Santini de Riols, Emmanuel-Napoléon (pseud. J. de Riols, Dr J.-M. de Roche, Dr R. de Pauwels). E.-N. Santini de Riols.

Les Parfums magiques : odeurs, onctions, fumigations, exhalations, inhalations, en usage chez les anciens, dans les temples pour consulter les dieux, dans le sommeil sacré, ou en particulier ; au mo.... 1903.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

tes

Parfums

magiques

par B,'N.

SANTINI

PB

RIOLS

inhalaOdeurs/ onctions, fumigations, exhalaisons, tions/ en usage chez les anciens, dans les temples, pour consulter les dieux dans le sommeil sacré, ou en particulier ; au moyen-âge, dans différents buts; rituellement, dans les cérémonies magiques, etc.

?A??*.' i; & C'V éditeurs ôpjfQNCEAUX plWë ^aii|it-Miçhe^ 4

Les Parfums magiques .

EN PREPARATION: Les Les nombres pierres magiques magiques .

CHEZ ENUSAGE LESANCIENS. LESTEMPLES DANS INHALATIONS. GENONCEAUX & C. ONCTIONS. SANTINI DE RIOLS Les Parfums magiques EXHALATIONS ODEURS. PLACE SAINT-MICHEL. ÉDITEURS 4. ACTUELLEMENTLESCÉRÉMONIES DANS MAGIQUES. 4 MGMIII Librairie .-N. POUR CONSULTER LESDIEUX L OUENPARTICULIER.E. DANS ESOMMEIL SACRÉ. ETC.e. FUMIGATIONS. AUMOYEN DANS ACE DIFFERENTS RUTS. PARIS Française L.

.

1. — Or. la dernière matière à l'état ultra-gazeux. parcourir l'espace à raison de plusieurs centaines de mètres par seconde. dans la nature. minô1 .I La matière . un morceau de verre. est dans un perpétuel mouvement.es. un métal. Dimensions do l'atome. a son état do division extrême. uno plante . métaux. un caillou. d'après Crooh. à son état d'extrême division. 2. nous verrions l'atomo. le parfum des objets. ses qualro états. c'est-à-dire à la vitesse du boulet sortant de la bouche à feu. — Tout.Vitesse do translation de la matière. ce qui se passe sous nos yeux dans le monde des astres a lieu également dans le monde infinitésimal des atomes constituant la vulgaire matière. Faculté de pénétration do la matière. et si nous possédions un microscope grossissant quelques milliards do fois en diamètre.

que. autour des métaux comme autour de la fleur : car les métaux ont leur odeur. sans aucun contact (1). odeurs.450et 855. il est constitué par la volatilisation continuello de cette surfaco môme. matières agissant les unes sur les autres . Il y a donc autour des corps une aura (17) formée de leurs matières constitutives à l'état de division extrême. . quo des gravures encadrées reproduisent leur image sur le verre du cadre. qui en ost distant do deux à trois dixièmes de millimètre . que les chiffres et autres indications gravés sur la cuvette d'une monlro impriment leur image sur le métal du boîtier. exhalaisons. etc.2 LESPARFUMS MAGIQUES rauxou plantes. XV. émanations. t. est constitué par le corps lui-môme à l'état do tension extrême àsasurfaco .1812. 125. l'infinie (1)Comptesrendus do l'Académiedes Sciences. et celle du plomb n'est pas la môme que celle du cuivre ou du zinc. ou animaux. et cola est si vrai.. Mais avant d'aborder l'étude des parfums.MB. où la cohésion no s'exerco pour ainsi dire plus . dans des machines où des pièces sont aussi placées à de très petites distances les unes des autres. le mémo phénomène so produit . pp.

— Ils se composent de molécules discontinues. sont régies par certaines lois {forces).LESPARFUMS MAUIQUBS d ténuité do leurs particules. il nous parait nécessaire de rappeler les données générales quo nous possédons sur la MATIÈRE : indocti discant. 10S. disait lo président Hénault. formées elles-mômcs d'atomes. Ces molécules. leurs actions chimiques. leur faculté oxlrèmo de diffusion. leur rôle dans l'antiquité et au moyen âge . XCI. on peut môme dire énormes si on les compare au diamètre du noyau central que nous appelons molécule. L'attraction. ament meminisse periti.. leur transport à des dislances parfois considérables. et môme. . —Sur la constitution de la matière et sur — C'est à Crookes que l'on l'état ultra-gazeux. parfois et dans des circonstances spéciales. et voici comment il s'en explique (1) : 1° Solides. quand elle s'exerce t (1)Comptes rendus. entre autres l'attraction et le mouvement. p. 1880. leurs impressions produites sur les animaux et en particulier sur l'hommo. séparées les unes des autres par des intervalles relativement grands. •doit co dernier qualificatif de la matière. 3.

Les liquides étant artificiellement chauffés. et leur position reste fixe dans leur centre d'oscillation. Il s'ensuitquol'étatsolide. elle prend lo nom d'adhésion ou do cohésion. lorsquo ces distances sont moléculaires. Cetto forco do cohésion est contrebalancée par les mouvements propres des moléculeselles-mômes. ou la fixité do position des centres d'oscillation des molécules est anéantie. les mouvements intermoléculaires augmentent en proportion de l'élévation do température. 2° Liquides. s'appello gravitation . n'est que l'effet produit sur nos sens par les mouvements des molécules simples sur elles-mômes. et l'adhésion. Les molécules des corps solides ne so déplacent pas . elles conservent une adhésion. — La force de cohésion y est très réduite. que nous avons l'habitude de considérer comme l'état par excellence de la matière. jusqu'à ce qu'enfin la cohésion soit vaincue . mouvements qui. alors les molécules . variant en raison directe de la température.4 LES PAI1FUMS MAGIQUES à des distances sensibles. augmentent ou diminuent d'étendue suivant que la température s'élèvoou s'abaisse.

Le môme raisonnement s'applique à deux ou plusieurs molécules contigiiës. et d'une régularité inconcevable. L'état gazeux se maintient tant que les chocs moléculaires . pourvu que leurs mouvements soient arrêtés ou contrôlés do telle sorte. — Leurs molécules s'envolent dans toutes les directions imaginables avec des collisions continuelles. et des vitesses rapides variant constamment. continuent à ôtro presque infinis en nombre. qu'aucun choc entre elles ne soit possible . Un vent moléculaire peut toujours être considéré comme représentant des . et en supposant môme que cette agrégation de molécules simples. si la gravitation n'existait pas. Etant libres de circuler. soit transportée en bloc d'une partie de l'espace à une autre. hors d'état de s'entrechoquer. si l'espaco libre qu'ollcs parcourent est suffisamment étendu pour qu'elles soient affranchies de la forco do cohésion. 3° Gaz. elles s'envoleraient dans l'espace infini. et. les molécules exercent une pression dans toutes les directions. le mouvement ainsi produit ne saurait leur conférer la propriété de gaz.LESPAIIFUMS MAGIQUES 5 s'échappent dans l'cspaco avec une vélocité inouïo (4).

Dans ce cas. et amener par quelque force étrangère de la régularité dans les collisipns désordonnées doses molécules. l'état gazeux dépend avant tout de collisions. par un moyen quelconque. le parcours libre des molécules est rendu tollemont long quo les chocs dans un tomps donné peuvent être négligés par rapport aux non-rencontres. Mais le môme état do choses se produirait si. En conséquence.6 LESPARFUMS MAGIQUES molécules simples. en les contraignant à prendre un mouvement rectiligne méthodique. nous pouvions agir sur une certaino quantité do gaz. do mômo que la décharge d'une mitrailleuse consisto en projectiles isolés. les propriétés qui constituent la gazéitô se réduisent au minimum : la matière passe alors à l'état ultra-gazeux.— La matière présente alors lo résultat définitif do l'expansion gazeuse. Un espace donné contient des milliers et des milliers de molécules qui se meuvent rapidement dans . et si la distance moyenno des <hocs est comparable aux dimensions du contenant. Par suito d'uno grande raréfaction. la molécule moyenno peut obéir à ses mouvements et ses lois propres sans entrave . 4° Etat ultra-gazeux ou radiant.

« une possibilité permanente de sensation ». ni plus ni moins. qu'il n'y en aurait à . et l'on peut observor les quantités qui constituent l'état gazeux ordinaire de la matièro. et ce que nous appelons matière n'est. la distanco moyenno des chocs des molécules onlro elles est excessivement minime (4). si on la compare aux dimensions du récoptaclo qui les contient. est la seule vraie matière. ou. Ces données nous conduisent à une autre considération bien curieuse : la molécule. chaque molécule ayant dea milliers do rencontres par secondo avec les autres. Il n'y a pas plus de raison pour représenter commo matière l'espace parcouru par des molécules en mouvement. que l'effet produit sur nos sens par le mouvement des 7nolécules. difficilement concevable.LESPAHFUM8 MAGIQUES 7 toutes les directions. dès que les mouvements irréguliers qui constituent l'essence do l'état gazeux ont été remplacés par un mouvement rectiligno. intangible. Dans un tel cas. Je considère les molécules comme présentant les conditions do la matièro radiante. lequel dépend de collisions constantes. comme le dit Joli Stowart Mill.

leurs dimensions. Frémy. A la température do zéro absolu.8 LESPARFUMS MAGIQUES considérer comme du plomb l'air traversé par une balle de fusil. il s'ensuit que la matière [celle qui apparaît à nos sens) n'est qu'un modo de mouvement. Maxwell. où rien n'est laissé à l'imagination pure. et. est rigoureusement contrôlé. (1) ENCYCLOPÉDIE publiéesous la direction M. do CHIMIQUE. telle que nous la connaissons. la trajectoire moyenne de ces molécules. 844et suiv.1. ont fait à ce sujet des travaux extrêmement remarquables. et où tout.. Les savants Joule. la matière. au contraire. 4. les diverses évaluations de la vitesse de translation des molécules à l'état gazeux ou parvenues à l'état radiant.dit àson tourM. cesserait d'exister (CROOKES). et par conséquent le nombre de molécules contenu dans un volume donné.Ditte (1). — On a soumis aux opérations les plus délicates du calcul transcendant.1. Ce point de vue une fois admis. s'il est vrai qu'il resterait encore un je ne sais quoi conservant des propriétés d'inertie et de poids. tout mouvement intermoléculaire disparaîtrait. 1882. Hegnault. . Clausius. pp. etc.

en effet.. : Air Oxygène Hydrogène Azote Chlore Protoxyde d'azote.. et on l'a trouvée du môme ordre de grandeur que les vitesses possédées par les projectiles sortant d'une pièce d'artillerie à longue portée. et quo 1. Oxyde de carbone. Acide sulfureux Gaz ammoniac 485 metres seconde par — 461 — 1848 — 492 — 347 — 804 — 620 — 420 ~ 818 Les particules de l'air qui constituent notre atmosphère volent donc dans toutes les directions avec uno vitesse d'environ 28 kilomètres par minute.LESPARFUMS MAGIQUES 9 Non seulement les particules dos corps sont dans un état continuel de mouvement. et c'est parco qu'elles se meuvent dans tous les sens que nous n'en sommes affectés*en rien. On est arrivé à déterminer cette vitesse dans les gaz. . pour leur valeur à zéro. sous la pression de 760 mill. mais encore les vitesses dont elles sont animées sont considérables. On a...

en raison (1)Los volumesoccupéspar uuomômemassede gaz. lo fait du mouvement parliculaire conduit à l'explication dynamique complète de la loi de Mariotte (1). et la succession de ces coups si rapides est précisément la cause do ce que nous appelons la pression de l'air. les parois du vase le même nombredefois avec uno impulsion de môme étendue. Ces éléments des gaz animés d'une grando vitesse frappent contre les parois des vases qui les renferment. contre tout co qui est placé au milieu d'eux. comme chacune d'elles frappe. en moyenne. des gaz ou des vapeurs. Mais ces particules ne frappent pas seulement contre les parois qu'elles rencontrent .à températureconstante. . leur nombre varie.sont inversementproportionnels aux pressions. nous ainsi. Si. La pression dans un vase est donc proportionnelle au nombre des particules qui frappent ses parois. elle concourt pour une part égale à la pression totale. pour une vitesse donnée des particules.10 LESPARFUMS MAGIQUES toutes maintiennent en équilibre les fluides de notre corps. c'est-à-dire à la quantité de gaz qu'il contient.

LESPARFUMS MAGIQUBS

11

de leur nombre immense et de ce fait qu'elles vont dans toutes les directions, il est certain qu'elles ne peuvent éviter de s'entre-choquer. Or, toutes les fois que deux particules se rencontrent, elles changent toutes deux de trajectoiro et partent dans des directions nouvelles ; do sorte que, malgré des vitesses considérables, elles peuvent mettre un temps fort long avant de se trouver à une grande distance de leur point do départ. C'est ainsi que, lorsqu'on débouche un flacon d'ammoniaque, les particules de ce gaz Réchappant avec une vitesse de 815 mètres à la seconde, l'odeur en devrait être instantanément perçue à cette distance ; mais, comme chaque particule est heurtée de tous côtés par celles de l'air, ot qu'elle subit environ 8 milliards de ces collisions par seconde, sa trajectoire est singulièrement modifiée. Co n'est plus uno ligne droite, et Ton conçoit qu'une particule puisse faire ainsi beaucoup de chemin sans s'éloigner notablement de sa position initiale. En s'appuyant sur la conductibilité calorifique des gaz et sur leur frottement interne, on peut lo chemin moyen évaluer approximativement que chaquo particule parcourt entre deux chocs

12

LESPARFUMS MAGIQUES

consécutifs, dans un gaz maintenu à 0° sens la pression ordinaire de 760 mill. Ces chemins sont les suivants : Oxygène Air Azote Oxyde de carbone. Acide carbonique.. Qaz ammoniac.... 96 90 89 89 62 169 ] / l millionièmes de mm. [ 1 J

A mesure quo la température du gaz s'abaisse, il se produit un affaiblissement correspondant dans la force vive intérienre; l'amplitude des vibrations diminue, et il se fait un rapprochement entre les deux particules moléculaires ; la vitesse décroissant de plus en plus, chaque particule n'aura plus quo la force nécessaire pour parcourir uno ligne courbe fermée, une orbe plus ou moins circulaire, plus ou moins petite, et lo corps deviendra liquide, au moins dans sa masse générale, car les parties oxtrêmes, plus favorisées, conservent encore un peu leurs coudées franches, à la surfaco extérieure surtout (2), ot elles pourront conserver ou acquérir très rapidement leur état gazeux : c'est ce qui

LESPARFUMS MAGIQUES

13

explique lo phénomène de l'évaporation, c'est-à-dire du passage de l'état liquide à l'état gazeux ; et l'on sait si cette transformation est rapide pour certains liquides, tels que l'éther, l'essence, le sulfure de carbone, etc. 5. — On a ensuite calculé les dimensions d'une particule, et l'on a trouvé que son diamètrene doit pas être inférieur à un cinq dix-millionième de millimètre. (^^) D'après les mômes calculs, dans un centimètre cube de gaz, pris à la densité ordinaire, il y aurait d 60.000.000.000.000.000.000.000e molécules. Pour les solides et les liquides, dit W. Thomp'son (l),la densité variant entre 5 et 16.000 fois celle des gaz, le nombre de leurs particules dans un centimètre cube serait donc compris entre 3 X 10" et 3 X 10'*>d'après cela, la distance des centres de deux particules serait comprise entre 14 et 46 dixmillionièmes do millimètre. De3considérations d'une autre nature, appuyées soit sur les phénomènes de diffusion, soit sur l'épaisseur des bulles de savon, permettent également 10mars1872. (1)Revue scientifique,

14

LESPARFUMS MAGIQUBS

de se rendre compte, jusqu'à un certain point, des dimensions des particules : « Dans un centimètre cube de gaz quelconque, continuo M. Ditte, à la température ordinaire et à la pression normale, il y aurait, d'après les savants dont il a été question plus haut, environ 19 millions de milliards de molécules ; daus les liquides et les la distance moyenne des solides transparents, centres de deux molécules contiguës serait comprise entre un dix-millioniômo et un deux-centmillionième de millimètre. Enfin, Alhanase Dupré admet que, dans un cube d'eau d'un millième de millimètre de côté, il y a plus do 125.000 fois un million do particules... « Il faut bien considérer, toutefois, que ces résultats, relatifs aux dimensions et au nombre des particules, no présentent pas le degré d'exactitude auquel on arrive dans la mesure des vitesses dont elles sont animées. » 6. — William Thompson, professeur à l'Université de Glascow, décrit ainsi la constitution intime des corps : « Pour nous faire une idée do la manière dont les corps sont constitués, figurons-nous une gouile de

. qu'elle . la sphèreimmense ainsi obtenue sera composéo do petites sphères plus grosses quo des grains do plomb et plus petites que des oranges. et supposons-le grossi jusqu'à égaler le volume de la terre. nous aurons la reproduction exacte de co qui se passe dans l'éteuduo des cieux... car co n'est autre chose quo do la matière à un tel état de division. comme chacune d'elles étant animéo d'un mouvement vertigineusement rapide. ajoutons-nous. où les astres volent. dont les ÉTOILES OUSOLEILS seraiont les 'molécules. Co fluide. s'il existo.LESPARFUMS MAGIQUES 15 pluie ou un globe de verre de la grosseur d'un pois. placées à d'immenscsdistancesles unes des autres. animés d'inimaginables vitesses. L'UNIVERS entier ne serait-il qu'un corps unique. fluide impondérable inventé ce pour occuper les espaces interplanétaires et expliquer la transmission du calorique et de la lumière. en outre. mi pondérable. et les PLANÈTES ATOMES? les 7. quo devient-il dans tout cela ? Un fluido impondérable n'existe pas..» Et ces petites sphères seront. Ses atomes étant grossis dans la môme proportion. — Et I'ÉTHER.

l'avis de Grove (1). quoe creavit orbem terraINVISA rum EX MATERIA (3). t. » des do 1) Corrélation forcesphysiques. voyer contre eux une multitude d'ours ou de lions audacieux. et dont Dieu créa. .16 LESPARFUMS MAGIQUES est sur la limite de l'être et du non-être. pour rendre compte do certains phénomènes. Faye lui-même avait été amené à la conception d'un « milieu résistant ». ou plutôt réalisa (JOS) lo monde . et Salomon dit: Non enim împossibilis erat omnipotens manus tua. que Dieu créa le monde de rien : la version samaritaine traduit môme fcHS par condensavit. e (3)LaVersion SEPTANTE . on ne trouve nulle part. C'est. 1807. (2)Comptesendus. occupant l'immensité de l'étendue (2). n-8". L'éther n'est autre chose que cette matière atomistique. car fc^à ne signifie pas créa de rien. L. réduito à son dernier degré de ténuité. dont parle Salomon dans le livre de la Sagesse. il condensa . LEMONDE MATIÈRE D'UNE d'enqui RÉALISA INVISIBLE.traduction l'abbé i Moigno Paris. immittere îllis mullidinem ursorum aut audaces leones : « Car il n'était pas difficile à votre main toute-puissante. du reste. r des ditinvisibllis t incomposita. dans les livres saints. et.

contre la . nous voyons pourtant la lumière émise par d'autres nébuleuses. la matière à l'état gazeux traverse avec la plus grande facilité certains corps plus ou moins poreux. et l'expérience suivante est fort curieuse à ce point do vue : . on écrit sur une feuillo. o* pool faire uno encre sympathique. qu'on l'appelle etlier ou matière atomistique. Avecune solution de bismuth dans l'acide nitreux. avec la solution do bismuth . Mystère. et il est certain que la lumiôro a besoin d'un véhicule vibratoire pour nous parvenir.LESPARFUMS MAGIQUES 17 Jusqu'où s'étend cette matièro invisible ? Notre monde n'est qu'une infime nébuleuse. qu'elles peuvent produire leur effet à travers un fort volume de papier . expose-t-on le papier aux émanations d'une dissolution de foie de soufre [polysulfure de potassium ou de sodium) ? Immédiatement les caractères apparaissent en noir. Dans tous les cas. à la fin du volume. Ces émanations gazeuses sont si déliées et si actives. absolument invisible sur le papier où elle a servi à tracer des caractères . que l'on place au commencement du livre. noyée dans le vaste univers .

si vous pouvez. II. et ils restaient impassibles devant ce qu'ils no pouvaient comprendre tout d'abord : « Quelque phôc nomôno qui se présonto à vous. Cherchez-en donc la cause et tâchez de la « trouver. dit Cicéron. et « toutes ces terreurs ou ces craintes que la nou« Ycauté do la chose aurait pu faire naître en vous. en considérant « qu'elles viennent do la nature (1). qui paraissent en noir au bout de quelque temps. . on met une autre fouille de papier imbibée do la dissolution do foie de soufre : les émanations de cette dernière traversent l'épaisseur du livre et vont impressionner les caractères tracés sur l'autre feuille. ir 60. § 28. il est € de toute nécessité que la cause en soit dans la « nature. Que d'expériences de ce genre (et combien nombreuses et connues aujourd'hui !)à l'aide desquelles il était facile jadis d'étonner lo vulgairo et de lui persuader l'existence d'un pouvoir occulte et imaginaire chez ceux qui les pratiquaient ! Mais les esprits élevés savaient à quoi s'en tenir à ce sujet. Si vous no la trouvez « pas. « parce qu'il ne peut rien se faire sans cause . soyez certain qu'elle n'en existe pas moins. ib.18 LESPARFUMS MAGIQUBS couverture. c repoussez-les de votro esprit. » l De (1)CICERO. Divinatione.

— L'orgue des saveurs.II Parfumschez les anciens. — Dans son Histoire naturelle. Pline nous parle de plusieurs des parfums en usage à son époque : [Livre XII. de la grandeur du raifort .— La Sulamite Abisag. parfum féminin : aura feminca. — Parfumsbrilles aux funérailles. — Influences magiques des émanations de > la femme dans la période mensuelle. — La fille Baré. — Atmosphère de la femme. — L'impératrice romaine Cèsonia. — Falsificationdes parfums dans l'antiquité. et cette plante priva presque Alexandre de sa cavale- .— Parfumschez les Grecs. — Aura dcé plantes. — Là (sur les frontières de l'Inde) est aussi un arbrisseau épineux. — Le Cantique des Cantiques.chambre. ch. valet de. son odeur attire les chevaux. la feuille ressemble à celle du laurier . § 1). — Usnge immodéré qu'ils en faisaient. XVIII. 8. — Parfums sacrés chez les Hébreux.— Gammes et accords des parfums. cl les Tahitiens.

(2)83francs. ni en assistant à des funérailles. ont fait lo commerce de l'encens.20 LESPARFUMS MAGIQUES rie à son entrée dans celto province. les (XXX). Roem. qui le possèdent par droit héréditaire . . et encore ne le voient-ils pas tous . et que ces observances religieuses augmentent la qualité de la marchandise (3). Le naid est un arbrisseau (1) à l'odeur suave. — La feuille du nard est le prin(Livre cipal ingrédient dans les parfums. Co sont les seuls Arabes qui voient l'arbre de l'encens. son prix était do (XLI). (3) I/encons do l'Inilo provient d'un arbre de la famille des térébiuthacées(Hosuclliathurlfcra). lorsqu'ils taillent ces arbres eu en font la récolte. on dit que c'est le privilège de trois mille familles seulement. et ils en sont encore les agents les plus actifs . ces individus sont sacrés . premiers. que. (1) ValerianaSpica. ils no se souillent ni par le commerce des femmes.. de là vient que l'encens a été appelé minéen... pour cela. Il lui en arriva autant dans la Gédrosio. — Les Minéens (peuples d'Arabie). Le prix des épis de nard est de cent deniers (2) la livre.. — Le cinnamomo. mais on no connaît pas l'arbre qui produitl'encensd'Arabie. XXVI). que.

. (4)Ualsamodendron opobalsamum. Othon.. ni dans ses indignations parfois puériles contre l'abus qui se faisait des parfums : la vieillesse perd facilement la mémoire de ce qu'elle pratiquait lorsqu'elle était la jeunesse... (XLIII)..— Le mirobolan (3).. 9. — Lacasia(2). — Le calamus odorant. Linu. (XLVI). . — Remarquons toutefois que.ettreLXXXVI.. qui n'était alors que lo vil complaisant du maître dont il devait un jour posséder lo trône.. et ce fut ainsi qu'il parvint à sa haute puissance: (1)820francs. (3)Noixdo bon. les raffinements les plusextraordinaires.Lam. à l'heure do la toilette et des repas (8) . on no se contentait plus de se frotter de parfums une ou deux fois par jour. (2)Lauruscasia. augmenté plus tard de moitié.. —Le baume(4). Nous ne suivrons pas Pline dans sa nomenclature.. vers la fin de la République et au commencement de l'Empire. lui inspira sur ce point la délicatesse la plus efféminée. (XLVIII). la cannelle. l (5)Sénèquo.LESPARFUMS MAGI ES 21 mille deniers (1). (LIV).moringaoleifera.

Nous les voyons tout d'abord employés dans les cérémonies religieuses. suivirent les pratiques de l'Egypte.—Pline.liv. où ils (1)Plutavque. XII. naturellement. XVIII. Les murs de ses salles do bains furent aussi parfumés. qui jadis n'étaient couverts quo de la noble poussière des champs de bataille (2). . après tout. ne faisaient que suivre lo courant.Viede Galba. 14).des Inscriptions et belles-lettres. les Hébreux. C'est uno oxcuso. 10. VII. ces drapeaux. Elle s'introduisit môme dans les arméos . ch. les Grecs. et c'est là surtout qu'ils continuèrent à servir et qu'ils servent encore. — L'usage des parfums remonte d'ailleurs à la plus haute antiquité. 1824. de (2)Mémoires l'Ac. etc.22 LESPARFUMS MAGIQUES il instruisit Néron à se parfumor jusqu'à la planto des pieds (13. Une telle sensualité n'était pas particulière au chef do l'ompire : on la trouvait aussi parmi les esclaves (1). et les Romains. on parfumait quelquefois ces aigles.. Néron puait-il des pieds. Les Egyptiens en faisaient dans ce but une énorme consommation. p . ' XXXIII. 155. Peut-ôtre. quel que soit lo dieu ou quelle que soit la déosse que l'on honore. t. XVI.ch.

. Co législateur donne. — Tu feras de toutes ces choses une huile sainte pour servir auy onctions. avant quo Moïse les en retirât.LESPARFUMS MAGIQUES 23 avaient si longtomps vécu. pour l'onction du grand-prôlro et do ses fils. XXX. 28. et une mesure de hin d'huile d'olive. du tabernacle et do tous les vases destinés au sorvico divin. la moitié moins de cinnamome. dans Y Exode. l'un. était condamné à mort. l'autre. deslinéà être offert à Dieu sur l'autel d'or . 22. c'est-à diro lo poids de deux cent cinquante sicles de la canne aromatique . — Cinq cents sicles do cannelle. Voici la composition de ces aromates : EXODE. — Lo Seigneur parla alors à Moïse. — Et il lui dit: Prends des parfums. un parfum composé selon l'art du parfumeur (composition opère unguentarii). 23. la composition de deux sortes do parfums . Tout hommo qui so serait servi pour son usage personnel de l'un ou l'autre do ces parfums. de la myrrhe la première et la meilleure . au poids du sanctuaire. 24. lo poids de cinq cents sicles.

de l'onyx (2). — Le Seigneur dit encore à Moïse: Prends des aromates. et en donnera à un étranger. 31. 27. — Tu en oindras Aaron et ses fils. — Tu diras aux enfants d'Israël.. du galbanum (3) odoriférant. sera exterminé du milieu de mon peuple. — La table avec ses vases. — Tu on oindras le tabernacle du témoignage et l'arche du testament. xtrait domyrrhe: les anciensparlentsouventdu stacté. de l'encens lo plus luisant. du stactê (1). 33. l'autel des parfums. (8)Idem. — Tu feras du tout un parfum selon l'art du e (1)Myrrhedola plus grande/pureté. — Et celui des holocaustes. et tu les sanctifieras.. (2)Gomme aromatique. et tout ee qui est nécessaire pour lo service et le culte qui doit s'y rendre. afin qu'ils exercent les fonctions de mon sacerdoce. 30. 38. 28. 34. et que le tout soit du môme poids. — Quiconque en composera de semblable. .24 LES PARFUMS MAGIQUES 26. le chandelier et tout co qui sert à son usage.

—. JUDITH. —Mais les Hébreux avaient une infinitôd'autres parfums pour leur usage personnel. se couvraient de parfums . Co parfum vous deviendra saint et 36. pour mieux l'enivrer de son incomparable beauté (beauté très mûre. Les femmes et les hommes. étant mêlé avec soin. qui en fera do semblable. 38.LESPARFUMS MAGIQUBS 25 parfumeur. et on sait que la reine de Sçaba. 3. — sacré. Voici la description que fait la Bible de sa toilette : X. lui en apporta une telle quantité. — Vous n'en composerez point de semblable à votro usage. et Judith. pour avoir te plaisir d'en sentir l'odeur. — L'homme. il est vrai). parce qu'il est consacré au Seigneur. lequel.Elle se lava le corps. quel qu'il soit. 11. périra du milieu do mon peuple. lors do sa visite à Salomon. pour captiver les bonnes grâces d'IIoIo— qu'elle se propose d'assassiner. mais les femmes surtout . répandit 2 . prend un bain et se parfume tout le corps. quo jamais. 37. — et pherne. depuis cette époque. sera très pur et digne do m'ôtro offert. on n'en vit autant à Jérusalem. le Dieu do Moïse. Il n'était pas tendre. indifféremment.

mais seulement la vertu (?.Nous avonsétéà même.. t ils sontabsolumenttels quoles décritla Bible. Quant à no voiraucunmauvaisdessein. et so para enfin do tous ses ornements. dos lis d'or. 4.dansl'actodoJudith.en Algérie.revêtentleursplusbeauxornements.20 LES PARFUMS MAGIQUES sur ello un parfum précieux. xceptionnelle e pour e l'âgedocettefemme(à 40ans.a cetteépoque. uneOrientale st décrépite).mais. des pendants d'oreille. — Dieu môme ajouta un nouvel éclat à sa beauté (2). où il est dit qu'ellomourut âgéedo 105aus. a dit-il.pour le succèsdel'entreprisede l'héroïne.pendantun séjourdoneufans dansla province d'Oran.de 45 à 50 ans. des bracelets. outes les juivesd'unesituation t e aisée. comme peut lo conjecturer 'aprèsle verset28 du chaon d pitre XVI. le samedi. (2)Judith devaitavoir. 'le la vertu. frisa ses choveuxet mit sur sa tôto uno milro magnifique Ello so rovôtit dos habits qu'ello portait au tomps do son bonheur (1). dos baguos. Ainsi le Seigneur augmenta (1)Avantson veuvage. .uté. l deJUDITH Voila pourquoi'auteurorientaldu livrebiblique insistesur cettoincomparable bef. au contraire..do constater uola description toilettedeJudithest absodelà q lumentexaite. parce quo tout cet ajustement n'avait pour principe aucun mauvais dessein. et dueseulement u Seigneur.sou mari était mort d'uno insolation.). prit uno chaussure très richo. c'estuno question de tempset dolatitudegéographique.

nous l'avons déjà dit.. avec de l'ambroisie. dit Homère. — Chozles Grecset les Romains. 11y aurait vu (livre XXI) que dans la chambre (ou la tente) d'Ulysse. « Elle ôta. afin do la fairo paraître aux yeux do tous dans un lustro incomparable. D'après Athénée (livre I. Nous no parlons pas seulement de ceux que les fiours exhalent.LESPARFUMS MAGIQUES 27 encoro sa beauté. 12. On no pense pas à tout. ch.. baignant son corps sculptural et lo parfumant d'un parfum à base d'ambroisie dont le palais d'airain de Jupiter et l'Olympe sont embaumés. qu'il nous j)eint « tout brillant do parfums ». il no s'est pas non plus rappelé cette magistrale description quo fait lo vieil aède do la belle et majestueuse Junon. à la guerre do Troie : c'est le beau Paris.. les impuretés qui souillaient sonbeau corps. — more ungucntarii. un seul des héros d'Homèro est parfumé. comme dit la Bible. . XV des Deipnosophistcs). il ne s'agit ici quo des parfums préparés. mère des Dieuxet des hommes. on faisait des parfums un usago absolument immodéré. il y avait des coffres romplis d'habits parfumés . L'auteurgrec n'a sans doute pas lu attentivement l'Iliade.

Les Lacédémonicns chassèrent les parfumeurs de Sparte. Saint Jérôme. co ne sont pas seulement des parfums. dit Cléarque dans lo 11°livro do ses Vies. t (2)On voit que ces Lacédémoniensant vantésn'étaient quo dovéritablesbrutes. (1)Odyssée. » Du rcsto. . chantVII.un beau témoignage. comme avant lui les Septante. do son erreur (26). ainsi que les teinturiers . par ses fameuses lois. oxhala un parfum qui so répandit sur touto la terre et dans les cieux (1). en s'efféminant. dont ils afiectent de se frotter avec tant do passion » : — comme ^ font aujourd'hui encoro les Indiens. répandue dans la maison d'airain de Jupiter. dont usent les hommes.28 LESPARFUMS MAGIQUES ello so répandit cnsuito sur touto la peau uno liqueur d'ambroisio mélangée d'aromates. dit encore Athénée (livro XV. ch. do vendre des parfums : « mais à présent. L'histoirodo leurs ilotesen est. 10). Solon avait aussi défendu aux hommes. et qui. d'ailleurs. parco quo les premiers corrompaient les huiles. et que les seconds ôtaient aux laines leur blancheur (2). mais encoro des couleurs. il convient. dans leur traduction du texte hébreu de la Bible. plus loin.

la myrrho. lo métopion et le mendésion so font de même excellents en Egypte . celui de rose est le plus odorant à Phasôlis. tels que ceux de rose.àNeapolis(iV«£tes)etàCapouo. la stactê n'est môme autre chose que do la myrrhe pure. celui de marjolaine. de giroflée. » Théophraste. Athénée donne lui-même cette explication (livro XV.10) : « on a fait myrrha et smyma. » Voici les principaux parfums des anciens et leur origine.le métopion se fabrique avec l'huile extraite des amandes amères. d'après Héraphile (Traité des parfums). on préfère le produit d'Egypte .LESPARFUMS MAGIQUES 20 la appollo stactê (<JT»XT/)) myrrho. celui d'oenanthe. à Chypre et dans l'Adramytte . autrement appelé susin (lis) . à Cooset à Mélos. cité par l'auteur grec : « Celui d'iris est excellent en Elide et à Cysique . également cité par Athénée. à Tarse . de lis. chap. la myrrho absolument puro . dit dans son Traité des odeurs : « On compose des parfums avec des fleurs. on fait t. celui de nard. . quant à celui de troène. choz les Eoliens. celui de safranh Soli de Cilicio et à Rhodes . parco quo la plupart des parfums so préparaient avec la myrrhe . celui do sysimbrion et do serpolet .

les pieds ot les mains avec du parfum d'Egypte. . elle sesertde menthe crépue . Céphisodore dit. domarjolaine . pour ses genoux et son cou. — Voici comment Antiphano. dans son Trophonius: A. Les ibidem. ma chère Xanthia. (2)ANTIPHANE. » 13. do mémo quo lo parfum de en y mettant du costus (espôco de marjolaine. elle en prend de Phénicie . pour ses sourcils et ses yeux. pour sesbras. Ceux do myrlhe ot d'oenanthe se font avec les fouilles do la plante. gingombro (1). pour ses joues et ses seins. en Chypre. et y a beaucoup d'odour.Thoriciens. achète-moi livro (1)ATHÉNÉE.. XV. décrit los divers parfums affectés à chaque partio du corps: « Elle so lave. — Les parfums les plus chers servaient parfois à la toilette des pieds.30 IBS PAHFUMB MAGIQUES aussi celui do lis on Chypre .—ATHÉNÉE. il est fort bon dans l'ilo d'Egino et dans la Cilicio.. Ceux d'iris et do nard se font avec les racines. > —11 y a là de quoi faire rôver bien des Parisiennes. — Ensuite. ^ 14. dans lo môme ouvrage.ch. do serpolet (2). 12. dans un bassin plaqué en or. L'oenantho croit dans les montagnes.

» Dans son livro XIII (Histoire naturelle).. Infâmo coquin! attends un peu ! jo vais l'acheter du baccharis I.. Plino parle des arbres et des arbrisseaux dont les odeurs sont précieuses. B. c'est ainsi qu'ont été inventés les parfums. du baccharis pour tes pieds?.. outro cela. dans son Protésilasi « Du parfum do chez Péron. — Marouflo!. les cèdres seuls et les citres (2) envoyaient la fumée de leurs branches se répandre en nuages au-dessus des victimes. ajoutes-y do celui do rose .. (2)Thuyaarticulata. . dit-il : < Chacune était en soi merveilleuse. (1)ATHÉNÉE. il ibid.LESPARFUMS MAGIQUBS 31 du parfum d'iris. On n'employait pas alors l'encens dans les sacrifices . Quel en est l'inventeur? On ne le dit pas. Cependant déjà le suc des roses était trouvé : en effet.. prends aussi du baccharis pour m'on frotter les pieds. cet Egyption si cher. Linn. pour m'on frottor lo corps . et avec lequel celui-ci frotte les pieds do Callistrato (1). qui en donna cependant hier à Ménalope. Alexandre dit.... 11 en avait point au temps de la n'y guerre de Troie (12). le luxe s'est plu à les mélanger et à faire de toutes uno seule odeur . ot.

28. à cause de son odeur forte et semblable à celle du bouc . avec la gomme. » Suit une interminable nomenclature des parfums et do leur falsification par d'honnêtes commerçants. . le souchet ou l'écorce do souchet.Linn.ivroXII.commo (2)Alliumvictorialis. Quelques exemples entre mille : On falsifie le nard avec la planto appelée pseudonard (2). qui vient partout.. l'antimoine.. A côté du nard des Gaules croit toujours uno herbe nommée hirculus (4). dont la feuille est plus épaisse. etc.. l'écume d'argent (3). ch. On falsifie Yamomum avec des feuilles de grenadier et une solution de gomme . On le falsifie encoro avec sa racine que l'on môle.. XII.du temps do la nous l'avonsétabliau § 12. (4)Petit bouc. pour en augmenter lo poids. il se colle à ces feuilles et on le roule en forme de grappes (6). livre 5) PLINE. guerrodoTroie.. (3)Litharge. 26.32 LESPARFUMS MAGIQUES est mentionné dans Homère comme donnant du prix à l'huile (1). l (6)PUNE. etc. on s'en sert surtout pour lo falsifier (8). ch. (1)Il y avaitdoncdes parfums en Grèce. . etc.

LESPARFUMS MAGIQUES 33 (A propos de l'encens).. La forêt où on lo recueille. en forme de gomme. avec le suc du concombre sauvage . où l'on sophistique l'encons. (2)Lithargo. avec la résine commune (4).. avec la gommo . . du lentisque.. est à l'abri des déprédations. livre (8)PLINE. pour l'amertume. gràco à la probité mutuello . on ne les laisse sortir que nus. ch. (4)Ibidem. . Chez nous.. avec l'écume d'argent (2).. .. Mais la sophistication la plus perfide se pratique avec la myrrhe de l'Indo (3). Le mastic de Chios vient. on le falsifie. 33.. certes. . XII. On falsifie la myrrhe avec le suc épaissi du lentisquo. ch.. on falsifio l'oncons avec des larmes do résine blanche qui ressemblent beaucoup à l'encens (l). Mais. livro (1)PLINE. les laboratoires no sont jamais suffisamment gardés : on appose un cachet sur le caleçon des ouvriers : on leur met un masque sur la tête ou un réseau à mailles serrées'. divisée en lots déterminés. personne ne garde les arbres incisés. XII. 36. porsonno no vole son voisin. à Aloxandrie. pour le poids. comme l'encens.

(4) Ibidem.34 LES PARFUMS MAGIQUES . 54. XII. Mais parfois — toujours même — comme nous lo verrons plus loin (28. (2)Espècede mille-peiiuis. l (3)PLINE. 44). On falsifie le baume (I) avec I'hypericum(2) de Petra. — Les anciens étaient persuadés quo las parfums disposaient les dieux à écouler les voeux qu'on leur adressait dans les temples. On falsifio lo styrax avec do la résine de cèdre ou de la gommo . L (1) Balsamodcndron opobalsamum. falsification qui se reconnaît à ce que la graine d'hypericum est grosse. avec du miel ou des amandes amôres .. les disciples de Zoroastre mettaient du bois et des parfums dans le Jeu sacré qui brûlait sur ses autels. . considérées comme magiques... et d'un goût do poivre (3). vide. ces parfums servaient à dissimuler les émanations de diverses substances. où l'encens et d'autres aromates brûlaient sans cesse : cinq fois par jour. tout celaso reconnaît au goût (4). sms odeur.. d'autres fois. et destinées à agir puissamment sur le moral et le physique des fidèles qui venaient consulter les dieux ou chercher un remède à leurs maux. 55. longue. 15.iv. inn. ch. ch. .

.LESPARFUMS MAGIQUES 35 Nous avons vu quo Moïso. d'un parfum délicieux. 18. Néron brûla sur son bûcher plus de parfums quo l'Arabie heureuse n'en pouvait fournir en une année (1).croyait-on. ch.14) . et. principalement do celui do l'encens . H en était de même chez les Romains. en effet. lo maitre-autel est environné de fleurs et d'arbustes odorants. comme l'amphitryon de Boileau. Les côrômonios de l'Eglise chrétienne sont également accompagnées de parfums. c'était pour eux une émanation même do la divinité .13. ne so manifestaient aux mortels quo précédés d'odeurs suaves.dans Y Exode. surtout quand il s'agissait de rendre les honneurs funèbres . aux funérailles de sa bcllo et acariâtro épouse Poppée. (1)PLINE. nous avons dit également que les Grecs raffolaient des parfums et. XII. qu'il venait de tuer d'un coup de pied dans le ventre. — celui de la fameuso ambroisie et du nectar. commo aux grands mariages. les dieux. Les vins étaient parfumés au moyen de violettes. aux grandes fêtes religieuses. en mettaient partout (12. donnola composition do deux parfums sacrés (10) .

D'ALEXANUIUK. au moins.Paris. Réveil. les murailles. 16. se rapprochant du système do Pythagoro pour les nombres au point do vuo do la musique et de l'économie généralo du monde . Veedagogus. les pieds. c'est-à-dire remplis ot entourés d'aromates. — Nous ignorons si les anciens avaient classé les parfums dans un certain ordre. ordre mystique. les enseignes militaires (9) et jusqu'aux pots de chambre (là. Il a réparti les parfums en deux gamlib. II. 1805.des jwfums et des cosmétiques. par un savant parfumeur-chimisto anglais. mais cela a été fait do notre temps. CLÉMENT Des (2)PIESSE.n-18. Le Christ fut provisoirement déposé par Nicodômo et Joseph d'Arimathio dans un linceul contenant cent livres de myrrhe et d'aloès. etc. poix. au point do vuo musical. par . odeurs. pour les préserver lo plus longtemps possible de la décomposition finale. les cheveux. les mains. les lits. dit saint Clément d'Alexandrie. bien entendu. myrrhe. Enfin les cadavres eux-mêmes étaient embaumés. . il y avait utilité) en étaient arrosés (1). les vêtements. Piesso (2).36 LESPARFUMS MAGIQUES do roses et d'aromates divers. i traduit dol'anglais O. (1)S.

il doit prendro des odeurs qui s'accordent ensemble . peuvent êtro classées de cette manière «Jenoconnaispasuneseuleodeur. La classo d'odeurs qui contient le plus de variétés est celle du citron. do quelque source qu'elles proviennent. J'ai exprès choisi les odeurs qui sont plus spécialement employées dans la parfumerie. alors lo parfum sera harmonieux. j'ai essayé do placer lo nom de chaque odeur dans la position correspondant à son effet sur les sens. on 3 . En jetant les yeux sur la gamme. « Il y a des odeurs qui n'admettent ni dièzes ni bémols. et il y en a d'autres qui feraient presquo une gamme à elles seules. à laquellejo ne puisse assignersa place correspondante. grâce à leurs diverses nuances. nous donnons ces deux gammes. dit l'auteur. « Dans la gamme ci-dessous.LESPARFUMS MAGIQUES 37 mes. suivant la force de leurs émanations . et elles sont assez nombreuses. mais jo voudrais qu'il fût bien compris que toutes les odeurs.dansunlaboratdire de chimie. « Lorsqu'un parfumeur veut faire un bouquet d'odeurs primitives. qui constituent au moins uno curiosité. clof de fa et clef de sol.

.

.

BASSE. de même un parfumeur doit fondro les arômes. BASSE. Do — Santal Do — Géranium Mi — Acacia Sol—Fleur d'oranger. Tubéreuse Fa — f Sol— Fleur d'oranger>.40 LES PARFUMS MAGIQUES verra ce que c'est qu'harmonie et discordance en fait d'odeurs : comme un peintre fond ses couleurs.. « Quand on l'ait un bouquet de divers parfums.Violette [ n \ Bouquet accord de SOL _. ils fassent un contraste. \ I . « Le pendant do la vanille est la citronello. Sol —\ Pergulaire Sol — Pois de senteur. « Les recettes suivantes donneront une idée de la manière décomposer un bouquet selon les lois de l'harmonie. Do — Camphre DESSUS. il faut les mélanger pour que. j Ré .„. l Si — Aurone 1 DESSUS. rapprochés.. V 1 I \ Bouquet accord de DO.

LESPARFUMS MAGIQUES BASSE. etc. en fait d'électricité. » Malheureusement. une distinction entre l'intensité et la quantité . Fa — Musc Do —Rose Fa . cela rappelle vaguement YOrgue des saveurs. le degré de l'esprit do rose est de 98 grammes d'huile essentielle de rose pour 4 litres 8 d'alcool. Cet . Les physiciens font. de l'abbé Poncelet. etc.Tubéreuse La — Fève Tonka Do — Camphre r'a— Jonquille DESSUS. on peut citer la verveine comme représentant la première. Ainsi. et la vanille comme représentant la seconde. toutes les odeurs primitives doivent être ramenées à un certain degré de force ou de puissance. La différence de puissance odorante des deux plantes est comme 3 est à 8. Maisle degré du géranium est do 280 grammes d'essence pour 4 litres 8 d'alcool.. Lo camphre est trois fois plus intense que la rose. 41 Bouquet accoM de FA [ \ « Pourfaireun bouquet.

42

LESPARFUMS MAGIQUBS

homme, convaincu do l'excellence de sa bizarre trouvaille, avait inventé un instrument pour en développer le principe aux yeux du vulgaire incrédule. Dans son idée, à lui aussi, les saveurs pouvaient parfaitement constituer des gammes, et il les rangeait dans l'ordre suivant : DO — Acide. RÉ — Fade. MI — Doux. FA — Amer. SOL — Aigre-doux. LA — Austère (1...). SI — Piquant, etc. En frappant un accord, non seulement on émettait des sons, mais encore on manoeuvrait des fioles correspondant àchaquenote, et qui laissaient échapper unegouttedesliquides qu'elles contenaient (liquides acides, aigres, doux, amers, etc.);ces liquides so rendaient immédiatementdans un verre où ils se mélangeaient, et, après l'exécution de la sonate, le compositeur absorbait la consommation produite par ses phrases harmoniques. Si le mor-

LESPARFUMS MAGIQUES

43

ccau était bon, la liqueur l'était aussi ; sinon, c'était un atroce breuvage. Avouons quo l'épreuve était plutôt rude pour les adeptes du contre-point. 17. — Abordons maintenant l'odeur naturelle, les émanations, le parfum de l'être humain; car là se trouvent la plupart do ces philtres que l'on croyait possédés par les femmes, surtout, pour se faire aimer : que do tortures, lo plus souvent suivies de mort, ne frappèrent pas ces femmes, coupables seulement d'être belles ou, sans ôtre belles, d'avoir l'aura feminea, l'odor di femina bien développée, exquiso, suave, comme l'eurent la plupart des grandes courtisanes de l'antiquité et un grand nombro d'autres femmes ; comme l'eurent la Sulamito Abisag, Dalila, Judith et tant d'autres I Voilà les PARFUMS à l'aido desquels, inMAGIQUES consciemment, elles ensorcelaient les hommes, et voilà bien ceux qui occasionnèrent tant de victimes, au moyen âge principalement ; voilà lo plus efficace des parfums magiques, comme nous le verrons tout à l'heure (18). Plutarquo nous dit qu'Alcxandro le Grand sentait naturellement très bon, et que les émanations

44

LBSPARFUMS MAGIQUES

de son corps parfumaient son linge et ses vêtements comme s'ils eussent été imprégnés d'aromates (1). On dit que Cujas offrait la môme particularité. A l'époque de la puberté, les jeunes vierges répandent quelquefois autour d'elles un parfum que les poètes do tous les temps ont célébré, et que l'auteur du Cantique des Cantiques exalte avec un enthousiasme que, de nos jours, on conçoit encoro, mais rarement (19). On a vu des personnes exhaler de tout leur corps ou do l'une de ses parties seulement, une forto odeur de soufre (2) ; d'autres, comme cet Asianus dont parle Galien (3), répandre des vapeurs à peino supportables et môme repoussantes : l'odeur do bouc, comme a dit Horacoen parlant d'une vieillo coquette acharnée après lui : Quid tibi vis, mulier Namquesagaciusunus odoror.... 6. Propos (1)PLUTARQUE, de table,livroI, question c (2)C'estCardanlui-même, ommeil lo dit dans sa Vie (chap.VII), qui émettaitpar les bras, uno fortoodeurdo soufre.Schneider ite,danslesEphéméridcses curieuxde d c affecté mémo du la nature,un individu inconvénient. (3)Epid. lib., VI, corn.4, §9.

LESPARFUMS MAGIQUES Polypus an gravis hirsutiscubet hircus inalis Quam.canisacer, ubi lateat sus(l), etc. Et Martial :

45

Tam malè Thaïs olet, quara non fullonisavari Testa vêtus, média sed modo fracta via ; Noneb amore recens hircus, non ora leonis ; Non detracla caniTranstiberina cutis (2), etc. Une princesse célèbre n'estima, no protégea, et n'accorda places et honneurs, qu'à ceux dont (1) «Quo me veux-tu,vieillemégère?... Car j'ai l'odorat trop fin. Jamais chiende chasse n'a mieux senti la piste l d'un sanglierque je nedécouvreo polypequi pue danè ton nez,oulo boucqu'ellecachesoustes aissellesvelues (2)« Thaïssent aussi mauvaisquo le vieuxpot d'un foulon avare,lorsqu'onvientde briser ce vaseau milieudo la rue ; elleinfectecommelo bouc qui vient de remplir ses fonctions commela gueuledu lion; commela peau d'un ; chien écorchépar une main transtibérienne comme un ; une a pouletqui pourritdansun oeuf vorté; comme amphore gâtéopar dola saumure corrompue.Afin«ledéguisercette puanteursous une odeurtoute différente, haquefoisquo, c pour prendreun bain, elle déposeses vêtements,l'artificieusecoquetteenduit sa peau du psylolhium épilatoire, la cachesous un Unimentdocraiedissoutedansun acide, ou so fait donnertrois et quatre couchesde fèvesgrasses. e de Lorsque,upivsles milleartifices la toiletteféminine, lle so croitbienen gardecontrôla mauvaiseodeur,lorsqu'elle a épuisé toutes les ressourcesdo l'art, —Thaïs seut toujours Thaïs. » 3.

Sans cette circonstance.t. — A une des fôtes de la cour. 18. Voilà bien le plus puissant de tous les parfums magiques. un mélange des émanations DE e Hommest choses Paris. il fut à l'instant épris du plus violent amour. 410. excédé de la danse. qui lui était jusque-là fort indifférente.—Il s'agit de la GrandeCatherine. On assure qu'elle avait fait à cet égard des études aussi étendues qu'approfondies (1).46 LESPARFUMS MAGI0UES l'odeur naturelle (car elle n'aimait pas les parfums composés) était irréprochable. II. dit Cadet-Devaux (2) dans un très long article que nous résumons. (2)Archivescurieuses. . entra dans lo cabinet de toilette où la princesse de Condé venait de changer de linge. . Henri II. in-8. 1831. à la mort do cette dernière. in-12. 1851. évidemment. de ces feux qui. p.par Guyot de Fère. car sa vie fut quelque temps en danger. (1)BOUCHER \ vol. Paris. Quelle est donc cette atmosphère voluptueuse ? C'est. et. s'essuyant le visage couvert de sueur avec ce linge que venait de quitter la princesse. le jetèrent dans un délire alarmant. PERTHES. le roi n'eût point brûlé pour cette princesse.

mais qu'ello ait une toilette légôro et que sa peau soit d'une extrême propreté. ni l'héliotrope. co qu'est la basse dans un concert . quo la femme ne soit pas engoncée de vôtements épais. pour que l'homme soit frappé par cette subtile atmosphère. moins belles et moins spirituelles quo beaucoup d'autres. ces fleurs. ce ruban. ce qu'est le parfum de l'air embaumé d'un jardin. au lieu de dominer. qui no laisse distinguer ni la rose.LESPARFUMS MAGIQUES 47 corporelles et des plus doux parfums. Cotte magie de sensations no pouvait échapper à Parny. En effet. subjuguent tous les hommes qui les approchent. dans cette harmonie olfactive (pour parler commo le chimiste Piesse au paragraphe 16). de leur atmosphère. qu'une belle femme se présente dans . do l'odeur qui émane do leur corps : odor di femina. précisément à cause de leur aura... Quiformaient hier sa parure. devenus suaves si. qui en a défini l'alliance dans ces vers : Ce chapeau. ils sont. Il faut donc. Certaines femmes. Desa flottante chevelure Conserventles douces odeurs.

il est des hommes et des femmes qui ignorent absolument le bain et ses effets . 11 des aniest maux qui passent tout leur temps à so procurer cette propreté . la sensation quefaitéprouver uno autre femme moins jolie. mais revêtue de vêtements légers : c'est là le mot de l'énigme . Opposons à cette belle femme.et souvent on n'ajoutera rien de plus. comme l'est la beauté elle-même quand elle se présente seule. aux genoux do leurs sévères maîtresses... et à la sensation qu'ello vientde produire. Mais pour que l'atmosphère do la femme so manifeste dans touto sa puissance. on dira: elle est belle. qui constituaient les charmes. et les tenaient en servage. pendant des années entières. qui exerçaient sur nos preux et nos trouvères un si puissant empire. les philtres amoureux du temps de la chevalerie. . il faut qu'elle émane d'un corps absolument sain et propre.48 LESPARFUMS MAGIQUES un salon. c'est le seul moyen d'expliquer la puissance de ces émanations. des femmes surtout qui ignorent complètement les bains . parée de ses attraits et de riches étoffes. parce quo le sentiment du beau est plutôt froid.

certes. retenue sous des étoffes épaisses et serrées. des vêtements qui. laissent émaner sans obstacle cette atmosphère combinée .LESPARFUMS MAGIQUES 49 locaux et les ablutions. car. beaucoup sont inodores et beaucoup aussi affectent désagréablement l'odorat . légers. ainsi que la jeune plante. conserve la suavité de cette aura. enfin. l'autre sa floraison. ce n'est sécrétion transpiratoire. Vollairo a dit. il en est . Il faut. préjudicierà la santé. dans Gertrude : La simple propreté composait sa parure. en été. exhale celte émanation embauméo : l'une a sa puberté. elle no tarderait pas à s'altérer. ajoutons quo. mais qui laissent prédominer cette suave émanation d'un corps sain . la femme est recouverte sur sa couche. — qui cesse d'ôtro la môme lorsqu'elle s'échappe de dessous des couvertures pelucheuses. Poursuivant la comparaison. Observons quo la jeune fille. joindre un mélange de parfums doux. parmi les plantes. pour ne plus être qu'une Et alors. C'est ainsi que lo simple drap dont. sans que cela puisse. aux bains et aux ablutions. 'généralement pas la même chose. bien entendu.

sortent aussi . comme aussi lafemme chargée d'embonpoint. Avec cette chemise. si c'est lo fin tissu do lin ou de mousseline légère qui doit receler cette émanation. faite du chanvro qu'elles ont roui.50 LESl'AlUCMS AGIQUES M ainsi do la fommo dont les choveux sont noirs. crépus et gras. La fleur des champs n'est pas celle de nos jardins . ces doux parfums. on conçoit aisément qu'ello ne peut pas s'oxhaler do la3urface malpropre du corps do nos borgères campagnardes. enfin elles n'ont pas cotte propreté. le plus puissant des charmes de leur sexe. no rossemble en aucune façon à la chemiso de la princesse do Condé. Ces femmes peuvent être belles : rarement sontelles jolies . ou d'un blond ardent : elle ne peut prétendre à cette magie de sensation. — qui ne sont pas celles do Florian ni de Trianon. La chomiso grossière dont elles sont revêtues. et lui donner les soins de îa culture. tillô et filé elles-mêmes dans leurs étables empurinées. et surtout cette atmosphère. le coup de foudre n'est pas à redouter : elle corromprait l'odeur môme du trèfle incarnat. il faut la transplanter. Lafemme maigre et noire. à peau huileuse. Si une propreté recherchée est uno condition requise tout d'abord .

Et il ne parut pas. 11 en visite. devant être seule ce jour-là. dit Cadet-Devaux. en dépit De trente-neuf printemps sur sa tête amassés. et. dans cet état d'ivresse. sa femme achevait de s'habiller. » Tel est donc sur l'homme l'empiro de cette atmosphère féminine. chez la trop capitcusejeune femme. la raison lui fit un devoir de la retraite. < Un jeune officier.. elle invite l'officier à dîner.LES PARFUMS MAGIQUES 81 do cette loi générale. elles no sont pas dans les conditions do santé fraîche et à point que donne un corps jeune et bien constitué. ne point violer lo respect dû à son ami et à sa femmo ? Dans le doute. mais tout à coup. . Pourra-t-il. un matin. Et c'est ainsi quo telle personne. à peine arrivé dans une nouvello garnison. 11 accepte cet aimable tôte-à-tôtc . le soir. chez cet homme devenu son ami. fit la connaissance d'uno personno honorablo do cetto ville et y va remplissant uno fonction fort en vuo. enivré de l'atmosphère que dégageait le corps de la dame. au moment où celui-ci venait do partir pour la campagne. il s'effraie de l'engagement qu'il vient de contracter.

l'aîné fut élevéchezson père.so vit obligéede lui avouerqu'elleétait sa mère. et ignorajusqu'à sondernier momentqu'ello était sa mère. prise au dépourvu.prit dans les fontesun doses et S fils pistolets se fit sauter la cervelle.Un soir. qu'il soupaitavecello dansun cabaret du faubourg Saint-Antoine. et môme. Dans son Ode à la rose. quoiqu'elle ait passé l'âge do la séduction. à l'âge do quatre-vingts ans. . et il en dovint subitement amoureux. Ninon. Sapho a dit : Son sein épanoui parfume le Zéphire : Son charme s'insinue au fond de notre coeur . onsecond fut commissairedola marine. uno il déclarationpressante. dans le jardin. lui fit. tin de ses fils. c'est moins encore l'empire de sa beauté disparue. époque où on la désirait encore et toujours : c'était sa grisante atmosphère. certes. Il y répand une doucolangueur : C'est la voluptéqu'on respire.Lo jeunoVillarceaula laissarentrerdans la salle. qui no la connaissait pas (1) . un jour. On le présenta un jour à et Ninon{qui en eut toujoursdosnouvelles Villarceau par connaissaitbien ses enfants). se dirigeaversl'écurie où il avaitmis son cheval. (1)Ninon do Lenclos avait eu deux fils do Villarceau .52 LESPARFUMS MAGIQUES est encoro séduisante et extrêmement désirable. Co n'est pas l'esprit seul do Ninon do Lenclos qui a dû attacher si longtemps à son char ce grand nombre de jeunes et riches amants.

dit: « L'odeur divine qu'il exhalait l'emportait sur les plus doux parfums des fleurs (1). dans son ode sur YEnlèveme. et la femme en aflecto encoro un autre. Parlant do Jupiter Iransformô en taureau. III.LESPARFUMS MAGIQUES 53 Cettestrophoestabsolumentapplicabloà lafemme légèrement vêtue et décolletée Bion mieux : la robe n'affecte que deux sens. la vuo et l'odorat . 1.d d'Europe.fws fort que la mort. plus efficace lo M do tous. 13). j. v. » Enfinon retrouve cotte atmosphère. dans le Cantique des Cantiques. cetto émanation féminine. lo sixièmo. — Cantique des Cantiques. et qui fait partie des Saintes Ecritures : 19.mkloybt qui so chantait en choeurs alternés aux noces des hébreux des elasses élevées. 6. . — Je suis la rose de Sçaron et le muguet des vallées. ce PARFUMAGIQUE. V. chapitre H. — Quelle est celle qui monte du désert comme des colonnes de fumée en forme de pal(1)Cartout coquonousavonsdit dol'aura feminenest : vrai c également pourl'aura viri (voyez i-dessous Civique descantiques. dit l'Ecrituro. Molchus.

et l'odeur de ton visage comme celle des pommes. est comme un tas de blé entouré do muguet. 2 — Ton ventre. VII. — Ta stature est semblable à un palmier. ma bien-aimée. parfuméo de myrrho ot d'oncons et do toutes sortes do poudres do parfumeur? IV. 10. ses lèvres sont comme du muguet. et tes mamelles me seront maintenant comme des grappes do vigne. . la myrrhe et l'aloès. mon épouse! tes amours sont meilleures que le vin. 7. et tes mamelles à des grappes de raisin. elles distillent la myrrhe franche. VII. et l'odeur do tes parfums (de tes émanations) meilleure qu'aucune drogue aromatique. V. 8 — J'ai dit : jo monterai sur le palmier. la canne aromatique et le cinnamome avec tous les arbres du Liban.54 LESPARFUMS MAGIQUES mos. ma soeur. Lo nard et le safran. — Les joues de monbien-aimé sonteomme un parterre de plantes aromatiques et des vases d'odeur . VII. — Quo tes amours sont belles. et tous les parfums les plus exquis. 13. — Ton odeur est comme un paradis de grenades et de toutes sortes de fruits. IV. 14. et je prendrai ses branches . 13.

. d'un lépreux. l*parfum qui sort d'un corps sain n'afi'ectorait-il pas nos sensations.. quand la médecine constate un gracù pombro do faits en faveur do cette atmosphère émanée des corps vivants..LESPARFUMS MAGIQUBS 55 Cette atmosphôro de la femmo est commo lo fluide magnétique qui s'échappe du corps humain et qui agit à des distances considérables (50). les vapeurs.. no les mettrait-il pas on exercice. constituait un excellent moyen thérapeutique pour infuser dans le corps du vieux monarque les forces disparaissantes.. Pourquoi l'atmosphère d'un corps éminemment sain et irradiant une vie embaumée par tous ses pores n'aurait-elle pas autant d'efficacité pour la santé morale et physique d'autrui.. \QS pourquoi le fluide. les particules quelconques. et do l'action qu'elle exerce sur les individus soumis à son action?. Et exaura. en activité. quo celle d'un corps avarié pour la ruine sanitaire du prochain?.lus radiations. La jeune Sçulamito Abisag. qui partagea longtemps la couche du roi David. L'atmosphôro d'un cholérique est contagieuse. Y halaisons.. d'un phthisique. comme l'est l'atmosphère d'un varioleux.

marasme.. en le faisant coucher entre deux filles jeunes et fortes. Autrement l'histoire du vieux roi aurait-elle consacré le scandale des glaces de la décrépitude dans les jeunes bras do l'amour? Lo prophète-roi devait prolonger ses forces et sa vie au contact do ces jeunes chairs. En outre. lo voisinage. aujourd'hui encore on fait respirer à . 20.pTi LESPARFUMS MAGIQUES prcsquo annihilées . l'Ecriture dit formellement qu'il ne la connut point (voir plus loin).. irradiant l'aura vitalis feminea. — L'exemple partait de trop haut pour n'être pas suivi : le môme moyen fut employé par Capivaccio. L'illustre Boerhaave a cherché lui-môme à guérir un prince allemand do la môme manière. tombé dans le. le contact du corps jeune. Du reste. qui conserva l'héritier d'une grande maison d'Italie. frais ot vibrant do la Sçulamite infusait à ces vieilles chairs uno vie qui remplaçait celle qui fuyait lentement mais sûrement. le parfum magiquo de tout ce qui vit en co mondo: il y eût trouvé la mort en essayant d'y chercher la volupté. les anciens considéraient même les émanations odorantes qui s'exhalent des corps des jeunes animaux comme jouissant de propriétés restaurantes .

chargé de jours.LES PARFUMS MAGIQUES 57 des valétudinaires les odeurs fumantes exhalées dans les étables par des animaux vigoureux.I. et mînistrabat ei. non calefaciebat. REX VEROON N COGNOVIT EAM. v. Sçulamiiidem. — Or le roi David était devenu vieux. et invenerunt Abisag. 3. et confoveat eum. voici commont s'oxprimo la Bibledans le récit qu'ello fait du soulagement du Roi: III REGES . cilmque operiretur vestibus. dormiebatque cum Rege. (Verset 1. et stet coràm Rege.—Et rcxDavid senuerat. . habebatque oetalis plurimosdies. et calefaciet dominum nqslrum Regem. l. 2. Quant au roi David. et adduxerunt eam ad Regem. son corps ne pouvait se réchauffer. — Dixerunt ergo ei servi sui : quoeramus domino nostro Régi adolescentulam virginem. dormiatque in sinu suo. •— Quoesierunt igitur adolescentulam speciosam in omnibus flnibus Israël.— Erat autem puella pulchranimis . et malgré qu'on le couvrit de nombreux vêtements. 4.cap.

et elle dormait avec le Roi et le servait . et ils trouvèrent Abisag. celui qui aurait dû succéder à Da(1)Quolosaint roi Davidavait eu dola nonmoinsbelle Bathsçébah(Bethsabée). qu'il fit tuer. . 3. après la mort de David dans la maison de son fils et successeur Salomon (1). nous chercherons à notre seigneur le Roi une jeune vierge. car. elle se tiendra contre le Roi (devant.quandco généralrentreraitdans ses foyers. on no réchauffe pas quelqu'un en se mettant devant lui). ELLE chauffera notre seigneur le Roi.58 LESPARFUMS MAGIQUES 2.— Alors ses serviteurs lui dirent'. co qui no signifio rien . 4. et elle le DANS DORMIRA SONSEIN. — Ils cherchèrent donc une belle jeune fille dans toutes les contrées d'Israël. et ils l'amenèrent devant le Roi.) Il fallait que cette belle Sçulamite eût une atmosphère féminine bien puissante.et elle résoignera. pour s'épargner des complications ultérieures. elle provoqua le coup de foudre dans le coeur d'Adonija. ETLEROI NELAPOSSÉDA JAMAIS. —Elle était extraordinairement belle . sans doute. après avoir l'avoirenlevéeà son mari. coràm. recueillie. lo généralUri. Sçulamite. frère aine de Salomon.

— Et Salomon s'assit sur le trôno de Davidson père. et ello lui dit : viens-tu avec de bonnes intentions ? Et il répondit : oui. comme on faisait assassiner son frèro s'il avait l'audaco do vous demander uno de vos concubines en mariage (car il est évident qu'Abisag fut uno des800 concubines do Salomon. et que tout Israël s'attendait quo je régnerais . et il . si elle no fut pas uno de ses cinq ou six cents femmes légitimes). mais le royaume a été transporté. Dans ces heureux temps. — Et il dit : tu sais bien que lo royaume m'appartenait. Voicicomment la Bible raconte lo drame : III Rois. 13. v. C'était un recommencement du dramo de Caïn ot d'Aboi. fils de Hagguith (sa mère) vint vers Bath-Scébah. II. chap. 14. Adonija pria la môro do Salomon do demander au roi la main d'Abisag pour lui.LESPARFUMS MAGIQUES 50 vid. —-Alors Adonija. mère do Salomon. — Puis il dit : j'ai un mot à to dire. et son royaume fut fort affermi. 15. 12. on faisait sommairement tuer un général pour posséder sa femmo en toute liberté. Elle répondit : parle. et Salomon lo fit immédiatement mettro à mort.

Sçulamite. 17. pour femme. ne me la refuse point. Et le roi lui répondit : faisla. — Ainsi Bath-Scébah vint vers le roi Salomon afin de lui parler pour Adonija. — Mais le roi Salomon répondit à sa mère. ma mère. Sçulamite. — Et dit : j'ai à te faire une petite demande . 19. puis il s'assit sur son trône et fit mettre un siège pour sa mère . pour Adonija? Demande plutôt le royaume poiu . dis au roi Salomon (car il no te refusera rien) qu'il mo donno Abisag. 22. Et le roi se leva pour aller au-devant do Bath-Scébah. et dit : Pourquoi demandes-tu Abisag. 20. pour femme. ton frère.60 LESPARFUMS MAGIQUES est échu à mon frère. Et ello répondit : parlo. — Bath-Scébah répondit : jo lo veux . 21. jo parlerai au roi pour toi. — Maintenant donc j'ai à to domander uno grâce . 18. et se prosterna devant elle . à Adonija.-— Et elle dit: qu'on donne Abisag. — Jo to prio. car je ne to la refuserai point. 16. Sçuiamite. et elle s'assit à la main droite du roi. parce quo l'Eternel lo lui a donné. no mo la refuse point.

maintenant. femme du monstre Caligula . celui-ci se jeta sur Adonija et le tua... 4 . pour Abiathar lo sacrificateur. mon père. — Et lo roi Salomon ayant donné ordre à Bénaja. dcmandc-lo pour lui. cette veuve. fils do Jôhojadah. ni belle ni jeune.LESPARFUMS MAGIQUES Cl lui.. et Adonija sera mis à mort aujourd'hui. parco qu'il est mon frèro aîné . — Alors lo roi Salomon jura par l'Eternel. môro de trois enfants... et Viede c (1)SUÉTONE. disant : quo Dieu me traito dans touto sa rigueur. Charmante époquo 1 Qui saura jamais ? C'est peut-être pour la trop belle Abisag quo Salomon composa son Cantique des Cantiques ?. 25. comme il l'avait dit. lui plut tellement qu'il l'épousa : c elle n'était. si Adonija n'a dit celte parole contro sa propre vie ! 24. — Car. dit Suétone (1). l'Eternel est vivant ! lui qui m'a établi et fait asseoir sur le trône de David. XXV.. h. fils do Tséruja ! 23. et qui a établi ma maison. Elle avait encore l'aura feminea cette Coesonia. Caligula. et pour Joad. Car c'est d'uno Sçulamite qu'il est question dans cet hymne d'amour.

le peuple croyait à quelque sortilège de la part de cette femme. » Caligula était tellement épris do cotto fommo. dit Suétone plus loin. Caligula. qu'il la montrait volontiers en public. mais ello élait do la plus impudente lubricité. qui avait été en même temps sa maîtresse). « ni belle ni jeune*. Il la montra nue à ses amis.ch. il l'honora du nom de son épouse. rovôtue d'une cotte d'armes. d'un bouclier et d'un casque. comme pour solliciter une approbation : « Il la fit voir souvent aux soldats. Quand elle fut mère (c'était la quatrième fois). la fit porter dans le temple des déesses et la plaça dans le giron de Minerve. Naturellement. « on croit que Césonie lui donna un philViede (1) SUÉTONE. XXXIII. . fait boire un philtre ou respirer quelque parfum magique pour lui inspirer un tel amour. se déclara le père de la fille qu'elle mit au monde. continuo Suétone. l'appela Julio Drusille (du nom de sa soeur. et montant à cheval à côté de lui. » Persuadé que Césonio lui avait jeté un sort. car. « il disait souvent qu'il lui ferait donner la question pour savoir d'elle pourquoi il l'aimait taut » (1).62 LESPARFUMS MAGIQUES elle avait trois filles . à qui il donna le soin do la nourrir et de l'élever.

dira-t-on? l'absence de barbe?. 21.. autour du monde. (2)BOUOAINVILLE.LESPARFUMS MAGIQUES 63 trc amoureux. 165. L. Mais combien n'existe-t-il pas de jeunes gens dont bien des femmes voudraient avoir la beauté? Et combien d'hommes absolument imberbes. p..II. qu'il porto des vêtements féminins ou masculins. quoique notre odorat do peuples civilisés ne puisse aisément la percevoir. dit Bougainville dans la relation de son voyage autour du monde (2) : « Tandis que nous étions entre les grandes Cyclades. môme à trente ans et plus'?. — Et cette atmosphôro féminine existo si bien. qui n'eut d'autro effet quo do le rendre furieux »(1). et coparfum suppléait la beauté qui lui faisait défaut. ne se trompent jamais sur lo sexe d'un individu qu'ils voient pour la première fois. voici un exemple dans lequel il s'agit d'une femme qui n'était < ni laide ni jolie >. La beauté du visage . quelques affaires m'avaient appelé à bord do Vie (1)SUÉTONE..t. de Caligula.ch.. Voyage . quo les sauvages. Or. Co philtro no fut incontestable' ment quo l'atmosphôro s'exhalant do son corps. dont ce sens est excessivement développé.

que nous avions vu suivre son maître dans toutes ses herborisations.64 LESPARFUMS MAGIQUES l'Etoile. . son menton sans barbe. au milieu des neiges et sur les monts glacés du détroit de Magellan. plusieurs autres idées. do Commerson y descendit pour herboriser.de Commerson (2). avaient fait naître et accrédité ce soupçon. et j'eus occasion d'y vérifier un fait assez singulier. les armes et les cahiers do plantes avec un courage et uno force qui lui avaient mérité du naturaliste lo surnom do sa béto de somme? « Il fallait qu'une scène qui se passa â Tahiti changeât lo soupçon on certitude. Depuis quelque temps il courait un bruit dans les deux navires (1) que le domestique de M. « M. et porter même dans ses marches pénibles les provisions do bouche. Sa structure. son attention scrupuleuse à nejamais changer do linge ni faire ses nécessités devant qui que ce fût. botaniste déjà fort exercé. était une femme. et (1)La Boudeuse l'Etoile. « Cependant. comment reconnaître uno femme dans cet infatigable Baré. (2)Naturalisteattachéà l'expédition. le son do sa voix. nommé Baré.

m'avoua qu'elle était fille : elle me dit qu'à Rochefort elle avait trompé M. Lo chevalier do Bournand. » Combien d'autres femmes. . Ce sera la premièro femmo qui aura fait lo tour du monde. que. ot lui avait fait prendre lo parti de déguiser son sexe. la perte d'un procès l'avait réduite à la misère. qui était de garde à terre. et je lui dois la justice do dire qu'elle s'est toujours conduite abord avec la plus scrupuleuse sagesse. n'ont pas servi dans nos armées ? qui so doutait do leur sexe? Il 4. Baré. et n'a pas plus de vingt-six à vingt-sept ans. née en Bourgogne et orpheline. . de Commerson on se présentant à lui sous des habits d'homme. que les UNE Tahiliens l'entourent. fut obligé de venir à son secours et do l'escorter jusqu'au bateau. QUE et voulant lui faire les honneurs de l'île.LESPARFUMS MAGIQUES 65 « A peine Baré.au moment même de son embarquement. Elle n'est ni laide ni jolie. les yeux baignés de larmes. aux époques glorieuses do la République et de l'Empiro. qui le suivait avec les cahiers sous son bras. « Quand je fus à bord do l'Etoile. CRIANT C'EST FEMME.qu'elle avait déjà servi comme laquais un Genevois à Paris . eut-il mit pied à terre.

Pline raconte (i) * qu'une femme in menstbus suis fait aigrir le vin doux par son odeur . reconnu uno héroïne sous la capote du soldat. aujourd'hui produisant quelques effets déplorables. lorsqu'elle est en relations réglées avec la Lune. — D'un autre côté.66 LESPARFUMS MAGIQUES fallait qu'une blessure les abattit. Le nez expert d'un sauvage aurait immédiate— comme les Tohitiens pour la fille Baré.liv. — ment. les hommes ont été—et sont môme encore. —dans la persuasion qu'il s'exhale de son corps une aura spéciale. et qu'un chirurgien mit leur corps à nu pour qu'on eût la surprise de s'apercevoir que le guerrier était une amazone. frappe de stérilité les céréales. les fruits do l'arbre contre lequel elle s'est assise tombent . la rouille s'emparo de l'airain et du fer. 22. si. et Histoirenaturelle. attaque l'acier et l'éclat de l'ivoire . ch. les abeilles meurent dans leurs ruches . jadis absolument délétère et pernicieuse. en les touchant. ni l'antiquité ni l'époque actuelle ne paraissent avoir connu l'atmosphère do la femme en état de santé parfailo. VII. brûle les plants des jardins . de mort les greffes. (1)PLINE. . son regard ternit le poli des miroirs. XIII.

ou do myrte. aussi pur et aussi rouge. en ressentent. c'estle mêmesangqueceluicirculedansles autres parties du corps il est toutaussi clair.LBSPARFUMS MAGIQUBS 67 une odeur fétide s'en exhalo. l'influence. Lesfourmis mémo. par exemple. . . si on en saupoudre lesétoffes à laver. il altère. on efiet. la pourpre ot ternit l'éclat des couleurs. ne se laisse diviser par rien. elle provoque l'avortonient chez une femme enceinte qu'on en frotte.un charbon do racine de chou. c Le feu même. à uno certaine époque de l'année. tant il adhère à tout ce qu'il touche. Cette substance malfaisante n'épargne même pas le sexe qui en est la source. surnage au-dessus des eaux d'un lac de Judée nommé Asphaltite. la est quand femme saine. (1)Le sangdont il s'agit n'est rien inoins qu'un virus. substance visqueuse et collante qui. c Laïs et Eléphantis ont écrit au sujet des abortifs deschosestout à faitcontradicloires. Bien plus : le bitumo. dit-on. rejetant les grains qu'elles portent et ne les reprenant pas. ou qui seulement passe par-dessus. indiquant. no peut triompher do ce sang : incinéré. mais se laisse diviser par un fil infecté de ce virus (1). qui triomphe de tout. animaux si petits.

et que touto mauvaise influence de ce sang est détruite si les femmes ont sur elles le poisson appelé surmulet.. les tumeurs. les érysipôles. et que les femmes qui se trouvent en cet état ont la faculté d'adoucir les écrouelles.. les furoncles. « Brutus de Dyrrachium prétend que les miroirs ternis par l'aspect de femmes in mensibus redeviennent brillants si ces mêmes femmes regardent ces instruments par derrière. imbibée de co sang ot renfermée dans un bracelet d'argent. la morsure des chiens enragés et les fièvres tierces et quartes sont guéries avec de la laine de bélier noir. < D'un autre côté. éteint dans co sang . autant d'années qu'elles ont mangé de grains d'orge trempés dans ce sang. les fluxions des yeux. beaucoup do gens attribuent des vertus médicinales à uno substance aussi malfaisante. les parotides. c La sage-fommo Salira dit qu'un moyen très .68 LESPARFUMS MAGIQUES ou do tamarix. assurant qu'on en fait un topique pour la goutte. (Nos bons rois n'étaient x>as capables d'en faire autant l) « D'après Lais et Salpô. et disant que les ânesses restent sans concevoir.

quo ce sang incinéré. les douleurs de tête. appliqué au front. guérit les ulcères de toutes les bêtes de somme : cela est certain.LESPARFUMS MAGIQUES 69 efficace de guérir les fièvres tierces et quartes est d'en frotter la planto des pieds du malade. il suffit de mettre sous sa coupe un lambeau d'étoffo imprégné de ce sang pour dissiper l'hydrophobie. qu'il suffit do toucher avec co sang les poteaux d'une porte. mêlé seul à l'huile rosat. pour rendre vains les . un moyen do faire cesser l'accès des épileptiques. c Ce sang incinéré. ce qui est d'un effet encore plus certain si l'opération est faite par la femme elle-même. tll esfreertain aussi que les taches faites aux étoffes par co sang no peuvent être enlevées quo par l'urino do la femmo dont il provient . « On convient aussi. d'après elle. < Tout le monde convient que si une personne morduo par un chien a de l'horreur pour l'eau et les boissons. et c'est ce que je crois le plus volontiers. avec addition de farino de cheminée (suie) et de cire. calme. surtout chez les femmes. et à l'insu du malade C'est aussi.

comme une boite do Pandore en miniature? N'insistons pas.ot. 3 v.. comme on peut s'en convaincre. une PANACÉE universelle I MAGIQUE Les mauvaises languosauraient-elles raison quand elles nous représentent la femme comme le réceptacle do tous les vices. erreurs et des préjugés.. Paris. et qu'on les mette dans du fumier. . il en proviendra infailliblement des vipères et des couleuvres. Aujourd'hui encoro. . 1818. approcher une femme de ses melons. iu-8. — pour la première partie... bien des Des (1)SALOUES. et de quelques vertus?.70 LESPARFUMS MAGIQUES maléfices des mages. — un PARFUM.. » Que de choses dans cette monographie des roses que la femme effeuille tous les mois I.. un jardinier laisserait difficilement. Que voilà bien. espèce d'hommes très menteurs. ODEUR une MAGIQUE pour la seconde. ditSalgues(l). Bien des vignerons no la laisseraient pas approcher do leurs cuves . si jolie fût-elle. Il y a même mieux : Albert le Grand prétend que si l'on prend des cheveux d'une femme in menstruis.

« Chacun sait. dans les belles soirées d'été.n-13 p. D a Cl) lctamnus lbus. d'après une opinionvulgaire. » Il est donc parfaitement entendu qu'il existo une atmosphère féminine. .je me bornerai à citer.1880. l&fraxinelle(%)\ le pied do cetto plante.Paris. une aura feminea. mais très fondée (1). Aujourd'hui. i . quand desémanations sudorifiques s'y combinent. qu'à ces époques la sueur des femmes s'acidifie. — Mais les plantes aussi ont leur aura. est entouré d'une aura de vapeurs formées d'une huile essentielle spéciale. MONIN. agissant sur l'homme moralement et physiquement. ot surtout la mayonnaise. desantéet dans l'étatde maladie. 23. et pouvant aussi agir sur des objets inertes. Le docteur Monin est parfaitement de cet avis .LESPARFUMS MAGIQUES 71 crémiers tremblent à son aspect pour leur lait et leur crème. qui s'enLesodeursdu corpshumaindans l'état (1)Dr E. des personnes s'imaginent que ces intéressantes patientes font tourner les sauces. comme un exemple tout particulier. 14. leur subtile atmosphère de parfums . et peut faire tourner le lait ou les sauces. dit-il.

tomo I. page 273. Biot. donne une étude assez détaillée de cette plante et du phénomène remarquable qu'elle produit.72 LES PARFUMS MAGIQUES flamme brusquement si on en approche uno bougie allumée. . dans les Nouvelles Annales du Muséum.

nombreux — Les eaucoamères de la Bible. curieux d'idiosyncrasie provoqués par des parfums. chez l'homme civilisé.La Magie naturelle de Porta. — L'hippomanès. à moins qu'elles ne soient d'une intensité particulière (Voiries gammes do Piesse) (16). — Effets exemples. pour ainsi dire. 24. les onctionsmagiques. Sèrapion. — Effets des physiologiques parfums sur l'homme . — Parfums servant à apprivoiser les animaux. etc. que l'organe de l'olfaction. à propos de l'aventure de la fille Baré qui fit. *. — Mariêcus.III Lespoissons perçoivent-ilsles odeurs. à peu près inerte . — Parfums magiques . etc. la première. Ste Thècle. — Influence des parfums sur le moral de l'homme. l'antre de Trophonius. le tour du monde dans les navires commandés par Bougainville (21). . à peino perçoit-il les odeurs qui émanent d'un objet tout . — Nous avons déjà fait remarquer. — Influencedes parfums sur les animaux. les oracles . — Les abeilles de Wildman. est.

Un tel sens est un organe universel de sentiment . un sentier ou un taillis. dit Buffon. est autrement sensible que le nôtre aux plus fugitives émanations que lui apporte le vent . soumis à une gymnastique perpétuelle déterminée par les besoins de la vie et la sécurité personnelle. » Plus l'homme se rapproche de la nature. Quant aux animaux. appartient le congénère ou l'étranger qui ont traversé une plaine. plusieurs heures après l'événement. rouge ou noire.74 LESPARFUMS MAGIQUES proche. ils ont ce sens si parfait. plus il est sauvage. c'est un oeil qui voit les objets non seulement où ils sont. La question de savoir si les poissons avaient — ou ont — do l'odorat a été souvent agitée. plus il participe do ce don naturel aux animaux. mais môme partout o\i ils ont été. Lo savant . et il découvrira. à quelle tribu. mais ils sentent les émanations et les traces longtemps après qu'ils sont absents et passés. à quelle race. jaune. qu'ils sentent de plus loin qu'ils ne voient: « Non seulement ils sentent de très loin les corps présents et actuels. blanche. si développé (Les Mammifères quadrupèdes). Le nez de l'homme de la nature.

XVI. odeurs. son charme enivrant les entraînera dans les nasses. dit-il. p. .de leur nature et de leur action . Des (1)DUMÉHIL... j'ai été amené par un examen consciencieux et impartial des faits à maintenir les conclusions émises par mon père. » Oppien n'était pas de cet avis.LES PARFUMS MAGIQUBS 75 Duméril leur refuse ce sens : « Chez les insectes et les mollusques gastéropodes pulmonés. sur l'impossibilité dans laquelle sont les poissons de percevoir les odeurs (1). plante de la familledes légumineuses. physiologique Comptesrendus do l'Académiedes Scient ces.. le siège de l'offaction semble être l'entrée des voies respiratoires.1813.. l'odeur délicieuse qui s'en rèpandraà l'instant sur les ondes servira comme d'appel aux cohortes éparscs de ces poissons . H enverra sa nasse dans les eaux . Il dit dans ses Halieutiques : « Quelqu'un pense-t-il à la poche des Thrisses et des Chalchis ? En Yeut-il à la belle race des trachures ? Que ses nasses de spartium soient fortement construites . qu'il fasse griller des orobes (2) et les trempe dans un vin odorant. (2)L'Ers. qui en seront ainsi remplies. Quant aux animaux aquatiques.. 205.

dont il aime beaucoup l'odeur (1). do lait caillé et do menthe. les mâles accourent de loin et les embrassent étroitement (2). le médecin italien Scarpa a reconnu que si. v Enfln. « L'appât servant pour prendro lo kestre so compose do pain. d disquisitiones e auditu et ol/actu. es Halieutiques. dans le Petit Albert. il recherche tout ce qui est d'odeur fétide : le mets qui flatte le plus son goût est le cadavre d'un homme en putréfaction. jusqu'à la moindre orduro . on plonge les mains dans l'eau. l'un parmi les habitants des eaux. l'autre parmi les animaux terrestres. des appétits également immondes. Paria. (2)Anatomicx i 1789. et tous deux occupent le premier rang. nous trouvons co qui suit : c L (1)Ori'iEN.76 LESPARFUMS MAGIQUES c II n'est pas de poisson qui s'accommode de plus vils aliments que le trigle . hantIII. après avoir manié des grenouilles ou des crapauds femelles.n-folio. » De son côté. rapprochent lo cochon et le trigle. . Des moeurs qui ont de l'analogie. tout lui est bon.

Cologne. » Et pourquoi le parfum magique de cette composition n'agirait-il pas sur les poissons. de brebis qui se trouve aux petites entrailles. H nous parait aussi efficace que ceux que nous donnerons. au moins par la vertu des plantes qui en font partie ? — Car il est donné comme parfum magique. de la sarriette. 722. do l'origan. — N'abandonnons pas encore les animaux (1)Secretsmerveilleuxde la Magicnaturelle et cabalistiqueduPEUTALBERT. du thym. sang do chèvre noire. cl vous en ferez de petites boules que vous jetterez dans l'endroit de la rivièro ou de l'étang. et vous verrez merveilles (1). sang de brebis noire . de la lie de vin. 25. si YOUS jetez la composition suivante : y < Prenez sang de boeuf. de chèvre. et de la graisse ou moelle des mômes animaux.LESPARFUMS MAGIQUES PAR D POISSONS S'ENRICHIR LAPÈCHE ES POUR 77 « Vous assemblerez une infinité de poissons au lieu où vous les pourrez commodément prendre. — dans la dernière partie de co volume. 1 in-18. — et tout actuels. de l'ail. Vous pilerez tous ces ingrédients ensemble. . do la marjolaine. fiente de boeuf.

ce que voyant le peuple. évidemment. 61. des plantes dont il connaissait les vertus. II. entraînant à sa suite et dans son parti tous les cantons voisins du pays des Eduens. il commençait à croire réellement à sa divinité. de la nation des Boïens. quand l'empereur persuada le contraire en le faisant égorger. lorsque Vitellius écrasa celte multitude et fit prisonnier le rebelle. Cet hommo avaitréussi à se procurer. ch. et à s'en frotter le corps. . (1) HISTOIRE. pour arrêter net sur les jarretsun liv. avait déjà rassemblé huit mille hommes. celui-ci voulut d'abord jouir du speclaclo du décès do son prophète. mais ces animaux ne voulurent lui faire aucun mal . s'ôtant révolté et se donnant comme un dieu sauveur des peuples tyrannisés par les Bomains. L'Egyptien Sôrapion ayant prédit à Caracalla sa mort prochaine. Tacite (I) nous dit qu'un certain Mariécus. 11ordonna de le livrer aux bêtes du cirque. et lo fit tout bonnement jeter aux bêtes: Sérapion n'eut qu'à étendre la main.78 LESPARFUMS MAGIQUES sans ajouter quelques détails sur l'effet des odeurs ou parfums sur leur organisme. dans sa prison.

Caracalla. l'uno du nard.VIII. celle-cides aromates. L'épée d'un gladiateur eut raison du philtre. apôtre. celle-là de l'huile parfumée. Si lo citron a cette propriété. » D'après Athénée (2). V. Viede XIPHILIN. I. liv. (2)ATHÉNÉE. il faut croire ou plutôt penser que c'est par des frictions sur le corps qu'il la communique à l'homme.LESPARFUMS MAGIQUES 79 lion courant sur lui pour lo dévorer. ch. XIII. celles des fleurs ou des parfums composés (3). XXXVIII. l'autre de la cassio. Philostrate déclare que les chèvres du Caucase. nous lisons quo: « comme on avait lâché sur Thècle des bêtes redoutables.ch. Dans les Actes de Thècle et de Paul. les bêtesfurent comme accablées de sommeil. III. toutes les femmos ayant jeté sur elle. De (3)ELIEN. ot ellesne touchèrent point Thècle. comme pour Mariécus (1). (1> liv. l'absorption du citron communiquerait à l'hommo la faculté de repousser los animaux féroces. . Elien assure quo l'éléphant aime los odeurs suaves. vivement flattées par le parfum du cinnamome. liv. ch. la naturedesanimaux'. Dcipnosophistes.

répandues sur ses mains et sa figure. qui.80 LESPARFUMS MAGIQUES suivent avec empressement la main qui leur en présente(1). t (2)BIBLIOTHÈQUE Sciences. i . le siècle dernier.n-8. Les trois ruches auxquelles ils apparteVie d (1)PHILOSTRATE.Paris. 1856. en plein jour. Certains individus. III. IV. et à en frotter quelques fétus de paille qu'on introduit dans la souricière (2) On a vu. sciencesoccultes. l'autre sur le dos. ch. 263. possèdent l'art do faire sortir les souris do leurs trous. . le troisièmo dans les poches. UNIVERSELLE. de Plymouth. p. Personne n'ignore que l'odeur du marum et do la valériane agit si fortement chez les chats. semblaient avoir oublié leurs ailes et leurs aiguillons (3). à Londres et ailleurs. qu'elle provoque l'émission do l'urine. se présenta un jour à la Société des Arts avec trois essaims. et do les contraindre à entrer dans une souricière . Des (8)EUSÈBE SALVERTK. l'un sur la tête. d'Apollonius e Tyanc. Un sieur Wildman.les prodigeset les miracles. un homme marcher couvert d'un essaim d'abeilles. I. le charme consiste à enduire sa main d'huile de cumin ou d'huile d'anis.liv.ou Essai sur la magie.

les insectes durent ensuito se grouper sur sa tête et sur son visago. . les insectes revinrent sur leur maître et ami. il les en fit sortir pour aller se poster sur le chapeau d'un spectateur . mais il les en retira avec lo 5. les trois essaims regagnèrent leur ruche respective.LESPARFUMS MAGIQUES 81 naicnt furent mises dans une pièce voisine de la salle où siégeait l'assemblée. Sur un coup do sifflet donné par Wildman. pourtant peu prodigue de ses récompenses. de là. en présence du Stathouderet delà princesse son épouse. pour la singularité du fait. d'autres expériences fort curieuses. où ils lui formèrent un véritable masque. sans qu'il en résultât aucun accident pour les spectateurs. un prix à l'original éleveur. dans l'espace do deux minutes. Il apporta uno ruche pleine d'abeilles et. Le 4 juin 1774. LaSociété d'agriculture. il but un verre do vin . plusieurs abeilles tombèrent dans le verre vide.Wildman fit. accorda. lesquels gardaient d'ailleurs uno anxieuse immobilité. Dans cette situation. où elles formèrent un onduleux et crépitant manchon . A un nouveau coup de sifflet. il les fit venir sur son bras nu. Cet exercice fut répété plusieurs fois.

Viede Firmus. I.82 LESPARFUMS MAGIQUES doigt. Le parfum dont se servait Wildman pour s'assurer l'obéissance absolue do ces dangereuses petites bestioles. passer pour un parfum magique. (2)Apologétique. Certaines onctions que pratiquaient sur leurcorps les prêtres mexicains. Tertullien (2) parle d'un hommo qui jouait avec des bêtes féroces. (1)Histoiredes animaux. XXXVII. liv. leur permettaient d'errer. Vopiscus (3) dit que Firmus. sans craindre l'attaque des botes féroces. . Souvent aussi on peut capter un animal. XVI. (3)Histoire Auguste. à coup sûr. un mâle. ch. le corps frotté do graisse de crocodile. ch. la nuit. nageait impunément au milieu do ces sauriens. dont il excitait et évitait habilemont les morsures. pouvait. dans les forêts. repoussées par l'odeur de l'onction magique. Elien dit quo des frictions de graisse d'éléphant servent do parfum magique pour éloigner les animaux féroces (1). et leur essuya les ailes sans aucune marque de frayeur ou d'irritation de leur part.

à Olympio.XXVII. numotEnchantement. uno excroissance do chair qui so trouve quelquefois au front du poulain c naturelle. (5)Dictionnaire philosophique. XXVIII. Plino(l) Pausanias (2) et Elien (3) parlent d'un cheval de bronze qui se trouvait dans le tomplo de Jupiter. . les jeunes coursiers et les promptes cavales sont livrés à des désirs furieux. (4)Idylle2. au livre I do ses Aphorismes.ch. a c'est uno plante qui croit en Arcadic . XVIII. à son aspect tous les chevauxentiers hennissaient et manifestaient les plus violents désirs. Galien parle do cette manière de se faire suivre par un animal.LESPARFUMS MAGIQUBS 83 en s'imprégnant do l'odour do sa femelle en rut . lib.liv. — Co serait. co serait un peu de l'arrière-faix d'une vient de mettre bas. cap. Qu'était-ce que l'hippomanès ? D'après Théocritc (4). (1)Histoire (2)Eliac. y> D'après Voltaire (5). par elle.II. d'ajument qui près Virgile (6) et autres. h.XIV. Celaprovenait tout simplement do co qu'on enduisait d'hippomanès la statue de ce cheval ou de cette jument. (3)Liv. vers48et W. (6)Enéide. I.

il y avait quatorze siècles (2) : il est évident que les prêtres frottaient la porto et son voisinago d'une drogue émettant une odeur perceptible seulement pour les chiens. Dclillo a traduit ainsi les vers du poète latin : Enfin. etc. à cause de l'odeur do la massue que le héros avait un jour appuyée contre la porte de l'édifice. Elle y joint la tumeur que le coursier naissant Apporte sur son front. c'étaient les Marses. et qui leur était fort désagréable. II. hap. les Psylles. Autrefois certains hommes s'adonnaient môme au dressage des reptiles . pour rendre encore le charme plus puissant. (2)Voilàun édifice était singulièrement qui . en Afrique . (1)Histoire.84 LESPARFUMS MAGIQUES et que sa mère dévore. à Chypre. pour ce mystère. les Ophiogènes. des odeurs ou des parfums spéciaux pour manier sans crainte ces animaux. les chiens n'osèrent jamais entrer. Les charmeurs de serpents emploient. c vieux. et que. parfois monstrueux. dit Solin (1). en Italie . eux aussi. Dans le temple d'Hercule. On enlève aussitôt à sonavide mère.

« Il recommando de parfumer lo sein. 10. cAlcôc.. .cet homme aussi valeureuxque bon poète. (1)ATHÉNÉE. cLo sage Anacréon disait : Oùfuis-tu. . XV. dit Athénéo(l) (c'est un des convivesqui parle). on pratiquait cet usage non seulement parce quo les émissions agréables se portent naturellement do lapoiliv. Dcipnosophistcs. Or. « Ignores-tu. y répandent le calme et y remettent tout en ordre? Ecoute ce passage d'Alexis : C'estune chosetrès importante pour la santé que d'affecterle cerveaupard'agréables odeurs.LESPARFUMS MAGIQUES 85 26. — Quelle est l'infiuencc des parfums sur lo moral de l'homme ? Ello est considérable. aimaitlessoinsbienrebondis. dit aussi : 11nous répandit sur la poitrino un parfum des plus agréables.. après avoir parfumé ce sein. dans l'idée que lo parfum y porto le calme par ses agréables émanations. ormantentre f (2)Anacréon euxun creux profond.ch. sous lequel est placé lo coeur. ignores-tu que les sensations quo le cerveau éprouve par des odeurs agréables. plus creux qu'unesyringe (2) ?.

« Il omploio d'ailleurs le mot T60UÛ[ASVOV pour parfumé. « Homère connaissait aussi l'usago des parfums (12). Quant aux parfums quo l'on faisait avec des aromates. répandu dans la maisond'airain de Jupiter. jx-jf a) avec une épithôte: Il se frotta d'huile suave. selon la doctrine de Proxagoras et do Philotime. mais il les appelle huiles (et non pûpov. qui étaient tous deux médecins. so répandit ensuite sur toute la peau un fluided'ambroisie (teOuwjmov) qu'elle avait imprégné d'aromates.les rapil pelle aussi. et qui. . « Et dans ce passage : L'âme d'Hectors'agitait violemmentdans sa poitrine. Homèredit dans lo mémo sens: S'étant frappé la poitrine il parla ainsi à son coeur. « Et ailleurs : Son coeuraboie dans sa poitrine. et quo l'on appelait Oûcojxa. exhalait son odeur du ciel jusqu'à la terre. dans co passage relatif à la déesse Junon : Elle ôta d'abordavec de l'ambroisie tout co qu'il y avait d'impursur son beau corps.86 LESPARFUMS MAGIQUBS trine à l'odorat. mais parce qu'on pensait que l'âme avait son siège dans lo coeur.

SALVEHTE. lorsque la divinité voulait se révéler en songe. dit E.cap. réunissant ensemble divers parfums ou odeurs.— Les parfums. en outre. occuilcs. avant do prophétiser. Des (1)E. Porphyre déclare que ces procédés agissaient fortement sur l'imagination. et on les y disposait par des invocations magiques et par des fumigations de parfums particuliers (28 et 44). ont uno action incontestable sur le moral do l'homme.sciences (2)Demysleriis. aux vapeurs qui s'exhalaient de l'antre de Delphes. en composaient un. (3)De mysterilset magiâ. A Didyme. participant à la fois des qualités inhérentes à chacun.etc. La Pythie s'oxposait. les êtres les plus jeunes et les plus simples étaient les plus propres à réussir dans ce genre de divination. . et.LESPARFUMS MAGIQUES 87 27. Salverto(l). Jamblique (2) déclare que. — Proclus (3) nous dit que les instituteurs du sacerdoce ancien. 28. XXIX. la prêtresso de l'oracle des Branchides respirait préalablement et longuement les vapeurs d'une fontaine sacrée. possédant une vertu résultant de celle union même.

et tout s'expliqua.. au mot JUSQUIAME . des querelles éclatèrent entre eux — les premières depuis qu'ils étaient unis I — et elles duraient autant de temps qu'ils étaient dans la pièce. au caractère naturellement doux. Puis la série recommençait. à l'irritation. que produisent ces graines. c'est surtout une disposition à la colère. produit des effets extraordinaires. avaient reçu un paquet de ces graines qu'ils avaient placé sur une armoire près du poêle. mais on découvrit bientôt le paquet do graines de jusquiamo. On crut d'abord à un sortilège jeté sur les époux ou sur cette chambre . pour so changer en excuses mutuollcs et en larmes d'attendrissement aussitôt qu'ils en étaient sortis. surtout lorsqu'elles sont échauffées. Dès le lendemain. L'odeur des graines do la jusquiame. dans la chambre où ils travaillaient en commun. dans les invocations qui lui sont adressées (47). Jussicu en cite quelques exemples dans le Dictionnaire de médecine inséré dans l'Encyclopédie méthodique..88 LESPARFUMS MAGIQUES Dans les hymnes d'Orphée. un parfum est attribué à chaque divinité. La substance aux parfums vénéneux — ou . aux querelles. Deux époux.

puis le délire. les onguents. cause bientôt un délire accompagné d'hallucination de la vue . est tout un. le prétendu sorcier ou lo malhonnête homme. Le suc de la belladone. les liniments. etc. et dont la vapeur les enivrait. etc. Histoire. — co qui. les fomentations. LXXV. fumigations. le charlatan. Les parfums. dans un but déterminé par le prêtre. uno faiblo goutte de ce suc dans l'oeil cause d'abord ladiplopie (duplication des images). appliqué sur une plaie. sur lo sujet.liv.. (Faites sécher la plante : produisez-en des émanations. et touto trace magiques d'intoxication disparut.. Il en était de môme jadis. odeurs. ch. les liquides odorants. On faisait beaucoup d'onc(1)HÉRODOTE. les fumigations. . IV.LES PARFUMS MAGIQUES 80 — fut mise en lieu sûr. dit Hérodote (1). mélangez-la avec quelque parfum pour en dissimuler la présence. et voilà un parfum magique qui doit être fort souvent employé). physique et morale. chez les Scythes. parfois. agissaient évidemment avec une force parfois redoutable. des graines d'une espèce do chanvre qu'ils jetaient sur des pierres rougies au feu.

Qu'y avait-il dans cette huile?. en réfléchissant aux manifestations dont les dieux vous avaient gratifié. quand on voyait quelqu'un longtemps soucieux. on se hâtait de fuir. SALVERTE. taciturnes... Les ingrélococitato.* » Salverte a donc parfaitement raison quand il dit (1) : « Tout est-il imposture dans ce que rapportent les poètes et les romanciers de l'cflet des onctions magiques ? Il est difficile de le penser. dans les cérémonies antiques. On en faisait beaucoup trop.. A la suite des absorptions cutanées ou pulmonaires qu'avaiont subies les consultants.. Puis. il n'était pas rare do les voir rester hébétés. sombres.00 LBSPARFUMS MAGIQUBS tions. on voyait des choses étranges .. on entendait los bruits les plus formidables . (1)E. et bientôt on était plongé dans un état do torpeur pénible. Avant do pénétrer dans l'antre de Trophonius. Au cours du voyage que l'on faisait (ou que l'on croyait faire) sous terre. on perdait le sentiment. Tu as donc été consulter l'oracle de Trophonius ?. on tombait dans une sorte de délire ... on était frotté d'huilo par tout le corps. revenu à la lumière. . on lui demandait: i Et quoi?. Aussi. à peu près idiots leur vie durant.

à l'huile. à (1)On n'avait qu'à ajouterdes aphrodisiaques l'onguent. supposition d'autant plus probable. l'onction magique le faisait ainsi obtenir en rôvo. et que bientôt elle attribuât aux caresses do l'ôlre adoré les émotions voluptueuses que lui prodiguait le sommeil magique. ou n'eût rendu à ses voeux un infidèle ? « Ce que demandait aux enchantements la passion ou la curiosité. que c'était surtout l'amour contrarié ou l'amour trahi qui en employait le secours. qu'une femme en fit usage : préoccupée de ses désirs et de l'espoir de les voir satisfaire.LESPARFUMS MAGIQUES 91 dients dont elles se composaient avaient sûrement une efficacité quelconque. pour donner satisfaction clientet lui faire largementpayer sa consulau tation. pouvait-elle douter qu'un charme aussi puissant que délicieux no l'eût transportée dans les bras de son amant. En proie àsapassion.au parfum magiqueemployés. A son réveil. elle s'endormait .au liquide quelconque.Et il en était invariablementainsi. mais d'une manière si prononcée. il était naturel qu'un espoir unique occupât ses songes. . Nous supposons qu'au sommeil qu'elles déterminaient se mêlaient des songes lubriques (1) .

des fleurs de pavots. etc. mais dont les effets sont précisément ceux que nous venons do signaler. C'est la nuit.92 LESPARFUMS MAGIQUES qu'il était impossible do no pas prendre l'illusion pour la réalité. ils ont dû. Tout lo monde sait qu'en se reposant sous un sureau ou sous un noyer. du noyer. du slramonium. (1)Tout individuqui était soi-disantallé au Sabbat (en rêve. du sureau.. procès dont lo nombre surpasse l'imagination. exhalaisons. Pour obtenir cetto faveur. . celte illusion. hèlas! après application des liniments magiques) do prenait la qualification sorcierou dosorcière. émanations. — Les effets physiologiques des parfums sur l'homme no sont pas moins remarquables —(parfums. Plusieurs provoquent le sommeil. etc. odeurs. c'est la môme chose sous vocables différents). fumigations. quo les sorciers (1) sont enlevés et transportés au Sabbat. de la jusquiame. au milieu do leur sommeil. « Voilà ce quo prouvo l'hisloiro des procès do sorcellerie. de beaucoup d'espèces desolanées. » 29. comme celles de l'opium. so frotter d'une pommado dont ils cherchent et dont souvent ils ignorent la composition. lo soir.

ann. Uno femme éprouvait de violents maux do tôto si elle sentait.naturx curiosorum. .in-i. Smetius raconte quo plusieurs personnes ont été purgées par la seulo odeur de la boutique d'un apothicaire . Pendant les fortes chaleurs. raisonnéd'Histoirenatu1 relle. les personnes occupées à arracher cette plante doviennentcommo ivres et chancellent. D'autres odeurs vont mémo jusqu'à produire des effetspurgatifs . 38.Paris.LESPARFUMS MAGIQUES 93 on est presque tout do suito saisi d'un sommeil profond. (1)BOYLE. obs. 140. (2)VALMONTBOMARE. p.. (3)JOSEPHAUZON. tous ceux qui étaient dans la chambre furent purgés. ainsi qu'elles lo feraient après un copieux repas trop arrosé de vins généreux (2). d L Epherid. in-12. Boylo dit qu'un do ses amis broyant de l'ellébore noir. DE Dict. Sennert assure la môme chose pour la coloquinte. 5vol. Denalurd determin. ou mémo d'uno intense céphalalgie (1). ec.2. souvent. etSalmulth dit que le mémo effet eut lieu chez une dame qui avait fait prendre à sa servanto des pilules qui lui avaient été destinées à elle-même.2. des vapeurs de soufro (3).cfflux. 1800. même au loin. la bétoine répand des émanations vives qui agissent sur les individus nerveux .

l'odeur seule du médicament suffit pour lui produire do l'effet et la purger. 209. 431. u Traité des odeurs. p. sans éprouver.94 LES PARFUMS MAGIQUES « Voici co quo j'ai vu moi-mômo choz uno noblo personne viergo. Le docteur Hippolyte Cloquet. quelques instants après. pour lui faire prendro dans un vorro uno potion purgative.k* i organes de l'olfaction. (1) De ossecribrif. dit Schneider (I) : commo ello s'approchait du lit do sa soeur. Orfila (2) cite l'exemple d'une dame qui ne pouvait se trouver dans aucun lieu où l'on préparait une décoction de graine de lin.Paris. plus heureuso elle-mômo que sa soeur. du sens et <. bien des faits que nous citons dans ce paragraphe sont empruntés aux premiers chapitres de cet ouvrage. dit avoir recueilli une observation semblable à celle d'Orfila (3) . de l'action extraordinaire des parfums magiques employés dans l'antiquité et au moyen âge ! Enfin. (2) Traitédes poisons. qui avait bu la potion. o (3) Osphrèsiologie. . une tuméfaction considérable à la lace. » Que l'on s'étonne après cela. qui a écrit un excellent livre sur les odeurs. II. 1821.t. suivie d'uno syncope.n-8. p. fait plus extraordinaire encoro..

en Tur(2) quieet aux Indes. (3)Dracuntium foetidum. Enfin le docteur Barton. "iS. p .LES PARFUMS MAGIQUBS 95 Les odeurs. 10.t. Tavernieren Perse.Amsterdam. Lui-mômo. II. Ainsi Chardin raconto que. des d (4)Journal complémentaireu Dictionnaire Sciences mars 1819. p. Tavernier affirme la môme particularité (2).-Ii. il était obligé d'user de précautions analogues pour se préserver des mauvais effets de ces exhalaisons (1). Des hommes qui dormaient dans un grenier où l'on avait dissét d (1) Voyages e Chardin. contracta une ophtalmie très grave par l'effet des émanations pénétrantes et alliacées do cetto plante aroïdo (4). produisent quelquefois dos effets beaucoup plus dangereux. il faut que lo chasseur ait lo nez et la bouche bien fermés d'un lingo plié en plusieurs doubles. peignant d'après nature le pothos fétide (3). p.Rouen. sans quoi il éprouvo des hémorrhagies violentes. dit-il. 91et 92.1713. lorsqu'on onlôvo sur l'animal la poche qui renferme lo musc. à cause seulement de la forco do l'odeur. p. IV. médicales. Lessix voyagesde J.. Ainsi encore les émanations do la racine d'elleboro blanc causent à ceux qui l'arrachent sans précaution do violents vomissements. quand il achetait celte substance.

ch. quo le célèbre Dippel termina sa vie (2). adroits et subtils assassinats et empoisonnements. l. 161. que do magnifiques. Lo pape Clément VII fut tué par la fumée qui s'exhalait d'une torcho qu'on portait devant lui (3). surtout du siècle de Louis XIV.90 LESPARFUMS MAGIQUES miné des racines do jusquiamo pour on écarter les rats. V. Les vieux auteurs grecs et latins présentent une foule de passages propres à prouver et Gazette (1)GARDANNE. . à ces peu rogrettables époques do fièvre religieuse I Du reste. dit-on. respirôos par lo nez. (3)AMBROISE liv. causer aussi la mort. et ceux-ci transmirent leurs talents aux empoisonneurs des siècles suivants. 1773 1774.s anciens furent de bons maîtres pour les empoisonneurs du moyen âge. On a vu los Yapours do l'arsenic. l'un d'eux éprouva des vomissements et une hômorrhagio nasale abondante (1). de la santé. (2)HALLER. et c'est ainsi. so réveillèrent atteints do stupeur et do céphalalgie. Elementa j^hysiologix. PARÉ. 10. XXI. t. et qui renfermait très probablement dans sa composition du nitrate d'arsenic : que do beaux crimes. p. Uno foule d'autres plantes dégagent des parfums nocifs et parfois mortels.

— Elle se sera approchéo d'un autre homme. car elle offrait le champ largo au prôtre qui avait à l'appliquer. parc< qu'elle n'a pas pu être surprise pondant son acte . il existait uno loi quo nous no saurions passer sous silence. — Lo Soigneur parla encoro à Moïse et il lui dit: 12. et qui n'est qu'uno accumulation do récits do massacres. choisi de Dieu. et que. d'incestes et d'abominations do toutes sortes. — Dans l'hisloiro du pouplo hébreu. en sorte quo son mari n'ait pu découvrir la chose et que son adultère demeure caché. 30. pour satisfaire les mauvais instincts ou la haiuo des maris et surtout des amants éconduits : voici co quo nous Au chapitro V des NOMBRES. 13. do viols. — Parle aux enfants d'Israël et dis-leur lorsqu'une fommo sera tombée en faute. 14. lisons : 11. méprisant son mari. sans qu'elle puisse être convaincue par des témoins.LESPARFUMS MAGIQUES 97 quo los matières odorantes ont souvent servi à déguiser ou mémo à composer des poisons. — Si lo mari ost transporté de l'esprit de ja- .

— Il conjurera la femme et lui dira : Si un homme étranger ne s'est pas approché de toi. . — Alors la femme. — Et ayant pris de l'eau sainte dans un vase de terre. 15. 17. ou qui on est faussement accusée . et si tu ne t'es pas souillée en quittant le lit de ton mari. et lui mettra sur les mains le sacrifice destiné pour renouveler le souvenir de son crime et l'oblati n de la jalousie . se tenant debout devant le Seigneur. et il n'y mettra pas d'encens. 16.98 LES PARFUMS MAGIQUES lousie contro sa femmo qui aura été souillée véritablement. 19. et il tiendra lui-même entre ses mains les eaux amères. sur lesquelles il a prononcé les malédictions avec exécration. et présentera pour elle en offrando la dixième partie d'une mesuro do farine d'orge . — Il la mènera dovant lo prêtre. parco que c'est un sacrifice de jalousie et unooblation pour découvrir Padultôro. 18. il ne répandra pas d'huile par dessus. le prêtre lui découvrira la tête. — Le prêtre l'offrira donc et la présentera devant le Seigneur. il y mettra un peu de la poussière du pavé du tabernacle.

ta cuisse se pourrisse. 24. 21. . — Mais si lu t'es retirée do ton mari.ici. 20. et si tu t'es souillée en approchant d'un autro hommo. Que le seigneur te rendo un objet de malédiction et un exemple pour tout son peuple : qu'il fasse pourrir la cuisse (I). e (1)Le mot cuisse. Et la femme répondra : Qu'il en soit ainsi ! qu'il en soit ainsi ! (amen ! amen !). —Le prôtre lui retirera des mains le sacrifice de jalousie : il relèvera vers le Seigneur. d Go n'est pas précisément ola cuisse qu'il s'agit. —Ces malédictions tomberont sur toi. et que ton vontro crèvo après s'être enflé. et elles entreront en elle. 22.LES PARFUMS MAGIQUES 09 ces eaux très amôrcs que j'ai chargées do malédictions no to nuiront pas. et il les mettra sur l'autel après avoir. n hébi'eu. — Que ces eaux do malédiction entrent dans ton ventre . — Et il les lui donnera à boire. 25. et que la cuisse s'ôlant enflée. n'est qu'un euphémisme. 23. et il les effacera ensuite avec ces eaux amôres qu'il aura chargées do malédictions. — Alors le prôtre écrira ces malédictions sur un livre.

— trop belle. — Séparé uno poignéo do co qui ost offert on sacrifice.100 LES PARFUMS MAGIQUES 26. et combien la femme était irrémédiablement perdue si. et celte femmo deviendra un objet do malédiction et un exemple pour tout lo peuple 28. elle sora pénétrée par ces eaux de malédiction . et si ello a méprisé son mari en se rendant coupable d'adultôro . 27. malheureusement. On comprend combien d'infamies devaient se commettre sous lo couvert do celte loi aussi sacrée qu'inepte et ridicule. son ventre enflera. elle n'en ressentira aucun mal. et buvant les eaux très amères préparées par le (2)Il les lui a déjà donnéesau verset24. si ello a été souilléo. et qu'alors il donno à la femme les eaux très amôres (1). — Lorsqu'ollo los aura bues. — ello s'était attiré la haine d'un puissant personnage do la tribu ou du prêtre chargé de la petite opération. . Qu'on so figuro la douce etjolio Esmeralda devant le terrible Claude Frollo. 29. — Qno si elle n'a pas été souillée. ot sa cuisse pourrira . afin do la fairo brûler sur l'autel . "Helle aura des enfants. etc. — C'est là la loi du sacrifico de jalousie.

Uno autre dame était également frappéo d'aphonie.d'eïïols produits par les odeurs ou parfums sur l'organisme Schneider cito uno femme adorant tous les parfums. Une jeune femme perdait la voix lorsqu'on lui mettait sous lo nez un bouquet de fleurs odorantes (3). — Mais voici d'autres exemples d'idiosyncrasies. (1)PIESSE. des parfums et des cosmétiques. quand elle sentait du musc.. hormis celui des fleurs d'orangor .. 1760. (3)MARRIONES. (4) ODIER. Un soldat perdait connaissance quand il sentait l'odeur do la pivoine (2). qui était fou d'amour pour ello. L'odeur de la rose incommodait vivement Grétry et le peintre Vincent. .Des odeurs. Paris. 6.in-12. 1865. 1780. il lui fallait prendre un bain froid pour recouvrer la voix (4). 31. Journal de physique. celte odeur déterminait des spasmes violents (1).. ello so trouvait mal en respirant celui-là.LES PARFUMS MAGIQUES 101 saint et auslôro archidiacro do Notre-Damo do Paris. (2)Ephéméridesdes curieux de la nature. Chez uno dame.

1811. Un autro hommo s'évanouissait à l'odeur du bouillon d'écrcvissos (2). (2)WAGNER. — Des goûts et des couleurs. Journal de Hufeland. dans ce môme pays.. Montaigne dit avoir vu des gens < fuir la senteur des pommes plus que les arquebusiers ». le poisson archi-pourri et transformé en une exécrable substance huileuse. d (1)LEDELIUS. et nous nommons stercus diaboli cette gomme-résine que les Asiatiques appellent lo manger du bon Dieu.. Mllo Contât et lo duc d'Epernon s'évanouissaient à l'odeur du lièvre. nous ne l'ignorons pas. comme nous buvons une excellente bouteille de vieux Bordeaux.. les oeufs couvés et puants sont un simili-régal .lW. secrétaire do François Ier. Jean Quercet. à l'odeur effroyable.. Ephémérides es curieuxde la nature. . ne pouvait supporter l'odeur d'uno pomino. Les anciens.102 LESPARFUMS MAGIQUES La mômo odeur provoquait uno ophtalmie à un négociant (1). employaient Yassa feetida en assaisonnement. les Groënlandais avalent l'huile de baleine. Dans la Basse-Cochinchine. dénommée noc-mam.

ib. appendice. 3*ann. et une autre personne recherchait ardemment celle de la boue (1).LESPARFUMS MAGIQUBS 103 coûte fort cher et constitue un véritable régal. — pas p'us dégoûtant d'ailleurs quo la chair faisandéo c'est-à-dire corrompuo. Louis XIV. Boylerapporte un fait remarquable: il connaisdes (1)Ephémérides curieuxde la nature. 108. dont certains gourmets (?) font chez nous leurs délices. Une des parentes de Scaliger tombait en syncope à la vue d'un lis. dit Dolaeus (2).3. 867. p. l m (2) Encyclopxdia edicalis.. ne pouvait supporter aucun parfum. au contraire. Samuel Lcdel cile uno femmo qui ne pouvaitsupporter l'odeur des roses rouges. dec. en action do putréfaction. Un jurisconsulte adorait l'odeur du fumier. p. V. et elle était persuadée qu'elle succomberait bientôt si elle en respirait le parfum. . du purin le plus concentré. sentir les roses blanches. Salmuthcite uno jeune fllloqui n'avait pas do plus grand plaisir quo do flairer l'odeur moisie des vieux bouquins. le médecin légiste Paul Zachias ne pouvait. et qui se parait do roses blanches .

une dame. univ. p. et l'indisposition de la malade ne fut pas portée au dernier point. remarqua l'altération do son visage et en soupçonna la cause. 11. si on n'éloignait promplement les fleurs en question. 32. et cela faillit lui coûter cher. Elle s'empressa de demander s'il n'y avait pas des roses sur quelque dame de la compagnie . curât. Appar. Elle sentit soudain un malaiso inconnu qu'ello dissimula d'abord. — Le sang d'une femme attaquée de fièvre ataxique répandit une si mauvaise odeur. La sérosité d'un hydropique détermina de (1) MORTON. lo respect l'empêchait de se retirer. allait jusqu'à produire l'évanouissement. So trouvant à certaine cour dont elle faisait partio. Cependant la princesse. quoiqu'elle lui fût agréable. dont la jeune personne ne se doutait pas. qui la connaissait intimement. les retira bientôt. quo le chirurgien et les assistants tombèrent en syncope (1).. qui effectivement en portait.104 LES PARFUMS MAGIQUES sait uno dame sur qui l'odeur des roses. morb. . elle s'entretonait avec la princesse entourée do ses femmes.

1. Mais les odeurs désagréables ou putrides ne sont pas les seules qu'on doive redouter: il faut aussi se méfier des odeurs agréables. Frank raconto quo l'un do sos fils. p. médic. 225. aphoris. souvent elles contienIn SWIETEN. . des Se. Amsterdam. 149. 215. XI. arriva lo matin. (1) VAN TITSINO. t. Lors du séjour do nos armées à Vienne. Dans co moment on découvre le malade. 742. C'est do la mômo façon que mourut le professeur Leclerc. tôt schrick van haar. etc.LES PARFUMS MAGIQUES 105 l'anxiété ot do la dyspnéo chez ceux qui on respirèrent les émanations (1). (3)FOURNIER . près d'un homme atteint du typhus. (2)ABRAHAM Cypria. le vénérable J. Dans le lazaret do Voniso. elstenlevé à l'aflection des siens (3). après s'être livré à quelque fatigue pendant la nuit. 1 p Dict. p. 1.-P. un homme sain était couvert de pustules au bout do quelques heures (2). pendant qu'un grand nombro do malades étaient atteints do ptyalismo mcrcuriel. en peu d'heures. 89. les effluves qui s'échappont do son corps frappent le jeuno étudiant qui. à l'hôpital. PESGAY.

(2) MÊZERAI. qui commença après qu'elle eut acheté des gants et des collets parfumés chez un nommé Bcné. 18du 2*chant de la Henrlade. mourut ainsi d'une maladie très aiguë. venu de Florence avec Marie de Médicis. roi de Naples (1). Jeanne d'Albret. d'asphyxies et de morts occasionnées par ces fleurs dans un air confiné. Préparé de môme par une dame de Florence. tant de syncopes.106 LESPARFUMS MAGIQUES nent quelque chose qui peut les rendre extrêmement nuisible?. un manchon fit périr le célèbre Lancelot ou Ladislas. L'histoire nod rne nous apprend que l'empereur Henri VI et un prince de Savoie furent empoisonnés à l'aide de gants parfumés. Lémery raconte que deux personnes. Mémoire l'influence sur desodeurs. CAPELLINI. Il existe aussi un grand nombre de fleurs odorantes dont les émanations portent sur les nerfs une véritable irritation. . — VOLTAIRE. reine de Navarre. De là. dit le Victorieux. qui restèrent pendant cinq à six heures dans une chambre où il y avait des roses pâles. de France. La mère de Henry IV. (1)THOMAS note Hist. — dont la réputation d'empoisonneuse n'était plus àfaire(2).

grands amateurs de tous les genresde jouissances. au reste. 33. stipule me malis.articlede Salm. la rose . comme celles de la sauge. la violette. comme si elles avaient absorbé un éméto-cathartique (1). Cromer dit que l'odeur de ces mêmes fleurs causa la mort d'un saint évoque (2). du romarin.VIII. car je languis d'amour. etc. entourezmoide fruits du pommier. et c'est aussi pour avoir respiré leur parfum que périt une des filles de Nicolas I°r. comte de Salm (3). de (3)Dictionnaire Moreri. tandis que celles qui répandent une odeur aromatique. s'écrie la jeune Sulamitc du Cantique des cantiques: «Soutenez-moi avec des fleurs. le sureau. les narcisses. D l {2) erébuspolonicis. les tubéreuses. . d'une odeur suave et comme nauséeuse: tels sont les lis. et mettant en pratique cette Mémoires l'Académie de 1699.» Aussiles ancions. semblent. propres à ranimer l'énergie vitale : fulcite me floribus. le seringa. — Les Heurs dont les émanations sont nuisibles sont principalement douées.ib. quia amore langueo.. (1) royaledes Sciences.LESPARFUMS MAGIQUES 107 furent purgées violemment. au contraire.

sur la plante. lesquels se dissipèrent aussitôt que j'eus jeté la plante vénéneuse par la fenêtre. ne serait mandragora. et sa Magia naturalis. Après être resté quelque temps à travailler dans ce local. Je no songeais plus à la mandragore . Fodéré a décrit ainsi les effets produits sur lui par une mandragore épanouie (1) : c J'avais cueilli dans la campagne une belle fleur. mon premier mouvement fut d'ouvrir la fenêtre. Gilbert. portes et fenôtres fermées.108 LESPARFUMS MAGIQUES maxime que la sensation est aussi nécessaire à l'âme que l'exercice l'est au corps. recherchaient les odeurs agréables (et môme les désagréables. je fus pris de vertige. de faiblesse. que je plaçai par inadvertance sur la table de mon cabinet de travail. uno mandragore. par hasard. qui exhala uno odeur fortement nauséabonde. (1) Atropos . > 84. d'après M. comme Yassa foelida) avec un empressement tout particulier. — Jean-Baptiste Porta a longuement écrit sur l'influence des odeurs et des parfums. puis d'une langueur telle que j'avais peine à me soutenir. Je reconnus alors la causo des accidents que j'éprouvai?. ce que jo fis en m'appuyant.

dit M. « La magie naturelle de Giambattista Porta.De mcdicamentls. « Ces hallucinations. il a d'étranges visions et se croit transporté dans un monde merveilleux . VIII. qu'un véritable Traité des imisons agrémenté d'une foule de formules magiques auxquelles. 7 . Porta insiste sur la puissance des narcotiques qu'il énumère. il était le premier à ne pas croire. qu'un véritable Traité de toxicologie. do la belladone. très probablement. malgré les réticences et les précautions oratoires de l'auteur. oulins. p. I Naples. établissant trois degrés bien tranchés dans leur action : la narcolisation. Gilbert (1) dans l'analyse de cet ouvrage célèbre. qu'on la double. du stramonium rés (1)E. n-folio.1589. dépouillée des allusions mystiques dont elle est remplie et embarrassée. et la mort (2). M 1 i lib. n'est.u-12. GILBERT. (2)Magianaluralls. l'aliénation mentale momentanée. 151. d'oeil ur les poisonset les sciences Coup occultes. quo l'on obtient à l'aide de la jusquiame. et le sujet tombe dans l'hallucination . et lo délire amène promptementla mort.LESPARFUMS MAGIQUES 109 autre chose. 870. Que l'on force quelque peu la dose du philtre destiné à produire la simple narcotisation.

tandis que Cardan y fait entrer de la jusquiame et de l'opium. « Le livre II de l'ouvrage de Porta traite de l'onction magique. et on leur doit la mort violente. la pendaison ou lo bûcher . par le glaive. peuvent. se trouve en quelques instants transporté au milieu des scènes étranges du sabbat. des liens matériels du corps. prétend-il. de nager comme les poissons et de barboter comme les canards dans les mares. Porta fait du solanum somniferum la base de cette onction magique.110 LES PARFUMS MAGIQUES duits en poudre et mélangés avec les aliments. de milliers de misérables qui certifiaient avoir été au sabbat. les convives se croient transformés en bêtes . dit Porta dans le chapitre consacré à la cuisine. » — (Voyez le §63. produire les effets les plus étranges : sous leur influence. on les voit faire les gestes de brouter l'herbe comme les boeufs. et doué d'une puissance merveilleuse de locomotion aérienne. et avoir cohabité .) Les trois substances se valent pour abrutir et affoler l'être humain. par laquelle l'être humain dépouillé. avoir vu Satan et sa femme.

dit l'abbéde Montde faucon Villarsdans son livre cabalistiqueintitulé: Le de comte Gabalis. puis séparerles élé« montsselonla science. il Seulement. Quandles belles habitantesde l'Au-delàsont en votre v une.carello ne supportepas 'de concurrente.continue lo l'abbé.LESPARFUMS MAGIQUES 111 avec tel ou tel esprit infernal.on n'enest pas moinsfemmo. « lolaisser exposéau soleilun mois... on vit en l'air la plus belle d « cuissedu monde. t.. incube ou succube (1).afin qu'ilsjugeassentdu « tort qu'il avaitde lui préférerune femme. Et non seulement ces drogues vénéneuses étaient l oules gnomes. fut assez malhonnête « femme. si elleest trahie.» le Ellone fit que sondevoir. — (nepas imprimerd'immorahomme pour aimeruno lité)— « . sa colère terrible: est e « Leurjalousieest cruelle. vecqui uno nympheétaitentréeen coma « merced'immortalité».nympheset gnomes». conglobé d'eau. es nymphes « il n'y a qu'à fermerun verre plein d'air.C'estun merveilleux aimantpour « attirer sylphes.Pour cire nymphe. L'amanteinvisiblevoulutbien la faire « voir aux amis de son infidèle. (1)« Pourattirer les sylphes. fautlui être fidèle. . < Un philosophe. ousen choisissez en bonnepersonnequ'unomortelle chairet en os. « la nympheindignée Atmo'W sur l'heure.Après quoy.. et ello so montreaussi présence.Commeil dînaitavec sa nouvellemaîtresseet « quelques-uns o ses amis. comme divin « Paracelso nous l'a fait voir dansune aventurequ'il rav conteet qui a été vuedo toutola ville do Staufteuberg. Voilà les parfums et les onguents magiques de l'antiquité et du moyen âge.

112

LESPARFUMS MAGIQUES

mélangées dans les aliments et les breuvages, mais on les faisait macérer dans un récipient quelconque ; on los y laissait séjourner un temps parfois très long ; puis, lo récipient débarrassé do ces substances toxiques, on y renfermait les objets à empoisonner : gants, scapulaires, sachets, cucuphes, etc., et, quand ils s'étaient bien imprégnés du poison, dont lo acres ou fétides émanations étaient déguisées sous un parfum suave, on faisait don de ces objets à la personne condamnée. Il parait quo l'Italie, Florence surtout, était la terre classique de ces parfums magiques, bons à tout faire.

IV

Sachetsparfumés.— Amuletteset talismans parfumés. Les magiciens proscrits à Rome. — Fumigations, chezles anciens.— Le curculio antiodontalgicus.

35. — Un autre moyen d'utiliser les parfums, soit naturels, soit (ce qui est la même chose) magiques, fort usité jadis et encoro en usage aujour', hui (1), c'est le SACHET. Losachet est un petit sac de mousseline conte(1)Les sachetsles plus en usagegénéralement commo ( bien s médicaments, entendu) ont les suivants: Sachet résolutifammoniacal.— Parties égales do sel e ammoniact dechauxéteinte. — 7 Sachet tomachique. Giroflée, parties;marjolaine, s 15; romarin,30. 1 Sachetioduré.— Iodurodopotassium, 0grammes sel ; 80 ammoniac, grammes. Sachet anlirhumatismal.— Camphre, ; benjoin, 10; 8 2 euphorbe, 0;sel ammoniac, 0. 1

114

LESPARFUMS MAGIQUES

nant des substances médicamenteuses, et destiné à être appliqué sur la partie malade pour y faire pénétrer les émanations de ces substances ; on lui donne la forme qui s'adapte le mieux à cette partie : ceinture, collier, cravate, bracelet, simple sachet carré, ou triangulaire, ou en forme de coeur, de losange, etc. Dans tous les cas, ils doivent être piqués, comme le sont les matelas ou certaines couvertures rembourrées, pour assurer la répartition uniforme des poudres médicamenteuses ou aromatiques qui y sont contenues. Le sachet destiné à être appliqué sur la tête se faisait en forme de bonnet double, piqué, lui aussi, et dans l'intervalle des deux étoffes l'on disposait la poudre destinée à soulager le malade. Ce sachet prenait le nom de cucuphe, et on l'employait fort autrefois. Charles-Quint se garantissait de ses vertiges en se mettant un cucuphe rempli de poudre de vers à soie desséchés. On conçoit la facilité avec laquelle un bon sorcier pouvait faire passer de vie à trépas un brave homme, — surtout s'il était préalablement chauve ou si on lui persuadait de se faire raser la tôle, —

LESPARFUMS MAG1QUBS

115

en lui appliquant un cucuphe garni de poudres magiques... Très souvent aussi, le sachet porté sur lo corps était un objet de luxe, de coquetterie. Dans los pays orientaux, où l'amour dos parfums est porté à un degré si excessif, les femmes portaient des sachets contenant uniquement'des aromates. Dans le Cantique des cantiques (1), la belle Sçulamite, parlant de son bien-aimé, dit : « Mon bien-aimé est avec moi comme un sachet de myrrhe;il passera la nuit entre mes deux mamelles. » 86. —De même que les sachets, les AMULETTES 'et les TALISMANS portaient suspendus au cou, se sous les vôtements, ou attachés aux bras. Ces objets étaient destinés à écarter les dangers do toutes sortes ot les maléfices des sorciers. Eux aussi contenaient le plus souvent des parfums magiques. « Le célèbre physicien Boyle,dit l'abbé Mallot(2), les allègue comme des preuves qui constatent, par le grand nombre d'émanations qui passent de (1)Chapitre verset13. 1, t de (2)Encyclopédie Diderot,. I, p. 383.

trouva que. dans ses dernières propositions De febribus. « Zwelfer. Boyle fait voir combien les émanations qui sortent même des amulettes froides sont capables de pénétrer dans les pores des animaux vivants. n'en trouva pas de plus efficace que de la poudre de crâne humain appliquée sur la peau autant seulement qu'il le faut pour qu'elle s'échauffe. non seulement. en supposant quelque analogie entre les pores de la peau et la figure des corpuscules. ayant préparé quelques trochisques de crapaud. do la manière prescrite par Van Helmont. portés en amulettes. Wainwright et autres l'ont démontré aussi. apprit un fait très particulier du premier médecin de Moravie qui. ils lo préser- . Bellini a fait tout ce qu'il a pu pour démontrer la possibilité de cette introduction des corpuscules des amulettes dans le corps humain. combien ce dernier est poreux et facilement pénètrable. à ce sujet-là. « Le môme M.116 LESPARFUMS MAGIQUES ces médicaments dans le corps humain. Il ajoute être persuadé que plusieurs de ces médicaments ne sont pas sans effet. après bien des remèdes tentés inutilement. parce que lui-même ayant été sujet à un saignement de nez.

lui. Plater. Bonnet et une foule d'autres.par CIIESNEL. Th. de la peste. Schreder. Le prince de Metternich ne quittait jamais l'amulette que lord Byron lui avait donnée.1177. d'après Plutarque. Hartmann. » Boyle. Degner. l'on des (1)Dictionnaire superstitions. Périclès. qui promettent à tout acheteur le retour à la santé et la force de Samson. Legrand. Wainwrighl et Zwelfer ne furent pas les seuls à croire que le contact d'une substance médicamenteuse contenue dans une amulette avait de l'efficacité sur le corps humain : Galien. p. l'affirmèrent aussi.Bellini. Willis. Fernel. tous grands médecins. Van Hclmont. 7. 86 (bis). Liébault. sous l'Empire romain. Dioscorides. Wedel. . zinc et cuivre. ses amis et ses domestiques. Ant. cousue dans ses vêtements. Meyssonnier.. portait sur lui des amulettes et des talismans. mais même qu'appliqués sur le mal de ceux qui étaient déjà pestiférés. Rhumelius. Le grand Pascal avait. — Du reste. Bartholin. une inscription curieuse et indéchiffrable qu'on y a retrouvée (1).LESPARFUMS MAGIQUES 117 vaient. Sennert. ils les soulageaient considérablement et en guérissaient quelques-uns. — comme l'affirment également les fabricants de plaques quelconques.

et décapiter un malheureux enfant qui touchait un marbre en prononçant à haute voix certaines lettres do l'alphabet. Les abus étaient devenus trop criants.118 LESPARFUMS MAGIQUES fut obligé de sévir contre les magiciens qui guérissaient les fièvres et autres maladies au moyen d'amulettes. les juifs les appelaient téraphim (t^Sin) .ViedoCaracalla. Grecs leur donnaientdivers noms : itepixnToc. pour se guérir d'un mal d'estomac. nepcdcjAaxoc. Il en est très souvent question dans la Bible . XXIX. âitoT^™». incantations. (1)Histoire Auguste. conjurations. de talismans. (2)Histoire.liv. même. hélas ! à ceux qui utiliseraient les connaissances traditionnelles que l'on possédait sur la vertu des fleurs féminines mensuelles (22) : Spartien nous dit que Caracalla décréta la peine de mort contre tout individu pris sur le fait (1) . et les empereurs appliquèrent sans sourciller la peine de mort à ceux qui seraient convaincus de ces pratiques. Ammien Marcellin (2) dit que Valentinien fit exécuter une vieille femme qui guérissait les fièvres intermittentes par des paroles magiques. . la croyance aux talismans et auxamuletles est aussi ancienne que le monde. de paroles magiques. Au fait. etc.

» . les latins. sous l'impression des plantes dont on faisait usage. — La fumée. soit dans les temples. cp-jX«)tTY(ptx. soit dans les cérémonies privées. qui sont perdues pour nous. s'ils ignoraient bien des choses que nous savons... les consultants. etc. les fumigations constituaient la pratique la plus souvent employée pour mettre les fidèles. Ils ne connaissaient pas l'acide carbonique par son nom . xtrêmement asse. au rapportdeceux quiy ont pénétré. mais ils avaient remarqué que.suivantla fable.. aTaOévia. 37. genre. etc. elle est detroitoouverture e b et. amulela. amolirnenla. co qui fait qu'elleest toujours obscure et qu'on ne peut e aisément u connaîtrel'intérieur. ils connaisdo (1)Du reslo PomponinsMêla patio d'une gvotto co SITU liber ORBIS. leur donnaient diverses qualifications : proba servatoria.LESPARFUMS MAGIQUES 119 etc. cap. Tout le monde connaît l'efficacité des bains de fumigations. et cette efficacité n'avait pas échappé aux anciens qui. l'ius loin estencoreune troisièmo appeléela cavernede Typhon. ellelue à l'instant lesanimauxqu'ony plonge.et aujourd'hui. eux aussi. XIII) : «. si l'on descendait trop bas.une sortedo grotte du chien (DK caverne. dans telles grottes profondes.. ar uuc propriéténatup relle. on risquait la mort (1) . en connaissaient d'autres.maiselle est remarquable sous deux rapports: elle fut autrefois. la retraite deTyphon. I.

rappelons-le. si réellement elles ont (ou avaient. et la mise en scène brochait sur le tout. C'est pourquoi.120 LESPARFUMS MAGIQUES saient les résultats do l'inhalation. où le malheureux consultant était préalablement asphyxié à demi : les fumigations faisaient le reste. et — comme nous le démontrerons plus loin en parlant du Kypili (44). et la prêtresse de Didyme en absorbant longuement ce»'/s qui s'échappaient d'une source ou fontaine sacrée (25. 38. — Pline mentionne un nombre considérable de fumigations ayant d'extraordinaires propriétés sur l'organisme. avant de rendre leurs oracles. de la respiration de certaines fumées. la Pythie en respirant préalablement les émanations qui s'exhalaient de l'antre de Delphes. in fine). à ces épo- . — ils masquaient l'odeur trop àcro d'un parfum avec cello do plusieurs autres. ayant même reconnu que ces mélanges avaient des propriétés particulières (28). Ce sont des fumigations absolument magiques. les prêtresses se mettaient dans un état particulier. L'antre de Trophonius (28) devait sans doute posséder quelque fosse saturée d'acide carbonique.

(4)XXX. (1)PLINE. Les sauterelles employées en fumigations guérissent la strangurie. 39. Etc. . etc. contre ces croyances d'il y a des milliers d'années. il ne faudrait pas trop s'insurger tout de môme. (2)Ibidem. puisque nous voyons aujourd'hui 'lue le simple contact d'un insecte suffit pour donner aux doigts la faculté de guérir le plus violent mal de dents.. La fuméo do bouso do taureau empêche la chuto de la matrice. — Mon Dieu. surtout chez les femmes (4).XXVIII. (5)Ibidem. La fumigation faite avec une couleuvre desséchée estemménagoguo (5).77. (3)Ibidem.43. et facilite l'accouchement (2).. Histoirenaturelle.. On regarde commo très utiles à la matrice les fumigations faites avec la corne de chèvre et le poil de chameau (3).LES PARFUMS MAGIQUES 121 ques do crédulité) les vertus qu'on leur attribuait : La fumée du sabot d'àno active l'accouchement et fait môme sortir les avortons (1).

jusqu'à ce qu'ils aient perdu leur humidité.-F. llirsh. dentiste de la cour de Weimar.122 LESPARFUMS MAGIQUES v Parfaitement. ces doigts conservent pendant un an la faculté de guérir la douleur de dents provenant de carie : il suffit pour cela d'en toucher le creux de la dent gâtée. Sur 629 expériences. 2* édition. et M. i Je suis bien éloigné de croire qu'un insecte puisse communiquer aux doigts une vertu cura- . Plusieurs Savants ont reconnu la même propriété à d'autres insectes coléoptères . Deleuze. découvrit. Paris. en 1794. professeur à Piso. qui provoque le phénomène.-P. Voici co qu'on peut lire dans l'Histoire critique du magnétisme animal. 1819. Gerbi. sous lo nom de Curculio anliodontalgicus. Ici. par J. dans les papiers publics. qu'il s'était servi avec succès de la Coccinella septempunclata. On prétend que si l'on broie une douzaine de ces insectes entre le pouce et l'index. resté sur les doigts. a assuré. un insecte auquel on attribue une propriété bien singulière. tome second. page 189 : « M. ce n'est pas une fumigation: c'est très probablement l'émanation. lo parfum do l'insecte. 401 ont réussi.

ditil. Mais. pourquoi ces insectes ont celte propriété. je présume qu'ils contiennent un parlum volatil qui agit sur les nerfs. Gerbi. sans avoir jamais broyé entre mes doigts aucun coléoplèro. € Si vous me demandez. une lettre de M. ajoute-t-il plus bas..LESPARFUMS MAGIQUES 123 tive (1) . il ajoute : < On trouvo dans lo journal physico-médical do Brognatelli. d'après leur odeur.. s'étant convaincu du succès des expériences faites avec le curculio de M. mais il n'a pu arriver qu'à des conjectures. a cherché si d'autres coléoptères n'avaient pas la même vertu. en note. doigts . Co savant. datée du 30 septembre 1793. Un poison communiquo ien aux unevertu nocive. comme il m'est arrivé quelquefois. » Et. que ces effluves ont une vertu anodine qui modib (1)Et pourquoi ?. et il en a trouvé plusieurs qui la possédaient à un degré plus où moins remarquable. tome VII. Il a ensuite voulu découvrirla cause du phénomène. mais colui qui en est porsuadé touche avec volonté et confiance. Carradori. sur la vertu odontalgiquo de plusieurs insectes. et il réussit souvent. je vous répondrai que je l'ignore. Je pense.

Je n'ai fait que trois essais. j'ignore quelle est l'efficacité du magnétisme pour la guérison des maux de dents. quoiqu'il dise que plusieurs personnes ont cette opinion. on a droit de s'étonner qu'un remède si simple et si facile étant connu. c On sait que la douleur de dents provenant de carie n'est pas constante . ainsi. » Carradori ne parait pas persuadé que les doigts conservent longtemps la vertu que l'insecte leur a communiquée. car. dont (1)C'estélémentaire. dans cette supposition. ? (2)Parfaitement. . Il pense même que le mieux est do toucher la dent immédiatement après avoir touché l'insecte (1). Mais si cette explication est vraie. Au reste. la confiance de celui qui l'emploie n'influera en rien sur le succès (2). on n'en fasse pas usage toutes les fois que quelqu'un a mal aux dents . quoiqu'il ne puisse en empêcher le retour.124 LESPARFUMS MAGIQUES fie le système nerveux do manièro à le rendre insensible au stimulus do la douleur. Ceci détruit en partie le merveilleux.Mais où se procurerles insectes ce n'est pas tout do vouloir: il faut pouvoir. le magnétisme peut la dissiper pour un temps.

C'est un fait confirmé par des expériences que j'ai répétées un très grand nombro de fois dans l'espace de quatre ou cinq ans. . il faut toucher pendant huit vientdodire (voyez lus haut)qu'ilavait guéri p (1)Deleuzo quelquefoisdes maux de dents. en employant les précautions nécessaires pour détruire tout soupçon d'illusion. sans avoirjamaisbroyé entreses doigtsaucun insecte coléoptère. Il me paraîtrait bien surprenant que sur 629 personnes on en eût guéri 401. Ce phénomène paraîtra incroyable à ceux qui n'ont pas approfondi les lois do la nature . on observo qu'elle s'affaiblit peu à peu. à mesure qu'on touche un plus grand nombre de dents cariées. Les détails qu'il donno mo somblent prouver quo les guérisons obtenues par les moyens qu'il indique sont dues au magnétisme. < La douleur cesse quelquefois au premier attouchement. < Jo crois devoir traduire quelques passages du mémoire do M.LESPARFUMS MAGIQUES 125 un seul m'a réussi (1). Gcrbi. seulement. d'autres fois. mais il n'en est pas moins vrai. < La propriété quo les doigts ont acquise par l'insecte se conserve environ un an .

vellicazione. » « Il me semble. Souvent. mais l'attouchement immédiat avec le doigt est encore plus efficace. < Toutes les espèces de maux de dents ne se guérissent pas ainsi. Si la carie provient d'un vice général des humeurs. la douleur qu'on a guérie ne revient plus .126 LESPARFUMS MAGIQUBS ou dix minutes. et recommencer trois ou quatre fois. continue Deleuze après celte . la guérison n'est ni aussi facile ni aussi durable. Un morceau do peau dans lequel on a écrasé les insectes produit le même effet lorsqu'on l'applique sur la dent avec le doigt. pour l'adoucir considérablement ou pour la faire entièrement cesser. il faut toucher à nouveau deux ou trois fois pour en empêcher lo retour. qui se fait sentir à la dent et au doigt qui est en communication avec elle. La cessation de la douleur s'annonce ordinairement par un certain mouvement intérieur. et qui sont les plus fréquentes. mais seulement les douleurs provenant de carie simple. quelquefois ello revient après un intervalle plus ou moins long. « La douleur étant onlevéo. et l'on est obligé d'avoir recours au môme moyen. semblablo à un léger picotement.

qu'aurait pensé le lecteur?. Gerbi et plusieurs autres savants les ont attestées. où nous parlons de certains médicaments de Pline. n'est ce pas? Superstitions. qui ne contrôlait d'ailleurs jamais rien (22). p. intitulé Sloria naturaled'un nuovo insetto. » Eh bien. cela ne prouve point qu'ellos n'aient point réussi à l'époque où M. cette rubrique : « Ecrasez certains insectes dans votre main. < Le mémoire de M. Si les expériences ont été répétées depuis sans succès. et. au § 38 ci-dessus. bourdes.. si nous avions cité. tome XVIIl. bêtises. a été imprimé à Florence en 1794. Gerbi. non contrôlées par Pline. que quand un homme qui est professeur de mathématiques dans une Université célèbre s'exprime d'une manière si positive. Cela prouvo seulement qu'elles n'ont pas été faites dans les mêmes conditions. vos doigts auront la faculté de dissiper les maux de dents >.. C'est clair.LBSPARFUMS MAGIQUBS 127 citation du savant professeur Ocrbi.on no peut supposer qu'il se soit constamment trompé sur les faits qu'il a vus. On en trouve un extrait fort étendu dans les Opusculi scelli di Milano. pendant un an. 94. .

128 LBSPARFUMS MAGIQUES Et pourtant voilà des savants. voyez les cantharides.. ou presque tous les insectes ont en eux des matières visqueuses. même. provoquent môme des accidents graves . etc. tout y est réglé et soumis à des lois immuables . ^ Par exemple. Pourquoi ces subtilités ? Mais tous. dont quelques-unes. huileuses. Pourquoi donc une ou plusieurs de ces petites créatures n'auraient-elles pas en soi une substance capable d'anesthésier une gencive malade ou le nerf d'une dent cariéo?. S'il se les lave une seule fois — généralement. irritantes. Delcuzo avait uuo raison pour se récrier : il voulait absolument que lo phénomène fût attribué au magnétisme inconscient de l'opérateur.. ce qui est moins naturel.. pour l'écraseur de l'insecte. suaves. s'il veut conserver son pouvoir pendant ces 365 jours. de ne plus se laveries mains pendant un an. à distance.. qui constatent aujourd'hui des faits paraissant extraordinaires — (rien n'est extraordinaire dans la naturo . 11 n'y a là rien que de très naturel. on se . elles furent immuables dès qu'elles se manifestèrent) — et nous nous récrions.. c'est l'obligation. douces. ot non des moindres.

l'essenco. je jure que je ne mêla laverai plus jamais de la vie! . communiqués par lo curculio. — fait l'honneur de lui serrer la garde main : — Sire! s'écrie l'homme au sabre légendaire. capitaino de la garde nationale.LESPARFUMS MAGIQUES 129 tes lavo au savon — il fait disparaitro lo liquide. nous représentant l'inénarrable Joseph Prudhomme. Et tout on rêvant (honni soit qui mal y pense 1). C'est lo seul point do la thèso qui nous laisse rêveur. nous nous rappelons incidemment celte joyeuse boutade d'Henry Monnior.. à qui Louis-Philippe. — général de la nationale.

.

V

Lesparfumsdans les temples. — Lettre A'Aspasie à Périclès. — Curesdans les temples, par le sommeil dû à la respiration des parfums sacrés. — Hallucinations. — Parfums sacrés chez les Egyptiens : le Ryphi. — Divinationpar la fumée des sacrifices: Càin et Abel. — Parfums consacrésaux dieux.

40. — Le magnétisme animal, que Mesmer a cru découvrir en 1770, était connu des anciens et pratiqué dans les temples de l'Egypte et de la Grèce. Apollonius de Tyane n'aurait pu faire co qu'on appelait des miracles (les miracles n'existent point) s'il n'avait pas connu les pratiques du magnétisme. Et tant d'autres également. Ces grands hommes connaissaient ce que peut la force de la volonté ; ils savaient que l'invisible existe, en dehors du visible ; et, sans se l'expliquer scientifiquement peut-être (1), ils opéraient des cures (1)Nousne sommespas plus avancésqu'eux, à ce point devue.

132

LESPARFUMS MAGIQUES

par cette soulo forco de volonté, cetto émanation mystérieuse d'une partio infinitésimale delcur être vigoureux et sain, agissant sur des êtres débiles, physiquement et moralement, qui no demandaient, inconsciemment eux aussi, qu'un peu de force psychique, c'est-à-dire inconnue mais soupçonnée (carrienn'ests'wrMa/wef.nel'oublions pas) pour obtenir un soulagoment à leurs souffrances, une guérison aux maux qui les accablaient (1). Certes, et Salverte nous l'a dit tout à l'heure d e (1)La matière,à sonétat dodivisibilité xtrême, oit évia de demment béiraux forcespsychiques, uxforces ce que o do nous appelons'âme, auxforces la volonté. u'est-ce uo l Q q d ? la volonté C'estunoconcentrationes forcesdo notreêtre C dansun but déterminé. 'estnotre vie, condensée ar nous p dansnotrocerveau,et quenousdardonsversun point,avec la fermointentiond'y agir. Cettoforco agit, évidemment, v puisquel'effet ouluest obtenu.Vingtfois,nousavonsfait so retournervers nous, au théâtreou ailleurs,un homme nous ou unofemmeassis devantnous,et, par conséquent, tournantlodos.Notre volonté obtenaitl'effetvouluau bout d'unedemi-minute peine.Il y a évidemment à danscephéu d nomène, uochacunpeutproduire, n transport omatière, q car riennopeut se faire danslovide.Cettematièreest mise en branlopar lo je ne sais quoi qui agit dansnotro cerveau.Et c'est pourquoinousavons voulucommencer et c d ouvrage uno étude sur la matièreconsidérée ansses par quatreétats.

LESPARFUMS MAGIQUES

133

(28 in fine), les prêtres préparaient lo consultant par les émanations, les parfums magiques ; ils so prêtaient au soulagement des malheureux souffrant non seulement d'uno maladio physiquo, mais d'une maladio morale : porto d'un époux, d'une épouso, trahison d'un amant, d'uno maîtresse, etc. ; cen'était pas leur affairo, les consultants ne disaient rien. Ils imploraient l'assistance du dieu auquel était consacré lo temple, et ils subissaient préalablement les cérémonies préliminaires, destinées à leur rendre le dieu favorable. 41. — Dans une lettre d'Aspasie à Périclôs, on voit que le sommeil, magnétique probablement, était un moyen de traitement généralement employé dans une foule de maladies. Aspasio raconto à Périclôs les péripéties d'un voyage qu'elle fit pour trouver la guérison d'un mal qui la torturait, et comment elle fut guérie, dans le temple de Lycôre, pendant le sommeil sacré, c'est-à-dire lesommeil magnétique, préalablement provoqué par les fumigations de plantes et de résines odorantes : J'ai suivi exactement le conseil du sage « Noucratès. Je me rends d'abord à Memphis, où je visite sans succès le temple d'Isis. J'ai vula déesse 8

134

LESPARFUMS MAGIQUES

et son fils Orus, assis sur un trône supporté par deux lions. Do brillants fétiches ornaient son autel, où le matin brûlait de l'encens, le jour de la myrrhe, et, durant la nuit, s'exhalent les délicieux parfums de Cyphis (43). Là j'appris que le jeune Alexandro s'étant endormi dans le sanctuaire, on lui avait révélé dans un songe un remède pour guérir son ami Timoléon, et quo son voeuavait été exaucé. « Moi-même je m'endormis dans ce lieu sacré sans obtenir aucune faveur, et l'on me dit que mon incrédulité était la cause de mon malheur (I). Je partis pour Patras, où je vis la déesse Hygie, non pas telle que la représente Aristophane, agile, gracieuse, ses robustes flancs ceints d'un léger vêtement, tenant en main la coupe d'une mused'où s'élanco un serpent : mais je la vis sous une forme mystérieure à cinq faces. Une fontaine sacrée s'of(1)N'est-cepas la mêmechosoaujourd'hui?... Los somnambules ou moinsextra-lucides, toutesdoPéronne, et plus on no sait pourquoi,vous îecommandent 'avoirla foi; d sinon,rien de fait.La naluro n'a que faire de la foi. Kilo agit,purementet simplement.Qu'il ait la foi ou non, un moteurélectriquese met en mouvement,quand il reçoit l'effluve électrique.

» pas tout pur. et partout où j'arrivais. je m'informe . JEDEVAIS. p bouled'acierpoli. et.. de me rendre digne de la réponse du dieu. suivant DE REGARDS UN le conseil des prêtres.ruedoToit on. en sortant de l'eau. jo répands sur moi le baume odorant dont Sozime. et je fus plongée dans un doux somhabitudeuo s'est pas égarée. elle s'est réfugée nôtres: « S'oubliez les. flamme. FIXER MES MIROIR flottant sur l'onde de la fontaine (2).Chassée (1)Cetteexcellente dans les des templesdes anciensdieux. tc.15.Paris). l'hypnotisme rovoqué p (2)C'est le bnUdismc d par la contemplationrolongée 'un objet brillant.. « Mais je n'obtins rien. Je tâchai.miroir. les dieux me semblaient aussi sourds que ton Aspasie était chagrine. chez Bornemann. m'avait fait don à mon départ d'Athènes. A l'approche de la nuit. notre ami. pendant que jo déposais mon offrande aux pieds de la déesse (1). antiui do Riols. J'allai plus loin. A peine suis-je arrivée que je me baigne dans le fleuve .-N. par mes prières. Soudain j'entendis nommer Podalyrc . etc..LESPARFUMS MAGIQUES 135 frit à ma vue. m . près de la colonne qui portait la statue. —Voyez e notrelivre HypnoS tismeet suggestion (K. je m'y rends aussitôt. je me couchai sur la peau d'une chèvre. on médit que son temple est àLycère .

iv.il est avait succombé rapidementau sommeil vrai. à mon réveil. p. on le voit. — inconscient. Autour de moi se répandit une clarté suave Crois-moi. ce qui fut cause ( l'on lui donna un remède salutaire (2). Notre époque. VII. Elle avait d dormi « d'un sommeil e plomb». enveloppé depuis les pieds jusqu'à la tête. commedit lo vulgaire. . — qu'Aspasio des provoquépar les émanations substances disséminées dans la peau de chèvrequi lui servait de lit. et qui lui demanda le lait de ses mamelles . (1) « Apprends de plus que. oui. » Diodore de Sicile parle aussi de malades qui furent guéris en allant consulter la déesse Isis (3). vit en songe le petit dieu Harpocrate étendu sur des feuilles de lotus. enveloppé d'un brillant nuage. {narcotique. h l (3)Histoire. Mon sommeil fut profond jusqu'au point du jour . dans ce calme de l'âme. le divin Esculape. ch.136 LESPARFUMS MAGIQUES meil. Périhallucination). t (2)Bulletindes Sciences istoriques. clès. I. n'a pas lo monopole des (1)C'estun aveu dénué d'artifice. affligée d'un engorgement au sein. une femme infortunée. je me trouvai sur le même côté où je m'étais mise la veille. . 25. m'apparut avec ses deux filles et me promit la santé. 227. lo môme jour. crois-moi .

dans le3 temples d'Isis et d'Esculape. ayant pour but le rétablissement de la santé ou la grâce de la fécondité. v. ch. — co que dit la belle Aspasio. Pausanias(l) dit quo des lits étaient disposés. pour qu'on pût s'y endormir en priant les dieux d'indiquer en songe les remèdes aux maux dont on souffrait. et être connus et pratiqués chez bien des nations. ch. — ou se faire endormir. près de Memphis. en Laconie. Galien dit la môme chose d'un temple do Vulcain. car nous voyons lo prophète Isaïo (820 ans avant J. de V (2)Description la Grèce. XXXI. Il dit encore qu'on se servait d'un miroir. avant le sommeil sacré (et c'était précisément cette contemplation qui le provoquait) (2). 2. h. — J'ai étendu mes mains de (1)Description la Grèce.-C. — pour avoir des songes au cours desquels la guôrison arrivait. II. dans le temple. Et ces pèlerinages devaient être bien anciens. 8.32. X.) les reprocher aux Israélites : c ISAIE. . ou était seulement annoncée. où l'on allait s'endormir.liv.LESPARFUMS MAGIQUES 137 pèlerinages aux temples sélects. LXV. — qu'il fallait regarder fixement.

connue sous le nom de mirage. Mais cela rentre dans l'ordre des faits. — Certains malades disaient quo le dieu leur était apparu. de son temps encore. il n'est aucunement besoin d'ôtro malade : l'hallucination do la vue. Cela était plus curieux. alors qu'ils étaient à l'état de veille. du goût et de l'odorat. hallucination du toucher. Saint Jérôme (ive siècle) dit que. qui marche dans une voie mauvaise en suivant ses pensées . les malades allaient dormir dans le temple d'Esculape pour avoii des songes utiles à leur santé.138 LES PARFUMS MAGIQUES toutlejour contre ce peuple incrédule. hallucination de l'ouïe. grottes). très naturels d'ailleurs. 3. qui immole des victimes dans les jardins (bois sacrés). — Qui habite dans les sépulcres (dans des DES DORT ANS ES D L TEMPLES IDOLES. et que . 4. — Vers ce peuple qui fait sans cesse devant mes yeux ce qui m'irrite. QUI qui mange de la chair de cochon. classés sous le nom général d'hallucination : hallucination de la vue. Et pour être l'objet d'hallucinations. 42. et qui met dans ses vases une liqueur profane. et qui sacrifie sur des autels de briques .

au moment. à tout moment. Et touchez. Croisez lo médius sur l'index. Prenez une bille. Et si vous les décroisez. la bille ou la boulette : vous en trouverez deux. vous constatez qu'il n'y a sur la table qu'une seulo boule. n'importe : vos doigts croisés en touchent deux. 11faut qu'ils soient croisés pour quo le phénomène se produise. ils toucheront tous les deux à la fois la même boulo. qui se traduit par un tintement d'oreilles. . par conséquent. et placez-Ja devant vous. L'hallucination de l'ouïe. mais la sensation transmise par eux au cerveau n'accusera l'existence que d'une seule boule. où nous étions en pleine possession de nos facultés. une boulette de papier ou de mie de pain. avec les deux doigts ainsi croisés. et il n'entend rien. de façon quo les extrémités des deux doigts soient à l'alignement. L'hallucination du toucher a cecide merveilleux qu'on peut la provoquer à plaisir. Cependant vous ne dormez pas: vous êtes bien éveillé. est un fait bien connu de tous.que quelqu'un s'approche de votre oreille. Il n'y pas à sortir de là. a été éprouvée par tout le monde: on entend un bruit strident .LBSPARFUMS MAGIQUES 139 nous avons éprouvée nous-mômc en Afrique au moment de charger l'ennemi.

réussit un jour à fairo apparaître devant Constant. nous demandâmes à plusieurs de nos confrères d'expliquer cette étrange hallucination du toucher. une prédisposition de l'organisme. une perfection. le pouvoir d'évoquer les esprits.140 LESPARFUMS MAGIQUES A l'époque où nous professions la physique et la chimie. produite simplement par le croisement de l'index et du médius. qu'il n'est pas donné à tout le monde d'atteindre. une pureté de moeurs. à forco d'exercices religieux (du rite nouveau). On n'en trouva pas. Eliphas Levi (1). Mais d'autres hallucinations de la vue. L'art des mages modernes prescrit. — quoique ce soient les mômes vertus qu'exige des fidèles l'Eglise catholique. de l'ouïe et du toucher sont produites par un état particulier de l'esprit. et l'Eglise magique vous le dit et en donne des exemples. à forco d'entraînemont cérébral. pour les nombreuses cérémonies mystiques du culte. étant vertueux au suprême degré. une aspiration à toutes les vertus. (1)L'abbéAlphonse-Louis . L'un des grands prôtres de cette école d'hommes do bion. en un mot. Mais l'Eglise catholique ne YOUS pas que vous dit aurez.

car non seulement il vit le savant évoqué. sans rêves . est une véritable ivresse de l'imagination.LESPARFUMS MAGIQUES 141 lui l'ombre d'Apollonius de Tyane. préparations. Nous nous trompons : non pas l'ombre.. des penlacles. non licet omnibus adiré CorinIl faut être un sago dans touto l'accepthum tion du mot. des PARFUMS des miroirs. qui doit agir vivement sur une personne déjà impressionnable et nerveuse. comme était Eliphas Levi. vu cl touché le grand Apollonius do Tyane ? Je ne suis pas assez halluciné pour le croire. ni assez peu sérieux pour l'affirmer. pour arriver à obtonir ces visions tangibles. mais il le toucha. » A la bonne heure. et cela n'est pas donné à . Seulement. Voici comment il s'expliquo sur cette apparition merveilleuse : « Conclurai-je de ceci quo j'ai réellement évoqué. L'effetdes (49).. un anachorète.. et cela suffit pour croiro à l'efficacité réelle des cérémonies magiques. j'affirme seulement quo j'ai vu et touché .. mais lo corps même du célèbre thaumaturge . Jo n'explique pas par quelles lois physiologiques j'ai vu et touché . que j'ai vu clairement et distinctement.. Voilà qui est d'un honnête homme et d'un savant...

> au milieu des somptuosités du culte qui a succédé à celui qu'ordonnait le grand-prêtre juif : co n'est pas le fidèle qui paie les ornements. les orgues et le reste. et traitons la question des parfums magiques dont elle nous a parlé.. revenons à notre non moins célèbre Aspasie. » . et.142 LESPARFUMS MAGIQUES tout lo monde. durant la nuit.. participant à la fois des qualités inhérentes à chacun. les parfums. » Proclus nous a déclaré ceci : « Les instituteurs du sacerdoce ancien réunissant ensemble divers parfums ou odeurs. s'exhalent les délicieux parfums de Cyphis (41). En outre. — sur la religion ressuscitéc des anciens Mages. pour le commun des mortels. les ornements. le jour. dans le temple. Aspasie nous a dit : « Le matin on brûlait de l'encens. Lo cérémonial est coûteux. les bijoux. le rite exige uno fortune assez considérable chez l'adepte. en outre.. — qui s'imposait. — Après cette digression. aller dans les temples catholiques adorer nlin. possédant une vertu résultant de celte union même. etc. et dont nous a surtout entretenus Proclus (28). en composaient un. de la myrrhe. 43. pour les robes.. et. comme on le verra au paragraphe 49. Et nous pensons que mieux vaudra encore.

de toute tache. LXXIX. et nous allons avoir le secret des parfums magiques des anciens temples (1) : 44. hap. ils no songent pas moins à la salubrité.LESPARFUMS MAGIQUES 143 Ecoutons maintenant Plutarquo. surtout dans les purifications et dans lo régime de chaque jour. Ainsi donc. et au milieu duquel nous vivons. Dans les pratiques religieuses. Sur c (1)PUTARQUE. — « Faut-il parler aussi des parfums qui se brûlent chaque jour ? Une première observation à faire à cet égard. De tout temps ils ont cru qu'il n'était pas convenablo que des âmes ni des corps souillés d'impuretés secrètes et do maladies se consacrassent au culto d'un Etre essentiellement pur et exempt do toute altération. n'a pas toujours les mômes conditions atmosphériques et la môme température . comme l'air que nous respirons le plus souvent. pesant sur le corps et communiquant une sorte de découragement et d'inquiétude à l'âme. . que la nuit il se condense. c'est que les Egyptiens ont toujours tenu très grand compte des prescriptions utiles à la sauté. Islset Oslris. s'ils se préoccupent do la sainteté.

et dont il est fait lecture. en raison de cela. LXXX). est « (Chap. . aussitôt qu'ils sont levés. Il s'en oxhale une vapeur suavo et profitable qui change les conditions de l'air.—Lo KYPHI un parfum composé de seize espèces de substances : de miel. pendant l'opération. de grand genièvre. « Ces ingrédients ne sont pas mêlés au hasard. « Plus tard. mais selon une formule indiquée par les livres saints. Cette vapeur. de sêsêli. s'insi(1)Sortodoboisd'ébène. d'aspalathe (1). de résine.144 LESPARFUMS MAGIQUES qui devient en quelque sorte ténébreuse et engourdie. car sout et dissipe les exhalaisons grossières et impures qui se condensent autour de nous. les prêtres. de raisins secs. à midi. à l'heure où ils supposent que le soleil attire du sein de la terre d'épaisses et pesantes vapeurs qu'il mêle avec l'air. à ceux qui sont chargés de préparer ce parfum. de vin. ils font brûler de la MYRRHE la chaleur de ce parfum dis. de JUSQUIAME. de patience. d'asphalte. do souchet. do carda' morne et de calame (2). de lentisque. de myrrhe. brûlent de la RÉSINE. (2)Sortod'iris. de petit genièvre.

. » 45. sous quelques aussi a quepossible. ranimé le sentiment qui s'évanouissait . — Nous avons vu (36 bis) que. l'invite au sou» meil. Du reste. Les soucis journaliers. ces exhalaisons la rendent en quelque sorte nette comme le miroir le plus uni (1). (1)C'est-à-dire active. par la subtilité de leur influence. faculté si puissante dans les songes. sans le secours de l'ivresse. Agissant aussi sur l'imagination.LESPARFUMS MAGIQUES 145 nuant dans le corps au moyen du souffle.. plus d'une fois aussi elles ont calmé et apaise le système nerveux. leur donnait leurs propriétés spéciales. mélangée benoîtement et : intentionnellement aux parfums magiques du temple. perdent de leur douleur et de leur intensité . et répand autour de lui uno influence délicieuse. plus d'une fois. L'effetobtenu n'est pas moins merveilleux que celui des sons de la lyre dont les Pythagoriciens se servaient avant do goûter le sommeil. les odeurs ont. 46. ils s'aflaiblissent et se relâchent. qui sont comme autant do chaînes si pénibles. le berce d'une manière douce et insensible. ussivagabonde 9 . — Lo lecteur a remarqué la présence de cette excessivement nocivo jusquiame dans le parfum KYPHIc'était elle qui.

les pratiques magiques étaient punies de mort : mais bien avant Garacalla et Valentinien. Silanus n'avait voulu qu'adoucir les incommodités de la navigation et prévenir les vomissements.de Caligula.NK. .140 LES PARFUMS MAGIQUES empereurs romains. dit Suétone (1). Il allégua. un tribun des soldats tuer son frère Tibère au moment où il s'y attendait le moins. et le jeune Tibère avait été obligé de prendre des remèdes contre une toux opiniâtre dont il était tourmenté. et que Silanus. que son frère avait refusé de le suivre sur mer dans un temps d'orage. — Certain genre de divination consistait à observer la fumée qui s'élovait des sacrifices. son frère Tibère et 6on beaupôre Silanus : « Il envoya. » 47. et était resté dans Home pour attendre les événements et s'emparer de la ville . et obligea son beaupère Silanus à se couper la gorge avec un rasoir. avait respiré d'un antidote qu'il n'avait pris. des bûchers) etc. à analyser les circonvolutions qu'elle Vie (l) SL'ÈTO. . XXIIL.ch. sous ce prétexte stupide. Caligula avait fait mettre à mort. pendant lo voyage. disait Caligula. que pour se garantir du poison. pour prétexte de ces deux meurtres. Cependant.

. — Mais il n'eut point égard à Caïn ni à son oblation .. d'après la Bible. à l'origine môme du inonde (1) . IV : Verset 3. écoutons ce qui se passa. Caïn s'élova contro Abel. hap. il arriva. son odeur. que Caïn offrit à l'Eternel. — Et qu'Abel aussi offrit des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. si c'était en droite ligne. et son visago en fut abattu..LESPARFUMS MAGIQUES 147 faisait. — . dit que les Juifs observaient la fumée des sacrifices et s'attachaient principalement à la façon dont elle s'élevait. etc. versets3 a H. et lo tua. 7. etc. 8. en oblation. ou en louvoyant de divers côtés.. au bout de quelque temps. chap. commentant Osée. Et l'Eternel eut •égard à Abel et à son oblation. la façon dont elle s'élevait dans l'air. IV. — . et Caïn en fut fort irrité. 5. Et comme ils étaient aux champs. — Et Caïn parla à Abel son frère. Du reste. 4. des fruits de la terre. son frère. d'après la Genèse. 6. » Tous les commentateurs s'accordent pour dire (1) Genèse.. Théophilax. — < Or. c .

SAXTINI RIOLS. qui considérait la fumée d'un sacrifice. Et personne n'avait l'idée d'accuser l'impureté de l'encens vendu par quelque falsificateur. ue d'Assas. tandis quo celle do l'autel do Caïn était violemment rabattue vers la terre. Voyez (1)Cetteopération DE L'Artde la divination. la fuméo serait allée droit au ciel. Staco. Mcndel. commo le faisait très certainement Aboi. parlant du divin Tirésias. On devinait aussi par la fuméo et l'odeur de l'encens (1) : s'il était consumé entièrement et réduit en une fumée d'agréable odeur. il fallaty certainement s'attendre à quelque malheur. dit qu'il embrassait les feux qui entouraient les autels. Paris.par E. Caïn n'était qu'un maladroit : il aurait dû. il humait la vapeur qui faisait prophétiser. 111e natos jamdudumamplectiturignés. coro Fatidicumsorbens vultu flagrantevaporem.-N. c'était un heureux présago .148 LBSPARFUMS MAGIQUES que la fumée de l'autel d'Aboi montait droit vers le ciel.118. et qu'avec un visage enflammé. choisir un temps calme pour allumer le bois du sacrifice . Ch. — constituaitla Libanomancie. r . mais si le contraire arrivait.

Et l'ambre gris fut donné à la blonde VÉNUS. l'esprit malin qui avait étouffé les sept maris successifs de Sara. et déterminant ceux qu'on devait dorénavant offriraux principaux dieux. selon la partie jetéo au feu. Le safran fut consacré à PHÉBUS SOLEIL) . ce moyen a été étendu aux propitiations et aux sortilèges. Ainsi : Le costus fut consacré à SATURNE .LESPARFUMS MAGIQUBS 149 Citons encore les fumigations provenant de poissons incinérés. Disons encoro que. sa future épouse. sous le consulat do Licinius Crassus (95 avant notre èro). à chasser do la maison de Raguel. (LE Le mastic devint l'apanage de PHOEBÉ LUNE) . son futur beau-père. . Valoès échut en partage à MARS . d'après le le conseil de l'ange Raphaël. La fumée qui s'exhale du foie servit au jeune Tobie. (LA Le cinnamome appartint à MERCURE . Le musc devint l'attribut de JUNON . Le cassia et le benjoin le fureut à JUPITER . parut une loi restreignant considérablement l'usage des parfums. Par la suite. auxquelles on attribuait diverses vertus.

.

Tousles éditeurs. — Eliphas Levi (parfumspour les cérémonies du cultemagique).r. Agrippa (parfumsconsacrés aux dieux. suivant l'expression d'Eliphas Levi. 1861. les formules parfumsqu'ilpréconiso . nous trouvons dans Albert le Grand divers parfums magiques recommandés pour leur efficacité.Albert le Grand. (Voyez. aux jours de la semaine et aux quatre éléments).Paris. nous relevons les parfums ci-après (nous avons déjà donné au § 24. in-8. — Si nous passons au moyen âge. vol. in fine. lui-même.hélas! no peuventavoirla fortune de celuiqui a éditéles ouvragesd'Eliphas J»vi. Collin de Plancy . Lena'm . un parfum destiné à « produire la richesse par la pêche des poissons i) : 2 çt (1)Dogme rituel de la haute magie. Dans le Petit Albert qui.VI Diversparfums magiques'.Pierquin de Gembloux. 48. n'est « qu'une production de basse librairie » (I). de § 49).

il faut que cela continue et que l'amour soit indissoluble . . 1 i tique du PETIT ALBERT. vous porterez survous cette pommade. NOUÉE DEL'AIGUILLETTE CONTRE CHARME LE Si on respire la fumée de la dent brûlée d'un homme mort depuis peu. Vous prendrez donc de la moelle quo vous trouverez dans le pied gauche d'un loup : vous on ferez une pommade avec de l'ambre gris et de la poudro do Chypre. et vous la ferez flairer do temps en temps à la femme.152 LESPARFUMS MAGIQUES SE AIMER POUR FAIRE PARFUM Il no suffit pas à l'homme de se faire aimer passagèrement et pour uno fois seulement . on sera délivré du charme. POUR LESPOISSONS AUTRE. du fromage vieux. qui vous aimera do plus en plus (1).n-18. de la farine de froment et de bonne lio (1) Secretsmerveilleuxde la Magienaturelleet cabalisCologne. il a bosoin de secrets pour engager la femme à ne point changer ou diminuer son amour. Prenez coque du Levant avec du cumin. 723. et par ainsi.

LES POUR CONSERVER MULTIPLIER PIGEONS ET J'ai lu dans les écrits d'un ancien cabaliste que.Et vous ferez un parfum de Peuce d'âne. pour empêcher les serpents et autres bêtes malfaisantes de molester le jour et la nuit les pigeons. produit un semblable effet. il faut écrire avec du sang de blaireau. et que l'eau soit tranquille . Peu do temps après. aux quatre coins du colombier et aux fenêtres. .LES PARFUMS MAGIQUES 153 de vin. On croit que la tôto d'un loup suspendue au colombier. et ils deviendront aussi gaillards que s'il ne s'était rien passé. et tous les poissons qui tâtorontdo cette composition s'enivreront et se rendront au bord do l'eau. et formez-en des pilules de la grosseur d'un pois. ou Pasdane. de telle sorte que vous pourroz les prendre à la main. Broyez le tout ensemblo. Jotez-les dans les rivières où il y a abondance de poissons. ce mot Adam (DIN). leur ivresse passera. LES CONTRE LOUPS J'ai lu dans les écrits d'un sage naturaliste une manière bien surprenante pour prendre les loups 9.

il sera. lesquels. LE Dansun autre ouvrage intitulé : ALBERT GRAND. voire mémo en dépeupler tout un pays qui en ost infesté. on les pilera dans un mortier aveo do la chair d'agneau ou de jeune brebis . après les avoir bien nettoyés et écaillés. aisé de les tuer. elle les attirera à cet endroit. afin qu'il y chasse la fumée que fera la composition de chair et de poisson qu'on mettra sur les charbons . translaté du latin en français. pour peu qu'ils en mangent en seront tellement étourdis qu'ils s'endormiront el. lequel traite de la vertu des herbes et des pierres précieuses. en les ôventrant on réserve le sang à part. nous trouvons les deux formules suivantes de parfums : . laquelle fumée frappant l'odorat des loups. on allumera un grand feu de charbon à l'opposite du vent. Il faut so pourvoir d'uno bonne quantité de hissons qu'on appelle Biemmi ou Loups-marins . c'est-à-dire que le vent aille du côté où sont les loups.154 LB8PARVUMB MAGIQUES en grand nombre. trouvant qet appât rôti. on portera celte composition dans le canton où sont les loups . ot.

(1)Dictionnaire Sciences t. et en fais des graines comme devant. et la broyé avec quelque peu de graisso do dauphin. et ensemble tout par poids égal en confitures. et tu verras quelque chose qui te narrera toutes choses. Et lors ceux qui seront en la maison seront veus en forme d'éléphant. et est chose merveilleuse. et puis en enfume la maison . in-8.2 vol. Collin de Plancy (1) cite les formules suivantes.LESPARFUMS MAGIQUES 155 FUMIGATION FAIRE POUR PARAITRE LESGENS N E ET ÉLÉPHANTSENCHEVAUX Prends une espèce qui est dicte Alcarengi. et fais de cela commodes graines de citron. II. et puis fais fuméo d'iceulx grains sur le feu dobouze de vache qui a le laict ôs mamelles.18i0. et graisse de loup. . L CHOSES FUTURES EN FUMIGATION SAVOIRES POUR DORMANT Prends le sang de l'asne congelé. des occultes. et ne puisse sortirla fumée hors la porte. p. 261.

ou avec dos racines do violette eld'ache. les mouches. on peut les chasser et les mettre en fuite si on allume la corne du cerf. au contraire. menthe. on connaîtra les choses futures. allumée dans une maison. Paris. il faut faire un parfum avec calamcnt.. On peut assembler les serpents par le parfum do l'extrômitô du gosier du cerf et. et qu'on jette sur ce parfum allumé de l'eau ou du sang.des roses etdu bois d'aloès. et si on jette dessus de la terre labourée.in-8. Pour chasser les mauvais esprits et les fantômes nuisibles. La corne du pied droit d'un cheval ou d'une mule. du thymiamas. et celle du pied gauche. génies.150 LBSPARFUMS MAGIQUBS données par Nynauld à la page 72 do sa Lycanthropie : On dit quo si l'on so parfumo avec do la semence do lin ot de psellium. pivoine.ou l'Artde connaîtreles bons (1)IM. il semblera que la maison tremble. Si on fait un parfum avec le fiel de seiche. chasse les souris. la maison semblera pleine d'eau ou de sang . Lenain (1) nous donne diverses compositions de Sciencecabalistique. 1823. et palma-christi. . etc.

elle se fait par le moyen des mixtes avec lesquels ils ont do la ' sympathie . savoir les mélanger. qu'il faut observer les influences favorables. par des invocations . il faut les connaître. (1)Voir. Agrippa. §50. ce que dit Agrippades parfums. la seconde se fait par les astres. outre cela. . lorsque leurs influences sont favorables . dit-il. dans certaines circonstances. rapporte trois manières d'évoquer les génies : la première est naturelle. que les philosophes modernes appellent les agents invisibles. des noms divins et des cérémonies sacrées. et il y en a d'autres pour chasser les mauvais . ils prétendent que l'on doit se préparer d'une certaine façon. d'autant plus que les secrets de l'astrologie sont les secrets des religions. l'homme peut obtenir de Dieu uno puissance supérieure pour commander aux intelligences et s'en faire obéir. des fumigations qui ont beaucoup de vertus pour attirer les génies.LESPARFUMS MAGIQUES 157 parfums magiques pour « attirer les génies » : Tous les philosophes. la troisième est divine . et s'en servir à propos. s'accordent à dire que. elle se fait par le secours de Dieu. Il y a.

graine de laurier. quand ils sont bien secs. aloès. en les jetant trois par trois sur des charbons ardents. le tout doit être réduit en poudre. DELA CORRESPONDANT PARFUM LUNE. pour être utilisés à l'occasion. prenez ensuite une partie occulte. myrrhe. ou bien avec de l'eau de rose contenant de la gomme adragante.liv. On en fait ensuite de petits grains en forme do pilules. \. suivant la doctrine d'Agrippa (1) : DU AU PARFUM SOLEIL. CORRESPONDANT DU PWANCHE A L'ÉLÉMENTFEU ET Prenez la quatrième partie d'uno once de chacune des substances suivantes : safran. faites-la sécher avec l'oeil d'un taureau .8.458 LE. ETALATERRE AULUNDI Prenez la tête d'une grenouille . bols de baume. I. On mélange avec du sang d'un coq blanc. (1) Philosophie . et aux sept jours de la semaino. aux éléments. encens. Ajoutez-y trois grains do musc et trois grains d'ambre gris . PARFUMS MAGIQUES Voici la composition des parfums correspondant aux planètes.

D CORRESPONDANT AU MARDI PARFUMEMARS. Vous en formerez une pâte avec laquelle vous ferez do petits grains pojr vous en sorvir au besoin. on y ajoute . de bois d'aloès. armagnac. D CORRESPONDANT PARFUMEMERCURE. ETA AUMERCREDI L'EAU On le compose de mastic.LESPARFUMS MAG1QUBS 150 égale de graines de pavot blanc. de camphre. benjoin ou oliban . bdellium \ mélangez le tout avec le sang et la cervelle d'un corbeau ou d'un chat noir. Vous observerez la môme règlo pour les autres parfums. môlangoz ces substances avec lo sang d'uno jeune oie ou d'une tourterello. suivantes : euphorbe. de bon siorax et de benjoin . d'encens. ellébores. slorax. Formez-en de petits grains. DUFEU ETA L'ÉLÉMENT ' Prenez parties égales des matières. racine des deux soufre. d'encens. Vous n'en mettrez quo trois à la fois sur les charbons ardents. vel cum sanguine emisso apuellà. prima vice in menstruis.

et du sang de pie. du bois d'aloès. de roses sèches et de corail rouge. Ajoutez-y deux ou trois cervelles de passereaux. de la quinte feuille. et do la poudre de pierre d'agathe. du benjoin et de la poudre de pierre d'azur-. et mêlez le tout avec du sang de tourterelle ou de pigeon. Faites-en ensuite de petites pastilles. . femme do Jupiter . on y ajoute des bouts de plumes de paon. Faire ensuite de petits grains.160 LES PARFUMS MAGIQUES des girofles. CORRESPONDANT AU PARFUMEJUPITER. de bois d'aloès. D JEUDI TAL'AIR E On le compose avec de la graine de frêne. du storax. Il faut mêler tout cela avec de la cervello de renard ou do cerf. d'ambre gris. qui est l'oiseau sacré de Junon. Pulvérisez le tout. CORRESPONDANT AUVENDREDI L'AIR ETA On le compose de musc. DE PARFUM VÉNUS. mélangez ces drogues en poudre avec du sang d'hirondelle ou do cigogne. Formez-en de petits grains.

car les parfums du jour doivent être allumés par les rayons du soleil . do graines dejusquiame. pour les parfums de la nuit. c'est pour cette raison que vous devez vous les procurer vous-même. DE CORRESPONDANT AUSAMEDI L'EAU ETA On le composo do graines de pavot noir. si vous en avez. l'amadou. de myrrhe et do racines do mandragore . savoir : les drogues. le bois. Tous ces parfums doivent se faire dans un petit réchaud de terre neuf.LESPARFUMS MAGIQUES 101 PARFUM SATURNE. ayant la forme triangulaire. il faut les concentrer avec un verre ardent . Le feu doit ôtro composé de bois do laurier ou de coudrier. vous vous servirez d'un caillou qui soit bon à cet usage. ajoutez-y de la poudro do pierre d'aimant. Faites ensuito do petits grains pour vous en servir au besoin. Il faut quo tout ce que vous emploierez. et que . et vous mêlerez le tout avec du sang de chat noir. Il faut en outre que le feu soit neuf. soient neufs et qu'ils n'aient servi à aucun usage profane . l'allumette et la bougie.

et divisez-la en grains pour vous en servir aux opérations. n. page 361 : « Mais le jour n'est pas sans observances s vous commencerez par faire aux dieux des sacrifices ou des libations. le tout à discrétion. » Le Traité des esprits célestes et terrestres (1) donne comme suit la formule du parfum qui convient au VENDREDI. p. et vous n'irez point vous reposer dans votre lit des soins du jour.68et 09. . pulvérisé. de bois d'aloès. génies) de la nature. et chaque maison aura à cet effet un encensoir. et incorporé avec du sang de colombe et de la cervelle do deux ou trois passereaux . C'est ainsi que tous ceux qui sont initiés dans les rites mystiques brûlent des parfums en l'honneur de tous les agents (esprits. 8. « Ce parfum doit être composé de musc. do (1)Manuscrit de la Bibliothèque l'Arspnal. d'ambre gris. faites-en uno pâte. que vous ne leur en fassiez encore \vousleur offrirez des parfums. Voici ce que l'auteur de la Thréicte nous apprend à ce sujet. de roses rouges.S et A.16(2 LES PARFUMS MAGIQUES vous aurez ramassé vous-même dans un champ. qui vous attachera continuellement la présence des dieux.

dominumnostrum Jesum Chrislum qui tecum vivit et régnât in secula seculonim.sousles auspicesdu — de et Soleil'. afin qu'elles augmentent la force et la vertu de leur odeur. — Eliphas Levi.sous d d l'invocatione la Lune —3' OEuvres . page 117) : « Le mage qui veut procéder aux oeuvres de lumière (1) doit opérer le DIMANCHE. minuit à de 8 heures du matin.. etc. d'habileté. dites ces paroles : Deus Abraham.LESPARFUMS MAGIQUES 163 c Lorsque vous voudrez les consacrer.favorisées ar Vénus — 0°OEuvroa p . pour qu'aucun ennemi ni fantôme ne demeure en elles. bénissez toutes ces créatures des espèces qui sont contenues en ces grains odoriférants. Amen. » 49. bijoux. 2' OEuvres divination de mystères. per. oscience et d'éloquence. les ornements. dans son livro intitulé Dogme et rituel de la haute magie. énumère les divers parfums qui entrent dans les cérémonies du culte. soush protectioneMercure —4»OEuvres d . ou de 3 heures de l'après-midi sont MAGIQUESai\ nombredo 1. dont le mage doit être revêtu pendant les offices des différents jours de la semaine (Tome II. consacrées Mars. . J)eus Jacob.—5°OEuvres d'ambition d'amour. et n decolèro dochâtiment. Deus Isaao. savoir: (1)Les OEUVRES de 1" OEuvres lumièreet richesse.

sous lo patronage de Saturne (Eliphas Levi).sous les auspicesdo Jupiter. {Pas de mention de parfums. la tiare sera couverte de soie jaune.. Il sera revêtu d'une robe de pourpre. ou de rouille. de cristaux et de sélénites . etc.164 LES PARFUMS MAGIQUES jusqu'à 10 heures du soir. avec une ceinture et des bracelets d'acier. c Le LUNDI portera une robe blanche lamée on d'argent. « Le MARDI.. etc. etc. — 7" OEuvres do malédictionet do mort. L'autel des parfums et le trépied du feu sacré seront entourés de guirlandes de laurier. avec des caractères d'argent formant en hébreu le monogramme de Gabriel . les guirlandes. des opérations de colère. etc. la robe jour sera couleur do feu. avec un triple collier de perles. la tiare sera cerclée de fer. L'anneau sera d'or. l'aloès et la semence de concombre pulvérisée . avec une tiare et des bracelets d'or. etc. l'ambre. l'encens mâle. le safran et le santal rouge. . le camphre. les parfums seront le cinnamome. jour et do politique. ou de sang. favorable à la haute science.) « Le MERCREDI. d'héliotrope et de tournesol . les parfums seront le santal blanc.

our des grandes oeuvres religieuses j et politiques. los guirlandes. la robe sera d'écarlate. ou d'une étoffe à reflets et de différentes couleurs . les tentures seront vertes et roses. BÉTHOR. le macis et le storax . des opérations amoureuses. SAMGABIEL parfums seront l'encens. les parfums seront le benjoin. le macis et le safran. et l'on aura sur lé front une lame d'étain avec le caractère de l'esprit de Jupiter et ces trois mots :GIARAR. la jour robe sera d'un bleu azurô . les gris. les fleurs : le narcisse. les guirlandes et les couronnes. l'ambre . le baume. etc. le collier sera de perles en verres creux contenant du mercure . etc. la fumeterre et la marjolaine. le lis. la mercuriale.LESPARFUMS MAGIQUES 165 la robe sera verte.) « Lo SAMEDI. "c L'anneau sera orné d'une émeraude ou d'un saphir.. etc.. do myrthe et d'olivier. etc. « Le JEUDI. de roses. « Le VENDREDI. les ornements de cuivre poli .. (Pas de mention de parfums. ce qui est bien extraordinaire pour l'office de Vénus. les . les couronnes seront do violettes . la graine de paradis. jour des oeuvres funèbres.

DO (1)IlENRIOtCotlNKLlI La philosophialibri très. et d'abord dans lo coeur. . nous réduit merveillousoAU OCCllllll AoiUPl'. de leur manière et puissance. — Livre I. notro esprit recevant do grands changements par ces sortes do vapeurs. parce qu'elles so communiquent à l'air et à l'esprit. l'alun. la scammonée. t Telles sont les antiques magnificences du culte secret des mages. Haye.in-8. les qualités des choses inférieures et célestes par ces vapeurs et pénétrant continuellement. C'est avec un semblable appareil que les grands magiciens du moyen âge procédaient à la consécration quotidionuo des pentacles et des talismans relatifs aux sept génies. 2vol. l'un et l'autre étant uno vapeur sissi l'air prenant facilement qui se rassemble.166 LESPARFUMS MAGIQUES parfums seront le diagridium. » Voici maintenant ce que dit Cornélius Agrippa (1) des parfums i — 60. le soufre et l'assa foetidd. chapitre XLIU. — « Il y a aussi certains parfums qui ont du rapport aux étoiles.E NETTESIIEIM. trad. 1727. qui peuvent beaucoup pour acquérir à propos les qualités célestes sous les rayons des étoiles. de Levassent*. Des parfums.

do persil ou dejusqutame avec de la ciguô. et des racines de vif Vite. Or. comme l'on sçait quo lo foye du caméléon brûlé par les extrémités excite les pluies et les foudres. etc. on fait . C'est pourquoi l'on fait des parfums pour un homme qui a à deviner. les foudres. dis-je. font combattre les pluies et les tonnerres. sa tête et son gosier étant brûlés avec du grand buis. quo les esprits de l'air s'attirent et s'insinuent par certaines vapeurs qui viennent des propres parfums qu'ils exhalent.Ainsi. ceux qui sont du sentiment de Porphyre. faisant paraître dans l'air ou ailleurs sur le champ des images et des esprits.. ceux-là. ne doivent'ôlrc surpris de la vertu des parfums.étant convenables par de certains noms. « Il se fait aussi des parfums sous les influences convenables des étoiles. que[l'on excite par ce moyen les tonnerres. l'on dit qu'en faisant un parfum de coriandre.LESPARFUMS MAGIQUES 167 ment à do semblables qualités. De même. et de grand persil. lesquels nous préparent à recevoir les inspirations divines. Ainsi. afin de disposer son esprit. Pondit que le parfum do la semence de lin et de la semence de l'herbe aux puces. fait voir les choses futi es et contribue à la prophétie.

de pevoënc (pivoine). De môme. ainsi que Pline dit. c'est ce qui fait qu'on appelle ces herbes les herbes des démons. de barbasse. d'if. desandal rouge et de pavot noir. on fait paraître les démons et des figures étrangères.168 LES PARFUMS MAGIQUES venir aussitôt les démons . de férule avec le suc de la ciguë. outre cela. do même qu'en faisant briller des os du haut du gosier d'un cerf on fait assembler les serpents. et que (a corne du cerf les fait fuir. de jusquiame. on fait fuir tout ce qu'il y a d'empoisonné . qu'avec du lipare parfumé on fait venir toutes sortes de botes . Les ailes des paons font le môme effet. et si on y ajoute le suc de pavot. L'on dit. fait fuir les rats . qui fait fuir les mouches quand . « L'on dit de môme qu'en faisant un parfum de la racino de canne de roseau. que par certains parfums on assemble et on chasse certains animaux. on chasse les démons de toutes sortes d'endroits et on détruit leurs idoles. qu'il en est de môme de la corne d'une mule. < De môme. en faisant un parfum de pouloit sauvage. de palmachrist {ricin). il chasse tous les mauvais esprits et les fantômes nuisibles. en allumant ou brûlant le poumon d'un âne. de menthe. que la corne d'un cheval étant parfumée.

infectant ceux qui y demeurent . infecte longtemps celui qui les porte. do venin et de peste. et délayés avec 10 . et 'comme le mal do l'épidémie ou de la lèpre. que Porphyre dit qu'ils contribuent beaucoup. « Et il ne faut pas moins croire que ces vapeurs composent quelques corps. en jetant de l'eau de mer ou du sang. dont il reste quelque chose dans les habits de celui qui en est attaqué. et si l'on parfume quelque maison ou quelque endroit avec du fiel de seiche mêlé avec du thym. la lune étant jointe au soleil au bas du ciel. et qu'elles lui infusent quelque vertu et persévèrent très longtemps. et que l'on parfume l'endroit avec du coriandre. que l'on a gardée plus de deux ans dans une maison. on verra la terre trembler. do l'argent. non plus quo quelque vapeur de contagion. d'anneaux et do semblables instruments et trésors do la Magie. ou autre chose. c Ainsi l'on dit que si quelqu'un avait serré de l'or.LESPARFUMS MAGIQUES 169 elle est du pied gauche . du safran et du pavot noir frottés ensemble de mômo poids. des roses et du bois d'aloès. C'est pour cela qu'on se soil do parfums. on vorra toute la maison ou tout l'endroit plein d'eau ou de sang et si l'on y jette delà terre labourée.

en lui opposant ou . de safran. de tigname avec du sang de huppe. nous parfumons avec des corps solaires . Ainsi. El Hermès dit que sperma du marsouin ou de la baleine n'a point de pareil pour attirer les démons . il en est de mômo dans les parfums qu'on leur fait. et si quelqu'un en veut prendre. et les esprits qu'on tire du bois d'aloès on lo sufl'umigeant avec du souphro qu'on allume. de bois d'aloès. comme Proclus en donne un exemple. faisant voir que l'esprit. en faisant un parfum de ce liquide. on ne peut jamais les trouver ou les ôtcr étant ainsi cachés. et ainsi des autres. à la lune. comme il y a do la contrariété dans les étoiles et dans les esprits. de côt. no durent pas. il fait venir aussitôt les esprits de l'air : et si l'on en parfume à l'entour les tombeaux des morts. et que les démons les gardent toujours . on assemble les mânes et les ombres des morts. c'est pourquoi. Ainsi \e bois d'aloès et lo souphre sont opposés et contraires. qu'on avait accoutumé de fairo paraître sous la llguro du lion. quand nous adressons quelque ouvrage au soleil.170 LESPARFUMS MAGIQUES du suc de ciguë. qu'ils le tourmenteront et qu'il tombera en phrônésie. 11faut sçavoir que. de musc. avec dos corps lunaires.

« Le parfum à Saturne se fait en prenant de la graine de pavot noir. 51. d'ambre. avec des girofles. ou du sang d'un coq blanc. savoir celles qui ont l'odeur la plus douce s'incorporent avec le cerveau de l'aigle. c Et le parfum à la Lune.— La composition de certains parfums accommodez aux planètes. disparaissait.LBSPARFUMS MAGIQUES 171 présentant un coq. en manière de pilules ou trochiques. — « Chapitre XLIY. de bois d'aloès. de musc. « On fait lo parfum à Jupiter avec do la se- . lesquelles choses étant toutes pilées et mêlées avec certaine proportion. —L'on fait au Soleilun parfum de safran. avec do l'oncens et du camphre. et on les achôvo avec du sang de chat et do chauve-souris. de la graine de jusquiame avec de la racine de mandragore (33). de la myrrho et de l'encens . parce que le lion et le coq sont contraires. qui s'incorporont avec le sang mulieris in menstruis ou du sang d'une oie. de bois do baume et de fruits de laurier. Il faut considérer le reste de môme et le pratiquer. do la pierre d'aimant et de la myrrhe.et les yeux d'un taureau. de la graine de pavot blano. do la tôto d'une grenouille qu'on a fait sécher.

du quinte-feuille. un parfum de l'euphorbe. du bois d'aloès. avec des girofles. du parfum à Saturne de toutes sortes de racines odoriférantes. de l'ambre. t Les parfums à Mercure se font do mastic. du bois d'aloès. outre cela. et tout cela s'incorpore avec de la cervelle de renard ou de beletto et avec du sang do pie. « A Mars. de la gomme dcbenzoe {benjoin). du storax. « Il y a. du sang d'homme et du sang d'un chat noir. des racines des deux ellébores. ou de la cervelle de cerf. d'encens. appelé bdellium. de la pierre de Iazul et du haut des ailes de paon. .172 LESPARFUMS MAGIQUES mcncc de frêne. des pierres d'agate . « A Vénus on parfume du musc. comme du cost ou coq. do l'armoniac. le tout s'incorpore avec la cervelle d'un corbeau. et de l'herbe d'encens. de la pierre d'aimant et un peu de souphre . d'un arbre noir. qui s'incorporent avec du sang de cigogne ou d'hirondelle. des roses rouges et du corail rouge et on achève avec des cervelles de passereaux et du sang de pigeon.

les roses. suivant les opinions des magiciens en toute bonne oeuvre. comme la vraie cannelle. comme la noix muscade et les girofles. les écorces de citron. le mastic. de mauvaise odeur et de vil prix. outre cela. tous les bois odoriférants de santal. do baume et d'aloès. « Au Soleil. le storax.comme sont l'amour et la bienveillance. « A Vénus. « 11faut savoir. le parfum doit être impur. « Les douze signes du ZODIAQUE aussi leurs ont lo. les fleurs. comme la feuille d'Inde. le parfum doit être bon. du macis. de cyprès. toutes sortes de gommes. toutes les écorces do bois et de fruits. le ladanum. c A Mercure. l'ambre et le musc. « A la Lune. la colère. la violette. le benzoe. le malheur et semblables. les graines de laurier et toutes les graines odoriférantes. l'encens. toutes les feuilles des végétaux. le safran et parfums semblables. tous les fruits odoriférants. le bois de casse. « A Mars. et les feuilles de myrthe et de laurier. . que. de bonne odeur et précieux .LESPARFUMS MAGIQUES 173 « A Jupiter. et dans une mauvaise opération comme sont la haine.

et attirer sa transposition par la . le galbanon . les Jumeaux. c Du Soleil. transformer notre espril autrement. « Et do la Lune. le sandal . l'opoponax . des poisons pour faire aimer. l'ase . 62. le bois d'aloès . « De Jupiter. le inathô .—« Des emplâtres. le mastic. transfigurer. la vrayc cannelle . « Hermès décrit le plus grand et le plus fort parfum. le Capricorne.174 LES PARFUMS MAGIQUES parfums. la noix muscade . « De Mercure. le Scorpion. l'euphorbe . le thym. l'Ecrevisse. suivant la force et la valeur des sept Planètes j car il prend : « De Saturne. commo : le Bélier a la myrrhe j le Taureau a le cost ou coq . le camphre . le Sagittaire. des onguents. l'encens . et de leurs vertus. le Verseau. le Lion. le cost . composé des drogues cy-après. la Vierge. peuvent multiplier) changer. — Les emplâtres et les onguents. qui sont ensemble les vertus des choses naturelles et des choses célestes sur notro esprit.—-Chapitre XLV. « De Mars. le bois d'aloès . « De Vénust le safran . les Poissons. la Balance. la myrrhe.

des poisons ou des amours. comme nous lisons dans Virgile que Vénus avait demandé l'amour par ces vers : « Afin qu'alors la joyeuse Didon te reçoive dans ses bras. » « Mais la vue. pure. et pousse-la à Caimer. Ainsi on inspiro quelquefois par des attouchements des maladies. brillante. et te donne de tendres baisers. notre esprit étant une vapeur de sang 3ubtile. mais sur celui qui est proche do lui. par les sortilèges ot par les attouchements. parco qu'cllo sent d'une manière . Or. en frottant ses mains ou ses habits.LBS PARFUMS MAGIQUES 175 force de celles dont ils sont composez. de môme par des baisers à la bouche. on inspiro do l'amour à certaines choses. c'est pour cela qu'il est bon de composer ces emplàtros des onguents de semblables vapours. qui aient plus de rapport en substance avec notre esprit. aérée et onctueuse. inspire-lui un feu caché. l'attirent plus par leur ressemblance et le transforment. et lui donner cette qualité par les rayons visuels. de manière qu'il ne puisse pas non seulement agir sur son corps propro. Cortains onguents et autres confections possèdent de pareilles vertus. qu'elle t'embrasse au milieu de la bonne chère et du bon vin.

quand les onguents transforment les esprits visuels. « Ainsi. laquelle. C'est pourquoi. et l'on dit qu'en oignant . convient plus avec l'esprit phantastique. elle les renvoyo par le même esprit au sens extérieur de la vue. des yeux d'un chat noir et de certaines autres choses.176 LBSPARFUMS MAGIQUBS plus pure et plus claire que les autres sens. de sorto qu'il croit voir des images terribles des Démons et autres choses semblables. comme je sais moi-môme en faire do fiel d'homme. ou les autres sensations. ce sont les onguents oucollires qui nous font voir d'abord des ombres dans l'air et ailleurs. ayant reçu diverses espèces et formes. dans lesquels ce que nous avons vu se présente plus à nous que co que nous avons entendu. cet esprit communique facilement ses impressions à l'imagination. et nous imprime d'une manière plus pénétrante et plus profonde les marques des choses. et pour lors il se forme en lui une sensation à sa manière. ce qui paroît particulièrement dans les songes. de telles espèces et formes comme s'il était poussé par des objets étrangers . L'on en fait un semblable do sang de huppe. de chauve-souris et de bouc.

par différentes observations et . . par des sons et des concerts de certaines cordes.par les onguents. il représente les esprits qu'on demande.LESPARFUMS MAGIQUES 177 un miroir d'acier de suc d'armoise et le parfumant. ainsi ils craignent ce qui n'est pointa craindre. ils s'enfuient sans qu'on les poursuive. composez avec uno certaine harmonie . et leur font faire tout ce que font ceux qui ne dorment pas. et d'autres choses . les font marcher. c Les passions de Magiepeuvent aussi faire do ces sortes de compositions par les parfums. par les potions. et môme des choses que ceux-ci auroient de la peine à faire ou qu'ils n'cntreprendroient pas. « L'on fait aussi de cette manière des parfums et des onctions qui font parler ceux qui dorment. ils se mettent en colère et se battent sans voir personne. par des images. par des miroirs. par des enchantements et par des vers. par des lampes et des lumières. c'est pourquoi les mélancholiques croient voir et entendre extérieurement ce que leur imagination phantastique no fait que leur forger ou représenter intérieurement . et tombent dans des soupçonsparticuliers et très faux . 11y en a qui nous font entendre de sons qui n'ont jamais été.

173 LESPARFUMS MAGIQUES cérémonies. d'Achelaus et de Métra. la fille d'Erisichton. Par ces artifices. Ainsi Circé changea les compagnons d'Ulysso . etc. les changeoient en bêtes . les faisoient revenir en hommes . par des superstitions. il ne se fait pas seulement des apparitions et des ressemblances. » 68. et autrefois les hommes se changeoient en loups. et. et on les transforme en différentes formes. — Dans son Encyclopédie de la folie. . Saint Augustin en parle de même. ayant goûté do ce qui avait été sacrifié à Jupiter. co que Pline dit être arrivé à un certain Demarchus. faisant manger aux passants du poison dans du fromage. on ne fait pas seulement paroître les passions . et bien d'autres choses. do Périclimône. après leur avoir fait porter les fardeaux qu'elles vouloient. et dit qu'il avoit appris qu'il y avoit dos fontmes on Italie qui. et que cela s'est fait dans la personne d'un nommé Prestancius . et l'on voit dans l'Ecriture sainte quo les magiciens de Pharaon changèrent leurs verges en dragons et lo sang en eau. mais on change môme les chosos et les hommes. comme les Poètos font mention de Protée.

l'usage d'aliéner volontairement la raison. par cxcmplo. On a connu dès la plus haute antiquité. celles du temple de Delphesobtenaient lo môme résultat en respirant lo gaz qui s'échappait de l'antre sur lequel elles rendaient leur oracles. Les Derviches prennent en infusion les feuilles du bangue ou bengé. mâchaient continuellement les feuillesd'un certain laurier qui les plongeaient dans un état voisin de l'extase .in8. Les prêtres.LESPAIIFUMS MAGIQUES 170 Pierquin de Gomblouxcite des cas très nombreux de surexcitation mentale où les plantes. sous forme d'émanations.. ils obtiennent des visions extatiques on no peut plus propres à séduire le peuple.etc.v desesrapportsavn cellede l'homme.2 vol. les pythonissos se servaient de ces moyens. espèce de chanvre. dit-il (1). Lodocteur Sims parle d'uno folie qui se développe chez les Indiens qui mâchent la racine du cl (1)Traitéde ta foliedesanimau.pour en imposer à la crédulité populaire. Les Pythies.jouèrent et jouent toujours un rôle considérable. et possédés d'une idéo religieuse. . les sibylles. de parfums. au point de produire consécutivement une véritable folie.ainsi quo la plus grande partie do nos sorcierset de nos possédés. Paris. d'onguents.

fumigations. onguents. à force do soins et de travaux pénibles. boissons. Le moloch. on les eut enfin rendus à la lumière. on les trouva. etc. (52).180 LESPARFUMS MAGIQUES dalura stramonium . Koempfer dit que. Lorsque. parfums. pour se procurer aussi des visions extatiques. Quant à ce qui concerne spécialement les émanations végétales ou minérales (gazéiformes). plongés dans un état complet d'ivresse on ne peut plus analogue à la folie. le phénomène découvert par un berger à l'autel de la Pythie de Delphes s'est reproduit fréquemment depuis. emplâtres. les ouvriers de la houillère do Seraing (Hollande) furent momentanément enfermés dans le souterrain par un éboulcment. lemajuhchez les Indiens. servent aux mômes usages dans plusieurs contrées de l'Orient. et quelques autres préparations analogues. comme dans plusieurs cas de vésanies. Roedo rapporte le môme fait. on a dit aussi quo ces phénomènes s'observaient encore chez les ouvriers . on emploie encore les feuilles et le pollen du bengè dont nous parlions tout à l'heure . En avril 1828. On a remarqué presque partout que les mômes causes produisent le môme résultat . se termina par un accès de fièvre. et qui. chez les musulmans.

du plancher voisin. causes évidentes de folies artificielles . des oxydes métalliques. et sur lo champ l'illusion s'évanouit. des couleurs. quelques auteurs pensent même que les sels mercuriels en vapeurs peuvent aller jusqu'à produire un délire avec penchant à la fureur. dit positivement que plusieurs individus soumis aux émanations du foin. et que l'on nomme mill-Henk. sous forme d'effluves. do vapeurs. on applique sur cet ulcère une feuille de belladone .LESPARFUMS MAGIQUES 181 qui travaillent aux mines. Il parait môme. publiée en 1828. C'est ainsi que.. en Ecosse on observe également un désordro intellectuel spécial produit par les émanations saturnines. Il . dans sa statistique des aliénés de "Norvège. pendant leur sommeil. qu'au Pérou les mineurs sont en proio à une folie toute particulière . ont été subitement pris d'une folie incurable (29). et s'élancer sur son lit pour la dévorer. etc. d'après Humboldt. Le docteur Dûment cite le cas d'une femme qui portait au bras un ulcère cancéreux . des miasmes s'échappent du charbon. Le docteur Holst. On enlève la feuille de datura. à l'instant la malade croit apercevoir des milliers do rats sortant do la muraille.

ils s'endormaient simplement. et cela se conçoit : lorsque l'onguent est appliqué aux jarrets.. de jus d'ache. de panais sauvage et de quelques autres herbes semblables . pour courir avec plus de vitesse et sans lassitude lorsqu'ils allaient au sabbat. dit-il. sur une malheureuse vieille sorcière qui s'oignait ainsi tous les samedis et qu'il était impossible de réveiller avant vingt-quatre heures de sommeil. de pavots. sur un manche à balai. mais quand la mixture est répandue aux tempes et au cou. comme l'a remarqué le toxicologue Porta lui-même. Elles détermi- . Les démonographes rapportent que les sorciers qui se frottaient les tempes et le cou arrivaient au sabbat bien avant ceux qui ne se graissaient que les jarrets.182 LESPARFUMS MAGIQUES L'abbé Pierquin a donné plusieurs des formules pharmaceutiques employées par qui voulait assister au sabbat : c Les sorciers. quel qu'il soit . se frottaient lo corps avec une pommade composée de mandragore (33) pulvérisée. ses parties s'insinuent dans les artères carotides et en un instant sont portées au cerveau. mais bien loin d'être enlevés par la cheminée et de courir on l'air.. ses parties coulent longtemps dans le torrent circulatoire avant d'aller impressionner l'organo idéogénique.

— Mais il y a mieux.LESPARFUMS MAGIQUES 183 nent alors un profondsommeil et ces songes brillants et lubriques qui charment les sorciers. hâtonsnous de le dire : dans les foires de la Basse-Normandie. ils peuvent causer la paralysie ou la mort. « Enfin l'onguent ou les onguents employés en sor cellerie peuvent être très nuisibles quand ils ne sont pas préparéssecundum arlem. eux aussi. occasionnent des maladies ou donnent môme la mort. mais dans un but tout autre. » 54. plus ou moins magiques. Ce n'est pas seulement aux hommes que des misérables. dit Pierquin de Gembloux. stupides ou inconscients. Les animaux. les voleurs. sont soumis de force aux émanations de certains parfums. sous le fallacieux prétexte de leur donner le moyen de faire une petite excursion dans le non moins fallacieux domaine de l'Au-delà. au . On a vu des personnes qui sont restées toute leur vie hémiplégiques. et d'autres qui sont mortes spontanément par l'effet de ces poisons. — pour avoir eu la folle curiosité de se graisser afin d'aller au sabbat. surtout quand la jusquiame et la mandragore no sont pas corrigées par d'autres principes .

Les molécules toxiques sont aussitôt portées par les courants atmosphériques dans les naseaux des animaux. . qui. se placent sous lo Yent et jettent en l'air des cantharides. sont en proio à une folie furieuse : ils rompent leurs liens. s'échappent.184 LESPARFUMS MAGIQUES moment où on compte l'argent. s'empressent de soulager de leur bourse les paysans. blessent et tuent uno foule d'individus ou se tuent eux-mêmes. etc. porphyrisées. profitant alors du trouble qu'ils ont provoqué et de la confusion qui règne dans toute la foire. subitement. de l'euphorbe.. Les malfaiteurs.

la question .VII Parfumsmagnétiques soranambuliques et 55. à la condition toutefois que l'émetteur du parfum et lo récepteur soient tous deux dans d'excellentes conditions do communication magnétique. à la fin du présent chapitre. ce quo nous avons dit en traitant des quatre états de la matière. d'expliquer approximativement le transport de ces particules par un acte impérieux de la volonté dardant à travers l'espace la matière infiniment ténue du parfum dont il s'agit. au premier chapitre do cet ouvrage. le mystérieux transport des parfums à distance . — Nous abordons ici un sujet particulièrement délicat. permettrait. Mais. à la rigueur.

on verra que le parfum senti. do véritables thaumaturges ? Nous ne sommes pas encore assez initiés. — intitulé : « Entreliens sur le magnétisme animal et le sommeil magnétique. goûté. n'existait pas réellement. la volonté de la personne qui en transmettait l'illusion était cause du phénomène. Paris. dans les arcanes de la nature. — sans nom d'auteur. pour oser môme aborder un semblant d'élucidation de phénomènes de ce genre. nous allons citer tout au long deux passages d'un livre fort curieux que nous possédons. et que. seule. dit somnambuhque (359 pages in-8°) . Comment expliquer ces faits? Et s'ils étaient connus des anciens (comme tout porte à le croire).186 LESPARFUMS MAGIQUES change . mais écrit avec beaucoup de science et une entière bonne foi. . Mais comme ils sont tout à fait à leur place ici. dans ce livre où il n'est question que de parfums magiques. quelle explication n'avons-nous pas là de l'énorme affluence des consultants dans certains temples administrés par de hautes intelligences. à notre époque de politicaillerie malsaine et de struggle for the coffre-fort. absorbé par la personne qui le recevait. 1823 .

Voicile récit fidôlode ce qui m'est arrivé lo mercredi 9 septembre 1822.LESPARFUMS MAGIQUBS 187 chez Deschamps. rue Saint-Jacques. 160. près du Théâtre-Français. je vous ai fait connaître comment. pendant que je mettais au net la dernière consultation de cette . qui développe les principes cl les principaux phénomènes du magnétisme à un interlocuteur désireux de s'instruire. » C'est un médecin. de chez moi. oxcellent magnétiseur. en deux minutes dixhuit secondes: jo m'étais parfaitement rendu raison du principe de ce phénomène. et chez l'auteur. j'avais endormi une de mes somnambules chez elle. dans notre dernier entretien. Vous vous souvenez que. et des lumières que j'ai tirées de cetto somnambule sur co phénomène. par ma seule volonté. Nous extrayons ce qui suit du NEUVIÈME ENTRETIEN page 189 : — « LEDOCTEUR. A neuf heures et demie du soir. dans une série do douze entretiens formant autant de chapitres. rue Royale. 13 (Place Louis XV). libraire. mais je n'aurais pas préjugé qu'à cette môme distance jo pusse être instruit magnétiquement d'un accident arrivé à cette somnambule.

et d'ailleurs cet événement était si surprenant. mais ma confiance dans les moyens magnétiques est telle. sont habituellement à la campagne. j'allai voir s'il était arrivé à l'une d'elles un accident qui eût nécessité l'emploi du vulnéraire : je les trouvai fort tranquilles. des bouffées d'odeur de vulnéraire. dans cette saison. se trouvant ce jour-là môme.188 LESPARFUMS MAGIQUES somnambule. et elle ne s'aperçut môme pas qu'il y eût dans ma chambre une odeur de vulnéraire. » Je ne savais pas trop cependant comment cette odeur avait pu me parvenir . à Paris. il ne lui était également rien arrivé d'extraordinaire. j'éprouvai la même sensation. Je me remis à mon bureau . Ma domestique entra à ce moment chez moi . Mon épouse et ma fille qui. et qu'elle se sert en ce moment de vulnéraire. je sentis sous mon nez. à plusieurs reprises. Je lui dis alors : « Je suis certain qu'il est arrivé un accident à une de mes somnambules. par extraordinaire.ot je ne sentis pas chezellcs cette odeur. Quoique j'aie plusieurs somnam- . Il était trop tard pour que j'allasse sur le champ m'assurer du fait. que je ne pouvais pas douter qu'il ne fût l'effet d'uno communication magnétique.

je la magnétise plus souvent que les autres. Je vous ai déjà dit qu'en mettant cet anneau sur sa tête pendant la nuit. Elle possède en outre un anneau magnétique. et qu'en le mettant dans Veau. Vous jugez déjà que cela nous mènera fort loin. parce qu'elle est la plus étourdie et la plus magnétique. j'allai de très bonne heure chez cette somnambule . . à neuf heures et un quart environ. dont la puissance nous amènera nécessairement à la partie la plus merveilleuse du magnétisme. et parce que. la veille. mais vous saurez aussi qu'avec cet anneau elle s'endort somnambuliquement et se réveille à volonté hors de ma présence . mes idées se fixèrent sur celle que j'avais endormie de chez moi. à cette 11. tous les liquides et même toutes les pommades dont elle peut avoir besoin pour sa santé. et si le soir. elle n'avait pas fait usage de vulnéraire ? Elle convint qu'elle avait effectivement bu. et qu'elle a en moi uno confiance illimitée. d'ailleurs. il ne lui était pas arrivé un accident. cette somnambule pouvait empêcher son noctambulisme.LESPARFUMS MAGIQUBS 189 bules. Le lendemain matin. elle fut très étonnée quand je lui demandai si. elle se compose toutes les boissons.

en se couchant. Ce remède me surprit . de peur que je ne la grondasse de sa maladresse. EXTRAIT DUJOURNAL DEMES CONSULTATIONS Du mercredi 11 septembre 1822. pour votre instruction. éprouvé des coliques pour avoir mangé des pommes crues. d'ailleurs j'étais pressé. et je l'endormis.190 LESPARFUMS MAGIQUES heure. unseul regard d'intuition. et elle m'assura qu'elle se portait bien : je ne l'endormis pas. je n'y fis pas plus d'attention . J'allai choz elle lo surlendemain matin. parce qu'elle avait. Cet événement est d'une telle importance. du vulnéraire qu'elle avait fait avec son anneau magnétisé. » . que je crois nécessaire. mais l'essentiel pour moi étant de m'assurer du fait du vulnéraire. Elle avait craint de me lodire. dont elle me montra les pelures. de vous lire la partie de mon journal où je l'ai consigné. Aneuf heures trente secondes. — A neuf heures trois minutes : « Je dors. Vous y verrez d'ailleurs réunis les phénomènes les plus intéressants du magnétisme humain. Je sus alors qu'elle ne m'avait pas dit la vérité : c'était une chute qu'elle avait faite la surveille au soir chez elle.

— Jo no vais pas mal. — Avcz-vousencoro eu des coliques ? R. monsieur. —-Comment allez-vous? R. mais j'ai eu mal au côté et à la tête. — A neuf heures du soir à peu près : je croyais ôtre tuée. D. — J'étais montée sur une chaise . — Dans ma chambre. — Quand ôtes-voustombée ? R. et de la boule de Nancy. .Où ? R. — De votre hauteur ? R. mon côté me fait encore mal. Je ne vous avais pas dit que j'avais tombé. et j'en ai mis des . — Avant-hier soir. — Qu'avez-vousfait. D.LESPARFUMS MAGIQUES 191 Demande : — Bien ? Réponse . D. je voulais attraper une punaise. D. monsieur. — Je n'en ai plus senti . D. pour cela ? R. D. — Oui. et j'ai tombé à la renverse. D. — De quello manière ? R. — Oui. et je me suis frotté la tète et le côté avec de l'eau e» du vulnéraire dedans. D. — J'ai bu du vulnéraire. — A quelle heure ? R.

parce quo je me suis frotté la tête tout de suito. et j'ai tombé dans la chambre . — Vous ôtes-vous aussi magnétisé le côté ? R. — Comment donc aviez vous pu tomber ainsi? R. — Que buvez-vous. depuis hier matin ? . mais ça va vous fatiguer. et il a été plus maltraité que la tête.192 LESPARFUMS MAGIQUES compresses. D. D. et le côté sur le bout du lit. — Pourquoi ne m'avez-YOus dit cela. — J'étais au pied du lit . parce qu'il a eu plusieurs coups : il a d'abord cogné sur le lit et ensuite par terre. hier? pas R. la chaise a glissé du côté de la porte. — C'est égal. — Avec quoi avez-vous fait tout cela ? R. — Avec l'anneau. — Je craignais que vous ne me grondiez. la tête a porté sur lo carreau. — Vous me magnétiserez à la fin. et je me suis magnétisé la tête. Jo n'ai pas eu do bosses. D. R. D. Je vais vous magnétiser. — Oui. Estil nécessaire que je vous magnétise ? R. D. — Je le veux bien . monsieur . D. — Vous avez eu très tort : vous savez bien que ma première pensée eût été de vous soulager. D.

Je n'ai pas dormi .LESPARFUMS MAGIQUES 103 R. en mettant une main à cet endroit et l'autre sur le front . j'ai été obligée de me lover toute la nuit . mais ce n'est . mais il n'y a pas do danger. Je l'ai alors magnétisée. en mettant une main dessus et l'autre sur sa hanche droite : elle a encore souffert et pleuré davantage.elle a beaucoup souffert et pleuré. ça me brûlait comme du feu . — Jo me suis consultée lo lendemain matin : jo n'ai pu le soir môme . jo ne pouvais pas y tenir. petit à petit sa douleur cessa. — Vous Ôtos-Yous consultée ? R. — Jo continue toujours mon vulnérairo . mais j'ai fait tout co qu'il fallait . —J'ai eu des coliques aussi . pas pour ça que j'ai pris du vulnéraire. et appuyé avec ses mains . et elle appuyait fortement ses mains sur les miennes . je craignais . ma tôte était comme uno pommo cuite . m D. — Avez-vouseu des coliques. sur lequel elle était tombée. Je lui ai d'abord magnétisé le derrière de la tôte. J'ai ensuite fait la môme chose pour sa hanche gauche. comme YOUS e l'avez dit hier ? R. j'ai mis des compresses sur la tôte et sur le côté. D.

— Eh bien. (Mais il m'a fallu. Mais enfin la douleur a égaloment cessé. D. dans ces douze minutos. — Je me sens très bien . au côté. je ne sens plus de douleurs. et. il s'est portera la mâchoire. — Douze minutes. Le sang qui s'était arrêté dans la této s'est porté au-dossous do la mâchoire gaucho. Elle m'a dit que c'était inutile pour lo côté. mon urine était comme du sang.104 LES PARFUMS MAGIQUES qu'ello ne so trouvât mal. monsieur : à la tôte. il a coulé tout de suite par les voies ordinaires. — Oui. J'ai magnétisé cet endroit pour faire coulorlo sang. D. Hier matin. comment vous trouvez-vous actuellement ? R. D. quand la mâchoire a été débarrassée. ot lui ai fait des passos de co côté du corps. — Combien ai-je miô de temps à vous magnétiser ? R. — Votre sang était-il caillé ? . plus de temps pour le côté quo pour la tôte. et ensuite ce que vous avez fait l'a fait couler dans les veines . — Le sang a-t-il repris son cours ? R.) D.

— Pour le tranquilliser et l'éclaircir. mais il n'y a plus rien du tout. il n'y a plus de douleur. si votre sang est coulé ? R. — Pourquoi cela. D. je no sens plus rien . parce que vous mêlez le sang bon avec le mauvais. D.LESPARFUMS MAGIQUES 105 R. — Aurait-il fallu vous saigner ? R. D. — La saignée n'aurait rien fait . — Que buvez-vous actuellement ? R. il n'y a plus de danger. à cause do co quo j'ai fait tout desuito. mais après-demain il n'aurait plus été temps. — Aurait-il encore été temps demain do vous magnétiser ? R. — Si je no YOUSusse pas magnétisée. au commencement de l'aine. — Je prendrai. — Oui. se see rait il caillé ? R.—Non. du tilleul et do la boule de Nancy. aujourd'hui et demain. au contraire. parce qu'il est troublé par la secousse qu'il a reçue . elle aurait fait du mal. monsieur. et aurait fait un dépôt à la tôte et au côté. mais il aurait tourné en humeur. — Non. monsieur. D. D. . monsieur .

— Quand j'ai tombé. et plus vous pensiez à moi. il était neuf heures un quart. la force de ma pensée repousse votre fluide chez vous . et il aurait formé un dépôt. —Combien mon fluide a-t-il mis de temps à venir de chez vous chez moi ? R. plus vous sentiez le vulnéraire. D. je Pavais empêché en magnétisant. D. je pensais à vous. quand je me suis relevée. — C'est que votre fluide. qui est chez moi.. mon sang n'était pas caillé. Voyez-vous. mais il était arrêté à cause de la meurtrissure..196 LESPARFUMS MAGIQUES D. et quand vous avez plus senti. pendant tout ce temps-là. j'ai pensé à vous . — Il n'y avait pas de noir . j'ai bu du vulnéraire : et. — Los places des coups sont-elles encore noires ? R. j'aurais désiré que vous fussiez ici : alors votre fluide.il étaitplus de neuf heures . — Pourquoi donc ai-je senti chez moi l'odeur du vulnéraire au moment où vous en avez fait usage? R. a communiqué avec le vôtre chez vous . — L'anneau avait-il encore beaucoup de mon fluide? . D. En pensant à vous. quand j'ai tombé. et avec les compresses .

D.LESPARFUMS MAGIQUBS 107 R. mais elle n'a pas fait un miraclo pour vous et pour moi. et que jo ne pense pas à vous. et que j'aie quelque chose de magnétisé par vous. la nature qui fait tout cela . c'est la nature qui 'fait toutcela. —Quandje no fais quo magnétiser l'eaucomme à l'ordinaire. en pareille circonstance ? R. comme vous. l'anneau a été magnétisé. Si celam'est arrivé. monsieur. D. — Oui. D. qui est vonu chez moi ? R. quand vous magnétisez l'eau avec l'anneau ? R. C'est la Providence. si je pensais à vous. Vous seriez à cent lieues d'ici. — Pourquoi ne sens-jo pas l'odeur de tout co que vous buvez. Celan'arrive que quand on a uno grande confiance : il faut croire comme on croit au soleil. que c'est la Providence. — C'est plus le fluidedo l'anneau que celui que j'ai chez moi. — Non. parce qu'alors il n'y a pas do volonté. et était plein do votro fluide. vous no devez pas sentir. vous sauriez s'il m'arrive des . probablement cela peut do môme arriver à tous les magnétiseurs. — Je crois. — Est-ce lo fluido do l'anneau. monsieur. ou celui qui était chez vous.

que do chez moi chez vous ? R. — Oui. parce quo j'ai uii6 trop petite quantité do votre fluide. vous avez été très longtemps à m'endormir : plus j'en ai eu. c'est nécessaire . pour déterminer votre sommeil? R. monsieur. si vous aviez descheveux à moi sur vous. — Vous dites quo. (J'en ai presque toujours. surtout. D. — Faut-il que vous pensiez à me l'envoyer? R. car tant que jo n'ai pas eu assez de votre fluide. — Oui. pour vous endormir aussi promptement que je lo fais. pour en avoir un toujours prêt dans l'occasion. est-co qu'il n'est pas nécessaire. D. — Pourquoi mon fluido met-il plus de temps à venir do chez vous chez moi. et j'y ai pensé. — Il faut lo double do temps. et que le mion engourdit le vôtro . qu'il y ait déjà chez vous une portion de mon fluide qui attire le mien propre. et mômo.108 LBSPARFUMS MAGIQUES accidents .) D. que jo porte sur moi. quand je vous endors. et je me suis endormie plus prompte- . mon fluide et lo vôtre se réunissent ensemble. parce que j'ai un double anneau garni do ses choveux. mieux je me puis portée.

c'est le môme temps : vous seriez dans un soutorrain. — Est-il indifférent quo ma fenêtre ot la vôtro soient ouvertes ou fermées. — C'est inutile que nos fenêtres soient ouvertos. Du 12 septembre 1822. que le fluide est allé chez vous. — Quand vous avez pris votro vulnéraire. parce que c'est à forcode magnétiser de l'eau et de penser à vous.. et quejen'ai senti le vulnéraire qu'à neuf heures un quart ? R.LESPARFUMS MAGIQUES 100 ment. mais il ne faut que le double du temps qu'il met à venir de chez vous chez moi. ot à touto votre fatigue ! D. etc. pour quo mon fluido arrivât jusqu'à vous ? R. puisque votre accident est arrivé à neuf heures.— «Il faut croire que l'intérêt continuel . — Vous no l'avez senti qu'un quart d'heure après. D. etc. Page214. Ponsez donc à touto la poino quo vous avez eue à m'endormir. la partie de mon fluide qui était chez vous a donc été un quart d'heure à venir chez moi. que vous m'endormiriez . le fluide passo partout. quand jo veux vous endormir do chez moi ? Le temps Ferait-il le même dans ces deux cas.

et à lo regarder comme une inspiration naturelle : cllo le suivit. elle eut une autre vision. A quelquo temps de là. l'avaient identifiée avec mon fluide. Je l'engageai à suivre cet avis. les fréquentes magnétisations que je lui faisais. J'avais justement de l'absinthe chez moi : j'en mettais do temps à autre dans ma bouche pour mo fortifier l'estomac. je donnais à l'eau le goût de cette li- . toujours à la campagne. je savais par expérience qu'en magnétisant de l'eau pendant que j'avais dans la bouche une liqueur quelconque. Je lui donnai le môme conseil. Un matin que nous étions à la campagne. Nous revînmes à Paris. et que je lui avais ordonné do boiro du houblon.200 LES PARFUMS MAGIQUES quo jo portais à cetto fille. et l'eau magnétisée qu'ello buvait. en l'assurant quo cola seul pouvait la guérir. elle vint me dire qu'ello m'avait vu en rêve. elle n'en avait pas môme fait. Je lui demandai un soir si elle buvait son absinthe . Je ne puis attribuer qu'à cetto cause les phénomènes dont je vais vous faire part. dans laquelle je lui ordonnais de cesser le houblon et de boirede l'absinthe. Il me vint dans l'idée de faire une épreuve .

Jo jetai mon herbe do la bouche. Cette fille ne voulait pas . Elle fut dans un étonnoment oxtrômoen trouvant à cette eau lo goût d'absinthe ! cllo la rejeta. Enfin. ot l'engageai à en fairo infuser. et n'y en remis pas. si je n'en produisais pas le goût : notre surprise fut égale à tous deux. jo mis un pou do cette absintho dans ma bouche. jo magnétisai un vcrro d'eau. et cllo but également le Yerre. tant elle la trouvait amôro. jo lui magnétisai encoro un verre d'eau. cette fille n'ayant pas encore fait d'absinthe. cetto fille n'avait pas préparé d'absinthe . Je gardai cette absinthe dans ma bouche touto la nuit. sans être bien assuré quo mon absintho fût assez forte pour produire le mômo effet que la veille : l'effet copendant fut le môme. quand elle m'assura que cette eau avait le mômo goût que celle du matin et do la veille. je magnétisai à tout hasard de l'eau. et ne voulait plus en boire : jo parvins cependant à lui faire boiro le verro. dans l'intention de lui donner au moins la vertu de cetto plante. Le lendemain matin. et j'on fis boiro à cetto jeune flllo.LESPARFUMS MAGIQUES 201 queur . le soir.

toujours à trois heures. Page 287. dont le goût changeait suivant les divers degrés de sa maladie. dans mes indispositions commo dans mon état de santé. pour elle. Jo voulus cependant mo bien assurer de sa réalité : jo magnétisai de l'eau à différentes fois dans la journéo. soit de l'eau rougie. je ne buvais que do l'eau qu'ello me dégustait : de sorte que nous étions journellement au courant de notre santé. de l'absinthe. elle y trouvait toujours des goûts différents : c'était tantôt du bouillon. soit du vin pur. Dopuis co moment. par la nature do la boisson que jo composais. selon ses besoins. lo matin et le soir. et. Co phénomôno fut pour moi un trait de lumière et pour cetto flllo un sujet d'admiration ot do condescendance. et qui lui produisait pour ses repas. elle n'a bu pour son traitement que de l'eau magnétisée. sa mauvaise odeur . ot pour elle et pour moi .202 LES PARFUMS MAGIQUES croiro que je n'ousso pas d'absintho dans ma bouche. tantôt de l'eau rougio ou du vin pur . Et moi-mémo. — « On m'avait servi à mon déjeuner du poisson qui n'était pas frais .

N'ayant plus de feu chez moi. les éléments. et encoro moins une féerio. puisquo je no pensais môme pas à l'encens : c'est un besoin sympathiquement satisfait par mon fluide. jo n'eus pas la patience d'attendro qu'on m'on apportât : j'ouvris la croiséo. à force . un enchantement. » Que penser de ces faits ?.LESPARFUMS MAGIQUES 203 se répandit dans la pièce. pour absorber cetto espôco de méphitisme. sur ma seule intention de faire disparaître cette odeur. une odeur d'encens très agréable. un miracle.pour fairo évaporer cette odeur. qui pouvait me nuire. Les nier ? les discuter ? On ne discute une question que lorsqu'on en possède. pondant près d'un quart d'heure. Or.. jo sentis sous mon nez. Quand on m'eut desservi je pensai à faire brûlor du gonièvro. Ce n'est pas. et qu'il avait produit do l'encens parce que cet aromate est meilleur quo le genièvre pour ôter la mauvaise odeur.. Je consultai à co sujet ma somnambule habituelle : elle mo dit quo mon fluido avait obéi à mon intontion . au moins en partie. comme vous croyez. A peine eus-je ouvert cette croisée.

quarante-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Européens. Comment discuter les phénomènes étranges accomplis par les docteurs Richet. car il n'y a pas. depuis les plus grands savants jusqu'aux plus humbles personnalités.204 LESPARFUMS MAGIQUES de discuter le magnétisme. sur cinquante mille. en Europe. on est allé jusqu'à mettre son existence en doute. Aquoi servirait de nier? L'explication de ces phénomènes viendra plus tard. >*"3r>v . sans doute. jusqu'à la nier. Luys et autres ? La foi do l'apôtre saint Thomas s'impose ici : on a vu . un individu sur cinquante mille qui en connaisse le * principe. A ce compte-là. malgré les preuves éclatantes qu'il en a données. tout le monde a vu et touché. pourraient nier l'existence de la télégraphie sans fils. il serait absurde de nier ce qu'on ne peut comprendre. à son jour . Charcot.

TABLE DES MATIÈRES I La matière. — Parfums sacrés chez les Hébreux. ses quatre états. — Falsification des parfums dans l'antiquité. chez les anciens. — Parfums chez les Grecs.— Faculté do pénétration de la matière à son état de division extrême II Parfums. — Parfums brûlés aux funérailles. — Gammes et accords des 12 1 . d'après Croohes — Vitesse de translation de la matière à son état d'extrême division. — Usage immodéré qu'ils en faisaient. — Dimensions de l'atome.

Sérapion. nombreux exemples. — L'orgue des saveurs. — La fille Baré.Parfums magiques . — Atmosphère de la femme : parfum féminin. —v L'hippomanès. — Aura feminea. les onctions magiques. •*. — LeCantique des Cantiques. ->Mariécus. l'antre de Trophonius . — Les abeilles do Wildmann. sainte Thècle. — Les eaux amè- . — La Sçulamite Abisag. — Influence des parfums sur lo moral de l'homme. lesoraclcs . — Influences magiques des émanations de la femme dans la période mensuelle.206 LESPARFUMS MAGIQUES parfums. etc. — Effets physiologiquesdes parfums sur l'homme . — Aura des plantes 19 III Les poissons perçoivent-ils les odeurs?—In' fluence des parfums sur les animaux. et les Tahitiens. valet de chambre. — L'impératrice romaine Césonia. — Parfums servant à apprivoiser les animaux.

Le Curculio antiodontalgicus 113 V Les parfums dans les temples.Parfums 131 consacrés aux dieux . — Fumigations. —.LESPARFUMS MAGIQUES res de la Bible. — La Magie naturelle de Porta 207 73 IV Sachets parfumés. — Divination par la fumée des sacrifices : Caïn et Abel. chez les anciens. — Parfums sacrés chez les Egyptiens : le Iiyphi. — Hallucinations. —Lettre d'4«pasie à Pêriclès. — Les magiciens proscrits à Rome. — Effetscurieux d'idiosyncrasie provoqués par les parfums. — Amulettes et talismans parfumés. — Curesdans les temples parle sommeil dû à larespiration des parfums sacrés.

Lenain . DUZANÇAIS (iNDRfi).208 LESPARFUMS MAGIQUES VI Divers parfums magiques : Albert le Grand .— Eliphas Levi (parfums pour les cérémonies magiques) 151 VII Parfums magnétiques et somnambuliques.. Agrippa (parfums consacrés aux dieux. F. Collin de Plancy.. 185 IMPRIMERIE DEVERDUN. aux jours de la semaine et aux quatre éléments). .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful