COMMUNIQUE    

 

Les  éditeurs  protestent  solennellement  contre  l’annonce  par  le  Syndicat  SGLCE  CGT  du   Livre  d’un  blocage  général  de  la  distribution  de  tous  les  quotidiens           5  février  2013         Avec  la  menace  du  Syndicat  SGLCE  CGT  du  Livre  de  bloquer  totalement  cette  nuit  la  distribution  de   tous  les  quotidiens  –  et  des  seuls  quotidiens  payants-­‐,  le  conflit  au  sein  de  la  société  Presstalis  prend   aujourd’hui  une  dimension  inédite  et  d’une  gravité  exceptionnelle.       Depuis  octobre,  une  trentaine  de  mouvements  sociaux  ont  affecté  de  manière  tournante  ou  globale   la  distribution  des  différents  quotidiens  nationaux.       Ces  multiples  perturbations  aboutissent  aujourd’hui  à  détériorer  gravement  le  contrat  de  confiance   entre  les  lecteurs  et  leurs  quotidiens.       Le  blocage  général  annoncé  par  le  Syndicat  SGLCE    CGT  du  Livre  pour  ce  soir  met  en  cause  la  viabilité   économique  de  la  société  Presstalis,  fait  peser  un  risque  insoutenable  sur  les  30.000  marchands  de   journaux  répartis  sur  le  territoire.  Il  fragilise  considérablement  les  sociétés  de  presse  qui  subissent   des  pertes  de  recettes  récurrentes.       La  prise  en  otage  des  quotidiens  ne  résout  rien,  bien  au  contraire.         Dans  ce  contexte,  l’ensemble  des  éditeurs  de  presse  quotidienne  nationale    protestent   solennellement  contre  les  moyens  mis  en  œuvre  par  le  Syndicat  SGLCE  CGT  du  Livre,  pour  s’opposer   à  une  réforme  de  la  société  Presstalis,  par  ailleurs  indispensable,  et  organisée  avec  des  dispositifs   exceptionnels  et  des  propositions  d’accompagnement  social  importantes.       Les  éditeurs  des  quotidiens  paraissant  mercredi  matin    seront  contraints  de  prendre  la  décision   exceptionnelle  de  ne  pas  imprimer  les  journaux  ce  soir.  Ils  dénoncent  les  actions  violentes  de  blocage   de  leurs  titres.  Ils  en  appellent  à  la  responsabilité  de  tous  les  acteurs  de  ce  conflit  afin  de  trouver  très   rapidement  les  voies  du  dialogue  au  sein  de  Presstalis.  Faute  de  solution  rapide,  c’est  l’ensemble  de   la  filière  industrielle    et  logistique  de  la  presse  qui  est  gravement  menacée,  et  à  terme  l’existence  des   quotidiens.  

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful