You are on page 1of 2

Giorgio Armani, la ligne noire

LE MONDE | 26.02.2013 à 12h50 • Mis à jour le 26.02.2013 à 16h14Par Carine Bizet - Milan Envoyée spéciale

Qu'est-ce qui fait encore courir Giorgio Armani ? Depuis bientôt quarante ans (en 2014) qu'il dirige sa marque, le couturier italien au regard bleu glacier élabore une esthétique à 360 degrés. La mode masculine, féminine, les sous-vêtements, la haute couture, un vestiaire pour enfant, des parfums, la beauté, des meubles, des hôtels, des accessoires en tout genre... Mais aussi la tenue de l'équipe d'Italie aux derniers Jeux olympiques, l'immeuble monumental signé Tadao Ando où il organise ses présentations, des fleurs et des chocolats... Bienvenue sur la planèteArmani où tout tient en un concept : la ligne, une obsession de l'architecturesouple et nette à la fois. C'est ce trait impérieux que l'on retrouve dans chaque création, dans chaque collection. Celle de la ligne Giorgio Armani, présentée le dernier jour des défilés hivernaux de Milan ne fait pas exception. Mieux, elle pousse le concept à l'extrême tant le noir qui la domine accentue l'importance de la construction. La multitude de tailleurs pantalon rappellent le costume pour homme qui fait la célébrité du créateur, celui que Richard Gere a immortalisé en 1980 dans American Gigolo.

Broderies de cristaux Pantalons de velours à pinces abstraites, veste cube à plis aplatis comme une aube austère, variations infinies sur la veste texturée, combinaisons pantalon qui étirent la silhouette, contrastes de matières mates et brillantes soulignant les volumes....Quelques broderies linéaires de cristaux ou de métal illuminent l'ensemble d'un éclat infiniment précis. Tout est pesé, calculé : le moindre chapeau rond, la moindre ballerine pointue fait sens dans la construction. C'est dans cette logique globale qu'il faut regarder la collection. Le vêtement est une pierre dans un édifice en construction : le style Armani. Son arrivée en boutique est juste le point final au bout d'une ligne. En attendant la suivante.
Carine Bizet - Milan Envoyée spéciale