You are on page 1of 3
Exposition Monet-Rodin (Gi Blas, 22 juin 1889) Japhipartéscpeintesse camtentan de figurationsapproximae tiveset genraiement diserdantes, Learsobservatians atmos he aes ne sont pats anak de ces tts grands fas, te Hever Solel, leplein mid Ke eoucler da lei tine tennent point Compiedeslveavesintermtianes ide lenspuanecsinbnesei Sint pourtant «Pune importance pataresque, capital. Ty ne Jpanaircnt passe dxter que chaque hecne du jou 3 sm. Spéeial.son dram de amie diffe :ale ménweque cheque josie a strc tae propre, hae races partie omic, se disicinblances eke phiysiononnie edhniques. C'est ett tiop facile compachensinn ale noi, qui peimiet & M. Dag Bouveret par exennple, de reconstinier ds pions brews, avec tes pays et danse aysages jsasiens; est lle gus naerise tes peinues 4 navailer sur ne toile de dix ewresdhe matin a six Fheues di su, smpertunbablement inehifeverns ce que Ke sei passant de Fest Hows, at change ky cantons, dpa’ tes ‘ines, monde Tes mowed disoee ex yaleuny, disernue eal Ales hartvontes successives et ates. qui stexcluent tie, rigauieuement, Hen resulte un profend és tonnes Tes parties ea mime tables, unt manxqae absolu dn CL par conséqqient, une absence complite de vi. [ant quite s¢ ppréoceupe pas. snémne di des phino- Inénes naturel re qi ferme les yeux devant eequela science nous * apprisla fonctiennement des organismes. est pase Var. M. ‘Messonicr somant,dans son jan de Poissy dea Ia neige a meurunent les sokdats francais, pene reitaite de Rinse, rt pregnant ete fasine ave la conscience que Tena ‘shilconas. alviewr’ celui dur menuisir ‘qu embite exactemen! un trait dans es coutises, Cest po ‘aiol presquac tus les paysage de «notre admirable vale te sem, qui dévivers de eete Fine, ne wispirent aucun inv Thuan fe takne — ow Fillusion dy alent — qu yest souvent Ajensé, Ces aysiges sont top dans fa fantasie vulga folnde la yerdé— sores uniqueduéve—qu'enetiguicaqui un peiintre mystficateunauait ms es yeuxa a place de la bouche, et ementon a fy pkie diane. Théatore Roussean, pour ne parte ‘qui de lui, ne aGiste pas 4 ane analyse, meme superticelle Latmosphive qu'il pent et reypiables ss chats chev om hea Tounte etiobuste assaie, ils ae event post ses feuiages ai seit nial Fain nea iscas pa 3 ass ce mqononage gro tanaille:aucuneséve ne cot sulsees vegetations nerteset dost: ‘hers ata eonsintanves de mtu, Ese beside dite qu raison combate, jane le divin Comat sw qui M. Cabsane, penta ‘Cejugement qui sera animes Neba passin commiqne: kes Corot! Ale! ou les Corot. ca sefait ne les gratages de Fnospaletes, au hasan» Je ime pour st preaigiese iennes de Deine, pour Iefrison quvelleme donne: lennstérede viveriei ‘llerne jee. came) asm Fp Malle, pour ka grandeur. que Tui névelata nature, quit sut ier des prone use fave. Tus es de si elifevens cn sensi tem psion, Lure exams en xénie, M, Claude Monet est de eet forte race ‘Claude Monet comprit qe, peat atsversuneintespetaion wet pes exacte et anos de fa ature. cequril faut ped Tun pase, ce me soni pas seulcament 3s Tignes général, om Ses fe partes, ou ses lesion de sendre, de terrains, Cest ppt vous ois of se carci ee pays sta= Tl barren quae, dans uv jenn gal eff ute pine rene minutes. Cestaite ce que. dans un morceau donne de huevelleseaprtnent Ihara tee monvetents Concordants, Cettcobsewation applique aussi bien aus figtes {qui ne sone en aGatlie jemn stsemble ePombress de Lumine,d reflts, toutes clones mobiles e changeantes, quae paysaxe Le fof et sean da mi ane feb premiere impression, Hse Fast une rege tiete de cous ete ole cat ce caunt espace d'une debe admirable fireté dh dessin, leche di seniiment paufaite precision du ongenuis eh ce peri avail Enlevéde verve, et dont leatcnup de peintrese fussent conentés Mais M. Claude Monet ne sen contentuit pas. Chaquie jour. ka inane heure, le mie nombve de inane, par fa méane tua ‘uelqutois duvamy soixante sane, revenait leant son mo chant de soisir di méme coup deel les accords de ton, tes rapportsde valeurs, disémings cict Hidans le motif; kes fixant, pot ainsi die, simultanément, en le forme exact, etdans lear Fugit dessin, aw mayer de pincaux de manne, longs, fins et HHesibles, qui donnent 3 la touche plus de soliité et phus de souplesse lafois, tat phisd accent aux mods; juxtapesant voir le lidexemnbrannclemvets, #6161 ar rinses su he coke ot Et ce qu'il y wait ‘ou superposine sex couleans verges, samy esque jamais es eva iad pruarpe, sous toured snag, hes Ene see te ans Fa peviesi'on splendideset aides tales Lev st ipieuerad inch lea Herr, Hea kat et ea anspanenee tant inp Hen, en ce replendissement west hurGau hus deFinspiruon, if i latina cee afte tage acne 3 be Kantner ona de pines, adie web. rapide, fa Turiéne vent se moi. fama ana leony Fnne-neare evil et Fapppnenceddes guns, deniers des He, des le tavaileviewe yrestae ne fesesoe, ac gserecamutie e lsampn.s ier, réellement,Fotmnospinére, Chqpteabjet, Fah Vesprit qui Lait Senvoter tes bens, sins qt Fes sunt ots visiblement Ic high, Henduit de mystee, Finyeloppe te ties ‘Wor, jamais Claunte Monet nese kasama keaton, les caonations, assoc ou Gelatanes, quad a ethane aan pourtanttorte.de's‘acasmney say anton dol ds taps pal Wcriver li LedhanverstecmbingscientfiqementPharmimie Aeurmnine. Cate probite de Hasso. rane, signe angie, aut destonnes accord avi les ois anmasphérigues, aver By mache quelle lai donnait des yésutats sntsiguies nerves, qua regula, e1 pred, des phénoménes tmresmey €1 «élestey; out ‘étaient pon salutes, sanestigisses, lt permet ne Sain pus'mmobitise brat outset, se eoloreau sedérolore de front dix éuaes, presque saan etna ya ya a ees em siuvant Mhewe que ke pehntie expan ct suivont la Feat aseen lun pan: Encore ekigiaitl saiordonméarcaprice da ciel Baty Sion ou elenmteeeoursdesastes dstibutemnsde cant Fuutiezde iH ign Ls preparation des soles, tes dhages § Tesseness ey prs u'inporte lequel ds ulead M. Claude Monet et yous Uuiturages an copa totale cour caisne nati ct walpope hat verree come chara des multipes details dant il xe compose 1 logiquaonetnterayonbaiquennett Yan Paar aapnby sionmels done ils iment ae Seatouney pout ac voibe Tea fmper la dinectin des rayne Iumnvas, conn fe mone rin vse tance ana yes ah lice, «qa ouve belles lex diane coin 4 Forulnale tebesiarhih lin mencadinent Fllveneleler ‘ques. Si Pinsiste tant say ees panticaates ale ust, «est hhovieantilité ou de leur obliquig La gece ese pa ot nous lesan xgianes c¥iniquas de reuse et a abe Gi Eo, bs pate su Monet desc antent dF pes pds ales quran ie titan, ka poe rignifingae qui fn vite €9 eswFiosn Dowise sh loi aver ate i de wogems Calnination, siemaent le cee exaeeitnke. Aus none teapionn onscience inéeuleuse de soma. tenespact Filled a waite a ‘iment dns ces toils, bes sentenvs ey bx fern ct hes sons sechereleandente etpatiqntede leading smmane cca Pa pots anh onciles les sone es sea de nude fupicusememt, ave ant cout plete ate peat scet marmerenr doueement La chanson apsisée boner de ha telat sina Puppia ans quel Hes erie tse, es oes agentes ls Wayons fe eS > coup. chaque lechede sen pinceaut sant le pnd ine prance suever sous Taanounens avail des ses boul retlecbie, dane comparatson, Wane analyse, «une voleae foumes uate, gras et ill des germeséclaés: le soleil devo elle veut. ce quiele fait, ot elle Ga, Gs proxgessinernent fe Fong tenn arbre Vombie nett en juelquesatnnges. if paren nae phn famine sis ls serdes et Jes nappes ea Hens un path Sallonge. bois celui de ls nate, qutune passion, «lle fa vies il pat exer anive cee imptession que, him ds fos, a resented son at cali, tableside ML: Clade Monet scest gent dip Etcest a vie.en et. quiempfitics inex an rajesmisvement di. sce er quenousne noes touvons plus guren pise depassion-dunsoutlled ant notvecutet quecionne ta yiede Paik, Tame vivant congqie et dome yur ce miracles jinn fa vie de eau ta vie des partunn ¢ des Iie, Finsasissabe Fi danscentenatine, rede aver win mivaniome caamige dans invisible viedes météone, syuthétisécrad adisnableshandses, “ceveviesounise aus loisdesmonvements planetaites,lereve, avec fe c'éloquentes auidies, lesqueltes. vv tal Alélicatesss de penception ot denote Wks harinoie de la anne, C 1 ss je, ie son ue es evethtules halein ane sapien intelli unt e sean bane 1 mpi de Tol Pément, lejsasionnes sa semibilté. déeuplée par Méuwde resis Gs, agentes des tite st Sexerce su tous esapectacleset des pusdiflaents, La eae, en ses manifestations les plus variées, en ses activités les plus dissemblables. Le besoin de créer, de donner a ses émotions inces- santes et qui vont s‘accumulant, la forme choisie et la couleur rare, augmente de jour en jour, bouillonne, déborde, tournea Texaspé- ration de la conquéte, a la rage de la possession. On sent gronderen. lui les impatiences de la fécondité, s'agiter le désir male et férocede tout embrasser, de tout évreindre, de tout soumettre a la domina- tion de son génie. Nous voyons paraitre successivement ses bords de Véuheuil, par tous les temps, a toutes les heures, ses cultur chargées de la riche gaieté des moissons, ses terrains d’hiver, avec leurs ossatures puissantes et désolées, et leurs arbres nus qui s’at- uistent sous les ciels gris dans la pulvérulence violatre des froi- dures; ses givres dont le soleil frise les gemmes diamantines, ensanglante les retombées de stalactites architectur: les, ses brouil- lards, aux silhouettes décolorées, ou seulement apalies, ses brouil- lards profonds et légers, ot la vapeur s'épand par ondes visibles et véritablement remuantes, ses arbres fleuris, au bord de l'eau, ob se retrouve l’enchanteresse grace du Japonais ; ses débacles de fleuves, craquant sous la poussée des courants, amoncelant, entre la mélancolie des rives, leurs wansparences roses, bleues, vertes, si douces et si tragiques a la fois ; ses dindons blancs, picorant l’herbe haute que crible d’or un dur soleil horizontal; ses gares et leur effaramte beauté moderne, avec le tumulte, la hate sombre des machines, la svelte hardiesse des votites qui s’ouvrent sur des ciels enfumés o& vont se perdant des profils carrés, d’indécises silhouettes de ponts, de grues, de locomotives lointaines, évoquant fantastiquement le poéme de la houille et du fer, ses rues en fetes et leurs maisons pavoisées, et leurs drapeaux qui claquent dans le vent; ses brumes de Londres, et la majesté estompee de ses paysages urbains, ses fines lumiéres de Hollande, et ce qu’elles contiennent de tistesse réveuse; et ses mers, dont il va bientdt célébrer la grandiose épopée, avec une éloquence que n’atteignit jamais, dans aucun art, aucun artiste. La clameur fut grande, l'insulte préte a saluer ce bel effort. Le rire montra ses dents et lanca sa bave, qu’importe? Un peintre est né qui, méme aprés Delacroix, aprés Corot, aprés Manet, nous révéle encore des harmonies neuves, des beautés de lumiére que la peinture n’avail pas exprimées. Et son ceuvre, déja, est immense.