You are on page 1of 5
2. PREFACE a La société mourante et l'Anarchie de Jean Grave Jai un ami qui met une bonne volonté, vraiment tou- chante, a comprendre les choses. Tout naturellement, il aspire a ce qui est simple, grand et beau. Mais son éducation encras- sée de préjugés et de mensonges, inhérents a toute éduca- tion dite supérieure, l’arréte, presque toujours, dans ses élans vers la délivrance spirituelle. Il voudrait s’affranchir comple- tement des idées traditionnelles, des séculaires routines ou son esprit s’englue, malgré lui, et ne le peut. Souvent, il vient me voir et nous causons longuement. Les doctrines anarchi- ques, si calomniées des uns, si mal connues des autres, le préoccupent ; et son honnéteté est grande, sinon @ les accep- ter toutes, du moins a les concevoir. Il ne croit pas, ainsi que le croient beaucoup de gens de son milieu, qu’elles con- sistent uniquement a faire sauter des maisons. Il y entrevoit, au contraire, dans un brouillard qui se dissipera, peut-étre, des formes harmoniques et des beautés ; et il s’y intéresse comme a une chose qu'on aimerait, une chose un peu terri- ble encore, et qu’on redoute parce qu'on ne la comprend pas bien Mon ami a lu les admirables livres de Kropotkine, les éloquentes, ferventes et savantes protestations d’Elisée Reclus', contre l’impiété des gouvernements et des sociétés basées sur le crime. De Bakounine', il connait ce que les journaux anarchistes, ¢a et la, en ont publié. Il a travaillé Yinégal Proudhon' et l’aristocratique Spencer‘. Enfin, récemment, les déclarations d’Etiévant’ I’ont ému. Tout cela l’emporte, un moment, vers les hauteurs ow Vintelligence se purifie. Mais de ces bréves excursions a travers l'idéal, il revient plus troublé que jamais. Mille obstacles, purement subjectifs, l'arrétent ; il se perd en une infinité de si, de cas, de mais, inextricable forét, dont il me demande, parfois, de le tirer. Comme, hier encore, il me confiait le tourment de son ame, je lui dis: — Grave, dont vous connaissez le judicieux et male esprit, va publier un livre: La Société mourante et anarchic’, Ce livre est un chef-d’ceuvre de logique. Il est plein de lumiére. Ce livre n'est point le cri du sectaire aveu- gle et borné ; ce n’est point, non plus, le coup de tam-tam du propagandiste ambitieux ; c’est l’ceuvre pesée, pensée, rai- sonnée, d’un passionné, il est vrai, d’un « qui a la foi », mais qui sait, compare, discute, analyse, et qui, avec une singu- ligre clairvoyance de critique, évolue parmi les faits de l’his- toire sociale, les legons de la science, les problémes de la phi- losophie, pour aboutir aux conclusions infrangibles que vous savez et dont vous ne pouvez nier ni la grandeur, ni la justice. Mon ami m’interrompit vivement : — Je ne nie rien... Je comprends, en effet, que Grave, dont j'ai suivi, & la Révolte‘, les ardentes campagnes, réve la suppression de YEtat, par exemple. Moi qui n’ai pas toute ses hardiesses, je la réve aussi. L'Etat pese sur I'individu d’un poids chaque jour plus écrasant, plus intolérable. De I’homme qu'il énerve et qu’il abrutit, il ne fait qu'un paquet de chair a impéts. Sa seule mission est de vivre de lui, comme un pou vit de la béte sur laquelle il a posé ses sugoirs. L’Etat prend a l'homme son argent, misérablement gagné dans ce bagne : le travail ; il lui filoute sa liberté a toute minute entra- vée par les lois ; dés sa naissance, il tue ses facultés indivi- duelles, administrativement, ou il les fausse, ce qui revient au méme. Assassin et voleur, oui, j'ai cette conviction que I'Etat lui casse les jambes ; des qu'il ose penser, I’Etat lui prend le crane, et il lui dit: « Marche, prends, et pense. » — Eh bien ? fis-je. Mon ami continua : — L'anarchie, au contraire, est la reconquéte de |'indi- vidu, c'est la liberté du développement de J'individu, dans un sens normal et harmonique. On peut la définir d’un mot : l'utilisation spontanée de toutes les énergies humaines, cri- minellement gaspillées par l’Etat! Je sais cela... et je com- prends pourquoi toute une jeunesse artiste et pensante, — l'élite contemporaine — regarde impatiemment se lever cette