Nos 4 priorités pour 2030

Prédire l’avenir à 20 ans est toujours un exercice difficile. Léonard de Vinci ou Jules Verne y ont excellé, leurs visions ayant dépassé leur temps. Mais pour deux génies, combien de faux prédicateurs et de visions erronées ? Qui avait prévu :  en 1970, les bouleversements climatiques d’aujourd’hui ;  en 1980, l’irruption de Bill Gates et de son Windows dans notre travail quotidien ;  en 1990, que nous ne pourrions plus nous passer de l’Iphone de Steve Jobs ;  en 2000, que les attentats du 11 septembre 2001 chambouleraient les rapports entre les peuples ;  en 2010, le printemps arabe….. Mais prévoir, c’est gouverner, c’est faire des choix indispensables ; et pour des élus, cet exercice est obligatoire pour accompagner, voire anticiper les besoins de nos territoires et de nos concitoyens. Alors, faisons le avec beaucoup d’humilité et de précaution en restant à l’écoute permanente de l’évolution de notre environnement. Voici 4 priorités essentielles à nos yeux : 1) L’emploi, l’emploi, l’emploi Un effort colossal nous attend pour lutter contre le chômage des jeunes, des femmes, des seniors : nous devons créer des emplois, relocaliser les fabrications, développer les services , en ouvrant des centres d’activité , en finançant les créateurs d’emplois, en dotant nos territoires de moyens de transports ouverts sur le monde, en maillant le territoire de fibres optiques pour favoriser les échanges numériques….

2) La formation et l’éducation Indissociable de l’emploi : la formation depuis la petite enfance jusqu’à l’université. L’école est en train de revoir ses rythmes scolaires : dotons-nous des moyens pour financer les activités extra scolaires que l’on veut développer tous les jours. Et notre université : le fiasco de l’institut Pierre Vernier démontre que nous avons fort affaire pour que l’Université transfère tout son savoir faire dont les acteurs économiques ont tant besoin; et quelle université, voulons pour demain ? 3) Le logement et la maitrise des charges énergétiques Premier budget des familles, le logement (emprunt ou loyer) et les charges de chauffage pèsent lourdement sur les fiances des ménages. Une nouvelle politique d’accès au logement neuf doit être imaginée, par exemple, en jouant l’effet de levier des subventions, et en conduisant un immense chantier d’isolation énergétique sur l’ancien pour diminuer le poste énergie qui explosera dans les années à venir.

4) La santé et la dépendance Enfin, comment ignorer l’augmentation de la population âgée, de ses besoins spécifiques en matière de transport, de commerce, de services à la personne ? Le 5° risque ou le financement de la dépendance est l’un des dossiers majeurs de la solidarité nationale dans les années qui viennent. Dès à présent, mettons en place les termes d’une politique locale généreuse qui passe par l’accueil, le logement, l’accompagnement dans la vie quotidienne…… Avons nous, dans ce « Besançon 2030 », trouvé le Nostradamus de notre temps ? Seul l’avenir nous le dira. Odile Faivre Petitjean Philippe Gonon

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful