P. 1
En Quoi l'Analyse Marxiste Est-elle Encore Pertinente Pour Rendre Compte de La Dynamique Sociale Alice Et Yohan

En Quoi l'Analyse Marxiste Est-elle Encore Pertinente Pour Rendre Compte de La Dynamique Sociale Alice Et Yohan

|Views: 1,933|Likes:
Published by Mme et Mr Lafon

More info:

Published by: Mme et Mr Lafon on Mar 06, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as ODT, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/07/2015

pdf

text

original

Puybareau Yohan TESB Caudron Alice TESB

En quoi l'analyse marxiste est-elle encore pertinente pour rendre compte de la dynamique sociale?
• Analyse du sujet:

– délimitation spatio-temporelle : analyse marxiste date du 19ème siècle → industrialisation de la société, conception matérialiste, les ouvriers sont soumis à des conditions de travail infernales , ils s’opposent à la bourgeoisie qui détient le monopole de la propriété des moyens de production : ce qui débouche sur un antagonisme de classe : conflit bipolaire aujourd'hui: post-matérialisme, nouvelles préoccupations pour le salarié, moins de pragmatisme économique mais en même temps les conflits du travail et les préoccupation matérielles occuppent une place centrale surtout en temps de crise – nature du travail à faire : «EN QUOI»: sujet analytique. Montrer les déterminants qui font que c'est toujours vrai. – Mots clés : analyse marxiste → antagonisme de classe, lutte inéluctable entre prolétariat et bourgeoisie, destruction inéluctable du modèle capitaliste par la révolution. Dynamique sociale → Selon Birou, elle se définit comme l'étude des forces créatrices auxquelles on attribue une valeur causale dans l'évolution et le progrès des sociétés. Reformulation du sujet: Pourquoi peut-on dire que la conflictualité sociale actuelle correspond encore en certains aspects à un antagonisme de classe? Problématique: Quels sont les raisons qui permettent de dire qu'aujourd'hui encore, même dans un contexte de montée des valeurs post-matérialistes et de moyennisation donc de perte progressive de la conscience de classe, que l’analyse la lutte des classes énoncée par Marx est encore valable? Plan Détaillé: Introduction: «L'histoire de toute société jusqu'à nos jours est celle de la lutte des classes». Ce dogme marxiste, énoncé dès les premières lignes du Manifeste du Parti communiste et sur lequel se sont appuyées plusieurs révolutions, résume la pensée de Marx pour qui les rapports entre Hommes, dans nos sociétés capitalistes particulièrement, se résument dans le binôme dominant/dominé. L'analyse marxiste au XIXe siècle postule une industrialisation toujours plus poussée de la société, un matérialisme croissant et une opposition entre ouvriers et bourgeois exacerbée qui ne peut qu'inéluctablement mener à la révolution prolétaire. Mais on a pu observé une nette amélioration des conditions de vie de la classe ouvrière au cours du XXe siècle puisque ceux-ci ont pu avoir accès à de nombreux biens de consommation jusque là inaccessibles et, contrairement à ce que

disait Marx, la société a eu tendance à se «moyenniser», mettant en sourdine la conscience de classe. La dynamique sociale, soit l'évolution et le progrès en cours de nos sociétés, ainsi que les phénomènes de conflictualité sociale, sont-ils encore générés par cet antagonisme de classes comme cela a pu être le cas? Quels sont les aspects qui permettent de dire qu'aujourd'hui encore, même dans un contexte de post-matérialisme, de perte de conscience de classe et dans des sociétés voulues méritocratiques, la lutte des classes énoncée par Marx est encore valable? Et si les idées marxistes dans nos sociétés n'ont certes pas disparu, ne se sont-elles pas renouvelées dans leurs formes et leurs moyens d'action? I. En apparence, une lutte des classes qui s'est effacée A. Ascenseur social permet la mobilité sociale 1. La circulation des élites au sens de Pareto 2. La démocratisation du système a. au niveau scolaire (système de bourse...) b. Une réussite professionnelle basée sur les compétences individuelles (méritocratie) B. Une baisse de la conscience de classe 1. due à une apparente forte baisse des inégalités (cause) : a. La moyennisation de la société par Tocqueville b. Modèle de l'évolution de la société de 1830 à 2000 par Chauvel c. Le consumérisme : phénomène qui touche toutes les classes 2. corroborée par les statistiques (effet) II. En réalité, les fondements de l’analyse marxistes sont toujours utiles pour comprendre les conflits sociaux A. Un sentiment de situation dominant/dominé toujours présent 1. Plafond de verre retient les élites en haut (double diamant) 2. Suite à la crise, les entreprises élaborent des stratégies qui contribuent aux inégalités : vers une fragmentation de la classe moyenne a. les entreprises dualisent le marché du travail : elles acceptent de payer très cher les très qualifiés (théorie du salaire d'efficience) mais précarisent les qualifiés ( théorie de la segmentation) b. RMI / RSA : des prestations sociales minimales qui traduisant une perte de dignité 3 B. Une économie capitaliste qui connaît des crises récurrentes 1. Crises successives a. La crise structurelle de 1929 b. La crise de 2007 2. Spéculation à l'extrême a. La bulle Internet des années 1990 b. Les Subprimes aux États-Unis 3. Une mondialisation compromise? a. Les effets pervers de la mondialisation (hausse des inégalités...) b. Le développement de l'alter-mondialisme III. Une renouveau des conflits sociaux A.un renouveau des conflits du travail

1. Dans un contexte de montée du chômage, de paupérisation des plus fragiles 2. Les conflits centrés sur la défense de l’emploi se multiplient (peugeot, fralib ,goodyear, etc) B. Mais aussi de nouvelles formes de conflictualité qui traduisent l’évolution de la société 1. Pour la réduction des inégalités : 99% Occupy 2. . renouveau des conflits sociaux car l'État met en œuvre des plans de rigueur qui se traduisent par de nouvelles mobilisations (les indignés), ou un rejet de la classe politique (mouvement 5 étoiles en Italie)

Conclusion:

La pensée Marxiste apparaît aujourd'hui comme trop entière. Celle-ci transcrit encore aujourd'hui de nombreux aspects de nos sociétés et a pu être adaptée et rectifiée par d'éminents sociologues et économistes tel que Bourdieu. On peut même se demander si avec la fragilisation du système capitaliste qui a frôlé l'implosion durant les dernières crises, et l'augmentation continue des conflits sociaux et des inégalités, notre système n'est t-il pas voué à s’ auto-détruire comme le prévoyait Marx? • Notes complémentaires:

-défaite provisoire du socialisme il y a 17 ans revenu au pouvoir en 2012 par l'élection de François Hollande -Marx contre l'auto-régulation du marché et s'oppose ainsi à ses confrères classiques. (visionnaire) -«L'Homme est un animal politique». -Marx prévoyait la mondialisation, le creusement des inégalités sociales, l'extension du mode de production capitaliste, la tendance à l'affirmation des monopoles, la paupérisation relative des classes salariales, les bouleversements liés au progrès technique, les crises inéluctables et la capacité de résistance des forces sociales et politiques face aux détenteurs de capital. Tout ces critères se sont en 150 ans avérés être vérifiés.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->