BURKINA FASO Unité – Progrès - Justice ************ MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET SUPERIEUR *********** UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU ************ UNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE

EN SCIENCES DE LA SANTE (UFR-SDS) ********* SECTION MEDECINE **********

Bilan analytique des mémoires réalisés dans le département de gynécologie et d’obstétrique de l’UFR / SDS : 2002 à
Année Universitaire : 2011-2012 Thèse N°: Thèse présentée et soutenue publiquement le 16 Février 2012 pour l’obtention du grade de Docteur en Médecine (Diplôme d’Etat) par : OUEDRAOGO Mahamoudou : Pr. Jean LANKOANDE Président du Jury Né Membres du Jury Directrice de thèse : le 03 Mai 1982 à Kaya (Burkina :Faso)
Pr .Ag. Timongo Françoise Danielle TRAORE / MILLOGO Pr Blandine BONANE / THIEBA Pr. Ag. Timongo Françoise Danielle TRAORE / MILLOGO Dr Nicolas Méda Dr Djènèba OUEDRAOGO / SANOU

Dr Djénéba SANON

LISTE DES RESPONSABLES ADMINISTRATIFS ET DES ENSEIGNANTS DE L’UFR/SDS ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012

UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU 2011-2012
[Tapez un texte]

Année Universitaire

2

------------------------Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Santé (UFR/SDS)

[Tapez un texte]

3

Hervé Oilo TIOYE Chef de Service Chef de Service Scolarité M.Directeur Pr Arouna OUEDRAOGO Directeur Adjoint Pr Rabiou CISSE Coordinateur de la Section Médecine Pr Kampadilemba OUOBA Coordinateur de la Section Pharmacie Pr Mamadou SAWADOGO Coordinateur de la Section Odontostomatologie Dr Dieudonné OUEDRAOGO Directeur des stages de la Section Médecine Pr Ag Antoine P. NIAMBA Directeur des Stages (Bobo-Dioulasso) Pr Ag Athanase MILLOGO Directeur des Stages de la Section Pharmacie Pr Ag. Financier et Comptable M. Gildas BADO Chef de Service Administratif. Lassana SANGARE Secrétaire Principal M. Lucien YAMEOGO Chef de Service Bibliothèque Mme Mariam TRAORE/SALOU Secrétaire du Directeur [Tapez un texte] Mme Adiara SOMDA/CONGO 4 Secrétaire du Directeur Adjoint Mlle OUANDAOGO Aminata .

SOUDRE Parasitologie Anatomie pathologique [Tapez un texte] 5 . GUIGUEMDE 2.ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 ------------------------ LISTE DES ENSEIGNANTS PERMANENTS ----------------------1. Robert T. Robert B. PROFESSEURS TITULAIRES 1.

Patrice ZABSONRE Cardiologie 13. Daniel P. gastro-entérologie 8. Blaise K. SONDO Pharmacologie et Toxicologie Santé publique 5. Jean LANKOANDE Gynécologie-obstétrique 7. Arouna OUEDRAOGO Psychiatrie 12.3. ILBOUDO Hépatologie. Kampadilemba OUOBA Oto-rhino-laryngologie 10. KABORE Neurologie 14. Jean B. Ludovic KAM Pédiatrie 15. Joseph Y. Rabiou CISSE [Tapez un texte] Radiodiagnostic et Imagerie Médicale 6 . Adama TRAORE Dermatologie-vénérologie 9. Mamadou SAWADOGO Biochimie 11. DRABO Médecine interne / endocrinologie 6. Innocent Pierre GUISSOU 4.

MAITRES DE CONFERENCES AGREGES 1. GOUMBRI/LOMPO Anatomie pathologique 23. Olga M. Boubacar NACRO Pédiatrie 2. Rasmata OUEDRAOGO/TRAORE Bactériologie-virologie 17. Martial OUEORAOGO Pneumo-phtisiologie 22. TAPSOBA [Tapez un texte] Biophysique. Albert WANDAOGO 3 Joachim SANOU Chirurgie pédiatrique Anesthésie-réanimation 4. Si Simon TRAORE Chirurgie viscérale 18.16. Jean-Baptiste NIKIEMA Pharmacognosie 21. Adama LENGANI Pédiatrie Néphrologie 20. Diarra YE/OUATTARA 19. Théophile L. François Housséni TALL Pédiatrie 2. médecine nucléaire 7 .

Alain BOUGOUMA 7. Michel AKOTIONGA Gynécologie-obstétrique 6. Antoine P. Athanase MILLOGO Hépatologie gastro-entérologie Chirurgie viscérale Neuro-chirurgie Neurologie 10. Lassana SANGARE Bactériologie-virologie 12. SOME Chimie analytique [Tapez un texte] 8 . OUEDRAOGO Santé publique 14. MEDA Ophtalmologie 17. NIAMBA Dermatologie-vénérologie 16. Abel KABRE 9. Issa T.5. Claudine LOUGUE/SORGHO Radiodiagnostic et Imagerie Médicale 15. Laurent T. Dieudonné N. Nazinigouba OUEDRAOGO Anesthésie-réanimation 11. Daman SANO 8. Maïmouna DAO/OUATTARA Oto-rhino-laryngologie 13.

Moussa BAMBARA Gynécologie-obstétrique 23. BAMOUNI Radiodiagnostic et Imagerie Médicale 22. Kapouné KARFO Psychiatrie 27. Rasmané SEMDE Pharmacie galénique 19.18. SAMADOULOUGOU Cardiologie 29. Abel Y. gastro-entérologie [Tapez un texte] 9 . Blandine THIEBA BONANE Gynécologie-obstétrique 21. André K. Théodore OUEDRAOGO Anatomie 20. Timothée KAMBOU Urologie 28. Apollinaire SAWADOGO Hépatologie. Emile BANDRE Chirurgie pédiatrique 30. Jean SAKANDE Biochimie 26. Abdel Karim SERME Hépatogastrologie-entérologie 25. Fatou BARRO/TRAORE Dermatologie-vénérologie 24.

Robert O. Lady Kadiatou TRAORE Parasitologie 3.31. Idrissa SANOU Bactériologie-virologie 33. O. Abdoulaye TRAORE Santé publique 2. Eléonore KAFANDO Hématologie biologique 3. ZOUBGA Pneumo-phtsiologie 5. MILLOGO/TRAORE Gynécologie-obstétrique 32. Françoise D. Elie KABRE Biochimie 34. Arsène M. Boubacar TOURE Gynécologie. DABOUE Ophtalmologie 7. Alain Z. Pingwendé BONKOUNGOU Pédiatrie 6. ZOUNGRANA Physiologie [Tapez un texte] 10 . MAITRES – ASSISTANTS 1.obstétrique 4.

Christophe S. Vincent OUEDRAOGO Médecine du travail 12. Eric NACOULMA Hématologie clinique 10. Ahgbatouhabeba ZABSONRE/AHNOUX Ophtalmologie 18. traumatologie 9. Barnabé ZANGO Urologie 13. Ousséïni DIALLO Radiodiagnostic et Imagerie Médicale 20.8. Nicolas MEDA Santé publique 17. Dieudonné OUEDRAOGO Stomatologie et chirurgie maxillofaciale 15. Théodore S. DA Orthopédie. OUEDRAOGO Médecine du travail 14. Sheick Oumar COULIBALY Parasitologie 16. Sélouké SIRANYAN Psychiatrie 11. Fla KOUETA [Tapez un texte] Pédiatrie 11 . Roger Arsène SOMBIE Hépatologie-Gastro-Entérologie 19.

21. Dieu-Donné OUEDRAOGO

Rhumatologie

22. Assita LAMIEN/SANOU

Anatomie pathologique

23. Moussa OUEDRAOGO

Pharmacologie

24. Charlemagne OUEDRAOGO

Gynécologie-obstétrique

25. Ali OUEDRAOGO

Gynécologie-obstétrique

23. Christian NAPON

Neurologie

27. Tarcissus KONSEIM

Stomatologie et chirurgie maxillofaciale

28. Gilbert P. BONKOUNGOU

Chirurgie générale

20. Adama SANOU

Chirurgie générale

30. Charlemagne GNOULA

Chimie thérapeutique

31. Moustapha OUEDRAOGO

Toxicologie

4. ASSISTANTS

[Tapez un texte]

12

1. Hamado KAFANDO

Chirurgie générale

[Tapez un texte]

13

2. Adrien B SAWADOGO

Maladies infectieuses

3. Hervé TIENO

Médecine interne

4. Lassina DAO

Pédiatrie

5. Georges OUEDRAOGO

Pneumo-phtisiologie

6. Armel R. Flavien KABORE

Anesthésie-réanimation

7. Serge Aimé SAWADOGO

Immunologie

8. Fousséni DAO

Pédiatrie Puériculture

9. Mahamoudou SANOU

Bactériologie virologie

10. Yvette Marie GYEBRE/BAMBARA 11. Gisèle BADOUM/OUEDRAOGO 12. Papougnézambo BONKOUNGOU 13. Gérard COULIBALY

Oto-rhino laryngologie

Pneumo-Phtysiologie

Anesthésie-Réanimation

Néphrologie

14. Oumar GUIRA

Médecine interne

[Tapez un texte]

14

Abdoulaye ZAN Chirurgie générale Chirurgie générale 26. Isso OUEDRAOGO Chirurgie Pédiatrique 19. Madina A. Mohamed TALL Orthopédie . Nina N. KORSAGA/SOME Dermatologie-Vénérologie 16. Moustapha SEREME 23. Maurice ZIDA 25.15. Mamoudou SAWADOGO Chirurgie Orthopédie et Traumatologie Oto-rhino-laryngologie 22. Estelle Noëla Hoho YOUL Pharmacologie 27. Wélébnoaga Norbert RAMDE Médecine légale 21.traumatologie 24. Edgar OUANGRE Chirurgie générale et digestive 18. NAPON Radiodiagnostic et Imagerie Médicale 17. Solange YUGBARE/OUEDRAOGO [Tapez un texte] Pédiatrie 15 . Bertin Priva OUEDRAOGO Oto-rhino-laryngologie 20.

DEDICACES [Tapez un texte] 16 .

notre rempart. Comme vous auriez aimé voir ce jour !!! Hélas ! Nul ne peut résister à la volonté de DIEU. et sa fidélité dure à toujours. « La bonté de l’Eternel pour nous est grande. la lumière qui nous guide. 2) . Amen ! A la mémoire de nos grands-parents OUEDRAOGO Irmean et OUEDRAOGO Téné Pagnanqueba: mes souvenirs d’enfance restent peuplés de vos gestes de tendresse et d’affection. . notre force. OUEDRAOGO Salam (in memoriam) Papa (Kinma). tu as toujours été. le Fils et le Saint-Esprit. mais vous restez vivant dans notre cœur. Reposez en paix! A notre père. Cependant aucune expression. orale ou écrite. Elle est le meilleur des héritages que vous [Tapez un texte] 17 . sois-en béni et glorifié. ne saurait manifester notre reconnaissance à votre endroit pour la bonne éducation que vous m’avez donnée. vous avez été très tôt arraché à notre affection. Ps 117. Louez l’Eternel ! » (cf. Seigneur. Aujourd’hui tu achèves avec nous ce travail. Rien n’est possible sans ta grâce et tu nous as toujours comblé de ta bonté.A DIEU le père.

Hadja Rasmata et Sombodé…) et à ma marâtre Mariam (in memoriam). de vos prières et que vous puissiez profiter des fruits de l’arbre que vous aviez si bien arrosé.avez préparé et légué à votre descendance. de votre tendresse maternelle. Mme OUEDRAOGO Bibata (in memoriam) A mes tantes paternelles (Natoubamba. Vous vous êtes toujours battue au prix d’énormes sacrifices afin de nous offrir le meilleur. toujours auprès de nous afin que nous continuons de bénéficier de vos sages conseils. Reposez en paix et que DIEU vous accueille dans son royaume. nous serons dignes de vous. Sachez que nous aurons toujours besoin de venir [Tapez un texte] 18 . Nous espérons qu’auprès du père céleste là-haut. femme de cœur infatigable. Reposez en paix A ma mère. vous nous l’avez consacrée. surtout. Vous avez guidé mes pas depuis ma naissance. Kinma a été très vite arraché à notre affection et depuis. Vous m’avez donné un magnifique modèle de labeur et de persévérance. vous êtes une mère exemplaire. vous avez été pour nous père et mère. Puisse notre Seigneur Jésus vous garder plus longtemps. Kinma. TONTOROGBO Aminata. Ce travail est le vôtre. vous laisserez entrevoir un sourire de fierté. votre modestie. votre tendresse et votre amour du prochain sont inégalables. AMEN! A ma sœur. Toute votre vie.

Vous resterez tout pour nous . Recevez maman.vous ‘téter’. soyez bénie abondamment. Puisse ce travail récompenser. Nos chéries. Collette et Jalissa. Yahaya. cette thèse en témoignage de toute notre reconnaissance et de notre amour. merci de votre soutien. [Tapez un texte] 19 . Ensemble nous avons traversé des moments agréables. Anne. Samado. mais nous en sommes sortis encore plus forts et plus soudés. les énormes sacrifices que vous avez consentis pour nous. David. nous n’aurions pas pu mieux faire. Ali et Boureima On a l’habitude de dire qu’on ne choisit pas sa famille. Zakaria. Léa. Rebecca. A nos belles sœurs : Kadiatou. nous souhaitons le meilleur. Nous vous aimons tous. Amen ! Merci maman chérie! A mes frères bien-aimés : Hamado. Adjara. de façon modeste. nous avons la ferme conviction que s’il nous avait été donné de faire ce choix. Vous comptez beaucoup pour moi et le quotidien que nous avons partagé a forgé ma personnalité. A nos nièces et neveux : Sonia. Marietou. Rasmatou. Aujourd’hui. Lisa. A chacun de vous. en ce jour solennel que nous vous dédions. Binta. parfois pénibles. Saïbata. Soumaïla. Nadège.

Latifatou. A nos tantes maternelles et paternelles : Rasmata. Salamata Roselyne et Mathurin et que DIEU vous bénisse. Mention particulière à l’Adji Boukaré. A nos cousins. vieux…… Nous espérons que vous ferez mieux que nous. Courage ! A tous les malades du CHUYO. A notre oncle Tita. Que notre Seigneur vous guérisse ! REMERCIEMENTS [Tapez un texte] 20 . A tous les DES de GO du CHU YO. cousines. Vous êtes adorables et nous vous aimons très fort. Lamoussa… Merci pour vos soutiens multiformes. demi sœurs et frères. A nos marâtres et mamans : Pogkiénma et Zonabo.

Trouvez ici l’expression de notre profonde gratitude. Au Pr Ag. vous êtes une mère attentionnée pour nous. Plus qu’un maître. TRAORE/épouse MILLOGO: vous avez accepté de nous accompagner dans ce travail en mettant à notre disposition les moyens nécessaires pour sa réalisation. [Tapez un texte] 21 . Merci pour la qualité des enseignements qui nous a été donnée et surtout pour l’humilité dont vous faites preuve au quotidien.A tous nos Maîtres de l’UFR-SDS et à nos maîtres de stage.

Jude. vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi et priant par le Saint-Esprit. en attendant la miséricorde de notre seigneur Jésus-Christ pour la vie Eternelle. 20-21). Au Dr et Pasteur Joseph OUEDRAOGO et sa famille. Merci pour vos conseils et prières. Aux jeunes des Eglises de Yangrin à Kaya et du Temple jaabnel : « Pour vous. remarques et conseils. maintenez vous dans l’amour de Dieu. Nous n’avons jamais rencontré une personne aussi gentille que vous. » (Cf. gynécologuepour vos obstétricien : merci pour disponibilité. Au Dr Sawadogo Yobi Alexis. Que le Seigneur vous accompagne et vous soutienne pour le restant de vos jours ! [Tapez un texte] 22 .A la famille du Dr Sawadogo votre Luc. bien-aimés. merci pour vos conseils et prières. Au Pasteur Etienne Sawadogo et sa famille à Kaya. merci pour les conseils sur le plan pédagogique. A Mr Kologo et sa famille.

Merci de nous avoir accueillis chez vous comme votre propre enfant. Kinda. Considère ce travail comme le tien. Sawadogo Eric dit Baron. N’a-t-on pas coutume de dire que l’amitié sincère vaut mieux que la famille ? Puisse cette amitié perdurer toute la vie. Phéno. Gina … Notre enfance a été merveilleuse. depuis notre enfance. Pablo. Ce. Charles Pafadnam. Christian. Eric Nadine… Merci pour votre soutien. Dr Ouédraogo Ali. Au nom de l’amitié. Kabir. Maréchal. Dr Nabaloum Abdoulassé. Nous vous serons toujours reconnaissants. Esther Couldiaty. Rokiatou Ganou. Juge Ouédraogo Adama. Vous êtes ma seconde famille. Dr Sawadogo Emmanuel. Olivier. A mes amis d’enfance Daouda dit Laada. A mes amis (es) : Bonkoungou Kiswendsida. A la grande famille SANDWIDI : Maman Blanche. Boukson. A SANDIOUIDI Z Frédéric : mon très cher compagnon de à plein tous les jours. Maye. Dr Zabré Paténéma. Yourès. Emmanuel. Salif… Merci ! [Tapez un texte] 23 . Ouédraogo Idrissa . Dr Sawadogo Harouna. nous avons surmonté biens d’obstacles et consentis d’effort l’un pour l’autre.

Diane. Que Dieu vous bénisse. Mme Zerbo…. Que DIEU nous accompagne dans nos vies futures. merci ! Aux personnels du Centre médicale Anaia : Dr Benoit. d’une manière ou d’une autre. A nos cadets de la fac. merci pour la franche collaboration ! A toute la promotion Pr Joachim Sanou en souvenir des moments difficiles et agréables passés ensembles. Bon vent ! Aux étudiants du Pentagone. merci pour votre soutien. Restons solidaires. Aux militants et sympathisants de l’association des étudiants ressortissant du Sanmantenga. ont contribué à l’élaboration de ce document. grand merci ! [Tapez un texte] 24 . Frederick NDOUBABE.A la communauté tchadienne au Burkina particulièrement à Lazare AHMAT et Larmet NABA. Bouda. Adissa Mme Ouédraogo Judith. Courage ! A tous ceux qui.

le Pr Jean LANKOANDE.HOMMAGE A NOS MAITRES ET JUGES A notre Maître et Président du jury. Vous êtes : [Tapez un texte] 25 .

Trouvez ici.Professeur titulaire en gynécologie et obstétrique à l’UFR/SDS . cher maître. de présider ce jury de thèse.. Cher maître.Chef de service du service de gynécologie et d’obstétrique au CHU-YO . [Tapez un texte] 26 du DES de gynécologie . Nous avons eu l’immense honneur de bénéficier de vos enseignements théoriques et pratiques au cours de notre formation. Présider ce jury de thèse est un grand privilège que vous nous faites et nous vous en sommes reconnaissants. Nous vous sommes très reconnaissants d’avoir accepté et ce malgré vos innombrables tâches.Chef du département de gynécologie et obstétrique à l’UFR/SDS. Vous nous avez toujours impressionnés par la clarté et l’aisance avec laquelle vous savez transmettre votre savoir.Coordonnateur obstétrique . Votre grande simplicité et votre modestie font de vous un homme admiré et respecté de tous. Cela nous touche énormément et humblement nous vous disons merci. notre profond respect et toute notre gratitude.

Que Dieu vous comble de ses bénédictions au-delà de vos attentes.Médecin de santé publique . Les mots ne sauraient traduire les sentiments de reconnaissance qui nous animent. A notre maître et juge Docteur Djénéda Sanon/ Ouédraogo Vous êtes : . Nous sommes très marqués par l’honneur que vous nous faites en acceptant malgré vos multiples occupations. Que Dieu vous bénisse. de juger ce travail. Veuillez trouver ici cher maître.Directrice de la santé de la mère et de l’enfant Cher maître. l’expression de nos sincères remerciements. [Tapez un texte] 27 .

.Maitre Assistant en épidémiologie à l’UFR/SDS .Directeur Scientifique du Centre Muraz de Bobo Dioulasso.Médecin épidémiologiste au Centre Muraz de Bobo Dioulasso. été impressionnés par la clarté et la précision qui [Tapez un texte] 28 .Directeur Adjoint du Centre International de Recherche pour la Santé de l’Université de Ouagadougou . . Nous sommes très sensibles à l’immense honneur que vous nous faites en acceptant de juger ce travail. Cher maître. Nous avons dès le premier contact à l’amphithéâtre. Vous êtes : .Investigateur principal de l’Agence Nationale Française de Recherche sur le SIDA et les Hépatites Virales.A notre maître et juge Docteur Nicolas MEDA.

Vous êtes : . votre rigueur dans le travail et vos connaissances scientifiques. votre immense expérience. Vos grandes qualités humaines et scientifiques. le Pr T. Vous nous avez inspiré le sujet de cette thèse. Françoise.D TRAORE / MILLOGO. Grâce à votre sens très aigu des relations [Tapez un texte] 29 . votre rigueur et votre amour pour le travail bien fait font de vous un maitre admiré de tous. Nous sommes sensibles à l’honneur et au privilège que vous nous avez accordé en acceptant de diriger ce travail malgré vos multiples occupations.Maitre de conférences agrégée en gynécologie-obstétrique à l’UFR/SDS - Ancienne interne des hôpitaux de Niamey . votre disponibilité dans l’encadrement de vos étudiants. Nous avons été émerveillés par votre grande simplicité. A notre Maître et Directrice de thèse.caractérisent votre enseignement.Gynécologue obstétricienne au CHUYO Chère maître. Nous vous prions de trouver ici cher maitre. l’expression de notre profonde gratitude. Puisse l’Eternel Dieu vous bénir et vous combler au-delà de vos attentes.

Que Dieu vous comble avec votre famille de multiples Grâces. Nous demandons votre indulgence s’il est resté en deçà de vos attentes. Nous vous sommes redevables pour l’estime portée à notre modeste personne. le service de gynécologie-obstétrique était devenu notre seconde demeure. Puissiez-vous rester cette source immense de connaissances et de valeurs à laquelle nous nous abreuvons avec délectation. pour la réalisation de ce travail qui est pourtant digne d’un grand intérêt pour vous. Veuillez trouver ici l’expression de notre profonde gratitude. Avertissement [Tapez un texte] 30 .humaines.

l’UFR/SDS a arrêté que les opinions qui être émises seront dans les dissertations doivent [Tapez un texte] présentées comme 31 considérées .« Par délibération.

propres n’entend à leurs leur auteurs donner et qu’elle aucune approbation ni improbation » SIGLES ET ABREVIATIONS AC : Agence comptable ACM: Atelier Central de Maintenance BUC: Bibliothèque Universitaire Centrale CA: Conseil d’administration CF: Contrôleur Financier CFVU: Conseil de la Formation et de la Vie Universitaire CN : Campus Numérique CS: Conseil Scientifique DAAF: Direction des Affaires Administratives et Financières DAOI: Direction des Affaires académiques. de l'Orientation et de l'Information [Tapez un texte] 32 .

Arts et Communication UFR/SDS: Unité de Formation et de la Recherche en Sciences de la Santé.UFR/SEA: Unité de Formation et de la Recherche en Sciences Exactes et Appliquées UFR/SEG: Unité de Formation et de la Recherche en Sciences Economiques et Gestion UFR/SH: Unité de Formation et de la Recherche en Sciences Humaines UFR/SJP: Unité Formation et de la Recherche en Sciences Juridiques et Politiques UFR/SVT: Unité de Formation et de la Recherche en Sciences de la Vie et de la Terre [Tapez un texte] 33 .DASP: Direction des Affaires Sociales et du Patrimoine DCU : Direction de la Coopération Universitaire DEC: Direction des Etudes et de la Consultation DEP : Direction des Etudes et de la Planification DFPC: Direction de la Formation Professionnelle et Continue DIP: Direction des Innovations Pédagogiques DPE CAMES: Direction de la Promotion des Enseignants et des relations avec le CAMES DPNTIC: Direction de la Promotion des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication DPU : Direction des Presses Universitaires DRH: Direction des Ressources Humaines IBAM: Institut Burkinabè des Arts et des Métiers LU: Librairie Universitaire OB: Office du baccalauréat SCA : Service Sécurité du Campus UFR/LAC: Unité de Formation et de la Recherche en Langues.

D’abord formés dans les universités de la sous-région (Dakar. Lomé). économique. Le département de gynécologie et d’obstétrique quant à lui. Niamey. a été mis en place en 1983. ce département va étendre ses activités. les médecins burkinabê devront attendre l’année académique 1981 -1982 avant que la faculté de médecine de Ouagadougou ne voit le jour. C’est ainsi. C’est ainsi qu’il va [Tapez un texte] 34 . maïeuticiens et sagesfemmes d’état. ainsi que celles des élèves infirmiers. que le Burkina Faso a été amené à créer l’université de Ouagadougou en Octobre 1965.INTRODUCTION ET ENONCE DU PROBLEME Après les indépendances. Assurant dans un premier temps les formations théoriques et pratiques des étudiants en médecine de quatrième et de septième année. sanitaire et sociale.I. les jeunes états africains ont dû promouvoir la formation de nombreuses élites afin de faire face aux grands défis qu’ils devaient relever au plan politique.

Il s’agit d’un travail personnel de recherche que l’impétrant devra présenter devant un jury composé d’enseignants de rang A et d’observateurs de la Wacs. Aussi. il n’en est rien des mémoires. la formation des médecins spécialistes en gynécologie-obstétrique.initier en 2002. d’une communication dans une société savante [Dictionnaire Robert Junior 2006]. participant ainsi à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale et améliorant l’accessibilité des populations aux soins de qualité en santé de la reproduction. [Tapez un texte] 35 . Ce mémoire représente l’ultime étape pour l’obtention du Diplôme d’Etudes Spéciales en gynécologie – obstétrique. dix ans après la création du Diplôme d’Etudes Spéciales en gynécologie-obstétrique. ne prendra fin qu’après la préparation d’un mémoire. nous nous proposons d’analyser tous les mémoires soutenus dans ce département afin de constituer une banque de données exploitables par tous les acteurs œuvrant dans le domaine de la santé. Le mémoire est un exposé scientifique ou littéraire en vue d’un examen. Si un bilan analytique des thèses de doctorat en médecine réalisées dans le département de gynécologie-obstétrique a été établi en Septembre 20011. la formation de médecins spécialistes en gynécologieobstétrique . D’une durée de quatre ans.

GENERALITES 2.1. LE BURKINA FASO 2-1-1.II.Données socio-démographiques [Tapez un texte] 36 .

Il partage ses frontières avec 6 pays : le Mali au Nord et à l’Ouest.7% de femmes. ce qui influence énormément les disponibilités alimentaires et par conséquent l’état nutritionnel des populations. 45 provinces et 351 communes rurales et urbaines.017. le Burkina Faso (BF) est un pays enclavé couvrant environ 274000 km². avec une densité moyenne de 51. la population résidente totale du BF a été estimée à 14. 2-1-2. L’espérance de vie à la naissance est de 56.Situé dans la boucle du Niger au cœur de l’Afrique Occidentale. Il comprend 8725 villages administratifs.7 ans. Il fait parti des pays sahéliens avec un climat tropical de type soudanien rude et sec.4 habitants / km². le Niger à l’Est. Le BF est depuis toujours un pays de migration.Données économiques [Tapez un texte] 37 .1%. le Togo et le Benin au Sud. la Côte d’Ivoire. Le secteur est une entité qui s’identifie soit au quartier du village ou de la commune. Au Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de Décembre 2006. La population de nationalités étrangères est faiblement représentée au BF. marqué par une pluviométrie dont la moyenne varie entre 300 mm au Nord et 1200 mm au Sud.8 ans [1]. Le BF est organisé sur le plan administratif en 13 régions. soit à un regroupement d’anciens villages. Ouagadougou est la capitale du pays. Le taux d’accroissement annuel est de 3. Cette pluviométrie est faible et mal repartie dans l’ensemble. le Ghana. Ses échanges s’opèrent essentiellement avec la Côte d’Ivoire [2]. Elle représente à peine 0. L’âge moyen de la population est de 21.262 personnes dont 51.43% de la population résidente.

Organisation du système de santé Le BF a souscrit à l’objectif social de la santé pour tous en adoptant les soins de santé primaire en 1979 comme stratégie de sa politique sanitaire. L’économie du BF repose essentiellement sur l’agriculture et l’élevage . le BF est classé parmi les pays les moins avancés (PMA) [2]. Quant au taux d’alphabétisation des 15-24 ans.7% [REFERENCE].Avec un Produit Intérieur Brut (PIB) en 2010 de 207 934 FCFA. le taux de scolarisation et d’alphabétisation au BF figurent parmi les plus faibles de la sous région. • Le niveau intermédiaire qui comprend les directions régionales de la santé (au nombre de 13) . 2-1-3. pour l’année scolaire 2005-2006.8% est de l’ordre de 32.Données sanitaires 2-1-3-1. Le secteur de la santé comporte deux types d’organisations :  L’organisation administrative Le Ministère de la santé comprend 3 niveaux dans sa structuration administrative : • Le niveau central qui comprend les directions et structures centrales organisées autour du cabinet du Ministre et du secrétariat général . Les statistiques scolaires donnent un taux brut de scolarisation au primaire de 57. L’agriculture et l’élevage occupent plus des ¾ de la population active. son niveau [Tapez un texte] 38 . Dans le domaine de l’éducation. son industrie étant embryonnaire.

• Le deuxième niveau ou troisième échelon est représenté par le Centre Hospitalier Régional (CHR). • Le troisième niveau ou quatrième échelon est constitué par les Centres Hospitaliers Universitaires (CHU). entités opérationnelles les plus décentralisées de système national de santé.Le deuxième échelon est constitué par les Centres Médicaux avec Antenne chirurgicale (CMA) ou Hôpitaux de District.• Le niveau périphérique qui est représenté par les districts sanitaires. Ainsi. Il sert de référence et de recours au CMA. . Il est le niveau de référence le plus élevé pour les soins spécialisés. secondaires et tertiaires : • Le premier niveau est représenté par le district sanitaire qui comprend 2 échelons : - Le premier échelon de soin est le Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS). qui est la structure sanitaire de base du système de santé. le BF compte un nombre important de structures privées (380 en 2010) et de tradithérapeutes. environ 30 000 tradipraticiens exerçaient au Burkina Faso en 2010 [Annuaire statistique 2010 du MS]. l’importance de la médecine traditionnelle a été reconnue par la loi N°23/94/ADP du 19/ 05/94 portant code de la santé publique. En plus des structures publiques. [Tapez un texte] 39 . En effet.  L’organisation opérationnelle Les structures publiques de soin sont organisées en 3 niveaux qui assurent des soins primaires.

les maladies ciblées pour l’éradication : Poliomyélite. Lèpre .La situation épidémiologique est dominée par la persistance des maladies transmissibles . Fièvre Jaune . [Tapez un texte] 40 .Principaux problèmes de santé .L’accessibilité géographique aux formations sanitaires est très réduite durant les périodes pluvieuses étant donné l’état défectueux des voies .les maladies à potentiel épidémique : Choléra. . - les maladies ciblées pour l’élimination : Tétanos néonatal.2-1-3-2. Les personnes les plus affectées sont les enfants de moins de 5ans et les personnes âgées sans distinction de sexe.La médecine traditionnelle et la pharmacopée africaine connaissent une utilisation importante surtout en milieu rural .8‰ en 2006) est principalement due aux maladies infectieuses et notamment parasitaires. Rougeole. les maladies non transmissibles étant le plus souvent liées à des déterminants non médicaux. . Ver de Guinée .Les formations sanitaires sont en nombre réduit et inégalement réparties . . Les maladies transmissibles sont regroupées en quatre sous groupes : . - La morbidité générale élevée de la population du BF (11. Méningite. .

infirmiers diplômés d’état : 3054 .personnels de laboratoire : 478 [Tapez un texte] 41 . Trypanosomiase. 2-1-3-3. Au cours de l’année 2010. Tuberculose.- les maladies d’importance en santé publique : Paludisme.médecins (y compris spécialistes) : 713 . Sida.attachés de santé : 1774 . Le paludisme est le premier motif de consultation dans nos formations sanitaires. à la direction de lutte contre la maladie pour l’ensemble des structures sanitaires du pays. Les infections respiratoires aigues occupent une place importante ainsi que les maladies diarrhéiques.chirurgiens dentiste : 32 . Infections respiratoires aiguës. Le taux de létalité moyen a été de 14. Maladies diarrhéiques.Ressources humaines en santé Au 31 Décembre 2010.sages femmes/maïeuticiens d’état : 1057 . Onchocercose. 6837 cas de méningites dont 989 décès ont été notifiés au cours la surveillance épidémiologique. En 2010.infirmiers brevetés : 2558 . 3579 cas de tuberculose à microscopie positive et 2860 cas de SIDA ont été notifiés [Annuaire statistique 2010 du MS].pharmaciens : 184 . les effectifs des agents de la santé exerçant dans les formations sanitaires publiques de l’état étaient de 15654 répartis comme suit : .46%.

infirmiers diplômés d’état.personnels de radiologie. . 2-1-3-4. .agents itinérants de santé : 1976 .adjoints des cadres hospitaliers.personnels de laboratoire.attachés de santé. . L’INSSA de l’université polytechnique de Bobo-Dioulasso et l’école de médecine de Ouahigouya forment des médecins. [Tapez un texte] 42 .préparateurs d’état en pharmacie : 155 .garçons et filles de salle : 844 - accoucheuses auxiliaires / matrones : 2723 [RGPMS 2010 DGISS * Directions Centrales. Centres de recherche. - sages femmes / maïeuticiens d’état. L’E N S P forme le personnel paramédical: . .infirmiers brevetés. des chirurgiens dentistes et des techniciens supérieurs de la santé.personnels de radiologie : 106 . Structures rattachées].. . des pharmaciens. - techniciens d’état du génie sanitaire.Structures de formation des personnels de santé et infrastructures 2-1-3-4-1.Structures de formation L’UFR/SDS de l’UO forme des médecins.

28 maternités isolées. le BF comptait : .Université Saint Thomas d’Aquin (USTA) .Les infrastructures de santé 2-1-3-4-2-1 Les structures publiques En 2010. et des accoucheuses auxiliaires.préparateurs d’état en pharmacie.9 CHR. . 2-1-3-4-2. le BF compte quelques structures privées de formation : .20 infirmeries de garnison. [Tapez un texte] 43 .43 CMA.agents itinérants de santé. .1429 CSPS. . En plus des structures publiques.- gestionnaires des hôpitaux. - garçons et filles de salle.124 dispensaires isolés. . . . .Ecole de formation Sainte Edwige - Ecole de santé publique Wendpenga de Dassasgho. .3 CHU.30 CM. .

23 CM.36 démembrements de l’OST. 2-2. - 16 autres infirmeries que celles de garnison [Annuaire statistique 2010 du MS].29 CSPS.18 cliniques d’accouchement. le BF comptait : .16 cabinets dentaires. trouve son origine dans le décret du 20 octobre 1965 créant et organisant l’Institut Supérieur de Formation Pédagogique [Tapez un texte] 44 . une des quatre universités du BF. . . .39 cliniques.. .25 cabinets médicaux.217 cabinets de soins infirmiers. .L’UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU (UO) 2-2-1.Historique L’UO. .11 polycliniques. 2-1-3-4-2-2 Les structures privées En 2010. .

.L’Institut Universitaire de Technologie (IUT) . - L’Ecole Supérieure des Sciences de la Santé (ESSSA).L’Institut des Sciences de la Nature (ISN) . . . . Elle connut une restructuration en 1985 au terme du décret N° 85498/CN/PRES/ESRS du 29/08/1985. Eu égard à ces structures. On y comptait alors 11 établissements de recherches qui étaient : . . .L’Institut Supérieur des Lettres.L’Institut des Sciences Humaines et Sociales (INSHUS) . le CESUP en Université de Ouagadougou à compter du 01er avril 1974 [3] L’UO comptait 373 étudiants au cours de l’année académique 1973-1974.L’Ecole Supérieure de Droit (ESD) . des Langues et des Arts (INSULA) .L’Institut de Chimie (INC) . .L’Institut du Développement Rural (IDR) .L’Institut de Mathématiques et Physique (IMP) . . - L’Institut Africain d’Education Cinématographique (INAFEC) . le Centre d’Enseignement Supérieur de Ouagadougou en abrégé CESUP jouissant de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. au nombre d’étudiants et à son ambition de former sur place les cadres dont elle a besoin. [Tapez un texte] 45 .L’Ecole Supérieure des Sciences Economiques (ESSEC) . Une ordonnance du 05 mai 1969 créée en lieu et place de l’ISFP.(ISFP). la Haute Volta transforme par ordonnance N° 074/031 du 19 avril 1974.

. le décret N° 91-046 du 17 juillet 1991 restructurait l’UO en 5 facultés. elles sont assignées aux différentes UFR : [5] [Tapez un texte] 46 . . 2-2-2. la faisant ainsi franchir un pas pédagogique qualitativement supérieur par rapport à l’étape précédente. Sciences Humaines et Sociales (FLASHS) .Cette structuration marquait la volonté des autorités à confier à notre université des missions spécifiques et à la faire entrer dans le cycle évolutif normal d’une université. On pouvait citer [4] : . Langues.La Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) . . .La Faculté des Sciences de la Santé (FSS) .L’Institut des Sciences de l’Education (INSE) . Mais faisant suite à la restructuration de 1985. .La Faculté des Lettres.La Faculté des Sciences Techniques (FAST) . Cette refondation résultait d’une crise institutionnelle sans précédent et d’un blocage de l’ensemble des activités académiques et pédagogiques durant l’année 1999-2000.L’Institut du Développement Rural (IDR) .Missions de l’UO De façon générale.La Faculté de Droit et de Sciences Politiques (FDSP) . 3 Instituts et 1 Ecole. - L’Institut Universitaire de Technologie (IUT) . . . Le décret N° 2000-469/PRES/PM/MESSRS du 6 octobre 2000 portant dissolution des facultés et suspension du statut de l’UO déclencha le processus de refondation de l’UO.L’Ecole Supérieure d’Informatique (ESI).

• Favoriser les recherches à caractères interdisciplinaires.• Développer l’enseignement en vue de la formation des cadres dont le pays a besoin .3. la constitution d’équipe de recherche en leur sein ou en liaison avec des organismes extérieurs . Organigramme [Tapez un texte] 47 . • Procéder à des travaux de recherche et à des publications.2. • Promouvoir la recherche fondamentale et appliquée . 2.

Figure 1 : Organigramme de l’Université de Ouagadougou. il faut ajouter aujourd’hui deux autres instituts : l’Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) et l’Institut Panafricain d’Etude et de Recherche sur les Médias.  L’UFR des Sciences Humaines (UFR/SH) . Entre temps. 2. Chaque UFR comprend des sections et des départements : [6]  L’UFR des Sciences Juridiques et Politiques (UFR/SJP) .2.4.  L’UFR des Sciences de la Vie et de la Terre (UFR/SVT) . Arts et Communication (UFR/LAC) .  L’UFR des Sciences de la Santé (UFR/SDS) .  L’UFR des Sciences Exactes et Appliquées (UFR/SEA) .  L’UFR des Sciences Economiques et de Gestion (UFR/SEG) . l’UO a abrité l’Institut des Sciences (IDS) crée en 2003 pour la promotion de la formation et de la recherche en sciences de l’éducation.  L’Institut Burkinabé des Arts et Métiers (IBAM).  L’UFR des Lettres. L’IDS a été détaché depuis 2007 pour être érigé également en EPSCT. l’Information et la Communication (IPERMIC) créé respectivement en 2005 et 2006. Filières Suite à sa refondation dans les années 1999-2000. L’an [Tapez un texte] 48 .  A ces UFR et instituts. l’UO était structurée en 7 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et 1 Institut.

le Centre de Recherche en Etudes Africaines.5. on note au sein de l’UFR/LAC : le Centre Burkinabè d’Etude Interculturelle (CBEIC) .  Enfin. des centres ou autres structures similaires de recherche ainsi qu’une cinquantaine de laboratoires.. le Centre de Recherche et d’Etudes Politiques et Juridiques (CREPJ) à l’UFR/SJP. était initialement dénommée Ecole Supérieure des Sciences de la Santé (ESSSA) avant de connaitre d’autres dénominations avec les différentes restructurations de l’UO. le Centre d’Etudes de Documentation et de Recherches Economiques et Sociales (CEDRES) à l’UFR/SEG et l’Institut de Génie de l’Environnement et du Développement Durable (IGEDD) à l’UFR/SEA. elle devint la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) et depuis la rentrée Universitaire 2000-2001. 2. le Centre d’Information d’Etude et de Recherche en Lettres (CIERL) et le Centre de Langue de l’Université de Ouagadougou (CLUO). des attendant que l’université Ouaga II dispose de son propre site. l’UFR/SDS qui comprenait uniquement la section médecine. Alimentaires et Nutritionnelles (CRSBAN) à l’UFR/SVT. En 1991. le Centre de Recherche en Sciences Biologiques. le Centre d’Etude pour la Promotion. Ces UFR de l’université Ouaga II avec le transfert fonctionnent toujours au sein de l’UO en théorique en son sein depuis la rentrée universitaire 2007-2008.2. L’UFR/SDS 2. elle est [Tapez un texte] 49 . Historique Créée par décret N° 80-104/PRES/ESSRS/SP/MF du 02 avril 1980 et ouverte avec l’année universitaire 1981-1982. Au titre des centres.1. l’Aménagement et la Protection de l’Environnement (CEPAPE).2007 voit surtout la création UFR/SEG et SJP. l’UO comprend au sein des UFR. le Centre d’Expertise et de Recherche Africaine sur les Médias et la Communication (CERAM).5.2. Anglophones et de la Diaspora (CREAD) .

devenue Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Santé (UFR/SDS). Professeur ILBOUDO Daniel (2000-2001) .2. Filières L’UFR/SDS comporte quatre sections : .2. Mission Elle est de former des médecins. . nigérienne. 50 .La section d'odontostomatologie ouverte au cours de l’année universitaire 2010-2011. béninoise.5.5. tchadienne. Ces différentes sections ont permis un brassage de plusieurs nationalités : ivoirienne. chirurgie générale. La spécialisation des médecins [Tapez un texte] en pédiatrie. congolaise. Professeur SAWADOGO Mamadou (2003-2009) . pharmaciens. camerounaise.La section de pharmacie ouverte au cours de l’année académique 19891990 .2. 2. togolaise. L’UFR/SDS a connu depuis sa création 6 doyens qui sont : Professeur OUIMINGA Moumouni (1981-1992) . 2. chirurgiens-dentistes et des techniciens qualifiés pour les hôpitaux et les cliniques. . Professeur OUEDRAOGO Arouna (2009 à nos jours). comorienne. gynécologie-obstétrique.La section de médecine ouverte au cours de l’année académique 19811982 . Professeur SANOU Amadou (2001-2003) . . Professeur SOUDRE Robert (19922000) .3.La section des techniciens supérieurs de la santé ouverte en 1999-2000 . malgache ainsi que de bien d’autres.

4. Les diplômes suivants sont préparés : le doctorat d'Etat en médecine. médecine interne est également disponible. 2. gastro-entérologie. ce qui facilite la tâche des étudiants. pédiatrie. Sa particularité est qu’elle avait en son sein des étudiants de 1ère année et de 7ème année qui avaient été rapatriés du Togo suite à une rixe entre étudiants burkinabé et togolais. les diplômes d'études spéciales en chirurgie générale. radiologie. 2ème cycle = 3ème . anatomie pathologique. le doctorat d'Etat en pharmacie. cardiologie. Au cours de cette année. anatomie pathologique. La 7ème année est entièrement consacrée aux stages hospitaliers. gynécologie-obstétrique.5. Le cursus universitaire en médecine dure 7 ans et cette section comporte 3 cycles : - 1er cycle = 1ère et 2ème année . anesthésie-réanimation et psychiatrie [7]. radiologie. des examens pratiques appelés cliniques (médecine. [Tapez un texte] 51 . 4ème . Une formation théorique et une formation pratique se font simultanément. Ces stages se déroulent au Centre Hospitalier Universitaire Yalgado OUÉDRAOGO (CHUYO) de Ouagadougou et au Centre Hospitalier Universitaire Souro SANOU (CHUSS) de Bobo-Dioulasso. 5ème et 6ème année .psychiatrie. anesthésie-réanimation. gastro-entérologie. Les stages hospitaliers débutent à partir de la 2ème année. Organisation des études L’UFR/SDS a débuté par la section médecine au cours de l’année académique 1981-1982 et comptait 62 étudiants. la licence professionnalisée en analyses biomédicales. L'UFR / SDS dispose de 11 laboratoires bien équipés.2. conférant à ces étudiants le nom de stagiaires internés. cardiologie. 3ème cycle = 7ème année.

Le cursus universitaire en odontostomatologie dure 5 ans et aboutit à la formation des chirurgiens dentistes [8].5. 03 maîtres de conférences agrégés et 03 maîtres assistants. 4ème et 5ème année 3ème cycle = 6ème année .  Le Diplôme d’Etudes Spéciales (DES) en gynécologie -obstétrique [Tapez un texte] 52 . Le cursus universitaire en pharmacie dure 6 ans et comprend 3 cycles : - 1er cycle = 1ère et 2ème année 2ème cycle = 3ème .chirurgie. La formation prend fin avec la soutenance d’une thèse de doctorat d’état en médecine présentée publiquement devant un jury agréé par l’UFR/SDS. 2.5. gynéco-obstétrique. Le Département de Gynécologie et d’Obstétrique (GO)  Les ressources humaines Le département de gynécologie et d’obstétrique était composé en 2010 de : 03 professeurs titulaires. pédiatrie) sont organisés. La formation prend fin avec la soutenance d’une thèse de doctorat d’état en pharmacie présentée publiquement devant un jury agréé par l’UFR/SDS. Le cursus universitaire des techniciens supérieurs de la santé dure 3 ans et aboutit à la formation des techniciens supérieurs en biologie.2.

Les appréciations des chefs de service où le candidat a travaillé depuis sa sortie ou du dernier stage effectué. c.Une copie légalisée de l’acte de naissance . Le paiement des frais d’inscription et des frais de laboratoire. les internes des hôpitaux étant dispensés de cet examen. La fourniture d’un dossier de candidature comportant les pièces suivantes : . - Un curriculum vitae avec photocopie légalisée de l’original du diplôme de doctorat en médecine et pour les étrangers de tout autre diplôme équivalent permettant d’exercer la médecine dans ce pays . b.• Création Le DES en GO a été créé le 1èr avril 2002 par arrêté du Ministre chargé de la fonction publique. • Caractéristiques générales de la formation [Tapez un texte] 53 . La réussite à un examen probatoire . • Modes et conditions d’accès L’inscription au DES en GO est soumise aux conditions suivantes : a. . . La mise en position de stage pour les candidat(e)s fonctionnaires de l’Etat Burkinabé.Une demande manuscrite adressée au Directeur de l’UFR/SDS . d.

Troisième année : [Tapez un texte] 54 . L’enseignement théorique permettra l’acquisition des connaissances (domaine du cognitif) . - Les enseignements pratiques et cliniques se répartissent en quatre (04) mois de stage et de garde en chirurgie générale . Deuxième année : . l’embryologie.L’enseignement théorique portera sur la pathologie gynécologique et obstétricale. . la méthodologie de la recherche. - Les enseignements pratiques et cliniques auront lieu dans le service de GO. La formation dure quatre (04) années qui se répartissent comme suit : Première année : - L’enseignement théorique porte sur l’anatomie.L’utilisation des aides audio-visuelles et l’apprentissage de l’anglais. les enseignements pratiques et cliniques développeront les aptitudes en rapport avec les objectifs de formation contenus dans le carnet de stage. quatre (04) mois de stage et de garde en pédiatrie et quatre (04) mois de stage en GO. la physiologie et les mécanismes de l’accouchement dans les différentes présentations foetales.L’enseignement est théorique. pratique et clinique.

l’exposé sera fait soi en français soit en anglais. sur les techniques opératoires.Les stages pratiques se dérouleront dans le service de GO. Quatrième année : - L’enseignement théorique portera sur la pathologie gynécologique et obstétricale. sur la révision des connaissances acquises les années antérieures. en Europe ou en Amérique mais non obligatoire. - Un stage pratique de 3 à 9 mois est recommandé dans un pays dit de haute technologie : en Afrique. lors de l’examen final du DES devant un jury.L’enseignement théorique portera sur la pathologie gynécologique et obstétricale. . - Un sujet de mémoire sera initié au cours de cette année. Le mémoire sera présenté à la fin de la quatrième année. • Mode d’évaluation des connaissances et des compétences Première année : [Tapez un texte] 55 ..

l’embryologie.Les études de première année sont sanctionnées par : - Une épreuve écrite portant sur l’anatomie.Une évaluation du stage : pour être admis à poursuivre leurs études les candidats doivent obtenir une note de stage au moins égale à 10 / 20. . Deuxième année : L’examen sanctionnant la 2ème année porte sur : . Troisième année : [Tapez un texte] 56 . les candidats doivent avoir obtenu un nombre de point égal au moins à 20/40 à l’examen de fin de 2ème année. Pour être admis à s’inscrire en 3ème année d’études. Les internes des hôpitaux des CHU ayant effectué dix huit (18) mois de stage en GO sont dispensés de l’examen de fin d’année. L’examen de fin d’année comporte une seule session d’une durée de trois heures. Chaque épreuve est notée sur 20.L’évaluation du stage. .Deux épreuves écrites anonymes d’une durée de trois (3) heures chacune portant sur la gynécologie et l’obstétrique. la physiologie et les techniques obstétricales.

. Les candidats doivent obtenir un nombre de points au moins égal à 30 aux trois(3) épreuves écrites. d’une parturiente ou d’une accouchée.Deux (2) épreuves portant sur des matières du programme : gynécologie : 3 heures et obstétrique : 3 heures. Quatrième année : A l’issue de la 4ème année. les candidats subissent un examen final portant sur les épreuves suivantes :  Trois (03) épreuves écrites d’une durée de trois heures chacune : - Une épreuve écrite portant sur l’anatomie. [Tapez un texte] 57 .Une épreuve de présentation de mémoire notée sur 20. suivi après de 15 minutes de réflexion. Toute note inférieure à 07 sur 20 aux épreuves écrites est éliminatoire. d’un exposé de 15 minutes. . d’une patiente présentant une affection gynécologique ou d’une femme enceinte. Les épreuves sont notées sur 20.Une épreuve écrite portant sur l’obstétrique notée sur 20 .Une épreuve portant sur la gynécologie notée sur 20 . l’embryologie et la physiologie de l’appareil génital ou sur la physiologie gravidique notée sur 20 . La note de 5/20 est éliminatoire pour toutes les épreuves.Une épreuve clinique comportant l’examen en 15 minutes en présence des membres du jury. .  Deux (02) épreuves orales : .La 3ème année d’études est sanctionnée par : .

• Objectifs pratiques du stage Première année :  En gynécologie et obstétrique : . . Un candidat ne peut se présenter à l’examen de fin d’année que s’il est reçu aux stages. Les candidats qui n’ont pas été admis dans l’année d’études supérieures ou qui n’ont pas satisfait à l’examen de fin d’études doivent honorer à nouveau la totalité de la scolarité et accomplir des stages correspondant à l’année concernée. . notamment le cardiotocographe.Utiliser les moyens para cliniques de surveillance de la grossesse et du travail. Les épreuves de l’examen de passage d’une année à l’autre ainsi que l’année de fin d’études sont jugés par un jury d’au moins trois(3) membres présidé par un professeur de rang magistral de l’UFR/SDS agrégé de GO. les candidats doivent obtenir un nombre de points au moins égal à 20.Connaitre les principes de préventions.Rédiger une observation médicale en gynécologie-obstétrique.Suturer une épisiotomie.Surveiller quotidiennement les hospitalisées.Examiner une patiente. . . .Pour être admis à ces deux épreuves orales. . .Accueillir une patiente. [Tapez un texte] 58 .Savoir utiliser les aides audio-visuelles.

inciser les différents plans de tissu.Savoir suturer une plaie / une incision. .Savoir suturer un pansement de plaie opératoire.Savoir alimenter (au sein et artificiellement) un nouveau-né. .Connaitre le matériel et les fils chirurgicaux. .Réanimer efficacement un nouveau-né en souffrance.Accueillir un(e) patient(e) .Examiner un(e) patient(e).Rédiger l’observation médicale en chirurgie. . explorer la cavité abdominale et les différents viscères. .Savoir porter des gants chirurgicaux. ciseaux. Deuxième année : [Tapez un texte] 59 . . écarteurs.Connaitre les principes généraux en chirurgie générale. . .Prendre en charge l’infection néo-natale.Examiner correctement un nouveau-né. . En chirurgie générale : . . aider à opérer en chirurgie générale).Savoir habiller un opérateur. .Savoir faire les différents types de nœuds. .Faire correctement les gestes élémentaires en chirurgie (tenir les pinces.  En pédiatrie : .

une torsion d’annexe. Surveiller quotidiennement les patientes hospitalisées.Préparer la visite générale. .Opérer correctement une GEU. Troisième année : - Effectuer correctement une césarienne. .Assurer correctement les permanences et gardes en GO. . . Effectuer un accouchement dystocique (siège+++).Utiliser une ventouse. .Diagnostiquer les urgences gynécologiques et obstétricales. [Tapez un texte] 60 . .- Effectuer un accouchement eutocique. - Effectuer une délivrance artificielle.Présenter le rapport de garde / permanence.Utiliser adéquatement les méthodes d’exploration fonctionnelle en gynécologie et obstétrique.Assister aux consultations externes. . .Participer à la recherche dans le service. . .Gérer une unité de soins en GO. une révision utérine. . . notamment assurer les urgences.Aider à opérer en gynécologie et obstétrique.Présenter les malades à la visite générale. - Pratiquer une AMIU ou un curetage.

- Mener la recherche (mémoire de fin d’études).Réparer une rupture utérine.Assurer les consultations externes.Présenter les malades à la visite générale. kystectomie.Participer à la recherche dans le service. [Tapez un texte] 61 . . Quatrième année : .1. OBJECTIF GENERAL Etablir le bilan analytique des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS de 2002 à 2011.Conduire un traitement anticancéreux en gynécologie-obstétrique. . - Effectuer une hystérectomie. périnéorraphie…). III- OBJECTIFS 3.Assurer les urgences en gynécologie-obstétrique. .. salpingoplastie. . Effectuer des interventions gynécologiques spécifiques (myomectomie.Présenter le rapport de garde / permanence. .Gérer les unités de soins dans le service. - Effectuer la chirurgie mammaire non compliquée. .

1. Analyser les mémoires réalisés dans le département de gynécologieobstétrique selon l’année de soutenance.2. Etablir la synthèse des principales recommandations issues des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de 2002 à 2011 afin d’élaborer un plaidoyer pour leur mise en œuvre. METHODOLOGIE 4.1. le type d’étude. [Tapez un texte] 62 . Décrire les axes de recherche explorés par les mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de 2002 à 2011. l’âge. Dresser la liste des directeurs de mémoires dans le département de gynécologie-obstétrique de 2002 à 2011.3. 3. 2. Dresser la liste des co-directeurs de mémoires dans le département de gynécologie-obstétrique de 2002 à 2011. et le sexe des auteurs. OBJECTIFS SPECIFIQUES 1. Bibliothèque de l’UFR/SDS Elle est située dans l’enceinte de l’UFR/SDS. 4. IV. 4. Répertorier tous les mémoires réalisés dans le département de gynécologieobstétrique de 2002 à 2011. la nationalité. le thème.1. CADRE D’ETUDE L’étude s’est déroulée dans les bibliothèques de l’UFR/SDS à l’UO et de la Cellule de Recherche en Santé de la Reproduction du Burkina Faso. 6. 5.

Ces livres sont classés par discipline dans des étagères.Une salle où sont consignées les thèses et mémoires réalisés à l’UFR/SDS depuis la création en 1981. Bibliothèque de la CRESAR La bibliothèque est située au sud de la maternité du CHUYO.Un bureau pour le responsable de la bibliothèque 4. . climatisée et ventilée où sont disposées des tables et des chaises pour diverses activités (le staff. Elle comporte également : [Tapez un texte] 63 . .C’est un local comportant six (06) pièces se répartissant comme suit : . les formations diverses). Elle se trouve dans le même bâtiment abritant l’unité de planification familiale. les enseignements postuniversitaires. les travaux pratiques.1.Un magasin . ainsi que dans d’autres facultés étrangères et des périodiques.2. les cours théoriques.Deux(02) salles de lecture dont une comporte des ouvrages de différentes disciplines médicales. par conséquent n’ont pas obtenu de numéro. C’est un local comportant deux pièces réparties comme suite :  Une grande salle bien éclairée. les travaux dirigés. La numérotation des mémoires s’inscrit dans le cadre de la numérotation des thèses et mémoires (quelque soient leurs origines) selon leur ordre de réception.Une salle servant de réserve . Certains mémoires n’ont jamais été déposés à la bibliothèque de l’UFR/SDS.

les recommandations. le thème du mémoire.3. la cote du livre.Des armoires où sont disposés des ouvrages de santé de la reproduction . Critères d’inclusion Ont été inclus dans cette étude. le type d’étude et de recherche.2. nationalité et adresses). âge. . MATERIEL 4. le nom du directeur de mémoire et éventuellement du co-directeur [Tapez un texte] 64 . la catégorie d’étude.4.  Des toilettes.Du matériel audiovisuel . le mode de collecte.. une fiche de collecte de données à a été élaborée. sexe. . des documents RPMM . La bibliothèque est tenue par la secrétaire. COLLECTE DES DONNEES Pour cette étude. Critères de non inclusion Ont été exclus de l’étude. Elle comportait: l’identité de l’étudiant (nom. TYPE ET PERIODE D’ETUDE Il s’est agit d’une étude rétrospective à visée descriptive et analytique sur une période de 10 ans portant sur l’ensemble des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS de 2002 à 2011.1.3. prénoms.2.3. 4. quelques thèses et mémoires des étudiants qui ont soutenu dans le département de GO et des médecins spécialistes formés en gynécologie obstétrique . 4. les mémoires des attachés de santé en chirurgie formés à l’ENSP.Un ordinateur bureautique pour la secrétaire. 4. l’année de soutenance. 4. tous les mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS de 2002 à 2011.

quatre vingt trois (83) mémoires sur un total de deux cent trente trois (233) mémoires enregistrés par l’UFR/SDS soit un taux de 35.de mémoire.62%.1. Du 1er Janvier 2002 au 31 Décembre 2011 Le département de gynécologie-obstétrique a réalisé du 1er Janvier 2002 au 31 Décembre 2011.1. Tableau I: Récapitulatif des mémoires réalisés de 2002 à 2011.1. La cote du livre est le numéro de série donné par la bibliothèque de l’UFR/SDS et qui permet de retrouver tous mémoires et thèses dont elle dispose.1.5. [Tapez un texte] 65 . V. RESULTATS 5. 4. ANALYSE DES DONNEES Toutes ces données ont été saisies et analysées sur micro-ordinateur à l’aide du logiciel EPI-INFO version3. Nous n’avons retrouvé qu’un seul mémoire effectué en Technologie Biomédicale au cours de notre période d’étude. NOMBRE DE MEMOIRES REALISES 5.5.

jean) LANKOANDE Jean (THIEBA Evaluation des soins après avortement au BF.Véronique ép ADJAMI OUATTARA Souleymane FOFANA Mohamed KABORE K. Blandine) LANKOANDE Le Chorioangiome placentaire: à propos de 2 Jean cas au CHU Brugmann (Bruxelles-Belgique). DAO Blami AKOTIONGA Les Hystérectomies dans le service de Michel gynécologie-obstétrique du CHUYO de (THIEBA Ouagadougou (BF) : indications et pronostic. Blandine) Dépistage précoce des lésions précancéreuses du col utérin au BF. Blandine) Prise en charge des avortements à risques: AKOTIONGA qu’en est-il 5 ans après introduction des SAA Michel (Soins Après Avortement) dans le service de (THIEBA gynécologie-obstétrique du CHUYO. Etude comparative de l'inspection visuelle après application d'acide acétique (IVA) et de soluté de lugol (IVL). PERROTIN Franck 11 12 1064 1176 2006 2006 [Tapez un texte] 66 . (TECCO Laura) AKOTIONGA La procidence du cordon au CHUYO de Michel Ouagadougou(BF): aspects épidémiologiques. Blandine) Audit des droits des parturientes dans les DAO Blami maternités de la ville de Bobo Dioulasso. AKOTIONGA Analyse situationnelle du système de référence Michel au service de gynécologie-obstétrique du (THIEBA CHUYO (BF).N° D’ORDRE 1 ANNÉE DE SOUTECO TE NANCE ND 2002 NOM ET PRENOMS BARRY R. Boubacar) Les hémorragies graves de la délivrance par LANSAC atonie utérine au CHRU de Tours: facteurs de Jacques risque et prise en charge: étude cas/témoin sur (LANKOANDE 222 dossiers.E. DAO Blami Etude de la morbidité materno-fœtale et néonatale précoce au delà de 2 heures de dilatation complète. Raphaël OUATTARA Hermann Habib OUEDRAOGO Boukary OUATTARA Yacouba BAMBARA Victorine OUEDRAOGO Léopold 2 864 2003 3 912 2004 4 5 1014 1430 2005 2005 6 7 1015 ND 2005 2005 8 ND 2005 9 ND 2005 10 ND 2005 GHILAT Nadine RURANGWA Aimé SIGUE Daouda DIRECTEURS (CO-DIREC TITRES TEURS) KONE Bibiane Planification Familiale au CHNYO: suivi de la (THIEBA contraception chez les clientes de l'unité de PF. (TOURE cliniques et pronostic materno-fœtal. Blandine) La prise en charge chirurgicale des prolapsus génitaux au CHUSS de Bobo Dioulasso (2006).

B Priuli Florent) THIEBA Blandine (CISSE 67 [Tapez un texte] . (OUATTARA AMADOU Analyse situationnelle de la réanimation Tiémoko) Aïssata Issa néonatale à la maternité du CHUYO. Andréas D) Les anomalies de la clarté nucale. (CISSE Rabiou) Violences sexuelles faites aux enfants de la rue LANKOANDE SAWADOGO et filles clandestines dans la ville de Jean Alexis Yobi Ouagadougou: état des lieux. Blandine) Apport de l'échographie Doppler dans la surveillance des grossesses pathologiques : à LANKOANDE ZAMANE propos de 50 cas à la maternité du CHUYO de Jean Hyacinthe Ouagadougou (BF). 20 21 ND 1120 2006 2006 IDO Adèle SISSOKO Sara Evaluation de l'utilisation du partogramme dans les maternités de la ville de Ouagadougou. Une étude prospective de 154 cas à la clinique de gynécologie-obstétrique de l'Hôpital DAO Blami Universitaire Vivantes Humboldt Klinikum à (EBERT DAO Yissou Berlin (Allemagne). chez la femme excisée. Technique de transfusion autologue préopératoire par récupération des pertes hémorragiques récentes intra cavitaires au cours des GEU rompues. Pronostic materno-fœtal des grossesses gémellaires à la clinique de gynécologieobstétrique du CHU Aristide le DANTEC de 22 23 1171 1167 2007 2007 NJAMBU Enga Richard YATERA Sédouma AKOTIONGA Michel (THIEBA Blandine) DAO Blami (TRAORE Mamadou) AKOTIONGA Michel (OUEDRAOGO Ali) (G. Coeliochirurgie gynécologique au Centre Hospitalier Universitaire du Point G (Mali). U Maurice) L'intérêt de l'hystéroscopie dans le diagnostic des pathologies endo-utérines. AKOTIONGA Michel MAIGA ép. prospective dans le service de Francine gynécologie-obstétrique du Centre Hospitalier (DOLO DOLO Tidiani de Meaux (France) Amadou) AKOTIONGA Pronostic maternel et fœtal de l'accouchement Michel KABA S. Etude comparative à la (THIEBA Thierry Anicet maternité du CHUYO de Ouagadougou (BF).13 1256 2006 14 1257 2006 15 1168 2006 16 1065 2006 17 18 1062 1063 2006 2006 19 1061 2006 PERROTIN Prise en charge des hémorragies de la Franck OUEDRAOGO délivrance au Centre Hospitalier de Blois: une (CHANTEREA Issa étude rétrospective à propos de 114 cas. Etude MICHEL transversale.

Souleymane) Etude comparative de l'utilisation de Sulfate de AKOTIONGA Magnésium et du Diazépam dans la prise en Michel DICKO charge de la prééclampsie sévère et des crises (OUEDRAOGO Abdourhamane d'éclampsie à la maternité du CHUYO. DAO Blami Fibromes utérins: aspects épidémiologique. Mamadou) Cancers invasifs du sein dépistés lors de la première campagne en Indre et Loire (France): BODY caractéristiques clinique. DAO Blami clinique et thérapeutique au centre de (TRAORE référence Commune VI de Bamako (Mali).Dakar (Sénégal). Gilles KIEMTORE histologique et thérapeutique . YAMEOGO Claude Linda Mamadou) (GUEYE Alioune) AKOTIONGA Michel (CISSE Mamadou) (DIALLO Djibril) 25 26 1165 1193 2007 2007 27 28 1181 1180 2007 2007 Corrélation écho clinique dans le dépistage des THIEBA pathologies mammaires chez la jeune fille en Blandine milieu scolaire à Ouagadougou (CISSE Rabiou) DAO Blami TRAORE Pronostic obstétrical et néonatal de la (CHELLI Souleymane macrosomie fœtale Dalenda) Apport de l'échographie du col utérin dans la prise en charge de la menace d'accouchement prématurée (MAP) : à propos de 79 cas au LANKOANDE AMOUSSOU K. Boubacar) Etude comparative entre Gestion Active de la Troisième Phase de l'Accouchement (GATPA) LANKOANDE et Délivrance Normale: à propos de 200 cas Jean GUISSOU colligés du service de gynécologie-obstétrique (ZAN Dongui du CHUYO. Amadou) Etude de deux techniques de césarienne: DAO Blami FOKO Pouanka césarienne classique et césarienne selon (TRAORE Justin MISGAV LADACH. Ali) Cœlioscopie diagnostique dans le bilan de l'infertilité dans le service de gynécologieDAO Blami TRAORE obstétrique du CHU Gabriel Touré de (DOLO Ingré Bakary Abou Bamako. radiologique. Retard de prise en charge des urgences obstétricales à la clinique de gynécologieobstétrique du CHU Aristide le DANTEC de Dakar. service de gynécologie-obstétrique du Jean Evado CHUYO. 24 1166 2007 BAMBA Moussa TRAORE ép. A propos de (THIEBA Sibraogo 267 patients. (CISSE Rabiou) Chirurgie des ruptures utérines: drainage ou KOUDIKA non drainage abdominal au CHUSS de Bobo Marie Hortense Dioulasso. Blandine) COULIBALY Pierre 29 1179 2007 30 1177 2007 31 1175 2007 32 33 1174 1173 2007 2007 34 ND 2007 [Tapez un texte] 68 .

Blandine LANKOANDE Césarienne itérative: indications et pronostic Jean TRAORE materno-fœtal à la maternité du centre de (TRAORE Ibrahima référence de la commune V de Bamako (Mali) Mamadou) Les prolapsus génitaux: le bilan de cinq années THIEBA de prise en charge dans le service de Blandine SYLLA gynécologie-obstétrique du CHUYO de 2003 à (ZAN Cheickna 2007. Souleymane) BADO Charles Santé reproductive féminine en milieu carcéral: le cas de la Maison d'Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO) THIEBA Blandine 42 1273 2008 43 44 1269 1359 2008 2008 45 1324 2008 46 1323 2008 [Tapez un texte] 69 . THIEBA Blandine 37 1275 2008 38 39 1270 1271 2008 2008 40 1272 2008 41 1274 2008 AKOTIONGA Pronostic des grossesses après cerclage dans le Michel ZALHA service de gynécologie-obstétrique du (THIEBA Assoumana CHUYO : à propos de 53 cas. Souleymane) Les mutilations génitales féminines: notre LANKOANDE expérience de la chirurgie réparatrice du Jean DIARRA clitoris chez la femme excisée : à propos de Nouhoun 106 cas observés à Ouagadougou (BF). clinique DAO Blami DIALLO et thérapeutique à l'hôpital régional de KAYES (DIALLO Abdoul Aziz (Mali). Pronostic maternel. Blandine) Apport du Doppler utérin maternel dans les LANKOANDE DEMBELE pathologies à haut risque vasculaire : à propos Jean Sitapha de 53 cas du CHUYO. fœtal et néonatal immédiat chez la femme enceinte drépanocytaire dans le DICKO Modibo service de gynécologie-obstétrique du THIEBA Gaoukoyé CHUYO. Djibril) LANKOANDE Jean MORTUE Kuaté Prévention de la transmission mère-enfant du (ZAN Florence Sylvie VIH: expérience du CHUYO à Ouagadougou.35 1172 2007 36 ND 2008 Ruptures utérines au CHU de Poitiers. MAGNIN Epidémiologie et qualité de la prise en charge : G à propos de 20 cas. Eclampsie: aspects épidémiologique. (DAO Blami) MBAIRASSEM Edouard Pronostic maternel et fœtal du placenta prævia à la maternité du CHUYO de Ouagadougou (BF). Quelles alternatives pour (LANKOANDE KABRE Djibril les pays en développement? Jean) Prévention de la transmission mère enfant du VIH dans le service de gynécologieDOLO Ingré BATIONO obstétrique du CHU Gabriel TOURE Amadou Honoré (Bamako-Mali) de 2002 à 2007.

47

1608

2008

KEITA Jean Baptiste Moctar

48

1554

2009

49

1435

2009

50

1436

2009

51

1434

2009

52

1433

2009

(CHELLI Dalenda) AKOTIONGA Michel FABRICE Pierre POURRA Etude des réflexes ostéo-tendineux chez les Olivier DA gestantes hospitalisées dans l'unité de (MILLOGO D Cyriac grossesses pathologiques du CHU de Poitier. Françoise) AKOTIONGA AVOHOU ép. Michel OUANDAOGO Evaluation du pronostic maternel et fœtal de la (MILLOGO Ruth L.C.G crise d'éclampsie à la maternité du CHUYO. Françoise) Fistules obstétricales: aspects LANKOANDE épidémiologique, clinique et thérapeutique : à Jean propos de 116 cas opérés de 2007 à 2008 à (ZANRE ZAONGO l'Hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguieta Yacouba) Dieudonné (Bénin). DAKOURE ép. OUEDRAOGO THIEBA Myriam M.K Pronostic de la grossesse et de l'accouchement Blandine Awa chez la femme de 40 ans et plus. Apport de l'hystérosonographie dans l'exploration des pathologies de la cavité HAIDARA utérine : à propos de 47 cas à la maternité du Mamadou CHUYO. Prééclampsie avant 34 SA au CHUSS de Bobo Dioulasso: prise en charge et pronostic KONE Konimba materno-fœtal. Détermination échographique du sexe fœtal au premier trimestre: faisabilité et fiabilité au service A du Centre de Maternité et de Néonatologie (CMNT) de Tunis. TINGUERI Honoré Référence/Evacuation obstétricale: pronostic maternel et fœtal au CHU Gabriel TOURE de Bamako au Mali. THIEBA Blandine (MILLOGO Françoise) DAO Blami

SAVADOGO Youssifou

Etude épidémio-clinique et thérapeutique de l'anémie sur grossesse au centre de référence de la commune VI du District de Bamako (Mali) : à propos de 120 cas. Dépistage du cancer du col de l'utérus au service <<A>> du Centre de Maternité et de Néonatologie de Tunis (CMNT): apport du frottis conventionnel et du test du Papilloma Virus Humain.

DAO Blami (TRAORE Boubacar) LANKOANDE Jean

53 54

1432 1381

2009 2009

55

1610

2010

56

1605

2010

SAMAKE Alou

DAO Blami (CHELLI Dalenda) AKOTIONGA Michel (DOLO Amadou Ingré)

[Tapez un texte]

70

57

1611

2010

SAYE Amaguiré DIALLO Seydou

58

1609

2010

59

1607

2010

DIAKITE Gaoussou

DAO Blami (COGAN Anne) LANKOANDE Jean (HOUZE DE L'AULNOIT Accouchement du siège: pourquoi des taux de Dénis) césarienne si différents? THIEBA Blandine (SAWADOGO Alexis Y) THIEBA Prise en charge des accouchements gémellaires Blandine dans le service de gynécologie-obstétrique du (DOLO CHU Gabriel TOURE de Bamako. Amadou Ingré) La Chirurgie du cancer du sein dans le service de gynécologie-obstétrique du CHUYO : à propos de 41 cas. LANKOANDE Jean (ZEGHAL Dorra ) (ZAOURI Faouzia) AKOTIONGA Michel (THIEBA Blandine) LANKOANDE Jean (TOURE Boubacar) THIEBA Blandine (YOUSSEF Atef) LANKOANDE Jean (PERRIN René) Xavier)

Association paludisme et grossesse à la maternité du CHU Gabriel TOURE de Bamako de janvier 2003 à juin 2009 : à propos de 938 cas. Intérêt de la mesure échographique du col de l’utérus dans la Menace d’Accouchement Prématuré: expérience Carcassonnaise (France).

LANKOANDE Jean (DOLO Amadou Ingré)

60

1606

2010

KAIN D. Paul COULIBALY Moussa

61

1612

2010

62

1676

2010

BATABABON Adjahourabou ZONGO Raissom W.Appollinaire GHERBI Mohammed

63

1643

2010

Le diagnostic anténatal des anomalies chromosomiques au centre de maternité et de néonatologie de Tunis, service << C >>. Les sténoses vulvaires après mutilations génitales féminines: épidémiologie et traitement chirurgical : à propos de 81 cas colligés à Ouagadougou. La pratique de la cœlioscopie gynécologique dans deux formations sanitaires de Ouagadougou. Etude à propos de 50 cas. Traitement médical de la grossesse extrautérine (GEU) par le Méthotréxate : à propos de 35 cas colligés entre janvier 2007 et juin 2009 au service << B >> du centre de maternité et néonatologie de Tunis. Apport de l'échographie endovaginale du col utérin dans la prise en charge de la MAP au CHU départemental de Parakou: à propos de 20 cas

64

1614

2010

65

1664

2010

COMPAORE Ousséni

66

1631

2010

N'DALA Bernard

[Tapez un texte]

71

67

1630

2010

MBOUNGOU Mouanda Aimé Richard SALOU ép. KAGONE Ida A.A

Pathologies génito-uro-proctologiques: à propos de 43 cas de prolapsus génitaux opérés dans deux hôpitaux publics du BF. Lésions précancéreuses du col utérin dans le service de gynécologie-obstétrique du CHUYO: traitement par la cryothérapie. Evaluation de la spoliation sanguine après Misoprostol versus AMIU dans le traitement des avortements incomplets : à propos d'un essai clinique randomisé en milieu urbain du BF. Audit de décès maternels et near miss à HOMEL (Hôpital de la mère et de l'enfant).

AKOTIONGA Michel (ZANRE Yacouba) LANKOANDE Jean

68

1628

2010

THIEBA Blandine MILLOGO Françoise (PERRIN René Xavier) THIEBA Blandine

69

1606

2010

OUATTARA Adama ELENGA Bernard

70

NED

2011

71

NED

2011

KANYALA Eliane Eya MARIKO Seydou

72

NED

2011

73

NED

2011

ALKOUMA N'DIAH YAMEOGO Aline Eugénie OUEDRAGO Annick Michelle

74

NED

2011

Puberté précoce chez une fillette de 3 ans. Etude d'un cas au CHUYO. Etude comparative entre Glibenglamide et Insuline dans le traitement du diabète LANKOANDE gestationnel au CHU de Brugmann Jean (Bruxelles). (BALEPA Lisa) Aspects épidémiologique, clinique et pronostique des LANKOANDE avortements à risque dans le service de Jean gynécologie-obstétrique du CHUYO : à (OUEDRAOGO propos de 111 cas colligés en 12 ans. Ali) Prise en charge obstétricale et pronostic néonatal précoce des anomalies positionnelles MILLOGO du cordon ombilical de découverte Françoise échographique au CHUYO : à propos de 72 (ZAMANE cas. Hyacinthe) Angiocarcinome mammaire: caractéristiques clinique, radiologique et anatomopathologique : à propos d'un cas. THIEBA Blandine (FARAGUET Cyrille) THIEBA Blandine (NOMBRE Seydou)
72

75

NED

2011

76

NED

2011

ATTIRON Josée

Coûts directs et indirects de la césarienne et de la laparotomie pour GEU au CHUYO.

[Tapez un texte]

thérapeutiques et (THIEBA Ousseyna pronostiques: à propos de 420 cas. HIEN Y Clotaire expérience du service A du CMNT(Tunis). (BAMBARA Moussa) AKOTIONGA Michel (YOUSSEF Atef) 82 NED 2011 83 NED 2011 Place de la cœlioscopie dans la prise en charge des urgences chirurgicales gynécologiques.1. AKOTIONGA Michel ASSEBOUYA Avortements médicamenteux: à propos de 30 (YOUSSEF Tibirou cas dans le service B du CMNT(Tunis). Année de soutenance La figure 1 montre la répartition par année des 83 mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique. LANKOANDE thérapeutique et pronostique. cliniques et Jean Louis étiologiques.77 NED 2011 78 NED 2011 79 NED 2011 80 NED 2011 81 NED 2011 Campagne de dépistage et de prise en charge THIEBA des lésions précancéreuses et cancéreuses du Blandine col utérin: Expérience du district sanitaire de (KIEMTORE Toma Sibraogo) Infertilité féminine à la maternité Issaka NAYAMA ABDOULAYE GAZOBI (Niamey/Niger) : aspects Mady Maiga épidémiologiques. [Tapez un texte] 73 . paraclinique.2. clinique. Jean A propos de 5 cas au Centre Hospitalier de (ROUSSEL NANEMA Fidel Blois (France) Etienne) Les écoulements vaginaux chez les femmes du BAMBARA groupe YERELON de Bobo Dioulasso. 5. Atef) PIERRE Fabrice TIENDREBEO GO R Rosine THIOMBIANO Oumarou Retard de croissance intra-utérin avant 32 SA: critères d'extraction. Blandine) Maladie de Paget du sein: aspects épidémiologique. Moussa OUEDRAOGO Aspects épidémiologiques. cliniques.

La moyenne annuelle des mémoires soutenus dans le département de gynécologie-obstétrique a été de 8.1.2. 5.Figure 1: Distribution des mémoires par année de 2002 à 2011. [Tapez un texte] 74 . Thèmes Le tableau II présente la répartition des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de 2002 à 2011 selon la spécialité embrassée par le thème. CONTENU DES MEMOIRES 5.3 avec des extremes de 1 et 15.2.

31 . 27 . 79 . 12 13 . 60 Gynécologie 19 23 63 . 68 . 37 . 69 . 38 . 78. 56 . 18 . 58 . 77 . 72 . 74 . 1 .7 45 . 66 . 26 . 42 . 5 . 80 . 64 . 21 . 7 . 10 . 41 . 83. 67 . 36 . 34 . 33 . 50 . 46 . 70 73 . 8 . 59 . 11 . 9 . 17 . Total 83 100 [Tapez un texte] 75 . Spécialité Effectif Fréquence relative (%) Numéro d’ordre 3 . 43 Santé Publique 23 27. 47 . 39 Obstétrique 41 49. 14 . 52 . 61 . 35 . 81 82. 6 . 51 . 48 .Tableau II : Répartition des mémoires selon la spécialité embrassée par le thème. 62 65 . 57 . 15 . 71 75 . 24 . 16 . 28 30 . 54 55 . 2 .3 40 . 23 . 76 . 44 . 53 . 4 . 20 22 . 19 25 . 29 32 . 49 .

2. 73. 13 . Axes de recherche Le tableau III illustre la répartition des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de 2002 à 2011 selon les axes de recherche explorés.05 9. 13 . 17 . 57 . 38 . 79. 30 35 . 49 . 23 . 54 . 77 .82. 5 . Axes de recherche Pathologies maternelles et Grossesse Explorations complémentaires Tumeurs gynécologiques Hémorragie du 3ème trimestre de la grossesse Hémorragies du 1er trimestre de la grossesse Pathologies fœtales Prolapsus génito-uroproctologiques Césarienne Mutilations génitales féminines Pathologie du cordon Audit Référence /Evacuation Interruption médicale de grossesse. Tableau III : Répartition des mémoires selon les axes de recherche. 52 .40 2. 28 . 56. 39 .Les thèmes ayant trait à l’obstétrique ont été les plus développés avec quarante et un (41) mémoires soit 49. 45 . 36 .40 1. 11 .20 . 63. 48 . 76 14 10 08 06 04 04 03 03 02 02 02 01 01 16. 74. 70 6 . 55 . 7 . 16 . 26 . 47 . 58 64 . 4 .80 3. 81. 3 .63 3. 5. 42 . 21 . 50 .63 2.80 4. 60 68 .3%. 65 . 59 . 66 . 9 . 25 27 . 31 . 67.40 2.24 4. 80. 83. 32 . 34 .48 Numéro d’ordre 12 . 37. 61 .87 12. 76. 72. 44 . 24 . 40 . 19 . 51 .20 1. 69 . 41 .70 7. 10 . 14 . 22 . 75 . 53 . 33 . 29 . 43 . 62.2. 8 . Infections génitales [Tapez un texte] Effectif 17 Fréquence relative (%) 20. 2 .

20 1. 1. 46.20 1.Infertilité Santé reproductive en milieu carcéral. 18. 12.20 1.3. MEéTHODOLOGIE UTILISEE 5. 5.20 100 78. Type de recherche La figure 2 montre la répartition des mémoires selon le type de recherche. [Tapez un texte] 77 . ainsi qu’aux explorations complémentaires. 71.3.20 1. Les axes de recherche les plus explorés ont été ceux relatifs aux pathologies maternelles associées à la grossesse .20 1. Puberté Planification familiale Violences sexuelles Partogramme Total 01 01 01 01 01 01 83 1.1.

5.Figure 2: Distribution des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique selon le type de recherche.3. Les recherches opérationnelles ont été les plus fréquentes (66%). [Tapez un texte] 78 .2. Catégorie Schéma d’étude La figure 3 montre la répartition des mémoires selon la catégorie d’étude.

Figure 3: Distribution des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique selon la catégorie d’étude. [Tapez un texte] 79 .3. Les études descriptives ont été les plus fréquentes (63%). Type d’étude La figure 4 montre la répartition des mémoires selon le type d’étude.3. 5.

4.Figure 4: Distribution des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique selon le type d’étude. Mode de collecte des données La figure 5 montre la répartition des mémoires selon le mode de collecte des données.04%). La majorité des mémoires ont été des études transversales (49 soit 59.3. [Tapez un texte] 80 . 5.

[Tapez un texte] 81 . IMPETRANTS 5.Figure 5: Distribution des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique selon le mode de collecte des données.4.4. 5. La collecte prospective a été le mode de collecte des données la plus utilisée par les impétrants soit 77%. Nationalité La figure 6 montre la répartition des mémoires selon la nationalité des auteurs.1.

68%. [Tapez un texte] 82 . Le sexe ratio étaie de 3. Age L’âge médian des auteurs était de 36 ans avec des extrêmes de 31 ans et 45 ans.4. Cinquante deux (52) étudiants étaient de nationalité burkinabé soit 62. 5.65% suivi des maliens dix huit(18) étudiants soit 21.4. 5.Figure 6: Distribution des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique selon la nationalité des auteurs.2. Sexe Le sexe masculin a été prédominant avec soixante quatre (64) étudiants soit 77.3.1% contre dix neuf (19) de sexe féminin soit 22.9%.37 en faveur des hommes.

84%. Les nationalités étrangères étaient constituées de français . de maliens et de nigériens. Le sexe ratio était de 3. .l’université de Bamako au Mali .85% pour les autres universités qui étaient : .5. .4.9%.l’université François Rabelais de Tours en France .l’université Abdou Moumouni de Niamey au Niger . 5.15% contre 10.1.36 en faveur des hommes. Sexe Le sexe masculin a été prédominant avec soixante quatre (64) directeurs de mémoires soit 77.1% contre dix neuf (19) de sexe féminin soit 22.2. Nationalité Soixante quatorze (74) directeurs de mémoires étaient de nationalité burkinabé soit 89.16% contre neuf (09) de nationalité étrangère soit 10.5. Université d’origine La majorité des directeurs de mémoires relevaient de l’université de Ouagadougou soit 89. . 5.3. DIRECTEURS DE MEMOIRE 5.5.5.5.5. 5. [Tapez un texte] 83 . Grade dans l’enseignement Les mémoires ont été dirigés par des professeurs titulaires dans 54% des cas et des maitres de conférences agrégés dans 46% des cas.et l’université de Poitiers en France.

5%) ont été codirigés dont 54.28% et 17 mémoires n’ont pas été codirigés soit 20. Belges : 3% .1. 5.6%) .22% contre seize (16) non universitaires soit 19. Grade dans l’enseignement La figure 8 illustre la répartition des codirecteurs de mémoires selon leur grade dans l’enseignement.7% contre vingt deux (22) codirectrices de sexe féminin soit 33 . [Tapez un texte] 84 . Les 17 autres mémoires (soit 20. Béninois : 3% . 5. Allemands : 1.3%.5%.6.5%) n’ont pas été codirigés. Sexe Le sexe masculin a été prédominant avec quarante quatre (44) codirecteurs soit 66. Français : 7. Le sexe ratio était de 2 en faveur des hommes.5% .6.2% .4.5.).3.6%. Tunisiens : 10. Statut d’enseignant Cinquante (50) codirecteurs étaient des universitaires soit 60.2.6. Nationalité Soixante six (66) mémoires (soit 79.6. CO-DIRECTEURS DE MEMOIRE 5. Sénégalais : 4. 5.6.5% par des Burkinabé et 45.5%. 4% par des étrangers (Maliens : 15.

. Université d’origine La majorité des codirecteurs de mémoires relevait de l’université de Ouagadougou soit 54.6.Figure 7: répartition des codirecteurs de mémoires selon leur grade dans l’enseignement.5% d’autres universités qui étaient : . des non universitaires (25%) et des maitres de conférences agrégés (24%). . La majorité des mémoires a été codirigée par des maîtres-assistants (25%).5. 5.l’université Libre de Bruxelles en Belgique .l’université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal .5% contre 45.l’université de Bamako au Mali . [Tapez un texte] 85 .

 Elaborer un programme national de dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col utérin basé sur la technique de l’IVA-IVL.. SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS • Recommandations au gouvernement  Elaborer un protocole national de prise en charge des violences sexuelles.l’université de Poitiers en France . et l’université El Manar de Tunis en Tunisie.7. . 5. • Recommandations aux autorités sanitaires a. . Aider à la mise en place d’un centre d’assistance médicale à la Créer des laboratoires de travaux pratiques et de travaux dirigés SMI en particulier).  Mener la réflexion sur la légalisation éventuelle des avortements.   gynécologie-obstétrique du CHUYO   procréation au sein des CHU  au sein des CHU. [Tapez un texte] 86 .l’université Humboldt de Berlin en Allemagne . Infrastructures de santé.  Appliquer avec rigueur les lois relatives à la répression des agressions sexuelles.l’université de Parakou au Bénin .  Augmenter le nombre de structures de santé (Maternité et Créer une unité de néonatologie à la maternité du CHUYO Créer une unité de banque de sang au sein du service de Créer une unité d’oncologie au sein des CHU.

Améliorer le design des salles d’accouchement pour préserver l’intimité des clientes.b. . .du matériel de réanimation néonatale . .des échographes munis de Doppler pour les centres de santé assurant la surveillance des grossesses pathologiques . Equipement des structures de soins  Equiper les services hospitaliers en matériels de qualité et en quantité suffisante à savoir : .un cardiotocographe pour les salles d’accouchement des CHU . . .des réactifs pour le dosage de la fraction ßHCG .     Redynamiser les CSPS. [Tapez un texte] 87 . . . Créer un support informatique pour les archives.une colonne de cœlioscopie pour les CHR .des médicaments essentiels génériques pour le dépôt de l’unité de soins pénitentiaires à l’image des structures de santé publique . Rendre très opérationnels les laboratoires.du sulfate de magnésium .des ambulances et du carburant pour faciliter les évacuations sanitaires au niveau des districts . Organisation et fonctionnement des services de santé  Assurer la maintenance préventive et curative des appareils médicotechniques. . - et des analgésiques au sein de la maternité du CHUYO c.du matériel d’autotransfusion pour la maternité du CHUYO .

gestion et recyclage du personnel de santé Equipes de garde de la salle d’accouchement. Vulgariser la césarienne selon la technique de MISGAV LADACH. d. Rendre fonctionnels les CMA et CHR afin de réduire les évacuations sanitaires. Règlementer la profession de délégué médical. Intégrer la contre référence dans les rapports de TLHO.  Renforcer le processus d’audit des décès maternels au sein du service de gynécologie et d’obstétrique du CHUYO Etablir un protocole codifié de prise en charge de l’éclampsie dans le Service de gynécologie et d’obstétrique du CHUYO Entretenir une bonne collaboration inter.  de palier à l’indigence de nos populations. Vulgariser la technique d’autotransfusion dans tous les hôpitaux et CMA du BF. counseling et référence. Respecter le système de référence et de conte-référence.   Former des médecins spécialistes et des infirmiers spécialisés en gynécoobstétrique    Gérer de manière plus efficiente le personnel de santé.  Assurer une dotation et un renouvellement rapide des Renforcer le système de kits opératoires sans prépaiement afin Intensifier l’assainissement des formations sanitaires. Assurer une bonne communication interpersonnelle dans les services de [Tapez un texte] 88          . Formation. Motiver les prestataires de soins de santé. Former des archivistes.disciplinaire. Assurer la formation de tous les prestataires de soins en : accueil.

santé. Institutionnaliser les staffs de service dans les CHU Organiser des missions de prise en charge thérapeutique des prolapsus génitaux par les chirurgiens gynécologues en milieu rural. Affecter un pédiatre en salle de naissance. Rationaliser l’usage des antibiotiques en suivant les règles de l’antibiothérapie.  Vulgariser l’utilisation de la GATPA dans toutes les structures Mettre en œuvre le programme national de dépistage des de la santé où se pratique l’accouchement.  l’IVA -IVL.  Instituer la surveillance des femmes en travail à l’aide du Intégrer la prise en charge des séquelles génitales de l’excision partogramme.  dans les curricula de formation des médecins en spécialisation de gynécologie-obstétrique.  Contribuer à l’établissement de protocoles standardisés sur la conduite à tenir devant les pathologies suivantes associées à la grossesse: anémie paludisme, HTA, MAP, menace d’avortement.

lésions précancéreuses et cancéreuses du col utérin basé sur la technique de

Elaborer des algorithmes décisionnels de prise en charge de pathologies(Eclampsie ; HRP ; RU ; GEU) dans les services Promouvoir la prescription des médicaments essentiels et

certaines

hospitaliers.  génériques.  typhoïde.
[Tapez un texte] 89

Assurer la vaccination du personnel de santé contre la

Initier un Diplôme Inter Universitaire en échographie incluant Prévoir annuellement un EPU sur la méthodologie de la Intégrer la formation en échographie dans le cursus pour

l’hystérosonographie.  recherche.  l’obtention du Diplôme d’Etudes Spéciales en gynécologie-obstétrique.  Introduire dans la formation de base des prestataires (faculté de médecine, école de sage femmes et maïeuticiens) le droit des clientes et les relations patiente-personnel soignant. Contrôler régulièrement les médicaments essentiels génériques. Organiser la prise en charge des patientes par une équipe pluridisciplinaire (pédiatre-obstétricien-réanimateur) dans les centres hospitaliers de niveau national et/ou universitaire. e. Accessibilité des services de santé  Mettre à la disposition des populations des médicaments accessible financièrement et géographiquement. Assurer la prise en charge gratuite des malades indigents.  Réduire le coût de la colposcopie et du traitement des lésions Rendre disponible l’accouchement sans douleur au CHU-YO. Améliorer la couverture vaccinale des nouveau-nés et des Promouvoir l’allaitement maternel. Promouvoir la réparation des fistules par la subvention des précancéreuses et cancéreuses du col utérin au sein du CHU-YO. 

nourrissons par les vaccins du PEV.  

frais couvrant la prise en charge globale des porteuses de fistule.

[Tapez un texte]

90

Mener une politique permettant d’élargir l’accès des

populations aux antirétroviraux et aux antibiotiques utilisés dans la prévention et le traitement des infections opportunistes.    Subventionner le coût des évacuations sanitaires. Subventionner les produits anticancéreux. Réduire le coût de l’examen échographique.

[Tapez un texte]

91

 les stigmatiser.  médicaments.   sensibilisation à travers les médias. Sensibiliser la population sur la dangerosité des substances du marché Sensibiliser la population sur les bienfaits de la planification familiale.  Inciter davantage les citoyens à solliciter les conseils génétiques et S’organiser en mutuelles de santé pour faire face aux besoins en Informer le grand public sur les réalités et les besoins de la transfusion Sensibiliser la population sur l’importance de l’examen des seins dans le Assurer la sensibilisation de la population pour une meilleure l’examen prénuptial pour prévenir les malformations congénitales. Education.  dépistage du cancer du sein. [Tapez un texte] 92 .    illicite. Initier en collaboration avec des spécialistes.  sanguine. des émissions de Accepter et encourager les personnes atteintes de VIH/SIDA et éviter de Sensibiliser la population sur les effets néfastes de certains soins Renforcer les activités d’assainissement par la construction des latrines.  traditionnels aux nouveau-nés. Assurer une maternité sans risque avec l’implication effective des consultent assez tôt dans les formations sanitaires.  fréquentation des services de santé. Sensibiliser la population sur les facteurs de risque de la pré éclampsie.f. information et sensibilisation des populations  Eduquer les populations afin qu’elles abandonnent l’automédication et Cesser la pratique des mutilations génitales féminines (MGF).   populations bénéficiaires.

les complications obstétricales des MGF . la fertilité ultérieure des femmes opérées pour GEU . les facteurs étiologiques de la GEU dans notre contexte . Recruter des encadreurs(Assistants). les contraceptifs ayant très peu d’effet secondaires .  Appliquer les mesures de prévention de l’infection. savoir garder son calme devant toutes les situations et avoir plus d’humanisme. Gestion du personnel de recherche Améliorer la collaboration entre chercheurs. Recommandations aux personnels      Intégrer l’éducation des clientes et des familles dans nos soins. les tumeurs du sein et porter les résultats à la connaissance de la population.  Prêter attention aux patientes. • les paramètres anthropométriques du nouveau-né sur le territoire national .des médicaments antipaludiques et un vaccin efficaces contre le paludisme . la ménopause au plan national . le bilan préopératoire devant une urgence obstétricale . [Tapez un texte] 93 . Initier des supports de sensibilisation qui mettent en exergue les • Recommandations aux institutions de recherche complications obstétricales des MGF. Appuyer logistiquement et financièrement les chercheurs. Equipement des locaux  Equiper les bibliothèques de santé de la reproduction. Les différents axes à explorer Orienter les recherches sur : .

 Référer en début de grossesse les gestantes présentant un rétrécissement vulvaire pour une prise en charge avant terme.  Mettre sous contraception efficace les patientes césarisées pour une durée d’au moins deux ans.  Enseigner aux patientes l’autopalpation des seins.  Améliorer la qualité du suivi obstétrical.  Noter toutes les données de base sur les carnets de santé des patientes. Rédiger la contre référence. [Tapez un texte] 94 .  Développer des stratégies avancées visant à prévenir la survenue de fistules obstétricales.  Soutenir et encourager la fréquentation des formations sanitaires.  Abandonner les expressions abdominales.  Appliquer le protocole de sulfate de magnésium dans le service tel que recommandé par l’OMS.  Remplir avec rigueur les fiches de référence. • Recommandations aux patientes ou clientes et à la population  Etre clémentes envers les prestataires et éviter de les charger d’emblée.  Effectuer correctement le dépistage anténatal de la macrosomie fœtale.  Bien poser les indications des césariennes.  Utiliser systématiquement la GATPA pour toutes les femmes pendant l’accouchement.  Renforcer les comités de gestion.  Pratiquer la technique de l’autotransfusion.  Référer les pathologies à risque potentiel dans les services spécialisés.  Référer systématiquement tous les cas de grossesses multiples dans les structures de référence.  Pratiquer le counseling systématique lors des soins après avortement.

 Abandonner la pratique de l’excision.  Adhérer au dépistage systématique du cancer du col utérus.  Changer de mentalité.  Interdire l’accès des mineurs aux hôtels et chambres de passe.  Amener les femmes enceintes à faire suivre leurs grossesses.  Signaler les cas suspectés d’abus sexuels aux autorités locales.  Accoucher dans un centre de santé.  Comprendre que l’infertilité est un problème de couple et que sa prise en charge nécessite l’adhésion des deux partenaires.  Encourager la fréquentation des formations sanitaires par les femmes souffrant de séquelles d’excision.  S’impliquer davantage dans la lutte contre la pratique des mutilations génitales féminines.  Encourager et soutenir l’effort entrepris par le gouvernement dans la lutte contre la mortalité maternelle. Pratiquer l’autopalpation mammaire à la fin de chaque menstrues.  Abolir les pratiques rétrogrades.  Observer une meilleure fréquentation des services de santé. [Tapez un texte] 95 .  Participer aux dons de sang.

COMMENTAIRES ET DISCUSSION [Tapez un texte] 96 .

1. Ce taux élevé de mémoires soutenus dans ce département (Il réalise à lui seul. un mémoire sur trois) témoigne de l’intérêt que portent les médecins généralistes pour le Diplôme d’Etudes Spéciales en gynécologie-obstétrique. COMMENTAIRES ET DISCUSSION D’abord un petit paragraphe résumant les principaux résultats de cette étude 6.3 mémoires réalisés par an avec des extrêmes de 1 et 15. Les mémoires soutenus avant cette date [Tapez un texte] 97 . Il s’explique également par la renommée de ce diplôme et le dynamisme des acteurs du département de gynécologie et d’obstétrique de l’UFR/SDS. dont quatre vingt trois (83) mémoires dans le département de gynécologie-obstétrique soit un taux de 35 . NOMBRE DE MEMOIRES REALISES L’UFR/SDS a enregistré de 2002 à 2011. De 2002 à 2004. Durant notre période d’ étude. dus au fait que la première promotion des médecins inscrits au Diplôme d’Etudes Spéciales en gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS n’a soutenu qu’en 2005. nous avons noté une moyenne de 8.VI.2. LIMITES ET CONTRAINTES DE L’ETUDE Aucune bibliographie en rapport avec notre sujet n’a été retrouvée ce qui ne nous a pas permis de comparer nos résultats avec ceux d’autres auteurs. nous avons enregistré les taux de réalisation de mémoires les plus bas. deux cent trente trois (233) mémoires soutenus.62%. 6.

La gynécologie ne s’est développée qu’ultérieurement. Cependant. Axes de recherche Les axes de recherche les plus explorés ont été ceux relatifs aux pathologies maternelles associées à la grossesse .2. par le fait que la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale constitue une priorité dans les programmes de santé des pays en voie de développement [REFERENCE]. et d’autre part.2. de la place prépondérante qu’occupent les explorations complémentaires dans le diagnostic et la prise en charge des [Tapez un texte] 98 .1.2. l’obstétrique est l’activité de soins principale et primitive du département. De 2005 à 2007. 6. le nombre annuel de mémoires réalisés a connu une évoution croissante.8% des étudiants en médecine avaient traité d’un sujet d’obstétrique dans son étude sur le bilan analytique des thèses réalisées dans le département de gynécologie et d’obstétrique [REFERENCE].3 %) ont eu trait à l’obstétrique. Thèmes La majorité des mémoires (41 sur 83 : soit 49. Ce nombre élevé de mémoires observés en obstétrique s’expliquerait d’une part.sont ceux de médecins inscrits dans la sous-région et qui par le biais de la coopération inter-universiataire ont effectué leur quatrième année du Diplôme d’Etudes Spéciales en gynécologie-obstétrique à l’Université de Ouagadougou. nous avons constaté une baisse relative du nombre de mémoires réalisés en 2008 et en 2009 qui pourrait s’expliquer par les nonbreux troubles qu’a connu l’UFR/SDS de 2004 à 2005 en rapport avec le contingentement. D’autre part. 6. de la préoccupation majeure que constitue la santé de la mère et de l’enfant dans les services de gynécologie et d’obstétrique en Afrique en général et au BurkinaFaso en particulier . ainsi qu’aux explorations complémentaires. CONTENU DES MEMOIRES 6. CONGO avait trouvé que 61.2. Ces axes les plus explorés témoignent d’une part.

3. 6. METHODOLOGIE UTILISEE 6.pathologies gynécologiques et obstétricales. La création relativement récente d’un ministère en charge de la recherche scientifique témoigne la volonté politique du gouvernement Burkinabé de combler ce vide. dû à son coût élevé. L’orientation des travaux de recherche sur des thèmes prioritaires de santé s’explique par le souci constant des enseignants du département de gynécologie et d’obstétrique de participer à la résolution des problèmes de santé des populations. d’où l’engouement des impétrants pour ce type d’études. Elles ne permettent cependant que de calculer la prévalence ou l’incidence d’une maladie . Le budget alloué à la recherche est très insuffisant eu égard aux nombreux défis de santé que le Burkina Faso gagnerait à relever. Elles sont les plus prisées par les revues internationales.2.1. Catégorie d’étude Les études descriptives ont été les plus fréquentes (63%). Type de recherche Les recherches opérationnelles (66%) et les recherches appliquées (22%) ont été les plus représentatives. Un accent particulier doit être mis sur les études analytiques (19%) et les études évaluatives (18%) qui ont l’avantage de pouvoir déterminer les facteurs de risque d’une pathologie et d’identifier l’action la plus efficace pour traiter ou prévenir un problème de santé [REFERENCE]. a connu peu d’engouement (12%). et donc de faire un état des lieux.3. 6. La recherche fondamentale quant à elle. Elles sont en effet simples à réaliser .3. [Tapez un texte] 99 . Cela s’expliquerait par le fait que ces types de recherche permettent aux pays en développement de résoudre à moindre coût leurs problèmes prioritaires de la santé.

camerounaise. 6. Ces études minimisent les biais d’information.3. Nationalité Cinquante deux (52) médecins inscrits au DES de gynécologie et d’obstétrique étaient de nationalité burkinabé soit 62. Type d’étude La majorité des mémoires étaient des études transversales (47 sur 83 : soit 56. Elles fournissent des résultats fiables. algérienne. Age [Tapez un texte] 100 .4.4. Il s’agit d’études qui ne donnent qu’une observation ponctuelle (une photographie) d’un phénomène ou d’un groupe de sujets.4.4. béninoise. rouandaise et tchadienne) témoigne de la renommée acquise par le DES de gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS en Afrique. 53% d’études prospectives [REFERENCE ????].6. mauritanienne. KONATE avait retrouvé dans sa série. 6. Le département de gynécologie et d’obstétrique de l’UFR/SDS devrait élever le niveau et la qualité de la recherche qu’il effectue par ce type d’études. nigérienne. valides et permettent une implication effective de l’impétrant dans le processus de collecte des données et une meilleure appréhension des réalités du terrain.62%).1. 6. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que la formation se déroule au Burkina Faso. malgré les contraintes du temps qu’elles occasionnent. congolaise.65%. La présence d’autres médecins de nationalité étrangère (Malienne.4%) étaient très peu représentatifs.3. Mode de collecte de données Le recueil des données a été mené de façon prospective par 77% des impétrants.2. IMPETRANTS 6.6%) et les essais randomisés (2sur 83 : soit 2. Ils ont pourtant un niveau de preuve scientifique plus élevé [REFERENCE] mais leur réalisation nécessite plus de moyens financiers.3. Les études castémoins (3 sur 83 : 3.

37 en faveur des hommes. Nationalité et université d’origine La majorité des directeurs (89. surtout au cours [Tapez un texte] 101 . la répartition du taux de scolarisation selon le sexe au Burkina Faso est de 33% pour les hommes contre 20.4. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que la formation a lieu au Burkina Faso. la durée du DES de gynécologie et d’obstétrique qui est de 4 ans minimum.5%) de mémoires étaient de nationalité burkinabé et provenaient de l’Université de Ouagadougou.6 ans pour KONATE et de 30. La prédominance des médecins de sexe masculin inscrits au DES de gynécologie et d’obstétrique s’expliquerait par un nombre plus élevé d’hommes que de femmes tout au long du cursus universitaire selon l’INSD [REFERENCE].1. Les impétrants les plus jeunes étaient constitués de médecins ayant bénéficié d’études spécialisées directement après l’obtention de leur doctorat. La majorité des médecins généralistes commencent leur spécialisation après avoir servi plusieurs années en milieu rural (3 ans minimum) [REFERENCE]. DIRECTEURS ET CO-DIRECTEURS DE MEMOIRE 6.5 ans pour CONGO [REFERENCES]. on note une grande déperdition dans le groupe des femmes au fur et à mesure qu’on avance dans les niveaux d’étude.3. En effet. 6. seuls 23% des médecins sont de sexe féminin [REFERENCE]. Selon les statistiques de 2010 de l’Ordre des Médecins du Burkina Faso. En outre. L’implication de chercheurs d’autres universités sœurs a été rendue possible grâces aux échanges inter-universitaires de médecins stagiaires. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que l’âge moyen des impétrants à la fin des études médicales (Lors de leur soutenance de thèse) est de 29.L’âge moyen des impétrants était de 36 ans dans notre étude avec des extrêmes de 31 ans et 45 ans. A cela s’ajoute.5. Sexe Le sexe ratio était de 3.5.2% pour les femmes [REFERENCE].16%) et codirecteurs (soit 54. 6.

6.de la troisième année du DES de gynécologie et d’obstétrique. Leurs mises en œuvre permettront à chaque acteur du système de santé de jouer la partition qui lui est impartie pour l’atteinte des Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le Développement. aux institutions de recherche. Grades dans l’enseignement La plupart des directeurs de mémoires (54%) étaient des professeurs titulaires ou des maitres de conférences agrégés (46%). 6. Elles ont trait aux infrastructures. l’URF/SDS a exigé que tout mémoire ou toute thèse soit dirigé par un enseignant de rang A [REFERENCE].2. la majorité étaient des maîtres-assistants (25%) et des non universitaires (25%).5.6. aux ressources humaines. Ce constat s’explique par le fait qu’à partir de 1994. financières et matérielles. Ceci s’expliquerait par le manque crucial d’assistants dans le département de gynécologie et d’obstétrique. à l’organisation des services et à la communication pour le changement de comportement. Synthèse des recommandations Les recommandations formulées dans les 83 mémoires soutenus dans le département de gynécologie et d’obstétrique sont essentiellement adressées aux autorités sanitaires. Ces échanges sont très enrichissants pour les différentes parties prenantes et méritent d’être poursuivis et formalisés. Une réflexion devrait être auparavant menée pour la diffusion de tous ces résultats de recherche à toutes les parties prenantes du système de santé. aux personnels de la santé et à la population. Une étude serait souhaitable pour évaluer le taux d’exécution de toutes ces recommandations. Quant aux co-directeurs. [Tapez un texte] 102 . année de la rédaction du mémoire de fin d’études.

Au bout de dix ans.CONCLUSION CONCLUSION Notre étude a permis d’établir un bilan analytique de tous les mémoires soutenus depuis l’ouverture du DES en gynécologie-obstétrique à l’UFR/SDS de l’Université de Ouagadougou jusqu’à nos jours. Nous disposons ainsi d’une banque de données appréciables accessibles à tous les acteurs de la santé. Les recommandations issues de tous ces travaux de recherche gagneraient à être mises en œuvre par les autorités compétentes afin d’améliorer la santé de la mère et de l’enfant au Burkina Faso. Pour être plus performant le département gagnerait à être appuyé en ressources humaines et financières. le DES de gynécologie et d’obstétrique de l’Université de Ouagadougou a acquis une certaine notoriété et le département qui l’abrite a tissé des relations fructueuses avec d’autres universités sœurs qui mériteraient d’être pérennisées. il ressort qu’un travail de recherche considérable a été abattu par le département de gynécologie et d’obstétrique. Voilà comme çà il serait bon de terminer par un tableau où on voit dans une colonne les grands enjeux de recherche et dans d’autres colonnes lesquels sont [Tapez un texte] 103 . En outre. Des études de niveau de preuve scientifique plus élevé devraient être menées. notre travail permettra aux futurs impétrants d’orienter leurs recherches vers des axes non encore explorés. De ce bilan.

amplement répondus par les travaux examinés et les trous des connaissances pour lesquels les mémoires à venir devraient s’appesantir ????? RECOMMANDATIONS [Tapez un texte] 104 .

Veiller à la réalisation des corrections demandées par les Jurys de soutenance des mémoires. Instaurer un registre de soutenance pour les mémoires.  Exiger des impétrants le dépôt de leurs mémoires avant leurs attestations de réussite. l’obtention de commence par la gynéco et les autres vont suivre !    membres des  [Tapez un texte] 105 . Améliorer l’archivage des mémoires soutenus. nous formulons les recommandations suivantes : Aux autorités de l’UFR/SDS    Recruter des assistants. Pérenniser les échanges inter-universitaires. Créer une banque de données électroniques. Très bien. Allouer à la recherche des ressources suffisantes.RECOMMANDATIONS A l’issue de cette étude.

Déposer les mémoires corrigés sous trois (03) formes LESQUELLES ? à la bibliothèque de l’UFR/SDS et à celle de la CRESAR dans un délai d’un (01) mois à compter de la date de soutenance. Réaliser de façon périodique un bilan analytique des travaux de     [Tapez un texte] 106 . Mettre en œuvre les recommandations pertinentes issues de la recherche. Au département de gynécologie-obstétrique Mettre en place un registre des mémoires soutenus dans le département.   Diffuser les résultats de la recherche. Aux médecins inscrits au DES en gynécologie-obstétrique Réaliser toujours les corrections demandées par les membres du jury.Aux autorités sanitaires   Exploiter les résultats des travaux de recherche. Mener des études à niveau de preuve scientifique plus élevé. Exiger le dépôt du mémoire corrigé dans sa version électronique et CD room à la bibliothèque de la CRESAR. Aux enseignants et chercheurs  recherche.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [Tapez un texte] 107 .

HUGUIER M. document non encore déposé en bibliothèque : 65 p.org/wiki/chirurgien-dentiste. 124 p. 3) DICTIONNAIRE FRANCAIS LE PETIT LAROUSSE ILLUSTRE Edition des Grands Economats français. Burkina Faso. 2011 . 2) CONGO / KOUDOUGOU A.. 6) INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE [Tapez un texte] 108 . A 4) La rédaction médicale. Bilan analytique des thèses de doctorat de l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences De la Santé (UFR/SDS) réalisées dans le département de gynécologie obstétrique de 1981-2010 de l’université de Ouagadougou.wikipedia. Université de Ouagadougou. 1786 p. Amazon France. 2003 . Ouagadougou. MAISONNEUVE H. De la thèse à l’article original. 174 p 5) INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Analyse des résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2006. Mars 2008. Paris (France). 2002 . Consulté le 11 janvier 2012. Thèse de Med. Doin éditeurs.REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1)CHIRURGIEN-DENTISTES www.

7) INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE. 2003 . Analyse des résultats définitifs du Recensement Général de la Population et de l’Habitation. 2011 . 2009. S. Ouagadougou.Tableau de bord social. Burkina Faso.163 p. Ouagadougou. 8) Bilan analytique des thèses réalisées au cours des 20 premières années (1981-2001) à l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences De la Santé (UFR/SDS). 200 p 10) MINISTERE DE L’ECONONOMIE ET DU DEVOLOPPEMENT. 74 p. Rapport sur l’économie. MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES: 9) DIRECTION GENERALE DE L’ECONOMIE ET DE LA PLANIFICATION. Thèse de Med. Burkina Faso : Octobre 2009. Les sources de croissance et la vulnérabilité de l’économie burkinabé aux chocs exogènes. KONATE. Université de Ouagadougou. Burkina Faso. [Tapez un texte] 109 . H. N° 875 : 169 p. Ouagadougou.

[Tapez un texte] 110 . Consulté le 10 Janvier 2012.Un pays qui progresse. Burkina Faso. 2010. . 14) MINISTERE DE LA SANTE. Octobre 2005 . Burkina Faso. Burkina Faso. 74 p. Burkina Faso. 92 p. Burkina Faso (JO n° 42 du 19 octobre 2006). Ouagadougou. Ouagadougou. 15) MINISTERE DE LA SANTE Présentation de l’Ecole Nationale de Santé Publique. 53 p. 11) MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE ET DE L’ALPHABETISATION.org/reports/goals_targetsfr. 2008 . 13) ORDRE DES MEDECINS Liste de base des données. Plan décénal de développement de l’enseignement de base. 2000-2003 . Ouagadougou. Décret n° 2006-463 / prés / pm / mfpre / ms / mfb portant organisation des emplois spécifiques du Ministère de la Santé Ouagadougou.htm. 12) OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT www. 10 p. Ouagadougou.unmillenniumproject.

16) MINISTERE DE LA SANTE : DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION. Burkina Faso.2009. Ouagadougou. 2006. 2010 . 17) MINISTERE DE LA SANTE : DIRECTION GENERALE DE L’INFORMATION ET DES STATISTIQUES SANITAIRES. 162 p. 18) MINISTERE DE LA SANTE : DIRECTION GENERALE DE L’INFORMATION ET DES STATISTIQUES SANITAIRES. Tableau de bord santé. 26 p 21) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU Grandes orientations stratégiques en matière de formation universitaire. 20) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU Historique de l’université de Ouagadougou. Burkina Faso. Annuaire statistique de la santé : année 2010. Document de synthèse du module de recherche sur le système de santé. Ouagadougou. Burkina Faso. Centres de recherche. Directions Centrales. Ouagadougou. Structures rattachées. [Tapez un texte] 111 . Ouagadougou. Recensement générale de la population du ministère de la santé. Burkina Faso. Ouagadougou. 159 p.1979. 77 p. 19) SONDO B. Burkina Faso. Juillet 2011: 192 p.

wikipedia.2009.Ouagadougou. 22) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU La restructuration de l’université de Ouagadougou. 42 p 23) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU Refondation et Emploi au BF : réalité et perspectives. 26) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU www. [Tapez un texte] 112 . 48 p. de la recherche universitaire en Afrique de l’Ouest et du Centre.1989. Consulté le 16 juin 2011. Consulté le 16 juin 2011. Ouagadougou. 36 p . 25) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU www. 2001.bf. Burkina Faso. Ouagadougou. Ouagadougou. 24) UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU Etat des lieux de la gouvernance.univ-ouaga.org/wiki/université_de_ouagadougouo. Burkina Faso.1991. Burkina Faso. 52p. Burkina Faso.

[Tapez un texte] 113 .

Les axes de recherche les plus explorés ont été ceux relatifs aux pathologies maternelles associées à la grossesse (20.62%).62% de l’ensemble des mémoires réalisés à l’UFR/SDS.87%). L’âge médian des auteurs était de 36 ans avec des extrêmes de 31 ans et 45 ans.RESUME RESUME Titre de la thèse: Bilan analytique des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Santé (UFR/SDS) de l’Université de Ouagadougou de 2002 à 2011. Les études descriptives ont été prépondérantes (63%). Les recherches opérationnelles ont été les plus fréquentes (64%).48%) . des non universitaires (25%) et des maitres de conférences agrégés (24%). ainsi qu’aux explorations complémentaires (16.3%. Les thèmes ayant trait à l’obstétrique ont été les plus développés avec quarante et un (41) mémoires soit 49. La majorité des mémoires a été codirigée par des maîtres-assistants (25%). Les principales recommandations ont été : la formation de médecins et d’infirmiers spécialistes en gynécologie obstétrique . représentant 35. Résultats: Quatre vingt trois (83) mémoires ont été soutenus dans le département de gynécologie et d’obstétrique au cours de ces 10 dernières années. Il en est de même des études transversales (47 soit 56. l’augmentation du nombre de structures [Tapez un texte] 114 . Les mémoires ont été dirigés par des professeurs titulaires dans 54% des cas et des maitres de conférences agrégés dans 46% des cas. Méthodologie: il s’est agit d’une étude rétrospective à visée descriptive et analytique sur une période de 10 ans portant sur l’ensemble des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS de 2002 à 2011. Le sexe ratio était en faveur des hommes autant chez les impétrants que dans l’équipe des encadreurs. La collecte prospective a été le mode de recueil des données le plus utilisé par les impétrants soit 77%. Objectif : Etablir le bilan analytique des mémoires réalisés dans le département de gynécologie-obstétrique de l’UFR/SDS de 2002 à 2011.

l’équipement des services hospitaliers en matériels de qualité et quantité suffisante. Auteur: OUEDRAOGO Mahamoudou. RESUME EN ANGLAIS !!!! Where ???? [Tapez un texte] 115 . Tel: 76 00 09 65. Mots clés: Mémoires /Gynécologie-obstétrique /Université de Ouagadougou/Burkina-Faso. l’appui logistique et financier des chercheurs. E-mail: omouda@yahoo.fr.de santé.

ANNEXES [Tapez un texte] 116 .

Prénom(s) ……………………………………………………………………… ……………… 3. 4. Identification de l’impétrant 1. QUESTIONNAIRE DES IMPETRANTS I. Nom ……………………………………………………………… ……………………………… 2. Age : ___(en années) Sexe : Masculin /_ / Féminin /_ / Statut professionnel o Etudiant en médecine /_ / o Médecins en spécialisation /_ / o Attachés de santé en formation /_ / [Tapez un texte] 117 . o o 5.Fiche de collecte de données du bilan analytique des mémoires réalisés dans le département gynécologie et d’obstétrique de l’UFR / SDS : 2002 à 2011. Numéro d’ordre _________ II. Section Médecine /_ / Paramédicale /_ / III.

3. Recommandations…………………………………………… ……………………………………………………………………… ……………………………………………………. ……………………………………………………………………… ……………………………………………………………………… ……………………………………………………………… 2. Année de soutenance……………………………………………………… ……………...... Mémoire 1.. Université de tutelle……………………………………………………………… ……… 5. Thème…………………………………………………………… ……………………………….6. 7. Nationalité…………………………………………………………… ………………………. Cote du livre………………………………………………………………… ………………… 4. [Tapez un texte] 118 . Adresse complète…………………………………………………………… ……………… ………………………………………………………………………… ………………………………… IV....

Type d’étude o o o o Etude transversale /_ / Etude longitudinale ou de cohorte /_ / Etude cas . Type de recherche o Recherche opérationnelle /_ / o Recherche appliquée /_ / o Recherche fondamentale /_ / o Autres types de recherche /_ / Préciser………………………. 2.témoins /_ / Essais randomisés /_ / o Autres types d’étude /_ / Préciser……………………………………….. [Tapez un texte] 119 . Catégorie d’étude o Etude descriptive /_ / o Etude analytique /_ / o Etude évaluative /_ / 3.V. Méthodologie 1.

assistant /_ / o Autres /_ / Préciser……………………………………………………… ………… 5. Collecte prospective /_ / Collecte rétrospective /_ / Collecte rétrospective et prospective /_ / Directeur de thèse 1. Sexe : o o Masculin /_ / Féminin /_ / 4. Université de tutelle……………………………………………………………… …………. Prénom(s) ……………………………………………………………………… ………………… 3. Nom………………………………………………………………… ………………………………. Mode de collecte des données o o o VI. 2.4. [Tapez un texte] 120 . Grade dans l’enseignement o Professeur titulaire /_ / o Maître de conférences /_ / o Maître .

Sexe : o o Masculin /_ / Féminin /_ / 4. Nationalité………………………………………………………… …………………………… VII. 3. Si oui. /_ / [Tapez un texte] 121 .Nationalité…………………………………………………………… …………………………… 7. Nom…………………………………………………………………… ………………………………… 2. Prénom(s) …………………………………………………………………………… ………………. Codirecteur de thèse 1. grade dans l’enseignement o Maître de conférences /_ / o Maître . Université de tutelle…………………………………………………………………… ……..6.assistant o Assistant /_ / o Autres /_ / Préciser……………………………………………………… ………… 6 . Universitaire : oui /_/ non /_/ 5.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful