Développement animal et végétal

Développement primaire chez les végétaux
Sommaire

Introduction! 1 - De l'embryon à la plante!
1.a - Germination! I.b - L’embryon a une structure simple! I.c - Développement post-embryonnaire chez les plantes!

3 3
3 4 5

2 - Les méristèmes apicaux!
2.a - Le méristème apical caulinaire! 2.b - Le méristème apical racinaire! 2.c - Les méristèmes axillaires!

5
6 6 7

3 - Organisation de la racine!

7

4 - Régulation de l'identité cellulaire dans la racine! 0 1
4.1 - Mise en place du cortex (A)! 4.2 - Ablation de l’initiale corticale (B)! 4.3 - Ablation de la cellule-fille corticale (C)! 4.4 - Ablation de 3 cellules corticales filles (D)! 12 12 13 13

4.5 - Autre expérience contrôle : Ablation de 3 cellules voisines! 13 4.6 - Conclusions! 13

5. Contrôle génétique de l'organisation radiale!
1 sur 23

14

Développement animal et végétal

6 - La formation des racines latérales!
6.1 - Le système racinaire! 6.2 - Le développement des racines latérales!

17
17 17

7 - Le méristème apical caulinaire!
7.1 - Organisation du MAC! 7.2 Maintien des cellules souches dans le MAC!

19
19 21

2 sur 23

Développement animal et végétal

Introduction
Le développement chez les plantes : ➡ 3 étapes principales : - Phase embryonnaire - Phase végétative (formation de feuilles, racines...) - Phase reproductive ➡ Croissance et formation de nouveaux organes en intégrant des caractères développementaux et environnementaux

1 - De l'embryon à la plante

!
✓ ✓ ✓ ✓

!

1.a - Germination

Émergence de radicule Allongement de l'axe caulinaire Conditions favorables Contrôle par des facteurs internes et externes (externes  : température, H2O... ; internes : acide gibbérellique, l'acide abscissique) ✓ Germination épigée ou hypogée selon l'allongement de l'hypocotyle ou épicotyle ➡ Germination épigée : Haricot, Phaseolus vulgaris

3 sur 23

Développement animal et végétal

On observe que l'hypocotyle s'allonge en formant un crochet. Cette crosse formée ménage la structure du cotylédon et des feuilles en les tirant du sol et non en les poussant

➡ Germination hypogée : Pois, Pisum sativum

C'est l'épicotyle qui s'allonge et les cotylédons restent dans le sol

!
✓ ✓ ✓ ✓ ✓

!

! ! I.b - L’embryon a une structure simple

MAR (méristème apical racinaire) Racine embryonnaire Hypocotyle 1 ou 2 cotylédons MAC (méristème apical caulinaire)

4 sur 23

Développement animal et végétal

!

!

I.c - Développement post-embryonnaire chez les plantes

✓ Tous les autres organes sont formés post-embryonnairement à partir de cellules souches pluripotentes ✓ Organogenèse et histogenèse continues. Le MAC est à la fois organogène et histogène. Le MAR n'est qu’histogène, il ne forme pas d'autres racines par la suite ✓ Mérèse, auxèse et différenciation cellulaire ✓ Développement à partir du MAR et du MAC ✓ Tissus qui en dérivent sont les tissus primaires ➡ Organisation primaire de la plante

2 - Les méristèmes apicaux
✓ MAR est responsable du développement de la racine ✓ MAC est responsable du développement de la partie aérienne ✓ Tissus de petites cellules indifférenciées capables de se diviser pour donner 2 cellules filles : - 1 cellule fille va rester dans un état initial ➠ indifférenciée - 1 cellule fille sort du méristème ➠ se différencie en réponse à des signaux de position ➡ L’ensemble des cellules initiales et des cellules dérivées vont former les cellules souches

5 sur 23

Développement animal et végétal

Protoderme Méristème apical caulinaire Racinaire

Épiderme Rhizoderme Tissus fondamentaux : Cortex, moelle Cortex, endoderme Phloème primaire Procambium non différencié Xylème primaire Procambium non différencié Xylème primaire Cylindre central : - Péricycle - Phloème primaire - Xylème primaire

Méristème fondamental

Procambium

Les tissus en vert correspondent aux tissus aériens

!
✓ ✓ ✓ ✓ ✓

!

2.a - Le méristème apical caulinaire

Situé au niveau du bourgeon terminal Forme variable : +/- convexe à aplati, +/- étroit Assure la croissance en longueur de la tige feuillée (tiges, feuilles, rameaux) Capable de fonctionner pendant toute la vie de la plante Le méristème est caché derrière les primordia foliaires

!
✓ ✓ ✓ ✓

!

2.b - Le méristème apical racinaire

Situé à l'extrémité de chaque racine Structure simple Formation de files longitudinales de cellules à partir des cellules du méristème Allongement de racine par divisions transversales

6 sur 23

Développement animal et végétal

!

!

2.c - Les méristèmes axillaires

Les méristèmes axillaires se trouvent au niveau des noeuds. Lorsqu'un primordium de feuille se développe, il reste un amas de cellules méristèmatique, c'est lui qui constitue le méristème axillaire. Ces cellules produisent des bourgeons axillaires qui possède leur propre méristème apical (même structure et fonction que le MAC

3 - Organisation de la racine
✓ 3 zones +/- continues : Zone de différenciation (partie apicale) - Zone d'élongation (partie centrale) - Zone de division cellulaire (partie basale) La coiffe est située sous la zone de division cellulaire Expansion cellulaire dans la racine : ✓ Région méristèmatique, les cellules sont isodiamétriques ✓ Zone d'élongation ➠ expansion radiale et longitudinale ✓ Zone de différenciation ➠ poils absorbants La racine d'Arabidopsis thaliana : un modèle ✓ ✓ ✓ ✓ Plante modèle Observation aisée de la racine Organisation extrêmement simple Ressource génétique (mutants...)

7 sur 23

Développement animal et végétal

Schéma d'une coupe longitudinale et transversale d'un apex de racine d'Arabidopsis thaliana

Les poils absorbants sont des excroissances des trichoblastes. Les poils se forment à une certaine distance de l'apex de la racine. Ils jouent un rôle dans l'absorption de l'eau et des sels minéraux. Ils ont la capacité de puiser dans de nouvelles régions au fur et à mesure que la racine s'allonge dans le sol. Ils augmentent la surface d'absorption de la racine Cortex : ➡ Cellules corticales (attention  : dans le poly, cortex = cellules corticales uniquement, il faut donc corriger) ➡ Cellules endodermiques = endoderme

8 sur 23

Développement animal et végétal

Le cadre de caspary constitue un écran aux substances qui proviennent du sol et qui oblige un contrôle cytoplasmique : - Apoplasme  : désigne le continuum extracellulaire formé par les parois pectocellulosiques et les espaces vides entre les cellules végétales. L'eau et les solutés peuvent y naviguer par diffusion passive non sélective. Dans les racines, la voie symplastique est rendue obligatoire, lors de la traversée de l'endoderme, pour permettre le passage de l'eau et des solutés de l'écorce vers le cylindre central où siègent les faisceaux conducteurs de sève, les cadres de Casparry des cellules de l'endoderme obstruant la voie apoplastique - Symplasme : désigne le continuum intracellulaire formé par les cellules végétales par le biais des plasmodesmes. Les cytoplasmes de cellules ainsi reliés ne forment alors qu'un seul compartiment partagé par toutes les cellules. La taille des plasmodesmes régule la taille des solutés pouvant naviguer activement depuis une cellule vers une autre. Dans les racines, le symplasme assure le passage de l'eau et des solutés du sol vers le cylindre central où siègent les faisceaux conducteurs de sève. La voie symplastique y est rendue obligatoire par la présence des cadres de Casparry dans l'endoderme qui obstruent la voie apoplastique Stèle = cylindre central : - Péricycle - Tissus vasculaires (phloème et xylème) Centre quiescent  : Région qui est mitotiquement très peu active. Chez Arabidospis thaliana, il est formé de 4 cellules. Le centre quiescent est entouré par les cellules initiales. Cet ensemble (centre quiescent + cellules initiales) forme les cellules souches de la racine

Centre quiescent maintien des cellules souches : WOX5 exprimé dans le centre quiescent ➠ répression de différenciation des cellules du méristème. Les signaux provenant du centre quiescent -> maintien des cellules souches

9 sur 23

Développement animal et végétal

La coiffe : elle se trouve uniquement dans la partie apicale. La coiffe centrale est appelée columelle ➠ elle joue un rôle dans la perception de la pesanteur. La coiffe latérale entoure toute la racine

4 - Régulation de l'identité cellulaire dans la racine
Comment se maintient le profil radial ? Hypothèses : ➡ La cellule, reçoit-elle une information de la cellule mère ? ➡ Sa position dans la racine détermine-t-elle son devenir ? Technique d'ablation au laser

L’iodure de propidium est capable de pénétrer dans les cellules mortes, mais pas dans les cellules vivantes. On peut alors distinguer les cellules mortes des cellules vivantes Au bout de quelques jours, la cellule quiescente tuée a été remplacée, mais on ne peut pas dire par quelle cellule. Matériel végétal ➠ 2 lignées transgéniques exprimant gus (β-glucuronidase) sous contrôle d'un : ➡ Promoteur spécifique des tissus vasculaires ➠ marqueur des tissus vasculaires ➡ Promoteur spécifique de la coiffe ➠ marqueur de la coiffe Ablation des 4 cellules quiescentes ✓ Cellules de la stèle se mettent à la place (files cellulaires)

10 sur 23

Développement animal et végétal

✓ Ces cellules n'expriment plus le marqueur du tissu vasculaire, mais expriment le marqueur de la coiffe ! ✓ Au cours de l'embryogenèse, les cellules du centre quiescent et de la coiffe dérivent de l'hypophyse ➡ Information pour le devenir des cellules selon l'axe apico-basal est présente en permanence

L'initiale corticale subit une division anticline. Une donne le statut d'initial et l'autre donne une cellule fille corticale qui subit à son tour une division péricline asymétrique qui génère vers l'intérieur une petite cellule qui se différentie en endoderme et vers l'extérieur une cellule qui se divise en une cellule corticale

11 sur 23

Développement animal et végétal

➡ Cellules initiales ne sont pas prédéterminées. La position détermine l'identité. Il existe donc un signal permanent qui contribue à l'organisation radiale de la racine

!

!

4.1 - Mise en place du cortex (A)

Rappel  : cortex représente cellules apicales et endodermiques. On a l’initiale corticale en contact avec le centre quiescent qui subit une division anticline. La corticale fille va subir ensuite une division péricline asymétrique (une grande cellule en corticale, et une cellule de plus petite taille vers l’intérieur de la racine).

!

!

4.2 - Ablation de l’initiale corticale (B)

Lorsqu’on procède à l’ablation de l’initiale corticale  : la cellule toute derrière est l’initiale péricyclique. On constate que deux cellules du péricycle prennent la place de l’initiale corticale. Deux, cas la cellule initiale est plus grande donc il y a de la place pour deux cellules péricycliques. Elles vont ensuite se diviser pour former cellules corticales et cellules endodermiques (au nombre de 9).
12 sur 23

Développement animal et végétal

Les cellules initiales ne sont pas prédéterminées. C’est la position de la cellule qui détermine son identité. Puisque les cellules initiales ne sont pas prédéterminées, les cellules du méristème sont capables de modifier leur devenir.

!

!

4.3 - Ablation de la cellule-fille corticale (C)

Au bout de quelques jours, l’initiale corticale se divise de façon anticline  ; puis la cellule fille subit la division péricline asymétrique. Tout se passe normalement. Cette initiale corticale garde un contact avec les corticales filles voisines. L’information pourrait venir d’un signal provenant des cellules corticales filles vers l’initiale.

!

!

4.4 - Ablation de 3 cellules corticales filles (D)

L’initiale centrale n’a plus de contact avec les cellules corticales filles. L’initiale se divise toujours de façon anticline, mais la cellule fille corticale ne se divise pas de façon asymétrique pour donner naissance aux cellules corticales et endodermiques. On pourrait éventuellement expliquer ce résultat par le fait que cette fois-ci, on a tué 3 cellules.

4.5 - Autre expérience contrôle : Ablation de 3 cellules voisines
✓ Ablation de 1 cellule fille de - Epiderme - Corticale - Péricycle Initiale corticale centrale reste en contact avec des corticales filles ✓ ✓ Division anticline, puis péricline

!

!

4.6 - Conclusions

✓ La position définit le devenir cellulaire ✓ Cette information de position est dirigée vers l'apex ✓ Les initiales ne génèrent pas le profil de la racine, mais maintiennent un profil mis en place au cours de l'embryogenèse

13 sur 23

Développement animal et végétal

5. Contrôle génétique de l'organisation radiale
Suite TD : l'utilisation de mutants pour la compréhension du développement chez les plantes # - Mutant scarecrow # - Mutant shortroot

Mutant shoortroot : ➡ Retard de croissance de la racine chez ce mutant ➡ Une seul couche de cellule entre l'épiderme et le péricycle Quelle est l'identité de ces cellules ? Immunolocalisation avec anticorps spécifique d'un glucide de la paroi des cellules de l'épiderme et des cellules corticales ➥ Les cellules de la couche mutante ont descaractéristiques de cellules corticales. Pas de caractéristiques d'endoderme Analyse de l'expression de shoortroot :

14 sur 23

Développement animal et végétal

Transformation d'Arabidopsis avec un gène rapporteur (GFP ou gus) sous contrôle du promoteur shoortroot ➠ Transcrits et expression de SHR dans la stèle et les initiales vasculaires Localisation de la protéine shortroot :

Transformation d'Arabidopsis avec une protéine de fusion GFP-SHR sous contrôle du promoteur SHR La protéine shoortroot est présente dans : - La stèle - Du noyau et cytoplasme de cellules de l'endoderme - Noyau de cellules du centre quiescent, initiales et cellules-filles corticales La protéine migre de la stèle vers les cellules des couches voisines. Elle agit indépendament de la cellules où est exprimé le gène ➠ effet "paracrine" Contrôle génétique de l'organisation radiale par les gènes SCARECROW et SHORTROOT :

15 sur 23

Développement animal et végétal

Analyse de l'expression de SHR dans le mutant scr :

Le gène SHR est exprimé dans le scr Analyse de l'expression de SCR dans le mutant shr : Le gène SCR n'est pas exprimé dans le mutant shr ☛ L'activité de la protéine SHR est nécessaire à l'expression du gène SCR Conclusions ✓ Le gène SCARECROW controle la division asymétrique de la cellule fille corticale ✓ Le gène SHORTROOT est nécessaire pour la différentiation de l'endoderme et pour l'activation du gène SCARECROW ✓ La protéine SHORTROOT contrôle l'organisation radiale de manière paracrine ✓ Sa localisation nucléaire suggère qu'elle agit directement sur la régulation transcriptionnelle. SHORTROOT est un facteur de transcription

16 sur 23

Développement animal et végétal

6 - La formation des racines latérales
! ! 6.1 - Le système racinaire

On peut considérer deux types de systèmes racinaires  : -# Le système pivotant  : on le trouve chez les dicotylédones. On a une racine primaire qui s’enfonce directement dans le sol, et qui va être à l’origine de racines latérales/secondaires au fur et à mesure du développement. Les racines latérales les plus jeunes se trouvent au niveau de l’apex de la racine. La particularité est que les systèmes racinaires descendent profondément dans le sol. -# Le système fasciculé  : chez les monocotylédones. La racine primaire est éphémère. Le système racinaire se développe à partir de racines adventives formées à partir de la tige (contrairement aux racines latérales). Dans ce système, on a également des racines latérales qui se forment à partir des racines adventives. C’est un développement racinaire beaucoup plus superficiel (l’adhérence au sol est cependant toujours très forte). Ces plantes protègent les sols de l’érosion.

!
✓ ✓ ✓ ✓

!

6.2 - Le développement des racines latérales

Les racines latérales se forment à partir des cellules du péricycle Face au pôles de protoxylème ou de protophloème (selon les espèces) Initiation dans les cellules du péricycle Dans ces files de cellules péricycliques, cellules plus petites et plus nombreuses

Différents stades de développement des racines latérales chez Arabidopsis : I : divisions anticlines des cellules péricycliques. Elargissement radial II : Divisions périclines III : Division périclines de la couche la plus externe IV : Divisions périclines de la couche la plus interne V : Divisions périclines dans la partie médiane VI : divisions périclines dans la partie médiane. L'organisation radiale se met en place VII : primordium ➞ apex structuré de racine secondaire

17 sur 23

Développement animal et végétal

Emergence de la racine latérale

18 sur 23

Développement animal et végétal

A quel moment le méristème devient-il fonctionnel ? ✓ Fragments de racine d'Arabidopsis contenant des primordia à différents stades de développement placés dans un milieu de culture ✓ On peut considérer qu'un méristème est un ensemble de cellules capable de formerun organe ✓ Primordium de 3-5 couches de cellules poursuit son développement ✓ Méristème fonctionnel avant que la structure ne soit histologiquement reconnaissable A quel moment ces cellules se différencient-elles ? ✓ Différenciation se dans le primordium ✓ Les tissus se mettent en place selon un ordre strict ✓ L'histogenèse précède la structuration du MAR

7 - Le méristème apical caulinaire
✓ Centre d'initiation répétée d'organes durant toute la vie de la plante ✓ Production continue de cellules qui vont former des tiges, des feuilles des méristèmes axillaires ✓ Le MAC est à la fois histogène et organogène

!

!

7.1 - Organisation du MAC

✓ Régions ayant des fonctions et des devenirs différents ✓ L'observation microscopique de coupes longitudinales de MAC des angiospermes : plusieurs assises cellulaires (organisation clonale) ✓ Assise externe : Tunica ✓ Chez Arabidospis, 2 assises cellulaires L1 et L2. Divisions anticlines ✓ Cellules de L1 se différentient en cellule épidermique de feuille, tige ou fleur ✓ Cellules de L2 se différentient en cellules sous-épidermiques ✓ Tunica formée et maintenue par orientations anticlines des plans de division
19 sur 23

Développement animal et végétal

✓ Massif cellulaire situé sous la tunica : Corpus ✓ L3 : assise génératrice du corpus chez Arabidopsis ✓ Cellules du corpus contribuent à la formation des tissus plutot internes (feuilles et fleurs ; tissus vasculaires de la tige) ✓ Pas de plans de divisions préférentiels (divisions périclines et anticlines) Organisation radial du MAC

* 3 domaines ou zones définis selon des critères cytologiques * Zone centrale au sommet du méristème ; s'étend en profondeur sur partie de tunica et corpus -> réservoir de cellules souches. Progénitures recrutéess dans ZP et ZM * Zone périphérique oú naissent les primordia: Cellules, en général, plus petites, moins vacuolisées ; se divisent plus rapidement que celles de ZC * Zone médullaire constitue la base du méristème; cellules plus grandes, organisées en files; production des parties internes de la tige Activité mitotique au sein du MAC

* Zone périphérique : marquage important * Zone centrale la moins active * Zone médullaire : activité mitotique variable
20 sur 23

Développement animal et végétal

!

!

7.2 Maintien des cellules souches dans le MAC

✓ MAC hautement organisé ✓ MAC ➞ 2 fonctions distinctes : - Mise en place des organes latéraux dans ZP - Auto-maintien du MAC par l'activité de la ZC SHOOTMERISTEMLESS (STM) ✓ Mutant shootmeristemless : absence de méristème ✓ STM est un facteur de transcription ✓ STM est exprimé dans ZC et ZP ➡ Maintient les divisions cellulaires ➡ Accumulation d'un nombre suffisant de cellules avant initiation d'un primordium ➡ Empêche la différenciation cellulaire Mutant wuschel (wus)

✓ Méristème se met en place, mais se termine précocement après développement de quelques organes ✓ Production de fleurs avec moins d'organes (une seule étamine) ✓ Méristème d'inflorescence aplati Wuschel code un facteur de transcription Expression d'un petit groupe de cellules en dessous de L3 = centre organisateur ➡ WUSCHEL maintient l'identité des cellules souches de la zone centrale Mutants clavata 1,2 et 3 (clv)

21 sur 23

Développement animal et végétal

✓ ✓ ✓ ✓

Méristème plus grand, ZC plus grande Accumulation d'un surplus de cellules dans ZC Plus de feuilles; tiges élargies Fleurs avec carpelles surnuméraires Expression et fonction des gènes clavata 1-3

✓ CLV1 : récepteur transmembranaire à activité kinasique. Expression de clv1 dans ZC, juste au-dessus du domaine d'expression de wus ✓ CLV2 : récepteur membranaire ; s'associe avec CLV1 pour former un complexe ✓ Expression de clv3 au sommet du MAC. CLV3, peptide diffusible, active le complexe hétérodimérique CLV1/CLV2 en s'y fixant (effet paracrine) ✓ La voie CLAVATA restreint l'expansion de la zone centrale WUS est une cible de CLV3 Mutant clv1 ➞ expression de WUS dans un domaine plus large ➡ CLAVATA exerce un contrôle négatif sur wus ✓ Augmentation d'activité de WUS augmente le nombre de cellules souches et élargit ZC du MAC
22 sur 23

Développement animal et végétal

✓ Transmission du signal via CLAVATA limite l'activité de wus aux cellules du centre organisateur Surexpression de wus : WUSCHEL active l'expression de clavata3 Surexpression de clv3 : inhibition de l'expression de wus Voie de signalisation CLAVATA-WUSCHEL contrôle taille de population de cellules souches ✓ Chez Arabidopsis, cellules souches de la ZC qui produisent la protéine signal CLV3. CLV3 active le complexe récepteur membranaire CLV1/CLV2 dans les cellules environnantes ➞ effet paracrine ✓ Transmission du signal limite l'expression de wus au centre organisateur ✓ Wus représente une voie positive : active l'expression de clv3 ✓ Interaction plus ou moins entre wus et clv3 qui controlent la taille du MAC

23 sur 23