Mr ZRIBI CHEKER

Niveau : Bac ECO

Chapitre 2) Les mutations de la consommation
Introduction Au cours de la croissance économique les richesses crées augmentent ce qui permet une augmentation de niveau de vie moyen de la population et une modification de la consommation des ménages. Les modes de vie ainsi se transforment.

SECTION1) L’amélioration de niveau de vie
Rappel : Activité 1 page 113 : Qu’est ce que la consommation ?  La consommation signifie l’utilisation des biens et des services afin de satisfaire les différents besoins. Elle entraîne la destruction immédiate ou progressive selon la durabilité des biens et services consommés. La consommation intermédiaire C’est la consommation des La consommation finale C’est la consommation des ménages pour satisfaire directement les besoins immédiats (produits finis)

entreprises pour produire d’autres biens (énergie, matière première, produits semi-finis…)

A/ Définition et mesure:
1) Définition de niveau de vie: Activité 1 page 114 C’est la quantité de biens et de services qu’un individu peut acquérir. Le pouvoir d’achat ne constitue pas toujours un indicateur pertinent du niveau de vie car il n’est qu’une composante. En effet « le niveau de vie est une notion quantitative qui correspond à l’ensemble des biens dont peut bénéficier un individu ou un groupe afin de satisfaire ses besoins ». Il dépend outre du pouvoir d’achat, des éléments du patrimoine et des avantages sociaux tel que le revenu de transfert… Le patrimoine : C’est l’ensemble de logement, terrain, mobilier, dettes, crédits à la consommation… possédé par une personne à une date déterminée. 2) Mesure de niveau de vie d’un pays :

Mr ZRIBI CHEKER Activité 3 page 115

Niveau : Bac ECO

Le niveau de vie moyen de la population sera mesuré par le PIB par habitant : PIB / h. c’est un indicateur qui mesure le niveau de vie moyen de la population. Le niveau de vie désigne l’ensemble de biens et services marchands et non marchands consommés par l’individu. 3) Mesure de l’évolution du niveau de vie : Activité 4 page 115 On mesure le niveau de vie par un indicateur économique : PIB / h PIB / h = PIB réel / Population totale (on utilise le PIB réel pour éliminer l’effet de l’inflation). Pour apprécier l’évolution du niveau de vie, on doit chercher le taux de croissance du PIB réel / h :  TC du PIB réel / h = TC PIB réel – TC de la population. Croissance de niveau de vie = croissance économique – croissance démographique  Le niveau de vie s’améliore que si le PIB réel croît à un rythme plus rapide que l’accroissement démographique. Les limites : Le PIB réel / h n’est qu’une moyenne, il peut donc masquer des inégalités car certains individus profitent de la croissance plus que d’autres (riches et pauvres…). 3) Calcul et interprétation du PIB / h et de TC PIB / h : Activité 2 page 120 En 1994 : Déflateur du PIB1994 (1990 = 100) = (15813.8 / 12773.8) * 100 = 123.79 En 2004 : Pop totale2004 = Pop totale1994 * 1.1266 = 9931.429 milles personnes PIB réel2004 = (35043.2 / 170.8) * 100 = 20517.096 MD L’évolution du niveau de vie moyen en Tunisie entre 1994-2004 est calculée par le TCPIB / h. TCPIB / h = TCPIBréel – TC de la population. = [(20517.096 – 12773.8) / 12773.8] * 100 – [(9931.429 – 8815.4) / 8815.4] * 100 = 60.618% - 12.659% = 47.959%  Le niveau de vie moyen a augmenté en Tunisie de 47.959% sur la période 1994-2004.

Mr ZRIBI CHEKER

Niveau : Bac ECO

B/ Croissance économique et amélioration de niveau de vie :
La croissance économique se traduit par une création de richesse (augmentation durable de la production) destiné à être consommé. La production de biens alimentaires, de biens industriels (automobile, TV…) de services (santé, éducation…) augmente la consommation et contribue à améliorer le niveau de vie moyen. La croissance économique améliore le niveau de vie à travers : L’accumulation du capital (investissement privé et public augmentent) ce qui se traduit par une création d’emploi donc une multiplication des revenus (croissance extensive)  La consommation augmente. L’intégration du progrès technique engendre des gains de productivité (croissance intensive), il en résulte des revenus plus élevés.  La consommation augmente. La productivité traduit la quantité des biens et services produit par travailleur, ce qui bénéficie à ce dernier une augmentation des revenus, donc une consommation plus élevée et un niveau de vie meilleur. La croissance de la productivité bénéficie aux travailleurs sous forme d’augmentation de salaire et aux entreprises sous forme de profits plus élevés ce qui augmente le niveau de vie. D’une part, les gains de productivité se traduit par une baisse des coûts donc une baisse des prix ce qui augmente le pouvoir d’achat des consommateurs. La baisse des prix peut provenir par ailleurs des économies d’échelle. D’autre part, les gains de productivité augmentent les recettes de l’Etat ce qui signifie augmentation des investissements publics  Augmentation des services publics marchands et non marchands  Niveau de vie augmente.

Section 2) L’évolution de la structure de la consommation :
Rappel : Activité 3 page 121 : 1) TCAM PIB/ habitant = 2%  Le niveau de vie moyen a augmenté de 2% par an aux Etats-Unis. 2) L’amélioration du niveau de vie de l’américain moyen aujourd’hui se manifeste par l’augmentation de la consommation des biens et services par rapport à ses grands parents. Activité 1 page 123 : La consommation finale est l’utilisation des biens et services qui se détruisent immédiatement ou progressivement par les ménages.

Mr ZRIBI CHEKER

Niveau : Bac ECO

N.B : La consommation finale est la fonction principale des ménages qui se diffère de la consommation intermédiaire. W : C’est la part des dépenses relatives à une rubrique dans l’ensemble des dépenses totales (budget). Formule : W (en %) = (dépenses relatives à une rubrique / total des dépenses) x 100 Activité 3 page 123 : Le secteur tertiaire regroupe l’ensemble des activités des services. Exemples : transport, tourisme, spectacle, service bancaire…

Objectifs de la section : Les mutations de la structure de consommation au cours de la croissance. Dégager l’évolution de la part des services dans la consommation.

A- Notion de structure de consommation :
Activité 1 page 124 : T.A.F : identifier la structure de consommation ?  C’est le classement par fonction de consommation : tous les biens et services répondant aux mêmes besoins sont classés dans la même rubrique (poste budgétaire). L’INS classe la structure de consommation en 7 rubriques à savoir : alimentation, habillement, habitation, hygiène et soin, transport et télécommunication, enseignement culture et loisirs, autres dépenses.

B- La mesure de la structure de la consommation :
La structure de consommation peut être saisie à l’aide de W. Activité 1 page 124 : L’utilité de W : Chiffrer les dépenses de consommation d’une rubrique dans le total des dépenses. Permet d’appréhender l’évolution de la structure de consommation dans le temps et dans l’espace (entre pays, entre régions…).

C- L’évolution de la structure de consommation :
a) Les besoins physiologiques : bien de 1ére nécessité Activité 2 page 124 : 1) Les dépenses de consommation alimentaire reculent lorsque le revenu augmente.

Mr ZRIBI CHEKER

Niveau : Bac ECO

2) Les justifications de la baisse de W (alimentation) au cours de la croissance économique : - Les besoins physiologiques et plus précisément alimentaires sont limités en intensité  état de satiété  saturation de satisfaction de besoin alimentaire pour un seuil de revenu bien déterminé.  L’évolution de la structure de consommation se caractérise par une baisse de la part de l’alimentation dans les dépenses totales car W (alimentation) baisse lorsque le revenu augmente. Les dépenses alimentaires augmentent mais à un rythme moins rapide que celui du revenu. Activité : Variation de la PMC selon le niveau de revenu pauvre riche Consommation (alimentaire) 180 revenu PMC (alimentaire) 200 0.9 400 1600 0.25 Exemple fictif - Plus le revenu augmente plus la PMC (alimentaire) diminue (tend vers 0). - Plus le revenu diminue plus la PMC (alimentaire) augmente (tend vers 1).  La loi d’Engel est vérifiée. b) Les besoins moins essentiels : biens normaux Activité 3 page 125 T.A.F : Présentez l’évolution de la structure de consommation relative à l’habillement et l’habitation. Réponse : La part des dépenses consacrées à l’habillement et à l’habitation augmente aux mêmes rythmes que le revenu : c'est-à-dire il y a stagnation de la part de l’habillement et l’habitation dans les dépenses totales. Généraliser : En général, les dépenses consacrées aux biens normaux varient peu lorsque le revenu augmente, autrement dit, les dépenses varient proportionnellement au revenu. c) Les besoins superflu : biens supérieurs Activité 3 page 125 : T.A.F : Présentez l’évolution de la structure de consommation relative aux autres rubriques de consommation.

Mr ZRIBI CHEKER Réponse :

Niveau : Bac ECO

La part des dépenses relatives aux autres rubriques (hygiène et soin, transport et télécommunication, enseignement culture et loisirs) augmente avec un rythme plus rapide que celui de revenu. Cela se justifie par : L’amélioration de niveau de vie au cours de la croissance génère plus d’accès aux services. Le PT qui s’incarne dans les innovations qui font apparaître des nouveaux produits, d’où des nouveaux besoins surtout ceux qui sont relatifs aux services dont leurs poids dans les dépenses totales s’en trouvent modifiées (mode de vie) Activité 4 page 125 (évaluation) : 1) Les rubriques de consommation qui connaissent un accroissement rapide depuis 1960 sont : hygiène et soin, transport et télécommunication, enseignement culture et loisirs, autres dépenses. 2) Leurs coefficients budgétaires évoluent à la hausse et avec un rythme croissant.

Synthèse :
L’évolution de la structure de la consommation se manifeste par : Diminution de la part des dépenses d’alimentation dans le budget lorsque ce dernier augmente. La part des dépenses consacrée à l’habillement et l’habitation dans le budget augmente dans les mêmes proportions que le revenu. La part des dépenses consacrée aux services dans le budget croît plus rapidement que le revenu.

Section3) les transformations des modes de vie :
La croissance économique influe, d’une manière structurelle, la consommation de la population. Les mutations à ce niveau se caractérisent aussi bien par l’accroissement du niveau de vie et des changements des structures de consommation, que par des transformations des modes de vie de la population. Comment donc la croissance économique modifie-t-elle les modes de vie ?

Mr ZRIBI CHEKER

Niveau : Bac ECO

A- Définition et déterminants du mode de vie :
1) Définition du mode de vie : (activité1 page 133) Le mode de vie ou genre de vie désigne l’ensemble des manières de vivre (ou des comportements) d’un individu ou d’un groupe social dans un cadre démographique, géographique, technologique, économique et socioculturel donné. Le mode de vie est une notion qualitative : conditions du travail, type de loisirs, format d’habitat, façon de consommer… A un même niveau de vie, il peut correspondre des modes de vie différents. Le mode de vie évolue dans le temps et dans l’espace. 2) Les déterminants du mode de vie : (activité 2 page 133) Le mode de vie dépend de plusieurs facteurs à savoir : a) Le niveau de vie : C’est un facteur important du mode de vie mais n’est pas le seul. A un niveau de vie similaire, il peut y avoir des genres de vie différents. Par exemple : un médecin dans une zone rurale et un autre dans une zone urbaine ou bien un jeune avocat et un autre plus âgé… Donc le mode de vie dépend en partie du niveau de vie mais ne se confond pas avec lui. b) Les autres facteurs économiques et sociaux : Le mode de vie incluse aussi les habitudes culturelles, le milieu social d’origine, l’âge, le lieu d’habitation, les rythmes imposés par la société (effet de la publicité)… Tous ces facteurs influent sur les comportements des individus.

B- Croissance économique et transformation des modes de vie :
La croissance économique participe à améliorer les revenus répartis sur l’ensemble de la population d’où on assiste à une augmentation de niveau de vie ainsi que l’abondance et la différenciation des produits offerts sur le marché. A travers l’accroissement des revenus, l’évolution des techniques de production, les innovations de produits et l’augmentation de la productivité, que la croissance économique a transformé, en élevant le niveau de vie de la population, les modes de vie. Les facteurs qui contribuent aux transformations du mode de vie au cours de la croissance sont : L’augmentation de niveau de vie des individus, l’activité géographique ou encore mobilité géographique et professionnelle, l’habitat (régions rurales aux régions urbaines), recherche de plus de confort, le progrès technique…

Mr ZRIBI CHEKER 1) Le progrès spectaculaire des modes de vie : (activité 5 page 134)

Niveau : Bac ECO

Au cours de la croissance économique, on assiste à des mutations qualitatives remarquables et profondes de mode de vie dû à une répartition des gains agricoles, industriels et de services  Augmentation des revenus des ménages  élévation des revenus directs. Aussi, suite à la redistribution des revenus et les biens collectifs effectués l’Etat et les organismes de sécurités sociales. On constate une amélioration au niveau de la qualité d’alimentation qui se diversifie (apporté de la diffusion des réfrigérateurs, l’eau potable, amélioration des normes sanitaires) , au niveau d’habillement qui devient plus pratique, du logement plus confortable, du transport qui devient plus rapide et plus sécurisé tel que l’automobile qui assure une liberté de déplacement individuel, au niveau des télécommunications qui connaissent une évolution plus rapide tel que le téléphone qui permet d’entretenir des réseaux de sociabilité plus profonde que le seul voisinage immédiat.  Tous ces changements transforment les habitudes et les comportements des consommateurs et donc leur mode de vie. 2) La tendance à l’uniformisation des modes de vie : (activité 6 page 134) On constate que les modes de vie ont une tendance à se rapprocher ou encore à s’uniformiser sous l’effet de : L’élévation de niveau de vie des ménages. Les innovations commerciales (Americain Way of Life), tel que la publicité, la vente à crédit, le service après-vente…  Les ménages se préoccupent davantage de l’acquisition des biens durables (ce qui caractérise la période des 30 années glorieuses) qui correspond à une consommation de masse où les produits sont homogènes.  Le mode de vie des cadres moyens se distingue de moins en moins de celui des ouvriers, les ménages vivant dans une région rurales adopte un mode de vie de plus en plus influencé par le mode de vie urbain (utilisation des voitures, des télévisions, des réfrigérateurs, des téléphones…). La consommation des ménages par leur appartenance sociale (cadre supérieur, ouvrier) et leur milieu (urbain, rural) tend à se rapprocher ou s’uniformiser.  Cette uniformisation touche les 7 rubriques. 3) Une différenciation des modes de vie : (activité 7 page 135) Les trente glorieuses sont caractérisées par une homogénéisation de la consommation vu que les produits sont standard (voiture noire sous forme T avec Ford), mais cette uniformisation

Mr ZRIBI CHEKER

Niveau : Bac ECO

de produits ne reflète pas qu’il n’y a pas une hétérogénéité de la consommation et donc les modes de vie ont connu une modification. Ce changement peut être expliqué par : - Les ménages sont équipés en bien durables, ils cherchent donc à diversifier leurs produits, surtout, suite à la croissance de la production qui répond aux exigences des consommateurs (marque, qualité, couleurs…). - Le progrès technique a contribué aussi aux changements de mode de vie qui devient de plus en plus diversifié vu la naissance des nouveaux produits tels que les magnétoscopes, paraboles… 4) L’utilisation du temps libre : ( activité 8 page 135) L’accélération de rythme de la production est à l’origine de l’accroissement du temps libre et donc la naissance de nouveaux besoins (restauration, loisirs, détente…). Le temps était, avant, consacré au travail. La croissance et l’amélioration de la productivité ont baissé régulièrement la durée du travail. Donc, le temps libre augmente. De nouvelles habitudes de consommation de développent. En effet, le salarié ne cherche plus seulement de gagner plus, mais de vivre mieux et de consacrer plus du temps aux loisirs, aux vacances, et d’accéder à des activités de loisirs variées (sportives, culturelles).  D’où un développement des habitudes de consommation vers des activités de loisirs.