You are on page 1of 5
Souvenirs ! Jrai €eé Elevé chez les jésuites', parmi ce que larmée compte, aujourd'hui, de brillants et vaillants officiers. L’annuaire militaire n'est rempli que des noms de ceux qui furent mes camarades de collége. Il en est de fore huppés et dont les hauts grades m’épouvantent?, pour la patie ! J’en ai rencontré un, derivre- ment. Il est colonel de chasseurs. Comme nous parlions de la défense nationale : «L’ennemi, sans doute !... L'Allemand, parbleu !... Mais la yraic joic, mon cher, ce serait de sabret les Patisiens... ct le réve, ah! le réve, de mitrailler tous ces cochons intellectuels, tous ces pornographes d’intellectuels qui déshono- rent la France ! » Excellent labadens’ ! Car, de bonne foi, il croit L. Mirbeau a. pas Vannes, of il conditions quatre années d's cnfer » au college Saint-tranois-Xavier de st entsé ke 12 octobre 1859 ; le 9 juin 1863, il en a été reavaye dans des lus que suspectes, qu'il evoquers dans Scbussien Roch (xoir notre biographic Mirbeau, Vimprécateur au eceur fidele, Séguier. 1990, chapitse II). 2, Par exemple le général Yves Geslin de Bourgogne, son camarade de promotion, et le général Fernand de Sangle de Cary (1849-1927). qui dicigera offensive de Champagne, 2 Fawomne 1915. 3. Un hbadens est tin cimarade de lyeée que MM. Gabriel Séailles, Michel Bréal, Gaston Paris’, Stapfer sont de « sales types » qui écrivent des chansons orduriéres pour les cabarets de Montmartre... Et quand je pense que j’aurais pu étre aussi le condisciple de M. du Paty de Clam’ et de son fidéle secrétaire, le brave uhlan Estethazy, j’éprouve, vraiment, une certaine fierté de moi-méme... Non seulement je suis fier, mais jrespére bien qu’au jour de la « grande cognée », cela me sera compté. Avant d’étre le maitre de Brisson, de Cavaignac, de l’armée et de Ja France, le pére Du Lac fut mon maitre d’études. De tous les jésuites d’alors, c’était le meilleur sauteur 4 pieds joints. D’un bond, sans élan, il franchissait des distances et des hauteurs incalculables. II avait d’ailleurs de grandes jambes qui l’ont mené loin, J’appris de lui a lancer la balle, a couric sur de hautes échasses, 4 patiner sur les plaques gelées de la lande, sports of il excellait aussi. J’aurais pu apprendre bien d'autres choses qui m’eussent certainement poussé dans la vie, comme de fabriquer des faux, hurler des cris de mort dans les cours d’assises, piller des magasins juifs, condamner des innocents. Le malheur est que je ne sus pas profiter de tous les metveilleux avantages que m’offrait cette belle éducation, A quoi tiennent les destinées ?... Je dois dire que ce ne fut pas tout a fait de ma faute, car, n’étant point noble, on ne s’occupa pas de moi, et on me laissa généreusement 4, Gabriel Séailles (1852-1922), professeur de philosophic @ la Sorbonne. Michel Bréal (1852-1915), linguiste, professeur de grammaire comparée au Collége de France depuis 1864, Gaston Paris (1839-1903), spécialiste de liteérature médiévale, administrateur du College de France depuis 1895. 5. Du Paty de Clam, commandant chargé de I"instruction militaice de I'affaite Dreyfus en octobre 1894. C'est lui qui e cu lidée de la fameuse dictée ct qui, avec un esprit revors, a tenté de pigger Dreyfus, coupable idéal. Il a, par la suite, été chargé de protéger Esethazy croupit dans ignorance la plus complete’, Mon instruction se borna a ceci que, d'aprés des enquétes séricuses, il étai péremptoirement démontré que Voltaire n'était pas un étte humain, que c’était un diable.,, que c’était le diable !.., Pour avoir écrit une fois, dans une composition frangaise, « l'intelligence des bétes.,. », je gagnai douze jours de cachot,,, L'intelligence des bétes... Non, quelqu'un, surpris en tain de faire caca dans le saint ciboire, n’edt pas déchainé un tel scandale, Ga ne s'était pas vu depuis Voltaire! Et encore Voltaire qui avait proféré tous les blasphémes, n'edt pas osé proféré celuiela ! C'était la monstruosixé dans l'horreur, le sactilége dans la damnation | ~~ Mais, malheureux, s'écriait_ mon professeur, yous niez la divinité de Dieu, et vous renversez tout Vordre de la eréation. intelligence des bétes ? Savez-vous bien que vous pourriez étre excommunié par le pape ! Qu'est-ce que l'intelligence ? C'est la grace sactée qu'a l'homme de pouvoir recevoir, dans son corps, le divin corps de Jésus ?,., Bstece que vous feriez communier un chien ou un pore ?.,, Les bétes ont de I’instinct, qu'elles vivent dans un état permanent d'impiété, que l'instinct ?.., C'est le diable |... Depuis lors, je fus hué par mes camarades, et mes voisins de dasse, d'étude et de table s'écartérent de moi, comme d'un pestiféré, Je connus aussi dans ses plus mystérieux détails, cette histoire du grand chien noir, qui est le fond de l’enseignement chez les jésuites ... Quand les éléves n'étaient pas sages, qu’ ils n'adoraient pas Dieu, qu'ils ne priaient pas, avec assez de piété, la Vierge- Marie, qu'ils n’honoraient pas, avec une ferveur suffisante, saint Frangois-Xavier, notre patton, ou simplement quand ils ne dénon- » Cest-Aedire Be quiest-ce 6. Mitbeaut a développé ce constat dans Sébaivien Roch (1890), voir notamment les chapivees HE et IIL