BODHIDHARMA

Il est deux façons principales d'accéder à la Voie : l'accès par le principe et l'accès par la pratique. L'accès par le principe consiste à croire profondément en l'immanence dans tous les êtres d'une nature unique et véritable qu'un voile d'irréalités ne fait que masquer. Si l'on rejette l'erreur pour faire retour à la vérité, par la contemplation murale, il n'y a plus de distinction entre soi-même et autrui. Demeurer ferme et constant, affranchi de l'enseignement discursif, c'est s'accorder mystérieusement avec le vrai principe. L'accès par la pratique renvoie aux quatre pratiques qui résument toutes les autres : 1) Savoir répondre à la haine, faire obstacle au ressentiment devant l'adversité en comprenant les erreurs qui sont à son origine. 2) Être en accord avec les conditions, en accueillant avec équanimité les peines et les plaisirs qui tous résultent des conditions qui les produisent. 3) Ne rien tenir pour vraiment désirable. Par désir on entend que les hommes, dans un égarement incessant, s'obstinent à convoiter toutes choses inconsistantes. 4) Être en parfaite harmonie avec le Dharma (le principe universel) : A l'instar du Dharma qui est par essence prodigue, le sage n'épargne ni son corps ni ses richesses dans sa pratique de l'aumône et son esprit est également généreux. Pénétrant la triple vacuité, il est indépendant et sans attachement. Ayant éliminé en lui les impuretés, il aide et guide les êtres. Rechercher le nirvâna en éliminant les passions est comme rechercher l'ombre en enlevant le corps. Chercher le Bouddha en rejetant les êtres est comme chercher l'écho en faisant taire la voix. Les Bouddhas parlent de la vacuité afin de détruire les vues fausses. Mais si vous vous attachez à la vacuité, les bouddhas eux-mêmes ne peuvent plus rien pour vous. Le fait que l'esprit ne dépende de rien est nommé libération. Le fait qu'il soit affranchi de toute illusion est nommé éveil. Le fait qu'il soit tranquille, apaisé, est nommé nirvâna. S'il est une seule chose que vous teniez pour précieuse ou importante, c'est celle qui pourra vous lier mortellement et vous faire tomber dans le domaine du mental.

. accueillez-les sans vous y opposer . S'il s'abandonne sans résister. transformer les choses en leur résistant est difficile. combien sont-ils dans le monde. L'existence des passions est due à l'attachement au moi. le Dharma est un lieu de grande paix. Ainsi fait le pratiquant de la Voie. Le Mail . c'est qu'il a mis fin au moi. dépassez-le sans regrets . Celui qui peut s'en remettre au cours des choses se confie au monde entier. où et quand manquerait-il d'aise ? Traité de Bodhidharma (Éd. tout ce qui a été accompli. lorsqu'elles désirent partir. S'en remettre aux choses et suivre l'inspiration du moment est facile. Si le sage fait face à la douleur sans s'affliger et au plaisir sans s'attacher c'est qu'il ne perçoit aucun moi.. se laisse aller sans s'opposer.Parce qu'il peut nous délivrer de la peur. laissez-les aller sans les reconduire. et le gain et la perte ne dépendent pas de son moi. ceux qui ont su perdre leur moi ?.... laissez-le advenir et n'y pensez plus. tout ce qui n'est pas encore arrivé. Lorsque les choses désirent venir.1986) ..

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful