuis en 2010). Les conseillers aux apprentis (CApp) interviennent auprès des apprenti-e-s pour trouver des solutions lorsque des difficultés apparaissent en cours de formation professionnelle. Ces interventions de courte durée permettent d’éviter des ruptures de formation ou de favoriser une rapide reprise de formation en cas de rupture.

Bourse du travail
Simple, sans intermédiaire, Jet Service met en contact, rapidement et gratuitement, des jeunes avec des employeurs-euses de la région lausannoise. En 2010, nous avons placé 200 jeunes, soit exactement le même nombre qu’en 2009. Par ailleurs 75 employeurs ont fait appel à la Bourse du travail en 2010 pour un total de 237 places de travail (226 en 2009). Les chiffres nous montrent que la fréquence des offres d’emploi reste toujours faible mais assez stable. La Bourse du travail est importante pour les jeunes et pour Jet Service. En effet, elle permet souvent de déceler d’autres difficultés pouvant déboucher sur une prise en charge plus globale.

ACC’Ent
Depuis 2006, le SPAS (Service de prévoyance et d’aide sociale) a mandaté TEM pour organiser le suivi des jeunes du programme Forjad (programme d’insertion de jeunes adultes à l’aide sociale par la formation professionnelle). Ce suivi est assuré par la mesure ACC’Ent. Projet pilote en 2006, le Conseil d’Etat a décidé de le pérenniser en faisant passer les» jeunes Forjad»du système de l’aide sociale (RI) au système des bourses d’études et d’apprentissage. Ce transfert, s’il constitue un élément de valorisation et une étape vers l’autonomie pour ces jeunes, a également mis en évidence quelques difficultés. Un ajustement de la collaboration entre les différents partenaires (ACC’Ent, SPAS, CSP, Centre social régional) a été nécessaire. Les 36 intervenant-e-s ACC’Ent ont suivi en 2010 487 jeunes en formation et le taux de réussite aux examens finals est de 79%.

Prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes
Le secteur continue de participer à ce volet important de prévention auprès des jeunes: voir page 33.

Activités collectives
Le travail de réseau est central dans notre activité. Jet Service assume en particulier des fonctions de direction dans les deux associations TEM (Transition Ecole-Métier) et Mobilet’.

Mobilet’
Créée en 1998 par Jet Service, la Maison des jeunes et le CVAJ, l’Association Mobilet’ a développé plusieurs projets: !" Le SeMo accueille depuis 1998 des jeunes sans solutions à la sortie de l’école obligatoire et au bénéfice de l’assurance chômage. A travers des ateliers et avec un suivi individualisé, 375 jeunes ont consulté le SeMo en 2010 parmi lesquels 77% ont trouvé une solution. !" Bio+ est financé par les communes de l’Ouest lausannois et accueille des jeunes sans solutions mais qui ne sont pas

TEM
L’association TEM (Jet Service et le Centre vaudois d’aide à la jeunesse, CVAJ) a développé depuis plus de 10 ans diverses structures d’appuis aux apprenti-e-s en difficulté. Depuis 1999, les intervenant-e-s sociopédagogiques (ISPe) offrent des appuis scolaires individualisés ou en petit groupe et un soutien social, personnel. En 2010, sept ISPe ont suivi 82 apprenti-e-s sur l’ensemble du canton.

18

inscrits au chômage, ainsi que des jeunes du Centre social des réfugiés (CSIR). En 2010, 73 jeunes ont été suivis par le Bio+. !" BIP Jeunes (Bâtir l’intégration professionnelle) est une mesure d’insertion sociale (MIS) qui reçoit des jeunes adultes venant des services sociaux, bénéficiaires du RI. En 2010, 33 jeunes ont suivi cette mesure. !" Renfort est un partenariat entre Mobilet’ et le SPJ. C’est une mesure pilote qui dure six mois et qui a accueilli 8 jeunes en 2010. !" Les APO (Ateliers pratiques d’observation) ont été mis en place en partenariat avec le Service de l’enseignement spécialisé et de l’appui à la formation. Ils permettent de vérifier la faisabilité du projet professionnel avec pour but de favoriser une bonne orientation vers une mesure de transition. Ils accueillent 7 participants pendant deux semaines.

Ces mesures accueillent des jeunes avec des parcours et des difficultés particulières. En les accompagnant et en leur apportant un soutien adapté et le plus individualisé possible, elles visent toutes à l’insertion sociale et professionnelle de ces jeunes adultes.

Site internet CIAO: www.ciao.ch
CIAO s’adresse aux jeunes de Suisse romande de 13 à 20 ans. Depuis 2010, le contenu du site est accessible aux jeunes souffrant d’un handicap visuel, auditif, moteur ou cognitif. Le contenu peut être aussi bien parcouru sans souris qu’avec un lecteur d’écran. Les textes ont été réécrits afin d’en faciliter la lecture. Pendant l’année 2010, nous avons répondu à 115 questions posées par les internautes dans la rubrique Formation et Travail. Avec nos collègues du Service social polyvalent, nous avons également répondu aux questions du chapitre «Argent».

Statistiques
Usagers Nouveaux Nombre de usagers consultations 263 145 408 152 161 80 801 687 287 5 979 186 161 80 1’406

Permanence apprenti-e-s et jeunes en formation Service Droits des jeunes Consult. inter-services Sous-total Bourse du travail Consultations CIAO Consultations parents / professionnel-le-s Total

352 174 526 178 161 80 945

Qui ?
Note: le total d’usagers-ères indiqué représente le nombre exact de jeunes et non le total des usagers de chaque permanence, qui est supérieur (certains jeunes consultent plusieurs permanences). Signalons qu’en plus des chiffres ci-dessus, on dénombre environ 500 «passages» de jeunes dans les locaux afin d’apporter ou de venir chercher une information, compléter un dossier, etc. Au total, 94% des consultations sont dispensées à des jeunes, et 6% sont des réponses à des demandes de professionnel-le-s d’autres services, ou d’autres acteurs en présence (parents, écoles, etc.). Dans l’ensemble, huit consultations sur dix ont lieu en face-àface, 13% par e-mail (dû aux questions-réponses de CIAO), et 5% par téléphone. Jeunes femmes 58% Jeunes hommes 42% En formation 66% Moyenne d’âge 21,9 ans

Motifs
Permanence apprentis Problèmes financiers 67% Bourses 41% Dettes 18% Problèmes familiaux 25% Service Droits des jeunes Bourses 35% Devoir d’entretien 14% Conflits de travail 10%

19

Consultations et permanences
129 jeunes sont suivis depuis l’année précédente, voire depuis plusieurs années. Cela représente 25% des situations. Parmi les jeunes qui consultent les permanences, un tiers (34%) reviennent une ou plusieurs fois en consultation. C’est la Permanence apprentis et jeunes en formation qui recueille la plus forte fréquence de consultations: 36% des jeunes consultent le service plusieurs fois (16% deux fois, 20% trois fois ou plus).

Motifs de consultation dans les permanences Permanence apprenti-e-s et jeunes en formation
Des problèmes d’ordre financier sont présents dans deux demandes sur trois (67%): d’abord les questions liées aux bourses (dans 41% des consultations), ensuite des problèmes de dettes (dans 18% des cas), puis des questions liées au devoir d’entretien (dans 8% des cas). Des problèmes d’ordre familial se présentent dans un quart des consultations (départ du domicile familial, difficultés familiales, problèmes de devoir d’entretien). Des problèmes administratifs sont présents dans 20% des cas. Les motifs de consultation ayant trait à des questions d’assurances sont présents plus d’une fois sur dix (11%), et ceux liés au logement dans 8% des cas.

Qui sont-ils, qui sont-elles?
• Des jeunes femmes, dans 58% des cas, et des jeunes hommes, dans 42% des cas. • 66% des jeunes sont en formation. Parmi les jeunes en formation, un petit nombre se trouve encore à l’école obligatoire (6%), 5% en transition, 55% sont dans une formation de degré secondaire 2, et 34% dans une formation de niveau tertiaire (en augmentation). Les jeunes femmes sont plus souvent en formation de degré tertiaire (38% d’entre elles contre 28% des jeunes hommes) et les jeunes hommes plus nombreux en formation de degré secondaire 2 (63% d’entre eux contre 51% des femmes). • Les jeunes qui ne sont ni en formation ni en emploi représentent 30% des usagers-ères. Parmi eux, 50% sont soit en recherche de formation, soit dans une phase intermédiaire entre rupture et reprise de formation, soit sans solution aucune (23%). 37% bénéficient d’une prestation sociale (chômage, revenu d’insertion). Enfin, 14% sont en pause entre deux activités (interruption assumée, break). • 11% des jeunes ont moins de 18 ans, 35% entre 18 et 20 ans, 36% entre 21 et 25 ans. La moyenne d’âge est de 21,9 ans pour l’ensemble: les usagers-ères des permanences sont un peu plus âgé-e-s (moyenne 23 ans). Celles et ceux de la Bourse du travail sont un peu plus jeunes (moyenne 19 ans). • Ils et elles sont pour 69% de nationalité suisse, 31% de nationalité étrangère. Les jeunes non suisses possèdent pour 43% un permis d’établissement (C); 45% ont un permis de séjour annuel (B), dont 11% un permis B étudiant; 13% des usagers ont un titre de séjour précaire (permis F, L, N). 51% des jeunes habitent Lausanne même, 17% dans la couronne lausannoise (68% pour Lausanne Région). Trois jeunes sur dix sont domiciliés dans les autres régions du canton.

Service Droits des jeunes
Les problèmes liés aux bourses y occupent aussi la première place, présents dans 35% des cas, avec des demandes de recours. Les problèmes en lien avec le devoir d’entretien représentent 14% des demandes, et les dettes 9%. On trouve dans 20% des cas des problèmes liés à l’administration, ainsi que, dans la même proportion, certaines questions juridiques (séparation, garde d’enfants) et celles liées à la justice (petites infractions: tags, vols, amendes, par exemple). On trouve ensuite des problèmes d’assurances dans 11% des cas. Des problèmes familiaux apparaissent dans 10% des situations. Les conflits du travail sont présents dans la même proportion.

20

La Fraternité
Le secteur offre des consultations sociales aux personnes étrangères: informations, appuis, démarches pour toutes questions liées à la migration, dans les domaines du statut de séjour, de la sécurité sociale et de tous les aspects de la vie en Suisse.

Consultations
Les personnes peuvent bénéficier de consultations individuelles ou de consultations dans les permanences.

sur le thème «Mariages mixtes sous la loupe» et nous avons participé à l’émission de la RSR On en parle du 15 novembre avec pour titre «Pas de papiers, pas de mariage». En conclusion, si cette problématique nous a pris du temps et de l’énergie, elle a permis à la Fraternité d’élargir son réseau dans l’administration et d’être reconnue pour son professionnalisme et ses particularités. Si nous n’avons pas réussi à influencer significativement la décision des politiciens au moment des votations au Parlement, nous avons cependant pu atténuer en partie les effets négatifs de cette modification de la loi sur les usagers, grâce aux relations avec les autorités d’état civil.

Activités collectives
Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers
Notre travail au sein du comité de l’ODAE-Romand a été marqué par un travail intense de médiation dans le but de rétablir une collaboration avec les autres ODAE, notamment avec l’ODAE Suisse et l’ODAE de la Suisse orientale. Parallèlement à la médiation, les activités de l’ODAE-Romand se sont poursuivies. La conférence de presse annuelle a eu lieu à Genève le 26 octobre 2010 à l’occasion de la publication du rapport d’observation 2010. Nous avons également contribué au travail de l’ODAE en signalant des situations qui ont fait l’objet de fiches diffusées sur le site de l’institution (www.odae-romand.ch).

Mariages binationaux
L’année 2010 a été marquée par un investissement important en heures et en réflexion autour de la problématique des mariages binationaux, plus particulièrement lorsque l’un des futurs conjoints se trouve dans le canton de Vaud sans titre de séjour. Bien que cette problématique ne soit pas nouvelle pour notre secteur, elle a pris beaucoup plus d’importance en 2010 en raison de l’entrée en vigueur d’une modification du Code civil (art. 98 al. 4 CC) au 1er janvier 2011, exigeant désormais des deux futurs conjoints la preuve de leur séjour légal pour pouvoir célébrer le mariage en Suisse. De ce fait, nous avons dû faire face à une forte augmentation des demandes d’usagers lors de nos trois permanences hebdomadaires. D’ailleurs, les statistiques le montrent bien. Les couples, se voyant proches de la date butoir du changement du Code civil, ont pris la décision de se marier, sortant ainsi de l’ombre dans laquelle ils vivaient, pour certains, depuis des années. Durant toute l’année 2010, nous avons entretenu des relations privilégiées avec les autorités d’état civil, afin de soutenir au mieux nos usagers confrontés à des situations souvent très complexes. Ces contacts ont abouti à une rencontre, le 14 décembre, dans la salle de la Frat’ entre le réseau de soutien aux migrants et les autorités du Service de la population du canton de Vaud, à savoir les responsables des services étrangers, asile, état civil et naturalisation. Pendant cette séance, nous avons demandé aux autorités vaudoises d’actionner la marge de manœuvre qu’ont les cantons pour délivrer des permis de séjour de courte durée et ainsi pouvoir introduire des exceptions à la modification de la loi. Les autorités ont garanti qu’elles seraient disposées à faire des exceptions dans certains cas pour permettre aux couples concernés de se marier après l’entrée en vigueur de la modification du Code civil. Nous avons également dû répondre à de très nombreuses sollicitations de la part des médias. Ainsi, nous avons été interviewés par la TSR pour l’émission Mise au point du 17 octobre

Groupe de travail «Femmes migrantes et violences conjugales»
Le groupe de travail romand «Femmes migrantes et violences conjugales»1 a été créé en 2009 avec l’appui de la Fraternité, pour continuer à revendiquer un statut de séjour indépendant pour les femmes migrantes arrivant par regroupement familial. En effet, si les violences conjugales peuvent toucher l’ensemble des femmes résidant en Suisse, les femmes originaires d’un pays non européen sont doublement victimes en encourant le risque de perdre leur autorisation de séjour en cas de séparation d’avec leur mari violent. En maintenant les femmes migrantes victimes de violences conjugales dans une telle situation, la Suisse manque à ses obligations de prévention, protection, réparation et reconstruction à l’égard des victimes, prévues dans les instruments internationaux de protection des droits de l’homme.
1 Le Groupe de travail est composé de personnes siégeant à titre individuel et de représentant-e-s des associations suivantes: le Centre de contact Suisses-immigrés (CCSI), le Centre Suisses-immigrés Valais (CSI Valais), La Fraternité du Centre social protestant – Vaud (CSP-VD), l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Solidarité femmes Genève, Camarada, Collectif»Les Sorcières en colère», F-Information et le Syndicat interprofessionnel des travailleuses et travailleurs (SIT).

21

Du fait de ce constat, le groupe de travail a soumis en 2010 une note d’information au Comité contre la torture dans le cadre de l’examen du 6e rapport périodique de la Suisse, ainsi qu’au Comité pour les droits sociaux, culturels et économiques. Ces deux comités ont retenu nos recommandations et ont demandé à la Suisse de modifier l’art. 50 de la Loi fédérale sur les étrangers. Par ailleurs, nous avons dénoncé une situation, pour laquelle nous étions mandataires, dans le journal Le Matin Dimanche en juin 2010. Cela a donné lieu à une réaction politique, sous la forme de trois questions posées au Conseil fédéral par Mme Roth Bernasconi, conseillère nationale. Notre mandante a obtenu le renouvellement de son autorisation de séjour.

Plateforme nationale pour les sans-papiers
Nous avons soutenu au sein de cette plateforme le travail de l’association nationale «Aucun enfant n’est illégal» qui militait principalement pour la reconnaissance du droit à la formation et à l’apprentissage pour les jeunes sans papiers. Plusieurs motions allant dans ce sens ont été votées dans les deux Chambres du Parlement, et les membres de la Plateforme ont participé au lobby auprès de différents conseillers nationaux et conseillers aux Etats pour obtenir leur soutien. Nous avons également fait du lobby auprès de conseillers et conseillères aux Etats pour faire échec à une proposition qui visait à interdire l’affiliation à la LAMAL pour les sans-papiers. Finalement, nous avons eu l’occasion de rencontrer la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf et le nouveau chef de l’Office fédéral des migrations (ODM), M. Alard du Bois-Reymond, afin de demander une politique de régularisation plus large que celle pratiquée actuellement par cet office. Nous avons senti la conseillère fédérale ouverte à la discussion et particulièrement sensible à la question des jeunes sans papiers. Nous avons pu rencontrer une deuxième fois M. du BoisReymond avec des collaborateurs de l’ODM pour discuter de la mise en œuvre de la modification du Code civil interdisant désormais de se marier avec une personne sans papiers. Nous avons pu rappeler que, selon les membres de cette Plateforme nationale, cette disposition ne respecte plus le droit constitutionnel au mariage en Suisse et que nous ne manquerions pas de demander des exceptions et de contester cette disposition devant les tribunaux.

Certainement en raison de ces différentes pressions, l’Office fédéral des migrations (ODM) a organisé une réunion de travail sur l’application de l’art. 50 de la Loi sur les étrangers (LEtr) à laquelle nous avons participé. Nous avons perçu une bonne écoute des situations que nous avons relatées, et M. Mario Gattiker, sous-directeur de l’ODM, a déclaré en fin de réunion: • Qu’une directive serait envoyée aux cantons pour que la jurisprudence du Tribunal fédéral soit appliquée. Selon cette directive, l’art. 50 al. 1 let b de la LEtr ne comportera plus deux conditions cumulatives. Ainsi, les violences conjugales d’une certaine intensité OU la réintégration sociale difficile dans le pays d’origine devrait à l’avenir permettre de renouveler l’autorisation de séjour. • Qu’un groupe de travail, comprenant une personne du Bureau fédéral d’égalité entre femmes et hommes, des personnes sensibles à la problématique de la violence et de l’ODM, sera mis sur pied pour examiner cette question. • Qu’une collaboratrice de l’ODM est désormais nommée responsable des dossiers «Violences conjugales» et devient ainsi la personne de contact en cas de problèmes. Ce résultat encourageant, bien que ne réglant pas toutes les situations de nos mandantes qui ont parfois de grandes difficultés à prouver les violences conjugales qu’elles ont subies, a été possible grâce à l’ensemble des actions que nous avons menées au cours de ces dernières années.

Aucun enfant n’est illégal
Dans le cadre de la campagne nationale, la Fraternité s’est fortement engagée dès l’automne 2009 pour créer une coordination vaudoise, avec l’EPER (entraide protestante), le collectif vaudois de soutien aux sans-papiers et le syndicat SSP-VPOD, appuyant cette campagne qui revendiquait, entre autres, le droit à la formation pour les jeunes sans papiers. L’initiative cantonale demandant au Conseil d’Etat d’intervenir rapidement à Berne pour créer les bases légales permettant aux jeunes sans papiers d’avoir accès à la formation professionnelle fut acceptée par le Grand Conseil, mais, à ce jour, elle n’est pas suivie par le Conseil d’Etat vaudois. Parallèlement à ce travail de lobby et dans le but de donner une visibilité à cette campagne, la coordination vaudoise a organisé à la Fraternité une exposition des affiches de la campagne en avril ainsi qu’une Table ronde à laquelle participèrent plusieurs personnalités. Nous avons également relancé le Conseil d’Etat pour lui demander de mettre en œuvre l’initiative cantonale rapidement, mais sans succès.

Commission protestante romande Suissesimmigrés (CPRSI)
Le début de l’année 2010 a été marqué par l’édition et la diffusion d’une brochure d’information et de sensibilisation sur l’entrée en vigueur de l’interdiction de se marier avec des personnes sans papiers en Suisse. Ensuite, nous avons entamé une nouvelle réflexion sur les mécanismes et liens entre l’appauvrissement des paysans en Suisse et la mise en mouvement de migrants dans les pays du Sud. Cette réflexion aboutira avec une brochure qui sera vraisemblablement éditée en 2011.

22

Equipe
CONCHA FADINI KILIC MAIRE MERLO MORIER PAYOT SCHWAB NGAMIJE Alfonso Anna Mustafa Chloé Francisco Brigitte Jacqueline Myriam 1.00 0.70 0.70 0.80 0.80 0.70 0.70 0.60

Collaborations, contacts avec le réseau, les médias et les chercheurs
Le secteur collabore avec plus de vingt associations, il participe à de multiples groupes de travail, est en contact avec des chercheurs, des chercheuses et des étudiants ainsi que de nombreux médias à la recherche d’informations pointues sur différents domaines liés à la migration.

Formations
Le secteur a dispensé des formations concernant le droit des étrangers en collaboration avec le secteur juridique, ainsi que d’autres interventions dans divers contextes.

23

Statistiques
Usagers Consultation Permanence sociale Permanence sans-papiers Sous-total Conseils à professionnel-le-s Total 622 960 775 2’357 Nouveaux usagers 328 960 775 2’063 Nombre de consultations 2’146 787 635 3’568 111 3’679

La majeure partie des consultations sollicitées par des professionnel-le-s d’autres services concerne des questions de statut légal des personnes. Globalement, 86% des consultations ont lieu en face-à-face, 13% par téléphone.

• Quatre personnes sur dix ont une autorisation de séjour annuelle, 11% possèdent un permis d’établissement et 49% se trouvent en situation légale précaire (permis L, F, N, renouvellement) ou n’ont pas de titre de séjour.

86% de personnes de nationalités étrangères 14% de personnes suisses 53% des couples sont mixtes

40% des consultations en permanence 60% dans la consultation individuelle Les deux tiers des usagers-ères reviennent plusieurs fois en consultation: 34% consultent deux ou trois fois, 13% quatre ou cinq fois, 14% entre 6 et 10 fois et 4% plus de dix fois. 74% des personnes sont domiciliées dans Lausanne Région, 24% dans le reste du canton. Presque six usagers-ères sur dix habitent à Lausanne même (56%).

Qui sont-ils, qui sont-elles ?
La clientèle est un peu plus souvent féminine: on recense 52% de femmes et 48% d’hommes. Dans les permanences, 22% des consultations sont des consultations de couples. 86% des usagers-ères sont de nationalités étrangères. Plus de la moitié des couples qui ont consulté les permanences sont des couples mixtes Suisse-étranger-ère (53%).

Motifs de consultation
• Des problèmes liés au statut sont amenés dans neuf consultations sur dix (renouvellement ou transformation de permis, regroupement familial, perte de statut, naturalisation, mariage, violence conjugale, etc.). • 47% des motifs de consultation concernent des problèmes liés à la famille, ce domaine étant en augmentation. • 16% des demandes concernent des questions d’assurances sociales ou de prestations sociales. • Des questions en lien avec le mariage sont présentes dans 13% des cas, en nette augmentation. • La violence conjugale, liée à des problèmes de statut, concerne 7% des consultations. • Des problèmes liés à l’emploi, à la santé ou administratifs apparaissent dans 6% des cas. • Toute une série d’autres motifs de consultation apparaissent dans une moindre mesure: des problèmes liés à des dettes ou à d’autres soucis financiers, à la formation, au logement.

Dans la consultation sur rendez-vous:
• Les 622 usagers-ères sont de 87 nationalités différentes. • On trouve 62% de femmes et 38% d’hommes. • Trois personnes sur dix sont Européennes, surtout d’Espagne, du Portugal et de pays d’Europe de l’Est. Les personnes extra-européennes viennent surtout d’Afrique (39%) et d’Amérique du Sud (20%). • La moyenne d’âge est de 39,2 ans, 38,3 ans pour les femmes et 40,6 ans pour les hommes. • Plus de huit personnes sur dix (82%) sont âgées de 20 à 49 ans. 21% des hommes, respectivement 16% des femmes, sont âgé-e-s de 50 ans et davantage. Seules 3.6% des personnes sont en âge AVS, 3% des femmes et 4.7% des hommes.

24

A la permanence sociale
• La permanence a reçu des femmes pour 39%, des hommes pour 40% et des couples pour 22%. La moitié des couples accueillis sont des couples mixtes. • Parmi les 960 personnes reçues, 48% sont de nationalités européennes. Les personnes extra-européennes proviennent surtout d’Afrique (30%) et d’Amérique du Sud (20%). • 86 nationalités différentes sont dénombrées. • Presque quatre personnes de nationalités étrangères sur dix disposent d’un permis annuel (B, 39%), et 14% possèdent un permis d’établissement (C). 42% sont dans une situation légale précaire ou sans titre de séjour valable. 77% des personnes sont domiciliées dans la région lausannoise. 62% habitent Lausanne même.

Problèmes familiaux très présents, surtout liés au mariage

Motifs de consultation
Des problèmes liés au statut sont présents dans presque toutes les demandes; dans 64% des cas, des questions ou problèmes liés à la famille sont amenés. Dans 43% des cas, ce sont particulièrement des problèmes de statut en lien avec des projets de mariage, séparation, divorce qui sont exposés. La question du mariage devient prééminente, puisque ce motif se présente dans plus du tiers des consultations (35%). Des problèmes de logement, de santé, de formation ou d’emploi, d’argent, apparaissent dans 30% des situations.

Parmi les personnes sans papiers, • 32% proviennent d’Afrique, 22% d’Afrique noire et 10% d’Afrique du Nord, • 39% d’Amérique du Sud ou centrale, • 25% d’Europe, dont la moitié de l’Est, • et 3% d’Asie. 36% des personnes sans statut légal ont des enfants. 83% des personnes sont domiciliées dans Lausanne Région, et 64% à Lausanne même.

Motifs de consultation
Parmi les demandes adressées à la permanence, on trouve dans presque tous les cas une question liée au statut légal (obtention d’un titre de séjour; regroupement familial, etc.). 60% des problèmes concernent la famille: questions liées aux enfants (état civil par exemple), aux membres absents, ainsi qu’au mariage, à la séparation ou au divorce. Dans cette permanence aussi, la question du mariage se pose de manière prédominante, puisqu’elle figure comme motif dans 47% des cas. Une demande sur quatre (23%) concerne des problèmes de logement, d’assurance maladie, d’emploi et de formation, et des problèmes financiers.

A la permanence «Sans-papiers»
Parmi les 775 personnes qui ont consulté cette permanence, • 37% étaient des femmes, 41% des hommes et 22% des couples. Presque six couples sur dix reçus sont des couples mixtes. • 27% proviennent de pays d’Afrique; 25% proviennent de pays d’Amérique du Sud. 43% des usagers-ères sont Européen-ne-s, dont un quart d’Europe de l’Est. • 77 nationalités différentes sont présentes. • 21% des personnes sont mariées, 58% célibataires, 20% divorcées ou séparées. • 31% des personnes ont des enfants. • 63% des usagers-ères étrangers-ères sont sans titre de séjour valable. 70% sont domiciliées dans la région lausannoise et 58% à Lausanne. 56% domiciliés à Lausanne, 44% dans le reste du canton

25

Point Fixe
Ce secteur assume la prévention du VIH/sida dans le canton de Vaud, sur mandat de l’Aide suisse contre le sida et du canton. Il développe un axe de prévention des autres maladies sexuellement transmissibles, ainsi qu’un travail de réflexion plus large sur la sexualité en direction des jeunes, au moyen d’ateliers spécifiques.

Les élèves apprennent ainsi à s’exprimer en public, à connaître quelques règles pour le bon fonctionnement d’un atelier.

Axe coordination
Coordination vaudoise 1er décembre
Le coordinateur de Point Fixe a préparé et animé 5 réunions de travail avec les partenaires vaudois pour mettre sur pied les différentes actions liées à la Journée mondiale du sida. Le thème 2010 était: «C’est le sida qu’il faut exclure pas les séropositifs.» L’équipe des intervenants de Point Fixe était présente avec des ateliers de discussion au SEMO d’Aigle et au Collège de Bex, ainsi que sur les stands en ville de Lausanne le 1er décembre.

Axe prévention
Cet axe du travail du secteur est dirigé par la collaboratrice de Point Fixe, qui coordonne et anime une équipe de jeunes adultes spécialement formés pour intervenir à l’aide du bus itinérant, ou dans des ateliers de prévention. L’équipe est intervenue 166 fois en 2010. Plus spécifiquement, elle a animé des ateliers de discussion autour du VIH et de la santé sexuelle dans 22 écoles du cycle obligatoire, dans 43 établissements du post-obligatoire, et dans 15 foyers éducatifs. Elle a été présente 73 fois dans des festivals et 13 fois dans des lieux divers.

Rubans rouges dans les commerces
Nous avons organisé une action»rubans rouges»en collaboration avec SID’Action et Vogay (Association vaudoise de personnes concernées par l’homosexualité). 50 commerces du centre de Lausanne ont été d’accord de faire porter le ruban rouge, soit à leur personnel soit sur les mannequins des vitrines. Ces commerces ont reçu également des préservatifs et des brochures d’information.

Multiplic’ados
Nous nous sommes engagés auprès de 4 établissements scolaires pour y assurer une animation spécifique: 40 élèves bénévoles ont préparé des stands et des animations pour leurs camarades. Ces actions ont eu lieu durant les pauses, récréation et midi.

Migration et intimité
Les 4 médiateurs de l’Afrique subsaharienne et les 2 médiateurs latino-américains sont encadrés par le collaborateur de Point Fixe. Ils ont développé leurs activités de prévention dans les lieux de vie de leurs communautés respectives. Ils interviennent en moyenne 4 fois par mois de manière régulière à Point d’Eau, dans les boutiques, dans les bars et dans les fêtes multiculturelles pour sensibiliser et informer par rapport au VIH/sida et aux différentes infections sexuellement transmissibles.

Stands
Il s’agit pour les élèves de monter un stand sur lequel ils distribuent des brochures d’informations, un questionnaire qui leur permet d’entrer en contact avec leurs camarades et ainsi de répondre à leurs questions. Ils et elles discutent avec eux des contenus, donnent des préservatifs avec mode d’emploi, et des rubans rouges. Ils organisent eux-mêmes leur décoration: affiches proposant quelques «messages clés», mise à disposition d’un grand panneau d’expression libre par exemple. Ils peuvent procéder à un sondage sur les pratiques en termes de prise de risques.

ASS (Aide suisse contre le sida)
Le coordinateur de Point Fixe a participé à 6 réunions de comité qui s’est plus particulièrement penché, durant l’année 2010, sur les nouvelles orientations de l’association notamment dans les collaborations avec Planes (Organisation faîtière des centres de consultation en planning familial, grossesse, sexualité et des services d’éducation sexuelle) et sur le plan de la prévention auprès des hommes gays.

Ateliers
Les élèves volontaires reçoivent une formation afin de dispenser une information sida dans les classes de leur établissement. Ces informations sont ciblées et préparées à l’avance avec l’équipe qui les suit et les encadre durant la journée où ils ont été eux-mêmes «animateurs».

Milieu carcéral
Il a organisé 2 interventions avec les médiateurs dans le cadre de la prison de la Tuilière à Lonay à l’intention de 20 détenue-s sur le thème du VIH/sida en lien avec la Journée mondiale du sida.

26

Coordination romande
Ces réunions permettent aux différents partenaires romands d’échanger sur leurs pratiques et de préparer des projets communs, tels que le Paléo et la coordination des témoignages de personnes vivant avec le VIH/sida dans les écoles romandes en collaboration avec l’association «Réalités de vie+».

Le 9 décembre 2010
Une soirée festive à la Fraternité a permis de remercier Josette Quartenoud, ainsi que toute l’équipe de Point Fixe au moment de son envol vers une nouvelle étape. De nombreuses personnes du réseau de partenaires de Point Fixe et du CSP ont vécu un moment mémorable marqué par les présentations talentueuses de l’équipe ainsi que de professionnel-le-s du théâtre et de l’improvisation.

Consultations individuelles
Les personnes appellent Point Fixe pour se renseigner et faire part de leurs préoccupations concernant le sida. Les questions liées aux risques encourus lors de relations bucco-génitales forment la majorité des demandes de la dimension «risques selon les pratiques sexuelles». Les demandes d’information quant au test de dépistage arrivent en deuxième position.

Equipe du bus de prévention
Nicole Brzak Baptiste Dufaux Charlotte Gilliard Elodie Gloor Antonin Haab Christelle Joly Aude Lagadec Cédric Lungwa Alexandre Romero Maulde Theiler Sibylle Thévenaz

Grands changements fin 2010
Rénovation du dispositif VIH/sida Vaud (ReDiViVa)
La 3e phase du projet a commencé début 2010. Pour Point Fixe, il s’est agi d’élaborer des scénarios d’intégration possibles de ce secteur du CSP à la Fondation Profa, comme demandé par le Service de la santé publique, dans l’optique d’un renforcement de la prévention. Les deux directrices du CSP et de Profa ont participé à des réunions régulières du groupe de pilotage de ReDiViVa, et travaillé au projet avec les collaborateurs-trices concerné-e-s des deux institutions. Les présidentes du CSP et de la Fondation Profa ont été associées à la démarche. Un rapport de proposition a été remis au médecin cantonal adjoint. Ce rapport ainsi que le budget ont été validés par le Département de la santé et de l’action sociale, puis par le Grand Conseil dans le cadre du budget de l’Etat. Les deux institutions ont assuré dans un délai réduit l’organisation indispensable au transfert, de façon que l’intégration de Point Fixe à Profa soit effective au 1.1.2011.

Statistiques
Prévention Nombre d’interventions dans l’année: 166 Nombre de personnes: environ 27’000 Consultations individuelles: un total de 236 Par téléphone: 148 dont 44 femmes et 104 hommes Par courriel: 88 dont 23 femmes et 65 hommes En face-à-face: 22

Départ à la retraite de Josette Quartenoud
Josette est partie fin novembre 2011, après 18 ans de travail à Point Fixe. Elle a accompagné le travail de l’équipe pendant la préparation du transfert à Profa; elle a pu assurer la transmission du flambeau à Natanaëlle Perrion Roquier, qui a repris la responsabilité de l’équipe de prévention.

27

Equipe
QUARTENOUD PERRION ROQUIER CAND BRZAK Josette Natanaëlle Jean-Philippe Nicole
(jusqu’au 30.11.2010) responsable formation et prévention (dès le 01.11.2010) responsable formation et prévention

coordinateur assistante

0.80 0.80 0.95 0.10

Collaboratrices et collaborateurs de «Migration et intimité»
Pour les personnes latino-américaines 0.2 poste Sandra Orozco, Luis Carlos Garcia Pour les personnes d’Afrique subsaharienne 0.4 poste Chantal Ngarembe-Buffat, Marie Amé, Jérôme Ouedraogo, Abdoulaye Pakodtogo Stagiaire Haley Mc Innis, d’octobre à décembre 2010

28

(voir le dossier sur l’assurance maladie dans les Nouvelles 4/2010)

Service social polyvalent Consultations individuelles
Le Service propose un accompagnement polyvalent aux personnes qui font appel à lui. L’ensemble de la situation de la personne est pris en compte: travail, famille, santé, etc., quand bien même la majorité des consultations concerne des problèmes financiers.

cantonal (OCC). Nous avons également eu une présentation du service Adlatus et des séances d’analyse de pratique. Ces rencontres permettent d’échanger sur les pratiques des uns et des autres, de renforcer la cohérence des interventions respectives des services GBS et de créer un partenariat enrichissant.

Activités collectives
Dettes Conseil Suisse
En 2010, le SSP a intégré le comité de Dettes Conseil Suisse. Notre objectif est de contribuer de manière active à défendre les valeurs essentielles de notre faîtière de services d’assainissement de dettes, telles que la défense des personnes en situation du surendettement et l’harmonisation des méthodes professionnelles de désendettement.

Ligne téléphonique Infobudget
La permanence téléphonique appelée Infobudget, entrée en fonction en 2009, a orienté un bon nombre de personnes vers les services spécialisés, notamment vers le service social polyvalent. En 2010, le secteur a répondu plusieurs heures par semaine à des personnes qui rencontraient des difficultés de budget et de dettes. Les collaboratrices ont amené des réponses directes ou ont réorienté ces personnes provenant de tout le canton vers les services les plus adéquats, en fonction de leur problématique et de leur domicile. Les équipes des institutions partenaires se sont réunies régulièrement lors de séances de «workshop» et d’«équipe prestataire». Ces rencontres ont permis d’échanger sur le fonctionnement de la ligne téléphonique Infobudget. Dans ce contexte, des interrogations et des propositions d’amélioration ont pu émerger. Et c’est en ce sens que l’équipe a souhaité remettre un rapport au mandant dans le but d’améliorer les prestations aux usagers-ères. Ce rapport se veut indépendant de l’évaluation cantonale du système prévue en 2011.

Formations
Quoi de neuf en 2010 en matière de formation autour des questions d’argent, dettes, aide à la gestion, désendettement? La demande et les besoins de connaissances en la matière augmentent et se diversifient. L’équipe de formation de notre secteur s’est étoffée en 2010. La majorité des offres s’adressent aux assistants sociaux, parfois à des gestionnaires de dossiers RI, à des étudiants, futurs assistants sociaux, éducateurs de la petite enfance… Une partie des formations sont régulières, dispensées plusieurs fois chaque année, sur mandat de l’Etat de Vaud ou d’autres partenaires privés. Outre l’acquisition de compétences, les échanges entre collègues de différents services amènent une grande richesse dans les réflexions et dans la possibilité de se créer un réseau.

Gestion de budget spécialisée (GBS)
En 2010, les permanences dans les régions (Bussigny, Cossonay, Payerne, Yverdon) ont continué de se développer. La demande dans les régions est réelle et a permis a de nombreuses personnes d’accéder plus facilement à nos consultations. La présence de ces dernières dans les régions permet de créer un réseau et des contacts privilégiés avec les diverses instances de la région, que ce soit avec les services sociaux, les institutions publiques ou privées. Les services concernés par la gestion de budget spécialisée (GBS) se sont rencontrés trimestriellement pour des demijournées de formation sur divers thèmes avec l’intervention de spécialistes, représentant notamment les Offices des poursuites et faillites, l’Office d’impôt et l’Organe de contrôle

Lieux de permanence et consultations
Lausanne, Bussigny, Cossonay, Payerne, Yverdon-les-Bains

29

D’autres formations sont plus ponctuelles, souvent demandées à l’interne d’une institution privée ou publique. L’intérêt dans cette situation, au-delà de la formation elle-même, est de pouvoir réfléchir à «une culture d’institution» en matière d’argent. Deux cours ont été créés dans ce cadre pour les collaborateurs du Tuteur général, par exemple. • Une attention particulière est aussi portée sur l’aspect éducation financière, puisqu’il s’agit pour la plupart des participants et des participantes d’accompagner les personnes qui les consultent pour ces questions d’argent. • Des ateliers sont aussi organisés régulièrement à la demande d’organismes privés pour des personnes en difficulté, en situation précaire ou simplement interpellées par ces problématiques.

Dans le cadre de la prévention en 2010, l’offre de formation s’est également enrichie: • Suite à notre voyage en Belgique en 2009 et aux liens déjà anciens et «cultivés» avec nos collègues acteurs de la prévention, nous avons mis en place une formation de quatre jours, destinée à tous les collègues des quatre Centres sociaux protestants romands et animée par deux spécialistes de la prévention belge et française sur le thème: «Animateur et pédagogue». • La formation HEP destinée aux enseignants qui sont nos partenaires dans la prévention dans les écoles a connu un grand succès avec plus de dix sessions. Ces formations se donnent en tandem avec Jet Service.

Equipe
Gestion de budget spécialisée dans neuf cas sur dix: en tout 2’133 consultations BAQUERO BORER DELAFONTAINE FAVRE FEUSIER GENTILI JEAN-MAIRET TZAUD Cristina Vreneli Jovanka Corinne Florence Michèle Karine 0.80 0.80 0.70 1.00 0.70 0.50 0.80

Statistiques
Usagers Consultation Permanence Sous-total usagers-ères Conseils à professionnel-le-s Total des consultations 297 282 579 Nouveaux Nombre de usagers consultations 157 1’857 265 297 422 2’154 315 2’469

Le service a en outre participé à l’animation de la ligne téléphonique Infobudget. Les collaboratrices ont répondu dans ce cadre à environ 450 appels qui ne sont pas comptabilisés ici et s’ajoutent au volume total d’activité. 61% des entretiens ont lieu en face-à-face, 32% par téléphone, et 6% par courrier électronique. Globalement, le service consacre 86% de son activité de consultation à la gestion de budget spécialisée (concernant le surendettement): cela représente 84% des demandes d’autres professionnel-le-s et 87% des consultations d’usagers-ères. 157 situations sont suivies depuis une ou plusieurs années. Elles représentent 27% de l’ensemble des situations. 30% des usagers-ères ne consultent qu’une seule fois le service, et ce surtout dans le cadre des permanences.

Parmi celles et ceux qui reviennent plusieurs fois en consultation, 51% consultent deux ou trois fois, 21% quatre ou cinq fois, 20% de 6 à 10 fois et 8% consultent un nombre de fois supérieur (jusqu’à 37 fois).

Qui sont-ils, qui sont-elles?
Ce sont: • Pour 54% des femmes et pour 46% des hommes. • 42% de personnes mariées, 32% de célibataires, 23% de personnes divorcées, 3% de personnes veuves. • La moyenne d’âge est de 41,2 ans. • 17% des usagers-ères ont moins de 30 ans et 6.1% seulement ont 60 ans ou davantage. Moins de 3% sont en âge AVS. La grande majorité des usagers-ères ont entre 30 et 50 ans.

30

• Six personnes sur dix sont de nationalité suisse (61%). Parmi les personnes de nationalités étrangères, 59% sont titulaires d’un permis d’établissement (C), 32% d’un permis annuel. • 5% des usagers-ères reçoivent une prestation de l’assurance chômage, 5% sont bénéficiaires du Revenu d’insertion (RI), 6% sont au bénéfice d’une rente de l’assurance invalidité ou en attente d’une prestation de l’AI. Environ une consultation sur dix (10.9%) est donnée à une personne concernée par l’AI. Les usagers-ères proviennent de toutes les régions du canton. Les habitant-e-s de la couronne lausannoise constituent 50% des usagers-ères, et les personnes provenant des régions plus éloignées représentent 41% des demandes. Une personne sur onze (9%) habite Lausanne même.

sionnel-le-s d’autres services ou à des personnes proches d’usagers endettés ou surendettés; • a consacré 332 entretiens à des personnes endettées ou surendettées dans le cadre de 248 prises en charge brèves; • et a suivi 307 situations de personnes surendettées pour lesquelles des informations particulières ont été récoltées. Ces situations ont généré un volume de 1538 consultations en 2010. Presque six situations sur dix (58%) sont des nouvelles situations de l’année et sont relevées à ce titre dans la statistique des services constituant Dettes Conseil Suisse.

Qui sont-ils, qui sont-elles?
• Ces 307 situations représentent 445 adultes et 294 enfants. Les adultes endettés sont au nombre de 374, et les hommes y sont un peu plus nombreux (53%) que les femmes (47%). • Presque deux personnes sur trois (64%) ont entre 31 et 50 ans. Les personnes endettées de moins de 30 ans représentent 18% et celles de plus de 51 ans 19%. • Ce sont pour 40% des couples, dont les trois quarts ont des enfants; pour 31% des personnes vivant seules et pour 19% des familles monoparentales. Au total, la moitié des ménages ont des enfants. • 60% sont de nationalité suisse, 40% de nationalités étrangères. • 23% des personnes n’ont pas de formation professionnelle achevée; un peu plus de la moitié (54%) a un niveau de formation de degré secondaire 2 (apprentissage, baccalauréat), et 12% a achevé une formation professionnelle supérieure (Université, Haute Ecole). • Dans 62% des cas, les revenus proviennent d’une activité salariée; dans un quart (26%) des situations, des prestations d’assurances sociales sont touchées (chômage, perte de gain, assurance invalidité), dans 4% des situations des contributions d’entretien ou des pensions alimentaires sont reçues et dans 5% de l’aide sociale. • Le revenu moyen est de 4895 francs. • Dans seulement 2% des cas, l’endettement est très récent (moins d’une année), dans 17% des cas, il est d’un à deux ans; dans 81% des cas, il est de 3 ans et davantage. Presque la moitié (47%) des ménages concernés sont endettés depuis plus de 5 ans. • Enfin, 13% des ménages sont frappés par une suspension des prestations d’assurance maladie. Le montant total des dettes recensées s’élève à 19,632 millions de francs. Le montant moyen des dettes est de 63’947 francs (médiane 36’000 francs).

Couronne lausannoise: Autres régions:

50% 41%

Les motifs de consultation recouvrent par ordre d’importance:
• des problèmes de surendettement dans 87% des cas; • des problèmes administratifs dans trois consultations sur dix (31%), deux fois sur trois associés à un surendettement; • des problèmes de gestion (dans 21% des cas), neuf fois sur dix associés à un surendettement; • des problèmes d’assurances sociales ou de prestations sociales (17% des cas), une fois sur deux associés à un surendettement; • des problèmes liés à la santé dans 16% des cas, six fois sur dix associés à un surendettement; • des problèmes de travail (dans presque un cas sur dix), • des difficultés familiales et des problèmes de logement, dans 8.5% des cas. A noter que les conseils requis par les professionnel-le-s d’autres services sociaux portent essentiellement sur les questions financières, de gestion de dettes et d’assainissement financier, ainsi que sur des questions administratives.

Statistique Gestion de budget spécialisée (GBS, surendettement)
Le SSP fait partie des trois services spécialistes du désendettement réunis au sein de la Plateforme GBS vaudoise. En tout, 2133 consultations ont été effectuées par le CSP dans le cadre de la GBS. En 2010, le Service social polyvalent: • a dispensé 263 consultations sur ce sujet à des profes-

31

Quelles dettes?
Dans 280 situations (91% des cas), pour lesquelles on totalise un montant de 17,751 millions de francs, le détail des dettes est relevé. Selon la fréquence: • dans 79% des cas, on trouve des dettes concernant des leasing, des emprunts hypothécaires, des dettes commerciales et des factures diverses – factures médicales, téléphone, électricité, garagiste, assurances, des amendes, etc. pour un montant total de 4’691’299 francs; • dans 76% des situations, des dettes fiscales (impôts) sont présentes, pour un montant total de 6’061’376 francs; • dans 57% des situations, les dettes concernent des arriérés auprès des caisses maladie pour un montant total de 1’021’702 francs; • dans 43% des cas, on trouve des crédits à la consommation, pour un montant total de 4’599’689 francs; • dans 31% des cas, l’endettement concerne des découverts de cartes de crédit ou de cartes clients. Le montant total est de 581’972 francs; • dans 16% des situations, les dettes concernent des emprunts auprès de proches (famille, ami-e-s), pour un montant total de 558’703 francs.

• • •

le niveau du revenu dans 49% des cas: une diminution du revenu (notamment due au chômage), dans 34% des cas; et des salaires trop bas (working poor), dans 15% des cas; des modifications de la situation familiale dans 41% des cas, séparation, divorce: 27%; fondation d’une famille: 7% ; naissance d’enfant(s): 7%; la maladie, accident, invalidité ou la dépendance dans 27% des cas; des crédits à la consommation, dans 22% des cas; l’échec d’une activité indépendante, dans 10% des cas.

Quelles prestations?
Parmi les prestations, et outre les conseils en matière de dettes fournis dans tous les cas, figurent: • un assainissement financier dans 46% des cas, 21% avec remise, et 25% sans remise; • un soutien pour vivre avec les dettes dans trois situations sur dix (31%); • et des démarches afin de faire valoir des droits à des prestations sociales dans 17% des situations.

Pour quels motifs?
Parmi les raisons de l’endettement, qui sont souvent cumulées, on trouve principalement: • des difficultés de gestion administrative et financière, notamment par influence de la société de consommation, dans 57% des cas;

Motifs d’endettement Difficultés de gestion Niveau du revenu Modifications de la situation familiale Maladie, invalidité, accident

57% 49% 41% 27%

La prévention, une facette importante du travail 32

Prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes
Déploiement des actions et pérennisation du programme par le Service social polyvalent et Jet Service.
Lancé en 2007 et financé par le canton et les communes vaudoises, le programme de prévention du surendettement de la population vaudoise (www.vd.ch/dettes) s’est poursuivi en 2010. L’année a commencé par une conférence de presse organisée le 9 mars par le DFJC (Département de la formation et de la culture), qui coordonne les actions en milieu scolaire, afin de faire connaître au public l’action de prévention menée dans les établissements de la scolarité post-obligatoire. Le même jour a eu lieu une séance à l’intention des différent-e-s acteurs et actrices de ce programme et destinée à restituer l’ensemble des actions à chacun et à chacune lors d’un moment convivial. Une première phase d’actions pilote (2007-2008) et de lancement du programme dans trois types d’établissements de la scolarité post-obligatoire (écoles professionnelles, gymnases et OPTI) avait ainsi été accomplie. La suite de l’année a été consacrée à la mise à disposition de l’action de prévention à d’autres écoles professionnelles et gymnases du canton, tout en apportant un suivi aux écoles touchées dans la première phase, dans le but d’y pérenniser l’action, comme à l’OPTI où nous avons animé 8 ateliers dans différents sites du canton. Nous avons ainsi mené des ateliers de prévention dans 11 classes d’apprenti-e-s de l’ETML, (école technique et des métiers de Lausanne), dans 6 classes de l’EPCL (école professionnelle commerciale de Lausanne) et dans 5 classes du CEPM (Centre d’enseignement professionnel de Morges). Du côté des gymnases, 10 classes du gymnase d’Yverdon, 7 classes du gymnase du Bugnon à Lausanne et deux classes du gymnase de Burier ont bénéficié des ateliers du CSP, dans une optique de réappropriation du modèle d’intervention par les enseignant-e-s. Pour ce faire, nous avons continué à leur offrir une formation de sensibilisation à la problématique du surendettement et du rapport à l’agent, dans le cadre de la formation continue de la HEP.

Expertise du programme de prévention
Chaque année jusqu’en 2010, le programme a été expertisé par l’équipe du Dr Pierre André Doudin de la Haute Ecole pédagogique (UER «Développement de l’enfant et de l’adulte»). Les résultats de cette expertise ont été très positifs. Une communication de ces résultats ainsi qu’une présentation générale du programme par le CSP et trois entretiens avec différent-e-s intervenant-e-s des établissements scolaires touchés ont été publiés dans le numéro 13 de la revue pédagogique de la HEP Vaud, Prismes, en décembre 2010.

Film documentaire
Le projet de film sur les jeunes et leur rapport à l’argent dans le cadre du travail de prévention de l’endettement des jeunes du CSP est en voie de réalisation. Nous souhaitons ainsi nous doter d’un outil supplémentaire pour intervenir en et hors milieu scolaire. Le financement a été trouvé et quelques modifications ont eu lieu, comme le changement de l’équipe de réalisation, au profit d’un jeune réalisateur vaudois qui a déjà plusieurs films à son actif, et la date de sortie, prévue en 2011.

Rubrique «Argent» du site Ciao
En 2010, nous avons répondu à 46 questions posées dans la rubrique «Argent» sur le site www.ciao.ch qui fournit aux jeunes internautes des informations sur l’argent, le budget, la consommation, les dettes et les poursuites, et qui leur permet de poser des questions de manière anonyme.

Projet de «Valise des outils de prévention du surendettement des 4 CSP»
A la suite de notre voyage en Belgique en 2009, nous avons décidé de mener, avec les collègues des CSP de Neuchâtel, de Genève et de Berne-Jura, un projet intitulé: «Valise des outils de prévention du surendettement des 4 CSP». L’objectif de la constitution de cette valise est celui de rassembler les outils de prévention de nos institutions et de ce que nous avons pu connaître soit en Belgique soit par d’autres instances, de les adapter à la réalité suisse et d’en créer d’autres. Notre but à moyen terme est celui d’unir nos forces pour travailler dans la constitution d’un pôle de prévention des Centres sociaux protestants.

33

Secteur sociocommercial
Galetas de la Riviera
La nouvelle la plus importante en 2010 pour le Galetas de Montreux est le rachat par la Commune de Montreux du bâtiment où il se situe. En effet, l’ancien propriétaire, soit la BCV, voulait vider de ses locataires ce lieu très vivant (une salle de concerts, un Skate Parc, deux écoles de danse, deux locaux de répétition pour orchestres, un atelier mécanique et le Galetas de la Riviera!). Le nouveau propriétaire des lieux nous garantit de pouvoir rester jusqu’en mars 2016, sans augmenter ni le loyer ni les charges. payant de débarrassage et d’élimination des objets invendables aux personnes le souhaitant. Cette nouvelle ressource financière a représenté, pour cette année, environ 10% du chiffre d’affaires du Galetas. Pour le Galetas, 2010 fut aussi, avec l’arrivée de la nouvelle responsable des bénévoles et son approche pluridisciplinaire, une année de réflexion sur le bénévolat en son sein. Outre l’arrivée de nouveaux bénévoles, cette approche a permis au Galetas de mieux se positionner comme lieu de stages et d’avoir de nouveaux contacts avec les institutions lausannoises en recherche d’activités pour leurs bénéficiaires. Toutefois, malgré l’apparente facilité de fonctionnement du Galetas, c’est une somme considérable de travail, fournie par les collaborateurs tant bénévoles que salariés, qui a permis son bon fonctionnement et c’est avec un soulagement certain que les chiffres positifs de fin d’année ont été reçus. En conclusion et dit autrement, le Galetas a terminé 2010 sur les rotules, fatigué mais heureux! Les responsables tiennent tout particulièrement à remercier l’ensemble des personnes qui ont investi du temps et de l’énergie pour permettre au Galetas de continuer à remplir sa mission et sans qui rien ne serait possible.
1

Galetas du Nord vaudois
Le Galetas prend ses marques dans ses nouveaux locaux, et tous les clients n’ont pas encore trouvé le chemin pour y parvenir. La clientèle a donc ainsi un peu changé. Le fait marquant de l’année 2010 est une nouvelle collaboration avec l’association «AVEC» (Centre d’appui à la vie associative) qui a confié un mandat au responsable dans le cadre de la mesure MACIT1 qui concerne une jeune femme en réinsertion dès juin 2010. Tout se passe bien et une suite se précise pour 2011.

Galetas de Payerne
Les travaux prévus dans le cadre du projet de Revalorisation du secteur ont été terminés cette année: nouvelles portes et fenêtres amènent un confort nécessaire à l’équipe qui y travaille chaque semaine et aux usagers-ères. L’équipe de bénévoles a toujours besoin d’être renforcée, et son responsable avec l’appui de la responsable du bénévolat ont mis l’accent sur ce point cette année.

Mandat confié dès mars 2009 par le SPAS (Service de prévoyance et d’action sociale du canton de Vaud) (projet pilote). Le projet MACIT a pour objectif de permettre aux bénéficiaires de l’aide sociale, non suivis par les ORP (Office régional de placement) de se sentir utiles, de renforcer leur estime de soi et leur confiance en eux en leur donnant la possibilité d’effectuer, sur une base volontaire, une mission (sur mesure) au sein d’une association.

Galetas de la Blécherette
Si 2009 fut l’année des transformations pour le Galetas de la Blécherette, 2010 fut celle de la consolidation du modèle commercial de seconde main et des choix faits par les responsables. La présence et la disponibilité sans faille de tous les bénévoles du Galetas sont à l’origine, pour une bonne part, du succès de l’année écoulée et il faut les en remercier. Des bénéfices en hausse et un absentéisme quasi inexistant des collaborateurs salariés sont autant d’indicateurs de la pérennité de ces choix et du retour à la bonne santé du Galetas. L’adaptation des surfaces de vente et l’amélioration de la présentation des objets ont grandement optimisé le chiffre d’affaires. De plus, suite aux changements dans la gestion des ramassages des objets encombrants de la ville de Lausanne, le Galetas a pu proposer, tout au long de 2010, un nouveau service

Equipe
ABBAD BARD BATTAGLIA BLANC BRAHIM DEVILLE DUTTWEILER FAVRE FORESTIER KILIC LEFRAD MUNINDA ROULET SCHAFFTER SIMON VON GUNTEN Larbi Jérémie Jean-Luc Yves Kaddour Daniel Nathanaël Olivier Pierre-André Mustafa Amar Balbine Frédéric Eric Greti Fabienne 0.40 jusqu’au 31.12 0.40 1.00 1.00 0.80 jusqu’au 31.1 1.00 0.80 1.00 1.00 0.20 0.80 0.80 depuis le 15.3 0.80 1.00 0.75 jusqu’au 30.11 0.30

34

Secteurs de soutien
Administration
Le secteur de l’administration est chargé de mettre à disposition des autres collaborateurs-trices du CSP une structure leur permettant d’exercer leur métier et ainsi de fournir les prestations de l’association. L’année 2010 a été une année de changement avec l’arrivée de la nouvelle responsable des Ressources humaines et de la nouvelle responsable du Bénévolat. L’administration a été sollicitée de façon importante dans la mise en place des structures de travail de ces deux personnes. De plus, plusieurs remplacements maladie et accident ont dû être assurés et CSP a subi «une vacance» du secrétariat pendant les deux derniers mois de l’année.

Secrétariat
Après 34 années d’activité au CSP, Jacqueline Yung, secrétaire douée de tous les talents, efficacité, rapidité d’exécution défiant toute concurrence, connaissance universelle de l’institution, humour… a pris sa retraite au mois d’octobre 2010. Elle a laissé un très grand vide dans l’administration du CSP, comme dans tout le reste de l’institution d’ailleurs. Elle a su au travers des années faire évoluer son métier, dont elle utilisait toutes les facettes au CSP, développant des compétences qui lui ont permis d’accompagner l’évolution des moyens de communication par exemple. Exécutant la mise en page des Nouvelles sur une machine au sous-sol de l’imprimerie (caractères en plomb) au tout début, jusqu’à la mise en page sur des supports informatiques (pagemaker, puis indesign) digne d’une pao professionnelle, toutes ces dernières années.

Comptabilité
Durant l’année 2010, la comptabilité a dû mettre en place plusieurs nouvelles procédures et règlement en lien avec le rapport du contrôle cantonal des finances du mois de décembre 2009. Il s’agit notamment d’une procédure et règlement en matière de gestion de caisse, d’une clarification et d’une documentation de la procédure de rappel et de la mise à jour des différentes signatures bancaires.

Fichier
Les limites de l’outil actuel de gestion d’adresses sont atteintes en 2010, notamment en lien avec la croissance constante des exigences en matière de gestion d’adresses pour la recherche de fonds. Plusieurs aménagements et améliorations ont pu être réalisés, par exemple la gestion d’un envoi unique annuel pour les personnes le souhaitant, une meilleure gestion des contributions pour le Service de consultations conjugales et familiales, etc.

Après deux mois de secrétariat assumé par des remplaçantes, nous avons engagé deux nouvelles secrétaires pour le début 2011. L’engagement de ces deux collaboratrices a également entraîné un changement important au niveau du cahier des charges, car toute l’activité de mise en page (pao) sera donnée à des entreprises externes spécialisées dans le domaine et le taux d’activité du secrétariat a été revu à la baisse.

Equipe

Fichier ELENGA Romain Comptabilité VIONNET Patrice Responsable du secteur WINZELER Mike Secrétariat YUNG Jacqueline OLAYA Françoise Apprentie SISCA Crystel BUOMPREDA Laura Nettoyage CIMINO Pierrette MARIOTTI Maddalena

1.00 1.00 1.00 0.90 jusqu’au 31.10 0.20 1.00 jusqu’au 31.07 1.00 dès le 1.10.2010 0.20 0.20

35

Bénévolat
Etre bénévole c’est: agir, appartenir, s’ouvrir, se faire plaisir!
sus a débuté avec le Galetas de la Blécherette; il s’en est déjà dégagé de nouvelles pistes dans l’organisation et la communication. Afin de recruter des bénévoles de tous horizons, un clip a été réalisé par Mme Sandrine Normand, qui a généreusement accepté ce mandat en tant que bénévole. Le clip sera visible dès le printemps 2011. Au niveau de la recherche de bénévoles, des petites annonces ont été placées sur divers sites internet, dans les journaux et dans des grands magasins.

L’année 2010 a été marquée par le départ à la retraite de Jacqueline Vioget qui fut coordinatrice du secteur pendant plus de 10 ans. C’est elle notamment qui a été le moteur du changement et du renouvellement de la vente annuelle, en initiant et en mettant sur pied l’opération «Le choc qui fait du bien» à la suite de la mythique vente des boîtes d’allumettes. Elle a aussi été l’initiatrice de formations à destination des bénévoles, créant toute une dynamique de contacts entre «Beau-Séjour», entendu comme le siège de la direction et des salariés, et les différentes équipes de bénévoles. Elle a aussi coordonné avec grand professionnalisme les événements du quarantième anniversaire de l’institution. Chapeau à elle et bonne retraite!

Vente annuelle
Enfin la vente a pu être à nouveau un succès grâce aux 45 paroisses motivées et engagées dans tout le canton ainsi qu’aux quatre stands à Lausanne, tenus par près de 30 bénévoles et 25 salarié-e-s. Pour la première fois, l’ISL (International School of Lausanne) a participé avec un stand dans leur école et l’engagement, pendant tout le week-end, d’une dizaine d’élèves. Un bilan de la vente a été fait avec les salarié-e-s et avec les paroisses; il en est ressorti que cette vente est importante aux yeux de tous, que le chocolat est bon et apprécié et que cette action de visibilité et de recherche de fonds fait connaître le CSP partout dans le canton. Nous continuons donc avec le même chocolat, aux mêmes dates en sollicitant toutes les paroisses et d’autres possibilités de collaborations et d’animation! Pour les paroisses, cette vente est clairement une action de solidarité avec le CSP. La collaboration des paroisses, et de ses nombreux bénévoles, nous est essentielle; sans elles, la vente ne pourrait avoir lieu. Un grand merci à tout cet élan de solidarité de la part de tant de bénévoles tout au long de l’année!

Marina Racine a repris le flambeau dès le mois de mai, avec pour objectifs de dynamiser le secteur, d’ouvrir les réseaux, de diversifier les profils des bénévoles, de recruter, de coacher les équipes et d’approfondir les liens entre salariés et bénévoles. Qui sont donc les bénévoles qui frappent à la porte du CSP? Le 50% environ sont des personnes à la retraite qui ont envie de mettre leurs compétences à profit tout en se sentant utiles et actives. A leurs côtés, il y a… des étrangers qui arrivent dans le canton de Vaud et qui ont besoin de s’insérer et d’apprendre le français… des étudiants qui ont besoin d’expériences professionnelles… des personnes en rupture sociale qui ont besoin de reprendre un rythme de travail et de se sentir utiles… et il y a tout simplement des gens qui ont un peu de temps à donner et qui soutiennent les valeurs de solidarité du CSP. Que de richesses et de diversités dans les parcours de vie et dans les compétences! Certains s’engagent pour des mandats ponctuels, d’autres travaillent régulièrement une demi-journée par semaine et d’autres, enthousiastes et convaincus, prennent la responsabilité d’une équipe. Beaucoup y mettent leur passion, leur dynamisme, leurs espoirs… Sans tous ces bénévoles, nos Galetas et nos boutiques ne pourraient exister. En 2010, le CSP a pu compter sur près de 200 bénévoles qui ont accompli environ 23’000 heures de bénévolat. Afin d’améliorer la collaboration entre bénévoles et salariés, de réfléchir et de décider ensemble, le CSP a mandaté l’association Bénévolat Vaud pour une demi-journée de réflexion sous le thème «ensemble sur le même bateau». Ce proces-

RACINE VIOGET

Marina Jacqueline

0.50 dès le 1.5 0.50 jusqu’au 30.4

36

Collaboratrices et collaborateurs bénévoles
Un grand merci à chacune et à chacun pour son engagement! En vous demandant d’excuser un oubli toujours possible.

Marga Affolter, bénévole au Bazardage, Morges

Le Bazardage, boutique à Morges
Marga Affolter, Jean-Pierre Audéoud, Jacqueline Berger, Françoise Bourgoz, Anne-Lise Bourquin, Maria Da Conceicao Leal, Florence Depraz, Mariette Germain, René Germain, Dorette Guyen, Erika Laedermann, Maria Leal, Christiane Michoud, Claudine Morandi, Marie-Louise Morisetti-Guibat, Miriam Pache, Jane Richards, Michel Roux, Denise Zambelli

Blécherette Bonne Puce
Maria-Luisa Almeida, Graziella Berthoud, Anka Bilacour, Barbara Binder, Dirk Claeys, Renate Cornaz, Rosine Feller, Marie-Hélène Ischi, Maya Lammer-Oesch, René Maleszewski, Jacques Monnier-Raball, Anneliese Nussbaumer, Janine Piguet, Anny Racine, Margaretha Reiser, Marie Reymond, Ellen Tissot, Katia Vincenz

Galetas de Montreux
Ezio Aïta, Hamide Aïta-Karakoc, Lucette Aubort, Raymond Bise, Ernesto Brawand, Denise Depallens, Marie-Claude Gardiol, Futzum Gebremariam, Jean Grandguillaume, Antony Kern, Giuseppa Mangiarratti, Martine Manini, Yvette Matti, Ahmed Mohamed, Jeannette Mussilier, Corinne Perreten, RoseMarie Regamey, Yvonne Ross, Madeleine Ruffieux, Josette Tschanen, Ria Vermeulen, Jacqueline Waser, Lucette Aubort

Blécherette Electrosouk
Pierre-Alain Andrey, Roland Kobel, André Lugrin, Philippe Maire, François Mamin-Simon, Joao Cristofe Pedral, Mariano Speggiorin

Blécherette Jouets
Sylvie Berthoud, Lise-Ariane Bornand, Antoinette Emch, Michel Emch, Patrick Foulk, Cécile Rapin, André Reymond, Marlène Rovero, Anne Voirin

Galetas de Payerne
Anne-Marie Besson, Guy Boissieux, Françoise Jaquier, Catherine Mauguen, Françine Pillonel, Sylvie Reuille

Blécherette Polyvalents
Walter Carvajal, Yves Jobin, Thierry Lang, Jean-Claude Le Roux, François Loeliger, Henri Martin, Jean Menthonnex, Jacques Rollet, Jean Roulet, Cécile Vedrenne

Galetas d’Yverdon
Marie-Thérèse Celii, Suzanne Clerc, Christel Grivet, Rose-Marie Junod-Bissat, Edith Linder, David Tharin, Lucienne Wyss

37

Blécherette Textiles
Rita Aylon, Anne-Lise Bersier, Josette Blanchoud, Colette Crausaz-Stoudmann, Marie-Claire Duffau, Maria Isoz, Odette Jaton, Thérèse Marbacher, Anne Moriggi, Crista Pilet, Mauricette Redon, Anne-Marie Tamburini, Gina Tamburini, Anne-Marie Tréboux, Fabienne von Gunten, Ruth Wagner, Marianne Wehrli, Christiane Chambaz

Administration
Daniel André Belet, Heidi Beyeler, Albert Bouchat, Calixte Bouchat, Serge Bourquin, Isabelle Carabillo, Giovanna Caruso, Jacqueline Chanel, Floriane Doudiet, Etienne Favre, Patrick Jacques, Claude Maeder, Pierluigi Pagnoni, Nelly Perey, Raymond Vincent, Pierre Tauxe, Bernard Zurbrugg, Simone Zurbrugg

Boutique des Escaliers-du-Marché Lausanne
Jacqueline Augugliaro, Margriet Baldoni, Christian Ballenegger, Josiane Barraud, Magdi Bedwani, Nicole Bénichou, Marta Biasi, Juliette Brull, Janine Chabloz, Pushpa Darekar, Myriam Devaud, Nicole Dubois, Yvette Dubois, Carmen Fontana, Christiane Freymond, Jacqueline Geiser, Charlotte Graziano, Christine Inglin, Liet Junod, Soazig Kolb, Elga Lendi, Françoise Locher, Simone Pauli, Sigrid Penard, Jean-Marie Péquignot, Zohra Reymond, Monique Schweizer, Michèle Septfontaine, Sylvette Sibbald, Long Truong-Tan, Eva Wehrli, Andrée Zbinden

Sur mandat
Mireille Alder, Lahouari Bouchiba, Ludovic Boulenaz, Nathalie Dallet-Fèvre, André Geiser, Carin Deise Kist Heck, Sandrine Normand, Catalina Schoch, Claire Sonderegger

Le dernier étage du Bazardage de Morges

38

Communication
Ce secteur assure la communication externe de l’institution en général, en travaillant avec l’ensemble des secteurs, ainsi que la gestion des Editions la Passerelle.

Campagne de mars
Cette action est menée conjointement par les quatre CSP (Genève, Neuchâtel et Berne-Jura). Cette année, ce sont les annonces presse, pour le canton de Vaud, dans le 24 heures, qui ont été essayées, soutenues par des encarts de dépliants avec bulletin de versement «Soucis, dettes, conflits» présentant nos services dans les journaux L’Hebdo, L’illustré, Bilan, Cuisine de Saison. Force fut de constater que cette campagne ne nous a pas occasionné un grand nombre de nouveaux donateurs.

Commission de communication externe
Cette commission, composée de quatre collaborateurs et collaboratrices, de la directrice et de la chargée de communication veille à la cohérence de la communication du CSP vers l’extérieur. 2010 a été en particulier dédié aux réflexions, démarches et préparation du jubilaire des 50 ans.

Sites internet
Régulièrement, les sites internet, www.csp.ch et www.galetas.ch sont mis à jour, alimentés par les prises de positions, les annonces de formation par les secteurs sociaux, les ventes spéciales dans les divers Galetas, la mise à disposition de nos Nouvelles et autres documents. VAUCHER GUIGNARD Evelyne 0.60

Commission des Nouvelles
Cette commission, composée de cinq personnes, élabore les contenus du journal des Nouvelles envoyé quatre fois par année aux donatrices, donateurs et membres du réseau du CSP: environ 21’000 adresses. • En mars, Soucis, dettes, conflits – en lien avec la campagne de mars • En juin, Institutions sociales privées: loyauté, indépendance? • En septembre, Le couple, partage des tâches et argent – Boutique de Morges • En décembre, Assurance maladie Les dons versés au moyen des bulletins de versements joints au journal continuent d’être importants: 445’000 fr. en 2010 (393’000 fr. en 2009).

GALETAS DE LA BLÉCHERETTE

Galetas
Pour la première fois de son histoire, le Galetas s’est doté d’un plan de communication global. Les budgets et les projets de publicité sont vus et préparés par la chargée de communication avec tous les responsables des Galetas. En 2010, nous avons continué la diffusion de la nouvelle image des Galetas, par l’élaboration de visuels de publicité correspondant aux besoins de chacun, par la fabrication de gilets orange identifiant tous les collaborateurs à l’aide du nouveau logo (voir photo p.44). Nous avons engagé une publicité régulière pour tous les Galetas dans le journal Bonne Nouvelle, qui nous assure chaque mois une visibilité «tout-ménage», et dans le journal de l’Avivo. Nous avons aussi contacté les médias pour annoncer l’inauguration du Galetas de Payerne rénové en août. C’est maintenant la chargée de communication qui coordonne l’ensemble des annonces publicitaires des Galetas.

VENTE DE NOËL
DU 14 AU 23 DÉCEMBRE 2010

AIS RARBSSIFS DE E PROG 5% 25 À 7
Fermeture de fin d’année du 24 décembre 2010 au 3 janvier 2011
GALETAS DE LA BLÉCHERETTE 5, CH. DE LA TUILIÈRE 1052 LE MONT-SUR-LAUSANNE 021 646 52 62

www.galetas.ch

39

Politique et recherche sociales
Statistiques
Comme chaque année, la chargée de politique et recherche sociales a exploité et traité les statistiques des secteurs de consultation du CSP pour le rapport d’activité, pour les rapports spécifiques concernant certaines activités des secteurs (par exemple Gingko, ou les consultations juridiques dans les CSR), et en vue des demandes de subvention. Elle s’est également chargée de traiter les informations requises dans le cadre de relevés statistiques particuliers, comme celui de Dettes Conseil Suisse, qui regroupe les services spécialisés en gestion de dettes, ainsi que d’améliorer et de traiter les relevés semestriels de l’activité de la Plateforme de Gestion de budget spécialisée, dans le cadre du dispositif cantonal de gestion de budget. Les demandes en matière de démonstrations chiffrées et de statistiques se sont accentuées et rapprochées. Le travail nécessaire n’est plus cantonné au premier trimestre, mais se déploie à différents moments dans l’année, en fonction des demandes.

ont été identifiés; sur cette base, le choix s’est porté sur la documentation et la problématisation de problèmes liés à l’assurance maladie, dont un aperçu synthétique a été publié dans les Nouvelles du CSP Vaud (voir le dossier sur l’assurance maladie dans les Nouvelles 4/2010).

Interventions
Sollicitée sur des sujets en lien avec ses recherches ou ses prises de position, la sociologue est intervenue lors de conférences, de colloques ou dans le cadre de formations, à la demande des autorités sociales, de hautes écoles, d’organisations professionnelles et d’associations, sur les questions de précarité et de pauvreté en Suisse, sur l’aide sociale, sur la situation de jeunes en difficulté et les problèmes de transition. En automne, elle a participé par des interventions à quelques événements organisés dans le cadre de l’Année internationale de lutte contre la pauvreté: elle a animé des rencontres de professionnel-le-s de l’insertion dans le cadre du programme mis en place par la Ville lors du passage de l’exposition sur l’aide sociale «Si Jamais», à Lausanne et est intervenue dans le cadre du colloque Regards croisés sur la pauvreté qui s’est tenu à l’Université de Lausanne en octobre. Elle a en outre réalisé les travaux de développement d’un projet de fonds cantonal de désendettement et de lutte contre la précarité, sur demande du SPAS.

Soutien à programmes et contributions internes
Elle a poursuivi son accompagnement du programme de prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes mené dans les écoles conjointement par le Service social polyvalent et Jet Service (voir p. 33 Prévention), en participant à la coordination interne des actions, à des réunions avec les mandants (DSAS et DFJC), avec les partenaires des écoles, et à l’élaboration du plan de développement du programme. Dans le domaine de la gestion de budget (désendettement), elle a accompagné les travaux menés par l’équipe du secteur SSP et représenté le CSP dans les groupes de pilotage de ce domaine, comme la Plateforme GBS qui réunit les trois services actifs du dispositif. La présidence de cette Plateforme étant assurée par le CSP en 2010, elle a contribué à piloter et à coordonner différents travaux dans ce cadre. Elle a également accompagné des démarches propres à certains secteurs sociaux, comme le lancement de la consultation pilote de Jet Service pour étudiant-e-s HES. La chargée de politique et recherche sociales a animé les colloques réunissant les consultant-e-s des secteurs sociaux (consultation et accueil), et contribué au travail de réflexion sur les problématiques sociales rencontrées dans les consultations. Pour illustration: suite à un «tour des secteurs» destiné à récolter les sujets de préoccupation du moment dans chaque secteur d’activité, les sujets les plus transversaux

Recherche: inventaire des mesures de lutte contre la reproduction des désavantages
En 2010, et dans la continuité d’un mandat de recherche précédent confié par le DSAS, la chercheuse a conduit des travaux préparatoires à la réalisation d’un inventaire destiné à faire le point sur les mesures entreprises pour contrer le risque de reproduction des désavantages sociaux. Ces derniers étant entendus essentiellement comme le bas niveau de formation, de faibles ressources financières, un manque de compétences sociales et de réseau, de faibles ressources personnelles et de capacités d’action, une faible intégration socioprofessionnelle. Le ciblage des dimensions à investiguer vise dès lors à identifier les différents points d’action ou d’intervention, pertinents en termes de réduction du risque que les désavantages sociaux ne se reproduisent d’une génération sur l’autre, prétéritant ainsi l’avenir des enfants. L’inventaire prévu vise particulièrement à recenser les mesures de type préventif, étatiques ou non, mais des pouvoirs publics surtout, qui concernent en priorité les enfants, les jeunes et les familles, et qui peuvent se déployer dans différents champs: famille, prise en charge extrafamiliale, école, santé, participation, ressources personnelles, intégration,

40

etc. Il permettra d’évaluer les efforts entrepris pour favoriser l’égalité des chances, et de faire des propositions permettant de combler les lacunes identifiées.

Participations
A l’externe, elle a participé en tant que représentante du CSP: • aux réunions du groupe de travail cantonal Prévention de l’endettement non maîtrisé réuni par le Secrétariat général du DSAS; • au groupe de coordination des actions en milieu scolaire, réuni par le DFJC; • aux réunions du groupe de Projet cantonal Gestion de budget; • aux réunions de la Plateforme Gestion de budget spécialisée; • ainsi qu’à des réunions de pilotage en lien avec la recherche. REGAMEY Caroline 0.75 + 0.10 dès 1.9 pour mandat

Ressources humaines
Année de changements, de départs, d’arrivées, 2010 a été chargée d’émotion, de défis, de moments intenses tant en rencontres et relations humaines qu’en travail de recrutement, de remplacement avec toutes les composantes administratives que cela implique aussi. Le domaine «ressources humaines» est au carrefour entre le relationnel et l’administratif et cette année l’aura amplement démontré. Elle a commencé avec beaucoup d’inquiétude puisque nos deux secrétaires, Françoise Olaya à temps partiel et Jacqueline Yung à temps presque complet, se sont trouvées à quelques jours d’intervalle, victimes d’accidents les immobilisant pour plusieurs semaines. Leur remplacement pour le temps de leur convalescence a été le premier défi de 2010. En même temps, il a fallu reprendre la recherche d’une personne pour succéder à Jacqueline Vioget au secteur bénévolat et vente annuelle. Une nouvelle procédure a été entamée (preuve de la difficulté de remplacer Jacqueline!) et a abouti à l’arrivée de Marina Racine, qui s’est révélée à la hauteur du défi à relever. «Marina», ce nom est devenu synonyme au CSP de nouveauté, idées, propositions, nouveaux réseaux contactés, dynamisme et cordialité!

Durant cette même période, la recherche d’une nouvelle responsable RH battait son plein! Elle a trouvé en Stéphanie Loth la personne pour lui succéder, et reprendre la responsabilité des ressources humaines dans un style différent, à certains égards complémentaire de ce que Catherine a imprimé à ce secteur. Le pari du renouvellement est tenu – avec pour premier défi les remplacements, les recrutements, les diverses demandes d’appui des secteurs et des collègues, la gestion des urgences tout en assurant les tâches régulières. Stéphanie a reçu un accueil chaleureux de l’équipe et s’est intégrée très rapidement. Un grand merci à Catherine Tarridec pour avoir préparé le terrain et mis en place tout un historique et des procédures RH qui étaient encore à créer lorsqu’elle est arrivée. Alors que le secteur Point Fixe préparait son envol vers Profa, le départ à la retraite de Josette Quartenoud a valu à la nouvelle RH la responsabilité de recruter une personne capable de soutenir les compétences spécifiques de l’équipe de Point Fixe, développées au CSP, dans une période de changement puis dans un nouvel environnement. Pari tenu grâce à l’arrivée de Natanaëlle Perrion Roquier pour reprendre le poste de responsable prévention et formation. L’automne a vu le recrutement de la personne pour succéder à Jacqueline Yung après plus de trente ans de secrétariat au CSP! Mission impossible – et redéfinition du poste par la responsable RH et le responsable administration et finances: deux personnes à temps partiel permettront de réunir à la fois les diverses compétences et les disponibilités pour assurer ce poste vital pour la bonne marche de l’institution. Le recrutement a abouti mais les deux titulaires arriveront début 2011. Entretemps, un intérim à temps partiel a pu être assuré. La RH a aussi assuré l’accueil des deux stagiaires, l’accompagnement de l’apprentie en fin de formation (toutes trois ont réussi leurs examens et terminé leur formation avec succès!) et le recrutement de deux apprenties à quelques semaines d’intervalle; car la première candidate a dû malheureusement renoncer à poursuivre sa formation. La deuxième candidate, arrivée en cours d’année scolaire, a impressionné toute l’institution par son entrée en fonction et sa mise au courant rapide et efficace. Cette année, la Commission de formation, de documentation et de participation (CFDP) a planché sur un nouveau «mode d’emploi» qui sera en vigueur dès 2011. Elle a été bien sollicitée puisque pas moins de 71 demandes lui ont été soumises. Elle aura également vécu le départ de Jean-Philippe Cand qui partait pour Profa et la démission de Patrice Vionnet. TARRIDEC LOTH Catherine Stéphanie 0.60 jusqu’au 31.3 0.60 depuis le 1.4

41

Comptes 2010 Bilan au 31 décembre 2010
Actifs
LIQUIDITÉS
Caisses Comptes de chèques postaux Banques 28’854.30 435’965.13 31’731.50 32’288.65 319’970.44 10’465.40

2009

2010

496’550.93 RÉALISABLES
Titres Débiteurs Comptes courants secteurs Comptes courants divers Marchandises Galetas 1’136’382.61 39’417.30 12’819.40 29’042.40 50’000.00

362’724.49

1’122’473.00 39’522.07 17’773.35 41’085.15 50’000.00

1’267’661.71 ACTIFS TRANSITOIRES IMMOBILISÉS
Prêts collaborateurs Garantie de loyers Prêts désendettement Avances de frais Mobilier et informatique Véhicules Immeuble Galetas Le Mont-sur-Lausanne Investissements RaVeO Blécherette Immeuble Galetas Payerne 2’675.00 33’078.70 17’827.95 10’000.00 8’272.11 6.00 1.00 256’125.71 1.00 177’262.22

1’270’853.57
217’055.07

177’262.22

217’055.07

0.00 33’175.65 17’638.00 10’000.00 18’711.41 18’096.00 1.00 320’735.21 1.00

327’987.47 TOTAL 2’269’462.33

418’358.27 2’268’991.40

42

Passifs
FONDS ÉTRANGERS
Créanciers, dettes à court terme, y c. passif trans. Clients CSP Comptes courants coéditions Association suisse des CSP Comptes courants charges sociales Hypothèque BCV - Investissements RaVeO/roulement

2009
615’366.35 19’848.46 12’736.30 25’605.45 123’843.25 475’000.00

2010
730’756.50 24’053.06 15’021.50 0.00 48’871.55 475’000.00

1’272’399.81 FONDS AFFECTÉS/FONDS BLOQUÉS
Fonds de solidarité Fonds de soutien aux femmes enceintes Fonds désendettement Comité de soutien aux ex-Yougoslaves Budget des Autres (BdA) Fonds Coup de pouce Jet Fonds MaxMoney Jet Fonds remboursement hypothèque 66’012.20 2’850.10 30’000.00 9’472.65 277’731.74 17’966.00 13’368.00 47’000.00

1’293’702.61

66’012.20 3’400.10 30’000.00 0.00 158’050.64 16’878.00 0.00 52’654.00

464’400.69 FONDS DE RÉSERVE
Fonds de création et développement Fonds de réserve Provision revalorisation salaires Publications Fonds recherche de fonds Aménagement Galetas et boutiques Fonds de roulement 152’712.69 0.00 140’000.00 10’000.00 30’100.07 0.00 232’807.64

326’994.94

152’661.83 0.00 140’000.00 10’000.00 30’000.00 0.00 200’000.00

565’620.40 Pertes et profits reporté
- Excédent de charges de l’exercice précédent + Excédent de recettes de l’exercice -32’958.57

532’661.83

115’632.02

-32’958.57 TOTAL 2’269’462.33

115’632.02 2’268’991.40

43

Comptes 2010
Recettes
Subventions Contributions et dons Recherche de fonds Ventes d’objets d’occasion Divers

Comptes 2009
2’940’752.12 551’027.00 1’330’508.23 1’175’924.06 539’569.00

Comptes 2010
2’948’678.05 276’024.95 1’399’738.08 1’319’557.25 389’375.14

Budget 2010
2’856’800.00 234’000.00 1’368’000.00 1’578’000.00 302’790.’00

Sous-totaux
Perte d’exploitation

6’537’780.41
385’703.80

6’333’373.47
148’226.69

6’339’590.00
246’099.00

Totaux

6’923’484.21

6’481’600.16

6’585’689.00

Dépenses
Salaires et charges sociales Frais recherche de fonds Loyers et charges Frais généraux Cotisation et soutien Frais divers Provision rétablissement prestations sociales employés 5’447’972.63 214’272.05 530’915.21 326’327.96 109’018.00 294’978.36 5’086’845.20 183’516.85 498’502.34 342’001.98 108’392.90 262’340.89 4’969’389.00 298’000.00 513’900.00 377’000.00 105’000.00 279’400.00 43’000.00

Totaux

6’923’484.21

6’481’600.16

6’585’689.00

Daniel Deville et Frédéric Roulet au Galetas de la Blécherette

44

Subventions et Contributions reçues en 2010
Confédération
OFAS Office fédéral des assurances sociales subvention AVS (art. 101 LAVS) Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS) subvention pour services de consultations (facture sociale) Service de la santé publique subvention pour prévention du sida Contributions et dons Fr. 25’000.00

Etat de Vaud et Communes
DSAS DSAS Fr. Fr. Fr. Fr. Fr. Fr. Fr. 2’313’294.00 273’800.00 18’595.70 262’000.00 74’584.05 42’894.95 24’024.30

Autres contributions et dons de communes Eglise évangélique réformée du canton de Vaud
subvention de l’EERV subvention de la Région 12 EERV (Lausanne) collecte générale annuelle 2009 dons des paroisses et des régions Aide Suisse Sida, Fondation Pierre Demaurex, Fondation Dr Alfred Fischer, DSR, Dubois Marius, SVUP, Fondation Mary et Philippe Mylona, Fondation microbiologie médicale, Fondation Fernando et Rose Inverni-Desarzens, Fondation Champ-Soleil, Fondation les Laurelles, Fondation Ernst Matthey, Fondation Marie-Louise Burgat-Stez, Fondation Karl Binding, Fondation Futurum, Casino Barrière de Montreux, Fondation Dr Arthur Hirzel, Winterhilfe Schweiz.

Fr.

318’576.00

Remerciements
Le CSP remercie toutes ses donatrices et tous ses donateurs pour leur soutien financier ! Merci également à toutes les communes qui ont soutenu les services du CSP par leurs dons. Merci à toutes les paroisses qui ont contribué par des dons ou une collecte au travail du CSP. Un chaleureux merci à nos fournisseurs pour leur collaboration et leur soutien. Nous remercions tout particulièrement Paperforms SA, Conseils et Impression à Villars-Sainte-Croix. Grand merci aux pouvoirs publics pour leur soutien et leur reconnaissance du travail du CSP auprès des habitants et des habitantes de notre canton. Nous remercions particulièrement: le Département de la santé et de l’action sociale, le Service de la prévoyance et de l’aide sociales, le Service de la santé publique, le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, le Département de l’intérieur, les Centres sociaux régionaux, la Ville de Lausanne. Merci aux membres de l’Association du CSP Vaud pour leur contribution régulière.

A tous et à toutes, «maillons forts» d’un travail solidaire et engagé, notre vive reconnaissance !

45

Partenaires et collaborations extérieures
Le CSP collabore à différents niveaux avec un grand nombre d’associations et d’organisations. Merci d’excuser une omission involontaire toujours possible. Aide suisse contre le sida Antenne romande des services d’assainissement de dettes ARSAD Appartenances Armée du Salut Associations chrétiennes des travailleurs Italiens ACLI Association CIAO Association de Défense des chômeurs et chômeuses ADC Association de défense et de détente de tou-te-s les retraité-e-s AVIVO Association de la Maison des jeunes Association des conseillers/ères Conjugaux ACC Association des écrivaines publiques Association des familles du Quart Monde de l’Ouest lausannois Association des Tamouls Association Jeunes et Travail Association lausannoise pour la santé et le maintien à domicile ALSMAD Association Le Défi, Bussigny Association romande et tessinoise des Institutions d’action sociale ARTIAS Association suisse des assurés ASSUAS – Vaud Association suisse des locataires ASLOCA Bénévolat – Vaud (anciennement ASBV + Association AVEC) Bourse à Travail Bureau cantonal d’aide au retour Bureau cantonal de médiation administrative Bureau cantonal de médiation santé Bureau cantonal pour l’Egalité des hommes et des femmes Bureau cantonal pour l’Intégration des étrangers et la prévention du racisme (BCI) Bureau Information Femmes BIF Bureau lausannois pour l’intégration des immigrés (BLI) Caritas Vaud Centre d’accueil Malley Prairie Centre de Contact Suisses-Immigrés + ACSI à Genève et à Sion Centre de rencontre et d’animation CRA Renens Centre LAVI + Commission LAVI Centres médico-sociaux Centres sociaux régionaux, Centres sociaux intercommunaux Centre vaudois d’aide à la jeunesse CVAJ CFF, Services sociaux Chambre cantonale consultative des immigrés CCCI

46

CHUV, Département de psychiatrie, site de Cery CHUV, Service social Collectif d’avocat-e-s Collectif vaudois de soutien aux sans-papiers CVSSP Collectif de soutien aux sans-papiers de La Côte Commission cantonale de lutte contre la violence domestique CCLVD Commission protestante romande Suisses-Immigrés CPRSI Conférence de Diaconie, Fédération des Eglises protestantes de Suisse Conférence suisse des Institutions d’action sociale CSIAS Consulats du Chili, du Portugal; Représentation Equatorienne Coordination Asile Vaud Co-Ro Coordination romande des Antennes VIH-Sida Croix-Rouge vaudoise CSP Berne-Jura CSP Genève CSP Neuchâtel D’Marches Département de la formation, de la jeunesse et de la culture VD – DFJC Département de la santé et de l’action sociale VD – DSAS Dettes Conseil Suisse Ecole d’études sociales et pédagogiques EESP Ecole professionnelle pour les métiers de l’industrie et de l’artisanat EPSIC Eglise évangélique réformée du Canton de Vaud EERV Eglise et Monde du Travail; Pastorale du Travail Entrelaçar Entraide protestante suisse EPER Etat civil cantonal Etat de Vaud, service de formation Etablissement vaudois d’accueil des migrant-e-s EVAM Fédération romande des consommateurs FRC Fédération vaudoise de coopération FEDEVACO Femmes solidaires sans frontière à Renens Fleur de Pavé Fondation Cherpillod, Moudon = Arcades Fondation Jeunesse et Famille / VIFA Fondation Mère Sofia Fondation Saint-Martin Fondation vaudoise de probation Fonds cantonal de formation et de perfectionnement professionnels Forum des Etrangers et Etrangères de Lausanne FEEL Forum pour l’intégration des migrantes et des migrants FIMM Français en Jeu Globlivres Groupe de travail «femmes victimes de violences conjugales» Groupe romand d’accueil et d’action psychiatrique GRAAP Haute Ecole de Travail social à Givisier (FR) Juristes progressistes VD Ligue vaudoise contre le cancer LVCC Maison de la Femme Mobilet’, et Semestre de motivation Ouest lausannois

47

Mozaïk, Appartenances Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE) Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers Office du tuteur général Ordre des avocats vaudois OAV Ordre judiciaire vaudois OJV Organisme de perfectionnement scolaire, de transition et d’insertion OPTI Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR Plateforme Asile Migration Plateforme consultation conjugale Plateforme gestion de budget spécialisée Plateforme nationale pour les sans-papiers Point d’Appui, Espace multiculturel des Eglises Point d’Eau Lausanne Pôle Sud Policlinique médicale universitaire PMU Presencia latinoamericana ProCap / Intégration handicap Profa Programme cantonal de prévention de l’endettement non maîtrisé: Groupe Prévention DSAS et Groupe de coordination du DFJC Pro Infirmis Vaud Pro Juventute Vaud Pro Senectute Vaud Prospective et Services privés Le Relais; Relais 10 Service d’aide juridique aux exilé-e-s SAJE Service de la population SPOP Service de prévoyance et d’aide sociales VD – SPAS Service de protection de la jeunesse Service social Lausanne Sleep In SOS Asile Vaud Syndicat SSP Syndicat SUD Syndicat UNIA TEM – ACC’ENT Terre des hommes Transition Ecole-Métier TEM Tuteur général du canton de Vaud Union générale des travailleurs d’Espagne UGT Unité d’assainissement financier Lausanne UnAFin Unité de médecine des violences UMV Unité multidisciplinaire de santé des adolescents (UMSA) Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales Université de Lausanne, Formation continue Unité populations vulnérables du CHUV / PMU

48

L’Association
Bureau de l’Assemblée générale
Présidente: Sophie REYMOND, théologienne Vice-présidente: Monique GISEL, avocate Secrétaire: Joëlle-Pascale Ulrich, correctrice, jusqu’en juin 2010, vacant depuis juin 2010

Commission de gestion
Christiane Bolanz Favre, éducatrice spécialisée, jusqu’en juin 2010 Françoise Châtelain, secrétaire, depuis novembre 2010 André Jaquat, éducateur social, jusqu’en juin 2010 Marie-Claude Savary, infirmière Jean-Pierre Thévenaz, pasteur Helen Stoffel Vuille, éducatrice spécialisée, depuis novembre 2010

Comité
Présidente: *Anne Baehler Bech, députée Verts, secrétaire générale de l’ASLOCA Vaud Vice-présidente: *Gioia Christen, directrice CMS, enseignante * Pierre Desponds, ingénieur-économiste Michel Dind, juge au Tribunal des assurances, (EERV, région 12) jusqu’en décembre 2010 Gabriel Dutoit, journaliste, (EERV, région 12) Olivier Favre, Galetas d’Yverdon (collaborateur CSP) Pascale Gilgien, déléguée du Conseil synodal Jean Martin, ancien médecin cantonal * Jacques Monnier Raball, ancien directeur de l’ECAL Maryse Perret, infirmière, formatrice d’adultes, jusqu’en juin 2010 Nicole Pletscher, réceptionniste (collaboratrice CSP) Anny Racine, animatrice, bénévole CSP * Nicole Schneider, diacre (EERV, région 12) Mercedes Vazquez, juriste (collaboratrice CSP) Voix consultatives au Comité et au Bureau: Hélène Küng, directrice Mike Winzeler, responsable administration et finances * Membres du Bureau

LES AFFAIRES DES UNS FONT LE BONHEUR DES AUTRES

POUR VOS DONS D’OBJETS

BLÉCHERETTE NORD VAUDOIS
021 646 52 62 024 445 57 60

RIVIERA

021 963 33 55

BROYE

026 660 60 10

Tous les horaires sur www.galetas.ch

49

Le CSP Vaud fête ses 50 ans en 2011
Samedi 30 AVRIL Vendredi 27 MAI
Visibilité aux «20 km de Lausanne» Le CSP court et tient son stand d’information Journée officielle et conviviale A Beausobre, à Morges, 11 h-14 h Avec des personnalités politiques et associatives

Mardi 31 MAI

Fête des voisins Beau-Séjour 28 à Lausanne Les collaborateurs et les collaboratrices du CSP animent le quartier

Samedi et dimanche 18-19 JUIN Jeudi 23 JUIN

Visibilité au «Beach Volley Lausanne» Le «Beach Volley» soutient le CSP et l’invite à se présenter au public Fête de remerciements pour les collaboratrices, les collaborateurs et les bénévoles

Dimanche 3 JUILLET Vendredi 26 AOÛT

SlowUp à la vallée de Joux Le CSP sillonne les routes libres de voitures Repas de soutien A Beaulieu, Lausanne dès 18 h 30 Spectacle avec «La» star romande du showbiz: Yann Lambiel, et vente aux enchères

Dimanche 9 OCTOBRE
Culte radiodiffusé A Yverdon-les-Bains

Mercredi 9 NOVEMBRE

Concert de soutien à l’Auditorium Stravinski de Montreux Par l’orchestre symphonique de la Haute Ecole de musique de Lausanne, programme inédit spécialement conçu pour le CSP.

Semaine du 14 NOVEMBRE

Table ronde/Débat contradictoire A partir de sa pratique sociale, le CSP interpelle

www.csp50.ch
50

Les CSP dans les autres cantons

CSP Genève
Village-Suisse 14 CP, 1211 Genève 8 tél.: 022 807 07 00 fax: 022 807 07 01 info@csp-ge.ch

CSP Neuchâtel
Rue des Parcs 11 2000 Neuchâtel tél.: 032 722 19 60 fax: 032 722 19 79 csp.neuchatel@ne.ch Temple-Allemand 23 2300 La Chaux-de-Fonds tél.: 032 967 99 70 fax: 032 967 99 79 csp.cdf@ne.ch

CSP Berne-Jura
Rue Centrale 59 2740 Moutier tél.: 032 493 32 21 fax: 032 493 22 82 info@csp-beju.ch

www.csp.ch

51

Le Centre social protestant Vaud est à votre service
Adresses des différents lieux Tél.: 021 560 60 60 www.csp.ch Service social polyvalent Service de consultation juridique Service de consultation conjugale et familiale La Fraternité: service social pour personnes immigrées Jet Service: service pour les jeunes de 16 à 25 ans Les Galetas: service de ramassage et vente d’objets d’occasion

Le CSP est aussi présent dans le canton
Service social polyvalent:
Bussigny, Cossonay, Payerne, Yverdon-les-Bains

Consultation juridique:
Bex, Morges, Nyon, Orbe, Payerne, Renens, Vevey, Yverdon-les-Bains

Consultation conjugale:
Oron, Payerne et Yverdon-les-Bains

Galetas, boutiques:
Lausanne, Le Mont, Montreux, Morges, Payerne, Yverdon-les-Bains

Jet Service:
Vevey

Editions la Passerelle Vos dons sont bienvenus à notre CCP 10-252-2 !

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->